PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04990
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 12-01-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04990

Full Text


V.


Mrncnl Magkm i)it EC EUR
a RUB AMERICAIRK 138
TELEPHONE N*224a

&OaE ANNEi N* 6856


'r4


~r(r(~ll;lCI


PORT AU-PRNC (HAITI) '


LUNDI ler DECEMBER 1i0


t ,


AD6claration MinJt e


et les besoins chroniq

du Pays


--o

Al. suile de notre article
at sur la question
sale soulev6e A l'occa
de la suppression des of-
aseils, un correspon.
oas tail remarquer que,
quelque temps d6ji,
s de la Garde euox-
i avaient demand6p
d6charg6s du contr6le
skires communales. La
a, depuis, 6tait A I 6-
t ma solution noe d6pen-
aainsi que da gou-
at haltien: de Il, la
Sdu rgglement qui
d'tre fail a ce sujet, an
apparent de i'admi-
a actuelle,
information, d o u t
Miepou vons doncdonner
nfirme dans ce que
ns eu i dire de f'ad-
tion communale de
Price, A savoir que'
pression de son conseil
ire tait le prelude de la
re general qui vient
prise.
d6claralion ministdrielle,
vient d'dlre rendue pub i-
lace sons les auspi-
d arche-A.Terre, cest-
d'une 1gende qui,pour
Sbesoins de I'exaltation pa
ntique, a amplified conside-
eblment un incident, certes
elable et inutilement
plant, mais don't les pro-
tions ne d6passent certes
celes d'une operation de

Snous en tenir A ces denx
l: le gouvernement r6cla-
eo, en ce qui concern les
cersconseils, le m rite,
Selort anterieur ; puis
tant une Ilgende quil
d'tre que cela; nous se-
tentsi de mal le luger,
idirant que, i la veille
erdes travaux s6rieuz,
t n'tre dispose qu'A
'r attitude bruyante
l6amatoire des associa-
patriotiques de ces
ruiers.
s remarques s'impo-
urplus, au sujet de
Laion ministerielle,
4mbleraieot confirmer
Sjugemeut. Et c'est la
Suivante qui les just
iLs premieres de ces
porteront sur la
Sides taxes sur l'alcoo
bac et celle des mar-
raux.,
rapprochons le pas-
titanu tabac de ce que
S LISTR a rapporte
iour du Conseiller-fi-
Itombi d'accord avec
aioade et ayant a de
nec conversation avec
nt Vincent s u r
UiooA titre d'esaiL
4re la vented en boa-
tabac noir, nous poi-
demander si ce oc
e propose n t
meant ce qui sPap
0aloacer une porteou-
car, pour le tabac, ceui
lotre connaissauce,
jtestUon et i ne s'eat
I, nouv-lld tax-
eoluUos sapancee
l8rion est doe pa.
n des truiis
i dnos a tms dats


Tduane

Sat Pm en fire nor


doe 16gtimes et
ldeiderala, nots no
S Comment an gou.
It halUen, qui no
P s laisemr in-
Spwr de r


airs 6meutlers,peut,au milieu
de la situation social et cco.
aortique saculaire du pays,
venir pr6tendre que ces ques.
tions, qui ae talent pas de
trois ans, doivent etre les
plus urgentes et ales premie-
res iA trailer. 'lout an plus,
convient-il de ne pas les
perdre de vue et de les exa-
miner en meme temps que
totes cellos q o fait naltre
notre 6conomie national.

cats alcohol l q i ne peuvent
pas bravailler: il y a en Haiti
une question g6n6rale du ch6
mage qu'il imported enfin d'en
visager A l'inslar des auties,
pays, en chef chant A dtermi-
uer les professions les plus
atteintes et les causes de leur
depression. Toutes les his du
travail nous manquent, de-
puis cells qui soot relatives
a la main d'oeivre jusqu'a
cells qui organisent les as-
surances,en passant par cells
qui r6glementent la durte et
les conditions du travail et
cells qui r6glementent I'im-
migration.
Ce pays souflre depuis long-
temps de sous-production in-
dostrielle et agricole; d'etre
oblige, pour les besoins d'un
fisc plus glouton que pr6vo.
yant, de tout demander A 1'6-
tranger et de suer A son seul
profit tous ses tflorts pecu-
nisires; et c'estl pour cela qu'il
so detourne de I'pargoe, I1 y
a IA A accomplir one hbattiani-
sation mille lois plus pres-
saute que celle des services
publics. I
La question des marches ru-
rau x ne peat pas thi ere41e par
measure g6nerale: ici, ils font
du tort, 1A, ils font do bien;
ils genent quelqjues commer-
qants, alors qu'ils satistont A
d'autres classes. C'est A voir
pour chaque cas particulier.
On aurait tort de d6duire
de ces quelques critiques que
nous condamnons A l'avance
les efforts que le Cabinet qui
est aux aflaires nous promet.
Simplement, noun sommes
d6sagr6ablement impression-
oas de ne pas le voir, dans sa
d6claratiou, plus d'gages de
'influence des r6volutio nai-
res qui trouvent que le plus
press et de tout mettre A bas
sans discernment, et plus
pres des questions fondamen
tales qui, do tout temps, out
aftecte la vie de la Nation et
Font. accul6e au deperisse-
meat.
Nousatlteudons les homes
6minents que le people vient
de placer a la direction de
s aflaires a utre chose qu'A
letir declaration collective
d'occasion.


ee LtUttrain redes Puples



leaea ite tI mde Pupil-
lagde St Atolne 2t renvo-
yen ea veadredi 5 Decembre
courantL Les doies, om6dies
Batf ble de Darn t'Anglais
Iel qu'on le partei pomettent
d'tre des plus iotressantes.
t) plus, jnous pwtons aflir.
aer qu'une surprise est reser-
vie *SI soiitatmti, on no-
mero inmedait do proaramme
qui ne saurait manquer d'etre


apprnote par les spectateurs.
SReendez-vous donec Vendredi
prochain & Cind Variete.
nutree Gan6rale:,fGds. 3.00
Loe: (d. 5.00


Ce 28 Novembre 1930.
Au Drecteur du a M ilia a
e or-au-Prince
Cher ami.
Jo Its tonjours .nec granJ
plaisir t'6ditorial dlu atin,. Si
quelquefois is ne partage pas
entitrement les idses qui y Asont
exprimes, je nen admire pas
moins la tenue sobre et I'inlen-
tion objective. Celni de ce nm .
tin a particulierement retenu
mon attdation. It est intitule
K D6soccupaion ? intigrale ?
Incondilionnelle? t11 n'y a
pas i dire, la formula a desoc-
cupstion immediate et incoi-
ditionnelle, dans sa lorme l1pi-
daire pent s6duire des esprils
qui ne vont pas au lond des
choses, mais au point de vue de
la discussion pratique et rai-
sonnse, elle est A rejeler : it
no peut d pendre de I'OccuiPL:
de laire cesser l'occupation, A
son here et a a sconvenance.
Si i'on est occuPr. c'es' qu,
I'on eat forc6 de susmi une tor-
ce A laquelle on ne peut pis
resister. Ce point est hors d,
question.
Mais, i mon tour, j ire sau-
rais resister an devoir de vous
demander compile de la propo
sition suivante: aSi t'o -cupjilO
n'entre pas (ormellinment d:-ns
les provisions du Trails, elle
eat envisage implicite.,ent
dans calls do ses clauses qui
lait obligation au Gouvtrnee-
ment des Etals-Unis de pr6ter
son appui A tout Gouvernemenl
haitien, capable de grantir les
droits individuals et disposed A
fai-e respecter ie Traile. )
cOr.comment le gouvernement
americin pouvail il ropondre
do maintiendu Gourvernement,
lors de la signatures d'un Ut en-
gagement, si ce nest en entire
tenant daus le pays une force
materielle sulfisante ? )
Je pense que i'aulori 16gi--
time don't jouit aLe Mltine ne
doit pas contribuer A aLcrdditcr
desid6es que vous me perm t-
trez de dire erron6es. trror
communis. Excusez mui done
d'intervenir.
Je ne vouschicannerai pi'Nsur
la forine d'Appui ( occupa ion
militaire ) que Ie Gouvern,2inent
des Etals Unis aurait ob igation
de prefer Ai un Gouvernemnent
haitien capable de girant!r les
droils individuals ; parce que,
il me semble qui si u i Gouver
nement haitieri es!cap ble de
girantir les droits individuals,
c'est qu'il en a la Voloit6 et le
Pouvoir. Ef alors po irq,'o IAp-
pui ambricain sous lea espees
do Marine Corp?..
Vous voyez dans le m-intien
des troupes d occupation sino.i
une clause da trail, dn moinm'
one consequence, uu eflet nts-
cessaire d'une clause du trai'6
C'est ici, cher ami. que je crous
reliever une grave erreur, une
erreur juridique.
Le Trai'6 Haitiano Americain
eat exaclement un instrument
par lequel l'Etat d'Haiti, jou s-
sent insqu'au 16 Septembre 1915
desa pleine aulonomie et de
sa pleine indkpendance pohli.
qua. a d&clarA renoncer A des
attributes essentiels de sa sou-
vraineltA pour les coiterer au
Gonvernement des Etit-Unis.
Eq tLexcuiior de ce traitA. I
GouYernement des Etals Ui
exerce sur le propreterritoireh Ii
tiences attributsde !a Paissance
souveraine par I'i' termAli im e
de Fonc'iona:res choisi p .r
le President de lEtal ttre 'g'.
Un pareil trail, en drol i-
vil comame en droit interna'ih
nal, est un traitli de =renoan '
ton iu des droits.
II ya en jurisprudence, u

S.- -
g ql ,i


flnrincipeuaiver%?'l-ment recon-
nu, A savoir que Aul n'estprde-
su'mn renoncer (I des droits. l.i
renonciation doit Wtre formelle.
Or, tout contract, tout traits
co nporlant restriction ou re-
itonciation Ai des droilk do'
forc6ment in'iquer quels sont
les droits auxquels il est renfam-
ce. El dans I'application des
clauses et conditions du trait
on du contract, seuls doivent
A1re cnv:Sag's tt IETE'NUS Its
droils auxquils il est renonc0.
11 en result que tou e inter-
prtation d'un tel trait doit tWre
rigoureusement RES'ritucrivE.
Aucune aialogie nest possi-
ble, parce que les elements de
i';rialogie ne peuvent pas se
retrouver, dans cette interpre-
tation : de m6me doit-6tre re-
Snoauss6e toute interpretation Ext
I TENSivL,c'est fi-dire,::er e :;-
d1 -pphqiqur A des cas non pr,.
vus ce qui est convenu pour lea
cas prkvus.
IJe conclus, sur ce point, que
si le trail6 de 1915 n'a pas pr6-
v:t que I'O dre public serait
i I.iiieCnu ou garanti pir des
Ir :,)ieS ambricaines d(occupa-
!i,)l, dI l st iMPossiBL. Ite t ouver
;,i tniinlien de ces troupes
en tertitoire hailien un motif
contractuel quelconque.
Ippelez-vous. ion cher I)i-
ie tleur, que dans un accord
subsidiaire du TraitS, I'accord
b ur la Gendarmerie, il est dit
Express ment que la goil:,'-r:nrw-
rie sera la seule tore in biti're
et police, the sole military
and police force.)
Cette disposition de I'accord
d Aout 1916 n'~elire t elle pas
d'un jour luminnux l' comnune
peniAe des deux ha .tes Parties
contractantes ?
11 y a encore contre votre
Ithse un argument hislorique
appreciable et tres concluant,
A nmon gre.
Pour pouvoir executer la clau
se ou trait du 16 Septembre 19
15. distant que la Gendarmerie
d Haiti serait encadrde par des
olficiers americains, le Gou
vernement des Elats Unis a dyu
oblenir I'autorisation du Con-
g,'s. Un project de loifut done
preseni6 a la Chanbuhre des Re
prkseutants. Etl e Deout6 desi-
gnr. par Mr. Daniels,Ministre de
la Marine, pour otlttir I le
projel, crut devoir insister sur
I urgence du vole en disant que
Is Gouverne.nentavail hate d'or-
ganiser cetle gendarmerie, afi'i
de pouvoi IAPPELEIt DilmlTi les
troupes americaines d occupa
lion Dans la pensee d&s EIits
Uiis la gendarmerie devait :re,
la SEULE FORCE M LITALiE IET
DE POL CE. La Gendarinmetii ne
pouvait do.,c pas, en terrifoire
lailien, COEX STER avec le dd
I chement de U. S. MARINE
CoRI'S
Le mainlien, depuis 15 ans,
des troupes d'occupation ne se
justiille par aucune raison con-
tracluelle derivant diu tc(itt de
1915, l s'explique et ne peit s'tX
pliquer qae par un deplorable
abus de [a FORCE
Croyez moi bica, Mon Clier
D.recteur et Ami
I ivariabr'-ien' 16t-',
Pierre HUDI :OUiRT
N. D. L. R.- Nons so nu s
p)rfailement d'accord avec le.
points de vuil mis par nolre
ui il Hudicourt sur le caraciere
,)e I'occupation et sar son his
torique. Quand il rapilie que
, le gouvernement ( des El' 's-
Unis ) avait hate d'og,iniser
relle gen larmerie, ifli de pou
voir rappelerd'Ha1ti .s troupe
americaines d'occupalion ,il np
tait, nous semble-t il, qn'expri-
I mer sous une autre torme notre
'pensee que la qiifstion tie la d4
| occupation a doit 6tre exams
u)6e parall'emnent avec la ite a'i


CORRESPONDENCE
--0- -


digne d'un garde magasm. inO
TRE (.IL ne vit pas d'Buu manu
vais oedi cel exemple.
... a u iine jolic lemme bla-*
che et qui a 'tu succ6s qui lo.
sail dans son automobile. .le
avail le ncL lib iouuge elt-se.
blail en 1,t : ties ,.Aibuveuaie Il
n'y a pas de quoi. jole Madame.
Tout ie mondese rendracompte
que vous avezla grippe et d'ai
leurs ce nez rougene vow r4
pas moins bell e


CARNET MOND&IN "
Mademoiselle Eveline du
Grandchic declare renoncel
a son project de manage avec
Monsieur Nay Mc Kwally,ce
dernier ayant ,,nis de tMire
ses achats de ch:peaux, cra-
vates, chemises, chaussettes
ct surtout casimirs, chez Mr
VINCENT GATDI)INO,
245, rue lBonne-Foi.
Grandchic,elle, es. n6e, grand
chic elle mourra.
Notus avous pn nous rendre
com pte 'i u'en etlet M.Gaudino
s'est remarquablement spa-
cialis oen articles pour hom-
ines. Ses etotles de eRsimir
sont de toute beautel et ses
prix solnt plltot raisonnables
si I'ol tieiut compete de la su
pcriorite de ses manrchandi
ses. Un stock de chapeaux
de tcutre de la tamneuse mar-
que italienne (< Olimpo >, re-
ti t it )articaliere-nelt I'atten-
tion.
Visilez (i~' ti no, messieari'
et v )is se- '/ s tigi ails
SP r Ile dst, uer \M ry II )rin).
M r ,, firli:ol I re ,e s p')liis ipo ir la it i, i *I I' i
t:i'sie (f1i '(eIp tse it twit le
biei ql('i)im p n'r ait en dire.


i Ecole Elie Dubois
S ole LIe Dubtis clc-
bre e1 3 dlcembre la I e de
so)' patron Saiiit-lF'ra1'ois
Xavier. 11 y aurin inesse a la
chapelleA5 h, Ii. l/.i di ni (1
che suivant, 7 dfemnl)bre, il
y ;tira granide veute d'on-
vrages (le tout genre a tress
bon compete, ainsi qu'uine
fancy tair don't le produit se-
ra adect6 a procurer des
ch massnres aux ecoliers neices
siteux Tous les amis de la
ms ton et les persoInes an
ctiur gierecux sont invites a
cette double tte.


station d 1 iI partiw' d i trait re-
lalive la tornuaton dtI notre
torce pulblique )
Q aunt A I i p!4rlie de sa letire
on 'I coiteste c,' que notis avoiIs
di! sur l:i p *ns'e de Il'oC ''upation
qui nus p'"; i imnpli(qiie dans
la cl us>' di trailr4 e native ai
I'apput)i (di' It it'ts-Unis, nous ne
sa lriolis [itcIx y reponl tre qu'en
ifmelant sois 1 s yeui d tu Ice
leur la claise minme de article
11 dL tI n;
; es deux Ila'ites *P.,rties
co itr.a, inles auront auloril(
pour :is irer, pa tous les imo-
y, ns n( fessaires, .'Jenlure et.r
culion des clauses de la presence
convention, et les Etats.U.iis, Ite
ca- &eh6ant, pr6teront leur aide
ef/icace ir lq p),servation de
I l n 1 lice hail i 'ii ,-I pour
le maintici d'lln g]ouveirnel'ect
capable de prot g-r la vie, la
propriot6 et la liberty indivi-
i duelle .
SNous sommes bien tenths de
convenir, avec notre excellent
I ami \lWiilledicourt,quecet',e"ai le
' ellica.e" pourrail ne pas signili r
I'occupatli on ; mais, puisqu'il
rappelle lui-mn6me que la gen-
darmerie devait 6tre organis e
en boute hAle, afin de pouvoir
rappeler d'llatliles troupets am6.-
ricaines d'occupation ", vou-
drait-il nous indiquer comment,
en attendant cette organisation,
le government americain
pourrait pretendre, le cas 6ch6-
ant, preserver notre indepen-
ce on maintenir le gouverne-
ment haltien ?
Nous avon iA peine besoin,
apres cela, d'ajouter que nous
partageons de coeur, avec notre
honorable contradicteur, le vowu
que cette occupation evacue le
pays le plus tot possible.


* ll le41


s---***-"--
-..

Avis
SLesmembres du comitk
d'Erection du monument du
Docteur Raymond V.Cabdche
soot pries de se reunir,mardi
2 d6ce obre prot hain, a I hs.
precise de I'aprc' inidi, en
la r6si tence du Dr .i. C. Dor
*invil, rue de la RevolutioD.
| Ed. SIDE,
S )ecr6taire-Ac4oin.


KmmII


101 re li



,'...a vu, A l'une des tables du
BIar Termiimus, une dame qui
s'ennuyait positivement devant
un sorbet. Atltendail-elle quel-
qu'un qui ne venait pas on o'lat-
tendait-ellepersonne ? Nl ne le
dira. Son sorbet bu, elle sorlit
ses cinquante centimes do e mo
sac Li main, paya elt s'e alia
come elle kiil venue, A pied.

... Tous les chemins condai.
sent 6 Home, dit un vieil adage.
Voit, et avec plaisir. que tons
les elegants nous montrent le
chemiin qui conduit i LA PAm-
SIENNE.
*
... a rencontre, sous les vastes
galeries de Ia nanque Nationale
(h la Kepublique d'llali, un de
inos lons ainis. II 6'ait heureux
et se pourlihi it come font
les eiilants devant une belle
I.irline qu'lls appiochent peu A
peu de leurs 16vres. Comme un
au'ie de nos amkis, voulant cher-
<'her la cause de cetle joieeza-
l lion:
Cest a cause du Rhuiu Bar.
b incou t?
II reponidil:
iA.s :' cause de celi seulemenl.
1'i dunu geste pr' ,aulionneux,
car il cruig:iait dI'tre vu dis
belles MIadames (qu passaient A
cette heure-la dans leursluxueu-
ses voilures, iI s g:lala Irois io-
lies fenmmes don le teint chaud
el brain tulilait asous les baisers
du soleil.
... II allait A toutle vilesse. lt
commle il avail (lit A son pas-
sager, qu'il conduisait dans sa
voitlue, qu'il allail fair de la
gasoline, celui-ci lui posa celltte
question:
Mais pout quoi n'en prenez
vous pas A cetlte pompe-ci ? C'est
la lroisieme que vous pasez.
Le chlulleur r6pondit
Excusez-moi, patron. Jo
prlere aller chez Felix Du-
plessy. On me serll trs vite et
puis, come j'ai claim, je proll,
terii de I'occasion pour prendre
deux sandwiches a I'epicerie du
iiitne aimable FI'lix l)uplessy.
... a vu, vendredi soir, A la
Grand Rue, dans le bloc coinm-
pris entire la rue Justin Lh -
risson etl la ;ie Macajoux, deux
tillesde joie qui dansaient 6per-
duineni. )D iu or'ophonic, der-
nier model, pluac( I'itage d'n-
ne mason du voisinage,f pleu-
vail des airs de daii.ses nioder-
nes : Blues, Chvleston, Fox-
Irot, et quel(iuefois une vieille
valse qui prouvait upie Ion n'ou-
blie pas tout A fait les danses
d'aurelois Elles dansaient,daus
le soir, accompagnant du bruit
de leur voix la inusique m6ca-
nique, elles dansaient, sous le
ciel immense et bleu, viroli de
nares toiles et portant, comome
uie plate qui supure, une groa-
se luniie laune. Sans doute, elles
u'avaient rien d' utre i fair i
cette heure-lA, lI commerce ne
warchant pas, et c'est pourquoi
elles dansaient, espirant pent-
Ctre ecraaser sous leurs pas ca-
dences Ie regret de n'avoir pas
pu, ce soir-la placer cotte
inarchandise quest lear chair
ou leur hypothtique beauty.
*
,'... a vu, deva'it un"de nos ma,
basins les plus course, an chef
emaison qui,machetteen maina,
6pluchailt un cocoyd. La choae
paramissait tellement drble am*
petias gaming qui passaient qu'ils
s'arreterent pour regarder cet
homme qui passe si grave dans
sa belle voiture chaque jour,
condescendre A cette besogne


ALIX ROY

28 annees de success.


1~


r; __ 1 __


*" i --- I


I


Riea as serl de dlib rer mi de
's|iler d'use faron sitrile ee ser6..
pmndasi en oiseu disfeare. Cell'
4qi et *moaet d'eu danger ds*
q(aique s ltre qu'il .il, delt ris-
ler impassible es osmceemrsnl
faculite sr e mo)en le plus sowalsi
de 'y Ottrialre.









I* MRtIATrr-Ir 6c.* l119


I Mes lectures


Riforme et Constitution
-o-


It m'sa 6t donn6 de lire,l'autre jour,
dans le Nouvelliste ceci: A Dan, to pu-
blic, on doit croire que cette s,,niaine
le President Stlnio Vincent v -, oc-
cuper de fonctions publiques et caser
ses amis. Nous sominmes en inmesure
d'afiriner le contraire, car les ques-
tions d'int6rdt national sont les seules
i l'ordre du jour et d'une facon tri-s
urgento... Dailleurs,au trioin he des
idees du gouvernement actual, c'st-
it dire au triomphe des suggestions
do la Commission Forbes, 'haitiani-
sation des services publics otlrira de
nombreuses fonctions aux citoyens
capables, honnites et inritants.s
Bien que, sous le gouverneient
provisoire, co confrere ail eu, a i'-
pard des noinintions, un tout autre
laugage, je n'irai pas jusqu'O croire,
avecj'autre, encore que lesapparen-
tes l'autoiisent, que son attitude du
jour s'explique par Ie fail que,dans la
deriere recolle, ie NouveIlliste a teW
assez chanceux pour voir tous ses
amis logs on lien sur.On comprend
alors qu'il surveille au grain.
Nou. je ne veux pas croire cela de
la part d'uu confrere si ditace tide
1'ilttorit plarticuie r et sIcltiusteinvi
soucieux tie l'iiterit general. Mais,
pour les iniines raisins que lui, .Jt
suis atet d'ailer encore plus loin tit
lui diiis les coiiditious qi'il requteilI
des mainleti alt pour la nomination
aux tfoictions pubaliques quind bA l
nera I'heure dei l'haitiaiusatioln dtle
services publicss.)
Je r6clame, pour ia part, que It
President Vincent, roinpaut dcLinilii
vementavec nos mauvaises tradition
et instaurant enlin en Haiti Iv i guc
des principle et du progrics, creaot'i
aux nomiuations arbitraires tlicti,,
ip:ir sa stuil eoiivelnacilCe oilu celle tie
si4 s tintis ce dulo ti i tlln h( l):i\s ti t'une It
gislation iii ineseCIive, pi) i"r ch;tlue
service pu licIles coundtillionl it
n)iiiaiii t)oi cl, i arlaittide re\oc;ati in.
Voici, tit I('sl ,ce it'eii ilil Iti (It i'.ls-
titution: It ( le Pri,;delitit l lt -
ul)liqiue ) iie no/inll auRx empllois cl
fonctioni putbliqiutes| tllfell 'trIll tId' l
C ostuti on i llt in dipjoUsilion \
press 'uine loi etM l" < ili"m,
qu'el preiiicerit. 11 faut done i tdicicr
ceq ctoiidilious, pour chlaqutii service.
dans une loi q(i disposera, en niiineC
tem ps, que daiis le cas de plusients
candidats a iuerite cgal, un conconisi
decidera.
11 va tans dire quie, lors deF lhaitia-
nisationlties services einvisag('e par le
Nonweilliste, les tilulaires .actulis di-
fonctions pulbliques devrount parlici-
pur it ce concoutrl our justiller Iur
maintien.C'et dt'ai leurs la seule lt-
con propre de raliser celte Iaiiani-
salition.
Et alors seuleuilent, la .t itoiin:ia
tlon t parole liPritsiten te la li'>ulnbli-
ue scra ce qu'elleldoittre, ien honin
dmnoratei: ne formiule qui Ciionsacre
le ituerite.
Je .ne di s celas a l'adlrcssedtceui\
qui ont aide au triomiphle uiationi ist
acttel, car i est hie cientenlndu q ii
seuls ont pu les insupirer tle iiusht"-
resseinelit et to patriotisine.





ASATHME.
-4( Oppression, Catarrh,
I ,Suffocations,
I ~ jToux neroeuee.
4'aiiltol' rerttinelper l.e
CI ARETTES CLERY
A WIDRE CLERy
I '. f. I, i, ue. f iiJme PA ;

,, .... . *


Propos

cache l es
-0-
II vendait d'abortl de la gasoline, c
paraissait se tier assez luen d'atlai-
res... nmais un beau jour je constata
que le watchman n'etait plus a son
post, et que les autos ne s arrtlaieni
plus devant sa poinpe... a see depuis
iongteiups.
Moni venture, nm'avoua-t-il, es
bien simple,j'ai faith tie ia prison pour
avoir slupiduinent troq ue ia miar-
chandise *ontre des,bons... quc je
u'ai jamnais pu toucher.
II ne perdit pourtant pas courage,
rtje Ie ravis ,quelques seinaines |ilts
tard, tronant derriere un bar insereil-
lesax... oh le Rluum SARTHE ,CtAcni
s'O, a va it naturelleanent .la place
4'honnour.Moins d'un mnois plus tard,
Is bar disparaissait...M
Mor asvetura, me dit-il, est bien
idmplej'ai tait de la prison,non point
ettso fe pour avoir venda a credit,
stais pour n'avoir pas su r6sister a las
toetation de consoinnumer imoi-nem*me


do I'6ollent RHUM SARTHIEque j'tais
chag_ de vendre...
J*sa aurais certainement faith au-
tant. I


F


Una question

important
--a-

L'article 33 de la Loi Eiecto-
raole s'exprime ainsi: a Dans le
cas donnant lieu electionss
partielles, it sera procedk con-
torm6ment iux aiticlM 35 et 39
de la Constitution. ..-. .--w
Et I'article 39 qui a trait 6 une
vacance au Senat, s'exprime
ainai :
a Art 39.- En cas de vacance
par suite de mort, d6mission,
d(cheance ou autrement d'un
Senateur, il est pourvu A son
replacement dans son Dipar-
lemuent, pour Ie temps seule-
inent qui reste A courir par une
Election spIciale sur la convo-
cation immediate du President
de la 1epublique.
Celte election a lieu dans une
periode de trente ours apres
la convocation de I'Assembloe
Primaire, conformement A 'Ar.
ticle 107 de Ia present Consti-
Ution. ))
Par i'election de I'honorable
'i ua:eur Sietio Vincent A 1.
Pi remiure Magis.rature de i'Etat,
an siege se trouve vacant au
.iS iat.
Le college electoral du DWpar-
temeat de I'Ouest est appelt y
pouvoir. La loi ilectorale en vi-
gueur Htant muelte sur la pro-
ctdure A sutivre en pareil cas,
nous cioyons (u'il serait skg-.
au Pouvoir Exkcutil de m-in -
ni, par un D),cret, le m6me
iouage qui a servi, dans les
commniunes du Dlpaittment de
I'Ouest aux l ,tlions generales
tu 11 Octobre deruiier, c'est a-
lire que les diverse adininis-
tratious Coinimunales du 1)t!.
partement de I'Ouest n'ont qu'&
conserver les m6mes commis-
sions d'mseriptions et ouvrir
immndiatement, aprts le D6cret
de convocation, les registres
d'inscriptions qui doivent durer
un mois, comme le prescrit Iar-
ticle 39 de la Constitution.
Cette suggestion est d'autant
plus conlorme et plus expedi-
tive, qu'A notre connaissance,
aucune critique, aucune plainte,
Saucune protestation n'ont ktt
tormulkes tontre les difltrentes
couimissions d'inscriplions du
Departeinent de l'Oaest.


Assemble (iGaral iaannuelle
,ide I Alliance Fraan aise
Vendredi 28 Novembre a eu
lieu,au'Thitre aCint-Vari-t6s),
1'Assemnbi6e Generale annuelle
de l'Alliance Franqaise. Ce fut
une belle seaice A laquelle as-
sistaient beaucoup de imembres.
Le rapport annuel, tres precis
et tries delailla, fat lu par i'infa.
tigable M. L. C. Lhirisson, pre-
sident du Cojuite *t fut vole A
I inauliuiit. Le rapport ne ian-
(Jue de aiire ressoriir, A plu-
siletils reprises,Ia sollicitude que
iuarqua S. L. Monsieur F. Wiet,
E. E. et Ministre Pltnipotentiai-
re de France, a i'o1uvre el Its
nowbreux encouragemen's qu'il
nie cease de lui douner.
Et ce tut, ensuite, le tour du
trso' ier, le sympathique M.
Ferdinand Fatlon. Son rapport
ties clair, Iarsem6 tie chiflres
est un itat exact de la situation
pccuniaire de 1 Alhliance. do
foncltonnement de sa loterie
Sdont les bnutlices out permis
de commencer le batiment de
1Alliance Flranise eldes Mem-
bres du Corps Enseignant,
IlALunuent don't la sale princi-
pale s'intilulera a France-Haiti a.
SUn busle de Toussaint-Louver.
lure qui sera naturellemuent con-
Aic a notre sculpteur Normil
SCharles sera plae4 au seuil me-
mr e de cette salle.
A la lin de la seance, M. Lht-
risson a propose aux Membres,
ce qu( Lut accept Uunaniminit
|l avec enthousuasme, de dtci-


dter que I'Alliauce Franiaise de
Port-au-lirince adresservit des
felicitations toutes sp6ciales au
Miuistre de France pour l'into.
rtt chaque jour plus croissant
qu'il manifeste a I'euvre, et aux
congregations religieuses En-
seignantes qui se d vouent si
cousciencieuseinent daus I'ceu-
vre de l4 propagalion en Haiti
de la culture franiaise. Desem.


i Fr t"GN a




ACTION tL-,kTlVR SUM LE .'Ait
Cure compl&to do a'ARtTrI1 fITgE-
Sai'son du 20 I. :L u J s Septem ..a S,
OOURS t TENNIS w* OO 'Or OL O.-0 .a 4 f a
PARO SP: < 1. .S rJ' .'FANTS_
Trvall dUrcv i o I N + t M't";'l;I. i
Be Wort> s, i 1, p lo lp nrin lp l 1 r .... *' ** r i.


A la Chasmbro
Ot au 86nat
Vendredi,'Asambl e Nationa.
le a term ses travaux. Quelques
minutes avant, le Pr6sident du
Snat et le President de a Chain.
bre ktaient au Palais ou ils con-
firdrent avec le Pr6sident de la
Rlpublique. Lea de ux Corps
talent A peine entrs en stance
que, sur la proposition du Cabi-
net, on passa en stance A huis
clos. 11 parait que, pendant le
huis clos,fut d6battu la question
d'accorder des frais aux LAgiasla
tours actuels. 11 p 616 propose
de leur accorder 150 dollars de
trais pendant lea sms de session.
Mais le Ministre des Finances fit
comprendreque la situation ac-
tuelle de nos finances ne per-
metlaient pas ces depenses.
Toutelois Ia question sera etu-
dike par Ie Cabinet et si lea dis.
ponibilitds du Budget le per-
mettent, on acc6deia, nous le'
souhaitons de tout cMur,A la de-
mtuande lkgitime de MM. les de-
putts et sknatears. |
Nous ue savons pas si avant
la session ordinaire qui, comme !
on le sait, devra s'ouvrir au ler
lundi d Avril, si le Gouverne-
tuent nesera pas dans obligation n
(de convoquer les tChambres en
session extraordinaire II tat tanw
de questions importantes A for-
dre du iour qu'il nous sembik
hypothetique que nos l6gisla-
teurs puissent bUndticier des
quatre mois de repos auxquels
ils ont d'ailleurs droi! ap 0,
avoir donn6 unChet A la Natior'.


EN HAITI

L'CEuvre .

FPranQaise
..... se


PA4g l


Tous les amateurs de cicareetes seront

heurcux d'apprendre qu'a partir de cejour,

les CIGAR EI'TES CA MEL,si recherchees

par les bons fumeurs, seront- arises en

vente dans toutes les bonnes epicerieis


cafes, bars, hotels et restaurants de Ia

Republique. .

En fumant les CAMEL, vous avez a


prix eqal une cigarette de quality appre-

ciee oar les connaisseuis sur ioute la.


surface du Gl


Le genie traneiis auquel j'ai
tait allusion dans mon prtcd-
dent article rayoune principale-
ment dans Iorginisation uni-
versitaire d'Hai:i.
DIs la proclamation de lIn-
dependance du pays, la ler Jan-
vier 1804, les a//ranchis de la
colonies de Saint.Dotmingue
comprirent que devenus subite-
ment et sans tuteurs les units rent aux haltions et, come s'il
de 1 elite de la nouvelle Nation s'agissait d'une ville A tonder en
haitienne, ils avaient interest A pleine tort, en abattant des ar.
coaserver la culture lrancgise et bres igi itesques et en (dilri-
surtout a la d6velopper, afin de chant le terrain, on se mit de
me l'assimiler. Aiusi un Lycee part et d'autre ait travail r6so-
Itt cree par Alexandre Petion, ltmeat, la charity etl 'abn4ga.
le deuxitme Pr6sident ld'll iti, tion des tranmais servant dex.
aprts Heart Chrittophe qui en emple aux hati-nwi.
avait tW proclarnt le premier. Aussi, aujourd'lhai, on compete
a la suite du meurtrae n ISUO6 6 Port-au-Prince, ( la Capitale )
de I Etpereur Jean-Jacques quatre colltgeI traocsis dirig6s
)essalines. I)ans ce lyuee on en- par des malires qui tiennent A
seigna les belles lettres trang.ii- honneur A pr6earer des bAche-
ses, grace A ds iniitres imnpro- liers aussi tlrus an sciences et
vis6s qui firent poautant mer- en lettres quo ceux qui oblien-
veille. aent leurs grades sur les boards
A l'ombre de celle organisa- de la Seine.
tion embryounai-e graillit une Voici le Petit Si6minaire Col-
p6pinitre de jeunes letters qui l"gSiint-Mirtial avec un pai-
cownerva pieuiseineit la tr li- narki lourd des lauriers cueillis
lion des classiqies die l Fice et oar ses t16ves. Son observatoire
,ai lut toi: heureue d" iottrir Vf6teorologique que dirigeait
il y a 75 a is press nai pi.miera Itigitri un iaviat c416bre dans
Pires tranci s de 10,dre do le ma)nde entier, leu le Rev. Pero
Sain Esprit et aux premn 6 e SAhSrer, est consult* par toua
Sceari franiaises de Saintlo. les pistei similaires du Cooti-
seph de Cluny qui allaient coln- nent Amrricain.
mencer en Haiti un apostolat A c6 des Peres du Saint-
t1cond. Esprit, nous trouvons lea Scurs
Dix ans eaviron plus tlar ar. d Sun-Joseph de Cluny et les
rivaient A leur tour les Freres F'iles de la Sagesse qui diri-
de I'lnstructio.i Chretienne et les gent des pensionnats pour jeu-
Fliles de la Sagess'. Cis quatre nes filled et des 6coles primaires
Ordress'atlelirent a un- besopie loans toute la Hpublique.- Et
ardue. 11 s'agissait de donner le c'est vraiment chose admirable
pain de instruction a une masseqIe de voir so meant ces boa
arritere de plus d'un million nes trangaises oat pu arriver en
d'hommes allant a cahin caha si pen de temps A doter le pays
par le themin douloureux que d'une Alite feminine don't la cul-
pouvait suivre il y a prts de trois ture moyenne est aussi avancte
quarts de sitcle i'uniquo r6pn- que cell de la France ko-
blique libre do noirs des Ame- y0e3e.
riques. L'61ite de cette nation Et voici maintenant lea Freres
(minonie de moins de 50 miles) de Ilmatruction Chr6tienue qui
avai bien su dttacher des homr- ont assume la lourde tiAcb d'en-
mes et des temmes au grand seigner aux fils do gios people
cueur pour co.,tribuer a louvre come A ceux d'une partie de
deduction na'ioaale. ( Cest lite la grammaire tran -ise et
ainsi que Ion v6nere les nows l'arithmtlique d'apr6s Ia m6tho.
des dames Louis Bonnaire, Bel. de Loyssenne. Ila ne soot pas
miour L6pine, A. Ballegarde, Vir- moins beaux dans l'ceavre Iran-
giaie Sampeur, Auguste Paret .aise en Haiti quo lea Peis do
et ceux de Messieurs Elie Du- Saint-Eaprit avoc lear college,
bois, Villevalex, Coupeaud, Ho- lIes Sours avec lears pension-
race Ethasrt, Plaisance, Calus nats, car ils oant eau aussi, le
Lhlrisson, Horatius Laventure, Saint-Louis de Gonague pi
etc. )mais l'action de cette elite jouit d'&ne reputation do boa
de.ueuiait forc6ment inftlicace aloi. Mais dan Ia sanite, d'saures
parce que trop restreinte. sont venus : ce sont quelqaes
Le reLigieux rancais s'alli ialuues de France qui tou tond&


blables Itlicitations seront aus.
si adressies i Madame Ren6
L.rebours, I'nfmaligable et com.
pe'ente directrice da I'Ecole
Nurniale de Jeunas files, a qui
nous devons des professeurs do
reelle valeur et qui out une con-
ception tres haute de 'leurs do.
voirs.
El la $6a2nce fut lev6e.


obe.
A J Reynolds Tobacco Company
Winston Salem, N C. U .A. .
Distributeurs exclusifs oour Haiti
VICTOR N. ANSOUR & o ,
P. O. Box A-86 Phone 84117*
Port eu Prinoo
On demand distributeurs pour la Province.


qui, tlles aussi, maintiennent *
haut le drapeau du g6ne Iran- A Vi
Vais dans notre r6publique desi
Antills p upl6e maiatenaut de
tro:s millions ad'Aes. BAQI( NiTIONALK "l) LI
Et, en v6rit6 I e n'h6siterai Ib4lBLiQUl Ill
pas A dire q.ie si, ea 184. Saint-
Domingue a proclam6 son de-
tachement politique et est de- .. i. ini
venue notre R6publique d Haiti, elsieaurs es .actiona110
elle n'avait imnis eftecltivement de a Btanque Natiouale
voula s'aftranchir de la tutelle R6publique d Haiti soot lt
spirituelle du pays de Corneille que l'Aisemblee G6(nralme
et de Racine. La F ance de Vic- dittaire aura lieu le 13 JaId
tor Hugo, d'Henri Poincar6 ou 1931, A dix heures du l
de Camiile Saint Sas est au ausiigelsocial A Port-aouid
surplus vivante en Hiti qui eat rue du Magasin de I'EtIL
demeurte sa pupille lilttraire, Ordre d ijour:
scieutilline et artls iique. I Sanctiun du proto-1
Dana iti u. des Antiles, a bal de a rnire .ASd.4
France eslt -lement vivante a ernrer
par le commerce ou l'industrie. Gnrale, d o -
eon parterai la tois prochaine. 2. Rapporl du Con i
J'acheve aujourd'hui cette page ministration str la a
on falsant remarquer que ceaost de la Sacitl6, sur le
grace A la culture lranuaise,pteu- sur les competes.
seineat coaservee puis intelli- 43. Discussion et,
gemment d6ve opp6e et assimi- lieu,approbationdes
t6e, qu'Haiti a'a iamais pa 6trej 4 Fiyatiou des di(
absoibwe par Ie grand people A r6partir et des a
anglo-saxon qui la tieot mal-l. Ataire aux reserves.
heureusement, depuis 1915., ere ni
dana sa zone d'ionfence polit.- o5.enouvellemen"'tn.
que I soil d'Administration.-
Luc DORSINVILLE. 6. Divers.
Extrait du Monde Colonial Le President, 9.
lllusiat a, No du ler Nov. 1930.1 (S) Charles E. MIT


, .i i insements particuliers:
S-. t lies Dupi A Port-a.
Prince, Mme Bloncourt 6 Jac-
mel ); ce sont des Filles-de-
Marie et des pretres rtdempto-
rintes, beiges de nationalit',
mais iranVais par la langue.
Tout ce monde eat eausaim
d'abeilles dana la ruche. Le tra-
vail va bon train. Parallilement,
soe dCveloppent des 6coles lal- .
goes esentiilleUmet baltieines


.4


ai4


_1_1


____I _I__~_I ~ ~ ~~_~___~____I


__
















i


w


Poup6es de Salon
Coussins -
Abat-jour.
Grand chois de fournitWts, gand
franges, dentelles d'or sortiment doe p
Ions LamI dentelle argnt etc...
Vous trouveres I dealer cri do Paris
a de prix tr4s mod6r4s.
Prendre adreme au MATIN.


T616phone : 2267.


/.~~~~-s~~,---a-~s- -~-PR


S am i


I


A


A-
A qreab1le


f iche


T


HII


E neraique


riompha n


(ireeable


ich


riuIpihint


~rg


iI


6roique


CACHET D'OR
CACHET ROUGE
CACHET BLEU


1E nurich
neati


Fine Licou.uri
Superfin
Finl


=


GOLD SEAL
RED SEAL
BLUE SEAL


Pour l beauty
DERLA

CWWWII*Uno


LNS IVIUI


'veilles d'Odcir


Sont


arrives


305


N umIeros


nou veaux


Suivez les traces de Gladys
bay, actrice pleine d entrain
dans Shus, tin Sam de I Ala
bama,qui dit qu-ele a troupe
1Exelento la plus ddlicieuse
pommade oeur les eheveux
q'elle ad l lamais employee
LEXELENTO
La Pommade de Quinine
eat la pommade aulhentique
fUeatteint les ra'ines des che-
NaU et donne un brilliant
saturel qui demeure.
Elk arrdte la ddmangeaison
d cuir chevelu et rend les
*hteux doux e couples.
vented dans toules IM
fw.macies. Seulement pour
Mcentimes par post. dier-
l aents, Ifieine aCop
IAlsta, eois U.S.. .A.
ALmts demands pour toas pays.
RMy pour renseifuemeats


et merveilleux de DISQUES OI)EON.


Demandez la nouvelle liste et


vous vos disques au plus tot,cr, Ie qi (i


titles
eouis<
Aus
lannn


arrivees sont petiles et sont vil
ees.
si ce se ra le dernici ;i CvI (3'
ee.
Bazar Odeon
J. KARAYANY.
Anale Grand'Rue & Rue Ferou.


i't
i<


"ELLE.y intendd mimux que moi. Tom i"e jo % d pty., 00k
depoc noa &onomiea d'abord, et tious n'achetar r~m i credit.
"PossJd:;nt dc l'egent en banIic, nous somnine exempts din
quetuII', nouu n'avons pas dt cieAnciets i v iter et itlqu tie aiie
Wo) L, I-IuiI -'ac,-i-unlent.
L.& Bitihure sui le BuJget de Fanulle pulbie par i Barques Rehy:
votui aidera i adaminntist voi. reveiu- auti i .um 1.a eaM t
Idat pour lc conaruniea.
DMA04* M O H UP IMM AI


I


SV904


La Banque Royale
du Canada *


Toutes les Polices
DE LA


loll. m mIIC C
comprennent la Protection centre la
Foudre sans auamentation de taux


ILeilosse


Co


Agents G6neraulx


-a --o d" N ........... -C achet nriga
asa*i D E N T 0 L Cac.etrMariga
Supprime en qulluc s minutes Fi6vrerippe, Migraine,
(%R rt M, humatisme4 i cdint hof. lr hl I,,:, ,'!fi, r tl an
OP TIF rJ danger, lliti,,, (ib 1 to Ire .;whes. Ec't, rIRA d.Phir.i IIYIn F"s Ph')
d m Laboratoire du Docteir ( ;IRAUD. Phirm c I -n.IlOWOULl.INS(Fnmm)
I %W 3 ANTISUDI llU 110, lot-.,-,rtN.. I..,I ...I.I. 111. i.Ii.


I
I ".


-~


Journal LE% \I TIN
Port au Princee
AVIS


I'Asocition d*s Membj '-, du Corps E s-ignent
et doe 'Allianoe Fraenatae


Doiran- les mois de dicem.
bre el Janvier le public est
inuor.,, qu'il trouverm A
Vln)primerie MORISSETT
222 1 uie Dautes Destotcbes,
descartes de visite,de marriage,
de toutes nuances, i nn prix
absoloment raisonnable.


Le 2C6me t :,.' -Il
7 D)e'(mbre 1930. A 9
L.e (Comit d A ii-,
Slu en ve tie ( I i 'oI
Le prix du bi !-: e di
tgourde checun


I
I
I
S
2


c. te 'o'erie at tix6 au diminc h
h, k-, ;iiC matin au Cat6 ,EIDORADO*.
r ,n arise le public qu'il me net
1) .cs :! lien de 4000.
Ise : go rle en I)EL'UX tcopors deo I


Gros lot Gourrd t 2,9) 14 0) 80
lot de o 400 73 ,, 10 7I
lot (IV 100 1 A i t d;, (r.gr lot 26G.IP
a d (dlo; 100 2 Ap ,il l A )O gi
'* 2.5 50 2 1 mSre a a 16 1
140 Lo;1 '-ie rrminant pa r !p dlesx derviers cniffi
,ras trois Gros I..'0o 5 Gdos liW
N. Paiement des liats t'gn nts ,o:t los jonw
do (lit hleuce 6 midi an Mapsin de SIMON VIPU.X.


4 U BON IA4BCHE


EXTRA FIN --


iRhum Palm ares'


VENTE EN GROSS BT EN DETAIL.


V,


ter We --- D- -


Ai


- C' J_ L -- --- -r --.--__I I I


9


--


--


, n n i --


- 1


I


I


procurez-


--


|


.. - .- --. ~.d'a6wd ... me 11


S ound


eroical


L._m.-










LuLI n 1

DCcembrie 130


Le Malin


4 PAasa;


--


elts-a61 ae : .+ ,
I***- = =


I& Caure 4v

IIUI1Er
^BBHB^^^^^^^MB ^^^^ 0I L.A^^^^^^^


ucrit
i mal I


Kauvais sang, Humeur, Eczdma. Artdrio-Scldrose
Varices Rhumatismes, Maladies des Femmes
a OUSOMAL des Laboratoires du Rh(,nf, ihas,- ,' cs i t eltraitj de 2S plants
iP"fertle, tout cequo la(altire ;ttti ll Ita oj ir i.,ii'o rIIT WhO L e plumpuis ant
IT-puratif purtficateur at rlg6n6rateur du sa ,g. Iiar -, tut m :tuItst,,ilique et laxative,
g iuerit I&conltipatu n. etret. It It r ,. 'tn th ht I t!t-f aitnii et riet'Ie, *
int asUn. L S OUROMAL .stO, t tli,,' ,-1ti"ii 1 i. i.,'it aio1 i, riqtie, expuls. les
flualI ,nettole l e rei n rs e lI i e.t I t - I 1 i it I .(vzt lla. 1- t11- & t I& Poau et du Sang,
Vagric,. WJc'rrns, lea RhuiustisniOs, Maux ,to oins, Lumbago, Douleurs articulaires,
ell, Maldil do Isa e mme go critique, ,H. mrragies, Douleurs du venture, Fibrome.
A 1,i'! de1erif"nitl t C l^ re ,re tCU OMAL. Is" 1 iNo r' ,t,u I (lrner i allf tloti, ne
i0 gi98M 1m as Ide entre, erl gt 't, tiril emes l It +.. n it I t uiI Iere ; a d i'ru s La l.t lat que felav th ti T i
p u .iI oom p l ntm 4flt ( Ite ltv M M o n artn aft. tit n ,tit ri 1I t I+'1 u ( ti l t t w li x o h Ct ldf p4I l qu 'il prend
Ida MU"OMAI.. M- J. PEIN.it I -lion
t o m flacon CUS OMA avec bolto de IlulM sgrtulte et brochure erplUtoll.m
i "f-L -miS SS e3 Prart par le IhoCtvr 3GIISAVD, pharlsacils oLaw.ratlm re. '0' .,b6
'-- "--o 0a ButDel, LYON OULLINS ( Wran>). F


Le Rhitm Br)abcincourt
Dent lai normm ectst universelle, g v .il sua pr inre pace.
)emnindez p rloui l :
UN i AiA''()'COVRT
l)Ao t :lute des Csnors.
Vt nte ni gros et en l)Dtail.
.. .. .. .. .- -.- A M -- I*


FAIBLESSE
DOBILITt


I SIROP de
DESCHIENS
d ia6woglobin*e


4 W R6gdn6rmteur d Sana. precrit par A1llte mtdloale.
M llWr &'r I viand* rue e i al ux ferrugintc t Admina (atis ioa H6pJiaux do Pris.
DW4 uill k"AL Ol5HIRMNS, 9, sut r P.ul Saudry. PABJ8 ct hri.itnuail,


SLa Dactyl.oo
Leterie autoriste par I'EIl,
t'ort- au-Prines.
L'Administration de LA
DACTVLO croit devoir rap-
peler A ses notubreux clients
qu'A partir du tirage No 3
elle ne paiera i ses guichets
que les fillets gagnunts (acom
pagnv.s de leurs sources. Les
saceteurs sont done instam-
ment priis de ne pas man-
quer de rOclamer les sou
ohes des billets qu'iilsachtenit
en les acquit.unl, conformc-
ment, d'ailleurs, a la pres-
cliptlion expriinee sur les bil
lets nmes L'Admuiuistiation
de la i)actyl( diclaie devoir
decliner toules ieclamations
au sujct de ),llets gagnint-s
que les portt'Iurs l)preti daicnt
avoir acqutiltis, si es hilpets
ne soilt l)Js ;acc ni l)pglvI's dit
tears suoiclies


AVIS
L'Administiation Cenerale
des Postes a 'honnecur d'in
former le public que snivant
avis revu de la "ain Ameri
can Airways Co," tin avion
quithter; Miami, Fla. le 2 1(d-
cenil)re pr)ochain, destina-
tion de Kingslon (ler vol).
l., nialle i former pour
cetit ligi. termera i h la posted
lesamedi 29 novembre coun
cant, 5 1 p. m. tres preci-
ses.
Port nu Priuce, le 27 i:ov.
1930.

Clinique St Fran.ois
D)r Agcnor I)I'II) MO E
.I -- l i m. 3-- a) in
I)r \V L MATilIt'IIN
( 9) i. nw. 2 4 p' ini.
G(lai tl h t ('n li (e !r
S1111l), Taillcur.


1 11 -


Goiiez lols les Rilims
5 toe i lIIk


ET VOTP I"


CHOIX. S'ARRETERA


sa


purct6 ct la finesse (de son arome natuiel
DIS'1lLLI1EIE DEL TAIGLE

M. FONTAINE, ProDrietaire

Depot: Anale des rues Danles Destouches

el Maaasin de fEtal.


Represenlants: St-Marc: H. Deschamos
Cap-Haitien: M. Giordani

Jacmel: Pascal A. Brun


-00dgo


Cordon nerie Montr 4

hyppolile R, Jeudy

A COTS DE LA POSTS GRAND'IUE 1722.
'Viest d'arriver an bel *et i*d amittenat de Chtro.
res do tout* fraichear et de tea i beenut.
... . + iA-- LA, I


'Oa y troevera, eo outreoes Dbrteules.ravates,c4-use
s apeaux, etc, etc, et utusutres articles de choik. d
gott et A bon march.
Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs, une visit s'WI
; A Isa ORDONNERIE MONT CARMgI,. t


,fnitR hialien ie
l'Allianse frata.aise
l.a iiunioni des Membres
du Comili hait cii de !'Allian
cc Iranqaise Cen assemble
g6cnrale aura lieu cet apr6s-
midi a 4 henrei et demie pr6
cises auilocal de Cind Vari6-
t6s, mis gracieusement a la
dipo)stion du conseil? d'ad-
ministration.
D'i mportantes questions se-
rout sonumises et solution'nes
an course de cette imporlante
sea .i .
--- ----- -
I loWeriP des (E'ivrPM
Cs t ilimanche 7 De'emhre
pro h in qui'urn lieu n Eldo-
rindn I irage de la loterie
des (Eivres de I'Association
des Membles dn Corps En-
sepirgw,' el du Cl)mite hliaitien
de I'Alliance fran;aise.
Le placement des bille's se
tait d'une facon satistaisante.
On pent trouver encore
quelques billets A1 'Eldora
do" dirige par le sympathi
que Gairaud, au magasin de
Mr Simon Vieux, chez Mme
Douyon, etc.

Avis
La Maison \t IN:ENT AlDINO1
22 .) I>:( k) uic-l: i,|i.r pl'
sir il'itliir n.cr soi b -nveillante
c i i ie C l cju'ile v il te :r ce-
\ r l, I .n 11 I oli, 1
1,otion V6g6tale
a i .i Ie l' lhnilaii,
dIn lh" lhiedI tI llai beunj.
(Cen o tion, comwne on le
s.'it ie,'i1, r; \ i(nt la chute des
t lieveux ticl quc so t son de
git, el tortic lescheveux tout
tn leur donnant un brillantet
une souplesse remarquables.
Succes garanti. Prix de-
liant toute concurrence.

Halle & Louer
Moitie de la grande hlI'e,.
sise Rue du Magasin de 1'-.
lat,a tote tie la Maison Allied
Cooke, iucemment occupee
par la Gendarmerie d'Halti.
Layer ratsonnuble.
Sadresscr a
Mr llenry STAPK.
Rue du Quai, en lace de la
Gare.

S-ELUfL PUiRiNE
in deu mol ; ir le
PILULES ORIENTALES
les seulesqui devloppent raft
ferntisent, reconstitucnt len
s'ins.eff.icent les saullie, tStu-
ses deis paules et donntent au
busic uin gracicux embonpoint
OB lnfalsanteo pour isa sent &.
pro ,,w, l'es pai lets c'eIbrlt midicald
RATIF Ph".45, R. Ji. I'Etsiqir. PAR S
rti ,+ Pri 'h- AI.BlRTIN;
cl route, ;, ,.nnc pharindt~l+


('ompagnie g nrale
Transalintique
Le steamer "Carimare"'.
partiedi Bordeaux le 9 crtest
attend le 29.
".; Il repartira le m.me jour,
pour Santiago de Cuba et les
ports du Sud.
'La suite de l'itin6raire sera
fixee 6 I'arriv6e dii navire.
. 'Le steamer aAntilless,atten
du a Jacmel le 25 crt., repar-
tira le meme jour pour La
Guadeloupe et La Martinique,
via Santo-Domingo et San
Juan P."R. pregnant fret et
passages pour Le H-vre, en
transbordement A Fort de
Fra nce.
Port-acu-Princ le 20 No-
vembl)re 1930.
E. ROBELIN & Co, Agents.


! Attention
Au profit de Is Croix Roeqe
S( Seltioe d'Haiti )
La Compagnie d'Eclairage
Electrique a le plaisir d'an-
noncer au public que le ser-
vice de vente de tous les arti-
cles de son magasin sera re-
i mis au Comit6 de la Croix
Rouge pendant les deux jour-
noes de vendredi28 el same
di 2) dlu courant, t qne les
b1cli, s rdalises seront excin
s vcenlnt au prlit de I'ceu
IxA maisone suio;nks (n
lieit,' oulu apporler leu raided.
en ethibissaut ties comploirs
d'objits tr6s intlressants. Ce
Man h6 Crystal, Bon MarchC,
Garage Kneer.Mobr & Laurin,
West dies Trading Co et
d'autres.
La Compagnie profitera de
cette occasion pour faire les
demonstrations de tous ses
ap)areils electriques et oftrir
des ratraichissements et cer-
tains prix.
Companies d Eclairage
Elecirique Porl au P ice.

Pan American
Airways, Inc.
A pjrtir du ler )cccmbr,#
jusqu'au 31 Decembreuue re-
duction spe',iale de 2k */. sera
accordee,sur nosbilletsde pas
sageentre Port au-Prince San
to Domingo-San Juan,et Port-
au-Prince,-Ga'naguey (Cuba)
Miami.
Uue rdductiond.30./.sur lesa
billets de passage aller el re-i
tour sera accorlee.La portion'
de retour sera valuable jus-
qu'au 10 janvier 1931.
PunAinericun Ai wabs. Inc

l Astbme
| Soulagement at Guftoaon sP |
| p 11s CIARBT18*iPOI EiSUDUE


Les prochaimes arrives A Portiau-Prince soat
Velma Lykoes 28 Novembre "+
aTillie Lykem. 5 D6embre 190.
bureau: Rue du Magasin de I'Etat BoiteO.eostale


"adoW- IW--4---


Manufacluie haitienne j

ae Ciaarettes

GEBAARA &CC 0`

Les Ciciarettes 4

Bat' Bas Fanaial-&-on ,

,,Dessalinienne' -
Colon,

*Republicain e,

((Porl-au-Princienne
Grise i laffioeMe deolear ar6me lont les dclios -
des Tvrais amateurs.


ALUMINUM LINE
D6parts directs de New-Orlans et de Mobile)
pour les ports do la R6publique.
Un steamer laiuesm NlUw O.16ans le 18 Novembre coawr
et Mobile le 20, directemenat paur port-au-Prince,les GooslvO
et lei pirts do Sad. -
Port a i P'rince, le 6 Novembre 1930.
A. de MATTEIS & Co, Agents-GUneraux



AUX CAVES D'HA1iA
Cot E'ablissmment de:premier ordre, par ies meil
position. ma grande salloi manager, son mrvice irr1
ble ae tient A la disposition des Sknateurs, des DepO
les r*cptioas qu'ils voudmiieut ofir ou de ceux'.q
druiest organizer des fMeseno lur hooaeur.
Priare do s'entendie avec la Direction.
Phone: 29. Em. FLORVlLLE,iPropri6 nt


INEVITABLEMENT SUR LE


Qui, a


prix ejal,est insurpassable pour


I--a-


Insurance Co

Une des' plus fortes COMPAGNIU

CANADIENNES d'ASSURANCE


surla VIE


EUG. Le BOSSE & Co,

Agents Generaux


" ~------- ----- --L- ___~ __ ___ ___ __~_ _ _~___


~;)CII II~


,r~lLll~tYI -- -Y


1ICr '---------- L CI- --


UIIIII~CI


_ -- `~L I~LII~ ----


7E~~~I II. -C j


Lykes Brothers S S Co I
TC7a Haiti Banto uomn ngo Porte
Le seut service hebdomadaire et rgolulr A pao
tret entre les ports du Golle du Texas directemei
Port-au-Prince, Haiti.
Pour la reception rapid et le maniement habile
importations, serve vous toujours dos navires de la
LINE.


1


L i A


* ^..
t I <


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs