PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04914
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 08-29-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04914

Full Text





3Inent Maglotre
bIMECT tC

IS6, RUE AMERICAINE 1368
TELEPHONE N 2242
MS*" ANNE N 76180


BIBLIOGF
-0-


HISTOIRt DIPLOMA
par'Abel hiro
EM


a question dite doe dac par-
dbl'Est) dans aes rapports w
|oos eat lumineaselent et
et traite per Abel m
El. lEe s resume en ces co
solutions alternative- i
t rlisses: la partle orien- s
so joint A nons en temps
intestine; elUe se so.-
de Inoa a temps dote
civil. R i en no peat d
montrer, qae cotte L
station, quoe notre tat de
ate division fat le sol ea
Be AMoevre d'uniication 1
ar Tousaint-Lou- p

Ieg ir peat dire, an n
de la nouvelle alliance A 0
e pens6rent lea leaders
Aocans Rami* et San- i
spr6s leur tri6aiphe de l
J4, a ils tronuvret danba
desunion ie pr6texte a C
pour. ne pas la con-
-, -- It- 0t)t* p on- p s
t pour une alliance avec s
du Nord et Christophe;
second inclinant vers one
te avec la R6publique et

aI manire de'conl-preu-
l d'u ne tell vrl, Snous S
vons invoquer le ilorieux jx
ple de la s coW6 iifi-I
cell de Boj*tia F
teur sur ce point d la
de Toussai~QnLooer
cette unite, qia suivit la e
tion atrieure duo
dura enMctwment autant i
i'adminitMraor de Boyer
ouelle la revolution de
ne lui permit pa de sur-
we. On peal Oger, aprw s i
j do paru-pria et de I aveu-
auent q u iinspir6reat A
I se-Joseph Janvier de dire: I
,L reunion k'lta sou tI u
que gouvenement est la
oe grande euve de Boyer.
Sla it sit al qu'elle i'a pas
a Janvier aurait pa ajou
: et qu'elle n tut jamais
reprise, malgr les desirs s
eux de plus d'un de ses
urs. ie ne peut al
r sur ce point le jugemeot
itit de l'histoire: sur nla-
on et devant le probl6- 9'
deo 'Est. nos deux gloires I
ales sonta To u s s a i n -
erture et Boyer.
a cependant uae place
e A ieagldt r entire les
poor P6tion et one mise
point A laire on ce qui
Macerne Dessalines.
L'exp6dition de celui-ci con-
tr la parties oriental tut une
E6nse aux-provocations du
gu ral Ferrand,qui comman-
dait cetle parties. L'Empe-
aomr, dit \bel Leger, so decide
islkpondre a l'arrete arrogant
di general Ferrand. Coet ar-
*tt, qu. nous traitait encore
doe colonies de St Doiningue a
et de a r6voltis a et qui enga-
aenit la population domini-
tine A nouscourir sus, iut
Urtes on motu suffisant poor
Iosmalines d entreprendr
ette expedition, preoccupe,
*. surplus, qa'il 6tai d'6vlter,
dans le casl oue aosTelle t*-
P~itioffsf jsede voir sur.
1r ne complication domini-

Masa cette entreprise,
daus leap'rit de
la pensee de Tous-
Muint- Louverture? A quel
polnt Abel Iger at-il reason
dattribuer A Dessamlines ui-
imS Ie e reve national de
dnner A& etr ay pour li-
tites la datare et loes mers?
olratirementa ce qu'il cro0t,
SConstitution imperiale de
180ne content aucane for"


Mule de ce genre.
La Constitnuon de 1801, des
sou Attielt ler, dusposait:
tAmD, eixnga dan4 aoute
i #e1idae Samana, la1


IAPHIE


ATQURV 'HAITI
las Ldger.



ortae, la Goakve, ls Caye-
ttes, l'le-&-Vacbest la Sa6n
autres ties seacentes, for.-
oeut le territoire d'une sule
omie, qul tait parties de I'Em-
ire franais, mais qui est
oumis A des lois particullb-"
s.a Par sle texte comme par
action, la penss do I'unit6
erritoriale de l'e appartient
onc en propre A Toussaint-
uverture.
Choet ate pour etonner, ai
SConstituton im riale de
805, ni colled 1807 d l'tat
r6sideatiel d'Halti, ni celle
e continneit dieq lton
quivalant A reserve en ce qui
oncerne l formula do I ar-
cle ler de la Ionstitation de
801. 11 eat done just de re-
oanaltre qua Deasalines, ni
hrihtophe no pens6rent A so
oser eux-iAmes en success .
man de la peasne de Tons.
aint-Louverture." -- .
La.preml6re r serve de ce
nre se trove dans l'art. 29
la Constitution r6publicai-
le de 1806-ainsi congu: a L'lle
rhaiti ( ci.-devant appelee
st-Domlinue), avec les fies ad-
acentes qui e dependent,
ormeot k te itoire dela Re.
omblqu d'Hali. -
,articoe 41 de tstitu.
Ion de 1816 est encore plus
ixplicite; il ipa cqmme
sat:. aaR.iu .qae d'Haiti
ast ue St indivisib; son ter-
itoire et diviat 6o d6parte-
meats, savor: le, d6parte-
ments do Sad, deloOaest, de
'Artiboite et du Ned dout
es limits seat ewnnaes et de-
igo6es par la loi de rAssem-
bide central de St.-Domingue
a date du of10jttl1d OI, L es
intres departements seront d6
signs par tme lol qui hxera
Leur etendue.
Or, legs onstilutions rmpu-
blicaines de 1806 et de 1816,
'est P6tion : c'est A lui done
qu'il faut attribaer d'avoir re-
oueilli la pens6e do heros de
1801. 11 y a mieux: Abel L6-E
ger nous entretiendra plus
loin de la collaboration de
Bjyer et da S6nat relative A
la praise de possession de 1822.
)r, ce furent p .cisment le
rticies 40(1) (reproduction
lie l'article 29 de la Consti-
tution de 1806) et 41 de la
Constitution de 1816, qui ser-
virent de base A I'echange de
vues qui eat lieu entire les
pouvoirs publics de l'poque.
C'est donc en parfaite con-
naissance de cause que nous
proclamons Ia liaison qui exitas-
te entre, exclusivement, la po-
litique orientale de Toussaint-
Louvertl.e et celle de Boyer
etile r6le dominant et prepara-
toirequejoua dans cedomaine
te genie privoyant de Petio,
doublement manifeat6 en 1806
et en 1816.
'"routes nos, constitutions,
epuais 1816, ont reDpt6 auto-
maiquemont, jusqu A cell de
1857, la tormale confondant
notr territoire et d'lle d'1al-
tie.
LNous ne signalons que pour
son burlesque la Gonstitution
de 1843 allant juasqu'E numi-
rer au hombre de nos Gepar-


tements le CGibo et l'Onmas,
just an moment ou lea r6vo-
lationnaires do Pra la com-
prumetlaient tle plus I'uovr
gurieuao. do
Puis la cocptio .dm Toms-
s int-Loaverture, de P6tion et
de Boyer tlt dAfinitivement
perdae dovue V J 4 v-A

- -p I *
(1) aL'article 40 d a ore Comtit-
s auromv qae les limit.. dk aiU
au qstf are de B .


I;'


Craigaez I'alleisle de i| rit isr
se... La pauvroee a ses Ianauhists;
I'epalfkme a Ms g ne.
hIIDRIOT


PORT.AU.


SAM IN -
a


Terrace-Garden


BAL-SOUPER
J U -- ... . n ..... .. I - ,- . . ,


Paroles de Liberte,d'Union

et d'Ordre
S, O

Le 29 Aotl rappellera I'anni- une 6re nouvelle s'oivrait pou-
versaire do glorieux d6cret le Il monde.Un p incipe 6tait pro-
Sonthonaz. l y a. 137 ans, sur clam6 qui 6tendait jusqu'A dts
la Place Notre-Dame, au Cap le limites que, la veille encore, on
courageux Representa nt de la aurait traitees de chim6tiques,
Convention appela A I a Ibrr6 lea cadres de la lamille humane.
lea enclaves de Saint Do mingue Une parole availt 6t6 dite ui
en 4t6cr6tant I'abolition de 1'es- bouleversait jusqu'en ses londe-
clvage. ment% les bases tragiles sur les-
Un sentiment de reconnais- quelles reposait la sociWte colo-
sance qui ne peat que nous ho- niale.Une place etait faite,parmi
norer nons faith I'obligation de les hommes, A des 6tres hier
glorifier la m6moire du grand sans droit,mnprisO, Ie rebut de
Conventionnel et de sa g6nereu- la terre ; et une orientation vers
se Patrie. Dans le chapitre in- la souveraine equitA, vers un
titel6 : a Ma Conflance en la iddal de solidarity universelle,
France a, extruit de a Ma Cam.- c'est-a-dire dans des voies in.
pagns Francaise qu le pu- counues jusque IA, 6tait entin
bliais dans aLe Matin pendant donnue A la conscience dlargie
la guerre, j'avais reproiuit ces de 1humaniI6 La cause des pro-
quelques lines d'un .Essai His- l6taires et des parias, de I Hom-
torique, do mon PAre, sur I'ori. me Noir, plaidee depuis des
ginoedes troubles de Saint Do- temps qui so percent dans la
mingue a nuit de nos ornf nes, ktait gi-
Mon P6re 6crivait: ( Car il gnie.La conception antique q ii
taut bien l'6tablir- et M. Bois- laisail du taible le bWtalI du lort,
sonnade n'est pas loin de le re- du vaincU lesclave du vain-
connoaltre avec nous quand il queur 6lait abolie. Lop)ression
Icrit quoe la Rvolution de Saint n',lit plus on droit inkgalit
Domingue est une des crises les n'etait plus on dome, Is cou-
plus graves dansa histoire de Io leur de la peaun n6tait plus un
civilisation-t Is ait Ie plus con- titre de noblesse, non plus qu'u-
sid6rable des temps modernes me marque diitanmie.La France,
et quai aurur r la destin6e de one oeis encore, langait comme
l'bomme les consequences les on d6fi le verbe de Ia lo nou-
-plus durables ot lea plus direc- velle;ellelaissit uner6alit6 de ce
tes,ce Wnest eut-6tre par la tra- mot de FraternitAo qu'elle avait
edise duI2 Janvier 1793 et, la inscrit sur Ias premiere page de
"to coup6.e d Louis XVI ;:ce son code de la Liberte a ;i ele de-
Io sont pas les Atapes surpre- clarait solennellement, en d6pit
nannis des arms republicaineas des prophites de malheurqu'un
sauvant la France doe invasion; prncipe vaut mieux qu' n em-
ce 'est pas Austerlitz, ce Wesat ire et qu'elle perdrait lea Co-
pas Waterloo ; car le memorial lonies plul6tlque d'y soutrir
de humanityi no't fail quo de plus longtemps lindignitt de la
betailles perdues on gagnesde personae bumaine. Le Commis-
Ciars triomphants on vaincus ; sire de la Convention avait
'est bios- et I'1istoire le dira alhlm6 on flambeau qu'ascun
sans douteo un iar quand elle orange ne pourra plus 6teindre ;
sers moins prompted A cil1brer at les despotes auront beau ex-
lea conquates do lalforce que leas pdier des soldats as-deltA de
revendications de la justice atl mer, lea mattres riclamer leaur
do droit c'est bien le Decret esclavesles creanciers invoquar
du Citoyen Sonthonaz,Comis la saintete des contracts, I'inttrtt
mire de la Convention auprns so coaliser, lea reactions sataier
ds JIsles sons Ie Vent, procla- sor cetteafamme lerr veut ever
mant Ie 29 AoAt 1793, as nom Uge, chaque lois quo des mains
do People Franaais, abolition imprudentes tenter)nt de l'arra-
de reclavage dans la Colone cher ou de I'6teindre.il en sorti-
do SiM Dongae. Ce jour-Il, ra des clart6s plus vivesa q. te-
ot Iwa p lesIrde doWaterloo, ront eacore tomber cautrea


VENDRE


I


chatnes. La grande voix do
Sonthonax, de nouveau, eveille
en nous les plus nobles senti-
ments.Nous I'entendrons encore
grounder ce 29 Auti. Aux crisa
enthousiastes de lous ces ,mal-
heureux,dont les dernitres chat-
nes venaient.de tomber, nous
ajouterons les n6tres.Nous altir-
merons notre energique vo'onteL
de maintenir- dansa Ordre et
dans I Union cctre glorieuax
' heritage de bibesA16 et d'IndA.-
pendance qu i a et6 acquis et
| qui noa proepAre quo dans 1'Or-
dre et dans I lnion.
NEMOURS


DI 29 AOW( I 9
I--




tw,1lII


ON FRATC-PARIER

' J' Am g6 raiatot sarpris de
lire dans a La Nouvelliste d'sa-
vant-hier une note, A propos de
Ia lete de charity au profll de
I'euvre dominicaine, dans Ia-
quelle je rel ve Ie paragraphe
suivant : a D'autres concours
qui 6taient promise ne furent pas
dona6s, parce qu'A la derniere
minute it fut r6clame un paie-
ment par cachet. La ltte ayant
UD but ensentiellement philan-
tropique, c'est Ia raison pour
laquelle de tous les noms ports
au programme, les artistes qui
donnaient gracieusement k ,r
concours ont et1 les seuls A aia,.i
A la representation*. ,
Je serais curieux de savoir de
qui a Le Nouvelliste tient ces
renseignements qui sont archi-
laux ? D'un autre c6te, je me
demand comment un journal
qui a teli ment le so 'ci du bien
de son pays a-t i pu se aIsisser
slier A publier, Aa la 16gre, une
pareille note?
1Voicfi lea Doma des artistes
qui, d'apits notre contrere,ont
refuse an dernier moment leur
concours pour une question
d'argent: Mme Jean Magloire,
Mme Arthur Margron, Mr Va-
lerio Canez.
Je vais maintenant vous dire
la v6ritA sur cette aflaire. Mr
Henri Chauvet, un des organi-
sateurs de la lete, s'est adresso a
ces trois artis'es pour avoir leur
concours. Pour ce qui concern
Mme Jean Magloire, elle a im-
m6diatement accepted sous re-
serve, toutelois, d'avoir an piano
convenable. I1 lui fut rkpondu
qu'elle aurait legrand piano qui
ept actuellement dans la salle de
transmission du radio. Son con-
cours etait done acquis.
Cependant, le jour de la re-
presentation, elle apprit par Mr
H. Chauvet qu'elle serait oblige
de se laire entendre sur le piano
qui eat en permanence A VariA-
tes. A partir de ce moment, elle
retusa nettement, tout comma
elle avail accepted, d'etre portme
au programme.
Je crois savoir que les deux
I autres artistes se sont abstenus
Spour la mem raison.
Je regre'te beaucoup que a Le
Nouvelliste aP gdneralement si
correct, se soit oublid au point
de croire que les arlisles don't f'ai
cit6 les noms ont pu, o la der-
n'Are minute, soulev6 une ques-
tion d'argent.
Si cetlte fte n'a pas eu le suc
ces quon espirait, cest bien par
la late des organisateurs qui se
sont figures qu'ils pouvaient
tout preparer en vingt quatre
lheures.
II11 n'y a que des haltiens pour
ne pas comprendre qu'un ar-
tiste ne peut accepter de jouer
sur un mauvais instrument,
alors mtme que ce serait au pro-
fit de la plus belle csuvre de
bienlaisance. Quant au proced1
em poye pour toucher ces sym-
pat hiques artistes, outre sou
inconvenance, c'est une superb
gaffe.
--- -


'Le Corps

du delit,
Que 1on noublie p s que, ce
s')ir A 8 hur-es prEcises. seroni'
represents, A Varietes. les deux
interessantes comedies du Gus-
tave Augustin: a L Corps du
delitl et uTi-Plume detectives.
Une occasion vousest ollert.
de vous amuser.Ne la rAltez done
pas, P. D. Plaisir, Augustin, Coi-
cou, Rey, par leur )eu plein de
verve comaque, vous leront rire
jusqu'aux larmes.
-- -- -,


Assurez-vots conutre accident
. la General Accident Fire A
Lite Asusrance (C:o'-n'tion f Ln
moted a.- WVve F. ,,mnenruis,
gmat Oft#, l pour .4,6,


- ..


4


~


- ..


R_


... a vu un de nos am a qrl
montrail, mordi A midi, duos
un ds cal's Ites plusaccuei plants
du Champ-de-Mars, son ch6que
de fonctionnaire du Gouverne-
ment Temporaire. Come i ly
availt Ia inie table un (ama-
rade qui, lui, n'a plus de che-
que, celui-ci dlit A lautre:
(a, c'est de la m4chaincett.
Pourquoi veux-tu attiser mon
chagrin ?
L'autre comprit, tout de suite
car en moins de lemps quil
faut pour Ie dire, il fit disparate.
tre son chique el command
une nouvlle tourn6e general,
sons les yeux conquis du Pa.
tron qui souhaitait, pour le bien
de ses alaires, q(ie de parei 1 s
scenes se r)p'I:issunt plus sou-
vent.
4
...a vu i'emba ras dun cou-
ple don't la joie I principal est la
danse. ( Ccoup)le, il est vrai,
danse A ravir, et c'est un bon-
heur pour ceux qui le regardent
,voluer dans une bel'e sail@, an
rytlme <'une lie musique,
car alos I, d ne prend les
proportions dl'une bells dart. Ce couple, NOTrK (E|L 'a
vu trets emb irrass.. II ne se d6-
cidait pis encore pour samedi.
Irait-il A Terrace i(arden, c'est-A
dire A Pltion-Ville,ou bien irait-
il A Sea Side Inn Ileqant ? La
femme disait :
Ou ira I i. samenli, i S.a
Side Inn ou A T'rriac ( ar len9
L'homme iell(chissnaii Mais
la femme eut A un 1oni-n' don-
n6, une idee tie gtenie:
Nous irons aux deux. A
Terrace (ardcn d'abord et A
Sea Side Inn ensuite.
,3 v va,(ldit lhommequi nA'-
tait pas moins enchanWi de cette
trouvaille.

... la vu qui disait A: un deses
amis, qui en Mtailt son cin-
quieme cocklil:
June hiomiue, vous n'avez
plus vingt ;nis.
... lui jeta alors un regard. 11
Atait cliauve, si mnioustl.che avait
des Ills bl nUc, son dos etait
voute6 e il eltit, lui, A son sep-
tlime grog.
L'homniie alors sourit, encais-
sa. Maisla secoil,, d'aprs., lors-
que Ie moraliile oinmanda un
huiltime grog, il lui noiiinura,
avec un sourire vengetir:
Viei!la'rd, vous avez Un peu
plus de vingt ans.
...a vu qu la VWet Indies
Trading Comp nmy a fail prendre
le bel ortophn' (ie notre ami
le dislingue dr, (r. cir d(les (Ca-
ves d'llaitil C'1 .I c- rtainement
pour une rep:ii atlon L.'ppareil,
on se le rappelle, ne fonction-
nail pas depnil- (quelque temps
et les clients sin plaignaient.
Les reparalion, I, durerontpas
longlemps,, el 'i. i deux ou trois
jours, on potiuri i Isomier (du
main an sot aln d'une l)u.
siquc agie ,le, iilrain:nite Ou
savante. Notre 11 lorville n'a
pas rcsis6 Ilon,,'ips au disir
de ses amis.
... a vu, merciedi soir, A la
Grand'Rue, un homme londre
avidement sur un paquet qui
Sgisait au beau mnilieud de la rue...
Horreur! Apeine avait-il tou-
che I'objet qu'ii Ie rejeta avec
d6gott. Ce n'ilait que de Ia
flente de cheval. El dire que
I'homme croyasil trouver quel-
que bonne fortune!
... a vu, au MATINl, l'embarras
de deux correcteurs qui suaient
sang et eau pour rendre en un
fransais elegant une phrase au-
Sglaise. 11s tournament, retour-
naient la phrase, feuilhtsieont Ie
Larousse. t E les voir a,,i pen-
chAs sur la table, blames, ha-
grds. on e~t dit diux icrivains
laborant une ,suvre giganles.
que destine a i rnumortalit...
J IIi ..








PANE3-2


1..E MATIN 20 Aott INC


- -. .... ... ...
...... - & "I-- AV I "PU-AII


RAFLE


D'UNE SUPERBE ET ElLEGANTE VOITURE FORD* FOIBDOR
3 WINDOWS CLASSES.


1.500

Billets


Or.1,00

le Billet


Les Billets sont en venle


chez


tous les Represenlanls de FORD de la Republiq


au Prix de 1,00 dollar seulemenl, el a la HAITIAN MOTORS


Grand'Rue


- Port-au-Prince


- Phone 2379.


Nouvelles de

Saint-Marc
-0-

26 Aont 1930
Les elections marchent leur
train, mais il semble que de
part etld'autre 1'entl'ousiasme a
un peu diminue.lAquoi attli-
buer cela 7? .
- Le nombre des electeurs insm-
crits est A 4.500 pres.Dunanche
a Benozelle, ou.la 5e section,
les groups des candidates La-
nier, Paultre, Cauvin, ont eu
prise de gueule Les candidals
se sonul dits reciproquement de
gios mots. U'est une tristesse ;
les amis politiques qui. hier,
6laient si lies, se donnent des
coups de poignard. RIalitO re-
voltante I,.. .
Dimauche 24 Aott,devant une
assistance nombreuse, le Doc-
teur Depestr a donned un meeting
au pare communal. II a parl6
d'or. En terms vrais et elo
quents,il a lait toucher du doigt
le ridicule de laderniere calom-
nie poit-e centre M.,Constantin
Mayaid, candidate a la iPrsiden-
ce, tout en piouvant tout l'ab-
surde de ses tausses accusa
tions Developpanl, il a demon-
trA ausi que le trailed de 1915,
ne devant prendre fir. qu en
1936 ; peut-on se dire candidit
A la piesidence si on ne veul
as voir le dit traie de 1915.-
es paroles du DI Depestr pro
duisirtnt lout 1'eflet voulu ; car,
it disait la verite ; le trait6 de
1915 devant 6ere respected, alors
que competent laire ceux-lb qui
sont les adversaires du dit trai-
tO.Mysltiet lM
I site ministerielle.- Ce ma-
tii, le Mini Ire de l'lnutrieur,
Mr Manasse St Fort Colin de
passage ici se rendant A la Capi
tale, a donned audience A I hotel
de Ville, devant une assistance
nmmbreuse. Discours du Magis-
trat Communal, Prifet, Doyen
du Tribunal et tommissaire do
Gouvernement. En subslance,le
Secretaire d'Etat a exhorted le
Couplet ala sagesse, tout en sou-
aitant le trioimphe des elections
16gislatives. 11 demand A tous
d'agir avec doigte, pour qu'il
n'y ait aucune contrainte relati-
vement aux elections legislati-
ves.Ensuite, il a declare que la
Patrie qui est notre mere, eat
malade sur le point de mourir.
Des consultations ont e61 laites
auprcs des plus celebres mede-
cins pour la sauver ; que tou.,
ont declare que le cas eat grave,
tres grave, tr6s grave,et presque
perdu. 11 a exhort tons a i u-
nion, tout en .declarant ,qu'il
n'appartient A aucun groupe,u-
cun part, il tAche seulement
d'etre utile A son pays. L'assis-
tance s'est retiree, enchantke
d'avoir pris contact avec Ic sym
pathique Ministre del'lnterieur;
mats sous le poids de cette gra-
ve declaration : a Lea medecins
les plus celebres ont declare que
le cas est grave,tr6s grave, pres-
quo perdu.s
Devant une situation sembla-
bie,des haltiens osent calommer
des Hommes pohtilques de va-
leur. Ou atlons-nouW ?
COHRESPONDANT


COUPS

D'EPINGLE,
Dans ia plantureuse nomen-
clature des litres et qualities de
Monsieur le Ministre des Finan
ces, publiee par ce,journal dans
son edition d'avant-hier,it n'est
guere lait mention de sa science
,Ians l'art de.determiner la po-
sition relative des astrws et leur
configuration.Cependant,de no-
:oriete publique,M. Georges Hie-
gnier est un astronome de grand
ialenl.Pourlant,si je ne;m'abuse,
ce titre,a luiseul,nerl'eAt jamaib
design a la.Haute attention du
President de la RIpublique, ta.
Vlonsieur ~tgnier est arme d'uni
instrument dangereux, et poui
peu qu'il dirige ses observations
telescopiques dans la zone de
la dunette du Commandant, it a
routes les chances de se trouven
en face du plus grand des astres
MONSIEURR DE CiA(A


Lire notre

4eme PAGE


NO8 WINISTRES
Darton Latortue
Le nouveau Secretaire d'Elat
de I'lnstruction Publique, de
I'Agriculture et du 'Travail, Me
l)arton Latorlue, 6tait dernidre-
iment encore Conseiller dElal;
il rtpr6sentaitauGrandCoDos 1(
l)epartement du Nord. U'est dt
IA qu'il sort pour prendre la di
reaction des trois important D&-
parlements ministriels que le
President de la Republique a
)ien voulu confier A son patrio
lisme eclaire.
NM Darton Latorlue a dejA une
;.ssez belle carrinie. 11 a 6e Pro
fesseur A I Ecole de jeunesfilles
du Cap-Hailien, au Lycee Natio
nal de la mine ville. II lat, en
outre, Inspect ur des Ecoles,
postegqu'il ne laissa que pour
occuper celui plus important de
Substitut du Commissaire du
Gouvernement de la capital du ;
Nord.
Monsieur Darton Lalortue fut
aussi Chef de Division au D6-
partement dela Marine. Avocat,il
occupa pendant quelque temps
la function de Juge qu Tribunal
de Premiere Instance du Cap-
llaltien, ou il se fit remarquer
par une connaissance avertie des
questions jurdiques el une cons-
cience incorruptible. 11 laissa
ce poste lois de la derni6re re-
lorme de la Magistrature. .
M. Latortue exerVait. sa. pro-
fession lorsque, sur la demand
du President Temporaire, il ac-
cepla le post de Lonseiller d'E-
tat.
It sera, nous i' sperons,auMi-
iistere dhliat quil dinge ac*
iutAilmn',, I liutine de devoir
et de conscience don't sa ville
natale, le Cap Haitien, garde
i'agrLtble souvenir.
S'Georges "R6gnier
Dans la note parue sous ce
titre, dans uotreedition d'avant-
liner, iI sest glissC une petite er-
reur.que nous nous emprusone
de rectifier.


Propos

cachetes


Taldy reprendra ds ia rentree
d'octobre exploitation de son
cinema,disparu,on se le rappelle,
au course des frequents et mys-
terieux incendies du mois de
mai dernier. A cette fin, elle a
pris en location les tribunes du
Champ de Ajars, et les a fait
aminager en ne negligeant rien
pour procurer aux spectateurs
le maximum de confort.
Pour ce qui est du spectacle
lui-meme, it sera ce qu'il a tou-
;ours ete:une succession de galas
cinematographiques, u ne fIte
des geux t laquelle le ceur se
trouvera aussi convie. t'--
aLe Matins ne parole pas ha-
bituellement d'un film avant
qu'il ait det prisente au public,
mais nous croyons devoir fire
une exception pour le -.
RHUM SARTHE CACHET D OR,
qui ouvrira la saison.
.C est une *euvre jascinante,
exdcutie p a r d e s acteurs de
choix et selon un theme passion.
net, fourni par M. Edmond Cel-
cis. Ce sera done un spectacle
inoubliable d une humanitefre
missante,et qui groupera comme
en une gerbe, les peuples et les
,iges de Ihistoire.
Taldy nous prie daannoncer
que pour cette circonstunce, les
caries de faveur ne seront pas


valables.
A tres


bientdl done!


- ~-


Le Monde
Flan alles.-Nous avons
requ avec plaisir la carte des
fian~ailles de Melle Madeleine
Pratt avec Monsieur Vidal Rou-
mner. V-*
Nos compliments. -
D6c6s.-Nous avons appris
de Petit-Goave la mort de Si-
mfon Excellent,olficier de I'Etat
Civil,sui venue mercredi 27 ao0'.
Ses luorailles ont eu lieu jeudi
au milieu'd'un beau convoi d'a-
mis.
Aux tamilles iprouvies par
ce deuil, nous envoyons nos
sinceres condoleances.

4 ompagnie 9gnerale
Transatlantique
Le steamer < Car mare>, de
retour de Santiago de Cuba
et des ports du Sud, sera ici
vendredi 29 courant dans I'a.
pr6s-midi.
11 repartira dans la soiree
pour le HAvre, via les ports
du Nord, -uerto Plata et Fort
de France.
Port-au-Prince, le 27 Aoit
1930.
E. ROBELIN & Co, Agents.


Terrace

Garden
Samedi soir, on danse A Ter-
race Garden. VoilA une nou*
velle que Ion apprendra avec
joie. Depnis trop longtemps d-
jp nos mondains el mondaines
d6sirent danser, au son d'un bon
orchestra, sur cette belle ter-


- I.;


I

ne
de
vra
mi
Lu
he


"ELLE s'y entend mieux que moi. Tou les jour. de paye, es
dipoe noe economiess d'abord, et nous n'achetons rien i credit.
"Posedant de 1'argent en banquet, nous sommes exempts d'n-
quietude, nous n'avons pas de crmanciers A viter et chaque anwk
nos economies s'accumulent.
La Brochure sur le Budget de Famille public par la Banque Royais
vous aidera A administer votre revenu-tant pour ls dsEpmi et
tat pour le cooomies.
DRMAMnUS-KN UN EXEMPLAIRS

La Banque RoyaOe
s,,. du Canada


S. yppon
Avis Notre ami Hyppof
Le Secretaire d'Etat au Dtiparte- se porte candidate an V-
ent de l'Instruction Publique, de de a Respectable Logs
Agriculture et du dTravail a 'hon- Ccsars-Unis No. 24.
urd'informer le public qu'A cause NonU lIi souhaitons
s exigences du service, il ne rece- chance et esp6rons quo le
a, en sea Bureaux, pour les corn. i l-
unications particuliires que les tions Be passeront, citto
andi et Mercredi de 9 heures A 10 ci, dans e plus grand calM
ures. de smr6nitf quoe 'aon6e
niere.


rasse gratifiee d'un climate d's -
A u Radio p grcables. conre La P. Ut ..B
Nous sommes certain que ,a Nous avons refu, avec
cette fete aura infimient de CONSTIPATION le dernier num6rode IAi
succ6s come les pr6c6denes prenez les Revue, dirig6e par Fr6d6ri6
Voici le programme du concert qui d"illeurs. COMPRIM t relet s'6ditant A I'lmp
ra eut e soir, la Sa- eddon et enoule. Henri Lussaud, A Fontena
ion II. Ii. Kc c11 .1- 1 .n -, UISSES Comte (Vendee).
8.00 p. m.Orchlestrede laMu idmilistralie Ge nrale des posIes 119, u Sa Lt-A n e content. 'intre
sique du Palais. (Dirige par It Avis de d6part 3,ALizXS icles,en'autres: Taxesi
Lieut. Luc lean-Baptisle.) Les depeches pour New C'EST LE MEILLEUR llous,- Les Troubles do
1. The Conqueror, Marche. Yoi k et lEurope (via New- DES PURGATIFS Domingue en 1722-172al
2. Nabucco, Selection. Yoik direct ) par le steamer PO3-rT-AAXT-Px a problem Social aux
3. The White Dove, Opirette. tMedeav seront termets ven o scPharmeedu Den recoutmann
4. Coquette, Valse. dredi 29) Aoclt 19$30. 1oc bonne, urmao.. lecture a lectegraciux evol.
65. Simple Aveu, Spcialit. i ons.du gracieux envoi.
6. Broadway Melody, Fox Trot.
7. Dominique, Meringue. . _. -
8.30 p. m. Lecture par le Ser-
vice Technique d'Agriculture.
8.40 p. m. a Stances A Ninon -
dites parMarcel Camille, avecI i n
accompagnemenl de chant, vio-!ilA
ton t isno, par Mile Luce Tho- sea, S d I Ill
mas, M.Emi. et Fabre Du-Ie -
rosea.
,8.50 p. m. Monologue creole "'- ..
par a Papa Youtte,.
Mesdemoi MesdameSAM DI 8 HEURES 1/ DU S
Messieurs rtt tranquille.S AME .lM D ll U L / 2 ., U is lH
8.55 p. m. Selections de vio-
lons et piano, ar Arthur, An- G
toine et Fabre Drosean. GRAND DINER DANSANT
1. Trot de I& Cavalitre,
Marche.
2. Lab belle6toile, Val Avec le meilleur Jaozz des Anitilles
3. Un Soir, M6ringue.

M. Georges R-gnier n's as TOUJOtI RS 1 T A R
tait ses Rtudes seulemenat c ez Lv-. 1 L l
les Peres du Seminaire I:ollege
Saint-Martial, commne nous I'a SURPRISE.- Que chaqae olame ou demo.clle qui rentre A Sea SideI .. i:i
vions ecrnt, mais bIes aussi n'oublie pa-s e r6clamerIa petite fichlit n u i ; sera d.ve rIs a i, r-~~ei
chez les Freres do I'Instractlio l heure prtcise du martin, le sort dtsigaera cele qui r erI. i e au la cdrecolol.rt.o
Chretienne. Ian Eltga. recra le be


, L;-' >


S.


A.


- -- ii 1 ___ __~_ _J__


7- --


----* ---- -- . r- m


tie


a







L' MI rll --


U -r- n..


DODGE BROTHERS


, r


S1 BMT


L


T


E
E


La quality est la premiere chose qui vous
trappe quand vous examine la D >dge Huit
en Ligne. Les carrosseries d'une pikce en
acier sont belles, exceptiopnelleienil confor
table., garanties et silencieuses. La quality
caracterise la belle tapisserie, les cousins
counf; tables, types oreillers et 1'd6lgante dcl-
signation de l'ensemble. De l'Avance de ce
moteur de huil cylindrr.s prov;ennent s: sou"
please, son acceleration sensible et sa pro-
d'gieuse puissance avec une economic remr-
quable d'essence. Dans chaque consildration
cefte voilure est une des belles traditions de


qualile et de confiance de la Dodge Brothers.

SIX ET HUIT CYLINDRES


KAEER'S GARAGE
Distribuleur


RUE


.; sAsR CAMITD '.ES LOR TES ~CE so ':
SPOURi ::A la ,i 1I
@..ETREEPATAIT ,,11,,
AW. M toAMl oc- sti l e
s..e. AITE FRANIAMSE
nm:.=. 6 5, FAVu. ST-Dn:I, PARIS 1o'1
N ecnvoi "*afr.NOUVEL ALBUM
SJoo l.ges amv cr nurs comirues
S .... D- QUO! rs D3 moIS s
,I N Phyhqu.4 A eumestpis de goute sort".
f 3 loq M clctos- .rapT Hgals.Arr(pili~ft
im niBtUtmettruC~eo trde m4,atdctous m :ers
?foUv AriuiHDAN S ). TOES LKS DANSE!S
n Mlr creerpositionout 'ami ',ore
*^-*eer. plw o wa d IIpW -e o.i
V8?TI.COTnUO.PJ AIRUBDBIrTlT.iZDCC' V II,'"


PAVEE PORT-AU-PRINCE ( HAITI )
PHONE: 2234 & 2318.

II I


cause d'agrandissement a la
Rue du Fort Per, i c6t ide la
maison Vellen.
Le mtme accueilest r&eer v
aux amis de Cosmopolitan
Bar qui y trouveront des
consommations de premier
choix et un service bien orga-
nis6.
SPour un prompt r6glement
de vos afluires adressez vous
A Me Lmmauuel THEARD.
Petit GoAve.


MIGRAINES, CONSTIPATION I
CONGESTIONS, TOURDISSENS
EMBARRASS CASTRIQUE
IL SUFFIT de prendre
i I'tM do vo repas
(toum I. de= joa.ts ulenn.. an.
I'LLE UODEl IU
147,RM di FuaberSt-DmPARIS
nll IlIluslllpr IssvirlthlsM
qul sont tout & ftlt blanches
t awehMwuMM dquIe "IamotA
DEHAUTAPARIS
got tram luihbmnt impride an noir


s ;. ; ". :. *, n C ..1.,!
1 T* ." L '*,,
d e c4 fa, e,
fraichiss-iit.
E "NO 'S* A '--
,A P&L %, v^ . .& ic ....'c .. ...r.ik ... ...B


BAR TERMINUS
F lace Dessa lines
Cafe chic, Restaurant
de premier choix ou 'on
trouve ai toute heure les
consommations les plus de-
licates.


Sandwiches


Biere


sans


a la


pareils.


pression.


Goatlez tois les Shiins

ET VOTRE CHOIX S'ARRIETERA
INEVITABLEMENT SUR .E


1


- - I U


.4I


Qui, 'a prix eaal,est insurpassable pour sa

purete et la finesse de son arome natural
DIS71LLERIE DE rAIGLE
M. FONTAINE, Proprietaire

Dep6t: Anale des rues Danles Destouches


et Maaasin de FEtat.


Represenlants: St-Marc: H. Deschamps
Cap-Haitien: M. Giordani


A.


Bru


n


1 1







Ail


Jacmel: Pascal


gommunsniqui -^
du D6parLtesnt'
do 'e nt6rieur.
I)e relour de sa tourneedans
le Ddpartement de I'Artho ..-
Dite, le Seci6taire d'E ate .c
l'Int6rieur envoie ses chaleu f".i
reuses telicitatious aux vail-
lantes population qu'il a
vidt6s, et qui lonut vivemet
intpressionu6 par leor beau *,,w.y,
comportement as course do AL
cae chaede pMode 6lecto-
rat. 11 a 6t1 beureux de cons- FUM NS D9
tater que la conscience exact ,
de la situation delicate du
pays,4 taut par les function -.
naires du Gouvernement que
par ,es iutresss, a contribu B at m n ib t
en grande parties A la diminu-
tion des possibilities de fraude Le bateau ( Amassia i
et A l'observance scropuleuse 3septembre, partant po0
des, prescriptionsi.de la Ioi du fret.
electorale. Le navrire ( F6odosia
"A l'exception de certaines vers le 7 septembre, en
loalitas ua d'insigoniiantes Domingo, Cuba, etc, pro
erreurs mattrielles,nullement I EI
imputables A un esprit tralu-
duleux, ont tW relev6es par
lea candidates; le Secr6taire
d'Etat croit devoir assurer Colom but
l'opinion publique du came
et de I ordre qui regent dans /
le LDpartemeut de I'Artibo- CO( m p
nite, et promet de trancher
judicieusement les diff6rends Le steamer "Baracoa
qui lui out t 6 soumis. courant est attend A Po
6"__11 laissera le meme j
Cosmopolitan Bar la Colombie, pregnant 'r6
Port-au Pri
Madame Bertet annoace a Colom
son aimable Clientele que son
6tablissement denommn, COS
MOPOLITAN BAR et recem.
ment install A la Rue du
Quai, a 6te transtir6, pour gy


Amerika Line
i, venant de Tampa Fla sera ici In
ur i'Eirope via Kingsto,,etc,prenant
1, venant d'Europe, est attcodu idc
route pour pour Kingston, Santo-
anant lret et passagers.
NBOL D & C", Agents.

an Steamship
an ylnc.
" avent laiss6 New York le 23 du
rt au Prince le A9
our directement pour les pt rts de
6t et passagers.
nee, le 20 Aollt 1930.
ibian Steamship Company l'ar.
GEBAIIA & Co, Ag-nts.

A ^..


FAGt-I4


Len Meilleuras
Pour ebibs
parce qu'ils sont moulus avec
un soin exceptionnel- propres,
d6licats et purs.
CUTS SANS FEU-
ULI MOULIN-PENDANT 12 HEURES
AVOINE 3 MINUTE
b1


I I


--


I I [ m


-- m


LL Ilk


03


I








Vendredi


AoCit 1930


L Malin


-*bc atLNkE N" 6780
Port-.a-Frince


T616phone: 2242


4r PAGUE


- .-r-..


_ __-I ~ ~_ _LJI ____~I ~_ I 1- _~~~~~ ~_ J ~i _.II-~. I I ~ ~-~--- -- ~.--~


I4


Les iouvelles cigarettes de:


LA NATIONAL S. A.





Samedi pirochain, 30 Aouit, la Grande Fabrique de Cigarettes LA NATIONALE SA.

presentera au Public sa Nouvelle Ciqarette PRINCESSE. II n'v a pas de doute

que cell Fabri(jue qui n'a jamais cess6 de travailler a l'am.lioration de ses pro-

duits va, cette Ibis encore, p esenter aux Futneurs le Produit d'un lonq travail don't


success


rapli(le sera la recompense.


L'Ar6me, le (;olt, la Presentation, Tout, dans cette Nouvelle Ciqarette, est fait pou

capture les Fumneurs les plus exigeants.


Grand Caf6 de France PRE-CAT-LAN
Sous la direction avis6e et intelligence de Monsieur Fran Si vous avez quelques heuresde loisir, le soir
Vois Giraldi qui est devenu Iassoci) de Monsieur Patrizi. le vous d6sirez les passer agreablement allez au
proprietaire de cet etablisscment qui n'a pas d'6gal,le GRAND
CAFL DE FRANCE, offre A ses niinables et distinges clients,
les consommations les plus fines, les vins de t, utes prove-
mances les plus choisis, Cigares et Cigarettes, Sandwiches, P e-Cat- an
yaries, A des prix deliant touted concurrence.
L'accueil le plus sy tpathique continuera A 6tre le meil ous trouere, a plus belle lle de bal, la
eur aittrait du Grand Ctal de Fiance. mil vous trouverez, plus belle snlle de bal, I. mu
meilleare ex6cut6e Dar nn ortho hnnic dernier c i a


LPA'THIZI & Co
T'rlephone 2341.


sique Ia
pt al tai


lesboissons les plus fralch6s et les plus pures.
champagne, biere allemande ou national, liqueurs de ton
es sorts.


P..- -- -w- - .--- I.m -,vl. -- .4 8MI*,uM.6o. lm


GARAGE CENTRAL

Ludovic CHENET, Prop
(R i'RIUE IPORT- U -PRINCE,( IIA:TI)
SPECIALITES :

Rodaqes des Soupapes

DECLAMINAGE des SOU-
PAPES L'ELECTRICI TE


Salon do Coiffure
Samueld PEREIRA
Directeur
Cet 6tablissement se recom-
mande par son irriprochable
souci de l'hygi6ne et les soins
particuliers don't ses clients
south I'objet.
et Rdpublicaioe.
Telephone: 2644.
Charles Asc*noo !
Phoelraphie Iderse
[ILL **riot *an **1(o *


e (* u Centre, en face de ia
PAR LE SYSTfME harmac^ e Babard
-r TismUescgrandlssementh
BLACK & DECKER -eproducoentc;e
Squi sqrtde tblez .h. Ascenso
Isva e des Autos pir une Pompet 'lectrique BRUNN est d'un finoiicomnparable t
S 350 livres de presqion tl'eau et d'air.; 6tablit de plus en plus (a
S________ | reputation de la maison.


SEA-SIDE-INN
Cafe H6tel Restaurant
Cat 65thblisment enti6rement restauri par lajnotarell
DirectionKvous offre I'endroit le plus select .u vous troue
veroz les meileures boissons & de.r'prix 46i ,t, toute con
corrence. Souper dansant touk les AmMWis soir.
TOtuphone: 3W


-.w


29)


le


*


I1





Si


C- .I-.-..zir L1I


,pro


,- "'m -- --- --


! a


-31




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs