PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04927
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 09-13-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04927

Full Text



C


nent Magloire
DIRCTEB,


16a, RUB EAERICAINE 1358
TEFJPRONE N 2242


m_ e~A~~ I ~ -


PORT4.APRIMCK (B %T i


N vrilables ene.,m ns. i e,
m*s.Balssssmss d e 4nos rfors Iam
bilie. I'avarier el Ia jal,.EE '1 .





SAMEDI 13 SEPTEM3RE 1930


2SIaI Ef I
--0~--


A TRE DOMINICAIN. ANNIVE MA` DOULOUREUX ET
dernitres nouvqlles de ULOIaRUK
lowingo annoncent "pla es celoi qu'exprime le 6
Sdean mille morIS et p s Septwebre et qai remet en
Scioq mill ble s ol ot boner la trag que dispari-
1 milieu d'un d stre mat. ion do la Cre--Pierrot et le
qu a'on acr p l om do notnt ilcalll Killick.
gasaprictdentdanl l'Etat Co souvenirs da toe n t de
1902; ilssoot vieux de'28 ans
c et il a iallu la champagne pr6-
Cost avec ti etix me aa. identielle actuelle poor lea
ion et une t6gitime fier tirer de l'oubli o6 ils talent
que teas, de ce c6t6'ci d, oentonis et que tempera At pitne,
Tires, ont no.t Iaide en son temps, l'bommage dra-
sous6ce, ethousiasae,mat6 matique de Moravia, de Che-
sll et morale que la parties valier on dIsnardin Vieux
altience de file est allee, d6 A i'origine, le geste de Kil-
-l premiere here, apporter lick fat one venture r6volu-
titsinistr6s. tionnaire et un acte de par-
Il'est quejuste deo signaler tisan. Les circonstances out
tlijBwtiadu pr6uidentde voulu qu'il devint pour lui
la4bl4ue traant le sillonD une apoth6ose. Biev qu'elle
i ad~ie M stance et A notrt trouvAt, dans le temps, les
g6uroslitet donnant I'exem- Haltiens divises, elle mdrite
pie 61ev6 qe tons out suivi. aujourd'hui, et avec le recul
ervicel publics, organisation., des ans, d'incliner toutes les
privds,artites,commergants, totes et d'unir tons les coeurs.
Ildustriels. Puisse ce souvenir se per-
Nous avons sugg&r., la se- 06tuer, d6gager pour tous de
,ilie derniere, un accord ialutaires lemons, en d6pas-
cral de la press en vue sant le cadre d'un simple in-
?.4asiser quelques soire-, cident de champagne 6Iectora-
A gala, litt6raires, th6Atrale ie l... Mais y repensera-t-on
gl musicales dans le but d ap element Ianny e prochaine,
por r notre quote-part au uone tois paqs6e la tourmente
wBBgement de 11i for t u n t qctuelle et ne sera -t il pas tou-
do micaine. Peut-6tre au- jours vrai que, une lois pass
non-nous precise,par la suite, le danger, on oub!ie les saints,
hiejaf principal intention de et une fois tranchie la rivibre,
a peasse eit 6 d'aider nos ... cou manman caiman ?
cmkitres ruimns A& e reliever.
Lmpressement de nos ar-
AiltI A apporter directement
hout contribution parnculibre l'OPROPRITI DE CERTAINS TERMES
a's pus donnd A cet accord le
Iauis de se r6aliser et le m0- A propos de sentiment pa
rite des artistes n'en est que triolique et de gloire national,
lui grand. Carmen Brouard idees qu'6veille ce souvenir du
Magloite donne ce soir son 6 Septembre, nous ne pouvons
rtistalde piano; et la aReuais nous empccher de quelques
liace > organise pour bient6t r6flexions a I'6gard de l'em-
lonerepresentation sp6ciale de ploi frequent et mdme abasit
ptes locales. qu'on tait de ces vocables hm-.
Aa reste, le sympathique norables.
lhtoeur du a Temps v, notre Quelques jeunes gens se
Ocelient contlrre et ami reunissent, ils s'intitulent
atles Moravia, a grande- jeunesse patriote; une as-
Not honor la press hal- sociation d'hb mmes mars se
ienae tout entire en s'ofirant constitute, et c'est une ((union
Ipoptan6ment pour partir, par patriotique i. Les associations
k Ipremer avion, pour santo et ligues anatiooaless ne sont
laingo ou, avec l'hommuage pas rares, en toute saison.
ftticulier du president Roy Nous pensions que cette ma-
0 ptident Irujillo, ii a ap- uitre enflte et denu6e de toute
luanotre sympaltlie an peu modestie est blhmAble et que.
101 capital dominicaine. pour le moins, les iuntress6s
06 sympathie est vrai- devraient attendie que l'ap.
grande et sincere s'il pr6ciation publique se mani-
ft juger par certaines festAt dans le sens de leurs
fteitations particuli#-- pretentious.
Stiles quie ce geste m6ri- C'est, en v6rit6, trcs com-
lil de Madame C16ment Ma- mode de s'intituler soi-m6me
t- auquel le (Matins se spatrioteo et de dire que ce
tout le premier d'dpplau qu on faith est d'int6ret a nation.
organisant, A Sea Side oal s, d'autant plus que, arm6
lim et grAce A un magnifique d'une tell pr6somption, qn se
^8r qt elle venaAt de tra- tait rarement faute d'en trap.
deo sea doigts experts per A la t6te ceux qui soot
0P ion goat sar, un im- rangers aux enter eprises ain-
ton oterie rapportant, si qualifies et que m6mie,
a smite, IA, plus de 60 souvent ce sont des entrepri-
sea agressives mont6es A lear
r tant d'autres mani- intention. Spectacle bien 6di
i port-au-princiennes plant de faire servir des bormn
Spreparent,-auxquelles les, qui sont essentiellement
eat rangerr prend une uniono, A des aeuvres pure
notoire,-- il nouns et meat de combat
ili6rement agrA abie de La upatries et la nation >
er le geste de FeUlix Ma- 6tant la propri6te de t1ns les
SaIteltant le profit du haltions, de ceax qui peonsent
tiMage de ia Loterne blanc come de ceux qui
ire, dstinte aix (Eo- penisnt noir, nous osoin penu
d'dacation, aux enlants ser que les Pouvoirs publics
ilnas 6prouv6s par le devraient r6glementer I'sagem
I et eulai, de la trts des formales en question et
i artiste Madame Jeau lei empecher de perdre ansin
aie ne Carmen Brouaru, aur signiacatlion collective et
24t ce sor un grand re- I ir prestige dans des appli
piano au prout des .tions vrainment douteuseai.
rl. C'est cela qui seralt, avant
tout.r patriotique et a nation


; et one grande satiatac al.I
Pour oDus d'eurgisuer II ne s'agirait certes pas,
e S age.les CAeveS i'aidc pour I'ELat de iane lai-mname
'tive~ 4ei, U i ~a dI'eu. h distinction diflicile des cas
ScontriA uon paricatiere ci oia cet usage pourrait ou ne
P. qui S3atibcer*au,tAatAliA au Im Pas 6tre autoris: il
I jU *.QI appg'US o d55baon


Apro4. pai' &mrnie

Dipot :Maison FR RE
19, no Jomb, '>A!
?'alte mA dtail: Sans aloues
V' Dharl, ies.


absolue et s'en reserver le
mouopole. II est ho-s de sens
d'appliquer le qnalificalif ( na
tional a des (euvres exclnsi
vement privees, voire corn
merciales, et dans des cas qui
n'expriment pas un service
public et official. Nons a:ions
dans le temps une pharmacies
anationalei; aujourd'hui,c'est
une brasserie !...


PENDS TOI, BRAVE CRILION I...

Le aCrillonx que nous avoos
dans l'esprit dans cette evo-
cation, c'est l'Haitien; et I'oc-
casion qui nous suggere ce
rapprochement, c'est tant de
champs de bataille revolution
naites don't nous entretien-
nent, denuis quelques semai-
nes, les telegrammes de I'A
m6rique du Sud et oi se rem
portent cheque jour autant
de victoires d'Arques.
Tels candidates se rabittent
aujourd'hui forc6ment sur des
meetings et des discours, qui
plus volontiers recoirra e it
aux armes de guerre si seuie
ment nous n'avions pas ce
( sale regime ) tIit vruiment
pour douuer la nostalgic des
temps perimes.
ht dire que, aux yeux dtl
monde entier, y compris I'A
m6ri lue merildionale, -'etlnt
Haiti. it ya seulement qiouze
aunees,le plus turbulent des
pelits Etats et la terre classi
que de la guerre civiiel Que
les temps sont changes! Au
jourd'hui, nous voilA sages a
faire envie, quelque mauvais
gre que nous en ayons iuat
rieurement.
II n'y a pas jusqu'aux legen
des que les temps moderues


-- -'-.- -...... ....


En


3 jours


1W dents jaunes enlkvent tost le
LJ daram Des dents blaches
lamesl Et pou st le dens e
dB O we dom e *uxde deon
um appeace theme eit non soigfl&.
4 M tacbf par les aliments et
pbc, et il dclore.
S Koheonrmlve ce dep& taf-
S. Up.deui pouce iteadu sr
" bposlg sche rempit lsa bouche
(h- ( M .ui *t aatuptiq-,e at
dfai41=0 V", l aro.. En emnp "t
le Koli.o-s *vec une broswe, cho.


lug


n'arrivent a ebMrnler; ttelle
par exein;le,. (qe c lles des
, ((ercles de t bi irilb ;vcc les
quels, notre e d lace a e6l
6levec dans ic-lte ,croyance he
roiquIe,--ios :inctres de 18(1
:uiraient precipilt stir nos pla
ges le n r s anicilns mA.itres
blancs. Si ce poutvailt iavoi t
vrai avec qu(inl!e precipitatioi
ii'aurioi.s nous pl)sP essaye,
sans m6me avoir en besoin
de l'exemple de I'infhrtun6
Charlemagne Peralte, de laire
Sse rembarquer sur leurs trans
' |orts les homes de I'amiral
Caperton, rien qu'en les corn
hattin' avec leu rs propres
armes. c'est a dire avec les ba
rils qui nous aup')rtent la ta
rine don't nous nous nourris
soiis a !eur seal profit
En attend .ian,l'Amricain du
Sud nous tail venir 1'eau la
bouche. Hleureux mortel t

PET''ITi. C().MIP.\I<\I()N
II fut un temps o01 les depu-
tes de la capital s'appelaient
Boyer-Bazelais,E Amonii d Paul
et Hannibal Price. Depuis.
d autres temps sonw ve ius
aieneaiit d'.tijirs specimens
de repi sentai's du peiiple.
11 est p' mis d se deman-
der lequel de ces temps si
diflercnts les prornaines elec
lions voat-elle- fIt ire revive?
Cas assez diilicile' :i demd er
au inili.u d'une camp ige
oh, at cte tie de ligres po.ivanlt
inspire conliance, et sons la
indmne banniere nous voyons
des t6tes de clowns qui, tout
en se dcLteu-ant d'avoir les
caracteristiques vereuses des
deputies de certaines Iegisla-
tlres, ne prevent toutelois
pretenlie realiser. dans les
prochaines Chamubres, [ni les













whCS


vous l 'uliscz i pleine fore.:!
D@ plus, eI polls de la brome
comervmat as- de leur raideur
pour recurer coavenablement les
surfaces des dents et de pntkrer
daae le interstices entree les dents.
Coe. 6cum ralia.ch'.santt, pnxdawt
tOIme s force T-e ronI .! n ef etil ur leI
ddAti, tanrtuo ii ie. e toaw rcomme des
inblit.u de doitric iriblft-.. File Inl
d;saRC*ire et ave IS $ urfaces dra-
tairli. File drtr'r Is e i tincs eit in si-
de bucca.:x. l'a0-v IVvhi du Kolyfos
iute e,defi.t 3 ours i 'vo., vtu<, lnodr
.on, m, I -- .. 4jmiur qut wa dvaoo
*l< 4L ,i", 1 du itofw t do jport'
MQ 1', .r. 1- *"' !" '. l, ,


T ntaue

Vr ss du&x ,UJNU3 LAA;:'RAQMU
i la dose aa ygi, *t.urs ap s^. <
chaque repa iuffi't en efft -" r-ali.i
on pu d* a tp lee forccs drs nial.cs '..
l-. plus ugdbi. 1i e1 t n apleitent souvc-
ials C t acc6a de &fivre les prl
te l- A^iTles perronues finbles, d.Ibi-
li a r pild, le, trav-.l, 1i, cxcn-s ;
igs,. atfaduis par une c-o.,.anne
l W jeun,,* fitlc. .'-i cut de
'a former at h& c del -ppr;
o .lqui reinvent de cc,!,rhre; /
I- kvlilIatds, w'i>iib'is par -
rI'n.tk dc; les a tc i i,
lea sim-n6s i oI t

I*LI1


SLa v6rit est que ce qui se
faith acltellement, come ce
qui dolt en sortir, constitute
quelque choqe d'absolument
nouveau, de pas encore vu,de
r6ellement pheuomenal.Aussy,
notre curosoit6 estaelle ext'-
me et Ogale A cell que noDsL
ir'nnons avidemnent A ce per
,ounae e bi < ",,edie qui
'recsc 'de re i ti u.saunjamais
.'L xeculer : Me dames et Mes
sieuis, vous allez voir ce que
vous allez voir 1j... *


hltre Iil


Coups d'6pingle


Lea 6v6nements de Da-
mien entire autres cunad-
quences glorieuses ont
dolnn le jour a une paire de
beaux ephebes beaux, au
moral s'entend qui se sont
attribu6 le rtle, combien
grand, de supremes anima-
teurs dans les diflerentes cir-
constances de notre vie de
people qui tecessitent une
mise A contribution de dt-
vouements et de bones vo-
Iontes.
Leurs volutio-s en temps
de calamites publiques sont
prodigieuses et ils savent se
multiplier avec une telle ai-
sance qu'on les croirait favo-
rises du don divin ou diabo-
lique d'ubiquit6 II se deroule,
en ce moment oi j'ecris ces
lignes, dans mes vivaces sou-
venirs, la succession rapide
des poignant tableaux du
dernier et terrible incendie
AIu Bel Air on fletir couirge eC
leur hbroisme fi'enti mieux
el plus que loiuts lei plmn-
pes e tIous les pompiers.llit r
encore, tandis quie I un de cos
deuix braves, conlre vent et
marc. tranchissait, de soni
saul l'gendaire, la distance
qui nous spare de la 1pu-
blique Swur,l'autre sillonnait
nos rues, dans une voiture
d'unu .ge avauce o.verte aux
inteinperies par I'absencedela
capote,en qudte de provisions
aiimentaires problemaliques.
J'ai I'honneur de me computer
parmi les tervents admira-
teurs,de cette ieune et presti-
gieuse vaillance; decouvrons-
nous tres bas (levant ces
champions de toutes les acti-
vites locales, car, its sont, en
meme temps, les anges gar.
dies de la Republique.
MONSIEUR DE CRAC.



Le Concert

de ce soir
Nous rappelons I noise lec-
teu.N que c'est ce soui qutuaul
lieu, au local de CItII-V.a iit s,
g,.acieusenient mnis A Ia disposi-
tion de ta grande artiste, le con-
cert quolfre Mine Jean Malotre,
tne; Irouard, a1 profit des s -
nistres de la lljpdblique Swai.
Nul tie ratera roccasioin d aler
applaudir cette artists doit I-e
loge nest plus A faire. Le plai-
sir sera double. 'oJt en savoin-
rant de la bon.ie inusiiile, onl
aura impression daccomiplir
unbel acte.
A cc soir donc.



IW IENAG RE81
Pour teindre tous tissus :
LAINE, COTON, SOlE, etc...
A'.tcun product n'6gale
"La MAURESOUE'
En ventei Port du P/in: PhitSmacie W. BUCH
ihar ,nice IcKu(ne I'Ir O', 41. Place VolliAir.
Ct routes bonnes n j.,nsnn de Haiti.
calnnlaUlon, rdiu ea fr.anco .ar e m< asd t u iir
i V FEnCOQ. s ASNIks(sua Fr...



Bazelaie, ni les Paul, nl lesa
; Price.
SEt le casse-tcte que cons-
titue ce problme pour lesa
! quelques gens senses que
Snous sommes dans le pays,
i et uone des particularities de
ee qui se passe sous nos yeux
et sous les yeux amuuss des
Ambricains, come gestes,
discours, danses, grimaces,
pancartes et le rest.


alti uOui (Ju ous lalt do tempi
en temps le suo vice,


Sq "


... a vu, mercredi soir. une
scene qui serait des plus amu-
santes si elle n' tait revelatrice
d'un grand del'aut haliien. Elle
se dlroulait A la rue du Monta-
lais, lout pros dtie la galerie do
la niaisol No. 161-.
Au course des travaux entre-
pris Ia depuis trois jours par le
Service Hydraulique, des ter-
rassiers avaient accumule des
pellethes de terre en assez gran-
de quanti Is pour former un ve-
rlabl)!e nionticule en pleine rue
de la Capitale. Leau dei pluies
de ce so rhla s'y tlait concen-
tree et il en result une boue
collante et glissanle. Une auto,
conduile par le chauffeur L., vint
A passer sans y prendre garde.
La imiacline lut littralenent
rise dans la mare conitme une
Nle Iraquee, et notre p.iuvre
challtlle "r tier tl i tIfpfi-Ain lilln ;
il i st't)ltrs! . I)es hio inisIll
\';:s lmly :,, >ll ;ll [ I j. i |ti|
10 llll,' d i wit i.l ull|H IC COli-
u n 11 liia nt iun l ;ij)t.i i -
lC rfiizi l. ( s lc i i v, s ' t':t,'.' il-
il til i l.i:1t i s (E .II %, tit1
if il 1 ;iles .1 1i il] uiieiiieniil fj 11
,.'l'.;:o0 :i, L i (it i i -i !(O l I' i
deigrle de a,, do u Io treus(
etieiatte la gr lt i t'islftlion
de Son bliave c1h iu1i.nir. Mas
Norti: (En. vit qu'au ino nt
de d6iuarire celmti-ci lrlchai d1
daiinietseiilin il uin bill! dIe '2
gourdes aiix sativet ltliurs sins
ndrnie l'accoimplaglinr dUtln split
mnot de reinelieeimetl.
*
...a vu nne pauvre dame qui
Iremblait avant-iier soil- I' n
prochie de i'orage. Le vent frii-
chissait un peu et des gronJc.
ments de tonnerre ebranlaient
les votes du ciel. l't la i)iuvre,
apeuree, desarioninee, remi-
l)iai coinime unie feimille. en di-
sant:
(,:, v Y tV ,. c'est le
y'l '1 ;ii,) *. t qip i ;arrive vers
nous...
.
... voil tiue('i ltt iioinde se
tail une Iltloi .isI. i .r ce soir au
conct q(ie li '. gr uile arliste
\'ida it(, t' J : i \I gloirt-r'lrito rd
lir au prliofit des siuislris de
:a lc'1jl ii tii Ii l ii c.ii,; e. ().On
lera t.i y allnit un 1 -1 acle I-in-
dis que I oia pisserii un, ex'c'-
leIt' e s ii0 t ee *I tl r a | lv I i-
pl.utlidr line pltiiste dh 'out pre-
inier ordre.
... ; VU Ulnl it ., joi peli
fItminile qui s Irl iit d'uti co:!il
e'n fi'ce d'Wii lhiime dci'i niu.
l oiiiiic', Iui auissi, se iiIalidantl ce <|t e
litll voulill c ltl It-iine, b.lI ,
0.I jOtitl e it.. (i c |I; e il ItIi i
(tevsntit sol) hl's.s(,lnent :
--- >1 pos recon nail' miin ?
II (it il'loniine qui n'avait pias
oubhli, inais en fail il ne se sou-
%'enait vaiiteneit pjias.
-C' Any/de, otiS, continue Ia
petite lenmme.
Cel ne l'avancail pas a grand*
chose. Elle deti na devant lui
un tas de pelits souvenir de
l'epoque ou ils se voyalant tous
les jours, tou', les ,oirs plut6lt.
Peu A ptu. il se init A se rap-
f peler. l'uis, deliniuivemtnt ren-
seigne, il s'ecria :
Ali oui, on ce pitile Ce-
line.
Etlla petite fcLnmUe sen alia,-
elle, elle n availt rien oublie de
leur passe,- se disant peut-.tre
que cela vaut bien la peine d's-
voir tout done dans sa jeo-
nesse A un houu e pour qiedix
ins upres il ne lui reste rien
dans son c'eur...
... a vu un de nosconfrrs qui
a 'oreille du Pouvoir et r e que
la question ColVn est ietee usa S
iai tl lque la it ugaiioin iie -
t. .li lt'lilsiSie pas po.i I. i,,.-
iliuiilijion ueuitlidee WVtlc it
d i,.isliit e pot tamt. |als aboS
pourquoi a\,ir accept ta de-
missaou uta l Miin ieit? I1 east
vi'l que ce contrere pourra as
jor uu o autie, si olvimn venailt
a d're agree, etre uiesavouedan
un de Cts coiiinfuniques bruv.


#I


--~-~ --- -- L -- -- -- --- I --- -- 4


i


I


%pa% &m -jaw-AV Am mmmNoi


__ 1 __


now ~~~








rPAiE-2


Wm~djj :.,A .-


LE MATIN-- 13 Septembre 193C


______rr -.-.---


Se a.Side.lnn Elega l



Ce soir, on aura une Lois de plus le plai-

sir de passer (luel(ques moments aqireables

ai SEA SIDE INN ELEGANT,". 11 y aura

bal sou per.


lPRIlEiE 1)E DlETENII I 1S PLACES


QUIl SONT


1 Dollr


-


P ON m, 27.


OEl 0 DE


BROTHERS


(iS

cacbcl&


tin 4111" i)l' I11m.4n", t enlOll. lr;wc c low
lilt II ll e I t:11N i'tl1 ii < l \lit i ('i III
IIstll ins inl rc" ,re Il'tr loi. Il'rins co,
ti 'ill tI iilli r, i l i t iI i t 'i'i li

ll of'Ill' | i II l lll I :I ll l ll l I II I
\ il iIl. I i t il il i l i t l I < i
i IIl I ll l l II t I i I erl.l i '















prounei enl -, unV. t d inc t ieeft- .
rebOVg-Si (I Il-, l i M il' It'11 a1
S i i \v t il l i i' ll s 'S i lll









ldam e ll S' I -l i ii a l illl .1 I

11ill I iot, ii'1 1 )' D rt11111,,
1 |r11 \. IIIr t I I l i It1 ilCo lI
M ii l iin (L IAl la e i ; Milelll ni lliil
t' onsol .i I, i lilirk l'r inbres.




















Appel aux
i l le \ i|lh l q|ll' / 1 1r, i 1 i l il \ I I
IS 0I1 Io IIIl l I C Li i H Siir,


( illt .Its Iti t' (irt hi 11 allt s Ico
ll(a i1 i. 1 i e I t II









Htravailt rtO, i l 0qu'cs q
iCoU llit I. ,ltI ll l .I l Sci li ii.
Ull (l SlIIlll s, id ll' I tI l(lllllll














au I li' i li t, l i i i .:
En 6inoire des victi-ill












I '), OCC I .v i i la iergtI t
uprnsi Mo ssele K ine luiinme- .

























nicaine.
rey6s publicsa i'Lresse, Mle Corn-
Civerce et l. i Population en g M n
drl iont i v'.s a1 ceT' te piuse
(l t i t li\t D r t' '* l" ')lM


















V.' ell l, it i 'cessa lire dedoii erl
A cete lo Alxis loutese Ma vin a-
bleonsol gnificMlle tio rken iirels.il
deupl aux inlo iunes de nos vo,-













monlie d'alsister lolli ce, reli-t












gionn.
i ns o rei q't' Nu toilltir
< a iuls h ,n < liI\ 11(ts m l D u 's r ic ,
O n>r i l I 'i. i:tls i< M tI'i i l i l s( i,
< i onr \e r ti : .ciient' : *< lt n ,



i dou lrnles d1 in l. c ll -s ti li,
v i.ont, :> l' lt' Nolna>e,'l O <1.




**
En m6mnoire des victi-
mieadu dernlercyclone
D fc'o i ,iv'" I" U 4elt, If
Gouverneliient lai chanlcr mar-
di 1lt Sept'ilii ct' oilrlnil ai 7 h.
1/2 du miiain tU la .Calihedirah
une Mf,.se de Requiem eli mie-
moire des victimes de la catas-
trophe de la lKfpublique Domi-
nicaine.
Les tolncliolnairtl s el emplo-
merce et la Population en ge t-
manilestatioii.
11 serait uicessaire de donner
6 celte iourn^e toute sa v, ,ta-
ble signification en la dlcrel ul
deuil au infortunes de nos voi-
sins. Cela permetirait a tout le




' Electeursi

II ao roeat quso
18
journees d'lnscription.
thtez-vous de orendre votre
carte.


Prop)


Aflirinant routes les Traditions

(. dconfiance de la DODGE


A 'on prix exceptionnellemeint bas la Dodge Six couite moins
elt (lre plus que beaucoup d'autres voitures A conduite int6

rit ure doLns hsltoire de la Dodge Brothers. Elle a de la dou-

ceur, de la vigueur, de l'economie finie. Elle est d'une car-

rosser;e d'une seule piece en acier silenciuse, bien assise
et forte avec un centre de grav.i6 tres bas. Elle a de beaux
tfrits, d'un luxe ,urprenant et sir. et qualre frtins hydrau-
liques i action illere positive. Au dessus de lout cela, vous
avez la confiance de la Dodge Brothers -- 'assurance d'un'


long et satisfaisant service.


KvEER'S GARAGE

Distribuleur


ipoo_ "o" <,..,. DEMAIN ?
Moni cher Direcleur, -- -
S)I',ct::dlu toit tard ce mail La canipagne 1ectora!e bat
Sil i 'm:,i a..i. ntt l grand ('ap son plein. liieatit, les cl:cytnits,
ii''li"iw' (Iv'. Ium i um d'aniti avet allttgr'--e, 'roni a I lurne.
ique \I s i'avvzx olert ller i0a Le Plan loi ws. doit les eiec-
r dIl .S.i i'. VOUS il l /ive / (liC Uit, I1 loans l gislalives o;ilt lia prtie
l oite'll' lots lis i I'ordre d. pivo ile e' ell pl ine ex6culion,
Illir ,it. volre ri,, d qjfiol:hlIt'I, M ,i, d i ans Ioutes !v, A1 Iles une
i t '.ll i I! Ii iltria i uS l-t p ns<"- d n'int' Commi ent
\1 'iit-I as I : Isa ii r l ( seia I. ii:iiii ? ()utelle pliysiono-
lalg Its qulijh s tidui Ihun ie .re i.i-'-, S ce ipectre
Si (ili siit cm-iii s tl I (iu)ip ls mas (illqu li nous suit
',>il' % Ill, .! ) V(;," l t i ^,,( i (( Ic te li qii on i lom ine D e-
ii i.t\ ti(>li (iirc .i.t'" physqulu .I ll t n i plcx s dii w)',senl ne (nous per-
pl~;, t tit- j- Wiln V i' ( vImelll ei ti ) p.is it d I bieni prevoir.
,i1 I tiN xit It'iii'. V Nous lOLis eln voutidtons de
l (ien a vOUs Iieur e' l'opilliinMlle boa de plus
< astera IELIENNE; ('un.
Nl lrec (dt,ir que noire sinc6-
iitc soil a I ;bir de toute criti-
lir A.lII l. AlI H lt ijuc ni)is impose le devoir de
Nous apt llieonlls avec p'luai'II L I1S ctvliver de ctI'-rtaines consi-
'., !i()iiiin ,:l 'l ilxtl:.1iiaic 1t chirir (,iii;..' >I)iO Slii (ili, ial it liru ililtM es, (ui soul Ie pr ncipe de
\ xi'.s. reconstitution national, sont
Nou.l luti pri'senlonls il(. s meil emnl)roussaill6es de tan dtie dif-
iti ( in litl ttI s.CII t's l uel ncS hoix li.-ulles qu'oni se demand avec
ies plus i h uicux. ji i)lcxilte si tn airivera tu but
... _- ... ia s encoiibra:. Les conditions
don't oin les eitoure foni blein
L'A voir quc I cupanil .sl sei-leu.
( I se t i iil d. notre Inp tU-
c I S O) C aLn S t govc.n,.nt,. Le.est
tE ilvx 1 lui l di tiimell qu'un
E E'Ial, ap es avoii vecu CientonzeT
Sto Dom in ans d" itp"*,nce dans or..-
S o- Lo i Illle 1 tie s tijonliellelils iuevi.
Si ibt)les, se soil vN 'tl er le Plan
Tllt,li.l,;> .Ites I ,' stic>l(i.ihi h i l borbcs comlinle ulie loure de
.t i ort I iti.. sauvelige. Mais le nialheur
.) St, tcllliiil)r 1910. v,.i u i t ie ious soyons Faibles.
jAlitli; in: S'ri l)()Ml ;Oi (1 ( .I)) FOlUrc LOLus eStl daccepler qu'on
La popl()l)llill ni de la Vil. e i' l ousOlCt roit- noIre independian-
1it I' ll P ii P ,t te, i tito ,l.i Freu r ''. Ni sat;lua:tionI illustre celle
,iiAl it'C iiuC Ait liln ilLur qui Ill ii 'it la hui liu I egnier
SI frappc iau cil itc Sal io o ((... lu dc lout nipsi
Sill el,, |l t'eiti 1i d le ]pot la qte, ployanli sous ellort,
1011116"', presenlte a l a popila IS l t
illi cit'(Lrouve I'assui.iialice i L p'til tcetd. au grand
.s sc niliniicuts de tic' l u l. ltlll cet' l table au lorl.s)
pa.il t .hi. i.e ind li!, Iluoiqiu'on lasse,
I.( Ple. idc tili de .la o rlli.m C lhl, tlu 1 U .tcien'il( stcra touiou.ls
I.i I), a ltO iilelc avec noi re iI!giiii!
.0.o llillm ile 1aill t ,tlo Lh ce est quut quaiid
F) lcdatic I \l AMl..\ I .iula Ct, it, ,tuit linuit xecu, 6
tillon i I;tti t se de lander
1>|I I (NSi i, n t .Ista pas 111 1t urie.
M.\l i. r. Di Oil I \ I l i t .( L Ilai i.llnisu onliu, nus svons
i MuiipiC lilC d Sn lut utrs I eniedent.
j i t t S.it (il t it tst avert- que t1'6i-
,)imilia o t'l iCii:i n nt .s.ii I,. i: I dntige, ict, ies, pas en in-
le a \ iote Iteltcg in ~t (ic i i< ti Pli.itr i:ppor ( F'am ri-
I'OCC'.ti.oiL du I alticiurt qtil. .itii.s,diiic,'tcursdesServices pu-
'i \Vc illitz reccvC)ir' ,ainilis quI ,, hiii I i ioe ilu te. Leur je
lat Mutlici')ualite d(Ie Port it :1't 11 i lic line a snll eg-rd pour-
Iri nce l, expression de ln. I t ml iietllc dotlueir a compren-
.setiientsidesympathuie e ldc tie qu'ils onit rtu, ein sous
gratitude. imain, Iordre d'y faire 6chec.
gratitude. NCVA R ,ous, l'aninmons, que leur
IINA CHEVALIER 0ondluile nest pas blame.
t'residcut du Counseil Munici Coson, Pixley sotl de petits
pal. iaitres. Ius lont A leur guise el
- .--.-* traversent iemwe les volontds
TOlUS ALLtZ A Lt TE ILtSSE ,ia GouvernL"euC t T'emporaire.
Lcur but esi, ce semnb.e, de
Pelies et Meres de famuille,s, r1ndre ce dernier impopulaire
v'us VUUIezu ainuicr ovu eu- [i" iu". veto. Le people qui
lints, aieez-les a la Riviere iiieurt de lait perdra paUence
Froide A la Terrasse ou il s e poussera uees hau ras e is.
irouverout oltre Ie bai ex- precdents. aurae sort
qui, de la Rivid'e, des dis- Au prend Codeson ts. Piley nedents.
trl:ton. iNc tuutes sortes: sout-ils pas les instruments(du
Sx ti.". h i.n.., musique gouvernement ambricain ? L.a
d..li'.i, trn,:. saiu\,ciches, esponsabilili de laurs actes ae
)oissons glacees de choix t*. o'-t-eile pas en d6ftuitive
. ,ult ;i lon mnrcl,. sur Ic l).- DpartC eut d'Etat ?
A.cm.e .; :, a Ia Riviei-e ,ec.. )igaVihabitanlsduNord
Vroide et voa serez satistaits "ta l'u"vent ,Lkas avIc la (l-
de iccueil oqu vus kront posess.o:. un crie, on tait du
e l e qu s b uilt tla s la prese ; et ele suit
Mr. Maunice Lamiohe et sa soncou'sanpcrturbablelt c'est
lauille q4t gardeut leur char la theoia des mheureux qui
mat elablissemeut ouvert se voheui arracher le lopin de
toute L'auuee. terre qu its ont par droal de con-


EE PORT-AU-PRINCE( HAITI )


PHONE: 2234 & 2318. q


Ire line pine au pied du Gou
v-'remlnt qui voudra la solu
lionner 'srieusem,-nt. Washing-
Ion pourtant. a son attention
lixe sur tous ces tailts et n'en
parait point emu.
La leunesse impatience et se
senta.it pres d'etre sacrifice, a
dPiA pous', notiveau, le beau
cri d-- ralliement qui, il y a a
p'i.ie quelques mois, donna une
seule A ne a i Natio : iG -ave'
. rdnwable de di, ayant vu
s' eltluiller ses esperances, elle
s'est reiranchee dans les pires
resolutions.
S'il aut s'en fenir A ces con-
sid&ratious,on avouera quel'ho-
*


rizon
ble.


politique eat encore Iior
Gracia L. TALLEYRA0


N. EMILE IiRCELGUIN
Cest avec plaisir que
avonsreou, hier mating, ira
ble visit de notre ami
sieur Emile Marcelin qui,
ine on le sait, repraente
Pays A La Havane in quality
Ministre.
II est en cong et r ll
son pose A la fin de cem I
Nous lui souhaitons an a
ble s6jour A Port-an-Prigfl
il compete de nombreux al-'
;j


h',rance Go


Une des plus fortes COMPAGNIES


CANADIENNES d'ASSURANCE


sur li VIE


EIUG. TLe BOSSE & Co

Aaents Ger.raux


% = -


SIXES AND EIB HTS


JI RUE PAVI



quOee el qu'ils ont arro,6 de leur
sueur. Chaque martin, on so rp-
veille tremblant en n, tentp de
1 huissier qui viendra signifir
Ilordre de dbguerpir Ainsi 'lhai-
tien s'habilue A perdre celle
terre oiu il se croyait chez lui.
Et le numeraire se ltaisant de
plus en plus rare, il se tronve
dans la n c'essiti d',,ller chr-
chor forlune *"lien a.
i.lvin est in die,,. I dis 'eS
roi ji, fi, iei'nt 1 11 d oil i
gouveriiement ( d-s peunles en
alleguant la doctrine du drolt
divin Et Colvin fient Hoy Inii.
mrme en ichec. L'aflaire de Da-
mien a dojA fait omber p'n-
sieurs ministres et menace d'6-


~-~-~-- ------ -- _1_ ___1 ___~~__ ______~~~ L----- -------I ----~-I-~ ~---


---- r, ___10111~111111


___^


~







Septe mbre 1930


VrS o ,, ''.


La Fete

patrondle

des Verrettes
.4---
La File des Verretles a re-
il cette ann6e, A cause des
actionss prochaines, un attrait
perticalier. En eftet, ,quelqus
candidates an Snoat s'y 6taenot
redus. Ce sont M M. le Dr Da.
kIcour, Charles Fombrun, D6-
poir, Valbrune, Jumelle.-Bal,
damses sous les tonnelles, or-
bhestres jouant aux champs dans
ks tues, rien n'a man qu A at-
mosphere Irdpidante de la f6te.
'AprsI la messe qui fut admire.
blement chanlde, notre ami le
sympalhique Dr Dalencour fit
mas belle contfrence en plein
air an course de laquelle il fit
r#sortir que la situation so-
lelle o'e.t pas seulement poli-
tique, mais encore social, et
pardessus tout morale. Ensuite
al fit remarquer le r6le de tout
premier plan, jouk par le 6.
partement de I'Artibonite dans
tous les Avanemeats de notre
histoire, de lind6pendance A
nos joars.L'orateur,qui eut beau.
coup de succ6s, fat interrompu
plasiears lois par des ap plu-
disements noUrris et, A la"fin,
ce fat de v6ritables acclama-
ti .L
Daatre part le Dr Ddpestr,
iotals plerie de la maisonded
M. Damouriez Fi6vre, un des
persoaages les plus impor.
plants des Verrettes, fit un mee-
hag. Plas de quatre cents per-
sona 6staient venues entendre
Ioraleur. Le meeting sacheva
par une formidable mantesta-
blon on faveur de notre ami
Constantin Mayard. Ce lut un
*iuble succ6s.
Nous adresbons des compli-
seats tout particuliers au Pr6-
at Guerrier, et an Magistrat
Communal des Verrettes, M. Es-
timi, qui se sont d6pensas tres
gitireusement pour le succds
complete de cette fAte.


Le Cartel

des Gonaives
SII est bruit qu'un cartel se se-
rait form aux Gonalves en vue
do presenter un front uni aui
elections du 14 octobre pro-
chain. Ce cartel serait aiusi com-
pos: Lys Latortue, candidate 'A
6dputation, premiere circons
cription, Jean-Baptiste Dupuy,
Dr Desiret Dr Pauitre, candi-
dals au Sonat pour le DWpamte-
ment de I'Artibonite.
Les autres candidates A la de-
pUtation sont MM. Dauphin, Pd-
liaier, S. Alexis, Oconel D.
Jacques qui, lui, se serait raltie
AM* Lys Latortue.


6tcrologie.- Mercredi
prAs-midi ont ea lieu A Sainte-
mame les fun6railles de Mon-
S Etienne Morin qui fat, pen-
1 quelque temps, Employe
d3anque de Port-au-Prince
D Directeur de la succursale de
it Banque du Cap-Haltien.
.- Ls funeraulles de Mile Ma-
efi Chevry, decedAe hier matin,
| ront lieu cat apres-midi en
Sictreacondolances aux pa-
*1ts 6prouvas.


Je place le Palmolive le

premier parmi les savons


Pa* qu- seM huilo
vOOA l- prot6gont
adouosatot autant
qu% l*em nettolent
41 =- a a behietrand
La plus sAaNcie des specialistle
de bealtE de Stekhoels.
Mon principe pour les trai-
temefits que l'on tait chez soi
eat preminrement le nettoyage
de la peau la condition la
plus vitale de la beauty, et le
savon Palmolive est ma prin-
cipale assistance dans les
riglements de la beautA, dit,
Mine Dailstrand.
4, Ce merveilleux savon de
la lace ), continue-t-elle, tient
la surface le la peau bien
protlgee,il est doux et neutre.
Uscz-le avec de I'eau chaude,
pour un nettoyage soigneux,
eusuite rincez completement
avec de 1'eau troide.
Palmolive possede sa cou-
ieur verte naturellemeut,celle
des huiles de palme et d'o-
lives... sans aucune autre
graisse animal. La Iralche
oders de ces huiles vient, en
addition des parlums qu'on y
-joute. G'est un pur savon
d huile vdgetale, garanti pour
les peaux lea plus sensible.
Les hunes vegetales en sa-
von, dit Madame Dahistrand
uideront a maintenir. votre
couleur et et le teint de votre
peau.
Suivez les conseils de Mme
Dahilsirand et d6s aujourd'hui
commencez a vous server du
Palmolive.
-0-
Les seules huiles qui renlrent
dans le Savon Palmolive sont
les huiles de palme, de coco et
d'olives el aucuse auitr graisse
animal ne s y trouve.


Le temps ve peut rien con"
tre une peau qui est sauve'
gardte par le Palmolive et
mon product special. Mais.
rappelez-vous que le savon
doit dtre Palmolive, si vous
voultz ebtenir ces resultats.
II ne peut etre obteuu avec
aucun autre savon.


305


Avis au Commerce
iLa Panama Railroad Steamship Line a l'avantage d'annoncer
les departss suivants de New York pour Port au Prince, Haitil
directement, durant le mois d'Octobre 1930.
Depart de New York Arrivages a Port au Prince
Steamer 'A, con)) le 30 Sept. 1930 le 5 Octobre 1930
( ,Cristobal' le 15 Octobre le 20 Octubre 1930
S"i';uayaquil" le 21 Octobre ,le 27 Octubue 1930
( 'Ancon" le 28 Octobre le 2 Novembre 19.,0.
IJAS. i1. C. VAN REED, gent General.


Le Monde
Walsaance.-Madame F6.-
lix Cuvilly a mis au monde,
mercredi, une fille qui a ieuu
le rnom de Marie-Jacqueline.
Compliments aux 6poux Cu-
villy et meilleurs vceux au bb6.


Lact6ol Boucard bolte
3 gourdes 50.
Corycide ,Victorleux
bolte I gourde.
iHARMIA'IE ST' FRAN(OIS
Dr V. MATIIUR'N
Rue du Peuple 1626 1628


,.-.*-.-.... ~ * -. ,~. -


Estomac surcharge? Soulagez le
immediatement. Prenez ce laxatif
doux et rafraichissant dans de 1'eau
froide ou tiede.

ENO's-FRUIT SALTF
I\--


PROTEGEZ VOTHII-


contre les Moulches,,


,


de Mlai dies.



. F- LY- TOX


S\ Lo Leo sStf
L- gI'OX er


Exlermniera lous les


II1Cf I)rCs


(c(is


SEPT DANGERS.

La laingue impure et les patles vcluis ide la imouche -
comma les aches q -elli laissc stur la lia ure votre
b lbe -- 6condent leas gernics dt t ie ly|phliilt'. i i 1 io-
l mra, de i;t ltIub)CvIC los <1 IC Iprc .I. (I p):1-lAYvsi- IIn-
Ianlile, l tides vcIs iIaraisites.
l',Cz (Iu po'm ok)ir trio eItl d IN 'I'T ) i)"n :l r
Iminer les scp)t (I t:;ig 'rs tonls It< ;a'les ilns', s pe'
tileres. (~Ct inseclicrit' cicn ilinti ii rt-ntl ptr ilp r i n est
pas du poison, ne t:,,eI p st is t a t c oIle oe ui;aIl)lc.
1ni vented de nsti us los I n 111., lit, Ic FLY 'TO)\ ; ,"ans
ties lerblincs bl)ers, ivec le reimbours' ment dit votre
argent si vous n'!ces pas atislait.


I'n Ir s


'uces
Punnist
Pou x.
Us al1a(u.n'1 lou-
tes les II I.ti ()ti',
luinant In I swut,
Ovs un s
;)(| tlll :t I, ; -
pritt. ,i Iqlues-
tills (I li II'
ais tols 1,:

l li ls e l il' i '
hide ns ' '
Irucl'om i i
(ties et de m kl.


C El N T 1FI W a


Unr~irigZe


.lii.di, a 4 h.
S(levant
'( Section
i ile Car-


S i ,nille Lal*





,6 i.Sp S ll- mulh '..g Id 1 1 bh".1 i ;' la Ca.-
dral.V LL p:t rait 61 tait ,.
S i, lo' C' I ; .I t .n* I Im e
III :ov.l.


R.. ?_-- -r----,.--


a 'RAFLE de la CHEVROLET
S Tiniqre ExilerdiairedeIa L&lerie des (Efiivrs do C H.A Itde L'A.tV.C.E
1) )nmbrensus i'milles Mtant en villgiaiture et diitaut
t preit,,.Jre' p.I :1 it i. tulie d, la CHEV'IOL.E qo ti11io s nvions
Wfixe au 14 Septem',e 1430. os on .snt i ,t de bien
M| ivouloir reporter la dAile de ce tirage i.q'i tps la rentrbe
La dAte de ce tirage extraordinaire sera done fix6e pro
I chainement A nouveau.


con ire
CONSTIPATION
prenes Ir:

SUISSE*
'i DELORTT. Pharmaciu,
: t, -ai, -A iteOae
ES-T T E MEILLEUR
I IPURGATIFS
FlPOIrT- A r -axl roSw
Sley PFTPU3 P'hmawmii AL.I=
t 1'harm. J "'LARD
S outa 1. rm
.- ro ...


Le Savon Palmolive esat
produit entierement a la ma-
chine et aucut. maUin e It
touche jusqu'a ce que vous
dIechiriez leuveloppe.


U-


i


- rarmow


-sF4~is~r=zpi~;.'li;r~qi(~~


---,__~__~_ _~ r 1


Ll &lnI .- 1.


..e


6 B 3L P I W 0 P


"-


~id~-4


VFW

M:'


II










Samedi

13 Septembrc 193()


Le Martin


246me ANNEE NO 6798
Port-.a-Prince
T616phone : 2242


4I PAGES


-' .-.- -------.---- --


HOMAGES KIRIT9Sg
-o-
Port-au-Prince, le 11 Sep-
tembre 1930.
E.rl, aId d'une Il/rc re ue ldu
Dr L. It. johnson.
Du 10 Seplembre 1930.
i Dr. Bourand et Mr Las-
s,sler out accompli un exploit
surliumain pour arriver A
Santo Domingo .avec tons les
inmdicameDts intacts et secs.
II leur a tallu traverser les
rivibres A la nage, aller A
cheval, et employer divers
i ures moyensalin d'atteindre
leur destination. Ce qui prou-
ve qu'ils ctaient parties avec
i: ferme determination d'ex&
cuter les ordies requs; aussi
. e-itent ils de plus hautes


BUENOS AIRES, 11 Sept.I- I)uanges.
Le gouvernement provisoire ct l)es son arrive, apr6s plu-
soir a porter un tort coup a la sieurs hres de voyage saus re-
cause de la r.vole el des Iusil- pos,LU' lourand se reudit daus
lades qui. ia nIrit lerniirt, ter- tiune maison remphe de bles
roriserent le cceur de la capi- sts et se mit ai les soigner.
tale et pour I'exemple,publique- Quiand je 'Pai rencontre, en-
ment execulu deux prtlendus viroln deux hleules iapessont
leaders du dC-soidre A la Plaza a r.vee, la maison etait deja
del Mayo. 7 luret tuues et .56 n ,u
blesses dans les uesordres de la gane pausement e serve a
ition de pausement en service
nt. en dolliciel na dd le Dr Bourand au travail
i'6gard de I'excutio, mais l a urd i tut envoy I
circle le bruit que le thel de IIIus ard il tut envoy A I 1-16-
police Falbeclhea de St-Martin, )ilal Principal de Chirurgie
aux enVuions, avail etl aussi lu- 1l son travail fut hautenitat
sille et que d'autres adherents :,pprecie par tous les obsei-
du president depos&6 Iroyeni \at, urs.
seraient lusaills avant long- >,on inepuisable courtoisie,
temps. st1 hIbilile conlme chirur-
UJi dirigeable alleimanil her's iloscon g.cI, et son inlassable de-
FIlIEDIlICIISHIAVlN.Allemua- vouetlIent ever ses mala-
gne,ll1.-Le darigeable illemand tis, l'ont roendu inestimable.
eGral Zeppelin) .I lhiss sa base son travail, tout le lung, a
ici aulourd'hui a -. heures du t n ulo
martin, en vol d'cil it Moscou. ito digne ou plus grand elo-
Dr Hugo Sckener v(,t enl corn- gis ct elOUs tOS regrettonS
mande av k 2C1 pa- i:.gt l .l ,t',l stl ticessaire pour lul
On espcre qu. I.. \:;sn.se I (it I,,' rctourner i ['orl-au l'riuce
Fair attLitidia M 'lSCtou tl iia |. ir ilvion '1 cause d'un Iloigt
martin. Ith:- piii.m: ;"'s ur ii t s est iIilccte.
recevoir (1.1 l' t i si, al M(,osou.
La I:F dellaltI tics ll.ts Li4-sl|'r -i .. J - -.
SILN -Al l .Si',. l.t t,.ItIIe Un h6ritler du tr6ne
du Miliistir dcs .\l.iit.s litran- do Belgique
gerts N. AistI.:c a.>eil ai <* !vPar sans fil
France, de lthi al. lun (> s EIal:,
Europsens, ira dcv': mt i. As.seti Ia princess Astrid (de Ielgi-
blW e de la ligt, dcs N.JIlit .s i; 'c i a loinn n:fissai lce a un ti s
avec a a )p o ouvtL 1 il II i)il i( ) ) (I l p se i% I nitlf li vrts. I devient
estatiJ tl. o',- i[ sri 'stin h, li ier au rliron d-' :H lgitjue,
tants tide 2i p !- nii, es ttihtpe- (Il ,s la lignee tilrecle i ,Ale Le
ennes (qitl..itdlll itl' ic1' 'tS l* l 'lvt1ui-re a ic'cII Ie 110111n de
aion de 3 1huttL.s, oult louaIdere' 1' uin Albei It Axel MN rie Gus
ses ni w;Its It onl liii;.i'llti l.,ve. ILe premier nou tlil' celui
appioio ve ni UM i sotlun tl0 pot l'l'xa, 1',ere du io i Albert. I1
0so) apli obalion| i ml iu I itriit .'en lllI Lai c&r mionie
Cause li' ha ihpression de., aliaires I l)baptitme pri liinurn ire sera
N ;W-()IK, 11 Scipl.-- Oants vi' dans in mois, d'une ce-
un discoUs it l a,sorit lon di e i i nuie ollicielle.
press des oisllllli aIs, --------
chard w'hil'tcy u ,'.l lkx- SAV Sr
chauge,a detl(ac que I Idp4es- A V I\
slon :actuellt ,' ,li re"- t.
cau t, ,' ( i la sUt -:IIItl'tul t i <('l l fotlts p r'o()l nies ngagees
le,. ,, N;,'iv s td t'1 aln ,;: as i, l, br ati on il la venle


nliVt.,l d s Ix ('> r' *i L i
d .i-:.u n l td, li I l ti ;lta I>.tt .


Avis
Otti (tl t( .'lenintil conivia'
la fte tde N 1I). dle la MI',i quli
aura litui It 21 Ldu tou'inIl. La.
messe d&';c 'oki < 1 1It(S sctra
change 'L ., lit ur 'ts t dcui iiei
pr6cise ,n I i.se S r Anne.
Pt-au-Pc. 11 Sci ,i a'llIe 9IJ30.
-M"- F. RABi-AU.
nde Marie IA.\A'l)I
Ilue du C(ntro,No. 83;3.


.., products d ta b. .c (,u d'al-
S1 t tl avisct.s qu'elles doivenii
S:cir pour I exercice 1930 31,
t vant Ie 1< r (Ot obre 1930, la
1.. luce prevue dans l'arlicle 14
, la loi du 14 Auftl 1928. La
< tmiande de licence doit &tre
i:e au Bureau des Ctoatiibu-
ils le plus pito li1-.
Foutes persennies tabriquant
mieltait en vcnie les p'oduits
1. tbac on d altool le lr Oc-
hi e ou api 'es sans avoir oble-
pour Fexercice 1930 31 une
ence sercnt passibles ;ex pe-
:;lils et aiitendes pri'vues dans
loi du 141 Ao/t 1928.
S ADMINISTRATION (1JKN IRALK
wDES CONTIwsurTONS,


Poupees de Salon


-- Coussins -

Abat-jour.

Grand choix de fournitures, glands
ranges, dentelles d'or assortment de ga-
Ions Lam6 dentelle argent etc...

Vous trouverez le dernier cri de Paris
a des prix trWs moder6s.
Prendre adresse au MATIN.
T616phone : 2267.

- e fl S


,1


. -., :..., t, E~.tiNCEZ-OUS BIEN CEL! DAIS LA LIE
t Pour dig rr f,--iens'at in11 ortO IlU
S a hm C' pur 1: lo cie* r. op- P
i r na ralos digestions, desin-
'- '.i". trt. i i t dE o t ie t : ,Del
r, s | cPOU G cI R ment OCICK .
A.
Sa r 1 '
"**' .l ', .~ ;p U ~ ~ s U O K ;


.c ..------- -- ---- -

Manufaclure laitienne

de Ci I e(I le S


G 1EB AlA


& c


Les Ciuarettes


Toujours un Rendement Parfait
Quand vous iquipez votre vol- cumulateuns XIDE le choix des
turu d',ccumulatevt, EXIDE :olm d'automobilis .
vou. t-. aJSsIur contre tout
ennui, tarlt ' vc:i '; -'c -
leur donner !o p)e: .: ntin 1,
leur est neces. .'t. C est ceett
ocisf-ction sure qui fait des .u.- 'ACCUMUtAtOIU f LON4SU VU
? ,ea.. ,-*,.r Haidt
KNEER'S GARAGE, Pon~.u.Prince
THIE ELECTRIC STORAGE BATTERY CO.. Philadelphi.. .U. dA.D


Inscriplions

Joura6e du 12Septembre 1930)

1ire Circwriiriplionl
( here Secliuon ). 63
lire ,Circonscriplhn
( Wime Section ) 45
2dme Circonscription
W2ine Section) 71
2 ne Circonscription
( 3&eme Section ) I1
2ime C(irconscriptioui
( 4iinf Section) / 46


M, W ---" ....... .....-, O--. ew.Q^' J^vv I-- o u Mr'uIuI | fn ,
qui n'est en concurrence ivec GrAce Budd a sambl6 avoir
aucun autre ouvrage d'auteur solution quand'un hommed,
haitien, mais bien avec ceux crit come Hollard Pope,
qui nous viennent de I'6tranger et 60 ans, lut idenUfl6 per Mm
et don't 'usage, jusqu'ici, n'a 6t6 Delia Budd comme lindividi
que tolere dans nos icoles. connu par elle sons le nom do
- -- Frank Howard, qui enleva de
Ecole Suip6rleure libre sa mason sa fille Ag6o de 10 ana
do* lettres et dms le 3 juin 1928.
scielmces
Convaincus de la ndcessit6
d'liargir les cadres de 1'ensei- DIVER
gnement suptrieur djAi repr6- Los Angeles.- Aco Hudkinst
sent par les Ecoles ae Mde- boxer de poids moyen, a 6t6
cine, de Dioat et des Sciences assign e 160,000 dollarsdq
Appliques, un group de pro- dommages-int6r4,tv par bMW
e.a:uts, sests reuW et a londi hea W. Hill qui Iaccua de lui
une Lcole Supitieure Libre desavoir brisll q e asad l
Lettres et des Sciences. aromesse de rAI tp t*e '
11 -.e s'agit plus seulement de promesse-doA ptre.-
pr6parer certaines protessons s* .uno ires.- A no perso
liblrales, les londateurs de 1'E- o da n cho e I
cole Saperieure oat pens6 qu'il Ice eor dans un cho, entie a
est n6cessaire dotlriruneuseigneP tus h6ec
quai d6sireut devenir protes- tudia mason do gouvrnemintU
seurs danus 'enseignement se- peissioo de ia polie etsas-
condaire; A ceux qum veulent permission de ar policapeteWMr
avoir de solides connaissances chrent A travers Ia principals
administrative, A ceux qu'anit- voie, Avesue de Mayo. -e
ressent les sciences sociales, di- avaieyt presque attet la Plasn
plomatiques,etc. d Mayo ouese trouve oa Maison
Les londateurs de l'Ecole bu- du Gouvernement quand sS rM
p6rieure espirent pouvoir in. poicemontoe.
lulcuer A la ieunesse le n odlt de .


la recherche d sintoressee, qui
seule peut laire naltre les voca-
tions lilttranes et scientifiques.
Les course dureront trois ans.
Tous les prolesseurs qui ont 616
consults pour la premiere an-
nee ount dejA donn6 leur assen.
timent. Pour tous ceux que ces
mati6res int6ressent, nous som-
mes heareux d'annoncer quo
Mgr Conan a d6sign6 on mem-
bre du haut Clerg6 pour te
course de Theologie Catholique
et d'Histoire de Eglise.
I L'Ecole Sup6neure Libre des
Lettres et des Sciences a repu
une licence du Departement de
Ilostruction Publique en date
du 28 AoAt 1930.
Les membres du Conseil d'ad-
ministration sont :
MM. le Dr J.C.Dorsainvil,pr6.-
sident; Francois Georges, log6.
nieur, Ulrich Duvivier av., pro-
tesseur de I'enseignement se.
condaire, Dr Paul TIl6maque,
inspecteur des Ecoles ; Harry
Tippenhauer, loganieur ; et Or
C. Pressoir; ce dernier eat le
directeur de 1 Ecole Sup6rieure
don't Mr H. Tippenhauer eat
I'Administrateur.
On peut b'nscrire des main-'
tenant poor la rentrie d cctobr%
Sadreaaer A I'Adminmtratear,
ai. Tippenhauer, au local de
SI'lnsitut Tippenhaner.
T ,ll^li-i,-lliiml


666


I Sculage des rm.-x dep i ti
ci d i r I . ., 30 ni-
nutel. Ari e ,l L .U iid Ie pre
mier jour.et la mala aia en .
, jour.
^~M tabblahes am,


it


Extractions saia dealer
Belgrade, 29 aodt.- V .m.&tI
de :Bosmanie, M. Constanti I
Teoti, dentiste,est arrive Zom-,*
bor, ot il extrait, paraett-il, l06
dents sans doulear.
D6s son arrive, il a
pubhquement .des preaves
sun savoir-laire et, en
d'uue nombreuse asietance,
a extrait A pluoseurs peraos
des dents sans douleur.
Pour ces opprationa., .~.
ne se sert d'aucua a 4ohI
ni de pinces, et emploi0
menteses doigts.l11 come
par masser lenert correspondsA
A la dent malade et e presoe.
bout d'bn certain temp, l id
tombe d elle-m6me.
M. Teoti a r6p466 of n
tions avec succes devasnt IP
commission administ ativb.i
journalist lui ayant d
ou, il avait appris i
qu'il employait Ie dot ( I
clara que, pendant la g
avail sAiournt au Japos
maniure derracherales deal
commuitspent en mg .*
ajiUta qua iui-mA6e, ao i
et au de leurs amis aqi vit
i tuellement aux Etats-UnLI
sont assimilt cette m6to
MI Teoti lait pay 'eitr
d'nne dent la modique
Ide viDgt dinars. soit
uoe douz ine doe hnaes


vens faouuu L gUIol
DRll 14 1Ma t
etra, meflldtr t
TRICOLINE (Poplin) 'Pe
robes et chemises.
Conileur: noir, blaoc aet cr
( rtir' angltaiB pMraU i
Roe R oe W.


Une G6ographie
d o Mdgasoar
-0-

L'excellent manuel de g#o-
graphie A i'usage des Acoles de
la colonie, par A. Danadonau,
vient d'etre revo, augment6 et
r66dit6 par les soins du gouver-
neur Julies.
Ce livre m6ritait le succ6s
qui lai eot fait A Madagascar at
en France, succ6s que son ad*-
tour, aussi modest quo savant,
n'aurait os espirer. .L'4diteour
n a pas manqu6 de rendre un0
hommagei a M. Dandonau, ins.
tituteur, qui, aid6 par one ad.
mi. able compagne, institutrice
come lui, fit des travauX ape
pr6cids sur le folklore, Is bota-
nique, la g6ographie et I'histoire
de Madagascar.,*
Les notes prt6cdeutes sont ii-
r6es de'la grande revue pan-
sienne : a Le Monde Colonial
illustre.'
Nous avons tenu AilesJrepro-
duire ici afin de laire ressortir
quesi Madagascar qui eat oneco-
lonie trangaise a nationalisadans
l'ile I'enseignement de la g6o-
graphie,A plus lorte raison Haiti
qui est une r6publique ind6-
pendanie so doit pared aflraon-
chissement de toutetutelle 6tra.
gere.
Le D6partement de l'Instruc-
tion Publique u'acccordera par
consequent ljamais assez sa hau-
te protection A la Geographie
I 'nierselle de notre compatrio-
.t Mr Luc Dorsinvlle. ourage


I otal


:306


iit guterre cr ile e Areithline
Par suns li,; ..


Le HFlit \oilns |i'mr1nt <,i
c' It-.iu. injefrc/ Itu iF1 surl
It' ),(IIIlt'l \ tl't C tuisle,
%ur I I\Ic'l, (Ilia s Is cI'l.-
\;I "vsrs, aIt ttt it'% I'll s. I'.Pa
till I i\ l III, snl \ i\' ri.


IIIT sc \'e' aI '.) ftrlnhlaic s'iIth'".


o>. .,


((Dessalin ienn e



*Repu b!ica ne ie

SPorl-aii-Princien ne.

$rAce i I. finesse de leur ar6me tout 1le dees
dem WeBi a~Sm s.


1- -r -- -- - --- -- -- -- ------~_,___ -- -- I~ -- ~ -


_ I ---c-~CC7--~-- rlr -WIICYcL"~.IYIYL r'L~ZIIIIIIIIIIIIII_


Nouvelles de

.f'tranqer
5 Septembre.
Par sons fil
UJe imporaBle co aren e
Paris.- Le Ministro des Al.
lairse Etrang6res Briand a e
un aconl6refce avIc l'Amba ". '
deo von Herasc. On aO.
prtd q e I diplomat allqmand
a r6pudit, an nom de mon goP.
over meot, la rIcente camjs
gouside Travelian pour la
sioq des frontli6res d eict. .,
liei ie idlicat aux EItats-lla
/ w-York.- Le juge Josn
Cra or, disparu depuis plus 4 -'
moi, a d6truit totes traces t
mauqQes d'identification avat
de pen caller a en haut de
route -de Westchester avg
3000 dollars cash. La police a
annpnc6 cette d6couverte s*pr
que la Preose eut exprimi6l &
craiute que le juge noe lt tu.
Teml ours Is qestiiOa de prhMlUb i
Wehington.- La suggest
queide jeuies garfona soleat o'.
plojs poor espionner lte
sonbes *spect6es de violer j
loi ,de probib)tiou a 616 ri
du text pr6par6 pour Ilinas
tior doe la nouveole cole
genios de prohibition A la
de plaintes.

Emlvemeit d'me fillette ,
-'t-T.Vnrh Y I r IAu mmIt j "


,T A




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs