PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04933
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 09-20-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04933

Full Text





COment Magloire
DIRECTRUB)


1t, RUs MRCAIN 1358
*KLEsO 2*242


mIeANNI I 6799


4L Wa-vo- -m-0-


SAMEDI 20 SEPTEMBRE 19i


ksFa k lIa


M Vo 1 RISBE.
iL plapert do nos confr6-
i: emme s'ils s seralent
op. ot,safflchentchaque
Sgals.dde manchtte eta
| u i n des 6lecteurs, la
fl6 de joqrs qul restent A
r avant Ia cl6ture des
d ons d'inscriptions 6lec
en accompagoant ce
:' t jeu d'invitations instan-
C Cd'4ller s'inscrire sans at-
9 4e plus longtempa.. L '
eand nous nous rappelons
mltira tout h preIae
[ n aet comment tons
r, tramstormds au-
I en autant de candi-
S 16ip alao A ViS s .l k
S Aclamait les elections
tives; et quand noun
as comment, depoi'
tout ut mis en ceu
ameuter les 6lecteurs,
et, gtent.depuis trois mois,
in iards de lh6tel commu-
M sooe t transforms en d
O deo boissons; quand nous
Suas rappelons tout cela et
I wtatons tout cola, nous ge
l-,lvons nous empecher de
$r en nous reqdant compete,
op dont nous nouns doutions
depuis longtemps, pour notre
t, qu ii n y a jamais e
des int6ress6s pour r6-
mer A cors et A cris: lea
r uvoir, sous la former des
actions l6gislatives.
Comment c'est le people
gi rhclamait les elections et
| ut, pour entrainer ce peu.
aux arnes, des caddidat,
S et4 de puquewa (e
rteut, du tflia et aujou rdhu
| journalists I Laissez-nous
Socrire I

L.iTEURS BT ELECTEURS.
Mais nous entendons la r6-
Sique: des milliersd'6lecteurs
t dejA inscrits, qui consti-
toelt la majority de notre
Oprps electoral, et c'est a la
|i0oritA qui rest et qui h6site
une parties de la press fait
S 'est notre excellent con-
Wrtre L'Elan qui va r6pondre
r nous, dans son editionn
13 septembra, ot it dit;
A propose des @iscriptions
rales, uue gravp conasta-
n est A faire: c'est le p6re,
l5 deIfamill boqr tsoe.
teur n ehatat lire et crire,
enfin qui s'iatitulent I'6-
dirigente du pays et qui,
&i titro see)J,auraient du pr6.
-r* Idmmple, qui se d6sint6-
[ et compl6tementdes 6lec-
lea et d6daignent d'aller se
bre inscrire sur les lists
lctorles pour obtenir leurs
Wts d'6lecteurs. Une simple
Rapid. enuqwate ineraA ls
a msslon d'inoacriptions,
attra de so ren4re odsp-
de cotte abstention de la

o Cee en vain na as jour./
latereuss bAttent le rap.-
pouar crier qo'll n'y a plus
qaelques joors pohr laI
re des operations d'ins
a us; c'est en Vain que la
S*Msion retarded d ne
s le samedi, I'arrt de ces
aslton; e commergant,


g e tu, A ecin, 'se o
Lmyt pas ahftgaet na
tr et aucun beaoi d'a
.. eette carte leectorj.,
Mvent etresi soeveu
*a e fraudaleoauement a
.t. d',aure. a


,ot it laudrdit concltre
] at admetre d oe reelle
Co elections feg'slaavo
6"A rhclamees, qu'elles na
pa6tu ets t (e par la masO
te; ce qui scrail nor
wloaA.n


V


RuSS.LL NIUTR; MINORITt HOSi

Tout cola, naturellement,
done A r6fl6chir anotre sym-
athique confrre le Nouvel-
Is.emn Mm quality de principal
chef d'orchestre dans Ie bel
des elections ardemment d6-
sirtes. Chacun s's peroit, en
efiet, combien ce cher confr6-
re, depuls quelques [ours, so
gratte la t6te d'mqui6tude et
no sait plus quoi dire, soit
pour assurer, malqr6 toot, Ie
sue4As 4dep1h gacde consulta-
tion na onsle s, soit pour
cblrcher, en ca d'insoccs,
w- qui faire dAvier ela roe.
loeri trouvA ou imagine deux
cbhoses.
.D'abord,4'incriminer, Ie cas
6echant, les activists do ge-
naral Rusell,--seule fagou de
comprendre son editorial in-
titul6 Rassil neutre, du 15
septembre. 11 faut, en efiet,
quelque effort pour concevoir
iaoe le g6aral, n'6tant ni hal-
ten nm 6lecteur, puiase etre
autre chose que neutre en ce
qui concern des elections
oatlonales haltfinnes.
En posent en principle qu'il
pourrait en 6tre autrement,
(a depuis son retour, dit notre
couo re, nul no pent savoir
ce qu'il a dans son sac ), il
tait visiblement one reserve
pour ce oi conceroe l'avenir,
ea cas de realisations dtsa-
gr6ables.
Ensuite., Ie Aoumllist. a Ia-
vance, s'en prend A I bostilit6
de la minoritA qui s'abstient.
a Si les Am6ricains, dit il, en-
tendent que tout se passe d ins
l'ordre, nous affirmons qua
tout se passer, en efiet, dans
1'ordre, car I'inhme minority
qui est cootre les elections, ne
pourra jamais cr6er 'e desor-
dre, si la torce arm6e est sin.
c6rement pour la s6curite des
elections.
On ne peut pas plus nette-
ment jeter les Am6ricains con-
tre (I'infime minority qui est
I centre les elections, e.t c'est
ainsi q u e notre charitable
confrere entend sans doute
lear neutrality.
Agssion to u t e gratoite
d'aileurs; car ceux qui son,
contreles6electious ne peuvent
que sabstenir do s'inscrire et
de s'en meler: eo quoi alors
peuvent-ils emptcher a que
tout se passe dens l'ordre ? T
Aieo depouvoir ainsi fire
routes seas reserve s A leur dprd
et A celui de la eneutralits6 do
fa6nral Russell, notre excel-
ent contr6re feint d'ignorer
ce qui se passe et ott glt le
danger.
D* M
LE DANGER EST DAMg LES lEKo
THUBS.


I'
b


t '11 satiraitde so rtftrer A ca
qua nous avons dit plus haut
de 6lecteurs pour comprendre
que ce noest pa d c6t6 de
ciox qni sat, In
sint miad awi dA
des Am6ramlas, id a'oat que
1'ordre public pour consign..
qpEitJaut chercher Ie ldanert
Su t tnm&I daf tec
(ehrb et diceuotqu l1ea con-.
daisent ausx insciptons et A
flare. |
[ALn6eart pe-oa -m p
vor q if, on SOraie do a
ca nvis'p p letaUOeIt qui
ooblea aS4 *
16gislative, la ite r one
Apret6 qui read tes mS irr6-
Jocubles per rapport aux au-
ires et que cette condition out
oa dfetre favorable, aux ac-
comnodeieuats?d No sailt-on
is% qichtaqAe camp atmnerait
nieux voIr Tes choes seo aer
Alut6^ *ius les lectios so rea-


de Co stantin MAYARD
---0----

oirleV Nos des 17, 18e19 Sepembre
( \ oirte 'os des 16', 17, 18, ci 1^ Sfpleiiire )


Attitk4 d4MM dtat vi dee Efoas soception do Pr6sident Hnoo.
Uris et vise vis de Trail# *w oat about pour les Repu-
bliuoes latines de notre zone A
Tout d'abord nous voulons decision par lea Etate Unis
faire condatre notre pens6e do, p los seo tire reprdson-
ntire co& ropoar de notre penro. r an hor par des Marines
oensiere a ropos de nos ir ave. oat about poor nouns p'.
lions, ta-Unis d..Nod ver A jalement, Is decision prhli.
prope do I Co vention. a nhaire de cette consultation
Non errouns naturellement ulaire qui doit permettre
amends 6 parleda.n.sce para.ra-. 1 Hatens do se choitsr our
ph.e galeomnt do nos relations e ....d disposer. x.m6ms. a
avec leas atres Painawcesa,de nos i propr detin donn.
tanuces on g6eanrl, on emem limtnit*o1 ler i obligation in-
tmps quo de oes Inasces par wnatioaales.
Support 6 'action asnricaine. Si la poltique que j'avais sui-
i n est pas possible de Irai- vie, etant Ministre en 1915 16.
ter de pareils points sans exa- u'avait paas change apr6 mon
miner auparavant les tendances depart din gouvernement, si on
de Ia politique continental avail continue A butter pour
presentement en honneur A laire sorlir de I'article X du
Washington. trait les consequences avan-
Par bonheur pour nous et tageuses que j'avais entendu y
poor lus lea petits Etats de I'h.- introduire, Ia pensee gan6reuse
misph6re. la pensee lib6rale a du PrEsident Hoover de nous
fait du chemon aux Etats-Unis. aftranchir do contr6le politique
Elle entire me.ne dans one pha- it militaire et de nous rendre 6
se d'application pratique. La la vie d6mocratique et autono-
politique do good will semble ma aurait et6 r6alisee par nous-
vouloir cr6er dans le nouveau memes et dans Ise cadre du
monde un esprit pareil A 'es- trails depuis quatorze ans.
prnit locarnien d'Europe qui Mais puisque nous y arrin-
r6serve A Ia bonne concila-. vons anfl aevoc ce long retard,
tion parmi lea hommes lea quo va-t it lalloir taire pour
tonctions internationales que am61liorer encore nos rapports
tout r6cemment encore ia seu- avec lee Etats-Unis dans le
Ie Force brutal s'atitrbasit. Ce seas d'une rhcup6ration plus
courant d'opinion liberale qui ample de notre dignity et de
a eu ses moyeas d'expansion notre Ind6pendance de People,
lea plus actits dans 1 Eloquence dans e seans do rapport plus
et tea noble efforts-d wr 10, e1t-e- -entre denu Eetai ne1.
des King,des Blaine et de nm- verains ?
brouses organizations amEri- Pour notre part, nous pen-
caines, parmi lesquelles cel!e sons qu'une tois abeli Ie con-
pnor I'avancement des homes trOle politique et militaire qui
doe couleur, a trouv# son reali- a tail tant de mal a tamito el
salteur dans 'llustre Pr6sident aux interests reciproques des
Hoover. Ie d6veloppement de deux peoples, il nous laudra
cotte opinion liberale et Ia noas retourne er s autre lace
t opmo lantlr e* o .I. i anltrAl


I


liser au profit do camp adver- d
se ? Qui done ignore que, tout If
en 6tant pleinement decide A I
toute tentative de fraude, cha. q
jue group, A peu d'excep- t
tion pros,- est tout aussi bien I
dispose A exciper de la momn-
dre frande qua pourrait etre
relevee dans les manoeuvres 4
do group victorieux pour d
taire proclamer la nullit des
elections? Nons no voulons q
dsdesperer personnel. n'ayant v
pa s d'ailleurs perdu nous- t
m6mes tout espoir que tout I d
peut se passer bien, mais 0ous I P
croyons que c'est dans la P
pleine liberty do es elections
que se trouvent A la fois leur
&chance de succ6s et leur dan-
ger.
C'est poorquoi nous esti-
mons que Ie government|
fait tr6s biende rester sourd A
tons les appeals dintervention
qui lui vienneut, de droite
come de gauche, A cheque
soiupon de trade. Qu'li se
content de montrer aux intA-
oires Ie chemin de la justice I
3'Autrement, si lee chores se
passent mal, car 11 a auso-
tant de mauvaises chances
que do bennes, il se trou-
vewo de grimhbeux poor s'en
pre dre soit A lui, soit 4a
Americains, soil A coux quia
s'abstiennent. Ainsi Ie monde

UNS MACABoR INUPTIS.
M K sahevions notre chro-
nique lorque nouns tut coam-
Smuniqul e airepart ut iant,
eenadre de deull at imprimA
avoc.autant de correction qua
dans)a forme nmoodaine ordi-
naire-( nous Ie tenons, dans
nos bureau, la disposition
desacurieux):


A. 'Les Etodislts
out Ie plaisir Ie
1art Le AA.0;0 A ^
*-.'mC t. -7:-, -4, -, *


Groviates
vous fair


as i In [Terv u *t o UIt,>
Financier.
An moment de la conclusion
lu trait6 de 1915, ce c.ontr6le
financier n'avait pour objet que
e a capital americain protlg6e
1ue lemprunt de 1910 avail in-
roduil chez nous, premier ac-
o do intervention americaine
plans nos aflaires.
Cet objet se precisa et sam-
lifia par I'emprunt de 1922
d'am ricanisation de notre
lette publique.
Ces combinaisons financihres
|ui, sous les auspices du gou-
vernement americain, avaient
avorish lfimplantation en Haiti
hint6rhts civil americains ex-
pliquaient, s'ls ne justifiaient
pas, la main mise sur nos fi-
nancos.
QuOe nous taut-il dire en pr6e-


- -


sence des cos int6r6ta civil ?
A notre avis ce point depend
encore plus do nous quo du
I gouvernement amdricain.
I A notre avis, ce point est ce-
lui qui aflecte le plus s6rieuse-
meat notre destiny. A notre avis
tons les efforts de la Nation doi-
vent se concentrer sur sa solu-
tion. On nest pas libre quand
Son est un dhbiteur. Ce ne sont
Spas lea imprecations politicien-
nes qui permettront A Haiti
d'acquitter sa dettoe t do recou-
vrer son Indpoa-di m iNtpgra-
to. A ce compfe la moindre Ifvre
de calt en plus. la moindre
quantity dedenr-e impose don't
notre production national s'aug
mentera fera plus pour notre
liberation d6llnilive que ous los
discours A fracas des damago-
guesoisits qui croient avoir sau-
v aIs R6publique quand ils ont
constitute une petite action en
iste ou une gazette A scandal.
C'est pour cela,meschers con-
citoyens, que le plus essential
do notre programme, que tout
notre programme se resume
dans un ensemble de measures
rpropre A lavoriser l'essor des
forces 6conomiques du Pays et
A augmenter nos resources en
augmentant le volume de notre
production. Noun en parlerons
plus implement tout Iheoure.
En attendant, il nous taut en-
visager que I'accroissement de
Ia conflance que seas devons
inspire au cioneiter nous *era
indispemnsble pourattstmdre A
notre ideal national. Si par rap-
plication de notre programme
comportant une organisation ad-
ministrative plus favorable A Ia
paix publique et A I'augmenta-
tion des resources publiques,
comportant un ensemble de me-
sures economiques empruntmes
A I experience de peoples voi-
sins qui ont rapidement attaint
un grand diveloppement mate
riel, le crdancier arrive A pren.
dre conflance dans notre se-
rieux et dans notre regularity A
observer nos engagements,nous
nous proposQns d obtenir qu'au
lieu du contr6le douanier sur-
vivant au trait pour la garan-
tie des porters de 'emprunt,
comme A Santo Domingo, notre
pays revienne A l'ancieu systt-
me des taxes deligutes doot nos
creanciers d'avant 1915 o d'a
vant 1922 n'avaient pas eo A se
plaindre.
Mais il nous laudra aussi
moins une rupture brusque dans
nop rapports avec les Ameri-

Voir suite en 36me Page


, .w -mm -


SM 1 M. -. V.NNS w--
5 TOM Pw M LANCHus
tVoMr jam Impo.sil' De Cacher Voa Vilaises Deans James
On les voi l Jis fue vos ouVre l /a ,uche
ECOUTZ.void la a&ie b nide DI qu'elle pUdae da 1
*t a e din do ba. dim bouche cete c&. odW e i-
waims, dm aolam t d &sadvpl equeh ausmwo commt rft
Smet s ~ s-Mnv o du ofrsra u rp a. be. MI
et mo dm us 8tlmC. CM dc-. pdakh et mora I ftat
L. d-.root -,.Ws d-e-.ol. u. -m. Aii ..m.s.
d M t -L- -cm m"e *.b kei o dism.
bmrsm d un ao~ do pi'oprel ral-
iL SKoi7resm Jdmust im fog_%t
eotdv i WolAm deymd doe I. T-Imam
BiM&W i 5mwe


t


htr


... a vu, sur a table de la HR.
daclion du MA.,IN, hier, on#
clalatnte gerbe de roses roses
et parmi ells une carte avoc
qAelques mots aflectueax. C eo
sinsi que, discretement, come
pour quo I'on no sache pas as
dehors I'Age do sea collabora-
teurs, le Directeur le fete i che-
que anniversaire. Celui-IA viont
d'atteindre son quarante-cin-
quitme printemps.Comme il no
les porte pas. les curieux ne sau-
rouni janais de qui il s'agtet
soul Ie Directeur qui 'est son-
venu el quelques aetres cams-
rede sauront qu'il eat plus prAS
do ciaquante quo de vmigt-cinq
ans come disait on des n6tres
trop ftier de sa ieunesse d'ail-
leurs presque flui sante.

... V u, v llelr' t it i soil, Id'Alis
que le gar,'on iermait la der-
nire porte (l Har T'erminis,
un de nos amis oi1 train do
laisser le cafe. II n'avait cess6
de boire que parce que il n'y
avait plus personnel pour I'ac-
compagner. 1 tait trts ferme
sur ses deux pieds et il descon-
dit le Champ-de-Mars et se diri-
gea chez lui. sans anicroche,
tout heureuxldavoir pass une
bonne soir6a (jui lui semblait
pourtant incomplete. II v avait
ou de i'alcool, du tabac, des au-
diences. II n'avait manqu6 que
de femmes. MaSs tant et tant
d'elles avaiest pass dans la
conversation, at dans tant et tant
da postures difthrentes que notre
ami so console de non avoir
pas saes o* soir-la en chair et
on os.
**
...a vu, avan(-'ier A I'Hotel
de France,un home quicirciu-
Iait avoc dans sa poche us nu-
miro de a Mon O vrage ) Un
de ses camarades lui tira la re-
vue de la poche el Iala sr Ia
table et coa fut un eclat de rire.
C'homme availt bau expliquer
que c'tait la revue de sa tem-
me, les camarades ne cesserent
pas leurs plaisanteries:
Comment! vous cousez, di-
sait I'un
it I'autre de rki6ter:
Dans quel genre travaillex-
vous, broderie anglaisae, o0
jours...
El Ie rire conhinusit, larg-.
franc, et no s'arr6ta qua lorsilqu
Ihomme prompt un grog si il
nissail la plaisanteriv. La plai*
santerie ccan du coup *I let
grogs apparurent, diverseneat
colors, dans lei verres...
0*
... a vu, mercredi, A une he i
re du martin, t )ut I'appareil j i
diciaire se transporter on Ia Il--
meure d'uu restaurateur. L'.,,.
dre fut intims au propri6tai,
d'ouvrtr immidiatement. 11 s
passait, disait--n, quelquechoi.
d'anormal, dans ce restauran'.
Un client venail de mourir am -
poisonn6. NOTHE (EIL n'a p.a
o eu noter d'arrestation. II m-
ble doac que ce n'6tait qu'un
canard.
... a vu, samedi dernier, i la
Croix-des-Bossales, Ia dlsinvol-
Sturo avec laquelle Ti-Marcelin.
an gendarme at Chickol arre-
chhrent ls animauz des cam-
pagnards, sons I. lallacieuasr4.
itet qu'ils n'oal pa Je drit
d'attacher leus animaus en
d'autres parcs qu'en celai do laI
Commune. NOTPE (EIL a Va
combien Atait aflole one pauvc
feBoa s qui depui|q~uelque tema .*
no vit quoe de ce genie de tratih.
La Commission Lommunele dws
Port-au-Prince pourrait iaF-
Ipeler cos messieurs a. enti-
meot de-liourdevoirn.

.., a v;,un o1qui, aM^ has
tant, montrait ur calrto q.'d
veaait de sefaire dtlivrr par
la Commisasicn d'lnccriltion ai
I ont-au-Lnice. On adn taire
attention. Leta fuos ue 's,< 1 ras
babite e eorter Ie jtot eO
vote et il erait l ictsaainv but
d ddelivrtr ube .uIte tii


Sccnque etetyr dc loi il at
an Ltoemion ueo L t (e t S, (6s t
a- I


1k


Jo ts le-. bons It
vrs prml lee ohomen
absolumnent n6oesal.
r**.. VOLTAIRE


afl


I


'.







LE -ATIN* 20 Sp!embre 1050


PA P:- 2


Ce Joscplh I rudhouinmI,)aue
Henri Moiniii.r a;i sl !nis-
tralement alnl', repr)esvice
UD specilli( n I liiaii ildeiL, i-
tivemenit acti!nis a lh: losi4-
rilt, par I'u'n ssaniltc 11 1 i
liication ( ses t ravers i i s
r TEMlPS (l d ns 1 tIni tte.
A nolrc epoq(iiu, ot le ic-
trouve sous le- esp'ces et aip-
parences (le l1, i :iii!!Ic t ui
plastronne ; il1 ri'tponiil ai tii
SigDaleilri it si nelltneli ti (i -
racterise et si vigotllicN iiceint
mis en icliet, qtu'oii e Ici'tccoi-
Dail aiseiiient, en c imilic, a1
la seule enoliciation d sontL
opinion on ti e ss idecs..
a solh ilnil linual'lu Ia h./< ,I'
Constitile le trait 1typ(iiuc ti
ce peisoninage iim111..lcll'
Meui lidinulisc.
11 et es critl : test ;ia lilt
qu'on dlil ces p|hi s.'. l,aISsi
creuses (ique smiori''s i tlinit'
loglque contcst,- blpe, tsl;( iii;
OpllOli. el jt 1 l ia palr, ..
MLe ch,ir dc 1 1.i, ;;io ii
surg ii ti ol i; I ,/ lii i i I.
M il /(/( l'// ."; / il0i1( : (111' / 1 11 ( -,

q lul' l r di i 1 n .'s, to1 uI 1 ,/11 t. -
oVJONSIPl tti'At ; CHiUA .


'p -


4^MD(O" N'.,
R l d ; ;I



Prop() s

c;ichles

allac e, et li lli l ii il i ltril "l I It '
colinin all t;\ 't I Iil it~illim l l'> i
Ut1il0 1 I4 l aI1t', 1A0 1 Nl i. '
cololnli Ie't1 lii IJ ., ,I i ., ;'
it| \ i tlr l ,l \ l l I i '

e t ron iil on l ;i In 1 v1' n I1 ,, 't i l t
C3 ll\llilil1 itiiiit I iti l 114444 t, A ', ,i
I' v e ir c r l il .4 t '.li 4 ll , i o1 1i 1 4
1i'e 1n 111 i c .' l t ,il4 4' i I i tr, iln
C o e.wi s.'t'li;il ireii:in i>'
I.6 |u n 9 l0 iili' *l t i ', i
chliu sef i ti e, ll i 1 ll , :

i l lij1 ou r s 11111 o 1' ill *l i t il, ir :t
r l uicAti ci|n > i ii l li| 'i i ii i ,:
rk l l l>' o ilf ll i t | l it'." i l' i i. I :' i
(v ile ltP ltlirsne lnl ill 'li -iL *' i
e lt lnt ii tlrt ii lt i 1 i l l n i i *i w
R cuI SA li tlI I.tA ll ,;l 4, '

M E


"La '"

IVc I


pi r 'ix


Ill0MitUN'QUt;

I l. IE'E PKll'-lDONNI' PA
1,\ l.GATIO(N A\1il. C.\ANE
P'o'Ui L'l'S \E ljl'S JOU k-
NAUX EN HAITI.L

L[.r divktrs troupes potiliques
in li ,yil yaw demanded d'ur-
ecu:(' q s i c cios lccionsh I egisla-
i tc it nlt Ilu, le Pr-isiden,
i,'tigtnelHoy qui a 00'choisl pSi
es grotpt's comme Pijisident
it Uli, i i'i I etlt, a .da cidO que
it's lt( lonll s Ilgi.slalives autionl
it u le 11 (Octobre prochain. Cts
c u S &II0iils a10i.l pour lil d'ellt1
l1:1 Z.-e sCenateurs ft ti 'iile-sii
tl6[)uths.
l.'s activilt'sdu gtouveliieincIitm i
Its L1i'l s- I i sllS eln ili Sfill,
Iouveiles p: i le ITrait tie 1'J1.)
tl les (-'us proocoles ou iagreilelll.-
jil n .ii c(i culeiil. Au(u ni d,
I t'iX-t I ll- til V(il v lt pa our le?,
lA I.t. .- iii' une i.s.iasisl 'tc' ic livr
tilais ULau ll te t iliiio.
S li o'('lni S (Jelict', les Etais-
Sins ii'\txictiOll aucun coun-
S, on lli If !t -lit u 1 l ;1.st llllcto ,

i li l i tl ( t l i lI 1 |'S l l i t
hi It'll t, ( I w l l i i i 'll i11l 1

\ i i LIi It i t it e t l'h- l i l tIt
VI 11Alh t ll ( ilt.s lh .- n kj que lous Ies olficics du T''rai
l aia i o l 1t ,ii t les iiislituc-
l il s l t 'tl ,r ci a;1 s uI ',I
,' lit ':is li (li r i I i 01oil
p t Itar 'l lil iI;c p plre t'len(e
I I | .i ai t 1 i i )i i l'lit e.
i l. it' l .. l l,.i lo 't' r '
|i I '' l l H i i ,l.4. I
1 1 1 1 1 t i t .i i i ,
t t,t i .,' il > Hit i tii It i ji) li
'II i !' l i 0 i t i i. i.' I o I tI -
; s i i i it oItIl li A is 'iuI r
n dans le Vi l-
{.. )OL11 tiL t'l, t ( o.S, OlS It S
I o l I i il l I
t ) l l l l l i i I't i ll 1 i 11 li l
) l 1 t i I ( I .
I n 4 li i (i1i iC t i, l till i; i ii I ii I)
.. I n'llt ll t wi'l ll'1 .


IIIi .I t s c U
tM rf i ')t si |It'fli
i l i (l l I t \ ,u r; ,t i iS Il






un ril 'ti i l I ii'r is Cill
ilit' 1( it ii t'n"l llt, do M ;IadI ili'
I l\ t (i,1-ltlii .\ 'I. It'v r.


* '5.


Nos c o idolt .li'Cs ;1 1X I ILnIilles
pi otivers, MWinos, Eslive el
. t IT.'.


Geo r-ouoh6 FREEMAN
ddcede 4 Porto-Ric des suites
d'une indigestion de papayes
request de son compere (olvin.
a Il a endu sn ;'ine a Satan
en repetant dans son ddlire :
BHlNo I 833,33 1 DAMIINS I
hOn.STiLs;! Quelle fin lameln-
table '
N. B. La veillie com-
ieucera ce suir a 7 heures,
w I'augle dts Hues Courte el
Dr iubry, ( pr6s du Bureau
du Service d'Hygiene. )
kIl1 yaura brogs, tat,11'unch!s,
elc ..
APuit au Priuce,le 17 Septemr
bre 1930 P
Nous avons, pour no re
part, toujours trouv6 d'un
goit' doltceux la plupart des
agissemenits des jeunes gr6-
vlstes de Danuen. Mais,dans
nonle t2pi 'it, nous leur cro-
yious certaines, buines jus-
quI'au lmunielt ou nous par-
vint cet etrauge tait-divers
i uoi LouIOU apprimules (qu'i I .L
mans la itllt ile jeudi a et I an-
4. icds rues iourte et du D)r
,uli y, siege u (.o'itre dths
(1s l\S'tsS, an'onippague d'uie
t .Cili'ttc s, ui rlosee et si bi l
yViiit qu ejt lut Il Ceevoir
Ilcix l.Is 1. \isile desagenis
de Ian police.
Al .. se Irouvera des gens
pour [p) serSI' inac.talei qu 'lic est lies spi
t l it lit.

LaBanque Nationale
du .amip Hol-iten

11,- l "t 1tl i I )i.
lievtilt iii n i u ilau ure le 28
e cc iLmnis.

iepairl dle nousieur E. .. Colson
T'' s piot'haill ril Ii n I laisse le
p y \i. E'. A. olsoI qui 61te
In n t lupic 1. 0.1s cmirg
lit il,- cu.,I M. I ixley, actuudle
iltlli )I eteur du Baeau i t s
Cotiitubuious, qui a tI dlsigne
ln .r ) it'lidlrt la succession dit
\l. Colsui. M. CI dock .succ~de
Sa M. I ixley A la la uictio
tits Loiiii i)buInuls.

(l \\( lll.I\T It' lI ESSE
hi in i s I <, '
1) V. N1 rihui i
ii andRi eu
Iln lae de Snmith lailltur.


A vendrPe
inini, ia mioire potiO vtie ile
'r111 ds nilois, chatises )poU
sullt i S i gan rgtr, tl;bl', ialdiil-
il, dc veIafidi, ref'ligera IIfllt, stores, batterie de
I i iiS it'e.
Sadirescir a
Matdame IE. A. (COLSON,
Rues 4 et Despres,
'hone, 2010.


Ii i

D0ul, (S I s !tiios


ET vmTI': CHOIX S'\\KRTERA


Qui,0


sa


ca l,cst insurpassablle pourt


puret ct la finesse de son ,rome nature

DIS17 1LLEIIE DI l'AIGLE

M. FONTAINE, Proprietaire

Dep6t: Anaile Jes rues Dantis Destouches

et XMaaasin de fEtai.

Represeniiiu.s: St-Marc: H. DeschamDs

Ciap-Hailien: M. Giordani

Jacinel: Pascal A. Brun


LA

Commission

Communale

ARRET2
Vu le,.dkcret'deSon.Ex.Mr
le President dela I6publique
en date -du 9 juillet 1930 ;
Vu les Articles 7, 7eme ali-
uea, 8, 14 et428 de la iloi
electorale du 7:juillet de la
nidine nonee ;
Va I'ordonnance en date
du 31 juillet,1930 du Juge des
reteres, ordonnaun qu'iI suit
teuu deux registres,d'Inscrip-
tion pour la section Est de
la Capital, la juridiction de
cette Section Is'etendant, en
parties, sur les deux circons-
criptions de vote de la Com-
mune;
v u t'arret6 du President de
la Republique en date du 22
Aoit 1930 lutouant uue ouu-
velle CotimiiSliou poui gerer
les intelets de la Cotumuae
die t or-au-lilnce ;
CnIsideraut qu'i ilimporte
d'ollrir' des laciiiesde 'wns--
t'rire a celtaiits categories'
d'electeurs retunus a leurb
occupatlous o ux heurcs d'uu
veriure du Bureau l'iuscrip-1
tlon ; tqu ii y a tcu, pAl cc.
sequeul, de no liUti' 1 AI iA~ e
Coilniuiiul du IUJuiiiLt 1J30,.
liiitint les etie Coiiiulle de uli-au PIl'ucc
a se It..ic lus.ciire u vue da
la PI, ii. ii =,c 1tU1 'U A, i lAu-
1) c, 'v i i lid l" I i1x4 a'ai A4


u ion ilarcbe


RHUM PALMARES

Extra-fin .


Bouteilles X


Or


xxx
XXX "

xxxxx"

Par Gallon: Or


0,50I1

1,00+4

1,50;.

2 50O


Pour des achats de Gros

s'entendre avec la Direction.


KENSKOFF Seplemlire 1930

Une Nuit
A LA

iDecouverle"
-o-
A MON AMI Louts DoREr
'TIchons de recueillir de ces joies
[ 6ph6mreres
Ie Souvenir vivantqui peut s'terni-
[ ser;
Ilinportonsi a jailais le si touciani
t Inystie
(Coille un goit Dersistant d'un tres


()c it' | Io, l!.lll.- [lointain baiser...
Ali,, i E ; Marine SPADABO 1ACHA.
Art. leir LeN articles ler. hauge
2 ct ; tie I'Aieie ,.oinuuual L haul sur la monagne, st1
dtu l0 juillel 1930 sont anis une maison, le lout le soledl 'i-
nonde, et le soir hI bonheur y
modi tics demeure;
Art. ler- Tous lescitoyens Tout est clair, ltout eat frais;
de la circouscript.on electo Une douceur prctonde emane
rale de lolur-au-i'liuce, JOuis de ce cadre en efliuves trou-
S.i l',i" la tapacite elecloiat-, bi nis;
un iit ii ics a se l,i eC iibelu et II est nuil, c'est heree ol I'o.
sur s iregisilts qui sout uu- sent pleurer I'Ame des grand
vei I a cet ellet a 1 lo6tel de bois, Ame qui dans l'ombre vo-
Ville depuis le, vendredi',ler gue vers les champs fleuris du
AonIt 1930. flimment pour senivrer d'an
Ari. 2 -- Les inscriptions parlum qui la trouble;
Chique plante proclame A
scrout rescues tous Ies jouus cette here n Mernel segment;
ouvrables de 8 beures du ma- Et le brin d'herbes, et le pt
tiu a 1 heuic de Pprea nMidi, her et le vieux Pin, tous pre-
,xcepie i vsaLIlidil l elies se senlent amoureusement leurs
leiloutde 9ii dou iiaii, a 2h.. f6es vers I'Azur et donnent A
tie lapiesb-liid t., jutsqu'ad Id chaque etoile un regard plein
coiture delivitive qui auia lieu de flimme;
le vendredi 3 Oc'obre pro- Que de lois, le soir, lorsque le
chaiu,t 5 hisde 'apres-n midi. coeur est las de quelque lourdt
Art. 3- Les registies d ius- peine,je me rends en ce lieu
cripion soult au uumbre de enchanteur pour contempler cet
C uo L azu came du ciel;
1c uu pour chuatuue des 0 grande Nul, U N*it mys.
jui idiitlus des 1tbunuauxde grane Nu mys.
i'llx de:s sectioll, Ntld elSud
tu du (Juailicr de (JiessMer ;
dtu\ poui la ijuidictln du 30 Aoft 1930.
'Tr.buuai de PaiX sectiuu Ls. Le,Pi'rsident de la Commis-
Art. 2 La Coinission sionu (ommunale.
d'luscriptiou prevue par l'at- (.) Fred. DUVIGNEAUD
8 de la Loi electorate est Les Membres,
composee des citoyeus Fr6de- (S) Joseph RI L:HF.,
ric iUVIGNEAUD, Presideut. Au.* Ed. PAUL.
Arth .r ISIDOh' et Louis Vu et approve: .
ABhLLAiD, Membres. Le Secretaire d'Etat de nll,
Art. 3 Apres avoir Wt 16rieur,
approuvee ar la Sccretairerie (S.)t. St FORT COLIN.
d'tilat de 1 Interieur,le present Pour Copie certifide con-
ai rU 6 sera public, alfichi6 t forme :
execute a la diligeuce dce PAd- Le S crdtaire de I'Adminis-
niiuistrutiun Cummunale. I traction Communale .
Faitl Ai '116tel ue Ville, ce F. CUVILLY


I rieuse, que de lois j'ai crU":
tes inlinib ti oublauts; .
Que de lois assis sous ce vieu "
Pin, au pli's prulond de ce bo*i'
i'entends Pan, le Dieu des t6rtae
qui anime sa tltie de roseau
qui charme le silence de
douces melodies, tandis
aanj le lointain, It clatl6 d
luiLe-en saccrociant au ie
- ge evoque le voile Ire
sai.l d une Nymphe qii dazm;
O Feeriqut lu de mes dog.
ccb penbeet I......
l'rutouge tui, 0 Nuit, Nitl'
tVOCadi ite du 1iC s plus tendra..
iti, lliaellS, uv I't llace pak,etend& .
on votie I
LCar cebt ici que I Alnour 1it .
boll doinic e, uu amour si plein
de jocl, Mi pltcia le douceur etli
piein de liasteee;
C'est ici que la terre et lecial
confondent leur haleine, qu'oa
croirait que dans I'air il brait
des baisers;
C'e.t ici enfin que l'on entend
chanter des herpes antinies, 1a
oli a I'heure uof ie soledil -
teinl sur Ies, Ominets.
I. CH.


Inscriplions"
Jouinee du 19Siptembre 198..
l~4e Cir-onicriolion
.'( 1ire Section ). 4"
Tlre Circonscriphtn
( 2me Section) 41
Me Circonscriapon
26me Section) 9
2ime Circonscription
( 3 bn, Section ) 79
2rme Circonscription
(M4ne Section)
7otal "






MARDI 23 SEPTEMBRE
SALNVE, I'artiste, I'autear
S H Iti restera Nation'*, do
ra-une dernire audition dd,
auvres avant de traverser-a2
Etats Unis. Comme r ime d'
ouragemrnt .-u LET US 0C
en loule A Cin4 Varitt6s.
l Entre G66nrale: 2 G. .


sur la VIE


'..- -''


EUG. Le BOSSE & Co,

Aaents Generaux


1NIV\IiABILI1iNT SUB LE

351 IKAI~lI


IANFACTUKR S l


Insurance Co


Une des! plus fortes COMPAGNIES

CANADIENNES d'ASSURANCE


-


I


I I







Al 1 '20e


Mme Venve L6once Dufort,
Melles Alice et Lorinue Du
tort, Mrs Joseph, Raymond et
Antoine Dutort, Mr et Mme
Louis Gustaves, Mr et Mme
A. Gardiner et leurs entants,
MrMarius Berne et sea en-
tauts, et tous le" autres pa-
rents el alh:6g, ne pouvant
remercier individuellement
tons ceux, amis et congriga.
tions, qui leur out donne#des
marques de sympathie A Ioc.-
casion de la" mort de leur
tr&s regiettl
L/once Dulort
S SuIlNte Je na8i' *9 S(p-
tetpbe (ourAnt, les prieDt de
vouluir bieb htiover ici I'tx-
pression emue de leur poi o
londe gratitude. ,
PIort au,l liLte, le 19 Sep
lembre 1980.


Electeurs!
U m oste quo
journ6ws d'haeription.
Hftez-vous de prndre votre
carte.

An6mle D6bllit6
b Convalescence
FMvres Paludisme

OUINIUM

LABARRAQUE
S to plus puissant
TONIQUE
Reconstituant

Malson FRaRI
a4-7a 19 r. Jacob, PARIS


Avis Commercial
Je soussignt, autorise de
tous les heritiers de la suc.
cession Mibhel A. Saieh en
vertu de I'acte authentique
passe au rapport de Me I r is-
tian Mojaire en dAte do 15
Septembre 1i.0, continue les
operations de la mason de
commerce etablie a St Marc
toujiurs au nom de MUthel.
A. bach et ie titre de procu-
rateur de la dite maison.
it.Mare l 1f6'Sentembre 1930


- IT\rrrrP~


PROTIEGEZ-VOUScon trieles l I( )' Ii '.L
-


MO l'STIQULES


a vec


Ic FL\'-7I'(}X


FLY-TOX donne la mort

rapidement aux moustiqucsi

et 'a tous les membres

des sept dangers
Naissant dans les eaux stagnanths. les mousliquo s
mordent les personnel et les betes nialades et sucmnl des
microbes empoisonnes. QuLnd i!s vous p (iquent, ils in-
jectent dans votre sang les germes du imalari:', de I1:
fievre jauue et des aultes maladies maln,!,g s.
Ust z du pouvoir mortel du FLY. 'X i our txier -
mitner Vs sept dangers et tons Ils antics ins, lt s pusi'
fIres. Ct, insecticide scientifiquement p,'.;pai ,ossvd,(
ses qualilts uniform's, exacles aux (,prcuves du la-
boratoire. II est inoflensil, ne lache pas el d'une o(liir
agrtable. Votre plus proch, magasin vend le I"lY-TO()X
en lerblanc bleu et vous garantil le remltoursmncitti si


REIRCFEZ LES I-MITATIOINS /MICHEL A. SAlEIH vous n rtes pas satisi
MIH A. SAI E

Dixie-Bar
Avis au Commerce TIBERIUS T JUST
anama R'ilroad Steamship Line a I'avantaged'&.nnoncer CHARLsS, proprietaire.
Irts suivants de New York pour Port au Prince, Haiti Anyle des ues Roux el Abra -
teent, durant e mois dOc;obre 1930,, hm Lmcoin. en ace de
b6part de New York Arrivages i Port au Prince aux a ent jille Aricles). CERTIFI
*|mer #A con' ls 30 Sp t. 1930 le 5 Octobre 130 Lliammuis 1beh installees.--
"Cristobal'* e 16 Octobre le 20 Octobre 1030 Pension complete i de bonus
4 "Guayaquil" le 21 Octobre le 27 Octobre 1980 conditions. Bar bien 11e
"Ancon le 28 Octobre le 2 Novembre 19.,0. nage. Oejeuier et diners a ___
(JA&S. H. C. VAN REED,Agent G6noral. Prix moderes.

Un Discours U

Toutes les Polices Programme '
SDE LA -0-
D E LA Suite de la Premi6re Page. d

S caux et Ioyaux pour one liqui-
dation en common de I'ordre .
Sde choses cr66 par ens ici.Car si.
S d'une part, it no. faut pas quo leI
ma1ntien d_ creation utiles fai-
tesml. .. 1 par ea nous trouve sans L
comprennent la Protection centre la rources .ufisantes pour y
loire kmi convenablement et A
Sitiructnasmument, il ns taudrait

Foudre sans augmentation de taux a *.*s & ..: do,.sm:.
creations attat ous fire passer
Sp xar improgressiteaux yeux du
I monde et 6 nos prop res you.
.C aiteB osse entire an Peoupe o
S e s Soeposer A manquer A son in-
teB o que de pretendte quo le
prochae gouvernemen peut ou
SAg t G n "r djii dMdans i liquidaton de I or-
A nTll eleraux d e ancie air par lJi soul.
come w leU engSgemrents do
2. dabitelr pouvaiert etre romp usI
N liiS quad ct dibiteur, as surplus,


lait.


Les sept
dangers.
Mout s
Mousti(ees
Blattes
Vers
Puces
Punaises
Poux.


lis attaquienI tou-
tes les mai.sor0 .
ruinant la santO
des t .iani. duties
adulles et la pro-
priWt6. Qaelqums-
uns d'entre ( Ix
oil ouls soul lot(l-
joiuri ociip's ,ian
vant la saio I,*
laussellt lie I' tr c
hideuse de lit -
IructioI, e iuial;i-
dies et de mmoI.


N


D KILLING POWER


ne dispose pis ,('nlP Iforce mi
itr.ire qu' e impose n,..
Dans notre hail' sse, nous n(
)ouvons no'sf proti'bger lnous
nitnes que par notre loyauli,
olire droiture,no're repect fde
los devoirs el no're respect du
Iroit des nulrs.
CeNSTANT.N MAY \lD
(A suivre)

A.surez-vous centre -ecident
la I General Acciden' Fire &
,ite Asuirence .Corporatin I.
united a.- Vve F. Het 1rin h
heent (tenr I oio', Haiti.


L'Ideal

N,\Yl'


666

Soulage'des m:u'x de Wte
et de la nevtalgie en M0 mi-
nutes. Arrdte uu l oid le pre-
nmier jour et la malaria an
066 en tabiettes aussi

L. *- 2 ---


Bh'uni


28 annees tik su, cs.


S (. :r


I


-


I


- -- --~


L i __


\I


I









Samedi

20 Septembre 1930


Le 'bliti


246me ANNEI N* tG9

TMl&Obone .: 222


R A FLEI


.Ya -r r - -- -- - -.


IYUNE SUPERBE ET ELEGANT VOITURE *FORD PF I OR
3 WINDOWS CLASSES.


,* ~~pW -- .- .-.. -. a r.~ -


. r


1.500
Billets


Or 1,00
le Billet


t _- ,


fels sont en vente chez tous les Represenlwals4,de FORD de la tRepublif
auPrix del,O0 dollar seulement, el a la.AITIAN .MOTORS S. A.
Grand'Rue Port-au-Prince -, Phone 2379.


BAH TERMINUS


Flace Dessalines


Cafe chic, Restaurant

de premier choix oui 1'on


trouve


toute heure les


consommations les plus de


licates.


Sandwiches


Biere a


san


la


s pareils.


pression.


ALUMINUM LINE
Departs directs de Ne\\- Orleans et de Mobile
pour les ports dte la Is1pubiiqne.
Utn steamer laissera New- (rlians le27 courant el Mobile
le 29 directement pour MiragoAne, Port-au-Prince, Gonalves
et les ports du Nord.
Port an Prince, le 19 Septecribre 1930.
A. de MATTEIS & (',, Agents G~n6raux

RHUM HENRI Gardere


En .peu de temps ce


pro


K. 1


Occasion raro


Un violon d
annees d'usage
vente A un prix
derisoire.
S'adresser au
ournal.


A rinlaillibilitl des mtlhodes
emoloyes, d la competen ce des
mattres choisis.
Tant pour les branches cla9-
siques de la 12e ) la Philosophle'
pour leiude pralique des lan-
gues vivantes.que pour les bran,
ches de Sidno-Dactylo,Compta- .
bilit.


duit remarauable a conqui
de haute lutte une renom-

mec des olus enviables.

Demandez touiours le

Rhum HENRI Gardere.


I MAVUX E.--E iNTS 8
tA Rge t e Dents ., .ild.u IlonI T U maL
r B 'n-lm min'i-11 i .1'-iw. r i crassr.pIn icrn ion "dei dent s
a i ( haquI Ix i I I r a 1 ii 5 i > l pIf oni:n>irnl der desd ils
4l Se. ul. le bUaun Te ue-\.erf inf tn Ii se n.-.f isnsire d.llnltnIvnn. .Ig. i*
BAUME TUE-NERF MIRIGA
ar.bibr du DI U. OS.U I, t u.e o n s 1tict LYON-OULLL.MS. I mnem
E &Np a rl s-*hltc: Ph 'rnm*W BUCJL


e cinquante
est mis en
relativement
bureau duo


TOUS ALLEZ A ULA TEKRSSE
Pkres et M6res de famille,si
vous voulez amuser vos en-
tants, amenezles A la Rivibre
Froide A la Terrasse ou ils
trouveron outre le bain ex
quis de la Rivaire, des dis-
tractions de routes sortes:
Jeux divers, bonne musique
de danse, repas, sandwiches,
boissons glacees de choix -
le tout a bon march.
Accourez tous A a la ivik'e
Froide et vous serez satisfaits
de I accueil que vous etrrout
Mr. Maurice Lamo he et sa
famille qui garden leur cha
meant ttablissement ouvert
oule I'ann6e.
L'aseigmemein de a
1NSTITlT TIPPIENHAIUER
Dit sm exedlenmce m riNx
de I'orlaliation. I


Ajoutons d cela une pension
irriprochable au triple point de
uue d'Hygine.
Discipline et iravail.
Attentions et soins,
15S7, Bue I amarre.
I ldphone 2891.
' Heures de visie : 8 a 11 h.a m. '


I ___________


Avis i
La Direction duoService Hy-
draulique rappelle a toUa "r
abonets qu4en riaoue de la
termeture de l'exerdce bud
taire le 30 Seplembre encou,
le pavement dfs abmitemen I
doit so faire avant I'expirtioa
de cette date. ,
En conuquence, aucune "
eonaiiraion ne sera m admias, 1
s0ao le prtexte quc le I "b
dereaui ont pea tE 4remiO '
aux abonn6s, et ramend*,e'
(lnte gourdes sem exig6e d,?
toes les contribuables dout
les pri.nes auraient ti cou-.
pes pour deute.
tPortau Prince, h'18 me..
temhre 1930.
LA DIllEtTION


liiac de la Jsesse Patriate
Convocation
-0
Les membres de Ia L. J. P. H.
sont indistioctement coavoqu6s
en aasembll6e ar6rale local
de Ia Ligue basis A a rue dpWDoc-
tear Aubry, a c6t6 da bireau
do Service d'Hygiene.
La reunion aura lien I di
manche 21 courant A neuf hen-
rea du martin.
Le Pr6bident, J. D. SAM.

AVIS
Laa detenteurs d armes a teu
sont par la pr6asente avisis
que le d6lai pour le renouvel
element de leur licence expi-
rera le 30 aeptembre 1930.
Port au Prince, le 18 septem-
bre 1980.
C.I MURRAY
Major, G. d'H.
Chet de Ia Police


PRI-CAT-LAN
Si vous avez. ~0"eaus heures'de loisary, soir, A
voas desires lee. i agrl6ablement alls am
"PriCat-Tlan
oA vous troutere, la plus be lle de bal. is m two
meilleu'i're exz6ute pr n orthophonic dernier cri oi
lesbornons les plus fralchis et le plus pures.
champagne, bi6re allemande ou utnale, liquaaon d
te asortes.


Horn-Line
Le M/SeWaldtraut Horn,
tenant d'Europe, sera ici vers
S23 courant, en toute pour
ngspton, bto Domingo at*e.
ivenant tret et pasaager.
Le M/S ( Marie Horn*, de
retour de Kinpton est. attend
du id vera le 22 crt partant
poor l'Europe via le Nord,
precant ftrt et pagers.
RKE BOU) A Co. Anab


3 gourde 50. '
boltt 1 oards. -
PHAR CIE ST
Dr V;R..U#s
Orand'RMuee


Manulaclure Hailienne

de iqaretles

QGE$ARA & C" '
Les CiQarettes

Bat'Bas Pantal-Leon

aDesstlinienne*
Colon,

Repu blicaines
(Port-au-Prira wEjaar


df cde eurin k


4w '!-*~~je


Lykes Brothrs


se nal service bebdomiatdal. et rkhi i .puhr A psawaerm
fret entre le tsorts d d G eIte -ai dinttement |v. "
Port-au-Prince. Haiti vei
Poor I t s el'2
&rationtMde oIL. D "DI'
L.a prochaime arrive A P Ou-Prince 0n0i -TRtCOLINE.(P"a
18 Septembre Sa M t*IRkL"ETM a robes et chberae.,
26 Septembre STELIA E t-s Coolear: noir, blea
3 Octobre S EaGEMY articless ae is
B .u : Rae de Mpapnd Bepg -CU *


S Sco


Inc.


k- -__vI-


. "


Les


Bill


A;


~--------"CI- Crr"lll-r~C-~r~----


- I II I _r II I


- ---' -- ~ -I------- ~`-


SmmM ..%


m


... . i


t **%i


I


I


owes la


1,




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs