PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04991
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 12-02-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04991

Full Text






Clement Maglbtv
DUu=CTUa
1, R8B AMERICAIftI5 I=M
TELEPHONE N2242


rELEHONBN 223 -


Elt.ee qo I'on fait des ei~rienees
politiques sor as people? El ce met
si freid experimenr lorsquil e"t
appliqd an corps social no cache-
-il pas tlout e qu'il y a de pies
cruel, de plus tragique,de p!us dou-
loerex dams leas tapes succ-sinis
de I'humamite ? On peul faire des
ezxpriences avee on people, mail
o* 'ea a pas Is droit. GAiMBTTA


S Mi.4ANNEf IP W~7


POT u.-PRNCX (HAITI)


MARDI 2


DECEMBHRi ;90


En *seriant lesQiuekons,

celle de la Velidile de la

Convention de 1915.


Quand, derni6rement, dans partir de 196, de la Conven"
ptre editorial intitulds Quells tion de 1915. En some, il eat
en rialif, la situation du tout indique d'agites one tell
'gs ? nous demandions quo question avec des hommes.
" points do vae clairs et aujourd'hui an poevoir, qui,
Sit, 6chang6s entire Ponvoirs hier. dnI a* prese *t uso
Fblics, viennent praciser moyen de I'gitation sons
S c tion gouvernemeotleo to1u0 s os former, pr6teon-
q'.etend r6aliser Ie rgimoe deaent que, depuls dix ans
oevemu install dans lePays; pr6s ses ratifcations et leur
0 qoand, pea apr6s, dans an ecbnge do 1916, la Conven-
stre editorial sur laiddsoccu- ton ex pir6.
ption i.intgrale te incondi- Poor placer Ia discussion
nnel ale, noues tablinions sur son veritable terrain et la
s connexit6 qui va doe so circonscrire dana cette pre-
atre cette d6soccupation et midre question, nons repro-
bi sonci de pr6aerver notre dulsons, poor nos lec ear qni
pi publique,- nous no cro- m e I 'Iraeatt Ipas son la main,
, pas ps avoir mis Ie doigi Is text do I'rticl 16 et final
Sie pouls do ia s ,tation do trait do 1915: ( LA pr'.
we autant de precision et sent trait restera on torce et
ftportunit6 que noes eo vigneur pendant une dur6e
.isade aojourd'hol an ar. de dix alnnoes partir du
lse que vient de poublier jour de I'echange des ratifi-
astre excellent confr6re la cations (1), et. outrs pour
PazSSE sons le titre: Par oi une autre pdriode de dix an-
commencer la grande tdche?l des, si. suivant des raisons
ct sons la signature antoris6e prdcises frrmulees par I une ou
del'emiient publiciste Mon- l autre des Parties les vues et
sleur Emile Cauvin. obiets de la Convention ne sont
Rentorgant, an surplus, sea pas accomplish.
importantes considerations de d
tout le d6sappointement que II salit desavoir, 6I'6gard
lui a caus6, common A nos, la I de Ia dernire parties, souli-
d6claration du Cabinet, il go6 par nous, de cet article
condense en ces quelques in. 116, si uo nouvel examen do
terrogations les points sur trait par I'autorit6 legislative
lesquels il aurait vounl que des deux Pays et si de non-
lopiuion publique fht 6clai- velles ratifications 6taient n6-
r6e: ( Les ministres veulent- cessaires,A l1'expiration de la
,Is a deaocupation nimm6diate premiAre decade, pour don-
ou graduelle? Dans I'an et oer durant la nouvelle d6ca-
lautre cas, comment eaten- de, uone novelic validitban
dent-ils garantir l'ordre at la trait ?
paix don't le gouvernement Onu i le a it m6 me
aura la responsabilit6 t6t on que I'autorit6 legislative des
lard? Opinent ils pour I'abo. deux Pays a vote sous cette
liton du trait onu pour sa forme I'article 16 n'etait pas
continuation jusqu'en 1936? intentionnel et n'avait pas
Les suggestions de la Commis pr6cisement en vue de dispen
ion Forbes sont elles le ma-. ser lea Parties, le cas 6cheaot,
liamum do satisfactions que d'a v o i r A renouveler ces
N0OS ponvons oblenir? Que mdmes formalit6s?
peosent-ils de la constitution .
de 1918 ? II ftaut avouer que Enfin, meme en acceptan
it assez copieux et assez Ia deranire opinion, i sagit
blliantiel comme interrogaa de pr6ciser les circonstances,
Wre et si ceux A qui it sa- -- o? quand? comment? -
*lfe veulent s'y metre, dans lesquelles des raisons
slbus n voyons pas trop pr6cises ont 616 formulesa
lfBent iIs pourraient y par I' ne ou rautre des Pat-
4'4pper indeflniment -ies ties et au course desquelles if
lOuvent dire qu'ils out do a ete convenu que les vaes et
n sur la planche. oblets de la Convention n'6-
l'p .. *--.-:. 1.. talent pas accomplish en 1926
Pour bien saisir l'ensemble tai ut pas accomplis a n 1926
* Ia discussion, il no faut paa C'est sur coa q'l est de-
Prdre de vue, en ce qi CO- mand6, toot d'sbord, an Ca-
Urne la declaration ministe- binet d'clairer I opinion et
1.ills, les considerations que, d fire le. jour, meme pour
Spinus deas questions se rap- sa propre information. Apr6s
ipotant an regime do trait, cela, on passera A d'autres
3We avons en A exprimcr questions, car, pour pirler
a5*-mmes sour les besoins come M. Emile Cauvin,
iques de Paysv, en n- i routes les autres sont r6so-
at par clas les donned loes implicitement avec elle.s
robi-me" haluen sateu Note que, comme lui, nou
A 1915, tell.. qu'o0 pourrioms ,ahe plus loin ec
i i 1915p teoles q'ell"" m| ttne o n "Uo Is, aova-
't ti ours occnP6 -'esprit lmt d iorLtleon dla Con-
m publicistes et do nos ear oa con
orioles d'avn t iS vention, pulsque, am bien
actueL Car nas- le Pays aso roeo aljo rdai
qo'il soit bln --ntend., entire les mains do citoyens
l'oueloir diminmuremsquoo honorable qai oot toulours
*CS 5o0t Ia valour etlo ua~. conteost ctte valour. m als
'4opde rnno, q ur- i vanmenti uA quol bont i
t na...o .. ls on- dNou teao A dir., avant
'_, tiotisre e ara.eda*i'te j n er




l l ar a d. o**ot sn acoepiir, depnSs
[ t ,,ni, o, l canCrertd naou In ps a'
i d a'Aeo-,,e soaead'l't- o nir on

Ir s qusrler asm letes
bloi le avant dd our p acce '41r, dopiis
#' giat even c6b rt.te a d on our lear.
:tea._e ssaustant que podr tiBome o0 leur gltenon,
I S.!'-?..oer poarb oe mmen i a.....


i i~ Useble nature d'eza-! ... ----
r priority la Fa (1) 3
**,valditE 0) w.


*ELLJ edasd quw isTo TomI Jaou a pay. ale
d s eaomir d(abord. sm n a'schncem ria I ar6kt.
' u6a da l'mrvs a baque, o mam.e exempts dtn
quituds. oul a'avaex poM do uai A I6viAtr es cha4ue mw
am w oolm Amo wulmt.
Ia rahum s rItadgps do ladl pubis puih k baqe r *
sm uids Al.imaa ves ey-uns powukeI dkpm At
le pe"i lnI. .l


*F04


La Banque Royafe
du Canada
~- .- - --- ---


Lettrt


Ouvei te

rl -I 4 r%


-JIA quoi je requs
suivante:
Port an Prince.
vembre 1930.
Mr St Fort
A Ex-Secretaire
I'Interieur,


la r6ponse
le 23 no

Colin
d'Etat de


onrt au-Prince, le ler Dc j Ei Ville
cembre 1930. KMonsieur,
A Mr Charles Moravia En r6ponse A votre lettre
Directeur du Journa'Le ?emps de ce jour. 'ai l'honneur de
Er. Ville vois informer qne lI billet
o nir euimnprim6 dans "Le Temps" a
Monseurtle reua par la poste, et ie ne
Pour l'edification des uns sais pas qui est L M.
et des autres, je crois devoir, i Pqr coutre, la note don't il
avant tout coanrentaire, re- est suivi est de moi. II va
produire in-extenso votre sans dire que je prends len-a
into:malionci-dessoisinseree tire respoasabilite du billet
dans votre quolidien du 24 come de tout ce qui parait
de I'ecoale. sans signature dans or Le
IC'EST LE MINISTRE a Aemps.
Mon cher Directeur. Veuillez agr6er, Mousieur,
aLe Temps. a dit que c'est mes civilit6s.
on emoloy6 du D6partement Charles MORAVIA
de I'lntArieur aui a commies


la laule ae copier un program
me du temps de Borno (sans
jeu de mots) II r6sulte de mon
enquEie personnelle que ce
u'est pas vrai: le programme
n'a pas 6t6 redige au minis-
tlre; il y a 6te apport6 par
le Ministry Colin en personae.
Ce n'est don p'as le jeune
homme qu'il tallait attraper,
mais le... vieillard L. M o
L information sus-dite etant
loexacte, j'ai d6.en vue d'une
mise au point, vous taire la
lettre suivante:


aPort au-Prince, le 25
vembre 1930.
Mr Charles Moravia,
Directeur do Iournal
LE TEMPS
Eu Ville


Monsieur le Directeur,
aD6sirant fournir quelques
reaseignements relatils l'in-
lormation ins6ree dans les
colonnes de votre Journal, i
la date d'bier, intitulee "1C.est
le Ministre-, el sign6e L. M.
je vous demaude de me fire
savoir i quij'aurai I'huneur
de parler.
gVeuillez m'accuser reception
de la present, et agreer, Mr
le Directeur, expression de
mes civilitds.
t M. St FORT COLIN,
a Ex-Secretaire d'Etat de
flaterienr ,.


L' deal


Le programame relatif A la
fete du 16 ,tovembre dernier
(Te Deum et receptions an
Palais National, etc ) n'a pd
etre bAti par le Ministre de
I'Int6rieur.
Ii a et necessairement, ce
que i'on comprend tres bien,
r6digd par un auteic. Et, c'est
parce que le programme en
question devrait etre imprime
qu'il a dd etre exp6dj6 au
Departement de I'lnterieur,ce
dernier pouvant senl passer
desordres A l'Imprime ie Na-
tionale qui en relieve.
It nest done pas exA.ct que
celui qui s'est donned les ini-
tiales L.M, non counues de
vutre Journal,ce qui equivaut
A un anonymat,ait p,.au sujet
du programme plus haut
d6signe,relever,au course d au-
cune enquete. aucune erreur
de ma part.
Jamais, durant mon court
passage au Minisibre, la pen
s6e ne me serait ,enue de
r6pondre a aucune critique
dirigee centre moi. Car.toutes
les energies de mon etre
etaient tendues vers la reali
station d'un seul but: le triom
phe des elet tions legislative,
en d6pit des ennemis de ce
pays.
Dans ma sphere d'action,
j'ai conscience d'y avoir tra
valley avec loyaut6,r'courage,
et pers6v6rance.


Rliii,1


ALiX ROY

28 amicees de success.


ICARNET ONDAIN
Mademoiselle EvYliue du
(Grandchic declare renoiilel
a son piojet de marriage avec
SMousieur Nay Me Kwally,ce
dernier ayant 'omis de thire
| ses achats de chapeaux, cra
SllC.q UI .'km CllaL__iS eU'


hcureux coinie ci-devant.
Je sais que iia perso:lnlalitl
est un reproche contnuel a
quelques anciens fouclionnai
res de I'E al, et particuli&re-
inent.a certain quii coiniime
mnoi ;ont et6 Dehleiies des
Finances et du Coninierce ;
mais qut n'oan point si obi.ir
i la voix de I'honneur.
Je isais encore que, ponr
avoir apporl[ ma taiule con-
tribution a I'ceuvre de relieve
meant national, j'ai accumulJ
des coleres terrible sur ma
tete. Mais, elles ne souraient
m'eftrayer.
Tant que I'Age nu'ura glace
le sang dans mes veines, inoi.
le vieillard, jel servirai mon
Pays.!
Veuillezagr6er, Monsieur le
Directeur, mes civiiitis.
M. St FORT COLIN
Ex-Secr6taire d'Etat d-.
I'lnt6rieur.


L. 1 A UNE ItiSON VAJELRE. ..
Qni porte tout le monde A
aller chaque tinde mois -
la ianque d'abord et che7
PAUL E. AUXILA
-psuite- car ces deux etabis-.
sements, tont le bonbeur de
tous.


o01re iil


l, l emisesi, chaussettes
et surtout casimirs, chez Mr
VINCENT GAUDINO,
2T5, rue Bonne-Foi.
Grandchic.elle, est n6e. grand
chicelle mourra.
Nous avons pu nous rentre
compete qu'en ellet M.Gaudino
sest remarquablement sp6-
cialis6 en articles pour horn-
imes. Ses 6tofles de casimir
sont de loole beaul cet ses
prix sont plut1t raisonnables
si I'o ltieit coinpte de is siu
p6riorite de se. inarchandi
ses. Un stock de chapeaux
de teutre de la tameuse mar-
que italienne ( Olimpo )), re-
tient particuli6retient P'atten-
lion.
Viiitez Gaulino, messieurs
et vous serez 'atislaiti.
Par le steamer (Mary llorn*,
Mr Gaudino a ria( des *ou-
poas pour pantaluiis de aAn-
taisie qui d6pasient tout le
bien qu'on poarrait cn dire.


Et n*ai je pas 6aleinenl'
oblenu le couronnement de
mes ellorts ?
Aujourd'hui, grace Ai )ieri,
nous avoas une repr)senIt,i
tion national vraie, dans la
persoULne de nos hllOnrl'),bl(e:
6Snateurs et Dputes qui out
sti donner A noire mAilten
reuse patrie iun Chef oinp
tent et digne.
Lors done que Son lExel-
lence le President Roy u'lho
nora de la direction du Depar
tement del'Int6rieur,a I'lieu e
I delicate que Ilo'i sait, cc ne
Sfit pas une vaiine promtnsse
queje lui fis de in'employer
sans tr6ve, sans relAche, et
meme au peril de nli vie, a
ia reconslitution du Corps
L6gistatit.
Les tails i.e sont-ils pas sult
fisuniment eloquents?
Je compete plus de- 40 anm
dans I'administration de mIon
paiys J'y ai occupe de nomi
breuses et imnport:uaes nec
tions,o j'aurais pil facilem'nit
m'enricchir au detriment de
la cornmunautl. J li etc no-
tammeul, et en plusicurslois.
D616gue des Finances et du
Commerce Qu;nd il m'irri-
vait de ne plus p6uvoir faite
mnon devoir, je remiettalis inI:
dem ssion au o(ioucr.'iiie.il,
etl epreiais tranii illeic ii
Il chemnin de ma mnii.sou, nma


Irectiliable. Nous espfrons qune
ceux qui collectionnent notre
journal les rectifiront sar lean
nimeros. ";


-lr- -----~ --- -- -- - ---. -~- L II d ,_ _I I _C J ___ 1_ L I I _L__Ln I I I I L,


_ ~I~


~--------- ,,


I


I "


Imn (l


... a vu, samedi matin,un pay-
son i coslaud pui passait au Bord-
de-Mer dans It voiinage de ces
maoisons on I on danse el s'a-
mtuse. A la porte se trouvait une
jolie blanche aiox vcux 'ouleur
dIau it iA la carnation blanche
mais Iger.cnrentl rissolde par la
chalLur (de notre soledl. I.e pay-
san n'osa pas rugarder la lem-
me. Mais la l'i nme, elle, le re-
garda i llem .n, ,lu'il vacilla.
liltl sounil. l.ui lit un petitsi-
gne. II n'Weu pis It courage d'y
ro diodr. lHie accusa le sign.,
l'a pcla. Croyan it quelquepit-
ge', le piINsan sc sauva, pensantl
peuut-tre A tort que nous ne
solnmes plus A I'6poque o4 les
! cines saniouti chent des pa-
tres.
...:I vt quIqu (uu qui sexta-
siil devant I.A I'aiAsicSINNI.
\'oll a u llioills un iinaga.
sin qui porte sol ltniol. Tout ce
qu'on y ltrouve a I'ir d'arriver
le jour m'iwe tde Pi';ris.
*
... a vu, sous la porliere d'uue
automobile el tlotllait an vent
tde la viesse, 1uti joli inorceau
de tissu. St'.l p 1clit'h pour
IlitilC x v II'r, Vl ~'s s,' Ln du comllp-
te que si' llalt la j);lic meme de
la jolic person|n'll (ill ('1,'ilt an
volaiit a C, l qu :. tl>ai, t .1isi duns
it soi'l. E'L 'v I, Ur ma gal de,
terim6 la portic, 1s1- sa ji u e.

...a vu, au (irn1d 116 il de
Fiianc, un (it de s aniis qui as-
sis A une bible e avail )u, coup
Sil r o)Up. lI's lois grogs oftf',s
pip ceux en lcompagnie de qui
it Sile touvai!. On l 'attnlldait A
ce qu'l offi it lui aussi un cock-
tail. (.Colliin e i I'vil CS()lissa
Iniiime p);Is Ie geste, un des ca-
[litnvdts de Ia liable lc blgltua
-- l)is du(n, Vieux, mais 'est
ion tour.
h L'boinlin e se l 'Il a (hi'bord la
tile lt i' lit m o!, cv rigiatlla la
tW e t et lin I(,Ii i ce fatux-
I ii'iiyy ii "
-- t c serait N.V( , laisir. Mais
If ii'; pas le s> 1 sulr i1oi, .t
ciit('lIni e II'ai piH s till compile
iCl, Vous coilii't1 I '7 ...
!.'s trois a;it ts s tci itrenl,
presq(u'i iin tae IClemps:
Si tcc i'i s qiute celi.
I:t on appela Alejxandi e. On
coiimanid, lIe qn11:1 ii>me cock.
t.il. On le but e Ini, ',fqu' on ap.
poria Ie bon, I li'ini'ne le sign
puisiblrerme!. is se flare ou.
v1iI un cl I' l il. II 'en vail Ln
dilA dans la iisonul.

...a vu uii l-t'l,ahi qul don-
nailt une i elt- a u:' (amarade
qul voiilai (,'ie aiuss biel i ha-
bille que' 1l tt voi' u1ie inllne
austsi I< t e|it' it lidis ante :
Je Cll, lillllt 'a LA P'AHl-
si ,\.-NLtJc t i ln b (it du lhum

... a vu, diliualiche I soi', un
Avieux ijaiclieu(r iui assislait A
la setconde repiesenlalion de la
troupe Esperanza Diez et qui
distail:
lis sonl tepaulnts. Mais je
'.UAs djia tr6s iiisle. Chaque fois
que I'assiste au spectacle qu'ils
ldonileut, je sonige que bient6l
is lisseront note Pays pour
ui autre. Alors, ,a me rend
iet s tinite,
Tu u'as qu'A les snivre,
|non vieux, lui conseilia un au-
tre.


Pour les collecliuoaeurs
*I'll i. ur faite par lemet-
u' ; ,~ie a change le num6-
S l liidi 24 siai dernier de
notre journal. I numnro eat
7)0 el non (7()0 come ii a 616
i m pri ( til it-ur. Aujour.
i'hui IHitII i 'til done le nu-
mro 7157 :.u lieu de fi857.
Ceitto i eur est tacilement


a-& r


I


no-


(__ _








PAGE 2 2


-_ 1I!_j


Mes lectures
Ce sausages du .icaragua
-o-
Voici ce qiu nous lisons dLnis i
confrere parisien et sous la ,I ite du
2 novembre :
a Au Nicaragua, des elcctioit ouit
eu lieu aujourd'hui sous 1.i dirlet'ionl
des Etals- 'nis.D)evant Its tditictilt 's
renconti6es pour obleiir tics ciAc-
lions honnetes, loyales, i le, rinies
oont laisseasaux mains des attoritls
du Nicaragua, ce sont les forces aimne-
ricaines occupation qui pruocdent
aux operations.
Si)es lonctionnaires ont ett envo-
y6s des Ktats-Unis pour diriger 1'en-i
semblede la consultation at presmider
le- sections de vote dans tout I pays.
4 Pour s'assurer que lei uities it
moront pas subtiliskes par .de coIui)s
audaoieux do factions op)posees, des
moldats americains en arones sRont
charges do garantir I'ordre
c Ainsi, il cst bien certain qIuc le
Irr6gularits et los actle de corrup-
tiondivers qui miarquaeent lts elec-
tions au Nicaragua awnnt l'occuupa-
tion amricaine ne se produiront pas.
a Mais on peut se (demandlr dants
quelle uesurc ces ctections reprtseii-
teront lea vtrux lii)retniit exliriime~
de la population..)
'On auraitpu se demander la iuin(me
nose au sujelde nios plecti)iiu eicttll
svaient eu lieu cone coii la. i l.ii
qu'une partie de I'opinion ttait i avis
au'eils fusseut ainsi .stlp 'r\ l I'vs1 p):
m Ampricains prouve qiu pa, lo)i,
cOUrn n'ayons pasconIcienc *Ilt l utes
nos virtualite, columuc t lauceaiM
qui ignore ses forces.
C'ast bien vrai qu'on s'i. ni r -o -
vent et qu'il a de pair Ir mionisr
beaucoup de Nicolea qui say.iit laire
de la prose san 'a 'n douter. td iites
auxquels it arrive de jouer aussi dte
la flte pendant qu'ils brouicn t ; dc
liivres qui,pendant qu'il i)tniit-'itl l;A
fuite, s'aper;oivrict, ell voy it l ti1 .1
leur tour, los grelloui lies, iu'li -,i nitl
des foudresde guerre ; ve tiiin iteii-
coup deosors qai, au pluss Iloit Iie ( ih-
sespoirde leur pantretc it. lhtiieitrlle,
trouvent, en iaanire tie Tot 'olnliIi,
deplus sols qui 'adlfirenit.
\ous 'oyez que, tellh'mucmnl >st \ie
=a proposition.je ne ti i-is ,i.is .A cutlI
de comparaisonscoiinetl' \tl-iintilet
voUs \\v serezpasenl |)ehtife 1r,)MI-r
des illustrations de ce(Iut, ic itt d ri
qu'en jetant les yeux atitlor i- dvotis.
Seuleinnt,. pour tous ce' cs, ciIllI-
me dirait I'autre, il ine faut pa', ti)op
eppuyer. Ie est bien certa.int (lIt Le II
octobre et Ie 18 novntnbre >irou)i\e
Wue nous tie somnines pasi die viait aII
icaraguaviens. Mais des gen s iltici-
les attendant, po u r oiit re t it slir
d6finitiveminnt, tite nous rfiomituln-
cions de fair des 6ectionIs, :11 1-4 leC
depart du dernier inarimiu t i,ierirs
expiration du traits Qu.t oult'z-
vous ? ila rece des saint Tihomas ne
ger .jamais 6teinle.


Une scandaleuse
affaire
II nous est revenue qlite, Ii
des iours de la semaiines dier
jiire, le sieur Kenny, 1i)n '111
Su dans le monde garogis,;t, -e
ip A exercer des voles de hit
tontre la personnel d'un nalheui
ieui. La police,averlie a temps,
proc6da A l'arrestation du situr
enny, devenu haitien par natu
raliaation et I'envoya A ses Jiges
naturels pour rpondre des do
mages causes A un de ses senm
bll Ies.
C's! ainsi qu le 1e ib:Tl',i !t
palx de IA C'ntij'i;l ,' '
en fitsl si l.'i,I l UCtIti o TI't;IV, 1
pu 61re terminfe samintli (idert, r
un mandat de d-p6 t tuf idecerni


Le Pr6sideln de Ia Ripabliqae
en \wiite
Hier" martin, S. .E. Monsieur
St6nio Vincent s'est rendu sans
tambour ni trouipettle, cest bien
le cas de le dire. A la megse de 7
heures, A la Cath6drale. 11 tait
accomnpagu6 de M. Miresse
Woolley et tie deux olliciers de
sa Maison intilaire.
Plus tard, \ ers dix heures, le
PrLsident reiidit visit A Me
Pi adel, puis M" Nau, to sa
deux Sinateurs de la Hipubli-
que, et en dletnier I eu, a la fa-
uiille Florian Alfred.
Dans l'aprs-:ni.Ji, on a 616
heureux de voir le Pr6sident
Vincent qui se promenait au
Champ-de-Mars,A pied,en blanc.
[I renditt visited a M. auunont
Dennis lils, en son ainical caf6
du Champ-de-Mars.

La troupe Fsprranza Diez
Les deux pretniires soirees de
la troupe Biesilienne Esperan-
za )iez out 61l v6ritablement
ideux trioniphes. Et Ion peut dire,
sins craintie de se lrioinper, que,
depuis tris longlemips, cest la
lpreiiare lois que nous aVOus
eu A 'ort-au- princee la visit
d articles si precieux. Les decois,
les cosiunies des artistes sont
( une richesse reinarquable el
vraiment on ne saurait lesconi-
)ia 'l qut-e Ia v: i lcur i '11me1t des
troi *a I 's tirg it, 1U si dopitle e : Lai
Veuve Joyt'usc, l1vc de Valse,
Ie Comtle (Ilu Luxembiourg, (, e
ce soit fois, iileiluct, oU celles d'au.
oiitrdhulii c t is ,c'etlrs (nti
I eliljoric ii StIc(' elt i lious point's *i la hau'eur
de lear ir s' gri ,idi tal t.
Aus.i on'-il', )iour ninisi dire,
au cr()Lii.- sd, c s di x r- prsvui -
tatiois. conquis tout a faith le
public.' de i'ort-,u-l)rnce (qui
atl cil i I unc vra e an xiele
la repirset'nlatioi de e c soir. Le
progimmi 11 nl ,i I itiereme-
Intl l iellot)vtl' et les i ilulteurs
de cholis's airtli1 'is pes tde spec-
laclf.s rares ne lAteront pascelie
nouvClle occasioti de conlenteir
liurs orcili's, leurs yeux et leur
esl)rl!.
.i:n ti, lc (tdoic, ce soil', A Ci
n6-Vui IIes oil o'is les gins de
gout se solt donIIn rendez.
vous. pour uapplaudii, uune troi-
sil lle lots, au jeu dliverl el sa-
vant de ces 1lois artistes A qui
nous prt.sleltons 10os compli
iienlts les plus sinc6res.



IASTILLES
-.... ,relade ATJGL UYO


cotilr le I' clinquant Mais quelle
a ', gr ,n: l, 1IIa surprise du titu-
laire tidu iti nal,quand I exirac-
Ion d(u (lit kenny :a t0d ortroyte
hier de s:voir, qoie Ie ge6olier
vL i' > rr p. ir, onnlir, tie sa
i.' 11 i .1 l t t ,'" par lev.i I
ies an tolit.s coin (tte' tes. Nous
c seigieions


SI'hetu d



DU 72A ,t .


Propos

ca(


chetesi


-o-
Coiinaissiez-vous Gamendi, 'ex-
erant de Sea-Side-Inn, qui vient de
ttusser companies aux cr anciers qui ;
le traquaient.J'aimaiscette t6tepath6- *
tilue d'apotre soulTrant oA lea fende-
inmaiis de cuite, le final macaque met-
tait des tons d'aurore. Car buvait
I'animal, lertueet dru, mais ii avait
ausmi des principles et ne se faisaitja-
muais servir que du RnuM ATHas CA-
CHET D'OR...II est partisans tougher
aux nucubles... tout 6tait A la meme
lace quo la veille... sau f I'argent at
es deux caisses de vieux Sarthe qu'-
on avait achetees le matin.
Naturlleinent, Celtis a Wt sensi-
ble a cet homage public,quoique un
lieu particulier rendu au Rhum Sar-
the... et inmme depuis ce matin il a
commence a reinbourser lei crkan-
ciers i de son malheureux client.. ..
c'est bien Celcis.


Nouvelles

etrangeres
RADIO PRESS NEWS
-o-


*1
.1


.1 1
I '~
1


.iJ


Tous les ar-ateurs de ciQareites seront

heurcux d apprendre qu'a partir de cejour,

les CIGARE TTES CAMEL,si recherchees

par les bons fumeurs, seront mises e

vented (fans outes les bonnes epicerie
I.. .. i . 1_ I I I 1 I


29Novembre CH I S, Iq XlIS, n
Protorelede i'adhreacee amerieai
a la (our Moediale Hl iq e
WAMlIIG'O()N- Ce lot one
gri tie U 1iprise que I'annonce E
tlu protocole pour 1'adh6sion E n llum an
amrueiaine a ila Cour MondialI
et Ir l)pi olocole potu la rIvision
des sIt!uts de ;a Cour seron! lp x 0(1(1 1 11
.,ouinit .u Sui:.t pour la rati- -- 1 equ It l unt
li .ii a la session du Congres
qui iVUc i'lence ljindi piochain, mo
hI r D t. ibre et finit le mars ClCC Da( l/
1.i31. Ix. l'ilsidenl a pris cetle
,on en lace des representa s 1ti/r a d GI
lions des leadctrs ripublicains C5
qui >'raigi'ent que le prolonge-
nient du debat A l'bgard du
protulole de la Cour pourrait
enijt6ther I'emission des bills
d'uaiji()visio init )ent et force
I'appul d'nne ',ssiun sp6ciale du I
prochiai Congres qu'on appor- 1
hliene etre hostile A la Mai-
sou Bltln mhe.
Le President, en taisant sa
pi oclainuialo, a dit qu'il appar- i,,Iration d avoir des pro',ocoles
teuait au Sbnat de d6cider ou r Ithnuo d Corutoi des aftaires
non si cette action devait tre Etrangures.
considrehe Aila oprsente se Aecle eevant
sion. 11 a dit : Je soumets lea course session'et le an delay
protocoles de la Cour Mondiale oermes telardant Ia l isolation
au S6nat a la session prochaine.; pour les depenses en a ide saux
Naturellement, j'esp6re qu'onil erinier dt semble que Ile I'r-
statuera A cet guard A e mo. ,sident M ver s: cn tainem re-nt
enti, mais c'est aux lead, r's du torc6 d'ap oover, r ne sessiomi
Sniit c p)en daut, de determ u,, r ,e er e t omrif
si C. te aciCm doil allle t consi-,
al que possible dans la course Prst sien polrsuccde Jiames
sion. une elle acion es Davis qu I Cabin
ix tl.ateur Bhorah, mi sidentDi l)oak, du R wa y w: y m rair-wensi
du Comu t des Relations l Att' Magazine et anii intitnedulP,.'6-
ricut s, a anno nc qu'il esia)era sident Hoover. a noHoover
de dtisposer ides procoles aus- Sa ertaire d ccrava l par lei
sites qu Posaihble dans la court Prsid n poursuccide A Jarnes
sessee des uners dle action est Davis qui I a i s s e Prbinet
l gi't' ,ie Cmnelc e certain en hour devenlir sOnaleur ldes
Vue d prec yittvr le d ohI,' f: qui E, -,is U .,is de En'y lit l. LE
1a l a It ;aleg les bmls no n im aiant Mr ),) k, Mi hoover
S':,~\'i',,IO:IItweit. .c t euia. a l efIi, d'accep;er l'iniondio:i
teuts Blo,,hi a ret iis l'urgen le ,1 L4, Fi&',6",i, ) A i tea'ne dh
ieq~ute des elders de ladmi- Travail. Mr William Gueco, Pr6-


,a
I










1'<


loteis ci restaurants (e U



/ les CAMEL, vous av0z a

e cigarettic de quulite appre.

connaisseuis siir ioule a

fobe.
R. J Reynolds Tobacco Company
Winston Salem, N C USA.
Distribiileurs exclusifs owur Haiti
VICTOR N. EANSOUR & Co
P. O. Box A-86 Phone 3417'
Port Pu Prince
On demand distributeurs pour la Province. "
. ..Im. ...l .


sident de la F6d6ration, a dit 6
Mr Hoover mardi que son or-
ganisation s'oppose A la nomi-
nation de tout individu qui
n'en est pas membre. Mr Doak
est membre de la Fraternit6
des employs de chemius de
ler, une des(( grosses quatre a
non alfi'ites a la Fed6ration.


D
d'api
la Gi
merc
De
Ba
U-


Ilaitiiaoa
CE SOIR
I TIA'VY


...... . , I... L Jl. 1 ,I
A LOUER EA :1 d.
eux exceiceutes pieces DEMAIN SOIR
p:artetuent, bien situes A
and'Rue, quarter com 600.000 frca
cial. 6 .0 0 r
9 tPAR MOIS ,j
e teute fraicheur Entrde 0,50 et I gourde.&
ittery pour Radio ,
_a i r ... .r Irtlasni gn


Battery ponr Flashlignts.
a c motetir.
Battery po.ir sonnerie Electri
que de In suprene marque
right Star.
SiPt.Istr ai
Jo hu H WoO.,LEY


SASTHMEZ
|Globules R6s
7 sul*a 7sm!rvolab"u1


Toutes les Polices

'OE LA







comprennent la Protection centre 1a


Foudre sans auQmentation de tau;



i~f.LeBos setCt i
^Jr r ~ ta. ' i


Agents Oneraux


IA It\


Mi bCHE


Bhuum Palmares


EXTRA FIN -


VENTE EN GROS ET EN DETAIL.


-i~rlr~ I Cu I~;k~rJCn' W-"~~~b


+


AMMMMMmi.-


* '"


---








., *, .


Lt 'MA" r D1oebre 10 ,.,







L N 2 detbre iS"O


Une bone voilure molee sr PNES ET TUBES


..


DEVIENT UNE EXCELLENT VOITURE.-SON ELEGANCE ET SON
RENDEMENT SE TROUVENT AUGMENTES


LIS PNEUS ET TUBES
ONT EE TOT L ROUTS DAITI SPAEENT SU A OUTE DE JBaMEoon
FONT MERVEIL LE SI TOUTES LES ROUTES D'HAIT( ET SPWCIALEMENT SUR LA ROUTE DE JACME,--PORT AU PRINCE


pr for'-e sf e fttte sa t a m t w Jts I j t le noftbre des convaincus que ^ done le plus do Kilomilres au Dollar.
Nthro sloekcompraud toutes 1i dimenions et vous trouvere echez nos distributeurs la dimension qu'il vous laut chose trts important.
EN VENTED DANS TOUTE LA RIPUBLIQUE CHEZ :


L. T. Lafonant : Por'-ui-Prince
T. Gouase : MiragoAie


J. M. Gentier : Port-de-Paix
O. Ports : AuiCayes


alt JlAI LPeeiai :&*o: C*ap lmicn
Cement Piard : Sant Marce


4


Me Mils : Port au Prince Abel Lacroix : ponaltes Svinien Martia : Petit-0ll
Edmood Lauture : Jacmel.


4~3


PREETZMANN-AGGERHOLM &
Rue du Quai.


1 .'


Co.,


a~


NOW1~


' .r








Le Malin


P AP&US


n ne de la force


.EWA- '

.*, '. 4 \

do



Convalescence
Neurastho nnie
Tuberculoso
An6nie


tg Cure I. CLOProL
..mente '& force ntvr.tus
tt rern & *%A net < ;'int i
5Vo t Iutl enegrg I "'
a.uplow s ilet" owuur.


. W


LerPhum Barbcancourt
I)on a la enl mr ut se ist nuiv c'c g irdI sa prt miire p'ace.
Deuiundez p' |r4ul :
UIN IA I'. I NCOt'l I'
)\i 5' lt e des C6sars.
V( en'e en gros et en Dl)tail.
a- .-- - S


LOTERIE
DD
VAosocitlon deo Hembres du Corps Aunsignant
et do l'Allianoe Franqalse
Le 2C6me mirage de cette loterie est fix au diaiapbhe
7 DAcembre 1930 9hrendu martin an CtW 6ELDOlRADO )
*r I'A aviwr. -:i-.; le.- I- Ilhlirc al'il ag rget,


Le oUmillC UrIuaIui.raiiou *vi*m. *- e r,..4 u. -m.-
lus en vente que 3000 billets au lieu de 4000.
Le prix du billet est do 2 gourdes en DEUI coupons de 1I
)arle chacun
Grds lot Gourdes 2,$O0 4 4 E D
lot do 400 75 lots 10 769
lot do 100 Apx.da Jergroe lot MG. ^i
t doe A 100 2 Apx du 2e t t A) Ur 40
a 26 50 2 t Smoaa t 1 S 301
;d Lots so torminant .- lle desa dernier cniffites
des trois Gros Lots & 5 Gd. 24g.U
M. .- Psiement des lte pignants lonms le jours
do dix beures uiJii uan Magasin de SIMON VIEUX

IMAUTl niDE


L ~ ~ ~ RL rudic"oe r..^'^ ^ n^o^0^
R -ge do~oets Nel iBAUME TUE-NERF WIN GA.
Latime nstantaninicnt Ia. I jr, eiia),I. cnrtle. apsure im co,,iervattiondeIs,.dent-.
(.. haqu botte conteio lo. dii, ,nrd pour Iobtrstion stle ponsement des denlis
Sm HU. Soul.le Durn Tu.?N-Nerf 1M1 i Irleerr dentalre drtnltivemeti. Kloo 0
BAUME TUF-NERF MIRIGA
I abo5lltr du Dootur GINAUD, Ii rncien. 8, Nue Dolet LYON-OULLXI N nru;i t
p0p6tftPort-. i'rinoo horamnacia tH II.


I


t b


La Dactylo *
Lolterie atiioiisoe par I Etlt.
Part an-Prnier.
L'\dWiniStra'ion de LA
DA('I'VLO croit devoir rap-
peler i ses noiubreux clients
qu'A partir du tiage No 3
el'e De paieta a ses guichets
qu leIs billets gagounts accom
pagne'is de leurs souclies Les
acheteurs sont donc instam-
ment pri6s de ne pas man-
quer de r6clamer les sou-.
ches des billets qu'ilsach6tent
en les acquit ant, conforme-
ment, dailleurs, A la pres-
cription exprimee sur les bil-
lets memev. L'4dmiristation
de nla Dactylc. declare devoir
d6cliner toutes r6clamations
au snjet de billets gagnants
que les porteurspr6te, draient
avoir acquittes, si ces billets
ne sont pas accompagnes de
leurs souches
.a- ,. .-- ... -,. .
Halle & Louer
Moitik de'la grande hil'e.
sise Rue du Magn.in dd I'K
tath c6t6 de qa faison Alfred
Cooke. ecemment occu p6-
par Ia Gepdsrmeri (I'Halti.
Loyer raisonnable.
Sadresoer a
Mr Ilfeny STAI'K.
Rue du Quai, n face dela
Gare.


ioiolez Ions les lhitins


ET VOTIPE CHOIX S'ARRETERA

INEVITABLEMENT SUR LE


II,


sa


purete et la finesse de son air'ome nature] I
DIS' ILLERIE DE TAIGLE

M. FONTAINE, Proorietaire

Depot: Anale des rues Danles Destouches

el Maaasin de fEal.


Represenlanks: St-Marc: H. Deschamps
Lap-Haitien: M. Giordani

Jacmel: Pascal A. Brun


Avis
La Maison VIN CENT.
225 Rue bonne-Foi.pr
sird'infrmer sa biean'
clientele qu'elle vient
voir la fameuse Lotio
LoUon V6g6
i la stye de Belen
do Dr Drll de HBmb
Cette lotion, comm
wit dija, privient Is c
cheveux quel que soil
gre,i et fortified leschev
en leur donnant un b
one souplease remar
Succ6s garanti. :
fiant toute concurrent


I


Mardi

2 D

Prix d6-
Ce.


Rl was
*
L'ALLURR
avoc le temps.


Jadis 1'encrier a Wt tol6r6.
Maintenant, le parker Duo-
fold de Bureau ne le rend
plus n6cessaire.La douceur
de I'kcriture du parker Da-
ofold content son propre
lencre et ajust6 sur une\
base 616gante. II esttoujours
pret A ecrire. e
Et le parker Duofold est
facilement convert en stylo
de oche. Vous avez deux
styros au prix d'un.
Distributeurs ;
MOHR &LAURIN
P u (NM)) Port-au-prince


Parker Dunfold de Bureau.


Pan American'
Airways, Ino.
A partir du ler Dcembr
jusqu'au 31 Dkcembrennc r6-
duct ion sp6iale de 2t */. era
accord~elsur nosbilletsde pai'
sageentre Port an-Prince San
to Oomingo San Juan,et Port-
au-Pr'nce-Ganiagtiey (Cuba)
Miami.
Une r~dnctionde30./Osur les
billets de passage aller et re-
tour sera accordce.La portion
de retour sera valuable jus-
n'au 10 jianver 1931.
PanAmerican Airwajs,. I'
Clinique St Franiois
Dr Ag6nor DEBROSSE
J 11 a. in. 3- 5 p. m
Dr Victor MATHURIN
6 9 a. mni. 2 -- 4 p. m.
Grand Rue en face de
Smith, Tailleur.


Lykes Brothers S S C0 I
xa RHaiti Santo Domingo Pr
Le seul service hebdomadaire et r6gulier A pa"M
r61 entre les ports do .Golte du Texas directemSe
Port-au-Prince, Haiti.
Pour la reception rapide et le maniement habile
importatioDS, berves vous toujoars des navires de la
LINE pecai rrve ort-auPrice snt
La prechmlaes arrivdei a Fort-au-Pri'cese nt


a Tillie Lykess
bu. au : Rue du Magasin


f 5 D)cembre 1930.
de l'Etat, Boite rostale


Manufacluie hailUienn.

ae Ciaarelles

G8-BARA & C'

Les Ciqarettes

BaI'Bas Fanlai-Leon

'Dessalinienne*

Colon *

*Repubhicaine*

a Porl-au-Prin cienn4
i Grse iA la fiesse dfeker ar6me font les dIdlices
de vraies amateurs.


ALUMINUM LINEg
'JMparts directs do New-Orilaus et de Mobile)
pour les ports do la Republique.
Un starner laia se swO.16 lns le 18 Novembre c
et Mohilele20. directementpour Port-au-Prince,lesG C
et les ports da Sod. -
Port at Prince, le Novembre 1930.
A. do MATTEIS & Co. Agents-G6neraunx


AUX CAVES D'HAI
Cot Etablissemeont de:premier ordre,' par ses g
position. *a grand ealle A manger, son service iA
ble se tienot laI dispestion des S6nateurs, des D6P
Ws receptions qu'ila voudraieut oftrir ou de .ecwa
draiat orgpaniser des 6tes en leur honaeur.
Pribre de s'eotandre avoc tk Direction.
Phone: 2W. Em. FLORVILLEXPropril


i


mi Li


rort-ea-Prince




.S Cordonnerie Mont.- Carm
end pl
veillrn Hyppolile R. Jeudyu
Sde recot-
n <
tale A COT&IDB LA POST GRAND'RUE 172 L
mu, t'lriemt d'arriver an bel *t pmnd amortiment de C
Orf. ore do touts fraicheur et do teute beautW.
e ov s SOa ytromvera, so outre,des bretel es,( avates h
bute des Chapeanx, etc, etc, eat tovsautres articles de choix d
son de- gott at A bon march e
eux tout Mesdemoiselles, Mesdrmes, Messieurs. unelvisitc 1
rillant et A Is CORDONNERIE MONT CARMEeL .
,auhbles.


Wa'trd touq 1s eves*lats
* *, oul per ner Is 4rO-
el. .r t it.ifle e! rlp. t a q
p.'.rfr~t >(I|B ti 'I.
a purrfc-s %01116 faireual.0
nmi'.od* capable* do rampl-
Car e transfuston sanguile
a't-er-nme et ci Avec aeevea-
diolitl-on. malirt qa'll
Ie& s toujouou avoir rceore
tile, uia mains damso e cam
orgcnts. Poul De ro yoCal
me la strotbhraple low
* aPr. a ue de fert1 r ,
Joe rsultatl rMarqubirs
quaon put ebtmir d'uoo rc-
re prolong do OloW1l. to
face dun organism. & r-
*woter. & rcIvvifter. & reftl-
we. c'e t toujours & ct der-
slir quo nous donmerome la
' D, H. Gi**rv.
- Lice.ii is sciences.
Lourhil de t oFatultd l d
Alidecimn d Parl.

5IM"its.anmito Chatelta
Grainds Prix
FauIl. s eh 1> 32. rse Vatenaciennes, Parts., it
t*utit pharmaci.**


pi



2
2


prix e'galest insurpassable pour


Insurance to-

Une des plus fortes COMPAGNIES

CANADIENNES d'ASSURANCE


sur la VIE


EUG. Le BOSSE & Col

Aaents Generaux


___ __ _______T 1_


._~ ___:


----~


F -- --


u~r~- rr-ru-rrrrrrrrrrr ~ --rPU~CIIIIS~YI-L


r""~--Trapnr*rrp~L~- -r- __


~LI11--


4P


.c.lJL4


t


rI


Qui, a




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs