PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04971
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 11-09-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04971

Full Text





Wnent Magloire
D-*o~lCBI r"'*


IIdia


ygm ON3B'PQ.*
f'IWO'
_ pqm ...


NoS avOSN beam miller de isit
icit le bloc myteritox deat s-
Ire Tie e i lailae, veile n.ir i deIs
destiae y apparalt jtoujvun.
licietor ILlS0


ENDREDI 7 NOVEMBRE" 1 W-


; probme ^


IT MaiUs&d h

6o. ail A 1w

bien compreadr*. Cs
on d6bat, ce east
s quo la quesa o
ports de Ia race blam-
superioure, avec Its
Spreutend meant lue6-
Dans Une heoure
Dartrain et Louis
) Mr Frederic Le-
oblenu de ces deux
ayant 6tudi6 ces rap-
deques apercus s a r
Sourrait s'arreter
alque fruit, note at-
Voici, tir6s de cette
laterview, quelques
typiques:
forces matlrielles:
materielles crdees
me blanc se sont
t repandues d'un
utre des terras, de-
civilisations et des
I eussent m6rit6 de
rapportt de quelques
nobles ne compense
de ruines.
.Le machinisme:
leur avons apporte
'machinisme, nos mr-
ill auraient voulu gar-
civilisation, lear reli-
lbur morale: pourtaut
oela tomb eon raines
rabtme le plus inquid-
&a dehors do mac lais,,
fts peoples ne d6teste-
pas quo nous appor-
se vacant A eux, un pu
laMrit.de89.
3 La betise de Isa femOms
l.brutalit de Ihomme.
IBy des 616ments tunestes.
Mat tout la bEtise de la
ame et la brutality de ce
f tat appeler le coolie
It: le petit douanier, le
i tfoacioonuaire d'exco-
1. L'indig6ne semble, a ces
tli, i ces mediocres, une
Suiquement charge de
barvoir de boys les etran-
s. Songou doncI En no
Pe ils ont grinp un on
Si echelons de l'echelle so
ale. Us percent la tile. Com-
Lents'a"ercevraient-ils qu'ilb
at devasntex, non point au
Uopie de valets, mais une
nude culture, une civilisa
Sprolondo ?
-Une politique d'gards
-blac. -font les despoteh
f uils peavent avoir
P erviteurs, alors q t c
eux,' ils gagneraient 6
de quoi payer uone
de m6nawa.Leur imDo-*


US ntioalesae
une histoire ou


Ssommne si loo
m Wo t.en
de*da fteentielle

hauture etraarC,

*'l~pt 9t'j io&a
l ya c scandal: le
de ol'mp6t qui met
aun miee siveas la
lion do rnii ia mi
de rhD Dailot*l'tl.
Ds pEse quo sur lea andos
Stons cosblamne .
lm useul
i5aS p "t as


1-007 iIf itp '


* C
I-I




Selc
al*oe oipas acu 46 iq4
S Qwn f r e e U
* 7.- d o au s


b fs ouetionnaiires d'euzco-
tiot, qui sont de, incapables
et des tyranneaux de village.
CeUe mesuwr ur uit, en outre,
Ise tsul t de eaie patAiciper
daUan4lae I4s nAdiaues la
vie publique.Eg puiaa rainde
question des 6gards: Une re-
forme de 1tat d'esprit blanc.
bous sommes au vit du
probl6me. Nous venons de
dire an mot, rien qu'un
mot, sur Ie mal r6v616 et
cherchons A ladiquer som-
|mairement le rem6de q a
pourrait l'att6nuer. Mais ne
lIoublions pas. Reconnaissons
quc le plus diflicile de Ia tache
est dans le blanc lui-mtme;
Lq race blanche peut-elle ap
pdrter aux autres races use
citture qu'elle as pos&6de
plps? Que jette*t-elle puerl-
tement aux autres races? des
a6canijues et des recettes:
I toomoative, au tom obi les.
building, atoylorsie, Oul., et
cela talauaat de d6combres.
2Ce qui manque prodilieu.
samenti tout celat L'hama-
^ cest- weu' a -asce. I'alis
1'hln nis. -1M. :tpnis u se
cle le morcelleiment des tech-
niques p e qui rendait
leo g6nieblA end et trans-
|aissible. Le m4me probl6me
de la culturejumaine se pose
aejourd'bhi sur tous les con-
tinent.d'uMn plaonte devenue
ep si peu danunes parlaite-
inent one, et toutes les races
sont dsormnais solidaires.
Rien peut-etre no sauvera
les oeuvres do blanc que l'ac-
Itpn meme, non plus de sa
force, mais de son esprit..
f" 8. N os aurions pu,
a tour des id es ci dessus ex
primtes,6crire sMaints articles
ea lep 1 lo0rdissant de savants
c*( po, nous p .
idi~ik 4*kdalgovs
ceA aitu4es& cs poses. Et
onus 'deomaudos sealsemnt
a nos leueats, de considerer
aomtnnlt le probl6me amtri
iain *st difficile: Modifier
iear esprit mem l4 est-ce pas
*lemander A cel A s, l'impos
Nble?^-. .


eau 9lw




non slon an Ideal Mmtranger
mais wlon dil n uchio-
meat bafiml



Side Step Inn
1i62A W L rd. 16
Colastions4 c loer choix.
Ac'tr6 locbhable
hOhba


ii. .*" ""*, *, , "ji- -. 6

, President Roy

ltles f bielles Chambresl

Nt ew us p ,a / ,sui licate, ce qu'il doit taire Pt cc
qate : q it'l ne doit pas taire.


SMeem'Ilo Directeur,

', m le ,10 I 1 ,Le Pr6sident
oy le nouvelles Chambress,
SA4h d mercredi de celte
mainir j'est fail I'cho d'un
tend bruit selon lequel le
prdsidont Royaurait l'intentiuo
t4 $tapir no* parlementaire,
pour s'ea*td re avec eux sur la
data d admission, et leur deo-
mander, do leur c6t6,de s'arriter
oar ans nom avant qu'il ait de-
milsioan.d Et ljila tin y va de
seecoaid6ration sur 1'6trangetA
de cette attitude presidentielle
et aur ce que, selon lui. ld y ,
lieu, pour le President Roy et
els Chambres, de tae en D vuI
de I'6tection pr6sidentielle.
Permattez moi. moo cher Di
recteur, de vous exprimer mon
grand 6tonunement de ces ligncs
parues daos le natin qui, p'us
d'une fois ceprndant, a en alp-
pr~cier come il convenat laI
digne attitude du president pro-
visoire de la republique au mi-
lieu des circonstances que nous
traversons.
La ueutralite de M. loy a eAC
jusqu'ici, et quoi qu'on ait pu
dire, absolue ; ta ponctual'u1
dans I'accomphssement de tout
ee qu'il lui apparent de faire
pour remphr la mission delicate
qui loi a 6it confi6e, a 6 16 a.
lenient reconue par tous,a peu
d'exceptions pres. 1 n'est certat-
dement pas sans savoir, au mo-
ment o4 s'ach6ve sa mission d6-


Es me basant sur la note ge-
nerale du ,iafinlen ce qui con-
cerile le president Roy, je rest
persuade oue le journal est ab,
s'olutnent d'nacord avec mooi sur
ot que je vienq de dire. C'est
vous dire, en 'rme teneps, que
je m'expliqueldiflcilement que
I'entrefilet .n question sit pa
'louver place daus volre jour-
nal si scrupuleux et autoris6 et
voeu excuserez cerlainement un
de se.s plus vieux a:is de vous
It signaler
Cordiales salutations,
UN AsoNNi.
N. D .L R,.- Le M.atin s'sr
v)oudtiait d'avoir,A I'occasion d,
nirerffilet incrimin', A se d1len
dre de tout parti-pris co te 1,
,jr6sident Roy.La Iaoe.que nou.
a-vons publi6e inercredi, rne lai
qu'enregistrer unabaiui. qu'cll,
cst! emnpresslte d'ailleurs de d1e-
1&'tt' tir .ll e *le,- is to'.c t:.
aie bien nette : a Nos nue cro-
vy s pas que cette uomuvwIle %oi
v;aile.Le Pr'sident Roy sait,auv'
bien q:e! tous ceux qui ont lu
1,; plan Forbes,... eic.n
Nous soui)es dohc houreu>t
'IP .souhigner, avec noire aboann
q ,., Sous remercions de sa coin
lunicalion, que ( la note ghnt&-
rale du iatin en ce quiconcerne
le president Roy a Et6 toujours
impartiale et que le Asatin nen-
1(nd pas sen callerr |uste so>
mormnit oui le"pifsident provi
sore se pirparer A preinre so
retraite.


~- --- w. C-- -.NIUIIIII


A propos de

, Kepis mili-

taires.


Notre journal avait deia
paru quand nous avons appris
par notre confrere K Le Nou
velliste x que c'est la Maison
Brouard a Aux Armes de Pa-
rims qui avait commence a
donner en cadeau un vieux
stock de kepis puis dut les
vendre A 25 ceutimes vu l
nombre croissant de miscra
bles qui venaient en solliciter
Nots nD saurions done
mettre en cause la morality
connue de cette Maison et
celle, a0-debsus de tout soup-
Con d'ailleurs, de son honora-
ble Chef Raphal1 Brouard
qui est un commercant pro.-
tond6ment honnete, un ami
de, notre Maison et, en outre,
ua allih de notre Directeur.
Nous sommes tout A tait
beuareu d'avoir pu oblenirles
fselsigodiUats que nous ve-
nans dedonAner.llscoutrioue
ront Alaire taire Une propa-
gandepour .le.moins rmal-
rearoe, qui tendrait A taire
cro"ite que ceux qu portent
ces kepis soot les afiites d'un
certain grope politique, lors
Sil an sont, en .rMtite que
depauvres homimoes ui ont
bene6ici6 d'un e liquidation
aaprspE6.

SA lower
Maiion conforta61e.- Bois
Verna. S'adresmr A
Mr Charlee*N. GA .ENS.


Propos

Cachetes
-0-
Ne vous semble-t-il pas que le bon
Dieu n'a pas rcali6e touit-a-fait un
chef-d'tnuvre en realisaut sa crea-
tion ?
Les oiseaax,par exemple... au lieu
de les poser crus et en plumes surles
branches des arbres, ne pouvait-il
pas avec un pcu ide liieniitveillanice et
d'itnagination, les p)oser tout cuts et
prels i tre min ies... tlans s re-
lecloires et nos bullets ?
El puis que signilie la mner? que re-
presentent les lleuves... de 'eau sale
ou de l'eau sale "don uon est tout tie
suite de oite... tandis (u'avec un
peu de bienvcillance,l'Arttlbonite,piar
exenmple, nu lieu de carrier une eau
lianoneuse, charrierait des gallons et
des gallons du faineux IthUM tAiARTHEi
CACHET D'Oi... que I'on pourrait par
ainsi boire tout son soul et ce qui
est surtout important: sans bourse
delier.


R. L6gation d'Italie
A l'occasiou du 61e n, ani
niversaire de la naisia-c'e dt
Sa Majeste Victor Emtna-
nuel Ill,Roi d'ltalie, ie Cbarge
d('Alaires d'ltalie et Madam n
Alfredo de Matteis iecevront
en leur residence, la ',olont
Italienne et les amis de l-Ita-
lie, le mardi 11, Novembre
couraut de onze heures a.m.
A uue here p. m.
Port-au-Prince, Ite i Nov.
1930.

Bonne r6onapense
11 a 6 6 perdu avant hies
danas les environs du whlarl
one barriette ea brillants.
Bonoe recompense a ceolux
qui i'apportera au journal ou
qui la ter& retrouver.


merica n .,,
.!ln; i 1 u~ilq01 4 .;:,I.ltV fl


Westa t exokausge a -Timbre
From Haitic vicinaoy, giving
its return stamps from Brasi
a U. S. A. AlexiAiGGL (1301.
Stebbins Ave.
Brou New York U. S. A.

a rvoluUoa .
dan. 1. Cibao
11 parait qu'il y a eu ane
rencontre Dimancbe at lundi
i Saato Domingo entire Ia
oarde et la Police, Deux offi
cicr de la Garde out 6t6 tues
et on compete ptusticurblesse.
D)es troupes armies ont 6ti
exp6diees de la Capitale pour
aller combattrs la revolution
dam e is ibao.


que son coup de vaaiij ,i t
rat A cel te table, s'en alla*,m
autre pour esasyer de a .is r
Mais A 1'antre table a iqsi tig *
monde detail invite. 1I sA 'ie
furneux centre uu amph!itbeka
qm iovitait tant et tat d iw
de A une do ses gardenupmty,
--,,-- -.-- ... ..
Assurez-vous coutre acca4eat
Sla a G general Accaient lir A&
Lilate Asusrauce 'or attoa ia
aute..- Vve F. Benmma
-p G!. aid p^ -"


I r.J,'~*II


w y I, wq ires


eIIuat Rhunm


ALIX ROY


28, annees de!succes.


" ;- ----- -I- --- -I T~ 5-,__.L__ -- L ~_I


". : .


' -* ^- ^i I.. 1 II |


Validation

de Pouvoirs
-0-
Un cas tr6s aErfeux
o-

L'un des premiers travaux
de chacune de deux branches
du Corps LgislatiI sera de
v6rifier I'eiection de ses mern
bres et cela conformetuent a,
article e 62 de la Constitution
de 1918.
L'on se trouvera ainsi en
presence de la grosse dilliulti
que constituent les elections
i Corail. Ei eflet ces elections
out ete ecartees par lei bu-
reau de recensement de JreS-
mie pour proclamner M. Louis
,illes depute da la deuxieine
itco,'scrip!ion de la Grand'
A.se Cependaut le Bureau
Cenitr-l de Kecenselutuit. vre
,idl par le Prcsident dui Tri-
Snnal de C,.S'tion, ,i admis
tes mrmes elections de ',orail
i>or proclamrer M Foui-hard
AJlI I!' tat IJentd'eme Seonatenr
wn Depaitement du Sul.Cetie
houI)le con' t ,e htioi cIntra-;-
sicloire des leclto i -I or'ai t
*nslittle It pliUs grave anoi
!ialit; qu'L!rt I 6evelltc h1's
Ic, ti.,:is, 14 Octh..i
E' n tdiet le %leciois a Corail
l')\v'Int tie il10 ises ton tl cj
tees tant podr les Senateui s
que pour les Deputes.Si elles
soot admises Mr. Fouchard
Martineau restera Senateuret
est M. Edouard Tardiet qui
tevra eire reconnu dputeb,
puis.,,que l'un et I'autre out
nine formidable majority a
or.xil. Si elles sont rejettes
c est M Louis Gilles qui sic
er i la Chambre et Me A
Kc(:saint qui devra etre admis
1i ,)C,-,i'cr le sigz aottribue &
Mi'tineau au S;,at..
N;>us pnblieronis denain ifn
is ltessaule et m1 ,ortainte
icttrede Me A. Keissaint au
.S'iat de la lepIiblitque sur
ccte delicate contestation.


On voil. bien zuie les
S4unions do plus L'"UN
Aido out plus intordites
-o-0
iL'a .ti jour (: .wchir6 tait
e tutl .et c ii 4 ott 5 op'ills
tI4111 it cC',s' nitl 1 adlnirer sa
Leuue icrr'ept lhaltle
-- Quit liabi ., MIssseie rs,
cur tilt-i vo'Uis i'avez u'a
Idlie co.:liire 100),
tLI d un gesLe 11 leur indiqua
la mialsou de
V. GAUDINO,
225, Rue Bonne Fol.
C,'- i,1t ;:i lC .ax '1 ; (c il. s s
sieurs, en coup de vent se
precipileren' chcz le brave
Gau wimo.bien n'est pius miei-
veillcux etn et que.son exp(4
Iition gigan'esque de *;as-
Iirs daruniais, iuglais, bI)clgs
t iutaliens, ses cravatts
(It.tout Grand Chic et ses
chateaux Dernier Cri. Quant
a la'Partumenre,u'e parlous
pas En passant par la, j'ui
Icoteudu Papayoutc dire;
Cou momi failt guu plume
A!'ap vin' pred gnou colstume


1n1re 1Iii*




...a vJ', Ilmanche mating. ra.
tre amis qui causaieiut sitan Hes.
t airant Itheiex. en altiendint quo
witnt f ti bI l hd es des l, uIlres,
,ionItiousquatre sonu Ii6striands.
Juste :\ce molenw-.; arrival luna
d-- nIsS plus hi.( fl inI)s 4t qui
lenlt notru plus bel H6'el et
tiois de ceux |ui aliendatent
les huilres p1,l'i ent A ai dame
diii l d jeu- nvIT qri 'ils d' sioieni
| i ir l ch i Il ie s tHixernl Ileur
mkiinu, eux-mmnics, (ireit quils
seraienlii sx et tout cv st r6.
glad sou le yeux du (jumtriiiao
qui, natuieleinent, ne devait
pas 6ie de ce djeuiier. It prit
a tlt> de quelqu'un qui no
compreiait pas, as is, A partlui,
if se disiii que c'euil, pour Is
moins, manquer de tact que do
sarranger gains en sa presence
pour ini bulliz r don't il ne
scrait pas. Ceia aural 6t8 si
simple de 1 inviter. d'aulant
Iplu8 qu honinie di.,liigu6 et con-
niiauswAIt Ie savoi(v-vivre par
te riI. 1 1 icIIiw r I l inI vitation
(1 q 1i w, aji.ii Oti I'tile que
Sp li -'i .'0 1*Li todle 1a
Cu e.i tion U*) .i.1.p i.no'aii,
av c p)lhisir. 1 1 : i:f etnbil6e 'que
prenait la inue qui, elle aussi,
ii'en reven.iii t a de c'lega.itrequet
comeluIt-'i'iAt, c no n um aplaisir,
trois gentilslioiii es de ses auis.
/.
... a vu un geiilleian tout A
tail d (contei>;tic. II etlailt en
slnoking,escirpi'ns et o iifire noir.
11 avait e in ii i u n maria ge
et s'laint reniidu A la Calhedra i
11 s'aperv'iil iqui ii i'y avait plub
personnel. Le iIiraiae avail d6e
dvptils quinze miniules laissd 1'6-
glise. 11 se saisit de sa voiture.
paI'rcourut la Iville, rencontra UD
mariage,- uiais "e uWait par.
celui qu'il cherchiail. If dut ren.
b ier hlicz lui, caur il n y avail pas
de rticphion, emporiant It re-
gret tct se(ie imlis en smoking
pour in it, d'autazut plus quit
dut aI i s change pour aller u
Sea Siw iii uu (on dansat.
Ceia se passai. !jimedi dernier.
V... i, cli .i soir. au cafA
Sde 1 ilie 1 .\ A td B3a>tiste, 6
i lj a qylni if..c AvcuuLU do lousse,
un gi oup a- *. dexcelienIe
co<.i.j);.,Ii. 0il Ie tous les paitlis
poli.i(quLIC, qui, piisalsibmenei,
vinti utL its iuii iies (le ltwu.s
canlidai'ls Icpcc ils. Le plus IleI
reux,quoiiila conversation ii-
na L-k d totui hr. (Ill !e uuie tourt
lice wi0Utl 'IcIciU, Dhuii I Uw-,Ou
nee du ileixieux kliumn Hemi
qui est d'uifleu s is clit spirit &
] la liaison. Le palron, genii.-
S homiiuu quI ne veut jamasistre
en res'e, nvile A son tour t
c'Si ainsi(Iue jusque pasd m i
; nui, on leikid dans le quari -
tCe que M yard parci... Viu-
i cent par i, M.,rs, Zaimor, Nau,
Pradel, etc., eic. E comme lan-
iiet6 eti e-pon olut sech6 les
goslerso i pr c.it Ic coup de i'6-
triet qul, u1in' e tout Ie monde
sail, nest mi ms que I'avaut
,dernier Couu.
$ a
a.
...a vu, au Grand H6tel do
France, un de nos amis trsa p0.
yeux veuir s'asstoir A uane table
ou d'autrescamarades buvaient.
A peine assis il sorhit one inti.
tation a une reception, invita-
tion don't il seaublait atre If-.
tier et u auwura :
Je suis lr6s enouyi. J*ue
pourrai pa. caller i ceIs reaiP
lion. A ce nimoceul- qualato.
ceuxz qui 6tagent a*a table awr-
tireat Mawu lears invitatMos,
tandia quo Ie cinquiAme qale w.
nail de recevoi a Iseans faimit
mine de retire la ane dn.
Eon portefeujlle. L'hooUB%af
fist d'avoir 616 invitA, ayaiiirs














IJ

$


PAG =. 2


LI MATM-7 NTr4 1iO


1~









1'









'I


ftier heureusement l'avenir
des revendicationsh bat, ones
rafliirmir le laisceau de I oppo
sition national par le choiN
scrupuleux d'un Chet d'El:, re
pr6sente one tAche non moams
S dicate que sla reconstitution
ds- s Chambres Legislatives.
Vous.MM. lea Sdnaleurs. MM.
les Depuats, A qui #chet ceele
mission heoureuse et grave, vous
aurez merit6 la plus bele des
couronnes civiques si, h I'exem
pie do premier cabinet du Gou.
vernement temporaire, vous sa-
ves penser que ces ours long.
temps attends sont les jours de
Ia Patrie, ou il n'y a point d'in-
tents qui ne lui appartienneni
La morale de l'interet personnel
sonveraine de 'individa moyen
no manquera pas de tenter vo
esprits diversemnent sollicites
Souvent elle corrompt la vi
priv6e et rend amere la lorturn
mime, elle est hideuse dins I
vie publique qu'(lle avili. Voi
vors souviendtirz quIt ),',- col ,
de ceux qui vous tiit eI
sourdsA s voi,,e e 'oil co
fl vos ,in-r~tts e., A vO, s
timent. ( x-i o t iu
bien suprieur A ti des proli
matdriels quoique la plupl,
soient au-dessous de v v' -'s f
intelligence et en mi)vn ', tie vi
vre. Ont-ils compris la sulor
, dilation necess if des niweiil
individuals a leg er i t lir
collectives? Nuis ne I I: P)eSoii)
pas.
Vous, an conlraire, plLs insl
truits et phls responsables, vou
connaissez I'ordie des devoir:
le mErite et la porite du su
rage aftranchi de I' goi'nme o
des prejuges du milieu. Au det
snsdes advantages tangibles d
moment et des repugnances so
ciales retr6cissantes, votre ii
tellisence decouvre sans efloi
des interets plus precieux. Au
cnn de vous n'ignore que I
conservation et I'ntg ritA de I
cite conditionnent d'abord e
jusque dans sa base matlrielle I
progrqs de laIs aille et de I tn
divide. L'ordre et la liberty fa,
teurs essentiels au perlectionni
meant de chacun, vous appi
raissent an premier rang de
fins sociales doe mme que l'au
tonomie et l'indipendauce d
la cite constituent, A ,os yeui
les attributes necessaires A cell
double realisation. Latins d'6di
cation sinon d'origine, heritiei
de la Revolution, vous puise
dans I'Economie harmnonieus
de la vie social el de la vie ii
dividuelle le principle de la c
vitisation ide ale.
Or vos etecteurs, pour la pit
oart, se sont passed des secou
e la science. Dous d'un otigu
de race plus tort qu e la con:
science collective des mass,
plus polices, e mus du pril ,:
terieur plus qu'dls n'ont iama
dti du sang des guerres civil
desabuses de I'aide vtrdngi
an moment rech'rchi, tis o:
tai aippel A vous, pour les sat
ver d'une experience anarcli
que A certain points de vu
surtout coiteuse A leuralnoi
propre. Quelques-uns regretti
ront que le people n'ait month,
de discipline et de courn;ge
choisir parmi les plus dige
quo dana la crainte de ph
grands malheurs; les scpltiqui
relseront dy trouver un indic
d'6volution democratique; ma
*'il est vrai |qu'une consultation
rationale est en Ionction du c
visme des iors qu'elte ee devy
loppeoa A'abri des entraves d
pouv air, celle do 14 Octobr
hllah qne JI'urne I'a traduite, a
>- _tesaatedIs hauteur du civisr
ialtien.Peu imported les mobile
variables d'un individu iA 'autr
tons procdant dne meme in
plratbonpatriotique : abolir I
dictature, supprimer,;la tutelli
atablir la cite dans ses droit
S 'our _a qai preaneat plaisiau
; a plaar souvent Ilcratil,
di~rditr I I. people ,anoir,
Snviant que nons nous arrd


Miasu a pea A ce sujet. Vou
m tlss I'arngumentj don't il
eit tire si triste advantage contr
tre jeane nationalit&e I sea
ablrait. que Is Idemocratlie hal
tssn repose ur des londe
S suta mal assures: il y man
areit I'instruction popular
certain preparation do
lies, d'ot les contracts qui at
sectent notre autonomie, Vo
luplneusement le magazine re
live, sur sla liste des chets hai
liens depuis 1804, I1's noms di
s' os qne l'insurrection a ren
e rses du pouvoir. Ces philo
sophes humanitaires, penche
pr notre interessant petit pays


avec la sollicitude des soeurs
grises ne laisseront pas de louer
le succls des dernires elections
vii prenant oin de le rapporter
a des elliuves passagers du sen-|
iment patriotique. Que l'ordre
niaslaur6 onus I'egide samricaint
Jfen eprouve que des change-
ouenis de suiface, serait tort
probable.
Nous avouons sans peine que
I'damour de la Paie eat piu-
coIlnun que la haute moralitI
qjui londe le civisme, ciment el
IboIucher des institutions. Aussi
bien it n'y a point.de d6mocratie
parlaite, les citoyens vertueux
)'e reprdsentant jamais que la
SininorIt6. Elargir cette minority,
SI 'est pas la moindre de leur
, raisou d'6re. Rten n'excelle a
produire cet effect comme la ty
. rannie, la tyrannie troide e
netthodique. Les elections I
e Comment douc les sparer dt
la bWtaille de la iibeia'io,
. i' l aifti lnltgrale ) iviauguiai
si virleineiit le soir lugubre dk
I'l otirvention ? It est etrangc, it
est tilauste den attribuer le meI
rite a 1. mut.sse plti61 qu'a lI
Iniiorit6 tIc irc. C'est l e .vre
s des lorts, scellee d'avance aI
. Vlarchaterre I C'est done aussi
Svotre Ceuvre, MM. les Sinateurs.
IM. les D put6s.
I Iste pjOlira bien,au surplus,
q iu iis guerres civitles ant d-
i cruis, aient parfois servi d"
r. ireuigc au civisIne le plus pa
tlittique. Les tentatives dun
S 1 .zB l is ou d'un Firmin ne ?.ont
is j)as sans grandeur. Elles out et
s, uivies d eclipse du civisme e
SI on pretend en d6duire l'in.
u constance du milieu. Notre


late, si le nombre triomphe de
ia valeur ? C'est pour avoir u
peu trop accoutum6 une multi-
Lude d'( opposants) ) des sa-
crifices obscurs, que les esclavcs
de la force etrangere ont tait'
des dernieres elections une date
lustorique. La d6mocratie hai-
tienne peut Ntre flHre de tant
d'entants qui out garden une to I
robuste en ses destinies, cette |
toi meme qui nous illumine,
MM. les S6nateurs, MM. les De
putts.
Qui, mieux que vous, regle-
rait la marche du people noir,
sa matiche vers I ideal latin que
lui assignment son histoire, soi
langue, sa culture, ses mueurs ?
L'or et les baionnetles duan tu-
teur, lut-il le plus civilis6, ne
vsleit niii intelligence ni la
vertu que cet ideal provoque en
ouas. Quelle justice social pent
,n) ,tttedire de ceux qui ne re
eveiit pas de nous, quels avan-
ages, >le ceux qui en oat soil
wux-ituieis ? Or il manque au
]roltltaie et au paysan plus de
justice que d'insli auction, A la
ninorite eclaire, une discipline
que la contrainte extlrieure ne
,.aur'il suppleer, quelle retard.
peut-ctre.
ALEXANUD. SOR AY.
( La Fiti a remain ).


Une t.roublante
histoire

Nous avons ei1 i'lhi tine
lii'nn ind(ividu susi ct V I '
wiitionaliti dlominicaine a ci
arrtH6 dimnanche dernier a I.
D)ouane de Belladere. FouiIll
par le Poste de la Garde ii
6tait porter d'un revolver et
de 20 bales. 11 a eta depose en
prison A Belladere.
APar ailleurs, nous croyons
savor qu'il se trouve actuel-
iement a Port-au-Prince, un
dominicain, charge, de tuer
ou de trouver le moyen de
passer la frontiere avec un
homme politique dominicain
retuigie A Port au Prince
depouis quelques Iours. L'in-
tEress6 avait pr6vena la Po-
lice de lParriv6e de cet 6mbis
saire, mais noes croyons sa
voir qu'il a pu entrer A Port
an Prince.


MIX PROPRi TAMIh D'AUTOS
L'Otflce, Communale 'de
Petionville convie tons les
proprietairesd'ici possesseurs
,'auto A prendre leur licence
et plague d'atto i Petion
Ville Cest sla meilleure facon
l'aider la Commune A amelio
rcr I' tat pitoyable des rues.
Meionviilei,24 gctohrbm,


Adresse aux Nouvelles

Chambres
-o--


Ea "presence du nombre com-
bien multiple des candidates A
la Presidence, il n'est point sans
ulilitede soumettre Ala sagacite
et A la grande meditation des
nouveaux Elus du 14 Octobre
193o, les lignes suivantes.
La vie national depuis sept
longs mois, est temporairement
suspendue en vue d'avoir de v6-
ritables chambres 16gislatives,
6manation directed du people.
II est de tout premier ordre
qu'on s'entende sur le mot peo-
ple.
Le people, ce nest pas une
infime minority de citoyensain-
si que certain esprits egoi'stes
voudraient le comprendre; ce
n'est pas une action compose
d'hommes eclairds, intelligent,
instruits; ce nest pas davanta-
ge I['elite seulement.
Le people hailien, c'est I'u-
niversalite de tous leas ressortis.
saints d Haiii qu'on value A
trois millions pres d habitants.
En un mot, c'est le citadin, le
paysan, le riche, le pauvre, et
si nous neconsideronsquePort-
au-Prince, les habitants du Bois-
Verna, de Turgeau, de Peu de-
Chose, 'out come de la Saline,
du Bel-Air, du Morne-A-Tuff,du-
Wharfaux Herbes, etc. Et tout
cela c'est eloquemment prouv6
et d6montr6 ces ours derniers
lors de la grande bataille l61ec-
torale.
Les candidates tant A la Depu-
tation qu'au Senat s'en allaient
un peu partout, chez les cito-
r ens de toutes lea couches, sol-
iciter gleurs votes; its allaient,
ces candidates dans lee centres
connus et reputes populeux
donner des meetings, faisant
appel au bon sens natural de la
masse; luifaire toucher dudoigt
la plaie saignante de la Pane
meurtrie, elalant aux yeux de
tous, les programmes pomipeux.
allechants, ayan, pour objectit'
l'amelioratiou morale et inmate.
rielle du plus grand nombre et
pour conclusion la liberation
du terriloire de Dessaiines.
Ces idees sont nobles el tle-
v6es.
Le scrutin du 14 Octobre per-
met au people d esprer un mnteux
eredains sa situation precaire
et perilleuse, car tous les depu-
tes el e5nateurs elus sont des
comp6lences notoires. Les Alec.
teurs ont docne fait oeuvre pa.
triotique. Ils out bien travaill6.
A eux, tous nos meilleurs
compliments, A la masse, aux
paysais surtout don't la con-
dmute sage et moderee a e06 au
dessus de tout 6loge. Inclinons-
nous respectueusement devant
le Maitre des Maitres. Remer-
cions-Le A genoux, de cet in-
signe bieafait I
Maintenant que Messieurs les
honorable Deputes et Sena-
teurs se leA repellent bient ila
ont A cette herer, critique quo
nous vivons, uan mandate qui
depasse la port6e des maudats
ordinaires. Le people ainsi d6-
fini ci-dessus, leo constitute sea
mandataires officiels.- Qu'ils
aient en vue ses miseres et ses
longues souffrances de qutoze
ann6es.
11 pred,-- lo imnp-O A
charge de r6cipao.t6 que se |
reprersntants coasMcients de ulers
r6les, Iysant tle nci da bien de
ia collectivite snuront meltre do
c6(te leurs intErets priv6es, tout
sentiment d'amitle, de s.mpa-
thie porsoanelo pour aare
dune Lanterne- & riiantar do
Diogene, ea pr-Eoe des can.
didats su nohmbre prodigleuz,
designer un citoyen, nos manle-
ment un hommer ialstrnit, car
tous lea caadidala e,,ont su anu-
perlatif degre, mais un hoago
da people qui vit dens ce peu
pie. qui counait ses misires,
sos soufirancea et soit capable
de garantir l'ordre et l0a pai
tant i I',ntnreur quA 'exterieur.


AUX CAVE& DOHAITI
Cet Etablissement do premier odrae W m A
position, a grade alle a manner, SO a irvi nd-o*
ble se tient Ala disposition ds a "sei s, rdeau.l _pWr
les receptions qu'ils vondraient odrir on do cou.qul von-
draient orpaiser des tes en leurhonneur.


Pho


Priere doe 'entedre aic it Dit ed
nme: 2089. Em. F;BRVILLE, Propri6taire.


DEMAIN SOIR
LES

Nouveaux

Messieurs

Voix des Autres


Aux Elus
DU

14 Octobre
0---.


' 4 ,


-a .

See Urage de cette loterie a
sea ieu4 dlm&cbe dernier an
milieu d'une assistance nom
brmse, Coin6 Varif6ts.
Le No 2179 a gag6 le gros
lot de G. 200041e No 1940 a
Sagn6 le second lot de G. 500,
Ie No 53 a gagn6 le 86me lot
de G. 200,
Le prochain tirage aura lieu
Sle 16 de ce mols.
'. 4- Le public est avisi que
le bureau de la Loterie s'est
transport chez Mr Jules Vil,
Srue du Centre.


Au Radio


Le Monde
Flanpilles Nous enregis.
trons avecf. plaisir les nan
vailles de Aelle Lucienne
Boucard avec hr. Raeul N.
Gaetens. .
.Tous nos compliments an
c-armant couple. '
larise-- L'Otficier'de I'6tat
Civil. Section Sud, a proc6d6
jeudi dernier an manage de
Mademoiselle Marie Rose
Hermance Milien avec Mr.
Joseph D6sir.
I.es temoins 6taient pour
l'6pouse:Mrs.Al phe Alphonse,
Marc Marchand et Dr Sabou
run Holy : pour I' poux M&.
Samuel Pereira.Franqois Htazil
et Docieur I. E. Jeanty.
La Benediction Nuptiale
leunt a ete donnee en lEglise
Sainte Anne.
Nos weilleurs compliments
aux nouveau 6poux.


d'Etat don't le talent et le m6rite
jolats A une lougue pratique des
affairs sont un str et r6el ga.
rant pour les families tant hal
tieiines qu 6trangeres et le coin
merce en general, alors surtoul
que occupationn am6ricaine anu-
ra quitt6 notre territoire.
Le pays repr6sente un mala-
de dunt le cas presque d6ses-
pir6, r6clame un m6decin spk-
cialiste. Et rappelez vous, ci
toyens d6put6set SAnateurs que
Themistocle l'Ath6nien, dans il
guerre centre les Perses, voj.
lant emp6cher quun home
qui n'avait ni talent, ni exp6
rience ne causa las rWne d'Athh
tes on se taisant nommer g6
nkram, t'Oloigna A prix d'argen
du commandement des troupes
ath6niennes
Ce tut dans le mI6me espri
que Caton demand le Tribu
nat lorsqu'il vit Rome dan.a une
situation embairassante et peril
leuse. C est trahir non pas seult
meant votre mandate, mais aussi
la asret6 et le salut de la patri
A ce tournant combieu diiff
citle de notre existence natio-
nale que den contier lea rOnes
du pouvoir A un ciloyen de haute
culture iniellectuelle, mais qu
n'a pas i'expeieaice consommee
des aflaires, la connaissance
approtondie des hommes et des
choses Pensez y.
La grande maloritW du pays
vos dignes electeurs d'hier qu
out si heureusement travaillt
ea vous 6isant d puts et s6na
teurs, se iejouissent deiA de
voire beau geste futur et vouI
saluent en la patrie.
Un Group de eatrioles.
Poit-au Priuce, 3 Novembre
1930.


V T


.


ADDIS ABBABA, Abl i
Parmi des splendeat I
profusion de cer6mon
rees. le ras Tatari Ma
prince de 39 ans qui
gent d'Abyssinie pnd
torze ans, as et cor
jourd'hui come l'ere
Haile Selassie ler.LesEtas
turent repr6sentes A ee
nies par une d6ligatioa
cielle.
Lesi leeties gsnirales
all
WASHINtTON- Taudis
les elections A travers les
Unis oat eu lieu gendrale
dans un ordre parlait, il y
trois fatal coups de ote at
autre sans dommage en Ke
ky. Le President Hoover a
tend le resultat des elections
travers le radio,mais celsa n
a pas pormis de rester 6v
au-delA de l'heore habituelle
so retire. Le Cabinet s
pus A I'aise A 14eard ds rds
to qui iont 4de la
importance a ($I
Olvertsre d Parleant lr
PARIS LA. Parlement nl
Cals a en sa session d'oauvr'
mardi apres-midi.II y t de
surprise qusod il vota Is
clssion immediate des
etrangires, mettant par
quent en cause d'aberd
orateurs qui nes'attendalat
A la discussion avant jodi.;
Accideal de chase
re ae Rei-ijll
PATELSMITHS, New-Y
Prenant,par erreur,son fil
mas P. Ford, 15 as, P
cert, P. J.Ford, vendeur l
owbiles d'Albany, tire a t
esune home, tandis qu'l
sail dans lea Adironda
a 5 miles d'ici.


,.- - --

Cachet M irigaj

*humestmme. M d e d.6ho faf I oi -0 icaeas M
danger. Boites de et 12 etao.hBa vested dnout bonnes Ph
LaborewtladvDoD imlAUD, FI mld0.n N.0IiU.NS(Fnamo)
Dip6i A Porl-&au-uft % r Ia ame l o BUC.


-- j I I"I



Les Mer eilles d'Ode


Sont arrives 305 NumeruDs nouvea

et merveilleux de DISQUES ODI ON


Demandez la* nouvelle liste et procul.


vous vos diques au pls to

tte ee

e 1uir--." r *;", ,:r ;" **


I iaill cco


i, tV1


.azar OdoY

J. KARAYANY.


;.Oti
I


Anale Grand'Rue & Rue Firou.


VTiei le programme da cecert qai
i era excutt ce seir, a l Sta-
dti H. H. I
8.00 p. m. Orchestrede la Mu-
Iique du Palais. (DirigE par le
leult.Luc Jean-Baptiste.)
1. Re our des Exil6s, Marche.
2. A Night of June, SErEnade.
3 I'm Still Caring, Fo' Trot.]
4 You Brought The Sunshine.
Valse.
5. Among My Souvenirs,
Fox Trot.
6. Meringue Populaire.
S8.30 p. m Lecture par Is Di-
rection Generale des Travaux
Publics.
8 40 p. m. R6cital de piano
par Mile Odette Jean-Joseph.
1. R6verie.
2. Pauvre de moi.
8 50 p. m. Se!eclions de chants
par Mile Olga Lissade. Accom-
pagnement deo piano et violon
par Arthur el Fabre Durosean.
1. Payador. Tango.
2. Son Amour.


ine- Varieles
CE SOIR

CANDIO
dans son programme d'actualiti:
a M'ap pati Cadet Rousseill
a La Chambre et le Senat s
Adieu Consail d'Etat s.
0.50 ; 100 *

Maison contortable avec
dependances,bassin et6lectri
cite au bois de Schultz.
S'adresser au ;
Dr Eugene AUDAIN,
533, Avenue Magloire Am-
broise.Phone, 3457.


"V


NouvelIes I






WASMlNGTON...-A p .
lea agents de prohibiU
4raoit d aid r.L rbes I
sano dacerawr da mer t
app.Td iratict S
Cette r4elemsntation r t
d'an cas oI la boisov are
samiae an co d'an raid
na restaurant.
Le Prtidt elpeWvieir e ida
RIO DE JANEIRO -L43
Getilio Vargas, leader dew
lIthiona irees brtile^s,
formellement Priaident
soire so co rs d 'un 1rM
de cinq minutes. On sat
ce qu'if dissolve lammdite
nonvelles sections alma f
apr6s le 15 Novebr qs \
terme de l'administratia 4
Washington Luis expira.
Cearuemeut de I'Eo1 re'80


Ausi ce sera le dernier arrive


~~~r~-;-ai~i~"~7P Y7m;-*K"*nrz~-8;-;;iz~i~u~j~lW~Cr~:~ 11 111


w~1_.Eir_~. i~0L1*~5131(~ Ir ___ -~~T I 'r I


M-"


--


- AmLp.


momo


{. ^.
^T


P






LU rTI 7 Novembre 19


I,.


4


--~~~ :rrrIIIq~


Plus long qu'in voyage aulour do monde.


4 ..


I fSiQ


N'EST PAS ENCORE DE TROP POUR LES GOODRICH SILVERTOWNS"
courO de l'Ann6ell92O,la Flotle de "GOODRICH SILVERTOWNS"comnpos6 de 11 Voifures et Cqmions, a p rcouru 30 000 Milles a travers le Conlinent, et est revenue apr6s NEUF TERRIBLES MOIS
laiit sortie pour pronver A UNE NATION d'Acheteurs de Pneus, ce que lea SILVERTOWNS" pouvaient faire.
SILVERTOWNS" bont revenue, Drapeaux Flottants sans un d6taut de Fabrication.
ITOUTES DIMENSIONS.EN STOCK-TOUJOURS FR AIS, MEILLEUR MARCHf.


Les essayer c'est les 'adopter.
En vente chez : Vve. A. Sendral: Aux Cayes Louis H. Thomasset: Cap-Haitien Abel Laeroix : GonaTves
B. Blanchet : MiragoAne J.M. Gautier : Port-de-Paix G.,fode : Saint Marc
HAITIAN MOTORS S. A." Phone


Tovar & Co MiragoAne F. Ch6riez : Petit-Golve
Julien H rard : Petite-Rivibre.
2379. Grand'Rue.


Apres-m idi Dansant
A SEA SIDE INN ELEGANT
A DOfietion de SEA SIDE INN ELEGANT,toujours d6sireuse de plaire A ses aimables
e1 1 t ar le nombreuses demands revues a d6cid6 d&organiser en vue de permettre
la sodit6 Port Mu Princienne de s'amuser les Dimanches apris midi, d'ordiDaire si
dlotones, un Punch Chaippagne Dansant ,de 5 hres. 1/2 A 7 hres. 1/2, avec le meilleur
premiere spr6s midi dansante sera organis6e le Dimanche 9 Novembre courant.
i..u


ESBENSEN

ESBENSEN


lion


ila rche


cst un lait condense appre-


cie par les families pour la


sa crme ;
sa creme;


richesse


de


il est surtout recommande


aux bebes par lies medecins.
Le CACAO jona's Hollandais esl de


qualile
En boite de
En boite de
En boite de


superieure.


lbs.
lbs.
lbs.


0.20
035
0.60


coimtreiienf TPotection centre la
F rmetation de taux

SEug. fsse Co


Al N MAI iHE


EXTRA FIN -


EAU PERRIER" digestive, oar


calsse,


en detail, 1/4 de bout. et 1/2 bouteille.


ii

I
U
II


BAY-RUM de S'-THOMAS de quality'
superieure par caisse, bout. et 1/2 bout.
Potsaboire en papier,vente enqros& detail
Parifumerie:Houbigant,Coty et Cheramv,


0
II


- k "- -.


Rh um Palmares


VENTE ENGROS ET EN DETAIL.


L


-- ~~-*- -- Lr I 18 _. L____L -- I I


.11~3- 1 ii


I nan


rYllll ---' '~


_ I __ __ I_.


--~~ -


-- ---------


- -- Ill


- "ON


-~~ I---. .~p-....., )LI - L --. L L--~ _I


I 1


1 1 .,


- l















I'




is


~ 'I
'ft
I'


t



6~












'p


Pageol


Energique antiseptique urinaire


. dett ne ate tc uememnt
Suppr1me les doulero,
de Is miction
W Mo demetaflBp -

aenn t es ilusMe dee
0.50 urinseae Q Ut t
e- eompl*teomn n' 6 eul
*s ieAnt tona le *i.
dP- *tl QimabWItOl.


JVAMIANINL }
r V, ,-;V. .i V .'a {E "
O -" " ,)-. .- -s.-o
,-* *. <


"AGFOr;, est san plls pour le go"'''r ;'.
:; l.iirahtl res *r!cf uW il 'Z-


C' Wf I- a Y"Vd"


A/vis au umimictLt:
,-a Panamn lRailroad Slcamship Line a l'avarlage d'a'
noncer les dlr),rts suivants d' New York ponr I ort au-Prince
ditectlcmnt. duA:i;,t le mo;, de Novembre 1930
Dparts'(de New York Arrivages i Port au-Prince
Steamer ",rii:l)" le 11 Nov. le 16i Novembre 193:11)
a e Btn,.fven'urn: a I It 1 Nov. le 24 Novembre 1930
A A ncon )) I 25 Novembre le 30 Nov. 1930.
Jas H. C. VAN REED, Agent f(6n6ral



BIERE NATIONALL,
DIE LA


V 9I%9 d' I- A ,- %


orasserei iacnLIUIiI

Se vend artout Or 0,10 lei

verre malore sa quality su-I
perieure.

Proteqez votre poche et
votre sante en la buvant
toujours, e


samematko1 M IM -
aies. renouvles In
Utua. rcf &tuon us
doS cellules. IA
meaDt pours on /
it"aenaeo Peur tom
ma anru 1v le ema,
auxquel ce d nmr
Put jaMo e. su
I l II le to fonde-
smtt. In bems du tral-
UNOW do I'uthrlte ou
du rtumaUSnM blenflor-
iique. parcel qu'l set
eul do bl.onorri-
gig 9 Ismenm. 9
8te flb-.mlm.v

e Iabi Cha'.*1' Vle.
t e rn f t 1)16I0l 0


COLLEGE BIRD


La direction du College-Bir,
a le plaisir d'annoncer aux ta-
milles que I'Ecole Wesleyennte
de j unes files est r6ouverte 6
partir du 4 Novembre, sou.s la
direction de deux normaliennes.
La mkthode qui y est piatlt
quec est Is mf me en usage dans
les annexes des Ecoles Nor-
males.
L'6tablissement reVoit les en.
fants des I'Age de 6 ans, et y a
inaugur6 uue cole maternelle
pour les tout petits, des deux
sexes, jusqu'A i'Age de 8 ans.
Pour lesaconditions, ou peul
s'adresser A ia Directrice au lo-
cal meme du College, angle des
Rues Enelus Rnbin et de sla R6.
volution.
Port-au-Piince, le 6 Novembrn
1930.
COLLEGFgBi ID


Ca quit n'a Jam ais6t6 fault
Ce qut na 3 tat 6tre d6pass6
Kola Champaqne

F. SEJOURNE
Ppard dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Preparation et Vente
PHARMACIE F.SEJOURNE
Angle des Rues Roux et du Centre.


S- A la Petite



Goulez Ions les Bhl 7M V a:e .ntre, 63


ET VOTIIE CHOIX S'ARRETERA

INEVITABLEMENT SUR LE


1


prix egal,est insurpassable pour


sa


purete et la finesse de :son arome natural

DIS71LLERIE DE TAIGLE

M. FONTAINE, Proorietaire

Depot: Anale des rues Danies Destouches
l~ M i\ dT^ f"w lr /aIKT


)n
87.*


Poudre Monpelas.
En paquets de 1 gourde.
Gros et detail,


4

.4.
4.
4


2&me ANiE N" N!37
t'urt-a-Pnrnce


TiPhoe : 22


4
./


Colombian Steamship
kCompany Inc.


Mmine Vve Thomas Susaricq.
Mr et Ame C. T. Sansaricq
.t entants Mr. et Mie Tao.
mas Sansaricq fits, Mr et Mme
A. C. Sansaricq et tamille, M.
et Mme EugeneLavaud tils ei
tamaile, Mr et Mme Catinat
Sansaricq et lamille, Mon-i
siaeur et Madame Ruger Rou
zier et famille, remercient
avec reconnaissance le
cur6 de la pa uisse, le R6.
verend P6re Fouquet,les 14illes
de ia Sagease, ies treresre d
rl.aitruction ChrtIueue, I
Mub que de Jeremie, les pa-
ients, Its allies el les nom-
breux anii taut de Jeremie,
de la Lapitale que des autreb
locahies do pays qui leur onu
Idoune des temiaguuges dt
sympathie A l'occasiuu de la
1herte douloureuse qu'ils ont
eprouv6e par la mort de lear
llectioone i homas Sansaricq
J6r6mie,le 28 Octobre 1139
-o- 4
Sensibles aux t6moignages
le sympathie qu'ils ont re~us
de la part des amis a i'occa-
sion de la mort r6matur6e
de Madame J. B. Francis,
M.e. J. B. Prancis. Monsieur
el M ne 4eb brands, Messieurs
lax et Ajax Francis ct les
autres parents et allies de la
Jetunte leur adressent des
,entimeats de gratitude.
LE%0NS DE PIANO
Avec i'ouverture de I'ann6e
sco'aire, les m6res de tamille
vnct sdrement fire recom
mencer A leurs entants leurs
tleonsdesoltfge et de piano.Si
des ellesd6sirent qu'ils tassent
progres rapides et possedent a
loud cet art de la musique
qui u'admet pas a, m6diocrit6,
Seie D'ont qu'A s'adresser a
la grande artiste qu'est Mme
Jean Magloire qui, .i des
e conditions tres avantageuses,
leur donnera pleiate et entire
satisfaction.


InsuIrance o



UAne 4Des Tfe C ` pA 1

CANAfINNaS, d'ASSURANG


.4-
S~ir1A VIE~


I


I.' gs; b)


Agents Gendraux


Li v'


Le latin


4 WAEU


Vendredi
7 Novembre 1930


A ... In,


Qui, a


Represenlan t


IUUUNII UCV I LtLO.
9: St-Marc: H. Deschamos
Cap-Haitien: M. Giordani
Jacmel: Pascal A. Brun.


m --~nhSI-Anp~ih---r~-, ,,,.q ~C -,lr --_- _~,, ~_ __~ ~~* __~____~____~ ___ --rm--,--n,--,~---,-- rr----- n -- --n Il--C------- T- ----


rCE ~ -MC 11 ICII- L o L - iniiii n i n iem


--


-


I- "~~le ~how


Le steamer a Bridgetowns, venant de New-York,
ment est attends A Port au Prince le 7 Novembre
11 panira le m6me jour pour lea ports de la Colombi,7
i ant Ir6t et passagers
Port-au-Prince, le 5 Novembre imo.
Colombian Steamship Comspan 1n
GEBAM a coo Amp.s


Lykes Brothers S S C I
Teams MaltU -, Santo-uealugo *te W
ref seul service hebdomadaire at r6guller'A
,trt entire les ports do BGolte do Texas di
Port-au-Prince, Haiti.
,,Poor la r6cept'on rapide et le maniement Ihabik do
importations, se vez vous toujours des navires de la Il
LINE.
Les prochaines arrives A Port-au-Prince sot:
S/S I Stella T.ykeu 7 Novembre .
Margaret Lykes* 14 Novembre4 a;.
eRuth Lykes* 21 Novembre
Velma Lykes* 28 Novembre
STillie Lykes) 5 D6cembre 1930.
Bureau: Rue du Magasin de I'EtatU Boite t'ostal


ALUMINUM LINE
Udparts directs de New-Orl6ansa et de Mobile
pour les ports de la Kt6publique.,
Un steamer laissera New-Orl6ans le 18 Novembre cos
et Mobile le 20, directement pour Port-au-Prince,les
et les ports du Sud.
'ort au Prince, le 5 Novembre 1930.
A. de MATTEIS & Co, Agents Gdneraux


Hambourg American Li
Le steamer ,Georgia venant dEurope. ser i ci vts
Novembre; partant pour Santiago de Cuba, Kingstouj SIlR
Domingo, etc. prenanthr4 etam0er. ,
REINBOLD & Co, Agents. i



LE CLOU de la SEMAI
Les nouveaux disques incassables ( Durium o
semaine un nouveau disque a TRENTE CENTIMES
LAs magnifiques phonographes portatits a VINGT
"Distributeurs pour Haiti.
THE PAWLKY SALES CO.,lnc.
1618, Grand Rue,. 4418.
Accourez.y tous, avant qu'ilsa soibnt enle.J4



Pre-Ca-Tla-

fPayez.vous 'un GOOD ;TIME en allant passer


o vous resptrerez a son d'nane musique parfaite
Sorthophonic dernier cri las -partums grisants d
rons en d6gustant les liqueurs les plus flues, lesa
Sales plus ratralchissantes A des prix r6eltement surp


NX1 4- i l I ,i "


{


SI-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs