PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04928
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 09-15-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04928

Full Text





Om&ent Magloire
DIRECTEUB '

I18, RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N'2242
2tihmANNEE lN*794


lntensifions la production
DR NOB

denrees d'exportation.

S61etionnon4 les.


Nows sommes i nous de- mordial, avons-nous dcrit. 11
Oander an moment d'6crire pass, on oiet, an premier
aes lignes sur les conditions plan des preoccupations agri
egonomiques dans lesquelles coles, avant mem Ie levier
vt la .Nation et les moyens de command quest le capi-
quo nous croy ofs prps A y tal. Nos ardelions out beau.
remedier, si elles auront anssi coup parli, i propos de notre
rheur defreteuir i attention de relevement economique, de
ju4,--trop nombreux A notre banques prcposees au credit
goe, qui, en ces temps de toncier. V'est vouloir mettre,
swrchaulte politique, as trou- opinons-nous, la c h a r r u e
vest lear compete quo dans la avant lebceutsl I Qael capi-
liature des propose injurieux taliste averti et honnate vou-
Sqae 6 ce tournant pourtant drait consentir des prdts A des
isit de notre histoire, se cultivateurs A qui manque le
tient mutuellement des hal- premier capital: I'Eau! Est-il
ius, tout commessi,;chacun besoin de laire reasortir, en
s*loptisait sur ce quo lea pasaint, lea heureux efletu de
ours arrivant A,6tre dis- Lels travaux en ce qui a trait
eai, celui qua aurait eu a la creation du travail re6g6.
Ipb d'audace dans injure nerateur apr6s lequel soupi-
plrviadrail a do ainer les rect tant d'haitiens, soumis
o aetles choses. souvent A de durs traitements
Cuasaidre dlLt etre b i e n sur la terre etrang6re, taut de
b"Ue qni mnspira.au dien de jeunes gens don't le ch6mage
qWe ie tut la pretresse un force ebt appeal a devenr dtn
vpleont amour. tourquoi nous gereux.
dsoerions-nous, A travers les 11 appartiendra A3 ceux qui
Age, a'etre en sa compagnie. seront demain A la dunette.
,On a sana doute beaucoup d'obtenir que ces travaux
S it sur la necessity de pro- soient entrepris dans des con-
mouvoir I'Agriculture. On a ditioas avantageuses qui ne
osaye de reveiller de aa 16- mettent pas en p6ril l'exis
thargie le Departement inte- tence de notre jeone demo
rose en lui adjoignant un cratie. Mais, en attendant que
service technique, ae passed ces grands travaux soient com-
do la theorie A I action, 11 ne uence6s, il s'agit, et on le peut,
nous appartient pas de juger estimons- nous. de donner
sicette nouvelle organisation, plus d'essor A ce qui existe.
houreusement inuspiree, a 6te Que de lois ne nous sommes-
aomue savant les mthod e anuns pas sentis l'Ame endolo.
alieutaiques ayant course et si, rie- devant l'insuffisance de
telle qu eile tonctionne, elle nos products, leur manque de
est apte A satisfaire aux espe- selection, de standardisation
races legitimes de la Nation. qui ,les rend, rien qu'A les
ek sera la, un jour, l'oeuvre voir, impropres A concur
d'un esprit vralment au cou- rencer les sortes d autres na-
rant de la technique agricole, tions, alors que des rapports
degage le plus possib-e des sont adresses A nos services
coutingences du milieu, d'eu com patents, les informant que
signaler les lacunes on les telle denree trouverait un d6-
vices, dans un travail cons bouche, lA, tout pres, A no ,
ciencieux, illustre de taits pre- portes,A des prix interessants.
cis, denues de ces ratiocina- La deuree haltienne est han-
lions don't ne saurait se con- dicapee. Elle est, A la vue in
tebter qui vent tout simple- f1rieure.
ment etre equitable. Un example tir6 de faits
hIous sommes, certe, .tous reels,vous tera voir les desas-
suxieux de vaqr sortir la Na- treuses consequences du de-
bton de l'impabse economique taut de selection. Les pois
0a elie est, od elle sera sans rouges sent en demand A
4oute pendant longtemps, si Curacao, A Porto Rico. Vite,
,px-ia quinaaurt ean mains ce commercant qui faith hon
destinies sous peu, ne neur a ce qui demeure de
9ennent, au plus press, les, I energie et de initiative hal-
4*e a u r es necessaires pour tiennes, s'enteud avoc des
bus en tirer, auon tout-A-tait, firmes do ces pays, arrive A
Aais dans une me ure appre- surmonter les mile dilficul-
ciable. tes qui, chess nous particulib-
A aotre hambleavis, le pro- rementjentravent les meillen-
blemehaluen repose, pour une res activates afan jd'en acco-
large part, ce qui na pas muler an stock. aNons avons
4 echapper a nos economias- regu, Monsieur, vos echan-
tOs.-sur A'arrosage des terres, tillons. En retour, nous nous
Ie developpemeut intensitdei avoyons des types de pru-
4 odll~i6 gen#'deorie d'ex- venance americaine (E.U.A.)et
rtato,ilr selection et tl japonaise. Nous nu vounions
4h c jouvo us de- a aupn prix de :eux que
| chdE, q diste, en- vou noUs proposed, lhu est-
tniia Peir al q il r4poadu.
d em int, arr- Ilten est quite souvent pour
Riu ttese yus do qui- ses traiss d*entretien, de fuami-
0e a tant aoit peu voya gation et autres, quand, a la
a travers Il'le que 'est la longne, he truait do sea pines
ml eaure de premiere im- neo saconvrtit a .s an che-

i. j- a l ltt I ire., g' it ** ,_o u
sest qaas impropre au types seals ipe U .
Fr o06 do de nmnphcrclul. quells trhste coto-
i filre lltiplitauaioe de na/ce iot noa pasUwea poat
-- oabhe.L*eat haricots. Quelle ironiel tatiu


las1iheas an bist in- concurreac AWorlh-tico.A
a as de T v (ar Smcs, ial oa sau de. CaraUMe per des
po e par Jearees veuant da Far Mt.
10 delomisa uic 1p 1 artwaoglM t d.a1o
"Wp at, as &ad "r 6esacrn section m ethotoq G em
do eido cotoaal, qaeUe aurait pa sadonner
ttn did 44aoiau t_- sdtoVb e technique qui, en cr'-
Q prubi n. grit n d partemeat deb Jt,-
uoa uSSLt OsaJdIs*. it est boachis s.&as so douner i
a-iie U diAt ,A piae "tm do #;manti doi-r d produits


PORT.1


LWeal Iln


ALIX R6Y


28 annees de success.


* 1& Cure au


l e mal


Mauvalis sang, Humeur,, Eczema, Arterlo-Scldrose
Varices, Rhumatismes, Maladies des Femmes
Le OCUOMAL des Laboratolres d u h6te eA base do sies et oxtralts dIt 8 plants
enfernne tout ce que la nature .i pro ildit di ineiilPur ,r iirgrir le nil. Le plus puissant
d6paratif purifloateur et r6g6ndratiur ldu sang. I iar sn ti neion aniliseiilque et lixadlvu.
11 guerit la consti nation. entrell t l a l ibt eri ill >i % ltre,. viir Is 'frmi natitaioi at is dl r il IiO
linteotln. L OCUROMAL iest ai dirur|tlqm 1i il-l. il.sii i.s ait ir'aie iiriii. e p O ulxMo le
toxins, nettole los reins et l1: v.ssie. 11 g -i11 I E.cztma, Is M.ihi:iti. di la I ean e t liI Stang,
Varires, Uicaros, Ios lRhumatlsmes, Maux de reins, Lumbago, Douleurs artieulalres.
leo Maladies do la Femme ige critique .Hernorraglos, Doileurs du venture, Fibromo.
iJ vwe4l. leriai ,e ma 11 r e ale C ..u O .AL e,.9' 1 ,I h'la ',uit w a. d aIMt ifl r mile a li lltitiollf miIn m"
tiatsaa me l de venIre. t lertagi t ourdl iafentiu, iaiai' Ide reais. toaIl a i d ialru It lai que f riii 4 la
mNi eat complement cicacrrise. Mot mar anitel itc ri .amattlanes ra dle nieIa en e.eur depuisl qu prind
ala CUROMAL. M- J. PERRIIN. A l ilon
.nomt amipre at I con UPr.OMAL .ave botned.e lsulIptulteset .brochure spitea. m
liasbonems pharnslcl. Pr#pMd par Ic leocteur UlGRAi pharmate, Laboraltoir .', i
Ru- 8 a Ru It I.VON OULUNS (PraneI.
Dd8t Po.r-a-Prins nlmsoi BUOL-




BAR TERMINUS

Flace Dessalines


Caf chic,


- Restaurant


de premier choix ou l'on


trouve


toute heure les


consommations les plus de-

licates.


Sandwiches


sa ns


Biere a la


fois c'es un pays d'Europe, la
Hollande par example qui
tait concurrence a nos den-.
res et sur des marches don't
nous aurions dl etre lesitour-
nisseurs natures. Par une
veine extraordinaire, il*peui
se laire que nos denre6s soient
acceptees, maiis il arrive alori
q-e i'iDtensit6 de la produc-
tion dans d'autres pays ce
peadaut tres loiguds de ces|
marches permetde les y hvrer
(. I. F. A des prix nettemeut
inltrieurs aux uotres. Pour ce
luigqui vent, en debors des
tonctions publiques pauvreo
meat r6tribuOes, gagner le
pain de sa tamille, cette situa-
tion est simplement.decoura-
geante- -
Nouslavon4d6j jt ildan8
low coloaoss d ce quaotidica,
do sotrt caf6m de la couccur.
renee redoutable qui ui est
taite, de la n6cwsit d'avoar
quelquuun, de pr6terence ane
baltienne, qui le pr6pareoat
l Is mode .a upays e. eon ser"
virait adhibitum,deu.ou itrots
fois Ian, A uni reception ad
koc, A laquelle ho public so-
rait invite par nos5 agents
cousulaires pour Ia plupart
'Ivonl 4A cete cause du iom
pauc tie a uotre lteve. Les Foires
internationales qui annuelle-
ment sj tiennent Paris, ai
Lyon,A lAipzig et dans divers
oentrel*, servuaient, a oer-
Sveile Um proppado do cette


pareils.


pression.


nature, notre cale y etant
dhbile dans les conditions
qui vienneut d'etre indiquees.
dans un stand bien amenage.
Ajoutons aujourd'hji, que ce
levrait dtre utine rigle pour
nos ageuts Jap'ornatiqucs d'en
a)fltir a Icui s iectpltions aux-
,inelles le cult'. pour uiniver-
sel qu'il suil, donnicrait la
couletr locale si chore a 'lau-
teur de Magic Noire. Ce serait,
le plus, une tuaon de micux
faire apprecier d'une elite,
notre denree principle qui
[ e saurait desormais plus lut-
ter en o'ayant pour dEfense
que sa seule reputation. Le
cadre nous manque pour dire
ici tout ce qui eut merite
d'etre connu A cet regard do
grand public et des interessEs,
c'est-.dire do pays tout en-
tier. La saltle do d6gustation
doot it serait A mouhaiter que
tussent dot6es nos agencies A
1'eiterieur est a envisager
serleusement, car, sachons le
ume tois pour toutes, qu'il
s'agisse de cafe,de pois,il nest
pas mauvais que I'acheteur
etranger se convainque. en
attendant que leur seul aspect
plaide en leur laveur, que,
si nos denriAs ne paint pas
de ninen. cites souent de par
leur -r6mc el lear goat des
meilleures qti sosent au mon-
4e. The best in the world.

FR DESTOUC.ES


81 INo dili do a)l Mfe oi el qu'
let vrilable,oorrige.-le I si re smul
des measogies, ris-em.
EPICT1TE


b .._S


LUNDI 15 SEPTEMBRE 1930


Propos

cachetes
11 dtait *an feos, an hbome com-
pAtissant, .qi n'avalt jamais fait de
mal A son prochain et don't la soule
passion, bien innocent d'ailleurm.
etaitide boire chaque jour, sa petite
bouteille .de RHUM SATRIK CACHIeT
D'Oa.
Une mouche tomba un jour dans
son verre an moment o& i Ile portal
a sa bouche... Un autre se serait sans
doute tfache, centre la petite bestiole
et lui aurait peut-etre demand : Qui
te rend si hard de trouver mnon breu-
vage?
,sotre hunumme, au contraire, tendit
A, la ,Unouche ulne pl)tita'hc atI V tiut,
ou plutot I OU liudx de l iui', UL
quanid ii I eut depoe sauiue t bauve
sur Ie rivage,jeveux dire uur la table,
ii soul a l sur es miles moulaies
pour les secher...et quand il la vtra-
gailiardle, reprendre son essor, ii s'e-
cria tout joyeux de ia bonne action :
t Que je t'y prenne encore, petite
mouche espiegle A tremper tes pattes
dans mon excellent intau SARTrH
CACIIFT Won.R


Comlt6 r6nIinin do
a*oours aux Slmuastree
Voici la litbe des ,persounes
qui onut bien vouu apporier
leur contours A fuiuvre entre-
prise en laveur de nos infortu-
ues voisius, victimes de la ca-
tastrophe Uu 3 epltemuire :..'
.Mad.aue ileueweui .Maglonie,
piehidente, Mine Flecluer An-
cuttie,vtce-preidenwte; Mine 1R.
Lerebours,secretaire Lresoraere ;
Mebdames Ernest Chauvet,Fre-
ieric Duvigneaud,Eamond Man-
gones, Ed. Mathon,G. Sylvie,J.
Nadal fils, P. Thoby, Dr Ricot,
Dr Coicou, V. Gaillard,P. Hudi-
court, Leo Alexis, Melle Marthe
Consolat et &.uce Burke, mem-
bres,

Riuuni de Pritres Sp#ciales
por les ,Vieties Dominicaises
Mercredi martin, A 6 heures,
aura lieu, A I'Eglise Wesleyen-
ne une reunion de priare spe-
ciale pour ceux qui sont dans
1'Epreuve et la douleur dans
la Republique Dominicaine,
ceux qui out besoin du se-
cours de Dien.
Tous les meinbres de I'Eg.i
se eL Lous les amis de l'oeuvre
sont cordialement invihts a
cette reunion pour implorer
ensemble la benediction di-
vine en taveur de nos freres
qui ont tant soullert et sout-
trete cucore.
Le Pasteur Marc,de 'Eglise
Baptiste, asistera le Pasteur
Tarubull dans ce service.


Ooups d'ipagle

Dans la complex t6 de iosn
gesticulations, IouI nous appli-
quons, un peu tiop souven', le
masque du patrio isme.
L'Amour de la Patrie, qui,
dais nombre de pays avanc6se
conslilue le puissant levier qui
souleve une important fia ,ion
de I'humanile & Ia hauler des
plus nobles conceptions du di-
voir, dtie I'hanneur et de la ci-
vilisation, lAmour de la Patrie,
dis-je, a aLteint chez nous un
tel stade dejdAg6na rescence que,
lur les treteaux de la politique,
nous regardous b6eatemnt Avo-
luerlde vulgaires comediens du
Patrtotisme don't le cynismbha-
bilement diusimul6,tend des piA-
ges dangereux A la Nation, au
seul profit de leurs ambitions
rapaces.
1Tous noa politics s ii ne
Iagit dome pas do B)S potliti-
quo I so gropoaal so an.
sorte de microcosme hours du-
quel- paralt-il- point de sa-
lut pour la Rrpublique I et,
rhistorion hatur de notre epo-


qae evitera ditfcilement de lai-
re pivoter toats I'satoire autour
d'eux.Pour la revanche da pea-
pil et I bonhbaurl da Pays, si,
tos ces Don Quichotte herol-
qums, tons eos pantim s lo, ux
n'avaitent qu'unn asuleo tole, ap-
pellerais, de too* me. veoix, a
venue d'un antre Uahgula pour
Ia tiaiacher, car, l est cutl A
leur intention : ,- PatnoUa-
me eaten lwer iiW ariguaint du
ioqu ui j iJD I e
g05a pm Ga.c.CA


... a vuj un cher Maitre, qui
sur le Pont de Thor lit signe au
camion qui; descendant en ville
de s'arr6ter.,ll avail sous le bras
un knorme oreiller. Les gens du
camion eurent I air de vouloir
protester, mais le chauleur bla-.
gura, .,u% ),' I il tU.dc soil siege
C. !,til au lcti ,l Mhilre :
11 y a de Ia place pour
vous, Maitre, mais pas pourvo-
ire oreiller.
Mais le Maitre qui ne pcrd
pas facilement la ete.-- it est
du m6tier,- repom:it du tact
au tact :
Jo m'assierai des.sus.
El de fait il s'assit sur son
oreiller et ainsi ne prt la place
de prsonne.

,... voil, du .cOt6 de izolon,
un de nos ainus qui ne s- gLne
pas, en v6rite. i1 se pionhine en
caleVon et gilet dte flatunie, de-
vant sa porle et cela (qutllt-'que
soitl I'leure. El les cam iions lilt
descenident i uos Po'oit-aii-;'iice.
antre li i lt ieu l t' U Ic us dli
nmatin se volenit oihl'4s oilrl-ir
ce spectacle a leurs pas agtrs
parnmi lesquels il y a tiessou-
vent des dames. des loune, lilies
et des fillettes. Mettez un psin-
talon, cher ami, et un veslon et
dispensez-nous de voir vote
belle anatomie doree et velue.
*
... voilt trois.ou qualre de nos
amis qui prennent cque midt
le cocktail au Grain. I','ec (lId
France. Quel que sol Ile no1u-
bre de grogs quils ingurgi-
tent en ville, ils'ne pe ivent ren-
trer chez eux sans en prendre
deux ou trois derniers chez Th -
bault,?i Champ-de-Vars. C"'st
que IA, tis trouvent le meilleur
d6a horsd'ceuvrequ'lis savourent
avant d'aller dejeuner. Ce hors
d ueuve sans paredl et dont ce
caf6 soul a I' secret, c'est un
excller.l san Ivicuh v:u hareng
mariuS, trbs gp .c"'is. i i.
ment6.
... a vu un hi liii i( ''s nin .
culeusement iim", 1111 Ai110 1011 .
pul6, qui desc,'ui(uil t ci i ra
ti, I'avenue ,do Turge;'a. TO'Lj
A coup soil atlleniolil 1; a irle
par une alei' pv'il, t.unne du
quarter. II 1tiss i ''diler lPt -
mi qui l'acco )iig:,iil, p)lr. le a-
dali. qu'une all.'ii.,re .i .ppi lat
dans le voisiuiage. lrisque I'a-
ini uht parity, il se (dnigea vers la
june fille et co:nmiintii sa cour.
Cest IA ce qui s 'appIlle tomber
sur un bec de giaz La bonne,
d'un seuli mouvitiltil. init ses
d(eux po )i l r choice rs hanches
et se iu11l a >l'li u l ai ioute une
ca rguisoi de mIiol obsceies.
L'liumo inc i'n i( rditl i icie. Mais
heureusement pour I uilne au-
to de la Lagne' paissoi jua.e A ce
moment-lI. II s'y jela tandis que
I bon r citon niii ;l so ak, ir son
repertoire eu dn s'i,, ,, .
a
.. a vu quel i" ilt 1 (t:i se 'ior-
dail de la inulii),iici,[ I Ii'racls
qu I raversenl, liique jour, ia
monotone de nItre vie, sans
pouvoir pourilJn', ,isiraire no-
ire ennui. Et il disiit:
Chaque fois qu'un group
Sort un tract le gruupe oppose
I lui rcpond par un aulre tract.
C'est peut-etre cela qui s'appelle
du tract au tract.
... a vu, decudanl avenue
e Turgoit, nn home qui, da s
1o noir, taisait des gestes qui *a4-
largiasaient jusquaux etoiles.
Foupote, orae:ur? Ou toules
'toisAla fois?

... a vnu un de nos amis de-
maundir un petty verr de d ha
qu'il veraada n sa biere. A F'-
tonnementde ceox qua buvateon
avec uIm autour de lu emem (a-
ble, il expliqoa :
Io- 11 nealde meilliureboieuc
qo'un petit rhum Heulit dans do
ila Biere Natlouale.


SAasurez-voua coirte ccaident
A la t toeatral Accideu, kuit A
Ale Abuarance Corporauou i-
mited. .- Vve F. ber=iAtia
A-M Oftai pour Mulla


:1

*I








*ii


etre I


----------T-.--~-i -- ---- ---- -- -- ----t -- -- -- --L ?~


__ ___


__ ---- ----


I IImI e_ I o- P4,ri


-' -hir ~_~~ __~ ~ -- ~~dL ~-


Zaim


I",


;1


I


1






.4.


5.


-. n


4 1-


zv. I t. -'
if,


1'9"'
) ~ ~.YA


La Veillee des Armes


--0-
IX
e eenM dwa, esa WoU"otS. tut*
iS masse populatsM *Sd4sUelet.
-403-


SMeasiieur Bdmed~ Mfngonds, v6lation de noire menaldit. Cet
AWt un disc _#rsm ., coutra- hbmme d'tlude, t4.6ltre pet.-
terat6 ouvrir aot Is presi- ch6 mwr iubtro pabtieme may's
dhkoe de Monsieur J r6mie, a. appri,i s ie guoiasis,que touets
vait dmis des conasidrationsjus. Ies maasu poptalaUre ag siert
qu'sca reatts das l'ombre. Au- pWedIleMat Mem .lO poSaMes
eV ouie do doI'an6e 1923 ne's simait e *uidet a.Msia
Stav d 43% o rtiDnes des Wdee m6u n pdtat ajoutaUtqe I "res.
.eprimtes p.r noire maire.de I ppaouSaitd, bo tW0us aont
Cspitale la matiere dun bel ar- tonjours la charge des ttus,
tide ou l'occasiob d'une discus.- soent qa'elles aint d6cad6 I'tc-
ioen en prolondeur par I'oppo- lion populatre, sot qu'elles s
sition alors en majority qui auent piovoquees. It me donnait
avait A charge la direction ue une conclusion lonnante et i
l'opinion publique. Cependtnt, laquelie le ne m'atteadais pan
M. Mangones rappelait, entli precitecnilt.11 am dibati,ce chtr
autres choses, uce pens6e trou- pere que le masses popuplaires
blante qui reitera pour long- agiasaient e)Xactemtent omae
temps le probume haltien de laura eleo, eal quoe l rappoil
noire ind6pendance. voulait qua la masse n'aith, ie
remuAt on educationneiieme li
Edmond Mangon6s, saul les ou instinctiveiment que comm<
expressions litt6rales que je e ne rtfleze groussissant on detor
peux parlaitement reproduire, me dates activites sociales sup,
disait que pour le negre haltten rsetues.
lib6r6 entturement avec la rI *
volntion de 1804. il subsistan La th6se de M. Mangonis, el
an symbol de 1'esclavage: c'6- .elle de notre pr6lre as conton
tait le travail.Aussi 1 homme d,& dent, dans leurs rapport expli.
Is glbt bse vengeait du blanc,se quent du haul on bhas do note
vengeasit, assi de l'objet de sa echelle social, cet amour de-
longue soufirance. 11 d6truiai: iintsure de la jouAsaaance et no.
I" vastes habitations colonLe.', ire marque d-tinctive.
Ajs uaines,les champs et se prt- En etfiet y a-t-i v6rit6 psy.
lassait dans toisivete.L'on comn- chologique.plus constante qu
firend que M. Managones, muenmc l avu ae notre imprevoyance
W'li n'avait pqs lu son histoire uoitore,de nolle mepris poul le
d'Halti, pouvait affirmer une travail materiel, intellectual el
chose raisondable parce qu'il moral, ae cetlle ntermtteuce
sail reflechir et qu'il suit encore daus notreacutivite et de cetle
ce qui se passe (tans 1'esprit de 'solution de contmuilt dans nos
ce people de la champagne avtc gestatious, tout cela condition.
lequelil a conserve, en pere de aunl cette deticience dans nos
tamille,des tapports etroits din- rtsuitats.
terets etd'habitude. Sitla Iradi- ."
tion a pu se modifier dans le ',-.Les palais 6difies en regard
Nord par I'energique habilet dIe la rue hier sordide, le tfi-.
du Roi Christophe, elle subsiste cit inexplicable du budget do-
dans I'ensemble de notre exploi- mestique des citadins, exagera-
lation agticole et dans les rap- tion ces etudes humanitaires en
ports domesliqucs entire I'ou dtiproportioit avec education,
vrier, le salaries et le patron. ne sout pab quaud meie eu
Dans les cainpagnes, le pay harmonic vec ti labour et l'al-
san irnprevoyant ties tropique lectation du ,suet ?
,', que faire d une surpruoduc Dans le mienie odre d'ddees,
ltion quand on envisage sa so le campaguard don't I'epaigue
briete ct la munificence natu annuelleest d6pensee en orgi s,
reile qui le couvre et le proltgt en obibations aux esprits ele-
contre ia laimn, les in emp6rie. mentaires,de meme que les gros
des seasons et les al as qui met enleux pei dus dans la agadiere
tent ent dirgcr les aultcs peu et le luxe polygamique des sa-
pies de a'lHuiimrit.A coiisiderei lries pfid.iuut its canipagues
ses bsoin. I' tlorl chez lui e.s de denrecs, v!,ueil 1t IlLt irer la
vague cl pcr'iit Oc v-rifler e1n double thesc de 1i Mangoies el
core uiee to lois rIaorts entri dt pl'tie.
I'orgaiic el la lonlio. m.
Pareil en cela in I'ancien es. MI iaii'posioat d uncle g6, de
clave, lhaitieo iManikste des r0- deux ou truis devoucnients iso.
ticences, des rlscrves (t do la lIs et parlors inapeacus ne peu-
defiarnce conime des tares invt. veilt sulire A modifier une len-
tWrees ; ii plhe en presence de dance ou mieux les plhs secu-
I'obslacle, recule quelquelois oe lanes; setul un revoluiuonnaire
bondit dans ia i rolie. au pouvoir pourrait le faire
Les ouvrier, In nai.-d'oeuvrt p"ur ".gvuei.r nos ncours e
et la (mnitsticitc tmploient l I chjoger i.ot1e iItn.u;Liit.
m6thode d'uie prote-taion si ti dalt iSi aptnceib p 'tn'uu honi-
lencieuse, d'unte coniildicclioi) Ie d Eiat qui aiiue;it soi pt.
de ruse et d' irv class(ique tr.i- pi- tl accept ir., heioiqu iW i nt
trise dons la i upture du, rela ollc ttipopulhtlte c 5 tale aVtc
lions. ia kln te apOire qui velt oblte-
Ce n'est pas u&' s.'Oir,, d'illu.- ,ir u it ielrieje de biohejur
tIfr la these d'unu cuisinikre a9 "' I'1 ps, qu jle platcet.,
en apprenuissg-' qui rtclame ma un lt l po.ique.
quand la maitresse de cans a C'ts cot htumu-laiqu jeitev
ni de la toimer ; ou i'auti e ,our ma ta-iae t que j ultenus
eas de louvrier (I[t cteplI la -1r L plage coiumae it porte
main-d'ouvre modique et con- :i'eoar, aobsin, e main'tiurteux
duait I'entreprise vers i'thecot .* -iA:;oa :ouou, qui n.ouitul a
des depenses impr, vuc-, ou e- atse o cts dtux n v :b
Core de vous rapj:eler que loin (aie heure dolt sonneri un bonime
do taire lA greve, .e maneuvr Lieure soune ddjA maiquand donr
trouve inille occasions de voler L viendra i'homme ?
mar lea heures de son travail C era DELIENNE
Iouradier.


*
Done, la these de M. Edmond
W. angones se soutiendrait aise.
.asnt meme si la verite histori-
P-4& ne la corroborait pas. Les
SF a pailpables.sulfraient poor
' upliquer son seas d'observa-
i ons, a pratique de la vie, de
administration et du travail.
L'occasion m'a faith parler de,
ot home qui, dans la vie,m'a
dwo6 des preuves de sylpa-
-' il ce me reviendrait pab
I*Ismen a t de tCmoiffner de,
aen adminiastratit. Mais tout
^hDea .e'sont coatinmu pour
Sfdsire citlte belle admtra-
I communale de la riUe de
sWt.eu-Prince qua provoqua le
peart de l'amdrictin du servi.
1. .-
a NML Mangonis n'a pa ox-,
A que notre lite et res-
e de ce trmp6rament in-;
imde notre commuoanis
,agricole et domestiqut
-Ut i ptUet ? Le cadie dr wo
Ius .ia a it dispCiste ?
Swae am eIont. Mauia j aa e
gps kr. coaihuuque aoer6.


TOlS ALUZE LA TIBIRASSE
P6res et Mires de famille,si
vous voulez"amuser vos en-
fants. amenez-les A la Rivi6re
Froide A la Terrasse o0t ils
,rouveront outre le bain ex-
juis de la Riviere, des dis-
ractions de toules sorj e.
feux divers, bonne musique
de danse, repas, sandwichs,
boisons glacees de choix -
le tout t bon marc."
AccoureQtous t ia laivre
Froideet vous sere: satistkI
de accueil quo vous eirront
M:. Maurice Lamolhe et a
muile 4is ,.di Jeur cbe
mant etabii stment oUvWt
tonte I'afnde.

saot6os aouoard belts
3 gourdes 50.
Coraoide Vlotor*um
boite I %ourde.
HARMAt IE ST FRANOIS
Dr V. MAViatln
44 F!~uj&to*i.l"


I




I


s-Ir


. -.I .


q~y
I'., *~-~ .

5*


S.


I.
.4


& S
a~, '~

'.


1,,1
. *< <' ?


U--


WILLYS


. ,
:i GOI


4^Jt


.Ah V


S~' *,*


'(V

'4
~JIs l~J
4
I-
sJ'i15.
~ I
* hi
~IP ; ... i
I 'I'


S I X assure un service continue.


N Camion en retard peut coater plu aq 'un accent, II peaut re-
tarder un travail d un jour on plus. boaleverser le heoures de
travail changer les profits en perte.
Dans la competition d'aujooid'hui les camions doivent ire morta,
conflants, d'une execution con'inue-pr6ts so devair A lout moment
- sur n imported quell route et p r n'importe quel temps.
Tous ceux qui ont l'intention d acheter an camion devrait visiter le
distributeur de la Willys- Overland rour one description d6taillte do
camion Willys Six d'une tonne et demie. oTn camion doit avoir do la
vitesse. de la force et de I'economie- Le Camion Wdlyp Six a tostes
ces qualitsa et une etude des laits (par la d6monstration ) vous le
prouvera.


SIX


* *.


CO .MEUIAL m..


KIEER'S GARAGE


Distribuleur
RUE PAVEE PORT-AU-PRINCE ( I

PHONE: 2234 & 2318.


.A y


IAITI )


LONGUE VIE lCONOMI


womsou vale


*iOon rareo
Un violon de cinqun
*annees d'usage est mis
vente A an prix relative=
drIsto j.
S*adr, ier au bureau


Jorual.


ACMTt. rMESTOMAC

O GESTION da IOM,
DIGESTION PNIBLEL



ProMA du CORWFJIU
7,ar. c.utat-Coquel, PaxsJS
'., c.w n '. .^ ,
A .- ^ l --- - ,, ... .^ ,


ate SEA-SIDE-INN *I.*=

ent H6tel estauran
du Cet etab.lisement eut6rement restaurA per a ue le Po
Direction, vous offre Ientlroit le plus select 9tA vouI troni
verez les meilleures boissoas. des pri d6lfiot toauton s o s' .
currency. Souper dansant toun ls meds ao ir. -Poeiis .
Tjl*pa .: 207 w. '


.1


a I
.5'. 5.* I 4
&


.5.-


ft. *



V I .S4L 0&I


0


6
,


WILLYS


t ;,".- '#

',*, *'- ,
i,




r -;7.' A Lw,


: ( .cr!s-j~:~e~~F~i


8'':''


:1 ~


u*Ii-'


4 d t- -...


'i


I


Tr








It6 Septemwbre 18


-. --


uutswoUn airard re *
irt* le- popula6ot
du Bud


je N rcie de tout mon cour
tons des Cayesa d'A-
Nippo et. des C6te-de-
lor I manifestation en-
Sqnu'lles oat taites
maw hoaneur durant mon
voyage at pour I'adh6-
chaoareose qu'elle.s oat
S A mon programme.
a# sa ea partculier corm.
eo primer.ma reconnais.
dmue aIuxa habitants de la
It des campagnesdes Ca.
.poar1les ovatlons.estraor.
Adont j'ai tl I'obiet
qMgl je fls connattre lea 5 et
Ibpeuabre (dermer ma plate.
a et que jadressai moon ap
al Pays do 1'habitaton La.
danasla Plaine A Jacob
do local de Cine-Vari6te.
,,ae bonheur eat ti6s grand
vu venir i moi, en ce
ons, lea Haltiens de too
et de tous lea ordrea d'a
ls ont ainsi montr6 qu
adtes el proposinonUa sowt
corespondauce avec le be.
est lesaspirations du Peupli
t etler et qua si, dans &a
grande mjorite, ce reupit
noace en leur taveur, de
lantoe manut e, c'eat
pour oM an eacouragemieni
prcu daus la tutlle que j,.
oumeA pour l'mnttet superitur
Ulia Patrie contre les quei-
quadeiidus qui, n'ayant rit:,
Softir la Natiou pour suu
weice7Jouatne polt que de uit
prmblescalomanes qui ue pou,
Nit dire arorable qua leui
SWIS ambitioa et A teur eu.
tvcanenal personnel.
,assure une nouvelle tois d.
gratitude mnfiae et endetec-
lMs ciloyens des Cayes el
ede qui, en talsant honneui
I as person, out certaine-
lateateada plut6t approuver
I uMes de port6e economique
Intionale ahxquelles j'ai jure
eonmcrer ma vie.


plaisir!


/" :


de pouvoir faire sa cuisine

en quelques minutes...

Venez voirces jolis appareils ainhi que les REFRIGE
RATEURS. BE HAUDS el FERS A REPASSER de Ia
a GENERAL ELECTRIC a laI
( 0MPAES DWLAIRAGE ELBKTRQIUH.


Avis au Commerce
La Panama Railroad Sieamuship LIC a I avautage ,i.n iQncer
lte departs suivants de New York pour Port au Prince, Haiti
jirectement, durant te mois d'Octoubre 1930.
D6part de New York Arrivages a Port au Prince
Steamer eAt con) le 30 Sept. 1930 le 5 Octobre 19"0"
t "Cristobal* le 1 Octobre le 20 Octubre t930
: *"Guayaquil" le 21 Octobre ,le 27 Octobre 1930
S**Aacon- le 28 Octobre le 2 Novembre 19,0.
JAS. 11. C. VAN REED, Agent General.


WI


Lire la 4e. Page



'r LA *

Catastrophe
DgElecteurs!

S to-Dominao *t*
L-O o '7 ,
journees d'inscription.:
des eoours HiAtez-vous de prendre votre
Rapport.de Iiredeer carte.,
._ da Serviee d'Hyqi~te.
Le 12Septembre 1930.
Le Directeur GWneral du Ser- -- -
vice d'Hygiene ;qui avait0 6 . t
nommn organisateur du Service lI laut mentionner ici qu on
HalliendeSecoursle4septembre ne peut d6barquer les miar-
!930 par le Prsaident Roy, d6- chandises a Sto-Domiugo que
sire exprimer par la voix de la dans les docks sur la riviere
press, sea remerciements et von bordaut 1 ville La naviga-
tppieclutsoli au Coinite lH.inen, tion fat rendue particuliere-
A la Branche Haitienne de l r
Croix Roug',. la Comnpagnie mucat diltticiie par le tail
de la Hasco, 5 ia Ligne de Na U drgue a coule et
vigation Lykts Brothers,au peu- q('uu bauc de sable s'est for
pie Haltien et aux employes du tue a 'emnbouchure de la
Service d'iHygieoe, pour les pro- riviefe ; ajoutez ai cela que
visions qut oat W6t donnees et l'ouragau a occasional use
les services rendus avec 1'espoir inundation et le courant de
de soulager les souftrances des la riviere est devenu tr&s fort.
h-ibitants de la ville de San'o *A peu pres tous les petits
Domingo qui a 6t6 presqu'en navires tt les chal unds ont
tuiremnent detruile par le terrain ere detruits. c
ble cyc!6ne da 3 Septeinbre ete druits.
13o0. Apr6s avoir et chr.ige de
I.ae grande quantity de pro. provisions, le steamer (Gen-
duts alntmnlaires, tels que de ve Lykes)) laissait vers les
la marine, du macaroni et du 3 heures de I'apresmidi le 7
lait, a .t6 donnee come con- Septembre et jetait lance au
tribution par le Comitl Hai'ien loiu de Sto-Do)ming le 9
et exp#e I- sur le S S Gene- Septe'ubre vers les 2 tire a nm.
veve Lyk .s )). La cargason lot imnnediate-
De la nourriiure, des v6te imen, Iransteree dans ntl chi-
meuats, des medicaments et au- land qut se trouvait A la de.
tres provisions oat 6t recupillis rive et qu, reorque par
par lea membres de la Bran- le navire jusquI'a ort. Ceci
che lhittenne de laCroix Rouge. le navire usquau port. Ceci
Les Boys S'outs et les gens de ressenible plut6t Ai 1ne his
Port au Prince ont pr.6f leur toriette conque dans l esprit
sincere conrcours en taisant une de Hans ,hristian Andersen
souscription pour recueillir ces On dit que le steamer (Geue-
articles. II y a ea aussitdeux au- veve:Lykes ltut le premier
tres comites qui ont 6t1 form s et navire ijeter I'ancre au loin
ontenvoy desprovisions fAbord d la ville de Sto Domingo
da a Gen-veve Lykes a. Le Co)- avec une cargaison de provi-
rnit6 des Etudiants et le Comtn sions ,Les bAteaux qut 6taient
de Secours. S mnedi apr&s midi, venus avant avaieJt support
leI 6 Septembre, Mr. W. D. Paw- venus avamdict aaments, des lits
ley se chargeant de toute la res des m.dicamens, des lis
ponsabdlit6, mit deux grands volants et a'autres articles
avions tr mo eurs en metal an de ce genre.
service du transport immndiat Le Ioct'-ur M. B')urand de
des provisions dont oi avait I 1H6pital Geral lainten, se
besoin d utgen-ce. (rAce i son chargeant d'ue quatntite de
concours oni a pu commencer a iied,caients I:tisanit l',lt-
exp6dier des provisions direc- au. ritnce en auto le 1 Se1p
cement dans la ville d6vastle. ,enb-"c dans lap' e,-mill.
Apr6s la conrlrence c( 'o Apres des dittiCites presquiI'
qu&~e par le President Roy ie 4 stI'is ontabdes tittts arrival a Sito
Sep embre, un credit de 100 00) s t)taes, i arrive a S
goardes a ,te mis la disposi- D)omlnugo deux ours apr s.
lion du Service d'llygiate pour Les D,) teurs Johnison, Lev%
I'achat et le transport des pr )- q(ue, Nicholas et .'ierre-Louis
visions destiniies au secomur im aussi de l';lipita! General li i
mtdiat des victinmes de l'iur-: tiet, taissatent par avion le
gan. Nous avot.s deji piblte le iauu du 5 S:.pte'nbre. Le
monlant et la nature des pro.; puple laitien pent, a just
visions achetees. On doll b-au-; tre, tre tier du travail
coup de gratitude i la Compa- ,accompli par leurdo,(lcters,ce
gnie de la Hasco. Cette compa.* est a l'oneur de laA
gnie par l'intermediaire df son u es a
presidee,, Mi Elioti, non seule.- profession medicate de la R-
mena tit don de cent s;t" de su-' publiquc.
cre ie' (cenlt livres, mais elle se Pour toiuir, il tut a l"')io t
chaugeB ai ses propres trails d:i quo les employs di Se vi c
transport du -l.p6' de la Dj'aue d'llygiene ou tI availle sa 's
au dotk de otIeIs PleS provisions, relfizte I emb.lige etl au
qui dev.y o. crr, txp dites par tran-p )rt (des provisions, (de
meret Ioairi.i; s hominespour lIa Douane an tIo k et a"
les transpo ier, borddunavire. C mp d Aviation. lIs outdone
Mr. F. B. A ost:m, I'Ag nt 1o- ne avec gaie de cie~t, ter
cal de la line Lykes iBoo agissant sur a proin re r-s,. n- concours inmmltt' l dl.ns .a
sabilitld,gdnreus mentoft i de circ w Us tm,, ai'i !e pciuplec
transpoiter gratis L bord du S/S Haiiaen doit dtre lirr de. Iur
a Geneve Lyk s toutes e,,! noble gcstl.
provisions destinies a ceux qui l M.A. STUART,
ont 64 victimnes de 1ouragan. | Director General.
1 .. ,,,h


RAFLE dela CHEVROLET
Time hiltrodisairedeIa Ilterie'des (Euvres di C.H.A F. elde L'..tL.C.
De nombreuses lamilles elout en villegiature et desiraunt
prendre part A la Halle de la CHEVROLEV quenous avioius
ix6e au 14 Septembme 1930, nous out demand de bieu
vouloir reporter la dAMe de cc tirage jusqu'apres la reutri '
La dAte de ce mirage extraordinaire sera done fixee pro
bhainoment a nouveau.


I'


'p


I NkTgJA
(GRANG SOURCE


(VOS rn
(Prance)


AcT-aI@ Ar samv IO N *i RC
C -rac ap.!#pite do I'ARTHiklTfS'MV-.
slsoas do 20 Mal as 6 epwren i
*@OURDS T UNNISv OAF POI *_ _
Pan UPtOlA Pft *I r' fJANTS ,
TIratap dreos a s PARt (ft--**e prrf-) A t ':-T '
a ** v -da 1- Ip-'^s Ph apto. -r,, -1 <-t Ma a .


1 Empechcz
QUL'
votre telnt 9e fl6tries,










'iConserve: ioire lein .'
S. .'^. raise et beau.
Lres teaches de r,iussenr. le
lidle, les boulons, ,les )points
noirs, les itches dit foi, ft
talutes les flelrissures similaires
qti deparent votre Ib'a teint
nature peuvent eire nlelide
par I'usage de
L'EXELEN !'O
Pomniadle d ir lai p,
I1 Ia le soiqn{.I ,i'iineef(,i r'jrii' upf
Sevssa., I 11 est u, to .,ite
11ine l t tletlse,,:S s ie n I t
)patfail sansl d.flqer .*/ tun
age faciwile.
i ssaye: le, rous ^iy ,aSu-
lisfail de ses risu tals
Eln veine, chie: lous les d p, -
usfftles. Pour ,3o e.,litntes
sculemenl, i ct ,r ,,h,: EIA
reception ilu lpri.v.
i'.'rivez: pour tvo',,i. in. e'hla n-
illon gratu il ei ,c h,. ,efes
cunseids p)utr la beau ile.
hfifele Uediumie E'fuipani
Allaula, Gorgi. I S A.
Agents lemnands oni ,r /oI' s
-'t Eem : 1iu stt]l /^, .
'"" U*-_l


= .. 4. .


Horn-1 ine
Le M/SWl(W d.,rut Horn)),
venant d'Europe, serti ici verse
le 23courant, en joule pour
Kingston, .lo-Domingo etc.,
pregnant trdt et passagr.s.
Le M/S < Marie 11 irn., do
retourd e Kingston est. atten-
dii ici vers le 23 cril pIlaut
pour I Europ vi. I. Nord,
p e ti t 1 ,' :i t ; .,,l e F
REINi)tJO!) .,9 ., .-''at

CORRESPOINDANCE

-r6mnie It 5 s;)p' nbhrv 1930.
: Au D)irecIteur n .ni ,ri,
Li '\ ir \
I' i ,1 e.
MoN'sieur l, I) : .. e,
So3s le litre de < .'.. i C.
Fourcanda a piat 1 ,i voire
iuntressanl(,(oli.o'wnii ;npte-
rendu de Ilallqt, a q ',1" eu A
porier en riferr oimr ,'ai t i leo
Jage IRoger Hilnr I I' b)unal
ti mlt rei't n, 1 .|, (
mil Ir 9 Y l u I ot', :n ice.
.1 a e o' o i I S. 'pri
de- coi)n .it :ii. d't, ,il vous
avcz A., l tivi t' .' Lnp en lu,
s i lout i vy l ' 'rn ,:a.' ac
tion (i' \ti .V C F/,):I:, ,' i nnie
se tn leh I.iilir, ,( i P ,'ril1, i ri'er les
electionsns h' 7flS t/;l .' -s /I,donc .I al
ler 'i I'encoln re di l 'in !orbes
floover *
Comi em ( Voi
I'p )O e cC ( c ( > : u ('oIrds-
poIndant i cu ,,' .i, ii iisllim et-
Ire, A sivoir (| v int faith ma
,i6claiation di la ure en
conformity d ih ijvelle Loi
electoral i'ai C .U .:i par le-
Prdfet, cest api e. i voir notl
,quej 11 1 6 vI. ii. at un acle
arbitraire de l.i i,, *I i ce re-
presenianl du (itiverneaienlt,
que LE MATIN a pi lit! e que j.-
wiRe metltas A It' .Eoon'r,' de ce
I 'lan. Non, Monsi ur te Direc-
Ieur, pour c set fwo. lvoe liU-
gique st en d lt e' t '-stbier.
Stor't que vous I'f-v, z accuse
en me rangeaint au no nbre de
ces maudils torpilleurs.
Le non do Son Excellence ,e
President Eugene Roy r,~ sra
i la pos'*6rte et la 6geuide le
seprem n'era.comm- I)amanThE-
uins, t' nant en min;. u, ne bo*
lance. Ouile Pre&ideut Roy at -
rait voulu que citle balami -
.o4 9gs'e po, ; to.", waer l 1D
ra ji'ei i d ons r 1 .i N s,(l I ,

u l. t b t l V11 tit i. .ld
S (Voir sate eu 4#me page)


-~-."~- ~~.I-;1.-. 1 '91 ___ ---~e -rEI nJ~C-CY ?


I ___ --


APPETIT
SANTE
FORCE


tlE?'ZPI C1 IILI~L~YYI


_ __ __


I I


LI MYl tN1--


1
1
1


7 "










I Lundi

15 Scptembre 1930(


Le Martin


4 PAGES


246me ANNEE N" 6794
Port-sa-Pnace
T6eipbomi lw.


. 1AFLEL


D)'UNF SUPERBE ET E'LEGANTE VOITURE* FORD. FORDOR
3 WINDOWS CLASSES.


1.5l00

Billets


Or 1,00

cl Billet


S


"LIN 1111


c(lie


lous les Represenlanls de FORD de la Redublic


au Prix del,00 dollar seulemnenl, et la HAITIAN MOTORS
I"-& Y% ---- ""l


Grand'HRue


- Port-au--Prince


- none z/ y.


- -.' -


C(OlI .1 PONI)DANL: I tiomlhe ne me procureirc:
Suite de h3 : e" I', c tiqu lun1 atist*;,lf toue per-
sonl elle, tnndis qu'il erail se
giinser ede not'e minalheuretx
A la Loi. A ia tJuslice et a In Pays ceux-l, qui ne r6vent que
ret national. surlout l6ntI national qui devail 61e t,a. le sacrifice de mnes in6'eas per-
dant A Ihture ctiuelle au d.s sonnels, j at r-nonc luX suit'
sus de tout. de mon aclionl; :, mmeie r
'En portal mon action p,: r1 i in ( \\ ila iri d oI1 t la ire,
devant la Justice, javais vnit .enie dielaraeion quil ne volae
du taire respecler uies al uoils. le come aiepn'sIntane duv
citoyen habile me porter ca,'- P ra, come our eps Cntandidu
didat A a D6pulation Nation:' e t Peupleu .te pour le CanlidatA
rdidat la Drepuati~on Nlom e Ila Pr6sidence qu'l jiugera leplus
pour la premiere Circonscrap- digne pr sa mo- alii, son si-
tion de la Grand'Anse. voir et son patriotism. d't1re le
Mon attitude ne m''tait co.: Chef de la Nation, nous avait
mand6e que par une quesltii, raflermis, outll enl ouvrIint i '
de principle. Voutis ivz vu q ,e trceurs A I'esplrance tue )ient'otl
pour 6luder lejugement du Ioa, 1. une re noiuvelte se lvevra Iour
touchant A ce piaincipe, mnes "il HaYti, note Pairie aimife.
versairesdansct'to cause vaiii t Fln vous di(an tndnt. Mon
dO soulever toule une ssriet d, x- ieur le Directeur. de I)inn v(o'-
ceptions dilaloires. toir publier en guise de recifli-
Mas d ans Ie grad public ( I cation, ma let're dans un des
suivlit avec lani d Inlite s .arIo di .eluMation, je Us eni
sensationnelles audiences (;g.e 'age r mes salulations ellp-
prenait cettle alltiie, nma (cn ., presses.
tail d&ja juge 0t ggignde. yn N. C FOURCANI) av


Une Lol'rie des plus


avantaqctIses,


c'est...


Assnrement LA D)AJ'I 1.A) ). loteric autorisee par I'Elatt
at profit de I11'cole Spcie ra de Sitno D)aclvographie, tla--
blissement reconnu (t'Ulilii, i'ihliitie depumis le 6 novemb e
1923 et generalement estimn dans loute la Republique.
CAR. ses trois (1lP!)S 'I'S sont interes-s ntsl
ler G. 2,50(0. 2mc ;. 1.000. 3cme G. 500.
CAR., *) roisid(i er le n mbi're des billets, la quantity et
l'importaice deIs I i's eu 6gard an pix du billet,
c'est clle qui a!cc( 'le le pourcentage de CHANCES
le plus etOc v;
CAR, elle accorde. u pa I les (( approximations usuelles
du (iROS LOT, 91) autres approximations ) all'< c
tees aux autres nmu icros de la centaine dans Iauelle
tombe Ie gagne par le No 2:-'i7 I Eh bien I 'l'ous les Nume,
de la centaine du (iros Lot, c'est a-dite depuis le
No 2301 jusqI'au No 2400, tous gagnent un lot de
D1IX Gourdes. Doe:, aanis ia centaine du Gros I,,t
[out le monde ga;ite C'est .11 charm'!!
IL V A PLUS
CAI, daus la centaaac du 26me Lot, et dans les nmi-
mes conditions ane pr6erdemment. 99 num6rost ga
goent 5 gourdes. WRen de plus ingenieux...
ET CE NEST PAS TOUT..
Elle reserve encore a ses clients 99autres chances
de ne pas perdre leor argent, et mdme de gagner
encore quelque chose.
CAR,dans la center in, .'le ., I.,' et toniours dans
les mdmes condition is .1 ut. -s numeric s gagnent
3 Gourdes...
CEST TOUT SIMPLE \FNT MERVEILP.': ..X
PREMIElt T!R E.
A Cin6-Varietes,Port-on-Prince, ,L) Diaache 5 Oclohrc
1930, sons le contr6le ies autorites et avec la parti-
4ation du public.
S340 Lots gagnants
don't plusieurs de G, 100, 50,.25 et 20.
SSREUX LOYAUTE


Ma111el de lDroitl Uniersilaire
d llaili par Alircd Vian.
.

Mr Altred Vian, Directeur
G6u6ral de I'Enseignement
vient de laire editer un Ma
niel de D)roit Universitaire A
I'usage d( s Cours Normaux
Ecoles Normales et des Merm
bres du"Corps Enseignant.
Ce petit onvrage qui est
ded; A6 la memoire du bel
haiticn que lut Periclts Tes
sier qui consacra loute sa vie
a l'enseignement, est a)pele6
A rendre d important sei vices
tant anx elves qu'aux pro
lesseirs eux mImes
Nous remnercions I'auteur
de son gracieux envoi.
-0-
Candidate & la d6puta-
tion aux Gonavies.
I
Dans la liste des candidates
a la deputation des Gonaives
parue dans notre edition de
vendredi dernier nous avons,
par cirietr, omis les noms'
du Dr Bellond qui continue'
tris serieunement ses inscrip
lions, et celmi de notre ami et
collaborateur Etienne Bou_
rand qui, lui aussi, continue
la lutte. D'autre part, M. 0. ).
Jacques ne s'est ralli a per-
sonne er la candidature d'Al
Ilcd Dauplhin. aucie u Prtel,
fait du chenin.
-o-
Service National
D'Hygi6ne publique

Une representation de Ci-
uema Educatit sera offerte pir
ie Service d'Hygi6ne au ctdi
Ouest du Marche Valli6re, le
Lundi 15 Septembre 1930 A
sept (7) heures p. m..
Le public vest cordialement
invite
-o-


sansiWW
APrictiooe Vk
sur l' poltrim.
SSouvent uone s
plication utS


Manufacture Haitienne

de iq aretles

GEBARA & Co

Les Ciqarettes


<
a Colony

*ReDpublicaine'

S(PorI-au-Princienne.,
GrAce A la fineese de leur ar6mei lont la dMNs
des vrais smelt s.


Le Annales do 4dl* ..-- -- --. ----
0130 Ealteane
Nousavons rtVu le laciculeLykes Brothers SSCt o Inc.
Juillet-Aott de I 'intressunip
publication scienlifique Les A 4- tza Haiti Santko DomIatB Prt USee
nales de Mdecine Haienne qu e sul service hebdoadaire t r6li A tigers et
comme on le sail. paranit sous t
savanie direction de; Drs 8 tret entire les por s do Golte da Texs arectement avec
Iieni F. Coicou el N. St. Loui,. Pon'4iU-PI ite, Haiti,
Cv nvum6-o esi par tlitr.... Poor la reception rapid et Ie maniement habile de vos
n.cat plem d'inlt.i-I i conti- ut importations. served voUtmujours des navires de la LYKEb
1-* sutle de I e'uu:e u I N. oicuu: LINE.
Qui noto prot.,e oms m6de- Lea prochaines arrives A Pori au-Prirre cans Hafiers, et une page tres 18 Septembre S/S TEAAl A'iT LY KES
fouill e de hn th se du Dr Mau- 26 Septembre /S STELLA LYKES ,
rice Armand. 30ctbte ,i GENE1 ILVE LYKES
Nous remercions du gracieux 3 Octobte GENE tV LYKES
evoi. Bureau: BA s ia Ma si t t


; U9M FPATICJL
L'lastitation Marat
donnera-de~ithI-ols
--. Aoit et-, ,Apt
des lemons .pMrtiou
616ives ena retard, L'
fui venlent poonwisl
tudes.
S'adresser a 19ti4
Marat Cheuet, Chinio
Dalles,8106 t.U1phot.B


AVIS
Toutes personnsa eI
dana la fabrication ou tl
des produiat de to .l
cool 64* a iujA
obtenir poor I'exercice
et avapt le let,
licence pr6vueid
do la loi da dAut
donu de deo 'inh w
tsiWe m uBmueaudeso;
tii'*
Touted peronne
on =Mtaken tIkt
de tabat on d'ekoo4e
tobre on apr s am
au pour IrwrLOM
licence seront p
nalit6s et amendesp
la Ioi du 14 Ao1t 11
i "OW
i-


Av
Ia fatdN.-d4.
aara lios 14
chaMdu A M


Rue do CalsM.
you rmvg ia
Val Tm,*^^^^


robes St ceell.
Coulear: olEr,M'bo
articlee
Ches:OUL 8(
* ( _,__,' A
....Ir


.-. .,A-.- .4- ... -. .


S


A.


p~ -------~


-L - --LLI


I -~ -


I -I~LIIIIIC ----


----


lw -7 71om 7T;- y-mi`r~ f~C~~- -~~~~~l*~I- 11I~~mr~~*~r~-~~~


d'"I


L Billetssoni en oen
e l




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs