PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04962
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 10-24-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04962

Full Text




6neni Magloire
DIREdTWBI

168, RUE AMERICAWB 1358
TELEPHONE W222


15~-


- ~se ANNE w


PoR m en mA i I
PORT.AD4J23NCE ntEAMrr


Oams Ia saisamee des seieles,ce
suit les chefs des rOpabliques qui
lo9s I'isslilstioi; etl c're lenuIIe
I slaitatie gquoi lorme les chels Jde
pablMques2. mOMiBElI9L


SAMEDI 25 OCTOBRE 1930


u moment ou le Pr6si-,

dent ROY va prendre sa


fetrmate...


B songg6rant roeomment le1 6me: les m6contents sen
Seaders politiques du lour element n'eassent pas 6t6 les
lolation qui tendrait A memes.
itr Monsieur Eugene Roy, SMais onsnous plaIons an
.-'avons pas entendu en- point de vue de cenu qui ont
I r one r6alisation possi- t tirer le president provi-
l is chose, apr6s avoir soire de a retraite pour lu
mtes plus done foss demander de presider aux
S le sentiment exclnsi- changements important que
E personoaliste qui do- Is rpuoblique attendait de lui.
Ie l'esprit de ces lead rs. La rorme do conseil d E'at,
pa reste, nousavons la con. une nouvelle loi 6lectora'e,
on acquire qu'une telll one conduite assidue des
htloun'eut pa s 6 du go l mille faitsqui conditionnaient
SMons"iieur Roy lui ma6m le course et le resuitat des
d'ne tois trouble dans 6lectionstels talent lea points
ce de ses tonctions principaux do programme
ires par des surprised propose A son action au mi-
bles auxquelles la. lieu du dcbalnement de mille
prepare, de la part passions.
inion, one existence Ceux qui avaient et6 le
sque lA loiudu champ chcreher pour Ini dem under
lle de la politique. cela ne sont-ils pas aujour-
at de procedt'de dbui satisfails et ne sont-ilsi
on i vuques per Ila psA pen pr6s les me mes qui
at ont ea lieu lesaadgitent encore sur la sc6ne
legislative, n o sapolitique ? Eh bien, nous di
lvoolu implement mon sons qu'en Allemague o l1'edt
S comment eussent a gi, ralli come un Ebertetqu'on
les milieux politiquesl eat 6toufle sous le baillon de
m s cu les conduites per. I'int6ret general la voix des
lles so nt d6term nEs int6erts particaliers. Et tel est
Sle ides, des chests do file le devoir de ceux qui etaient
Sipour ebranler an regime les leaders en mars dernier
i remnplacer convenable- lorsque, A genoux devant la
agt, auraient t6 chercher Commission Forbes, ils de-
a citoyen eloign6 de la lutte mandaient A grands cris n
i li auraient demanded le sa. plan et on home. sl y
alice de recevoir, avec lesa manqoent, c'est tant pis, mais
hooieurs d'une subite 61eva- c'est notre droit de le consta-
tin, les coups et blessures ter, ne serait ce que pour de-
dost out souvent A saigner la montrer, apres tant d autres,
ictime choisie. que la reconnaissance nest
Cs qu nous venons de dire pas one vertu de la democra-
s'et pas une critique, mais lie.
on constatation. Nous pen- Notre pensee etant ainsi ex
m.Is m me que la situation prime, nous saluous de notre
i 9at, A son detriment, i r6a ommage sincere et respect.
b"r M. Roy au pouvoir, est, tueux le president provisoire
esu ne grande measure, dans au moment ok il va prendre
ordre des choses. Provisoire sa retraite.
0 non, il aura ete un chet de Les vues de son gouverne-
:avernement et, come tel, meant ont 616 souvent loin
politique administrative d'etre les n6tres; tout en lui
'ilacru devoir suivre, n'au rendant souvent justice, nous
I pas 616 sans troisser les l'avons combattu parlois. Nos
iske, les sentiments, l'int6ret relations personnelles avec
itiqsfe ou particulier de Monsieur Roy ne se sont ja-
S d'an. I aurait, d'aillears, mais ressenties de notre ligue
Stelle autre politique ad- de conduit. Notre sympathie
ilelrtive que l'eflet eat 6t l'accompagne dans sa retraite.


S24 Occtobre 1936. Mais, sait ilan moins ce que
on h font, en Haiti, depuis un
on cher agloire, si6cle, ces gens d'tglise ?
En raison de l'importance Je ne suis pas un sectaire,
la qnestion que j*'a discutd on le sait.
a lettre ci joiite publiee ,Toutetois je suis bon hai
Sla Presse d'hier, puis a t en. Pour avoir l'habitude
u 4emander d'tdre assez de promener mes yeux avides
sfable pour la reproduire de lumieres vraies au fond
lte atieAan? |de nos gorges de montagnes
L'sprit judicieasement Ira et sur la surface des planes,
d eoiwiste de votre Mlaisen j'apprcie, chaque jour davan
'gIermet de computer sur tage l*oBvre sublime qu'ac
bienveillance. complisent, chez nous et
7 out d vous. sans reclame, les bons peres.
ac DORSINVILLE aAuo moment ou nous comr
c DnS Bittons poor ia cessation du
re adu O.Ae6 contr6lc americain et oi nous
el k-. -nons efiortons de reprendre
ie 'notr- smarche libre sur le
au Prince,le 23 Octobre sentierde la culture latine,
je pose qoe c'est diminuer
^ rw Placide'David les iosces de la Patrle que de
Irecteur de la Preom dmisiaer l'autorit6 de 1Eglise
EV. romuaie inceroe daqs les
aMu cher David, reli en up6u o
& sis -- -mi slacare dc ta tle g~nie
te journal, eom oa s meoispretnt ttneose ni
pas.Eh salon ne d latin as son ion sorv~i
IS nitie ie ne smauia as quo grAce Ad Ipsenc e
5re .votrk Rtentlon marotroe ds a do tra cS
Bbleo q-eette -das ., ou de qulltdqe qn lnsir
Sl'article ,,ran srdi sent ac sn doen"servs.
Pii.tet page de La avec nous o qui .r l
s-onslaOrbriqu.: os cba s voirdiaSp
Li '.^Ja^


OW L. Ap a ia latte poor yime deJ s I, pwa
p4 :dance inugeal., ia cot letiro dens nmos
reliienarm ? de demai de L ".
Vai.otcrdoenstsreotre
or imdtoer de Ja~c p u des chuesO at ou e
h eim don chipean a lag ,vont ss, asm
4,01derasonyml. *a vole', s*


L'Ideal


r6volutionneire social.
Croyez toujours, mon cher
David, en mon d6vouement
et agrsez mes salutations
empreskes.
Luc DORSINVILLE.
II7-"----' -


Neo Droguez" pas un
Enfant Enrhume
A la logue, lea drogues d&-
ragnt 1'estomac d6licat d'un
Wnfant.
Le Vicka, 6tant employee ex.
terieurement, ne derange par
consequent pas la digestion. DI
Nait de deux manieres:
(1) Lea ingredients, d6gag4a
par aIs chaleur du corps, sont
inhas68 sous forme de vapeurs.
(2) En mAme temps, le Vicke
soulage lea douleurs comme un
eataplasme.
VICKS
SV AiPoRumFt

Une protestation con-
tre le bureau do re-
oensement des Cayes
Cavaillon, le 20 Octobre 1930
Mr le Directeur,
Par la presente, je m'em-
presse de soumettre au tri-
bunal de l'opinion laconduite
du Bureau de recensement
des Cayes. Contrairement an
sens common et A ['art. 61
de la Ioi 6lectorale,ce bureau,
pour taire 6chec a I'6lu de
I'Arrondissement d'Aquin M.
Luc Neptune, a retin6 de
receoser les votes et de pro-
noncer le r64ultat des Mlec-
lions. Le part pris des
membres de cette commis-
sion a &66 maniteste
Je protest .nergiq'iement
centre la decision du dit bu-
reau de recensement qui con
fie A la Chambre Legislative
le soin de taire le recense-
ment des votes de cet Arron
dissement. Je declare aussi
qu'en agissant commeilsl'ont
fait les membres de ce bu-
reau ont entreint Part. 73de
la loi 6lector'ale ( 2e alina )
Recevez, Mr le Directeur,
mes meilleures salutations.
Em COQMANN
Ancien candidate a la ls6pu
station pour I'Arroudiss8 meant
d'Aquin.


Rhum


J. Adh6mar AUGUSTET
Candidal A la Prsidence
A Mes Chers Concitoyens
du Nord, de l'Artibonite, du
Nord-Oucst, de l'Ouest
et du Stid.
,."Pa- un d6 rdt de la Provi-
'dence. je ne siger.,i das au
S6nal de la lltpublique De
ce faith, je n'ai eprouv6 aucun
reg it, car il n'a porter nulle
ate tnte au citoyen haitien
que je suis.
Libre de routes atta-
ches, libre de toutes obli-
gatios., et ea presence des
sympathies qui ru'arrivent de
tous les points de la Rlpu-
blique ;i cause de mon action
inintcrrompue depuisquaran
te-deux ans en faveur des
liberties publiques et de I'in-
dependance de mon pays, je
I&ilare sous la press on de
I'opiunion, que j'acceoaterai la
decision de 1' %ssemblie Natio
nale si sonchoix allait au jour
naliste et a l'avocat de 1888
1930, et au Magistrat commu
nal du an p Haitien de 1912
1917.
(Sign&)J. Adh6mar AUGUSTE
Cip Haitien, 22 Octobre 1930.



"La Dactylo'
Avec ses trois int6ressants
Gros Lots (G. 2.500, G.. 1,000
et G 500 ). ses 99 approxi
nationss A chacun de ces 3
lots important, ses 385 lots
gagnants, avec la beauty de
son tirageet la promptitude
du pavement de ses lots, "La
Dactylot a de6j conquis Port
an Prince.
[,Deuxi6me tirage A Cine
Varietes le Dimanche 9 No
vembre A 9 heures du martin.
Local: Rez de chaussee de
I'Ecole Speciale, Angle des
Rue Ferou et du Centre, -
Phone 2620.

Cinque St Frangois
Dr Agenor DEBROSSE
11 a. m. 3- 5 p. m
Dr Victor MATilURIN
6 9 a. m. 2-- 4 p.m.*
Grand Rue en face de
Smith, Tailleu'.


p,- dl.-- -- -IN -m
Eclatantes 3 o1 m ANWcm
ESLOUISSANTES de bichaeur, le geo qui mom is Mirm de at,
des dents um et des Oav" ekt .alanunt. Euyex le Kolyaoe
ferm* e pl ines deuwie, voia v pendant 10 jous, main et Puir.
fco smp e lonrque vous faites dis- saors reprdez v"s deni-ellf .
panlae I cou dOume Bouche rout d Wspinbde o KMU p lfh Vo
t iena e" I Pouve M anti e KolYMS f"a mm
Lorsque votre aoM .udr tvile de oeuvre-son icume o santisJ
vilaines deoas, jaunkgM est teintaes, dwsammu pda.us net el. cc.
sinaes pm u carieaSdegencivMa stsounet aice e. l g rmes nw m mp
retrasit, quiconaque mursa que vous reux saot tues instsanaassndma. M
a vez ne Bouche.. Bctienne. Cet eahve Ien pacelles d'aliments e
ast impardonnable est cause par le fermentation-ell neutralise J
germes qui attaquent Its denu et les acide et empone ri cowact ei vi-
gencves. aisnet aches jaunkres--as desg.
Le Kalymo biandi le dents si .
rapideat et il raNfermit le genci- siMan ow qu vos ntssoa
ves si etfcacameot, p:-ce qu il rue am t,'y.ao.


ALIX ROY

28 annees de success.


Pronos


cachetes_
joA," -0-
II avait soil', une dei c s soils )ii (l -
rieuses de cha.ia ati dans le d.sert..'
et coinln il Ii'aVi't )is it sou en p)o-
che,son supplice s'et*it nccru au spec-
tacle des grants liars du tbord de mner
et de lears et:gti'es nnillicolores on
semilaien', s'titdonnL re Idct-vonis
touns leS )lm'uVa.gC',I d 1iieux... IdelpIuis
le whisky jusiut'au champ ;ign;i...
II n'V put tenr |lus ogletiipjs. e
dlilicnent ss'iisseyiant i ine table
d'un caf6 riche, il coinmnanda succes-
siveiment cinq 1HUM SATIIE (CAC11F.T
DOi. Et vint I'instant de payer.
S'avaniant vers le bureau du pla-
tron: )ites-inoi, Monsieurs'einquii- ii,
quelles sanctions prenez-vous colnlri'
lesclients indtlicals qui consoiment
sanspayer.
- Oh I c'est bien simple reparlit
I'autre.je leur la',que cnergiquemient
mon pied quelque part.
t L'autre respira, et tendant au pied
vengeur...ceavecquoi il s'assied d'or-
dinaire : I
Pa ez-vous Monsieur, lit-il, avec
une belle resignation chr6tienne...

Faslaisie d'no mnllimillionsaire
NEW-YORK Une Etrauge
fantaisie de fen Francis Ogden
Bunidge, inventeur multimil-
iounnaire qui conduiit A laI
repudiation de sa femme sur
un traitement de 50 dollars
par IDOis et de se poser com-
me cElibataire pendant 20
ans a 616 rEv6ele .quand sa
veuve introduisit one action
contestant le testament de son
maria. La veuve est Daisy U.
Stevens, no leader de temmes
A la mode de la soci6t.
Cmitre lte traiiqusat Camaditei
WASHINGTON Les Etats-
Unis s'upposent a Ieentree des
trafiquants canadiens de bois
de construction, dans uoa
effort eu vue de promouvoir
le travail.


loire (lii


*" ** -**


le one-two que je gague iua vie.
Et one-two, one wo, iets coups
pleuvaiunt sur le dos, sur lea
parties lowbaires de la nLathe .
reuse qui se laissait battle phi.
losophlquemeat, commae plAtr


On volt blen quo lee
r6untong do plus D'UWN
no mont plus Interdltos
L'autre jour Granchire etail
entoure de 4 ou 5 copeins
qui ne cessaient d'admirer sp
tenue irr6prochable.
Que diable, Messieurs
leur' dit-il, vous n'avez qu'a
fire comma moi.
Et d'un geste il leur indiqua
la mason de
V. GAUDINO,"
225, Rue Bonne-Fol.
C'Otait Adeux pas ; ces mes-
sieurs, en coup de vent se
pr'cipiterent chez lei brave
Gandino.Rien n'est plus mer-
veilleux en ellet que son expo-
sition gigantesque tde Casi-
mirs Iran'ais, anglais. helges
et italiens. ses cravates
de tout Grand Chic et ses
chapeaux I)ernier Cri. Quant
I a la Irtumerie.n'en par;os
pas. E. passant par Ia, j'ai
entendu Papavnute dire;
Con main fiil* fmi plumes
Map' viin prend jnou r.cs/ll/m'.


FOITIIAII MllITINEAU
dflchre o'tlre pa;s canilidal A In
I'Prsidence

Mousieur le I)irecteur du
Journal ( Le Matin ,
En Ville
Monsieur le Direcleur,
Vous avfz signal. d(ns votre
edition de ce jour. que mrnn nom
est cite comme candidate A la
pr6sidence.
Je tiens A d6clarer que ie n'as-
pire pas au fauteuil pr6siden-
tiel.
Je deplore trop, A cet 6gard,
une lisle d(jA si longue pour
avoir eu un seul instant la pen-
sec d'y ajouter ie mien.
Ma seule ambition, a I'heuce
ac'uelle, sereit de servir dar-
bitre houllte sur le ring na-
tional qui va s'ouvrir et :de
dire, au moment opportun, le
mot equitable (t just qui soit
utile a mon pays.
L'inser lion de ma lettre dans
le plus prochain numetro de
votre journal me lerait plaisir.
Bien cordialement v'!re,
F. MARTINEAi


_ __ ~___ __C ~_ _~__~ __ _____I__ _____ __ ____ I___ ____T __


~


I


**9


... a vn arriver dans an bu-
reau de redaction, an home
qui avail au coin de ses i1vres
un bout de cigare eamricain
presqu'teint. Lorsqu'il penitra
le proprielaire du journal qui a
la coquetterie de son bureau
eut un Irisson dans le dos so
demandaul inlhrieurement sicet
homme allait avoir I'inconscien-
ce de cracher sur le parquet. II
avail A peine tait, en silence,
cette reflexion que du fond do
sa gorge I'honime appelsa n
6norme crachat et, ar politesse,
Fans doute, le lanca dons un
des coins de la salle de redac-
tion. Le proprietaire fr6mit une
tois encore et se levant, il invi-
ta le Monsieur A aller avec Ini
sousa la galerie ou il fail moins
chaud et o I'on peut causer et
cracher tout A son aise.
...a vu, mard soir, A Vari6.
t(s, pendant la rtprtsentatin
.cia Tlr hus Mouwsqutlaiiess, des
jeunes gens qui eruclaieni toute
une Iileinic d expressions incon.
grues. )ar ant tout le temps que,
sur 1'cran, se d&roul6rent les
diverse p6priplies du clebre
roman de Dumias, ces messieurs
impolis scandalis6rent, de leurs
rlflexions triviales, les oreilles
des jeunes lilies, qui, heureuse -
ment, n tlaient pas tres noin
breuses, ce soir-lA au sp -cacle.

...a vu. mardi soir, et tou-
jours A Var'l6tls. un jeune hoin
me, M. 1B, qui avail, sur ses ge-
noux, tout uai paquet de lives.
Chaque fois qu'on ralumait les
lampes, il sorlait un petit livre
broch6, (Garanrtua. qu'il feuille-
tail lente.Lien, el qu'd tenait en-
tre ses doig sd(ls quon teignait
les lumieres Ce petit manage
dura pI nd nt toute la represen-
talion du film sans que NOTRI
CEIL surprit, un instant, sur le
visage du leune gar'on, un si-
gne qui indiquAt qu'il avail, au
mnoins, compris I'essence du lii
vre du Cuirde Meudon...
... a vu enter A lia Rhdacton
(du MATIN un coimmis de recou-
vrement et qui dt(manda un des
employes de la maison. II n'Mlait
pas 16. Mais come son chapean
et sa canne deleinte gisaient ,,ur
une table, le commis de recou -
vrement connaissant WIrs bien
les habitudes decelui quilcher
chait, murmur:
Je sais on il est je vais le
retrouver.
Et il s'en alla d'un pas certain i
au petit caf6 d'Ac6 otA it Irou
va raellement celui qu'il cher
chail, accoud6 A un comptoir
eltbuva,'t un punch au clairin.

... a vu un de nos jeunes ca-
marades qui entra, en coup de
vent, au Grand 116tel de France
ou I'on buvail un cocktail an
Hhum Gardere. El subilo presto.
il se mit en (tie de raconter an
songe qu il avait eu cette nuit
meme, disait-il,et d'od ilresor-
tait que son candidate a la Prt-
sidence allait Atre certainement
1lu. Un de ceux qui bavaienl
1'arrata alors d'un geste ennuy6:
Laissez, mon cher ami,
laissez... Nous n'avons pas son:
la main ia Clef des Songes. Un
autre our vous nous reconte.
z ce a.
Et pour se consoler de n'af
voir pas raconti sa petite hisn
toire, il s'assilt A la table et com-
manda suar Ie compete de celai
qui avait oflert un cocktail, loh
aussi, et au Rhum Gardere..

S a va ces ours derniere,-
c'tait an dimancheapris-midi,-
pendant le concert, au Champ.
de-Mars, an garde qui roasait a
femme, parce que celle-ci a da
gout pour la Musique milntaie.
Come on ava I'air do s'n
plaindre dens la loule, I getn-
darme sexcusa en ces lermet
II n'y a que le one-two qiu
m alttne. Car c'est en ryt' mant






LB M&ATIN= 2 Ootob 190I


Ann& ... y -^OR -- -.


SIMMONS


1.Les lits SIMMONS )) son( labriquis d'aprcs leS rigles, duh&on
Sei,, C'st--I-dire qu'ils oflrent toutes les commodith"s voulues pour
r6pondre au besoim du sommeil .qu'ils ontpour.niiission de satis-
laire.
Lai longue tldure des lits a SIMMONS ) les rend li 's peu coulteux
et elunine les ennui; de reparations, de retouchlies el de renipl.ce-
ments. Les lits SI MMONS ) se maintiennent dans tous les climates
et la clialeur, le trid, I liuniidite n'ont aucun ellet sur eaux.is sornt
hiygieniques et (irs utiles.
(Cci ne constituc que quelques-unes des raisons qui lont que vous
du\rxi. considtiel s'rieusemnent I'usage des a ii it:, (( SIMMONS ))
pom ur votie naisoi.
\ ous pourirez voir ces jolis lits dans tous les bons magasins
i'a II I iu' blei etii l.


RlepresentW par :
Victor N. IIANSOUR & C0.
P.O.13ox .\A-S ; Phone : 3417
Poit-au-Plrince, Haiti.


I'assistance, onvrit la ctr('nio
nie. Les discours prononces
ce soir-la a"vaient i)iour thlt
ile': ( ai Bltible '') ,"ir :'t lour,
M. Ic )Di i'ierrc Noeod, de ia
S,)ciete bil)lique, les pasleurs
rurnbul, de I'l'glise \Vesle
yenne, ct Matc. de I'Eglise
t)aptiste indiquaient iA I'audi
toire recutilli le 4iaut carac
tlre du plus grand 1 vre connu
iuvre inspire par D)ieu p)rur
(corriger, c nivaincre el ins
i'ireC dla s la; justice)). Dans
Lille ari'gunilntation rich et
torte, 6mn:i|ec Ide consider
lions d'uine hlaue )porile so)
'la1 'ces orateuris liniteiit eii
reldt les availntags quli d
Coiulen't det' [a itplati, e d IC
libil I'tliii e t .i nl'e'ccssitec
I'ecoiinnu s pour toll-,i c I avo)i,
C()o0 II1e' U l c' c ll gilie, ulllt
Coiisc, ii IcE a 111iinlicti dies dilli
Citllt. s sani s oni0 l)i' (que notIr'
mionde traverse 'i l'heure
iactuelle.Paroles que tous out
t ouv)es bien ediliantes.
Une college special avail
metc prevne. La Societe denuec
Ie los ls lit appel i la g6nei
Cosite publique pour l'aider
a parvenir au but qu'elle se
propose. Cet ideal n'est-il
l)as sullisanmment grand el
noble pour que lou Ile monde
concourt a sa realisatioti ?
Longteemps par la bouche
de son l prophee, e lDieu
I aitre ties vies et duties biesi',
conviait les hominies ai cot)
itriluer aux bones (euvres :
t( Assemblez moi ines Ilfildes
jui oui faith alliance avec mtoi
par le sacrillce a ( Psaumin
,0, verset 5 ).
Monsieur I'Agent General
eut, :i la fin, des t nols tot n
chants pour remercier et pout
Imarquer la joic et la satistac
tion de la Societe bibliquri
I'avoir eu une si belle assis
inuce.
i).L.
r. -, aae- -
Tourmueoles deineige
Bu FALo- Deux mille cinq
rent automobiles, rapporte-
l'" I t 'Ces ce soir
1 r i,' Trprf'onde a
18 iniles nr li 'oii e prin-
cipale entire Erieet cette ville.
La troisieme de neige en
vingt quatre heures, a pris
les prooortiois ) me tour-
nuente d'une tourmnente d'hi-
e" et a rev\tu tout ce cote
diu pays d'nue couverture
6paisse.


I I









reunion.
0 -
Elle fuli un vrai regal spil i
tuel, ceitt belie l e:c q(i inU
nissait, dimunclic soir, ;i I'I-
glise Bapt)iste, iile tfulc Coil-
siderable de per.Jioiinnes ppa ))
tenant a (dilerenils denouii -
nations religieuses.
La Societe liblique cele-
brait son a Dinmanche de li
Bible )), '6recmoc signilica-
tive, ili}posanlL C.'iiiprei'ili
d'un rec1 cachiti d to; i et d(I
piete. Eile se in-iiivell(c ail'
leurs cllatique ai iice' ; et t'si
UU recoilOl ita ; ll'ilogii.gcL'
qu'll exisie cin IlI.nti iln Mnio
vemeni c et rehiiti exclunit
toute idt'e scctl.irc L't donti
le seulnt tit cti de pousser
6nergiquement vtrs la dilu-
lion et la sr'iliS I)sropaga -
tion des Saintes l'icritures. LI
si, coluite on Ic dil t soI intiI,
celles-ci consliLucnt le Ilain -
beau qui eclaire Iliumnauitt
pour Iempichir tie s'egarei
dans les broussaillis inextri
cables dtit terrain ob)SCur t
la mecoin'a SSIICe du vi. i
Dieu, ni st ce )pas qnl Iline Iell
organisation mu iie t'ctre ltor.
tement encotiurage .'
Nous tivons reidre hliom
mage i l'activilt et auL dc-
vouenlent de li socilete 1il)|i
que dec Port ;iau iiince, et
principaiienmet .iuX eiorts
desintelesses de san Agent
General. M.Jackson, qu, a ton-
jours l'ivitiative decus bonus
rdunious.
C'est a 6 hcures precise
du soir que s'ouvrli celle dti
dimanclie.,lej I'LEglise Bap
tiste regorgeal de iondie.
Dansle chueur, on )pouvait re
marquer des pasteurs ct it
hauts personuames du tluudt
religieux et du uauude prola
ne. M. Ein .Volti, Miuistre des
Cultes, etait pieseunt. Tenanl
Pharmonium l'artiste baboti
rin Holly,tres.counnu pour s"
d6licatesse de toucihe, ei 1'iin-
payable Jules i Hiraux dirgeait
Une chorale bienu ogauisee.
Eafn,jun petit oicheitre cxe-
Cuit des iuuru.eaux dc choix.
A noter uu beau chant a idetu.\
voix par les deux Juiniciic
Mesdeiuuiseles 1-'irciina el
Cleoruire Chapt.ian. LUne piac
re pleiue d' onuciiou, appelaui j
les.o0nedicuuus de )iea usur
I '


Nou velles

Etiangqeres
-0-
lMAI)IOPIESS NEWS

2ii Octobre
Maladies de Briand
PA)HIS- La maladie du Mi-
nuistie Briand des Relations Ex-
frieures decrile olficiellement
cominme tant un tort rhume et
ains les cercles medicaux com-
mne uie' altaque de congestion
'ul.nonaire aujourd'hui s'est r#-
.'i'Lc pius dillicile A enrayer
lu'o, ine l'avadt sp6r'. Mr Bri-
ild s'esl renlermn dans ses ap.
i triemenuts 'iu quai d arsay pour
irois stinailts.
C'onlre h i le-pr1esion
des afflaires a Chicago
CHICAGO. -Des plans pour
attaquer la depression des at-
laires sur trois nouveaux fronts
ont et0 rendus publics aujour-
d'lui et out imm6diatement
gagne l'appui des homes d'al-
laire, de travail et des leaders
charitable A travers toute la
Nation.
Heiails de I'alcool aux Elals-Uanis
NEW YORK-Les mortalit6s
Scausees par l'alcoolisme aux
Etals-Unis se sont leviess A 300
pour cent depuis la premiere
i mnne tie la prohibition selon
les statistiques 6mises par la
Presidential Life Insurance Com-
pany.
Iinii'Ule stir la destruelion du 11101
ILONIDES Le gouverne-
Inent MacDonald a nomm6 Sir
John Simon, ,une des plus
grandes figures l6gales du pays,
pour conduire une enquete po-
b.iqL'e sur la destruction da
veaisseau de lair 8101, au course
de laquelle L..46,personnes per.
dirent la vie.
Alro 511ANGHAI-Des d6peches de
aI press chinoise aujourd'hui
de Nankin disent que 8000) hom.
ines et lemmes out 616 mass.
cr s, depnis la capture de Kian,
Province' central de Kiangsi
par les hordes communists Is
6 Octobre, l'incendie et le pil-
lage de la ville accompagnaient
ie massacre. Des avis de mis-
sionnaires de Kinkiang5 disent
qne cinq scours catholiques
etrangeres out 61 capturbea
par les rouges et tenues dans
au hospital commuante, A quel-
,ues nalles en dehors de Kian,
:a..ds que ijaq nounes chi-
ioises eitaent venues au quar-
tier general rouge A l'interieur
de Ia ville.


I


Exteiminera tous les


membres des


SEPT DANGERS.

La langue impure et les pattes velues de la mouche -
comme les tAches qu'elle laisse sur la figure de votre b6b6
- fecondent les germes de la typholde, du cholera, de la
tuberculose, de la lpre, de la paralysis infantile, et des
vers parasites.
Usez du pouvoir mortel du FLY-TOX ;pour exterminer
les sept dangers et tous les autres insects pestif6rds. Cet
insecticide scientifiquement prepar6 n'est pas du poison, ne
tAche pas et a une odeur agrdabie.. ,
cEn vente dans tons les magasins, le FLY-TOX ; dans des
ferblancs bleus, avec le remboursemeut de votre ,argent si
vous n'etes pas satis/ait.


Mouches
Moustiques
Blatte*
Vera,
Puces
Punaises
Poux.
Ils attaquent tou-
tea lea maisons,
ruinant la sant6
des entants, des
adults et la pro-
prietd. Qaelques-
uns d'entre- ena
ou tons sont.ton-
jours occup6s, si-
vant la saison. IIs
laissent une trace
hideuse de des-
truction, de mala-
dies et de mort.


- ---I


r/L- I Jj
CERTIFIED KILLING POWER


A la deuxiome session La rvlutian Brsil e la Table Ronde, d:0
Sladu gI 1O GRANDE DO SUL.-Les lerie royale de Is Cha
r d i iar cemntana rebelles br6siliens pr6tendent Lords A midi, le 12 No
LONDRES- Aucun gonver- avoircoup_ les communications a-t-il 616 anuonc6 ao)
nement d'aprs guerre 'a t6 de chemns do ter entire Sao Le tarif protecteer e A
conlront6 avec des probl6mes Paulo etRio deJaneirio come LONDRES Use p
de nature plus douloureuse leas forces r6volutionnaires soot qne 1Angleterreil6Vers
tant A lint.rieur qu'A l'exthrieur entries dans I'Etat de Sao Pan. do taritsfeontrele '
quae actuel government do lo. Etats-Unis dans Io er* S
Travail A la veille de la secon- dereea ieia ati sale jiive ^e prochaipe tat faite
do session do Parloment. Ir.h.
desesion da Parlement. PARIS-Lea efortpoor a- d'hui per ir Charles
modat npar la dernir da blir one Maison Nationale juive dns n adiscoursAis
claration da I. politique an- peuvent 6tre transltArs dt terri-. o Commerce .
glaiseen Palestine au'gmenleles lore anglais au territoire mu. Londres.
Iaiscon Palestine augmentes qui a s1, a dit aujourd'hil Hillel, a te
dilficultAs anglaises, en ce qui a i a o.i s*d O l.gati ,-4-l t
616 dAcrit come la g :ie r6. ratopoiski, vice president des A BABA lpm
gion de troubles dans I'Est o sIniates tranuais. AI nrsans tor" *
les inttr6ta anglais soot vitanz. A BMe r dP Ims
MOSCOU- L'Union des So. nr RoPoi i a-m
9 I tree d'artiste vietla a dtlarA auionrd'hui one. Ple.e -,n, perf
LOS ANGELES- Gloria Si- guerre 4conmique dirente aux. de amet thavMele
nanson, a enfin, demand le pays en discrimination centre t..n.i. rA, t..lale
Jiv re contre son troisiame les importations soviltiques.:Le gati.on ru' a 0n12
fn ,9 I marquis de la Talaisse Conseil des Commissaires do Mset d le Talt l
de la Coudray. people. a prisa n d6tret 6tablis- rdEhoi ot ah..S iT
Son action a 616 introduite sant one serie de represailles d'h! i o. e, e.at cordleI
ajonrd'haii devant la Cour an rdponse directed aut restrict. coeillie .r Is pri
Sp6leur Le. a desertion en est tions tren~aises, hongroises et travers a course de ~
a crs. :On:comprend: que I roamaines sur lea importations sur on 6troit chBemi d
marquis a Hank a a declar& A sovieniques. Amricai.sl.._nt a I
, amaso am6ricains qu'il. e Ouivertre de la Cef.rece lamrigibos enitalitet O l
cootestoerspas 'action qui vien. de Ia Table Rondelpar lea prnces intdigt ,t
dra Irds prochainement en jug. LONDRES -Le roi Geordiets at lea, toncu
medt. ou-vrira Ia coltrence indiem e eruvemenat.


il ,y~u


- I --


PROTEGEZ VOTRESANTE



contre les Mouches, Porteuses



de Maladies. .


...EMPLOYEZ FLYNTOX0


I


PAGE 2-







LE gATIN 26O&obre 1930
Ld 61eotion A& Aquin. .
c.le -riuiltat des- lFect-io ns La di! ,i c P
I pour Ie dkpuik, contorme aux
procOs-verbaux:des divers bu- i
reaux de vote: de la beaute en
COMMUNE D'AQuIN.
I L. Neptune.: L. Jacques
voix voix U- Bertha JACOBSON
ler bureau 143 167 pr6vient contre les
S2e bureau 174 ;170 mauvais effets'des
I' 3e bureau 36;3 38 savons qui ne sont pas
S4e bureau 1-12 124 fatts exclusivement.
m I 5e bureau 101 226 d'hulles do palme
L I6e bureau 167 124 ot d'olives.
S7e bureau 116 147 En employantle Palmolive
Se bureau 13 :3 dit Mme Jacobson,vous pon
Centre la Total -- .-- vez tre toujours strs ue
1 1 219 iU99 Ivntre na ctinscr.era l. I tX_


amice de bien uouloir inse
W fei votre journal notre p~*
Lnau Directeur du Service
lique ?
-eap1rant quO vous vou
1n nous 4tre agriables,
aM us prions de tecevoir,
J le Directeur, nos sa-
erespeclueuses et recon -
Aikes.
LMItRES DE FAmILLES
S!' DE PORT AU PRINCE.

IIhtrrelioii do
ServicelHydraulique A
MNous venons prier le service KNEER'S (
lydmulique de bien vouloir THE ELECTRIC STORAC
M procurer I'eau nkcessaite
isa plus 616mentaires besoins.
VOiW Id renlrke des classes, ............ I...
lbapso I a n6cessil de I'eau se
hiilit plus sentir. II nouosfaut done all6gner la s6cheresse,
poQrvoir A la propret6 de nos Tandis qu'lci, nous p6riss
tfalts: lessives, bains d hy.-de soif, lea jardins des ri,
a2e, etc. villas de Turgeau sont cop
Par les conferences de radio, segment arros6s toute la joui
4 auseries et les bulletins et toute la nuit...
idygi&ne scolaire, le Service De plus ce ne soont pas
Wygine nous preche I'Hygi6- m6res de lamille qui peua
a1Snr tous les tons: et il nous acheter de I'eau entire les m
nOuW. justement le moyen dest marchandes.Un simple a
P i m Ia d'entretenir cet Hy- d'eau coate 5 centimes. Pou
0 *. poche du riche, ce n'est r
Sla eau, comment voulez- mais pour celle d'une misra;
,lIsque nos enfants aient des m6re de lamille qui a 5 enlo
hbib propres? comment vou- ou plus A nourrir et A entrete
lk-vos que la vigueurde leur dix seaux d'eau pour ciuqua
rps soit entretenue, si le pre- centimes c'est beaucoup: c'e:
Rir moyen nous fait dfaut ? que noe comprendrout pas
UaN me saine dans un corps riches...
'iO: cola est tout A faith impos- A peiae les ent nts mang
ti.0 malgr6 toute notre bonne tis A leur farm : on tie peutI
,11t6... Si le corps est nuil retrancher leur mig 'e pin.
" ltaute de soins hygimni pour sacheter de l eju ne
6us pourrez lui prch 'r saire cependant a tkui prop
Ie du main au soir :.cela 16.
SSmam e efl l qude dlenu Qu'il plaise donc a u Ser
Nar uPe boile t crse. Hydraulique de piendre en
Spayons lea trais de 4 ie de pauvres meres de Iain
vopr dmos in lement Ne serail ce que durant DE
air de 'eau, sans que HEURES PAR JOUR qu'il u
ent caations et nos sacause- accordeiait de l'eau, nous
rent gi do cause. Le serious trds reconnaissan
r, certes, no manque Ps Nous ne sommes pas si exige
IoUs la fournir gratuite- tes. g
: le. pluies diluviennes Que le Service Hydrauli
S P mas nanqu6 ce mois ci. Le at doe piti" des pauvres m
iCHydraulique ne peul 'I__oncp_____ es_- a ts m6

SMAUXDX DENTS
page do O*_ F..-ppreiM- lal nkne. ndlesle et dflnitlyvepar
I sDemts i, hil* edu SAUER TUE-IiEF MIRk
ame unisntan ament I idoie"-, enrayITeark mren, tiuru Ia eonservation dti deutb.
C ha i que bolte content le nices mire pour I'eibturation et le pensement dien dmta.
Uis. le Baume Tue-Nrf MIriga tue I@ Berf dentaire ddmnltivemenL UExlem le
AUME TUE=NEiR MINIM1A
; o odu Do ms r OtEU APnama, f e L -OVUJM (ame




ou lon Ilareh


S XXX 1,00

XXXXX" 1,50

Par G illon: Or 2,50

Pour des achats de Gros

entendre avc la Direction e


I


ont tdmoign6 leur sympathie r -.-. h- t ons- tus:ts
/ I'occasiou de la pei te cruelle LAnIc SolE etc.
qu'ils vicnnent d'eprouver en Is Mi. ,r.Af.
la personae de: "La nAURESOUE'
he Claudius Ganthier Enventek PortaesP,.ince PharqnecieW Bt'(;H
e Claudius Ganlh avoPhrmacce Eugie R 41. Ph ace Vol :ce.
as les' prinet de croire a vcr.u : a ; mgLo trsu:ic mard...
leur protonde gratitude. I I "V-C" c i .(pcoo j, Awi ft,., ,,


,,y -\V Iulau t p ,,\ ,lti V I -N CII la ,1 l-
cheur de sa Ibautt naturelle-
Quand les 'lmminsvicinint
a moi pour des coniseils sur
le soin de lenr peau, (fit MIa-
dame Bertha Jacobsoni. tic
Londres,j'c leur impirinme tou-
jours la neccssit (In savon et
de 1'eau, comnme ia propret
de la peau esl le premier pas
vers la beaute, Mais1Madaine
Jacobson. contiii ntiit, dil: Je
previens conriie ki. miauvais
bullets des savonsquie ac sont
pastaits exclusivcnient d'huil
de palme et d'olives.

Madame Jacobson tie ll MAI:ll

Quand Mine Jacobson en-
gage 6 la nccessitc du Savon
Palmolive journellement.cette
recommendation a lc poids
de I'autoritl.
Voici son ,-onseil :
Ce Iraiheininl mililii lt soir
De la mousse du savon Pal.
miolive avec de l'eaui,lIiles (ul
une crdme. Avec les diux
mains, masscz ,bien Ia I)tpVn
pendant deux minutes de lIi-
Von A p6neitir (fans les pol'f,
Ensuite rincez c lii'rmcniciit.
C'est tout.

I Les senlcs huiles (|ui reL .-
trent dars Ie SHV nI l'ailiiioli\C
sont les huilcs tde praline, d'o-
lives et de coco ct aucuixc
Putre graisse animinalc.


S la cilc i re.

An(I (Are


ILek aItres soiw\ns irritent
i. pt:ll tl tli lt' l Itles p)Oints
ioirs tt III : it ssion db
ilais lulte d ( I' U 1 t,'Is .'lmo-
ive liissc in, ,I r I; licieun
rt (Innet II i"' ;lit ti'hissant,
i1 11l (1g "t \,ntic peal
0 ul;.
'ra i Iu t' \ i ; \ l is ar
iour.


-<.40:M-7


S~C*U.NIUNI DE ST Louis ot' ,Sut.
lation de taux aL. Neptune: L. Jacques
voix Voix
ti d t le i bureau 204 179
2e bureau 183 167
3e bureau 197 I12O0

fi COMMUNEE DE (:AVAilLON.
n raux L.Neptune: L. Jacques
pnera x voix voix
ler bureau 177 151
m ii 2e bureau 192 148
was3e bureau 107 113
4e bureau 08 30U
Total--- ---
ion dans la .-1 721
L(, o' al it's v o'x ist ie :
Construction 1. Nei tul:e L. Jj iuye
VuIX \(lX
Les experiences de quarante. Aquin 121) I199
et-un ans de construction sont S IL( Aiis 581 rl(1
dans les accumulateurs EXIDE -
que vous installez dans votre Cavailll ;)514 724
voiture. Toute piece mica- Toal -- -
nique, qui aiderait a donner un 2 1.7 2273
rendementparfaitetunelongue Luc Neptunp a doic un,' Iia
vie, se trouve dans les accumu- eoi lit de 71 Voix wur Louis Jac-
lateur. EXIDE . et leur prix
de revient n'est pas plus eleve
que celui d'accumulateurs or-
d ina ires. iii||till|!; iltli ll: ;i;;!i:!;: l llmlllllillllllllllllltlHll



SRAJEUNIR9?
L'ACC'iMULATEUL DE 1.i,; ti'avux de nonibreux min.ri
a1q :t'is' et 0t-ange'rs entrep)ri'ts deplis lu i
LONG'JE VIE ,,. i Ciun i l inti,, illol-alh I dV H )\ow -
pour Haiti I W AD. -ln ,, pur ;la I ,bili 'i e r ,ije inl"i
kGiE, Port-au-Prince f,.iit.l -s ('ailmaiux, ot coii(luit it ceittI
TTERY CO., Philjdclphie, E.U. d'A. t''I ioil IIldilltCi I)is Vctitit', (l'il st
__ i":iiailii.int possible, sains avoir recoursi
r\ | cd(ls op6ratoires (Steinlach,
*.306 \. riioffl). de restituer a l'organisime.
hi/l l'oliiiine ron'l e t'hcz in rlin t,
.,it cllvrgie et sa vigutlur [p rdi's i'1. II
,-....-.-. .. -.,. -.. .... ... ntc (It iaiadiles, i e fatigue ph|ysi(qic
i c3rMbrale, vie illesse jrivnnaturt'l,
ci d'crffacer lc:i stigmates de cette di-
de ftaille et de leurs pauvics .mwace nwcoce.
enlants qui soul etiClret plus A Brochure gratuite et vente a
plaindre, car ces pauv:es petils e idaJOURN.Ph-b Ponrt- -parInel0
ne demandent qu'A &ire propres LE "GLANDOPHILE"
pour n'6ire pas uu objil tie re- Sule di#tributeur#: A. THOMAS & VO
ut pour les autres el pour con- 15. Rue Martel, PARIS
server lear sant6. IIIIIIIIIIHIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIII
Les A res dIe Famtille de Porl-au-
Prince.
I rinc.. .- SideStep Inn
1626, Place Gellrard, 1 626
Tout Consommations de ler choix.
Tu ---Service ir'ep rcochable
--m :-- lRadio-Orthophonic.
mondnlous .Ics so is.




Sgn6ratnur modern
SB 0 N SUPER-DePURATIP
DUBONLeI adr, le plus couplet
Le plus pratique aux Colonies
S. Combat : Maladies( d Sang, do
elt reuse s r lPeau, du Foie. Constipation,
Age critique et PALUDISME.
LABORATOIRES SAFFAR'
39, Rue de la Chapelle. PARIS
'il'A Poer .A.(-P .r/ : PcIc:nM ulW. IUCH.
L'Enseiqnement done ........ ....-
1INSTITUT TIPENHAUER g
Doiltson excellence an serieux
de I'organistion.
A rinlaillibilitd des methods >
emoloyes, dl(I comnodten ce des
maltres choisis. 0 O
Tant pour les branches clas- H '
siques dela 12e 6 la Philosophie'C N S c M
pour retude pratique des lan- "
gues'vivantes,que pour les bran' -
chea de SIno-Dactylo,Compta- > = 0. V (-"
bIitd. 4 0 g-0 .
Aoutons d cela une pension o f
irrdprochable au triple point de g -
A s urd-'a" gine. 5-- 3 ,. "
Discipline et ra vail. Fr _
Alttentlions et soins 0 ,r'o (B
,; 1537, flue lanarre I "" tl -
ledlphon h.a.m .. ,-.nha
HA.resde :8 _8. . I- =P -
-------- --- 5^5'^T

| 1 a General Accident Fire i f^
Lite ASuSance Corporation Li- S" 2- >
mited a.- Vve F. BerminD~ba9, < 0s0 H.
AtG~naril mnrsI PU H

Mie Vve Claudius Ganlhier
Ase enfantsM.EmileGauthier
et sa Uille, lesa amilles Gan-
thierettousles autres pare i;s
et alies remercient hien sin- -1 -- a- -1
cerement tous ceux qui leur M E N i\ E E Sl


live ol\

PI al.
'V (JUt


at
gr ii l
qt l,' ,
H1i'".
(hI t 1 m >l 1


- ~


A-
t "*-

.''


f w K i


S(IZ I


CONDAMWNI I
tL; in ni tl :ti s tl a\;ii, sc ih-1"
ci'til (Ic M lls niictni Oiu lit
EcIl dv \()Imt' 0n1t lett m %'lit
a\tS c let I111:1:11 h1c hi lul k -
shi l>e i mi liit d Iloult III1,
(:1 iy i, tm t'h1u ,,,11 01 i l or e


IL l lw u(lll tl ll Ill 1iLl. e


(ouans lil', si pintr *1tn
a lll maisoll so l nt ii." ',
m)Ir leill"d i IIu ''i0 "ll,|I
l m isirt, trq 'iluts S i t l ot
1ui -del Ilit tltt' i m it,'.ll'
n'ey a ps d'heur, poi So Iue
vIus inerdiucto. TuVI ites
les ino. heis, illoustllti e s,'
blattes, lptuncises, puc tl
fou rinlis (jui untrrent el lls
vtrc nmaison. inleh'/ d1
lFlit.
Flit, \otre -lus ,,ire pro-
ht'l lol, tW e lral tli lc th'll" II
les il ltCs' d t l ili flb tt! 1I'-i':
un n'kchapi)e,si \o0ssnainvAz
les inslructions.
limllensil purn les | .-
m;>it,, c I(Zlice l>as.


o" 014


I 1 r __ ___ ____~______


rliod I I


E







Samedi


Le Matin


25 Octobre 1930 41


246ke ANNEEc N# 828
Port-au-Pnrnce
T6 l6hone : 2242


- -- -, -- - - - ----


ONAL


Khumatismene
N6vralgies
Gravel lc
Arteria.SclC :osc
Ob6st1


Ti.
', , ,,, ,,' I. 1 ,1'1,* i "! l *


Les I *r; eatersIE


Plus de 500,000 propriclaires.
Pasun ce it ie n'a Wt6 tIpens6 pour
can d'euy


r6paratioa


pal at)


Vente a conditions, si on le desire.
COMPANIES I)ECLAIRAGE ELECTRIQUE.
Port au-Prince -- iPhone 2266.


Cap-Haitien -


Phone 265.


\ '.5. L-'G'' /. 1
,' ,-i : -.-A:-' : !atlor.s
.1 ;. ,cu it le,, arte'tes
ct cvIte I ubLs-it6.

\dLi -I.iil l 't Is I ''n iOte dc"
I lOII~ < -' l (:1-' tirn li> r( >11,
S1 ^ H ( Ili : \ ll O 0p ll I'!" t' ll-
ji -I.,n i' Nlt 1 Icih >i\, s t tiin Ih '
tit
th' ,1 i i i liiir.

I J' I ''.s I.


LOiSB DE lIIIO
Avec1l'ouverture de I'ano6e
scolaire, les meres de lamille
vout sorement faire recoms
mencer A leurs entants leur
leqonsde solltge et de piano.Si
des ellesd6sirentlqu'ils tassent
progres rapides et poss6dent a
fond cet art de la musique
qui n'admet pas la mediocrat6,
elle n'ont qu'a s'adresser A
la grande artiste quest Mdme
Jean Magloire qui, a des
conditions tres avautageuses,
leur donnera pleine et en.iere
satisfaction.


A la Petite
Maison
1637, Rae du Centre, 1637.
Vient d'arriver :
Poudre Moopelas.
En paquets de 1 gourde.
Gros et detail,


BIERE NATIONALE
DE LA


Brasserie


Se


National


vend artout Or 0,10 le


verre malore
Derieure.


sa quality su-


Proteqez votre poche et


votre


Isant6


en la buvant


toujours.


Ce qul n'a Jamals6t6 fault
CGo qui no pout 6tre d6pass6


Kola Champaane
F. SEJOURNEI
Ppare dans: d(s conditions ligot ittses
D'ASEPSIE
Preparation et Vente
PHAIMACIE F.SEJOURNE
Angle dcs Rues Roux et du Centre.


I____


Goulez ous les libiwms

ET VOTPIE CHOIX S'ARRE^TERA
INEVITABLEMENT SUR LE


666


woulage des maux de t(te
et de la nevralgie en 30 m
nuteq. Arrdte un troid le pre
mier jour,et la malaria en 3
jo6 en ablees ars.
666 en tablettes aoimi


4RO


En peu de temps


ce pi


duit renmarauable a conqc
de haute lutte une reno4
mee des olus enviables.

Demandez touiours lem
Rhum HENRI Garder4



Pre-Ca- Tlaii
Payez vous un.GOOD .TIME en allant passer a
ment vos soirees ai*
Pre-Ca-Tlan
oti vous respirerez au son d'une musique parbitd
orthophonic dernier cri les partums grisants dis
rons en d6gustant les liqueurs les plus fines, les
les plus ratraichissantes A des prix r6ellement so


ALUMINUM LINDj
DEparts directs de New-OrlEans et de Mobi
pour les ports de la Republique.
Un steamer laissera tTampa, le 25 Octobre co
Port-au-Prince les autres ports de la Republiue.' .


SPort an Prince, le ler Octobre1930.
* A. de MATTEIS & Co, Agents


G6nerax :


prix c-aal,est insurpassable pour sa


purete et la finesse de son arome natural

DIS71LLERIE DE TAIGLE

M. FONTAINE, Proorietaire
DTfAr^ At. A rt Al ,ino !,ino 7lb- Ivo ldaoiDirr,,o I


..LJ;vmJuL. rx I".Iu UZ
el Maa
Rdpresen lan ts: S
Cal


I .LIVO.. UUIIlU2 L OUL "6ILLL.IE .
asin de lEtal.
't-Mare:*H. Deschamos
p-Haitien:,M.'Giordani
Jacmel: Pascal A. Brun .


Insurance Co&

Une desN plus fortes,,COMPAGNIE

CANADIENNES d'ASSURANC


sur la VIE


EUG.Le' BOSSES & Co
Aaents Gen

Hambourg American Lii
Le steam aEup3toraw, venant 4,4 Sad.esta tteadn idc
29 crt.en parlance pour 1'Europe.via 1s Nordpreoant dim
I e steamer v Georgits. venant dE.Ero e. sora ici vers
Novembre ; partant pour Santiago 4e C'jbi. Kiagstoo, Si
Domingo, etc, pregnant trt" et passsae*.
REINBOLD & Co, Agents.



Lykes Brothers S S Co la
Texas Raiti nanto-uomingo Porte
!e seal service hebdomadaire et r6gulier A pa-i
fret entire les ports du Golte du Texas directemeat
Port-au-Prince, Haiti,
Pour la reception rapid et le maniement habile
importations. served vous toujours des~navires de la
LINE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont:
S/S a Tillie Lykesi 24
S/8 i Genevieve Lykes --
S/S c Stella Lykems 31 Noven
Bureau : Ru. e de Magasi n de l'Et t Botte Podti*l


RHUM HENRI Gard%


Is
.5,


S 1


I **-


Qui, a


---- --~-c~- -II- ~--- ---- -- - -- __ _L__ ---- --- --- --


-- -- -- --


r -r*rru rr --- ---


- --_I-----~


;; -~.~: ~L-.;E~ EZi~~CL~TliCCILU ~~I~ .~;-;;r~Ef~;~;S~P=lr-ZC~i~ilirT;ldiPXZ-


I


-rr rrrrr~r


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs