PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04960
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 10-22-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04960

Full Text



tneni Magloire:


I UsiU AMERICAINE 1S 1

TBLBPHONB,N .242

'-M ANNEE W W826


-",loo


PORT..A fjMMit


JEUDI 23 OCTnnRRL On-


La Tache Prochaine
-0--o--

,bot sle prochal tion, qe. t por te
a ~oSComOm r it 1St oneore miaet que les
gouvoeremen- Etais.Unis s'abtlienuent.et lea
ltone question blen tlaispnt commettre par les in-
SeWis blen faite or Itresssi oux-m6mes; car ainsi,
; pinus d'un. Sanb elles auront pour le moins
In eomne tout president profit A leour experience. Et
se rspecte, il ad6butera puis on est avast tout ind6-
go belle proclamation ;I pendant; s'il nous plait d'etre
Sote des candidates qul victim do nos propres mo-
adptses, distant sans yens, comme la femme de
.que c'est autant de pris Sganarelle d'etre battueo per-
f.jmii. sonne.n'a rien A y voir. Et
owe proclamation n'est m6me si le pays dolt mourir
k" en lade de formules; de son regime normal, it sera
lit pas un acte; or, ce consolant de penser, avec le
ois envisageons, dans m6decin de Molibre, qu'il vaut
||oan pose, c'est agir. mieux passer de vie A trepas
croire les d6clamations selon lee prescriptions de la
temps derniers, 1 e a Facult6 qu'6tre gudri en de.
ients des desiderata hors des maltres de I'art.
x consistaient dans Quoiqu'il en soit, les Cham-
i meantde la reprd- bres existant maintenant, le
national etla dTs- prochain 61u aura a rayer ce
; puis apres celle- point de se premieres activi-
gestauratiou du pays t6s. leste la question de la
sp souverainet6 intA- d6soccupation immediate et
s m6me inconditionnnelle. noi


es Chambres r6ta- no
Os vont faire certai- no
que faisait le Cou- Ma
tat, quelquefois un jou
x, d'autres lois plus d'o
enfin, les l6gislateurs du
quelque pr6somption n'e
e qui puisse s'.lever bi
d'eux, ne south pas des no
ns cessairement su- mc
A la plupart des Con dii
d'Etat qu'ils viennent leg
lr. qu
d'autre part, comma le pn
dans sa structure es- en
n'aura pas change et tio
a Cotps l6gistatil naura ho
I pes ni moins de pouvoui un
pte Conseil d'Etat; il pr
t 'iWicile de r 6 v oir 4e
gloa lea Cham res non pa
Na vont pouvoir faire quo de
iCoseil d'Etat n'ait dejA faith sol
i' e t pu aire, dans leb i
Millions limit6es oi s'exerce pl
WoH legislative. ui
Da seui petit example en ote
aimt, bien fait pour illus- pe
-e que nous disons, c'est lai
Sprecis, particulier et lon- q
cis, nt d'un conseiller d'E- sat
-,- excellent contr6re et tA(
d'ailleurs, mu6 en s6-
Set qui, dans le Corps
ut, naura besoin de
ni de rosette ni de
mous voulons parler de de
-Aude, aussi clairvo- sn
intelligent. e3
Ar, A la session ordi- eIO
do Conseil d'Etat, d'uone ex
-toodifie la.procwdure or
imendements A la Cons- de
n, 11 a vu, non sans one ji'h
d6sagr6able au pre- va
moment, son project ar- La
alns le chemin de la pio so
o pa r un incident, sti
lni ljsqulei, entre tle la
rMement et-la 'ogation
ine. sa
St-Aude ne fl ni un pl
X: il se Ianga dans la
lectorale du Nord'
et 11 en revient triom-
avec a roewtt bicoloare
do sa tAche ori inelle
Ia grande consultati
mle, c'est--dire avec
f trces nouvelles. Son
o etla suite de t'his-v
de la loi relative aux
t s vont asfdAuoo

d o o
re voir stDOUS mous

du jour, rp1 I e4
a gae Co l d'
de o'op6ration; Deais
Si ameos tio.m-
ilears, mleuxnx


m6 me lquelqe
lA ftlori-
da" am t des
tas du paple, pe
SUporter s'ts vont tire
o00 mal, its sont les quali-
Pour cela.
t CooUdge disait,


tre re6tablissement dans
tre souverainete int6grale.
ais, quand nous lisons au
urd'hui que les candidates
lier, devenus representants
people, trouvent que ce
ast plus aussi urgent et sem
eot disposes a renvoyer, si-
n aux calendes grecques,au
)ins A 1932 ou 1934, c'est-A-
re A un temps ota le mandat
gislatit actuel sera p6rim6 ;
and, an surplus, its nous
bviennent que ce ne sera
core possible qu'A la condi-
n d'avoir au pouvoir un
mme mod6r6s, c'est-&-dire
president qui ne soit pas
ess6 d'agir, nous nous
mandons asvec obstination
r quel bppt le prochain A61u
vra t il commencer sa be-
gne gouvernemertale ?
lar, iA part ces questions de
ateforme, la besogne admi-
strative eos t depuis long-
rps entamae, parce que,
ndant que d'autres se bat-
ient pour le. puvoir, ceux
ui lexeriaient 'accomplis-
ient avec s r nit leur
che.

Centre le chsageI
WASHINGTON Le Prdsi-
nt Htoover et sa eommis-
on sp6ciale de Cabinet pour
ch6mage out project au-
urd'hui une immediate
pension dans uoe large
ganisatiou national en vue
soulager les d6tresses de
liver en tournissant du tra.
il i coeux qui n'en ontpas.
I Commission travaillera
us une haute pression de
imuler la construction, et
production de sorte qu'un
and nombre d'individus
us travail puissent Atre em-
Ioy6s avec advantage.


Une lettre
DE

Constantin MAYARD


au Directeur du journal

SLA PRESS*


Port-au-Prince, le 21 Oct. 1930. duite soit un example pour les
jeanes generations.
Monsieur le Directeur, Je n'ai jamais ete partisan de
lI'occupation militaire ambri-
'"Je viens de lire dans votre caine, comme je n'ai jamais t6,
edition de ce jour, N 349, un m6me avant: 1J15, un partisan
entrefilet intitoul : a Ce que di- dua gouvernement militaire de-
r sent les eonemis d'Hatti des puis le moment ou je pouvais|
a derni6res elections l6gisla- exacer one politique person-
* tives. a neHe. C'esl toute ma vie qui le
Vous reproduisez un sAble prouve.
qui aurait t W public par l'Asso- Je nai jamais 616 partisan de
dated Press et qui lmanerait, I Ia cooperation tranche et to-
selon la note de votre redaction, yale qua vous preconisez au
du repr6sentant de cllte agence nors de vote parti, cette coo-
on Baiti, on des membres de p6ration tranche et loyale syant
votre parti, & ce qu'on m'a dit. t16 cell qua vous connaissez
Cette d6p6che content le pas- bidh, vouq, Monsieur le Direc
sage suivant, souligne par vous teur. Les huit derni6res annes
dans votre journal : Le group que j'ai passes hors des aftaires
ay ant a sa t le M. Constantin publiques, et durant lesquelles
SMayard, favorable A la conti- j'ai mend toute la campagne,
* nation de 'occupation am- jdans le journal LE TEMPS, le
a ricaine, soutient que des fran- prouvent surabondamment.
a des nombreuses et flagrant s Je protest done lormelle-
a ont 61t6 commises. It se pour ment centre l'imputation con-
* rait meme que les Tribunaux tenue dans la d6peche envoyie
w soignt amenas a examiner la A l'Associated Press par un de
lA 1igliit6 des elecions sur deux vos coreligionnaires et contre
% points : ellss n'auraient pu, les commentaires qua votre
a d'aprs le group Mayard, journal en fait.
a avoir lieu, constitationnelle- ;Cest strange, comment vos
a meant qu'en 1934, d'autre part amis et vous ne vous rendez
a les regles sur la majority n'au- pas compete du danger que vous
a raient pas 6tA observes a. taites courier i la Nation et du
J'ai 6t6, durant toute la der- tort que vous taites A votre pro-
nitre champagne 6lectorale, ia- pre cause en vous servant fit-
miliaris6 avec les infamies qua vreusement, m6men en ce mo-!
oant 61t lea seules methodes de ment difficile, de tous les mo-
luttede certain de mes adver- yens, n'umporte lesquels, pour
saires, et le seau programme de arriver A vos buts personnel.
government par lequel its ont J'ai public souns ma signature,
entendu interesser le Peuple at Moniieur, un programme don't
la Nation A lear cause. j'ai 1'entiere responsabilitl vis
Apr6s I invraisemblable resnl- A vis de la Nation. J'ai Ia res-
tat du scrutin du 14 Octobre, ponsabilitA de ce programme et i
jai lenudA montrer aso Paysque je ps d'autre chose, ni des acles
mets I'intdret public au dessus qu'on me pr6le, ni des combi-
de mes interets de pirti et de naisons don't on me soupomine,
mes inlerets personnel. Dans ni des propos qu'on m'attribue.
un esprit d'abntgation, et par Ce programme vous a paru
par patriotism j'ai consacr6 la excellent, it a paru A vous et vos
grande d6loyautt qui a prisid6 amis le seul capable d'6tre adop-
A ces elections centre moi en t1 par vous et les v6tres. Vous
eavoyant des t licitations aux voulez du programme Mayard
lmus de votre group. sans Mayard. C'est pour moi un
.,Et,,jugeant qu'une place quel- tres grand honneur. Je vous en
conquer, mandate de S nsterr ou remercie. Cela me suffit. Mais,
mandate de Pr6sident, ne vaut de grAce, n'ajoutez pas A mes
pas que je tasse le sacrifice de id6es publiques, ne les augmen-
ma dignity d'homme et de ma (ez pas de l'appendice de votre
dignity de citoyen, je me suis cooperation franche et loyal,
renterme dans une strict r- don't on connalt la signification,
serve, ne voulant pas que I'on ne les augmentez pas de vos
puisse dire que, A cette here prop es conceptions prooccu-
delicate entire touted pour le palionnistes, ne les augmentez
People Haltien, jai, par mon at-: pas de vos principles qu'on
litude, par imes propos ou par petit tout faire pour arriver.
mon action, amen6 une nouvelle $ Je ne veux pour le moment
catastrophe sur le Pays. ;me m6ler A aucune polemique,je
- En lace de moi, je vois beau- rentre. A nouveau dans ma r6.-
coup de gens que n'6touflent serve en ce quai concern les ac-
pas les scrupules patriotiques tivit6% de presse, et je vous en-
qui m'arr6tent. Je veux, moi, voie,Monsieur le Directeur, mes
que ce soit mon originality et partailes civilitds.
ma noblesse de n'tre paus com- CONSTANTIN MAYARD.
me les autres et que ma conOST MAYA


On volt blen quo leo
r6untlons do plus D'UN
a* a4 plus lnterdites
-0-
--po -

L'autre jour Granchir ~tMait
entour6 de 4 ou 5 copoins
qui ne cessaient d'admirer sa
tenue irr6prochable.
Que',diable, Messieurs,
lear dit-il, vous n'avez qu'a
faire come moi.
Et d'un geste il leur indiqua
la maison' de

V. GAUDINO,
225, Rue Bonne-Fol.
%.C'6tait A deux pas ; ces mes-
sieurs, en coup de vent se
pricipit6rent chez le brave
Gaudino.Rien n'est plus mer-
voilleux en ellet que.son expo-
sition gigantesque de (Casi-
mirs Iranwais, anglais, ,belges
et italien,. ses cravates
de tout Grand Chic et ses
chapeaux Dernier Cri. Quant
/a la Partumerie.n'en parlons
pas. En passant par la. j'ai
entendu Papaiyoute dire:;
Con main fail !n ,,u plhme
hap' ivin' prend gnon coslune.


SERVICE NATIONAL irWHYil6NE
PUlBL.IQI E

CIoasullalion de nourrissoui
C'es' 'u levoir social des plus
imp6rieux de sauver et de faire
vivre les petits enlanis n6s de
parents pauvres.D'abord ils n'ont
pas demand & naitre. D'autre
part,dans la grande concurrence
entrc les peuples, le nombre et
la quality ties lutteurs comptent
pour beaucoup.La race haltien-
ne n'est,certes, pas pros de s'6-
teindre; Itut-ilddi moins la pro
t16gec centre I s maladies trans-
missibles, I'amniiorer constam-
ment par le traitement prOven-
tif des meres.par la surveillance
de I'alimenlation t de Iisanlt'
des nouveaui-ns q(ui sont pir-
fois atteints de maladie mi1ne
avant leur naissance ou tout de
s'fite apris. Telle est la rai onil
d'etre de noire clinique prcn,.-
tale, ou les lemmes du people,
pendant leur gestation, revoi-
vent des milliers d'injections cu-
ratives et plant d'auties soIis
qui leur permettent d'arrivvll
g4n6ralemnent au term normal
de leur etat.Mais qlue de inres.
dans toutes les couches de la
Socite, qui ne connaissent i as
leur inmtier ?... Les Jeunes Filles
ne se soucient pas non plus de
l'apprendre. C'est une giand,.
taute de l Education. 11 seinble
bon qu'A une certain pnriode
de sa -vie scolaire, et sit6t apres
sou entr6e dans le monde, Ia
Jeune Ftlle devrait occuper ses
loisirs dauns des Centres de Pue-
riculture, ou, en m6me temps
qt'elle apprendrait d'etre mere,
eie exercerait la bout de son
coeur.Cette pratique, dit-on, di-
veloppe le sens civique et les
aspirations" charitable .de la
leunesse.
Danas les consultations de
nourrissons au Centre de Sante
pres de la Cath6drate, il y a
nartois, le mercredi mating, plus
de cmquaute bebes A soigner,
en meme temps que leurs me-
res. Nous *regrettons, en ces
ours d'encombrement,. t'aide
qua noas manquejpresque corn-
plAtement de,, Dames et des
eaunes Filles de la soci6tE. Nous
avons.besoinddu concours de
ces Auxaiiairesabfnavoles, qui
gagneraient du reste, A taire ce
stages volontaire. Depuis plus
pre* n. an, quatre Dames
sealement.denotre lite social
aident A,soslber les beb6s qu'on
spporte. A nos, consultations.
iliesoviennent se rangers aux
c6tes de ces lntirmaeres d'Hy-


gine salaries par l'Etat ; el
lear concours b6nevole si pr.-
eieux nos esat oflert et doanA
avec un d6votment et une grA-
ce aunquels nous voulons reo-
dre itc an public hommage.
Puise leaur exemple 6tre iumv
bient6t par beaucoup d'autres
Dames *t Jeuaes Filleslqui you-
drout sia'crire au entre de
Sante, dans le but d'y venir
laire an apprentissage doe lur
moUer de mere ti uuunuW aicr *
soainero.no poets, compauriolu
deia cla panure.


lotrie i


... a vu, samedi martin 5 heu-
res, dans la splendeur de l'au.
rure qui lui apportait les ellluves
i',fraichissants d'une belle ma-
In 6e d'automne, une auto.
mobile portant la plaque 8268 et
qui paraissail abandonn6e au
Milieu de Iavenue Vertidres.
l-ile etait seule sur cotte grande
ilace duChamp-de-Mars.NoTRn
tElL fixa attentivement la voitu-
re: un homine dormait proton.
cement prds du volant, la tAle
lien enveloppie, le cou emon-
naillotI d'un clAle, et chausse
seulement d'un pied.

... voit avec une certain gal-
tt6 qu'un chroniqueur polilique
demande aux inembres de lAs
sembl6e Nationale, pour prou-
ver leiCr dmiintressemeal, de
,Iedajgnier l: Pri' sldeiinc de la
lepubl Ijue ct (1i solliUtier Idu
President lioy d y continucr le
1iltldal dtol lin par |J Consell
,i'l.lal. l.a cho.e plOe e a rtle et
l'on te ) I'Nmanlde, dl.as lout Is
Ju iIl)liSi, CO t hl'oillIti ueur tl'o -
mlaire si s ieux lne \%ut pas
s.' payer auJoul d'iiui tle ti1.
utele a iliseinuseen, o fout sinl.
lIcteiit la kle dt e ses lecteurs.
Il dt ans tout cela que devier:-
dJuitl Ite lan Foribes qui, com-
mie on Ie sail, est u;At espeoe
tie I'l'at eniIe le G()uverne.
inent laimien ecl ell des 'ials-
nis dAi.mcri(qu? Et pls cC
chroniqueiir ooulletnait-l la (te.-
claration dc M. tovy? Pa's un
qiiart dit ulc de plus. (Oni pour-
i it objecter (JU 11 y a dei t (iiiarls
d lcucr qu tdlul'lil iX iins Mais
ce n est pas le cas. l)'ici le 15
Novemibre prochain Ie Presi.
dent Temporalie, sanls regrel,
reprenuda sesdimocialiqquesi/u.
diieinces, a la Couupe, sous Ie pa-
asol assoibri, daus l'apris-m;.-
i11, tics grailds sahli't'i de la
i'lace. 'i ainsi il so sera confoi-
Iie auti a(u IuPlan Foibes qu il a
icceptl qu au vteu mieine de
tut le Pays.

... a vu, pendalit I'averse d'*-
v.Ani-liier suor, sous une des ga-
I ries du lHord ide Mer, unc 'eiw-
mic qui altiendl.l ui te e nbellie
p ) r ,U re r:' chei. eile. Il vavat
da ss1I sous lai nien ue g.ilelie uit
j'uile lioiiiine, clieveux noiris et
crepus, soulicis blhacs el pan-
talon de Ilainelle qu1 attendait
li L1a ssi la lii tde la pltie pour
partir. Naturiielleinvuit 1un atti-
i,,l aullie, ils ie mut ent 4 cau.
ser. 1ls devintirit de si bons
iUais, eux qui, la iliilue d'avant
lie se connaissaient pas, que
NortIi- (Iji ne lut ilullemuent
e omit de les voir parilr en
iiiie iliemps et dans la in6me
vonrle die ia l.igin. Et dile
Iu il y a des gens qui continent
a n6dire de la pluie.
Ii
*
... voit que depuis le lende-
main des elections, journaux et
leaders nationalists ont appa-
iemmeni clang6 de platelorme.
11 n'est plus question de desoc-
cupalion immediate et incondi-
tionnelle, mais de cooperation
honnete, digne, et cela jusqu'en
1936, date de I'expiration de la
Convention de 1915. VoilA com-
mieut les leaders chaugent de
programmes, comme lesarbres,
die feuilles. Une lois encore lI
people s'est laisu6 tromper et tel
qui disait ne pas pouvoir sen-
tir Jea blancs parent de dusoc-
cupation pour 1V32 on 1934. Ce
n'est plus pour tout.de suite. En
attendant, NOTn (.WiL, avrc mi-
uit.ie, notera les diltlerentes alti-
tudes des nouvelles Chauibres.
a
...a vu une do nos grandes
dames qui, du haul 1uu bal-
con, crait i tue-6lte uive. on
des membres du cartel. C'6tajt
TVraiment tres beau, mais puia-
qu'll n'y avail aucune manilea-s.
liation Lout le monde se deman-
dait i quoi pouvait rimer cet
exces denllhousiasme. Mlatae-
nant que les laieues socc put
de polilique, les LomimesA n1 au-


rout plus cuinuie issue que de
laire la cuisine et de porter la
robe.


Al


LES LOTIONS L.T.PIVER

AUGMENTENT LE CHARME DE LA FEMME.
S* *


SLOT IONf/

)POMDEIA
AZU EA
FLODAM YE
VIV ITZ,


PAR I/


a --- AL-o-st- AMP -%A-k 1L Ivaq


Les #*Aeetals el le queSliess
An *memme a iSs apparaielMh tl
ombeal dass Io domieaic de Isa di-
eCussin, grandisscnl dBhesi caiul
el preouuel au )eux. du public, u *
importace heorsd e huni propourtii
avec Is eri[ des echOes ci les iii-
terts di pays. 4,LIZOT


u







LE :AATIN.-. 23 Octobre 1930


-won-


Plus long qu'un voyage aulour du monde.
f y


I,
I 1*9
S
I -.
I.
4.
I,
A.












I
A'









'1


N'EST PAS ENCORE DI' TROPPOUR LES GOODRICH SILVERTOWNS"
Au course de i'Ann6e 1929,1a Flotle de "GOODRICH SILVERT()\WNS' compos6 de 11 Voitures et Camions, a parcouru 30.000 Milles A travers le Continent, et est revenue apris NEUF TERRIBLES MO1.
Elle ktait sortie pour prouver A UNE NATION d'Acheteurs de Pnos', ce que les SILVERTOWNS" pouvaient taire.
Les SILVERTOWNS sont revenues, Drapeaux Flottants sans mi d(liaut de Fabrication.


TOUTES DIMENSIONS EN STOCK-TOUJOURS FRAIS, MEILLEUR MARCH6i
Les essayer c'esl les adopter.


En vente chez : Vve. A. Send
B. Illanchet


Propos

cachetes
Le a Nouvelliste ) suggCire que les
elections pr-sidentielles aicet lieu Il
1. Noveinbre prochaini et que con-
form6nient .i la tradition Mtablie par
Dartiguenave et Borno. le Pr6sident
Roy quite le pouvoir. un mois plus
tard, soit le 151)ccmbihre prochain.
Ehl hien non, il ny a pas iieu d'at-
tendre sii ongtlenps.:l taut tre vrai-
men! sans c(rur, pour ilnposer Un1
mois de plus. au pauvre Monsieur
Roy lesennuis du Pouvoir.Non,ayons
pitia dece grar'd citoyen et ne lui in-
posons pas un surplus tie soucis.
Qu'il descende dVs les premiers
ours de Novecbrc.t q(u'il uissc en-
tin dans les Iocages de Petonvilleelt
de KenscotT,gagner un reposbien m&-
ritl. kcrire ses mu6moires,etboire Asa
soif du RHUM SARTII E CACHET D'OR.
Non pas un quart dheure de plus,
n'lmposons A I' llastre marin, la cor-
v6e e se tenir la dunette du com-
mandant... ou pendant six mois it a si
lucrativtement tenu la balance gale
entire les parties.

LrS

Candidates
A LA
Presid, nct-
c0-; .

e -ont d6jA assez nojnbreuz
cmox qui so preaenteront, au de-
but da mois de Novembre, de-
Vast rAssemblie Nationale, cn
vua do briguer le fauteuil prnsi-
dentiel. Chest la chose la plus
naturelle da monde. Cela prou.
ve qu le Pays vit et que nom -
bro do as fils veulent tenter de
le auver, tous avec des pro.
grammes aussi beaux les uns
que les autres. Voici quelquet
noms que I'on cite depuis le 14
Octobre Constantin Mayard,
Seymour Pradel, Stenio Vin-
cent, LAon Nau, David Jeannot,
PauleAu Sannon, Pierre Hudi-


court, An
DNsir, Fo
tome San
Adhemar
Emm. T'
le Dr Pi
Leconte,
nibal Pri



Not




La jou


ral : Aux Cayes i .ouis II. Thomasset: Cap-Haitien Abel Lacroix: Gonaives Tovar & Co : MiragoAne F. Ch6riez : P
: Miragoane .1. M. Gautier : Port-de-Paix G. Rode :Saint-Marc Julien HUrard : Petite-Riviere.
HAITIAN MOTORS S A. --Phone 2379. Grand'Rue.


toine Pierre-Paul, 1)I des avocals(quatravavocals pri.- N 11 duie en morceaux le building atteint onev
uchard Martineau, An- sents sur vingt avocals inscrits) NOuvelleS et r6pandre I terreur dans le A 1'heare,en
isaricq, Charles Ztnior ont 61u un bAlonnier. Conbi- voisinage, d'apres les experts. son depart.
r Auguste, le Gni(r;, ii-oii pour le recense .:ent. T L'Alliambra est la propri6t6 de experiences,
etza n, Plercev "l' Thol)\v a ,iniiai.-on), du grouiee va in-| U[ ang.e1(ieQs Nasser Brothers dout le Theatre mettre en 8s
rice Mars, Villaiirldo ii III ? La chlos- n'a abou i A rien, *' Royal a Polk Street fut dyna- de ce type s
Adalbert Lecorps, lla C AIr Mi Demesvar Alexis, qui mit6 le ler juin. ArrItez lea dy- tlires par l
ce, etc. etc. tuit noinmmt mnembre du Con. -o namiteurs, tel lut l'ordre que le pauaagers.
_tl, avec fracas, a donn6 sa RXDIO PRESS NEWS capitaine Charles Dulles du ba. Nevrel ambI
.. d mission Cette prdtendue reau de detectives donna A cha- WASHIN
I tction base sur la passion po- 20 Octobre cui de ses subordozins. tion de ser
V aIt6c 1de t a ut connaitre des i C1ontre Is laneeuarsde bombs Poir le transit rap'dedes passagers anjourd'hu
SVe.1I S dvi us A qui on accordit unn S N FRANCISCO Une guer-. BERLIN-Un wagon de che.- Clark, 1am
cr isi cr,'dti d pr.hicipes.- ,re sans rel'che a Mt d6larOe minis de ter en forme d'un zep- que, succ
, St -iM a -nc rie une tristesse I... par la police hier A ceux qui pelin avec on motear d'a6ro- Morrow.
l.e lo LV u lancent des bombers dana les plane de 501) chevauz-vapear et IPrabilit de
--o- i'ureaii de Icccnscnmnt.- Le theaIres, apr6s la dA ouverte conduit par une h6lice a 6t6 es. LONDRE
o.' B ureau de recensenent a .raL dune machine infernale an th4A- s y) aujourd'hui sur one lig e probable do
,Octobre 193t.'i i b u s .uecensele lnt tur re de IAlhambra. rempie d x. de rails de 5 miles prks de Ha- d6lai tries c
r .ne do 14 .ocob.r s'." soir. M.ls touted, s es colubi. p'os ts assez pu ssants pour r&e- novre.Portant 25 passages, il a aujourd'hui
ir okee tid a l.1 ,)c~ ou u l 't S ) I,- i lldg lCi O U tP es OIIs o I-I t" "" tt


passe ici dans l'ordre et le caul
me le plus absolu. Beaucoty
d'annnation et d'euthousiasmn .
La bataille s engage entire les
groups Paultre-Cauvin et L,:i
nier. Chacun se deminne etcroit
A la victoire. On lutte aveccom-
me arme le bulletin de vote.
Alalgr6 la pluie.les 6locteurssont
pleins d'ardeur.Cinq heures,les
cloches de la paroisse annon-
cent la ferineture. On est an-
zieux de part et d'autres. Sot-
ree animes et d'angoisse po1.
le, cawiI i latl L ( I i r '
VC I ot1 .V V .11 % ilil t l k :
li%. l.ic, ie t ,uu, Ie au, IL .V
araomnphe, M.ousieur Marc Cau-
via taitlu a D6put6 et le Doc
teur Lanier battu et vaincu.-
Rejouissances d'un c6te et de
options de I'autre.
Un,.badaud au milieu de la
luule pouA i, c .1e : La victoire
de L.dav1 s rvia, de It ons aux
peits vilee%, poliliquesdes cou
liUes.- Parole uysitrieuse at
pleine d'enseignements.
Ordre des avocats.- Le man-
ddt du BAtonnier ayant pris tin
depuis Septembre, il n'y a pus
eu d'6lectlon. Cepeudant Yen-
dredi, contrairement a l'article
49 de la loi r6glementlutIordre


n:uisonslIouches, le Doyen et le
P'r let, restant t la hauteur de
Ieur devoir, ont agi dans le.sens
de la loi. Messieurs Marc Cau-
vin, PNtiou Colmon et Dumar-
sais Estim6 ont tW proclamins
Deput6s.- Compliments.- La
ville a repris son attitude nor-
male et a Janette,, le cat6 A l'a-
ro1ne delicieux, rest encore le
Seul Vainqueur.
: CORRESPONDENT.

| .ak i-- i'.tAL, Mal0o
163.7, HIe du Ceilre, 1637.
Vient d'arriver :
Poudre Monpelas.
EL paquets de 1 gourde.
Gros et detail,



A louer
(--(o--
Grande mason au Bois
Verna. Tr6s comfortable. Ginq
graud'es pieces.
S'adresser aux bureaux du
MARTIN.


in
i









II
*af


a

a
a
tf


1W~


- fIN i C-nT-utes.-es-Poices
ilddg-.-d


Toutes les Polices
DE LA




IENE


'etit-GoAve


itesse de 96
deas minute
Apr6i d'plus
,i eat propo
service des macg
our des lignus
e transit rapid*

msUdeer u Ie
GTON La
aent a tormolI
tait do J.
bassadear da
dant & Dwight
ela I erre AI
?S Un o ao,
e la Guaerre.d
oart,a 6t6 p
par H. G.


PAGE -


comprennent la Protection centre la

Foudre sans augmentation de tauE


.LeBosse#Co


Agents Gneraux


ulr~


I


1 -


I


-






I V U1 A mnlaT


SIMMONS


SIMMONS
Matelas a Deep Sleep s et sommier a Slumber King
Une combination remarquable pour assurer le con'ort.
Quand vous reflechissez que vous passez le tierq de votre vie ,dans un lit,
Ia sagesse command que vous choisissiez celui oflrant le.plus de conlort.
Le matelas a Deep Sleep illustre plus haul est lail d'apies lIs regles de la
I beaut(, du coulort et de la ,olidc1te, el ebt olert, un ptix minimum. La
distribution des resorts A i'intereur absuie ULe entire aisance a routes
les parties du corp.elt aucune aillormation in aucun eitoncement du ma-
telas est possible. Vous reF1Petz ur des centaines de petis resorts qui,
caches dans du leutre hygienique, torment une couthe mcelleuse. 'tbitle
meilleur matelas qui ait ]amais ele oftert dans le march.
Sommiest a Slumber King I
"T4labrication scientifique de ces sommiers assure le.confort au dormeur.
Deux persounes peuvent dormir aussi tacilemeat qu'une seule sans le moin-
dre inconvenient.
A cause de la tabxication speciale, le sommier a Slumber King ) cons-
titue un support niagmntique pour le matelas ( Deep Sleep *.
En vente dans tous les bons magasins d'ameublement.
1Represenie par :
Victor N. MANSOUR & C.
-.O.Box A-8ti ; Phone 3417
6 Port-au-Prince, Haiti.


**. ---- -


trait du 18Mme amendment.
Dans les grands Etats" du New
Jersey et de NewYork, le retrait
est A furdre du jour. A Jersey,
Dwight W. Morrow et William
Hampton come senateurs,pre-
conisent I'un et I'autie,leretrail;
cependant qu'A New York, le
gouverneur Franklin Roobevtlt
et Charlms Futtle sont en con-
currence come gouvelneurs
sur des platetormes humides.
Us discours de Mr Andrt Tardieu
(SAIN I -UIhZMAIN.-Dans son
discours A la reunion des horn-
mes d aflaires et manutacturiers,
Le Premier Andre Tardieu a
soutenu que I'Agriculture est la
base de lentier commerce so-
cial tralnais el a requis la pro.
tection el encouragement aux
lermiers come une sauve-
garde de la sttbilite 6conomi-
que IranVaise.


RhIun


L'aliilude anglaise
emners I'Allemagme
LONDIES Des cercles Ii-
nanciers important ont annon-
c6 que le gouvernement anglais
ne sera pas surprise si dans un
avenir prochamn, le gouverne-
ment allemand remplit ses obli-
gations juqu'en 1931, mais son
enqu6te A Londres sera base,
croit-on, sur une suspension fi-h
nale de paiement, si apres avoir
us6 de tout expedient, le mo-
raforium est necessaire.
L'attitude anglaise sera pro-
bablement Iroide devant une
telle suggestion.Sir Phillip Snow-
den est represents come sen-
tant que les Allemands ont ob-
tenu un rlglement loyal dans
le plan Young el que le people
allemand nest pas tax6 aussi
tortement pour la guerre que les
Anglais.On croit,par consequent,
que le conseil anglais serail
pour les.Allemands de se taxer
eua-memes sulfisamment pour
remplir leurs obligations.

POUR UN NOUVEAU
LUSTRE u hA CtiEVELURE


Les chimisles dc I Exeleth,
dejd renommn s pour lours
remarqiuables contributions
apfoorliesd ria lodetle, vien
nent de couronnte, lir ( euvre
4ans
L'E XELENTO
GLOSSINE
XLne petite quanhstd de cett
Sli, ieuse prepara ion appli
Ique suifles chet eux jait res-
sortir leur brilliant natural et
leur vigueur, en leur commu-
nquant un noit wan luhslie ilt
vous ro udra d ire admire /.ar
les messieurs el envi,' des Jferi
mres.
En venle che: onus les dro.
guistes. Pour 0.30 cenlimes
seu'ement, i esl expedite dis
rfceliton du prix.
EAP teIs. Wlidienu. Coe,:,my
i'ai, i:. (f,, ,,i; I S .
Ayemis dcnjiud,( pour luut
pays


tRyelliste, parlant A une con-
imce du Conseil National
rnr tapr6vention de la guer e.
t= pice quelconque d acci-
4i pourrait arriter I'aunne
PiuMamine ou cell d'aprs,a-t-il
A 9 Cest aussi prs de nous
Ocoela In
'CMire la Prehibilieon
* WA&HilNUTON Une reac-
It contre le 18ime ameonde-
gabra4aye les grands Etats de
'rot divise les parties demo
,4t r6publicains pariouten
i aie, tandis que la campa
Pr la supr6matie au Con
plus proche aujourd'hui
oi le public rendra sa
.Les forces humides pr6
obtenir la victoire dan&
douze Etats. Elles pre-
lqu'en Chaque cas, au
in. candidate, si ce n'est
IS sosent en lavenr du re


SIdeal


ALIX ROY

28 annees de success.




I ion 0 llfre e


RHUM PALMARES -


L Extra-fin


Or'


XXXXX "
xxxar Glon:

Par Gallon: Or


0,50

1,00

1,50

2,50


'our des achafs de Gros

Utendre avec la Directioin


- Oc4obro 1930 PA


VARIfTESS
-"- CE SOIR "
LES 3 MOUSQUEfAIRES
0,50.
Panamna Railroad
Steanship Line
Les charaeurs sont pries
de noter quo le steamer (Cris--
tobals est attend A Port-au
Prince, venant de Cristobal,
Canal Zone, le vendredi 31
Octobre 1930.
Les permis d*embarque-
ment seront ddlivr6s pour le
Irdt A destination de New-
York el des Ports Europtens
sur demande.taite a ce bu-
reau-
Ce steamer partira le m6-
me jour a 2 heures p.m., di-
rectement pour New-York
pregnant itrt, malle et passa-
Sers.
Port-au-Prince, Ie 21 Octo-
bre 1930.
Jas.H. C. VAN REED
Agent General


REBMRCIKENTS
r et Mine L. Salnave et leurs
enlants, Mme Clamart Bicourt
et sa fille remercient tous ceux
qui leur ont' t6mnign6 de la
sympathie A l'occasioncde Id perte
cruelle,6prouvke en la person-
nQ de leur mere,
Mme J. BLAIN,""
nEe Mary.
11s leur en garderont une pro.
londe gratitude.
Cap-Haltien, 18 octobre 1930.
Alles &
Cosmopolitan Bar
Rut' du Porl-Per,pres de I ellen
Mmine MARIA BERTHET
Consommations deler choix.
Distinction et bon goatt.


8.


IThe Royal Mail Steamp

Packet Company
Le steamer t Sea Victory* venant de Londres. Kingston
et du Sud est atteudu A Port au Prince le 2 Novembre prn-
nant trot via le Nord pour HAvre, Anvers, L )udres et teus
jes ports d'Europe.


T616phoe, 2311.


I. J BIGIO, Agent-Gi6nral.


Colombian Steamship

Company Inc.
Le steamer ( Rariaroi venant de New York est atten-
du ici le 24 du courant. 11 pm-ira le moime jour directement
pour la Colombie. prenant frtt et i assagers.
Port-an Prince, le 22 Oc Iobr1 i93().
Colonilianri Steamnship Compant Inc.
GEBAIIA & Co. Agents.


Cachet Miriga
antindvraldlque
Supprime t (ItillqtIu's minutes Fl6vre, Orippe, Migraine,
*humOtlsm o .io'diirri,'Im'n e ,.ho ti x m, /.i.e sIns
thilqe'. Boles die I rct 12 '. lit'h ls. I. eit' nl iLt tl.o n r iiit i' l I'hl""
Laboratoired DocteurGIRAUD, Pharmacin. i LYON.OUI.LINS(Franuce)
lwlrpfi it 'ort-aut-Prln to : P ,li iiicir 11I (L l.


Les Menrveilles d'Odeoni

Sont arrives 305 Nume"ros nouveaux

et merveilleux de DISQUES ODEON.

Demandez la nouvelle liste et procurez-

vous vos disques au plus t6t,car les quan-

tites arrives sont petites et scront vite

eouisees.


Aussi
l'annee.


ce sera


le dernier arrivage de


Bazar Odeon

J. KARAYANY.

Anale Grand'Ruc S& Rue Ferou.


% q -I


A. DE MATTEIS & C", Aqents ,eieraux,


uteilles X


_ __ *i__ _~__ __ __I ____ ____


I
B


vW


Illlrsrrrrrrrrrarrr~ul*n ~r~rrrrr~e~r~







Jeudi
Octobre 1930


Le Katin
4:.;PA0E


24iAN ANNIE N M,6826
Port-au-Prince
Teliphone : 2242


-- - -


-. -.-- --- -- -


nJ U BO


reeduque


Constipation
Enterite
Vertiges
Dyspepsie
Migraines


(la meDtats CHATELAIN
-,,urn:t r. deJ fipilaw. de Psar.
15 BRANDS PRIX
',, o. I'e knewsc Part.
1 iule epharmacies


/


IInt stin


Pour roster en bonne
sunte prenez chaq'ue
soir un comprime de
JUBOL
I I I r I ,tqil, l I ..l-,ar. ,lA lll "
.l i *I Is i. m a 1 |l a a ( I.ll
I a J lll a I -. I, a .t, l llt ll. i L
S r t .. .. ^ '. t t 1 r*t).d ... .. '.t. t
V
*ll < mtu I l)^ It cllcli. l .l't. Cl~lli|al. lifs
aa'0JltrdU i-t di m .'th hl".
I| Pi IM, i.
Annrw chef lde InIhaqe o ,addeirale
SIn F 'l dile Jlr i d, d.caie dr l.>,.l..l'iser


VotI !. petit .noaea a lOlor dio I'lill, at:n


I LE(ONS DE PIN 0
Avec l'ouverture de I'annye
scolaire, les m6res de tamille
vont sAtrement faire recom
mencer leurs enlants leurs
lemons desollt6ge et de piano.Si
des ellesd6siren I qu'ils assent
progr~s rapides et posskdcntA
ond cet art de la musique
qui n'admet pas la m6diocrit6,
elle n'ont qu'A sadresser A
la grande artiste qu'est Mine
Jean Magloire qui, A des
conditions tres avantageuses,
leur donnera plei e et en.ibre
satisfaction.

BELLE POITRIHE
onI d0ux mols pir les
PILULES ORIEINTLES
le seules qui diveloppent, rai-
fermissent, reconstiauent its
sins, effacent lea sallies ODme-
ses des epaules et dennent au
buste un graciemz embonpoint
*lsfalsaate p-r pm, $ n6ti
Approuvfs par les cUlbritds midieaes
J. ATIF Ph .45.td rUddqw.PAtIS
A Port -au-Prnce Phi* ALBU mII
t toute bonnespharma;cie
/ I^-- ~ ~ ~I


~-e ; ~ Lu Z


Ips Rle rerIuIopraia.
Plus de 500,000 proprietaires.


Pas un centime
sun d'eux I


n'd aW rlepens6 pour reparation


par a u


Vente A conditions, si on le desire.
COMPANIES Dm'ELAIRAiE ELECTRIQE.
Port-au-Prince -- Phone 2266.
Cap-Haltien : Phone2265.


BIERE NATIONALL*
DE LA
Brasserie Nationale


Se


vend artout Or 0,10 le


sa quality


su-


verre malarre
perieure.


Proteqez' vote, poche et
votre sante 'en la buvant
toujours.

Ce qui n'a Jamais6t6 fault
Ce qui no pout 6tre d6paes6

Kola Champaane
F. SEJOURNE!
Ppar6 dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Preparation et Venle
PHARMACIES F.SEJOURNE
Angle des Rues Roux et du Centre.
.. r. .A. V f_.i_ .


C.4 F


Goulez bous les Ihunmss
1 Radio T

ET VOTRE CHOIX S'ARRETERA
INEVITABLEMENT SUR LE


I


Qui,


FE


prix eqal,est insurpassable pour


sa


purete et la finesse de son arome nature]

DIS7JLLERIE DE FAIGLE

M. FONTAINE, Prourietaire
DM6t: Anale des rues Dant Destouches
el Maaasin de fEtai.
Repr enlants: St-Marc: H. Deschamos
Cap-Haitien: M. G;ordani
Jacmel: Pascal A. Bsun


I.


Step Inn
ace Gefrard, 1626
iations'deler choix.
e irr6 prochable
Orthophonic.
us les spirs.
44 I


ON tVITE
f r rLM iiV
STout;3 '.k Xaldies
9 1. VC15 :. 3-,IfATOIRR
p, r n emplol des
PASTILLES VALOD
AT3MPTIOQES

,PASTILLESV U LA V fRITABLE
L XI GEM dans totes los Plnharals
& En BOITES
Vportant nora10
VALDA


En vente daus toutes
les Pharma

RHUM HENRI Gard6

En peu de temps, ce pn
duit remarauable a conq
de haute lutte une renon


mee


des olus enviables.


Demandez touiours le
Rhum HENRI Garderei



PreCaTtao1
Payez vous unGOOD :TIME en allant |passeriag
ment vos soirees al' -"
Pre-Ca-Tlan
ou vous respirerez au son d'une musique partaite
orthophonic dernier cri les partums grisants des
rons en d6gustant les liqueurs les plus fines, les
les plus ratraichisswntes a des prix rdellement surp


UI
Port.


ALUMINUM LINE
Departs directs de New-Orlians et de Mobilel
pour les ports de la R6publiqne.
a steamer laissera (Tampa# le 25 Octobre courM
-au-Prince les autres ports de la R6publique.


Port au Prince, le ler Octobre 1930.
A. de MATTEIS & Co, Agents G6neranx


'IAN cT


Insurance. Co

Une des "plus fortes COMPAGNIES

CANADIENNES d'ASSURANCZ


sur la VIE


EUG. Le BOSSE & Co
Agents Generauxi


23


lilt' .-- ~------------ ----------e -- ---,. L ---- _. _~ ~ __ __ ~_1_---- ---I- ~~~. _


m _- m


--- -e


rrla~r~r Ica


#




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs