PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04918
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 09-03-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04918

Full Text





6ment Maglotre


N.. 74


1 "


- J.



tI~


POST-ADT.PI4N (HAITI)


C'sl le Ia ous mias de iasa
ce amor uo Ws s do moe s figure
A aola-n le pies el les pljij.jirs ,
li fail deouas des Nres capables
frdo hid mdai Ides e rlades t e
More vie sentimealale.
PauMERCRl IIIII3 S


MERCREDI 3 SEPTEMiBIE 1930


_r U_ ml_ -__


I tache du gouvernement

provioire
-o*---


po des discussions
mar entire le goeverae-
1ls officls almiricalus
tents etlI ligation amn-
relatives A ta r6forme
tesa aur falcool et au ta-
spr s surtout 1'6chec de
tions; on a dit, el
A I 'viu gsouverne-
It quo c'tait ant pls pour
cela lot arrive, parce
a'avait pas reu missiou
ltr paerlles questions,
mndast consistant seule-
A oexpdler Ie service
it et oeas condulre au
mrnem f dAtit par teb
est trivrai. Mais uL
I, qui I'eateadait au-
at, ne manqua pas de as
le porte.parole do cabi.
aux affairs en pr6tendaon
des hommes de la valeui
wmiistres pr6c6dents nt
sMrioent so rdsigner A rester
- fouvoir lea bras crois6s.


I Gouvums TMNt D PMnmITr.
d'6tre do prtl Borao ni cell
ci d'Stre deropposition. II est
horse deldoote qo plusieursi
citoyouexiat den la r*-
publique, asa uels le trailte-
meat, des aflaires publiques
n'et pa stranger et qui, au
surplus, rpondent, au point
de vue politlquo, la double
eoait io requ -l
Bret, co r i est fault et faitt
et eslt IhistoI(e qol d6iu6lea's
les motflt qal ont paguider
coz oan oelai a qI61nous deo,
von aIs listed dea qaeutresa
prsent6e at, partaut, Is a eu-
tre a qui admiaistre ls aaftai-
res do pays dame tei soodi-
io0ns que tout le monde volt.
Nous voulons croire 4e 'e ex-
case do tels agissements est
dans le fait, prtcis6ment, que
le government provisoire
elUisago n'ttait qu qune sin6--
care pour laqulle 11i pouvait.
Wtre assez d'ud roi sybarite.,


[LCetait une 5taon de consi- Une gigantesque question
Aer le goavernement provi. de principle so dresse des le
rso, abstraction tite du ser- seuil do plan Forbes, question,
'Ie courant et des elections qui eat, par rapport aun l6ec-i
laty tives, comme one sin tons igislatives elles mdmes,i
~prdor6e. Point de vue ab- nettemest pr6judicielle. Cottwe
llment et dangereusement question, la voici:
[KM ,car aucuae charge, dau& Comment le prochain Corps
|4scirconstanees acthelles, se ldgislatif lu deora-t il exercer
it tre plus loorde qua la paissance4Lpislatve ? Sera.
de condaire comr e ii ce sans restriction et dans toute
~lt I. la measure que le permet la
bet de p pager a" v- au Constitution; ou sera oe dans
vernement d4faltif. Cet ,ies iietiitaditions de fonc-
J quc 0a0 voulous essayer tionanuent du Conseil d'Etat?
blir. Qu I'on anoe sempresse pas
de dare: taboas lee 6tections
SDions, tout d'abqrd, qu'i dabord, on verra ensuite. It
It 66 sans doute preArable faut voir d'abord, an risque do
[ voir, pour la tais t envisa moltre de c6t6 no5 petite$
Se, dans a g PaelmWoent ambitious et no reves de do
vsoire, at sautoUt iA s tte mination. Autrment, aIs
dhommes qui ae iq.sent molaidre icarlade des Cham-
plM ttrangerj Al politiqud bre,e pourra etreo ne 31-dim-
4 qui eussent d6ij rexpiriec solution. Qui done, mieux que
'Odes aflaires puWMques. la plapart des candidate ac-
Ace sujet, le choix do Mon tools, a iotlrdt A ce qu'fune
iear Eugene Roy nest d'au telle question soit r6solue?
zI lavon imumitl1e a ux N'et-ce pas hier que lea
w0umissaires aarnecalus: ils Chambres de 1916 furent fer-
eat suggDrE le choix d'un mLes A leur ne?
01autres politique et oon d'un Elt-ce qua leur candidature
pert dans le saniseaent ctuelle eat une revanche et
sfaires publiques. On leur ae peut-il que le Pays ait tW.
asenti cinq oma aslieu par le plan Forbes convoqu6
; ilts n'taient pas joges de A unduel otu le sang qui doit
valeur; ils noe l'taient cooler est son honnear mime
davantage de learscondi et sa dignity ?
valtudinairev. Or, de Une tell question pr6judi--
cinq citoyens d'une par- ielle doit etre d6battue entire
* hle honorabilit6, M. Price le gouvernement provasoire et
S9,m Atait le esoul A pouvoir le government arairicaiu.
OPposer aux activities dela be- Car le devoir incontestable du
W e A exp6dier une capacity| premier est de preparer Ia voie
p Iyaiologique pleine et entti 4 u gouvernement d6finitif, -
re. Nous disons cela parce tout le monde est d accord 1a-
Vqe, avant tout, la besogat dessus, etle premier acte
tyrvernemeutale demand de de cette preparation est,a n en
Sla t. pas douter, d' tabilr les condi-
SLe 4nentreo envisag par tiona ma.e qui doivent per-
)t Commission amiricaine de- mettre as ll vernement d
st 'entendre des circons- tre d6lntif.
cea politiques du moent Noun allonsapporter sur ce
Store qualqlu'un auq l'op- poitt q u e I Bas prWctaons
tion ne pt re les ..
,.,, , ,_. - ;. .


En ce temps-ci, ii se ren-
t I jPa at d' rit ,qu l
| Iiah...iAdirr: robl'o nl
S d.nitift. Otte 6pith6te,
S au ibstMntil Uouver-
l quAlifieOr,. eat
Oasvenue le mot agque cuu
Saiment employ* danas as
Sversations couraules. Ali,
Sd n i t i f I le dfnital I
M4 OrM la porte roverte
States no s exctatricitis
'andier haitiei! La plan.
h 4e U4aIt odlertg 1 ts
unautlrageS aiS le remouus
a ir4 t cidoe te.ide lou
I unlbut I L.pigle d'ot


qui flAMw los ppilloas de aios
-i -s-er le pa dsa rsalit&
La sOe SrooMaato qui
opera la trausmutaton do
vii plomb do nos d6sirs en
'orpur reconcr6tes et tangi-
a" 11Tou I Le d6afittilt
c'est--poor repedre le mot
dan lautour p l" -. a le
Ou u s '7 it Fred6-
ak I parish man eior do ba-
tille: l Messiaaeur lo hiroade
,a jour6o e.q'oft ansicien
do quinae a qla bous" la
baes,,'.na ceae d e joer de
son tauratuta.s Son petit air
defitre a aa;valear dans la &ua
A, l cortes oui,le dtfi3itit-
Sonu d' xceptons press a
oae a valoerdaslasP-
olatoM doe outes e Car.


BIIRE *NATION ALE-
DE IA

Brasseie Nationale


Se vend partout Or O,10 le

verre maiqr6 sa quality su-

perieure.

Protegez votre poche et


votir sante en la buvant

toujourm.


L'Union Pan-


cachetes americaine


-0-


Des amis nous ont faith re- ., W .
marquer que dans nos a Propos \ PAR LES
Cachet6swde samedi,nousavous .
faith de regrettables omissions Ar entinsn
rois de I'histoire.Nous r6parons
aujourd hui en print nos lec- WilliamsLcwa, Massachussetts,
tours d'ajouter A noe lislte et A 24 aoft.- M. Liborto Justo, an-
la quite do Roy Eune. cien chancelier de sambassade
lo Leroy Beaulieu, qni tlt an argentine A Washington, a d6.
6conomiste tr6s distingo6... Pa- clar6 a la coulerence gnerasle
paul poor lea dames. qui a lieun aujourd'hui a I'lns-
2o Le rol Ostro... Mais ou sont itute ot Politics a sur les pro
done lea paillettes d'antan ? b6mes panam6ricains, que IAr.
3o Le rides animaux...quiest gentme soe reirermat de I'Union
an bel animal rugissant et assez panamiricaine aussit6t que la
susceptible, et non pas, come nouvelle generation prendrait
on poarrait se I'imainer le no- en main lee-renes du gouverne-
taire qui a si pear de Mayard. meat, on peout 6tre avant. *'
4o Le roi Almail Steamship M. Justo, ils de l'ancien mi -
Company qui est one ligne ma- nistre de la guerre, Agustiu Justo,
ritime... qi transport chaque a tail remarquer que ses paroles
semaine A I'adressm du President refl6alient l'opinion publique
Hoover el do Pape... le tameux argentine et qu il tondait sa prt.
Rauu SARTHK('ACHET D'OR. tention sur le manque d'ega
lite et de sancerite ddas les re-
latious existant entre lesa Etats-
-D I Uuis et son pays
nORT DU POT ANDRE RIVO1RE aprs le proesseur, le peu-
ple argentin avait de famiti6
--- pour les Etals Unis mais depuis
ia guerre cela a change.
Les ddp6ches venues de France "- Les Etats-Unis, a-t-il dit,ont
ont apporti la nouvelle de la inaugur6 une politique agres-
mort A cinquante huit ans du sive dans la mer des Antilles et
poste ANDR RIVOIRE. revise les vieilles doctrines A
Ceux qui, il y a vingt ans, ont lear bentfice. C'est alors que
te vingt ans, noubheront pas nous avons commence A nous
Ia loie quils Aprouvaient A se rendre couple de notre posi-
pencher sur ces deux petits re- tion danas hmisphere occi.
cueils que sont Le Songe de dentale.
I'Amour a et a Le Chemain de ," Nous avons quit la S D.N.
I Oublia.Padearetdiscretion des senaant que c'ditat une institu-
sentiments, harmonle dans lex- ron pureme o t europeenne.
pression, sincrit protonde, sn- Pourquoi resterions-nous an
sibilit6 ordonnae, voilA les qua- congres panamfricain qui nest
litAs qua lon retro4vait dans ces qu'un organ de Etats-Unis ?
vers qui ne se sont jamais per- Quand une nouvelle societA des
mis one in.dhli. envers Is nations sera crie sur des bases
vieille prosodie classique. dmocratlques et tniverselles,
Tout cela paralt bien vieux nous nou y joindrons, mats en
aujourd'hui. La po.sie moderne ttieudant, uous n avons nren A
a ua autre ideal. Comment, anu gagner de ligues ou unions de
temps of triomphe le Jazz, un nations regionales ".
tel po6te auraitVil encore la ta-s Juaso a d6clare que les Ar-
your do public ? Nons voulous genuns admiraient tes Etats-
dire du grand public.compos6,en Uais. 1 croit cependant qu aussi
partie,de snobs et de jeunes gens longtomps que les relations des
en q6te de sensat ons nouvelles deux nations a no seront pas
et de rythmes inattend aIsMais bastes sur 16galit6 et la since-
ceu qui veulent qu'an poete ritt, leur amiti6 no pourra 6tre
6ternise en vers harmoioeux et sincere a.
ars les sentiments qu'ibs por- La majority des Argeatins
enut chaque jour et qui d6sirent consid rerail que la politique
rencontrer lears petaitee peines des Etat-Unis dans la Imer des
do comr dana des m4s faci- Antilles constitute one violation
lea at clairs, cnux-lA nonl pas du droit international At an*
*badeoIm6 Andr6 ,Rivbire. El ace evers la searit d
o eat certain qu'ils no 'oaublieo *Argentie.
root pa do si.,t6t et, qae, doe
temps en temps, il so berceront _
encore de quelques uns doe m a opoUt.an Ba
Comira sautur: draatiqaue Madame Sertet annoace A
Andr Roire a cona de grands sion ainable Client6le que son
o TwiveIp pieces et levers 6tablissement d6nommm, COS-
de tida smavants: Peur ade MOPOLITAN BAR el recem-
aounrira,urIltait une berge, e,, ment instafle A la Rue du
a Le Bon Roi Dagobert s, Mo Quai, a 6t transMir, pour
ami Teddy a, etc.. cause d'agrandissemeut a a
Rue du.Forl Per, a'c6LA deja
Smaison Velten.
velles. Puaisent ces promes Le inme accaeilest rdaerv
es d'avenir as realiser I Mais aux amis de Gosmopolitan
elles:peavent--ans miracle- Bar qui y trouveront des
so r6aondre en dsespoirs d6- coosummations de premier
a.ul r choxo et un service ea orgea-
*sONSpI PU Gva i nia&


ION FUm-MML
,N "' _

11 oxbla* &Pot-au Prince, il
y a qUe Mansm un club
nait met.
Je me souviens d'avoir assis-
16 A une 16te organise par ce
cercle au course de laquelle
beaucoup, do jeunes' filles s'e-
taieat distingue'esdans dflrents
contours sportits. Maiskcomme
taules lea orapieptionsd' ici, ce
club Idminin s'est disloqu6.
Depais quelques temps, le
sport sembl renallmefun peu
chez nous. Pourquoi les demoi-
selles ne songent-elles pas A
prendre part A cettle renaissance?
Lathlitisme est aussi indispen-
sable aux femmes qu'aux horn.
mes.
En Haiti, o& lea jeones filkls
so maiient tres 16t, elles de-.
vraient lair. Iravaillei leur corps
appel6 A subir lesa preuves de
leafanlement. Elles seraient
mieux prepares A celte tache
delicate quelles pourraient di-
sormais accomplar presque sans
danger,; 4'une tncon ge6erale, .
ellies g ,rderaient plus longtemps
leurs belles lines, leur Egance.
En plus du bien 6tre physique,
elles sen trouveraient morale
ment mieux.Certains dissent que
la sant6 du corps donne la sante.
de I'espril; dautres pr6tendent,
au contraire, que la sant6 du
corps depend de celle de I'es-
prit. La culture physique a tran.
ch1 la question en donnant si-
nmultan6ment l'une et I'autre.
Je conaais plusieurs gentilles
demoiselles qui no mangent pas
et se mettent partois an dur r6-
gime de leau chaude pour chaso
ser la graisse superflue. Comme
elles ont tort I Etant donn6 que
le resultat quelles obtienneat no
tient qu'auiant que Ie dare r-
gime. Co'es tojours A recomr
mencer. Et puis, on s'andnaie
quelquelois.
Au lieu doe a priver ainsi,
leks deraient prataquar.Ja cal-
lure physique qui tranilormse
la graisse en muscles. Elles mai
grirasient, mais ce serail poor
devenir plus terms at plus so-
lides.
Allons, Mesdemoiselles, un
peu de iouvrement......
J. M.


Au Pays

des Soviets
Teaot an y va pas poor le mieu
-o-
LONDRES,25 aout.-Les cor-
respondants A Moscou des jour-
naux strangers et les personnel
arrivant de I'U.R.S.S. tiansmet-
tent les nouvelles plus alarman-
tes sur la situation economique
du pays. La vie A Moscou et A
Leningrad se rapproche de plus
en plus de celle du temps dui
communismoe militant, de 1922-
23.Les prix marchands subissent
de joar en jour et du martin au
soir des augmentations considt-
tables.
La pop nationn quise souvient
trop bien des atroces sounfran-
ces subies les annres passeies
prilere acheter n'nnporte quoi
pour se d+barrasser des billets
de banque toujours en baisse
Les pieces de monnaie out defi-
nitivement dispara et malgre les
measures les plus s6veres du
Gupeou les paysans retusent de
vendre des vivres centre les
billets de banque. Ainsi le com-
merce primitit d'echange est to n
march partout. ane circulaire
spiciale do GuAptou menaant
de d6portationf immediate pux
Solovki tote personae seP-
gondea. eacer tn monals,
noa prodail sacan e.it.
SLeo jouruauax notest d6jA qpel
ques cae de d6portatton et d'em-


rasonr aM e personneso 0 e
es oaItrouv6 qaelu
roa losargest ow monnae 4or
Fauto de moomaie, le user
des tramways et d'aulobus.,on
obliges de prendoi plmneur
billets 6quivalant un roubli
pa ier ou do quitter ia voilure
. Aide al a6eaM alleasads
*,BERULI, 25 oaul.- Pour sti
muler lea aflaireb et donner di
travad Ma ch6menrs, Is minis
Ire des postes a donn6 des con
trats ateigunaut 5U iainolit di
doUtars.Le gouvernement estam,
q ue ceoo catnus ermetran


I re


... a vu, dimanche, sur Ia route
de Kenscofl, vers huit heures do
soir, deux voilures qui deacen.
.. "ant sous la pluie. Elles 6taient
tr6s savamment conduites car
elles arriverent sans encombre
jusqu'A P tion-Ville, ce qui nest
pas une chose facile lorsqu'd
pleut. II taut beaucoup de talent
el de sang-lroid Dour 6viter Ie
danger de culbuter dauis la ra-
vine, car la route esit role, @t
les voilures patient avec ex-
ces.
*.
... a lu A la Guinaudke, sur le
mur, un avis qui prie lea clients
de descendre bore paisiblement
dans l'6tablissement meme leur
A. K. 100. On n'acceple de aer-
vir dans Ia rue que si i'on eat ac-
compagni de quelques dames.
lit cela c'est tries bien, a peas6
Aristhlnes.
... a vu un de nos amis don't
la silhouettlle a paru plus sou -
vent qu'a son lour dats les pe-
tites ch uniques de Non'r.: (EI..
II n'en (lait pas a trist6 (ui il
s'eni fiche. Mais ses parents ne
sont pas tiers quand ils le recon.
naissent sous le projecteur trop
puissant de NorI,: (En.
Oui, surtout ma femme,
nous conhait-il, surtoul elle. Ce
m'est pas pour moi. Mo., vous
savez, je men I... Mais elle nen
est pas content. Alors.
Et voici que NOTRE (ElLa de-
cid6 de ne plus kodaqner cet
ami pour no pas d6plaire A sa
femme. Avouez qu il y a encore
des yeux gentils...
*
.. a vu, deboui contre un des
piliers du Grand H6tel de Fran.
ce, un 61ecleur qui altendait Iar-
riv6e d'un autre Alecteur plus
fortune, lequel offrirail Ie grog
tradi'ijnnel. Mais lIlecteur-
messie n'arrivait pas, elt I'lec
teur qui avail soil s'impatientait.
A la lu, ilplnefra duns le cafe
et command ui cocktail. On Ie
lui apporta. II prit son temps et
se mat A y bore A trs petlies
gorges, pour laisser au messie
le temps (darriver. Mais il con-
tinuait A ne pas venir. I e gar.
(on passa, essuya la table, allait
repreudre le verre lorsque le
cousoiinnateur denianda un peu
de glace et une bouleille leo-
da. Au moment ou on les lui
apportail,un ami passa. Ii s'assit
A la table et command deux
cocktails. L'homme alors lui dit:
J'at delA bu ... ne command.
de qu'ui seul.. Mais n'oublie
pis de payer le mien.
C'iait una camarade tres lar.
ge. 11 insist:
S- Cela ne fail rien. Prends-en
encore un autre.
II ne se lit pas prier et cello
i bis A gorge dtployee nl corn-
imanda :
Garcon un bock... Bire
I Natiunale, s il vous plait..
*
.. a vu u i uIlie lolname qui,
assis devant un magasinduBord
de-Mer, se paie Ie luxe d'appeler
par un p'stt proloaug toutes lea
petites lemnmes qui passent. II
ne respect que celles qui pas-
sent eu voitures. Quant aux pi6-
tones, aucune d'elles n'a grAce
devant lui. C'est une forme de
Sryeterie, que nous signalons
blen volontiers aux medeiua
du Service National :d'Hygitae
SPubliqae.
f
" .... aovu que la route de Kent-
- coil meritenon seulement d'ethe
z am6lior6oe, mais satss d'etre elsi*
s gie A certain endroits. Loraqu'll
* pleut, surtout d'une de era pe.
* ties pluies fines el perssisante,
t am soat le privilege de cat ea-
sdroit, la terre rouge devient tree
e glissante et.lespatianage succe -
* s1s imoscent perpe6ueleument
.es voyageurs dun grand danger
I de mort. eLa ravineest a quelques
| centimetres... 11 faudrat elargar
" au plus6lt le cheman el suriout


le semer de gravier,ce qua assa.
B rerait plus de scura~e aux voi-
e ture. uombieuses qui le gravis..
st ent tout e loug du lour, et par-*
. tois jusques au soir.


S


Propos


__;_ ___ I I


( 'I


1:


........


,
OSI FOBOUSS66









mL ATIN 3


QUATRAINS

I

Apris que vous m'aurez mis dans le cercueil,
n'oublbe/ pas de me chauler les orteils
av toujours je m'enrbunme, en ce maudit sejour.


-- -


Finis, les rendezvous sous les bananiers losses,
les bains ioyeux sous la cascade. Marilisse,
nos beaAux ours sont eirvol6s. Les papillons roses
du plaisir ont pris 1'esssor, un martin morose.
CARL BROUARD
.-- m .......- -.ml- - - --


NOS MINIST'IES

MANASS ST-FORT
COJI.h

Celui qui a I'honneur de di-
rtger actuellemet l'importani
D6partement de l'luntrieur, a un
carriere longue et digne. Tout
leune, en 1881, il entrait dan!
administration publique, er
quality d'61ve au D)partement
de 1'Instruction Publique. LUan-
n6e suivante il tait nomnt'
employs de troisitme classes au
mmem Departement. 11 y rest
cinq ans, puis il passa a celui di
l'Intdrieur en levrier 1887 com-
me employs de second classes.
Trois ans apres,b6ntlciant d'unt
promotion des plus justes,il de-
venait au meme D6partement
employee de premiere classes,
puis employs sup6rieur,en 1892,
section des domaines.
C'est de la qu'il sortit pout
alier en Douane conmne Peseui
A I'importalion.
Trois ann es plus lard, ce qi(
nous amene en Novemnbre 18U1i,
il est nomnm au pose important i
de DelIgue des t)parteanent'
des Finances 0t du Conmmercet
pour lIArrondissenent d'Aquin,
tonctions qu'il cuiule ,vec
cells de Peseur en douane.
En 10M2, l est elu )Depute dit
Thomazeau. )On sait comment
disparut cettle fneuse ch:ai-i
bre qui lut dispersee par i
pousswe poplulaire. E' juitliet dt
la nmeme annee,i M. Manasst'
Saint-Fort C(olin es noanna i)i-
recteur du Service de la Caisst
d'amortissemenl, et en Se tem-
bre 1906 Inspecteur de la Doua-
ne de Porat-u-Prince.
Appreciant ses connais-
sances des allaires douanieres,
et sa morality el sa probate hien
connues, le President de la lc.
publique le nomnule en aoau
1911 Directeur de la Douaue di
Port au-Prince. Une lots encore,
en janvier 1913 it est elu depute,
au Corps Legislatit. 11 repre-
sente alors l'miportante Conm-
mune de Gantiner. 11 defend si
bien ses interats au Corps L-|
gislatil qu'en janvier 191-1 eli
fuii renouvelle son mandate.
Le nouveau Ministre de 1'l-
t6rieur lut, par deux lois aussi.
charge de la direction de I'ad
ministralion Comnmunale (It
Port-au-Prince eti a pIusItuL
reprises il cut a reinplir lee i 6
delicate de Di'leguit des l)pai th
ments des Finances et du Coin
m,:rce duans ddilrents arrondis
seanents Iinanciers, et cela tot -
jours a la satistaction de ses si -
p6rieurs hiurarchiques qui o,1
toujours eu A se louer tde so
imp a tialilt, de son souci dit
devoir.
Sous le regime de Il(),cupL-
tion militaire,M. Manasst Sattw -
Fort Colin s'est volontaireime I
tenu en dehors dt la I olitiqu(.
II fut du ler Novembre 1921 aiu
ler F6vrier 1930 Inspe, teur tie a
Voirie.Nomm6e Conseiller d'ELtai
par le Pr6siden l orno, it d1e-
missionna.,ds qu'il eut 'acoi d,
son vote au Pr'sident Roy qu.
vient de l'appeler I la direction
du D6partement de i'lntrileur a
un moment tres d6lical oui I
faut non seulement ;montrer de
1'6nergie, mais aussi, mats sur-
tout la plus grande umpartialhte.
On s'entend a dire qu M. M.
Saint-Fort Cohn n'est h'iiotiuet
d'aucun parli,qu ii met audth sus
des intrents de parties les ini
rets superieurs de la I'atr. Le
. moment pour;lui est ve,, de
donner raasou,.ou tort a icux
qui ont plac6 oeur coahliuce ent
lui.
Nos avons hespoir, nous dc
cette maison, que le nouveau
Ministry de 'lnterieur sorut r
de ia situation delicate ou i
destins Iont place avec Iestiu.
dq ous ceux qui tentent letais
cnances dans les deux consulia
thoas nationales qui auronr liC
A ha fia de cetie annee. Cet


doac dire que nous attetlioi
beaucoup de lui. Ce qui tst u
laron de lui expi intii 10;
bsen qu, ,.ou- V '"o .- ,t. A u
Ou ue red. me btaucuup qu.
de ceux qu'on estime. J
IF'


Vive

le Christ-Roil!1
.\ous reproduisons avec plaisit
la fin de la belle conference que
u\. .jireinie a fpile a l'Associa-
tion Mi.ile di, l'Euvre Chretienne
cl qu'il vient de mettre en bro-
chure :
Le drapeau haltien
A Lourdes
Je vous ai dit, mes chers col-
i gues, ce qu'il m's et( donn6 de
contempler A Lourdes. Mais, jit
tie peux vous communiquerqu'
un sentiment :celui de anon im
puissaace A vous faire lour doun
itonheur qu'on ne gooie qu'!
Lourdes. Mon pelerinagel J'a
iccomnpli eel acle de plite au
moment o6 1 iite de la nation
Sra paise allaitse prosterner de
viat la grandeur de I humble
V\ierge de Nazareth, dans le
"anctuaire erig6 a sa gloire. L,
ritnt les objets symboliques,
I!e close biencihere a notre aimt
>Ile de nous. Dan?- la nel de la
,asilique superieure notre dra-
i)t au rouge ct bleu nm0le ses plis
li issontuanls aux ondulaltions de
. s riches iCtendairds que les
I hefs des E'lats catholiiques out
ivoyc comine des messages de
i i a la Mere d'aniour.
.'avais vu notre drapeau en
I lS9. 1i n'a pas IC d(e lac, a1)pr sr
11i15s. A Lourdes la place deI
SIaque objet a tune sigutilication.
i-st a la ha uteur des coeurs d or
I inlaint les inscriptions de la net
jue lottent les emublImes des
tiatliuns. Elevoiis nos Annesl La
sourcee de 1'esperance est en haut.
Lourdes a priche avant les
brandss Elats du monde la venue
le la Socible des Nations. Sa-
'*aons d ic en un geste patrioti-
jue el chretien uo're drapeau
Ili parole dans celtte priere dd in
ilrcession ou ies choses appel-
i tut la puissance de Dieu au se-
cours des opprimes. Que les forts
respeclent les droits des petits
et des fables. Cest le comman-
*leinent du Christ lRdempteur.


Iulletin de I'Associalioi des an-
rienues eleies de Saiule Rose
de Lima
Nous avons reVu, avec un
Sand plaisir, le bullelini pour
annie 193o de I'Association des
inucennes e6ves tie Sainte-Rose
le Lima. 11 s'y trouve des mia
iAres interessantes don't nous
reconiuantdons vivemnent la lec
lure. Voici dailleurs le copitux
so in sa i re de ce f'ascicu!e :
ompt le-rndu dte la retraite an
auelle, Adresse de Mile Eponine
iii-luisI, In Memiionami, Avis,
m i)up-rendusit dets itlunions du
Sonsenl, 2,6ne anniversaire de
I i'.ssociation des anctinnes ele
'.Cs, Allocution de S. G Mgr Le
ilouaze, Adresse des eleves de
la classes Multicolore, Adresse
tde la Presidente, Mine Veuve
li]tenne Mathon, Rapport de
\tile la Secretamre, Compte-ren-
Alu des Recellte:, e des Depenses.
le i'Associatton, Morts au t.hamp
Iaontineur.
Nous remnercions bien since-
remnent du gracieux envoi. -






i CESOIR
Sur.demande el meme s'il pleut:
Yvan Mosjoukine, I'inoubliable
interprete de Michel Strogofl
ltans : [

ed dd ition
Enlr, : 2( :1oge:3G.
DEMAIN SOIR
I;ne p- nde cuom lie trancaise

0)0,00() trs.


pal' IloIs.e
avec Nicolas Koline. j
Entr6e : g. 1.00; g. 2.00.


uggeetionoaA la Police
0-

Mousicur le Directeur,
D'apres une enqudte minu-
tieuse, il resort des aveux
m~mes des notabilit6s du
quarter que iamais il n'y a eu
du desordre,ni bruit au bal
de la 4Ome avenue de Bolosse
el que pour elles le bal qui se
fait au phonographe ne lea
nuit en aucune faVon.Ce doitl
elles se plaignent ce soot leI
d6sordres que commettent
daus la rue, les chauffeurs qui
montent et remontent. II est
douc injuste de termer Ie tra-
vail par ces temps ou ila
inisere faith rage d(un hom-
me qui ne demand qu'A ga.
gner son pain de chaque jour.
JLe proprietaire du cat6 ne
peut pas dtre responsable.de
ce qui se passe dans la rue,
c'est le r6le de la Police de
r6glementer la circulation et
de maintenir la trauquiliil6
Aans les rues.
Si la Policemest dans l'im-
possibilile de donner i tous la
garantieA laquelle ilsont droit,
cela ne tait que d6noter un
parti-pris evident. Par cons6e
quent, la measure qui trappe
le tenancier du dancing de
itolosse ne trouve sa justifi-
cation que dans le caprice
de ceux qui sont guides soit
par un profit quelconque ou
par Ic d sir de tavoriser
di'autres propritaires de dan.
cings qui out des relations
soient d'aftaires ou d'amitie
avec ceux qui sont charges
lu conu6ole de ces lieux de
distraction.
Nous croyons qu'il est pr6-
/erable de placer des Gendar-
nes a la quatri6me avenue
el de permettre au tenancier
dte gaguer sa vie. Ce sera la
ineileure solution a apporter
a la question, car elle donne-
rai, satisfaction a tout le
imonde.
Meil:eures salutations.
PxUL

La Malson
Universitaire
B3eaucoup de tamilles hai-
tiennes et qui out des enuants
etudiant en France se plai.
4nent souveut. Leurs fils n'.
tudient pas sntfisamment et
ten outre il leur manque toa-
lementce gout du toyer qui
est une pattie intlgrante de
education de famille.
Ces families seraient done
lieurenses de trouver en Fran.
ce une bone m iison ou leurs
e tants pourraieut trouver
des maitres qui dirigeraient
icurs 6tudes au sortir des
classes et leur inculqueraient
en meme temps des principles 1
I6ducation. Nulle mason
|nieux quo La Maison Univer-
Iitaire qui vient de se londer1
a Paris, 10 bis, Rue du Som-
merard, P-'aris, Ve, ne repon-
Ira mieux a leurs souhails.
[ et etabliseilcnt est dirige
,)ar un Prole>seur de carriere,
\l. Ferte quit lut Pcoviseur
de Louis le-Graud. M, Ferte
|, en outre, pour collabora
teurs, protesseurs et correc-
teur<, des Agreges eD exercise
dans les Lycces Condorcet,
Janson, de Sailly, Louis-le-
Grand et Saint-Louis. C'est
(dire que nulle part ailleurs
on ne touvera autant deo
garantie qu'& La Maison Uni-
versitaire.
Pour les conditions et toou


a atres renseignements on peut
s'adresser, aun Directeur de
cette mason, M. Fert6, Pro.
viseur Honoraire du Lyc6e
Louis-le-Grand, 10 bs, Rue
uu Sommerard, Paris Ve. 1

VOUS TROUVERE LE.MEILLEIUR
"rill Fil blanc suptrieur '
etla meilleure
TRICOLINE (Poplin) pour
robes et chemises.
Couleur: uoir, blanc et crdme
k,( articles auglaim garantis).
Chez: BOULOS,ABOUDI &L0
Ru Courbe.

Occasion rare
Un ,violon de cinquante
anuoees d'usage est mis en
vente .a uu prix relativement
derisoire.
S'adresser au bureau du
Journai.


ORMUsiPONDAXISa
-0-

Logdne le 2 septembre 19
A Monsieur le Directeur
du journal LE MATIN
Port-au-Prince.
('her Monsieur le Directeur,
Ayez I'extrome obligeance de
fire insurer pour moi dans le
plus prochain numdro de votre
intdressant journal la lettre ci-
incluse recommandee avec avis
de rdeeption qui a dOd adressde
au Conseil des Secrdtaires dEtat
depuis le 19 aoUt ecoL'ld et qui
est demeurie jusqu'ici sans re.
ponse.
Par advance je vous en remer-
cie. Recevez, cher onsieur le
Directeur, mes meilieures salu-
tatrions.
stations. 41red LISSADE.

LAogane, le 1? Aoat 1930.

Lettre

Ouverte
A
Son Excellence le President
d'Halti
Au Conseil des Secretaires d'Etat
Monsieur le President,
Tres humblement et sans prd
ambule inutile,, nous venons
vous prouver, en considAration
du plus haut int6ert national,
que le sieur Louis Fredtric Rty-
naud dit Buir-Reynaud, actuel.
lement candidate A la deputation
pour I'arrondissement de Leo
gane, esat incontestablement CI-
TOYEN FRAN(AIS. People en-
tierement laible, nous avons
connu les plus dures humilia-
tions toutes les lois que noius
avous n6giig6 les precautions
infinies que noire laiblesse de-
vait nous dicter A I'Fgard des
plus torts. Tdmoin l'aftaire Emile
Luders.Nous ne retiendrons pas
votre attention A retablir jusque
dans ses racines I'arbre g6nea.
logique de Burr Reynaud.te se
rait une besogne a la lois difti-g
cile et inutile. Sa personnalitel
propre nous sulit. Ur, voici ce
que t'avocat meme du sieur
Burr-Reynaud, Me Leon Altred,
dit come conclusion de la con-
suitltion que le candidate inquiet
lui avaist demaudee: a Sans dou-
to en meme temps que la dame
Dane Reynaud et son flis natu-
rel Frederic Burr-Reynaud sont
essentiellement haniens en ver-
tu des textes precis de notre 16-
gislation deia vises, ils sont ra-
dclames aussi par la Ioi frangaise
comme trangais parce que nks
A i'6tranger(c'est-A-dire en Haiti),
Dane Reynaud, d'un pere Iran-
cais et Frederic Burr-Reynaud,
d'une mere naturelle trangaise.o
(LA PRESSE du 9 aott 1930.)
Lavocat denonce un conflict de
legislation A I'egard de Burr-
Reynaud et de sa mere.Mais les
ggeas bien intormes savent que
ce conflit n'est plus qu'un sou.
venir. En voici les raisons :
lo- Le 2 mars 1902, Burr-
Reynaud, mintur de 18 ans, est
imnmatricule I la legation de
France par sa mere seule per-
asone qui en elait legalement
responsible A ce moment. (voir
piece annexe.)
2o Deveuu majeur, Burr-
Reynaud confirmed son imma-
Itrculaton. Et deputs il a vecu
comaine Irancais avec I'acqmuies.
cetufcit ollitciel d'Haiti et de la
France.
A- Le 24 mars 1910, le Gonu.-
vernement Haitien qui s'etail
rendu compete de sa nationalist


trancaise l'expuls du Pays pour
les raisons exprim6es dana lar-
r6t6 y relatal. ( voir pi6ce an-
nes6e.) ,
B- Le 23 Avril 1910, apr6s
de nombreases d6marches du
jdimistre trauncaisA Port-au-Prin-
ce, it eat accord autorisatiou
de s6joprner sur Ie territoire
haitien A M .Fr6d6ric Burr-Rey-
uaud, CITOYEN FRANCAIS, ex-
puls6 par .arr6t6 du 06parte-
ment de 1IInt6riner on date du
24 mars 1910.
C- Sur sa demanded propre,
Barr-Reynaud a 6tt inacrit.sur
lea tableaux de receosement de
la classes 1915. ( voir pi6ce an-
naex6e.)
D- En 1925, Burr-Reynaud,
assure de sa quaiite do trancai
et d6sirant devenir haitien, ( a
satistait aux prem ires formal.
Uts exig es en la mature (vo;r
piLce annexee.)
E- Bu.--Reynaud est p6re dt
teux enants don't Ialn6 est a
eine Age de 7 ans. Ces deux
enlants sont reconnus A la IL-
gation trancaise comme Iran-.
gais.
F Barr-Reynaud a toujour
pay6 sa patents de commas
stranger.
11 r6sulte de ce qui pr6c6de
que Burr-Reynaud a d61A opted
en laveur de la France, que Ia
1 16pubhique d'Haiti a consacr6
Sotficiellement cette option et
que la France la sait definitive
depuis 28 ans.
L'opinion des 6lecteurs cons.
cents de l'arrondissement de
t.togane est que le Gouverne-
menti haitien qui a la charge des
hauls intie6ts du Pays, qui eat
apple & respecter elt a aire res-
pecter la Constitution et la loi,
qui a pour imp6rieux devoir
d'eviter autant que possible au
Pays les complications iaterna.
tionales futures, doit intervenir
dans le cas de Burr-Reynaud.
La question eat d'ordre public.
Le Gouverneaent doit tirer les
6lecteurs de la perplexit6 ot il*
se trouvent en raison surtout
de l'importance des tv6netents
acluels. Nous Je prions instam-
ment de biqia Vouloir nous dire
si option sur option peut'jamais
valor et si Haiti sest entenduee
avec la France avant de s'acca-
parer manu military, sans natu-
ralisation prealable du sieur
Louis Fred6ncReynaud dit Burr
SReynaud, Irancais, demeurant A
* Leogane.
S Dds 1'espoir que vous dai.
gnerez, Monsieur le Pr6sident,
accorder votre meilleure atlen-
Stion a ce qua fait l'objet de la
pr6seate, nous vous prions d'a-
graer lhommage de notre.plus
t prolond respect.
Alfred LISSADE


-4 I


Sotal


Dixie-Ba
Mme TIBIRIUS ST.
CHARLES, propriM
Angle des rues 'Roux I
ham Lincoln, enJfa
aux Chambres hien insta
Pension complete A do
conditions. Bar bW
nag --ejeuner et d
prix mod6rIs,

Pour un prompt
de vos alaires adre.
A Me Emmanuel THi
Petit GC


IAl RCT



Insurance co


Une des 'plus fortes COMPAGNI


CANADIENNES d'ASSURANC


sur la VIE:


PTTo. Le BOSSES & Ca

Aaents Generaux


Opp


_I


sp~Jnl~O


C'ot yard ql est mi.cre,
dit lelAaire Piere-Phal I
Coet Mayard qui at saincre
,t loyal, et ses adversaires qui
sont des tourbes et des hypo-
crites, a dit Me Antoine Pierre
Paul, an meeting du Parti Tra-
vailliste, au Bel Air, dimanche
soir.
On doit avoir conflance on
Mayard,a-t-il ajoat6; c'estl'bos-
me qui no sait pas mentir, qui
a tolours prais bravement seb
responsabilhtes; al laut ae m6tler
des autres qui sont des hypo-
crites et,des larrons mal degut
ses.
Assurez-vous centre accident
. la K General Accident Fi're A
ude Asasrance (orporatiomn ia-
aited a.- Vve F. l mm ,
Aea Qo l ow r


PAGE-2


EtatsU



'Haiti ,
Ceatrmee de.lu t ia
oi Politics

Service de rAsociated
.Williamitown. Massa
e aost. M. Daa G.
recemment nomm mia
Halti, a d6clar6 A 1ln
Politics que ce qui faisalt
au department d'Elat,
une critique loyal et
de la politique americais
Ia zone des Antilles.
M. Munro, jusqu'ici
do la division de lAm
tine au d6partement 4'
dat que l'oblet de la
am6ricaine 6tail do crer
tuations ou elle n'urait
cer aucune influence :
a Voos tous save ce q
taisons en Hati. Tout le
notre politique actuelle,
supprimer tout eontr6le|
Itle et de nous retire le
t6t possible.
a Je no vois rien qui
d'afirmer que nous noes
coas d'tendre notre
Si lea Etats-Unis ava'
desseins imp6raliatea, Is.
de la politiquae am6ri
rait diflArent et nous a
eftorcerions pas de nous on
dana e plus brel delai.
Nonaus avons beoin d'
tique de notre politique
g6re. Malhtureusement,
de gens ont Ioccasion do
dre entire connaissance
tre politique des Antille
pour etre uutle, la crittiq
Wtre base sur des taits.
a ll est n6cessaire d'
duons les details pour con
dre les problemes trs d'
et compliquos que le
ment d'Etat a A rdsoudre.
ci noe peuvent tre ludai
continueront A nous cau
ennuis car its sont inhtid
la nature de la situation
quells nous avonsa laires


Inscriplton
Jouroaedu 1" Septembarl
Udre Circonscriplion
( U re Section ).
Ulre Circonscripht n
S(2dme Section) J
S2me Circonscription
2hme Section) -
2me. Circonscriptien
(3Sme Section'
2dme Circonscriptiol
(4hme Section) ,.









__________________ -~ .1*.. -


LI MATUI btemWoe 1I0


PACt' .~
~ p


Pageol


Energlque antlseptlque urinaire


o IN- -a o-ww
^*^owe"


SS ileaw es f ** m
- -rl -e t e u'n ,
hi-riwui ft QUID
C I* M bItsoM. b


PACEOL ast saru DlUs BOWm Iis m Q Wacow


aW. sbbaa
-Lis pans qmU -
V -s 09mse
i**"*b--




l taei a tatl. I, tar 4 vle .


Itabtle doa vni-e urniar


I


afle de la 'Chevrole'


DE LA LOTERIE DES (EUVRES


Le mirage de celle ralle est


tmanche 14 Seplembre 1930, a

du martin a lELDORADO.


fixed au


di-


9 heures


-- -- -- ~


Lykes Brothers S S Co Inc. D E N T O L
/f JM^, tff'^ ^*- -,.r


'TxaS lalti Santo-Domlngo -


Porto Rico.


Le seul service hebdomadaire et r4gulier A passagers et
bft entre lee ports du Golle do Texas iregq.meut a'Soc
Port-au-Priace, Haiti, 9
Poor Ia reception rapide et le maniement habile de vos
lmporlations. serve vous toujours des navires de is LYKES
LINE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont:
Le 5 Septembre le S/S K GENEVIEVE LYKES
.; 12 September S/S gTITILLIE LYKES,
18 Septembre S MARGARET LYKES
\ 26 Septembre S/S STEIN LA LYKES
3 Octobre S/S aGENEl IB.VE YKES.
Bureau : Rue de Magaein de I'Etat Bolte Postale B.-46


Mo f w


k-aage en Graie.Breltae I
adres, 24 aoLt. LA miDmstr
vail announce qu'A ladate
lr aot le nombre des ch6
rn 6tait, on Grande-Bretane,
2-.054.737.
Co chiffre indique une aug-
!btiation do 12.886 ch6meurs
nu an.


4.-1I 1 ..n


u n 11 a IT Au no OIaw
IUECUN PETAMm
D'ALOBER

*^Hf TooMdi untle*B
'BaOmfuAIE B
a-"=- --Do
jmh mmnsS.a -an I, Pm


" oufmlrct
R ANNTIMIQUC
.


IMMS PARTlCliMIS
J Imlitatinm lent Choiet
L'lnstitution Marat Chenet
donnera, durant lee vacances,
-- Aoft at Septenmbre. -
des leeons particuliree aux
616ves en retard, ou A coux
qui veulent poursuivre leurs
6tudes.
S'adreer t I'Insti ution
IMart Chenet, Chemin des
DaIll,81M. til6phone 1153


Toutes les Polices
DE LA



J IIiE
.comprenncnt la Protection contre la

Foudre sans augmentation de taux


Eug.LeBosse#Co


Agents G neraux


C~I `Yr


L'asiieipemeat dent &
L'ISTITUT TIPENIUHAUE
Dit'.- excelleme a-0rix
4e l'org iainti.

A rinfaillibilitU des mdthodes
emaloydes, d la competence des
madttres choisis. A\ 1 1
Tant pour les branches clas-
siques de la 12e a la Philosophic,
pour I ltude pratique des lan-
gues vivantes.que pour les bran-
ches de Stino.Dactl.lo,Compta-
bilite.
Ajoutons d cela une pension
Irrdprochable au triple point de
uue d'IHygibne. -.- ,
Discipline et 7ravail.
Attentions et soins.
1537. Rue Lamarre.
Uldphone 2891.
Heures de visit : 8 d II h.a m


PHARMACIES
PRINCIPAL
H. CANONNE
4, RUE RtAUMUR
MO SOULEVARDO StUATW.L
PARIS
vTeadat
an mU isn MAa=n m MOuq
ft tIouoe l prMbtte faigt r
UNE 8OULE QUALITY :
*LA MEILLEURE *
RAYON SPACIAL
POUR LES COLONIES
D&IOGUaBIM, BRBOnBImlX
1vanofttM et -*etshgdue
IMLS DB QUININE fRS
abn produ"o en flo0...
mpodl. compriMie. ade.
UOLUtIONS u'rosmDIMIQUZ
-mnoe- --
BANDAGES, CINTURES.
BAS A VARICES
APPAnaILS Estltgn IM
poor toun anqe
APmtRItLS ORTHOPtlIQUES
Seringue Aypodermiquea
PUMIMAI 0 PO9 mM, KE VITME
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pow Usine, Communes, et.
Projets de Factures
ot tone reneignementa
ar demand adreue &
PHARMACIE PRINCIPAL
49, RUE RtAUIIU
11-19, BOULEVARD SBAITIPIL
PARIS
MASON UTNIQ UB
AUCUNE SUCCURSALE
ni en France ni & 1'Etrange,.


Une Loterie des plus


avantapeuses,


c'est...


Assurrment 4 LA DACIYLO ), loterie autorist e par I'Etat
au profit de 1'Ecole Sp6ciale de St1no-DactyIographie, eta-
blissement rcconnu d'Utilit6 Publique depuis le 6 novembre
1923 et g6neralement estimO dans toute la Republique.
CAR, ses Irois GROS LOTS sont interessnnts
ler G. 2.500. 21me G 1,000. 3 e c G. 600.
CAR, A consider le nombre des billets, la quantity et
l'importance des lots eu 6gard au prix du billet,
c'est elle qui accord le pourcentage de CHANCES
le plus l6evt;
CAR, elle accord, A part les ((approximations usuelles
du GROS LOT, 99 Lu res approximations ) alfec-
tees aux autres numbj as de la containe dans laqualle
tombe le Gros Lot. Supposed que le gros lot soil
gague par Ic No 2367 Lh bi(n I 'rous les Nuimeros
de la centaine du Gros Lot, c'est A die depuis Is
No 2301 jusqu'au No 2400, tous gagnent un lot de
DIX Gourdes. Done, dans la centaine du Gros lot
tout le monde gagne. C'est une charmed! I


IL Y A PLUS
CAR, dans la centaine du 2eme Lot, et daus les md-
mes conditions que precedemment, 9V numntros gq|
guent 5 geurdes. Rien de plus inugneux...
ET CE N'EST PAS TOUT...
Elle reserve encore A.ses clients 99 autres chances
de ne pas perdre leur argent, et mime de gagtier
encore quelque chose.
CAR, dans la centaine du 3eme Lot, et touiours daos
les momes conditions, 99 autres nummros gaauent
3 Gourdes...
CEST TOUT SIMPLEMENT MERVEILUEUX...
PREMIER TIR&GE
A Cint-Varietes,Port-au-Prince,le Dimanche 5 Oclobre
1930, sous le contr6le des autorit6s elt arc la parti-
cipation du public.
340 Lots gagnants
don't plusieurs de G, 100, 50, 25 et 20.
SItRIEUX LOYAUTiR


St
D.Ou6,ason naen.. Pol ro ie .


Dr. Bengue, u6, It "II, Paris.


Goulez ons leshiiiiis

ET VOTRE CHOIX S'AR PFTERA

INEVITABLEMENT SUR LE


I


Qui,


1


prix eaal,est insurpassable pour sa


purete et la finesse de son arome natural
DIS71LLERIE DE TAIGLE
M. FONTAINE, Proprietaire

D6p6t: Angle des rues Daniss Destouches
et Maaasin de fEtat.

RepresenJants: St-Marc: H. Deschamos
Cap-Haitien: M. Giordani
Jacmel: Pascal A. Brun


*1


~in e~lY- M._


- - I- --. 0=


--- -- ---urrr~-~- ~~ -------- --


__


__ ___ __


-. - - -


ILb~d~ lnd~


1


....


.







Nicre redi
, SCe!eiili)Ve 19:30


Le Martin
4 PAGM5


'%Nfi Er N 6784
Port-aa-Prnuce
T616phone : 2242


? ~~rt 'T-'II.~R ;j* h "


* - - -4~- -~ n... -


Poup6es de Salon
Cousins -
Abat-jour..
Grand choix de fournitures, glands
franges, dentelles d'or assortment de ga-
Ions l.amni den', 11. argent etc...
Vous trouverez le dernie-r cri de Paris
a des prix trWs modres.
Prendre adre-.e au MATIN.
'Trhphone : 227.
:2 T


Ce quitn'a jamais 6t.<, tait
Ce qul ne peut (-ire d6pass6.


Kola Chonmwane

F, SIJOITIiNE
'r'pal( danls (I ts cminlilions rioollr lise
1)'.'. -.,l'S v.
ll'pllil loll .l t l Vellic
I'iAiMACIL' I ,NIOUlINI-
Angle des I t>s i ,ix et du Centre.


CACHET
CACHET
CACHET

iP -


S ain


S found


A gr6able g re


R iche I ich


rI iomphant 1 riur


II eroique It eroi


E nergique iEner

D'OR Fine Liqueur
ROUGE Superfin
BLEU Fin


cable


nphant


ical


aetic


,-- .


GOLD SEAL
RED SEAL
BLUE SEAL


.l OLi o AMl-.-, --- -


,-~, -a".-


Grand Cate de France
Sons la direction ;>visce et iitelligen'c de Monsteur Fran
Gois Girialdi qtui est devenu I'. >cic de Monsieur ,Patrizi. le
proprietairu de cet el)lisseiue;t qui n'a pas d'6gullc GRAND
CAFh DE FANCE, ot re a ses ainables et distingrcs clients,
les consonmmations les plus tlins, les vins de t utes prove.
nances ler plus choisis, Cigaies et. Cigarettes, Sandwiches,
varies, i de.- prix dtliiant touted concurrence.
L'accueil le plus smipathique continuera a dire Iv meil
leur attrait du Grand Cal~ de 1 rance.
PAT'IIZI & Co
Telephone '2341.


PRE-CAT-LAN
Si vons avez quelques heuresde loisir, le soir, et que
vous d6sirez les passer agreablement allez au

Pre-Cat-Tlan
o06 vous trouverez, la plus belle salle de bal, la musique la
meilleure ex6cut6e par un orthophonic dernier cri et aussi
lesboissons les plus fraich6s et les plus pures.
champagne, bi6re allemande ou national, liqueurs de too
es sortes.


L'ldeal Rhi


ALIX ROY


28 annees de


GARAGE CENTRAL

Ludovic CH NET, Prop

SPIKCIALI1IS :.
Roda(les de SouIpapes


Salon do Coiffure
J Ummucl PEIREIRA
1Directeur
Cel oablissement se recom-
niaile 1(ir s(n iireprochable
Ssouci i, [hyvgiene et les soins
p articuliers don't ses clients
sont l'objet.
Angle des Rues St Honor6
et RMpublicaiue.
Telephone : 2i44.


DECLAMINAG"I: des SOU- ". -_..I
Photographic joderse
PAP F s I I CT 1CI IE Rn"'" ""i Ce',e, en face d la
SA1 1 11 A lrtII hanmuc' Baard
SI 1 Travaux d'art iA des prix
". IARl2 I .1 S S I hM L raisoniables;agrandissements
.. i reproduction, etc; tout ce
LACK & "ECKER qui sortdechez (h. Ascencio
BC DEC C IA est d'un tiniinconiparable et
Lavage des Autos ,r e in i'otn 1Itl6 cit iq(uc IiIUNNE tablit de plus en plus la
a 350 livres dc pressiu d-n cetu d(air. reputation de la mason.


SEA-SID)E-INN


Cafe H6tel i'citsaurant
Cet tablissemcnt entiercn i1 cstauire "r nou:iinvell
Direction. vous llre l'cuIn roli lc ias sict'i \i s trou
verez les nieilleir' s b).ison.- a ties prix d(lli tS loute cou
CUrrence. haUl; ,iaujta' l tous Its auicdis soir.
Tt*epbione: 2"W


Soulage des maux de tte
et de la nevralgie en 30 mi-
nutes. Ar 6 e un troi4l le pro
mier jor ft la.ma'aria en 3
jours.
60(6 en tabiettesjaussi.


Son t arrives


Disque,


I ouveaux


0'

4~1IIh


iDEMANDEZ LA NOUVELLE LISE


La (antai
passe.


ise pour les criardises exotiques et Am6ricaiwes a encore vito "
II n'y a que la Musiace d'Od6on qui reite dteM' lA OeM "
Disques set tououjrs les seals durables. - -&


Bazar Odeon
J KARAYANY.


- A


RP Feelu


success.


I


((9


a ~--~~-'------ '--~- -- -- i -~-- ~ Ile


C)~*.- --~1~-- --~---'


M.~b----~.~WLII~. ` -LIIL -- ---~CI


__ __


r2rrr~r


I,- .T


r~uLI-n


La Irr n IR ,


ONE


---


2




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs