PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04958
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 10-20-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04958

Full Text




Iment Magloire
I1RECTEUR
I. UE AMERICAINE 1368
TELEPHONE.N 2242
^^SANN~tMONO=


,--' ,- twr-wsut sass ast y MARtDI 21 UOCTOLBilE 1930)


lPffr'.. T U~*fhTE' Irw A WUI


-T -- - -


nes-Inous les civilises ?
,,.i...mo -i ...m t"


L uwna do 14 Octolbre a d
s des *mains et, lea tl
e. t lea hancbhM,4 nat-.
Saaericains d"nn long V
a sea, nons lear disons : v
que vonu croyes ii
it on nous laissant seuls d
lao elections el en gar- q
&as louars casirnes police ti
1iues ? Contre vote at-
lt set 't pass au mieux. pi
'donc sla demonstration
Is people haltion est
a o's que laire de votre lt
is choses se sont pas b
giwme chez vous et peout-
d
conclusion east certeo p
jl(use pour notre amour- i
e mais n'y a.t-il pas un a
em rabalttre ? Comame tout /p
maos sommes flers dt p
Il't pass et qui rdpond r
6 notre attente person. p
Wais nous n'avons p s in. d
mess leurrer nous-mame& n
itr ou A proclamer leob p
latrement qu'elles ne e
me dit Edmond Paul, a
D, ous aimons te pen- l
trop pour le flatter elt s
ement les chose se
|lp passIes le 14 Octo- l
ia de lavis de tous, ja i
ns haitiennes nWon
bles et si ordonaues.
*le seas, cela a tenu aux t
aasessuivantea: ,

4A la crainte prdcisiment
Ao de police et d'ocdupa-
mllm n'ont pas eu A inter- .
nmrce que tous savaient
6taient Ia, prtes a leI
Sa le cas y echdait: nous 1
S6t6 assez sages, sous cette .
i._mastte, pour laire que o
k 'y a pas 6chu.
AK 'U est vrai que c'est la
litois que nouns avons eu
dileections, il ne taut pas
Mde souligner que c est 'l
conjoncture ouI
D n a laire des elections,
k regime do contr61le mi-
Is stranger. Les elections t
lves de 1917 se'taient s
ue passees pour la m6-
ofa empressez pas de r
0 quo nous allons con- v
inque occupation eat ne-ad l
et qu'il Faut Is mainte- I
Our le succ6s meme de
*iorts dans Ia d6mocratie.
Plconclusion ,est toate au-
:hs 6lections.de 1930 sont
-Wonfinrmer notre opinion
I Caption n'est pas in-
lMle au maintien de no-
iS blique et que la seale
on d une menace ext6-I
0" amendment Platt on f
similaire, aufit d6-
rsa lea enaseignements
de 1915, pour garanti, a
.11 taut en tout pro
Mtapes.

succ6s electoral du 14
O t ensuite dd, noul
d6jA dit A cotte m6me I
iNs Une autre lorme, A la
champagne d'ostracispaue
apislongtemps, par
CWu nme dethostilhti con-
ricains, oatre lens
l )tears a halliens du
90 traits. Mis hora de la
torale par la passion
alis ont eu la 5gea.e,
Io_ points du pays, -
nae exceptionss qui no
c onaflrmer cotte ooas-
do s'abatenir et deo
I^ tr dalimaent A une.
ate exasp6ree par
do tlsil en am is;
as aovoas eu dans Ie
L"Suis ta Comiaiaon
sa, as veritable 6tat r*-
l U one revolution
Its nos uastr *

***S! ass coliabora-
t6 popalair..,.
h.,"01o *a' pas bean
I m Prpe voir que
I P q ltta leCtou-'
I 5 b Wilai mItm


bA r0oltios,: elW
*de t'opiaion pa-
,,n timt popT-
I'Ureait tion des
Un chronoqaear at-
is6mt d 'crr. ws. A
%deruares selections

B9~ j ~y t


i en patroles as tromwed, as
oika rrivM au pvoir. ea pr6-
a"M des realtd a et des litas.
M6mb apres avoir prosonc6 de.
ant lea 6lecteurs de discourse
ncendisires, on r.lechit avant
Ise prendre one decision, lors-
rue lavenir d'un pays peout a
rouvir on jea. a
Plus d'an a mmaltenant a s'ap-
pliquer cotte parole.
3* ESafi la journey do 14 Oc-
obre s'est immanqnablement
ien pasa6e parce qua les a l-
ments de ddsordre, les meners
Ie foule, qui auraient pu, seals,
ar profession, trouble lordre,
talent pricisdment ceux qui
waient intdret d ce que sela se
asot bien. Par un calcul de
sychologie tr6s exact, le Ame-
icains se sont dit que.tout re-
pr6sentant de I'ordre pourrait
16tonner au milien de.ces 616-
ments et les exasp6rer par sa
)r6sence et its ont cru bien laire
n donnant Ia mason A garder
aux voleunr eux-memes et sons
eur reasponsabilit6.,.ils ne. se
ont pas tromp6s. .__ ,
Maintenaut, si, sons chacune
des raisons que nous venefis
Slexposer pour exphliquer la
)elle journee qu'a et6 eflecti-
vement le 14 Octobre, vous
rouvex des choses qui peuvent
ustifier sanus reserve nos ap-
plaqdissements et elablir irre-
ragablement que nous sommes,
lepuis, au pinacle de la civili-
ation, c'est tant mieux.
Tout ce que nous venonus de
lire est pour le profit de ceux
|ui ne veulent us se tromper ni
u'on les trompe, meme en lea
lattant,.



Nouvelle Imprin erie


Le typographe bien connu du
nonde des aflaires, M. Lh6ris-
on MORISSET, qui a profess
)endant dii-sept ann6ea dans
livers ateliers de cette ville,
nous prie d'intormer le Gon-
vernement, lea Archeveques, les
icoles Congreganistes, les Eco-
es Priv6es, les Chefs d'Admi-
aistrations Publiques, lea Mai-
onS de Banques, les Compagnits
eCommerce et particuherement
e Public, taut de la capital
ue de la province, quiljvient
le fonder, sur la demand de
nombreux commervents et d'a-
mis, une IMPRIMERIE, A la rue
Dantes Destouches, No. 222, en
ace do d6p6t de 1Usine Ai Glace,
pour Iex6catiO on tons genres
doe travaux de ville en couleurs,
cartes de visit, de flanailles, de
marriage, bordereaux,- connas-
sements, eotltes de lettres, bil-
ets d'enterrements prospectus,
impressions d'enveloppes, me-
morandum, cahiers A souche
circulaires, et tons antres genres.
L'lmprimerie invite tons ceux
que la pr6sente inttresse A ve-
air laire use visit d'essai.
I ....noss


Propos


cachetes


La TicdoiS *t kad6fte* alternatives
habitauUoS dmn btailles, mettaut
pour ua temps un sourier aux visa-
g des un et do laigravlt6e cou
Ss atrs... c'est easalen tent ee
qui distinguS l vitaqUr d Van-
o, ear por oIs redss fim s eotm-

bli^t dont o dodu ._
dent coal= dementlSvvuZ=TR..
S ttablson entd Is
jade comuandementino6ratif. -
Garon serveZ du R uM StaTa
CACur D'On.



cial at e rout ver an Ws in
4o0 aourdhi i: .-v ,d'impor-
aste dMlliwtes i dat
..% sUnis.
lei ,,s resi t reals At


Miea A Was t l
enLu-ws


ELLE's y entend mieux que moi. Tous les jours de paye, elle
dkpose noe conomies d'abord, et nous n'achetons rien a credit.
"Possant de 1'argent en banquet, nous ommsexempts dTin
quitude, nous n'avons pas de cr&anciers aviter et ch.aque annic
nos economies s'accumulent.
Lt Brochure sur le Budget de Famille publi&e par la Banque Royale
vous aidera a administrer votre revenu--tant pour les dipenses ot
tint pour lesa cooomies.
DEMANDIZ-IN UN FXEMPLAIRE

. La Banque Royale
*c da Canada


Le


Succes


de M^r 6Claude
-0-
La demonstration falto
par le savpnt frangais
a 6t16 pleinement con-
eluante.
MATANZAS, (Cuba), 15 ucto-
bre. Devant un group d'iu-
genieurs et de savants, Mon-
sieur Georges Claude vient de
proc6der A une demonstration
de l'6nergie the mique des
mers. En se servant de la dit
t6rence de temperature entire
1'eau de la surface et" de Fear
des couches profoodes, il a
r6ussi A engendrer sullisamn
met d'energie lectrique pour
faire border 40 lainpes de 500
watts.
Cette demonstration, a n e
des plus 6tonnantes que le
monde scientifique ait jamais
vues, est consideree par tous
ceux qui y out assisted, come
I le signed avant-coureur ('une
revolution complete dans les
m6thodes de production d'e-
nergie pour 'iadustrie.


Apres cinl ans ,experi-
meutation d'aprc uine theorie
consideree impralicable p a r
nouml)e de savants, et non
des moindres, M. Claude a
reussi A maintenir les 40 lam-
pes allumbes pendant plus
d'une demi-heure.
Certain du succ6s, il se le-
nait devant un grand tableau
decommutateurs, sur lequel
claient lix6, de numbreux le-
viers, boutons et muanome-
tres.Lorsque les repieseutants
du gouvernemuent, les memr-
bres de l'Acad6mie des scien-
ces de la Havane, les inge-
nieurs et les reportersse trou-
verent treuuis dans le labor.
toire, il press le commuta-
teur mettaL.t eu march l es
pompes qui aimenent 1'eau
troide du fond de la baie de
Matanzas, a un mille de la
c6te.
Lentement, au d6but, puis
avec une abondance de plus
en plus grande, leau frode
se mit i laillir du gros tube,
loug de plus de quatre mille
pieds, im m e r g e il y a
un mois d a ) s Ja baie.
En niene temps, l'eau chau-
de de la surface, se mit A cou-


RHOSP ATINE


FACLITE LA DENTITION E7 LA FORMATION DE5 OS.
D0NI`F LA FC)Ci LT LA SANTE.
GELMAQ EG L P'DLno ranE FALIERE5"
S1rPANDUE DAN5 LF M1OIE .NTFErI s'T fEf r1EFIEmR DES
IMITATION. SE OLv PA 'T A)uT.- PARI?'.




LOTERIE
DE
F'A oetIn does W*Enmbres du Corps Enseignat
et de Allian :e Frangatse

Le 176mine tirage de cette loterie est fix6 au dimancbe
9 Novembre 1930 U 9 hres du mating au Cafe aELDORADOs.
Le Comite dAdministration avise le public qu'il ne met
plus en vente que 300J biu vts au lieu de 4000.
Le prix du billet est de 1 gourdes en DEUX coupons de 2
iourdes chacun.
1 Gros lot .Gourdes 2,000 2 Apx du lerguos lot AOG.100
1 a s 600 2Apx.du2c a ( 3) 60
1 ." e 10612 3Umel- a 20 40
150 lots de 1800
87 Lots se terminant par les deux derniers chigffus
des trois Gros Lots Gdes 5 435.
N. B. Paiement des lots gagnants tous les ours
de, dix bears A midi au Magasan do SIMON VIEUI.


ler dans !es enormes chives
i 06 le vide avait tC fail, et on
cette eau se transtorma en va
peur. *
En quelques instants, cettel
( vapeur atteignit une pression
telle que les turbines voisines
se mirent A tourner. La vi-
tesse augmeuta rapidement, c
bient6t, les instruments enre-
gistreurs indiquaient p I u -
s i e u r s milliers de, tours a
la minute. %.. %2
L'eau Iroide arrose les cu-
( ves, condensant la vapeur
dans I'une, tandis que I'autre
se remplit d eau. Sous la con
sensation, le vide se tail de
nouveau dans la premiere
cuve, de sorte que lorsqu'elle
est compl6tement videe, l'au-
Ire se trouve prate A tonctionu
ner de nouveau.
Tout a march sans Ie
moinIre accroc mais iM.Clau-
de n'a pas juge a propos d(i
pousser rapidement la pro-.
duction d'6oergie, pour sa d6
monstration. Avant de donner
le signal de mettre eD mar .
i che tls dynamos, il laissa le
turbines preudre de la vitesse.
Lorsque les dynamos comn
menc6rent i fonctionner, Ics
40 grosses lainpes, disposees
par rangees, sallnrni6'ret. tl
fil, (d'abord a peine rouge, ti
Svint peu a peu pleinement in-
candescent, au for et ai me,
sure que le courant lourni p:mr
les dynamos augmentait.
La demonstration dura as
sez longtetups pour demo n
trer aux plus sceptiques d'en
tre les spectateurs, que Ies ft
torts de M. Claude 6taient
couronnds de success.
L'6minent savant qui, mai
gre toutes les ditlicultes cl
tous les revers, a poursuivi
ses essais jusqua la r6ussile
linale, a 6t6 vivement lticitC.
11 a declare qu'il complaint,
pen lait les semaines a venir,
poursuivre s e s recherche.-,
pour perlectionnner son instal-
lation alin d'en obtenir le plus
grand rendement possible.
Daus son laboratoire, ins-
talte a six mills au nord.
ouest de Matanzas, il travail-
lait depuis des semaines pour
amncner ses expeicoces aun
point ou elles supporteraieiil
victieemusement les critiques
du monde savant.
Les socite6s savante et les
soci6t6s d'inugnieurs de cuba
avaient 616 invites a envoyer
des repr6sentants.
Apr6s la demonstration, M.
Claude d6clara A I'Associated
Press qu'il considerait l'exp6
rience d'autant plus conclu-
.ante que des changements
survenus dans la temp6ratureI
du Gull Stream avaient]dimi
nu6 16nergie produite.
Ill n'y avail (it-il,qu'une dit-
terence de 20 degrees Fabren
heit entire la temperature de
1'eau de la surface el Ieau
venant de 1,800 pieds de
prolondeur. Si la difltrence
avait ete plus grande.j'aurais
pu laire une demonstration a
plus trappante encore, a
Une des choses qui causeDat
a M. Claude le plus de satism
faction; c est qu il est en me-
sure de controler A volonte
cette nouvelle methode de
production d'6nergie.

Dana le courante de la
semaine, M. Claude tern deux
cont.rences sur ies travaux,
une jeudi, deviant l'Academie
des sciences de la Havaue,
1 autre, aamedi, devant 1 As-
sociation des Amis de la cul-'
ture tranuaiseCia la Havaue


agalement.
S," --o--

La Havane, 15.Octobre.-
: Le Dr Luciano de ,Goicochea,
de l'universit6 de la Havane,
doup que M. Georges Claude
puisse produire dZe electr-
cate u on prix sufaisamment
taible,principal avantagedit-
il, recherche par le savant
trangai. -


II




...a vu, an Bar Terrminus'an;
lour t'ine grande table ronde
cinq ca mina grades qui bivaient et
s';iiusaieiit A csaur joie. Mnis
(out d'un coup on s's pernut quun
IroilI glacil avail atmitit lout le
iionde Les voisins surprise de
nlie plus entendre les rires d'a-
vaint se demandlaiienit ce qui avait
dui se passer entire les cinq ca.
marades. C'tatit la choice lia plus
simple duinonde.Quat reavaient
dejA ollert une tournie et vingt
minutess s'taieiit ec &ilele quo
Ie ciniquinie naval pis encore
fait le geste d'appeleIr le garcon
pour le ineltitre aux ordres de
ses arnis.lI atletidirent en vain.
Ala in, le ciinquimie, celui don't
c'6etail le tour d'olrir, se leva,
tira sia montre et leignant un
tloneniemit ridicule,s'ecria:
liens, onze lieures... et aa
emniiie qui est soutirante. Alois
imes amns A de iain.
'i %Cin illa. Lorsqu'u fut parti
out a it Elli its iiit oliitt- ile-
1iiifits Se d c lkj~ iii t' vI 1 i| l'ut
|)re~squI." :,i lietfilri cUP.|H) ,jti|'l
nlie set ii lpiss a a L; 'ilble
la prochluinie lois s' iiW llan it
pas la prerlin re tourile.
*
Voil... l que dais It's g pvs,
II exisle des lio;iinluts ()olliti(jU
quon i i|pt|. |))plusi 5 10 C()if.
iliu ((ue IWlos Its r-s ai nt soi -
veni p..s to niC i1 i|l s'agit i u-
lie aulo i: coa's llince, mais ani
course I. la coivit i s Utm 11 is i.
iisscim i loiujouiN p.ir sc re ii Ire
coipie (ue Le Chwl cest un
candida a It l'Presidli ce.
* n e
.. a revu le jeune Iioameni (|ui
vint,uaie ois;. a Fune des soirees
ide Canlido,A Varit6s,oeiin conipi-
gure d'une Je ses jwuies scours.
qais, vendei 1 su-ir, if e iait tout
seul au spectacle, ou plulft No.
rm (Eu., ainalgi w esfsclignemenIts
repe6e6s, n'a pu disitiiguer, dens
la foule des spectatlcuis. lan jolie
jeune lille carmilite, aux yeux
cern&s.
*
... a vU. di 11 d I a il 1 1in, u.1
ie -es laux-l)atstioslinies qum
xlull il <"n jil!! oniiie vrtu
qui lie t'olre pajs dtIe pIs, mais
tjui lorsqu'ils se croient seuls
se revelent lesi plus eairag6s les
paillards.fl s'etailt gtssdains ite
de ces petites inaisuonis ou I'oin
s'ainuse et caclih6 derriere ua
paravent il en 6tait aux pre t-
luimnaires avec uiie jolie petite
doinincaine au visage chillo a-
nie et aux clieveux cliatains. 0,1
no voyait pas son visage, il
croyait done qu'o.i no le reco i-
naitrait, pareil en cela A 'auta i.
cdie symbolique. Mais Noriti
EIL qui i'avait rin A faire ie
nieux ce jour-lU, resta posit
laus le voisinage jusqu'A ce qu'di
,ort.t. 11 tourna la i16te en en-
raint dans sa voiture, persuade
oujoursucoainnu:'aalruchie,puis-
|u'l ime voyalt pas NOTHE celui-ci ne Ic vuyail pa nlon
plus. Mais on voudrait lui du-
tiander, en anglais, le prix que
lui coita celte petite excursion
a moureuse.
I 0
4 ... a vu avec quelle generosm-
te un passage de la Ligne saiu-
va un chauileur qui avail 6t.,
dans le temps gentle avec lu.
Le chaufleur taisait roues li-
bres el l'agent aulecla A la po-
lice de la circulation layant vu
allait larreter. A ce moment-IA
le passage fit s'arreter la voi-
lure, en descendit, bien qu'il
ne ful pas arrive a destination,
et pendant ce ternjs le chaul-
(eur cut le temips de mueltre
son moteur en movement.


Lorsque agent arriva il tom.
ba just sur le vrombissement
du moltur. 11 sourit, s'en alla.
El le chauffeur, intelligent, lais.
sa sen aller le client, se pro-
mettaut, il fault, du moins, l*eo-
perer, de f'aller remercier i son
bureau.


Abdumez-vous Cuaire aucdent
Sla a tnerai A a.llt I lite
wite Asusiance ,.ua uratttii L.i-
tited a.- Vve '. bermuingham,
Agent Genekral pour asio..


Imaid


- ---- ------------- - ----- -~-._-_,_,._-_-_I _,_ _I. -~--~ --*-- L ~------ LLc-----~------- .-C~----CL-- --~-- ---- --~---_ - -


LeO es les le plus hardis en
areles so Ireavent, use flois arrives
as peir,.,e presence des real!h's
et des fails. Meme apres .oir pro-
*OeWt deianal Is dellemilrs ides d!i-
t.urs iseendiaires,Oa reolhliil alali
de padre andrsc irsion Iors(i|pc
I'aeiir d'un pa)s Ipit Iruinri,
(el jau.


^#,%PIMA -kTI .,%In 4^4-


dp


*J oi r <


I &








PAGE


SMATN 1 Otore Im


Entin, nos vicilles institu-

lions d6mocratiques

renaissent!

Et avec elle%, 'Taldy. Mais ce n'est plus Parisiana, Cest
HIAITIANA.
Nous comiptons beaucoup str nos Chanmbres pour sauvei
garder nos intc>Its politique-, ladyy s'olre pour s'ocucperi
du ctl attractif. C'est ainsi qu'clle a cree HAIlIANA, ine
TALDY o .lile lera passer ite ao rie de beaux fli ti qaelle
regoit des plus grades marques d'Europe, et qui out fail
Iears',preuves duns toutes les grandes capitals.


Foinbrun
ET

'La Presses

Maintenant que notre anil
Fombrun est hlu Senateur de la
R6publique, notre confrere a La
Presse), voula.it, ce qui est la
chose la plus nuturelle du mon-
de, trouver de louables expli-
cations A la dtlaile de son Di-
recteur, notre aini et anciten
collaborateur 1'lacide Davit, pu
blie une lisle oil i'on peut voi
que de tous le s candtidal: au SC
nat pour Ie l)cpiariinewi de
I'Artli luile, 'oiii u-iut ict 1) l)
Francois Da'eicuur u ls, CLIX
qti out eu le iiuonsi de voix a;
Guonaives.
Qu'esl-ce que cela prouve'.Le
faitl pour noire aill David d'a
voir en, par excinple, plus tie
voix qu Ie l) Dl)tslr aux Go-
naives pourrait il prouver quil
est plus consider autx GOiialivtS
que le l)r Dsir? Noll, n'est-ce
pas? Et puis, Goni)ives Cesl uli
ville iiI]porta lted l' A 'llb\ i lbo t,
c'est entendu, inais ile ii'e'i csi
Vasla neale. Que I'aites-vo s tide S.
arc, de llinche, de St. Mi :hi.i
etc. etc. On n'clisait pas Ie 11 oc
tobre des s iuateurs pour lts
Gonaiives, inais pojr tout Ic D l
Arteineilt ile 'Ar hliloimlte. l'l li
oibrun ci st 'Ilu, m.algI' l.i cain.
pigle dc tlaigrciimilint entire
pnise contre lui ct a lai tte (,
laquelle sc tI ouval.'nt qucdques
uni- tie sesi aiciens lbons amis,
on ne peut pas avoir la pl)iteli-
lion de nous laire croire que ce
nest pas un.- coiseqilLtue de
sa grande popularity dans toui
le Dpairtenment.
Cela tatnt pose, il nous reste
maintenant le loisir de pr6sen
ter i notre anii David nos re
grets armicaux de ne pas It vlou
an S6nat de la Rpublique, lui
aussi, car ce serait tout proli.
pour ia ville des Gonaive! don't
it est un des plus dignes repir-
sentanis.


A attention
do notre confr6ro
"LZ PAYS ,
---(o)--
Des ainis coiilmuns nous
ayaut rap(cre jque noire ix-
cellent confr6re Louis U illard.
Directeur du Ol'ays a 01 do-
sagrablein sertion dans no ,re nunimio du
19 octobre courant, d'une lettre
adresste A notre Directeur par
Messieurs either 1'ressoir lBi -
thier C. Narchet et Luiiei liouix
nous croyons dtl nore devoir
de dissiper le liIl Anlenlu.
Nolte courageaix colr~relsait
autant que nous, puisque c'esl
la decision A laquelle il s est ar-
r6e1 dans le .imple a(vis de son
numkro du 10 oclobre, que les
articles ou letlres qui paraissent
sous la rubrique Tribune Pu-
blique, n'engagent ni la respon-
sabilitM dun Journal, ni les sen-
timents personnel de son l)i-
recteur si la letire en question
avait prkseut6 le moindre ca-
ractre injurieux pour M. Cal-
lard, il est certain que nous en
aurions relube Iluiseriion. Nothe
conlrere ue sauai en i', .
aurtout.S'il veut biu se i jp,. er
que dans Ie mwme numciu du
19 octobre, LE MATIN, sous sa
propre responsabilit6 celote fois,
a fl6tri avec indignation la ten-
tative de sabotage que des 6ner-
gum6nes avaient entreprise con-
tre sa maison.
Nous croyons que ces samples
exphcations suliront i atablhr
aux yeux du Diucteur du Pays
qua esl pour nous au surplus, un
Jo.upagnon darmns, que c'est
aas arriere-peusee de lui etre
desagreabbie que nous aron5
dubluie la letire incriunne. Cette
ettre ne nous parait nullementi


presenter I'importance qu'on
aemble lui accorder. I
Alu..., coUull s dia' ipons vi-
te le nuaal!


-1 --f


PIERRE HUDICOURT
pose sa candidature A
la Pr6sidenoo de
la R6publlque.

Le 20 Octobre 1930.
Au Directeur du a Matin))
Monsieur le Directeur,
Je vousserai inliniment rc-
connaissant d'annoucer qu ,
planss les circonstances ditli-
Ciles que confront la Klpu-
Sliqui, i'ai le dev'irdle poser
levaunt 'Asscmible Nationals
i1a candidature a la 'resi-
deiicc.
SJc s ui N t I ll .'1! ;
Iiials uti Naltio nals'c (il,'lti-
ranlt de tries nolibrciises an-
ndes, a ione un roie de pre-
nier 1)pl:: dans la litte pour
l.i recoinstitutiion des I'ol-
v'irs l'Publics ct la rc'C' lel'i-
liol de I'Auioloiuie NA.tio-
diale. Je lie suis l iic pas un
(neutreoqui a quttie les char-
iies d title retraite tra-inquille
pour, a la oiiztime heure,
voler a;u scours de la Vic-
toire.
A ceux qui seraient tents
(de reclameiir mon piograitne,
j i moii re 111011 I'ASSi-,: )arce
>lue je lie saurais iln desho
ntorer an deve ,ait iulidcleaux
.Aces iqui le remiiplissent.
.Et le (pl in Forbess,de qucl
que poiut de vue qu'on le
comusdcire, West que l'abou-
tissenimnt des elloits diu tieW
petit noimbre de citoyens
qui, pendant les aunaes terri-
bles de l'Occupation etrang&-
re, n'ont pas hesite a sacrifice
leur reps et autre chose au
service de la sause de la [Re-
veudication.
'Jesuis caulilalt i la l ire-
sidence, parce q ,e e ne couu-
bidtre pas le PalAis Nationalj
coinine t1n lieu de devices et
dle plaisirs.
Je me presetle devant i'As-
semblile Nationale libre de
ious engagcnients, de toutes
obligations envers les uns et
les autres. Je n'ai pas fait de
canipague pour la P'residence.
le n ai pas clierche des parti-
sans pour mie soutenar. Je
tie m'apuie sur aucune o m-
pagnie ctraug6re d'Exploitl. -
tlio du Travail Ilaiien. Je
a'ai pas, d'(( Amis'politiques '
a qui i'aie pu promettre
les functions de I'Etat.
Penetre des necessitls poli-
tiques et interuationales in6-
nluctables de mion Pays, j'ap-
porterai dans ses re\endic -
tions l'intciligence, la tertnet
et la moderation qui doiveut
attre inseparables de l'exercice
de la Magistrature Suprdme.
.,C'est dans'la pratique du
)roit que i'ai passe toute mon
existence.
,.L'austeritu et la dignite des
priucipes de ma vie devront
itre les caracteristiques de
ma carrier de Chef d'Etat.
.,Veuilliez agreer, Monsiaur,
de cu. oiside alion res
distiuguee.
Pierre 11UDICOURT


"f:T+ i .... ._ .%._
**.-W 1 .-

CONSTIPATION
prenez les .
(.OMPRIMW |
SUISSE8S
de DELORT. Pharmacid,
9., SRue Saing-Antoine

C'EST LE MEILLEUR
DES PURGE ATIFS


Aux ELECTiIIRS du Idpartelmet
'"de I'felEST.

Je liens A remercier et re-
mercie du meilleur de moi
les Vingt et un Mille Citoyens
dqld6partement de I'Ouest qui
m ont librement accordtleurs
suffrages. Je considkreileur
t6moignage de contiance com-
tme le plus;graud honneur qui
n'ait eteClait dansima{car-
riere politiqne.
J'ai d'autantfpluv le droit
T1 en montrerde la fiert6,qu'en
wie lanaant dans la champagne
electoral. je n'avais compt6
que 'sur la sympathie',popu-
laire. Elle est venue"A moi;
elle s'est manitestee ae Bello-
Jere aux Anses a Pitre.d'une
inaniere si kclatantejque cela
in'eucouragerait's'il ten 6tait
besoin, A rester ce que j'ai
vonlu toujours Atre: Uncito.
yen modern et uniquement
preoccupy des int6rets de sOD


pays.
H. Pauleus SANNON

Union Patri-tique
... C~omtt6 Central
R6pub llque d'Halti.
-o-
Port-au-Prince, le 20 Octo-
ble 1iy30.
es uembres "du (.omiite
t iii il soutl < oiv ques enL
seance extraurd n ir. alu siege
oucial, 523 [\ue Dantes Des-
touches, pour mercredi vwngt
itux Octoure 1930,Ai 5 heures
,te I'apris-nmidi, aux tins de
discuiter le project d'adresse A
I'Assemblce Nationale.
Faute de quoruin ce jour,la
seance se tiendra le leude-
inain jeudi, m~mCe lieure.-
I't si le quorum n'elait encore
obtenu, la se.irce aura lieu
ie veudiedi 21 a 5 heures de
l'apres -midi.
El cas d'impossibilil6 de
reuuir le Comite, I'Aiumnii-
irateut delegue reinlttia l'a-
d(resse sous sa seule respon-
sabilite.
illGAL


Que s'est il:pa*s6 au
Bureau de Recense
ment ?
-o-
II est parvenu A notre con-
naissance que la commission de
recensement n'a pas pu travail-
ler dimnanche, comme it est ex
piesseinetdii di dans la Loi sur
les elections LOgislative. Que
s ebt it passe a la Commission
de recensement ? II parain que
les mt mbres qui torment cette
coiminbsion n'ont pas pus'enten-
dre sur les operations de cer-
tains bureaux de vote et qu'ils
out renvoy6 leurs travaux a mer-
credi. La loit lectorale permet-
elle ce renvoi ?
11 y avail toule aux abord5s
du local ou la Commission tra-
vaillail. Aussi une certain de-
ceptioni maiqua-t-elle le visage
tie oul Ie mode Iorsqu'on sut:
qu'il lallait encore attendre
jusqu'A mercredi pour savoir
otticiellement quels sont les de-
put6s de I'Arrondissement. de
Port-au-Prince.

ous c recevons d'un de nos
(ILS la note suivunle que
nous pblions suir sa de(lmande:
Un Point Hist..rique
-o-
A la nonvelle d'un grave
malentendu entire certain
membres du Cartel, malen s
teudu qui pourrait causer un
vrai desarroi du group, on
s'est vite mis en action. A
oaze heures pr6cises, MM.!
Vincent, Jolibois, Pradel etI
Nau s'etaient reusis chez Mr.
Marcel Fleureau,avenue Jo n
Bruwu, d'uo ils south parties en
tourn6e dans la grande Buick
de Lyncee Denis ( voiture
d6couverte,Launfins,.d'annon
cer A toutetla Population que
la discipline un instant
6branlke avait reprise torce et
vigueurca vue du triomphe
en bloc du Cartel.
L'exacle viritj


Alleo A
Cosmopolitan fear
Rue du bort-Per,pris de 'ellen
Mme MARIA BERTHET
Consommations deler choix.
Distinction et bon goot. t


PIr houli. It1 ut.
pour dame 8,50
)otw cadct 9,50
istributeurs:"
MOHR & LAURIN


I








I
I


Nouvelles

Eli anqeres
0--
RIDIO PRESS NRWS

18 Octlobre
Borle d'uue mersure au doigi
NEA YORK- Mrs Jesse H.
Birn, lemnme d'un riche mar-
chand de porcelaine et leader
juil,est more d'empoisonnement
du sang qui se d&veloppa apres
que son maria I e&t accidentelle-
ment mordue au petit doigl. Mr
Birna di que tel accident inusuel
survint tandis que si temme et
lui dormaient dans leur maison
de We-t End Avenue. Mrs Birn
mit le doigt dan, sa bouche et
se rAveilla avec un cri quand ses
dents le rnordirent. lits allrent
chez un m6decln le jour suivant
mais l'empoisonnement du sang
se d6veloppa une semaiue plus
tard.
-o -
D& irations d lleary Ford
LONDRES A la veolle de
retourner en Am6rique A bord
du transatlantique a Europa D,
Henry Ford a exprim6 des vues
optimistes sur les perspective.-
inlustrielles internationales.ll a
dit : a Je pense que le monde se
relive sur une base buniun et
solide de conditions de travail.
Je pense que lea industries n'ont
jamais Wtu si replies d'actives
promesses que in iinuerfa il.t
-o -


-- M*AUT -
Aucune autre plume tontaine ne peu
#galer cette douceur de Parker. AUCU 7
autre plume ne poss6de 1'dclat 6tincelauh A
du jais et le brilliant de:la perle combi.
nes dans un ensemble; original et pari-
sien. Aucane autre plume n'est plus
propre i laire parties des autres beauxe
eflets quelvous poss6dez personnelle-
ment.
Aucuneautreplume ne prdsente cette
apparence 616gante joint A une 6criture
aiste.Une pointe sans pression, une plu-
me brillante, le tube fait de Permanite
Parker et incasiable, 16ger comme uiae
plume d'oiseau, une capacity d'encre
24 OO plus grande, tout assure u it
excellent performance.
Ainsi, quand vous achetez une plume fon-
taine, voyez si sur le tube, est ecrit Geeo. S.
Parker Duofoldat Car ce nom est la marque
distinctive de la vraie plume Duofold. -'
Examine la Parker Duofold dans ces 5 e0 i
tantes counenrs on dans ie noir Perle modern .


La lutle conlre le ehmage
WASIIINGTON-Le VPI sident
Hoover a appel6 six tooction.
naires de son Cabinet et le gou-
verneur Meyer du Federal le-
serve Board A prendre part A la
lutte centre le ch6mage, leur
demandant de former etl de lui
soumettre des plans par lesquels
le gouvernement 1ed6ral pour-
rail aider 6 laire A la situation 6
travers le pays. au moment od
I'hiver s'annonce.Le Pr4sident A
6mis son appel i une seance de
Cabinet et a affirm que les
Etats-Unis doivent emp6cher la
famine et le Iroid d'alfliger ceux
du people amnricain qui sont en
butte A d'honnntes dittlicults.
Les foactionnaires appel6s A agir
dans cettle ventualitA, outre le
gouverneur Meyer, sont les se-
cr6taires Lamont, Davis, Wilbur,
Hyde, Mellon.Ces hommes sont
appeles A prendre on mains kl
situation avec les gouverneurs
et les leaders d'aftaires A travers
la nation et A fixer les points
sur lesquels le gouvernement
peut s'associer 6 eux coopdrati-
vement. Les recommendations
de M.Hoover ont indiqu6 A cou
a Washingion que le President
a dans I'esprit une organisation
pareille i celle qu il mit en oeu-
vre pour absorber le surplus de
travail en 1921, quand il avait
igi sons IP. direction du Pr6si-
(dent H irding. A ce moment-Ia,
le plan de M. Hoover tut ei
connu pour avoir stimul6 'acei
vite et contribu6 beaucoup A I,
maiche veis la stabilisation.
-0-


UI auleraphe de la mIre &
tdeWashi
PHILADEL IilE- Une
A I'6criture tanee 6crite ii
pr"s de deux cents ans, dans!
maniere so'guicuse de May Wt
shiagton, mere du Premier Pr
sident des Efats-Unis a rapp
te 1.450 dollars, le plus
prix A une vente A I encan
d'autographes et de manuscri
-o- W
Toulles s* Reickstag allit!
BERLIN Apres avoir pre
duit une strie de clameurs al
Reichstag, Gregor Stiassar, bi
lerite militant et leader destai
cistes dans la legislature, a A
clhr6 que son parti recherhl
avant Joutes choses I abrogalts
du trait de Versailles et s
vetage de 1 Allemnagne, mnM6i
la guerre devait en rsulte-r.-
Strassar fit son discourse a
que ses adherents eurent
plusieurs orateurs et aprksl
le President Loewe fit desce
de son siege de Pr. sident,
mettant au vice-presidentf
ciste Franz Hoehr d'occuper
dit sitge. Hen Strassar mo
aussi clairement l'opposition
son parti aux Juils quand il
clara que a les socialistes n
nalistes ne desirent pas pe


fASTHME'P
Saoulagement Immi6dlat it gu61r
[Globul6s R6ba
I Slte memUleux.ujzpretanls
I tuo e w.elwe Iomanier
1 6 DAIoUx, 31, Rue Victmrl
D Bols-olomb (Stine)


Les Merveilles d'Odeo


Sont arrives 305 Numeros nouveau

et merveilleux de DISQUES ODEON.


Demandez la nouvelle liste et procure

vous vos disques au plus t6t,car les qu.

ties arrivees sont petites et seront

oDUisees. :

Aussi ce sera le dernier arrivage

I'annee. I


Bazar Od on

SJ. KARAYANY.

Anqle Grand Rue & Rue Fer'


V arrDuofo.ld
%/ KI O


!PORT-A D-PMnwOru
Ale..P.TRUS, Pharmar,- ALBRI-.TIM
Pharmace du D0- Juatin VIAR)
*o teute" I" bonna Pharmna

I_ __


;Z. .r


I


I




- ,- **- 7*- 1- -- l --.7< W-C-


S ait


A greabl


R Kiche


T


riomphant


H eroique


E neroique


mCHET D'OR
I HET ROUGE
EHET BLEU


lSlionEa L lipiPiesM 'er "d Baril
.IANER10. L:a"O DE JANEI1IO De lor
ires march sur 6evnt a 15 millions de dol-
et toa capital oat 6t6 lars a 66 exp6dia aux Etats.U.
sur lesa.trontasnord nis par is Banque du Bresil daos
a anonc6 an ourd i ceodernoiresviogt quatreheuies
nement. Les rebelles avec l6quivaleut d uLS antre
It pen6trer asna 16t1i ez-tditloo valiant ..en Anleterr.
Palo tenant d iron- expdioallantenAnleterre
da Parana ont subi Une
B 0i area, a ditunco- An6mie 6blith
Aidu Ministre do Ia Jus- '
Sm rapporte que pres de Convalescence
a d rebelles out 616 tfails lS Paludisme
mo Le gouvernement !i vres PalUdOSme
i rmpport6 des succ6s f- I
Sdan l'Etat de Minas OUINIUM
Im 9P5W U


ASTHME
flppremsnu, Catfrt"e,
Suffttwaeif, a
4 Toerilx uae
OrUses c Ls*nweR"a
IlETTES CLEIRT
FOUDRE CLERT
mT, 5%, soaauLStaet, waa.
o t tout. Pliurninbl5es B


LABARRAQUE
I e plus puaissant
TONIQUE
Reconstituant
Mason FRIRE
19 r. Jaob, PARIS


....... .... w-AW.IM- --.-*


4
OAT 0E
eg...-


Les
MeMe ure
Pourr Feb~s


4


parce qu'ils mont dig6ris fact-
Icment; 1'amidon est d6Ja
&6rae6e parce qu'elle a 0t6
CUITE SANS FEU-
AU '.OULIN-PENDANT 12 HELURES


LOCoNs D'AVOINE 3 MINITESS
,^________.__________0-i


Toutes les Polices
DE LA


:SIN)I


A qreeable


R ich


' T
I triumphant


eroical


=


11 1


GOLD SEAL


RED


SEAL


BLUE SEAL


LE CLOU de la SEMAINE
Les nouveaux disques incassables (; Durium v Chaque
semaine un nouveau disque A TRENTE CENTIMES Or.
Les magnifiques phonographes portatils a VINGT.Dollars.
Distributeurs pour Haiti.
THE PAWLEY SALES C., Inc.
1618, Grand'Rue, 1618.
Accourez y tous, avant qu'ils soient enlev6s.

HOTEL COMMERCIAL
Rue des Miraules ( prs Ia Banqueida Canada)
STap i ,htplose No 2097 .-- o. I
.Par sa position, l'H6tel Commercial qui estfsitu pros; laBan-
quo Nationale de la R6publique at la Banque Royale du.Canada,
ofire aux homes d'aflaires des autres villes, ,du payset aux
strangers de passage &Port-au-Prince, des.avantages tr6ssapprd-
ciables. '
1 11 eat recherch6 pour le conlort desirable qu'on y trouve. Les
chambres sont bien adries et spacituses. Les metals des mieus
pr6pards/A l'H6tel Commercial, en font un, endroit priefrable
our les diners qu'on oflre A deslamis disti~gues et qu'on vent
i6ter. Service accel6r6, assure par'un personnel de chois.
S'adresser pour-les.conditions l(es plus avantageuses au pro-
pridtaire : DO ..SM ,ND
J..C.DORISMOND _
hkEELATI S I S IiIKELLES I L'a lmemens dan-
SIk deVRAIS SECRETS SCIZNSOCLULT l 'ISTITUT TIPElAA UEI
Domination des vulonds force irro- I | o. 0l *
sist.uble ssurrnt to @"us" riT' e Dot s IexCellence.au strieux
FOPTUNK. rhil.s triom hateuri
d'amour. I&~I*toSd.e is = l* r=e iatse.
de o pys oicegratuite.- Ec irees isat.....
es.u. Rd d A..t RsPA A linfaillibilite ,des methodes
emoloyes, a la comineten ce des
maltres choisis.
Tant pour les branches clas-
siques delay 12e d la Phldosuphie
pour I etude pratique des lan
Inc. A~- L gUues vivantes,que pour les bran-
sanUM. USISE.I.. ,. sa.s LMmusasma ches e Sidno-Dactylo,Compta-
,gstams I.e la lde ta pua**"t aMudi bilit.
move",wWnm, PO MMAD Ajoutons d cela une pension
kg'IBm irreprochable au triple point de
vue d Iygiine.
Wa.auaiuua'iP& M&N... Discipline et iravail.
Lh ans ais Acnotls tr soin
% 1537, ue u.narre
"elephon 11 h.u.na
H dure i Fd : d2819, .


CI


Comprennent la Protection centre la
-oudresans aucamentation de tawu


AEug.LeBosse#G o

Agents Generaux


PAGE


~tr


RHIJM PAI MAIAHES


Extra a-fin


3outeilles


X


)Or


XXXXX "

Par (G-1Ioll:. Or


Pour des achats (de (


0,50

1.50(
E2.5()


iros


s enten'dre avec Ia Dil.'tion


L'deal


llii iii


ALIX ROY


28 annees de success.


ASSUREZ-VOUS
a la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland I
Cera A6NBIPAL J est uone des plus puissentes et des plus vastes orjenisatoiss
de wlars. L selelil ne ae couche jamais sur son champ (d'action q(ni 'mlbrrse le
mood.
SO,P') s io.treo inedis eovrent aussi Ie os occasion s rir .sa loniree.
SeI Pi pour Automobile douvrent vols, iOWIlie, malveillaice, (Ioimmag, s
e ams i autrui dacs a person onc dans sea biens.
Mes Polles Marlflm 4snes "par ss branches d'Burope sent yabwit en WlS`i
SeM Polees contre s cideots sont valables dans I'anivers enter. Touw rs vOyg-
gears d-raviml donc prendre It prwaution de se muniUd'une police con'-re accidents
d'au monbs 4000M dollars, la prime annuelle n'6tant que del1/2 -/. suit 20 (dol lS V. C
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Cavs


SOMWA GW


Aent Gbn6ral pour laiiti.
tortau-Prnue. G. GILG
JIAN BLANMUM' JO6mit


2 MATIN 21 Octahre 1
059


5 ound


-, !.i:F


E nerqetic


Fine Liqueur
Superfin
Fin


ICE


--- I- -- -- -ohm-


-r


-* -.-. -~ -I---- r -


On voit bien que les r(tu-
nions de plus D'UN 1ie
sont plus interdites.
L'autre jour Granchir eMtalt entour6 de 4 on 5 copairs
qui ne cessaient d'admirer sa lenue irriproch:'le.
-- Que diable, Messieurs, leur dit-il, vous ntaver .qu'a fai t.
come moi.
Et d'unDeste il.leur indiqua la maison de
V. GADINO, 225y, Rue Bonne Fol.
C'0tait A deux pas; ces messieurs, en coup de vent SO
pricipit6rent:chez le brave' Gaudino.1i4en u'est pius,inerveil-
leux en elletFquegson exposition gigantesque tit. Casimirs
lrangais,anglais. beiges et itallens, ses cravates de tout
Grand Chic et ses chapeaux Dernier Cri. Quant la la atu
uerie, n'en .parlons pas. Eta paisant ).arula, I'ai enteudu
Papayoute dire:
.Cou moini ail giou plumne
At(mp' vin' prenld gnou coslume.


Ail Ron IIaitli('


**- I -


t


ffi







Mardi
21 Octobre 1930


Le Matin


41.Pasos


s.AA ANNKE N e aM
Fort-an-Prince
T16pDbone : 2242


-GLOBEOL7
donne de la force


Convalescence
Neurasthenie
Tuberculose
An6mle


ta Core de CLOBEOL
6u4mente I force nerveuse
ts rend aux nerk raieunis
e*utq leur nergit. leur
mapluse *I 16 vifuesur.


* rf1.m~n5 tloat---I
I .>o M*4.ClH
F* I*O
~~- -- -


ltes leIrerareurs


plus de 500,000 propri6taires.
pasun centime n' e6t6 i6peas6 pour reparation
cun d'eux I


par


I-,-


Vente A conditions, si on le desire.
COMPANIES DECILAIRAiE ELECTRIQIE.
Port-au-Prince -- Phone 2266.


Cap-Haiticn -


Malar" tout le 1vautaoas
rue out prienter Ia tir*-
ir0apie artiflleille, docent o
parfuls .oula flair ua
mithode capable d rtemple-
rer In tras.futlow seanlala
e'le-notme rt coal avet ato-
Sage. dsait-n,. malrd qu'il
*Ile toaujours avoir rour
I elle. au moins dame le I an
argents. rous ai etoyols pi
ue Ia airotdrapleo pulseM
donner. on use (ole d o Ca.
lei rkaultate remtrquablev
qu'r.n pout ebtelr da'us cn-
te prolonged de o0o1bol. a
fa. d'un organlme s re-
m*oter. A revivifler. & refal-
r. c'est toujours It cc dr-
*ltr qua nous donnero* la
prdttfenec.
D' If GamTr,
S Licenci ie science.
Lauvrnt de la Faeulld d.
'Jdercine ie Parle.
itabllisementS ChtleatS
Gramtes Prxl
FoPiml' rte Il1it a Parts.l.
ru Vs enclinnes Pr, te .
a |'".t'" 'h""".:, .el


UONS DE PIiANO
Avec l'ouverture de I'annie
scolaire, lea m6res de lamille
vont sdrement fair recomi
mencer A leurs entants leurs
leconsdesoll6ge et de piano.Si
des ellesdsirent qu'ils tassent
progr6s rapidesetlposs6dent A
fond cet ail de la musiquec
qui n'admet pas la m6diocrit6,
elle n'ont qu'A s'adresser A
la grande artiste qu'esl Mme
Jean Magloire qui, a des
conditions tres avantageuses,
leur donnera pleie et en.i6re
satisfaction.


66


6


ooulage des maux de tte
et de la n6vralgie en 30 m
nuten. Airkte un Iroid le pre
mier jour et la malaria on 3
jours.
666 en tabIttes aunsi


BI RE 'NATIONALE-
BII RE NATIONALL*


DE LA
Brasserie


National


Se vend artout Or 0,10 le
verre malore sa quality su-
Derieure.
Proteaez votre poche et
votre sant6 en la buvant
toujours.


Ce qui n's jamals6t6 falt
Co qui no pout 6tre d6pass6

Kola Champaqne
F. SEJOURNEI
I'par6 dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Preparation et Venle
PHARMACIE F.SEJOURNE
Angle des Rues Robx et du Centre.


Phone.265.


----


Goulez ous les Hi.hinms.

ET VOTIIE CHOIX S'ARRETERA
INEVITABLEMENT SUR LE


Eu


Qui, a


prix egal,est insurpassable pour sa


puret6 et la finesse de son ar6me nature)

DIS71LLERIE DE fAIGLE

M. FONTAINE, Proorietaire
Dip6t: An aqle desrues Dants Destouches
et'Maaasin de rEtal.
Represenlants: St-Marc: H. Deschamos
Cap-Haitien: M. Giordani
Jacmel: Pascal A. Brun


CAFE
Side Step Inn
1626, Place Geffrard, 1626
Consom.mations!de*ler choix.
Service irr6prochable
j Rad'o-Orthophonic.
1 Tous les soirs.
=- .,


Avisau Commerce


La Panama Railroad Steamship Line a l'avantage
noncer les departs suivants de New York pour Fort-,s
diiectement, durant le mois de Novembre 1930:
D6parts.de New York Arrivages a Port-.an.-
Steamer "Cristobal" le 11 Nov. le Iti Novembre ia
4 a Buenaventura le 18 Nov. le.24 Novembre K
041 Aucona le 25 N )vetubre I( 31 Ntv. 1930.
"Jas H. C. VAN REED.]IAgout Gj
- a.n. ... -

Grand Cafe de France
Sous la direction avis6e et intelligence de Monsieur Pg
qois Giraldi qui est devenu l'associ6 de Monsieur Patwl
propri*tnire de cet 6tablissement qui n'a pas d'6gal,le
CAFt DE FRANCE, offre A ses aimables et distingiets .
les consommations les plus fines, les vins de tr utes pr
dances les plus choisis, Cigares et Cigarettes, Sandwic
varies, 6 des prix defiant toute concurrence.
L'accueil le plus s3mpathique continueia A htre'le a
leur attrait du Grand Caf6 de France.
PATRIZI & Co
T616phone 2341.


RHUM HENRI Garden

En peu de tempsi ce p

duit remarauable a conqu
de haute lutte une'renol


mee


des plus enviables.


Demandez touiours le.,
Rhum HENRI Gardere.,

-~-P -




Pre.-Ca,-Tlan?
otu vous respirerez au son d'une*musique"parfaite
orthophonic dernier cri les partums grisants des e 0
rons en d6gustant les liqueurs les plus fines, les boi
les plus ratraichissan'es A des prix rellement surprena


ALUMINUM LINE&
DJparts directs de New-Orl6ans et de Mobile
pour les ports de la R6publique.
Un steamer laissera (Tampa s le 25 Octobre coum
port-au-Prince lea autres ports de la R6publique.
Port au Prince, le ler Octobre 1930.
A. de MATTEIS & Co, Agents G6neraux


Insurance Co

Une des plus fortes COMPAGNIES

CANADIENNES d'ASSURANCE


sur Ir


I EUG.


SVIE


Le BOSSE & Co,
kaents GeneprauxI


- w -I *c l,


I 1 3*11111


-- 1~11111~ --,


~YC I--I----.- I --- -- _1_ -- 'L


I-- =lllrr


~~~- yl- --11--


-- ---- I'--1 L ---C-


me"&




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs