PAGE 1

LE MAliN ItsHKuft&J ar Cble $ Sans fil 30 Dcembre PARiSles minisires luoiisouj a prsidence de Poincar adoptrent je projet d'emprunt. Klotz le prsen fera la chambre pour la discussion immdiate. L'emprunt consiste en BW rente de cinq pour cent amortis • i*l le pn soiTaute ans par tirages semestriele, la lenii' est exemple d'impt et iembcur!alle avec prime de ,o iranc. sur le capital nominal. PARISL'Olliciel publie un rap rort de Milites Lacroix au Snat va luant la dette nationale actuelle a deux cent sept milliars et h circula tion fiduciaire trente sept milliards PARIS A la Chambre Klotz dposa ri dfendit le projet d'emprunt et dclara que les dpenses de la guerre atteignirent 220 milliards. Lea de penses lurent lutrieures aux crdits vots et vingt deux milliards turent employs ponr d'r-ulres besoins Quatre milliards lurent avancs aux gouvernements amis Le gourer nement ne voulut pas augmenter les impts jusqu' la dlivrance du Pays Klotz montra i,-;e les dettes prvues pour 1919 sont sup-Jrieurcs de trois milliards 472 millions celles de :9I3L e total dis recettes de 1919 sera suprieur de onze milliards La surchagduconiribuableicradeyjoo La Pranca mobilisa 89 pour cent de ses enfants tatdis que l'Angleterre tn mobilisa que y? o,o, Klotz ajoute que les oprations conclues gvec l'Angleterre Les litats Unis et le |a pon lournitent }i milliards Klotz. donna ensuite d'intressants dtails MX le budget d'aprs guerre qui osci liera entre le triple et le quadruple du budget d'avant guerre. Le pays qui fut a la hauteur du devoir pensant la guerre fera !ace aux ncessits de II psuNous devons surtout avoir une politique fiscale qui nous assure la confiance des allts.II ne faut pas oublier non plus que la France avance 25 milliards l'Allemagne Klotz exposa de nouveau les consqutneeshoancires du trafic ce Versailles. Le gouvernement approuva les prjpo iition tablissant une solidarit allie pour poursuivre des ngociations avec l'Amtiuue pour des crdits Jcngs ieruies. •Il Dcembre 1919 l'Ai IIS — La crue de la Seine con tinue. De nombreuses inondations tont signales ta province. PARIS. — L'entrevue d'hier entre Du'uta et Lersner est considre comme dcisive par la preise qui prvoit l'imminence de la aigntitare du protocole Lo Journal dit que l'entrevue cl hier des dparts militai res allis et allemands cart les difficults rdativoa u.i iranapoit des troupes allies vers ges rgions de plbiscite •] PARIS, D'aprs L'Jsho de I ans les milieux politiques croient que Clemenceau sera le saul candi dat prcent aux sufTirgesdu Con grs pour la 1 rsidence de la R j ubligucm PARIS."-1L'Humanit publie un sppol l'Union des mcaniciens de laSeioe invitant tous los ratallurcistes se prparer pour la grve gnrale dans le but d'obtenir un* amnistie gnral* et la cessation de l'envoi de munitions et d'armes aux armes cornb.i'tan'. les bolcuviates "Jlfi "L- Petit JJ ira il" di ider que lu trait tre mis en vi ibre que cinquante teclmicieus franaiaIjariect aujourd'hui des.inat.ou. dAtnDH i-our reor^Fuiser ie3 liai ways precs. hOME.—Au cours in son discours u Snat, Sclsltaja dclara que les bjectifs de la oV clair tion >!aiience "la confrer.fa do Paria garantirot.t |' lltfeliB la Daimetie, lu tre .1 •Adriatique, Scialoja dclara qoo Italie ne i( lama pan K.ume Cet 1 'a lianco qui voulut ''unir l'Italie car la disso'ution aualro l.ougroise lit l'inme meitreseede ses destinCea Llialio devient alota tutrice dv t'iutue, de l'abandon par l'Italie chtermines promesses eMe faites doit dpendre st libre dcision et la considration de ses inteis* gn : !ix. Nitti alCr.na ensuite pu*) les apports entr les chefs des gouver ueiuents allis lesljnt des plus cor Jiaux, CARIS, — Apr3 une visite ar sa ion aronautique, le prince et la pria ;esge du Danemark aurvolrenc la calais pendant une uaure. l'AltiS. — Le ministre de Cubi -oit l'Orpbelinat des atrae; un Uqoe de cinquante mille francs que %  u la gnrosit cubaine en f-veur les orphelins de la guerre. PARIS.— A la suite dea conversa %  ions germano allies, on croit que lS Allemands signeront le pro oco'.e !i 1er Janvier tel quil Itur lut sou.1118. D'autro part les allis la deman Jd des A'iemauds acceptrent de porter sur le protocole ur e addition Jo la dclaration verbale de Dutaata ai dclara que l'Entente runirait lea demandes concernant le matriel Je port s'il tait prouv qu'elles poi taraient atteinte a la vie eeonouniu" le I Al.euitfgneleCeosaii Supirnc approuva les nases do 1 entente adoptes.' Il est probable que U conversa onentre Lersner et Dutakta de eut aprs midi aboutira un accord complet et ci consquence il en sera jlu uecessiiire de retarder la mise ta vigueur du trait11 est probable in|la ..OQseil .suprme hxera au lit M sept janvier l'change de t'aulications et la signature uu pro bcolo 10 1er Janviercelui-ci nien lonnerales dclarations de DutasU. i)a peut donc dire que la mise en vigueur du trait n est plus qu'une question de jour et que ds uujour iliui U paix est vjriueiieuieii reubue, PAHIS — Le conseil auprme dj.da que les lerntoius occups pai ia troupes ainencauea se "ont SJU ns une juridiction d'une li.mii ommiasioa des terntoiies rbosas. Oa arrta galement le texte d-t instructions envoyer la coinmio iion deconb^le du matriel aro uautiqus allemand. PAIJS. — La mouvement asceniionnei de la Seine continue. On sifinale des inlillrations dans les caves Dans j.luatsurs arrondissements m navigation continue. Une dpcha deCbaUevilIe signale ]ue la crue croiasajats do la Meuse inquite les populationa riveraine,,, ia valle t titre Sedan et Itzira esi iubinerge. Lea rues da Mzires int envahies par les eaux. UEUl.LV,— Une statistique o'Ii :idle dit ijbe les pertes allemand b un exiles l.uuctio oMrttaoi lea el/sisps de bataille ca COlffre qui iie>lpas dlinitif ne comprend pas Ai-.-pions _ie<: moitadana Its canipspnhonuiers aussi nk-le URUXELLKS. Sur 1 uvitotion Ju ioi. Poinc-ie viendra euUelgijue dans la seconde quinzaine rie janvier. BARCELONE. La disette des denres alimentaires s'accomue, lea i.ccki d .• farine sont presque pul PARIS — D'aprs Le Malin le s?n tut d9 Consianticouls (:t les d'roi la serait r^ en prit cire Le peint de voe du converti angla.9 tri que Uoyd George l'exposa p'uniiqur ment aurait eogaia d..> causeet lsem ble rpitaii qu'il ara sign' Le ROU vernernent ottoman sera iraaafr en Asie soit Brousse, soit KoiaoLes dtails du rgime de con trla international qui sera appliqu ; Conta.tinople ne sont pes encore parvenus. I PAItlS La Seine est complte ; ment sorti de .on lit et poursuit son mouvement MCecaioonel fout* ;fots la naviga ion se pX)oiau>t encoi ,mais difflcfleoien En province la situalici est toujoura s> ru use. Le l lilnn notarnmentt ontinue d monter. Cologne est pattiell^m nt inond-. ROM E — Soialoja parut pour Paris selod II Teiuoj les sousjiip'io^s pour 1 empronl national aite^ne-r dj neuf milliards ^e livres, MADRID, -Au Corten ie^ 'aneet sont reprises depuis m r, Le nr^si dent dn conseil di-e-.u. <-it % %  • Snat i dclara qae la sirua-ioti ex neuie de l Eipa^ru est exce lente nqaia que a situation intrieure devient mal Heureusement pus difficile de ioui en jour, RKRUN — Suivant La Gaze'.te de rrunclon il su manifeste dans lea milieux indpendants une vive o-n tauon en faveur de la grve gnra" eu signe de prot3st*tion. confe lo nouvelle hausse des denres aliraen tatres, 2 Janvier 1920 Changement d'Adresse Le Dr Volnv liouzier, dantisfp, •innonce n bienveillannf clientle qu' parbr du 5 Janvier 1020son Cabinet ara 'ransfer de !a Rue du -entre la Hue r?avft ou Dan tes DeStoocbee au No 137. Consultations. 12. — 21|2 des ; ^S; Dollar : 10,^1 1,2 l Janvier l!2 ) GENEVE.— L) Coagra inlerna;ioual des tudiants socialistes 11 :o ninunist.'s aboutit u cration i 1 nouvau groupem* nt interna 1 reu! le litre de "Ligua ta pour letu it* et U pi disme", ce grou : 'adhra pis a u tioiaimt atioual •. tel vota l'unani trois douzimes provisouee ^'emprunt' MDTIUTED 1, LH H AVRIL Le trauutlantiqae Lorrains arriva ramenant les membies de la dlgation franaise 1' confrence de Washington. l'ARIS.— La clvimbre adopta p*r t) 1 to:i contre 114 le projet raievant temporairement les tarifs raihvays L'a^ d:ret cloluia la sion du snaf et de la chambe. PARIS.— Au conseil suprme Du testa rendit, compte de ses con ver n ns zvtc Lersner Le gnral Ler.-nt iit l'expos des intentions des d-tgus llis et allemands Le conseil dcida sur tomes les mesure rda tives a la mise en vigueur d.i trait qui devaient tre rfiles avant le six courant, date prvue pour l'^hing des ratification! Le conseil dcida q je'a protection des trangers originaires dis provin ces soumises au pltiscik? serait dvolu %  : au pays dont le reprsentant prsidera la cnrnmiss-oT du plbis cite. Le couseil dcida que 1 entre tien des foopes d'orcu nitinu dans ?s r^ys sctfqti* ru plbiscite incom berait i chicane des puissances par l'cipv-.! i l'occupation, puissance i (• %  que. territoire attribu remboursera les frrtK Le conseil approuva le teste de lu rponse la Suisse la suite d-un mmoire qu'eue lui adressa eu vue de son cdmission dans la socit des nal o > IKKOUISK—Un accord intervinl enfc e les commission* alles et le uiuvernement rose pou confrer ja g 1 de du transibr.o,: aux T.hcos lovaques l'ARISDupny. sna eur et dirre teur du t Petit Parisien est dcd HARIS— Le roi d baiie et Poinar changrent des tlgrammes a l occasion du nouvel an. Poincar souhaita que l'anne 1920 lasse que l'amil. des deux natiops devienne de pms en plus intime. l'ARIS A la suit* du rtablisse ment de l'tal de paix les o-ganisa"oss amricaines Pans sont ea voie di transformation. 11 n-y aura plus Pans quun attach mibtiire •uprsoe 1 ambassade L-s troupes amr-caines laisses sar le cootinem lerout rapatiies dms les p.ys d'ocwupa ion p #??:"" Wa --ace rep-sente les CUts-UoiS aux runions du conseil mprm.On ne sait p s encore dans e* millieux amricains si les Etats Unis> participant l'laboration au trait turc. La date du 6 Janvier demeure en principe bxe pour Pcbsnge des ratifi;ations. l'.AKIS-. Pendanl le dernier s4|-ur du Pance d Serbie on Syfa sous diverses inculpations un sujet MoLlngau de 28 ans venant de Kome II aurai: d:t avoir l'intention J • commettip un attestt contre lt Prince de Sttbie. PARIS— c LTemps d t que ^s l gues a [*mmis i v^umt e e en vigu u' de ta Lgislation allemande dars les soaea dbisci e alfirraen q e les z >D p coiscie doivent rescr soutn.e. i une juridiction allemande, ce qui nermriirit de poursuivre les habitants de ce; rgions peux haute (rabi SOU. Ce rgm* aiol inconciliable avec une prparaiior loyale du plbiscite et les questions relatives au plbiscite devant ;re rrg'ei £van la mise et) viguett: du liai , le co seil suprCni2 dcida que la mise e vigueur du irai *crait ajourn ju qu'i li oution complte de*, questions pendan-es l'ARIS— L lournaldes Doa!?, la sui:e de 'info mation au %  HJet du K-glement de la questioi tutque, dit que cette information semble pim.'turee -1 ajoute que sans prjuger des p-ocra ns discu> •ions Paiis, il ne >tmble pas actuellement que le principe de la sou verainet Oitomaoe sur Constant] nople ait t t rbandorm'e, PARIS— Pi iview 1 ar t Le Pet l fournil. [oefa ux, de itiour d %  1 conirenc de v\ h ton dciar. que la coffre ce ••, !e srcmiei acte d'une o gan satin 1 des rappoiU entre les peup.es q u maintena-t pourront agir par la voi d'une pro cdure rgulire contre les nation qui seraient ten es dporter a.tiinti aux accords pas:es D'autre pat Gui nn, dlgu du patronat (ra.tia bt le plaisir de. delga du toade patronal de s'tre rencontr] et da voir eu des relations qui se 'oitifi : ront dans l'avenir PArflSC:menceau pir.it dm1 soi r; pour le Var o il p,ss;ra que'ques jours NANTESU a violent in jendit -t • SCHERHRtu Les Ftes -abondance des matires nous oh!i<. I .*SB voyer A demain, la publication, du cS,* Ju des ictes des :er et < |anvier. co '"'" e ia| Disons seulement aujourd'hui nue %  •M '-on en acte parfah,et a Tull 3 ^.gantesque qui rvla une fois dTot S nationale hatienne. P 1 "* H§ Le Major B. F. Hiohev vent dposi les restes do lv-tion. de lt,cV^" ; £'*, Mar*ta o se trouve la fyJLj mes au Clump de Mars hhri;„ ?* Wce Technique, la lontaine de la "P a e d *S*ffl le kiosque de Stc-Aone, et le Cimet te deffl J-lri-? lrJVmx ? m t ** *" o> g4&tta Wtt quoique ces travaux aient t e„4ft tscutci u la sat;i Mes et quoique aUle des ftes, ils ont et action de toute la ville. Nous flicitons le major & F. Hkhev m I Navire de guerre en rade Hier aprs-midi est envi U \J, Julio, batunt JSlS'Jemi,' i ^ \ J'usageont t chang" "" to ^ ^ Mariage oamedi matin eut lieu in h ta..iu v •No, Lomphments au nouveau ce, 3 anvier 1920 PARIS—Au suj.-t dis inondal'o-* caaescs par la crue d U Seine o-. craint dans les milieux officiels que li crue ne dpasse celle de 1918 PARIS< Le Petit Parisien anno ace l'arrive en France de trois aumniers catholiques allem'ndsqu< visseront les camps de prisonnier, allemands eu compagai Je trots pas curs protestants. PARIS— D-ujc aviateurs civils Drouille et D^oyelles pirtiroal dmais de linaiioa i" Siigon.lls su voleront no?ami'e t Naple$,Avha li^ssorah Baogk ,-k et S^on nc:om DlUsatil une di, ,n: d 18 ooo ki o m res. Lf; ravitaillement est assur. chaqu. Hbpe. PARIS— Ea pr* -cedi iansc que prsente la e.oe oe la Seile H u con lisse a s'accentuer, le sec::a.r t des transports run-t sksj i .-c eur-des compagnies de raiiwiys tt d. transDOit de navigation afin Je pr. dre ics mesures propres prol g Isa: ojvrjg d'art menacs Le prte! ordonna des mesures en faveur des hab tan.s de Compigne aeoaca d-inoniation.U ^e dj he de Mayen ce aunorce que le ishin dcroit depuis 'e )i dt'cerb e. PARIS -A l'occasion d-uti djeuner que lui oftnt le ouseil grer?: du Ver, Gme^eau pr.oni.a U onliou tion d'union sacre. Il logia les poilusents anisins d: la victoire tt affitma qa: les deux devoirs qui vi m posies t tous les franais e'd; savoir payer les impts et d'avoir de nombreux entants. ROME— A l'occasion da nouvel an, Banre ambassadeur, reut la co ionie iranrisc et fit une allocution o il clbra les heureux rsultats de l'entente tranco-italienne. PARTS— Poincar entour des rai nisires, des secrtaires d'Etat et de* membres des maisons civiles et mili •aies ret et rendit dins la matine des visites au prsident „u Snat tt dla Cham-b e. i'01 laar reut de nombreux ulegramm.s de teliciufour 1 Amlftsle. duLycae Au profit de la fcbliolhque de lanucale du Lyce V.ion.ils/ vT\ \T\ n r? pis idi dans" Vt la de M. le Dr et Mme U R.cot LihM ou Avenue John Urow Ne H6i, une grande tte mondaine, d s H,f U f'^.^clions divsul *>, Bal dniant paiUr de troi$ heures ; Le soir les grades person" J ae> s amuseront galement oa soa-w pera. Le prix n'est que d ue gourde ^ pour les enfants et deui pou^r le, | Le succs est assur puisque les "walrices qui doivent tenir lw comptoirs sont ; VliuH"!-' 1 30 5 D i ie Sui lh r p t,eune Mathon ^rn. £. R h,, 1 P u r C "dicoa.t. Ferassd K.boul, Mina Frsnckel. i-ranois vlaho.1, Uon Mnos, Edouard E ^e.AadrChevallie'r, Lonce S "que, IUUK Borsinville, Dr i^,anrt,n D,ileuc urt i'aul Sals, Dante egarde, Ernc S t chauvet, Climent H • %  %  trde Faceval Thoby, D,mogf ; cux D Wlu Coicou, il. K..ut etc. etc. MliesChuNadal, Ca railla Hecv\'\ e 5 V,ux> L >u.se Viilard, JironM Miot, Paule Faine, Alice iN.Jai, e;c. eic. on des ro.s d .pa^ne i ics Balt-', %  %  U-e raou autrmonie rs< ;i u ;iu monu i:c t Gimbclta au Louvre o h senaleui Mascu Psise de contact w matin le Bureau et Je Couseil 1 Administration de l'A. M. C. & • pris contact avec noire Chef de l Universit, M. Dants Hallebarde. Ministre de l'Instruct.on publique. Lon se runit de bonne heure au Lyee et dc l'on se rendu en corps a is rsidence piive du Minisire. La rception a t des plus cordiales.Aa discours nourri et plein d'ides neove> prononc par le D; Dibrosje, p.-iident de l'Association des Menv urea du Corps Enseignante Ministre aeliegarde rpondit en des termes trs encourageants.Iesquels soatd'ua bon augure pour LA. M C. E. qui Ion sa belle expression a connu dis iMKgloruux. Au toast le conseiller rvieosr Untave prit l a parole pour rendre hommage aux sentiments de Dants Beilegarde. Ont t prsents a la runion : Dr Deb.osse prs.dent.Clmeot Pothel, vce prsident S. Aleit, Bernard S. i>g, K Df Pfessoir ,re ^'. 1 1. m buis, arch.viste-biblioihcaire, Chsncy, Di ,. Leicbours, cuuseiilers. Luce Archin Lay, prsi dans un loqu;.. dw ours clbra la, den-.e d Ta staL d?i X £ P'** mmotre du grand ^ m ^^ CmT^^^



PAGE 1

JI *.'*:! r 1 -. I i %  MTES DECO! .: ... I 5W rinjkmm eu 'FUL^OSERUrV Li TOC i '~ %  IXKB T '!'"I.VT!T-:T. t. wtmiTuaoewm i riapaHAasaiiT. LA I 12 • • I\"i-.'.\ir LES V03CI.3 I "T. *ET'.O"'^ D *.'S LW HOPITAUX, r-Cr^f/'f CE W li >•'' il"'''" J CJBP "telAU PtMNAISi •. PP.iC.QO0 WEOECINS TRANGER?. • ; |JJJ p*gMP! [, . '.r.'e caft'malin et loir. .1 Ji, I ?| I i 4 %  M ^ IpHARIWAOlE DE ROME. i5, R oc ROMF. PARIS, ji I "^;-iBS If !'\' / OUACSMI'iniF^ DE ROME. J5.RUBDB ROME, PARIS. . A. S. F. G. G. IL I LeSo T),' ambre dtrnw l'*s~\ sociation des suida s franais de la grande guene rume en astunA blte gniale a pio il au r> nouvellement du son Buriu quia t ainsi, form'. Victor Comeau Menasse, prsident. G. Leteurtrefre l.crourj'i" Jan,conseillen rlus ; P< rdinand fallait, secr\aire trsorier, rlu A cette runion diverses questions imposantes intressant /< dveloppement de t Association ut .uellemenl affilie d l'Union Ao nonale des combattants de Vr rit recevoir r>e torta efacka de raeu hand aea su: 1 entes : 2 Farine Coq, Boul Rou* Saint-Laurence, Golial *t tutI mari; u s MfiD goe D e; 10 livres, Allumtle-i Sa>0| kie, Pro ecto, Climat. Bis pomqa de urre, savon Airaour, kicziue, biie, locemale, Wieuer et le fauieox tiisl pris, loriei exlru du Malte liiscu.t ^oda tn feiblatie da 4 et I livresHuile d'Olivo u'EapagDe sap riecre (n ferblane de 1(8, /i *|2 et l .-.lion. Vins Xri (excelleut) pai ualloa. Epici : cannelle, moacade, poivie. ei-'ia icilc. Haurre i' laolfl C.opc-nliague do 1 et l| l i livrea el amricain de '2 livres. Beurre do calcine Uulonnei et Car rata en fei blunc de o livrea Sachets de l t *2, 1. y 3 4, hvies. lloubloii, ftattiaion 'Scott huili de coton eu ferblane de Irf gallon. Bicyclette. Giuvie, s'il vous piait, plus u.i ca.;. : ,btit exUa-ian, une douzaine d orange, des poi:es, des no'.x. des IpomniCSf tout un ,issor:imol de iiUues, deux bouteilles de vin, etc, leic OuzclnieAle.PETRU8. Ptaarmw* ALHWTUM Pharmacia du D' Juttin VIARU et toutes le bonne Pharmacie*. A vendre 100 1 crises de luf calcaire livra[blet de suite* m/m 4 rt w v*) * Une Abondance De Biens Qui Ne Nuit Pas C ACHE dani l'intrieur de toute Chambra Air Firestone se trouve icedebiensque nos clients r.r-.prcisron'. '.an-ensimentet d'autant plus, Iorqa' un ro lomcr.t pnible, lavitesse-ou ia chaleur B :ront i ..i laor rrfl Q 0 U ohalenr et j' ;i aton qal conaerve • ce qua ; ... ,. ; lntrodni£4aaalacon %  Se, • it fabri ; rr.fthode t ] e "i .^n des eoiifhet c~v' %  titdeafitHei. 'ah* et augmente grandement kilcra'aiqi.da pneu et de sa chambre n.r. Quand VOUS i uti'.lerez votre voiture, voua devrez veil'c: ;\ ce qu'elle soit munie de chambres i ; : Firestonc: votre boarse et votre humcr.r s'en trouveront bien. L. Preetznan Aggerhoim Port-au-Prince Chambres Air BAZAR MTROPOLITAIN Vient de reu to\it ce dont toussa vezJfiewU [ ivr %  .\:.SI 'el et Je Jour deJVAn A dis prix vvfUni tcute tmcrrene 20 000 loi. de-ruban* de toutes couleurs et de toutes dimensions Bonbons assortis, 20 qtUUi dffrenUi 0.75.1a livre. hoir et Amandes — Razoirsdc $reti Dirham Duplex 0,46 chaque Le plus grand assortiment de Tabac et CigareUes raouliuqa c t ..ioar] CIGARETTES Carael Fat'na TABACS Mutlvy S : i : ko llnrad Melacbrino Piedmond Pall MHII RihtDond KgypUa, etc, etc. piiDCe ">lb "rt Unll Durbm :,CrossC.t dtfeworii etc, etc Poiulres. parCums, joueis, provisions amricaincsifoar.loua 1rs goAta et tpu'es les bourses. Venez v,si-er LE H %Z VU METROPOUT U\ avant de faire vos achiti fin d'anne, et vous erez sa istaiis. V,uL;, r de tclamer vos lickeU la cjarepo rteUnw IU us qui aura lieu io iS Pcembre pro rialn. rleUraae ii prix de (i0) en* ., 1 Reoff'SUuant loissou gazeuse 'Bonne force et.vfliieur ^^aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaV : D. ASGENCIO •i J vis d i p ri i : a ni son veuve iBarb encourt La steamer Smlo D'jiitnjo t attendu ici aaij'tr.t'hai partira .,"Vr$HzmanGGE[UiOlM\'A \, .' Le Maximum de Kilomtres par Franc &' tout Gie* G. T. i D i ^s cible reu Caravelle r ie li i ta %  26 :oafa 1 est atte du raca l* 14 anvier. Ct paquebot tL. eftactuara lilinraire ^abiu I pn lai I irt pour le Havre tt Bordcacj, cV passi';crs pour l'Luiope, L'AGI. E. ROBE! IN aB^BBpVaai 7 TURK1SH BLINQ CIGARETTES CXCCPTIONAL QUALITY J ICAN TOBACCO CD. U TKE AMI'(1ICAN T! m %  JOHN ftURiXS &Co 1801, Hue du Quai Bonbons ackluls pi** caisse Sureltfs'



PAGE 1

IlMA II* ..-o — J] FEU IAllx caves de Bordeau A. drcssez.vous la plus forte couij>a centime le paquet •i> t cent al ar delarnix/ttueil K< %ix D i ACJJII PW.—lunuit Isfiiqte, contre nkclkci nado-inUf B*ka et cutanes. LAXM'IM:,Spt'eifique de la cors ipation. Grand UM de France utab IH remet! I r/< fer cfeofaCu s nexcelle** f-ituoH „ earcepttcmneUe Chan.!, v. s ll ru ,^ wow.aria*: \\ i* a I r izi EDWARD M. RiPHEL & Co Keu>-*ork Port mi Prince Spcialits de Produits Raporel Grande Maison do MODES Mr Juan Ban ti s ta Davis A.e il-sir d'ami ncer aj public en (i-r-,1 M ouvrir ^ ""' %  eral Qi9 s.os reu, il Wi*e Grand*Ma h on de* \n,lr, H .oatardes Ba Wrt VwY k II y^ll , coatumn coafcciioon^ p.-.. M,,,,,,,, y ,,?,,',"L un cra1 ". 1 ,f ci Je "•ou^eia.Vdcnentdalins i! .-J 1 ^ a. Oa v ure artiite de rare lahnt. bi ./ u n ?', s '"' ^.nar deceUeville. u dans ,a bans Scc La Mai an vendra, en o;i!rr I m.i i eho.>. e. , „ Nl j ,•„„ .o 0 ,,','; 1 ; .; 1 ;„,,.;' :::; ; j d -,i,„ .(eec mu,.. de 8 p| u g a „? Jes SjSS^feH"



PAGE 1

I f&Mt iJBilft N 3jt>;7 Pui*U"PrinAm iLdu i-u.u ;>>**vir iijj& v iaECTEUR-PROPRIl.T\ltH l£ NUMERO X^) CKWn£3 ABONNEMENTS PORT-AU-PRINCI Ji DT'Oi G i.00 Ufcl'ARTEMEiNTS \> trois G 2 :J irais rrois V i i U-J TRANGBR Tioii mois 8 00 %  n i %  ii Les annonce* sont reues sa Comptoir J a. national de Publicit, 9 Ru^ Tronrhct l a is et 19. ti, 2j, Ludgate Hill, LonJ es. > Qiaoticilsn Une notion prcise des graves fautes dpass per* mettra seule d'obvier,aux oireurs d'un avenir, jataille, que do remplir tous les ra uu devoir tacile* Facile/.. H. Vsidont, tuut le monde n'a pa 78 ans! Nombreux, trs nomus sont it' citoyens qui pensent •ootraiieaveclopote des Nuits.u'il % %  on i.n.1 ou boJJ, .OTJM, pjralytio.:,' est lji bieu joli J'en voir pu luire un oua rappelez-vous la comdie — lUamaa nia, je.cioia — o te h. A qui sou pre conaeiile de 1er ta rconciliation avec sa ine.par un hritier, rpond : Uu nt, c'est si difliotte a faire qu'il 4 meure Ha||i hf Je scepmevitttble, ajoute sqtro su ^lUgglt mme a trois- limon / 1EJLEPIJOSK : i4S %  1 J 11 J .. LJXB-LL G. CESVET G 11; (a ( i 120 Hue ROUX, ou face ue la misoii Castera Provisions* Vins et Liqueurs JOLETS Botes de boubous pour cadeaux Les plus jolies sur a pi ace Ice creain 9 fraise,fi aiuboise d'ananas Ds 9 1|2 uu matin. -— "otte ingnuit, que quelques plai *irs sont quan.l mjme iudispenaa o.ts a i existence, nous n'arrivons pas a comprendre. Comment, c'est une Libert gigautesque qui claire 18 monde et le port de New Y01 k, ei ine n'est doue uou' i\V cette s,atUB u a toutes lea lauies, i^euu bu...ont£ie impuiosantea 0'le lucre. Il est intimement, iuduilemeut lie A la laci.i.e uu ia li a la notion de propritUt |-JM gens — et c'est la inajorneUiaud'peine logent, nouinaedu., Iiueuneut un ou deux enfanta, |0i';iai-t pas boaucoup tlrouib a 'lui leur conseillent a'en vou uu six. Huant aux classe & ai lev nebes qui ont donne, il faut loonaitie, l'exemple de .lob lou, elles ont t mspiree par lrmcipe assez bas et assez vu kix que leurs for. unes ne aoidot iirjp divises aprs leur mut. Tonnais des parents de lils um I "ie l'ennemi, qui, eujourd tiui liouani leur calcul, pleureut laui lir avec des larmes de aog. u i c ti que acule une trauetot IJU .dicaiti uea couceptioris t |s .jouiiac remiier a la diunau lue population, mi menaa tout jaya daus tous ies djitames, u lut du plaisir a peu peu iem -. la morale tout court. Oa am jioiaoreuses familles quand la l'tt ut a cr un millieu qui lem COUPS DE GRIFFE i.e m le I Laiii . trouv la notion qu'il exiiit ievoir collecta qui prime ge& a1 Jiiea personnelles. Et ce ut pas demain. Alcool et Tabac 13 y.tets-L:iis, on le sait, oui nuis sur leur territoire l'usage oute boisson lermente — nu ire compris. Pour inculquer de l'abstinence quelques ivro — moins ..qu'il n'y en ait eu ici'ou re l'HVouiit'— on con 14 des braves gna modrs 'ruer des quanuts normes de q> 1 l eur dtraquent le toeur ou isaona glaces qui leur sbi c l'estomacChez noua, avec caractre, une telle mesura, jtait rendre tous nos cou EVens ivrognes par esptit de con %  •jTwuongui veut trop prouver fitve^qu'a faire des stupiaits et, ;*i ce uomaine-l, dveloppor %  fj^rnsie. SI j'en crois les xeci s m J'ai un ami qui et un typj dans genre de Mr Lanira, m^is moins •sympathique. Il apporte dans la seino.ioa du charme et de la mtho le. C'est un virtuose du le VTUS • -^ore et un homme d'ordre. Il a DUV la nff nn', nC i l VlJU '^ peUtS CWnelS 0U i[ QOte iaV Qt "pendant et i-aprs de ses liaisons, un canon qu'il nomme soo uo.cau de chasse, o sont pingles les dpouilles de ses victimes, pelite nches toilettes enrubannes de rose >ouhgneas d'un nom et d'une laie :*lliguphis en roade. Le coup des mcbes me dispense de vous annou • cei que mou ami n'a pas un millsime trs rcent et qu'il touche la saison o l'on redevient sentimental il lui arrive d'avoir des soires libres. Alors, il voque le succi de jadis, exprime des galanteries rtrospective* A des regrets aussi pariois. j ai su de il sorte, qu'il avait sur la coaicienue uae vingtaine de cruauts qui avaient lait autant de dsespres, .vlo ami est un maniaque dangereux et un d£o : iot ^oiste. Mr Liadruest'un altruiste. Ii 1 siir n , cnii sou repos et compromis sa : 'arrivent des innombrables! P 1[ chant pour le piocnain. M.Lan <• otites pour tourner la loi. j dru ett un philosophe. Pauvre, il a fjjic:qu'on assure, maiuttuant, | reticbi, dans sa jeunesse,aux grands £*& ^.t-qpagne tendant interdire;problmes del morale ei de u desm iu tabac sur IOUI lo territoire [.^e. bes raditatioa3 l'ont coudui; (mot-, est prs d aboutir. Vrai. iU pessimisme et a la doctrine du I, b aectea exaltes et dun mys' a in:> u ve tSt mauViise> iQUtie ic presque pileptique. qui se 16llcUliC!lt dlQS 1. .,,., et „i tt semble-l-il, assign la tcno de u Ieuc,ie . l Jins le .po, et 1 piu ,e la vertu odieuse, vont an raQae ld ial xai k l f l n ie ? os iorr .Nous qui causidrona,dftp venl, mais|OQ opiaio 1 tait aus,i respectable qae cellede. gens qui aiment mieux recevoir leur 0.1^ que de le donner. Des JlMieuas dclarrent qu'il tait lypftaae, atteint d hypocoadue aigu e: hit a suac. ie. Mr landru ne s'est pif IJ, "£ a rsist aux sollicitai prorneiteus?, il •l a vcu. Air L sior, un n'r s'tajt soulev, ayt ooeneur. il ail 1 coear geiuiecx numaioe passa pjenore aux ho^ RdaUtnie. Apij t apprendre aux t disgracies d'en ire >om seules et qui n'onr^pas 'occas on ii dp^naei leurs lrso;s de u aiesse, parce qu'eues sont un ptu bleues. Gice a lui, elles connurent l'illusion et i'espoir, g:a:e lui,elle* lurent heureuses, gri;e a lui, qui leur pargna l'amettuue des raiiiitions, elles emportrent dans la io;n oe un rayonnement d'apotlljufle' Le cas de Mr LanJru ue relv> pas du jugetiouin, mais u. ,1 oaron de Mont/on. Malt Alla Diioa de Moatvjj %  1 m or. depuis longtemps Uon ,V>J-#ce e; une mis #w Le voile i son .anvt ?our apiic. de u prfra ux plu* les qui Mcmiiiiis L %  %  \ ^o'e, dans des souliers, dans de ganta, oui la loime d'un homme, co.Ame l'eau a la torme de la carafe qui la contient Mais iez la redingote, ie soulier tl les gants, il en ad viendra cenmede leau si vous casJCZ lacarate. Pi'.i rour les cigaeux, les jamb:s d^ coq. les dos cmtrs, les venkes eu poire tl les groi derrires Oui, ie costume contemporain est laid, oui nous sommes uUt licels et Ion ira j una s ri n vu, au cours des ndes cvolus, de plus teiae.de piu* JisgiUi, de plus choquant poui te regard que l'jccouureraent unit|rmmeut uaopt dan. les pays de g(ande civilisation. M lis songez, mes Sieurs les esthte* i ce qui te dissinuf dans l-ombre de ces basque.- qui vous olfusjuenl et sous Je CJU rju propice dce paotaion. Dlgrace, si le seul souci des harmontes vous guide, ne cassez pas ia iante ei iais>ez-oous notre cache misre... ARISTOPH VNli Ces esth es qui prtendent rno ver le costume masculin et l'embellir sont daimables iourdis ou des lunv tes pervers. li n'y a qu'une source de beau'e qui est ia nature; il n y a qu'uu vtement rcllemeat artstique, et c'est a feuille de vigne. fartant de ce principe labraniaole, l'eahte r-grettant que le sale ciimat de IHurope et le, tellement! policiers s'opposect la laiisatioa intgrale de son idal ; considrant, d'autre part, que liai de choses actuel ne saurait plus loagtemps tre tolre, dcide de ooursuivre.pai toutes moyens, la recoa.iaissauce de. pirogriives du corps humait. La chem.se dcollete n'tait qu'une profession de toi. Il s'agit maintenant de substituer i la hga e g 2j mtrique des vestoot rembaurrs ei ies pantalons apis, le galbe des paules tombantes et d aises bien modeles, de pousser, ei un mo; noi tailleurs su: u pinte sav*onn* o dvaUnt depuis quelques mois ies couturier> d: ces d-rn Cs proj t sou'./e uae objection que ) ne saurais mi = ax expnmei ^u .1 a;co .nmji.nl J clbre d'Alphoj>e Kirr: Il y a des a mon. Mr Landru Q trait rien intres q^ui, rentenas dtqi une reJm Paul d. Auxila Unes du Magasin de ilat et Travertiri Viennent Harriver : Chaise, dolinea, miroirs, cirneti, deicenAsa de lit, n appes e: damasses, irui biaue suprieur, casinettea, Almbsacne, diagonala et casimiie soponeurs, oiziu. pique, zphirs assortis, similis, uausouk pour Im^e ne, calicots d'or, voiles, crpons, fantaisie et toffes pour robes, bm } chaussettes pour hommes et femmes Cliaiisasttes de hi pour enfants, ctiapeaux de paille pour bon mes et pour entants, formes potrN dames, rubans de toutes sortes et Iota es uuao;e*. toutoa largeurs, soutacLtts, colliers, tresses de soie, cueuyses i/loons et couleurs pour hoisanas, parfumerie uasortie d tlouoigain, river, l'iuaud, y JU gele, C dgatf, pu n IHJ-JS moelle de bœuf, huile de juiuiue. poudre Moka, ljug.-e noyalo, floramye etcAICOJI ue meuii.e de Iticqls, cale.; jus, %  C U3nisettes, U. V. 1. breWIlas etc, M uabiuz pas .| 1 on trouve dd tout ici e'. a meilleur co uuteAVIS MM. IIuttli.igr et Strousr 1 d miorm } - -nu ^ue lem cuu r us u : tl jseo u la ma, ou ils :out invites a allei Correspondance spciale (iu • MATIN D aprs de nombreuses correspoa daocoB d'Allemigne, qa?e!qua groi vnement aurait chance de se oroduire bref dlai dan< le Reich . Les uns croient un mouvemen: spaitakiste, que le gouvernement aurait contreoarra dernirement ei supprimant pendant quelque terap* les trains de voyageurs, les autres, plus nombreux, pronostiquent, sinon une tentative de restauration monarchique, du moins une ofteuai se de l'ancien parti germaniste, qui reste le parti ractionnaire, et militariste. On dit que ce parti en main l'outil ncessaire, savoir de nombreuses units de Keichswehr et des trodpes de police, commandes par des officiers srs. Ce sont des forces ayant leur point d'application en Russie, dsobissant aujourd hui au prsident Ebart comme jadis au roi de l'russe, qui vont tia mises en action pour essayer do ra lever la patrie allemande. Il est certain que Nos';e. quelles que soint.ses vellits d'iudpendau ne, est maintenant le prison nier d'ot liciers ractionnaires. Ce Prussien n Brandebourg, ouvrier en bois de profession, grand, lourdaud d al ture, aux traits rudJs, passait pourtant pour avoir la volont tenace. On l'a appel le cllindanburg "du proltariat, mais les vnements l'ont domina, tnir dans le mouve ment ouvrier en 1880, lors de la mi se en vigueur de la loi Bismarck contre les soci-alist-s, i! se fait pubu ciste dans sa vil.e BStile, puis K^ oitobsrtf et C'iemniu. (Juand lo prince de Bolow dissout te Reich* 'sg eu 1000, r\ propos ds alaire3 colonialee, woske se prsenta, est u et gtgo l'extirme droite du parti sociali a tflr*Il se spcialise daus les questions militaires el uavales Les jours o il pi end la parole il cause quelque surprise. Il s exprime vulgairement, sans art, mats parai: il uvec tant de justesse et d'assuran ce Durant toute la guerre il se dclare partisan foug jeux de Tirpitz |t de Capelle, reste jusqu'en UHH mb anlable dans sa cooilance.croit n c rocher de bronze # du muiuris ne allemai\l. Ka No/emb.-e DiU a est nom m 4 gjvernaur de Kiel et entreprend la lois da d.n jiratlser dj dismpliaar U mirine. (Ministre le la Ofeus natie laie au mDiuiat o l'meute spartakiste est railtre3se de Rerlm, c'est lui qn Ebirt dur 4) d^ reci|irir la capitale. Il u s %  >|i'n aoilj.nautds faire vits. Nos k J u ).):>i la concentration dj troupes gouvernementales, mais, milgr l is oojurg liions adules ds ses collgues retarde l'attaque jusqu' (ne tous ies atouts soient main. Ausei'. qui! est p minenu'erf jr, mitraille des entrent en 1 m form eu ctiamp pas pour lotigte vi'e. Nosks eue for dbris n) an cidtn qus*e Jem t) iq ble hsap sau tint Auxi lai MUTILAIT!) 1 i


PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/05012
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, January 05, 1920
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
sobekcm - UF00081213_05012
System ID: UF00081213:05012

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
I
f&Mt iJBilft N 3jt>;7
Pui*U"PrinAm iLdu
i-u.u ;>>**vir iijj&
viaECTEUR-PROPRIl.T\ltH
l NUMERO X^) CKWn3
ABONNEMENTS
PORT-AU-PRINCI
Ji DT'Oi G i.00
Ufcl'ARTEMEiNTS
\> trois G 2 :J
irais rrois V i i u-j
TRANGBR
Tioii mois 8 00
n i ii
Les annonce* sont reues sa Comptoir Ja.
national de Publicit, 9 Ru^ Tronrhct la-
is et 19. ti, 2j, Ludgate Hill, LonJ es.
>
Qiaoticilsn -
Une notion prcise des
graves fautes dpass per*
mettra seule d'obvier,aux
oireurs d'un avenir, j nous touche de prs.
Ckarl<||MAURR\S
&

Qbb euolres
1
\rt$tpOi\ l n'j spciale au 1 Matin
Repopulation
m. Jacques ,BertilloQ, prsident de
Iliaicu nationale Ud repopulation.
1 rcemment .une conversation
I Ue.neooeau. Au cours de'
x-. ciiufvue, le minis'ie, faisant!
.. m a la ncessi urgente d'a-
'u beaucoup d'enfants, a fait la)
laaun -uivjuU) : lt est pias
lu, parait-il, de l'aire hroque-
ut un devoir prilleux au jour de
>ataille, que do remplir tous les
ra uu devoir tacile* Facile/.. H.
Vsidont, tuut le monde n'a pa
78 ans! Nombreux, trs nom-
us sont it' citoyens qui pensent
ootraiieaveclopote des Nuits.-
u'il on i.n.1 ou boJJ, .otJm, pjralytio.:,'
est lji bieu joli J'en voir pu luire un !
oua rappelez-vous la comdie
lUamaa nia, je.cioia o te h-
. A qui sou pre conaeiile de
1er ta rconciliation avec sa
ine.par un hritier, rpond : Uu
nt, c'est si difliotte a faire qu'il
4 meure Ha||i hf Je scep-
mevitttble, ajoute sqtro su
^lUgglt mme a trois-
limon
/
1EJLEPIJOSK : i4S
.1 J 1-1. 'J. .. .
ljXB-LL
G. CESVET G
11;
(a
(
i
120 Hue roux, ou face ue la misoii Castera
Provisions* Vins et Liqueurs
JOLETS
Botes de boubous pour cadeaux
Les plus jolies sur a pi ace
Ice creain9fraise,fi aiuboise d'ananas
Ds 9 1|2 uu matin.
-
"otte ingnuit, que quelques plai
*irs sont quan.l mjme iudispenaa
o.ts a i existence, nous n'arrivons
pas a comprendre. Comment, c'est
une Libert gigautesque qui claire
18 monde et le port de New Y01 k, ei
ine n'est doue uou' i\V cette s,atUB vie dTW*Clemenceau. Dievnue sur la terre classique
pourtant te problme urceaJ ,* UinocrUa'seront suspenaus
1 /epopulotioc est l, imprieux eenteaux Dfense de boue du
l .'in. detense de fumer-dfense de
.eci dfense ue cols!...
La vent, c'est que ce n". Ht pas
ftt de tels excs-aussi ridicules que
.es excs quils veulent combattre,
juou inculque la modration aux
tommes. Je ue cros pas que les
'..tais Lois auront braucoao gagn
l.uaud les cnoyeus do la libre A.n
que serout obligs, comme les col
le^iena. de se refug.eraux w. c poar
< en griller une
" Pakj TOM
une questisn de vie t>u a
toutes lea lauies, i^euu
bu...ontie impuiosantea 0'le
lucre. Il est intimement, iudu-
ilemeut lie A la laci.i.e uu ia
li a la notion de proprit- Ut
|-jm gens et c'est la inajorne-
Uiaud'peine logent, nouinaedu.,
Iiueuneut un ou deux enfanta,
|0i';iai-t pas boaucoup tlrouib a
'lui leur conseillent a'en vou
uu six. Huant aux classe & ai
lev nebes qui ont donne, il faut
loonaitie, l'exemple de .lob
lou, elles ont t mspiree par
lrmcipe assez bas et assez vu ,
kix que leurs for. unes ne aoidot
iirjp divises aprs leur mut.
Tonnais des parents de lils um
I "ie l'ennemi, qui, eujourd tiui
liouani leur calcul, pleureut laui
lir avec des larmes de aog. u
i c ti que acule une trauetot
Iju .dicaiti uea couceptioris t
|s .jouiiac remiier a la diunau
lue population, mi menaa tout
jaya daus tous ies djitames, u
lut du plaisir a peu peu iem
-. la morale tout court. Oa am
jioiaoreuses familles quand la
l'tt ut a cr un millieu qui lem
COUPS DE GRIFFE
i.e m le I Laiii
i ____
i>.trouv la notion qu'il exiiit
ievoir collecta qui prime ge&
a-1 Jiiea personnelles. Et ce ut
pas demain.
Alcool et Tabac
13 y.tets-L:iis, on le sait, oui
nuis sur leur territoire l'usage
oute boisson lermente nu
ire compris. Pour inculquer de
l'abstinence quelques ivro
moins ..qu'il n'y en ait eu
ici'ou re l'HVouiit' on con
14 des braves gna modrs
'ruer des quanuts normes de
q> 1 leur dtraquent le toeur ou
' isaona glaces qui leur sbi
c l'estomac- Chez noua, avec
caractre, une telle mesura,
jtait rendre tous nos cou
EVens ivrognes par esptit de con
jTwuon- gui veut trop prouver
fitve^qu'a faire des stupiaits et,
;*i ce uomaine-l, dveloppor
fj^rnsie. SI j'en crois les xeci s
m
J'ai un ami qui et un typj dans
genre de Mr Lanira, m^is moins
sympathique. Il apporte dans la se-
ino.ioa du charme et de la mtho
le. C'est un virtuose du le vtus
-- ..... ^ore et un homme d'ordre. Il a
DUV la nff nn',,.nCil.VlJU '^ peUtS CWnelS 0U i[ QOte iaV*Qt'
"pendant et i-aprs de ses liaisons,
un canon qu'il nomme soo u-
o.cau de chasse, o sont pingles
les dpouilles de ses victimes, pelite
nches toilettes enrubannes de rose
>ouhgneas d'un nom et d'une laie
:*lliguphis en roade. Le coup des
mcbes me dispense de vous annou
cei que mou ami n'a pas un mill-
sime trs rcent et qu'il touche la
saison o l'on redevient sentimental
il lui arrive d'avoir des soires libres.
Alors, il voque le succi de jadis,
exprime des galanteries rtrospective*
a des regrets aussi pariois. j ai su de
il sorte, qu'il avait sur la coaicienue
uae vingtaine de cruauts qui
avaient lait autant de dsespres,
.vlo ami est un maniaque dange-
reux et un do:iot ^oiste.
Mr Liadruest'un altruiste.Ii 1 si-
ir n ,,., cnii sou repos et compromis sa :
'arrivent des innombrables! P1[ chant pour le piocnain. M.Lan
< otites pour tourner la loi. j dru ett un philosophe. Pauvre, il a
fjjic:- qu'on assure, maiuttuant, | reticbi, dans sa jeunesse,aux grands
*& ^.t-qpagne tendant interdire;problmes del morale ei de u des-
m iu tabac sur ioui lo territoire [.^e. bes raditatioa3 l'ont coudui;
(mot-, est prs d aboutir. Vrai. iU pessimisme et a la doctrine du
I, b aectea exaltes et dun mys'ain:> u ve tSt mauViise> iQUtie .
ic presque pileptique. qui se 16llcUliC!lt dlQS 1. .,,., et itt.
semble-l-il, assign la tcno de u Ieuc,ie.l Jins le .po, et 1 piu
,e la vertu odieuse, vont an *raQae ld.ial.- xai k lfln ie?os'
iorr .Nous qui causidrona,dftp
venl, mais- |oq opiaio 1 tait aus,i
respectable qae celle- de. gens qui
aiment mieux recevoir leur 0.1^
que de le donner. Des JlMieuas d-
clarrent qu'il tait lypftaae, atteint
d hypocoadue aigu e: hit a suac.
ie. Mr landru ne s'est pif IJ, " a
rsist aux sollicitai
prorneiteus?, il
l a vcu. Air L
sior, un n'r
s'tajt soulev, ayt
ooeneur. il ail 1
coear geiuiecx
numaioe passa
pjenore aux ho^
RdaUtnie. Apij
t apprendre aux t
disgracies d'en ire
>om seules et qui n'onr^pas 'occa-
s on ii dp^naei leurs lrso;s de u .
aiesse, parce qu'eues sont un ptu
bleues. Gice a lui, elles connurent
l'illusion et i'espoir, g:a:e lui,elle*
lurent heureuses, gri;e a lui, qui
leur pargna l'amettuue des raiiii-
tions, elles emportrent dans la io;n
oe un rayonnement d'apotlljufle'
Le cas de Mr LanJru ue relv>
pas du jugetiouin, mais u. ,1
oaron de Mont/on.
Malt Alla Diioa de Moatvjj 1
m or. depuis longtemps
U- on
,V>J-#ce e;
une mis
#w Le voile
i
son
.anvt
?our ap-
iic. de u
prfra
ux plu*
les qui
Mcmiiiiis
L '__ .------------- ____\
^o'e, dans des souliers, dans de
ganta, oui la loime d'un homme,
co.Ame l'eau a la torme de la carafe
qui la contient Mais iez la redingote,
ie soulier tl les gants, il en ad
viendra cenmede leau si vous cas-
jcz lacarate.
Pi'.i rour les cigaeux, les jamb:s
d^ coq. les dos cmtrs, les venkes
eu poire tl les groi derrires Oui,
ie costume contemporain est laid,
oui nous sommes uUt licels et Ion
ira j una s ri n vu, au cours des
ndes cvolus, de plus teiae.de piu*
JisgiUi, de plus choquant poui
te regard que l'jccouureraent unit|r-
mmeut uaopt dan. les pays de
g(ande civilisation. M lis songez, mes
Sieurs les esthte* i ce qui te dissi-
nuf dans l-ombre de ces basque.-
qui vous olfusjuenl et sous Je cju
rju propice d- ce paotaion.
Dlgrace, si le seul souci des har-
montes vous guide, ne cassez pas ia
iante ei iais>ez-oous notre cache
misre...
ARISTOPH VNli
Ces esth es qui prtendent rno
ver le costume masculin et l'embel-
lir sont daimables iourdis ou des
lunv tes pervers.
li n'y a qu'une source de beau'e
qui est ia nature; il n y a qu'uu v-
tement rcllemeat artstique, et c'est
a feuille de vigne.
fartant de ce principe labrania-
ole, l'eahte r-grettant que le sale
ciimat de IHurope et le, tellement!
policiers s'opposect la laiisatioa
intgrale de son idal ; considrant,
d'autre part, que liai de choses ac-
tuel ne saurait plus loagtemps tre
tolre, dcide de ooursuivre.pai tou-
tes moyens, la recoa.iaissauce de.
pirogriives du corps humait.
La chem.se dcollete n'tait qu'u-
ne profession de toi. Il s'agit main-
tenant de substituer i la hgae g2j.
mtrique des vestoot rembaurrs ei
ies pantalons apis, le galbe des
paules tombantes et d aises bien
modeles, de pousser, ei un mo;
noi tailleurs su: u pinte sav*onn*
o dvaUnt depuis quelques mois
ies couturier> d: ces d-rn
Cs proj t sou'./e uae objection
que ) ne saurais mi = ax expnmei
^u .1 a;co.nmji.nl J
clbre d'Alphoj>e Kirr: Il y a des
a mon. Mr Landru q trait rien in- tres q^ui, rentenas dtqi une reJm
Paul d. Auxila
Unes du Magasin de ilat
, et Travertiri
Viennent Harriver :
Chaise, dolinea, miroirs, cirneti,
deicenAsa de lit,nappes e: damasses,
irui biaue suprieur, casinettea,
Almbsacne, diagonala et casimiie
soponeurs, oiziu. pique, zphirs as-
sortis, similis, uausouk pour Im^e
ne, calicots d'or, voiles, crpons,
fantaisie et toffes pour robes, bm}
chaussettes pour hommes et femmes
Cliaiisasttes de hi pour enfants, ctia-
peaux de paille pour bon mes et
pour entants, formes potrN dames,
rubans de toutes sortes et Iota es
uuao;e*. toutoa largeurs, soutacLtts,
colliers, tresses de soie, cueuyses
i/loons et couleurs pour hoisanas,
parfumerie uasortie d tlouoigain, ri-
ver, l'iuaud, yju gele, C dgatf,
pu n ihj-js moelle de buf, huile de
juiuiue. poudre Moka, ljug.-e
noyalo, floramye etc- AIcoji ue
meuii.e de Iticqls, cale.; jus, CU3-
nisettes, U. V. 1. breWIlas etc,
M uabiuz pas .| 1 on trouve dd tout
ici e'. a meilleur co uute-
AVIS
MM. IIuttli.igr et Strousr
1 d miorm }
--nu ^ue lem cuu r us
u :tljseo u la ma,
ou ils :out invites a allei
Correspondance spciale (iu Matin
D aprs de nombreuses correspoa
daocoB d'Allemigne, qa?e!qua groi
vnement aurait chance de se oro-
duire bref dlai dan< le Reich .
Les uns croient un mouvemen:
spaitakiste, que le gouvernement
aurait contreoarra dernirement ei
supprimant pendant quelque terap*
les trains de voyageurs, les autres,
plus nombreux, pronostiquent, si-
non une tentative de restauration
monarchique, du moins une ofteuai
se de l'ancien parti germaniste, qui
reste le parti ractionnaire, et mili-
tariste. On dit que ce parti en
main l'outil ncessaire, savoir de
nombreuses units de Keichswehr
et des trodpes de police, comman-
des par des officiers srs. Ce sont
des forces ayant leur point d'appli-
cation en Russie, dsobissant au-
jourd hui au prsident Ebart comme
jadis au roi de l'russe, qui vont tia
mises en action pour essayer do ra
lever la patrie allemande.
Il est certain que Nos';e. quelles
que soint.ses vellits d'iudpendau
ne, est maintenant le prison nier d'ot
liciers ractionnaires. Ce Prussien
n Brandebourg, ouvrier en bois
de profession, grand, lourdaud d al
ture, aux traits rudJs, passait pour-
tant pour avoir la volont tenace.
On l'a appel le cllindanburg "du
proltariat, mais les vnements
l'ont domina, tnir dans le mouve
ment ouvrier en 1880, lors de la mi
se en vigueur de la loi Bismarck
contre les soci-alist-s, i! se fait pubu
ciste dans sa vil.e BStile, puis K^
oitobsrtf et C'iemniu. (Juand lo
prince de Bolow dissout te Reich*
'sg eu 1000, r\ propos ds alaire3
colonialee, woske se prsenta, est
u et gtgo l'extirme droite du
parti socialiatflr*Il se spcialise daus
les questions militaires el uavales
Les jours o il pi end la parole il
cause quelque surprise. Il s exprime
vulgairement, sans art, mats parai:
il uvec tant de justesse et d'assuran
ce Durant toute la guerre il se
dclare partisan foug jeux de Tirpitz
|t de Capelle, reste jusqu'en UHH
mb anlable dans sa cooilance.croit
n c rocher de bronze # du muiuris
ne allemai\l. Ka No/emb.-e DiU a
est nom m 4 gjvernaur de Kiel et
entreprend la lois da d.n jiratlser
dj dismpliaar U mirine. (Ministre
le la Ofeus natie laie au mDiuiat
o l'meute spartakiste est railtre3-
se de Rerlm, c'est lui qn Ebirt dur
4) d^ reci|irir la capitale. Il u
s >|i'n aoilj.nautds faire vits. Nos
k j u ).):>i la concentration dj trou-
pes gouvernementales, mais, milgr
l is oojurg liions adules ds ses col-
lgues retarde l'attaque jusqu'
(ne tous ies atouts soient
main. Ausei'. qui! est p
minenu'erf jr, mitraille
des entrent en 1 m
form eu ctiamp
pas pour lotigte
vi'e.
Nosks
eue for
dbris
n) an
cidtn
qus*e
Jem
t) iq
ble
hsap
sau
tint
Auxi
lai
MUTILAIT!)
1
i


LE MAliN
ItsHKuft&J
ar Cble $ Sans fil
30 Dcembre
PARiS- les minisires luoiisouj
a prsidence de Poincar adoptrent
je projet d'emprunt. Klotz le prsen
fera la chambre pour la discussion
immdiate. L'emprunt consiste en
BW rente de cinq pour cent amortis
i*l le pn soiTaute ans par tirages se-
mestriele, la lenii' est exemple d'im-
pt et iembcur!alle avec prime de ,o
iranc. sur le capital nominal.
PARIS- L'Olliciel publie un rap
rort de Milites Lacroix au Snat va
luant la dette nationale actuelle a
deux cent sept milliars et h circula
tion fiduciaire- trente sept milliards
PARIS A la Chambre Klotz dpo-
sa ri dfendit le projet d'emprunt et
dclara que les dpenses de la guerre
atteignirent 220 milliards. Lea de
penses lurent lutrieures aux crdits
vots et vingt deux milliards turent
employs ponr d'r-ulres besoins
Quatre milliards lurent avancs
aux gouvernements amis Le gourer
nement ne voulut pas augmenter les
impts jusqu' la dlivrance du Pays
Klotz montra i,-;e les dettes prvues
pour 1919 sont sup-Jrieurcs de trois
milliards 472 millions celles de
:9I3-Le total dis recettes de 1919
sera suprieur de onze milliards La
surchagduconiribuableicradeyjoo
La Pranca mobilisa 89 pour cent de
ses enfants tatdis que l'Angleterre
tn mobilisa que y? o,o, Klotz ajoute
que les oprations conclues gvec
l'Angleterre Les litats Unis et le |a
pon lournitent }i milliards Klotz.
donna ensuite d'intressants dtails
MX le budget d'aprs guerre qui osci
liera entre le triple et le quadruple
du budget d'avant guerre. Le pays
qui fut a la hauteur du devoir pen-
sant la guerre fera !ace aux ncessits
de II psuNous devons surtout avoir
une politique fiscale qui nous assure
la confiance des allts.II ne faut pas
oublier non plus que la France avance
25 milliards l'Allemagne Klotz ex-
posa de nouveau les consqutneesh-
oancires du trafic ce Versailles. Le
gouvernement approuva les prjpo
iition tablissant une solidarit allie
pour poursuivre des ngociations
avec l'Amtiuue pour des crdits
Jcngs ieruies.
Il Dcembre 1919
l'Ai IIS La crue de la Seine con
tinue. De nombreuses inondations
tont signales ta province.
PARIS. L'entrevue d'hier entre
Du'uta et Lersner est considre
comme dcisive par la preise qui
prvoit l'imminence de la aigntitare
du protocole Lo Journal dit que
l'entrevue cl hier des dparts militai
res allis et allemands cart les
difficults rdativoa u.i iranapoit des
troupes allies vers ges rgions de
plbiscite ]
PARIS, D'aprs L'Jsho de
I ans les milieux politiques croient
que Clemenceau sera le saul candi
dat prcent aux sufTirgesdu Con
grs pour la 1 rsidence de la R
j ubliguc- m
PARIS."-1L'Humanit publie un
sppol l'Union des mcaniciens de
laSeioe invitant tous los ratallur-
cistes se prparer pour la grve
gnrale dans le but d'obtenir un*
amnistie gnral* et la cessation de
l'envoi de munitions et d'armes aux
armes cornb.i'tan'. les bolcuviates
"Jlfi "L- Petit Jj ira il" di
ider que lu trait
tre mis en vi
ibre
que cinquante teclmicieus franaia-
Ijariect aujourd'hui des.inat.ou.
dAtnDH i-our reor^Fuiser ie3 liai
ways precs.
hOME.Au cours in son discours
u Snat, Sclsltaja dclara que les
bjectifs de la oV clair tion >!aiience
"la confrer.fa do Paria garantirot.t
|' lltfeliB la Daimetie, lu tre .1 .
Adriatique, Scialoja dclara qoo
Italie ne i( lama pan K.ume Cet 1
'a lianco qui voulut ''unir l'Italie
car la disso'ution aualro l.ougroise
lit l'inme meitreseede ses destinCea
Llialio devient alota tutrice dv
t'iutue, de l'abandon par l'Italie ch-
termines promesses eMe faites
doit dpendre st libre dcision et la
considration de ses inteis* gn
: !ix. Nitti alCr.na ensuite pu*) les
apports entr les chefs des gouver
ueiuents allis lesljnt des plus cor
Jiaux,
CARIS, Apr3 une visite ar sa
ion aronautique, le prince et la pria
;esge du Danemark aurvolrenc la
calais pendant une uaure.
l'AltiS. Le ministre de Cubi
-oit l'Orpbelinat des atrae; un
Uqoe de cinquante mille francs
d apprentissage au chteau des upm
l'AHIS. Le ministre de Cuba
iccompegne de perho nialifs eu
oainei prsida a la tt, du No*; d a
orphelins de u guerre, rte qui tut
i "jspualioi! cubaine' Jos Marti
wiaville (lsiiKnt de l'uvre &ou
asita la bit-nvenue et rappela c > que
u la gnrosit cubaine en f-veur
les orphelins de la guerre.
PARIS. A la suite dea conversa
ions germano allies, on croit que
lS Allemands signeront le pro oco'.e
!i 1er Janvier tel quil Itur lut sou-
.1118.
D'autro part les allis la deman
Jd des A'iemauds acceptrent de
porter sur le protocole ur e addition
Jo la dclaration verbale de Dutaata
ai dclara que l'Entente runirait
lea demandes concernant le matriel
Je port s'il tait prouv qu'elles poi
taraient atteinte a la vie eeonouniu"
le I Al.euitfgne-
leCeosaii Supirnc approuva les
nases do 1 entente adoptes.'
Il est probable que U conversa
onentre Lersner et Dutakta de eut
aprs midi aboutira un accord
complet et ci consquence il en sera
jlu uecessiiire de retarder la mise
ta vigueur du trait- 11 est probable
in|la ..OQseil .suprme hxera au
lit M sept janvier l'change de
t'aulications et la signature uu pro
bcolo 10 1er Janvier- celui-ci nien
lonnerales dclarations de DutasU.
i)a peut donc dire que la mise en
vigueur du trait n est plus qu'une
question de jour et que ds uujour
iliui U paix est vjriueiieuieii reu-
bue,
PAHIS Le conseil auprme d-
j.da que les lerntoius occups pai
ia troupes ainencauea se "ont sju
ns une juridiction d'une li.mii
ommiasioa des terntoiies rbosas.
Oa arrta galement le texte d-t
instructions envoyer la coinmio
iion deconb^le du matriel aro
uautiqus allemand.
PAIJS. La mouvement ascen-
iionnei de la Seine continue. On si-
finale des inlillrations dans les caves
Dans j.luatsurs arrondissements m
navigation continue.
Une dpcha deCbaUevilIe signale
]ue la crue croiasajats do la Meuse
inquite les populationa riveraine,,,
ia valle t titre Sedan et Itzira esi
iubinerge. Lea rues da Mzires
int envahies par les eaux.
UEUl.LV, Une statistique o'Ii
:idle dit ijbe les pertes allemand b
un exiles l.uuctio oMrttaoi
lea el/sisps de bataille ca COlffre qui
iie>lpas dlinitif ne comprend pas
Ai-.-pions _ie<: moitadana Its canipspnhonuiers
aussi nk-le URUXELLKS. Sur 1 uvitotion
Ju ioi. Poinc-ie viendra euUelgijue
dans la seconde quinzaine rie janvier.
BARCELONE. La disette des
denres alimentaires s'accomue, lea
i.ccki d . farine sont presque pul
PARIS D'aprs Le Malin le s?n
tut d9 Consianticouls (:t les d'roi la
serait r^ en prit cire Le peint de
voe du converti angla.9 tri
que Uoyd George l'exposa p'uniiqur
ment aurait eogaia d..> causeet lsem
ble rpitaii qu'il ara sign' Le rou
vernernent ottoman sera iraaafr
en Asie soit Brousse, soit Ko-
iao- Les dtails du rgime de con
trla international qui sera appliqu
; Conta.tinople ne sont pes encore
parvenus.
I PAItlS La Seine est complte
; ment sorti de .on lit et poursuit
son mouvement MCecaioonel fout*
;fots la naviga ion se pX)oiau>t encoi
,mais difflcfleoien En province la
situalici est toujoura s> ru use. Le
l lilnn notarnmentt ontinue d monter.
Cologne est pattiell^m nt inond-.
ROM E Soialoja parut pour Paris
selod II Teiuoj les sousjiip'io^s
pour 1 empronl national aite^ne-r
dj neuf milliards ^e livres,
MADRID, -Au Corten ie^ 'aneet
sont reprises depuis m r, Le nr^si
dent dn conseil di-e-.u. <-it Snat i
dclara qae la sirua-ioti ex neuie
de l Eipa^ru est exce lente nqaia que
a situation intrieure devient mal
Heureusement pus difficile de ioui
en jour,
RKRUN Suivant La Gaze'.te de
rrunclon il su manifeste dans lea
milieux indpendants une vive o-n
tauon en faveur de la grve gnra"
eu signe de prot3st*tion. confe lo
nouvelle hausse des denres aliraen
tatres,
2 Janvier 1920
Changement d'Adresse
Le Dr Volnv liouzier, dantisfp,
innonce n bienveillannf clientle
qu' parbr du 5 Janvier 1020- son
Cabinet ara 'ransfer de !a Rue du
-entre la Hue r?avft ou Dan tes
DeStoocbee au No 137.
Consultations. 12. 21|2
des
;
^S;
Dollar : 10,^1 1,2
l Janvier l!2 )
GENEVE. L) Coagra inlerna-
;ioual des tudiants socialistes 11
:o ninunist.'s aboutit u cration
i 1 nouvau groupem* nt interna
1 reu! le litre de "Ligua
ta pour letu it* et U pi
disme", ce grou
: 'adhra pis a u tioiaimt
atioual .
tel vota l'unani
trois douzimes provisouee
^'emprunt'
MDTIUTED
1,
LH H AVRIL Le trauutlantiqae
Lorrains arriva ramenant les
membies de la dlgation franaise
1' confrence de Washington.
l'ARIS. La clvimbre adopta p*r
t)1 to:i contre 114 le projet raie-
vant temporairement les tarifs
raihvays L'a^ d:ret cloluia la
sion du snaf et de la chambe.
PARIS. Au conseil suprme Du
testa rendit, compte de ses con ver -
n ns zvtc Lersner Le gnral Ler.-nt
iit l'expos des intentions des d-t-
gus llis et allemands Le conseil
dcida sur tomes les mesure rda
tives a la mise en vigueur d.i trait
qui devaient tre rfiles avant le six
courant, date prvue pour l'^hing
des ratification!
Le conseil dcida q je'a protection
des trangers originaires dis provin
ces soumises au pltiscik? serait d-
volu : au pays dont le reprsentant
prsidera la cnrnmiss-oT du plbis
cite. Le couseil dcida que 1 entre
tien des foopes d'orcu-nitinu dans
?s r^ys sctfqti* ru plbiscite incom
berait i chicane des puissances par
l'cipv-.! i l'occupation, puissance i
(que. territoire attribu rem-
boursera les frrtK
Le conseil approuva le teste de lu
rponse la Suisse la suite d-un
mmoire qu'eue lui adressa eu vue
de son cdmission dans la socit des
nal o >
IKKOUISKUn accord intervinl
enfc e les commission* alles et le
uiuvernement rose pou confrer
ja g 1 de du transibr.o,: aux T.hcos
lovaques
l'ARIS- Dupny. sna eur et dirre
teur du t Petit Parisien est dcd
HARIS Le roi d baiie et Poin-
ar changrent des tlgrammes a
l occasion du nouvel an. Poincar
souhaita que l'anne 1920 lasse que
l'amil. des deux natiops devienne
de pms en plus intime.
l'ARIS A la suit* du rtablisse
ment de l'tal de paix les o-ganisa-
"oss amricaines Pans sont ea
voie di transformation. 11 n-y aura
plus Pans quun attach mibtiire
uprsoe 1 ambassade L-s troupes
amr-caines laisses sar le cootinem
lerout rapatiies dms les p.ys d'oc-
wupa ion
p #??:"" Wa--ace rep-sente les
CUts-UoiS aux runions du conseil
mprm.On ne sait p s encore dans
e* millieux amricains si les Etats
Unis> participant l'laboration au
trait turc. La date du 6 Janvier de-
meure en principe bxe pour P-
cbsnge des ratifi;ations.
l'.AKIS-. Pendanl le dernier s4-
|-ur du Pance d Serbie on Syfa
sous diverses inculpations un sujet
MoLlngau de 28 ans venant de
Kome II aurai: d:t avoir l'intention
J commettip un attestt contre lt
Prince de Sttbie.
PARIS c L- Temps d t que
^s l gues a [*mmis i v^umt
e e en vigu u' de ta Lgisla-
tion allemande dars les soaea d-
bisci e alfirraen q e les z >d
p coiscie doivent rescr soutn.e. i
une juridiction allemande, ce qui
nermriirit de poursuivre les habi-
tants de ce; rgions peux haute (rabi
SOU. Ce rgm* aiol inconciliable
avec une prparaiior loyale du pl-
biscite et les questions relatives au
plbiscite devant ;re rrg'ei van
la mise et) viguett: du liai , le co
seil suprCni2 dcida que la mise e
vigueur du irai *crait ajourn
ju qu'i li oution complte de*,
questions pendan-es
l'ARIS L lournaldes D-
oa!?, la sui:e de 'info mation au
h-Jet du K-glement de la questioi
tutque, dit que cette information
semble pim.'turee -1 ajoute que
sans prjuger des p-ocra ns discu>
ions Paiis, il ne >tmble pas ac-
tuellement que le principe de la sou
verainet Oitomaoe sur Constant]
nople ait t t rbandorm'e,
PARIS Pi iview 1 ar t Le Pet l
fournil. [oefa ux, de itiour d 1
conirenc de v\ h ton dciar.
que la coffre ce , !e srcmiei
acte d'une o gan satin 1 des rappoiU
entre les peup.es q u maintena-t
pourront agir par la voi d'une pro
cdure rgulire contre les nation
qui seraient ten es dporter a.tiinti
aux accords pas:es D'autre pat Gui
nn, dlgu du patronat (ra.tia
bt le plaisir de. delga du toade
patronal de s'tre rencontr] et da
voir eu des relations qui se 'oitifi :
ront dans l'avenir
PArflS- C:menceau pir.it dm-
1 soi r; pour le Var o il p,ss;ra
que'ques jours
NANTES- U a violent in jendit
-t J ^Oiserves i:oven.?n de.- s ock
m icains
tiHNhVli S van. une dpche
Je bah la eitatio 1 en Bulgirte
est lis grava Le gcuve-nemen*. se-
tait 1 intention de pioclam.r l'tal
de iige
Dollar 10 70
Faits Di ver.
RENSEIGNEMENTS -
METEO ROLOGiorr;
OrJSEHVATOlHE ^
DU
PGTIT SEMIMATRL
COLLEGE SI AiARliJ
4 envier 1920
76jj
miciauin 2;,
Dimanche
Baromtre
Temprature
. v raasiriun y
Moyenne Oiurne ?
'' Ciel trs nuageus. "u
61 Pluie au Sud-Ouest i }n
Bato mtre constant. ^
> SCHERHR-
tu
, Les Ftes
-abondance des matires nous oh!i<.I.*SB
voyer A demain, la publication, du cS,*
Ju des ictes des :er et < |anvier. co'"'"eia|
Disons seulement aujourd'hui nue - M
'-on en acte parfah,et a Tull 3
^.gantesque qui rvla une fois dTot S
nationale hatienne. P1"* H
Le Major B. F. Hiohev
vent dposi les restes do lv-tion. de lt,cV- ^"
; '*, Mar*ta o se trouve lafyJLj
mes au Clump de Mars h- hri; ?*
Wce Technique, la lontaine de la"p a"ed *S*ffl
le kiosque de Stc-Aone, et le Cimet te deffl
J-lri-? lrJVmx ?m t ** *" o>
g4&tta
Wtt quoique ces travaux aient t e4ft
tscutci u la sat-
;i
Mes et quoique
aUle des ftes, ils ont et
action de toute la ville.
Nous flicitons le major & F. Hkhev m I
Navire de guerre en rade
Hier aprs-midi est envi U \J, ,
* Julio, batunt JSlS'Jemi,' i ^!\
J'usageont t chang" ""to- ^ ^
Mariage
oamedi matin eut lieu in h ta..iu v
No, Lomphments au nouveau ce,
3 anvier 1920
PARISAu suj.-t dis inondal'o-*
caaescs par la crue d U Seine o-.
craint dans les milieux officiels que
li crue ne dpasse celle de 1918
PARIS- < Le Petit Parisien an-
no ace l'arrive en France de trois
aumniers catholiques allem'ndsqu<
visseront les camps de prisonnier,
allemands eu compagai Je trots
pas curs protestants.
PARIS D-ujc aviateurs civils
Drouille et D^oyelles pirtiroal d-
mais de linaiioa i" Siigon.lls su
voleront no?ami'e t Naple$,Avha
li^ssorah Baogk ,-k et S^on nc:om
DlUsatil une di, ,n: d 18 ooo ki o
m res. Lf; ravitaillement est assur.
chaqu. Hbpe.
PARIS Ea pr* -cedi iansc
que prsente la e.oe oe la Seile Hu
con lisse a s'accentuer, le sec::a.rt
des transports run-t sksj i .-c eur--
des compagnies de raiiwiys tt d. '
transDOit de navigation afin Je pr.
dre ics mesures propres prol g
Isa: ojvrjg d'art menacs Le prte!
ordonna des mesures en faveur des
hab tan.s de Compigne aeoaca
d-inoniation.U ^e dj he de Mayen
ce aunorce que le ishin dcroit de-
puis 'e )i dt'cerb e.
PARIS -a l'occasion d-uti djeu-
ner que lui oftnt le ouseil grer?:
du Ver, Gme^eau pr.oni.a U
onliou tion d- 'union sacre. Il
logia les poilu- sents anisins d: la
victoire tt affitma qa: les deux de-
voirs qui vi m posies t tous les
franais e'd; savoir payer les impts
et d'avoir de nombreux entants.
ROME A l'occasion da nouvel
an, Banre ambassadeur, reut la co
ionie iranrisc et fit une allocution
o il clbra les heureux rsultats
de l'entente tranco-italienne.
Parts Poincar entour des rai
nisires, des secrtaires d'Etat et de*
membres des maisons civiles et mili
aies ret et rendit dins la matine
des visites au prsident u Snat tt
d- la Cham-b e. i'01 laar reut de
nombreux ulegramm.s de teliciu-
four 1 Amlftsle. duLycae
Au profit de la fcbliolhque de
lanucale du Lyce V.ion.ils/
vT\ \T\n r?pis idi dans"
Vt la de M. le Dr et Mme U R.cot
LihM ou Avenue John Urow Ne
H6i, une grande tte mondaine, d
s H,fUf'^.^clions divsul
*>, Bal dniant paiUr de troi$
heures ; Le soir les grades person" J
ae> s amuseront galement oa soa-w
pera. Le prix n'est que d ue gourde ^
pour les enfants et deui pou^r le, |
Le succs est assur puisque les
"walrices qui doivent tenir lw
comptoirs sont ;
VliuH"!-'1'30"5* Diie. Sui
lh r pt,eune Mathon. ^rn. .
R h,, 1 PurC- "dicoa.t. Ferassd
K.boul, Mina Frsnckel. i-ranois
vlaho.1, Uon Mnos, Edouard E
^e.AadrChevallie'r, Lonce S
"que, IUuk Borsinville, Dr i^,an-
rt,n D,ileucurt- i'aul Sals, Dante
egarde, ErncSt chauvet, Climent
Htrde Faceval Thoby, D,mo-
gf ;,cux' D- Wlu Coicou, il. K.-
.ut etc. etc.
MliesChuNadal, Ca railla Hec-
v\'\ e5 V,ux> L>u.se Viilard,
JironM Miot, Paule Faine, Alice
iN.Jai, e;c. eic.
on des ro.s d .pa^ne i ics Bal-
t-', -. U-e raou aut- rmonie rs<
;i u ;iu monu i:c t Gimbclta au
Louvre o h senaleui Mascu
Psise de contact
w matin le Bureau et Je Couseil
1 Administration de l'A. M. C. &
pris contact avec noire Chef de
l Universit, M. Dants Hallebarde.
Ministre de l'Instruct.on publique.
Lon se runit de bonne heure au
Lyee et dc l'on se rendu en corps
a is rsidence piive du Minisire. La
rception a t des plus cordiales.Aa
discours nourri et plein d'ides neo-
ve> prononc par le D; Dibrosje,
p.-iident de l'Association des Menv
urea du Corps Enseignante Ministre
aeliegarde rpondit en des termes
trs encourageants.Iesquels soatd'ua
bon augure pour LA. M C. E. qui
Ion sa belle expression a connu dis
iMKgloruux. Au toast le conseiller
rvieosr Untave prit la parole pour
rendre hommage aux sentiments de
Dants Beilegarde.
Ont t prsents a la runion : Dr
Deb.osse prs.dent.Clmeot Pothel,
vce prsident S. Aleit, Bernard
S.i>g,K Df, Pfessoir ,re^'.
1 1. m buis, arch.viste-biblioihcaire,
Chsncy, Di ,. Leicbours, cuuseiilers.
Luce Archin Lay, prsi
dans un loqu;.. dw ours clbra la, den-.e d Ta staL d?i X P'**
mmotre du grand ^m ^^ CmT^^^


ji *.'*:!
.
r -
1
. -.
I i
-
MTES DECO! .: ... I


5w rinjkmm eu 'FUL^OSERUrV
Li TOC i '~ IXKB T" '!'"i.vt!t-:t.
t. wtmiTuaoewm i riapaHAasaiiT.
" La I 12
I\"i-.'.\ir
.
LES V03CI.3 I "T.
*-
ET'.O"'^ D *.'S LW HOPITAUX,
r-Cr^f/'f CE W li >'' il"''- '"J CJBP* "telAU PtMNAISi
. . PP.iC.QO0 WEOECINS TRANGER?.
-
; |JJJ p*gMP! [, . '.r.'e caft'malin et loir.
.1
Ji,
I ?|
I

i
4
M ^
IpHARIWAOlE DE ROME. i5, r oc romf. PARIS, ji
' I "^;-iBS If
!'\' / OUACSMI'iniF^ DE ROME. J5.RUBDB ROME, PARIS.
.
A. S. F. G. G. IL I
LeSo T),'ambre dtrnw l'*s~\
sociation des suida s franais de la
grande guene rume en astunA
blte gniale a pio il au r> nou-
vellement du son Buriu quia t
ainsi, form'.
Victor Comeau Menasse, pr-
sident.
G. Leteurtrefre l.crourj'i"
Jan,conseillen rlus ; P< rdinand
fallait, secr\aire trsorier, rlu
A cette runion diverses ques-
tions imposantes intressant /<
dveloppement de t Association ut
.uellemenl affilie d l'Union Ao
nonale des combattants de Vr ont W prsentes et feront tobit
d'une prochaine AsscmhUe entrain
dnai-e pour tre soumbes lap
prnbation des membres-
i a Maison
B.Martin k\ Rio
contre
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
ItO, Une Saint-Antoine
PARIS
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
Vien> rit recevoir r>e torta efacka
de raeu hand aea su:1, entes : 2
Farine Coq, Boul Rou*
Saint-Laurence, Golial *t tutI
mari; u s MfiD goe blanc de 1 2- 3 et Glivrea. Maoltue
de famille i,2.aei livres.u l
d,> D e; 10 livres, Allumtle-i Sa>0|
kie, Pro ecto, Climat. Bis pomqa
de urre, savon Airaour, kicziue,
biie, locemale, Wieuer et le fauieox
tiisl pris, loriei exlru du Malte
liiscu.t ^oda tn feiblatie da 4 et I
livres- Huile d'Olivo u'EapagDe sap
riecre (n ferblane de 1(8, /i *|2 et
l .-.lion. Vins Xri (excelleut) pai
ualloa. Epici : cannelle, moacade,
poivie. ei-'ia icilc. Haurre i' laolfl
C.opc-nliague do 1 et l|li livrea el
amricain de '2 livres. Beurre do
calcine Uulonnei et Car rata en fei
blunc de o livrea Sachets de lt*2, 1.
y 3 4, hvies. lloubloii, ftattiaion
'Scott huili de coton eu ferblane de
Irf gallon. Bicyclette.
Giuvie, s'il vous piait, plus u.i ca-
.;.:,btit exUa-ian, une douzaine
d orange, des poi:es, des no'.x. des
IpomniCSf tout un ,issor:imol de ii-
Uues, deux bouteilles de vin, etc,
leic Ouzclnie-
Ale.PETRU8. Ptaarmw* ALHWTUM
Pharmacia du D' Juttin VIARU
et toutes le bonne Pharmacie*.
A vendre
100 1 crises de luf calcaire livra-
[blet de suite*
m/m 4 rtwv*) *
Une Abondance De Biens
Qui Ne Nuit Pas
CACHE dani l'intrieur de toute
Chambra Air Firestone se trouve
icedebiensque nos clients
r.r-.prcisron'. '.an-ensimentet d'autant plus,
Iorqa' un ro lomcr.t pnible, lavitesse-ou
ia chaleur b :ront i ..i laor rrfl
q0 U ohalenr et
j';i aton qal conaerve
ce qua
; ... ,.; lntrodni4aaalacon

Se, it fabri ; rr.fthode
t]e"i .^n des eoiifhet
c~v-
titdeafitHei. 'ah* et augmente grandement
kilcra'aiqi.-- da pneu et de sa chambre n.r.
Quand VOUS i uti'.lerez votre voiture, voua
devrez veil'c: ;\ ce qu'elle soit munie de
chambres i ; : Firestonc: votre boarse et
votre humcr.r s'en trouveront bien.
L. Preetznan Aggerhoim
Port-au-Prince
. Chambres Air
BAZAR MTROPOLITAIN
Vient de reu to\it ce dont toussavezJfiewU [
ivr .\:.SI '-
el et Je Jour deJVAn
A dis prix vvfUni tcute tmcrrene
20 000 loi. de-ruban* de toutes couleurs et de toutes dimensions
Bonbons assortis, 20 qtUUi dffrenUi 0.75.1a livre.
hoir et Amandes

Razoirsdc $reti Dirham Duplex 0,46 chaque
Le plus grand assortiment de Tabac et CigareUes raouliuqa c t ..ioar]
CIGARETTES Carael
Fat'na
TABACS
Mutlvy S : i : ko
llnrad
Melacbrino
Piedmond
Pall MhII
RihtDond !
KgypUa, etc, etc.
piiDCe ">lb "rt
Unll Durbm
:,CrossC.t
dtfeworii
etc, etc
Poiulres. parCums, joueis, provisions amricaincsifoar.loua 1rs goAta
et tpu'es les bourses.
Venez v,si-er LE H %Z VU METROPOUT U\ avant de faire vos achiti fin
d'anne, et vous erez sa istaiis.
V,uL;,r de tclamer vos lickeU la cjarepo rteUnw iu
. us qui aura lieu io iS Pcembre pro rialn.
rleUraae ii prix de (i0) en*
., 1
Reoff'SUuant
loissou gazeuse
'Bonne force et.vfliieur
^^aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaV
: D. ASGENCIO
i




J

vis d ip ri
i : a ni son veuve
iBarb encourt

La steamer Smlo D'jiitnjo t
attendu ici aaij'tr.t'hai partira !
.," rant, prenant, du fret, des ,
gers de \rc a Vtm classes beule
A

ment. r ,, y
l>Vr$HzmanGGE[UiOlM- \'A \,
.'
Le Maximum de Kilomtres par Franc
&'
tout
Gie* G. T.
i
D i ^s cible reu Caravelle r
ie li i ta 26 :oafa 1 est atte -
du raca l* 14 anvier. Ct paquebot tL.
eftactuara lilinraire ^abiu I pn lai I
irt pour le Havre tt Bordcacj, cV
passi';crs pour l'Luiope, __
L'Agi.
E. ROBE! IN
aB^BBpVaai

7
TURK1SH
BLINQ
CIGARETTES
CXCCPTIONAL QUALITY J
ICAN TOBACCO CD.
UTKE AMI'(1ICAN T!
m
-----------------------------.
JOHN ftURiXS &Co
1801, Hue du Quai
Bonbons ackluls
pi** caisse
Sureltfs'


Il- MA II*
..--
o
J] FEU IAllx caves de Bordeau
A. drcssez.vous la plus forte couij>a La HOME
4NC2 C de i\,=
Eug
agent Gnral pour Hati:
g. Le BOSSE, Port-au-Prince
FroJflcz votre Maison, votre Majjasin vos dpts au taux les
plus raisonnable,
Aucun frais de commission ni de Courtage payer
Eug. LE BOSSE, 95 Rue du Quai
1656, Gran Emile Fcreix
Dpositaire des marques ^nucnuA
BORDEAUX lW'os;ie<
Bndic ifw f?r,w* k*!S
lf&|fp -Wf "?MfKr
Ma'chii Ma'onu
te roiirani ir a,,. *1
il se nid A la di position Je tout rour l.-iu ""^4!
Pharmacie F* E
PLarmaeie
iLtiiJiii-LHaLli
HAATIAL A. N.IU&, H (i. but
ttaaeur
Fonce en 1850
i-roc'uii eiiiiu ques ut & meil-
leures Usins de Fiance ei dArne
nque.
dnie Dentifrice Kclincs
Paitumeiie lui.,aise u tn i
came.
Pettus' iliug Siore
Sareesser ta ALBhtiMMVALli
.sianlisned 1850
American iVrieucii Paient Me
Jicmes Bestjj inamical lrom tu
repe un a me s aies..
Auiemau prescriptions Jles,
rrench iV inerican PeriumeJ
loiiti YViiura* f.
Get it at P.trus'
Fnaimucy braduate of Temple
University, Pinladelphia, Pa.
Angle des Bues Roux et du Centre
. 2 Mdailles d'argex:* Imposition de Bruxelles 1910
Lal:oratoire de Chimie Mdicale
Droguer,*, Produit rbimiquea et pharmaceutiques.
n< kP!c,al,'es ''tnaifiet'elamricak. \4
i lepanuon dtficutes tmpoue* mdicaroenJtuaea aicnliaes
et injectables.
SLcialits. Srum'r vre sll.e'i que simple et ferrugineux. -
lodliydraryre. Mion e torard remplaant Inpaquew
jMcifiaiiti deFe.rler et de liolm-
(
Il Y a toujouis en stock : .\Vvrostho?e' Siiop pectoral, '
Wixir de Pcusylvanie.
Dpositaire du PREVETYL
Reprsentant des Ravissements Chtelain'
fiI-OREOL.~Abity la fflavalescencf, augmente la forci rie vivre
indispensable dact Neurasthnie, TBEiicuLOtE,
J-ONTALBBCaKC. EPUISEMENT NsftfEUl, ANMIE.
. n,v. t, ', ':H"!I;AL,:' iNKjspgBt, P.m.ks COULEUR*. '/" f "ouvera a la boulangerie
Jl MIL r.teduque I intestin Utile conlr constipation. Bkterite ternand diacide connue sous
innnnv ai *T"0Ea! B^oaHoipts. DYsrwaia, Migbainis. nomae boulangerie St Antoine
UKUDUHAL Laxo le lo.e et les articulations, dissout l'acide rue dctsars I\o 536,
unque, active la nutrition -'et oiyde les graisses.
Indispensable ronlie
Goura, Bu isatis i a, Gbavbllb, KiTaLstv, Scuti
rvnifr^r 0" AMKHlo-^:..h,o5E, OBanAfoaauR8.
M HAlJnSE. 1 oui les soins mmes del lerrme- r,nM/
F4KD0MKE arrte les hmorragie* supprime in wmnT***** le Job
et mtC'aifces OU lie fmtus no
J0U bonis papiers JUB vendus
Reprsentant des laboratoires Terrial . SSft fs, allelu
par Caravelle
dj/ew/s demands partout
Air Flix VIABU
g fises reues par les
derniers vapeurs
unne, nous ont apport dAy!etr'f
ues li.tats-Vnis :
GraphopboBaa Colun l.^a un taw*, u n j
5jrao. iablea et ,-l.ais s n. r ""*. imilureaua
aObal^sara vides de 2e ai, ol^l ' ^ e *''
i. Preetzmann-Agg rfadm '
Age t o jr lla.ii



EUMEUBS
a li y
btacellen* Imcuitsuu beurre
Un en trouvera la boulangerie
de lemand Placide connue sous
v Cbcz Mme. v've. COUYON
G/anultie icte ci lltj,D
Dehm.e omette. EU, est dau,
^ tous Us q artiers.
i> centime le paquet
i> t cent al ar delarnix/ttueil
K< %ix
D
i aCJJII PW.lunuit Isfiiqte, contre nkclkci nado-inUf
B*ka et cutanes.
LAXM'IM:,- Spt'eifique de la cors ipation.
Grand UM de France
utab ih remet!I r/< fer cfeofa-
Cu s n- excelle**
f-ituoH earcepttcmneUe
Chan.!, v. s llru,^
wow.aria*: \\ i*aIrizi
EDWARD M. RiPHEL & Co
Keu>-*ork Port mi Prince
Spcialits de Produits
Raporel
Grande Maison do MODES
Mr Juan Ban ti s ta Davis
A.e il-sir d'ami ncer aj public en (i-r-,1 M
ouvrir ^ ""' - eral Qi9 s.os reu, il
Wi*e Grand*- Ma h on de* \n,lr,
H .oatardes BaWrt VwY k II y^ll ,
coatumn coafcciioon^ p.-.. m,,,,,,,, ,y,,?,,',"Lun,cra1".1 ,fci Je
"ou^eia.Vdcnentdalins i! .-J1 ^ a. Oa v
ure artiite de rare lahnt. bi ./ ,u. n ?',s '"' ^.nar
deceUeville. u' dans ,a bans Scc
La Mai an vendra, en o;i!rr I m.i i
eho.>. e. , Nl j , .o0,,',';1;.;1 ;,,.;' :::; ; j d -,i,
.(eec mu,.. de8 p|u.g a?Jes SjSS^feH"


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM