PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04959
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 10-21-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04959

Full Text



'I


Iement Magloire
D1RECTEUR

13U RJUEi AMERICAINE 198
TELEPHONE. N.2242

e110 ANNEiU No 6825


I1


PORT-AU-PRINCU :H '1" rI


MERCREDI 22


OCTOBRR 19a30


'Adulteration

du Nationalisme


--o ,0--


east difficile d'appeler d'uua vrai. Mais enfin, sans aller
no n la fascination jusque li, ces leaders ne pour-
..erce I tonactioni pr6si- raient-ils p a.s esquisser la
tielle, coasid6r6e common moiti6 de ce geste en taisant
element, vacant, s u r tairelentre eux toute comp6ti-
itde chacua des princi- tion personnelle et en cher-
leaders nationalistes, chant uue procedure d'ordre
individueltemieunt. Le int6rieur tendantj A ne mar-
front unique qui avait cher a &'urne que,sous la ban-
wostitu6j,ea vue des as- ni6re d'un seul, tous les ac-
devaut la commission j cordsayant6t6 pr6alablement
,d6ji,jfortement bran- tablis, avec la satisfaction
1 'pcc asion des.6lections uaanime d'a v oi r, extermin6
ltves, nous l'avos lIautre parti ?
plus d'une fois constat6, M. Roy a en poche, non pas
,tI compl6tement rompu seulement le proc6s-verbal de
Sede l'lectionpresideu- I'electiuon poputaire du 1U
SMars, qui devrait bien avoir
cement, les circons- quelque valeur aux yeux des
ictuelles auraient dad natioualistes; mais encore un
saissance A d e u x maudat constitutionnel et r6.
parties hairieus, qui gulier de I'Assembl6e natio-
les whigs et les to uale, ayant eflet pour six an-
is, ou ies republi- nees et qui est ie t6moignage
idt d3nocrates aminri- qu'il lfu accept aussi par les
%seratent, pour nou, progressistes qui constituaieut
SdeLiominuatioas d6ja aiors I'Assembl6e Nationale.
| accept6es et claires: 11 est a se demander ce que
puvfesistes, on ceux qui teraieut aujourd'hui, de ces
ame pte de collaborei Jeux mandates, tel leader qui
i Etats-Unis sous le ae parole plus an people que
duo traitde, et les naho- par ( communiques v, et tel
ouceux qui south dej( autre quai r6dige pr6matui6-
connus sous cette appel- |ent, et peut-Ctre bien a tort,
les addresses ) proclamatoi.
aI campague ardente des res? Par ce qu'on fail rieu
alistes duraut la pdrio |u'en 6tant en posture d'es-
depr6paration electorale; calader le pouvoir, on peut
talon, incomprb6husible juger de ce qu'on Iterait y
yeux de plusieurs, doat la etant deja installS; on ne se-
lmission americaine, d'a- rait pas a un scrupule pr6s.
ilpuais, sous son influence, Toutes ces considerations
president Borno lai-m6me, expliquent sutlisamment, pen.
ioris6rent la transaction du sons-nous, no.re pens6e que
lntrs t I'avantge des na- l'id6o nationalist, quon dit
mlistes en refoulaut les Itre en triomphe et qui l'est,
regressistes jusque d a n s en eflet, apparemment, est en
mrs derniers retranche- m6me temps en vote d'6tre
ts, -- tout cela ayant 61i adulter6e pa r. la personnel
de la lutte les progres- inmme de ses repr6seutants
il semble qu un seut ies plus qual fi6s.
i devrait se trouver de- El comme, en d6pit de notre
T urne presidentielle et etiquette d'adversaires, nous
dans ces conditions tavo- anettons bien haut l'idee de
toute lutte devrait Wtre patrie, assez haut pour la
ie. Lueltre a labri des atteintes
laut aller plus loin eti acrileges, nous avons pour
irer une solution desin- devoir de crier: Garel


h* qui devrait se pr6seu-
iBes les esprits dans le
dede ceux qui eurent a
ilt la residence tern
irtI du21 avril: elle con-
ril irendre cette presi-
tlfinitive autant poui
ietr rhommage que les
ilistes eux-m6mes, el
lclusivement, eurent A
Ai la personnalite de
nle Roy que poui
r ouvertement qu'ils
que sinceres et pa-
rsqu'ils tormulerent,
It ji assez longlemps,
principal desideratum:
tilution de la reprd-
nationals.
a-ce qui serait vrai-
[u% e6difiaut que leI
.tous ces leaders, par-
ks uous retrouvons
lbres du Comite te-
A des anciens d6li-
ondissemnent, renon-
lhor groupement au-
M.l Roy,i,commefpour
a, ainai qu'A tout le
VAUx Elates-Unis et au
4 civifise: a Voil la
Ja ue tous no s actes
Sl*agpar l'intm6rt gen-
Slultret personnel
.ini; que nous vou-
0anement et surtout que
naglt plus qua pa|
a__ntants; et que nous
Bas que, quand les
de tous les arrou.li
Sdu pays, vinrent a lb
e In iaars dernier,
lr nanimement ce ci-
SOur madministrer lea
edoe la rpublique, ilt
g6taient reedieaneat la
Suatioaale. Nous con.
gL set nous, nuus, ela-

-as d.e .ire queacc'
^ beaI pour P tre


Tfunultes au Reickslag alleimand
> -1-0

IIBERLIN Apres avoirApro-
duit une serie de clameurs au
qeichstag, Gregor Strassar, hit-
lerite militant et leader des las-
cistes dans la legislature, a d6-
.1-'r6 que son parti recherche
avant tortes choses abrogation
lu trait de Versailles et le sau-
vetage de l'Allemagne, m6me si
la guerre devait en r6sulter. Heu
nil le doigt daus sa bouche et
se r6veilla avec un cri quand ses
dents le mordirent. Ils alldrent
chez un medecin le jour suivant
asil 1'empo sonaement da sang
ie d6veloppa une semaine plus
ard.
trassar fit *son discourse apris
que ses adh rents eureat hue
dlusieurs orateurs et apr6s que
le President Loewe f t doscondu
de son sidge de Pr6sident,lper-
mettant au vice-pr6sident las-
ciste Franz Hoehr d'occaper le
dit siege. Hen Strassar montra
aussi clairement I'opposition de
son part aux Juits quand il d&
clara que a lea socialustes natio-
nalistes no disirent pas persi-
cuter lea Juits. Nous dauirons
purement lea exclure do la vie
allemande.* Hen Strasnr a ac.
cuas le Ministre do la Dtense
Greener de pratiques do trahi-
son et qoand le president en
exercice Stoehr manqua de rap-
peteri Iorateur a I'ordre,le chan-
:~!tc Biuening laissa le local.

4--r
lf Wds de swears asich6w w.g

!oICAGO-1s organisation.
d'ataires de Chicago ont pre
par an plan poar ralis 12
millions d doll ars coinme tonds
dosecours an ch6mage d'is-
0d ase- L-i UM TA14


ATD R SO E On volt bien que Iles
A .l-tO ll reunions do plus 'UN
n., sont plus Intordites
A Lutre jour Granchir 6tait
Partisans du Proqramme entour6 de 4 ouit5 copaius
qui ne cessaient d'admirer sa
tenue irnnpi-ochable.
Constantin MAYARD ,.,-:.Que.hible, Messieurs,
O-l-. rI l.dit-il voncs n'vY f'.


Mes chers amis :
SAvant del rendre publique la
pens6e et lea directives du Co-
milt d'Ex6cution de notre parti
A occasion du scrutiny l6gisla.
tit du 14 Octobre dcoule: etl i
I occasion du;.scrutin prsiden-
til prochain, j'ai attendu.que
les operations du'recensememnt
des votes donnis aux d6puths
aient marqu6 qu'en ce qui con-
ceroe notre Pays la consultation
populaire de 1930, conlorme
asi plan Forbes, est ui tait a.-
compli.
Dans presque tout le D6par-
tement de 'Ouest I'urne a i tW
d6tavorable A nos candidates,
notamment au chet du Parti
lui-m6me. On saura un jour les
causes de ce tail extrcordiuaise.
quand les aflaires du PayR se-
ioat r6gl6es.
Mais incident n'a tait aucun
tbrt au prestige et A la force du
part et de son chef.
vCar malgr6 les manoeuvres el
les calomnies |qui out 616 les
sales armes dont on a po
se server pourlnous combatire
sans nous amoindrir. dans I al-
tection et la contiance popu-
laires, malgr6, certaines prati-
ques peu moralesen usage par-
mi tous les chets de bouque-
ments et don't ont largementl
use surtout des parties *plus la-
pageurs et audacieux qu'in-
fluents,il est heureusement arri-
v' que nombre d'61us dans les
D6paitements sont ceux qu'ai
course de ma tourn6e A travers
le pays pour la propagande deL
notre programme, j'ai eu A re-
commander, en votre nom, au
Corps electoral et don't le Par.
ti a eu a soutenir la champagne i
A leur tlitte d'adh6rents A nos i
id6es. I
Des citoyens mandates parole 1
people pour exprimer sa volon-
t6 au prochain congies presi-
dentiel ii ne se trouve que des.
minorities attaches A ch-quae
leader et de ces minorities la
n6tre nieat pas monLus lorie en
valour politique, sinon en nom
bre.
En votre nom, je rends A ces,
6lus de notre group un hom-
mage m6rit6 pour avoir trom-
ph6 de la combinaison g6n6rale
dress6e centre nou.
Je rendsaussi hommageA d'au-
trcs leaders et A d'autres giou-
peas qu'on essay de disqualifier
et de briser. co me nous, d6-
loyalement, et qui out eu quand
inme un entier succ6s et pvec
qui nous demeurenaen cordiale
solidarity de vues et d'action.
L'iut&rtt de la Patrie, supi-
rieur A notre int6r6t de' Parti,
et davantage encore A mou in
16r6t propre m'oblige A ne pas t
laire conaaltre pour le moment
les mobiles et les mnoyens A
qui south dds les rksultats invrai-
semblables des elections del
mardi dernier dans I'Ouelt et
dans certaines autres regions.
Mait ce meme inlteret superieui
de la Patrie Ioons oblige plus
imporieusement encore a consi-
direr qua vu ces rksultats, vu la
n6ceasitt, par centre, dans la
direction desaflaires,publiques,
d uane grande, *xprlence poli-
tiqaes d'ane absolue netteti de
conception, de conduite et de
propose, d'nn tact 6prouv e
d'une connaiuance certaiae des
beaoinas conoumiqne el sociaux
du pays, rien ne peot (Changer
dana neo directives, reserve
taite de ce qn'oa diflnilive je
peus decider en ce qai concer-
ne ma personne, Ilquelle passe
longtemps apr68 notre program-
me d'interit general et nos butsb
et intlerts de part.
Groapis momse autour de moi
quauatour de ce programme qui
depais longtemps a cess let
mien pour devenir te voire
et qui n'eat mime plus le
vbtre mais celit de la plus
grande majority deola anauo,
a voa,.deves renter persuaded|


qu,. malgr6 .totes les appia-
Sreonc la victoire da .program-
D, votre victoire, est com-pltle
it qa. cat cela rimportaant


tCeux qui noas ont combat I u
le plus 16rocement, depuis ceux
de la part de qui on devrait le
mnins s'y attendre jusqu'aux
irresponsables vou6s h la dd-
magogie protessionnelle, fous
n' mnnlrer, dans la semaine du
sclutin du 14 Octobre que le
roege de leur radicalisme d6-
leiht rapidement et qu'ils adhe-
r i notre plan degreltvement
a colel, et 6conomique viaant
A l liberation tinanci&re et po-
lit que dilaiti. Us devienneot
de, Mayardistes. Rejouisson,-
n ops en et tendons Iur la mair.
N nous deemandonis pas i
c'*t hier qu ils trompaient I'(.
idion ou si c'est aujourd hi i
qtls le tont, matis veillons A
emp&cher que cet!e fquivoqu -
-nous vaille des dilficullus dor-
tire extlrieur et entraine de s6-
'iejx dangcrsdesubverion dars
le corp social.
Pour moi qui suis un homme
do gouvernement et qui, par
temperament, nai jarnais pu oa
voula mentor pour aucun profit,
pour voys que I'nter6t de pla-
ces n'a iamais guidt dens cette
champagne nous avons A nous
Ilticiter de voir que le stup6-
fiant incident Alectoral du ID6-
partement de lOuest a eu de-
puis mardi cette consequence
inattendue de nous amener uni
no.nbre grossissant d adherents.
11 nous en est venu surlout do
la classes la plus nombrease de
touwe nation, la classes des la-
borieux wt des mod6res, apeurns
des complications qu ils redou
teit pour leurs aflair-s. 11 nous
e, est venu meme du mond.
des politicians don't les appre6
hensions se boat 6veillbes de.
vant le problime ext6rneur et
int6rieur iiqui6tant et rendu
plus inqui6tanti par les manoeu-
vres employees et les consA-
quences realis6es.
Pour vous, mes chers amis,
je vous engage A rester fermes
suivant le inot d'ordre jailli
spoutaniineunt dans nos rangi.
termfls pour soutenir Its alus
de notre parli du progralulme
Constantin Mayard et pour sea-
tenir la decision finale que les
circonstatices nous aiieneront
A preudre d'accord avec les au-
tres groups nos allies.
Fermes et calmes devant lea
Srovocatious de ceux que leur
succAs dcroute. Dvpouiilez-vous
de Lout resseuitaient e de tout
esprit Wagression dignes d'une
mentality de vaincus. Nous ne
somumes pua des vaincus, vous
e save, tout le mionJe le sail.
Toal le monde la vu. Tout le
ionde a vu A Port-au-Prince et
dana I Oues qun uoa~ avoits eti
et de neuronss I* parti le plus
populaire, qsici, durant la jour-
C Jdu 14, osa eftectifs eiecio-
rajux inunis de cartes delecteurs,
pour nous sincere, out ele trois
tos plus nombreux toue ceux de
Leau les autres group.uetilsad-
verseus reats i que le resaltat
Itiual enregistir ne l.iuoigne quo
J'a..u chois- ctil qde meme si
notre plus giand no ubre avait
et6 dix obis, ceit tois plus con-
sidrable, cela neut change rien
a ienu. Car nous tions batyus
ici avaut mime d avoir commea-
c a nous battre.
,t-,rdez-vous surtout de don-
Ler duans la derate mauLiuvre
ule vos adversaures qua out des
raisoos pour voue fair vous hi-
vrer A Ca accusations muluelles
de Irahiaon.
Au contraire, je n'ai qu a fe-
Liciter teus nos amis de lear
belle conudite. Aucun vrai tna-
yardiste usa trahn sa foi. Je mn'-
maeuset admire noa auis a Ises
vour depmis mercredi plus ar-
dents et plus eutttousiates quo
|amais, ae tenant plus pros de
mot, plus contlants encore en
ma force, en mon hoaneteti et
en mno divouaieuut e.)erdlque
ce dutaierese pour itavanloer
,veOceii a uousdouuer i i pays
neat, ruDatLe et aitui.
-t'ous sit exaclexeut et


utethgeaiuelt e execute ster
insiruacioas quelies quilleas
arena ete et dot je sauis sule


faire comme"moi,
Et d'un geste il leur indiqua
la maison' de

-V. GAUDINO,
226, Rue Bonne-Fot.
tC'btait Adeux p.is: ces mes-
sieurs, en coup de vent se
pr6cipitbrent chez le brave
Gaudino.Rien n'est plus mer-
veilleux en ellet que,son expo.
sition gigantesque de Casi-
mirs lraniais, anglais, belies
et italiei,, scs crivates
tie tout Grand :Chic et ses
chapeamx Dernier Cri. Quant
a la Partumerie,n'en parlo is
pas. En passaut par lb, j'ai
entendu Papayoute dire;
Cou moin fail fum piln *,,
bap' inn' prend gi ol.u cot'lt .


1 connaitre leis ltlails seri'c:
et I'ntilite secrete. Un se i!
citoyen avant un nom nous ai
tmanque plus un nmayardi'le.Ce n'eiti'
qui'un allied. II n': en slnm-
me trahi que lui-mnme. it
sa inauvaise action qii 11w
nous a atteint quiie daus It,
limiles de sa commune n'an-
rait pas et6, sans la caused
profonde et himprevisibleqn-
nous ntie disons p is, capable)
de inoust nnire, pas plus qu-
les petites mnanoelvres ide
corruption auxqnelles s'est
livre, cowmme d usage,le ment
fretin des chels de bouque-
mcnts electoraux.
Monsieur Antoire Pierre-
Paul, le chet du Parti travnil-
liste a eu une conduite cor-
recte tant vis ia vis de nous
que v's i vis de son 1)irti
et de ses allies.
Notre accord se bornailt 'i
engagement' de ma part :'
inettre a4 s:i dispositio'i nos
moyens l1ectoraux p(onr lui
aissurer le si ge de d6puit i ,
la premiere circonscription
de Port-at-Prince, sans que
je im'attendiise A le voir em-
ployer en laveur de ma listed
ni ses Ioycns de part ni ceux
de ses allies, saul I le cas oti
des amis a lui de hilr lpro-
pre mloil vt ienli jugeraienti
hoonete de(ic nou payer de re-
tour. Je c;oyais pouvoir ime
passer ide ses votes ktant (don
nD ce que je savais de m1e-;
torces reelIes et des forceN
rcalles de Uos adlversaires.M.
Pierre-Paul n'et;it nmine pas
engiag envers moi a I'assemn
blCe Nation.,le si nous y arri-
vioRs, saul novel arrange c-
meat it intervenir alors enlic
nous. C'est moi q(ii ollffs lI)
yalement ces coniditionsi a Mi
Pierre Paul quand nots eft-
ines une conversatiou.Je notus
dois a lui et a inoi,a so. parti
et an mieu de le d claicr.
Je telicite et remercie uos'
amis et adherents Me Elie
Janvier et le Docteur Aristide
Doucet d'avoir lacilit cetl
arrangement on sacriliant
leurs pretentious a uue deci-
sion du parti, et d'avoir su
ma demanded, 616 personnel-
lement se battre pour assurer
A un autre le succs auquel
ils visaient eux-mimes.
Je lelicite et remercie les
journaux devoues A notre
cause : )( Le]Temps a Le
Matin v s Le Payss a L'Elan,
"L'Estatette des Cayes" et le
"St Marc Ecouomique".pour
leur ardeur de conviction et
je leur;demaude, A' l'ouver-
ture de Ila',secoude phase de
la lutte, de garder auta'"t que
possible la ser6nit6 digne ,eo
notre force et de nos buts, de
cousacrer leur talent surtoul


Vor suMite en S Page


QIre Ilil


...a vu, dans na camion qui
a1 v i sailI i !i i t.it il 'Juai, d'uue
lltlu'e i'" v'ii tri)'s Ifii lii
c' o..iiiii -O 'iin l assi' s et It,'i I' i
PIl iie 1 cl11 a u I le e .1 Elte
llrii ii ii ,"ou 1'tIlsle M nt su.' le
cilla rel e' c t Inn t tell nati
,4Ie b e 1t 10 t le nifl; it I
tils l.it p l l .a I e
les tp:ulse. 1 pa lolthes
fie la l6.n1 t la ne
dl'pl lit p, i l a . lu l i il;.
Aui c, ):l raI ,, ; 11 ,. ii 1 l it r
de Icite ps l t.e l l", U. a i i)e ur
tie pais troul)ic. e I plaisil lan .
guissanJI de se iioi .s c lelu.es.
*
...a vu d.v.ill I l antid ll6tel
de tl'.ine 1u n lt.Ioini, li'a sur I in c' i. tIL, ,Ici .laaS -it
i I' i l '.iit' I 1 ,t It.., v,. ii\ t its-
si tux, i tlel n : l I aii -c uh i-i
it .S hill' on !, b iI)' ] Io I1 i.' Iou--
vaill pa,.i, \ r.in m t,. i,, .os P)a'r-
l; sV .i l ..nll'l i i l tu l ne
jo111 e;!l .l l>' itl \ i. i' i ('1 4il.s
i e l i' iili i ti I" ii
i lIix t i 1 I. l.,i quel tI irs
SC COllde, :I>)"T J ; ls lil Cil )c li-
loit d \\' ll 1 i ill 1 II \ -

itail t ssis ll, O t l: i l I LIV 1 '. i
1t)i atit ,i t lit ' '! Ice. ,L 1.1 1
huI n t l, : I U .', < I oiulitcs, ti
)olil (t liclet \ i. i.. iI all CoL .

... a i' Hco'llo t I' in i ,I .
nil 'J, I noI colt ; ( t i : s, I v' :
un pi tit cLli tle ltu Cg ,LI I L i i
\,an? m a;il iiM t ,1on ;i ,
D)e tel.s cO ivrl-c'hL i oll I o es vo t
aver pialsi sul r S ; etc : ie trend c. utl iori,.qie lie plus
vieux, -- disoles Ie :11 li s b i'.u-
iles,- le., poutenll cela Il :.,ou-
rire conmme si I on reilont ait
des billesou ; ,i.e ( ll)I dl ais la
po lhe d'ui\ U tti .lii t 'na ,lroil.

... a v iu pissel .t i iinl I t i l l' I vt.i
mnidi, pI)A (ldAnit leC ((1Ilti i:3.;a
lille pcli c 'For il Ib lil' *t ti'ti
places u tile ni s Ic' nics i a-i' S.
II accomllipagiiul tu l li i. t .11n-
gerie. Son v~'iae )' i I i i in
i bea il tI onl 1is1' il ia
blanclihie r ilti \l l ,;, jLi F it
de la |liic l':iiii l 4 is i
blalie il, tot l t ill i li .-
rcI ix Tl'tre i n.Iliihllivi f i le
ionde nLls i, ii Ic- a i i ,

lieuil,

.. a vui tllii I' ), e a /
jollp. cIlt. -ii o ', 1 i l eriie. I
cal'f du ord ',i "'ir. u(e ,a)
[: ile llhai iL II iI lb l n ., aiux i
ilt's gracile et i a lints ,i.
acnoudee n 'i,,i t A sou )i.i
('igaiinl '!lI tendui, uli marir e
ttacinlt S')O li b ielec'-Ino'li e
qui venila iL LI II Iacher de sot
poignet. I'll i II cur d (1, ose .
iTrdonidanieI teveint clt,! S. S l
It'i i t ,l',I llaces, rai
pio t I i .ill i d, Pel|ple s, Iliiin
iiir c iufle hltiL ct- voila eiliii..
11l soil (tli, usiasiuc nieie c-n-
uut plus de b,)ines...
a ,
..II VU U ne tI s. ..'SeZ Stll,-
tut Illt el (|i u 11 a nscrii dltiii-
vemenl ilIu Ionld de sa pruielle.
Unde sex amis vewuit de sli-
lionner au seuil du bureau d'un
home d'allaircs et faisailt dejA
le geste de se de&oitler pour pt'-
n6trer. Mais lihomuine d'aflaires
s'cnia, gog enard :
-.Restez COU %trt, cher au(i.
L'ami, le cler ami,se fAcha et
en moins de tlenps quil taut
pour le dire fit voir ses talons.
L'hommne d'atlairescourut aprU
lui, s'excusauntt lui rt nouveln,:
son amitie. \lors t'autre s'ex-
pliqua:
-J allais enter. V 'us sivi,',,
iten qu'avani d'entrer, m n edu-
cation me comnmanderait doe ue
ddcouvrir. Done le fait de nme
dire de rester cuuvert iiidiquait
que vou, me ,ic1tandie/z de ne
pas entrer. A; s...
Les explicatiois alltent coa.-
tinuer. Malts ioiiin (a es
ouv it un petit outlet, en tit
ua carn Ion de Mhiuil S the.
L'auii b, nllt in ietIlalem nit A
sourire et Itou Stiuallt que si,
Scete lois, on lui avail dit: r.Itez
convert, il ie scrait pa lti.


__ ___ ___ ___ __ _____ __ __ ___ ___~_ __ _1_ __ __ 11_ __ II__


x V L -_f& IA ILQFP


- ----


I I-


Le holimes *t sou! ill ti(inallOtl
de peine a.modilier lesa eouemnienl,
mais il Cst'eltraordinairc de noir ii
quel poiin lers amitmenls arrnim.l
a banger les hommus.
Henri ROKIIEFORT


- -0-




1 3 ---------~c~ -~-~I


LB :"MATIN.- 22Or.m UIM
- ,, : -- -: ,, ,, ,! ,, m m aiJIM4 --'


PAGE E, ..


Plus long qu'un voyage aulour do monde.
A


N'EST PAS ENCORE DI TROP POUR LES GOODRICH SILVERTOWNS"
Au course de 'Ann6e 1929, la Flotte de "GOODRICH SILVERTOI\\'NS' ,compos6 de 11 Voitures el Carnions, a pircouru 30.000 Milles A travers le Continent, et est revenue apr6s NEUF TERRIBLES MOIS.
Elle etait sortie pour prouver A UNE NATION d'Acheteurs de I'n us,, c" qe les SILVERTOWNS" pouvaient faire.
Lea SILVERTOWNS" sont revenues, Drapeaux Flottants sans ua d6hl ut de Fabrication.


TOUTES DIMENSIONS EN STOCK-TOUJOURS FRAIS, MEILLEUR MARCH E

Les essayer c'est les adopter.


Eh vente chez : Vve. A. Sendral :Aux Cayes !.ouis I. Thomasset: Cap-Haiien
H. Blanchet : MiragoAne .1. M. Gautier : Port-de-Paix

HAITIAN MOTORS S.


Abel Lacroix : Gonaives
G. Rode : Saint-Marc


A.


Tovar A Co : MiragoAne
Julien Herard : Petite-Rivitre.


F. Ch6riez : Petit-GoAve


- Phone 2379. Grand'Rue.


"ICIBINiTS edor "ARTIA' Nouvel les
Le Senateur Fouchard Mar- NoL lVeles
tineau envoie ses meilleurs a e
remerciements tEous les .t1 1anq *'Pres
61ecteurs du Departement du
Sud qui ont bien voulu, par -o-
leur suffrage spoutanO, le RADIO PRESS NEWS
d6siguer poor les representer
au Senate.
II promet de ne jamais s'lcar- 18 Oclobre
ter de la line de conduit A Ir Fedration ambricaiue
pondErEe du pass6 qui lui a du Travail
valu le geste si hautement Hlit BOSTON-La le6drat on am'
teur don't il vient d'etre une i icaine du Travail a rOitere aun
nouvelle tois honor,6de leur jourd'hui sa politique poor I.o
part, modification du Volstead Au
Prt au Prince le 20 Octo on permettant de Is bidre A 2 75
.. 9 0 pour ^ent d'altool, mais dklend'
bre 1930. les resolutions demandant le re
---. traitt du 186me amendment <'
du Volstead Act.
RBE RCIEIBENTS Tlephonae aulomalique
Je me fais"le devoir de | longee distance
remercier particulitrement NEW-YORK Le premier
les citoyens des circonscrip appel A longue distance par tw-
tions 6-ectorales Saint Marc, phone automatique de Chica-
Desealines qui m'ont bonore go a New-Yoik a E6A mis en ac-
do lr Cinq millei cent tion aojourd'hui. Cest une de-
rvin.g.mi eo uiae. monstration qui a 616 taite du
quagt r prochain grand pas vers la ra-
ettous me ami des autres pidite de la transmission d'e-
points du department qui changes telephoniques A longue
en souvenir de mon attitude distance.
A la Chambre des deputies Grave affaire d'espionabge
on 1915, se sont d6voues,mais BUCAREST La decouverte
en vain, au triomphe de ma de la plus extensive aflaire d'es
candidature. pionnage en Europe depuis la
Jo lear en rde une recon guerre mondiale a et6 rappor-
almsauce inlnie. t" --* i6e aujourd'hui par des lonc-
P-envo{e en m#m, tetip tionnaires, on connection avec
"e 'iationmps l'arrestation de soixante-dix per-
S me c eureuses elicit sonues. Les lonctionnaires ont
A tons les lus du departe dit que les espions out agi en
ment de l'Artibonite. taveur a, i e.
Joachim JEAN BAPTISTE Decroisi dir Sexirieur franuais
PARIS- Une decoIstance de
A pres de 360 millions de dollars
A louer dans te commerce extnreurI
lrajuais pour les premiers utll
Grande maison au Bois mois de 1930 compare 9,la me
Vernsa. Tr6s comfortable. Cinq me period de 1929, saet faill
grandes pieces., sentirdansleschifirea des dona-
S'adjeaser aux bureau du nes. Une autre preuve de la de
MJTI. croissance des aflaires a t616 vue


itns la diminution de 1.250.000
dollars dans les revenues pour le
1oos de Septembre compare au
mtrme inois de l'annee derniere.
Mission on neonmique espag ole
i Paris
PAlRIS.- Une mission 6cono-
mique dirig, e par Carlos Bas,
r~tonve',ii 'ouverncur de la Ban-
q;.r (I Es :.g e est arrivee Pa-
ris 1,our disculer avec un grou-
(e de ha' quiers inlernationiii
0c Ics lonclionnaires de la Ban-
que de France, la restauration
'l e I'Espagne sur la base de I'or.
D)eriires delaralions
d'llenry Eord
O()NDRES. Henry Ford,
?iins son lrterview finale avant
.1c p:irir pour les Eltats Unis e
dI qu'il Ii'nse que i'Angleterre
se tient au niveau du reste du
monde dans I'industrie aulomo-
lite et a ajoute : ( Je ne peux
n'empkcher de penser que le
protecteur puisse e re une er-
c,,se pour la paresse.s
Preiendiu complot soeifique
PAIIS. Des accusations
de pretendu complot sovieliqune
pour enr6ler I'Allemagne et I-
talie dans une attaque centre
Ia France sont continues dans
une letire 6crite par l industrial
A il mand Arnold Rechberg. La
Iittre est publite dans It joar.
i.l radical transais L'Ere Nou-
velle. p
IEacuatlie d'aeriteains do Breil
WASHINGTON.-II a t16 or-
donne au croisear Pensacola
aujourd'hui de partir vers eI
sud de Trinidad A la c6te du
Bresil pour Avacuer tous les
A'ue.ricains qui desirent laissent
le pays dEchire par la revolu.
tion.
Des instructions ont 6tM don.
r~es au croiseur ode s'arreter
a Para, Pernambouc el Bahia.
!I lui a 6t1 ordonne de prendre
contact avwc Its consuls ameri.
cauns en ces lieux et d'ameaer
i son bord tout, Am6ricain qui
desire laisser e pays,


i compren

Foud:


Une R6ponse
aux Calesmnateurmi
-0- I
Bien quo je ne sois pas per-I
sonnellement atteint par les ca-
lomnies don't m'abreuvent cer-
t I I ln .. es empoisonnees., ie
s' I t" ,in. elant un hemmel
public, de sauvegarder intact,
avec le nos que je porte, ma
dignity& et mon hooneur.1
Ma sympathie jusqu'A cette
here va A Monsieur C. Mayard
en qui*e salie nn patriot con-
vainca.Dansles lutles lectorales
d'od eat sortie heureusement
pour nous la reconstitution de
noa inatitutions nationals, je


Toutes les Polices

DE LA


IN UPV


inent la Protection centre la

re sans augmentation de taux


LeB osse#Co


Agents Generaux


n'ai servi qua lui aeul. Poor-
quoi ?...
Parce que je reconnais en.cet
eminent concitoyen I'alliance,la
rencontre de touted lea nobles
qualities qui font I'homme d'E.
tat, pat'ce que je vos on lui nn
des rares elementss propre A
diriger lea destinies de notre
people et le et A conduire vers one
relle independence.
Au profit done de qui aurais-
jepu le sacrifier? Cest A tort
quo certain energumtnes s'a-
musent A dire que j'aarais too.
che de Me Pradel une misere de
900 dollars pour m'intreasser A
sa candidature en sacrifiant cette
noble figure haltienne que j'ai-
me tant el qui s'appelle Mayard.
Contrairement A pluseurs de
mes calomniateurs crapealhexj


n'ai pas appris A transrI
mon honneur. Je jette *odd
plus formel A M. MaySad S
m6me de me dire ai sAn NO
ea champagne 6lectorae,
une fois sualomnt A tof
I'argent do lIi soil
soit indirectement
Ce n'est pas por la
fois qu'il m' a v A lO' r6
6t 6a se c6ta drant MW n S
tions do U. S. Archef. ri
dire plus qu'aucnM MO
home je sani.
An contraire, je _i-s
A mettre mes proprs y
ces an serviced'unecandi
don't je veux le triomphe.O1
blic eatmaintenant m MO
que ceux qui sersiont
m'accabler as prdoe.t
des preave s rieases A


... -" II--- -


CO


PETITE TRIBUNE







JLE MATIN- 22 GStobre 1930


UNE HUIT


DE CONFIANCE


et 6c


Les proprietaires de la Dodge
Eluit en ligne trouvent que c'est
r6ellement une automobile Aco-
nomique... Elle a la confiance si
typique des autos Dodge. Elle
reclame tres peu eu atteutiou et
entretten; elle est douce, vigou-
reuse puiasante avec une sur-
prenante consommation d'huile
et de gazoline... La carrobserne
garantie d'une seule piece en
acier eat sans bruit, sans grince-


onomique


iuent, exceptionnellement spa-
cieuse et comfortable. Les Ireims
hydrauhlques A action interne
no r6clame pas de graissage et
de reglage... En economic aussi
bien qu'en puissurie et en per-
formance de chef-d'oenvre, la
Dodge Huit en Ligue est un vrai
choix pour ceux qui reclament
le plus de reudement d'une au-
tomobile.


ODtE BROTHEERZ


KIEER'S GARAGE

Distribuleur
RUE PAVEE PORT-AU-PRINCE ( HAITI)


PHONE: 2134 & 2318.


-. --..---- -___ -..._


emr inlamie. Qu'ils' aient
ile courage de me d6sha-
hirdeantIPopinion publique,
binsrout consid6trs pour ce
Ssoont, c'est A dire des im-

Ilaporte, pour inir, que je
bMmprendre A tons ceux
rent, que servant Is
ure de M. .iayard en
M6lenje e ois pas pour-
Ittre de ma personneije
is de~eser un balletin
radef, M. X ou Y.


eal


ALIX


D'accord avec ma conscience, i
j'attends impatiemment de ces '
crapules des arguments sdrieux
A I'appui de leur odieuse impos-
ture. Je sais avoir !ait une poli-
tique honndte; aussi pour cer-
tains autres candidates qui pr6-
tendent que j'ai employee centre
eux des combinaisoas, louches
A plus tard les details.
En attendant je suis stir d'une
chose, c'est que mon honneur
n'a pas de prix.
Georges ROLAND


Rhn ropos
iIIIII I' ca


ROY !


S28 annees de success.
a **- -'-- -




n lion larche

SRHUM PALMARES


Extra-fin


01'


XXX '

xxxxxa

Par Gillon: Or


0950

1,00

1,50

2.50


otur des achals de (";ios

Stendre avcc la Direction


humesdePotrine
C&dent devant
ce traitement
' rictionnes Vicks;
mettez-en sur la
l\ angue, laissez
fondre lentement.


Pour Tout Refroidisment


chetes


-:Oui c'est nous les civilis6s, et les
preuves en sont multiples.
Aprgs la malheureuse journ6e du
14 octobre courant, Mayard chassant
tout d6pit, adressa sans retard des
cartes do f6licitations i sesa concur-
rents triomphants. Et ceux-ci gagn6s
par la noblesse du geste, y r6pondi-
rent en des terms qui font honneur
tant & leur caract6re qu'A leur coeur.
Notre ami Placide David s'est, pa-
ralt-i, Inspire du geste, et rfs 'an-
nonce du success de Fombran aux Go-
nalves, il Jui a fait parvenir nne d6p*.
che de felicitations. Fombrun en re-
tour lui a envoy deux caisses de
RIUN SmRTHi C rcHTOD'oR...avec une
carte portant cq.ots : *Gloria Vic-
SEt du main I Placide, de-
Spuis, boitA I' ceil ntk de Fom-
bruu. 'cl ,
Oui, c'est nons l i ses!
-t4


Les Irnvas de oa Cmd
riteMaMtfllt It *
---o----


Ce mating, A 10 beures au
Tribunal de Premi6re Instan
ce, se tiendra une stance
publique de ia Commissi,'n
de recensement, on il esp'a
proclamn les resultals des
elections lgislatives pour lea
dEpute' an Departement de
I'Orfst.
Dimpnche la 9Commission
centraleentamers ses travaux
pour les a nateurs des divers
da rtements.
Na compliments.


luxueuse


' pinnmiiinfflillnHIifllHImhHiIIfIIIIIIMI

"6LANDOPHILE"






La M6dioation par let Glandes
* Le "OLANDOPHILE"
ast an extract de ondes fratohes
de*nlmmux *3Rotl as parmi lea
espices la pluss vig uSouOs, alors
que Ia sicrtion glandulaire che eces
ani=aU ont f la ulaateeeno el son
*omiploi so eonsolle da sles caIm suivants:
Le* troubles nwrvoua et iauemais,
Ld ddToamlon phyique Mt morle,
L'afartbliUaomoumtifiduMl,
La croisuanoes dmo,
L* rashluw.
LM suites do Urre
(rest I* prodqU 44 ebix dam etau
1 s 1 o d'tmptlsoe xU* Otan*s
PM homee quo o Is la ftmmo.
Le *OLANBOPHILE"
mr wo atlo e a t eeable aur
mtbl0 do t l. Is fooeutionsoons-
Utuo Iop ere* to so *la*&*-
iue ldost a n tme dealt s
raJommt pars u n saation do bln4tre
pe* ra M u |ejmleement tetl
de lorgnalme.
Demuades done:
L, e"LANDOPHILE"HN pee' 'lmm
Le"sLANDOPHILS" F pur I twau
Le SQLANDOPHILE'
M eot081t MM11 4111 ; a o l
emilta adult- et tairUwda i 1 2,se.
Notis gmto st vmol:
W. huJ...uPll. asfa-
a &M teon los bomes Phanmeis.
8b Eeeitwe,". A. A OK* A
11, RueI NatsLPAM


I..o mIIopo .. ...
lue di Ior PIer,pies dt I elle
Mme MAIIA IBEJ IHET
Consommrations dealer choix.
Distinction et bon golt. |


I


Adresse

SUITE de la I~re;PAGE
A bien mettre.en lumiire lea
divers points de notre 'pro-
gramme.
Et maiutenant que les lec
teurs pr6sideutiels south nom-
mes, maintenant qu'il va s'a-
gir pour eux:de choisir le
proclain Ex6cutit el de d6ci-
der quel programme it con-
vient de donner a la Nation
d'ectre les programmes pr6,
eentes par les parties, je vous
Odemande, mes chers amis,de
me donner toute votre con-
lioiuce,dL me souteuirtle route
\,(tie act:cnl calhle et modi-
Ite poi r Ilsdi cr les c iilttcs
se iiclcuie etire les thdtsdu
SioJAou:., m ite 11 coblitu t
LL Liu pur 'dts pouiparlkrs
eulie pa)ri:swis, sUivant la
tactiii' d s duties tai is. Le
pilt)(tie tque ie r tcowiiiianide
:,tll pull scrv I'AVi |' i Cetl du
t' uys, tis RIouplt'b efl tic cha-
cuti'aits cobuiaeiatlu dtI ma
Atiss. Lucs tlciS.Csnlis, tur
mapt toulours un bloc corn
pact, lermes et fiers d'avoir uc
programme a vous, qui est un
programme national, que la
pli grade majority du pays
a recounu le seul acceptable
et le sout applicable, z6oisus
a eirt pour note compete, par
noS idees publiques, ceux qui
divisent le moins notre peu
pie, nous marcherons avec la
conviction que notre probl6
me extericur datant de 1915
aussi bien que les problkmes
plus protoods et permanents
depuis 1404 trouverout leur
solution inIs le plau polilt i
que et ecunomique que uous
avous buumis a I'adhesiou du
Leupieel cn tete duquel nous
i avouis place common notre
devise Ia parole evanglique;
"La Verite vous reunda libres"'
Constantin MAYARD


Une belle pens6o
du Dr Charmant
-o -
f 'un petit livre que prepare,
j pour nos ecoles primires, le
' Dr Rodolphe Charmant. et qui
s'intituls: Sante et Educatiou,
nous extrayons cette belle pen-
s6e qui est de circonstance au
moment ou la Nation, par l'in
termudiaire de ses nouveaux
reprisentan's va se donner un
nouveau Chef: Le pouvoir don-
ne du prestige et de l'autoriti.
Lhabitude de se rencontrer au-
tour d'un chef prestigien.r et
bon, sree, en fin de compie, I es-
time muluelle, la fraternitN et
la paix social.


Sur ia gracieuse invitation
de notre ami MrAltred Viau.
nous avons visited I'Ecole
mixte d'enseignement Secon
daire, en son nouveau local
Hue Lamarre 1454. Nous
sommes sorti 6merveillU de
la belle installation que grace
a son 6nergie,le sympathique
direeteur de l'6tablissement
a su r6aliser. Tout est fait
pour plaire aux entants. Les
classes soot propres et bien
agrees, les baucs tables cons-
truits d'apres les regles de
I'art.- iNous voulons, nous
a dit Mr Viau realiser u!:e
ecole module par la tenue
materielle et morale. Nous
ne tenons pas a avoir des
classes plethoriques. car les'
lives n'y apprennent rien. -
Ce qu'il nous laut,_ c'est la
quality, dixA quiuze: leves
par classes, pour que les pro-
lesseurs puissent s'uccuper
de chacun deux d'une facon
particulikre. ) -,d C'est avec
plaisir que nous r6comman-
donsaux tamilles de Port-
au-Prince el de la Province
institution de notre anim
Viauqui uous seCble-t-il adu-
re le dur metier de << maitre
d'ecolev Allons parents,cessez
de vous lamenter, de volns
inquieter de I'aveuir de vow
enlants.Envoyez-les A I'Ecoit
mixte d'enseiguemcut secou-
dair.
Ecrivez ou telephonez au
No 3415.


ml A IXENra;
M el \M-w e. ,. el liars
tf I xtl4, it I im 11 1 hl iourt
e t s fille reller"cleili lous c. '.ix
qui leur out tne -igni c i la|I
ym n path ie A I'occ:sio lde it penile
cruelle prouvee cn la person-
ne de leur intre,
Mme J. BLAIN,
nee Mary.
Us leur en garderont une i ro-
londe gratitude.
Cap Haitien, 18 oclobre 1930.


Aux Iecleiiurs
dii lMoude Colonial Illusire*
I'ar sa lettre du 20 (ctobre
courant la r de piesenter sc s I grets d'a-
voui par niegaure laisse sur
Its ulces quelques ihagments
de I'article sur I '(El ,irr
Fraltinfiseen hath' Nos amia
auonut douc la boije (de pren
dre note de cet accident.
Le correspondaiit etrepre-
sen tan t.
Luc DOIISINVILLE

Parli iNaliona I''lla1. a illisle
_. AVIS
Les meinbIesdu 1'arti NAtio
al Ti'availltste ioult prIes de
se retui' lcdmin l 22 OctoOre
couiaut a 4 Iuries precise
de l'apres-midi, au Quaitier
Geincial, pour unc tomuniiilli
cation u ipor tatlie.
)'ort au i'rVce, ic 21 Uctobre
10-30
A. 46 rsidni A, L
A. IliiRRL PAUL


:1
I.


PACL


NGCRfUSITt PRESSANI -.


uteilles X


Gu~rrlon 9taitoo.1e cle
D--- B1aJJ: u. AVA1',,JI1P ri(s

Dr. BtosAt u, aw umU,. Paris&


a*


1--1.~1 ------- ------ IL- _ ___~_ _ _.____ _._ _I_


Ur e vieite & L,'colo
Mixte d'Enstigneoment
Socoudatro.


0*"0


aiE L'tA[)"


I L I


-F *%A


, r. .,db


Lampesf e H.ii e t it-, s l|
durent lonmgienps.
AUerican livereaniv i\oi US
30 East 12 n.i Street New- York II. S.\ "


NOW .,,,N... ...


!







Mercrcedi

22.Oclobre 1930


Le iatin

48.PAOB


24mne ANNUE ,' (825


Pageol
Energique antiseptique ttrinairo


"e ft *.I r wicalement
SUppIfrmne l douleara
do te omnkt(i
Ap tame ctmplitUin
-
ta Whl a sen)eaf-en.
* rJeuniit te I Iwue des
W urinslre qu Qu ll /
S te, MiptldImen u P i
* jagulani losue tsea n

O W1t" iso" Its .....
VAMIANLINC I F.
Lia*t1. (*0r vi1. 1.


,. ,GCi.'.. est snrs pllta pomu IL' gon, .:(cl,
lle r'leA'liL~es s -of "el" rfi'^


[es Nefrmgraleirsfsl


plus de 500,000 propriMlaires.
Pas un centime n'a 6t6 16pens6 pour
can d'eux 1


reparation


par a


Vente A conditions, si on le desire.
COMPAGNIEIiILmAIIIARE ELECTRIQI'.
Port-au-Prince -- Phone 2266.


Cap-Haitien -


i'hone 265.


L Pr&G6L qul Ge-
congestiunfle le mu-
queuses de vol* art
anires, renouveille I
Utsus. grace a un TV
leunissementi m t
des cellulea L AM
mourrler Don selU
ment pour I tonocoque
partout oit 11 ax im.
m7 i encore pour toul
lWs autres microbe*,
ausquels ce dernter
reut '&ssocer. suf8lt
tout. 11 eat Ie fond*-
mont Is ba. du tral-
tement de I'arthrite ou
du rhumatl3sne blennor-
raglque. parce qu'tl t
culul de la bluanorra-
gtt eUe-mmen.
Ii' fltmR~ .
do Ma i v L .
ri lpfiaii, r v aes-
c~~~i. ...*S *I r-'


LIONS DE PIANO
SAvec l'ouverture de 1'annee
scolaire, les meres de tamille
vont sarement taire recom,
mencer a leurs entants leurs
le onsdesolt6geet de piano.Si
des ellesd6sirentquils assent
progres rapides et. possdcnt a
fond cet art de la musique.
qui n'admet pas la m6diocrit6,
elle D'ont qu' s'adresser A
la grande artiste quest Mme
Jean Magloire qui, .A des
conditions tres avantageuses,
leur donnera pleiie et entire
satisfaction.

PLA US AWCMi IT LA PIS tFICACE
INJECTiON PETIAR
D'ALOR
DRAGtSPEYAUurI
BLE N TORRAGIE

pdalltitHk PTRARDp, 4, re do armlle, PARIS


BIERE NATIONAL*
DE LA
Brasserie Nationale
Se vend artoutOr0,10jle


verre malare sa quality
Derieure.


su-


Proteqez votre! poche et
votre sant6 ,en la buvant
toujours.


Co qui n'a jamals6t6 fait
Ce qui ne peut 6tre d6pass6

Kola Champaane
F. SEJOURNEI
Ppar6 dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Preparation et Venle
PHARMACIES F.SEJOURNE
Angle des Russ Roux et du Centre.


dis Dr JIAILiET
TONIQUE DIGESTIF RECONSTITUArt*
(ontre A EMIE digestive,
ANEMIE d'orlgine respiretolre, ]
ANEMIE consomptive, A
ANEMIE pa; exces de trav': in.etuel ou corperd,
ANEMIES cons6cutives aux Maladies A 6s
ANtMIE dos Pays chaout:s
Ce contre les Maladles du TUBE DIGESTIF. ;
Ainsi pie :1. i'nl ,lus d louo lett res r am d.uiu ril ) medical, aucune une nr ll
ine p. t i e ... rre au IPEPTO-.FER du D' JAILLET pour gutiitr IAnItlrte
Lh ir r I u .. couletrsl, s ,i ni ti' r I i ~ et. (t, e n ral, t to oi.blillL
MODE C'EMPLOI : Un petit verrve t liiueur Immniatement aDris Ie repas.
t.ros r 4ni~ 3ri' . E .- -, A r -m4



BHUM HEN-(1 Gardere'

En peu de tenips cc pro"

duit reniaruluabt)l a COnqui

de haute luti.e u e,reno.n

mee des DIUlS envial)',es

Demindez totiours le
Rhum HENl{1 GArdere.J


- .-,- ****


votre
c 1,


I
L : 1.'*n e. tz
ev jl n rtdg-;rat
.,.: c s dev z prot9gor.


SGkILML bIMON
,ca' d'L: :0 dqs ,r , s s
im erfc tbons et Ul I, '. .:.' t.. '
blancheur et puret6 au tc;t c e ; pc c e la l, n i* es.


POUDREet rCAVON 'MOH


PARIS


*-4M
IPayezivous un GOOD TIME en ilaiut passeragreaB
ment vos soirees a'
Prei-Ca-Tlan
ofi vous iespirerez au son d'une musiquc parfrite d'
orthophonic dernier rri les pai turms grisants des ena
rons en degustant les liqueurs l.s pi fitac, les boiso
les plus ratraichissintes ii des prix r6ellement s irprena|


Gouilez Ions les P hums


ET VOTE CHOIX S'ARRETERA

INEVITABLEMENT SUR LE


Side Step Inn
1626, Place Gefrard, 1626
Consommations:deler choix.
Service irr6 prochable
Radio Orthophonic.
Tous les soirs.


!


ALUMINUM IJLNB
D6parts directs de Ne%-Orlkans et de Mobilel
pour les ports dc la Klpubliqne.
Un steamer laissera (Tampa Ie 25 O)ctobre courant
Port-au-Prince les autres ports (le la Rpublique.


Port au Prince, Ie ler Octobre 1930.
A. de MATTEIS & Co, A ,ents


Generaux


I


Qui, a


I


1


prix eial,est insurpassable pour sa


purete et la finesse de son arome nature

DIS71LLERIE DE lAIGLE

M. FONTAINE, Proorietaire
Dip6t: Anale des rues Dant&s Destouches
et'Maoasin de fEtal.

Represenlants: St-Marc: H. Deschamos
Cap-Haitien: M.'Giordani
Jacmel: Pascal A. Buun


jar. 11

'IAL' AC


a Aw't p


.7.


Une des plus fortes COMPAG(NIES

CANADIENNES d'ASSURANCE

sur I VIE


EUG. Le B[OSSF & CO

Agents (et. rtaii


~f _. _~r2 _


I- - --


if n1 2'. m


CI~~YI~Y~~YLIII


.,------




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs