PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04999
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 12-12-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04999

Full Text








Clmnent Magl'ore


SRUB AMBICAJN ma

TELEPHONE N*2242


Cx qi.i:a'cstal les hrn imrsd'al-
Icr leujours bbial apri. i's blhAes
futures, el li .. %i i rii hi a laI
saisir de hieus i s i i !ia rl nas-
soir ce u u-l.:v I'itiu ii', :mtI ai-
cBae plise sur l o l qU rq i It'Bil,
toucheatl la plus commltHr des fr-
reurs holi hinrs.
NONlAIGNE


.11, '. MAI'a -111 IN


'ItUAl VPL'TlUrC I lI100


11111 1- ;'- I .


j 7 '17. -
IN atlions isnon des Ser-.-

vices Pub S e' st a Con-

s6cration d Traite et de

son Regime.


SI paradozale que puisse tionaliste se trove, a la fois,
piraltre cette proposition, cotei aux mains des plus
waes ommes forces de con- lastement r6put6s pa'rmi les
gnir que'le movement na- leaders, et consid6rablement
0in0alite proprement d i t, alleg6 de ses parties les plua
'est-Adire consider dans ses proches de la hlaisie et de
objectifs le. plus extremes, 'I'exagration.
est en train de realiser la plus II lut uN teanps. iti ne
(elatnte des faillites politt- .'en souvient ? ou l'o)bjec-
ques. Aptra une tongue agi- it du national.sme, cooside-
iblion, don't I'histoire se con- e dans son ensemble. etait
food a vec celle mme du Itranchement i etrogr vie, dans
1*1it6 et qui alia grandissati j Ic sens 6tyni ugi:-jte do mot
a lur et A measure que ceiul- c'est A-dire teudait au p'Pin
d accomplissait son cours, retour vers la ,%tuatioa asui-
riquipe nationalist a r ri w e rienre A 1915; ct, par in ph6-
s.x affaires just pour liqut- no6ihne d'amuiesie cLtllecive,
*Ar le trait de 1915. tuut '.se trouvaicut unis daws cel
Mime on liquid touted ea- ; objectilt a piupart de nos in
rise heureuse qui a reiAl- tellectuels et de nos poltti-
lles Gfias attendees. ciens qui avaient le plus souf-
Quoe les Amricains aient fert du pass oi qui taient
pa arranger lea choses aiusi centre lui ie plus arrmes de
st un des plus subtiles eflets critique.
do leur diplomatic appliquec Malheureusement, des bras,
sox choses d'Halti, et nous presque inconscieuts, sarmn6-
devons reconuailre. suns at- rent poiTr !a d(i -p-e -e celte
lecter la constance de nos idee don't le scan'iale e:1 le c6-
sentimeuts poliliqucs iA soa te subversif 6c:iappnient a des
regard, que la politique trop espritsincultes, et le sangdes
persopnelle de Borno sur la plus humbles co.il. Puisse
question brliante de la suc- l'hommage potvbume renda
Cession ,tu pouvoir a beau aux victims et auquel nous
coup aide a ce success djplo nj3us assoco is patriotique-J
matique. ment co'npenter pour; ellesn 1
malentendu peoible qui, en


Au point de vue de notre
olitique ialerien-re, les r&wl.-
ats heureux d ce sueccs di-
plomati tie ie tuMt egale-
meat senlir, et tous ie recon-
laissoos int igre le iepit qui
Uembleriitdevoir.iiiierceu\
qui out ele mini en dttehfs du~
o uvoir et quli ;l il.:eit quut
les paces s: t. ituj,)urdl uLi
OC.upees par I'a. .res.
Les plhs patents de ces rt.-
Sulthts ueuretix soat, d'a ord,
que pjreciceue-it la suite do;
tegiiile dlu traite se Irouve as
lpmie par ceux qui passaieni
tSsqu'ici pour ea etre tes plu>
rteductibies adversaires; eu
Mile. que, sur cette base de
hiquidatiou du trait, -
lespe6e, tie sa consecra
-1b, I'uuian aatiouale au-
bar du gouveraement de M.
Rt3riio Vincent, ua de ces
ftenieri objects d'ailieurs,
peu, s-. faire sans raucutit
't aiai a n espnt d'apaih--
uk utqu, grA:e a la bonne
"I uate du Chel de lEtat.
IeUt se t.)rt fi r prjrcNssve-
eCSat puar aojoutir au plus
Ot a uu eiat de ctioues cara-
i'iae priacipaleme:.. ,>ar i
disparitioa de toutL cause de
ction en t re cuociioyeds;
iltre que celle teuant auI
cipes et aux adees.
la v6rite, one d6cantation
ltke dans leI.move"flat:
^ Misaliste, insensiblement et
or et a oesure, de' sa o
av les realiths 4deo I
l.htique, decantation dans
tiees coimane dana ie per-
I des lonctions directrt-
*"du gouveraemeatu-.grAce"
iaqueiie te, programasme a-
g g *.


?r6pos

| cachetes
' i. t
et a tti bl6 tout senl,
9lae bonne beeMtiUe papsue et
'os. Cinq on e :4=*5
Sdo soda jonchaiet isla .
Me de= mortb ourl 1mt ,I
%LSd lifaille. II nl wlit
men ami M7.t a, cha rin
g btelq a -onre brtuem.oora
me rma & ra iqer
^@mltramd ahremt.en il l
t ae u an uaccentai aj
COVASqu do <.raccent:


couchant les plus ubucars
dans is tomab. val te>)r reui
la distance qui separe tlS tiuns
des rqalissi o was.
Cbhhhris ismian', 'el les pro.
gr6s da t. ae se diev.;:lr ppilt,
'atlncien rtim homen "deviut
dti. p1u.- e. 1 )lu. i rper;.n ) l uot4
services p[ii) i d el,-viv rei it
peUa -:a ce 4u'ils olidt au-
jour3'hn 'iais tous les do-
tiniute;. -.a i i judtl ion du
tradl.e va ls ijisser et lescou-
sac'c.r daus cet etat en substi-
tuaii grajresivvmntct lele-
oenat haititm a I eickaut aine
nr-I,, s Iu I esprit et inmee
ia Jetire .L.i traitsc.
Ei molit iwt au pouvoir, les
nua' dalistes soU ( montes
*JdaLi le cjrri)sse de la colla-
)Y., tioto avec la chance de
vrcoiter tout de suite les re-
:.i'alts acquis, ce que uous-
avons d6i ,appel a le traits
urs.1 Le trauie lui-mrume
:ua vp, coaiume il convient;
nais son r6g'ine surviat et s e
uationalise, comn;ne un des
cas o6 lea elets survivenl auz
causes.
En some, la lev6e de
boucliers 4 e a natiQDalistqS
P'uri &t6 pour les asieiner adt
pouvoir; metire a mal let
coUlborateur du traite; as.-
iister au depart des a'amri-
cains dont le moment sonne;
ani,'ap'es toutl cel, harder le
r6gihe do trait. En cela, ils
foot d'aiecurs bien, car 'est
i'avealr d.,'pays que seat-
trail en pause tout retour vers
0eserrefl tet dau pasa6.
Apirt cela, libre a ex de
se trotter les mains de satis-
tacM jde derf. '


Uon eitedr do Ws msens s buoa..Sache
que je suis au type l'o i1 genre de
Royer-Coliard, 1u; n.1 t-i 'It plus....
ioat ralisait. I.le ne imis pits d RI" m
Sattst CACi4* o'ma.. j'en rebOas...
et j'ajoute pour !es untrus, que j'en
rebois...sans mvi'%es.
* P41 art sas demandir mon rest
ed... 00a1rimfhue. ;




SA
Guwnaude.
S,' Aarqbe dkposee
Ea veat : At s L'ava, J'.
G WgaWr 'C., F 't'- Ceu
Pritt PoUr Wt ,iSai* lt e .
rora, Grand'ttne.


POPT.AS.PRIMt$(RdlTI)


I *-- n- -----r7- 4! - -- Y I-


ALIX ROY


28 annes de succs.
- "-. ,...,.. . .. li


Mes lectures'Au Radio
Void le proqraumme da conrerl aiui
Dire et fire. Aer N errcie 8 c sore '. i ia i ti-
-o- tioa H. 11. i
8.0t( p. a. Oi chestie .iL .2" re-
Mon instructif confrere Quo Vadis gume:it U. 1'. \iar'ne Corl,.
Haiti ? public, dans son edition du (OUi.k *' t.ctti t.1 Yli.-,t. \,)oJ)
2 novemibre, n .aricle tr s ens su 1. Leges: Spirit, eN Jchll
a La muthode d'enseignement ^ I E- U. jur
cole nationalededroit. L anscet ar- 2.v Wo I 'lx Trot.
tidfe, les professeurs do cette cole 3. lkipp I'e,
sup6rieuresont class endeux catc- .1 Sw -art of mv' 'mideni
goress.( ceux qui dictent leurs course Da iT' ,rot.
et qui sont la majori. et ceux qui r
font rellement un course en parlant ,.R h ,. ,
dabondance,touten voyant quelque, t 1, ,\JIl Y'.j S f u 0
notes devaut eux. I Les courts des Me, Vale..
professeurs do la premiere categoric ] ,,. ,,x ['rot.
dissent par degenerer en a dictees ., .
ennuyeuses w ds la econdede inemi- 8. ,,i. ,. .
heure,et durant la premiere, lc pro- tic' ,-'. ,.1 i '.
fesseur n'a certainement pas pu dire b 4' p. ia. tkc,:.ai de piano
grand'chuse. Quant a ceux des pro- .ai T,''ner.
fesseurs de la second categoric. ils 1 i e.
se d6bitent si vite qu' (( it est peii 01 .0 2 ur,, l I, i S urce.r
possible de consigner come notes 'ur.t -e I S -urce.
des bouts de plirases.,) 8.) p. n,. Mo;.olo,: reole
Pour remidier a ce double iscon-, "::- )a Y' utte.
v6nient, l'arlicle propose ic o ),.e d, t;. itlOlilS U:its ,e
iemide suivant : pour le prnuie: c is,
-. leprofesseur-contfrenoier,I'a a:it [' 1
(soncours)bien prepare, pour ri S 550 p m. Orches!re ide '1 'ite
passeren aoutlai uni lve quien fi r I J .Z ( Us I tir.-.'io'i de Louis
quatre A cinq copies ; de ces copi I s ., )
on pourrait tirerd'autres pendant s I
valances; en octobre. chaque ele\e 1 WAih My ,u;:'i ,:1., Yon,
serait pourvu dun co-rs achete, pour lFox 'rot.
ciaq ou six gourdes. Pour le den- 2. My Future Just Passed,
xui6me cas,- ail faui stnographier la Blutes.
parties utile de ces course, car, le plus 3 Que Fe,. )ainzon.
souvent, I'elve n'a pas le moyene V
se procurer leos auteurs pr leres (Ju ,,o To Bed, Valse.
professeur...s 5. \Vh1.', Fox Trot.
Toutcela est Ires chliremeu nt epri- 6 (itora, Danzon.
ne,: voici an mal et voi!a uni renedie.
Qu'attend qudelqu'ui Iparni les i -n te-
resse pour le mettre tn pr. iiq'Ce ou M SIlliK S'-FORT COLINl
pour en 6tudier le nmoven .' I, h nes pas edidslil an Senla
chose est ice point praticable qu cile M. 0 St ass S.l.a' t a'on
est depuis longtemps realisae ldans i M. M'inasse St.- li t (C)olui est
mionde des etudiants en dr4oit de tO, passe tni nos bureait notru. lfaire
Fac.,; deParis: les copies des co rs sav iy lC t a ':lil'etlie l b la
amsiii dactylographiee~sou Iiii|t'; .i .,'- ,o (n 1,' d n- s avons publiee il
phi6es, paulln .nt chez les bjuguI',is- .. it eois
lesde la rue Soulliot qui con it i t : P *>. I.s ux ele dions
la Facult6aeta laminervefilenise biniijo- pioci i ale, p;tour le mandate de
th6que SainteGenevieve. sJ.it .r id.vt: va,,ant par
Quo Vadis Haiti ne laist qi' r.r -)ro tide ile IcI.- i,)u de M. Sbl.no
duire, en novembre, cetl a:.:e, .a Vutcen' i la prelidence de la
d'abord, dans mon confrrte 1i 1'- .'e ,
du25aoCt,- cequi tait un tr,ne.tle ticpuibhque. Dout acte.
d'intervalled'6coul6...et de p)rd i.La ........----.. _- -
Presseelle-minme tient a iti-le d'un Formeront-elles?
Itudiant de troisieme anine qui t- e
clare le publier avec I'approbatiori Le bruit a couiru avec persis-
du Conseil directeur de l A. E. I) tance que les maisons syriennes
(associationdesEtudianisenlDrottI'. Dweck ILouri el AdU s out d-
ce qui suppose une certain Ieli- post leurabilans.Cependant vo-i
b6ration et' un nouveau deiai ti:t<-
riel qui s'ajoute au trimestre per(nl. ci qu hier notre conlrbre a Lde
Au total et en chiffres rounds. lidee. Temps* declare que la v.ritA
TOUs verrel, linira par faire le tour ide est que. se trouvant dans 'mln-
I'anne sansrencontrer sar6alisation posstbilits de r pondre i leuis
etil me seradonn6 peut-6tre, l'annCe engagements par suite de ir-
rochaine, &i pareille date tie repien- engs pr ute an
re avec vous la question au meine vente,- mais leur actif( d'.pas, .nt
point. cleur passif, ces mnaiatuns l,)It
C'estainsi que nous pretendonsqae montri cette situation a eIurs
nous marshons. Pendant ce tiemilip, crtauciers en leur demauidant
Snmoa seulement a la rue Soulflot d(l de aliser eux-ieines la pa-
Paris, mais ici mine, a notre barbcs e real ser eux-menes.- La pa-
la moindre organisation am;nricai.>e role est done A ces deniers et
vous ort.chaqueannee,chaquiemonis il depend d'eux que ces nii-
ou ohdque emaine, des tas de copies sons coutinuent ou non leurs
mimuographiees de ceci ct de cc"1a. aflaires comierciales.
Nya-t-ildone pasmoyen" d'hailia- Fermeront elles ou ne fer-
niger" par IA"? l. meroat-elles pas?.


- .w


t .
-

Pov Adeo on ts
parce qu'ils ammnt lur go&t
distinct at app6tisant. n
plaivcnt quaad tute aitr

:5 SANS FEU-
AU M/OUuN FENDANT 12 HORES


*


VENDREDI


AMP


e .. '

*Cns particuiiereiaet i'' 1"~
ion.
Vrstez Gattdino. ndss'eu's
et ,oUZ" serez sa .i..s.
, ar !e ste.. Vt v 1- y , audina(; :,,; 'e cou -

,aisle qui oi-p.t r i.' i
bien qu'owq pourraI. e u uu'


12 DECENIBMRE


Avis
La Malson V1'E \T EAUINOW
225 Aue homie-Fo ,pr nd plai
si . clientele qu'eile vien die rece.
vo:r la famenese Lotion
Lotion V6g6tale
SIn sve de Boolean,
dn Dr IDrall'de Hambourq.
Cette lotion, come on le
sait <1tji, previent la chute des
cheveux quel que soit yon de
gre, et fortifie lescheveux tout
en leur donuant un brillantet
one souplesse remarquables
Succes garanti. l'rixd6-
fiant toute concurrence.


Los reserves d'or
du monde
La aFederal Reserve Boar]i*
ides Etats-Unis vient de publer
une statistiqir forl intlr-ssa;.t'
de reserves d o- du monde e;i-
tier en pregnant pouw base 1' -
caisse otficielle des divers in--
tifuts d' mission et des 'iinq, .'s
d'Elat.
De cette slatistique, ii 'iultIt
qu'A Ia dale du 31 de (-l re
1929. il y avail olliCiel'i entiit
une reserve d'or de 10 milliards
291 millions de dollar -, o viron 263 milliards ,1: :ancs,
detenue par quara.tl. p .y.
Lts six plus Iorb'' e, ais-
ses soln, par o r i r e, I s
suivantes, en dollars : l'ts.l'-
nis, 3 milliards (trancs : 76
milliards) ; Fraunce 1 millia' i
633 millions (tranc. : 11 mit -
lards 625 millions) ; Angle-
terre : 711 miiliows ( Irancs : 1
milliards 128 iiil'ions ); Alle-
majafne : 541 ri li:,ns ( Irat:,s :
13 mil iards i(66 millions ) Xi
gentint : 131 millions (I r 'rts
11 milliards 62 millions ); I a-
lie : 273 millions ( t nncs 6
milli ids 58 nmi'ion. .
I.a France, coinne )on e v,).'
vieut :mI second rang apres i, ,
1li(its-Unis et laisse loin ,w
river. elle l'Angleterr, qu i i'
ten' pas A l mlho tie ". d te l-
La l.',:nce d6tie .' .1 1
ph)- d'un sixirit ilu t .';; :n' -
dw l d-ins 1 (s c ,lli,< s !, I B an-
q'ue de Franc,,. (c s '-t'rv
<, usse le.. r,," ,.., inio -
l('s de l' n ,I i, I A l-
11! .ie et dc Il ;ii; (I m illi.1 i
S(;'" ,ion .!! rs 'r ):,lr
1 ,. ti 528 millions ; ci
t' pa)ys ).
t .

Los obligations
de I'Allernagne
Bi1,N- M. ilans LutIh..,'
president de i leichbiink, p,. -
ki4i1 I pi;, i e (levant la Lig *,,
des indu'triels alieniauds. '
iId , r q( l I'Alle'n, grie ler ii
Ia.-- .1 t rates s's obl!ga;ii, s,

Le piaa Y,,.ng, ni, 1, i t ) .
tr,' ."'-' uw' qn, ,-t i A tl! w:!, I
re o.; d sc ,ipitou. t : ,
I longs tler es et a. t. l)ic jit: et.


"CARNBT MONDAIN
Mademoiselle Eveline du
Grandchic declare renoncci
A son project de marriage avec
Monsieur Nay Me Kwally,ce
dernier ayant.'omis de laire
ses achats de chapeaux, cra-
vates, chemises, chaussettes
et surtout casimirs, chez Mr
VINCENT GALUDINO,
225, rue Bonne-Foi.
Grandchicelle, est nee, grand
chic elle mourra.
Nous avons pu nous rendre
tomptequ'en eflet ~M.Gaudinro
Sei.t irn 'rqou1. l n



( ,; i C 4


... voit que, d.
spectacles, s'ac
la grossiereif d.:
m :uaintenant. A
Sides Pupilles,ils t
de tapage que
scene un acle'.r
pige enerva. so),
l, onr Alt el ifr


DC


Ic. ~-' T4
is ~ lh.~ 0.


a 'es slIles do

, i j geas de
,, ,#-!:iere fte '.
rt.. kit tet taut
<1ii liut de dl
(que iotl ce ta-
i;i. .u insart
7--'
berlo6s
p:,pcidre
," 'ua eora

Spenent
n e'athe
.i tt. noi s'ob -

S*-' d e i~s
Si -cess: a
,.aziaesa danat'
-*l. *


As ... -* contre Ftc dLtt
A 1 4 ^ci<'c f1re a
I. 1 C a ...i3. iDi4
A. ibie n tslahkoufir iMai


-L C-.----------.- -~t


------~-- --- -----. C-- ------ -- --- -----~-____II-__ I_ _1.. L, YL -. II __ 1__1_____1 __ L Q~


F


$toi




... le voit, ce brave musioeli
don't le nom rappelle lea acci-
dents de terrain, les fleaves en-
core.chaque soir,dar., iesquar-
tiers tres loi gns et- dle plus
excentriques. II ne unlnque ja-
mais l'avoir sous le bras son
barytoi, comme s'il atait ton.-
iou's A quelque bal findinpue
sous quelque tonnele voisine,
ou 0 quelque dou:e et demidens
quelque lupanar d'A-c6tW. C'eat
une de, silhouettes les plus r6-
jouissantes des nuiti, pori-lbu
princiennes, ce musicien qui ne
sort Jamnais sans rvoir sous le
bras, son instrument d'aileurs
peu portatil'.
S ... ; v entrei dir.-, ros ba.
re.iux, 'ier iim n. 0 "." Us
a las. costini, iu, I 1; de
pa i -)i.l h .cl jolic< ... ,r-
roi,jious pleines el i
avoir .*drcssea un bon, i. ,t' u -
toi, .,1 r6dacteurs, if t-
ta o imp i,.-icnt do,' 1 :
J ,1 vii dan's les i'oros ('a-
cheils 1:i.' l'oo offre i. '. i ps
en ter'1s, dut vinii d '. "O j
Viens 'o)r si ('st de lt ; i r.t-
ture o -i c'st vrai...
Et s'assit, ai'endant '. via
de unewe. Ii Iattend eaico.e.

... a vu 1'< mian as d ( d 'ia
hoianics qui (;!i'.;iial ,. !a
g9 1 i d'Nui' i iiiprli i' 0
Iolie f iiiie i ,, n.' at i is
venal dt p-ss-r dl s ,
niobile de li line "' a 'o
ti- 1: !; in *tv ;-it s:,'
('a 1n5tiV'4. Ii 'llt~ in "*m ..Iu .
ne pas-,e (que les d 1. ...
regard.r, int, t.cl:iMt'r : u :
SI t'ti t Cit Ce ()Ilo()
t",s' to i (il !' '* ;
-. N,)! .Iee lf t I i .1
M:iis je nt lie I 'co'1 .
willl pIlus, 11101 ..
t ous d,,: x ri'p c(' a
mille telnlp.:
'rou' 110uc',: i le ..
Elle ne .:a I' .
'ne lu in g dan:, a pen-
SVe (i'i tlt s O X st i rs.
11 6clata die iIe, une nouvelie
fois et dit:
Je coIlp. cltds. Cest 1'6.
po lucc ..: It, ii, sont
a n1 .bles. ( 1. (ii d' !' e,
le inoal:.'nt oi l fo'i (at d? 'es
serl ices aux amis, i c,.,Js 'es
am is : tim e pil s ' *"
robe, des has t e soie.
Moi, 1l'ipoite ,i ie
Ine rt'pondls il s Illa n a ''es
lemIinm- qu i peuv'nt aivoir be.
solil (I l' 111 ... t t .'

No .s i t) fai'. '".
le ,ow; (t .',.estl b'ea
leUs tour it',nt,' iin .
* *
... voit que ci .'-i oui 1' F -
s'hal ille ,. .atLt Lst T wco. e
LA P^A~r,,s ',.:eN rl' I* on r:t-
l t. i, : .t ut, t''.1 clwz a';'nh
(C' uii!' iiiro l olu i'oi buot
le mtic.: ; It' 'ou i'0o, wao
sert un peu d,' ,',' I., l>a n'-,.' r.
que Ifon n'a p.' va deputs st
longtemps.


------s~-~ ,..1~_-- -La ~~ ---- --


_II_ __~_


I


I


-I- F4 (lg vOwm:S mim






* ,- -.


?A~ 2


Un meurtir


d h


t ue du Peuple
--- I


Hier matin, A huit ht-ures
et demie, le june Arnold Mert
cler, vingt-deux ans, fils dou
Dr. Mercier, le dentist bien |i
connu, tuait de deux coups v
de revolver! la tte I'offlicier tl
de I'gltat.civil. Edmond Lila- voil. La scenee sc passa au u
bureau m6me de I'Otficier;de d
I'Etat Civil,Section Nord, a la i
Rue du People. Une toule I
6normeetmurmurante entou- ;i
rait l'immeuble quand nous u
y arrivAmes.J Des represen- ,
Iuts de divers journaux i
6taient deja sur les lieux. Le d
juge Deverson, accompagne t
de son greffier,dressait le pro
c6s-verbal d'usage.Un instant I
apr6s arriva Me D)alencour,
Commissaire du Gouverne- i
maent pres le Tribunal de
Premiere Instance de Port-au I
Prince. La toule augcmentaitl
A vue d'ceil et comnme elhk t
voulait forcer les portes, 1..
police dut la contenir et org.i
niser un service d'ortre.
Le cadavre est eteudu surr
ledos au tond de la piece. Aun
maur on aperqoit un grand
portrait de Victor Hugo. ToutI
pr6s du cadavr, baigue encore-
dans son sang, la veuvc de-
sesp6r6e se lamented, tundis I
que la fille de la victim qui,
elle aussi,ne pouvait coitenti
son d6sespoir, est emporteci
de force par d -s amis.
Voici les taits:
M. Franck Lilavois, Ic fii:
d'Edmond Lilavois, est arrive
de New-York niercredi apres
ntidi par el'Orauge Nassaux.
11 y a quelque temps de cela.
Mercer, le june ineurtlier'
tait I' time uami de la la maiilt.
Lilavois, a New-York. 11l ti-
queutait quotidiciunenti
leur maisou, si bien qu'uut
projel d'uniun let envisage:
entire Arnold Meerert el l
Marthe Lilavois.Maas quel ncu
tut pas letonnemenht de I
lamnilie lorsqu'ayaul deianlt.
ses intentions au i~une Met
cier,il declara qu'il n'epouc
rait pas Melle Lilavois. i)';-
bord, disait-il.il ti'ainita pa.l
la jeune fille et accusait la
tamille de vouloir le conuirc
6 accepter ce marriage par des
moyens occultes.Une expjlia-
lion, violent, cut lieu a New
York entire le trere lFranck-
Lilavois et Arnold Mercier, a
la suite de laquelle le preiniei
exigea de torwelles excuses.
Sur le relus de Mercier. Lila-
vois declara que l'aflaire ste
r6glerait A Port au Prince,de.,
son retour.
Le voici done ia Port au
Prince .avant hier. L)aus l'a-
pras midi meme, lea deux au
ciens amia se rencoulrent ei
un duel A premiere rencontre
fut arr6t1 entire eux.
Hier matin, dit Mercier, il
zortait de chez Me Kenol,
quand ii ut inuterpelle pLr.
Ldmond Lilavois qui se leuui
,.a seuil de son i)urcac. I:
a'entendit une uouvelle loui
ieclamer des excuses pac
son reous, aftirmne Merce:


a
,ilavois lui administra une
itle sur la jone droite. Corn
ne."s'attendant'anrduel pro
ete entire lui et,.le fils Lil,
ois, il avait son arme, il fl
eu par deux fois sur le pre
e son adversaire qui reu'
ne premiere ball tout pres.
e l'oreille et tomba mortel
cement atteint, tandis que
autre balle. allait se heurter
u mur.
%Le revolver, un Browning,!
narque Mauser, de 32 milli
nmtres,n'6tait charge que de
leux balles. Le m6decin qui
ut appeal est le Docteur Leon
Molse qui declare qu'atteint
jar la balle qui resta log6e
plans le crane, Lilavois a dut
nourir toudroy.
Mis en presence du cadavre,
jeune meurtrier se montra
I'un came que rien ne put
raubler.Ala question d usage
lu Commrissaire du Gouvei
nement:
Connaissez-vous cet hornm
me et savez-vous qui i'a tue?
il repoudit, sans sourciller :
-- C'est Monsieur Edmond
Lilavois et c'est moi qui I'ai
'ue.
Un peu'plus tard, vers 10
heures, le cadavre tut enleve
par le camion de l'H6pital el
nvoyd a l'HOpital ou, sur la
lemiande du m6decin, il sera
examine a tond. Presqu'au
;iame moment, le meurtrier
prenait place dans une voi
Sure dela Police et etait con
iluit auiParquet du Tribunal
,e Premiere Instance ou I'in
'errogatoire a certainement
continue.
Nous devons remercier et
16liciter d'uue fagon toute
pai ticuliri e le CoiLnissaire du
juouvernenent Dalencour qui
tut d'une belle courtoisie en
vera les joum nalistes. Compre
nant la delicatesse de leur
profession, it les accueillit le
plus aimni.blement du monde
et C'on peut idire que grace
a ses manieres courtoises 11
ieu facility la tAche delicate.
Nuus croyons savoir qu'uue
ordonnance du Doyen du
fribuual de,. Premiere lsa-
luuce hxera bieut6t pour
la premiere quinzaine dt.
Janvier l'ouveiture des pro
chains assises.
Augrand jour des debats, si
'allaiie a le temrups d'etre ei,
elat el qu'clle puisse figure
au role, A. Arnold Mercier
s'expitiqiera devant le Juiy

Fun6railles
t d'Edmond Lilavols
Les luu6railles de 'intortu.
ne EDMOND LILAVOIS, tW6 bier
dans les circonstances que
nous relations dans notre nu
mero de ce jour ont eu liei
ce martin en l'Libe du Sacre
Cceur de Turgeau.
\eous cumpaussons vivc-
ment au malheur qui trapped
la tamible hLiavols et prion
t u, les parents eprouves dt
c..voir Icexpression e de ou
,ii ceres coudoleauces.


UT' T h .r"noutirer quehllue argelt des as
U n Ihol rr bleC ssins qui. paralt.ii,sonttras.ai-
.,s, promeltant d' toufler l'aflai-
o> i o resi oa lui donnait'satistactio.
assassinall L'alaire transpira de plus et
& #L& Sallee de -L6ojas. .ius et voilA que Dimanche der-
,ier, guides par le complice
1dr 4erizver, tout l'appareIl judi
Le;lundi 2r nomemine der-s le a, t....A
-d nde- claire de Leogane et olOficiei
Saguidy, proceaaient A lexhu-
Catulle sapercevait non sans nation du cadavre mutil et
61otlon use son chef netaitn
'e o c putr~taction du nomm6 Catulle.

gommo Mrieier rentre chez lui out 616 dAnocset apprhen.
disait a s femime de navoir pas dds aux ordres de Ia Justice. A
A lui servir de viande A son re- bientt details.
pas pendant plusieurs ours en
rain de ce qu'l avail vu la -- -- -
veille au soir. Le Chel de la 2e
Section de Ia Petite Kiviere de i i/'
Leogane, averti par sla tamille .Le M o nld e
du disparu, ne tarda pas A de-
c ouvrir qn'on se trouvait en pre-
acce d'un grand crime; la cla- Flang9lles.- Nous avona
meur publiquedicignait.certains reIu la carte de fianqailles de
individus co..e autturs et coni lle Marie Douyoo avec notre
(.Lcts.Loin atc anct le ueeau t excellent ami Panital-o- Guil-
le nomme Zuieia, chel de Stc/ baud, I'industrielbien connu.
hioa tasaya petuant queique/, Tous nos con pluats ata
_de tase du cfaigw o eureuz x


DV mm g mU-
Ja d nto t d'adr Mrot

dou ellaIs esM
EKRW -. s- q


poAr la suat do cate demulm -

sesde onuisIBokdthm i r.
OMR -1I, Ma-- 4PeW --
ar V eW a t esie n
um a we mat senateus
feat diwi= = phs.ar m I mmo
ia voun sa p urowe Is lM e

d0os hd"itve m des
monds. Pf t*W ZUL.



Nouvelles

etrangeres
-0-
RADIO PRESS NEWS
6 DAcembre
Pour former us souveau Cabisetl
PARIS-A la suite de in-
succ"s de Louis Baithon A tor-
mner le Cabinet, le President
D)oumergue a invite Ie s6nateur
Pierre Laval A essayer la m6me
difficile tAche. Mr Laval qui est
ini ort partisan d'Aristide
Briand, a dit qu'il donnera
utine r'ponse definitive mardi sur
sa tentative.
Lryation artificielle
deI li viea hnaiase


CHICAGO- Des experiences
ayant 6te laites A Cleveland par
le prolesseur G. W. Crile out,
lit-on, virtuellement d6couvert
le secret de Ia vie humaine*. La
creature qui existed daus le tube
d'essai du docteur Crile, est dit
6tre, sans parents et est nte A
I 'aide d'un proced, ,lectrique
au defi de la procreation accep-
1Ie et reconnue. I
RWvoltes d'etudiaals a la Havasea
LA HAVANE- II y a de nou-
velles revoltes d'etudiants dans
trois villes cubaines. Les trou-
pea gardentl I'Universit6 & Ia
Havane aprsa un choc de 300
ktudiants avec Ia police.
Des jeunes files conduisent
la. demonstration. L'6meute a
dur6 une here, plusieurs in.-
dividus ont ete mis A mal et
beaucoup d'autre arrdtes. Ma-
tauzas et Cienluegos sont agitAs.
La situation em Bolivie
LA PAZ-La Bolivie subit une
cruise par suite du bas prix du
terblanc. Uu group de linan-
ciers se rend A New-York pour
Shercher 1 ajustement des dettes,
come Ia bauqueroute aug-
menle.
L'armne coite de grosses de.
)eases et les taxes ont lte ele-
v~es Anormement. Les elections
qui auront lieu le mois pro-
chain mettront fin A la junte
militaire.
Le corps do L6ntne
me d6compose
*.LONDRES-Une toisde plus,
on va r6embaumer le cot ps do
Lrnine.
On made, en eflet, de Mos-
cou anu Daily Mail a que ie
cadavre du dictateur rouge eat
Sdans un tel Ntat que i'on n'ost
le transporter ainsi dans le
nouveau mausolee de porphyr
,lev6 en son honneur.
Plusieaurs experts out t41 con-
L ultes, paralt-il, toucbant le
meilleur moyen deo galvaniser,
si I'on pent amnsi dire, Ia momie
en decomposition.
Rappelons que, plusieurs tois
dijA, il a tall se livrer A de
semblables pratiques pour con-
server le peu qui rested du ca-
davre Slivr6 A l'adoration des
Stoules.


'I


* I


PEOPLE

HAITIEN

DEBOUT I
SLa situation, de critique
qu'elle 6tait, eat devanuea eatr.
moment tnduae.
La situation politic du pays
a change per le lecton prest
aentielle du 18 Novembre der-
nier.
La situation commercial 'a
tout de suite suivie lpar. I'a-
vantage qu'oftie actaeilloemi
la mason KAWAS HEKRMA.
NOS en liquidant son stock do
detail. Et ce qu'it y a do plus
extraordinaire ce stock do detail
doit disparaluro avait la f d
^. ^ -


VOMI DES AUTRES... qel ain dI Fnotes de triot.
'- rbuaeao.p ae us1 compatriot-.
t 7 *^ ,* ,, .i m f queand it ne moorent pas d'ia.
El. rnainlengi* a. 1. t so..n at r9t. A .e4. a.
*. dicitA partols inpo lriius.
f l lD tft T liti ie? i= ipo .riet po ible ,qod
quelle io d ique? inornte tore q
Speramiette do souatflers. Aa Goo.
Tveememet d'y peonr, de pro-
Damn an rceont.di aous. Son ce a'6taliet Ia, come certain t6friseNe natonanx I Le p
Excellence le President de la le croient, que des taitsa et estes pie, Mesieurs, place son epoit
R6publique a declar6, sutant exstriours. de pars flatus uocis, en vous.
oae ie e rappldle, qae son i, en d'autres terms, la pna6 A11 et encore n point noa
U avernement sers an Gonver. so parait de raction,ro fan neo moim important qui dolt rato.
nement d'union national. On pourrait quoe le regretter. Nou mair attention des pouvoin8 pa.
ne saursit t'outer un instant des evoMs, noe astreh, confiance. blis, J veos parler des taxe
boases intentions de Monsieur Car, anu you. prfvenu.s les pro asr laicool t le tabac. Coett
S. Vincent. Tout le monde sait, blames d Itheare exigent le question, quii a lair simple, Ot,
n effect, que, par sa pnetrante concourse do routes ls sbonues en rGeilt, atg compleLe. Silo
tomprehenrion des rialit6s sai- volont6A. Le premier de cea pro- demand, par consequent, ua
nve et tortes qui so cachent sons brnmes, Ihaltianisation des ser- certain exameo Sile sera A6s.
I core de nos discordes poli- vices publics, n'a t iu presque diae fec dautast plus de sar.
tiques, il s'attachera, come Ui pas recu une solution on, du pales quo, on miati6re fscal,
le promet, A tout ce qui relic, A moins, ny a-t-il pas des pour- tomnterreor poet devenir mor.
tout ce qui unit. Tout sle monde parlors A ce suaet entire le Gou- tell pour one Nation. Puisou'os
sait q'it adopters une politique veruement et la LAgation amari- eat travis. ce a joursci, de ri
de large concentration. On en caines? Esp6rons qu'il on sortira doire leo taxes sur ralcool st g
est d'autant plus convainca que n mien pour lePays. En lout tabac, il serait bo de soe mettr
son avanement an ponvoir a cas, no lAchons pas prise. Ser- d'saccord sur le .moyens dy
suecita un enthousiaame g6. rons-noua le, con toe plus 6troi abontir sans troiser aaucuan de
ntral, au vrai d6lire de joie ltement car nos desiderata so intArts en ejou. Lea uns penoneat
et de contentement, de meme confondent continuous A lier queo, pour soltionner cet ai.
qa's 66 bien accueillie la for- nos efforts, afn d arriver, sans portant problem, le Gouver.
motion de son Cabinet. Le pa. hearts et le plus vilte posable, a cement doit ecarter entitreimet
triotisme et la hate probity des Is rdalisation de nos esp6rances la Convention qui nous lie avec,s
noaveaox Ministres les enton. La situation no nous eachoas lea Etats-Unis. Ila en proclameny
rent d'une aur6ole de sympa. pas Ia v6ritA devient, chaqut I'inexistence. D autres, moiln
thie et d'admiration qu lear jour, de plu en plus p6nible. A violents, on pr6chent lannula.
fait honneur. Leur programme, vrai dire, I'on est A I'extr6me tion. Qui a raison ? Qui a tort ?
du rest, tend egalemenv A 'Nu limited de la mis6re. C'est, en Sans optimism b6at, mais arec
union, I 'union sacree autour de eft 1, dilffiilement, tr6i ditficile.* le just sentiment des r1alit6s,
la Paetrie meurtrie e. L'on ne ment que I'on se procure acWoel je crois, mnoi, c'est mon opi.
peat que s'en 16eiciter. Main si element le pain quotidian etI union, ie Ia done pour ae.s,



Les Ileilleures Etrennes


LES MEILLEURES ETRENNES pour

vous-meme, pour votre tamille et pour,

vos parents et amis sont les Disques'

ODEON 'parce qua:

C'est pour plusieurs annees qu'ils vous,

donneront le plaisir et la joie et vous rap-.'


pelleront


a vos parents et


amis.


Ils sont les plus durables et les meilleurs,j


ne grattent pas et Ie Se patent pas,et sontL

faits avec les meilleurs artistes de Pari

centre artistique du monde et d'Europo

La musique latine, viennoise et al

made d'*ODEON* reste eternelle, ta

que l.'s fantasies oour les criardises e

tiqucs passent oujours trop vite.

leme nos Jazzs sont pour la plupa.,

des J.a zs symphoniques Parisiens q".

sont ires appr'cies meme en Ameriq,

I ous venons de recevoir 400 nouvea

morceaux el noire Sfock est le olus gran.

et le plus van ie de la place, avec 950 nai

meros el 1900 morceaux different s.

Demandez la nouvedle liste el prenez

disques au Plus t6, car une grande qua l

liid de Aumeros sera vile epuisee enco
BAZAR ODE1O :

J. KARAYANY

Anqle Grand'Rue et Rue Firo


-- -"`--- IOr


bri~lY1I~T1Wlt~ E~c~C~n 1~10


__ ___


Ii
* I




0'


4
II


AL









Grand Tirage (


f3F ID1)) Fordi


LE 31 DIECMBRRE 1930la
IDE 'APRES-MIDI,
A



(F. (AIRAUD) CHAMP [


Pe


manquez


Sos


de


pi e


Gra ad'Rtue


LEMMATIN --12 Ddmnbre 1930


e la,


SeLdan

5 HEURES


I s. I



)E MARS.
idre votre


S.


Port-au-Pi ince.


o ie dit I'autre, rt ron our Irlupe' sp r: r D's z p ?z D Z-p
kie que le rTr!O- tet le c,- m te i( t( o.Uv:,.u deux opt- ( ca si on
.Aldans equal il taitdro i'vt'c eltes n ,., A s
Mment reconstruir( .; ,v.qi E ]
are soit vteni f.r 1:k. i d(o (4 E NNonsT.onsstouaex
i er avec '. .', i' ,st -" q I <-tI ( c:, (! .lix ,f- N oel
secret pow, prs- qt e !(Ti !v T 7 o s ircu'!"' donner fle
!ys e i t)'ni.'s n. i talt, )/vid V A I 1-rI 4r ie i : S. lie IExposi
Dns C(s ro.dii;or.s iv- r de t;In.
Raucoup ie ;i entd. ,s quesiosl. S vnl Oil o -,,,, kcssie, vienn nt
ne an iijc- (fistii i Y S f (Oite d (niver f seront expcss
des acte.sq.i.(p Ire volonto, il ephemin i1 y en r 1 jsq'nn 1. DI)CcenIIbre.
ad'vutrLS qui i la ouk eph'imin. Or, ,1 i.e a !- v "' r ilemnu. ,pprecie, doi.t
pend qute te I.oiUs d' re s!ges et t lusin, i: 'umiros de Vario (s, lrIe t kn objet d'utilitl cons
prudent. Avec Is pr, cautic.'is chadias d 'ses-- !e ,sur d( tiontc.
necesseires, (it;1listfos do, c, imade. Mr et Mine Daz ch:nte'
en ce qui louche ietsl, 1i .- 'Qt, : iAIMONA dans unt mise Prix et conditions income
ugees, les mno 1failes, redit.- e.n ei: s,t I.. pai eblesI
,Vons IesaIbus ave; ^nergtj6 E'trte : 2 &3 guides.
'concilianle d'9lfant .plus fh'e- . d Compagnie d'Eclairoge
suspects d aucun malionaline -- .
broit. Difleremment, nous nou Pr6f ctue do ____________.
ixposo is A voir ces piolemes Port-au-Prince.
'eUger sor la roue d es chi. Le P1 lt ft des Arrondisse. I A vis commercial
mIres. Notre saiut est doac en Wefnls de Port au PInce, de ,
1osmaIris. Miirebalais et de Las- ahobasl S'tact complitement libdr6
6 EORGES I l(N avise tous ceux a qui il apoar- de la commandite quil avait
S tenudra que les loieries, rifles reVe de lancienne ;raison
S- -- .souscriliois de tot'cs social Olottson, Lucas &Co.,
s ortes, "u eti le ieuri de ile soussign6 intorme le corn
e 1 lend(ues. Les ;uto; isalions .e meree et le public que sa
Sm1 Itirames n0, e..' t .i) o maison ,de commerceest A son
Si 1 pr&de .:,t.r ptiur I mois de nor personnel :' M. Schultz.
II 11 111 leceirc n cours sont vala- Port au Prince, le ler d6-
pM' la m I ,iA bes jIIsqii'Ju 31 du dit roois.,cembre 1930
CE SOIR uort au Prince, le 8 d6ctnm-
Dour la dernieie lois : bre 1930. M. SCHULTZ.


REVE
D'ALTESSE
Entrde : 0,50 ; Balcon : 1 gde.i
DIMANCHE ..
4 heurea 30 : Matinbe.
TESTINEE
(FIN) ;
Entree : 0,50 et 1 gourde.
A 8 hEURES
4a.Proie
1f duVent
*Venure Amoureuse de
ft Pierre Viginal .
S Charles Vannel, Sandra
w1ano, Jean Murat, Lillin
Hall Davis. r
Entree : 2, 3. 4 gdes.

VARIETES ,
DIMANCIEE
h tia'e : a Le Tigr4:Sacr
. .1`4 Loes 3 Mousquetaires .
^lA 8 H dEURES 1/2
dS o. Gala et d'adieu de 14, -


Ssmi


slw b


1 \r, C 3


Mlarcie


ESBENSEN est un lait conde6 a'pre-
cre par les families pour la richesse de


il est surtout recommand6


aux bebes par les medecins.
Le CACAO jona's.Hollondais esl de
qualile supenieute.


ln bI)ite d' 1/4 lbs. ,. .
En boite de 1/2 Ihbs. a 035
Eu boite ie 1 ilbs. a < (Ai
EAU PERRIERt1 di(estlive C, r


caisse,


en detail, 1/4 de bout. et 1/2 outteille.
BAY-RUM de S'-THOMAS de quality
superieure par caisse, bout. el 1/2 bout.


Potsaboireen papier,vente cn1(qros& detail
, Paifumeric:Houbigaint,Cotv d Cheramv.


E. DEIREIX
Orgianise pour le samedi 13 Deckimble l 'I);0, 8a 8 ui.llt'
du soir.
S n grand Diner dalnsant "ive mein u ,.t Jazz I '- h-I(;ix
On pourra obtenir au Migasin, ort-an- rine, Inus ricn
seignements.
A cause des demands de plus en plus ncmbreuses nnus:
prions nos airnables Clients de retenir leur table d'aaPce.

Pieces de deuxieme mnin
pour toutes marques d( u-
tomobiles en vente au
GARAGE KNE[-j11
I OAT AU PHIN(EA

Second hand parls for all
makes of automobiles in ly


be found


at
PORT-AU-PRINCE


HYPPOSARSINE
ROY
Slrcounnmaile par ies uleilleasrs
'medecios
imimull Ie meilleur Fer-
titiant.
i l,,s Slock- 11pu;ss! vieu-
it-,it ,'Orre rouivel6s ,par le
.i(L, 1i, r 1:A(tew I' lh nvais.
I ., i "'. t i "cz Sinon vieux
I t:i i, loute bonne pharnma-
Ct,..

CONSTIPATION
proenele10a
SooMPRimeas
I csumlaenf
d- DELORT, Pharmacism,
If"-, uwe SaJsAantedne
C'EST LE MEILLMUR
DES PURGATIFS
P )out T-bPn3izM ou
Alex.PETh;US; Pharmsaci ALBRIWTW
S Phraci du JosUn TiARm
of touti~elea bonao Pharme&w.


rlotes es P lce,


comprennent la Protection contre la
' d


rFOuure sanis auciimlntiion ue taux



Agents (eneraux


'-4-- -- -. -- rsf- -i J*


AI U 11OV l4B WHE

EXTRA FIN VE


Rhum Palmares


NTF EN GOG MEW EN DETAIL.


Iun on


sa creme;


Bidlel Or 1,00 seulemenl.

,HAITIAN MOTORS A.


OE LA
tJOF 1. L~~.-4


I


_____ ___~ ___~ ___


--~ -- -~ -~- -~- --- -- -~ --


---- ----- nrruln- rr ,-


- -


~ t -----"- --'---~'"~e ""-U "--" --'~


rrra mu~r ~ r~~ urrurrrr ~nm~lrrr- ~u u ~ -r~rr^r,.r~~-v -~-.rrr~-ru ir-


--


i
1
!.


---










Vendredi

12 Dbe&mbre 1930




,JUBO


reeduque


Constipation
Enterite
Vertiges
Dyipcp, .:
Mi fr r ain


Le atin


.-ie'ANNEE N* 7186


Fort4a-Prnnce
T6Mohbone : 2242


4 FPARS


L.


1' In testin


Pour rester en 'bene
sante prene: chaque
soir un comprime de
JUSOL


I i .* ,. i i ,.l I

Ii .r i I*M, I I 3 e, i iI. .
li it 1 I .i i i
.I n ,I1 I1 I f ait' 4. 'o" r 3 -
III, r .1111 .I Ii, i i C m -. ilr .,. ., I d..e1
icaillirdll i' dl deo llieh".
Ir P>..i, .
Ancr echef rde te.q..se uli t,
fa in FocIted de .iie riw doe IIe.t'lm u'r


3 I,.,.
3'-,.,


%'utl Ie telit Pamoneur dao 'intesttl
- ----- .^jw..xai3 ..'s .r a a a- B


.w 'a. --* -'~ -. - a" .a.-.. a-. r.-. .~. - . -. 0


A LOUER
Detix excellenles piece, s
d'appartementl "'en siltue- a
Ia Gi;nd' lRue, (i-artier coin
mercial.
S'adresser A
M John WOOLLEY
Grand'Rue ;


De toute fraicheur
Battery pour Radio
Battery pour Flashligh's.
a motelFr.
6lattvey pour sonnerie EIku'r.
que(l de la supreme miar(" e
Bright Star.
S';,dresser a
Jolihn H WOO()LEIY


iEst unie prsri' plion( dei
Mdlecil pour in' F'ioi allli *ie ir '' 's Ic ren 1 '. le
connu le 'plus% ip:de.
6i66 en tablettes auisii
MOUl RIRE El SOCIT
SDin. em.. ervoilleAlbuMi r.
Foeam. IS$ pages all, P u .
mbia m. mllmse Ci.mse. IMt.-
tirr. h falr Iier. lAppretMi e Il
i Idese a i v elr 2 ha ltnUmb
11 **** PAlInIEN. IO. *. --
SMONNI---A UAM sm


Le R hum Barbancourt
Dent la renommte est unive selle a g trd .sa premiere place.
Demandez partoit :
UN HBAIlANCOURT
D6161t :Rue des Cesars.
Vtnte en gros et en Detail.


Cordonnerie Mont-Carmel
Fyppolite R. Jeudy
A COTE DE IA POSTE GRAND'RUE 1722.
Vient arriverer on bel ct grand assortment de Chauss
res de loiwe fraicdeur et de toute beaute.
On v trouvera, en outre des brleel esiCravates,chaussettes,
IChapeaux. etc, etc, et tju, autres artic!cs de choix. de bon
gofit et a bon mairchi.
Mesdemoiselles, Mesdames. Messieurs. une'visile s'im; jse
A In CORDONNERIE MONT CARMEL.


Ce qui n'm Jarnals 6t6 faith
Le qui no peout 6tre d6pass6
Kola Champaane

F. SEJOURNE
Ppaid dans des conditions rigoureuses
I'ASE PSIE
Preparation et Venle
PHARMACIE F.SLJOURNE
Augle des iues R tBux et du Centre.


Panama Railroad Stamshio Linc

Service de fret et de passaqers enlre
NEW-YORKCITY N.-Y. CRISrOBAL, tANAL ZONE et les PORTS de la COTE
OUEST de I'AMPRIQUE diu SUD.
Plus rapide et le plus (litect service de transportde passigers et du treL. entrap Haitii
et les ports Europ6ens via INew-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de Panama
Voici la liste de nos agents pour. les principaux ports de r'Europe :
Angleterre Bcosae rran -e
Mrs. G. W. SHELDON & Co- 17 James Street, LIVERPOOL, ENGLAND
The following are oqr Agents at pri il, dt perti in Euarpe :
INGLAND SCOTLAND. FI \ 'E.
'essrs G. W. SIIELDON & o.,
1' .Jame1 Street, Liverpool, Eni',and
In rance, Messis G. W. Shcldon & Co are represct-)e.t by the tollowin firms
G LV.L%'I ,Y H17 I :f & C> HERN PERON & C" Ltd


21 Rtic de laa H oubifque
Marseiel,..
lEHNU PEReON & C", Ltd.
53 Qirui Ge.i ge V.
Hlavi
HE$NU PERON & Co., Ltd.
Rue du Molinh i Vapeur,
Boula ue sur MNer.
Messrs E. A. Bv;NDIX & Co
21 Allengade. Ciperibagen.
OSLO. No WAY.
Internal in.l
Spielitionsselkip) Oslo.
MM.ArLANTIC FR :1 UIT CORP'N
Ballinhaus. H ,nib'irg 1.
MeSsas ATLArNTIa FiEImOT
COSPOR lTION
Gcrn ';-,v
,,.,1r. \T'LANrTC tFt.iINGHT
CO oN..
24 Quai J, r-lens,
Antwerps Belgium


915


HERNU
Rue


lue dis Maris,
Paris.


r EHON & Co Ltd.,
(it, Traut,. it,
Dutkerque.


HIRNU i:'ION & CO L'd..
9 Hne Roy,


Messrs


Bordeaux.
Ui.NNOE, ITALY.
H1lNRY CO1 & C(LaaUmc


PIAZZA S. MAATTEO,No 15Genor
COTTEN BUR. SWIEDW.
Nordisk Express
Cothenburg,
Messrs ATLANTIC FmeGHT
CORP'N.
Kon Emmap len
Rotterdam Holhnd
Messrs STEIMANN & Co


Le Purgatif ideal
c ait Is
R ULEd, iiI BE TUT
147, Rue do Faub. &t-Donis, Par -s


Fdle & prtndr
No ndceitant aucun piparatilf,
dkeu pmoq jmais i d tdio.
Supprimant 1. Stla ,
ell as dibllite pas Ie malk.
rN'larit psle aderepo. la ciambe,
dl u came ucam perte ditimps.
Pliu active quo tous Im dIllair,
lk aet, par co miql, meio cbire.
DO ,E FURGATIVE, 2 & 3 P aul
S E NATIVE, I Pal -


ii


i


LOTERIE DES (EUVRB
DE,
I'AmoolUion dos Kembreu du Corp
et do FAlltanc Flrang-als
Le 216me tirage de cette loterie est fixt an dimnl
28 Do, embre 1930 A 9 hres du matin au Cau* aELOOIARI
Le Comit d'Administration advise le public qu'il as&
plus en vente quoas 3000 biliers au lieu de 40(W.
Le prix du billet est de 2 gourdes en OEUX coupows
!,ourde chacun
1 Gros lot Gourdes 2,000 4 120
1 lot de o 400 75 lots 10
1 lot de o 100 2 Aps.da ter gro lot Mg
2 a de 6.56 110 2 Apx du 2e a ,
2 50 2 36me


I 1'


Penaana RaIlroid
Steanship Line
-0-
Le steamer C'istobal. est
aiteudu a Portl-u-Prince, ve-
naut de New York le diman-
che 14 decembre 1930. ave,:
16 passagers, 113 sacs de cor-
,espoodance, et partira dans
'apres-midi du meme jour
directement pour Cristobal,
Canal Zone,prenant trt,malle
et passagers.
Jas.H. C. VAN REED
Agent General


14 Lots se termianBt par les deux derolers enshlb
des trois Gros Lots A 5 GdW 24 I
N. B. Paiement des lots g de dix heures A midi au Magaisn de SIMON VIj


--,.r,,,., ,


Colombian Steamship
Company Inc. I

Le steamer a Bridgetown a venant de Newm-Yomt
Gonaives et St-Marc est attend a Port-au-Priuoe Il3d e
rant. II laissera le mdme jour directement p" la Cate
bie,Canal Zone et New York, preoant tret et pun.
Port-auPrince, le 11 d6cembre 1930. '
Colombian Steamship Company In.
GEBARA & Co, Agents.


FAITES DES ECONOMIES
EN ACHETANT












i .






La meilleure HUILE pour la table

pour la cuisine. ,

En vente partout.


L. PREETZMANN-AGGERHOLM 4

Agents


- ~



Iii


F.C


'I IE


Insurance 40.

Une des plus fortes COMPAGNIIS

CANADIENNES d'ASSURANCE


sur la VIE


EUG. Le BOSSE & Co.
Aaents Generaux'


----


I iL


u ---


-" ~ I


C c --* --


i


rr~_ __ __~r - --


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs