PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04912
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 08-27-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04912

Full Text






Iement Mag otre
DIPECTR O

I tS RO AMEICAIN 138
TELEPHONE W 2M4

30aeANNBV *778 .


1.a m6irrile ds ds e.irs e 'a
fortune do philosophy, el liider, am
damee de teut, exeplfO des deiirs.
esI n ambiliae. DALE. liRT


MERCREDI 27 ABOUT 1930


svernement auto
int Louvertau
pl par la m6tr
come una db 4
Sguerre qu'il6ta
et a laquelle oel
come on sait. Le
t frangals e u
4de penaer q au
avantapfw s'6
l c6t6 de se arm
malgr6 1'avis pr
*t Touauiat-Louv
lieale d6portatio
d4iJur quo St-Dom]
Upifide.
Ot s faates de la
I- et outre les ci
Is de l idee r6volu
SImportee par eile-a
la colonie qui lui
Toussaint Louve
it d'oflrir uone assez
experience du r6gim
lase pour que tou
iOte indig6nes ressi
i k-Fenvi l ambition d
ir le joug colonial
voir continue Tous
aministrant St.-Domi
,madne et d6sormai
I e6curit6.


Aueujdt de tHsyoma Di-
PL.oATIOU D'HAITI par Abel-
hirolas LUger.



aose Uion am nricalnes.
e ltt Une coae6quence impr6vue
opole deaIs price de poaeaon de la
;lara- artle orteatale de I'.lle par
it en Toussaint on vertu do traits,
e r. de Bale fut ue cette parties,
gon- acqulise d "s Tors Ala race,
it la tlot utilis6e par celle-ci pout
Skes inqauter lee Haltiensdana la
ta nt juiiaance de lear rcentoe li-
nes, il bert6: ille menavait de consti-
oph- ler. premsqe sIr to territoite
ertu-i hatiaa oa boulevard de r6-
>n de distance pour la France. Deol,
ingueo t'expdition de Dessalines
centre 1'Est.
me- Lea motifs de celte expedi
ons6- liou sont bien mis en relief
tion- par Abel Lger qui met ainsi
name en garden contre la tendance Ai
chap en reudre seule respousable
rturti 'humeur belliqueuse de Des-
lon- salines, encore que, les hom-
e au- mes de 1804, nous I'avons dit,
s. lebs tant h6ritiers de la pens6e et
entis- de I'oeuvre de Toussaint, il
e se- Jut paraltre logique qu'ils
poui poursuivissent la restauration
ssaint de cette oeuvre dans toute son
ingue int6grit6 en r6clamant le b6-
s en anfice de la conqu6te oriental
realis6e, avec ses sales for.
ces, par le premier Gouver-


rappel d es planters near g6n6ral nok.
fut imputA A faute A En d6pit de l'cec de cette
lint qui, qu'il eft pr6vu expedition de Dessalines, elle
0'expdiuon tran9aise, ne fa p a s perdue pour la
pt proteger et conserver cause de r'ide6peudance hal-
,et frangais pour ioppo- tienne: elle tut, apr6s l'entre-
1e cas 6ch6ant, aux entre- phie de oussaint, le point de
r de la m6tropole centre depart de cette peur des tron-
I rglme. Les coatinuateurs tires qai, oen ce qui concern
Tm0ssaint dans effortt en les habitants de l'Est, nous ga-
dt$ rind6pendance crurent rdntit, en grande parties, centre
Ide prendre le contre-pied le danger ext6rieur. 4 ce point
Ins moyens, eacourag6s de vue, et s'il taut consid6rer
peras en cela par lea. vio comme d6finitil le recent r6.
meme de la lotte centre Iglement des frontiAres en voie
eft rebelle noir, et c'estl| d'tre r6alisa, nous pouvous
ce!a que la guerre qui dire que nqus entrons dans
.tit A 18u4 eut pour carac- une nouvelle phase de nos
laques extermination, le rapports avec la, r6publique
cre et la ruine: puisgue I voisie. Les trontieres corn
pot de rapprodhemedtret munes ont jou6, en eflet, tout
Kstervation de Toussaint lie long de notre histoire, un
616 m6connu, ce fut role actif qui r6percuta ton-
I'ablme entire lea deax jours sur les 6v~nements int6-
S1t I' an6antissment de trieurs et sur la paix publi-
ha int6erts commons. que. Dans l'exp6rience genb-
urqpoi, Abel lAger rale que lea circoistances, de-
ontre bien, Dessa- puas quelque temps, imposent
t 'organisation in- aux deux petits Etats voisins.
do novel Etat, rel- il y aura sans doute une lepon
4t second plan toute pr6- particulibre d es ronti6res
tion d'ordre diplomati- qu'ils auront i apprendre et A
tgaprda vis-A-vis de 'ex- retenir.
*r One attitude de m6. Le livre que nous aualisons
Wl;s il refuse le trait de nous oflrira, par la suite, bien
amerce que lui lit prisen- des occasions de demoastra-
IAngleterre, d6sireuse de lion pour ce que nous venons
ltituer son influence A l'in- de dire et nous tAcherons,
sfoe raugaise, et accucitUi Jans ce comple-rendu, d'ea ti-
SIadilkrence des proposi- rer profiL


Commerce entire Haiti'

et la France

1804-1900

Pan CmARLU Vepos

S (Vor les Nosdea.25et36 aot

(SUITE ET FIN)
tat pas toujours quo le meat, ni considdrer les a*'res
re stre deux pays so o i jolur unique des bAenfl-
Iloraqa'ils e aomtle*i :es materies.
t da la ltt a la i eat 616 trop long d'6aM,
iosn l advantages d'an or., tous lea lails qui, so soot
Slaveor.Le plus souvent passes relatits auflpiement de
Ort plut6t des m6comptes a Dette Nationale don't one ba 2
ceux qui coailisent les lance plut6t excedentaire en ta-
i, ne pose*ht point de I vyr -d'Heti figrait, en 1888.
Sessemlatllea que recta- dans la comptabilit6 des D6p6Nl
) Commaer dams son e- et Conidgatioos. L'aflaire pas-"
lOa ae doit pa eaviaaer sait par lea filt6re du D6parte-
6 trae ittemarc qa~n meat dee Relations ExtArioaree;
.A "mtarehatitoul I et apre d4e Wdairiias-s -


4h


28 annees de suLIX ROY

28 annees de success.


pr6sent6s de part et d'autre, Ie trentaine ou un quarantaisa
5 lain 1893, M. Box, Ministre d'ann6es, par example. Oe ce
d'Halti a Paris, visa, par dTpn- point do vue, et routes choses
che, .Ie Gouvernement d'Haili 4gales d'ailleurs,il Atail dilficile,
que le Gouvernement trancais impossible mtme. que r'avanta-
consid6rait come definitive* ge ne tit pas acquis A I'tpoque
meat r6gl6e la dite Dette, don't actaelle. Une telle comparison,
it avait obtenu computte quit- et en supposant vraie la statis-
tance. tique sar laquelle elle repose,
uqu .'e1858.oro.. Cmer. nous fait voir que le chiflre de
c. dsqueportion pour notre Commerce a double pen-
e i t poron pour ce, n dan t cette tongue 6riode.
,ft ,.i lt .s ..:., -: do Rlativementl A a diminution
va.t nan eseee 2 mitions de i 'importation des marchandi-
rancs; mais la moyene deo ses tranVaises A cette 6poque
Importation g"n6rale de 1853 A d'e.tension du Commerce d Hal-
1859 reprsentait 4,500,000 dol- ne sera pas facile d'expri.
lars et celle totale.exnrt et un mer ici tot ce q'i laudrait di.
port, tai. de 8.308 8 9,75. re sur un fait don't l'6vdence
Sal est quelque chiuse de ditf- affir danne en an;ne.
cite a fixer du resort des alail Cependant, ds la mise en vi.
res pub.iques dHati, est bien Cependan, dsi mse en vi
du c616 de notre Commerce gu"eur de la Con'ention Coni-
avec l'Etranger, sur lequel it ne ercaat du l31 Jullet 19 0 eni
sera point acile de irer des in- en tre Haiti et a race, it deai
en 6tre tout autrement, si lea
formations, les statistiques tal- consid6re les privileges qu ap.
sant d6lant jusqu'en 1916. po:tait ce train, dat les avan-.
Le6v6nements intreurs qu i tages, non centre-balances par
se sont d6roul6es abcertainese6po auun. concurrence, compen-
ans pays, n s aucune concurrence, compen-
qaes dns le pays, en sont les seraient dans une large measure
principals causes, taisant obsta le ft moins cher d'un pays
cle A Iordre que r6cla"me admi- plus voisin, si le Commerce
mnstralion publique dans sa ar d'Haiti allait s'a provisionner
checoplinue.Cependanlit lest des pl.u6 sur le march en Conven-
slatistaqus eparses, sons une ion.
pablicationofficielle, qui pour- supposant vraie la statisn
raient encore apporter que que. En su pposau e ci tals.e
renseignemosmr le mouve-tlique sur laquelle ces chi/fres se
resei nements sur le d monve reposent, pour r6p6ter textualle.
ment a Commerce 'eat la manisre dont s est ex-
la France pendant certaines p- ont Secrtmanire d'Etat dux
riodes, malheareusemententre-prm le Scrtaire Eapos don6
coupees. Mais ele soot insufl- ra A r'Aessmblo e Nationale en
santes et neopermettent pas d'en o... ... doanons ci-desaeous
irer ds prcisions absomen195, nous donnons c-dessous
indispensable n a tell ma- e mouvment du Commerce
indispensables n ne tell ma d'importation de la R6publique
qe poq adminisrat.. d'Hatti avec la France pendant
Cehaqe oaqueadmia. i une p6riode do dix annes com-
ve haltienne a marque dans cet me iudiquae dans ce document
ib rmo I i o, sous des lal .
aspects di6rents. Quand celle ValeurDollars
d'un Ponvoir r6gutier amine 1897o 8 490.509.39
avec lui on regime de paix et 1~96799 942.683.47
administration, il se dressed de- 1895. 9 1.240,442.76
vant Inui plut6t une liquidation 1994-5. 1.501.372.29
qui s'impose.Cest alors one ag 1893-94 1.772.223.72
lomeration des notes, conton- .1892-93 1.425.68.82
dant entire elles des matiAres 181-92 1., 3 ,.
statistiques qui,ne pouvant dis- 1888 3.525.000.00
tinguer, n'apportent aucuneclar- 18
16 sur ce q .a.i serait n6cessaire Cette chelle descendalHe du
de connattre et do prAciser sur Commerce d'importation d'Haiti
le Commerce d'Halti avec les avec la France, dans son carac.
marches ext6rieurs. tire persistant,est tres suggesti-
D'apr ces publications otfi- ve pour nousinciter instinctive-
cielles sur administration g6. meant A en chercher lea vraies
nArale de la chose publique et causes, etant donn6 que depuis
du Commerce de la lRpublique' 1888, it no sy est pro)luit, ma-
d'Haiti avec l'Etranger, il est in. me apres l'ann6e 1J00, aucun
tormi que pendant Tanne 1888, changement favorable auquel
le Commerce d'Haiti avec la ces deux pays s'attendaent "r-
France sole a marqu6 une va- r6vocablement depuis qu'en
leur deo rs 86 millions ou P. 16. Juillet 1900 its s'dtaient mutuel-
275.000 dollars don't P3 525 000 element consenlis de tr6s grands
venant de l'importion. privileges tarifaires.
Haiti vend beaucoup plus qu' UIARLS VORBE
elle n'ach6lte en France. D'aprs --
le tableau g~ndral public par la.
Direction Gtn6rale des Dounanes me r
trangaises pour I'annde 1888, f M Ialdy,
cette dift6renceos'616ve A francs -
68.800.000 on P. 12.750.000 dol- Officier d'Acad6mie
lars en ltvear d'Haiti.
En eftet, la France a tonjours -C'est avec plaisir que nous
t6 le. principal d6bouck6 des appretnons que notre amsie, Ma-
prodnits d'Haiti auxquels il tut dame Lily Taldy, vient de re-
assur, depuis tra Ilongtemps, cevor duGouvernement Fran-
une clientele qu'il ne deviant cais le ruban d Oticier d'Acade-
pas tacile A des pays concur- mie. Nulle r6cempense, jamais,
rents de dtourner, tout autant n'a 616 pius m6rit6e. Madame
que rindustre agricele haitienne Taldy est une de celles qua main-
n'aurmm S. discontinue daams la tiennent en Hlaltie flambeau de
diversity des memes cultures. 1'id6 frangaiae. Qune A soilt
-1 Ise scqntate inverseomenat que come actrice de grand talent,
andsterae tranaaise n'a pas va que ee soit comme directrice
se dAvelopper son an c ien ne 'ne do nos plus grades sales
clientele sur un march oa it se de spectacles, lle na jamais rA-
fasiast evec sesproduits qaui y 16 occasion de pr6ter son con-
domeha-iot, une-cbange qui a course aux cuvres frangaises, et
plui6tb bism malgr ce dve- cost tonjours deoaiet6 de caur
oppement trt marqa6 do Corn- qau'eie lr fait. .
mercer Estrieor de la Rtpubli- ,Si quelqueit grande pieces
que d'lati.donl lees fluctuations Iraneaases maodernes ont pu Atre
dependent platbt descounrs de a |mont6es A Port-au-Prance, le
rancipale denre qua eat le Ca- merinte iui en revient entiere-
r6. -ent, car elle est peut-6tre la
o)nj 'Expos6 G6neral de la seule autour de laquelle leos
Situation de 1t8i5 on lit cettel amateurs haltieis aient accep-
rtflexion :sDe no. |ours,lerreur t6 de se reunar avec joie.
a cunsiste eon ce que, quand on La MATINs, don't erIe est uae n-
a voulu Iqer dudeveloppement dele amte,.partag son boameur
de notre Conerco la com- .io ceor et luai envoia sea cor-
par ce qui' i6tt y ai nM dialei f6hcitations.


BIBLIOGRAPHIES


Cost avoc plaisir que nous
avons appris la nomination de
notre ami Charles Ascencio
comme Conseiller d'Etat. C'est
an haitian boun le, sarioeu, un
travailleur consciencieux et de
valeur. Au post ou vient de
I'app6tler la conflance du Presi-
dent de la s 6pubfique, nous
sommes certain aqu'i se tera
remarquer par la dignity de son
caractere et ua souci temarqua-
bie de la cboae pubhlque.
..Le AMatin lui presents ass tor-
diales iticitations.,


ire Itil


le monde oat coulent, et NoTm
t&u.aulour de lui ne voit plus
,ue dee sourires.. --.


RON FRANC-PARLIR

- MAXIMES:
On no penut tre vraitr ent
malheureux que lorsque l'on ne
sail plus pleurer.
Un noble orgueil nous pousse
souvent A acqutrir des qualit6s,
que nous .tions loinjde possa-
er, rien que pour ne pas trom-
per I'opinion d'une seule per.
sonne qui les [a mises A noire
aclit.
Les coups de langue sont
comme des coups d'aiguilles
avec lesquelles on coud sa pro.
pre reputation.
En amour, plus qu'en touts
choses, il est dangereux de dor-
mir sur ses lauriers.
Une lemme AgAe est come
un vieil habit : un petit'coup de
ter sutfit parlois A lui redonner,
wnomentan6ment, le bel Aclat
des premiers jours. .
II taut generalement plus de
sentiment que de virtuosity
pour laire vibrer harmonieuse-
ment les cordes de ce noble ins-
trument quest le coeur d'une
teanime.
L'amour de la Patrie est com-
pose de (livers sentiments parmir
lesquels I'intdret personnel se
hit toujours une petite place.
J. M.
coups

COUPS.

d'EPINGLE...
0-

J'appelle, de tons mes voeux,
un bouleversementde propor.
tions colossales qui, 6bran
laut, de toad en comble, les
bases de notre turbulence d6.
mocratie, aiguillerait notre
Stat polit:que actuel vers la
Sainte Monarchie, une Mouar-
chie temper&e, s'entend, dans
les gouts de Montesquieu, no-
tre sensdel'absolutismeayaut
suflisammeut lait ses preuves.
'JL'His oire. d'ailleurs a ma
gastralement et superbement
camp un de nos h6ros na-
tionaux a qui revient I'hou-
neur d'avoir lond6 un c6l6bre
royaume; 1'experience en a
tee excellent; les besants d'or
sur azur de cette 6poquesplen-
dide ont, certes, perdu, de nos
jours, leur brilliant d'acier de
chirurgie, mais, les squeleties
de pierres de la Citadelle La-
lerridre et du Palais Sans-
Souci demeurent et consti-
tuent des preuves irr6ftaga.
bles et r6trangibles de notre
Age d'or politique
j Pendant que j'y pense, peut
tre le moment est-il d6jA ve
nu ou nous pourtions, sans
heurt, nous at'eler a cette
oeuvre de transmutation gran
diose? Nous enavoos.du rest.
les tacteurs sous la main:
nous arous le Koi, nous avons
le Temper6; les elements de
la Dynastie ne font point de-
faut: le Priace royal existed,
les heritiers de la couronoe
toisonnent; le Blason trans-
missible est facile A creer, et
la particle de, si chbre aux
derniers rejetons de no tre
Empire aboli, tout aussi facile
A multiplier.
MONSIEUR DE CRAC.

CEARLES ASCENCIo
C iieiller d4'lat


A


-- -- ~---~~~~~- -- ---- -- -- --- __ _______ __~_~ _~____~~ __ _, ~ ___, _,_ I__~__ _ __- -._1,.


.. a vu un de nos confr6res
qui, parlant d'u i endroit oui I'on
it:nse merveilleuseiment. au crit
que c' ait la iltpis /ihe sale...
Tolns Its goul ,s oiu conmme dit
I'aul'. lous les (dtgouts, sont
d;ni Is a nature.

... I! avaitl tI l I pari que sIn
compagnon lui (donn rail tout
ce (lu'l availt sur lui. Les autres
prolesi'rent.
Vous allez voir.di -il, alors.
II lui demand sa montre. 11
la lui d(onnu. II luii idemanda son
mouchoir, il le soit tide sa poche.
Les aulres alors crierent et de-
manderent de ne pascontinuer,
puisque de ce train I'homme qua
donnail finiail par cre nu...
*
... a li.dans ua tide nos aima-
bles coifr6res, que M el Mime
(G. viennent (dei metreau mionde
un b)l)e. A sours, sichant que
si I'on se me' deux |))1or t aire un
b)eh, o n'esl qu'uian A lei mellre
au morade. Ah! pr ce tlemps de
vie in'ncst-, auquel de nos con-
frtres de telles petites chose
nari'ivent p is? lieureuienit.nt
elles ne pretend qu'aux laquine-
ries et qu'nu rrue t cela nous
console, une second, de ial-
niosphere d'injuies et decaloil.
nies dans laquelle nous vivoIs
depuis quelques s maines.
*
... v'avu, tis hal)ile, el laisant
la r6claum pour une teintuts
nouvelle.
Ainsi, tenez, moi, disait-il,
ie ne me sers que de cetle tein-
ture qui est, je vous I'assurn,
6palanle. Enfin, voyez come
mes cheveux reluisent A la lu.
miere, et combine ils sont noirs.
El les deux viaux, convain-
cns, secoudrent Ia t le, en se
promettant d alley, e lendemain
maitmin me,se payer une dou-
zaine (ie flacor(s de la precieuse
teinture. Mais ils ne se rendaient
pas complex, (lullns eIur joie eber-
luae, que l june hoinne qui
laisailt cetle reclamnie n'lait pas
teint du tout el (que la nuance
&clatante de sa clievelure. il ne
I'avail re<-ue que de la nature.
4 .
... I parlait mIal des am6ri-
cains A une table o() I'on buvait
des punclis successif's. Mais I'un
du group se penclia vers un
journalist hoinile politique qui
buvait, lui aussi, et lui dit :
Ne vous y laissez pas prea-
dre. Chest lout un autre home
lorsqu'il parole aux amtricains.
II change mmne 'de voix. Elle
devint plus douce, plus tendre,
Meliez-vous done...
... a vu. lundt upres-m di, a !a
rue du Centre, une vieille voi-
ture qui,
'en po)uvant >plus d'efl'orl et (I
doulour,
ibait allee s'6craser centre une
galerie. Elle aviin It's deux roues
d'avant completement bristes.
Leurs debris gisaient ptle-mole
au beau milieu de la rue... Et
le conducteur regardait toutce-
sla philosophiquement, attendant,
sans doute, que quelque ami
charitable vintl aider A sortir de
ce mauvais pas.
[ ... a vu, lunda soir, un pauvre
gueux qui cheminait aous la
plate. De ses habits depenailliA
sulntait une ean sale et nausea-
bonde. Les voitures qui pas-
saient 'eclaboussaient constam-
ment, comme 3i elles voulaient
le nargner. Mais lui sen allaht
saas mime detourner la tAte, lea
bras frnlusement croises sur sa
poitrine, et, come eit dit Jean
Hichepin,
... tun pas digneet philoophe ..

. ... voit que les pluies de Sepl
tembre ont commenc e.elte aug
nae en Aout. Nul ue a en plain
An lea ciladins qua en ouat uias
chad, 1n les paysans qui con-
sadereat celte oudee commue une
benedc4tion du cael. Mosa tout


f


fA








LA MATIN 27 Aoa IMN
A m. i i -m i .._= I II ill II I I, I.


- _____________ ..


L'extinction de voix du

haut-parleur attirait

l'attention.....
IUn exa men plus approtondi ne tarda pas & reviler qae
la late devait 6tre attribute A ses collaboralrices, les
lampes.
II taut remplacer les lampes anciennes par une adrie
de lampes r6ceptrices A courant alternatit Philips Mi-
niwatt *.

Demandez ces renssignements A votre fournisaeur.


PHILIPS RADIO.


J5 ___ -- ..-.-------' - - .. -- '- -


'oi t-au-Prince, Ic 2. ,Aoult 1930.
Mon rlher 1)Dect,'ur,
Est-il nocessaire que je dise
danu; cetle lultre les causes qui
nous ont donn6 I'Occupation
amiiricaine et ha Cotnvention de
191.7?- Nos (dsordres adimi-
nastratils et nos noinbreuses
lulltes fratricides passes qui en
sont les vrais imotils sont de-
venus des lieux coinmuns dans
lesquels on tombe des qu'on
aborde cette importante ques-
tion.
Quand dEbarquerent les trou-
pes amiricaines en Haiti,- on
venait de renverser le Gouver-
nenient de V. G. Sam; tous les
pri,,onaiersdelaCapilaleavaient
elE fusilles dans leur cellule qui
etait encore tout humide de
sang; on venait enlin de tral-
ner par toutes les rues de Port-
au-Prince, le cadavre mutile du
President decliu,- elles trou-
vYeent un people divise, epuise,
faible, endeuillc qui oubliait
quil avail une Pl'are A de'en
dre. (Un people qui est dans un
pareil tat, pourrait-il se delen-
dre ou delendre menme les cho-
ses les plus sacrees?...) L'occu-.
pation militaire s'etendit alors
sur tout le pays comme une
ombre. A tous points de vue il
etait impossible de combattre
I'occupant, et oser le faire c'eut
et6 la disparition imouentande
ou, qui salt, d6liaitive de la na-
tion haltienne. Plus laible it fal.
lait tire le plus malin. Et ne
voulant point qu'il y eut de so-
lution de continuite dans la vie
national haitienne, le ((Con-
vetilionnisinme)) naquit alors el
la convention dtie 19.151ut volhe.
gun mi'objecteran certaineentl,-
comme d aucuns se plaisent A le
fair trop suuvent,- que nous
n'aitrions pas dn signer la Con-
vention avec les Etats-Uais, que
nous aurious dui les laisser pren-
dre le pays et noinumer un gou-
verneur amnricain, et que de-
vant cette attitude, tout coiine
la R1publique Dominicaine, I'A-
mer)cain se verrait oblige, en
fin de compile, de nous reuiettre
notre pays et de nous renmle-
grer dans notre souveratinet6
national.
Mais it me sera tres aise de
faire remarquer A mun interlo-
cuteur que, daus un pared cas,
outre que notre souveraiaetW
national cesserait imomuentan6-
ment, I'haitien ne pourrait ou
ne voulrait montrer.la some
d'uuion, d'ordre, dediscipline,
de] courage et de patriotism
pour pouvoir ressemnbler a ses
voisins de I'Est et obtenii, coma-
male ux, .e Clluteie L'eCaditdl 1..-
reuz dans une situation pour-
tant identique. C'est dire que
nous aurions perdu A tout Ia-
mais notre indEpendance nation.
nale.
tD'ailleurs, entire ,deux nations
Vreut bien exister une conven-
tion, sans que l'une deoende de
l'antre. Mais elles sont totes
deux appelees a respecter les en-
gagements qu'elles out pris i'une
nsavers 'autre.
Aussi, mon cher Directeur,
dire d'unhomme quit est a con-
Ventionuiste nile sauraitt ire uun
tire de mepris. A muo uauuice
avis, le ConveuloatuiMte est
una courageux, uu patriote con-
vaincu qui o'a jaiaas reve que
le bonheur de sa Palrie; il est


:Iussi un sage, qui, d'un coup
d cults A surmonter, voit tous les
dangers que peut comporter use
situation faite A son Pays, et
I ravaille avec ponderalion,scien-
ce et intelligence A I'en tirer.
Le Conventionnisme a, mon
a her Directeur, a, pour une lois,
sauv6 notre indEpendance na-
tionale, et j'ai la terme convic-
lion qu'll reussira 16 oi la force
tle la faible Haiti a echou6.
C est le a Conventionnisme
qui provoquera, sans heurt,la
liberation du sol de notre Pays,
donnera au Peuple tout ce qui
peut le rendre heureux.
Sachons que souvent a plu
fait douceur que violencels -n-
core une fois le bonhomme La
Fontaine aura raison ..
Recovez, mon cher Directeur,
mes meilleures salulations.
P,. CARPENTER.


Le Monde
Fun6ralllos.- Les fund-
railles de Madame Vve PEtion
Roy, d6c6d6e dimanche, furent
chantles, lundi martin, A la Ca-
t itdrale.
Nous presentons nos bien vi-
ves condoleances A tous les pa-
rents que ce deuil trappe, par-
liculierement aux fils dela d6-
Iante: MM. George, Justin etPE-
Iion Roy, et A sa fille, Madame
Veuve Justin Pescay.
-o-

SLe Corps

du delit
La 2eme representation de
ce'te comindie locale de Gustave
Augustin aura lieu le vendredi 29
aodt courant, A 8 hours du
soir, A CinE-VaridtEs. On jouera
aussi 'Ti-Plume detectives.
Personne ne voudra manquer
sans doute, A cette soiree de fou
rare. On ira applaudir les deso.
plants acteurs P. D. Plaisir,
Christian Coicou, Gustave Au-
gustin, et surtout Sterne Rey,
I ituayable Rey, dans le r6le
de Ti- Plume.

Constraeliol de routes moderses
La Shell Company (West In.
dies) nous a tait 1e plaisar de
njus expddier une trEs intEres-
s.ante et Ires luxueuse brochure
intitulea: Notes concernant 1'u-
sage et 1'emploi du spramex el
d i nexphalte dans la construc-
ia iu) et len reneit dcs to te" ,
moderues. Cette brochure qua
est des plus int6ressantes a t(6
6Jit6e A Paris, par la Societe
anonyme des Petroles Jupiter,
58, Rue de La Boelie, 8".
Les ingEnieurs liront cette
plaquette avec inte6rt et profit.
NJs I leur recommandons
(o At ea. rni,.r.iJint la Shell Com.
pany de soru tres gracieux en.
vol.


Mol d'ordre\


AK 100
Point de raliU*ment
La Guthtumn


A propos
DU

term "Conventionnistep
--0 .


Goutez Ions les Rhuim


ET VOTRE CHOIX S'ARRETERA

INEVITABLEMENT SUR LE


purete et la finesse de son arome nature


Depot: Angle des rues Danies Destouch


Represenlants: St-Marc: H. Deschamt


Propos.

cachetes

Mussel disail quici bas.ilfaut
aimer beaucoup de choses : les
lemmes et les fleurs,la musique,
les chevaux et le uin pour sa-
voir ce qu en /in de compile on
aimne le mieux.
<'e ne sont pus les vers, mais
c'est la pensee.
Eh I bien oui nous avons tout
aimed le vin et les fleurs, la mu-
stque et ies femines, les voiles
sur la mer. les aveux pressentis,
les caresses trWs lentes, et lea
qeaux Nrues, mais ce que nous
aimons encore le mieux, cest
toi
RtUM SARTHE CACHET D OR.

NO8 WINISTRES
*r Georges R6galer
-o -
Monsieur Georges R6gnier
que le Pr6sident de la Republi.
que vient d'appe.ler A la direc-
tion des D6partemeuts des Fi-
nances et du Commerce, est un
hailien remarquable par son
honndtet6 et ses connaissances
dans les aflaires commercials.
11 est nt a Port-au-Prince, le
30 Novembre 1866. Apres avoir
lait see 6tudes ch. z les Peres du
S6minaire Collegt St-Martial, il
se rendit A Paris et A Berlin ou
il compl6ta ses 6tudes. De re-
tour on Haiti, il se fit commer-
cani. 11 ne tarda pas A acquerir
i'entiare conflance de ses collJ.
gues ; quelques mois plus
tard, il devint Pr6sident de la
a issi Juge au Tribunal de Com-
merce de Port-au-Prince. Ses
decisions, toujours marquees au
coin de l'imiartialit6 Ia plus
complete et de Ia competence la
plus indiscutable,lui apporterent
tie nouveaux admirateurs et de
nouvelles sympathies.
11 lot elu deputy en 1902,
aomme ensuite Directeur de Ia
Douane de Port-au-Prince.ll no
laissa ce poste important ou on
garde encore le souvenir de son
intransigeante robite, quo pour
Otre D06rgu6 des Finances aus
Gonaives et A Port-de-Paix.
A I'avenement du G(jnral
Antoine Simon A la PrEsidenee
de la R6publique, il fut nomm6
Membre de la Commission de
verification des comptes du Ge-
neral Nord.l1 dirigea ensuite, A
titre de President, la Commiis.
sion de verification des eflets
publics arrier6s.
Consul (6neral d'Haiti A New
York, Directeur de la Douane
une second lois, posted qu'il
laissa lors des derniers 6vene-
meats, le President Blorno, en
retormant la Commission Comn.
aiunale de.Port-au-Piince, fit
appel A lui. A I'arrivee du Gou.
,,rnetnnt du P esadeut ttoy, 11
iat rinaptAce, miia trois mois
apres, it tait appeoe A la direc-
tfon des Dipartements des Fi-
nances et du Commerce.
Pa voit, par ks important
loactions qu'il a occupies, que
M. Georges Rgnier nest pas an
personage de second ordre.
Partout ou il pass, it laiase le
souvenir dun tonctionnaire corn
potent et plen de dignity. Nous
sommes assurEs que dans ss
delicates et nouvelles tonctions,
il conservera la condtuite qu la
toulors gardee et qu'll sera
d'uu tries precieux ou.iacodrs a
Son Excellence le president de
la Republbqe
Le italin, douit il est ua Iifdele
ami, salue avec .)asl, son arri-


PAGE-2


I






_ Ir


L M&lr-- 27


e~ A 1 ?- -1


r I -


iL4 ? t doKe*Rnoot t
Elle a eu lien, sous un (trs
la. ciel, dimanche toote la 1
Source, aft local de I'Ecole do I
SOtvice Technique d'Agriclta-
re. Comme toujoars, nos domes
St jeanes filele so ont d6vouees
lorps et Am* A cette tWte dqnt la
iiassite a 616 6clatante.
Nos compliments vont sarlou .l
SMelle.Burke, a Mme VaillatI
Sq' onot1t6 les orgaoisatrices de
.1te journda do oh. alone. Lee
diftrenot comptoirs out fait de
Sserveilleases recettes.
L'asigseimeael dea6 A
=L'iSTITT TnMIIIEAUUE
o eal exceilea. series
6* lintaillibilit6 des m6thodes
elmploydes, i la competence
'des maltres choilis. I
Tant poor les branches clas-
siques de la 12e A la Philo
sophie poor '6tude pratique
dei langues vivantes que
poor los branches spAciales
do Stdno-D.Oactylo Comptabi-
lit.6
Ajoutons A celauni pension
irreprochable au triple point
1 vue d'Hygine.
.-Dltcipline et Travail,
SAttentions et goins,
1537 "Rue Lamarre.
Tilphone 2891
Ieures de visit: 8-11 h.a.m.


du Dr JAILLET
TONIQUK DIGQETIF RBOONSTITUANT
Contre A..tMIE digestive,
ANaMIE d'origins respiretolre,
ANtMIE consomptive,
ANIMIE par we*; do travail IntOdleouel u serpord,
ANIMIES consacutlves aux Maladies elguls,
rANOMIi dos Paye oheuds
et centre les Mlodies du TUe DIOEs1TI.
AlMsi 9 I'ataleint plus de 10.000 letres dmanant du Corps mtical, aucunlea p ratiM
n. pelut 6tre ..omp.rie u o PT@rf P u .d JoAMW T p. iut6r IAAnh eI.s
Chloros le a Piles coulents, Ae. Inauvaltes Digestions et. en itl, out. DuwI .
MO ` D'I9MPLOI s t1 pett1 wr it liqueur IimmdIatemnat apkIs rle .
Orose DARRASI1 Fa*bro. Ia. Rue P*vo. 1 -, PARIu (4)
D61Oall Toutes bonnes Pharmacies


Colombian


i .


Steamship


CompanyInc.


Le steamer "Baracoa vant l isitNe', York le 23 du
courant est attend A Port au Prince le 29.
11 laissera le 6me jour dir cement pour les ports de
la Colombie, prenantlreI et pasagers.
Port-au-Prince, le 26 AcAt 1930.
Colombian Steamship Company 1ic.
GEBARA & Co, Agents.


SeA I'
im ~ad~se l amda~tod


Dr. Bengu, iu, Ru wum,.


Paris.


a


Tarietes
JIUDI
Lea; gr dK conique Frart cais,
Iecl Levutque danIs a na-
gnifique coa die de G. Feydou:
LE DINDON
( ndenandte )
-Futir : 1 G; I Oge 2 G..


Avis
Lesji mebres actifs de I'As-
'socatlon des ,Membres du
Corps Enseignant soot con
ivoques en Assemble g6n -
i|iLU rLutiohlaura lieu on
collIe Louverture,jeudi ma
tin, 28ott, ds ,, 1/2 heures.
Ordre du jour: Lecture dui
irapport annual dul Secitlaiie
genEDrl et de celui du triso-
i ter.
Le seci6taire-ghiitrai,

Avis impprtat
Le soussigne, Victor Marti.
eaSu, l'un des hbiitiers de
Feu H'yai inrth Angi.dt ,4, e
|UecatL t t x qu' !.jpa ti :iei
dra que sa jail d'hlitiac ne
Jlu a jarnais ete veisee. En
consequence, il declare nulle
et non avenue toute vente
qui aurait et consentie,oans
son assentiment, des biens
dependent de Ia succession
(de teu hyaciDthe Anglade
pete et non bypotheques par
la Maisoni Anglade Martineau
& Co i la Banque Nationale
ds la RWpublique d'Haiti et A
la ftoyal Bank oft Canada)). !
Port-au-Prince, le 21 Aott.
(Sigs6) Victbr MARTINEAU


I


OrdredesAvocat du F1- lace Dessalii
Barreau do lVort- au-
Messieursnes;Avocats UH ce Cafe chic, Res
girreas soont convoquts en I
semble genrale pourl de prem ier choix
ieudi que i'on comptera vingt de prem ier choix
halt du courant A .dix heures
do matin au local do Tribu-:trOuve a toute he
nlI de premiere Instince.de
kort-au-Prince (Palais do n
justice )ux fns d procder onsom nations les
A P1lection du BAtonnier,des .
membres du Conseil et do lcates.
becretaire pour I'Ex. 1V30*
Port-au-Prince, le 23 ott Sandwiches sans
Le Btlonnier 1r a
SLion NAU BiCreC la pre
~u-- ,


nies


sta urant
ou 1'on
.u re les
plus dl-

pareils.


'81 ion.


CINZAND
AVANT
[C .CHAQUE
S/ REPAS
PRENEZ
/ JUN VERRE.


A. dc MATTEIS & Co, Agents Gemn'nux.


I
.1


p
.4
3
-4
~ I
V
4


Des rives ensolellloes de la vieI lut2oa comme.condiment, ou prepa.
tepagne viennent lea mervellloui r to salade.
phanonts loups qui donnent cette Ne wanquez pas un tel r6al-
S ouvelle savear 4d6iteiue asu fr- votre ipicier a le fromage Krait Pi-
nmage Kraft Pimento. mentalen morceaux et. en paquets
Ces pimentsespagnois ontcombr coneinables. Commandez un extra
Siavec se frontage Am 4ricaintO aujourd'hni, mai soyez s4t que le
dar, produisnt un ouveau' et homge que voud achetez porter
rent m6ane qui eat unpeu pquant. Soul marque de fab ique.
1 core m v olleement he et KfUFT CU(UkE
.dIeouleu.Le fr oiagKraft pimento INstriblaeM. *
-st d'un apptit intcomi fable Sur l isAtu."
a bcha uiousmirdu paf.etil seat d6 PAWUTY AAS CORPORATION
KPtrt-a-Priace, ,Ul.j .



"- *


i


BAR TERMINUS
BAR TERMINUS


C*-~--77i .~---- -~F~..I- ~- I II


re


i ii i i I i


L


- __


NiM AlhiumA : iolr,, i nie tla i le e po
E'vel-cr,'d, inonde: la chambre
dum' li IT/tl i;('( t .,i't c it tia illi-
blle. Les lamp es de poch(' Ev'.
re., (lU a,'c l'Ie piles E'veread(il
refnde(,// iun service inlinnlie o
dains cha dante, puissatintde, duralhe.
Evere'ady est a ineilleure
laIpe de pochee d/u monide.
EHn11 h1 litt hlz t"ots Its (distriliteurs
ij jrd' v I Iremiiire classes.


iinis ezl c s imitations.
AM rI(,'l Iv ih n Wo1. 23
A cup ),,rk. I S. .1. .I ,l


j


11


rSECOURS !


i


I


~ ~~'~~ ^








L Mercredi
271iAoult 1930


L r:atin
4 PAOB3:


aule atN1 E L N' 6778
Porl-an-Pnnce
T61l6phone : 2242


J UBO


reeduque 1'Intestin


Constipation
Ent6rite
Vertiges
Dygpepsie
Migraines



46 b asemfth CHAlEIAIN
Fou: n se 'r des liJ piaux dc Patr*
15 GRANTS PRIX
P b',, ne 4 Vakncnennes, Iui


Volat Ie petit lRamoneur de I'latetta


Pour rester en bonmne
sant# prenex cheque
soir un conprime de
JUBOL

Ie. carrlt iso'.qor.* 1ite J1410. nommr
%lftif. ...II Is tootorelr laN fiOWli
I.* Julioi titrilt Is roti-lipmlion 6 I* fa
i'(r 1l'i11h ialhiini nttiummiieqr (Bonfle-
re-Ie i .l.it n l il i uite I 'F ar-a*ar) Il ul'lln*
At I.tt |lh -ti. o'luh>i -ii e E.xtr iti hmtiliaiee*
CI glilitlll.im. m, liege'thll)qtui i>llm iltlit
mt:1 l rilial'b.lunIrm ( i-I*h I sf tiltiirn.
|par titli r id l lcit r i.if l, mml tion
Iut inil rcipe thltntiqiumie o irriluitt
i Ir li m miiri-n1nt 1 Ii ih i *0 i. ||IM)
%liimi : ce( qem faith thil >lc Chois des frmmifn,. d CI|la(i..de. ds
acillc4a ct des debltl.
Anm chef drr r-ti. mMifeal
4 lIn Facmtl' de U i'erir dr IIwprlifer.


- Panama Railroad Steamship Line
Service de frei et de pasasqers en tie
NEW-YORK CITY N.-Y.'CRISIuoDAi, LANAL ZONE et les PORTS de la COTE
OUEST de rAMjiRIQUE du SUD.
plus rapid el] le plusdiiect service de transport de passagers et'du tr6, entire Hailt
et ;es ports Europ6ens via New-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de Panama
Voici la liste de nos agents pour. les principaux ports de l'Europe :
Angleterre Booos Franoe
Mrs. G. W. SHELDONZ& Co- 17 James Street, LIVERPOOL, ENGLAND
The lellowing are our Agemnts prisci pl ports ia Europe :
ENGLAND, 9.SCOTLAND, FRANCE.
Messrs G. W,",SHELDON & Co.,
17*James Street, (Liverpool, England
"-Ti France, Messrs G. W Sheldon'l|&Co. are represented'bylthe following firms


GLELATLY HENKEY & Co
21 Rue de la R6publique
Marseilles.
HERNU PEBON & C*, Ltd.
53 Quai George V.
Havre.
HFPNU PERON & Co., Ltd.
Rue du Moulin it Vapeur,
Boulogne sur Mer.
essrs E. A. BENDIX & Co
21 Allengade, Copenhagen.
OsLO, NIPORWAY.
International
%Speditionssclkap Oslo.
M.hATLANTIC FREIGHT CORP'N
Ballinhaus, Hamburg 1.
Germany.
IMessis ATLANTIC FREIGHT
CORPORATION
Germany
Messrs ATLANTIC FREIGHT
CORP'N.,
24 Qrvi Jordsens,
AntwerpBelgium


HERNU PERON & C1 Ltd
95 Rue des Marai s,
Paris.
HERNU PERON & Co Ltd.,
Rue de la Tranquilit6,
Dunkerque.
HERNU PERON & Co Ltd.,
9 Rue Roy,
Bordeaux.
GENOE, ITALY.
Messrs.HENRY COB & CLIRICJ,
PIAZZA S.MATTEO.No 15Genoa
COTTENBURG. SWEDEN.
Nordisk Express,
Cothenburg,
Messrs ATLAN7IC FRm=II
CORP N.
Kon Emmaplein 3,
Rotterdam Holland
Mcssrs STEIMANN & Co


GARAGE CENTRAL

Ludovic CH1"NET, Prop
GIIRAl)'RlU E:POIT- li-PRINCF, "(IIA:TI)
SPECIALITES :

Rodaqes des Soupapes


Salon do Coiffure
Sa uel PEREIRA
Directeur
Cet 6tablisement se recom-
mande par son irr6prochable
souci de l'hygi6ne et les sons
particuliers don't sea clients
sont l'objet.
Angle des Rues St Honord
et R6publicaine.
T6lephone: 2514.


DECLAMINAGE des SOU- .,.,....
PAPES L'ELECTRICI TE, i:RnedCentreen face de la
-L, Pharmacie Bag ard
.Tfr'"ravaux d'art A des prix..
JPAR LE SYSTIME I Somoemm"d sem
'T T b reproduction, ete; tout ce
B A qui amt de e e .Ch.Aencio
BLACK & L-DECKER Q jat d'un finiincomparable* e
,svage des Autos par une Pompe 61ectrique' BRUMNE 'tablit de plueaen plus|lau
300 lives de pression d'eau at d'air.d r dpotation;de la mason.


or A VIneV TNXNT .Till T...T


O ^ A-- 1 L -; 1 ^ JL
Cafe Hotel Restaurant
Cet 6tablisaement efl16rementgreataur6 per layonnvell
DirectionA-vous offre rendroit le plus select ou vous troue
verez les meilleures boissons i desl'prix d6fi.uts toute cou
currence, Souper dansant tous lea aamedil soir.
T66pbone :-Uw


Horn-jLinei
Le M/S t Marie Horn*, ve-
naut d'Europe, est attend ici
vers le 27 courant,eu partance
pour Kingston, Slo Domingo
et Cura Bo. rtrant trt el pas-
SRfLNW)LD A Co, Awnt.-


ASSUREZ-VOUS
a la


General Accident Fire


&


Life


Assurance Corporation Ltd.
de Perth (Scotland )


eCar La a GNER4Lo est one des plus puiasautes et des plus vaatestorpagpeUo-
de oe genre. Le soleil ne se couche jamais sur son .champ d'acton q embra*
do monde.
Ses Polices centre incendie couvrent aussi les d6 .ts occasions par tI loadu,.
Ses Polices pour Automobiles convrent vols, inceadie, malveillance, dommages
causes A a utrui dans s persomie on dans ses bins.
Sea Polices Maritimes 6mises par sea branches d'Europe soot payables.en Iati
Sea Polices contre accidents soot valables dans I universe enter. Tons lo y. .
gears devraient dooc prendre la precaution de se munir d'uane policecontre a p ets
d'au moins 4000 dollars, la prim6 annuelle u'6tant quede. 1/2 /. soit 20 4ollars U. C.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves
Agent Gn6ral pour Haiti.
SOUS-' GENTS: i'jrt au-Pnnce. G. GILG
JEAN BLANCIIET J6rA le


-- ~I. ---C-- w ~- ?


666
Soulage desImaux de Itte
et de Ia n6vralgie en 30 mi-
nutei. Arrete un froid le pre.
mier jour et la malaria en 3
.ours.
606 en tablttes aussi.

Offre de Serviceo
Voulez-vous d'une bonne
ceutuiiere,ou d'une personnel
pour les raccomudages, on
d'une intendant ?
Une personnel instruite ayant
beaucoup de capacit6s vous
fire seos services.
S'adresser au bureau du
Journal.

Cosmopolitan Bar
Madams Bertet announce A
son aimable Clientele que son
6tablissement d6nomm6, COS
MOPOLITAN BAR et recem-
ment inslalld a la Rue du
Quai, a .6t6 transt6r6, pour
cause d'4grandissement. a la
Rue du-Port Per, A c6t6 deIla
maison Velten. -
, ,Le mdme accueil est r6ser v
aux amis de Cosmopolitan
Barqui y trouveront des
consommations de premier
choix et un service bion orga-
nil6.


Toute personnel soucieuse

de son HYGIENE et de sa


BEAU'TE ne doit se
OUE DE


servir


LA POUDRE DERMO-
PHILE LECLERC.
Poudre de RIZ SThRiSI qui produit sur la ,peau leo
effects les plus salutaires.
En vente chez Reno Latonutant & Co, IPaul E. Auxila.,
M.Laurent Jean M. Talamas, Stataboulyv et :Serglle,
Titine Augustin. Echantillon gratuit.


RHUM HENRI Gardere
En peuide temp! ceepro
duit remarauable a conqui-
de haute lutte une renom-
mee des Dlus enviables.


Demandez touiours le

Rhum HENRI Gardre.


Sont ar rives


N0ouveaux


Disques


0( de on)


DEMANDEZ LA NOUVELLE LISTEt
La fantaisle pour les criardises exotiques et Am6ricainss a encore vit"
S pass. II n'y a que la Mnsique d'Od6on qui reste 6termelle et ces.~'
Disques soat toujours les seuls dura') '

Bazar Odeon

.T KARAYANY.
l Aa" Girud'Rue & RawF.dru&


~ ~-`- ______ __ -- _1. __ __ _. .__~__, ~____ ___ __ ___ ~_ _I _ F--~~.~ ~~-T- I-_P~---l~---- SCI-TT--IP--L-~3~-~~


" -~- -~---~-~1II r- r ---L


~- ---


IL~ E U..r c 11 I


','Gom lm p


I -- --


_ r .I


LA- I .- I. rl ~~


. I -lJ




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs