PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04986
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 11-27-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04986

Full Text

rn~w~


oment Magboire


I, RtUE AMERICAI 13 1 35
TELEPHONE N* 2242


gsm.ANNif N* 6852


Pear travailler trclieuistatal
ensemble, il eisoffilt pas de sympa-
Ibiser, ilifaut e enantilre, se eom-
prendre, savoir se eomplfler bar-
monieusement I'u I'auntre. L'arlion
elfilcae ue suppose pa3s neulemlt la
Consnissane d(ies hoses, elle.rCela-
me auesi la connaissance des ames.
Emile BOUTHOUX


PORT-AUDPRINCE (HAITI) MERCREDI 26 NOVEMBBE 1930


__ T


(as de lIse-civilisation


excellent confrere le o0
ireproduit." daonsi on la
de lundi,une copieuse el
fesnte information cc
Situation politique de rn
et, a c6tO de quelques
rations sur les dispo- at
du Gouvernement.des d
als decne pas interve- si
s les affaires cubaines, lo
Mions cette autre consi- te
i qui a toutes les allu-. te
a correctit et d'une p
on: aCependant,beau- d
d'sobservateurs dissent fi
attitude ne pourra n
tenuelpendant long- q
parce que la situation le
ba peut 6tre consid6ree le
.un cas de "dse.civili- n
3. C(
soulignoons a desseiu t
derniers mots pour pou ri
iquer le seas que nous
llichons et qui s'entend M
n 'une society politique ri
ce nom, et pour dtre d
come telle, a ii n
aln minimum de con
don't voici les essen. n
:une liberty de droit b
a, dans lesp6ce, de o
Iaturel; la &6curit6 des q
et des propridtes; l'ordre ti
rues; entin une tendance fl
le vers la prosperity et q
rbs ,- d
civilisation ne saurait h
on monopole; elle est le t
4de 'humanite,tout eDti6re; e
est un bien, on attribute s
versel. La socilte qui n'ea a
Spas touchee encore ni i
isamment est considered n
Mame 6tant en dehors des li
editions de viabilif et, A d
m6gard,1 intervention 6tran s
Iest justifie, -- tout cow- -
e, en cas ide sinistre, les lois 1
Sjarcharit& prevalent sur
tes autres et le premier
* gevient A la Croix-Rouge
tenationale.
11 nous a et6 donn6 ,de lire, 1t
l'y a pas bien longtemps F
Ie'tait avant le reglement d
lja ,question;des trontiires, C
n un iournaldominicain, n
article tr6s favorable A un e
t ad'immigration espa.
e qui devait etablirentre
iti t la R1publique Domi- a
ticale uce colonielde pay- n
U espagnols devant cons- t
itu ea tre nous on cordon
pe action.
le enI question ;re-
it sans hesitation
e'6tait Ia un'cas bien net
trvention et' Id'interven-
provoquiecar l'6tablis-
t d.; ces colons devait 1
r d'un accord avec le
.rnement ,de Madrid, le-
pdonnerait certainement
Sbui-ci un certain droit de t
le sur les conditions de
ses ressortissants, pa-
ea parties a celui que
propre gouvernemeot t
.itA l'6gard de nos im',
ats haiteeuengag6sdan~s
lines sucriees ude Cub. I
S. aux yeux do journal,
tlterveution devait cons I
biu. mral moiadre que
isinage immediat des
afs de la tronti6re et
I justifibe par des motifs
M'hsation, c'est-A-dire pa I
Wmeut meme que nous
de rencontrer daa
rmation concernant gCu
tpresse dominicaine, de
genErale, a toujours
.de hordes pillardes et
B esnoe populations d
tire et ne s'est jamal
Qo de dire que, A leur
e motil politique, mme
p'S la notion de son-
t,.devait fltEchir do-


motit do civilisation.,
M retenons aujourd'huo
44 tel sujet lattention*de
"ecteurs, c'est que, dans
: o15 Ae, aotre existence
leure 1915, "nombreux
Slea crimes de 16see
t on,.,perp6tres et corn
"PC e trre haitieoe


4 lesattentats officials centre
,vie, la.libertd des citoyens,
I le respect des propriktds
onstituaient I atmosphere cou
ante de I'existence en Haiti.
Si nos poitrines oppresses
ujourd'hui de tout le poids
e l'intervention ambricaine
'nos families g6ndes A la
rngue du contact stranger,
indent vers la liberation du
erritoire et de nos services
ublics,- pourvu,bien enten
u, que cette retraite ne signi
e pas notre retrogradation,-
ous ne devons pas oublier
ue, nagu6re, non plus par
e tait de l'etranger,mais par
es mains nationals elles
iAmes,nos poitrinedont aussi
onuu oppression et nos ta-
siles la persecution et la
uine.
Que ce ne soit pas seule
lent pour narguer les Am
icains que, daus ce moment
e desserrement, nous nous
iontrons tiers de rdp6ter :
Nous sommes des civiliss"':
nais que nous nous rendions
3ienkomptequ'iltut un temp,
u6la civiisation,daus tout ce
ue ce terme comporte de sen
iment de stcuritt,ae pouvait
leurir en terre haitienne;afin
ue la liberation,dans 1'espril
le quelques-uns, ne se con.
oude pas avec la ritrograda
ion vers un pass honteux
at que le cas de 16se civil
action' invoque aulourd'hni
. l'Ogard de Cuba par un
mperialisme lent A desarmer,
ne constitue pas, apres noire
vibration accomplie.une epee
le Damocles constamment
uspendue sur Inos tetes.

Bureau d'lnformations
do la Chanabre des
oepr6sentant.s.,.

Les bureau tabriqu6s par
B D6partement des Travaux
Publics, il y a une quinzaine
le jours A pine, pour la
Chambredes Deputds, com-
mencent d6ja a se disluquer
t A se ddmantibu ler
*
Un permits de quelques jours
atW accord, pour cause de
maladie, au Secr6taire-R6dac-
eur A. Bastien

,La Commission sp6ciale char
6e.,de statuer sur le cas des
narassas d'Aquin estgretour-
iee bier soir de soDnvoyage
d'Enqudte. Elle donnera, sdre-
menat lecture de.son rapport a
a seance. de mercredi 26
Novembre couraut.
*.
La Caambre des repr6sen
tants du Peuple a requ par le
dernier courier : le bulletin
de legislation et de Idocument
parlementaires strangers, 6di
iou d'Octobre 1930,du Secre
ariut de la Chambre des de
putes du royauie d'Espagne;
a deruimre revue d identifica
iona et de sciences p6nales de
'Universit6 Nationale de la
Plata, i6pablique argentine.
ViDans l'apres midi do 17
Novembre courant,les Pr6si
dent et Vice President de
L'Assembl6e Nationaleg ve|
naient de signer les cares
d'entr6e pour la anahce du
mamdi 18,quand Ie ler Secr
taire de cette Haute Assem
bil d6clara qu'on lait avait
vot 50 cartes. Alais, (Pr6si
dentdejla ,Chnambre n'eut
qu'une trentaine de cartes A
aistribuer ausPeuple g.t. aux
ams. .S
LePresident du Snat,'lui,


retusa d'accepter les trente six
cares que lui apporta chez
Iui, A Petionville.le ler Secr6
taire du S6nat, leDr Paultre.
Port.qat Prince, (le 5 No
vembre 1930.*-
Le Cfef dej,Bureau de la
Chanibro.-
Justin DOUCET


L Ideal


Rliuni


ALIX ROY

28 annees de success.


.*rs- .t. ~ ,,.. a*.a ~~A-


Ce complex reindu d e n')r ,' imable confrre L'()rin()
dlant le plus complete qui eut ( 't; public, nouis Ic r' ,rodui.ions i4
l'intention de nos lecleurs :


Les Journalistes


au Palais National
----0-


Avaut-hier. sam li,.Aquatre
heures de I'aprci-midi, sur
I'aimable invitation de S. Exc.
le President St6ni:) V'ncent,
les joutnalistes se trouvaicat
reunis au Palais National. Les
invitations avaient cte adre(s-
sees aux directeurs dle divers
I )urnaux ; mais la phiiparl,
etmpichis, se soot fait repr&-
senter, ce qui fait que tons
ont r6pondu, en definitive, A
I'appel du Presiidet de la 1d-
publique.
A 4 tires precises, le Presi-
dent Vincent, accompago ,'
d'un olficier de service, entire
au salon oin avaient 6te intr,-.
duitsles jourualistes par Mr
Raoui llouzier, Chef .In Prot
tocole. Le tPrdsident, tres sim-
plement, done u:, cordia e
poigane de main 'h icu;i,
invite les journalists., iui s'
talent mis devout a ~)i arri-
v&e, "a s'asseoir.
On a pr&tendi), it il. U
s'asseyant, quie I, foturamlistc
meat d loult d condilin den
sorlir; ce i'cst pas touijo.i
vrai, puisque sans sortir d(i
jourialisnie je suis arrive ic a
ou ie suis. C'est plut6t c iiumei
co- lrt re, contiina-t i!, q e Ij'ai
p nse a vous r6eii:r Ic: po,!r
vous faire la d :lar.iv.) ,.
la liberhi de la press esl pl/-
nement garantic sons in o
Gouvernement. Je 'voIs (ci
donne la formnelle assuraic:'
Votre droit de critique etC
entier. On est hoimme et p:r
consequent sujet a: errcur. L',~
journalists south done ibr.'s
de critiquer les acles JI (6ioH
vernement qui leur parAitro'tI
mnriter la critique dans I'ii -
terdt du Pays. Its soot libre.;
de signaler les erreurs qui
peuvcut etre commises t 1 ic
Gouvernement fera de son
mieux pour reliever cclles (qiii
lui auront dt6 signaldes.
Le President de la e6publi.
que reclame le cona-ours dr [a
press dans I'i.tecd natio.;il.
Je u'ai pas peur des ijournautx,
ajouta-t-il. Je suis sdr de nmoi,
je suis sdr de rnes intention-, je
suis conwaincu de, nma bjnme
joi Mais le Gouvernemej.t ap-
precierait a sa juste valeur le
concours patriotique des jounr-
nalistes.
Et la loti sur Ia prcss. ?
interrugea le directeur da
NOUVELLISTE, M. E. ChauvcLt.
La loi sur la press., i-
pondit le President Vincent.
le la cousidere et vous pouvtz
la considerer desu6te et it -
existante. Je vous en done
la garantie.


Seia-t-eile rap, ort6Er
(modfiec)?
Oi, etle le sera. E atl-
Ien a1':,t. 0:1 Cie!il 6tre train-
qui.i'; je i,. consider idese
U'. f. C't's p;:'roles, ( diitlquet s
us- applaudissent.
N ,it re .i..'in: uc confre'r
Clement MI igh ire, directeunr
d(i Uin',dit qu- Ijes premiers
actes ;i :. o'plis tw r le Pe'c
sileui Victent t(nt aIga rc c
que la iresse u'aura aucine
peinea (doniner son plus loyuil
c(yncotrs ;ni G-ouivernement.
Cette deci'iration obtint I'ap-
probation de lousy les journa-
listes presents.
Puis on sertle champagne.
Le President Stenio Vincent
remeir cie les jourtnalistcs de
Icur einpressement a sc'" ren-
dre a sou appel, lenir in mn:!e
se' VoetUx ponur la pr,)spcrfi'
J."s joi)rniux. L'rstimab) e .!i-
r* CCuir ic Quo VAn)s llrii '.
\lr Feli. Mlgloiic reoo } 1 :li
nom (de [a press- re;n!er,'o.e c
invite t'us les c: tl eres .1
boire ii la conserve t; li :i t u i
;s c es 1.u l'6esile it Vi'ceiit.
Personnellemlnnt, i resi-
a, morgue, rAl'e les ci 1'r'lites :
Se"N co' n r :' ';r S t iCS '. v -) ;. l -
iionl:', s'eling C',cnt sui' Ile- it
jets ddile cilts. L: Pr'osi le at
,ut une ttleniio: [)po)ir ( i:
can. I eFcoit:(a les diverse;
obl)ervations attentive nent.
II eitil environ 5 Ires. lors-
que I'on prit eon-.,, I,i I'r6si-
deal de la Republ)li ne quti,
visible int satistait. r n. rci i
a nouve' u sesconfredre.
La r6c--ption a 66e c)rdialu.
Y preiaient part:- Ceminct
jMagloire, direcleur du M.AvrN;
Charles M\orivi,,,iirecteur d'i
TEMPS; !F. Ch:aii t'l, di'c l.cl r
d(:1 NUVI'ELLISTI; ; Felix M.
gloirc, directcur dc Quo VAums
HAihr; Placide I avid, direc-
teur de LA PRESSE; \iph)!ion.
Larrettr, Administraten, dol
P.Avs; t.ouis I)orsinville, i '
recteur dc I .E AN; .1. ,1. I.
Audtain, dirccteur dtI. LA t::<-
TION; V. Pierrc-Noel et Seid,1
r(1)r6c t ent;un I l'v:IL; M:a:<
Cih -iliners, lirel:eurd(ii (1 JUN
IMPA.TIAL; Mauiice Bran, dJi-
recteur du MONrcrra~.u; Paul
Manuriic, etpresent-(il de L'E-
NEtGIEi; itbchard Sainave, di-|
;ecteur de la GAZETTE IAi-
IE's'E'; LM- Fitant )is, direc-
eUr (i!u PiOPULAIRE; MAUrice
Liautaud et E 11 )iuier ieplre-
sentat La (COURRIER HAITIEN;
J. C. Pressuir, directeur de
L'lIAiTIEN; le Depute J. B.
Jineas et Maurice Riv Ere re-




?s Meileurs
*ur DebE4a
: qu'ils ont moulus aeC
in exceptionnel-p-ropresa,
at. et purs.
CULTS SANS FEU-
L:N -PENDANT 12 HEURES


FLOCONS D'AVOI NE 3 MINUTES
&A .....[ wo[ [ *m


neuf.
Pour tons renseignements
tl66phonez an No 3404 entire
neut heures du mating et 5 hs.
du soir.
S---- -

preseutant t Haili-Journal ;
C. Mathellier, directeur du
Journal (rLe Crible); Damase
Pierre Louis, directeur de
4 L'Opinion P.


I la i General Accident Fire A
Life Asusrance Corporation I.,
smiled *.- Vve F. Berzing ta
Ag at G6naral poor Halt .


--7~- -~ ----- C -.


t


- -- ------ --


Propos

cacheles
-o-
11 s'agissait ('imiter Charlie Cha-
plin, Ie gir'ld oill nit u, si doulu-
r'edseiiielit itll iii pilt' rt t lin\s a OilS
tout receninelt admirC't, dans le liln
cdfltbre Lr a Un Rte rs l'or.
Je ne me rappllle p)lu' s quel grai'd
lquotidien ldoonicii l pariisicn avait
organism ce concotirs original qui
d'ailleurs avail 6t6 dispute par lLus deI
leIt acteurs de ci11 111:1. les pl us r''-
putds.
Naturell'i enul ni pri r'ii 'nil.gt,' ,lii
prix assez considi'trahit dc\:it rc'Ot'On-
pe[c ser la iiilleiie ninique. l'ar-
gent ett toujoul'r bon i; g':Igi r. C(hir-
lit Cbhaplin tdlcida dotl de c'oit Iotrir i
incognilo, e't (d s'iimiler lui-iii'ine.
11 y p)arvint asse z hien, |uis|itte le
jurv cli rgti' l'a|))ri 'it'r Il':Ia t tie ch:i-
CUll, estillia c(it' (Ila'lit' (:Ch plinii lui-
liltume, Char1lite Claptin p i s el OS Ct ll
chair'avaitl ieL' n inolis iliilh Charlie
Chlaplin, (iqiu ne I'.vaienl fai lit ieu
atitresconcuirrelns. )ui si in raisiem-
blable (lue cela apparaisse,Charlie fut
cl.'lS I S dix\it-ac.
l)eil| is i qutI'hlut' jours, on lin voit
dans Its ruis de i'ort-:mu riint'e, quil
Ifetitres piiclieh s sil l 's yvu\. (Ch:laciit
v'tlt avoir (It's airs; te i lceau tlii 'rt'n nx
et Sltnio VilIet i) dans mi tconcours
qui viserait : kI plusl pal rl'a ite imit.a-
lion l Slntei \'inc';ilnt, s, it an'ui i r-
(I'lh i cla' ssc Il\' \ c' t;1::nu pllu(.1l p iir It'
.jury le p)lu I ri ,pic'.ce... Ah I I' *oI- n-
voil... el son)l (')rtl ,c >e MOdiiiJIm ioi','.
II n'v a en1 somi lt iiu- Iv' lii l \ it.:-
l( u \ III r111 1 S i. n lll, S.111. 1" I)'ii1 ilin
Ilk, piisf S,'iiiliteir.


CassC-coLl


Nou< attirons I'.illt- iton de 1t
) ( e. 1'. T sur 'in vrai ca',se-
cou (ui s1 Ir('-.e singlele (dce
lIa "'ue Manglohir .\ni)roise et Ia
route pr ivc (teIc 'ul Einudle
I'li ef tl, p[ .-; d iin poteali
!t''! l: ; 'f *" '\,,!ol' nt crev:1 se
t'a:s p'i s ,1'a lesti deI os
j ) s I rlii!'s, cI ,leux aulos ne
v 3 ,w 'ilr. I' i c point
!Is 1' Ccl til6 (4:il1 :'r.
I. I V ;)o(i ,',I I (l w dra' in s et PIe
I.r i iie I eu vr. t ii v.,iilc.

Los Pupilles
d3k it 1Anoine
-- --
N us avoid ,;,rLs q.:.' Les

( '!* I l' : i ( V j ', I' Ia -
iu.,ci i t"o' Ii .in. *i '. ;) vo s
es P'lillt' i vc '' I. s : lk Si i-
!li{'C :os ;i' 'tiio(l | 'l U 'er 'li i'.
Y' ;c *-11 1 !)" () -'; (I I i!' I )-
p[iu lir s de, jeu( i0 t t I SI d s
i-i c.,illcs ,Jul i ln 'il"j) )',r clell-

S i. '1 1- ,, )'. )i- e n
;.- i. *'.ivc.







p / / -" IXJitrine a.'" V,'icl:'
*v i? n.






V v"nlt o le vot' "



Pour Tout Re f: .o"i:'ir': *a



A LOUER
lJne mason conlortalle
avec dpeu.dances, bas in et
electricity au Iois debSchultz
r'a,.Iresser au :
I)r Eugene AUI)AIN
533, Avenue Magloire Am-
broise," Phone 3457.

A vendre
Divers meubles anglais pour
salon,salle a manger et chain
bre s coucher presque a l'etat


4r-


itre Il


a vu, dimanche soir, dans
un cal6 de la ville, un de nos
unisqu (i fredonnait la meringue
que le musicien M.iues avail
comipos6te n Ihonneurde Mon-
sieur Sl6nio Vincent I'6poque
ouil avail &te ,lu Magistrat
Communal de lPort-au-Prince.
I 1l, .' un moment donnf, il lais-
sa miouir sur ses lvres leader-
ni6res notes de la meringue, atl
murmura A us:i petite dame qui
I'rcoulait:
(C'ait iadis, et commehier.
I'a..ivs 0 un de ses plus tr6n6-
tiques dches de bouquement.
Naturellenment.
*
... a vu quelqu'un qui racon-
tait que dimanche soir dans lea
.s Ie pi etex q;ue I'on fi ait
I i )ouveain Chi .Ie I'Elat, quel-
t I(Am/ds dc mnardi-grus se-
r.iient sorti.s. (;C .t ant mieul.
I. les se sol i I es pui!que
Stt- oiniiee f l a vail paseu d(
Al t'i(: tout le monde
s' II so vI nI Le peltp'e lo t
s';:L. l r'r II it 1 11 I 'ci!( nld,.
poill \ 1 .ilt C.' ie S'o, l )Ipas ell
co ,I I'tv IIJil ;Lix lois e! aux ir -
gen Int lls de police.

... 11, :I x ivedi s (1'liii ras.
tquoiiutrie, d('s .(oulir t'ts fi om
nu)IancesC : gris. o)iWr Cl j aiie.
Q(tiu ltT IIh'P (it 1111 -i E'l:(a t di
rice dev,mit c('' gout ro'oco (t
ponclui l) i l (i Ide' s n ire per
celnt' i|p i:' Irll xion :
C l'( st I),S I. LA I'AIl-
SIENNEM quil o- II!urrait trouver
des liorreuis iuarilles.
...a iio' d'i;tuncclie soir, avec
unejoi, iou'f es manifesta-
tIons ienllhI)i, ;iles 9 u'il v a eu
A P'rt-a-Ponc', plans totlesc
Its ir';Is, (.hi3 j sh us les qullrIl 'r#,
enll lhoiietur (lu i.oiiv':uii (iG m-
vCei ini'nill. \ I ih: ip-d t-M 'ir,
jp ndan;I I conceit(, les ntord(
dk l\',:i It' I"'*:e fl noils de
SIli)oin e el t (I', lus Is (Lirs
lI10 ;!" t r' |il .(It,(s ;:UX It' s,
dt s", pd.i(le-, ci li' tituageati ilt' es.
p),. I > i) '*. .
I
... n voe tt l) Is. (It)nis ('el.
.us )iMu', |Is I'.ntmeux k6upis u-
tl tlll (< t (illeV O l l ;V;.1 ill, i 1.111
b(I r l);: i',. I ot; ,c )tIi ) >l' nire 't.x
v\,'il ,.i c ss plus vile qu'on
ni l(' c I' l.y cl'I s posseSSulP.,
n its ,ill p icrnmplac6s. lI-t
puis lur l i on n'e i verra plus
e' tl;i : i su i n'' ,l S i: q(u'un petit
sou\ I nir qui lei a sourire.
... :ivanil-hi(cr soir, aoi
I leriiiniinus dcix hlomnies po
lilItLiCS (i uli c a el, delpuis des
'. ii -, el (i t tlni).)S dans des
catumps (Ill r, n ls. l.a politique
(ui Is avail divi ts jadis et nau
guKL i s It, :rapp i clit s ces jours -
ci, et c'est peiU-c re pour cela
qi I')On nie ldoi( pWis s'api)iyer
sur honnms politiques...
... a vi, diini he, toule la
joui At'. 1. l.ux d'artifices qui
swionnaient de coileurs lumi
neuses Ie bleu de noire ciel.
Des enfants ne pouvaient plus
delacher leurs regards de ce
mandlestatious pyrotechniqu.t*
et lorsque les bonibes aclalaent
dans I'almosphere, leurs' cris et
iur's tires rp)ondaient inmm-
diatementfau bruitt formidable.
Celia dura jusque vers le soir
ou les feux furent plus adali*
rabies u'aeclater dans a'obscurit6.
... a vu, dans un des grads
cales du Bord de Mer, un de nios
pa,'lementaires qui n'avait pas
visited Port-au-Prince, depasia
plus de dix ans. Comme on lui
demandait quels 6tiient lea
changements qui avaient le plus
attir' son attention et qui lnt
avauent fait le plus de plaisir,il
repondit:
La creation de La PAR.,
siENNE,et celle du Rhum Sartlhe

Assurez-vous centre accident







LU 'MATINM 26 Novembre 1930


PAGE 2


Le Rhum Barbancourt
Dont la renomm.-e est universelle a gard6 sa prem.Ore place.
Dumandez ) rout :
UN BARIBANCOUlIr
De )t : Rue des C6sars.
V( nte en gros et en Dltail.
W -

Sous ce litre : a Une th6se Inattendue o, notre grand
confrere parisien ( Comredia ) public I information suivante da.
pris laquele'


Un Cong res de juristes de-

clare que les Revolutions

sont parfaite ment legales
-o-


Lts juristes les plus 6minents
du monde viennent de lenir
leur session annuelle dqns la
somptueuse salle des lteps de I'
FacultM de D)roit de Paris, Con-
grcs de maitres du D)roit.
On se represenle il, graves
messieurs liges dans uns atttit-
de solennellc,. eoutant avec la
troide impassibilit (qlic coil
trtre la Science, de subtle dl.--
sertations sur le droit ro ni .
Erreur. Le programmii ,s
conltrences ,'inspiratt l.e 'ac-
tualit6 et les Iluhsesse dtvTh.p-
perent dans une lingue littbraiir
qui n'6lait pas le jargon des
Stands pontifes de la .Lo0. C'esl
aus celte ambiance presque
folAtre que M. J.eze, le profres
sour chahute naguiire par les,
6tudianls, souleva c ce curie(
dbast sur la Itgalit' die's l'vr-
lutions. Nous vous lerons gr'ic:
des savantes reimarques du pi o.
lesseur sur ce qu'on appelle
I'acte du gouvernemnent, le Ilir
du prince centre sequel aucun
recours n'estthiorinqueinent pos-
sibie A muoins que, selon quo' et
altres itserves de hautes con-
ceptions jurihliques. Mais voict
I'amusant corollaire qui suivi'.
Le jour tniutne oft i: hltvolu
lion 6claailt en Argentine, le


chet du movement adressa
la ,:our supreme de La Haye
cette laconique d6peche :
t Nous avons decide la Rlvo-
Iution, veuillez nous dire si ce
que nous gallons laire est lhgal.a
I,a reception de eel extraor.
dlinaire mnessrge ne donna lieu
A aucune mort par apopilexie
l Ih/. es 1 .stinataircs. En quel-
ties heares, Id r(6ponsM arri-
vail comine une lleche d(ns le
c:i ni des iniurges : Cc que
vois .dliez laire est legal. o
Ei M..1.Ve de conclude par ctt
lo0ge iimpievu de la evolution
-nous cilons de m (Inmoire,-:
,( Les ConsituLtions ne sont pas
dternelles. Les inodifi nations
,i.ji leur sont sans,cesse appor-
ties finissent pas les annuler,
ir on ne peut p:as deruite ce
.I'i n't'xisle plus, autreunent dit
un people a le droit d'inposer
o ie nouvelle constitution A ia
place de celle qui, a disparu. )
Ce point de vue a dt6 unani-
mitenn.it approved )ar I'assemn-
l)de, ce qu ntie laisse pas d'etre
iiquiktaiit pour la tranquiilit6 du
;id),lde.
iloureusement que les protes-
s *urs ii'exposent pus ltooours
devant leurs lh1ves les principts
I edoutables (lu'ils discutent en-
tre eux I L.A.


Le danger d< troubles est-il
A jamais con u, e, i etirant ainsi
A I'amWericain tout pretlexttc i
nouvelle intervention ? Mr San-
non encore adinet que non,
mais pense que : ls ne pour-
raient avoir ni'iiteilue ni in a gra
vitedenos ancienhe.sdt-sensions
intestines. lfault'e part, lIs po-
pulations ne sont plus armbieset
ll n'est pas douteux que leur es-
prit ne soil A la paix. Ie G(ou-
vernement aurait, done promnp-
tenient raison detqutlquits pelr-
turbateurs isolds, grace ii la ra-
pidite avec laquelle lest ropes
peuvent tre auIoulr HUil triaMis-
portaes sur n'itupo:te qucil l')int
du pays.* Tout cela peut-4tre
vrai sil n'y a aucun intlresse A
travailler a des resultals con-
traires. D'ailleurs, des pays dte
l'Am6rique, bien mieux o g -
nisas, tout pris, nos voisinI
de I'Est viennent d'avoir tdes
revolutions tr i:nphli.ntes. Si IL
gendarme atnricaiLn in'y est pas
itervenu, c'est pace qu'll n'y
avait pas d'inltrct prat(iquc.
Qu'on le veuille oU 1)i1, A
moins de piltiner sur place, li
question atnericano-hauiltent,
devra 6trs vue sous son vrai
jour. C'est si vrai que dej'i it a
6t1 question de pieces itpor-
tantes en possession de I'ancien
ComitL Flddratif. C'est si vrat
que, dans le Rapport de la Com-
missioa Forbes, il est question
do nouveau Trait ? Lopuion
l'iguore, car reun na dtd pubui
dans ce sens.
Mais que kdiseiitu les;.,p.ti.ts,
Sue doit content ce nouveau
raitMt?
Comme onle voit, les quali-
tas d'homme d'Etat du prochain
President seront mises A rudes
6preUves. Que Dicu daigne gui-
erl'Assembl6eNationale dans Ic
choix de ce Cthel I'our qur.
la tAche, de celui-ci soit lacili-
tie, il faut qu'd ait la contiance
du Pays; pour ceia, sa polib-
que devra etre Iranclie, ouvertc,
dcicutle par I'opinion dout
e ., dApendra.
!'as (de d:po:u;.i e seci,',
Mass aussi que tui ; t (ceitLlie a
ri. com O lpti(juei. i..sl 11oI1
ahuribstieent a'a pas tI. mince
en liiani uue It tire adressee aux
b6nateurs .it D6put6s par la-


quelle, I'auteur, un des princi-
paux ouvier i du (I Plan For-
1ts, ie leur dumaiinL le pas au-
tre chose de s'misurgcr centre
mi instrument qui letr a doiun6
n iss:u- c et qui co-iditionne
Ilur vie t le 'louvel ,tat de
( ioses qui en derive. Quand ces-
serons.nious de jouer avec le teu?
11 est bl)ien evident que la situa-
tion que nous vivons ne com-
)irtait (Iue deux phases : la
prcmicre Mtail la, these consti-
tit,.oiit t llce', dela- inajorite du
tsetIl l't lat, que Monsieur
Jile iudrin,seul jugea bon d'ap-
)iver publiquement par un ar-
ti-he retentissant public dans
( Le Matnm ; c'est le passe. La
seconde'est le tournant present,
conisacr par le Peuple dans la
pleitu1lde de sa liberty et qui,
par consequent, devient obliga-
toire pour tous.
L ieure est grave. Nous jou-
oas notre derintre chance. 11
laut la jouer prolitablement.
Evrard LEGER.

.a Companies
v Esperanza Diesz
Nous avoIus re u avec plaisil
l, visite dtc Monsieur Pascuali,
i eprtescltutl de l'imiportante
t'oiiMpagnie Esperanzat Die: qui
n us vent avec douze artistes
de valeur, don't sept fetmmes. Elle
a Ientie programmies dillhrents.
Mlas la troupe n'aura pas le
itcmps de les othir tous A Port-
a i.l'ri nce ou i1 n'est que de pas-
s.fge, peut-etre pour lIuil ours
.sc.ulie ult. Car elle se dirige A
t'auamna ou elle a un eu-nage-
inent au iheatre national de la
Capitale.
Cette compagnie qui commen-
ce ses exhibitions et ses repre-
t.cntatious jeudi soir aura cer-
tauement beaucoup de succ6s,
car sts is eis os bont ious de
g is !i, aienits, et les e:cors et
custu .i dcs acteurs soul de
tout pruiter ordre.
.A jeui done, la premniere...
-- ,
Avit Commorcial
J,)cp hilumI Vilaire est
taiister: a la Girand Rue, en
jace cic ia Station des Pom-
piers et des Telegraphes Ter-
a estres.


Un communique qui no
s*etalt paa dr61o...
C'est celui don't nous menace
LE NOUVEtIASTE. Aprds avoir
aflirmn, de mani6re tr6s cate-
gorique, que le Prisident de la
RItpublique, occupy sp6ciale-
ment par des questions d init-
ret national, ne pense pas aux
reforms, come si Iun pouv it
emp6cher l'autre, notre con-
frere advance qu'll ne serait pas
lonnantqu'un communique an
nonqat olliciellement que le Pre-
sident de la Republique faith
siennes les vues du aNouvel-
liste)). La chose prate pour le
moins A rire. Nommer aux fonc
tions publiques, r6voquer, sont,
tout le monde le salt, des pre-
rogatives constitutionnelles. Le
President est libre de les exer-
cer ou (Ie ne pas les exer-
cer. Mais de IA prendre un
communique pour annoncer
qu'il ne fera pas de r6forme, il
y a loin.
Toutelois si ce cominuniqu6
arrivail, nous nen serious pas
fAchi. 11 nous ferait sourire. El
nous en r6clamerions un aulre
ie joui ou Monsieur Stmnio Vin
cent se serait decide A enare
priendre lu reforme contre la
luelle notre confrere Ls Nou
VELLISTE protesle avec une si
loachante liumanite. 11 y a des
.swutients soudains qui, maque
,,ont tout aussi respeciables ito
les autres. En tous cas, il sera
beau de voir le President actuel
ne pas fane de r6forates. Cela
nous eut console peut-6tre de
cellesenireprises, il ya six mois,
par son predbcesseur nimneii .
)cLux puods et deux measures.


'.-'---


Fiancailles
C'est avec plaisir que nous
,0on1s reua id care de llanvailles
,le Mile. Georgelte loumaiin,
lille cadette de notre ami Geor-
ges Houinain, avec M. Alfredo
tie Matteis, itsil de notre ami le
sympathique Charg- d'Aflaires
de S. M. le Roi d'lalie.
Nous preseniions au june
couple nos siaceres vueux de
bonheur.

Lx Conitel l.hailien
de I'Alliiuce Iran4 raise
iiaiinche 30 novembre, A 9
iuirs el derie precise du
it 'li1, il y aura C nGin -V;trits
:1c (- b lle mialind e liti:raire el
,iusicale. oflerle aux laureaes
,lcs rxamens qui out eu lieu an
couirs le l'anuee scolaire 1929.
1930, par le Conite haitien de
l'Alliance franuaise.
Elle sera presidee par Mon-
sieur F. Wieti, lnvoy Extraor-
hinaire el Minis!re Pldnipoten-
itaire de la Republique fran-
,'aise en Haiti.
Des prix de diction frianaise
' eront, en outre, decern6s aax
ietves qui avaient pris part au
concours insttu6 pr PAIlliance
et aux jeunes lilies qui parent
Ic plus frincais en classes et en
recreation.
Les 'meillcures 6coles pr6te-
rout leur concours en vue la
tie reussite de la matinee.






hlailiana



CE SOIR

L'Archiduc
ET LA 6;'"

Danseuse
Entree :0.50 et I gourde.
UN FILM POUR LES
NEURASTENIQUES.
Notre ville compete une cer-
taine quantity, .de personnel
Strisles ainsi que,'plusieurs neu-
rasteniques. .
Nous nelivoulous nommer
personnel mams chacsu em con-
natt.
Or depuis peu, il existe pour
eux un remade souverain, mais
don't il taudra profiter de suite,
car il ne restera qu'un jour A
leur disposition. :-
En eflet on.projettera Diman-
che sur Il'cran de a Haltiana a,
le film le plus gai de i'anue le
chel-d'oeuvre de Ch. Lamac.
ANNY DE MONTPARNASSE
Aucune rate n., pt-ut r6sister
a. la tolle gait6, A l'entrainjuve-
ile, A esprit p6tillant de ia c .
lebre Vedette Hongroise iAnuy
Ondra qui est second6e par le
parlait et si sportil jeune pro-
mier Andr6 Roannae..


PBINCIPALB
H. CANONNE
49, RUE RtAUMUR
-&o0 BOULEVARD StMATOPN
PARIS
vendant
Ll K==uRMARW"VU 011DmN
toduita des Pimndw res N lMN
et toujoun de premi r frael
UNE SBULE QUALT :
LA MEILLEURE

DAtVON SP]CJd[l
POUR LES COLONIES
DROGUBRIB, MBRBOIBSTrBIB
FPCIALUT*S
Frnaesies et Btranr
SELLS DE QUININE PUBS
Tons products en flacons,
ampoules, comprimis, cachets.
SOLUTIONS IYPODERMIQUKS
BANDAGES, CEINTURES.
BAS A VARICES
APPAEBILS HTGIfNIOUIn
poor tons usages
APPAREILS ORTHOPEDIQUES
Seringues hypodermiques
PHARMACIES DE POCHE, DE VOYAGE
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usines, Communes, etc.

Projects de Factures
et tous renseignements
sw demands adressi at
PHARMACIE PRINCIPAL
49, RUE REAUMUR
H-90. q~nULEVARD StBASTIPIL
PARIS
MATSON T7NIQUe
AUCUNE SUCCURSALE
ni en France ni a I'Etranger.


NOuLvel les

Etranq es
-o-
RDI() PRESS NEWS
2-1 NuLembre
Aulour tie Ia i'rolibiliou
HEINSINGF()OD Le pays
menace detre 1' t dans aari ba
taille finale A p opo, d. la pro.
libition, coi ne reujltat de fin-
troduction d'un huil permetlant
la manufacture d uie bilre 16-
gerement plus forte.
BERLIN-Lc cliance!ier Brue.
ning se prepare A pr se.nter plu-
sieurs measures lizianciiies et
6conomiques au Reichstagquand
ce Corps se r6unira le 3 d6cem-
bre pour une court session. A
inoins qu'il ne'soit assure de la
majorite,le cliancelier peut met-
tre en vigueur les measures pa
proclamation,laissant au Re.chis
tag la lacultW de rejeter le pro
gramme.
Le nouveau ,Secretaire du Travai;
americaiu
WASHINGTON- William N.
Doak .de Virginie, 6diteur du
Railroad Trainmen, est favoris6
par le Pr6sident Hoover come
Secr6taire du Travail pour suc-
c6:ler au s6nateur Mlu Davii de'
Peanvlvanie, mais use finale
d-ksision attend la consideration
dt President Hoover.
Feu de lorkt a San Fraancisco
SAN FRANCICO- Des vents
d'une force temp6tueuse out em-
pech6 mille pompiers d'arr6ter
tun ten de torit A Waterdam Ca-
nyon, dans la montagne de San
Beidrardinao, aujourd'hui. Les
depecbes disent que Charles A.
Davis a 6t6 tu6 quaud it tut pro.
jelte hours de son motorcycle par
une automobile. Le ften clata
pen de temps apr6i minuit et
menaca d'envahir une lordt de
bois precieux dans les proton-
deurs des vall6es.
Accidentl d'avialio evilI
ATLANTA, (Georgia)- P. W.
Litchtield,pr6aident de la Good-
year Rubber Company, a requ
ici auiourd'hui an mot que ie
pilote et deux membres de o14
quipage du Vigilante a oat
6chapp6 aujourd'hui A midt.
u I coide ,uatd I'avion, per-
du 'ans outilard, s'eflondra
sur une mioitagne pr6s de Pied-
mont, Alabama.
LU eauveau part polilique ..*j
ea ABtrigae
WASHINGTON- D e s mili-
tants sees seront appel4bs A lor-
mer un nouveau parti politique
qui ne sera pas humide on
mouill6 Le docteur Clarence
True Wilson, secrwtaire giniral


LOTERIE
DE
tAmsootUon des emmahreo du Corp. mnAigmn
et 4.e Alliance Fransau ela
Le 20ime tirage de cete loterie eat fix6 a diun
7 D6cembre 1930 & 9 hres du matin au Caf6 aELDOBAD
Le Comit6 d'Administration advise le public qu'il ne
plus en venie que 3000 billets au lieu de 000.
Le pr'x du billet est de 2 gourdes en DEUX coupons d
gourde chacun.
Gros lot Gourdes 2,000 4 20 20
1 lot de a 400 75 lots 10 7>
1 lot de o 100 2 Apz.du Ier gros lot 25 G. I
2 a de G.60 1001 2Apzdu2e a 20
2 a* 25 60 12 6me6s i
149 Lots se terminant par lea deux derniers chiffrem
des trois Gros Lots A 5 Gdes 245.
N. B. Paiement des lots gagnants tous leas oaus
de dix heures A midi au Magasin de SIMON VIEUX.


de l'Eglise M6thodiste a tait cot-
te declaration sur lajprohibition
et lea moeurs publiques, On ex-
primant I'espoir que le Prai*.
dent et son part penseront utile
de soutenir la cause s6cue. Le
docteur Wilson n's pas voulu
hasarder l'opinion que quoi que
le Comit6 de mise en vigueur
de la loi Mckensham puisse y-
anoncer, M. Hoover aurira sea
conseils.
Arreslalions poliliques e Rlussie
BERLIN- Une d6p6che 616l-
graphike de Kovno, Lithuanie,
aulourd'hui, a rapport& que la
police secrete du Soviet a arr6t6
91 personnel A Kharkow, sons
I'accusation de conspiration. De
haunts lonctionnaires du gouver-
nement de l'Ukrbine furent par-
mi ceux arr6t6s.
Ln l'0re meurrier
BATON ROUGE, Louisiane-
Peter RAodosta, Ag6 de 23 ans,
vendeur de souliers.a 616 trouve
coupable samedi,du meurtre de
sa fille Ag6e de 5 jours. D'apr6s
la loi e ia .. ..i ane, ce qui
veut dire qu'il doit dtre pendu.
Le verdict a et6 rendu au tribu-
nal du juge W. Caruth'Jones A
11 heures 10 minutes du martin,
samedi, apr6s que le jury eta
et6 en d6lib6ration depuis six
heures et demie du soir,vendre.
di.

A prepos de I'assasinat
de Regelie PelleraM Sards
Au sujet de I'articie quo nous
avons public hier itlatant las-
,o-iliat de Monsieur RogtJiuo
lt leraino Sarda, administi ateur
du t Listin Diqrio a et tr6re u
Ditttcur Mnionsieu Arturo
t'Vilerano daid, voici les faits
couinme i se soot passes d'a-
pres un ami tr6 au courant des
choses dom nicaines:Le Listin
Diario a avait public uan ar
ticle au sujet de i'ing4nieur civil
de la Commune. Ce post est
occupy par Monsieur Ernesto
Paradrs qui vient d'arriver de
Paris oUi il a fait ses 6tudes
coa~n. ingeuieur. Monsieur Pa.-
ra la,, a comsid6r6 que I'article
en qaJtAioun tait froissant pour
sa personnel et il alia demander
-'" ""


au Directeur du eListin Di
lea motits deo cette publicai-
Monsieur Paradaa en sort
paremment satisfait, ,mails
posts sur le trottoir d'en lace
provoqua lea gens do i
irrio s. Monsieur Rogelio lob
tit pour savoir ce qui so pa
et lot recu A coups de re
par Paradas. Monsieur Art
Ie Directeur descendit A sono
et recut, lui asua, une ball
pied. Ce nest qu'une a
personnelle.
Pour ce qui concern elg.4
ntral Bencosme, depuis is
de Mai, ce g6n6ral etait
billion ouverte contre
vernement. Malgr6 les o
Ili out t# talites par le
dent Trujillio, il n a jamaiswe
lu d6poser lea armes. Ponomi
depuis lors par un d6tachme
de I'arm6e reguhlire, il ltt t .
pris derni6rement dans ies u-W,
nes entire Puerto-Plata et MouVe
livra bataille aux troupes dmv
Gouvernement et y trouva Ia
mort.
Ajoutons que M. Rogeho Sar.
da est le Itrre de M. Arturo
Sards, le Directeur du K Listin
Diario a qum tait a Port-an.-
Prince avec le Pr6sident Vss
quez.


ff^ !


Parlemealaire
Nous avons recu trop lard
pour 6tre public aujourd'hath I
compte-rendu de 1'envoyddki
Matin.qui a accompagne laoMB
mission d'enqunte. Ce rappt:i
sera public daus notre N- do
main.



VERMOUT


INZANOI


TORINO


Le Meoilleur app6ritit -- c'st Is VERMOUTH CINZANO

A. DE MATTERS & Co


Aqents G6neraui


Les Grandcs Questions de

notre prochain1e 1)oliti(Lle


(SUITEIL ET FIN)


II I r I I


."~;"" ~9~r I Cs~lr






LE MARTIN 26 Novebre MI


GRAND DEB
jeudi 27 Noven
CIN f-VARIE
I)E LA GRANDE COMPAGNIE A
D'OPERA ET OPERET'
EsDeranza D
12 Artisies de,valeur: Soprano, alto,
Or 80 000 de J6cors somptueux4
30 programmes diftlre
Programme de la Soir6e de Je
lo La Favorite de Sultan ( Opere
2o Une nuil dons lea Bois ( Scene de
Chants & Danses gitane )
Success assure d


UT
nbre a
Trs
RGENTINE
rES
)iez
tenor, barylon
el riches.
nts
eudi.
ftes )
la vie Bohtmienne-

ravance


Entree:Orch. 4 Gdes Loges 6


Iur les bommes sulI








Plus en plus les homrnes
Srennent que leur person-
* filnnel-el que cette altrac.
A personnelle est basee ou
I drarince v'r la chevelure. 1b:
beweni da is
| xe. l.
SQuinine Pommarde
La combinaison ideale pou
rattrait et la santd de la che-
I nelure.
lne chevelure i n'est pas
mo sani ne peul dire attra-
yante I La Pommade de Qui-
-nine Exelento est une preia-
ration midicale. E le embp Ilit
la chevelure et la rend souple
ft soyeuse, de telic sore
a'elle nourrit aussi la cheve
ure et lui done la beauM et
la sanle.
En vente chez lous les drog iste.Pour
O centimes seulement, ilest expdoii
S rateption duprix.
beleater, Mlieine Company
Allala, Georgia U.S. A.
Agents demands pour tous
Sm e


Halle & Louer
Moiti6 de la grande hbl'e,
ise Rue du Magasin de I-E-
tat c6te de la Maison Alfred
Cooke, recemment occupte
Wpat Gendarmerie d'Haiti.
Ler raisonnable.
Sidresser a
fe r Henry STABK.
flnedu Quai, en ftcedela
re"

i II!iuIz11


"6LANDOPHILET





La MNdicaion par le Glandes
Le "LANDOPHILE"
eat un cxtrait de a indes fretchOS
d'animaux s6leotionn6s parmi lea
espcea les plus viganoureuse, alors
quo Ia secretion glandulaire cbhez ces
animaux est a la qulntieesenel son
employ se conseille dangle cas suivants:
Les troubles nerveux et insomnies,
La depression physique et morale,
L'affaiblissementl6n6ral,
La croissanoe diffioee,
( Le raohitisme,
Leo suites do fevre,
La vieillsse, pr6oooe,
C'est le product doe choi dane toni
le* cas d'impuissance *sexuelle tant
ohez I'homme quo cliez la femme.
Le "OLANDOPHILE"
Sar son action rapid et durable sur
'ensemble de toutes lea functions, arme-
titue le r6puarteur le plus 6 "er-
giue don't faction ne so tradult pas
seuement par uine sensation de blen-etre,
Mal par un rsjeu unsle ement total
de l'organisme.
Demanded done :
Le "GLANDOPHILE"H pour I'hommr
L"GLANDOPHILE" pourla femme
Le 'OLANDOPHILE'
noe content auoun product texl ue
:t peut etre pris par TOUT L9 MON Dig
euants, adults et vielllards des 2 sex-e
Notice gratuite et vente:
F. SLJOUINE, Ph", Port-ou-Prkc#
at dans toutes lea bones Pharmales.
ISMkt sa w .I A,. THOMAS QA
IS, Rue Martel, PARIS

Viale de bieas de *ineurs
Ea vertu lo d'une deliber
lion du Conseil de famille des
mineurs Privat, ElonoreEmi
lie et Odette Laguerre, tenue
par Monsieur le Juge de Paix
de la Commune de P16tion
Ville le vingt huit juillet mil
ueul cent treute; 2o d'unjuge-
ment JcU)du par le Tribunal
de Premiere Instance de Port
au Prince le 2 Octobre mil
neuti cenit trente honrologuant
la dite deliberation ;
II seta procede le jeudi 12
d6. enibre mil neut cent trenie
A 10 hres du matin,en 1'6tude


S ain



Sq~~rablec



iche


T


'II


j- -ound


( qrceable



iB ich


T


1J


.i ICI'(1C


CACHET l1)'ORh
CACHET IJOUGF.
CACHET l4LEU


et par le minist6re de Me. 3
Pieudonne Charles, notaire lion
commis, a la vente au plus plant
oilrant et dernier ench6ris ce d
.eur de lo une propri616 aux
tons et balisses sise a PMtioh cent
Villea Plangle des mues Melil deur
lus et Louverture, portant le b'n
No 25, de la countenance de l'em
soixante pieds sur la rue Me par I
tellus,? I'est, et cent pieds sur par
la rue Louverture, au nord, a I'(
borne savoir: au nord par men
la rue Louverture, au sud psr plan
I'emplacement No 25;ai I'est lage
parla rue Metellus et a I'ouest lilic
par 1'emplacemeut No 2, sui' 29 N
vani plan eltproc6sverbald'ar tics.
pentage dresses par I'Arpen Su,
teur FI'crand StSurin, en date .ent
du vingt hilt mars nil neut 250o
cent tn, tcnregistres. mis.
Sur la mise a prix de mille
dollars cy 1.000 or, fhxe par La
l'expert commis. bles
2o Une proprietM sise a ci-de
i'6tionville a fiangle des rues de I1
Clerveaux et Darguin, porlanit imme
le No 33, de la conlenance de comp
soixante pieds de facade sur except
cent pieds de proftodeur l(r Aum
noe savoir: au nord par la dilige
rue Darguin, au sud par le No
35. I'Asl art ar rue (.lerve.uax !


et A I'ouest par le No 22. S ir
la mise i prix de... or 330,
fixce par I'expertcommis.


routes les Polices
DE LA'


comprennent la Protection centre la

Foudre sans augmentation de taux


Enu .LeBosse CCo


Agents Generaux


---- ~ 13


U ROON IIMARfE


L EXTRA FIN VE


E
Ue
U


Fine lhI' L ii'
SS 1. ~l


[ Unc propriWt6 sise i PA u
Vil e rne I. uvcr', ,:'c,,.- I
le No 23 de I.i cien:i i ill
e soixitie pit (s ide 1;q 't,
cot' ( I ;i l tI l ,., id r
vinigit tpiedis de prootm
r aux c6tes Est et Out-s
ice, savoir: ,aIn ord 1 ).1 r .
placement No 24, an sirl
l; r ve Lotnverture, a I'(st clil
I'emplacementt N ) 21 it mpt
ouest par les emplate-
Is No,. 44 et 45. sIiv;an I' t
it procre -ve i i ;r., r )nt c
dresses par I'-irpentt', I' .
C. :t l ,. g (ln ate it,' IL '
;ovemble 1918, e ,t' gis (It I
poI I
r la mise Ai pl ix de deux eleAitl
cinquawte dollars... Cabin
nr, fix6e par 1'expert com- rue li1
P1 u
vente des dits immcu- gncimt
se lera sur aIn mise a prix re DiC
ssus outre les charges taire d
ench6re et tels que ces aux av
eubles se poursuivent, se renvoi
)ortent et s'etendentsans nuils.
option ni reserves. Port a
x requete, poursuites et I1. B
nces de M. Paul Jean- Auous'
.' V. r .. -.


PLUS I,;;;AN T LA PLUS EFFICACt
JECTiOr PEYRARDO
D'ALGER
'2 G-lS PEYRARDiI'I
(.u6riggent In
SBLENNORRAGIE
roTus PHARMACIES
Ic PlYRARD. 4G, rue de Crnelle, PARIS
4,' 1 iro|'>r t ,iii, r ( 'n1 i
,i i I) f i l'o rt : !i
I'' i' I ,f"C ( i c liii c
c '. r[i '. I I r r f

II) (It (1 )1ill 'il cy? I(I I
It't sis A !'It at iPu PricC,
)ux No ,537.
r pi s :i;m lcs rEcnsei
1nts s'%ild -s-w r ,iii N(,!Ai
t lotinK" ( liarlt e, ,t'i ),,si
1u c.'Iijcr c''s (cliir c(s on
OCais pl :rsuii\ tllts. I 'll
boil et trois 1o)(!s rav,s
L-Prince, 23 Nov. 1930.
Ai(.N, a%. Alh rV ise M.
T:, a v.


lie


( )1, L) SEAL
E{I) SEAL
-4 J


I'fra inciso


I ,' 1o I.,cs t n tils t)i ('o.

,I t11 'i ii ( Il I A ; I It r lh-
l( n H, ,., fi li.C n i Ci, d
V\ In (I* s ; \ t i; ( >ii r't( ho t ln,
'28 N(,N t nt I '1 4 I:Clrcs et
dcmit de hi'p e6'.
Oldlie di jour" .
lo I.ttille dun rapport
anti cl *nireiu. ,l It'xlos, (le
la ,situali iin lii a i);ii ci et
morolede li S(( i i l
2o (o iincinni(i'i' "iE 1s d veirses.
I'mo a.111 ritnce,tc 1 Nov. 1930
I.e sccrta ilre-adjijon t.
Plhilippe ICANT ,'VE


Les Merveilles d Odeon

Sont arrives 305 Numenros nouveaux

et merveilleux de DISQUES ODEON.
Demandez la nouvelle listed et procurez-

vous vos dis(Ues au I)Ius tot,car Ies quan.


tite*s


arrives


sont petites et sont vite


'a le dernier arrivaae de


Bazar Odeon
J. KARAYANY.


& Rue Ferou.


Rhum Pa lmar 'es


NTFE EN GROSS ET EN DETAIL.


riomphant



eroiqu c


I'


eDuisees.


Aussi
I annee.


ce ser


Anale Grand'Rue


~ri~c~m ~ L~C


wmmmmmmmp


- ~L -f '


PAGE


(lv ll il1 1lh,1 .'.


I
h ,'
i J lll'i'tl"r


- -. --- - -ov.


II


It


A


a""


.-








or ss


( 11')icl


ri I pha n1t










SOV ItctIbrci


Le Martin


1930


4 PAGRS


246me ANNEE N" t
Fort-a -Prince
T66Dbhoa : 2242


* rs A.. ~CL -CDL 'drm~l~--~P .rcA~ ) ~ .~ Z~P ~I PP~ ArU~lhE,~YP: l I


N. -


V.
'~
4. 4
"~7


de la


Convalc-cc ncr
Neurasth,', nie
Tubercu loi'.-
Anemte


//

(K
t\ 6
\ ,
+ -'+ ,


La Cue Je C'.O!'I',
et r nd aix r fie1' I'
loout let.l r "' i !, ,r
.moplolexe el le, s ', '*JeI.

( ,, ;n>,.i + *
I'
, 1 *


1


ESBENSEN


V.
'V
d~.*


K'


MIevr tous l eg msv les
t; ett pris'.nter Ie br'o-
ie r"a ,!i i." i doatolw
* p,.anfur ,i o:l fclt. -n@
vnl(tludd Capahie do rempla-
Ctr lI tr ,i.' Lon ongqllne
'!e-i'i,:r it ccCi **tc Ivan-
Agce. ois'nt-un, mnlgrd qu'll
lt,i- t. ujours avoir recours
k e&-, u iloiiln daon If cat
ur;.rnls. noun ne croyoDp. a
3ne la airothlrapl podalas
onuer, t uas f(oul d* 0,61
le3 r6kultals remarquable
qu'.:n prut obtecir d'uns ec*
re r'o longEe de Glob4ol. E
ia S un organism k &r-
i fnter. 6 re-.ovifler, A t rtfl-
rtv. C e! tUJoUtli &c der-
l..ir i't nouu donnerosl L*
[b' | GSUl T,
01 : "i t i scieneis.
LOL".., I l.. tra Facult do
A I f. e e C rri.

pi i -


* -' I''..', Ii *" .4:1.,
2. 'S. ',, V.14l1g *(
.5' '.U..
S.
~-.*-... ....-~- -I.


c-st t11 lait condense a)prc-


la


richesse


de


esl surtout rccoinmande


aux I)CbCs p"ii les 1ImdeciIIs.


Le CACAO


iona's


qualile
En ll)ite ide
11n l)oite de
lEAn Pitie IEI
EAU PE tIlER


hollandaise


est de


supericure.
1/4 lbs. A 0,20
1 2 lbs. 035
1 lbs. a 0.60
"( digestive ,


oar caisse,


en detail, 1/4 Ic bout. el 1 2 bouteille.

BAY-RUM de S'-THOMAS de quality


suped icure


par' caisse,


bout. et 1/2 bout.


Potsi bl)oirec p.l)ier,vcnte enros& detail

Pai'fiineric:floul)iflnt, Colv et Cheramv.
--.- -. .- -0- --'- - *,.."'- ..**V -- ---- - .



Goiiez )tis les B, his

ET VOTE CHOIX S'ARRETERA

INFAVITABLEMENT SUR .E


Qui, a prix eoa!,est insurpassable pour sa

puretc et la finesse O son; :~ome nature
DIS LLERIE DE f AIGLE
M. FONTAINE, Proorietaire

D6pot: Anale des rues Dantehs Deslouches


el MAltI(sin


Rdpresenlanhs


de


Eltal.


?: St-Marc: H. Deschamos
Lap-Haitien: M. Giordani


I


Jacmel: Pascal A. Brun I


7


mI


Insurance Co


U ne des; plus fortes COMPAGNIES

CANADIENNES d'ASSURANCE

surla VIE


EUG. Le BOSSE & Co, |
Aaents Generaux J


-"M


~--~`~~~"--*1 ----rr-.,,_____~___~ ___,~dl,,-~`-~ ____~~--~.-~--I -----,-----_ -_L--*---- I ~...


"


I.- v . ---- -- - - 400.00--dww-lITCYC C


I, ~ --~ 1 q I ~m .


*1

*1


LECONS DB IANO
-Avecl'uoverture de l'ann6e
sco'aire, les meres de tamille
vent srement faire recom-
mencer A leurs entants leurs
leqonst'esoltlgeet de pianJ.Si
des elles dsirentqu'ils;tassent
progrks rapides et posskdent A
fond cet aratde la musique
qui n'admet pas la m6diocrnt6,
elle n'ont qu'A s'adresser A
la grande artiste quest Mme
Jean Magloire qui, A des
conditions tres avantageuses,
leur donnera pleine et entire
satifaciions.

Alli PRKORITAIRUII' AUT
L'Ottice Communale ('d
N2tionvillel. couvie tous les
propri6taires d'ici possesseurs
d'auto A prendre leur licence
et plaque d'auto A Pktion
Ville. C'est la meilleure ltaon
d'aider la Commune A amelio
rer I'6tat pitoyable des rues.
P6tionville,23 Octobre 1930.
-
Compagnie g ndrale
Transatlantique
Le steamer a CArimare o,
parti de Bordeaux le I c. t.,
est attend le 27.
II repartira le un6me jour,
pour Santiago de Cuba et les
ports du Sud.
La suite de l'itineiaire sera
fixec a I'arrivee du navire.
Le steamer ,Antilless,atten
do i Jacmel le 25 crt.,repar-
tira le mnime jour pour La
Guadeloupe et La Martinique,
via Santo-Domingo et San
Juan P.1R. pregnant fret et
passagers pour Le Havre, en
transbordement A Fort de
France.
Port-au-Prince, le '20 No-
venmbre 1930.
E. ROBELIN & Co, Agents.


A. K. 100au
Lait de la
Giinaude
Marque d ofabrique dipoas
Monsieur L6lio Laville,
proprietaireide la Guinaude
croit necessaire de donner an
dernier avertissement A tous
ceux qui, p .ur lui taire une
concurrence d(loyale, se ser-
vent de la marque A. K. 100.
au lait,avec les signes distinc-
tils A K 100.
II se reserve le droit de les
poursuivrepartontes lea voices
16gales, ctsnt donn6 que cette
dite marque \.K. 100 au lait
de la Guinaud6e,, avec les
signes distinctits ( A. k. 100s,
est sa proprit&. Ce en veru
delaloi du 9 Juin 1919 sur
les murques de fabriqne.
Port au-Prince, le 4 Noven.
bre 1930.


Manufacluie flaiienne'
ace (iaarettes
GEB ARA & Co

Les Ciaarettes

BatfBas -'antaI-Leon
<"Dessalinienne*
Colon P
*Republicaine,


S(Porl-au-Princienne
GrAce a. la]finesse deleur ar6me font les d6lice
dest vrais amateurs.
A 1 -------g

ALUMINUM LINE
WOparts directs de New-Orl6ans et de Mobile.
pour tea ports do Is Aepublique.
Unlstea er laisera New l, e6ans le 18 Novembre counw
et Mobile le 20, directement pour port-au-Prince,les GoumI
et 1- ports du Sud.
Port an Prince, le 5 Novembre 1930.
A. de MATTEIS & Co, Agents.G6neraux A


AUX CAVES D'HAl
(:.et Etablissement depremier ordre, par ses Ie"m
position, as grande sallIA manger, son services irr6
ble se tent A la disposition des Senateurs, des DD6pt
les receptions qu'ils voudraicut olrir ou de ceox am
driient organizer des ttes en leur hoaneur.
Pritre de s'entendre avec la Direction.
Phone: 2080. Em. FLORVILLE, Propri6ta


* I4


Cordonnerie Mont-Carmel

A.Ihyppolile R. Jeudy
A COTE DE LA POSTE, GRAND'RUE172L
"VTient d'arriver un bel et grand asortiment de Chauus
res de toute fraichear et do tonte beseut.
On y trouvera, eD outre,des bretelles.Cravates, chaussett%
Chapeaux, etc, etc, et tons autres articles de choix, do beo
goOt et A bon march.
Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs, unoevisite simpos
A Ia CORDONNERIS MONT CARMEL.


Lykes Brothers S S Co In6
Texas WaltU Santo Domingo Porto
Le soul service hebdomadaire et r6guller i passagepr
fret entire les ports du Golfte du Texas directement a
Port-au-Prince, Haiti.
Pour la reception rapid et le maniement habile de
importations, serve vous toujoars des navires de la L
LIE.
Les prochalaes arrive a Port-.u-Princesonty
*Ruth Lykesa 2 Novembre
a Velma Lykes* Novembre
4 Tillie Lykes 6 D6cembre 1930.
bureau: Rue du Magasin de I'Etat. Boite PostaleBJ
.. ,. .T, 4, .. a k. ,=a.. ......... o.


sci-I ClIelliC


- *(


cio I)pr les lamilles pour




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs