PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04917
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 09-02-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04917

Full Text






imrnent Mag ofre
bIRECTfIjB

1 R68, "iJ AMERICAINE 1368
r TELEPHONE N*2242


"MA* ANNEN N* 6783


PORT-AU


r--GOP -m-.


Les Cas de Non-ilection

S au 14 Octobre _


--------


pcp d'espft* crolent
pr6voir qW i qtoi
ont les chsei il peut
llo arriver 4e0 les tlac-
do 14 Octobre solent n6-
j dan ua numbre do
options asez grand
fire manquer a Corps
tf le quorum acessaire
gg coL$ution, before
||aloD 1 quastiteui .
ice qu6drw no sit q4ea
Sorabsolue.
a casile pnsenot qu'llJ
a.nu A electios. complA
res, conforl6maent aux
alinass des riclde 35
Ke la Cqtituti ,wagi
j!t: Catt 6lectioa (en
id vacaide par s ate de
l4t, d6mission, d6ehbance
Itres d'un d6put6 on d'ua
olear)a lieu dans une p6-
i de trente jours apr6 La
lction de PAsmba e pi-
|ire, cocformtment a I ar-
ie 107 de la pr6sente Cons
wtion.- II en sera de m6me
I cas de non election dan,
0 ou plusieurs circonscrip.
VLarticle 107 auquel refer
Ilxte parole des assemblies
imaires qui sasaemblent de
M droil, danp cbhaqe comr
k le10 janvise dechaque
oie paire... II va ainsi de
i que, 6galemeot de pfein
t nf on mois aprd, I'as-
*blie primaire so r6unit
souveau pour faire I'6lec-
laaqu6u -t d ...,- da
Lconvocaion parleont cs
Is: le i plin droita et lIa
ocation a no soot-i Ipaa
iruditoires ? .
e ambiguity, qui consti-
jA une difflclt6 pour
iH normal des 6lecUons
pnteves du 10 janvier d'ane
M paire,en cr6e une attre
ande pow le caM des
a6ions actuelles; car elips
ane exception et, 4elon
tn'me juridique, I'excep-
doit etre de laplpricle


interpt6ation et as pent pas
tre appliqul e per vois dana-
logle.
Co n'est pas m6ae article
transitire C ql est en cause,
blen quoe i dcret du 19 jail-
let 'ait invoqu6; car cot ai ticle
parole, lal aussi, dou dis jan.
vier d'une ann6e padres; et,
s" '1 tit appliq u fersit rVf
trer 01 chose. das le re i.
me normal des atl.07,35 et9.
Le cas actuel consisted essenu
tiellement ,dans oue d6roga.
tion de la Constitution, eta ce
titre, dalt a suolire A lu-1
mAm e. Pour la question qui
OUS.O cc-pe, -nous ne voyons
pas trop comment, oe cas do
rtealtatse aniat aa 4 Octo-
bre procbaa on poarralt, ide
plein droits, so r aour en as-
saebl6e primaire le 14 no-
vembre, come s'il se lft agi
d'Mctioos normales, a n
computer laeontradiction qune
nous venous de signaler entire
la convocation a que pres-
criveot les art. 35 et 39 et le
*plein droits q u e prescrit
I'article 107.
On voiudrait bien, pour sor-
tir de la difficult, sa elle se
pr6sente au 16 Octobre, ad.
mettre que le pr6si4ent tern.
poraire devra prendre un
novel arret6 de convocation.
Mals, i ce moment-Al, taut
de chose se seront passes
qu'it y a lieu de pr6voir que,
comme en mars 1930, des cir-
,nat iue+n poliUqi es now
velles pourront paraltre beau-
coup plus int6ressantes quo
ce quo peat tdire Ia Constitu-
tion.
Nous signalioas derni6re-
snent e caract6re ambigu da
plan Forbes at le danger qu il
porte en mi. Ca qui so passe
chaque jour nest pas tait pour
nous rassurer, on plut6t
pour rassurer a es partisans
sinc6res; car, pour nous, on
sait comment, d6s l'origine,
nous nous sommes m6flis.


La Veille des Armes
VII
A MAI UA t-FORT GOLIN
Sil a bite esat morte pourquoi doit
survuire le venin ?


es les temps leg plus rela- voulu inlroduire quelques arti-
|deo notre conscience hal- des dans notrecode ctvil A pro-
lS,'dans ce temps ou le In- 'pos du c6libat qu'il d6lo rait, il
nos villas n'tait en non n'a pu obtenir q'une discussion
.tIe par aucun auitre people humoristique des journaux de
lilelis civilisations et que o1'poque qui naadmettait pas une
S rues etaieut pourtant bas- innovation contraire A nos
itoes de tous noss dchets do- mosurs haitiennes. ,
%Rques, de p3rudda d'im- .._
Ices,nombreusesencore,ilA, M. Saint Fort Colin a sans
lift les honnates homes. doute lu mon article intitul :t
t personnel no potvait Rodolphe Barau,une illastra-
MIa aratnit6 d'ua asaiA tion do notre incoherence hal-
t Coliu. HII t m-a tienue .. Co nest pas prcisa-
a Jean-Charles t oa Monsieur Barauque


j'ai AeiL Ce quoa jfai- dit repi-
eate u autre mtnret a men
yeux. J'ai voula trapper votre
etteation, Monsieur Saint Fort
Coin.
La goaeamrnasa *atr leas
mains la baegtle do commaa-
dement,-.4e puvoir A son scep-
tr.Le chel qui la d6tient s'aper-


Ui ni ciaboaa void' l la ir et I'oriter. 'gad i.
ot Sur laintr verdant de la iaIl.t as'accmileut et quo ia
a..IA al probl6me le plus *guet edevieatrog5,o m dowig
Siaiu6 de notre existence so relAcbenard le ay bole de
-*. pendamtil a At6 ane I'ratorit6 saAchappe d la man
1a8lt daensaQue chambre 16- corrode.Mais, .e resect do To-
tue, il a essayqaeqequaetois ire nom. de vos cheveux blancs,
ver la voix, mais le tom- d. votre pase6,at otre boa seas
Spaci6Clflue nal pas pag sont un sadatif qai retralctai
e-ra Is J aZ.al abrA r n baguette et ne vouas avce
Sqeairetaaet les i s IcaeiL d'an Hoolph
a a tason do ime ra I Votre talisamn, Moa-
ON* de notlesprit da e ar ait Forlt. comae oa I
^ ~VIA I*adifumobs;, ita r dqaistue"- ikFe Og


OuMiT)


,d A ministre

!1,mo Salaire"











"E 'y intendd mieux que moi. Tbua ls jours de paye. ,
dipoe nos &conaoies d'abord, et nous n'achetons rien a credit.
" tpe4dant de l'argent en banquet, nous sommes exempts d'iw
quitude, nous ri'avons pas de cr6anciers iviter et chaque anod
nos economies s'accumulent.
La Brochure cur le Budget de Famille public par la Banque Roy*.
vouw aides i administuer votre revenu-tant pour le dpen-m U pour I w cmnds.
DIMANDIE-XI UN IDMPLAIm


*I


. La Banque Royal
- du Canad.a *


une chose tri simple : tenez-
voni comane Iaiigudlle de ia ba-
lance et n oscillez jamais !
V
Vous tes de vieille race. Vo-
tie galvanisme est un example.
Qai ne vous revoit A chaque
lever du soleil A travers le Port.
au-Prince au service de votre
payM A remplir humblement la
mission social qui a tailt de
Tons l ouvrier qui jusqu'A Ila
mort reatera vrillA A la peixe I...
Bt quand la semaine dermnre,
A ma tourn6e journalistique, je
vous retrouval dans le plateau
central, a cette enqu6te de re-
dressement et de justice, je me
rris -A esperer dans la pro,
li conduite de ce gouver-
luoment provisoire... Gette r6ha.
bilitation,c'est i vous qa0eert
vra Eugine Roy, si-rous rali-.
sez avec intelligence cette bon-
ne chose, cette loyale garantie
des elections 16gislatives.Mais ii
taut que vos auxiliaires vous ju
rent tidelitA, it taut que Mon.
sieur Georges Petit soit I'homi-
me quit a voulu marquer dans
le journalism haltien par tout
ce quil r6clamait hier avec
acharnemeot et co!6re; il taut
qu'un Lorain Dehoux cesse de
servir uon cln et jure fid6lit anu
gonvernement provisoire;ii ltaut
que M. Chevry et son Conseil
Communal A Mirebalais ne s'ap-
pliquent pas A servir le Cartel
en utilisant leurs aides campa-
gpardes, lea Conseillers d'agri-
culture de cette region. ces ofl-
ciera de lis police ruriale de la
Republique pour une osufre do
clan.
Si vos yeux soot ouverts sur
routes choses, sur tons lea abus,
isi vous avez la clarity des dvd-
nements, vous saurez ddlouer la
ruse et la perfidie de cette vieille
conspiration Rodolphe Barau.Et
vous sortirez ,de cette afaire
I'A me toujours hdute,comme un
ronmain de cette belle antiquitb,
toujours drap6 dans votre hon.
neur quo vous avez port* sans
Aclaboussure. Et poi r6aliser
une chose qui paratt c opli-
quer et qui nest quo tort simple
r6 parelle-meme,vousnave qu't
p ter souvent en guise d'acte do
Ioi:
,,Morte la b6te, mort le venin.
S ,CasTnr A DELIENNE


La c6r6monie
do dimanche & la rue
Destouches
-o--
Lq c6rmionie de la b n6dic-
tion et de la pose de la pr, mi6-
re pierre de l'H6tel de I'Alliance
Franc uise et de I'Association des
Membres du Corps Enseignant a
on lieu au milieu de plus de cent
cinquante parrains et marraines
et d autres personnaliths civiles
et religieuses La fete a debuti
par la Dessalinienne et la AWar.
seillaisee.
M. L. C. Lhdrisson, prAsident
de ces deux sociAtes, a souhait6
la bienvenue A la belle et noon-
breuse auistance et remerci6
I'Honorable Ministre de France
Sd saparticipation a i'asovre et
" da w u..bui. -gements. 11 d64si
qne M. Wiet A I'alttention et A
Pestime de nos compatriotes.La
Prance, dit-il, est reellement, et
depuis longtemps, le champion
de I'entente des peuples pour le
progr6s de humanitye.
M.Ferdinand Wiet rdpond par
un remarquable discours d'une
tourcure tres 616gante. It fait
l'61oge de M. Lherisson qui est,
dit-il, un homme d'une grande
volo '6 agissante pour le bien
public. Celte construction est
I' euvre do son ddvouement. 11
esat sr qu'on arrivers, malgr6
tout, A bon port. Lon aura la
douce satisfaction, avant long-
temps, de prockder AI la cer,-
monie.de l'inauguration de ce
batiment qui ser a le temple de
li Culture et de Isa Beautd. II
parle de la n6cessitA des ceuvrea
spirituelles. Discours trs a p-
plaudi et alprdcit.
Le chanonme Hubert, vicaire-
ganeral, en I'absence de S. ..
Mgr Conan, qui accomplit ce
Sour le mime devoir A I'Arcia
haie, a bdni la pierre.II tait ac-
compgnd du R. P. Christ, Su-
perieur du SAminaire St Martial,
et du P6re Varron, administra-
teur de lIa Cathddrale.
Puis est venu le defild des
parrains et des marraines de-
vant Ia pierce ornae de fleurp.
Toute la propri6t6l tait pa-
vois6e de drapeaux frangais et
haltiens. Les parrains ont oflert
A leurs comm6res la photogra.
phie de o'H6tel.
Belle aprts-midi, malgr6 lin-
cltmence da temps.
SOn remarquait la ceremo-
'nie toutes lea lites et les per-
sonnes de tons les quarters de
i aI ville.


5 IV OPPRESIIO#mod
v r*o* r i I Poor on prompt r6glement
Globuls R6bad Jde vo tairdes r.ous

"wp m p & P t" G -e -



IL e A oMe leurs
FPoor Adeleseenet


parcel quisl % mnt mouks de l'avoin
de chboix mAie au oleU -Vitamind,
par doe Procdd s Natmeu.
CUlTS SANS FEU-
AU MOUUN-PENDANT 12 HEURES


ODAVS wAvOINB 3 MNUTNS
_* _- <. 1


l.a vi esl use souil de combi-
naisoss, et il faul les ludirr, I s
salvre,pour arrer a se ilaintenir
Ioujours e boise position.
llonor de BIAIA:


MARDI 2 SEPTEMBRE 19I


ION FRANC-PARLR


II tme uiambe quae utqu'icl, j
n'ai parl6 quo des delautsi de
l'haitlien I On me reproche, sans
0opte, de no voir quo Is mau-
vais c6tW des choses. II n'en est
rien. Mai, croyez-vous qu'il soit
ncessaire de montrer aux gens
1eurs qualit6s ? Chacun eat, sur
Ice point, assez gtnereux envers
sa personnel. Et puis, ne pensez.
vous pas quo le fait m6me de
,parler des d6fauts do quelqu'un
lest tune preuve qo'on lui recon-
naltt des qualit6s ?
Si, malgrd ces explications, on
client toujours a me laire des re-
proches, je les accepterai voloo-
tiers, car mon but nest pas de
flatter mes compatriotes. Qui
aime bien, chAtie bien, vous le
savez.
D'ailleurs, je n'ai pas la pr#,
tention d'6tre inlaillible dans
rmes jugements. D'une tacon gd-
n6rale, je ne fais qu' mettre des
idles sur tell ou telle chose,
idles que chacun est libre d'ap-
prouver ou de rejeter, mais, au
sujet desquelles, on pourra, je
crois, toujours discuter avec pro-
fit.
Pour ce qui eat dtI ton de m .
articles, n'y voyez, p,' vous pie. i
que la manilestalton d'un ta-m.
perament. I.e i Casiigat ri ien'o
mores ne saurait 're app i
que a tout le monde.
J. M.



Propos

cachetes

It taut savoir ne pas abuser
des bones choses, sinon le
plaisir se relourne centre nous.
Le RHUM SARTHE CAcIIET D'OR
eat incontestablement la plus
exquise des liqueurs, mais ce
n'est pas une raison d'en boire
sans measure.
On sail ce qui est arrivO au
c h e r Maitre le notaire X...
Au centime verre- cest qua-
tre lois trop, mdme pour un la.
bellion- au centime verre, il
imnsgine que son trop plein
pourrait bien servir sa candida-
ture au Senat... II sufit d'en d6-
corer le plastron de ses coinpk-
titeurs... Aux premieres eructa-
tions le aTemps lI'a fail rouler
sous la table et Matre X pour
un peu se noyait dans sa vo-
mique...
Le tail ltait de nature A com-
promettre le renom du lBumN
SARirE CACHT u'Oi .. M. Ed
mond Celcis a tout de suite pris
sesa reponsabilitks...et lail signi-
fier au notaire X... que desor-
mais on ne lui remplirait plus
a caratfe... ni A credit ni au
comptant.


La vogue de la cigarette
Paris, 24 aott.- La vogue de
lu cigarette prend, A travers le
monde, depuis la Grande Guerre
surtouli, des propoitiun. fan-
tastiques, et I'on a pine son-
ger qu'i lut un temps, pas tres
lointain, ou la Regie Fran;aise
des tabacs ignorait complete-
ment la cigarette et ne debitait A
ses clients que du tabac et des
cigares.
C'est vers 1874 que Iss pre-
niieres cigarettes toutes laites
lurent lances dans le commer-
ce, en paquet de vingt, pour li
modest some de trente cen-
times.
La Regie ne :tarda pias, alors,
A fabriquer un nouveau mod le
au prix de 40 centimes les
vingt.
Et ainsi, d'ann6e en annde,
des sortes difftrentes rent
mises en circulation. Le public
y prit gout au point de grever
volontairement comme aujoug-
d'hui, son budget annuel d'une
some consid rable.


Administralios Gi6Erale des pestl
Avis d depart
Les dipeches pour New-
York et l'Europe ( via New
York direct ) par le steerer
a Cristobal i si rent ferartes
wercrcdi 3 SepteiLrt cou-
rant.
Fort-au-Prince, le ler Sep-
temwb 1930.


hotri


a lu, avec un reel p
* ommuniqu antedilu
Secretaire d'Etat de i'I
Comme par le passe, I
Ina ranquillit regnent d
le I'ilendue du DNparle
I'Artibonite et lea o|
klectorales vont leur Ir
Iraudes, mais avec s
quelques pelites erreur
mes. Nalurellement, Mo
Ministre.


)











laisir, le
vien d u
ntnrieur. 41
'ordre et
plans to-
minent do
t6rations ,
.in, sans
culement
s de for-
3nsieur le


...a vu, hier main, vers les
neu'h eures, un de nosamis qoi
I s en allait rapidement dans lan di-
rection du Portail LtogAne. 11
s'6tait lail deposer par la Lisge
of il se trouvait du c6l1 do I'A-
sile Francais. Le rest de la rou-
Ie i; Ie fit a pied. 11 pch6lrta dans
Ia laineuse nliWe des 'hlmniers et
l line gene dinme v:ilt a sa
rencontre. Noiti.i ('l. ne pour-
suivil p.es .on ciiqu te, d'aulai I
p1ls (qUe I'aiii supf.li; it d'in
regard vraiiecnt d(solf.

... voil, avec j>aisir. que la
Slalion 11.11 K oiganisf de vrais
regals deux ou liois lois la se-
il1aine. On a le pinisir d'applau-
dir des a lisle: (i t, kealii talent,
Cl(inent Colico, loujours im-
payalble el inimiltblli dans ses
monologues ci holes, Madam.
Clesca d(on t la voix c.ltdumime
cristal qu'aux liemps oft ellechan-
tait d'inoublinl)lts'M iuUts,chr!-
liens I' au Sacr,-Cweur, Madame
.lean Magloire, indt pas,.ble an
virtuosity et qui fail du piano
un interpreted fiddle des brands
sentiments humans, M Val6rio
Canez don't I'Mloge nest plus a
hFire et qui parfait son jeu cha-
que jour daventage. Ausil Ie
Chainp-de-Mars est icrmphi d'uoe
foule anxieuse clihaque fois quo
I'on sail que les noins de tels
artistes figurent au programme.
Vraimen', si Id Sta!ion II. [l. K.
continue dans ce sens, elle n'au-
ra plus de deiracteurs et dans
les Antilles on connailra Pait
hailtien sous un jour qui ne pour-
ra qu'6tre profitable A notre r6-
pulation,

.. a rencontri un de nos amis
qui na pas tres souvent le sou
en poche. Mais comme il aimed
boire, il se faith souvent payer
quelques grogs par un autre
ami plus ortuno Mais voila, il
est grand bundu et ne se con-
sole pas de ne pouvoir rendre
les polilesses quil lui fail 11
trouva un true. Ayar.t rencontr"
Fami qui oflrsit tout ie temps et
qui sorlail d'une grande mala-
die, ili li d(lit A lbr' le-pourpol :
On va prtndre un grog.
L'ami refusa inalurellement
puisqe le nimdrcin lI i avail in-
terdil de bore. MNis Is p )liltsse
itait failed.
... a vu, dini-che martin, une
vingtaine de gossts qui sortaient
d'une seance de leur Cercle
sportif. lls encnibraient telle-
ment la rue de leurs rires, de
leurs gestes, de leurs cris qu'un
home mur qui passait dit au
camarade qui I'accompagnait :
Ce soul des ilecteurp eri
lhei be...
-h A moins que ce no soient
des candidals en herbe, rtpov-
dit i'autre.
a.. vu diwsathe A Kenscoft
un couple qui as iivait do Furcy
sons la pluie. Le Monsieur el la
dame s'assirent sur Ia terraise
et demandhrent un rhum po.r
soae rkchaufler.
Quel rhumi? dit le gareoi -
L'homme alors rdpondit,- it
Is femme acquiesVa d'tlii if
sourire:
)u rhnum.Henri, H. rriGar-
d46re, bien eu.tendu.
... a vu undt nos amisquianit
Son autoiol ile zempli de r* n-
nes creoris. Couite (ii lIi tlssuil
ues t.om i)li.eits de son godi
iu anv wut lieu n iutre,ilcrut
eji'no le Liaguii tt itepondltque
,' tait pour son cheval. Niais il
iubldat,,ii be eft nuai I, qu'il
nu' avait plu de cl. vao! tiuis
qu il a~iit veudu sou buagy.


C,-----------------Pr~- ~~. 1 -- ------- ---- ...----r T---_~_ ~ ,-- --- ------------------------ _.----------n-*----- -~----- --,- --- -- --~II -~-r-l -c~ ~"-~"I~-I" ~tl


__


A NN&


1 --


I


1 ' I'


ur~a









LEt ATIN- 2 Septembre 193


510
ji

Ia


Le rapport dla
GonimisionN Motor

Ou alit'ndail a\ec ini().I
ticuce ici Ic rapipult all ,,;> i ,
par tous les jouiuaux anlt-
ricaius dc l a COlcoini'S3:)ltI
Moon sur le Service Ieclic.
que.ll paj iii, qiit cc r,,p11 r,
ne sera public qu'a iii~ it.-
tion eUn Unuti dIIu OUt.tLi ti-
ment dclimilt qu ittuia ut,
le dro'it (t'clvisi l t',.1 It
lCt a la ti "ll ,t' ici iC tI It
IJiaUC d'At IlLlulu eC.'i ijOuA
tst-il le ruaqpti ui t i i l. Mo) l,.
a teC icsll delta 111 i ilui Ar-
meint dl'tL i


L'Attaire Colvin
L'anlaiie olvin siu laquticil
esl toinbielc |>einicl Miism
t~re du I'rlsidcii Iltioiin lI;i*
se preseitce ic.ino e, pJ i all it,
mais Cellotio l ()ISs l hlt 11il
velle ph.iasc. ()ii lit Solt
du I)r LColvin i a celtliii l ) DI
StlWarlt pl(ii a cI', Iul luss,
propose Ipouli -.LiCCLdcr u i
MeliorIne a la tiirecCioni ilt
Service National liydi'1yietc
Publique.
('.tst uktml cit iii til u ni *' Ia,
q li d'ilnposer le Dlr Itolvaii
au (ouveii ii t 'it. ia;ilticul,
bicn iJuc l L)e|ai i t.ilicnitd-L
tat l 0 iti,a cc que i.ipplrlcli
les depe h In' .I i'A.:,Aj.i iatcIu
Pries, quit IL. ao \cieln il nli,
Haiticui entil iir'c ti(ugcert ot)
d lie il)pa agre i la cainlida
ture i. L ir t&D o \ill ;i i. iit
rectioli du Scivicc T'ccliniiqut
d'Agi ici lit c.
Ou iic suit vr.iiiti.it i ai
conulleti l Io it .cla liiiiia.
Puisqu'l i st u(lit Ii i quc toLI
tes les (qil'0 i hlitu iilip) tlliit"'
nC toivCit illle111H |>ils tit
envisages p),ir le io iil\' Lit
nl'It itlti, l, ouititUit lli tI,
G(ouvei1iiciii til A miIC I .in lit
donnile it plas ltuiiiteiiic PC'
xeiuplc Ci'l I C 1I vail tc-' i oi
positions pour le (lUvCiI Ic
meat detiutil qui suiccctlelii
bieutot au (jOuveiInCtiACIIn
tratisituire ? L'.cst ic't)oy>l
nous, la ineilltiic lt.isO n ti
mni lt li 't I ti" l. C tlii i,. i
tiles el [JI piit'lilt s (Jil lii I i
qu nerve ini tilciiCii'it It-.
deux plartis. A imoins iiuc ii
Pr6sideut lo,,y ni se soilt p..
solidarlsc avec sits inliii lI
st qu'll a ci C'i il i nllt c, IL
1)r COvll -- tc 111 ( i i at*l
pour Ie isliulis, liualtiiidl, ,
Vaut vraitiuCiniux t. ',\ uyt
tout ccla a pius lird.


Lotelie

Populai're

L'Ainit .lle'des I nstilutiiel
et des in-li ti icet's, r'cotl ,iin
d'ti ,ite publique, a ()i ,, 'hs
Uue/l.ocro 'pujutlUiii'\auto ii"
par ladilli 11m' .i tio i ,t-
rieurc au p'oli tic Lia de l'lustituteur,de .-la Mtiat o
de PEnliance et;d'autrcs iwi.-
vres d'education et di'asi -
tance.
Le deaxieune rage aura lielu
le dimanche 21 eptembre.c.
I'r lo tu ilict : 1 g ,,t. e.


M la titllt/ l -'i ^ rl< i" ,

b tll 1 .1 t1 ... .

Afeot (wn:;; tr ti.,.


Notre Crise

Economique
ik I'Association Hal-
:,ienne pour la Societ6i
des Nationa
-0-

VtiidliTdi dnuier, le ConUi.il
I'is llirn .n l ll a ll de I Ass cih-
:'t l 111. l it illt i.Lvl" ld uIlitt
; s .1,sumll .1r u i U n Uh b'ait

iiqlue.
.1. L illti.ull, pi W idthle iit t
Si ,) tc, Ila iresucb e in quii-
S ulii .ql 's : .lisclt' dalis It
i;'i >t ia Li cimpag.ie,thotliage,
lV'tIe gctL raicL eI0 proton ilitc-,
.,.i .Igi Miciit. LC sout la quatrt
SIecls d'uflc iliKliue mialadle.m
MI. Ih.lwi iso)il devcloppe tous
aiit llS. Nuilt pa>ll, (lit i, onl
l l l i llllllA dit: i' tlll lliiS-
I)ll, t I dLiU s iloigit I :ps.
[ I t ill lolt l ltl ti C 1ClitOU-
21' it" Illsb et ItS .lilutits et Coli-
,:l ic (l ct ollauallL ciltu ql itst il
it )! ic Iati c ; Cc / le paslcur
,c.s Al ies ..
ii taut l)ien qu'oa se render
I oiple i u final puissant qui
ioUS ronge pour lui appliquer
0 t k 11C 1 l, i 0 1i'i e ....
d1 ll kii',.i. nI pati le de la
I'clui i.svaquwi, ce nouv.l EI'ta.
i iLotiop<" iiulilcuiiet', qt i v
ii lEC (l p tlitiC, g1 *ILC alis
ii vtJiy et e' *C i n it )l i).1 111
,lu Pitul. l C ii>,. k t i 1

iis t. i> li',, l i\Vt' dcl.ii liu
tlas s'c out ctl. l lilin,,ts.
I) i a SUsvi Ur poiliq.,e lhal
li t cl n .ct'l c te p irt lj oyt.ice so
CliC t [ It' pys' a tcit dtole d'iiis
tutiolis que peuvein lul euivie,
Wi; ttO(itp :d iGrai'ndes Natioiis.
Lii ce liOiioent, oi a)cLUipe dt,
tat l.ii t noiotniqut', qui e i
SotillUiUtti1 ai toUIc U l lope. C.v'
11ll leg, lc la *iu ik.il c Igu 'l Ic.
.\. iici i1us i lii L iC tiole qa t
Itr e iipayi, li p ltl plus coili
L.CI' a i i '1C i.iis cl et..tl di
,.al.tisc, O'cquinlII F iii'iable, dt
ili'C1c p)1i ol ltde... It laut pro
al' r I .i votiiC .u lL.tiiu gouVci
.iemienit d liiiiol.
NM. ith I~>O.l dtLtpose les pro-
o) ,lniiiu .ai vanlites :
1i l' oi ,ii i t tl li Co( Llii
, 11'. it . -L ,. li i iturtl p)ol i
mil~ i .1 -'it is ('I'' us l s'. pro-
iQ ri, i is r ie iii .. iit s tiii l, i rk
tcl'cilulr les.caucs .de la.'gravt
C iCe (qui sevit actuicllenenit c
liil ct di.' pil o.)sc Ies ir 'iiilee.l

2" LEi a It'tiuil leI de ()6t di
i' i ii L I ti 1 C lllik', M Llii li.it i
i le ;i C .. .il ''.\ .iilii lstlN i lltiui
i. l'ii ni l i ;l i t uio tv 'i'i.iti(o
ie bit-i Voi,,ilii tC ul ic Id
pll ol)lto lc Ill eti c ti U se l ili.un.


Ie p.:N ,>iil dc pieparur i, i
,'o it L, .a o uvci neient dtei-
aitit qui anrive avant la fin te
iliilt'C. t' Sel'ad Ull acte dc
ol'eVOy.ilict'.
M. J.Ir'iiti, specialiste des
.uestiouls 1 )ilOiiItIu.cS, appult,
d1. l.i 11:.- kp, L a t if1 ,, di:i t1,
I .L .. Lt'tL. IIt tL' t tS t: it: VC 10p 1w 'I ,
It' i t, tk'.cl .... el' c lle ilie A J ilOu'
Hl',I r O.)ut '- It'S ClHas.c,. IL ptial
itcs %Lettia VainLei ntL vtCt:.- eSi
I. Jua I a, eni 1.J,), par ic
u >) I, ii. ; la ligue .llailellin e
i,). lis dc litoiiine et I L i-
i ,e I .iia LL .' l'l S.....
St. \N. .i .it t q., i e Con ier.
S; i i des 1me-
S v t e prise.-
ir no110a, ;, t i st nous. qut1
iu, ftronii~ etl i', *iu:s Ongteimps.
i .'.,.,tiiL coi;U si5 der-
.1.. als counues det


,, tl tin t. > l.ii |.llat lllt' ,1 -
il i i I .l ptl \if.
i t.tl i'u Ir ttiaiicier i Ou, c
i'i c l: p.ule sat pauvre, maisi


'Inlct vii li ionamcricaine

en Haiti
J-0-

A I'unsilnul of Polilics, Mi Ihl.en Hill l\eed critique iivement
la iiiitiqueC i a I' larid es hlaiticus.- Elle *io pse
,I'ial de tla |o l1il olioii ;n iniominet de I'ulnquMce
dlc ( iiliai i,,i I0iForbes.
-- ---- it,'!---

'WILLIAMISTO\\N, 21 iou~ .-- ie Hnelen Hil Weed a criliqui
viverme 'nteIiciventiCn :.i1m c : it Ilain 'i la conl-rence Sul
Is l... Lats i.u d ls I iles, institute ol Politics.
i me Weed ~taitcl t crspordatilse de a The Nation )) pendani
Irenqu6te d ila commisionfolio LI ei Itduili. Elle dit que a le pre-
mier acte de I'inlteveltionI lOut .e'choisir un;prsident marion.
nette qui tul oblige pour olbtenmi tvrc ccoinnupar les Etats-Unis,
de prometilre de s o soUll lt iii t. I raitt r idigt par les Elats-Ullni.
donnant LA c 1m) s I > h,it),161v e I:, I N aiv ee t coi-omique d'Ilaiti.
I Au monliti de 'qu l :,( lit Mnie Weed, los liaiLieii,
torturs moans hI urlil)iet' pray, ,laient arrives a un points Ai
ils r ault an I p(ti Vt"ilir coi(il nation duns une r6volte san,
armes pluthl que d'endurer plus ngtenlps leur dUgradation na-
tionale.*


, tnisor est riche....... II vote la
ilEiande propose.
SLe Commerce est reellement
iix abois, dit M. D. Fenelon.
y a des liaisons qui ie ven-
n.i p,, pour claq gouidts par
our. Le peuple est pauvre. 11 est
ut1 eta lu iiii...... 11 taut agir, et
), oilipteiiiiinllt......
E'tulin, M. Lherisson pense en-
core qu'll laut, sanis larder, des
!ais et des digues cculie un
Situger, donatla lorte crise 6co-
Ito ique n est que I'urgent aver-
Issemlent. Aidons, tis mininte-
.i11i, la pluchlile U: dlliiilistra
lion.
Le Conseil 'vo.e Ivs d ux pro
llOltUol. % l tcOimpose lllhl le
.oliule LEciioniique : Mr Jer&-
iie, aticien Depule, ancien Mi-
'tile, ailCienl Juge en Cassa-
,o, vocal, pl resident de I'As-
s )Ci.tion Nationaliste des Ou-
i Iers Salari'es Haitiens, M. D.
lIaigiian, avocat, aancien Juge
, it tsssatoi, M. L. C. Lheris-
,011 Mr VM-iret, mirchaiid lail
ietIlr, ancient vi eV--pi resident de la
' hainiie d' Loiuinerce, Mr D.
Sin lon, comwptablt', cominer-
i'alt importateur.
Nois teicitations pourl, cette
ileurcuse initiative.

l.t"og.ine, I' 2; A\out 1930.
Monsieur le D)irectiur du iJournal
L U': MARTIN
Paorl-dtit-Pri.e,
. IMon.sieur le Dirtectur,
-I \touW.s sii hlieii olii de publier
ans Ic plus prochaini iluinro de vo-
Ire ili.ri'essantl journal I'avis que je
S()is 'iivoie sous Ic ouvert de la pr6-
,cit el tl'agrreT, r avec lies rciiercie-
minnts anticijpes I'hoinunage de I es
iucillhurs sentiments.
(tS)F ix FAUBLAS.
Notaiire.
*
D

Declaration
tlu decitaurs de I'Arroudisseneute
I de Leogn.4
-. Mes clier Conciltoyens,7
Des raisons persounelles, l'tat
preca3re de uaa sanut principa-
lement m'ont d6termin6 A me
retire de la campagne 61ecto-
rale.
Vous allez cependant me con.
inuer votre concours patroli-
lue, vous, surtout, chers 61ec-
r,,nrs de Grand-GoAve qui avez
iris la d6cisio de marctier avec
1101, en reportant, vos regards'
\iilnpiiliiqUes Vers 'lihoiiie qui
1. le,'le ieit t doinne sa tot,
11 Se t! p.'slll.i[t avec desiat6-
iresb se 'i i. i'. ati c. le triowi.


P v; 2


* Pr6viiion du Temps
:pour lo moim de Sep-
tombre 1930.
Rl giou de'Per.tau-Prince.

Le mois de;,Septembre sera
caract6ri%6 par dtux periodes
de fortes chaleurs,la premiere
durera [du commencement du
mnois jusqu au 9 avec deux
baisses occasionnees pariles
pluies du 2 et les pluses ora-
ges duA5 AiN la suited'une
diminution spontanee de la
piession atnospherique.
La secondepe6riode chaude
s'eteudia entire le 19 et"le 22
comme du 6 au 9 it fera beau
et sec souusb un ciel plutot
claii.
lout le.milieu du mois du
to10 au 18 seia plut6t trais, iai
iLinperature restant au des-
sous de la normal lour la
plupart du temps,surt, ut sous
action ,des pluies qui tom-
beront autour du 10 accom-
pagnees d'orages *t suivant
une baisse du barometre. II y
ui a ussi des pluies du 13au
16,ou ia la sule del humidity le
ainomeire atteiudra alors ses
pilus hautes positions durant
ic niois; de trks torts oranges
voutalorseclater.Une second
periode plus traiche s'ecou-
lI a r6s probabhkmtnt du 23
an 27, cpoque ouI on peut
uattendre a de ties toites
I)uies come d'ailleurs aussi
LIu 27 au 29. A toutesctsder-.
uiieres pluits-e joiudrunt de
oi s rages nolamment du
.,) ju 26 ce .du 24 au 29. Ces
Piutie bserouLt Louours accom-
panuees d'une plus haute ele-
vatliou du barometre qui, par
coLtre, sera bas autour des 21,
2(6 et aux derniers jours du
illois.
Le mois de Septembre avec
,es 184 mm. de pluie srbira
.ouuriant piobablenint un
teger dclicil d'euviron 26 mm.
Nous rappelons. Dnos lec-
leurs que. routes nos plevi-
ious o0uut sujettes a une va-
riauoupossible en temps d'ar-
rivee ie plus ou morms 24
heures.
Gentil TIPPENHAUER


IE~"""~-"l-""---~gllCL_ __ r_.___ ___ _~ ,_ __ __ _ _ _ _ _ ~_ ~__ _ __~__~ __ __ _~,,,___ ~~


_ I -I '


I


e
1
s

Ll
1
I
t






LB MATIN Septembre' 11W


/ ODONAL


N. et la Goutte


Rhumatismes
N6vralgies ,
otavelle
Arorlo-Scl6rooe
Ob6*t6


Qg *,tc.,o


ttabltilements CHATELAIN
pWrmsevr, s de.., 1pita'ui de Parts
15 GLANDS PRIX
t m, lue ' (t t,-,utu ;l-.s i e .


- Oh! mon amnt, que faie-tu? Tv prend,
dfs lui(wurs et lu ti la goutt....
- A c.' RO n rien, aecc quii elte eull.et'e
d1U/10D3NAL., rctu i'm.r I- rttiti l.ul.


URODONAL
nettoie le rein, lave 1I
foie et lea articulatiops.
1 assouplit lea art6tea
et dvite I'obdsite.


* Admlnlstn& I'oecasion des
pouus e-es aiguis dans la goulte.
IURODON.a n'a acuun tl rttn
tisernesnt fAlcheux. co0n1e1 les
lilcylates. riln des cifits dan-
gE rI uT rredoutiables pnirfls. du
colllq e et d(I la co'lcillii'.
l.(s (h !edo ;c rs, i lrdnt't rIa idd-.
titurl ti d tir u, ,ti'h. n 'l I r d rt'e
I nli,'i de lit |Hotiiittl''c r> il| rrois
11+b notaIliil iinl a!. ,r'i c.
V/t-ll llg i cli ,, I01 *lll U m kfi


lalle de la 'Chevrole'


DE LA LOTERIE DES (EUVRES


Le mirage de celte ralle est fixed au di-


manche 14 Sepiembre 1930, a


9 heures


du main a I'ELDORADO.


p..k A *" -- w-


Appel du Comite Electora
du Souvenir, former d'an-
ciens ilekves de Monsieur


L. C. Lh6risS


son.


1li


,oQuant i moi, is ne serai Senateur que
Sour les autres, surlout pour lea hum-
bles, pour ceux qui souflrent, et ils sont
nombreux... I
S(D6claration de Monsienr Lh#riason do
S7 Join 1930 )
Chers Electeurs du D6partement de l'0uest, nous vous
prions do voter pour


MrL. C.
JCOMME


Lherisson,
SfiNATEUR


C'eMt un homme d'un ddvouement actif et d'une volont6
SIlnd#fectible au Service du Bien Public.
Depuis 45 aDs, Monsietr Lh.risson instruit nos jeunes
6' gn6rations avec amour et conscience.
Les matilres principles de son progrsajme sont:
Le problime de la mishre et le probliwtrtle Education.
LE COMITEI


I


Inscriptions
Journ6o du 30 Aott 193o


le e Circonscription
( lire Section ).
P1re Circonscriptiun
( 2sme Section)
2ime Circonscription
2ime Section)
2ims Circonscription
(31me Section )
2eme Circonscription
(Mlme Section)


104
152


Total


contre
CONSTIPATION
prenes les

d3 DELORT, Pharmacien,
jig, Hue SaJ Antnoia
C'BST LE MEILLEUR
DME PURGATIFS
Aks.PKTRUS; Pharmsee ALBE TINI
* Pharmaoie d W Juasti VIARD
.t tonut- ebonnae Pharmest.


Toutes les Polices
DE LA


00

comprennent la Protection centre la

Foudre sans augmentation de taux


Euq.LeBosse0Co


Agents Generaux


Un moyen
ave t U11
Paits u'efrr


UsI yrie ave ri'
'lIs ilmer,. Lt place
l Parker de burera psi
i Ia nsionO eN a. bu-
real. sLa doceur do
ParkerDuefol de bureau
oe vile ceuvertie em style
de poche.
Demaidn i vitn diatri l
ieur pour Cellt forae.
-eiclusivemetI alec fl
Paierde Burai

pii d'N.


MOHR
& LAURIN
bistributeur


1 Dwb-ImI
Parker Duotold de Bureau.


Mot


d'ordre


AK 100
Point do ralliement
La Gutnaud6o

Dixie-Bar
Mme TIBIRIUS ST JUST'
CHARLES, propri6taire.
Angle des rues lRoux et Abra-
ham Lincoln, en face de .
aux ((Cent Mille Articles)). |
Chambres hien installkes.-
Pension complete 6 de bonnes
conditions. Bar bien bm6-
nagO. Dejeuner et diners i
prize mod6res.


Cosmopolitan Bar
Madame Bertet announce At
son aimable Clientele que son
6tablissement denommn, COS
MOPOLITAN BAR et recem-
ment install I6 la Rue du
Quai, a et6 transtere, pour
Cause d'agrandissement .laja
\ Rue du Fort Per, 6'c6t6 de la
maison Velten.b
Le mVme accuei lest reser ve
aux amis de Cosmopolitan
Barqui y trouveront des
consommations de premier
choix et un service bien orga-
nisk.
it


BAR T TERMINUS
F lace Dessalines


Cafe chic,


-- Restauian


de premier choix on 'on


Irouve


toute heure les


consommations les plus dc-
licates.


Sandwiches


Biere


s ins


(a hi


pareils


pr'essi Ol .


Hanabura Aincrika Line
Le baleau ( Amassia ), venint de Tamp[i Fla sura ici le
3 septembre, paitant pour i'h ope via Kingsto,,etc,preciant
du irdt.
Le navrire ( Feodosia i, venaiint d'Europ., c t a.t'eniu ici
vers le 7 seplembre, en route pour pour Kingston, S.mnito.
Domingo, Cuba, etc, pregnant fret et passagers.
REINBO I) & C", Agents.


Manufacture Haitienne
de Ciaretlles
GEBARA & Co
Les Ciqarettes
Dessalinienne*
SColon1
*Repu blicaine*l
( Porl-au-Princicmenie,
GrAce i la finebse de leur ar6me font Io d(liies
des vrais amdfffl s.


Goillez loiis les Bhiiiiis

ET VOTRE CHOIX S'ARBETIERA
INEVITABLEMENT SUR LE


I


Qui, a


prix e"al,est insurpassable pouLr sa


purete et la finesse de son ar6me natural
DIS71LLERIE DE I'AIGLE
M. FONTAINE, Proprietaire

D6p6t: Anale des rues Danies Destouches
et Maaasin de l'Etat.

Represenlants: St-Marc: H. Deschamps
Cap-Haitien: M. Giordani
Jacmel: Pascal A. Brun


I Ia


A G ; 3


t


--~-b I~_-------- I -- _I ---- _L_ -- -- -- ---- ------ 1. -----.~


- -19HL ___


mfvmmm


--i --


,:=a- 1%X:-*.. --- -- P: plifil R p Ma .=mwwa- Mcamm




Irl


Le Martin


4 PAOGS


. aL.,t nrI'NoE N' 6783
Port-se-Pnnce
T616phone : 2242


Poupees de Salon
-- Coussins -
Abat-jour.
Grand choix de fournitures, glands
ranges, dentelles d'or assortment de ga-
Ions Lame denlelle argent etc...
Vous trouverez le dernier cri de Paris
a des prix tres moderbs.
Prendre adresse au MATIN.
T61lphone : 2267.
.- z f t ~'rT


C e IIB m a....


C o qui;n'a jamais 6t6 talt
Ce qui no pout 6tre d6pass6.
Kola Chanipaqne

F. SEJOURNIE
Pr6par6 dans des conditions rigourcuses
D'ASEPSIE
Pr6paratiou et Veule
PHARMACIE F. SEJOURNE
Angle des Rues loux et du Centre.


II
I,


sain


A gr6able


IR iche


T riomphant


H eroique


E nergique


CACHET D'OR
CACHET ROUGE
CACHET BLEU


S ound


A agreeable


t ich


T


HI eroical


IE nerqetic


Fine Liqueur
Superfin
Fin


riumphant


^^^^^^^^^^^^^^^^^
^^^^^^^^^^^^^^
PH--

ii

i^Q


GOLD SEAL
RED SEAL
BLUE SEAL


Grand Cafe de France
Sous la direction avis6e et intelligence de Monsieur Fran
ois018 Giraldi qui est devenu 1'associe de Monsieur Patrizi. le
propri6taire de cetl tablissement qui n'a pas d'egal,le GRAND
CAFt DE FRANCE, offre a ses anmables et distingres clients,
los consommations les plus fins, les vins de t, utes prove-
nances les plus choisis, Cigarcs et, Cigarettes, Sandwiches,
varies, A des prix defiant touted concurrence.
L'accueil Ie plus s)mpathique continuera A dtre le meil
leur attrait du Grand Calt de France.


PATRIZI & Co
T616phone 2341.


PRRI-CAT-LAN
Si vous avez quelques heures de loisir, le soir, et que
vous d&sirez les passer agr6ablement allez au

Pre-Cat-Tlan
o1 vous trouverez, la.plus belle salle de bal, la musique la
meilleure ex6cut6e par un orthophonic dernier cri et aussi
I esboissons les plus fralch6s et les plus pures.
champagne, bire allemande ou national, liqueurs do tou
es sortes.


L'Ideal R1hO

ALIX ROY


28 annees de


success.


A.- -


I o I n --"li __ is m.4006- 1- m


GARAGE CENTRAL

Ludovic CHVINET, Prop.
Gil Xin I E IiPOIT- H-PRI(IE,( IIA;TI)
SPECIALITES :
Rodaqes des Soupapes

DECLAMINAGE des SOU-
PAPES L'ELECTRICI FE
PAR LE SYSTEM
BLACK & DECKER <
Lavage des Autos par une,;IPompet electrique BRUNNE
A 350 livres de pression d'eau st d'air.

SEA-SIDE-INN
Cafe H6tel Restaurant
Cet 6tablisAement enti6remant res'aure p~,ir la nouvell
Direction, vous offre I'endroit le plus select U vous true
verez les meilleures boissons A des prix deliants toute co(A
currenee. ouper dausant tous lea osameds soir.


Salon do Coiffure
Smnuel PEREIRA
Directeur
Cet eablissement se recom
made par son irr6prochabl
souci de 1'hygi6ne et les soin
particuliers don't ses clieDi
sont l'objet.
Angle des Rues St Honor
et Republicaioe.
Telephone: 2A44.
Charles* A *cencio
Phelographie odernoe
Rne diu Centre, en face de la
I'harmacie Babard
Travaux d'art A des prix
raisonUa bles;agrandissements
reproduction, etc; tout ce
qui sort de chez Ch. Ascencio
est d'un finiincomparable et
6tablit de plus en plus la
reputation de la mason.


666
Soulage des maux de tWte
et de la nav algie en 30 mi-
nutes. Arr6 e no trotd 1l* pie
.1 ier jo'r et I hmO iria en 3
jou rs.
66C; .: t'letjsauui.


m i-n e-_-


I.


I Son t arrives


o0uveaux hisq


0de 0on

DEMANDEZ LA NOUVELLE
La hataisie pour les criardises exotiques et Am6ricaines a t
passe. II n'y a que la Musique d'Od6on qui resle 6ternell
Disques aont toujours les seuls durables,
Bazar Oddo
.I KARAYAN
-.^e,-i.A Au
^--c Aaai B.iiS i^B ^


ues


LIST
enocre vite
e et cev e
OWM-46


n
Y.


~~___ ____ ~__ __ ~~___ ___ ~__~_~_~_ .__ ___ ___~ ____ ______ ~? ___~


-1 --C-


~L----- -- _=~ -- ---: ----77


I I .. .. ... NO Wl


~---~


m


- ~--


-


-- --


-I I- - l


1L- -~ -- --


Mardi
2 Septmbr 1930


F l




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs