PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04968
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 10-31-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04968

Full Text






Irent Magloire


IU, RUO AMERICAINB 138
TELEPHONEON* 2242


iationalistes et AColla-.

borateurs*, qui a done

triomph6 aux elections?
--o--I


'tonne, avee quelque
jastifte par des pro-
et des desiderata trop
Ism'6tonne que des na-
AS, pine ont-ils un
is- lIe ouvoir, envisa-
avec fes Etats- Unis,
elaboration franche et
l en vertu du trait, et
leuor rephrc or
i bre attitude. A note
i* a tort.
St. John a pu 6crire,
.poque o6, dans le pas-
a plus d'un demi-
Iotre service de voirie
table et ou nos rues,
Stars rigoles, cousti-
s bourbiers perma-
aEn Haiti, quand
z no point, passed A
te boutade, au fond,
dire qu'en Haiti les
Dgent partois de sens
iobjets d'usage. Alors
I les traits souln
uMsr etre ex6cuts, se.-
qu'en Haiti c'est le

done, vu le trail de
que des hlommes pu-
Viennent d6clarer leur
lon de (collaborers avec
Fts b- Unis, c'est-A-dire
l iter le traits, ils dissent
chose d'autant plus or-
Joe, interaationalemeut I
politiquement, que nous
Smontre, dans un article.
dent, que Kles deux'
Parties contractantess I
chacune, le droit d'assu-
p, ar tous les moyens ol
ires D (art. 14), et mdme
la force (art. 10), la cornm-
observance de ce trait. I
1Si ces hommes, A un mo-
t donun6, ot pu tenir uon
e contraire, et its l ont
nous ne devons pas h6si-
sans leur d6nier la qua-
de fourbes et de menteurs
ients, a dire que le prin
tort de ceux qui lont
est de l'avoir cru. Nous
admettre cependant,
titre de cisconstance att6-
ate, qu'il y a vraiment
Soments ou l'imbdcilit
alaire n'a pas de bornes.
rlalitl, en 6gard an trai -
inationalisme ,haltien
lque i pine et soeule-
comme une certain
ce du sentiment de
laes uns. Get instrument
antique devant prendre
d'aboid on 1926 puis
1936, it n'y avaist vrai
qu'A 1'ex6c uter jus.
son 6ch. ace et, tout
qu'A mener une cam-
sentimental poor en
lir le renouvellement.
poser en adversaire du
parlaitement rlgalier
torme, at fire tout le.
auquel noes avons as-
darant ces dis derni&res
c'6talt mraiment faire
otisme gratult et prMn-
'ava nce rattitde, lorsqueI
arrive' rIchtince 1aR -n
aot prlvme, d'y avoir Mt
quIelque ctoae .et df'
Ila r6eoapsese. Et.
ansue] sancto on envert
Ky~que -de t etalesll Iln-i
lt ndes;(ationalistes a qul
Ient de trioampher, quoe,
Sau plan Forbes, ayJat
S.*te recompense aS s
anticipde, les voilk todt
A collaborer Iran-
n t et loyalementf,
t-adire sans y 6tre anca-
oat torel s
Le' .none de :dire que
s nationalismeo noe ex-
gasre, .1 ce n'est pour
t quelaues-uns I'occa-


de so.payer de grand
iSi a ii'6tranger, et noa
~ s croire, pour miote
que le resltat da j, s o
li au da anx 1 1ai


des politicians qu'a la course
naturelle et pr6vue dn trait.
Notre cas n'est pas cell de
ilnde qui est une possession
britannique et 11 n'y a pas de
place ici poor an Gandhi, d6t
notre language decevoir plus
d'un exalt.
La situation haltienne tient
tout entiSre dans sle traits et,
normalement, elle n'existera
plus on 1936, du moins au
point de vae qui nous occupe
et nonobstant tons autres ar-
rimgements qul pourront 6tre
taits pour le contr61e du ser-
vice de l'emprunt, le princi-
pal ageqt. das I'occurrence,
nous paraime t devoir 6tre,
come avant 1915, la Banque
National de la R6publique
d'Halti, institution national
et soci6t6 anonyme haitienne
et qui est d6jA, an surplus.
notre agent fiscal, par elle on
sa commanditaire A New.
York, pour lea divers 616-
ments de notre dette public.
que actuelle.
Pour nous, le principal
tr'omphe que nous oat value
lea deroi6res elections, c'est
d'envoyer au Pouvoir les 616
meats m6mes do pr6?endu
a nationalism et lea adver-
saires do traitS, lea mettant
ainsi en posture de icollabo
rers avec les E!ats Unis sur
la base de ce trait.
Notre joie n'est pas de les
gouailler, le moment noe s'y
prate d'ailleurs as; ma I1
d'applaudir A I heureux revi
rement qui s'accomplira cer-
tainement dans leur bsprit A
i'6gard de la plupart de leurs
compatriots qui ont eu,avant
eux, A exercer le pouvoir
dans les mdmes conditions.
Nous aurions voulu trouver
IA 'occasion d'une veritable
r union patriotique s ou n na-
tionaliste qui deviendrait. en
1936. le point de depart d'une
ere de vraie ind6pendance ou
tous les iHaltiens pourraient
s'enendre pour vivre ensem-
ble et fire prosp6rer leur pe-
tit pays sans le concourse, de-
vedu inutile, des Etats-Unis
d'Amdrique. Amen.


On volt bioa queo 1*
r6_antons do plus D'UN
W"
no gout plu lInterditos
-o-
L'autre jour Granchird tait
entour6e do4 on 5 copains
qui ne cessaient d'admirer sa
tenue irr6pi-ochable,
-- Que diable, Messieurs,
lear dit-IL, vous n'avez qu'a
faire come moi,.
t d'un geste il leur indiqua
Id' maisoa de
V. "OVOXo,
b a, g*J34gs rol.
Ree Seov mo-1ol.
Qtait Adeax pas ; ces mes-
seurs, eon cop de vent se
pi6cipit6rent se le brave
Gdlnoo~Ie n 'es) plo'nUer-
vlbuzx en.ebet que,aonexpo .
ilon glantesque de Casi-
his iraIasis, anglais, belges
et; U" *a. -- a cravates
do.toqt .Grmnd *Chic et ses
chapeam Dueruer Cri. Quant
& la rtamerie,nen parlons
aa.Ear t p-, at I
entendua Pa .o dre;
Co. moi ai gou plume
hap* sWa pread guaou costume.



Avis
Le BureNade lta Pan Ameri-
can Airways, Inc., ea trans
er6 an res-de cause sde la
Haile Leger en *iace Royal
Bank o0 Canada.


TAp61hone 2624.
jIQOBMtT STARK
I!!^ M!ap


nvr AIA I*


- - I^n AU.IwlM KI


TI)


r


L'ideal 1U11mw


ALIX ROY


28 annees de success.


Une Adresse de Me Riqal
Assemble Nat

1'Assembl6e Nationale
-0-


Pnrl-au.Prince, 31 Octobre
1930

Messieurs les Snauteurs,
Messieurs les D06putes,
Le 22 Novembre 1920, sur
I'initative de I'immortel Geor.-
ge Sylvain, un group de cito-
yens lormirent A I'Union Pa
triotique association ayant
pour but de poursuivre I'abo.
lition integrale de routes les
restrictions mises au plein exer-
cice.de la souveraineil et indd-
pendance de la Nation Haitien-
ne.
Cette association lutta pen-
dant dix ans, el grce A Faction
de tous les p itriotes, au dlvoue.
ment de nos Missionnaires,A la
bienveillance de quelqaes phi-
lantropes a nei icans, au con.
course de la press de I'Am6.
rique latine, elle cia. dans le
pays, un tel ltat d'esprit, et A
l'exterieur, une opinion si tavo-
rable A notre cause que Son Ex-
cellence Monsieur le President
HOOVER envoya A Port-au-
Prince, le 28 F6vrier 1930, une
Commission de cinq membres
charge d'iulier la situation
haltienne.
L'Union Patridtlique, convain-
cue qAe des efforts isols, des
riclamations contradictoires,
produites A la Commission par
des particuliers ou des
groupements de c r a t i on
r6cente, seraient sean resultal,
proposal et r6alisa la Contlde-
ration des groupements patrio-
tiques d Halti. L'administrateur
delogu6 eut I'honneur d'6tre
choisi comme president du Co-
mil de la federation.
C'est en cette quality qu'il prit
part aux n6gociations qui ont
about an plan pour la forma-
tion d'un Gouvernement provi-
soire,la reconstruction des Cham
bres Legislatives et I'rlection
du Gouvernement d6finitit. Ce
plan avant d'etre soumis A la
Commission pr6sidentielle, tut
discutl au Comitl de I'Union
Patriotique, au Comitl lAdtra-
tit t dauns une stance pllninre
des groupements contld6rls.
Aprts avoir ainsi gir[ les in-
t6res primordiaux du Peuple
avec son adhesion tacite et sa
ratification, mais sans mandate


prialable formel, nous Oprou-
vons le besoin de communi-
quer avec les repr6sentants de
la Nation, rkellement et tormel-
lement d^signis par le So'uve-
rain.
Et e'est vous, Mes'ieur les
Inaleurs, Messieurs les DWpu-
1ts qui tes ces repr4senlants ;
c'esl A vous quest 'chue la
gloire d'etre les pliers sir les-
q-jlcs doivent reposer nos ins-
titutions d6mocraliques r6ta-
bliss.
Votre mission est redoutable.
E* quand je lis les noms de la
grande majority 'es membres
e 1 Assembl6e Natiotiale, que
je vois parmi ces membres les
plus arden's de nos militants
et quelques uns des pins dis-
tingues de nos dignilaires, je
ne puis douter de vos inten-
tions. de Ia bravoure et du
courage que vous allz mettre,
une nouvelle lois, au service
de la 'atrie.
Au course des pourparlers avec
la Commission presidentielle.
il a W6t toujours adimis comme
vWrtis Avidentes :
L que la-Convention de 1915
a 6t6 impose par la force amn-.
ricaine, qui taisait agir le Gou-
vernement de Dat liguenave
sur la majority du Corps LUgis-
litit ;
II. que la prMeii lue Consti-
lution de 1918, (lite Franklin
Roosevelt, n'a j .nu:is t6 vote
par le people d laiti ;
III. qu'elle vio!e nos principles
immuables de droit public et
nos traditions constitution-
nelles ;
IV.quela Constitu'ion del 1889
na 6t6 que suspendue par les
forces amlricaine ;
V.que les Juges qui remplis-
sent actuellement nos tribunaux
sont. des Juges ill6gitimes
puisqu'ils ne tiennent leur pou-
voir d'aucune autorit6 constinu
tionnelle 6lablie ;
VI. que m6me dans I'hypoth6se
de existence de ia Constitution
de 1918, le conseil d Elat, corps
de tonclionnaires nomms"spar
le President de la lt6publique
et r6vocables a sa discr6tton.
ne saurait, A partir de la pre
milre annee paire qui suivait
r'adoption de cette pretendue
Constitution, avoir le droit de


En 3Jours

4,.. __
** ,,
da


I


-lot Dents sonnt de


!\\ /f
Mmrow


E m un dead.mL pu ds
Ko usw ame boome den& t
MeM*yes cola j pendant dix
Jons do ias et voyea diffence
d'pt de vo deas. d p 3 teintes
*- bosI -m 3 ijoun, et d'une
SI~b2sl- en 10o jmmour Et vous
vm iu amd.m p d'une sea'-
nd ePmseksmm ouvele de pro-
to l oan ema t a crime IOR Mcmire.saux po prerit cer-
de t -- uquer
Iomdn.eds laboche ,. Ccite
m m Isa Technaqu, c ia
*m-t-SoE. 1le sipffie qu vpous
pasns oliMIs le produit i pleine


fom ; de k on Its polls do Isa
boom comrvent mas do rnidd
por rftiwnr i mrufacsdo ia d
cmm abemem, &de t dum
los cm,ve*, lea 0s .- u M
deo deami, M do u=mM wM Msadvs.
*8- uIft-l b m -, do _ast
mowi. n liow 6.*=!8=

dorlnr que uu, dema Ts.on c nmo-
min m stisfaiuant, now mamtrioaa qao
vow* fauies otc uam i mudmidux e raifti
durn Kolyn, de I. Tochaique do Is
Be.j*-Igc. Vm, iwrexz enchant du z-
uku. Vons vou' en rendte coapo at
Tots omammez i diffirsas.


ces en ival sass *mNerer le
leaps Pstal lt I e mps A vemir que
I'oO ij une ie r ielle, libre.
sals eslrave. Leoi TOLSTO




MARDI 4 NOVEMBRE 19M0


Ls laUn Commercial
S -,-

Us eMlpii pIr leg


Rome. 20 Octobre.- La
champagne entreprise'en Italie
centre les inscriptions en
langues 6trang6res a about &
unetr6s savoureuse renais-
sance du latin. Quantity de
commercauts emploient, en
effet, maintenauntle latin corm-
me langue universelle, qui
a an moies I'avantage (d'tre
comprise par les eccl6siasti-
quesde tousles pays, et ils
sont nombreux p Rome sur-
tout.
On peut donc :voir sur la
devanture des coifleurs des
annoDces ainsi cocques : )(.
mre I) :irpieque Ionsor)), ((Ton-
deur de coiflure et de barlhe.
Un manieure setait connaitre
en ces terms : t Magister'in
manibus curandis )). Mr.itre
en ['art de soigner les mains.,
On trotve 1n restam ant qui
a ponr enseigne ; Tbaerna
ad .castrumn caesarnim l. [In
baigneur declare posseder
(t amplia cibicula c(iiin singi:-
lis balneis".
Le latin de commerce est
n6 et il est proche parent dii
latin de cuisine.



Side Step Inn

1(626, Place G llrard, 16(2t6
Consommations de ler choix.
Service irreprochable
Radio-Orthoplionic.
Tous les s)irs.


/ aire des lois et n'a jamais eni
le pouvoir de nommner le Pr6
sident de la R6publique.
Messieurs les Snaleurs, Mes-
sieurs les D) utIs,
Consid6rant que les v*ritabl)l s
Smandataires de la N:ition. ne
peuvent admitire que Ila Cons
titution de 1918 rgtisse le Pays,
c'est A dire que le Parlhmtint
n'ait i'initialive dt-s lois de
finance s, ( Voir articles .', 80
de cette pr6tendue Constitution,
que le droit d'interpellation lui
soit mccftonnu ; qu e jurv ( pro
gres realise depuis 1813 ) soil
supprim6 ; que 'article 127 et
l'article special de cette ionisti
tution ( t atitication et valtida
tion des actes de )Occupation
soient en vigueur ); que le Chelf
de I'Etat puiss" alourner les
Chambres.
De tout ce qui pr&c(de. Mes-
sieurs les S6nateirs, Mcssiewus
les Deput6s, il resulte que votre
premier devoir et votre premnitI
geste, les seuls qui soient ctain
patibles avec I'honneur, soul de
decrkter que vous 6tes :
Assemblte Nationale (Consliltuale
Vous prendrez ensuite les de-
cisions qui ao n t la cons6-
quence d une tell declaration,
natamment celles qui concern
nent iemprunt et I, trai.l des
trontieres, et la duree du man
dat presidential, la tormnule du
serment, 'acte additionnel A la
convention. En procedent anmsi,
vous aurez iustifie ia conliance
place en vous et merite de la
i Patrie.
[ Si, loin de taire cet acle ener
giquevous agissez en conform
t6 de la Constitution Roosevelt
qui est la negation de la souve
rainets haitienne, le President
que vous aurez lu ne sera qu'-
une marionaette, le quatrieme
do genre qui communiquera A
la legation ambricaine les pro
jets de loi que vous aurez A en-
rCgistrer; vous ne serez quun
Conseil d'Etat revue, corrige,


augments. On n'en sera point
ioaon6:l'on penaera quo de deux
d6partements de la R6publique
vous eat venu I'esprit qui animait
le onuseil d Etat.
Vons aurez readu inutiles les
eftortsde doUnion Patr otique et
aggravI les matheurs d'auiii.
Jai I honneur, Messieurs les
S~ndleuis.Messt urs i es Upuiv ,
de vous oflri i o11a0111 te de
trees haute conL ut ia ion.
HI AL,
Administrateur-deleguu de 'Union
Patriotique.Presidentde l'Ancien
,Cmitk Ftdiratif.


---------I


10







... le voit,, chaque midi, rgea.
gner sons les rayonss abrutts4
giants du solely, sa maison. II as
se press pas. 11 simule une 61.
giante dmrarche, qui, en fait,
n'est que ridicule. 11 joue au Don.
Juan. NOTHE (EIL le vit, une fois,
se gondolant devant la glace
/(un tailleur et nota ses gestes
/nanirs. D)epuis lors, il a une
peur terrible de cet (EIL, el cha-
que fois qu'ii Capercoit, il csseQ
brusquement son manikrisme el
abandonne sa demarche d6gin-
gand6e et hilare...
... voit qu'on a compl6tement
d6moli la maison 16zard6e si-
tuee A la rue Dantes Destouches
et qui servit, naguere, d'atelier
A un peintre, de boutique A un
libraire, puis a un failleur. etc.
Les trac>,s de ruines out press.
que routes disparu. A leur pl *
ce, des m ulriaux s'aioncellent
p)our la construction d'une mai-
noil A accessoires d'iautomobiles.
Oia i dlicoimmenieiic6l'iinstallation
l'un reservoir a gazolihe, et le
poteau cylindrique, auquel doit
Ss act oclnheri la pomipe, est fermne
sur .sa base. Les travaux vont ra-
p)idenen Il leur raiii, et (dici quel-
Sques semaines. NOTHE (Eil. ver-
I ra, en li-n c i )!ace tie 'lnineu-
ble decretpit, uni clWgante sta-
t lion, qui embellira, certes ct'e
Sp ition de la rue Danies-Des-
touches
... a vu quelqu'unqui p6ndlra,
tout elfat i, dans nos bureau,
A la suite tie plusieurs d(tona
tiuns entendues dans le quarter
et les environs. Celui-lA croyait,
sans doute, A quelque querelle
que 1on vidait energiquement A
coup de revolver. Pour le cal
mer, quelqu'un laissa son Ira-
vail et se rendit sur les lieux II
en revint, le sourire aux levres.
et apprit au visileur Irop in-
quiet,qui se ca'ina tout de suite.
que c'etaient quelques gossesqui
l'aisaient cater du chlorate do
Ipotasse, ce(ui aninonce bruyiani-
ment que les fees de fin du'a-u
n6e vont comimencer.
*
.*
... a vu 1autre soir, vers uti-
nul, uii pauvre ivrogne. Ainsi
(Iu ui lin somnamni)ule, il descen*
(diu la rue d's Casernes. Se&,
Ihi.1hits, eni v.uw 'aient parse-,
i'ics in'noiiiiinbr obles teaches. De
temlips a auntr, it s'arrdtait, t t
vacillant sur ss jiambes, ii s
inieltailt chevroterquelquechain-
soin du temis jdis, en agitai t
son ch ip'au deleint, qu'i r .'
iinetailt ensuile de guingois sur
sa 'tte. (iU bien, se postant vis.
i is d'u' i ti,.ou, il tendait
vers elle des maIns ccnvulsives
comime pour y demander un
asile. i
Mais pas une porte no s'ouvrit,
pas une oreille ne se peqcha
pour recutillir la plainte du mi.-
serable qui continuait A chin
loiner sa noslalgique charsoii
uiie'voix brisee d'alcool et de
(abac.
La rue lail dteserte. Des fre *
I sales ululaient. Des chiens abo*.
yaleienlt, farouches. Et les fouled,
comine dans le polme de Hi.
chepin, dormaient
... Leur soinmne pais etLourd.
-- --a .
... voit que le.'jeune] home,
M..., ne vient plus aux soirees
die Candio en compagnie de sa *
ires jeune et tres'johe sour. nE
vain, NoTEi(Eaiipromena, je*n.
di soir, ses regards dans la allA
I)Asesplrl, IL dut trislement se o
termer, car la jeune ille aux
cheveux noirs, au visage) brun
pale et aux yeux cernas, n y Atait
pas...


... a vu, dans une maison de
commerce de la Place de Port.
au-Prince, uni norme rat qui
descendait paisiblement Iesca.
lier qui conduit a I'arge o&. ae
trouve le dpo6t aes marchiudi.
ses. Le rat, sas:s tramie, saulait
,l unc iniarchie a I aure, s'rretait
U e stconide,, isg idtjn n i -em
p: ye puis icpeuiiai touj urs
n cdiis orinte,sa dits cute mim. io.
dique. Nui n'uIat l Jnue s'occn.
per de lui et il elait en tele si-
curite qu'on en dirait Ir'espri
meme de la mason,


3 TONS PLUS BLANCHES/
L Tar w Sapvna &"q kap "f Tr "lq i" r -I. raw--Seen Xwk A "J-a


- ~-~~- ~~ __~~~_~~ 1 --_~_~~111 --__._.,,~_.,~_rr__,,.


rrnWSSr"








PAGE 2





Les M ler ieilles


d'Odeon


Sont arrives 305 Numeros nouveaux

et merveilleux dc DISQUEBS ODEON.


Demandez la nouvelle listed et procurez-

VOus vos disq(I es au plus t6t,car les quan-

tites arrives sont petiles ct scront vite

eDuisCes.


Aussi

l'annee.


ce scra


le dernier arrivaue de


Bazar Odeon

J. KARAYANY.

Anale (Crand'lHue & Hue F6rou.


Adresse A Messieurs les
meaabres de I'Assem-
bl6e 16gislative.
-0-
Honorables mandatairesi
de la Nation,

Vous etjmoii'sommes la i
tAche depuis nombre d'ain
n6es, luttant persev6rammenit,
courageusement pour le re-
couvrement du dogme de no
tre souverainete et de,notre
ind6pendance.Apres biten des
delaites d'ou nous sommeiii
sorts r6g6ncres, nous avons
pu,supsrieurs cees dtaites,
i tous nos revers de fortune,
reconqurir le droit de cons
tier notre Assemblee Legis-
lative.
Cette conqu6te u'est qu'une
tape. Avec la constitution
de nos Chaiubres et de notre
Assemble Nationale s'est ou
verte la phase decisive de la
lutte pour le salt national
obscurement ievele par le raji
port de la Commission lFooibrs
et que nous ie iealiseronis
Sue par notre viri!e volonite.
otre virile volontc entire les
mains des haliticus est don't
la condition esscntielle dui
succ6s de notre mission n i t
ale. trauscendantc, qul,nobli
commie notre o igline na11io
nale, consisic ; laire tomibel
le gouveruemenut tes all ireS
de notre pays dcs mains dit
r6tra ger: cid corrcspoud a,
nutre obligation sacree dt
n'avoir A .la direction du
Pouvoir que le citoyeu qu.
s'est invariablement distiugut
par son integrity et pat son
courage civique et qui porte.
per cons6queut,en luI.e prin-
cipe de Phonncur National.
Representaut tie ce prucipe
supdrieur par mis verLus ci-
viques qui constituent mott
seul titre reel a votre estime
Ct A I'estame generals, je suis
digne d'etre IElu de la uatiun.
qu, .a besoin, de vivie, qu.
aspire au,.retablissemeut di
son statutgpolilique,qui m'eu-
toure desa couniance et qui
tire laltoimule et la raison di.
la toide ma lidelit a ma;
vie publique.
N est-ce pas que vouseti
moi, UOus s uiolme, h.juoil
blues mandataires de la nation,
des allies naturels par notre
mAle et tfermej;attitude dans
la lutte centre la compress
sioa 6trangere? Nous croyons
.*la duree et la perpetutu de
notre pays ,a a atesurrectio.
de &a souverainete et de b,
lcidependance. A\ous nou
devous (de irous clever, pa.
ces principes de none loJ
pJllique qaui tout tes ipt C
p(es ib'rei, a la giaunde de.t
aU gouvernemeutoe l'aveuun
d&)it i'lauU tanoni likXCI a
laumais les desiuces de la n.,
aoun. Aussi devous nous, a
-approche du moment .so-


prdme o6 notre natiotr,repro I
.enlice par son Assemblrl
\ationale,;sera conviee a di,
poser ;Ic s son sort, d(e soi
ivenlir,:par le choix dr Chul
le gouvernementl de la Reptu
iliqtuc, nous avertir et nous
eclairer, nous laisser guider,
ion p)ar nos sentiments on
,os instiiicts irrellechis, inai.,
par notre raison. ,seile,noiit
laisonl 1 nous conduit a trou
ver et ;i suivre les voices de
n )Ire developpement naturel.
.I'Mi doni conliance que ic
icriterai vos sullr ages. J'ai
()coiliduice, p arce que, lies
comine nous soinmes par nos
eflorts civiques,par notre alli
ilt1 morale (inl en est la
source, nous n'avons, ovai'
et moi, qu'un symblole,qu'une
peinse, t( 'une esperance : le
s,alut de la Patrie malhou
reuse. la rehabilitation de
notre race.
D. JEANNOT'

Le Corps L6gislatif
est convoque
A 1'extraordinaire
All It 11ET
IUI.NRO I()Y
I'r(sideftl (, la H1fpublliqie
Vu articlee .)1 de la Consti-
tullon ;
ConsidL'raut ,ue, stivant les
:lro)',:s-ve'l):IuLx des bureaux d
i ceIInsement l )ir vus pJir les ari
Wles (60 eI 63 tie la Loi tlec'o-
rale du 4 J. tllct 1930,. i ente-.six
I)eput6s Ct quiii/z S'Li aIluI|urs ont
tl rtgult&rement el librem nt
Mius, au course de la consult
1loll popular ortlonitdie par le
I)cO ret di Juillet l1931i
Considruant (u'll y a lieu, par
consequent, de convoquer i I ex
traordinaire le nouveau Corps
I egislatl',. en vue de lui per-
inettre de se cmisltluer et dei
recevoir lfes coinInunicalions de 1
I' lExecutit;
Sur le lapporl du Secretaire
d'Etat de l'inleieur,
lit de J'avis du Conseil des
Secreltaires d'Etal,
AARI'.TE
Art. ler.- Le nouveau Corps
eglslatif est convoque A u'ex-
traordiiaire le lundi 10 No-
vembre 1930.
Art. 2.- Le present arrtt se-
ra public etl execut a la diti-
ge-ice du Sucirtaire d'Elat de
I'ntuerteur.
Do)u ii .au I alass National, Lu
Pluri-au-Prnice, le 30 UctoIre
1930 an 127emne de fin tepen.
*lance.' "'"" '
Lfug~ne ROY:'
Par le Pr6sideut:
Le Secr6taire d'Etat de 1'lntW-
rleui, M. Sr-IFORT-CULIN.
Le Sc. ela ti' Ltat des Fiian.-
es et Ju CoiU t,:Ice,
G. REGNIER
L.' S rci\ a 're d it.,, u s 'ra-
,aux I' b"lea,
U. P. A. IHONORIE.
ue Sccrt alie d'tat des Reia-
olils .xucrleurt .. de.la Juslice
et ties CUics, lEiUli. VOLEL.
Le Secritate d Lutat deI lu%.
I action lliblique, de F'Agricul-
tule et du ravail,
D. LATORTUE.


Une note discordant
C est celle, d'uapes ce que
irclitent nos contlre es I'ELAN
e IA 'HiESSE,qu'apporte le
president de la commission
coinuuale du M6Ie StNicolas,
ljplCs le scrutim du 14 Octo-
bre.
Les elections n'ayant pas eu
Leo daus sa ville, le registre
d inscriptions etant dispai u,ce
louctiounuaire s'est avise de
'uadresser par telegrammeau
laut 0ommissaire pour sol-
iiciter des elections compl6-
inentaiirs daus sa commune.
.,,a depechie a ete saisie en
cours de route par un autre
toacuounaiie coinpttent.C'est
tant mieux. Matis comment
qualifier le geste de Fautre ?
Une sanction ne s'impose-t-
eile pas pour motif d'indisci-
pline ?

Concert de FRIITZ BUSCII au Radio
La Society anonyme de
lladio (le l'A lemagne Cen-
;rale a Leipzig organise dans
la nuit du 7 au 8 Novembie
'ourant, ile 0 3) a 1.30 a inm,
icire de 1 Eturope Centrale.
( 6,30 A 7 JO p. m. heure
i HIiti ) un con-ert sympho-
niquo execute par I'orchestre
I'Etat a Diesden, sous la di-
rection dai Directeur Geueral
Fritz Bus h Le concert sera
radioluse en Europe et A tra-
,ers le m mnde eutier par la
station a ondes courtes Koe-
nigsmusterhausen ( ondes
3.1,.8 m ) Le progr.mmne
comprendra :l'o overture d (-
heron de Karl Miria von
'\Vehe', I'ldylCe de Siegfried
'it. ti-h itr I \Vignt.r,et la 2.ne
Sym.,)hi i e de Ludwig von
l1i.' hliovea

-
MENAGERESI
Pour teindrA tous tissues :
LAIN, C070', SOlE, etc. .
aucun product n'6gale
"La HA URESOUQIr
Enventc I., .I riv :Cee) PharnacieW. BUCH
i'':.,,14. ei ; ; ', 41. Pla.e Vollitr.
l.ha ..i.A ii ,'. 1 ;rlcn r Nr emlifatd rm
V" '' ^ mrs (Sei5.) VM

*-j.. *


Les Vapeurs Soulagent
lea Rhumes de Cerveau
Reniflez un peu do Vicks par
le nes ou bien iphales-en le
vapeurs apr6s en avoir fait
fondre dans de 1'eau chaude.
Les vapeurs medicinals at-
teignent les voles respiratolra
directement.
Pour d'autres refroidiss-
menta, frictlonnez la gorg et
la poitrine avec le Vicki.

VV ApO Rum


NE voiture n'a pas seule
ment pour but de vous con
duire A destination. Voyager
agr6ablement, avec le maxi-
mum de contort et le minimum
de fatigue, voila ce quel]voui
tles en droit d'exiger.
La Packard pr6sente l'aisance
de conduite, le contort du vo-
yage et le charm de o'emploi
repondant en tous points au
transport de luxe.
ASK THB MAN WHO OWNS ONE.


A


C


K


Communiqu6
Les deputes 61us presents 6 IL
Capi'ale. vu le d6cret du Pou-
voir Executifen dale du 30Oc
tobre convoq.ant le Corps I.6-
gislatif A lex'raordinanre inv
tent lenrs colleagues a s'inscrire
au for et A me4ure de leur arrm
v6e A Port-au-Prince, au re-gis
treonvert a cet eflet an Palai
L6gislatif tous les ours de neu
heures d midi.
Fait au Valais de la Ch imbrh
des Reprisentants du Peuple 1,
31 Ocuobre 193.)
T. G. Ligond6 J. Jolibois fl
Marc Cauvin. J M B 6 ly. F
Barr-Reynaud. Victor Cauvin
Justin Rousseau, Yrech Chaute
I iin, Louis D Gilles.


Justice for Hungaryl
Tel est le lilre d'un ouvrag
de luxe, consacr A la Hongi i
q e public l'6dileur en Chef di
esti Hirlap, A Budapest. Ce
ouvrage sur trds beau paper
6crit en anglais, content de tr6
precieux renseignements sua
Ihistoire de la Hongrie, sa pain
ture, sa littlrature et I'on y ren
contre, A chaque page, de Ir6
belles photographies de ses mo
numents et de ceux qui ont con
tribuA i sa gloire dans le pass
Nous remercions I'Editeur d
son aimable envoi et le fdlici
tons do cet excellent travail.
* W
ScraetrltedIeM Anrives
do Corps Ligitai
En conlormilt de r'Arrdt6
de Son Excellence le*iPr6si
det .de la Republiqu en da-
i. da 0' Octobre courant
couvoquanta I'extraordinaire
le nouveau orps LAgislatit.
MM. les Senateurs sout an-
torm6s que'les registres d'ins
cription soutouverts an Pa-
lais LAgislatit.A partir de cette
date, tons les tours de 9 bra
du martin A midi.
Port-au-Prince.le 31 Octobre
180.


C


/
*







t





/


I


A


D


A


IF


LT l| comme un moindre factor do
ouvelles Ia situatiou.
II a declar4 que le Pr6side.
^ lHoover Mtait bien qualfli6 pa.
E ti anqeres laire lace A ia situation tod
qu'elle aflecleles Etats-Unis.d'd
- IADIO PRESS NEWS cotfilance qu'il conduira le PAN
Short de ses dilficult6s prdse
30 iOctobre naln II doil le faire avec all
30 Ocobremum de friction et d
~Centre Isprobibitile temps; ses mains ne dot
Coolre la prohibilionl ,as ; tre iies par le Coas
W ASHING ION -. 256 de 371 oAar61 par des opposantr le C
anlidals ail Congrs qui rdpon r par ds ues
rentt au questionnaire envoy, i,. Mellon o's pas voulo
ir I Associalion coantre I'amer le predictions sur ple tea
d incnt de la prohibition, s
t d ai, a depression pourrait dur
ita-jt diclarks en faveur du re-
',it, conire 99 tn l.vear de I gr lefr., alitros
'o.tins.ti)on dt la clause d' uandheuo si
prohibition. SHANGHAI L es tr
Us d6chalsmee l doe leups mandchoues et sovi6tiquaf
LENDSAY, ( Ontario ) Des bilisent A nouveau aIo on
,oups audacieux terrorisent les frontiaresamandchones-si
termiers pr6sde StanhopeTown- nes, come r6sultat de oi
ship, Haliburton. Ces loups ont nace de rupture des
ravag6 sat arieusement les trou- lions pour le rglemea
1,eaux de moutons qu'un seul dispute des chemins de
lermier continue A on,lever. I'Est de la Chine centre .
L.es entants soot maintenant con et la Rusie. Les torceOto
duits A la porte des coles par quest 616vent do nouvellF
euars parents pour lea prot ger qges'cn nombre des williS
r -ontre les lauves, tires et leurs a6roplS
CIr. ore 1 remhrsemeait en or des bombardment foot d6
s aprets naissancesur leterritoir
PARIS Le gouvcrnemeot plnseurs ours.
Str ais ,. daclit6 dans toute no- Deom bataillonas d'I
ie officielle la requete.,r6cente nandchoue, un dar:tilld
lu gouvernement angais que 6t6 elp6di6 sur la e. do
!es emprunta.tranoais taits da- Une depc de .
S'*at la guerreetaient rembour. que la dil6gation chanoin.
.,ab es en or. 11 y a quolqueb prepare A laiser pour la
mois l'Angleterre demadan la I A &eiuhsta a .,o
Fruane dei paiem ts s- on Bre R L I N L'
I DedanstieO idAndftwW. iie Rtechatag en ve dde S,
SWASHINGTON L-U Ea.ts. na`vtion d
Unis seront parmi les premiers rations a ,t tm pIro.p-
Arependrea ela marcheen avant le Comit6 dea Affair ,_iNs
- vera le progis es a renaais roe de ce Corps 3re ts
sance seraa ue daaa une large nu ou u, i conU.daI
measure a la air ctioi da PAsi 4ueI o u rs delay
dent,Hoover, a d6clar ici dans Visileur Bao ijeetilif
no diacoura Andrew W. Mellon, PARIS-Le visitesr a
Secretaire a Treaso. qui t empachb d'eittre g
Le scrtaUre a.contest6 que ia Palais de Versailles,
pr.sente p"riode' le depression etait amve trop tards'0t.
soti dd d'alord A la asrpro. itre John D.RockelelelerI .
duction mondilde de certainev qui a dejA donna 1.500.
commodates, specialement lea lars, pour la restaoratiUo.
mauirea premttres avec la sp6. Palas NM.Rockefeller n'avta
culatuion mar lea ftoen pubboi re aa idatlu6.


Lt MnATIN 4 Novebhre I-


KNEIR'S GARAGE

Distribuleur
'('JE. PAVEE PORT-AU-PRINCE( HAITI )

PHONE: 2234 &2318.


~~*II~I~L~~LIIQILmBIL~B~ --- ---- -------------- ------------ ,~-_


l


I


r


1 --- ~~ ~"-~---


.*. I


RW-i

ysjj sL



'__]


h








I .MATN 4 Novenhre 1m0
- -- __ __e


~vtnso contre I'r
0090 par boauoou-
g-o vos. ordinatrO.
,-o lb i*ulonamat
h~-n81molivo

fi1 il el ldM e Bd ..piw
,il~.Itarlolr "de aUl6ut a
Tr-stocraltie pendant
Sdeo cent ans. n -. i,
L.3.e peau nepeut rester
i elle n'est pas r6guli6-
levre avec do savon
i l'eau, dit le lameui
ide Vienne et do Buda
., iail dire : Employez
rtquel savon, eat dan
i. Vons ;devez etre me-
doil dans le choix d'un
l pour votre figure.
iDmeaot on savouapur
,builes douces et decus
ess convieudra C'est
iioi je recommande aed
lile Palmolive.


Le savon Palmolive est fail
de pures builes v6g6tales. Je
prr6vieun mes clients contre
les irrilations produites par
les savons ord naires. Coeuz
qui se fervent du Savon Pal-
molive peuvent avoir les
meilleurs r6sultats apr6s lea
traitements do noire parlor
de beauty.


jaclew canseil
~jivous la figure avec -smUIMi
Mvon Palmolive et de _
c made, let faites bie Le Savon
iOwdpns lea pores. Eu- vo
Sn.OTZ compi6tement. product a
Us trouveres quevotre luiine et 1I
l i'T merveilleusement 0oune r Meai
i onctueuse.. i vou dhiri
SIyites I'irritaliem ,-
savons irritant tan-
nettoient. ls sont
ulircir la textume de la I .ALeS *.ulM
A gAter sa di cate nuies qa ren-
Palmolive est uO, von PalmoliveA
S r tire d'huilee vege sont leshulleis
I coule u, .u odeu, I es,et de'coco--
I'Slat hont la naltUit et aucune autre
Owt grades bunles cu.- raise animal.
I nettoie sOrementi quilconque.
recent. I


hue d'. couple sal asserti
i(MKUO Mary Goltluerg
pihe 330 livres, alobtenu le
em ihter d'avec son maria
mdi qu4ppse )10 livres,sous
amoiouequ'dl a ete cruel.Une
i4atelle temoigne,il la trap-
jqu'A la lrenverser.
mrn in roi feorge a I'eiverture
ds Parlemeati
LONDRES-Le march mon-
I rtme.oans une lermete eco
uique de depression j et le
gcontinuellement soul.
l grandes apprehensions, a
Ie roi beorges aujourdbui
I son discourse d over ure
u asion du Parlemeut.L eat
eiere lois que le roi a per
element ouvert unesession
luneataire sous un gouvei-
10t travaitllbie. Dsau son
MUr defnimssani la polinque
lunsay Mac Donaid,devant
9 ralnion .combanee de la
abre des. Lords et de la
*bre des Communes, il a
hJs amis avec un grave in-
rItttympathie la continua-
SIa lourd ch6mage parwm
tilividus de mon peuple.AD
Adie.t d'aleteeloiles
ES La.prmncesse
It son mari, le comte de
yood, ont echapp6 Atroite-
A on accident .dimanche
I'automobile 0ans laquel-
voyageaient de Leeds A
ud lit collision aVec uuei
anoduite par une lemme A
iwn Yorkshire. La limou*
I la prncewse et le car,
te automobile A deuw
SlaBreni berieuou.eat en
j- 0. La princease et It
bortirent de leur cal,
de personae. .
%ainil t'61ed e ,.de Iime
B A 'occasion de la
asciate our Rome, It
Mssolini a tail I'elge
e et a predit son d4
at a.travrs h'Earope.
leader des laicastes, sil
as a camarades a do toi-
lear attitude eavers leuis
A aminerneur at au dela
"UtiAeas doe i'lltai.l a de.
IC' le- idee a doctrine
a& sout dul devenue*
os en intenaooa, mais
Wes ides a oCat oasion
aulemeat u ontrt
MUL Iremier a olairmeni
quetconjointement avec
eta li Hongrie, it do.
e Vtlumio du irailA dt
tt quece desir 64-
Wi uue plus gra
a iu upe.


TAMEI W. VaIsA


SPalmolive
rbnent A is ma
n'est touch pe i
i itqu'A ce que
es i'enveloppe.


Autour du IEsil

Traite Naval) "'i


de Londres

Par sans fi
28 Octobre


WASHINGTON Le Traql!
naval de Londres a 6te bienve-
nu par leg Etats-Unas, I'Angle-
lerre et le Japon come signi-
tiant la fin des competitions na-
vales entire eux, au course des
c6r6mowne. qui ont marqun
deposition des instruments d,
ratification au Foreign Office an-
glatl. Le traits a ate hautemen
loue come une autre dtipe sui
Ia route de la paix et de la b,-
curite, dsignant la voie A d,
procbains efforts veis le dUsai
amement. Daus une emission il
tes national de ibdio, le prenmlt
Homaguchi du Japo:', le Presi
dent Hoover et le Premier M -
ni tre Mac Donald out exp ime'
kI.i tervents expoins puu, i, b..
c-A des efforts luturs pour Ib
Iimitatation des armements ei
MM. Hoover et Mac Donald on
profit de cetle occasion pou
Iencoarager la France et liablee,
A 'aide de nouvelles converse
lions, a reboudre les dilficutte
nivales et a ajouter leurs ratli
nations A celles des troui autir
grande puissances navales.
a On ne p u' que senlir q>
le moment est lavorabli a u,
large eztensmin de la polinqi
de d6sarmeiient comprise oM,
te irit a dit it Premier NM
ni.tri Hiimagu h et ses se
meuib ont le reilties par It
President Hoover et le Premiei
Mac Donald. Les messages de.-
trois leaders 6mis par radio des
capitals dts nations respective.-'
soal, croit-on, 1'eflort pr6limi-
naire d obtenir que la Ligue des
Nations termine sea discussinis
preparatoires sur les armes el
eclaireisse la voie pour une con
6rence generale de limitation
d'armement.


SNG P!UR oAR
avecMEXOAR
Raginerateur moderns
SUPER-DrPURATIP
Lo pim sr, to plu. ompent
Le pus pratique aux Colonies
Combat: Maladies da Sang, de
la Poauh du Pole. Constipatlon,
Age critique et PALU DISME
LABORATOIRES SAFFAR
39, Ru. do la C ml PARIS
SAPWt4ui-PIr/noe:Pl=lW.MUCH.


4

I

I
I
'.3
@3


Totsls oie


301


~- '- I.,^ . w


.i :12


Ii


10


comprennent la Protection con lie [a

Foudre sans augmentation Je taux



ie.l.)flvisSf4i


SAen ts Gen ra
t ;+ .r~f ':.,; :A:+ ]!!! -})+., }8'0 6 !lltl!. :... ".V, <:: t,: ^!0


ACTION ItLEC't"',L :


Cure co e l61e doe I'i,
S:i
OOUn fli, T ir'! GOLF PFo a ,
PAFn svcA rof .'
P*,.-:ijiq c';-.- ; i : ;-,; --
En vtn'tf i" < I


-S W~L~


I -
" ''"?


:1


". i^y.


"- ,5/s/0o
'a
*1.-tL -


Cor'donnerio Mont-('a1nel

I-yppolite R. Jedl(hJ


A COTI I)DE L. POSTED GIANI)IUJ':


1722


Vieiit d'urriver unn b I el grain l n,'sort men d ( Chai ssi
s d(e Ionic l flilit l I r it i dt tc ii't 1 : t ( i
()e V Itronii c ra, I, (i .' I < I i'I I. I ( .h r. ir i te c I ; lts,
il,)pt-ia ix, I!, e't'. I S ; I, i S ; i 01 h (I t t' l Oi\ ''* 1)< ii
., Cl i a Ix li 111:1 l I, '.
It F 'f e lli Uis illc' .l ', 't ini 's. Mc ', icr' mll \.i't' l ,,, i |, < : I p e
I 1. ,1() O)()NN1i` 1 \E M()NT CA.M'.Mi\:l\ .


I


I

I

I


_- __ _ - - - -..


Rieo entire militaires
dominicains
A Bonao, il.y a eu rile entire
les soldats et la Police Munici-
pale. Deux, soldals turent lugs
etlUn lieuten-iul oe ia Police
municipale a ei e gaviment
blessed.
Lp, commissariat un' desarm6
ar 1'olflicier commandant la
hace.Plusiturs agent a de police
Municipal luleul alletes el ies
autres revoques, at avec tix It
i.o.miait. d, police.

La revolution en R6epu-
blique LAominicaine
Du pull bantai Uel Aitl, de:.
tioupes sortant de banliago .de
Loas aballeros soot n l lees a
, uerto-Plata. Elles yarrlvAent
la 4 hearea do matin,,et, se din-
geant vers la maIson, du bou
vergeur douboul Limardo,
font mis en M.tat d'arrestation.
Deus oilcra de son etat-major
areas taLe mnapstrat commu
iaa lat e. tfi oat le cbet de la
Police masicipals, M. Gardena
eta arr6te.
Plusieurs utres nolabililts de
Ia villa ont 6t6 ausai appiehen-
desa.La censure a. t6 amemdis
teltut tabie daui Ie buraiou
dde p6ot 0l16raooMu et tl66.
phones. Os ignore jusqu'i pr6-
sent le ra.sons pour lesquelles
ette pnr'efarmes a eu lieu.


SNIQ UNQU
VI, ONIQU : -UINQUINA


*AUX D DENrTS


*e y e'. +=+
u Slsal r.p ,s :_m ilt IS .u +
aJUSp e ssm
I Do~~ln
Dow A rIoEm


ASTHME
res 'C, catacrre,
Sf'iif r ocation,
S cortaineparlee
I(AREMfTES CLEAR
c lMORDE CLEfT


S PASTILLES -
MIRATON
.; L OUYON
?yt. I1,,',, .


ANOW


COMMENT
RAJEUNIR ?
.c |iav:tii 4 ,ir i n ilbrettc x midecils
fr;aini is et 4rl;iigl "rs elit'epilc ii depulI la
C, tnuiicat"ii iin" 'i'blc dIo IIHOWN-
SI"'L'AI>) iM 1% I aI 'tlbiiti d r.Iajeunir
1''ive hurain i anr I rabsrptin rte icandes
fraichliesIi tainiiaix. ot comduit t.'
cn)pclusi i iiiovil<,o r,'i vtrllie, qu'il, -%t
Ill liiil r pii.it silll s, aiiins avoir ,c',ails
a : pi),crdvs opwratoireq ( Stcisach.
14 ill). dv i lestittler l I'organUime,
ci 'hmiiie .i;o.mme chez li feLanS,
Ci, rgic .u it III i' ii l.4,iiC, on ctrtirn i uc vicillep e premdatur6e,
et d'effact. I i .tLgilts de cotte dd-
:h aijce 1r(" c
lirclui : gratuite It vent* I
1 SI.JPNIi:. Ph1" PorI-aun-PAfN
pt dons i' u v, bounes phatfulaSL
LE "GLANDOPHILB"
d/#I distribtu A. THOMAS O& *
13. Rue Martel, PARIS
MiiUlllll lllllilu i lllllllll lllllllllllll lllllW UI


Toutes les Polices

DE LA


IC INSURA


44
il -


a





I











s'U


I C ~II II I I ,


monum e.s m...m


__


... ......I.II......


mn -- '. .


-:- r '. "= '- '


-- ---


_ ----- --- -- ----- --- ------


~P~~raie~aF"


Bl~ll[rl~Fr-'~C~ ,'L6


C


A


I .." I A 1- .11


-P I
Jit 'l
jy ,









Mardi
4 Novembre 1930


Le Malin


Panama Railroad Steamship Line

Service de frei et de pasasqers enbie
NEW-YORKCITY N.-Y. CRl!AUDA ,, LANAL ZONE et tes PORTS de la COTE
OUEST de I'AMr.RIQUE du SUD.
plus rapide et le plusdii ect service de transport de passagers etodu trtlyentre Hall
ot es ports Europeens via New-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de Panama
Voici la listed de nos agents pour. lea principaux ports de I'Europe :
Angleterre 00oo0 Franoe
Mrs. G. W. SHELDON & Co- 17 James Street, LIVERPOOL, ENGLAND
The following are our Agents at priiral nprts is Euarpe:
ENGLAND, SCOTLAND, FRANCE.
Messrs G. W, SHELDON & Co.,
17 James Street, Liverpool, England
:-In rrance, Messrs G. W. Sheldon & Co. are represented by the,,tollowin firms


GLELATLY HENK EY & Co
21 Rue de la Republique
Marseilles.
lHERNU PERON & C, Ltd.(
53 Quai George V.
Havre.
HERNU P:RON & Co., Ltd.
Rue du Moulin a Vae cur,
Boulowue sur Mer.
Messrs E. A. Ih:NDX & Co
21 Allengade, Copeubagen.
OSLO. No,,WAY.
International
Speditionsselkap Oslo.
MM.ATLANTIC FRtIGHT COBP'N
Ballinhaus, llauburg 1.
Germany
MeRis AI'LANTIC IIREIGIHT
CORPO ACTION
Germany
Messr. ATLANTIC FtEINGHT
CORP'N.,
24 Quai Jordaens,
Antwcrp, Belgium'


HERN PERON & C")Ltd
95 Rue des Maris,
Paris.


HERNU
Rue
r


FERON & Co Id.,
de I'ranquilite,
Dunkerque.':


HERNU PERON &.Co Ltd.,
.9 Rue Roy,
.Bordeaux.
GENOE, ITALY.
Messrs HENRY COE & CLERICI
PIAZZA S.MAlrTo,No 15Genor
COTTENIURG. SWEDEN.
Nordisk Express,
Cothenburg,
Messrs ATLANTIC FREIGHT
CORP'N.
Kon Emmap!ein 3,
Rotterdam Holland
McSSrsSTEIMANN & Co


BIERE 'NATIONAlE,
DE LA


National


Avec verturedeia Hambourg American Lit
lAvec 11overture de 1'annbe
sco'aire, les m6res do tamille Le steamer r Georgian. venant d:Europe. sera ici ve
vcat sarement faire recom Novembre; partan pour Santiago de Cubs, Kingston, &
mencer A leurs entants leurs Domingo, etc. prenatt re' et pasager. a
leconsdesoltege et de piano.Si Domigo, pr EINBOD & Co Age ts.
des ellesd6sirentqu'ilstassent BEINBOLD &o, Agets.
progres rapideset poss6deuntA 1,- *P .,,
fond cet art de la mosque
qui n'admet pas la mndiocrite r
elle 'ont qu' sadresser A Lykes Brothers S S c 0 l
la grande artiste quest Mme Texn lmtu satto uomte at Porto
Jean' Magloire qui, a des Le seul service hebdomadaire et regulier A pasuagei
conditions tres avantageuses, fr6t entire les ports du -Gole du Texas directement r
leur donnera pleine et entire Port-au-Prince, Haiti, m
satisfaction. Poor la reception rapide et le management habile dI
-- ...- .- -- -- importations. served vous toujours des navires de Ia LYI
A la Petite S/S Stella Lykess 31 Novembr'
Bureau : Rue de Magasi n de l'Etat Bolte Postate
M aison ,,....-.
1637, Ra de Celre, 1W87. 0 DtSILITt
Vient d'arriver :
Poudre Monpelas.
En paquets de 1 gourde.
Gros et detail,
sua~riuw Ja Id M'od. m mrue dea .U A paX l'II u arUep
DOi*r Gtptis.a: 0 O jNS0IM,. Rue Pstl asdry, PARUIS et Pihrmnau. -.
%ria*
Sfoacs **4 RHUM HENRI Garden
yVica '
DpurevoSan En peu de temps ce pr
DepaUrez vo Sang
CUROMAL duit remarauable a conqu
Votre sang est Impur, U charrle des scores.
"^'M^" de haute lutte une'renon
reux souvent: clous, furonclos, boutonw aux ur
dmangeaisonw s insupportableI. C nt eoanan
les ulceres, les tumours et lesr mbrms s
I srviennent o,,ranlsme empo .im par
KurtIrapldement par une cure au wroml eL m
Rtt s mec &des nius enviables.
aut la medication la plus simple, .o plus
normal et la plus scientflque, qul uti&Ws I
vertus da plus doe s plants connues doe no
aire et des mbdecins de antiqulte, iatls don't
Monsieur GutAUm pharmacien a, par ds. pro-
neta do ,uroa pu.Arsamonn oDem andez touiours le
st de tnvatl. Le succhs a couronnb s effortneS,
et I* Ourotal gurit les maladies de la peau,
ecaimas, dartres, psoras, dainang ls.p*t
_"" 'w Rhum HENRI Gardere
TLb* i41u ilulktt = A= lomnnW.
VNipa&l wa-g Princi. Prharmace SUC .


Se vend artout Or 0,10 le'
verre malore sa qualile su-I
verieure. i
Proteqez votre poche et


votre


sante


en la buvant


toujours.


Ce qui n'a jamnai6t6 fait
Co qui no peut 6tre d6pas#6
Kola Champaqne
F. SEJOURNE
Ppail dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Preparation et Vente
PHARMACIE F.SEJOURNE
Angle des Rues Roux et do Centre.


Go0ulez 0us les hullms

ET VOTE CHOIX S'ARRIETERA
INEVITABLEMENT SUR ,LE


Qui,


prix e.al,est insurpassable pourt


sa


purete et la finesse de son arome natural

DIS7TLLERIE DE rAIGLE

M. FONTAINE, ProDrietaire
Dip6t:oAna ledeslrues Dan ies Destouches
et Maaasin de :'Etal.

Ripresenlants: St-Marc: H. Deschamos '
Cap-Haitien: M. Giordani
Jacmel: Pascal A. Brun


!1w ALUMINUM LINE
ULparts directs de New-Orleans et do MobiI4 |
oulage des maux de pour les ports de la R6publiqae. s
et de la nevralgie en 30 m Un steamer laissera New Orleans le 4 Novembre-
notes. Arrdte on troid le pre et Mobile le 6, directement pour Port-au-Prince,Mir
mier jour et la malaria eon 3 les ports do Sud.
jo u abletes i Port au Prince, le 27.Octobre 1930.
666 en tablettes auti A, de MATTEIS & Co, Agents.Qneranx |








Insurance |;
I IA


Une des plus fortes COMPAGNl

CANADIENNES d-ASSURANCE

sur la VIE


EUG. Le BOSSES & Co:
Agents Gendraux j
.**'* '*--- -- --- ^ M ff


Brasserie


__ _____I __ ~____ ~~_ _ I __ r __~__ ______ __ _______


- -~-t -- ---op


.-- --- ---- -- --


W.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs