PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04936
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 09-24-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04936

Full Text






Clement Magloire
DI1RECTEUR

PHONE CAM B 1322
TELEPHONE Ns2242


*


I';


"""' *gg(HAITI)


kit"ra taa"h- rker ir 418
Ie chamlp d irasolai i rroitl si lmni,
t'ul hire le plu Itilitr, 4 el 0. 1(
an sillus o sa i(rro, "sh!i i.i
grande allaire,lr iseak alt imti- -
ral. TAIAL


066 -
i Ill 0


MERCREDI 24 SEPTENMIBIE 1NO)


ielques points des tra-

vaux dela'sessi exdra-


ordinaire vus par cer-

tains cotes.


:feme message presidential
s opagnaot rarre de con.
Vtiqn du conseil d'Etat,
bgs l sommes fixes sur les mo-
'*de la session legislative
lrdnaire qui vi et de,
o rvir, don't la plupart con-
it a des measures, pour
jali diau de liquidate d.4
d imna gouveraement pro-
ioire; tels, par example, les
ciidiW poor le traitement du
p roIel des archives de 'une
de (t Chambres; pour les
S re presentation xu de
tdo, cu,cumnie on vouidra,
a i i r aU deputies et aux
istasale; pour ia pension du
pidside i provisoire sortaut.
Depuis la dispersiou du
Gorps igiWatil et son rempla
meant par une asseimblee
iaique, qui est le Conseil
d'Etat il u'y a plus, naturelle-
lent, qu'un seul personnel
ies archives legislative. Le
tasblissement des deux bran-
sies du Corps 1egislatil read
indispensable celui d'un uuu-
veau personnel. Le credit con-
ceI'uat cc point est donc par-
laitomeot justlfie.
: L'ct aussi, pour nous, A un
gal degre, le credit relatitl
la pension du president pro-
vToire sortant. Quelques uns,
BoOs le savons, out adresse a
pe pinatt des critques b -ecesf
oI parnie, sur des consider
boons de delicatesse et en
rtlie, sur i'illegitimit6 de
measure. Les uus peuseut
qi'fl est peu convenable que
le gouveruemeut de M. ltoy
le charge lui imnme de pen-
iounier sou chet et qu'tl servit
his elegant d'en laisser le
Join au gouvernemeuta venir.
Leas autres considereut que le
ilandat presideatiel en couis
'aura pas 6te uu mandat plein
1auaut droit A la pension et
Soe M. Hoy n'aura lait qu'ac-
lomplir un djob pouur lequel it
Itra ete asses paye.
Si ia loi sur la pension avait
S4hmli ponu les anciens presi-
I' de I republique un
* iucontestable a la pen-
iel au point deu fire une
tioun au fresor ou aux
airs publics, nous au-
l comprim que le gouver-
'Lnut provisoire a eOt pas i
il preoccuper. Mais tout ie
atadc saut,que.l, Iti aedoane
?fe poiut aux puuvoirs pu-
WUcs 4u'uue fdette: it depend
dux d'accorder ou Je un pas
accurder la peusion. O. coin-
Me cette tacuite u'est nhucle
regeeatee,+ qdetes-c Vn-
4tuui maaqueat daaus les-
tiUes la peasioa doit 6trt.
rdee ou retusee et que sbi)
SLrt alepeudiasi do la bonuIs
route ou ajrparti pris,uous
voyons pas trop cormareWti
LHoy pourrait s'ea retnettrt
eux aleas qui duivent suivrf
e regime provneoare actual
a paraltre taire A 1'avaace
)uetaii de ce qu' *. peu
l.ainer. L'exp6rience est It
wIu montle.au, chez nsous

paIs de tqu'it a
St de la preoace deoatsa


Square du mreasaUimet pou
St:r'cbtCa A tole deoa ard
.aut our ojet ,e l tu pe
[Iahtre sae lavear. asu a

.la.chose et nous soladec
[ :d.c per ,iissi 4'tl na ur
[ ackape ad pr Meal de I
[ iuAone lu-mrseuae do n
'.IS c.JtassO.sos I 'eltrtau
Scrutjle. MtaI les co asder
^ '*h que ooQ( veneas a4'


SWtru oat duk Ieer dua poi(


... UMOUBIgIg A6MICULTUCI,
legilipe dass ee. conseils du AIIN ILT58. I
gouvernement.' a
Quant au point le vue!d'a- J'ai crd bon de a'tendre lot-
pres leqael M. dry n'aura faith guement sur l'organisation no6-
qu'accepter un djob pour le- velle a donner an milieu ruthl
quel il u'a droit A aucune chez nous pour rationaliser eIa
tivearsubse ueate, nous nous services agricoles.liberer e pr e i
permeetionu de remar uer que dacteur at intensifer la pro.
pl, ours o.t auourd'hui *r duction. Parce quo cest le se I
c db ds s sensible- moyen do noas a.ranchir vrsi-
mt. ideDe nous afsranchir d'a.
eot d flerentes de cells qui board de otre ilotisme cono-.
4vaient course vers mars-avril mique qu est notre pire enne-
e% cette ann6ea. e a'etait pat mi, pire que I'ennemi extlrieur,
alors uo djob apre, lIqeel puisq'il entratne la guerre (4-
dourait M Hoy, matis ua grand vile, l'aftablisseinent do bis
CIe p;itri-jilqie, uU .acrntic nationat.e do Ia -n lo. i :it .'1
le saute ct de tiauquiilit6 blissement dae iractre, If rui-
Jour lesquels ol courait aprcs ne et la morl.
lui avec force accla nations De nous :flrln, hir. Sn1tif.
eFJCOre, N ssommes de nos obtigations fin-iciw s,
ecre. Nos sommes d'aucant Idonnant lieeas;e Icare r-
plus a laise pour en parler nancitre t rag,,. ,'+s durable.
anus mrnmes uie nous eions ,t : ,
ualous m esplt e nous eaon parce que plus ij,,tifiable et 'ion
ors plu6t hostile a plan moins amoindr ,-anIe que I'au-
qui devait I'amener au pou- tre.
voir. J'ai tenu A bien laire ressorti
La haute situation par la* les relormes primordiales qu
qnelle aura passe M. Roy et sont en t1te de mon programme
lei conditions dans lesquellev et je demanderai A la Natio, en
il I'aura tail trout tout de tire, au Peuplecomme A I'Elat,
mndue qu'il y aura quelque dy contribuer.
chose de cha& dans son exis IdLheale n'est-elle pas venue
cose e p char g ant s sor exit s de songer plus serieusement A
tence pve ntieure etses I'anomalie constituEe par le Iait
Ioyens de travail. Noqs Iron- e le calk support la plus
vous que, plus memine peatr luti gr-nde parlie du poids de la vie
que pour la plupart des poli p .blique alors que son mode de
ticiens qui out et6 amenes A plantation et de culture est 4i
la predidence par une force riitiil e t qne c est i la i cau
e tos'~~~s u V |f 'esdilaTWcultis quilly a d'sia
dommagement que constitute maenter le volume de la r6colte:
la pension est legttime et indi- Q.elques pierds de. ca6ier d-
qu6. vant chaque case isolEe de
u cm, oontagne on bien dams les an-
Par centre, nous nous de- ciennes grades calteries,& et
mandons s il est bie conve- .lIA, des piec s de deux on trois
able, apoin de ve politi- carreaux confines A des de moi-
que, que le Couseil d Etat ties qui en assurent la cueillette,
vienue s'occuper des trais de sans soins sp6ciaux et sans son-
represei)tation ou tons an- ci d'6tendre I'exploitation.- Et
tres a accorder aux taturs s6 comparons avec cela les eta-
cateurs et deputies. Ce n'est blissements etendus oi dans les
p s que, ea prncipe, nous grands Pays cafeiers du Sud-
soos ostis a cete inteu- Amrique se oait la culture in-
son,.s, ,,,, ,ul,- a"OaS dastrielle de la 16ve sur des suo-
lion; car, nous ne voyons pas 0sil do avsrd a
.top. cr-, ..o. .neuy se- p perficies allant jusqu'A 90.000
tro p pourquo ceux-ci de- acres I Comment concevoir ude
vratent etre maias hoaores Nation vivant presqu exclusive-
que les Conseiiers d'Etat. meant d'une deor6e de march
Mais nous estim )us que international A la fixation do
chaque regime doit preodre prix de laquelle e*le ne peat pas
ses respousablites. Le regime concourtr ?
avant Ie Conseil d'Etat pour L'anomiie eat la meme pour
pvot legislatit a pris sur lui toules les dearees coaonialest
de v o t e r des iais aux Isucre, colon,eaco, etc. A la cUl
Conseillers d Etit, et cel a tune dosquolles nottpeople a
A la grade pro te station Ivre an toot petit.Tout Il temps
di adve r oreshatats.n quo ous no pourrons pas en
Sides adversaires cihataats. giager le capital ext6rieur A ve r
Plusieurs d'cate ces deraiers ilr s'associer avec r'efort indi-
souat caalidats aux sieges le- g6ae et la I propri6t6 indig6aene
gidatits; d'autres sont des par protge6s dans des enlrepriws
tI :ia's do ia reactoa. ourquoi oaricolhs de grande 6tendue, so
I ne lenr doaner la satistac- conformant a la technique me-
tion de voir prenire pard au- derne, tout le temps que nous
kres la res1,ousabttie de me no pourroos pas atrer ici des
;ures qui feur soient person conpagnie5 commo e0 8compa-
uieltueunt el ex'Lveunee ocal onisteita&cheler des truitsplu-
dpables ? a C ute occ 16t qe do la terre et qti par ce
I. iA deprouver la siucerite ioyeo, come cela seat va A,
laat lee cceur moutr6e or a I J"anamalqae et ACosts-Rera,
i1 vout de cette taesure pecu sa'erichisseot toot an earchis-
alaire en faveur des Conseil sant Ie capilal-terre ot en rel-
ters d'Etat; it ne faut pas aI vantlesiveau devieau capital-
uanquer. IL est vrai qua d'au main.d'ouavre .,il ser pls pro-
I res encore seo reseuteroat: Stable pour nous, vu, astout
l e Wt vie stiq ueo. A *ldgne de petite prop pi'6
s s --sS obanisrpour x -
S--. ...ti.. sdalieres premiea
I.t do ded res atimentaires (boia,

i ept des ps voin trap
-driers o. re,,ui As approcher avanest djA dA leur
S 8.000.0--0 dieOt" and .os d idI e r r 'ea oC .

r scaphandiers oat pa patrr se tsosvr
e var. dtuiiore te- olda-oa comnwe
6 ratr-" brveta G "Tor mI eb dS la 5. itt- des N -
it Golua-cl so eav a--de.... d-n tins.
s brolsinfel point. ".. Nre a as tearoer.
" 1 d'aum 3ae touten parucotlr l


I
l*
le-
is


LU e la n-gralame re'o hiEtr
annoLuce ia nort de notre tmi
uai6 suvpanrotle a Dr tEoo
Audain, survetIue A Va drs.


ifilre I~i


de Constantin MAYARD


( oir lesa des 16, 17, 18, 19,20, ?2 et 23 Septembre )


notre problime agricole et dans ve. Nous reviendrons A la po
notre plan de gouvernement. II litique de donation de la terre A
met iadsponsable d'iinsituer au ceuz qui la cultivent.
plus vite ui regime ltIgal pour C'est dire que nous r6pudie-
la regularisation de la precipita- rons Iranchement la politique
tion atmosphsrique et pour la Igraireactuellementsuivie.Dans
r4gularisattoni des course d'eau : I iunnossibilitt oi I'on est de re-
arborisation des crates et enga- constituer par I'injustice et I'ar-
zoonement des ponies, etc.Pour bitratre, lea grands domaines,
les regions ou I'arrosage est in- comume dans la legislation en
dispensable come le Cul-de- vigueur.il onus parall plus sage
Sac : it taudra revenir A Ia po- et plus equitable de considerer
litique d'hydraulique agricole que notre territoire montagneuz
que pratiqua I'agronome (ran- : en gmnAral, la vocation de la
Vais de I'aneienne Saint Uomian- petite culture elt qu'il taut, par-
gue:l'emmnagaiinement deeasuz tant, peaser aUoias la pr6pa-
aux p6rio .le de sul':iboni hnce ration des grande denrees co-
S .-. ':. .riu a ',,r:o-t i-oiil.is qua' la la production n dis
ies t ,,, ;e es~ c n .ii. au d n,,t'es alimentaires ,p',ri a-
3 st!. C( ,' u onll ,t bles,lcsquelles n'exigent ,il gran-
E, h1 '1i).- .) I "' o'ts t! lau. ats superlicies, ui gross capital,
ir, y n ,s ,oits n technique couteuse.
t des ip n, ul 1i(, 1 De plus, notre contrtc par la.
i',, in x ,fin i it i .i (ti- liiversit6 et l'excellence du cli-
ail' o, i V it ( o l i I 't iiwt n- lo til., r la ,nagaificence des si-
ince tecno't)i io.ij tes panoramiques, A cause des
Uni quiestit lii .e icIi e u n- souvenirs laisses par les difti-
porlaiice le; a I o|h -i dc i,) n rentes occupations aborigine,
occupatio',s. c',- C *' e-pagnole, trangaise, anglaise et
mentationa e(u C at i. t 1 (, pi~l ement halisenne qui en font
saine des cetites ,d poyut-ltio;)s une trre charge d'hastoire,peut
uibaines et lruralfs. p. toilablement elre organis6e en
Nous rappelant comnien !-'o- vue du lourisme.
cupant espagnol de la co iquelc Repugnaut A la vaine pro.
tira de ar clair m6fal des en- mn, .e -lec!orale chore aux po
irailles de cetle terre tmerveil- lili.icius pour qui Ie Pouvoir est
leuse, nous donnerons un soin uw but au lieu d tre un mnoyen
particulier aux lois sur les proi- de realiser le bien public, sou-
pections inim6res et nous nous cieux de donner Is marque d'in-
appliquerons A attirer chx z nous d'niable v61it6 A ma parole en
le .capital .el, la tecbLqueeO ea.-wonuant ce qau is'a tait di#jA
vue d I'exploitation des res- plut6t qu'en etalantce que je
sources de noire sous sol. pro;nets de laire, 4e reprodusa
ici a propos de *a politique
** agraire que ]'ai plus haut pr6co-
Dans notre programme la nl.iw.uai memorandum qu'6tant
question du don iine que nous Set- claire d'Ltat, je fis adopter
rattachons A I'Et-ono ique et par le Conseil des Secretaires
I'Agriculture, a u n e iunpor- stance particuliere. Ellle est, poir ) 1910 e document a 6te public
nous, dominue por les cousidA- P -, I- ),ar!al a Le Temps le
rations suivantes : 1 6F ir 1927 :
1) La propri:th chez nous a ( .aivant uue suggestion taite
un caraclprehistorique t rai J, P uii des membres de notre
ayant result d une guerre ', x- L C" ,nssion A Washington, le
propriatton d'une race par une p'r"i. au Conseil d ddecider
autre. qu- la Section des Donaines
2 ) Esuite elle a 1. un-,, i t lachee exclusiveimeint au
leuxi6me lois, acquise par Ii,- )it element des Finances qui,
demoit6 aux colons que des u-iiti.ement, a le coutitole de
n6rations successive nont pi c t' adiamiitration en iume
eess6 de payer depuis 1804. pa iip qe le Depdirteumet de
trimoine provenant du sang d l ci : -ur- ( Arl. 5 de la Loi du
peres et de la sueur des Iii,. z9 .,,ut 1908 ).
3) La. terre est pour E it u.. ', E' p.aqoe dan* i 'itret du
richesse, momns qutand itl l po-. prtac'pe de Ia coequation de
s6de lui-m6me sans lad fire va. i ipot el do son plus lort ren-
loir que lorsqu'elle est aux decent, il peut devenir utile
mains d'an. pr iculterqnu la cul J'forganiser bient6t une contri
tuve, en tire ses moyen ',te vi- nation t1aci6re et partant d'ta.
vre, ce qui enrichit le T.sor uolr le Cadastre Nalional,le Db-
public par la contr.bulio 1i,.0 4i- P ite"eUltS Fiuances s'euen-
iecte que le pavticuier .e. sur lrA avec les oinmunes pour
ses achat*., Itl tuer dfiniatvement :Ile class
L'etat civil privde est daus le plu. *,r.t ,it usets du domaine de IE a, du
d6sordre Acause de lin e ,i'ude i^o in.e Communal et de la
rmense de I'Otat civil -i ,, p-propineL particalsre en uttli-
nes qui,suivant un Atrai,,e tat i! at les services du corps des
des moeurs ruraleh, (ljuia .!e tlgenieurs du Gouvernement.
nom patronyiniqaiecoura 1 ne- it Cepe u p tda pour rod.e pro-
dans la succession) des g ,'r-- Jdac ve la contribution foucitre
tions,rendant extr-ne- ni j.lfi- et musquo c'st un pritcipe wv-
cile la recihrche de la Ii i o rlie que la terre aus mai.as de
entire le premier proprietaire el l'Eta t Lp81s use richesse,
le dernier occupant. quen tout cas .ell eon eat nen
, Nous nous proposons,en con- inmouagrandequ'6itattaux maaus
sbqueace,sans toucher jx gi'a- des catoyeas qui, .la faasanL va-
des habitations noi eicoie di-. oir, en angoneateWt en couas'
,viaes,de rcgler .et 1i cosacrer queace le voludau do id con-
tes droit de I'ocuauat, surtoal tiiumton andarects, atteigoant
dane la mantagae, pat une me- Ia coaomasaaon, r propoae.
sure analogue a ia squatter-law des mainisenant qu'a course du'
amIDicaine. tout en slditaidin classeineat des banea du doinai-
lea services de ietat civil, ce qui
sera lacilit6 par la creation du .. ...
'wattre rural, nous procederons
as. cadastre de sla propriety pr't- ( Voir site ema 8a page )


"I


A., X ROY

2. annees de succ s.


0 Wt, ml w -, "go. .-. -
p~jun os. i uLgmenutatou, ** *"
conosrvaUto et iaDSiagetae! 1
.4" 0aW. u*.. u<,WA ,a 6farirOPst
occupy k i***? **a& %*.t *


... a vu, avant-hier soir, I hon-
me qui ne peut pus se resigner
A rentrer tot chez lui. i 1tlait
ooze heures. On 'fermnailt .s por-
les du cale oti Ion avaiii ui des
cocktails ul tI' s cocklils. EL
tout le uiontide sen allatl, pre" lit
la dir'ectio i de M)soI n io nile.
Mais luw, I'lionile qus t.I pivet
pas se r s:guir A ,eigc'r ilp
16tson foyer, 0i st l,.iii 'it tie
ne savor or aii. r. A l iii uavi -
sant one Lig *,, il lai tit s%,M,-
de s'arri ter. 11 s'y je. i t ttit
alors au cliaulleur :
Co l l uis/.-noi 11. )r'ti
ous.
Le chiauf ur coonussant ses
habltudes le condusitt dircte.
meant A Sea .Sid Inn oj, ;
I, il y ava\ t uID ll l pi li
616gants.

... a VU, u L I, i g.l I .
6picerie, ne puiinCce I :;n i
visage cl1ill e 1 i i :.
Ellle porter pt- t i cti l i't i t
enlant et o li .' li '.
pabs : Its., l lif C."I ;a )i 1 '' I it
t r s soul l Iiiite I' i jiV i )I I -
viee id llvg eLIk lPl,,i;'|Iie a
condoiti-n 1 ) 1"n "1 li ') A -_
n0ral oit e ': S r i a '
notrrie' l1 )i go.s-i v' .

... n a p:t is' ii lo iii). i
sur quiellu tr ( i ii : ):
qui trouve ,lc d *ib;e '
de ces quel>uegr ,,rg'on ,
iouissant puibl.T iW i A' il
des libations (i'(rolo) nget s | iU .Il
petit jour de t.o utoi I 1 1 1 .
cien "irecteur tia Set t- '.
nique de I 'griculture
... a vu, avec plaisir, q.-i 1o11'
0e muonde, toutli en recouin issai'
les torts de Freeman, a I O,
come Il Ie t imritait, cI ge sle
qui ne tail lihoneur in :i a'
quil'ont inspire, ni fi ( c-ux qu
I'onl extcui.

...a vu, I lotitel de (France,
la seini der. iit re,. ul I us
cainarades qiui m:tein ''!:"i i
de leurs aii % do it i.t t I.t ,
ilversaire .nl .1 D .1 .1 i
I'honneir inier grog oin se ro) iet,:it l t
tirer potir ,zivoi ilui d 'l) I i.t
I I. 'is la i (II, ( i )Ir;it
i letter ne dotIinI p sig i' I ,(
vie ce jour-IA tt coe 11* |I I :
s onl absence i 'i l (': ,
quaranltc-,jl i1 ). iilt.ntt ,)i a
in'a pas, hti.L.i, I air 4IV v j4Uinir
paialtre tr6s fier.

...a VU deu amin qul i aeii-
daient titit planss la salle qun
pr6cde Ia salle de. consalta :Cn
d an de )io, graitnds meil iis.
Les deux 1am 1 s stnilpaii uiienl,
s'enaervaient. Pct-ez d. ) ,, l,.ur
attente durait depuis plus d'nne
demi-heure. li avaien pour
tuer le temps, pasxse revue
tous les faits d actua.i'l, p, ,l
de la mort du credit, .dcs elec-
tlionS voi-.ine., i catItI tlaits A
la Pr6,ideuce. E ile Docleur tou-
jours occupy a l'interi ur Lie
doonait pas sigie de vie. Lulin,
la porte sentlreuailla... ele s'ou-
vrlt 1et on viI sorlir de la salle
de consultation la plus |olie Ifr
Smousse de lemie que 'ou euat
*rev6 avoir A soi toute seule ..
Lea deux patients impatieuts se
regardereait alois, se sournt ent,
rdonaereat au medecia de
sI avoir tait si lomgtemps at-
leolare, car, ea hi beiie couipa-
gnie, e'lail la chose la plus nor-
male du monde que le meduiu
s'allardat asi...
... a vu trots )anes et intert s-
sUataamia du CapHaltien, d p -N S a P wt-tair' ince, et 41,
S'smMaaiete, das un de vs r. -
rem sIIJeIts ol I'on jtlt eu-
core samuser a ropagmsuie Po
joliMs... danseua. MA tI a t ,A
cirtmo moment cm trois jeuncs
net intreisa' s3 amis devrnreut
*oucieux, aiJieux coOmue s*i!
n'oainti pit.s s'amuser. "'r
que Nourinfc ta.nL elait lI+. .via, i
/ Itdunlgtlil 1 leur lit c( :< .
dre qu'til au ie, vcIa( t


IW ttiA I eba


- ~F~ 6 1 T --: -. -i


jos.1 M 14 N M1 82


.~~.. ~..-- ___~-... ~


- --- P


Z;


I -- ---- --- - --


- --








I(AGF -2 LI MI -- Itl 26 k IUC
.'Ago& .


DEtPUPJRAHIF


I* l


* Jr va


Iy -
t. "+


Propose

cachetes
-o-
F-L--'
l,, afllaires de son candidate nit
vonti videmment pas IrWs bien, et
cel lui tiail ungroschagriu quefaule
d'a.rgent, it ne lui est pas toujours
possil) e de noyer comlla un pitil
'chii I licr il s'inaginag quiA dire ti
i.ial die Ma,'yard, il (16ciderait peut-
,In'' lt, (. ca;ltellistt ) i, lui payer ihoi-
n'.t );inIs ls cat;es ts( bordi de iner, on
n'.Ihnlcdil tlon: (c que .a voix charge
S('naailtlante morts lux Gonaives et
Il\ c',ntst l)lIessels. (h I ce Mayard
te in.tliciur, il vient encore de sai.
aner la Itt p)ulique. ',
(':oIi ei ulu nie faisait attention :i
ses piopos, il dkcida (que le nomnbrc
ies I arls etait insutflsant et le dou-
bla. |iiis le triple et hI quintupia:
aniIIs pin1"t, (e success.
A Ia tambn'e de la iwlit,unemAsnecha-
rital ilr ut ientlln piti6 et lit servir t
I'hIInI III i n'aiice pas Mayardi, u
\''rre plein de uI'M SAnTHEUA C ilTur
Wiilon.. q(ui le reconcilia avoc la vie,
iIts' iu nooleieniltoiu perdant patience,
dI s.:i)ppIcitait :o' Iuer froidement tout

mu iw t igle


ildu~I ~
L~J EJ ~


c es d( Pa r9enTfir.oI


.... .,. .. . f-n If .j.t ..0. ti> ags. ...s
4l h *4U h'" **. 'Ult.-in 11 -* 1 'dt l 'tt it .
S S. ...- . .......*-.4IM oll p ..i"rt. "'est part ap. gm.
.. u.*ti, ," .g*i ,i*B ;,..'1JItl Slt |fl ul e UWa ,Uv. -S N S 1
n4 l....'-. II i Mporta dew. *I* d te ftidse.. iLn
rlt.a.;l .. t" ll ,.H..)U.U l .Iat S .t d ropil. LI eat. p.W IIIIfas
IA a 1 "mo e P-l* I '
aa. ba'rw do d .ds .m
..,. Ia S it'a *ll m e el tltnl. let *rg"I 9* *i' n. Sl. B
I. ,. ', t',), l.. I i~t r. rit o 'l s pll S .
.1 ,1 ,...' *i crHai.dr qu# Ii lutl .stt- eut doentl i
* l.ol.tl r-.1 i'*. ." p.lllt Ot ipinslaa ya l poor ubobe t I* A l1
I, n c i' il '. >.l, ni S S d pl .II r I rs dli t e urs Pie.
D ~ ~ ~ ~ oe. '.*M inur e.do I .1it iniii ol ut a
,n.r..,,'r .' n "T'UI"'." I D' CTEOII BlA. GET,
1)1 .. it, (not, sios#nj s rI s a1r I t imi put #1i1
', "e.i" ut i o rnlt a. f eaep*6. Irouv l a
i..i 1 ,,' ,n ,"; I, DrPU ',T;' 1 l DOit EUlB K5101. K O eo pr
,- ,, ? tt, ., t t l .,t l3nit *-,sr Irues t verlu dJp.r =rl,
uc ,t .... >i T,*ltn tnti c miim i- l ir leurl quAllai rtsolutlve'.
S i.a ( .. ,,i fi ,' t u ,,o 'I ,i l l')m h rIe. .n'irre t po.. r xicreer r! tllion
i I ,t r I 4 ,t .1. L, r ll 'nt*lf ,i ..r,',~, h h lu i t umn r ile d
qua lln i VE.10Ai 1 m ri i ):i rll eANaIr. r O silgnuml II* j, tsle Hire.
d t i ll v pi r i m l. i t llr p iira illlf
Vo Cli qlull eN> l I Ite f t 3 ,m b sere'"lI

tlatb (h rl a .fMOS PRIX, rirnn.wu rA" IIOplIu Its g Pwn
2 r V rllr.'i es. Pa.,n -


Les manifestations qui out
aeccueilli et suivi Mayard tout
le long de son voyage de Port
au-Prince jusqu Port-dc-
'aix oui ilt ait hier, tnarqueit
issez clairement quelle con-
tiance le Pays accord A son
programme et eo quel estime
il tieut I'homme qui, lui,ne Iv
trompe pas, et ne lui promel
pas des chioses qu'il salt qu'on
aie peut pas tenir dans les cir
constances actuelles. Libre
a.ux autres de promettre ta
Jesoccupation iut egrale el
sans condition, avant 1936,
tibreaux autres de prometirtm
la reintegratiou des commati.
danta de plpce et d'arrondisse
meut, Myaid Iit ne promet
que de detendre honnitement
les int6rrts du Pays, et, pour-
4uoi ne pas le dire hautement,


\.nis p oposons (c lieltre au d'enlamer et de poursuivre
iWn ItSts hle suiel suivant : les msthodiquement I'haitianisu
desix mhos qui d6lendent I'en tion des services publics, la
iret d(t Palais de Justice coin reorganisation agricole et in
ie C (there celle des Ealers -il dustrielle du P.ays, sur des
n'eO question, bien etendu, ii bases moderues et ratioui
de Monsieur ELheart, ni de Mon elles. Eutre les autres et lui,
sieur .,ac.Arty sont-ils hieWs iles e u re ticheui, parce qu'i,
places, enu gard aux r~gles de le people t'a chosi, parce quii
hurbanihite on de lesthitique ? sent que cest eucore lui qui
La question s'est impose est daus la verite et quc ba
nloi 11,1 i(e Ines nomtbreux nima- conscience est eu harmonic
1i,1 Jd lleAAtrie torc6e ; j eus avec ce qu'il dit.
don' tout le loisir d'examin'r Que ce soit aux Vases, que
'etlligie tdu R01 des animaux, ce soit a i'Arcahaie, Mdyard
LIA. vous el moi mis A pati, obLnt un succ6s tel quit duu
I) I tdtle I s'arracher aux ovaiouus cL aux
., pt,'i-ai qu'en notre doux etreintes pour countiuer soil
paY .i atnnie un peu trop ii-i voyage dout le prugratnue a
1,t k I I,- donne une priuine : ete unuanuab eiucut ti x c
(11i 1t1 ilA SOus les yeux u1e ct au uanquabie[uL Xc
image, de statue danuinaux de- lepuis Port au Prince. A Sdiui
corai l I t'itrie d'un monument MAirc, les maallebtainous byw
si 'out quand ces aoimaux pdthiques et les ovatious atLte
s, it d-t Ihons dans laquelie guirent jusqu'uu uelire et eles
i;nt:,i 'sc regardent,toutl hou i accompuguerent I usquau
.nt comnme deux chiens carrelour urusse Chaudiere. A
(1. l i c' _._.
d.' a Li,.C dommage, pensa.-
i', i.i o~Io ii'ul paslail en sore ,sont exacts, que le ntz de Cteo
q(u ta egar.Ihtt du c(t6 de In l)'re, sil ut ete moins lung, la
S I tmtrn d u Palais, d'ot), lace du mode s'en lut trouv6e
li ,S. t % voyant un de nos illus change. Ainsi, ma parole I
c,'* l'njsidents les indiqua a s;; messieurs, s'lls avaient te danu
In1W :i cornine etaut les louruni- ia pose classique, noa lions au-
seurs ilu trucalent sauctsson de raieut,du tout aa tout,chang6e l
LyoN. J'en appelle A vous, Mes- Monument de la Place de f'ln-
le I' urbanistes de la D. G. dependance; at qui sait si is
T. P. qui avez eu peur, peut- decisions .qui y sont rendues
6tre, en I'occurence, d'aller A n'auraient.pas 6t6 meilleur:a I11
l'encontre de l'idte baroque d'un nest rien de tel que I'ambiance
dt nos grands tuteurs du pays, dans laquelle il vit pour inspnler
par excellence, du Saindoux el un home. Nos lions places de
aullresdoulceurs,eut dit le Cure travers risquent, au Juge qui va
de Meudon. Nest-ce pas que semplir la mission sacro-sainte
vous dithes, recevant 'impeilatil qual portage avec Dieu, de se.
commandementvousenjo.gnant parer le Iroment de fivraie, di:
de es placer ainsi, saluer, com- donner dos idies de traverb.
me l il taut en irone ia iMal sona, nos big Brothers
malice populaire, I'un de ,ous ne sont pas lea imbetuiea qu'un
qui, an itelphone, 61a so Lou. vain people penase. lt ont you.
vre.chea slor qa'il eat reonu l sans adoute .quo, do ootts po-
A I'appAreUil la vo d'ua com. silion o so* trouvent cea filrs
modore, hloAWtets Mp Pont. anmaux as sag une gran
atr a v-revs aimpleneatla- et ftfr e LaprIn idoo. l ot
s6 qu an lois a a ontatse d v voulu.quo ce soit, en tremblant
notre mel, ces lioM, ainaaprant quo is justaciable graviaae lob
d11 la aottie do note milieu, deirjs qui conduaiant 6 Th6mis,
deveaasint desa oa wow oades nt volontiera ur la porte d'en-
LioNs MIA, tr e duo cab'.net de Moaiaeur le
Capendant vous n'etea point, Ige d'Jnstruction je lea sup-
ej le pcnse, Ihomme d'un soul pose, pas lea lon. I d'avoir dp*
lii re, et, en debous do trait sur s it06 ecrire come sur celle de
la position des lions I 'hs- ibEnfer du Dante :
toire du Brigad er-Geapral tant ao .vou-s qui entrez aban-
dija ecrite vous aves d Itre, jdounez loule esp6rance. 0
d4ta ?a"calNa e aoevaeau< MolMau Ds CaeA


Marchand ce fut toot simple
ment un triomphe. Le candi
dat est port sur les 6paules
de la toulc. De Marchant A
Laquinte il passe sous une
succession d'are de triomphe
et entire de haies humainues
qui tr6pident du cri ininter
rompu de Vive Mayard I
De Latuinte aux Gonalves,
le cori6ge qui suit Mayard
est compos6 d'aumoins cin
'quante automobiles,et d'une
demi douzaine de camions et
c'est ainsi qu'dl pen6tre dans
la'Cit6 de l'ladependance.
Le spectacle est des plus
impressiounants et decouragie
les ennemis. Quelques uns
d'eotr'eux s r6uaissent an
Kaboteau,se mettent dans an
camion et lenient une contre
manifestation. Mais elle
6choue piteusement et r6int6
gre I'endroit d'ot elle eat
parties. La haute society des
tionaivesavait opi eenlaveur
de MAYAaD.GC'st hbuit heuies
du soir que Mayardput parlor.
iI fut positive ment port sur
une table. Et it haraugua
la foule de sa voil puissante
et sympatlbque, la toule qui
venat, une louis encore,de lui
taire un accueil de Lhei aimi
et estime qui sort plus grand
des caomLnies imbeciles et
mnaises des lititrateurs aux
petits pieds, des litteat6b,
come les surnomma un
duteurmoderne d uutra mer...
11 yeut ensuite un dfuer de
cAuquaute couverts. Au chain-
,jague c'est un des commercanta
lea plus conous et les plus esti-
sues des Gonalves qui prit Ia
Parole,%w.Fritz Thiesteld.Mayard
sipoudit comume il salt repon.
are. Les centre mandtestants
avaient disparu depuis long
temps et dans quelques peuties
,uaionsu du aboleau, ilshoque
talent leur dugout et leur
desespoir, tout en etsayant de
pauser les plates at bosses re-
Jueillies au course de leur attaque
stupide.
Mayard eat .A Port de Paix
depuis hier. Les, dep6ches que
uous recevos lteraient crever
d*envie ea petits roqueta de la
pohtique. Qu'llsat u onat sebe aj "
inent que tout Port de Pail atait
debout pourrecevoir Conatantin
Mayard, que la valle ut e
ineos tout le temps que dura
sa viaue; qu',a5 heurea d(a sair,
devant plus de dea mle per-
bonnes, asemblees aur la place
pubhlque, ii .parla eacor o*e
loti ai quo sa Voili t convert
A plusouars repr aa ovattom
indeacriptia s.
May ral rlsr bsomtmt s
Gonataawt d6UilUprturapor
sto p-HaWiao e4 0on rattk.i



SFUiNARALLS.-.iwapbt.
umidi onIt ia les thnarailles
do jenne lyppollit*e aI do 1
ans at afi do notre, sai.Lomia
Hypjpolite.
Nons pr6aentons nos bien
sinceres condoltanceAs a aa a-
,nille particali6remenata M. et
gge Lowa Myppoita.


iW9ISAIOW Ir ul01I
CZMSS^ RN D

rC-


Pre-CasTlan

Payez vousO n GOOD TIME en allant passer agr
ment vos soirtesi a

Pre-Ca-Tlan
oii vous resptrerez au son done musique parfite 4
orthophonic dernier cri lea partums grisauts des .
roos en d6gustant les liqueurs lea plus finoev, lea bohn
lea plus ratraichissantes a des prix r6ellement surpes*


l


duisit 6 son tour, par devantm, .i ia I Uv
cette lois, le tribunal de Paix de
la section Nord, une mame
action, centre le nommi Nicolas UN -taB TROUVI VIVANT SOUS L I
Benjamin, habitant Ia Croii des DACOMBRBS APRAS DOUZE JOURS.
Missions qui se taisait inacrire Deas a Rue de Londres, 85,
en Ia 2e clrconscriptionf.. Villa Francisca,:habitait Mme
tet.e lois le juge Deverson Americana Brito avec son en.
dans une decision, t.As m.otiv.e fant Louisito AgA do 12 mois.
diclara valuable cette inscription. Quand a maison, fut ditruile par
La vile est divisee, sans aucun .ouragan du3 Septembre, Ame.
6gard pour sa limited adminis- ricana fut retiree de dessous les
toative en 2 circouiicrtpIOIns, hcombrus avec uu pied rac.
uii il. done Its sections iuralts .ure conduit r iH6psal
quia orient ces 2 cuiconscrp- Padre Ballan. La pauvre ire,
ions y sont cotmprises. Et, cela, Pvec des cas ,e d.ouleur re la-
ivec les article, 6 e 25 de la mdv tans cease soun petit Lout.
loi elctooile tculbius. llto,.
Doic,le privilege do t s'elt re to. ju p s r .
auX elec tiEu s It I au It LOUce .s I'Itia oSts !II tI .
ii ant qu< ch I tcu de ,lon brera U(src.d, beur de Anesi.
cription elictorace. Vuita. cana; el sek premiers bolns lu-
Avec ces deux decisuoau.,,yaa pi avor vu soa u
I il une jurisprudence a sUiVrt? do rechercher son peet neveu;,
._ se0s efforts lurent vain%, elie y
a Le Nouvellilsto) retournail toulours, bur leb ins
ET dances do sa scour A touiller les
1inoldent dos Gonalves uines de la mason detruite.
Qaaid, avan-.hier, nou up. tmanche apres-nind, elle s'y
prianes qu'un incident atait sur- trouvat et cumme de coutume
venu aux Goasives,. la stlle louuilant quand uu tomuue s'ap-
des entousiastes manifestations procha del e et leiguis de l'aider
fates au Candidat Consltann et peu a peu il la conduisli loin
Mayard, nous nous sommn.e, de la masson detruite, presque
come notre confr6re Le Nou- a I angle de la rue Jos6 Marti el
vellistea, adress6 an Qurlier 14, lu mouatra 1le petit bdbe
'Cin6ral de la Garde d Haiti, as- coucan sur tne ita ache de do.k
chant bien que la Garde d Haiti et une autre lui servait de toit.
ayant la direction do la Police Mine Cabrera, dans son em-
devail avoir les renseignomeuispressoement de prendre le petit
qual uous lallait. Trs aimable rescape, oubiia d identifier
meant il nous fut r6pondu, co(n I'hommne qui s empressa de ds-.
rme Anoure coatfrre a Le Nou paraitre...
vellistes, que les renseigue. L-elan tut conduit prds de
ments avaient tW6 exp6dits a au me oi une scene de dou-
Dipartement de l'ittrieur eo leur be deroula. A-conpbg lee
quil serati mieux que nous nous deb Mr aDoulsio Pettrs, e ne
y adressions. El~ aous nuusson 'Cabrera amena on petlt neveu
mes encore co.ume noire con tH6ptal de la Croax Rouge N*
frAre a Le Nouvelliste. adress, I oil fut recu par les mnedciuus


auDepartement de Iluttrieur.
Le Miniatre, pArail-d, alait, A ce
moment-la, au Palais et nul, en
son absence, no po vailt pren
dre la respon-abilhti do nous
renseigner. Toujours combine
notre confitre a Le Nouvelaiseae
shous donnatnes un coup de We
l6phone au Chef du Cabinei
Colui-ci nous repoadit qu'll de
vaitdabord sadresser au re
aident et que plus lard uou, se
*ions renuseigu. Mais lei res
seigaemtent nous les attendoun
eacore. Plus heureux que uona
uotre couft ere a Le Nouvelliste *
les a rveus. Voaci ce qua d'ail-
leurs lui a e6e dtt el qui vrai
uent nle m6erital pas d'e6re en-
tour6 de retacences, do circon*
locutions, do silences, come


un banal secret de polichinelle:
aUne manifestation mayirdisse
yanat eu lieu A larravee de M.
'onstantin Mayard aux Gonai-
ves une contre-inanifestation a
06 inmidiatemeat organisAe.
I! y a eu ch)cen re les pour e(
ies contre (cest lolours a Le
Nouvellis'e ou le Cabinei qui
aarle) e( deux ou irois person
nes ont (6 blessees. L ordre est
retabli..
Voici ce que ni le Miaistdre
ni le Cabinet ne pouvait nous
lire. Nous remercions foul do
,nAme le Chef de Cabinet d'a.
voir renseign anotre confrtre
Chauvel, plus heureux que nous,
celtt lois encore.


t !iol.:l1citorale do Juet
1I30 secordo aux otelours .des
daux circonacenphoi do Is
viUe de Port-au-Pince: le drolt
d'option. 0Cependant, quelques
cadidala. voient la situationn
tell* qu'all. eat admise par la
oit, dA tort mauvais ceil. C'est
ainsi quoe Me Louis Raymond,
Candidate A la dEputation pour
ib 2*me Circonacription,oeut, l y
a do cola quoeques jours, 1'idte
Sdintrodure une, action contre
certain Alectears do la pre-
miare circonscription, habitant
Ia Croix des Mssaaion,qi ae soat
lait inacrie A la 2e.circonucrip-
ltion. Lo Juge Ramulua de ia
Sec ion Sud dans sa decision a
d6clar6 nulles, ces inscriptions.
So basant sur le mot Ville de
Port au Prince, il dil, que la loi
n's pas entendu ainsi parlor des
sections rurelea. tit dun. I
* De deit, le Gandidat Joseph
/ Adm sa* iniurs derniers intrn.


Stu Ia VIE


a.


EUG Le BOSSES &C

Agents Gn&r'auxi,
^___ ^_^J !


Constantin MAYARD
DANoS

I'Artibonite etleNord'Ouest
0-


Insurance C


Une des, plus fortes' COMPAGNIES


CANADIENNES d'ASSUR ANCE


i t ,


I I ba r r ~r II ~ _- I I I -


. r -1


Episode

du dernier'

ouragan a
Qto ___


I


I
i


et loe dames qul pr6te .
service dans cet Atabi
improvia. Le Dr Ca.o
charge do petit s urvivet
eat dans un 6tat d'extr
vit6. Le distingu6 pro
croit pouvoir le sanver.
Qui eat ct hommern i
conduit I'hbroine prs" do
tant ? demand I. a LitLI
rio *, qui public cet pia6em
i nous reproduisons; sersit
qui, en le retirant de
les d6combres, le d6pom
lot trouv6 ?

Sparopos d'aju
do gain
Nous avous reou un
dat6e de Saint-Marc, r
maintion par le Gopv
d'un Jugeau TribunalK
mi6re Inbtance de St.-
tre correpoundant atfi
ce juge est 61tanger. N
pubhlons pas la letire.
est sign6e Jules Joseph, oI
ne nous setnble paste il
nofn lm e c!tl q ii uous l'a4l
*6 Qu celu'-l At le c
de se ,-ecoain i e .eiastl
solllcitar Ihospitatlie de
journale
---- -------
COMMUNIQU .
du Departnementi
Plnt6rieur
En raison det tlio tons
ou moins aawaisis'cs qui
laites de I'ancident de( Goal
ve., le Department de I'It
rieur croat devoir intoimerl
pinion Publique de ce qui I
pass samedi soir.;
L'arriv6e d'un C'andidat
Sdoat on cette ville tla I'
d'une manidestdtion de la
de s*s am:s et,Wuim c ic
manifestation d la part d i
adversaires.Il ne taida pas A
prodaire un choc entire m
testants et contre-manimest|
choc qui occasionna la blem
de trois individus donit
jeuner file lmmediatemeat j
Garde d'HaIti eat inierveuWik
a i6tabl I ordre.
Le D6parlemeut de I'nlarili
profile de ce regrei ibe iaj
dent pour demander aux Prti
d'interdire, a ifavstir, toutt
tre-manilebtalion.
Le Gouveraement recoan
chacun le droit de mani
hlbrement ses opinioas,totit
tant que 1'exercice de ce
n'eipose pas l'urdre et laS
riin publique.Or lIexperiel
mootrant qu I est iam
aux manilesiauts eL auxa
manateslants de ne pas eia
aux lains, le Depafite .aU
flaerieur dete nd ,USg
inel( toute coutre-ima ide.
simultanee A une manites
Secritairerie d Etat de-
rieur, ce 23 Suptemibre

*Quo VadslR OWU
Sous ce tlitre, parattra
A l*Imprimerie Heraux, a
vel organe qui;. era did
F6ia Magloire.


l







LU MAIM 14 ebtenMtbre a19


i


*wutcb


durent longhtmps.
.IAmeriea Eveready 1rks4
I t 10 P 42 n1 Street New York U. ; I





Colombian Steamshit

Company Inc.
Le steamer "Bi-acoa", venant de New York direct
st attend ici le 26 Septembre crurant. I1I w.rtira le
jour pour les ports de la olombie. pren-,nt trot et pass
Port-an Pri'we, le 23 Seotembie 1930.
Colombian Steamshi' Company Inc.
GERBAiA & Co, Agent..


-- a- -- 'a' ~A- .w *


Un Discours

Programme
-0-
SUITE de la l re. Page
a6.1 soit d6cidM que I'Etat, A
titre de concession deflnutive,
seonrmera et honologuera les
tit e des propriot6s des pay-
ass qui occupent des portions
d, domaine rural s'il est dei
eoartri que ces occupants oc-
pet et travaillent ces lerres,
is dix ans suc uae 6ten.lue
imuia de cinq carreaux el si,
n entendu, ces ferres ne re
at pas du domnaine public
linable.
Catte measure sera rendue ef-
oe par I'6tablissetneat d une
Slmaission de r6visiou des ti
de Ia propri616 pour leur
rasation. La Commission
onaera en tenant en vue
1 measure d6coule d'up r I
constituant la politique


agraire peman mente du Go
iieuent conbistant en ce
cipe que I Elat doit le plu
sable vider ses mains de si
p, i aminmuobaiiile iurale
unable entre les mails I Ha
qui la cultivent.
a De l'emprunt actuelle
en pourparlersavec les bau
de Chrcago. il sera reserve
est effect, des tlures pot
inilloio de Dollars don't in
servira poor la quoie-oa
I'E at dsais It lbliaseiueni
cre ld loncier elt noitie po
quo'e-part ti i E at pour
b ise tienlt dl ci li ulagrhe-
1 Nos coucatoyetis sroo
Itgres dainv la tere nalafiii
recevroual cs inoyeins t:i 1
fendre ei de la Idire renJre
lear bien propre et pour le
coinmuun.
A lautile d'iusister sur I
ractire de pr6voyance pa i
de cettle measure tendaut i
proprior A Fltilien labor
de la ruralit6 la plus gr
quantity possible du solt
veille des tempi ou la no


N*CmoUSSZ mPUNSANTa.


S in
ile et
a d6
pour
DIaQ
e ca-
,ique
i ap.
rieux
ande
A isre
ature


ac uehle des zIo',e- peu. nilo
obliger A donmer le 1roit de
piroprie'eA des individus dune
Scivilisation plus avancee, ou.
vrant ainsi nos portes large A
une imingialion fractueuse et
non spoliairice.,
La proposition fat vote A I'u-
nanimit6 par le Conseil.
CaISTANTIN MAYARD
(A suivre)


Toutes les Polices

DE LA






comprennent la Protection centre la .

Foudre sans augmentation do tauxZ


Euq.LeBossed#Co


I


YI I III __


L' journal a pris oan Mve-
loppement considerable aux
Etlits- Unis. Aujourd-hia un
grand journal americal- c-
cope A luiui al I'6quialent
do ia population dae petite
ville, et reprieeante une veri-
table puissance II tcoampend,
on moyennele personnel ssai-
vant:
Direction e ademidstreon,
48 inlormations, 46 paici-
t6to3 m foakiciens, 16( jm-
primeura, 260 clicheurs, 30
graveurs,30 photographer, etc,
etc.
Deux mille soizante dix
personnel sontoccupies dana
uo seul journal, qui public,
en dehors des nombrouses
editions quotidienoes, qua-
torze a seize su pplements itus-
tr6s du dimauche. I&
En 1923, il y avait 2,398
journaux quotiaJiens aux Elats
Unitt 14608 hebdomaii-
res, representant ensemble
un capital de 1,154,786,UO
dollars.
Ajoutons que ch que grand
journal a sa fabrique de pa-
pier don't la valour peute tre
estimeeA6 maiiLons de dol-
lars euviron.
Lea journaux am6ricains
ont des bureau admirable-
ment agenc6s et organ.sa
dana le mooude entier.
LA CRISS AltISTINE
Les ai r1 stations **,oataetl &
Buaese-Ayres. La ,esbare
BL.NoN- -YkS, 16 bCpt. -
Le aiuuvtdu guUVtiJ eClet1
d l 'ArLctJiuL, v u adumtoi
.ta :3e usml t se& pmia aved es
LUuLiC iAvUlUllUiudllA'L Ut Id
--- a plast ites iad d l't.x-pt caildut
-ipuOluo 11 uyeu.,
M. c.ur'lquc tiez oluian,
p oniulbre ucs fiuauces ous lea
cabinuei h uycu, It geueial
Musciui, anclu directeur des
gisemeCuL petrolderes, ie ge-
ement Leral ilarincb et un certain
mrme nouwrc de duepuite partibaus
agers. dirguytu out ete aidl6es
but utiredugeneral Uiiburu,
Lnd A u uuveCi emeut pruvi-
LX conseil municipal de
Bucnua .iycts a ete dci1aout
uujuurd'hui. L amiral tier-
mutlu, cnhef de la police, a
Duver- trausmi b a ia juute militaire
pria- uue proposiliun tendaut a
s p0 usiai prunioucer la dissoia-
a plro tuu d d U c:irps c iig If' a
ile-s cIevAl alfille ha la police dc
aiens c.pale
EEa indne Itemps u ;e cen
uieu bsute t'ret severe it ele etl blie.
iques 1 ashiigtlou.16 Sepletnb. e-
ur us vl Josepnt P. Cotton, t.shial
noii6 tlutctiou de secret lire I'E .t,
rt ,te sest decla c ',ch inte i s we i
t du ililent amini aux e )" lne, p.,'
Ur la le pjiesidt-nt Uribu ij, Ia' I' .r
Feta gentine, a Iegard le,> Eias
ole. Unis


MORT DE Mle AUGUST BOYAiY
Stlci uLaiu c ai mut M ie All-
bUbnt 13,u aLuy, autin Presi
utIut Uu fLbhuuul de (La.bbtiuio
u tmu lte putuque, uncien beci6.
tire d'Etai, ancien Miniblre
d ialhu a taris, ancien Baton-
uie aUc l'Urdre des avocats do
Port -au- Pi Inc. .
Le daluut, qui 6tait un s*
plus battea personnalitsa hal-
ueuaus, laise mfiOiment de re-
gieus aua no l& soc ir do
roio au-Prnce quo dans I*
mouose ae ljuges et des avocats
uo il comptait beaucoup d'ad-
marateuats Let 'amas.
asw tuuerainas auront ha
CetLtt apte-mildi, & trois hours,
eUn I'elite du Sacr6-L.iut de
Tugeu.
A ,fa temme el A ses entrants,
a Le Maiu a euvole l'expres-
aiou siuue de ses ancereb con-
duieauces.


LA PEAU RUGUEUSE
NhJ

II agit doucement, sur -les A -
pores de tell /aron qu'l fail -la. .. n I, i i z.u
mieux que nenoUer. C'est une
combinaison de savon our A. d Matteis &CO Aqents
la peau. 11 dissout loule trace -
de salete et aide la peau d tire -- - --- ..........
tendre et douce.
S'EX ILENTO Panama Railroad Ordre des Aamls du ll.rreau de
S.von de apa B Steamship Lino PIor asu Pri nc.
Produit une mousse upase Les charge urs soul paie~ tic Messieurs les A vocals de cc
excellence. Barreau sont convoques pour
II adoucil et enliue les ru- tobl0 e.t attend A. ort-au Ile veudredi que Ion comptera
adtds et lonifie ie cuir ch. rncvea, do u stabal, vingt six Se._mbrv ,uraL
uelu. 11 aide donc d maintenir oaal Zoane,le ercredi ler I10 hlures du matiu aulo;al
r'eta de la sunt. Octobre du Tribunul de preminre lus.
En uente chez tous l. dro es perns d'embarquement stance de Port au Prince ( ,a
guiae.Pour 0.30 cts seulemnt. seront delivrts pour le fret lais de Justice ) aux tins do
ll it setexpdiid des reception de sa. de New pYork et p r a i6lctiou du, BA
duprix. des Ports rEurop#ens sur de- "O-i-er d-s emb---s du"
d wreleMa, nde late a cc bureau. Conseil de. disc phue et du
. Aula., See ia t.e a steamer partira le m- Secr6taire, pour Pexercice
Agents demands pour tou me jour, a 2 eures p. n. di- 1930.-191
-p-s aroctement pour New-York I Port au-PrI.e, le 22 Se .,
A- lMOW*PW- .U.tIpreaant IrEt, mialie et passea-., tembr .
PV.ipl~iaert4 ru~vnva


Inscriptions
JOurmn du 23 .ipftimbre 10
I .. ( ", ho" ). m l
lire Circ0nIeriiwn 0
I (cu Stio. : o O
Wme Section) .
I t Circonscription
(iinae.Secion ) 694
I ,1(4E 'Sec~ion) *33
I. r EI
S~~~ It 8


i **. 1I. k,. VANL E DCli
Ageonti Gl~ ral


I Leon NAU


,..,.. '

^ peo qu'te iat t ea. p
distinct et appttimunt. -b
plaiisnt quand tout aat*
CUk Tchom.
CUTS SANS FELU-
',.KOLUUJN-PENDANT 12 HEURES


I'LOONS D'AVOINE 3 3MINUTlPR
; ,,, -- t'4


Qui,


VE MOUTH


JINZANOI


TORINO


Agents Ge&nraux


~---~-- --c~7 --- ---- --*- -- L __ -- --~- --- -- - -------~ -~ ~~- ----.I --Tr


puret6 et la finesse de son ar6oinc nature

DIS71LLERIE DE 'AIGLk

M. FONTAINE, Prop'i6etaire

Dep6t: Anale des rues Danles Destouches

el Maaasin de) lElat.

Represeniants: St-Marc: H. Deschaml4

Cap-Haitien: M. Giordani

Jaciel: Pascal"A. B -un

-- - - - -


II I


- [ imlln


-~cJlw.- -I-


__ -- -


Tf Ri EA


Is


0______ P h




oilez bous les iI

'VOTRE CHOIX S'ARRIETERA

INEVITABLEMENT SUR IE





i prix egal,est insurpassable pour sa


()


I


L


ma Ic ~


-o









Mercredi

24 Septembre 1930


Le lMatifi


4L.PAUO


24&*e ANNIB. NO e02
Porte a-: 2242ce
Tvdfhoe : 2242


IIRA FLE


D'UNE SUPIERBE ET LIFOiGANTE VOITURE FORD* FORDOB
3 WINDOWS CLASSES.


1.500
Billets


Or 1,00
le Billet


- ~ .


Les Billets sonl en venlle


chez


lous les


Hepresenlanis de FORD de la Reoubliqul,:
ent, el a la HAITIAN MOTORS S A.


- Phone 2379.


-- ..4 -.. - a --1' -, -


-; i~ZJ
1~


A L
I ,* :, c A t": ' .' *


BAR TERMINIS

Flace Dessalines


(;"tCa chic.


- Rcstauianif


de premier choix ou I'on


tro ve


consommat ions les plus de-
licates.


Sandwiches


sans


pareils.


or session.


Biere a la


ALUMINUM I"\I
ult. tsa direct's d( N \\-t)I cl.n i \, l "
jour les pt. '.s de In :epui) Lll.
tiu steatner laisscr. New trienI s ., *7 l' u n-lit t( \.m :
le 29 directement p(nir Mira .oAne, P.): i-,t inic, J iiiJi
et les ports du Nord.
Port au Prince, le 19 Sep;-, abre 1930.
A. de MATTEIS & u. AkcIunt Geuesraux


RHUM HENRI (i ardrcc


En peu de lemps,


ce


pro


duit remarauable a con Lui


de hauie


inec
dew-


Demanidez touiou'rs


Rhum HENRI


, it uinei eno)m-


S7 2.5 I o uersienn' i 1 Ibal-
C ;(tn! 8 ic Ioiu suir 1, 10-1/2
Vde e d.
26 1 niorceaux dc porles.
c I'en 1 caL l n )7 1 p,,r e complioir. I
En vert" dorde de la Di- battaut 6'6de long et 2-7 de
rectiun G nerale des Travaux large.
Public pour compile du Gou- St Germain CHAMPAGNE
vernement, it sera proc6d6* Encanteur Public.
le Jeudi 25 Septembre pro -
ebain 10 heures du mati, E N T O
a la venle a l'encad des ma I0 EFIT O 0 1
chaendses suiv:otlcs.rue anit-
icaineI. Iit (dpi6' du Service ODENTIFRICt
lts oul.es alltteiaut au Gara t TTt.
ge (its 'r'i vaux publics. ANTISCPTIQUC
I il'oinnlobilc ( (Buick PALI-PATE
MItt ur 1267654, charpen c PCouoPA
252,SA'

' Ciics de w i S
Iy p e en D oytr avec sit c, ;i- 1
lie tilont I'miC porle N,) 190
;3 1 lo'. ut pi c. i e hii. t
4 1 Veux l)hifft on cl'iit
semibltIblt :iu ti-6 granA.I bul- r.cuUUI
ft (lt ii se trotive au Salon '
DWi,,matique du P'alais N_ journal e Ma in
tional Poilt an Prinep
5 448 ieuilles de t6oes .. 4
ondulres usages 8 long 2, 3, RE ERCIEwEWTS

large is
; .> htbillcs de llcsc n M :.s Al e , -nne Du.
itulls tnsn 'es (' lon^ 2. ,,. M.s nel 1. Rpay rl.,d el
7 2 Anoin t,1)u11tor, Mr et Imie
S7 224 morceaux de 16le o uis (ustaves, Mr et Mme
lougueur 'aria!. t dc 2 a 3 i A. Gar iiner et leitrs eDlants,
i 8--9jM rci' i de Oit lun- 'r MWrins Berne et se s en-.
gi ear ,, il ,ic 4 6.. I i.,, et tons les atutres pa
;.. if. !'; t rents et allis, ne pouvant.
I, *, *, i>. 6 i enl-i ii'r in3 ividuellem en!
ti I[ t :on2tt' '
L' e -' .. ;ois ce.x. mins el Conf r 'g"
11 ouri a baiants tions, qui leur ont done des
d. I1,10 1/2 de long. 4, 9 1/2 rarques e .ympathie a I'oc-
e asion d( f I mort de leurj
1: :i our: r s a .v, i:s O .s re gr',-"
m 1 u. i, 8 1 once Dufort
I t'* Surv ie e niar i 9 S p
SJ 1I po it A z b;lt: I embrhe ,onrinf, its nrint de
6i 11t ,e ;oi,, 4 1 1, 1 -vinn', h ni t.n v -,'" -i l'ex-
r* ,. orsson fm e ie leir pro
i 5 purtes a 2clAta, !( t, I rI'.


-ti partr s ;2 baitai ts
> 1 rtea b: J
'* 2de lon; 3' 5 de oire,
S1- 1 porte A 1 battant dc
6' 10 de long 2, 9 1(2 de larle,
18 1 porte 1 batat de
IV- 1 poirle I bIatant led
7 3- de long 2 8 e laerg
20- 3 petienveo btt-
tants cintres 11 8- 1/2 long
sur 3 10 large.
21 3 te1-ires A 2 battamt.
de '1 9' Iog ur3.f, dlargp
e 2-- 0,nwitr s 2 battais
de GI 'lio g ir u' 6 fc ,'..,.c
23 1 'tcua6tre a 1 Iujiiani
de o 6 de lona sur 7 de
la ge.
g2 1 p.rsnu t u 2 h-t
ltaus 7, 9 de ioug sur 3,7 dt
I large.


I, Esacildtea deIlf i&


GARAGE CENTRAL
Ludovic CHENET, Prop.
(iAND'RUE PORT-IU-PRINCE, (HAITI)
SPECIALITES :

Rodaqes des Soupapes
DECLAMINAGE des SOU-
PAPES L'ELECTRICI rE
PAl LE SYSTEM


a BLACK


&


DECKER <


Lavage des Autos pir ua i if'ompe electrique '8RUNJ
A 350 livres de pre,,sion d'eau et d'air.


Manulaclure hlalitenne
de Ciqarefles

GEB ARA & C
Les Cioaretfeas

Bal' Bas Fanial-Le64

<
SColon I

ReDpublicaine'

(( Porl -au-F nenn]


LINSTITUT TIPPENHAUER Grce la finesse d ,. Zrd jout Ilesd
D -it ea eeltlfe g tZ de vri ,s av,.ateurs.
%. lI'N lufl. _..__,. .
'A raillibld de 'nkthod-
[emolo,.es. 41iM con,'tert eedes
waalres choiuis.
*atp.oi.esh rei ,dst 4ykes Brotheors S S Co Ii
sue dela2e 0d a Philosophie' a
pour letudepra~lque des ln- T a Ea SBTto.Detwiyo PONO
aucs -,nff qft; e rtrig *j ,,| A. eul svrv: , .
ho. de sno-ac, c oton ..re t ... t
Wiltt. d- .,,{ ^ ^ Uu 1L T ^ d ,1.teIl t
A Aoutons d celf "ne pension ,,t". a ,Ci, .j .
rrprochale nau triple point de Pour I ecept on rapiJc t ie maaprr nt LhtI'be l
vue d flm ne C 1"Cts" 'Ds 0 s *o.....'r-'t c 'e1 L.
Discipline et rauail. U N' D. -
Altentions et sons, i . IVt s a lu -a.E-P .. son
153. BuIe amarr. S 6E >,, EhrS -( .. .'
7ethphone 2891. ..i l .SE E
Heuresde :8illha.m Buru: Rue e M" r. d e ---
reau u dee Mag.

-" .~- -


4s


;1j


au Prix del,00 dollar selulem


- Port-au-Prince


a touted hcure les


des plu; eiiviabIls.


_ L~l~ I- --


I


I U* 1 c e


Am ...- --


,W-I. 0


Grand'lue




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs