PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04938
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 09-26-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04938

Full Text





jlment Magloite
DIlRECTUB 1

6Im, RUP AMCONNE *198
TELEPHONE No*22


Si TONS vale**r que Vs alaire
e lassel, allez y vou f*te. si
Trs at %msir pas qu'elles soirn
laites, eveye:-v. FRANkLIN


SVNDBED.I 6 SPTEMBIRE I
VENDIE Di 16 SJPWrEN Ii E w~q


MAYARD


pns le Nord


I lpris on hesago rego ce
Mayard a pass6 la nuit
nsace. Le message dit:

SAux Poteaux, A Ennery, i
gtasrd, A Plaisance, I'accuell
"- des plus sympathiques
nl t lous ceux qul se r&-
Ifimeat a Port-au-Prince de
lident honteux poor eux
1 al eu lieu a Gonalves.
aLes parties inconsistants,
ciaDnt quelle allalh tre las
inception A Gonalves, o0nt
i #iA ce vilain complot; il
1.r roster pour compete. Lae
uaorit6 gonalvienne est avec
rim., comme l'a prouv6 le
*i gros succ6s de Mayard
ir aspr6s-midi dans la noble
CM do i'nd6pendance, A l'b6
awlmt.*Michel d'abord, pui-
bio quariierb populaiits.
Noti*odidat a 6te ovation-
n paeLtot, par lite et par le
Pe npi, Les organisatems d
Is a se contre-mauitesta
tiom mat connus; leur action,
iaavouable nous a plut6t ser
T maiso 6norm6ment.B
-4


Gos di 'e iagle
o-
Dans !e Grenier de Port-au-
Prince preud ses bats un
toot petit rat de la litt6rature
gacrstaloquente don't la plume
auriese est come flamberge
ao vent
Sea cris aigtis 6tourdissan's
riveillent mdme les morts et,
apparitions tantoiuatiq esnos
Aleux, 1os immorlels heros de
1801 se manitesteut sous les
traits du Cartel; mais, lors
que nous en titons les mem
bres.lorsque nous nous livrons
A la besugue de Saint-Thomas,
la paume des mains et les
c6t16 gauches ne nous decou
rent pas touiours les marques
nleflapablesdu sacrifice en vue
de la redemption!
Voila Rollin devenu un
Roland furieux et avec son
tron.on de Durandal, il nar
rive pas, de srs coups ing6ous
at debiles, A pratiquer dans
le rocher du Parti populaire
Is moindre egratignure.
Paladin, restez tide; menagez
t0s forces pour lassaut de
SIrnu et conservtz votre inuex
SIusateur pour 1'encre inde
/lbile I
Oui, Paladin, restez tilde I
ou beu, J'appelle un chat uu
I cial et Eollin...
MONSIEUIl DE CRAC.


Propos

cachetes g
-0- n
On lit dans les nouvelles 6trang6- |
des du jour qu'A Corkeville (Tenn.)
deix jeunes amonueux separ6s de
survivaiatpar la volont des parents I
se sont volontairementr6unis dansa s
mort.
Thelma Anderson, 14 ans, et John t
White, 22 ans, s'aimaient depws des
ktois,ote lormaient te project de s*6pou- i
unr. Le pOre de la jeane flle. aant eu
veat du fait, mit d*autorit6 fin a I
petite idylle. De d6sespoir John se
_Itada~, i y a trois semaines.
Siter, Thelma doat c'6tait I'anni-
v3!ire, se rendit en eompagni do
* our. i la tombe de son fiane6 et .9
louguement... .
We'tr6e a la mason, elle c6da a son
4t@poir et mit fin a me joura en
tM vant do propre revolver d. son
Cute petite histoire m'sa monille6 I-
Se-, ... si bien que je noe sais plus
COaement parlor aujourd'hui de 'ex-
'euSat akUM SaTUat (RMcaTT D'on.


4, fre-vou etowre accido
14 a General Accident F're A*
Life A srAac Goro raucoa L-
-ed v4 rMIDgtn'
^*Mwit MLDt


funLES s
jFuneraiIles


C'. anut bher, u todK eu
din convol .tr6s imaposut,
qu'ont e *a lieu, en I'EgUse dua
Sacr6 Gcer de Torge a, les
fundrailles de oe* Auguste
Bonamy qui, come nous
I'avons d6fa dit, laisse beau
coup de regrets dans tous
Ie Pays ol ii occupait d'ail
leurs one des plus important
tes places.
SLa Musique de la Garde
d'Halti prec6dait le convoi
oil i'on remarqqit, suivant
des courunnes qu'ils attient
oflertes, les repr6sentants de
diverse corporations haitien
nes: Les tribunaux, Ordre
des avocats, la Badque.I'Ecole
des Sciences Appliqudes. Le
President de Ia RBpublique
Sui s'ttait fait repr6senter
dns la mnaison do detint par
sun Chbt d blta Major avail,
lui ausi, envoy une cou.
ronue. II assist d'ailleurs a
la c6remonie religit use.
An cimetiere divers discours
turent prononc6s. M Volel
parla 'au nom da Gouverne
weut, Emmanuel Etheart,
President du Tribunal de
Cessation, au nom de la
Magistrature. Mr Hermann
Heraux au nor de l*'Ecole des
Sciences Appliquees, Me Nau,
BAtonnier de l'ordre des
Avocats, an nom des avocats
du Barrean de Port as Prince
etc, etc.
Le convoi pass, pour se
rendre au cimetlire,devant le
Palais de Justice et lEcoledes
Sciences App!iquees, deux
monuments qui seront ton.
jouis vibrant du souvenir de
Me Auguste Bonamy, devant
les depouilles de qui nous
nous decouvrons une nou
velle tois.
Nous renouvelons a toute
sa tamille nossinceres condo
l6ances.



Inte'ressante

Apres-midi
-0-


Une int6ressarte seance litt6-
,aire a t16 organis6e dimanche
ur le Bel Air pi.r des jeunes
lies et jeunes homes, sous la
onduite de M G. Denis.
Des morceaux out tW dits et
eux comedies onltatttir I'at-
ention du nombreux audiloire.
Un discours a 6t6 adress6A
1. H. Laventure, A I'occasion de
a nomination come officer
'Acad6mie par lejeuUe J. Na-
sire et une autre par une fillelle
Alle L. Casimir, A M. L. C. Lhr-
isson, pour sea belles cmuvres,
u Bel-Air.
Les reponses out 6tM applau-
lies. M. Laventure a parlA avec
ucc6s des ceuvres de I'Educa-
ion qui doivent Wtre encoura-
oes et M. Lherison a nott lea
irogr6s accomplis par la jeu-
esse du Bel-Air.
11 a loa6 le dIvouement de
M. L. Louissaint, president de
a Mutualit6 Scolaire de la r6
(ion, fond6e par M. Lh6risson.
Le quarter a aulourd'hm ptlu
d'6coles qu'hier et la tr6queota
ion scolaire est meilleaure. 1
adresae des flicilations 0 (a.
oirs at Parie deo as cana
lure au S&Mat en d~velofma
les points principsux de soo
progromme : le problems de I(
Pisre et le prob1dme de fRu
callon. 11 p Uinolae Co d
sincere et demanded que Iles
leurs envoiant as Corpgs gia
ut ues aHowa-Ms alras latd
,on.'cieioew Catte allocfuilI
el souvent applandie par la"u
nombreuse assistance.
Apris-mid intrerssanle.
LAllisace frueaise de Port
au.-Piice a esvoy6 ana volail
aus pOROCip5Gl *cioors do cell
.llIo Spriiidi rtcrttv
out bien reud ia ps
Ao-t-e-- fgeb


Ii


T4 rrotamff


de Constantin MAYARD
-----o0--- -

( SUITE ET FIN )

(0oir les No des 16, 17,18, 19,30, 22, 23, 24 et 25 Septembre)


FORCE PUBUQUE.--il gise pfai-
teuciatre

SERVICE 'lllYGNI I
Par ce que i'ai dit su d6but
de ce programme, a propos de
mes luttes concernant I'organi.
station de la Gendarmerie, vous
devez comprendre. mes chera
Concitoyens, combien eis const-
dare que les services do la torce
publique doivent Wtre entire lea
mains haltienmes, les Hattiens
aya,i plus d iuielet ique quicon-
que a empeher tleas ruptures de-
! oudre, compiomuetuautes sur-
tout pour leur vie, leur proprie-
St6 et leur iudlpeaidance natio-
naieJe precise ma pensae.Petit
Nation a'ayant pas A nourrir
des tives d'expansion, obtigee
de sen retuettre pour sa pro*
section exterieure aux garanties
du Uroit internationnf l et a sa
prone e bonne conduite, elle n'a
pd A shonger A se douner use or-
ganisation oflensive coiteue, A
I instar des aimees, inastitutions
qui bnt l 'apansge des Grandes
Puissances mi itaires.
Mais suivant le sage example
de noire Sceur, la Iapublhque
Dominacaine,nous couserverons
no.re Garde avec ses attribu-
t ons de lorce arm6e et de po-
lice a la fois en la rendant sons
t: commatndemeut de uos olti-
ciers indigenes nstruits et en-
traines, de plus en plus etficace
pour la protection des person-
ues et des biens, en vilite com-
me A la campagne. Quand sla
desoccupation sera eneiement
realisee, come cela doit Aire
au plus 6t et que largent des
grob traitements payes aux ame-
ricains de tons les services, ces-
saunt de leur etre verses, tera re-
tour au trcaor, lts cadres de la
Gendarmerie serunt augumetesa
suivant lea btboins. Car pour
un gouvernement civil ii taut
une lorce publique puiasante ean
discipline eten e iprience.
De plus nous devionsnousap-
pltquer a encourager le, sports
don't le goilt en Haiti &st ne aux
Cayes ii y a trente ans, le me
plais A le rappeler, a eu demo-
cratiser la prataque a travers
toute la Nation, pai ticuliere-
meut la pratique du tar, come
en Suibse oit le people nest i ten
moas quoa mihtarste, maim ou
en un lour de piil public la
Nation euntre pent, sans aide
exteriture, se drtessr, uuanime
et viaile, pour ue utile defense
du lerritoire et de ohouueur na-
tionpl.
Quand I'ordre actuel sera li-
uuide en coulornite du Plan
iurbes et en coutormite de la
ienos6e publiquement exprimee
du President Hoover en accord
dvec leas aspirations prolondes
SJo Peuple Haitien,nousdevrous
I ntroduire dans le Droit public


e
B

i
s
I
i
t
1
a


*
e

a


-1
ej
ni
t9
to


da Pays, une disposition qai L'iNSEIGNEIENT
assure la vie et les biens centre
lea entreprises des r6volution- Nous r'avons dit, l'instruction
naires. primaire obligatoire demeurers
L'inttrkt de la psix publique comme une g nereuse chim6re
pass avant tout. Je pense qu'l inscrite dans notre Droil public
taudra decider, par exemple,que tout le temps que Ia creation
lesa idividus qui seroat con- du Centre rural ne viendra pas
damnes par devant les tribu- mettre I'Etat eu measure de Ia
naux. ordinaires poor le crime donner aux payaans et ces der
d'avoir moment -l'insurrection niers en measure de la recevoir.
devraient avoir leurs biens con- Nous savons bien que pour
fisques an profit des tiers, qu le monde de Ia production agri
auraient Ote l6sss dans leur per- cole i'enseignemeut qui convielut
sonne et danb leur proprait par tot d'abor-d aouionrs ctre un
La, edition ; lea pour.suitls aan euseagneumnt ur place l en-
A la diligence de ces dernmers. ,uie qu iJt devia cotlsistcr til
Beaucoup de petils pay, de cel .-nseigneintil tie la lectuir tie
hemisphere soufltrant dlu mal l'dcriture, du calcul. des ,tii i%
des guerres civiles se sont trou- d'&conomie rurale et, tai plu-i
vys bien d'une telle measure. .,our les files, un enseigaiiineit
Dautre part, .not qu'une con- le tr ,vau& manuels et decouno
ceplion tr6s lausse de la liberit ,iae c'omLstique.
en general et de la liberty de la Mais comment donner cet en-
presse ep particulier a I a n t seig ,eineat sans coar. veuiar
tait diflamer par des politicians dangereusement A certaines par-
exaspOers de me voir plus pr6- ticularatts des mours paysan-
occupe des besoins du people nes, chez nous ?
que de leurs app6tits par!icu- Oa a obaerv6 que souvent le
tiers, ce serait mon premier de- paysan se montre hostile A I'd6-
voir, mon premier acte et ma cole pour ses enlants. C'est par-
prolonde satisfaction d'orgueil cc que l'6cole lui enl6ve manien-
de liberer la Presse d-s lots d'ex contreusement son ouvrier agri-
ception Wdictles centre elle. Je cole pour touted la journ6e. Et
terais entrer immidiatement le la chose comporte son inconve.
regime concernant la Presse nient pour l'entant lu i n6me.
dans le droit commup. Je ne Car on ignore tropdins les gou-
mettrais pas la peinse en pri- vernements et parlements coin.
son Le regime en hoaneur dans pose, guneralemueut tie citadins,
lea Pays libres estsutfisant pour que des I'Age de 8 ans et par-
mettre les honn6tes gens t I abri tots avaut, IPeniant, garqn ou
de la calomme des mallaiteurs fille d'une tamille paysanne,
de la plume. commence A apprendre son mt-
11 y a mieux que cela,un gonu- tier de cultivateur dans I'atelier
vernement hoonnte et bien in- familial.D6jA A cet Age il connalt
tentiona6 doit pouvoir se pro- tort bien tout I'esseutiel de t'art
t6ger par sa bonne conduit de lanie produire la terre.
coutre les critiques injustes. 11 se cotmpread bien qua dans
Miteux vaut d'ailleurs laisser 'ex ces conditions at taut aviser A
primer la critique injuste plui6t cc que l'eseignement du rudi-
que de perdr6 le benefice de la eant ne tasse pas tort A lensei.
critique utile et iond6e. gnement agticole plus impor-
tant encore.
"G C'est la certainement la cause
Pour le Service d'Hygiine du peu de succes dans les clas-
nous pensions que non seule- es payannes des coles rura-
ment un tel Service doit tre les du Service Techuique 'A-
conserv6 mais encore qu'il doit griculiure.
6tre perlectionn6 et d6velopp6. Par consequent dans letat
La lutte contre nos 6pid6mies present' des choses la lorme de
de flivre saisonni6res, contre la I cole hl plus p.otitable ce sera
malaria, la syphilis, la tubercu- 1'6cole de demi temps a qua ne
lose, le pian et les autres mala- prendra pas Ienulant toute la
dies tranusnssibles et 6vitables, loarn6e,qut ie grderaa amoitie
Is ludte contre la rage et le s$ pi. du temps el It laissera durant
zooties qui ravagent lea baases- I'autre motlli alter apprendre
course et le chepteles lutles con- son m6tier de cultivateur dans
tre lea cryptogames qui aftec- Iatelier de ladilte.
tant nos esp6ces vg6taoles teront
l'ubjet de notre principal souci. Quand par les soins des po-
La d6moustication des mares, pulations auxquelles sajoute-
la salubriflcation des villes et ront les ,nesures prudentes et
des campagnes pour reg6n6rer avisees de LEL on aura mis en
Ia race et revagorer l't6 ment hu train la constiaulon du centre
main de la production sont ia.- rural il laudra songer A deux
vre d'6minente utilitA natiouale choses essentielles : la construe
et social auxquelles on ne sau tion des maisons d ecole,suivant
rait alloner Irop d'argent et uin typehygieuique et approprid
donner trop de sons. let I tormatiou de I'nstituteur


rural.
Pour le dernier point il tlaudra
career dans chaque Departement
des etablissements d easeigae-
ment normal d'masltuteurs et
d'anstitutrices. Les enormes dt*
penses que cos crations nAces-
siteront pourront etre converted
par un am6aagement ditterent
de" ressouarces alloutes A len-
sneauennipu61c et moyammat
wI plIaritl esII pt nImau0s.
neUe des commnunes a Ien bel-
goement primatre lorsqc'on au-
ra tait eesser cette anomalie de
i'Etat se substituasnt sau com
manes pour la satiataction des
besoins commaunas et des comn
lames subvenuonnant PMFat
quand c'est ie contraure qai a-
railt da tre.
14 tao haitioane a hWrit du
genU thiau9a e lle o 'oei te-
pror Isle UgoItlt e -& toti uaiiOn
traugaue et de la esaiarchse
Irampaise.
;Ubez nous ouu i'uvre de
ereaton de Is Nation a e t .e
bIU de tous, ciase da-a,110

( Voir uite on l ea pige)


I


... a vu les cinq amis, as sis,
comme toujors. allour (th la
table du Grand lO6tel de France
ou ils se trouvent chaque midi.
Unis, comme les cinq doigts de
Is main, ils tirent des grogs en
6changeant des mots almables
et en se taquinant le plus gen'i-
ment du monde, et cela aves
beaucoun d esprit. lEt inlubita.
blement, A un- here, ils se st-
parent, se saluent cormnie s'lls
ne devaient o r',voir que tI
lendemain. II n'en est rien, ce-
i pendant. lis se revoient quel-
ques minutes apr6s, autour d'-
ne autre table, ou its s'adonnent
A leur jeu fiavoi, le poker. Seuls
ils savent ou croieut savoir
qu its savent leitr petite histoire.
Mais NOTnH: (Ei. qu( lurele par-
t tout les pouisut qtelqueqelis
sa as se laisscer voir iLiSqu'A 1'6-
tage du cale on ils s~ rencon-
treut, le chirotaiqueur spirituel,
I'lioinine l'atll ,res souriant, et...
iiiiIs i tl l )i )ben c tl uer, d'au-
tres les reco)iiaitrai .*n et NoTRIE
dEiL veut se ernuer sur ce se-
cret qui nest d'ailleurs pas bien
machint.

... voil. depait deiix oa trois
jours, que les g-ndaitmes aftec-
t[sa a service de Ia circulation
por.ent des gauts blancrs. Un
home qua ne se ga rit pas de
laire dlei jeux de aolts malgr6
i vsieilesse,. a it,en les voyant:
C est taut uiiux. Ils prendront
d desornais lde gan s biaucs avec
les grad, et les particuliers...
...a va, 'ihr upres-midi, sous
un des grad, subliers de P6tion
SVols uue bila jolie leinme,
6 endue. el qui recait. A quoi?
Mass peut-ou savoir,en ce temps
nmeur rieraux r6ves, A quoi re-
vent les joliea temmes?
*
... a vu, au Bord-de-Mer, une
des plus belles femmes de Port-
| a.Prince, don't le joli bas rose
tombait vers sea jolis souliers
au fur et A measure quelle mar.
chait. Elle so hAtait vers s vai-
ture qua 6tait encore A quelques
metres d'elle. A la in n ai' pou
ventl plus, elie ae pencb, so a
ioe un l eu a jupe. et emo ala
son bas. NoTat t aL vit nlors,
jusqu'au deli du genou a plus
jolie |ambe sportive qui soil
sous le ciel bleu des AnUillm.
..a vu A la rue Saint Joseph.
parole co.uprise enre la req
S mave et la rue des Casmras.--
one waison qui (omrs do v&
iusit. La bolte peu.-he telleant
qu'oa a u uineurc d fouar4ca
ouur tid ,uuiLuir.
... ,C 'idit cc d pl I le her-
vice diu U'ililt Iu.,isl, 1 ordoo-
uer us ieijA is ,det utlt,,. tj#j
.etlate vica e OUHISu *. 4-1 Ouai.
tIle uu %a, iang dut ,o* u
? UU&IA.CUA U-L4k.^ quo
pouri lea voisis et Lea cd ett&


__ __ __ ~_ T_~_~~ __ ___most=~


PORT 1CK (H AITI)


...1 vu un de nos armis qu
lourdement se laissa tombersur
une chaise, une table du Grand
H6tel de France, en distant an
garcon :
Apportez le cornet A des.
Mais un de ceux qui buvaient,
A ce moment-il. !ui dit:
Ici, on ne tire pas, on oftre.
II ne perdit pas la carte.
C'est encore mieux, fit-il,
garcon apportez-moi un cocktail
sur le compete de celui qua vient
d'oflrir.
Naturellement, nul ne prot
ta el clui qui Mtanl venue pour
gagner son grog le but sans mi.
me saveir qui le lui avait oflert.
... vu un de no amis qui se
tordait. Comme il ne s'arrttait
pas de rire, nul n'osa lui deman-
der de quoi 11 iall ia cc point-lA.
Enlin, coumme lout a une lin, il
finit duerire A un moment don-
n6 et s'expliqua. 11 venatl den-
tendre un hommne d'aflalres dire
A un de ses aias. et sans rire :
Mon cher, d s que j'ai eu
I'idke de cette belle allaire, j'ai
tout de suite pens6 a vous mettre
dedans...
Les hommes d'affaires out hien
de I'esprit, quelquefois.


'Lrp;lgOlt


i.;


t"






LI MATIN.- 26 spMbmmWC


Adresse
MON.SI.'I M.ETtIl'S M.
B( :\ VENTi'I'l,:
.didat f !1 IWDeputation \ntio
nil,' pour la 2tme
Cir, inscription,
..- -a--'.
P.AtU PEL'PLE HAITIEN:
Mes ch.:rs concitoyens,
,I hlu-" ,l, i nous traverson
;st !,I" I *: andes m ditations;
,* Ii,. L people hailtit
ui sen tie i epineux purse.-
mi en mname temps d'une flo-
ras.>, .' lies chooses (outes
n '"-alh- auxconsid6rantsde.-
qut-','; noos devons, l so.-
ge' d fon'" loyaut6 et de I'rar *
chi'.e qui caracteise I'instantl
SLiiPtllC"l, *'i r lous, haneiient :
pr |" tle, imprbcitions calom.
ni,'",sts, Ils ignominies mall'as-
satiets traduisant t hez nous un
ni. (' I, i.tivais d(e senlimeiit
inqualtli;lh e de genre nouveau
n- tk.ndant (lu'6 nous egarer du
chi-fmn du (.en, du beau et sur
tout d,,! vrai, chemnin qui re-
conslitue l;i lorce des faibles, la
vertu, la pui.sance des forts et
enlint, its In projection lumi-
neuse des t~yons d actions hu-
ia ities.
i)ans les moments d'exalta-
ti'in outre imesure (Ie notre viac
nWi ;D 11011, Ious \'0 poussc
i ll; Ii i(i 0), I :n ) us :ctes- d(c
-l ,"t ic l I e I.n, l~ulc'e- inh inu i-
n(>; i)i.u i r n)()l ous ,.S iir,,ous
envoitc cfet xcpliiit tabl,-aut
d'emboitlemen l de p.is accdlejies
forces, -- symiule Ir&s marque
de correctvon imyYsique el de (lo
vers Ili ', penttaiil)Ct: de DnoN1 ii;n-
vaises aclitons, correction relle-
tan[ .iais sol: en sembll e le's 1ull:<
et une soullli;anci 's b; I)..; s
qu'en ii u m t :Asll'ic 'lcenet n0o-
peres ,(1i joug ,OPIressf du miai-
Itre. aglcsil, seul (isposilai: dt
leui vie.
1., a I'v evidence surpr -
naite d(ics tails d'arme p.mihlent
h les )hos Iles molInts, SecouHi11
turltcillillt IL,1irs 1i1;.ins, ils r, nl,
tout contre nos valeureux act'
thes pour exterminier la race;
mais, la Divine Providence n N
6pondit point. Elle voulul plu-
tot leur prouver, les arrachan
de leur mauvaise croyance qut
1'616ment negre, come I ele-
ment blanc porle aussi dans son
fond un c(eur pour soulliir e'
une Ame pour soigner. Ainsi htt,
el nous voili conqu&ir l'au
role glorieuse de cet htritag,
sacr6 qu'dls nous out laiss6 pout
gage et qui cons atue i'illustra.
tion leconde de leur vaillanc!
double et redouble vigoureu
segment sans relAche, et rbussit-
par 1'entente hiroique des ctears
d'esclaves d&ihaines, lulguranl.
maguanlnes et l)eaux lusqu'i
devenir Nation.
Et couniei., Inous autres, au
jourd'hui, leu sits liegm Iglt'- qu.
aviois st bien coniiU ,ies I |oui.-
sances et les douteurs' de' I;
Vraw Liberie peuidalnt plus d'u.
siecle, Ioimbanit victines dt
gi hands muliheurs, devenus subi
tenient asseivis, miallieueu.x
noUw, lie atlIiSSilin pjl.s, .I la it
con, nous toilJ|'eluinr', 1OU1
ressaisir el al'rrivt a nious (Ch
tendre Jdlinitivemci nt puoti q(ut,.
S'lo! que us (et C soil, allin d
pouvoir bien rairaper ce ug.
preceux de nos alicetres, co,
fiqu6 el j)presque perdu. Quelle
tristesse I..
RleceLillous-uous bien, oui
c'est urgent, pourt le trnouphe
de'la cause naoutiouale. Fai-
sons done trove a tout, con-
Ientrous tnenibtllhuos torcea
lmorales, pour cLasser de no-
tre sol ce geuie nmallaasant
ui s'atlaisse ;i plat venture
eson poidslourd surnous,et
de ses ailes gigantesquement
touftlues, ,,essaient de. nous
boucher la vue et nous etout-
ler les cris.


flNou,mes chers concitoyens,
qu'll u'eu soit pas ullsi, co'w-
me nous nous plaisuus ,a i
taire eutre uous ;.corrigeous-
nous eau.
lBannissons ces coteries teb
viletts d'action comm lek
premieres casaques de nos prL,.
miers iours, cotte viille cou-
turnme a notre actit de buine
at de vengeauce qui ne causa
pour tout rapport 6 la Nation
qpZO t aviissement mat*-
uiel, Immoral et hideux : .
Rteflchissous ua peu, de-
Taandons nuus pourquoi ce
tiraillement traternet, el dan,
ce cas, que nous devons-
nous d-juc i delcJrc suj
Ce tciraiu? Est ce la cause
Commiune oupluio. la cause
andiviautlle ? tiepouudiut aM a


Cbohas anaotaniquoes


Les elections an V naralat
et autres Olficiers du Mout
iban south tixees an Dimain
che vingt huit Septembre
courant, a 8 hres du mating,
au Temple delay dile Loge.
; C'est le F. Montas Civil,
v6emb.'. ue du Mont Liban,
tiicien Tres age de L'Espe
rance, Ancien M.. Zorobanel
lul Jou rili:n, qui I all dernie,
a eu a ceder le pas au Vent'
able Jean Baptiste pour s.,
.Jeuxi6me anuee qui sollicitea
iouveau les hienveillants sui
Images et cuncour. de ses lie
ies come Venerable dt,
lont Liban No 22.
11 est jubte el equitable qu,
esilieres du Munt Libuu ati
,i oupentautoui de iui,d apirc

par l ateliet l(rij de l'intalll,
nuon du Al M..Z.. llciri i'qu.,,,
bon succeascut.



p)remiere cite, on eu dita
que non ; it n'en est rien dti
vrai. Eh bien doec, h16res
**.n ore uni' I is, p ut i l,il.)no
le D)tu et de nus pi&es tau
,Ols i l tour sur l11ious ltiltn
app)elons-nous l(je, I
oires de1' mi1 tr'cs 41nn1 Iniiii.
,les passes blantichs s!nls L.
puissatce des ba, es et min-
Ir'ailes assidnes du nailii
invuliurable, devciiu fauvtt
'.auvige de rage, la bu)tche
"s yt.ux ivres de s.iing et tj,
;oilur's nrLigtes de cotlere, houl I
ersuant les entraillis de no)
S,res.
lIappelons notus I'entenit
&I i alec plivi e d'hiar oniti
.lerarchique tie nos pieu\i
Utx cuLunlDts.singulieis coil
luisant vers 1'iLnlepelnldaice.
I la rivolte.coiiitu)iee d'()g(
t de Cliavatineie 17)1, ia lex
)luit de loussaint, l 1i3.

Aux' paroles sublimes at
imperieuses de Dessalines i la


Beaux qestes
La Compagaie Electrique dc
Saalo-Domingo, la Curacao Tra
ding Cie., La Maison Lokie A
Co,el beaucoup d'autres Maisouns
out fait cadeau de deux mois
d'Eppoinlements A leurs emplo-
y6i dans le but de leur venir en
aide. Aussi la Comp',gnit Elec-
r:que a annonc6 qu'elle ne
percevra pas un centime A ses
buones pour le retabliss ment
le Itur lunniere.
Les umrins du crois:ur
Atiglais di ;ge.t Ie r.ettoyage
l'ule parlie de la villk
1 La Cioix Rouge Vin6zu6-
eilnle s'occuppe activemrnnt
Jour envoyer du secours a Sto-
lomwingo.
Les journaux de Mdrid
xcilent le Gouver.iement E-pa.
.ikol pour secourir le# sinistres
1rmioicains.
L'Alliance Franaisoe
do Santo-Domingo
ot.t L C LGarlesmon
Noub publions, avrc plaibnr,
celle leltre du president de I'AI-
.ance Francaise de Santo- o-
Iiego A notre ami M. L. C.
.herisson, Pr6siJent de rAI-
lauce Fratcaise de Port-au.
rince, qui lui avait envoy ses
,iAd,,l ances a occasion ducy-
one qui a devas36 I's trois
1uar s de Ia CapiSale de la Rd.
)ublique l)omloicaine:
Al anza /.rancesa
(Ceatio die Enusenanza de I'l-
liumie Frances.)
a uuo-Doeuimigo, It. D., le 16sep-
Abile :100.
Mons eur I. C Lh6risson,
.'(esident de l Alliance fra iatise.
t'u l-au-c 1iice ( d ilai'l).
'.her Collogue,
Je vitus de recevoir vo're
tire du 12 avec l'express on
le vos :yuintpilues et de celle
le I'Alliaiice f'ra.aaise t Haiti.
Le inalliheur qui a frapp la
.upitate de nouit pays a eit
p)our ia v() r ilun- ()ccasit de
leinuOliler ses stinliiicis 'fia-
-ei els el IIous en avous 616
Jrol'ondelnelie t(,uclits.
V'cuilz agreer, ci. r college,
I asuranice de inia considera-
oion distingu6e.
Jose Antonio JIMENES D.
President.


C:rte-ai-Pierrot,14 Mars 1802;
ile Maurepas A la gore d, s Cetlle lettre est r6dig6e en
L'rois-tivi&es.,3 Fevrier,in l francais. M. L. C. Lhrensson a
lhuit ccnt trois;A l'iutrepi lte oujours entretenu des relations
,le Toussaint sous les brous tries cordiales avec IAlliance
sallies de la lHavuieaiCou fraunuise de Sanlo-Domingo,
le d ;ai u grace aux nubles sentments de
leuvre; a Capois la Mort, M. J nienes,avocat tmineut de
dans Vertieres 1803 et Ceiinm, notre here voisine.
entente qui vient deliiti-
vement couroiuner It us ft
lorts de success en engendrnt Va ri6t s
le 1804 du doux soledl de la V rlieteS
:iberte qui demeure et doit CE SOIR
lemeurer quand minei et Grande lte populaire oflerte par
ualigre tout, le puuiache lu- gl\ N 1
I'(uLIx de iotre hylnt'U ni'oni- LlAN DIO
phant qu'c 1 no pe 's iu Le.s Cadlidsa la Puisidence,
av)ns Ious juie, a I ouibrle u %Colvih & le Service Tejhni-
)almier, noire einblke una- que a, a I'Egipse & la D0prava-
tional de tenir ioujouis liau- tion a T'oute moun la pou
lenent I'lhonneur du pavil- miun'ca.ase .
,l. tA ; h eii : <0,50; Loge : 1,00.
liepassonsy ibien ltos ceC- -
iils evidenlls de notre l y i
oire avec, en regard alteutil tVi tiu


I mission d'lledouvile, ---
iiission -lii inspira nos pieux
le la prevoyance constaiate
Je cette haute. devise natio-
nale :
Union Fait LIa Force a
et ecule en ilmolt ordre
.omis les ulin t'es conqtiises au
p'ix du d'sang, coucfetisaun
fembl6me dte la liberate des
noirs, pour servir de gou-
verne aux geniratious .man
tantes.
De leur haute vertu' et de
leut grande clairvoyance, -
invoquons fidilemeat leur
memoire et leurs dons et qu'a
ia lueur flamnboyanteet benme
ie leuis torches liumueuse
ccluarant uture esprit et no,
ineuis, Ious pAissiouns tlus,
in jour, crier hautement ca-
,eimble:
Vive. Haiti r#g6u6ree, libre
et indipeudaute 1
M6trius M. BONAVENTURE


Jou' nee dii 25 5eptembre 1~"J
1# e Cir eutscriplion
i( lire Section ). 52
lire Lirconscription
( 2dme Section) 49
idme Circonscription
2eme Section) 51
2'ile' C1irconscription
( J3n., Section ) 70
?wme (Circonscriptiin'
S (4ime Seclion) 33
7 otal 255
Panama Railroad
Stoeanship Lino
Le steamer Buenaventura
est attend a Port au Prince,
venant de New York. it lundi
29 Septembre- 1930, avec 56
sacs de correspondence, et
paitira -le mueme iour direc
leueut pour Cristobal, Canal
Zone, pregnant fret, et malle.
Jas. H. C. VAN REED
Agent G6n1ral


L'Ideal SRhum


ALIX ROY

28 annecs de success.


Au Radio

Voice Ie programme di escerl qui
rsers xicI ee seir, I lIa. Sta.
,lion H. H. K.
S800 p m. Orchestra de la Mu-
sique du Palais. (Sou la Direc-
tion du Sergent Ismaie Valen-
tin. G. d'H.)
1. Zaragosa. Marche.
2. La Perichole Selection.
3 Ssrtnade de Schuher',
Spkcialiti
4 Lonis. Fox Trot.
5. Pagan Love Song. Valse.
6 Sugar Cane, Fox Trot.
7. Prend ye, M6ringue.
8.30 p. mh. Lecture par le Ser
vice Technique d Agriculture.
8 40 p. mn. RP6cital de piano
par M. Fabre Duroseau.
1. Les Perle.s.
2 Tango N.,gro.
8 50 p. m Monologue Creo'e
par a Papa Youtev.
a Mrilia relounin a (Suite du
de-rn er Monologue)
8 55 p m.l Slections dechant
par M. EdwArd Esper, avec ac-
comp,4gnement de piano par
Mile 0 J,-Joseph.
1. Where is the song of song
fr me.
2 Deep night.


REMERCIEEENTS
Mada ne Veuve Hemy Bru-
'us Mr Lys Brutus, Mr Filix
;, utus, Mr Jules Hi. B utus, '
wir Hene Brutus et tous les
autres parents et allies, re-
m-rcient bJen si:creremel :i
Les Seu's de I Eteruat Sie
iRose de Lima et ous ley au-'
Ires ainii taut de la (apitale
que de la Province qui leur
out timoigna de la sympa-
thie a I'occasion de la mort de
leiir t hre regretale
Mhare \ icioire Lucie Brulus '
enlevee a leur fl'ectioin le
26 Aolt ecoul6, et les prient
ie cronie la leuw pluspr lt gratitud(e.
Port au Or nce, le 19 Sep-
tembre 1330.



PfUr Gufri oE'litr
MIGRAINES, CONSTIPATION
CONGESTION, tTOURPI3SEMENTS
EMBARRASS CAS'TRIQUE
|L SUFFIT dc prendre
A I'un de vos rcas
(tous Ii deux jourt beuc.eiit), unn
PILULE flrBE iNI
147,Re da Fabourg St-Deas, PARIS
MaisiUfautexlGr lesvirltb!:
qui sont tout A fait blanches
et sur chacune detsqelics lea mote
DEHAUTA PARIS
@ont tris lisiblement imprimd en nor


-. -. -

Colombian Steamship p

Company Inc
Le steamer "Baracoa", venant de New York directemen"
est attend ici le 26 Septembre courant. II partira le mdwe.
tour pour les ports de la Co!lombie. pregnant ftrt et passage1'
Port-au Prince, le 23 Septembre 1930.
Colniihan Sieamxhip Company Inc.
GI- R iA & Co. Agents.













U ne des plus fortes COM]


CANADIENNES d'ASSI


sur la VIE



EUG. Le BOSS

Aaents G


.uE s'y extend miex que moi. Tow les jours de paye, M l
d6pose no economiess d'abord, et nous n'achetons rien credit.
"Poaeedant de l'argent en banquet, nous aommes exempts d'in-
quitude, nous n'avons pas de creancirs i tviter etchaque anne
no. &onomies s'accumulent.
La Brochure sur le Budget de Famille publi6e par la Banque Royal.
vous aidera i adminictrer votre revenu-tant pour le d6pmu ae
nat pour le economies.


DEMANDEZ-= UN IEMPLASIU

La Banque Royalo
S-f du Canada "




BIERE NATIONALL*
DE LA


Se


Brasserie National



vend artout Or 0,10 le


verre mallre sa quality su-

6rieure.

ProLtecez vote poche et

vote santc en la buvant

touoUirs.


I. "', ,, ; #
'*.. P z B eB bes
i, ,, parcc qu'ils sont digirse fa
lm -ent; I'amidon est d6
S'"" I crasee parce qu'elle a 6et
%,..: AU_ MLCUITE SANS FEU-
"-'_'<,.f AU MOULIN -PENDANT 12


id-



HEURES


,.M' rA 'VOlINE 3 MINUTES


Co


PAGNIES

JRANCE


eE &Co,

e!~raux


1


-------*----- ..- .'.



Electeurs

In no reoto quo
6
journ6s dmaderiptioa.
IfAese vous de oreodre vote
1 - rte. I


I ___ ,,_ _____,_~ ___.~1,,~,1,.~~_~_ .--*,~----------- --


-


mummum


L _


L" 11


I




-- PW

I L wi*ul . H SJ^ BBshJems__-st


J U

re@duque 1'


cc


stipation


I-,.


Int


oUblWmeat' CHAT-LAIi
I l#ssge-rs des liP Hpiat. de Pari,
IS GRANDS PRIX
1,. we de Valercinns,. Prt.
,d I Julrt Actacles


Vcll 1to petUt Ra-nonejr do I'lnteetia


~'~4.I8~ .~ ~ ~a5. cia ~Jw..a i.~.. ea~.. ~.. a

I


Un Discours
lProgramme
-o-
jg deo I la ire. Page
@tIM* des producteurs.
biea la premiere soil,
wivui le processes classique,
liaumdi por la second, ces
d*us kbns de la population
viveot a se comp6n6trant san-
ire sipere par aucune difl&-
rese easntielle come entr,
eas et peoples colors an~
U y a done une formation
itlectuelle A donner A l'une
Saune utre formation intellec-
imellei donner a I'autre en plus
de obligation generale que 1'E-
W a de tournir I enseignement
do premier degr6 A chacun et &
tois.Nous avons en cela suivi le
modl6e frangais.II est indispen-
able que nous gardions dans
otre Enseignement les huma-
silts classiques qui, dans le
souvehu monde, donnent sa ca-
ractristique distinctive A notre
people de couleur.


holre Enseignement sup6-
eakr, Ecole de Mddeine, Ecole
0e Droil, Ecole des Sciences
gppliqukes a lourni les resul-
bts les plus appr6ciables. Ei
1joignant Ilnstitut Technique
Agriculture, creation excel-
kente qu'il taut pourlant reor-
'bniser soivant les ressources
It les vrais besoins du Pays,
toutles ces institutions ainsi qut-
lIles de l'enseignement second
daire et de I'enseignement pn-
#aire devront eAre groupee-
dens one Universite d'ltal ,
i nctionnant comme on etabli -
Isment public autonome, syaHm
Is responbabilite fi nanc re
|ropre et restant indipeiidanit
eIla politique.
JUSTICE
SLe 28 ouI 1915 au nom du
ISouve neme nt iorm6 apr6s 'in-
*.kvention, je dpsais aux Cham-
Ses dans la Declaration minis-
Mrielle : v Le manque de jus-
kie ou sa repartition inegale
0., en grande parties, ce qui a
ioduit ce desequilibre prolond
Vbs forces nationales, celtte fi-
%Ae chronique de commotions'


Lnw


estin

Pour rester en beame
sante prwnm cheq .
soir an cmweindm e
JUMMOL

I.0 sarrtr(,..eqmi tel, m ,Ai. comma
ialais q4me sl dourtilr t |i sfdilitli
I.* Aabll Jratitrit Ila coImipalisn & I rf
iier dsgi tr Arliin nic*arnique (conI1*
iratlp,.-ntx .iB 11 I < 'agar.aiar)elt d'4111
u.lircIi |'.i.e. l..(aq.t (rlreit ha. tlrrf,
Iip:r nn<- nreH ,.1 (0,lr r,,ri oiil .l.
lVt) |1ria eeitL.l chtimiqiuoe iferetntal a
,Iti hewr.eee-" heqMac ,ev:It 'aeejnc)
itionl' ce qu41 feit de, Juibo I latalf
iec choai %w frnmme, dei tenants des
telUoisud cl de. ,*bitiilett.
Asill efee er t de t.leqte ,,eM.cte
ir O Fe.l de efiuev Alo,,o.rol
I


dont I aboutissant est la passe ne sont pas encor asse vo-
redoutable ou nous nous Iron Ihl es pour se deprendre des dis-
vons, eugag6s. Les membres du ciplines qui ont le plus de prise
Cabinet preudiont garde, chs- sur les imaginations et les Ames
con dans le cercle de sea attrn- neuvep.
butions particuh6res autant quo Tootelois, envisageant com-
dans ezxercice general du gou- bien des Ie debut de notre his-
vernement, a ce que la justice, toire, Christophe et Potion
ce premier devoir social du avaient seong6 A librer jusqu'A
Pouvoir dirigeant, ne soit pas I'Ame lears conciloyens Iran-
comme une parure splendid cement 6mancipes en les met-
e-t ausse au milieu de nos ins- tant en contact avec des conies-
titutions. sions rel'geeuses pins ration-
a Cest IA le postulat essen- nelles, nous rappelant comb en
tiel sur lequel nous terons re- la mission beptiste puremn,
poser la nouvelle organisation i hailienne de Nosirel Lherisson
de Ia police. En dkmilitarisant, et de Nerva Gousse a extirp6 la
Zyst6matiquement les services I superstition des esprits el per-
charg6s de I'ordre public en teciionn6 moralement et econo-
leur donnant pour Ame et pour miquement les paysans de la
moteur le Code, nous esperons champagne de Jacmel et dir L6o-
pouvoir faciliter le changement gane nous nous terons l'obig -
des mweurs, ecraser lea dibtinc- tion suivant l'iddal d6mocra-
tions de couleur et de locality tique inscrit dans nos consti-
et r6aliser le reve de voir surgir tutions de laisser une liberty
enfin une Haiti consciente et entire A routes les cioyances
concentree, capable de regar- et d'accorder une protection
tier en lace son destin.~x gale a routes les religions se
Je n'ai rien A ajouter A la reclamant du christidnisme.
penAbe que i'exprnmais, il y a C'est d'ailleurs selon nous, un
quinze ans. Mais tout de m6me devoir sacr6 pour tout Gouver-
je ne pouvais pas prkvoir Ihor- nement de tavoriser tout ce qui
ieur de Ia a justice amendte ), associe et grope les hominlksf
ce crime de la dictature pire comme c'est ainsi son devoir
que les pires tails do notre His- de combbttre tout ce qni les
toire. divisant les steilisv.
Nous reorganiserons la Jus- .*.
tice independante, avec routes Mes (hers Loncityens,
ses garanties et ses immunitys Au moment d'achever cet ex-
de mamntre A empecher quoo pose de mon programme pour
puisse critituer aucun verdict ie triomphe duquel je fais un
des Juges come s'etant adul appel ardent A tous les haltiens,
(6re de passion politique, die ie ciois devoir vous dire que
nationalism, d'igiorauce de?. nos amis et moi, nousconlor-
textes ou de la Ijuriprudence ou meant a une id6e qui m'est
bien d'aucune taiblesse dfie a chbre et dout je ne me dkterai
la corruption ou A des aclte pas, nous nous batons pour le
d'intimidation de la part du succes mais en envisageant
Souvoir. J'obtenir one .victoire sans a


CULTES
Taine a lai ceite observation
prolonde que a le Cathbolicism,
est la religion des loules et It
protestantisme Ia religion ce
eliies.o
Pour nous,'.Haliens, don't It
genie oniginel est catholiqne ti
tranvais, nous A qui it imported
de conserver ce g6nie comme
un moyen certain de nous pre-
seiver de absorption et de
garder notre originality spin-
tuelle dans le nouvean-monde,
nous ne devons, an surplus, pab
perdre de vve que nos masses


vaincus, une victoire qui sera
Ia victoire de la Nation et non
ia n6.re, car la platelorme que
je defend n'est pas la mienne ;
elle est celle du Pays. Le dra-
peau quo e .orte n eat pas un
draptou imayaidiste, c'est un
irapteau H.IL, at.
CoNSTANTIN MAYARD

REVELATiO3i SEli8AitTELLES
9 .l.'RAISC E~-i;o fN.KCESOCCiLTlS
r.ti me t. m aie. Pratiq.m c al esadiMn.
,',.le j --i' *t ue I~'*~iw .t, ITK f t
i S 5" ni r a. -- i'il;t". tri-'4, phatcUR i
U 'awoir. -- bcret, dr- *-u.rtaiurf
S'x. f! J !.. ..a I I...St...'.a, PA.IS


Toutes les Polices
SDELA


101 IKCIIJlr E M


comprennent la Protection contre la

Foudre sans auamentation do tauxz


Euq.LA osse#Co |

Agents Generaux


e0ooll


Dixie-Bar
Mme TIBERIUS ST JUST
CHARLES, proprietaire.
Angle des rues Rmix el Abra-
ham Lincoln. en Jace de
aux aCent kille Articlesv.
Chambres hien installees.-
Pensiou complete b de bonnes
conditions. Bar bien amk
nag6. O jeuntr et diners a
Prix modtrms.

SPoura beau
Pour beaute


DE LA
CHBEVELURE


Suivez les traces de Gladys
Ma!l, actrice pleine d entrain
dans a Shu, lin Sam de I'Ala
bama).qui dit qu'e le a troupe
l'Exelento la plus delicieuse
pommade pour les eheveux
qu ell aitl jamais employee
LI'EXLENTO
La Pommade de Quinine
est la pommade authentique
el e alleint les racines des ch-.
veux et done un brilliant
natural qui demure
Elle arrdle la ddmangeaison
du cuir chevelu et rend les
cheveux doux et soaples.
En vente dans toutes Is'
pharmacies. Seulement pour
0.30 centimes par post dire-
tement.
EXELENTO, MNeDICINE
COMPANY
ATLANTA. GEORBIA U.S. A
Agents demands pour :lous
pays.
Eerwivez pour reweVIwmonmis

Avis
La. soussigne Dame SApboia
Paul done avis au public et'
_-_- _JL <.

LOTERIE
JDE
I'Amooltion des Wembres du Corp Bnaseignat
et de o Alliance Frangalse
Le 176me tirage de ceite loterie est fix6 au dimanice
5 Octobre 1930 9 hres du martin au Cal( aELDORADO().
Le ComitI d'Administration avise le public (u'il ne met
plus en vente que 3000 bil.cts au lieu (ide 000.
Le prix du billet est de 4 gourdes cu DEUX coupons de 2
gourdes chacun.
1 Gros lot bourdes 2,000 2 Apx.du Iergros lot .5(;.I1)
1 a a 600 2 ') Ax 'd 2 ,


15 l
150 lots de


12
12


1001


37 Lots se berminant par lis deux derniers chirli s
des trois Gros Lots CGdes 5 4:C1.
N. B. Paiement des lots gagnauts tous les jours
de dix heures A midi au Magasin do SIMON VIEUX.

in -_a .- - _._ iir 7 .. ._- ... ,..
Ce qui n'a Janaalm 6t fault
Co qui no peut 6tre d6pams6.
Kola Chamtpaqne

F. SEJOURNE
Priper6 dans da conditions rigourouies
D'ASEP>STE
Pr6paration et Venli
PHARMACIE P.SEJOURNE
Anlgedes Rums Roux et du Centlre.




tu Beon llarche


RHUM PALMARES

Extra-fin


Bouteilles


X


Or


XXX "
xxxxx"
IX -1 3


rar
T1


au Uomnmerce en gneu ra q u aI
partir de cette date je ne signe Ao u r a es
plus Sephora Paul, mais bien e i d
S&phora Ostin* Paul. s entendre
Port au Princoce 228ept. 1930
Dame S6phora Ostin6 PAUL

M- PrP
Co it


CONSTIPATION
prone leas
OUMp1i0*O
4. DELORT, Pharmacim.

C'UST LU MUILLEUR
DS PUROATIPS
S.omt ..k- Pb sA


a A J


gallon: Ur


L4~.'AJLIL3 'a~ '.ji'j~


avec la Direction.


'Ca.Trlan


layez vous un GOOD TIME en alnant paser agr6.1e
meanl vVs sorees i..
I Pre-Ca-Tlan
.o vous respirerez au Si l, d'une musrque'parfiaite d*u
orthophonic ( erule ,ri lea pai tumrs grisa nt des a Yi..
Son* enc difuatstnt kits.hleurts Is :lu titles, leaI r..bi80
4 its plus raraicbieantes a des prix r6eli.mot surpr.jL1


a


fntirite
Vertigo
Dyspepsie
Mlisraines


0,50

1,00

1,50

2,50


_ ~__1_


----- ;--- 1 _~__a EL ~


- ~lrrr,~l ~P -- .(D1. I_ -C W ~-L--IU-. L -- --


- I I .


"Irk


Goftlez tous les Rhui us

ET VOTRE CHOIX S'ARRETERA

INEVITABLEMENT SUR rlE


IEEE UAtEi/i

Qui, a prix egal, jst i s 1irp i.ssable pour a

purete et la finesse Ie son a'6me natural

DIS1H LLERIE DE TAIGLA
M. FONTAINE, Prourietaire

Dep6t: Anol de rues Danis DmItoches

el Maqasin de Etat.
Represeniants: St-Marc: H. Deschamo1

Cap-Haitien: M. Giordani
SJacmel: Pascal A. Bun

C* -- -. .-----


1 1


I


' # a .


* ((me A 44


I


0







Vendrdi
26 Septembre 1930


Le halin


4 PAGRX


2mw AN NW d4
Vort.-w-Prmce
T6Mpboe : 2242


I --.


RAFLE


ID'UNE SUPERBE ET ELEGANTE VOITURE FORDo FORDOR
3 WINDOWS CLASSES.


.i rvIti i I
q .-
1W


1.500
Billets


Or 1,00
le Billet


Billets sonlen venle chez tous les Repi senlanis de FORD de la RvDubliqu.
auiPrix del,00 dollar seulement, et a la HAITIAN MOTORS S A. 'V
X '_ ,*-. a-ui/vr v \


Grand'Rue


- Port-au-Prince


Apres unbanquwi oa unlni de fa j
dchbarrassez-vouls des cliffs 'ui s'en
suivent en coln.;entant 1;0 r.e
a c tiun verre dcC L ue j c
de cc laxatif do?7, -r rniica bi ,.Int.


- - -... - _l- afl

BAB TERMINUS
Flace Dessalines


Cafe chic,


- Restauran


de premier choix ou l'on


trouve


touted here les


Grand Cafe6 de France
Sous la direction avisee et intelligence de Mous eur Fran
ois 4'iraldi qui est devvnu I'ass)cie de Monsieur Patrizi. le
propri6tn;ire de el etahbissement qui n'a pas d'ga)l,le GR 4ND
CAFE DE FRANCE, offre A ses aimables et disting'es clients,
les consommations les plus fines. les vins de t utes prove-
nances les plus choisis, Cigares et Cigarettes, Sandwiches
varies, a des prix defiant toute concurrence.
L'accueil le plus s)mpathique continuera A tre le meil
leur attrait du Grand Cafe de France.
PArRIZI t Co
Telphone ?341.



, Quel plaisir!


consoiinui~atiions les plus de-
licates.


Sandwiches
Biere a


sans


Sla


pareils.


pression.


ALUMINUM LINE
Departs directs de New-Orlians et de Mobile
pour les ports de la Rdpubliqne.


Un steamer laissera New-Orl6ans le27 courant et Mobile
i 29 directemeut pour MiragoAne, Port-au-Prince, Gunalves
t les ports du Nord.
Port au Prince, le 19 Sep:eibre 1930.
A. de MATTEIS & Co. Agents G6n0ranz


RHUM HENI
En peu de ten
duit remarquat
de haute lutte


mee


des olusie


Demandez t1


Rhum HENR


de pouvoir taire sa cuisine
,,en quelques minutes...
Venez voir ce jnlis anpareilm ailsi qne leI REFRIGFPRS
RATETTRS. PE'I-IATTDS et PFRS a REPASSER de Ia
GENERA, Fi ErTRIC 1 6 la
COIPAGNIE DECLIIIAGI ELECTRIQW.
" -_ -
h1


I GARAGE CENTRAL
Ludovic CHENET, Prop.
-.. IAND RUE I'ORT-HU-PRINCE, ( HATI)
SPECIALISTS :

Rodaqes des SouDapes
DECLAMINAGE'des SOU-
PAPES L'ELECTRICI TE
PAR LE SYSTEM
BLACK & DECKER <
Lavage des Autos par une ,Pompet' 6lectrique BRUNNE
A 3i0 livres de pression d'eau et d'air.


Manufacture h-aitienne
de Ciqaretles

GEBARA & C
Les Ciqarettes

BalBas Fantal-Leon
"Dessalinienne
Colon *

*Republicaines
S(Porl-au-Pin cienn4


R r i Avis Commercial 1'Esseiguimems doen# A
S Gardere I Je soussigne, autorike de LINSTITUT TIPPENiAUER Grace A la afinese de leur ar6me font les d6lios
tous les hcritiers de la suc- 1 oil as extilece asn srieal des vrais aml'teurs.
cession Michel A. Saith en de I lVsatg s.
[Ds ce pro- passatu urapporta det'eMe Chris- elaesdes Itc ten ---ede----
tian Molaire en date du 15 matlres holsais. 1
)ICa Coflqui Septembre Itc0, continue les Tantpour le, branches cs--S lrot ers S S C In
)lea rions de a aiso de iquedeta 12e laPhloo Lykes Brothers S S Co In
coleimerce 6ablhe A St Marc pour lelude praique des lan- T1le S- alt- ato-.romls Port
Une renomr toujours au nom de Mi.hci. ,,s,. ,ip,,.,f'es qic .ourleabran. I xe seutl service hebdonmalaire0- .orliA-
A. Saieh et A litre de procu- ,.,' 'c S 'no tacllo.Compta. frt(t. ste a ports d Golire od r.tni,a pG'asirteme
U1h7;. I. raleur de la dite mason billtePon Hti Tas irectee O
nvable St-Marc,l. 16 Septemnbre 1930. Aoutons d cela une pension Pora-au-Prnce, Haitil
JE i N M SAIEH irrdprochabl' au triple point de Pour la reception rapide et Ie maniement habile de 1
VUeodu le l..gine importations Ie, vez vous toujours des navires de la LYI
D Iours ...... Discipline el 7rauail. LIN&. ',
P.o r lin prompt r4glement Allehilons et sonss. L b 'ro" fta srrives Pourl au.fiPrfic .
Sde vs aflstres adressezvous 157 Rup amarr. 26 Septembre SS STE LA YES
I Gard/re i Me Emmanuel TIEARD. Wueph onw 91 3 Octbe /i GEN VEy
Petit Ge, e. Hew. de : 8 d 11h*.am bwms: R :esdo qai dIde 1Etat ofte Post: a. I


Les


- --Mmmm-


-- -- -I ------;1 IL


- ---- ----


-- --~- --


--


-AP


- fPhone 2 37/.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs