PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04919
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 09-04-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04919

Full Text



fIent Magtofre
SPRENCTSUM
15, RUB AMUCAINI 1968
TELEPHONE No 2242
I"SPWg N'~s


gene


0 a peiAe A cirei i a sdoe, atr
d'ae ree forte el A Ia f relm
d* careaicre dosi.
DEI NBAID


JEUDI 4 SEPTEMBRE 1930


(a tAche di gouverrement2

provisoire
i k- -


,s dsas le a sant t beau j ll1
mntan6 que ddied I ex. I devant ~i Cc


SI1


qui


Is Loosusuuon ae 19i1 en
article 28: .
iPouooir liglatiI, le
nr ex6cutif et le pouvoil
aire forment e gouverne-
de la rdpubliqu, tquel
osentiellement civil, de-i
cnratique et reprden4atif(.

Pour nous, c'est ce gouver.
mwent Ia qui eat envisage
ua sle plao Forbes lui-mAme,
jal no peut avoir implement
IStendu dire que, apr6s le
jvernement provisoire, iI
Inr nommn un president qui
w a sera pas provisoire, -
sf avionarteetdaMnme atl

uuts qui a tintnaW fa
.A le regime e
Auel nous
Drseil d'EtaL Nous croyons
Stout cela est partaltement

Avec ce regime duConsel
d4tlo,-seu colwiibls avec le
ffhitd de 1915, ou plWdt avu"
b maniire dot it eat mis enf
relation, to goTverne-
t haltien et son collabo-
i teur am6ricait out 6tabg ,
avec raison et logique, an sys-
M te de vote 16gISi Utl qui lut
aiquement imagpu pour as-*
irer le succAs des measures
|arttes en common.
C'est ainsiqne, depuis 1918,
|.e projects de lot de 'Ex6cutil
Tarent Otre communiques A la
tion amnricaine a v a n t
re d6posis devant le Con-
d'EtaL Cest'ainst que cea-
-ci, en tate deo tells accords,
at jamals qa'exercer ne,
on Ietislative amoindr*i
Ceat ainal qu restirent n&
firemen? lettre more lea
sitions suivantes des ar-.
s 55 et 91 do ta Constitu-

a Le Pouvoir ligislatit fail
olisosur tons lea objets diu-
[(+rt public. L'inillaive ap-
ieut d chacune des deux
ambres ainsi qu'au rouvoir
utif. Ghaque Chambre
a le droit d'amender et de di-
Svtier les articles et amende-
ts eola5 propois. a

C'est ainsi enfin que le Pays
St assisted, plus dune fbi..
so fait exorbilnt-de Poppo*at
.onde la lation a $r
d lois rgtuiieme vot
|r le coiUd'Bat, id m t
omul0es r le Pouvoir
acutir. As bien colui-ci
dati1 ttre toulours on garde
poor 6viter la tepettUUa d'u
I iscandale t pour maln-
rfaction IgIsllve dans
nea tate to copl6te.
aIC rt Io ettaB qne
ie A sla plus ecace des
MW iwir do cap-
dictat der. St O wl u
Mte qo i t d tat s'et ag'





Le president Borno avail


Fs aSt tsebaa i61bli que

R19gi pr ftw. eAi.
- le government difinitif
da Pays &
,.Coela implique quelques mi-
ses an point et quelqneos t
rangements prdalables entire
le government provisAoe
At e gaveremenat soeieala.
11 btut que colui-l1, au nom de
ia Nation, dise A celui ci:

a Nous allows avoir devant
nous un Lorps legislatif lu
par le people, selon votre
propre d6sir. Si, pour assurer
entire nous le maintien d'une
collaboration n6cessaire aussi
longtemps que durera le trai-
t6, le government d6finitit
vasdr ., biea s" meUtre dac-
bor4 arec vao sur les pro-
Iet- i dipoer devaut les
Amb ,si, import q ue
rpondre en rien de la con.
dnite de celles-ci, no dispo-
sent centre elles d'aucoue
action.
aon casd conflis, comment
Oenvt q vO, e cat? Comp
teWoesn w or un droit de
veto sur ttules lee decisions
6gislatives que yous n'aurez
pas ponr agreable, et cela pour
Ia plus 'rande humiliation
des Poovoirs publics haltiens?
a Ou bien, croyez.vous pou-
voir, sons la Constitution de
1918, pousser a une troisi6me
dissolution do Corps 16gislatif
haitien ?
SI1 imported de le savoir d6s
maintenant ahn que le pro
chain gouvernement soit juge
A advancee de I'itendue de so j
action et qu'll accepts en
connaissance de cause les co a-
ditions de son election. Afin,
aussi, quo ea ecandidats-d6tp
tes et es candidats.-snateurs
suchent A qgoi s'en.teoir et ne
es Iancent dans Ia bagarre ni
en aveugles ni avec malice ?*

Si le gouvernement provi-
soire no faith pas cela, nous ne
voyons pas trop comment il
pent pr6tendre haire des 6lec
tions 16gislatives et preparer
ta voie soau gouvernement d6fi-
intit.
Encore uone ois, nous pre-
nons les hommes de la com-
(nisionForbes tropau s6rieux
pour croire qu'ils ont pu un
inoment entendre par chan-
gement de tgime uon change-
stent de personnel gouverne-
mental.
[gl eat vrai que, aux homes
serieux ausai, il arrive de
commettre des gafles


LA PAes R6emptorisAte
orpuieoft one ate foraine
poor le Dimanche 5 Octobre
elt1le 14alui, pI
11 y atra des rtralrchisse
meats et diverse attractions
pour eoatls 4kE gcp nper-
oe PAres serost tris recon-
aats to enversues Messiers
eot uaaM ,ql ,L*-ont bien
presr lear cona rs pour le
iameao do cette flte on offrir
(g lots qui seront I'objet de
loteries.
..oe profit ser por la cons-
uction de IgJ1 don't on a
*o-esio t1s tanvamx pAWl-
Bli-fiee


t
L
rl
11


La elebrit..ordinairemernt.
as rgttA la suite d*un process
eoeftorts longuement cumMo
nas,visant A un but nettemeot
d6termin6 inaccessible at
common des mertl Is.
En notre doux pays, oo0
nous trouvons, tres souvent,
une 6chappatoire A toute the*.
orie raisonnae, nous nous
fichons carr6ment de ce
processes sans en renoncer,
cependant, aux aboutissaots
Et,c'est ainsi,qu en Octobre
dernier, du c6te de la Croi
des Missions, sur uon lopin d
terre d'ou s'61lve un coquet
bltiment oi s'lelaborent, san
espoir .d'ezcoution, d'eterneli
programmes de rel6vement
agricole. et c'est ainsi, dis-le,
qu'en Octobre dernier, danS
lentantement, d'one gr6ve,
nous naquit on b6ros.
:Et le Gouvernement tempOu_
rare qui suit, selon le joli
mot d'un grand tranfais, la
politique du chien crev au fit
de I ats, a fait de notre h6ros
une celebtit6 qui traverse les
me: s. th I vraiment, cette sorte
de ci10britt tient de la g6n6
ration spontan6e I
fHouneur au g6nie scientific"
que de Pasteur I Vous saves,
d'ailleurs, ce qu it pense de
la gndoration spoatan6e ; un
leurre...
MONSIEUR Dl CRACK.


Inscriptions
Journee du 2 Septembre 1930
Ulre Circonscripiion
I( lere Section ). 100
Pre Citconseription
(2.me Section) 95
2ime Circonscription
2dhme Section) 91
WIm# Circonscription
( 3dme Section ) 97
2jme Circonscription
(U4me Section) 67


lotal


450


'Le Corps

du delit
Cotte desopilanle com6die
boufie de Gustave Augustin se-
ra redoun6e demain soi', ton-
jous a Cin6-Vari6tes. aLe public
a djA applaundi. plus d'une fois,
suz molts t aui traits don't .eto
sim est se veritable coe
ion.Nous sommes done srss
rs qoe le public ira en fotalo
demand salt, comme, da-. O'Il
i ra failt su reprAsentatiom
p...Ad.ntea. __






Le i i.ft a|m u,--


VON FRANC-PIRLER

Les lecteurs du MATIN con.
naissent deja celte isquise su
I'art d'crire que j'ai publiAe il y
a quelques temps. Je la repro!
luis aujourd'hot en la d6diant,
au Secretaire dE'at de lInstruci
lion Publiquie:
a L'art d'6crire est avant tout
une vocation. Beaucoup d'hom-
ines tres cultivds sont incapa.
lles d'crire une belle page. It
est m6me & remarquer que plu-
sieurs grands dcrivains ont eu,
A I'rcole, des debuts trAs pini.
bles. Combien ne se sont-ils pas
vus condamner par learns proles-
seurs A ester des ill6trns devant
'Eternal I Citons, entire mille anu
tres, deux noms d'auteurs don't
les talents bien diftirents no so
ressemblent que par I'egal suc.
cAs quils ont conna : deux
grands talents. J ai nomm6 La-
inartine et Zola.
a Le premier ne fit que de tres
nmdiocres 6tudestant an Coll6ge
'de Lyon qu'au Seminire de
Bellay. a.Cesat a sortir du Col-
lege*, nous dit Doumic,aqu'il se
form pat des lectures tastes as
hasard, par la contemplation
des choses de la nature et par
la reverie *.
a Le second ne s'est-il pas vu,
a deux reprises, recaler au bac.
calailratI
a Ce qui n'empche pas que
Jocelyn et I'Assomoir soient de
purachels-dseuvre.Comme d'ail.
lears la plupart des ouvrages
de ces deux illustres kcrivains.
a Bien 6crire a dit Boton,
Sc'est tout A la tois bien penser,
bien sentir et bien rendre *. Ce
que A ceux qui, malgrk leur
haute intelligence, n'ont pas le I



la bien entire a est ce qui man-
dot d'itire. Et, comma le
prove examplee de Lamartine
qui s'atait form a par la con-
templation des chases de la na-
ture at par la rIverie I'Ame,
qui eat la tacult6 de sentir, joue
on grand r6le dans i'art de 16-
crivain.
a lemarquons,pourconfirmer
ce que j'a dit plus haut, que
cet amour de Is nature, ce pen-
chant A la reverie, qui sont des
tails caractri n;ques du tutr
home de lettres, sont, quad
il nest quun modest Acolior,
souvent une cause dinsuccis.
Le CollAge, tel quon y enseigne,
eat one mauvaise Acole poor
eelui qui a la vocation des Let-
tres. Lt tude torc6e des sciences
mathhmatiqqes, lea leqcons A up-
prendre par coaur, la personna-
lit et li domination des pro-
tesseura qut nas laissent aucane
initiative a I Alve, les pensums
qui lui agent piadigu6s et qui, leo
pins ,sovent.consistent A noircir
des s en 6crivant n'importe
quoi, la durte exagee des hn-
sa do claae, most mutant d'er.
rears dost soatret le enotamts
de la Maus.
% Cest pour cotte raison quo
sons voyons an Zola 6choaer
ns b chot.
a II me vient a la spease unoe
pap de Joan-Jacques Broumeon
qu aso termin sinsai: a Jotuas
longtemps A ecrire a collins a
oave exactitude. Je tourrai, i
ne aais combien d'n. lesultat:
des cllines de penasums. Pour'
quoi cette kyritle d'n ? Cela va
I beoucoap Voas etonner. C'est
| quil y a, dana mon pays, surlea
garrigues, abundance d'aque-
aducs, comme Le Pont du Gard,
1on colni qui alimonte, moderns,
le Pqr~tu rpel a Montpeluier.


Et ces n, redoub!tes, m'aidaient
A rendre Is silhouette des arca-
des sur Ie ciel #perdu s.
a Ceci ne prouve t-il pa.s qu
I'aucien secr6taire particulier
d'Anatole France avail an esprit
intelligemment original ? Cette
faute dorlographe qui, comma
il !'expliq'ue,n tait qu'un besoin
de concr6tiser as pens6e, no
laissait-elle pas pr6voir cet 6cri-
vain don't Ie style clair et con-
centr6 rappells beaucoup celui
de son Maitre ?
a Ne masttrison; done pas Its
petits 6coliers pour une laute de
grammaire ou une leion mal
sue. Apprenons-leur de prtlW-
rence A SENTIR. Le jeone Age
est le moment le plus propice A
cel exercise. Le rest viendra
apr6s,..... le jeu des mote s'ap-
prend bien plus vite qu'on no le
pense commun6ment. Un senti-
ment fort a'ezprime toujours ai-
A6ment.
a Je terminerai celle br've es
quisse en distant quo de tous lea
ariats celui d'ecrire me aemble le
plus admirable.
S L'architecte, po reonalrnire,
a besoin de divers materiaux at
I'aide de plasieura ouvriers. Jo
cite au hasard : le sculpteaur n
fera rien sans le marbre, ia pierre
ou le bois qui lui soot indispen-
sables. Le m6decin, pour soigner
son malade, demanded A Ia phar
macie tout un attirail de midi.
caments. I on eest ainsi, A peu
pr6s, de tous lea arts. Seul lart
d'6crire en lait exception, soul
I 6crnva n peut se contenter de
ses tacullts. ( Le crayon et le
paper so it des accessoires insist
gnifiants don't it ne saurait Wtre
question ).
a Ainsi, devant la plus modest
table de travail, I auteur, tout
come l'architecte, mettra de.
bout de vrais chets-d'cuvre,tout
comme le sculptear fera vibrer
d'admiration bien des course,
tout come le m6decin guarira
bien des Ames.
Celui qui, come le Cr6a-
teur, part du n6ant pour alter A
I'ioflni n'est-il pas le plus admi-
rable ? .
J. M.



Lois et Actes
Le DApartement de Ia Jus!ice
nous a lait le plaisir de nous
Isire avoir un exemplaire des
Lois et Acles de I'ann6e 1928.
Chest un travail des plus utiles
et que ceux qui s'occupent de
droit auraieut intdret a avoir
dans leur biblioth6que.
Nous remercions le D6parte-
ment de Ia Justice de son gra-
cieux envoi.
-o-
Reouoll do Lois
,, du Servtoe d' ,ysl6no
.[ous aI direction de o t V.
Jaan-Louis, Ia direction do Ser-
vice National d' Hytne Publi.
quo viont de fairs editer coquet-
toment on recoail oh se rencon-
trouent tout ea lois relatives A
I IBginPabUque.
Ceat sM ide heureuase don't
nous tllicitons le Service drHy-
gi6ne en m6me temps que nods
e remerciona de son aimable
eovol.
l navel- ,

Ajuarezvous centre accident
.la a General Accident Fire A
tile Asusrance toruorahou ,.i-
muaed ..- Vve V. t1J-l an,
ACunt OWttril ___~


hire


... a vu un do nos amis qui, A
la suite d'une course maladie, a
d6cid6 de ne plus boire d'alcool
pendant deux ou trois mois. Et
il so lamentail, voyant ses am's
qui, eux, buvaient largement de
large cocktails fails au Rhum
Sarthe:
Ceat triste de no pas pou-
voir boire de ce breuvage Hca-
reuaement, il y a le Kola Schultz.
C'est la seule boisson qui soit
capable de me consoler de no
pas boire mon rhum aim6.
Et il en Alait a sa troisi6me
bouteille, lorsqu'il expliqua:
Le Kola Schultz eat recoun.
tituant et rafraichissant. Et usne
vertu que je ne lui con aiasels
sa avant, c'est qu'il fouette pl'
p6tit. Je mange advantage et d.-
Are mienu depuis que je no
bois que du Kola Schultz.
... a vu, avant-hier soir, apr4s
la formidable averse, un de nos
amia qui voulait proteger son
pantalon. La rue tlait transfor-
m6e en v6ritable fleuve. Notre
ami quilts la mason o, il avait
pass6 I'apr6s-midi,secacha der-
riere la barriere, enleva son pan;-
talon el se dlrig a chez lui en
caleon. Cominme il porno des ca.
lemons longs. ceux qui passaient
crurent quil Atail en ves on no r
et pantalon blanc, el nes'inquit.
1trent pas outre measure du pe-
tit paquet qu'tl avait sous le
bras.
.a vu un de nos homes po.
lliiques qui etait sans dessus
dessous parcel qu'on lui ava.t
annonc6 qu un tract allait a-
rat re et que son nom y trait
-it6 dans des conditions plul6t
dplaisantes. II en perdaitl ltte i
ealement la tle, le pauvre horn.
me. Mais on de ss amis, hom.
me d'esprit qui etait en so come
pagnie, e consola en cesatermesl
Ne temballe pis el n'ale
pas peur. Tu repondras A son
I tract par n au're. No sonmes.
nous pas en pleine epoque de
tracla ions?
da vu un de nos amis qui
degustail, enferinant quelque-
lois les yeux doan bonheur qu'il
ne pouvait exprimer, un grand
verre d'eau de coco, boisson
que, pourtant, it afirma A plu.
sieurs reprises ne pas aimer.
Des amis s'en Atonnerent. 11 r6.
pondit alors victorieusement,
en approchant son verre des
yeux qui avaient I'air de le bls.
guer :
Mais elle nest pas pure,
ce;te eau de coco. Voyez, com-
me elle est jaune.Vous ne devi-
nez pas de quoi ie l'ai relefee.
Tout le monde repondit en
choaur:
Vousy avez minis e la Cou-
Mle d'Or.
L'homme sourit, car tout le
Imonde 6tai tombA juste,et,sans
pIds rien di e. il continue A boire.
...a vu au Gr nd Hotel do
France un homime tout A fait
6berluk. 11 t6ait assis A une table
en companies de gens tre bien,
et pour une fois, il s e aentait
Itrs fier de la table ou il so troun
vait. Un de 'es camaradea sen
Rtant rendu compete, voulut Inl
fair une niche, de sa table A
Ilui,- elle 6tait A peu prea de
vingt matres de distance,- il
appela par son petit nora I'hom-
me Imp fier de n'Aire pu am-
jourd'hua avec lui. 11 appeal
done. Mais 'autre fat asses im -
telligent pour ne pas entendre.
i1 l'appela une autre fois. 11 fit
I'Aberlua. On cessa de I'appeler.
Alors it sourit, et la chose so
pama en blague...
... a yn, dimanche apres-midi,
vern deux heboures et d~ nie, trois
etrangers qui, chez eax, dais
lemar o', jardinaient. C'ebt l
chose la plus naturelle Ju mou-.
de. Mais pourquoa coa exotiqoes,
pour )aadnner,se melteat n mo*
Dosture pareille? Calecon court,
avoc des dectuirurea au derrire,
etchemisetltes sans manchea.Un


pea de pudeur, messieursI Pour.
mnt on fire paredll- chose k
Pstl xo A B iuxelles? .a


--


:~CI: S-iasLIEslCI~-~FLIIhl U--P~-- r ---


______ __ C`


Li










S .. .- -- ,A" l, 4-


eplouY11 V3=J


~- -.~ -.


CORRESPONDENCE
((o))-

Au Direclc'ur ldu 1 .1 .
4u ... n' le ( l' i'/'oti /les ls in o;wrlftanl l
de l'lli.st ii,' c 'i f ,i t/ l 'c il ' fr l q i 'en est I
uvritable c; .i tunes dc'h r,'es, onu inpuissunle.,
n'oset r ic I ie poII ur se. ', ,c 'r ', itnmner uiine direction uu. eve.-
nem ieni s < lu .s aiton'mc'nt so/ i;n /,' a bien sin slre.
.I'ai le c ionraj' dte p'')sr ion.' I i d a( iotlc n tion i icrinellra (ill
moins ti /de le( r qielqi.u s i s', ,in,.s d ins une title anuloissadnl'
oil cepenidul t leS / s i ride ,triliO c/ e it in t p isque le salu tit Pta s
*n depend.
e demanded le' comn iu' il, tio 1nom7 d(e la P'auore menace.
La oicloire d(Itp'ndi s ;t~ ,' d! m (I lil' / i:spliralion (d eI (lderni l're here
et.e com i'( .smi u, I / 'i rt ,' u, s in refuiiere: pais ccliii
qui de,' ,,rt r,'
hi.l c,,t U iCI:lII ( i

POUJR LHISTOIRE

Aux Journaii isles hailiens


Conciiovyes,


iL'h nr' ts' ;',.ve. Des (!r<
lions, tl's pill,; Iti ,;1; tailt' s i tj,
nous ayo is fitys daitu s I l'nl<'
pendance, voii s. l ;ie, st it
fl monmllit approiche ti pilu, s c
plus ) dili c'lteI s tle |1 Ir lit.'
du 14 () b'tlrc, 11Io s, ,aiIVCtl o t
ou nlous p"t' ionls t.t'Alianivt'-
ment Ale P'as.
L'1 l cp' *(t c atl ioln N. ltional
St cssentliellvk.,,' lit uit d;gintt,
dans ICs < irc'coistaiiCn s acIluc!-

lrayante r i' I, ;,'.. .I i iA i
tU.irco;Iscl l wi l 11 lilt ot l I
dasunlmoutivq 1,w Ia nU Old ,H -

!aisais unei.I r ,, i'cn t i t ,' ii
Di'putl' dliu4l'el Lpl, I C l. '! i
poIIr iltl lai "t' l 't')t I, I) I T: I i

aU tlllv I ti` i , 'o ,I ''

sos. l.c I'ctlpv h.it ii t *
raince iie i t-alise!,i, vt t I
pr6sentationm sabo'r., somi ,l,, -
Spendance. Ni's tir.,v\atix t Ill i
veillcs in oult pcull ('i 'Ic 1 L
Splus digue de i.prilci A g'fi t'i
de m o it r i r au i o u dtu
People liop ioilgtc tps .sitt iO
et aujour c t, Ii niis titc 1J I 11',
menace dains Son cxt.s'il ilt -
me.; eprilatil, vaVU l pi 'i toi .
ce iqu dtevait aiivci, C.ollipitl
tions l cillcUl'r'tusl s, il ,, I Io l
danger'ust s, iiitalte-. vies der
yales. it' e SUIS touragCus.t
ment al)stenu. t1hes, ts pi oc.hus,
proiitst s,rlt i 'a pi 1 I t rt)i aia
ler tla i tl ie a in. r Ii', pitm
vail avo l i ti 'l0lt i lil ,1111-
batio p I)tls0ii lictlli A toilid I iii
que la bLitailt dctiitvc \i s
livrer eC t l 011ou III t.cust'e ii (li
un dOscriiur, aIII joutl I i tI u'o I
me rend rcspotisabl de ,i si
tuation angoissanile It lhi c ltnt
(.;irconscrilt on, il il .i l ic I..
npaix d(e Il1 .n4i ,u'i t .1 k1l1t
p resen t,', tK ,tt co in tn n ,, *' t "
droit, imals co rlin ti ll .1 A
110on II el s. l uS tlatil t1 1 i '> ]
vantl e lre t' ,iM 1111 lv i t
tre de, coiu it ilu t s rkv i.',, i
la ville t lt Za pi; ul, ..L t.st i li, l,
des c(ais et kt s itv ', ct1 l.;
fusion des in et tids ilt i
qui nous to, nn'ia t 11
de nous i ntti li k i, k ait '
la vicltoire, C ti I L In, : 'I
Sitlte u ite i o )I r. .',
sera uneL gaeire c v, .\ i >
p i, c,, e l ing nuieux et satislt it qi ( 11 1.
le seul betliciai kc
|-.0oncitoyens,pi( ille lih urt ti,
se present |ainal.s lde.' lotis
dans la vie d'un i'LU pl0e.."atcho.l,
profiter de cette cliance tiiqut
que Dieu nous curvie de cou
querir une indepeindance si c:hl.
recent achetee, eti une seul"
Sjourn&e de came, de sage.ssc ,
de conscience,,saus lheuit, su.,
violence, dans un seul 1iou1'vc-
ment de gndrosit pati otiquc.
De ces ,Aseules tlectlios til I
Octobre prochamn, depenii.I .s
bon de le repeter, I li p -
ce d'llditi. La tqucsilon
rale qu'on a, pi'L., co ,ii i ti
plaistr.a, coiupltquer, es., i
spilpcl, :nraculcuae:n 1o
see des ie debut dLi lt. jt.a ..ui.
gne,elle s'est develhopp?'ec d te, .
sorte quelue nous codnuti iuat
droit a une catastrophe. st ui
Elections doivent se lane ;v...
cet 6tat d'esprit surexcie, sn
terrain ou la necessite du ic ,- I
ve uent, la soil de 1 action, l ii
eo nprehensionou I aveugcnetai
les out engagees. A colle hi-.
o0 le Noid cst ren.u ic:p.n,.. i
Sble de tOUlt, u.le ti 1 o, .
u cblLed -.. . ' '
]timo rt iac i, l toun ic., ', t,,- I


L, .


i')11, qIu' 1 nolls a octroyet
I 1 I t: ; II dali ;it(' i t'le tii
'i v.' AIt its. 'i It le supplier
'l, I :livlirn lIt ( .se U ripp lit(I
iAi tIiinAina.Ite tit laur l esponi.
aAitllit' par li h co iiiilunauie Ut
Suls Injllfl, urs I. l i t r t il,
As il [ltm liu a rbt),itii diC L ti
)elle prteintion el, Iaule tit
t'm p's, i' il :ii tri 'velis les vilhl
'I les hoillgs t Au Dlepatcllei
In Nor d. I'etudierai dans leut
omplexiti, toute, ces causes d,
,vi on qu ',e liiouvi:int dans i
'*OI piton imene de la tloi tcl
H 110 (it' I ) l 'tIi g llk l Vi e, l1)l 0 lOii
i; ,i.;ltie lnous estl lialgi ,'ult
t I' i ib'lelll)li lti nocivc .iU ll-
i .1e loul ce que l s cicuion -
; s,'I' :I. i'lt' es iOus ilpporticii
I* i >) ) ait i t ti ang()ils nt.t 1. PC'-
S; iil It cetl' c de 's d&sti-
;aut (tlti It's atl gCenit el leul
tii t l antrifsi tL miicn t ts
o t t(i nll iI I itil'i ;,it:iovi: uii t
S V I i .ll I
a ci r. lls .I. at n i ,i tl c in s 1
ti iU 'It' lv I I

'it, i I r.1k:n I' .SlCdti ti iy', I
I .I li' t II IHl iit is ll luell-is
1.i it, "cldilL ,i niiili t o y tlri
W i .st'llits sur la rcsponisabilli
jilt pCst' surtout hillt' eUX, pOUt
i outll l terl i'ia populations de la
vote dangereuse cuiu is passions
alIales It S oilt delay i 1c)o iaCit'li-
iiteuit ingi cc.'e .* l ill ,It iIpINs otl
i egoisule se luble' it utine qua-
!c p S viruai no111011 Pays, lal s
:nai splh ir', par ia parole et Ipt
I action,' n souvenir de mies An-
cel.t' n I IthroitIes qU iii'onit aus,
n ~i ei heirntIage, cetle ten c
'111at0.
.I i lrlIeral au Ieau u n tm ini,)
a rI'c i t; gcindl.-oiiLc e p'lt. tic'!.
Ver'eit, le Nestor des get'hraux
Ie tlivisiont des guiies tnde I i
iJepecidalce, signataire di l'Ac
Se de i Ilid(penidance d'llaini,
miort a 72 ans et deiiii, pnuct
tles Gonaives,la ville sacree qu il
I ait .s Itbravemiient dtcladuCC. Jt
*rIchin ,ii IC s:icrilice a 1110111 ti
ci a, t ri 1 l' grattipeie ,'vet
ti a;'Ois T ai 2 0 a.ss, a I't
S td INZicnL.tiiJlt H' l)Im .,ls inl
a -o~ e il MIL 11L1 i I'N I
/i.'i, lpip lanie a \e i.t c u o Ionm
)tlit Ih lia cesiie dth se noui -
i o i l'A .s s6ires dtililla t icts
W..'- ,UlII qIu I'o, bihiqua I
S I' 1 1 t l r Is t .> llil lie.,
,i vai it (il an ll Iti r dr li
I i., li piat" un g,'stt (1i0it s m. l
I ; iaI I i e ie Illort tie t.Il i ,o l
i '. ) i ls,, lo ite e ld le t i ul-
Ire, Comnnandant ide la lort
hv ision de la Provinrc idu Nord,
enjateur dte IL'hipire,s'lioorao t
le pouvoir tcmloiigite' sur L.
Iait rte cde sa tombe t qu'au
ell de onl Pays coiacre. a .ll,
Ictcite, il a. sa ptt ouin s..
Iarnere sals ltacltic i Je pichiic-
at I uioan ;iU1u i 1Oii de Let arneit
'',raind'oncle im.aIle r el, liche,
tiurant pauvre en laissant a
i'llistote le imeilleur souventi
St)uAll rinos,C lietls d'ltat, ancinll
I alJhl ii 1, l Ci'ete-a-lierrol,
Y.I JI' l .u'A sol i u,s l dio t ltc-
i l a, .l luse IC d su, Hlo all thdy,
t i u11 .)i lrc q air l i't n
I )avc a tllOi I ",J Ul CO IlllltlC t-
il ..'rv i. i I'a)'a a 12 aus. J i
e soNltat en 17'JitJ ai cotlbauiu
.iii, ; luntici l I ai suro lout
ir corps dix bulls, ine blessurit
a bDaoInlflClc, dca coups de
s. ... dO.jAt i's ,c.ilIces soul
I . . :..; c:,i v.ir ttu con-
I .. ,,, .- Anglais et
e s lraiynsa. .1 an JiAlendu nlon
,. du:; il nous sommnes aujour-
d ti, 1., .... i uiurs ne mait
S.. ... ... :;ii et Ie co llptc'
1 *, .,' .,, I V C. V,,ia t'e quc-
I .it+,a ,,) ,, "* ". .
J a J ..S'I.I t t Ijl tL.'. Ui, i

Santlids vuuc definitlwvenema a


Le Cartel


Cap-Haitien
De notfe coiif cr < Le;
inles Capoises s du Saineii 31l
AouI dernier, nous extrayons
les lignes suivantes:
Sll y a eu mercredi soir, .a
nouveau meeting en cette vie
sous initiative du Cartel : Jnvi-
gny Vaugues,Adh6marAugustb,
Louis S. Ztphirin, Dr PIi.eMars,
candidates A la D6putation Na.
tionale et au Stnat de la Rpua-
blique. *
((Ce meeting pr6sentait I'aspect
(!e longs debats contradictoires
coimme au Tribunal. Vaugues,
Adhemar, Zephirin, parilrenw
conine lloisrond Tonnerre dans
i'epopee de 1804. Des pygmies
%e inltalntI dans la peau du giant
I.1 aii-Jacques Dessalines promi
cillt u people de lui conqu6rir
a s cotnde independence, tandis
jue l'irct-Mars, dans un lan-
;.,e plemn de boil sens et de sa-
,,sse, auIjuel on ne. s'attendait
I'as, lauts cette season de belles
hiraues rcuiplauant les coups
Al canon de nuo Aieux dcla
i a quil est ci iminel de faire au
public des processes fallacieu-
.cs et qu on nie peut r6gler noire
Aiflehend avec l'occupant que
:,)a la diploimatie aidee de toute
ia pondratlion, de tout le tact ei
le lout ce palnrolismeque la de-
,Icatesse de la situation actuelle
ticlame de nos tuturs Deput6s
et S6uakturs, auisi que le dit le
It', sideat Eugeue loi, dans sa
i)ioclaintalion du ler Aunt 1930
taionoiiiitt louvtr.ure des re-
4istres d'iinsciipiiun.
((ToUS ces debates contradicloi-
Ses, au course da meeting fai-
iieal rtremarquer i l'assistance
>iue les cartellistes et les divers
orateurs depourvus de l'unit6
ie comimaindetnent d6voraient
.iix-cili'il Ie ca l'cl.

T. Iloi. .1A. i. s iaIl IL C.
Nous avois reIvu avec plaisir
ia vitile de M. J. A. G. Smith,
iin grand avocat J.amaicain, de
pa-sage A Port-au-Prince. II se
rend aux lies Turques oi il va
plaider une allaire. M. Smith est
M1iebre du Corps 16gislatit de o
Kiiigstoii et Conseiller du Hot.
li OcInt accouip igi6 sieur Christophe Martin, Coniul
d'laiti a Kingston, Jamaique.
Nous lui presentons nos sou-
liuats de bon voyage.


Propos

cachetes
-0-
(.,e mating, esprit plonge
lans les histoires saints, j'ai
longuement m6dite sur l'aven
ture de Joseph etde la lemme
le Putiphar., Qu'est-ce qui a
li se passer au just et com-
ilent expli quer qu'un hkom-
ne nit pu etre assez lache|
A ,ur )reii(Idre la tite devanti
Inc laible leimmine... prendre
luile en lui hiissant un
iinanteau?
Deux reponses seules sont
Irce pta b les.
tlo .i temme dtie P'utiphar
levdit tie lA:'i le et reveche...
l" dans te cas, Joseph tut
l.lttiiicitut cxcnusable de
] ,nlier rllonurcu d atre sound
I'el ichon.
20 La carence de Joseph
ipeti avoir eu pour cause une
cerlaine timiditee un aces de
sang-troid, la crainte que Pu-
itiphar, falsant irruption sou-
lanue dans t'appartemeat ne
se 'mit a lui chanter : Au
revoir [ct merci.


Quoiqu'il en soit, il est cer-
lain qu'A notre epoque de
IKIlUMN SA.In'rlE CACHET D'OR
I'aveuture aurait pris uone
tournure plus lolatre I pour'
Ies parties.

Pour un prompt reglement
ite vos atlaires adressez vous
a Me Emmanuel THEARD.N
Petit GoAve.1

une gloire immortelle et .,une
mort ignomimneuse.C'est une ba-
laille decisive que nous gallons
hlvrer, id nous faut tout perdre
)u tout gagner; et pour le jeter
:\ tous, c'est de la tombe des
lieux que je prendrai le mot
A ordr- de la V\ctoire ;I
11 nest iteuais trop lard. En
laaiit. Pour le,Pavs I
C lrisiia'h \VEIEliaGH
1.) Aout 1!30.


-- --


D


OD


B


*LA FRUIT CYLINDRES DE


54


CON F I A W cI B


TI est sehle'ment natural que tout le moudese r016re A la Dodge
Huit en Ligne come la lHuit cylindreside conflance ". La
Dodge Brothers et la confiance sont enchalndes ensemble, ce
qui signillie pour le public, depuis plus de quinze ans.
La Dodge Huit en Ligne done doe la souplesse qui dure...
d'un eclat qui correspond avec l'6conomie... une puissance
fromissante qui ropond de sa vigueur."
Elle vous done une carrossere d'une seule piece en acier
qui rest loujours silencieuse pace que il ny a pas de joints
qui lont du bruit on qui crient. Elle vous as-ure votre pro-
tectiou pai quatie reins hydrauliques qui sont toujours ga-
rantis elt oti ours s rs.


Le bas prix en est un perfectionnefment de valur que vous
ne pouvtz pl-ini ment apprcier qu'en voyant et qu.en con-
d ,,a, la viture.


DODGE BROTHERS

SixeS AND *IBMT


KNEEL'S GARAGE


Distribuleur


I ,


RUE PAVEE PORT-AU-PRINCE( HAITI)


PHONE: 2234 & 2318.


NoT .-.u l l Bravo -La"Janette"pr6par6e
IN UVelles de A la machine dans un sachet
616gant sera done le deput6
Sai "nt-M"arc le demain ; de cette ltaon
les anciens amis politiques
(adversaires de circonstances
2 Septembre.1930 redeviendront amis en jbu-
All6; c'est un coup de t(tle- vant une tasse du d6licieux
phone. Dou viet-il? de cal6 torr6fit de Joseph Jean
Hotel Communal? Qu est cs Baptiste.- L'Union sera douc
q I'll y a?-Vous aviez raison. parftaite.
Tout est perdu.-- Tout les VERRETTES II semble,
candidates soot aux abois.- d'apies intorm.ations revues,
Pourquoi?- Vous ne savez lju'aux Verrettes la "balance;
pas la noavelle? C'est que u'est pas galee; le Magistrat
*la Janette, installation' de uCommunal Estillus Estime,
Monsieur Joseph Jn Baptiste, chet de bouquement du can-'
le ca', torr6fi ,~ l Par6me de- didat D .mass.is EstimU. tailt
licat tient le record et les a sa gtuise.- 11 veul reediter,
5,300 6lecteurs inscrits d sent paur le ti iomphe de son
tque la"janette"- sera I Elae dii ca udi dtit, I'acte inouu et
14 Otobre. II n'y quecela. iu.mubiable da 10 lanaier


1929.- Samediil ya 4
sceue terrible i la co
le Magistrat 'a tir6
gnard sur an 61ecteur.-
Justice s'est suisie de I
tion.-Le Magistrat rst
se presenter. I1 serel
que le sympathique MI
de I'lntrieur donne Ut
de balai par 1a; SanS
ala balance ne sera pas:
et il y aura do tr sU
malheurs.- Ministre
t6rieur, ouvrez lesJ
Verrettes r6clame vot
section.
Ici, celte semai.e-
sur tracts. Totijo
vieille chanson contre
tantiu Mayard.- La
tlure et la popularildJ
deraner troublent la qir


Insurance co


Une des plus fortes COMPAGNIN


CANADIENNES d'ASSURANd


sur In VTE


4


PT Le BOSSES & Cd

Aaents Genwraul


-- _21~C'~


- I


PAGE--2


++,


*****


LB INATINM _.---. ow




e

4 1
.1


Ut UA I teme 190


rINt des uns et des autres-
3 tracts ne produisentaucun
,-Mt;- car St-Marc et les
strm communes ettendent
NfUard sx cris : CONSTANTIN
DARD,DOS voas acclaimons,
mr wvtre programme politi-
W est sincere.
Correspondant.
,.T --------- :III

,Madame Bertet annoace A
giamable ClientAle que son
lissment d6nomm6, COS
;fOLITAN BAR et recent.
jmt install A la Rue do
a 6t6 transl6rt, pour
ae d'agraudisaement la
ie do Fort Per, Vc6t de la
Sbon Velten.
lx amis de Cosmopolitan
glrquA y trouveront des
ijusoimations de premier
ix et un service bien orga.


A M mf dromuer
1 teApplqu6 ezt6-
t aurermgnt, Viw
soulage *ans d6-
Sem aIr 'Mtocma.

"Aur Tout Refr /fMdiwft


.,.THKS TROIVBZU E LEILL .E
Drill Filf blanc sup6rieur
et la meilleure
| TRICOLINE (Poplin) pour
-iobes et chemises.
* Couleur: noir, blanc et creme
i&( articles anglais garantis).
Thez: BOULOS,ABOUDI & L"
Rue Courbe.


[Lykes- Brothers


Au Radio
VieA Ie rne nde 0s maeel qul
Isra eet1 t demaim asr, i Ia Sti-
I in H. H. K.
;.00 p. Orchestre de 2* r6
giment U. S. Marine Corps.
(Sous la direction do Sgt.Wood,
. S. M. C.)
1. Vin, Strt Drg.
2. Iea Easy To Fall In Love,.
S. YoUtDara
I Bye B os.
6. In 1 he Twilight.
7. Wah Wah Girl In Agus Ca-
liente.
8.30 p. m. Lecture par le Ser-
vice National d'Hyg6ne Ptbth-
qua.
8.44) p. m. Selection de hants
par M. Th6ophile Salnave. 3
1. 1930.
2. Espoir.
"8p50 p. m. Duo de Flade et
violo par MM. Krause' et Ste-
fano do 2* regiment U. S. Ma-
rine Corps.
1. Rataplan.
2 Fond Heas Is Must Part;
3 Remember Me.


Ooaoslon rarO
SUn Iviolon de cioquante
ann6es d'usame eat mis en
vent A un prix relativement
ddrisoire.
J S'adresser au bureau du
Jourtial.
I --


Dixie-Bar
Mme TIBIMRIUS ST JUST
CHARLES, propri6taire.
Angle des rues 'Roux et Abra-
ham Lincoln, en Jace de'
aux "Cent Aille Articlesa.
Chambres bien installees.-
Pension complete de bonnes
conditions. Bar bien L me'
nage. Dejeuner et diners A
| prix muderes.


SS


Co Inc.


YmxaU Raltw Santp-Domingo Porto Rio**o.
. Le seal service bebdomadaire et.regulier A passagers et
frkt entire les ports du Golte du Texas directemeut avec
'Port-au-Prince, Haiti,
Poor la reception rapide et le maniement habile de vos
Importations. serve vous toujours des navires de la LYKES
U SINE.
. Les prochaines arrives Port-au-Prince soont:
Le 5 Septembre le S/S a GENEVIEVE LYKES
12 Septembre S/S TITILLIE LYKES.
18 Septembre S/S a MARGARET LfKES i
S 2& Septembre S/S a STELLA LYKES a
S 3 Octobre SIS tGENEE IEVE LYKES x
Bureau : Rue de Magasin de l'Etat Botte Postale B.-46.


Cachet Minga
Atniln6vrallqilu*.
eifi SIm en quei ea minute= PI,9vr, 6ripA, MIgPIlne,
P"mmuN IUm. NJicament d enhox (oueours elcace et sani
dangir.Dottes del et 12 cachets. Enwvte dans toutesbonnes Phr
tiD a= rgng MaiIrJD.NuImmdbs LTOd.OUw( iwM Im )
D6pt PoWrt--su-Pritaoe: Plaromwacle UCH.


Vanetis
MCE SM 0
Une irande comAdle trana's
600,000';frs.

par mois.
ave Nicols Koline.
&ntr:a. I 01k 0 20(.
DOMAIN SOIR
PFo Rire
Sar demande g6nEralf( m6me
s'il pleut ). Derni6re represent
station de:
Ti-Plume
S detective
ET
Le Corps
du De1it.
Enhi6e : 2 (,; p oge:3 G.
R=ZERCIEKENTS
Mme Vve Pressoir J6r6me,
Mr et Mme Voluey J6r6me et
leurs enfaots, Mr et Mme N
Chassague et leor fill*, Melle
Aim6e J6r6me, Mr et Madame
Georges Jr6ime et leurs en-
tants. Mr et Mme Emile J6r6o
me, Mr Raoul Jer6me, les
families J6rome,Lestage,Sam-
son.
Remerclent bien sinc6rement
Mgr l'Eveque des Cayes, les
Reverends P6res Fouquet, ou-
r6 de J&r6mie, Rgent, curi
des 4brico's, Oao, cur6 de
Moron,les Filles de la Sag S e,
lea Freres de I Instruction
Chrtllenne. Le Conseil Com-
munal de (i:rmie. l'Union
Musicale de Jemtnie. I'Asso
ciatioa ces lHomm s du Sa
cr6 Cour, le Conseil de F.b,.
que, ie group d'amis patrio-
tes de J6r6mie, la Chambre de
Commerce d'Halti, Mr Jolibois
tils, Me Etzer Vilaire. en g-
n6ra' tous les amis & J6remie
Port-au rince,Cyes,Jacme,
Gondlves,'lap Haitien, Corail,
Pestel, Dame-Marie, Abricots
qui. lear ont exprim6 leur
pr6cieuse sympathie et prt6
eaur g4qreux concours A
l'occasion de la perte tres
doulourouse qu'ilsont 6prou-
v6 en la personnel de
QMr PRESSOIR JEROME
leur regrett6 epoux, ipre,
grand-pete, arrire grand#
p6re, beau-p6re, beau.frre,
oncle, etc.
d6c6d6 en cette ville le 18
Aoat en course, A 1'Age de 80
ana, mani des Sacrements de
fIs agarderont un souvenir
regonnaissant de leurs mar-
ques de vive sympathie.
J6r6mie, le 22 Aotit 1930,


Law PIeCiUMS
rlgiti Nmt ICiat
L'Institution Marat Cheoet
donners, durant lea vasonos,
-- A oit et Septembre. -
des lemons particulier maux
616yes en retard, o0u ceux
q2 veulent poursuivre leurs
etudes.
,S'adresser A l'Insti ution
Marat Chenet, Chemin des
LDalles,810: telephone 3153

"""imi-mm


Ib i -.`I


NST
Nouveau


de PNEUS MII. ER


Avec


touted les di-


mensions et avcc la
qaranfic fbormida-
ble ) it- cc sil' cha-s


9 3l~


que


PNEU


d'6tre


t. 4


K ieilcletl I ell ps du-
merable que loul au-

---,Ire Pneu de prixr

legal.


D6osifaire : J. KARAYANY
ANGLE GRANO'RUE A RUE FHROU.


-UT-R EL-RE
POUR UNE NOf'VAU
LUSTRE DE LA CIIEVELURE


Une Loterie des plus


avantageu ses,


Les chimistes de I Exelento
dejd renummes pour leurs
remarquables contributions
apoorides d la toiletle, vien -
nent de couronner leur ceuvre
4ans .
L L'KXELENTO
.GLOSSINE
fne petite quantity de cette
dhlicieuse preparaiffon appli-
qude sur les cheveux fait res-
sortir leur brilliant natu'el et
eur vigueur, en leur commu-
niquant un nouveau lustre aun
Svow vaudra detre admired par
les messieurs etlenvie des fern
mes.
En venle chez tous les dro-
guistes. Pour 0,30 centimes
anulement, it esl expddie dles
r cention du prix.
bIeleatl, l dicile Co panyl
Allaita, Geergia U.S. A.
Agents dimandis pour tous
pays.
EcritDez pour renseig .ements.


c'est...


Assurkment c LA DACTIYLO ). lotcrie autorisee par 'Etat
au profit de I'Ecole Sp6ciale de Steuo Dactylographie, it -
blissemeot reconou d'Utilit6 Publique depuis le 6 novemh. e
1923 et g6n6ralement estimb dans lout[e la R6publique.
CAR, scs Irois GH)S )LOTS sont intereFsa1L1t
ler G. 2.500. 2crme G 1.000 3;mie G. 504.
CAR, A consideier le uonibre des bitlets, ia quanUt6 et
l'importance des lots eu 6gard ao p. lx do billet,
c'est elle qui accord le pourcentage de CHANCES
le plus dlevd;
CAR, elle accord, A part les a approximations ) usuelles
du GROS LOT, 99 autres approximations a affect,
tees aux autres num6ros de la centaine dans lauuelle
tombe le Gros Lot. Supposez quo le gros lot soit
gagn6 par le No 2367 1 Eh bien Tonus les Num6ros
de la centaine du Gros Lot, c'est A-diie depuis le
No 2301 jusqu'au No 2400. tons gagnent un lot de
DIX Gourdes. Donc, dans nla centaine du Gros lot
tout le mondegagne. C'est an charme! !1
IL Y A PLUS
CAR, dans la centaine du 26me Lot, et dans les me--
mes conditions oue pr6c6demment, 99 numiroi ga
goe it 5 gourdes. Rien de plus ing6ni ux...
ET CE NEST PAS TOUT..
Elle reserve encore A ses clients 99 antres chances
de ne pas perdre leur argent, et m'me de gagner
encore quelque chose.
CAR, dans la centaine du 3 me 'Lot, et touiours dans
les m6mes conditions. 99 autres numeros gagnent
3 Gourdes...
C'EST TOUT SIMPLEMENT MERVEILLEI'X ..
PREMIER TIR GE
A Cina-Vari6tes,Port-au-Prince,le Dimanche 3 Oc'obre
1930, souns le contr6le des autorites el aver la parti-
cipalion du public.
340 Lots gagnanis
don't plusieurs de G, 100. 50, 25 et 20
SgRIEUX LOYAUTE


Goiulez Ious les bhiMis

ET VOTRE CHOIX S'ARRETERA

INEVITABLEMENT SUR LE
a - m a wme


Qui,a


prix epal,est insurpassable pour sa


purete et la finesse de son arome nature !
DIS71LLERIE DE IAIGLE

M. FONTAINE, Propri6taire

Dep6t: Anqle des rues Danlis Destouches
el Maaasin de (Etat.

Rdpresenlants: St-Marc: H. Deschamps
Cap-Haitien: M. Giordani

Jacmel: Pascal A. Brun


A11) V


I flI)S'( t


Toutes les Polices
DE LA


comprenncnt la Protection centre la

Foudre sans auomentation de taux


Euq.LeBosse Co


Agents Genera.ux


PLULI I I 1111~1~31JUI)


~ -'~ i9CT=;


i- --~-_ _-e __


AN -M - -


owma qso ~I lomI


I







Jeudi
4 Septembre 1930


Le Mati.
4 PAOli


246Ie ANN EE N' 6715
Port-aa-Prnce
T6d1pbone: 2242


-_ - i i I i I il an


Poupees de Salon!
-- Coussins -
Abat-jour.,
Grand choix de fournitures, glands
ranges, dentelles d'or assortment de ga-
Ions Lam, den< lie argent etc...
Vous trouverez le dernier cri de Paris
a des prix tres moderfs.
Prendre adrese au MATIN.
Telephone : 2267.


Ce ql I~'a amal 4t ait-- L


Ce qui n'a jamais 6t6 tait
Ce qui ne peut 6tre d6pass6.
Kola Chuampaane

F. SEJOURNE
Prdpar6 dans des conditions rigonreuses
D'ASEPSIE
preparation et Venle
PHARMACIES F. SEJOURlNE
Angle des Iues lioux et du Centre.


. -. ______ .. T t--rl- **-. -B -


ii
Li


S ain


A 9greable


R iche


T


riomphant


H eroique


E nergique


CACHET D'OR
CACHET ROUGE
CACHET BLEU


S found


Aq agreeable


ich


T


riumphant


HIIeroical


VEA nerqetic

Fine Liqueur G
Superfin R
Fin B


- 4 It


hb J


I 5 '


IOLD SEAL,


tED


SEALi


ULUE SEAL


-~ .~-- --


W.+i9 1 1-- -Wm -I


Grand Cafe de France
Sois lsa direction avis&e et intelligence de Monsieur Fran
gois Giraldi qui est devenu I'a.,soci6 de Monsieur Patrizi. le
propriltaire de cet tbl)lissement qui n'u pas d'egal,leGRANI)
CAFWh I)E FRANCE, offtie ses aimables et distingres clients,
les consommations les plus (i *.s. les vins de t utes prove
nances les plus choisis, Cigarcs et, Cigarettes, Sandwiches,
varies, :i des prix defiant toutc concurrence.
L'accueil lc plus s)mpathiqe continuera a dtre le meil
leur attrait du Grand Caf6 de I'rance.
PATBIlIZI & Co
T616phone 2341.


PRE-CAT-LAN


Si vous avez quelques heurestde loisir, le soir, et qu.!
,-ous d6sirez les passer agreablement allez au

Pre-Cat-Tlan
0o vous trouverez, la.plus belle salle de bal, la musique
ineilleure ex6cut6e par un orthophonic dernier cri et suss
l esboissons les plus fraich6s et les plus pares.,
champagne, biWre allemande ou national, liqueurs de toW
es sortes.


'lIdeal ithm
-
5


AL1X ROY


,28 annees de success.


I. .


. ..-.. -. .- -- a --- -W ..


Colombian Steamship
Company 7Inc.
Le steamer "Mar inique", ilant de New York vi Ics
ports dti Nord, est :tleiifnd : 1 t au Prince le 6 Scptembre
courant. II laisseran le mmc i ur pour Petit Gr've. Mlira
goAne, ,1Iremie, (Cyes et lacm ', en route pour New York,
prenanu tret et passagrrs
La steamer ( Bognta,". venn l dircctement tie Nuw-York
est attend tA Port an Prince It 5 du courantt I1 isscera Ict
mWme jour pour les ports tie l. Colombic, i)peuant trot e'
passages.
Port-au P)rince, li 3 Septcmbre 1930.
Colombian S emnship Company l'r.
(;GI'IAlA & Co, Agert
fiW--- -


Rafle


DE LA LOTERIE DES CEUVRES


Le lirage
manche 1


fixed


1930, a


au di-


9 h crres


Seplembre


du mat in a I'ELDORADO.


=o" aolgs,- NoM


ANtMIIS IMPUISSANTS
EPUISES
MALADES des NERFS
Voueas 6 d6prtm6s. L o,,m4*Umel
fult, la m6mLre vous htlt d4tat t votre
io**or disparas. Voun tW* ua 41 bl
ELIXIR ZIDAL
v rtecolstituor ealluln urvou% n VrMw
r0otvuw votre vlguour, VMoM MiM
Iru arr. grldt e 9 Ede 4" pam
aUi1je s1i, r & maM'i Lu
FV YVFT'r DAMS TOU"7EI LBS PlfA"RAM


GARAGE CENTRAL

Ludovic CHENET, Prop
6, lwl UE ,BP T-I-PBINCE, (0A1TI))

SPECIALITES:
Rodaqes des Soupapes

DECLAMINAGE des SOU-
PAPES L'ELECTRtCI rE
PAR LE SYSI'%ME


BLACK & DECKER ,
,.aige des. Auto%" par u lompt: e1 qi ue. BRUNNE
A 350 livres do presulon d'eau atd'airU,


SEA-SIDE-INN
Cafe H6tel Restaurant
Cet 6tablis.emenenent ;rcmen* r '.! r" la nouvell
Direction, vous offre l'endruit le lu, -k. vous troupe
v erez les Ao res'BoiaOns A des' prix, de iAnritoul e con
carrc nce. Super dansant tous les smedis ir.
-itf~-^^- i


Salon do Oo M
S"uel iB"
]Direqteur
Cet 6tablluement i
made par son lbip
souci del'hygilS& W
partialens doe. t r
soot lI'objet.
Anle des Rues St
et R ublicalob.
T6liphone: 264. 4L

Gharlo A* oet

Travauz d'art a i
qni sort de chess Cl.
tWo-
east d'uoh flahloaJ
" tJi )g

I,~."


Soulage des manx
et de I A6vr algele
nuteu. Arrntedfi
mter jour elt ia.W
jour.


la' Chvrolel'


de cc!tc ralle est


--C ------- ___ __ I_~ --C __


I -ow


- --" "


---- I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs