PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04907
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 08-21-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04907

Full Text




Clement Maglotre


01


*


sS, RUBf AMERICAIND38 I38 "
TELBPHOtNo N*242 i

M6.AWNI 6m' n


ft


Coat l'autorltA qui rend possible
s forme doe oci6tA bhmaine. Elle
est aussl thdispensable A une oel416
de peoupes qu'elle !est A une soci6t
d'individus. Eale est incompatible
d.vec I'kgalitA absolue et In libert ab-
solue; mais elle est une garantie in-
dispebaable de I'6galiut proportior -
nelle et d'une liberty relative et pra-
tique.
William A. DUNNING.
Professeur A Columbia University.

JEUDI 21 AOUT 1930


JEUD 21AUT10


H m i lei U Dmuat db
S auquel noea venoas
eor. no unu at ps a u-
S:rso *:ne1 "M: sous la
do notre Adlmeat aml,
Pierre Hudioeart, nous
sanons de la volt espr-*
6galement dens LE PAuF ,
de mardi.4Jo eas con*.
pas as mottfs rels de
d6miuion et je noecrias
A a slacit des tifm
6s ), dit sans ambages
Hadicoort. C'et Ia, aa sur-
une opinion assez accr6
on r6sulte naturellement
'on no sait sous quel a
liner Ia r6forme qui vient
aire pa peao"e"
asiit asur quelle queson
le cabim et tombi.
revlent a dire que, per
de consequence, leocabi-
nouveau ignore lai-andme
| raison d'etre.
_. Quaod uOS disons plus
t que a personnel e sait ,.
comme on dit, une fa-.
rM de parleri le president de
Jh Republique eat ividem-
* nt except de notre form
IB, ot, avec lui, an petit group.
Jp au sujet duquel it serait
peu convenable d'apporter des
pr6cisions. Nous nous trou-
onas ainsi en face d'une situa
lion inconnue poor tons et1
bmili6re seulement A quel-
Imes-uns.
t C'est pourquoi, si le nou-
Iveau cabinet lui-m6me ignore
n propre 6tat-civ, 11i nones
Iat impossible de rien pro-
Mostiquer a son 6gard. bans
vosloir mettre ou otoI*bo
-orabilie priv6e de chacoun
dsses membres, il eat permis
6E penser quo, comme per-
b.analit6s politiques, is a of-
ifrt pas par eux-m as de
4Oi es sufiMates pour per-
Ietie on jupament autoris6
[ r ia politique qu'ils.peovent
Mrtendre r6alier an ,mileu
res circonstances preseutes.
Aussi bien,1 se d6gage done
-icomposition afinist6rielle
-Anpression qae la pr6ocvu-
dn dominant a 6t6 de
r un groupement assez
pour no constituer aucuo
le devantlesvell6it6s du
group do Warwicks qui
de pr6sider an dernler
S meant. It pourquoi no
ons-nosm pas? on a pa-
is pressed de renversoer le


ET

oAujourd'huil

La corationtesat chose
a"glaiu. Le catoye la justice
and elle Acate dans les set s
1 an parlemeutagi.,dae* lWe di-
00as d' patiCW aipai
Monsieur Jacques Barthonu
n4 L'Angloterre
Radical.* d4lnit le tmp6ra-
' mont brita a muqe.s
our poeu qw r observ le
I"lman ensi a coUuuves do l
ue haUmen 11du. ba. toand
is roia a Mts. rtdmoieo
.aeoma.alM pj e dam
*a t atean dcaisre proleseant
a ire pdt e- om. deno re

n;pa0ts Is don't Ia.dououreisn
*c4y uotin rt davan-
p notes horizon politique, i
0. Resto s dan s e1 prIeft,
=oUr tWar de. tvinemn qui
ls ddu no s


e.l. 'pr e1edent quoe coi
Statr sor ams eesser.
DIN it' Us4U a ds cloq
jorws qit di = s ctaut oue
1 a6rte d b sUetiu d'unenxtre-
ma violence do l oe for-
mal, on maq ta O qae des
lijures contre les amis du
giouvaerment Aom, aux-
qo.ll 11i aoot d'ailears ha-
bine, do. acqations tris
lourdes eatre M RoC et as
i j e t deaquelles nast PMs
oi do dire que celoici so
troqe ddsetatmis danm rob!i-
tion de tenlt leaur autears
Iolius de la politique de son
guvenrenieot.
L'xmaspration a 6t6 tell
que le pr6fet de I'arrondisse-
men, bien que le tlt fit de
Sr pt a 6Uet obilge, deun
an copmaupaiqu6, 4e moenace
des rigeuwil.d loe i ur a0
Prtf W M"O .aAt pe e it-
droonmtauce, que cette loi eat
do regime Borno. Ea outre,
notre confr6re le NOUVELLISTz
Ious approud lui-mwme que
son bureau de r6daction a ser
vi do rendez vous pour es-
sayer V'op6ration dificile de
fixer les responsabilitis A cet
egard, mais que 'entreprise a
d utre abandoned, d6pas.
sant ses forces, ce qui n'est pas
pean dire.
Le r6saitat de la crise mi,
niat6rilell montre assez, pour
que n o u 'insistions pat
outre measure, quae la lev6s de
boucliers des ejeanesu et des
extrdmistes centre e troupe
Boroo a et6 pour le molus in-
intelligente: ce group n'a
jou6 sacun r6le dans tout le
course de ces incidents, et pea*.
d int qua'on- s'sharnat cootre
lui, ee sont de proprm copains
des agresseurs qui cisiaient
un cabinet'- c wes nob natio-
naliste, mais ayant le m6rite
exclusif d'4tre a leur devotion,
-du moims, peuvent-ils le
pretendre.
Quant A notre honorable
amai ie president de la R6pu-
blique, l'aventure aura 6loigna
de lui an grope important de
ses propres amis, agrandi la
distance qui le s6parait d6jA
desJasis do regime prci6dent,
et tait de lui d6sormais, quel-
que mauvais gr6 qu'il puisse
en avoir, le prisonnier du
group dontIpes agissements
viennent do triompher. Tel
eat le tournant qu'il vient db
r#aliser.
, Nous d6sirons sealement
qabe le pays s'en trove blen.


Spaubles. Son cri a retenti. Et la
conscience univernslle s'est son-
lev .A I'accent implorateur
d'un petit monde on d6tresse.
Leas cs so sont unis dans une
protestation commune.1 contre
ltea taxeasinjustifites. Un. voiu-
celle du, Maltre a61ve, rd-
demptrice. Et un contre ordre,
au lIsaeas 700 marines aguer-
ai qui nous 6taient destin6s,
Iano a valu au chevet de la
Qrand Mntil6e la praence des
Doctea espp6riment6s.
: A Commissiona, saod cun
eathoasiasme 56raI, aU conra
de sa visit, nou a present an
baupa. Une coasolaioa aebite
ltaisit eatrevoir pour la mor-
boadeO M tb e ambres aMA.
mlfe vomlasat de reaisir una
Wueor d'( pir g certain
dua rtour la vi. La vision
d!on paex ere sal vateur deride
ilo vwaae contearnsA. La joie
set danals casm qua4co4d 0et
POIMr....._ ., .
i Idul Cepeadant una oesal-
ia I um collective ou des a=de-
cis indigtee eaM d dans
une piaose pemlas do sait con-
torm raieal r tdiago Atic la
ravita da cOa. L accord 'est
tat; et les application vivi-
fiantes r4clanmat leoncours de
quesqums inarmi6res : 51. On
esatel n Uliesse.Oa f6ite la guintri-
son prochaine, qui ro&auwa A
Ia t Kalad M i s ha r.. rs-
jIiame 4a asd o esbwu w 1-


V.'


ALIX ROY

28 annees de success.


fame. Lms mdecins sont parties p A T
sans nous mettre en garden centre IN F M I
us rebute aaible. L'Oc6an A nF AM
co"e bo. {a Ipare do nous --
paut-6tre pour jamala: car il
sons out dit Adieu. Port.au Prince ( Haiti ),
Mais cruelle costatation 19 Aodt 1930.
avee ox soat parties le or-*
danancen salutatres. .' Monsieur Ie Directeur
Aa moment o I'ecras cest le do a Petit-Impartial P.
mal quis'annonce dans toute ia EIn Ville.
hideur deansombres ur d'an.
Ciobe. bouas 1ral obe rvateur inM onsieur le Directeur,
u rand cAilaloAi seplto s Fa- s lou, avons 66d d6sagr able-
radole macable a execute aux most surpris de lire dens votre
ons endiabls d'ane musique adm6ro d'hier land 18 do eou.
qui navre. Cest Is reveil des rant one note quo nous repro.
passions malainea t 6fftatric~( daisons ici in-extenso :
d un siecle de disolaions polif t. a Hier martin les typos du
ques. C'est la course au pouvoir! PAYS sont venus se plaindre A
avoc sa cousiquence logieqw, nos bureaux au sujet de la con-
I'asaouvissement des app'titsl duite qu'ils out qualify de d6-
d6chatn s. Le ciel eat sombre loyal du Directeur Callard.
do notre horizon national, obs- D'apr6s ce qu'ils nous ont rap-
curci par la haine et par Ia d. port le Directeur se serait d,.
san on. Le Plan Hoover, on veu robe au pavement de samedi
Ise termer pour le triomph I dernier. I s'est sauv6 laissant le
des r6ves 6olistesd'oh ne sortird pauvre Larreur expose A la iu-
qu'une Patne Mutilde. I reur des typos a
Ceux qui sont taits pour a'en- Votre journal ayant grossi6-
tendre A p6sent s'entretouet. rement essay de s attaquer A la
Leos Irres d'armea d'hier s'etre. probitE d'un 6tablissement o&i
gorgent A cette bhoure. C'est e nous gagnona sans diflicultla
vain que dana une protestation aucunes le pain do notre la-
indigane centre one petition mille Mr Callard, comme de
d'insenas6, Ita grande voix du costume, ayant aussi reglt jus.
MATIN a lance e mot qui ra- qu'au dernier centime vec Dnons
contorted : Le pire Gonverne. !I imported qu'en vert' de la
ment Indig6ne an meilleur Gon. Loi sur Ia Presse vous don.
verneur Am6ricain. niez dans le plus prochain nou-
L'on rested malgr tout come m6ro do votre journal, et & ia
Ia mort dana la table antique.-En pIme place ot a 618 .instroe la
vain sur topte I l6vres reson- note mensongre qui faith lobjet
sent he mota lUnion et d'In. de cette lettre, publicity A la pr6.
d6pendance, vous voyez qu'ils ento.*
.s'-mhra.ent c'oast por mii- Car nous consid6rons la dito
s'isangler. 0 Peple d note come une atteinte gra-
tradictionsa tuite A I honneur de gens don't
D Do grac es chers Mesieurs non. n'avons pas A nons plain-
dpargez nous Is nort. C'est dre depuis trois mois pros quo
non. travaillons an journal
vous mainteaant qua la victim ,LPYS.1vI
agonisante implore son droit A *.LE PAYS.
la vie. Sit .vent vivre no sersit- veuiez recevoir, Monsieur
co que ponr justifier an regard le Drecteur, nos salutations dis-
du monde i6pop6e hirolque de "iga es
sa naisanace A Ia Liberti ..Re Louis INNOCENT, chetd atelier;
connaissante, eieU ent glorifier idgard FONTUS Marc PETIT,
la m6moire do sea vrais ills J. E. TOUSSAINT.
plus grands que vonsa- tombs
an champ dhonneur aurtolhs
do gloire. o 9 9 ,L
JosEP ROLAND. IA afA


TroupSp dCE SOIR
Venez applaudir 1'exquae Dina
1 "Arr2t Gralla dans le chet des op6rettes
rr .Ar. Viennoises:
Vicks, frictionn6 > *
-'O1 oufondudanal'eau L ,-1-1
chaude et f L ArchdlUUc
-soulage vivement. ET LA

rV1 4 E 1Danse use
ourTout RefroiUlmwt Entree : 1 G : Loge: 2 G.


ON FRANC PAKiR


Mais ji asai quo tout ce qui sor
de ce sujelt ne peut gKare int#-
reamer cee joura-ci. Eli je ne vou-
drais pas rompre Is tradition d i
MATIN Nqi eat de denner tou
oures satilfaction A sea nom-
reux et fld6les lectears.
D'ailleurs on comprend aism
ment quo lea esprits, tendus pa -
Is cruise politique, n'ont d'atten
tion que pour eels. Car personnel
no doute que tout notre avenit
en depend.
J Jesia aussi que les voix n
manquent pas qui plaident la
cause national. Cependant, la
mienne n'est certes pas de trop.
et je croirais me d rober A u
|l6mentaire devoir si je ne pro
fitais pas de la bonne place qui
m'est reserve dans ce journal,
pour essayer, par des conseils
sincdres et d6sintresass, de pre-
server notre pays des calastro
phes qui r6dent autour de lui.
Chacun envisage Ia question
A son point de vue. Pour ma
part, je ne cesserai pas de pre-
cher 'union et la solidarity. Si
ces sentiments sont utiles dans
la vie de tout homme, ils le sont
particulibrement pour nous, pe-
tit pfilue ayant A secouer le
joug tuane formidable puis-
sance etrangdre.
Oui, l're des divisiors entire
haltier.s doit Wtre close. Ce de-
vrait alie 16 le thbme de tous
les articleset discourspolitiques.
11 est une tendance Iftcheuse
de la part de quelques-uns A
croire que curtains hommes,
quell que seit leur valour per-
sonnelle, doivent etre ecartis
des aflaires de I'Etat pour la
seule raison qu'ils ont servi le
Gouvernement pr6cedent. VoilA
un argument qui ne peut tenir
debut qu'avec des b6quilles. It
eat bien entendu que ceux qui
so trouvaient 16par simple fa-
veur ou par reconnaissance no
sont guore intdressants, et ila
sont nombreux. Cependant, A
c6 l de ceux-li, il y a eu des
homes don't le haul savoir et
la grande experience politique
sont incontestables.'Croyez vous
qua ce aerait habilee d didai-
gner leur concours ?
On peut pr6tendre qu'ils n'ont
jamais rien oblenu des amsri-
cains. Propos legers. Et ceux
qui sont aulourd'hui atteles A
celte dure tfAche penvent vous
dire un peu ce que cest que la
mauvaise toi des americains,
malgiA la bien plus grande au.
torite que leur done le chan.
gement survenu dans nos rap-
ports avec le Gouvernement de
Washington.
J.M.

Offre do Service
Voukz-vous d'une bonne
ceuturidre,ou d'une persoune
pour les raccomodages, ou
d'une intendant ?
Une personnel ins!ruile ayant
beaucoup de capacities vous
ofire ses serviceG.
S'adresser au bureau -du
Journal.


hI


... a vu que malgr6 la chalear,
les amateurs ne ((ssenf pas dot
boire leurs petits punchs rtp,-
Its. C'est que. nous disait I'an
d'eux, nolre punch est lail avec
de la Cn(oulWe d (Ir qui joint Is
double m rite apparemment
contradicloire d'6're reconstli
tuant el rafraichissant.
*
... a vu un electeur qui venait
de s'inscri'e et qui t, it tout
heureux. Comme signe dstlinc-
lif la Commission d Inwciplions
avail mis: Joli garcon El le ty.
pe 'out heureux racontait lopi.
union que ces lrois messieurs
nvaient de son auguste personnel.
Mais si Ion rencontre beaucoup
de jolis garcons. la beau6 ns
sera plus un sigie distinelif le
jour du vole. (ite. I ( Commis-
sion d'nscrip'ions s'ar range
done a trouver des degrees danas
ses brevets de beaute.
t
... u II (dans i ) journal Ide
Caracas qu'il y a eu cves jours
(derniers tin imaltch sensalionnel
entire Thomas G(uerrier et un
boxeur miexicain. I.e St' igalaiv,
champion dl'ilaiti, Iuul hll'(u a ix
points, au 1)0 round. II parai-
trait qu'une revanchle se pro-
pare.
*
... a vu un (Ie nos re h'cteuin
Squi desirait lumer mais qui n'r.
vait pas de cigarettes. II dult s'a-
dresser A un gosse de la maison,
un 6colier, qui sortit alors de sa
poche interieure un paquet vier.
ge de Bat'Bas.
Par les temps que nous vi.
vons les enfants ne fument pas
seulement, mais encore dis of-
frent des cigarettes aux alnes.
...II demand, A peine assis,
une Coulde d Or. Corn me il ve
nait de la province, ses amis
etonnorent:
Comment, vous aussi?
II repondit, alors, tier, or-
gueilleux:
S- Nous ne prenons que cetlle
marque dans la belle ville du
Nord que j'hia bie.
L.es conquetes de Ia (oule
d Or continent.
a vu un de nos contreres
qui circle d'ordinnireavec une
jolie serviette. Hier, I'ayant slais
see par megarde sur la table de
notre redaction, NOTRn (EIL y
glissa un regard indiscret. Par.
mi des papers qui avaient 'air
d'etre des plus precieux, rull.
lait dans I'ombre la lame plate
et large d'un vritrble couteaun
qonaiwes. Au sourire de NOTRE
(EIL le contrere repondit par un
autre sourire qui semblait vou.
loir dire que par ces temps d'a-
narchie juvenile il faut que I'on
se prepare A tout.
...a vu come se tordait, an
Tribunal de Paix, touted une as-
sistance qu'interessait Ia ques-
tion en dEbats. Aux questions
du Jage un l6moin rnpondait
d'une faVon qui deriderait an
mort. Comme le Juge, en der-
nier lieu lii posait ia question
suivante :
j -Quelle eat votre religion.
Notre home sans rinre, le
plus natunrelement du monde,
cria, en ret.enant son pantalon
qui faisait mine de tomber :
SMagistral, mrin place oui...
... a v, hioer vers midi, soua
la plerie d'un de noa grand
commercants, une pauvre pay-
sanne 6tendue dans sa robe
bleue tout en dchirures, au
milieu dune macorne de dindes,
Quelqu'ua qui passait, voyair
la apendeur des ces dindes,-
ella itaient plus de dix,--et
la maigreur et le d~nuement
do ia pauvre paysange, mu,-
mura:
j-- C'st bien la misaro t
centre do la richesse


Asaure-vous centre accident
| la General Accident Fire a
Lifl AuMrauc ne or bona LAU
Am e aut our n-


LE TOURNANT


q


LES LOTIONS L.TPIVER

AUGMENTENT LE CHARGE DE LA FEMIME



ew: ^LOTION/
LT. lV ....)POMDEIA

AZ UP EA

LAPLU PARUNfeE VIVITZ






LIPivOIV 'PARI/
-- . .i


-- ,7T ,-- --- I I - - :- - - -- - -- 7


r


_ __


II


b_


___


t


L a


0










La Veillee des Armes


'i, i i i


- ((0))-


tll
L PROGRaDBWEDU CARTEL DAN Le PRISEE
... - 0 ----


f es leaders sont en me-
Illin sous lwnter un pro-
IrhiICe rammie est cer-
t reelime par Ia na-
is le people ne peut
9 M1i plement se cons-
ltuner en jury litteraire pour la
beauty d'une litterature par pr6-
f6rence A une autre parce qu'il
en t e n d poser pour le quart-
d'heure des questions prejudi-
clelles & ceux qui sollicitent son
suffrage. D'ailleurs,les program-
mes se ressemblent tous, et lea
homes sont des camarades in-
telligents qui utilisent le deni-
grement parce qut candidates &
la presidence, tout court, pour
eux et leur clientele.
Le candidate ou les groups de
candidates doivent dire s'ils en-
tendent cooperer ou non avec
1'americain ?
Le candidate doit dire s'il ac-
cepte le pouvoir sous le regime
de la Convention jusqu'en 1936(?
Lecandidal sera-t-il en mesu-
re de repousser une nouvelle
Convention ?
Le candidate peut it avant le
tetine ou artuellement reluser
de vivre duns les liens conven-
tionnels ; ce droit est-il ltabli ;
et la rupture de lait dependia-t-
il sculenmnlt de sa puissance et
de son prestige ?
Le candidate peut-il se passer
actuellement de la force de I'Oc-
cupation ; quels sont Ils m< yens
moaux oun mat6riels dont it dis-
pose pour op6rer cel acle im
porlant ?
Le candidate es'-il decid, A
gouverner avec la lorce d'eni-
prunt et pour combien a'annees
espere t-il maintenir encore l'oc-
cupation amnricaine en Haiti ?
Toutes ces questions sont A
l'ordre do jour et sont preala-
bles au prog amme. Toutes ces
questionssont sollicileespar l'in-
t6rdt du pays.
Monsieur Fletcher a relate que
les principaux leaders qui ont
d6pos6 deviant lan Commission se
sont prisentis sous deux laces.
Ils se .ont exprimbs, dit-il,dans
la sale d'audiences centre l'Oc-
cup iion et se sont imm6diate-
ment d4nientis dans le huis close
intini ict confidenliel. Personne
juslui'ci u'a protest centre pa-
reille allegation.Si quelques-uns
n'ayant pas dit oun et non A la
tois pourquoi n'ont-ils pas lailt
la declaration centre cette in-
temp6rance de language de Mr
Fletcher ?
Mais 1ii IC public ni les jour-
nalistes n'ont pas insist poir
obtenir une declaration dans un
bens ou dans I'autre de nos
homines du lour. Cependant ce
seul point pi ojetterait une cer-
taine tclari sur le programme
du candidate.
D.j:i le dclai de la prescrip-
tion couvir le propos-Fletcher,
pe: somliie done, dhns la suite ine
pou ii. accuser le concurren
d'avoir el le seul A laire une
par ille dniiarchlie.
11 dcoulerait donc de ce qu
suit que tout le monde envisage
aux dies tdei M. Fletcher lui
m6me, I'iiupo-sibliite de libere
le territoice dans lea premiere
ann6es de la prochaine pr6si
dence.
S'il en 6ait ainsi ne vaudrail
il pas mieux preparer I'espri
public stir un aussi grave ev6
neinent ?
II 'aul Aviter surtout que de
gens pel tides el ruses qui, de
puis une decade ayant surgi de
evenemen s ne viennent pas
conmneilssavant leflairesouvenl
conticdire aulourd'hui ce que lh
veille ils ont admnis A la major
rite, pour peu que leurs intErElt


soient contraries, et leurs app-
tits ne soient pas satislaits, ils
savent comment retourner la lie
populaire et les bas-Ionds igno-
rants pour assouvir leurs ins.
lincts.L'agitation a trop autorise
les coquins, ces profiteers de
I'occupation, de prlever un tri-
but sur la masse(de la nation I...
Si le candidat.cache sa vOri-
tab'e pensee le pays ne tiendra
aucun compete dans l'apprdcia-
lion ou dans.la comparison des
programmes. 11 laut dire Ital
des aftairas nationales en regard
des tendances et des interl!s
amiricains dans notre pays.R*,
*
Une simple lecture 7du pro.
gramme de MM.Stenio Vincent,
Seymour Pradel, David Jeannot
et Leon Nau qui, hier, se r6vol-
taient centre a politique de Mr
Born) et la dictature militaire
I ricoaisoe par le (n"ral Rus-
sit ll, lera voir combien ils sont
d cides aujourd'hui a ne pas
hetirter I'americain,. On n'a qu'A
jeter un coup-d'iip au verso de
ha pho'ographie rvpreseitant ce
g ou pe pour se convaincre que
c s remarquables haltiens pren-
eiint dejA leur disposition pour
expliquer leur nouvelle attitude:
eux et leurs partisans qui ont
n ouv6 tant de choses a repro-
thler aux autres candidates! ..
le transcris le 3nme paragra-
plie de leur programme et le
public se tera une opinion sur
Ihur m6liode et leur proced6;
el le voici :
SbSe d6gager sans hearts de
I'emprise Otrangere par la son-
centration de toutes les forces
collectives et l'utilisation de tou-
les les energies individuelles
(Id ms le cadre de la Constitution
ut des lois. ))
Le groupement prevoil, je me
rppte,qu'llne taut en rien heur-
'er l'aniricain ; le groupement
prevoit aussi pour I'execition du
project le concours de toules les
forces collectives et l'ulilisation
ti toutes les energies, sans d6-
trininer dans quel temps il es-
paie realiser celte liberation.
Mais le m6me paragrapke ap-
poite une restriction en son
dcrnier alinea en conditionnant
le succis de no're liberation
d ins le cadre des lois et de la
Constitution d- noire pays. Et
coinme Me S enio Vincent a pr6
vu dans un article de son jour.
nal que le m6contenlement des
p artisans et des adversaires non
si-tislaits devra constituer une
lorte opposition au gouverne-
,iint nat onal, Mr Vincent re-
cule automatiquement cette i-.
b 'ritiou apr6s le termne de son
p ropre mandal, si c'est lui I'1elu
I, rest done A demander aui
Iois autres imerbres du Carte
s. enii lous points is sont er
a cord avec Stknio Vincent.
t 'L"s ,)pogramnles qui ne s'o
t I;iynt pas sur de lories consi-
St rathons cachent bien des chol
i S St' ..
S is sout exactenient pour de
' spectateurs une repr6sentatiol
ir lihArtile olt'ere dans un loca
s n i lcliir' et ipar 1n soir d'a
vi 'se. l'ersonne ne pent t Imoi
Igtier avoir entendu ou vu quU
qilue ce soit.
" 11l aut done des declaration
Scat~ goriques et alors on verr
et comparera.
s Castera I)ELIENNE


Pour un prompt reglement
de vos aftaires adressez vous
ai Me Emmanuel THEARD.
Petit Goave.


M ARDI PROCHAIN,

26 AOUT

La Deuxieme de:



'Le Corps




do Deli[


En tree: 2 Gourdes.


SLB MATIN-E 21 Aout 19M0


Leonidas

Lavenlure
CANDIDATE AU SINAT

Notre ami et confrere Leo-
nidas Laventure a pos sa
candidature aun Snat de Is
R6publique. Nous lui pr6sen.
tons nos meilleurs voeux de
succ6s. Voici l'adresse qu'il
vient de publier:
Electeurs du D6partement
de I'Ouest
Votez pour
LOUIS LEONIDAS
LAVENTURE
Comme S6nateur de la R6-
publique.
Dont le programme est:
1. Int6grit6 du Territoire.
2. Int6 rit6 de l'Adminis-
tration Nationale.
3. Monnaie Nationale: Eta-
lon d'Or, Gourde 6quivalant
au Dollar.
4. D6veloppement m6tho-
dique de I'Instruction, oe I'E-
ducation et de la Discipline
dans les masses.
5. Organisation positive du(
Travail.
6. En dehors d'un Trai(6
d'Alliance avec les Etats-Unis
d'Am6rique du Nord, aucune
C.mvention n'est possible.


Passagers d a Carimar6 t
Par le steamer cCarimards
de la Compagnie G6n6rale
Transatlantique attend au-
joard'hui, venant du HAvre,
arrivent les passagers sui
vants :
R.P. Baltenweck. P6re Huck,
Miermont Jean,Commandeur
Paul, Cinq Religieuses, Mme
Alice Peters, Melle Alice Du-
lort, Civil Moliere, Jean Elie,
Ilion Jn-Louis. Isaras Lopez.
Mr Georges Mews,jMme Mjr-
celle Mews, Mine Nita Vaval,
Paul de Lespinasse, Madame
Louise de Lespinasse, Dona-
tion Lespinasse, Gastoa Fran-
cillon, Rossini Pierre Louis,
Arnaud Lavaud, Lieutenant
Franck Lavaud, Gaetano Jo-
dice, Mme Andree Baudin et
2 entants, Georges Mathon,
Gabriel Augustin, Fenara As-
sad, Rouathan et David Oba-
dia.


Service National
d'Hygi6ne Publique

La Cliaique rurale
C'est peut etre :
Un paysan en butte A la
flivre et au frisson atroce de
la malaria.
Une jeune fille alfligee d'un
commencement d'ulcre pia-
i(|tue au bias oun A la jambe.
Un vieillard don't la plante
les pieds present des 16-
simos ouverles.
Un bcb6 dout I'estomac est
il'fslte de vcrs.
UIre vielle grand'mrire A la
i ,e ride'e readue percluse
pair le rhumatisme.
Un enfant qui grandit avec
le bras ou le poignet casse,
Un individu afltig4d'undou-
loureux abc6s dentaire.
Quelque soit la personnel
ou quelque soit le mal, on
peut obtenir uu soulagement
a la clinique rural.


A SAINT LOUIS, OI1 DE, FRANCE
Lundi *prcchain, 25 Aout,
la cliapelle de Saint-Louis de
Turgeau celebrer a sa fete pa-
trouale. Une premiere messe
sera dite A six heures, et
une second messe sera chan-
tee A buit heures.
,,,Les fid61es sont cordiale-
ment invites A profiter de ces
solennits pour prier le grand
doi de vouloir binir et les
families et le Pays.
..- ---
Le. mardi 26 e aot courant, a
six heures du martin, une mose
de requiem sera chantee AIla
Cahthrale en memoire de :4
Mme Athanase Mt. Auguste.
Les parents et amis y -ont
cordiale ueit invite's.
Port-a.-Prince' 19 aou ot o00


0oulez tons les hilln s


ET VOTRE CHOIX S'ARRIETERA I

INEVITABLEMENT SUR LE


IRHUM CHAMPION


Qui, a prix eaal,est insurpassable pour sa.

purete et la finesse de json arome nature;

DISJ1LLERIE DE I'AIGLE

M. FONTAINE, Proprietaire

Depo6t: Angle des rues Dantes Destouchesi

el Maaasin de fEtat. ,


Represeniants: St-Marc: H. Deschamos

Cap-Haitien: M. Giordani

Jacmel: Pascal A. Brun .


Cosnmopoltan Bar *
Madame Bertet annoace 'a
Fon aimable Clienthle que son
6tablissement d6nomm6, COS
MOPOLITAN BARjet recem-
ment install a la Rue du
Quai, a 6t6 transl&r6, pour
cause d'agrandissement ila
Rue du Fort Per, A c6t6 de la
maison Velten.
Le m6me accueil est r6serv6
aux amis de Cosmopolitan
Bar'qui y trouverout des
consommAtions de premier
choix et un service bien orga-
nise.


Au Radio

Voici le programme du concert qui
era ex0cutn demain soir, I la Sta-i
timH H. H. K.
-o -
8.00 p. m. Orchesire du 2a r6-
giment U. S. Marine Corps.
1. Song of the Dawn.
2. Blue is the Night.
3. If I had a Girl like you.
4. Mysterious Hose.
5. Lucky me Lovable you.
6 Just can't be Bo hered with
me.
7 There's happiness over hill.
8 30 p. m. Lecture par I'Office
du Conseiller Financier.
8 40 p. m R6cilal de piano par
Mile Charlotte R naud.
1. Brune et B!onde.
2. 26me Nocturne do Leibich.
8 45 p. m. aOrchestre Elite
Jazz*. (sous la direction de M,
Louis Scott)
1 Painting. Fox Trot.
2. Georgih Pines, B!ues.
3. Mango. Danzon.
4 Wound it be wonderful.
Fox Trot
5. Cortaron a 'I l d 0 ja ;i.


U S S H
SVislelle Athl'tique Club
LETTRE OITVIER E
Port -au-Prince,. 19 aot' 1930.
Aux membres du ( Racing
Club Haitien t.
Chers amis,
C'est pour nous un impkrieux
devoir de vous presenter public.
quement nos sinc6res l6licita-
tions pour I'd latante victoire
que vos joueurs ont remport6e
dimanche dernier sur notre
equipe; victoire qui vous classes
parmi les meilleures equipes
de IU. S.S. H.
Cependant, objectons-nous,
aprii une si b itlante gloire,
pouvezvous vous retire sous
votre tente sans donner une 1-
gitime satisfaction an grand pu-
blic qui r6clame la reprise de
la partie.
Et puis nous aurions profltW
de la deuxi6me qui ne sera pas
mcins intdressante pour en fire
un v( gala sportil a sous le Haut
Patronnage de S. E. le Presi-
dent de la Rkpublique,le diman.
che 31 aodt courant.
Nous attendons, chers amis,
votre iraternelle adhesion A
cette idWe et vous rappelons que
malgr6 le r6sultat du match
nos deux quipes restent hai-
tiennes, par consequent soeurs
et amie.
Nous vous renouvelons nos
meilleurs sentiments.
Le Capitaine : Le Pidsilent:
Ramy Chenet. Germain Mit on.
Pour cope conlorme :
F. HEARD.


.oUV AUX ALAMBICS
pour DISTILLI &t RIOTIFUI
I rLese IAUX-DE-VII,
S RHUMS, ALCOHOL, Wt.
| i.DEROYFILSAINI
me do Eu ThwiEbwF
PARIS
GUIDE PRATIOUE doisUuiat.mrd'UDI-b.-
UVIS, ESSNCE setc. MANUEL ie Frtebut i.d
|. UM3 ,t TRIF ILLUSTAkR drNoo sfrmc.


Pre3tation a

de ser mental
Samedi*16 aodt courant, MM.
Ferdinand Jean-Jacques, Max
Ged6on et Georges Baussan flls ,
ont pr6t6 serment come fon. 4
d6s de Pouvoir.
Aux discours de bienvenue
qui leur furent adress6s les nou
veaux fond6s de pouvoir ont
r6pondu avec autant d'aisance
que de tact.
Compliments.

Un lynchage
dane l*Indiana

Dex noirs soul victims de Is
foule ea lade.
Marion, Indiana 10 aout.-
Une foule en tureur, comp
tant on miller de personnel
a envahi la prison" du com
de Grant, et s*emparant
deux prisonniers, des noiri
les pendit haut et court da
la course la pridono.
Les victims de ce dech,
nement de haine et' Je c
aut6 de la populace, s
Thomas Shipp, 18 ans, ac
s6 d'avoir tu6 us nomn
Claude Deeter,23 ande fal
month, Indiana, et Abe Smitl
19 ans, convaincu de voie
tait sur une jeune fille q
accompagnait Deeter, apl
que celui ci et 6t6 assassin*
dans une alle solitaire, al
environs de Marion.
D'abo-d repouss6e par
bombes lacrymog6nes lanc
par la police, la toule reuo
bla de violence. Certainsino
vidus, s'armaut de imartea
de torgeron, d6molirent
maqonnerie autour du


-m'


r -' -


EAUFICU. I



Insurance Co

SUne des plus fortes COMPAGNIES


CANADIENNES d'ASSURANCE


surla VIE


STo.en BOSSES & Co

Aaents Generaux'







LI MATIA 21 Aot 1930


-r -~L 12 --


=^^^^*


GOLD SEAL


RED


SEAL


BLUE SEAL


Anemle D0blllt6
Convalescence
Vi'vres Paludisme

OUINIUM


LABARRAOUE
le plus pulsunl
TONIQU E
Reconstltuant

Malson FRtRE
19 r. Jacob, PARIS


Mol d'ordre

AK 100
Point de ralliement
Le Gulneud6e

POUR UNFE NOI)VAU
LUSTRE DE bA CIHEV-LURE


Les chimistes de l'Exelento
dejd renommes pour leurs
remarquables contributions
apwortes d .Ia tolette, vien
nent de courohner leur cuvure
4ans
L'EXELENTO
GLOSSINE
bne petite quantltd de cette
dilideuae prdparation appli-
qu, es wle, cheveux fat res-
ortir leur brilliant natural et
lefr vigueor, en leur commnu-
nquant un nouveau lustre qui
vous vaudra d'ftre admire par
les messieurs et envie des fern
pes.
En venle chez tous les dro-
guistes. Pour 0,30 centimes
stulement, il esl exp'di (tls
Irecept3on du- prix.
EtiatleO, edicine COepany
Attarl, 6b O, ia L.N. A.
Agents demands pour tous

wrigH pour roeaignesntes.


-~~ur - m


. ANE ES IMPUISSANTS
EPUISES
MALADIES des NERFS
(of% la awelv TI it Iit
4*e ao dspar l. Ton *&M MR& p**

EELIXIR ZIDAL
va re LergU r I& lleul se, r wvee s
f vs @ I iotre"is o o vowoes
'NW"rwM 5IP TOesr D03d 6 M









nute. Arrdte un roid le pre.-
Sren tabuettos ausd
M FW IIT OAMS TOVES LB MAHU*CIU







et (le li nIvTUlgie en 30)mni
nitea. Arrdte un troid Ie pre-
mier jour el la malaria en 3
.ours.
(i66 en tablettes aussi.


Horn-Line
Le M/S < Marie liHrn,, ve-
naut d'Europe, cst attend ici
vers le 25 courant,en parlance
pour Kingston, Sto I)o:ningo
et sagers,
kLiINBOLD & Co, Agents

Charles A scencio
Pholegraphie Moderve
Rne du Centre, en face de la
*, P 'harmiacie lat,ard
.(I'ravaux d'art A des prix
raisoniables; igrandissements
reproduction, eic ; tou t ce
qui sort de chez Ch. Ascencio
est ld'unt finiincomparable et
Mtablit de plus en plus la
reputation de la mason.
Salon de Coiffure
Samuel PEREIRA
Cot 6tablissement se recome:
made par son irr6proch ail s
souci de I hygiene et les soins
particuliers dont ses clients
soot l'objet.
Angle des Rues St [Ionor6
et R6publicaine.
T6l6phone: 2U14.


An Tribunal de eomn& de I'Elal de
I'Oregon pour le roalol
de Tillamook
)ans i'alTaire de )
[a succession de
Williami Worrall,) AVIS
Atousceuxqu'ilapparlie dra:
Avis est donui par ces pi'-
s ntes que le tribunal du comt6
de Tillamook Oregon, dans une
audience qui a ou lieu sur I'sat
laire ci-dessus le 2 Aout 1930,
a d6cid6 que la pr6somption Ie.
gale de la mort du dit William
Worrasl a 6t6 laite,ayant 6t6 prd-
sum6 mort A cause qu'on n'a pas
ea de ses nouvelles depuis sept
ans ou plus, de son dernier lieu
ile rCsidunce connu et qui a
,.iss saI propri lt au (oitO de
Tillam(o0k,Oregon el des leltres
Tadminislration (de sa suices-
,ion ay nl tt\ lrequise.s pir Clo-
tilde WVorrall, sa vtvuve et la
dite decision, r'laimaut (que cet
avis soil donn,, requerant le dit
William Worrall, prosumbi mort,
i'll est vivant ou (oute auire
personiie pour lui, de produire
p lrdevant ledit tribunal dans le
delai de douze semaines A par-
tir de la delni nre date de publi-
cation dtie eel avis, prt'uve satis-
faisante d-- la coniinualion de
son existence, et cet avis est
donn6 comme suite A la diue
ordonnance et avis est encore
Ionn6 que si une preuive satis-
laisante de la continuation de
I'existence du dit William Wor-
call ne se pro luit pas,que le dit
tribunal ordounrera la revise
des lettres d administration de
sa succession A Ia di'e reque'e
de Clotilde Worrall,va uvedudit
d6c6d6 pr6sum .
L'ordonnance requdrant pu-
blication de cet avis eat rendue
par I'honorable F.A. B.liz, juge
de coml6 du comt6 de Tilla-
mook Oregon, le 2 Aott 1930.
Ladite ordenuance requiert
que la publication de cet avis
soit taite pendant deux semaines
successive au ( Tillamook
Headlight )),journal public dans
la ville de Titllamook, comt6 de
Tillamook, Oregon, le a Morris
News ), journal public A Mor-
ris, Oklahoma. et a Le Matin *,
journal public A Port-au Prince,
Haiti, et la date de la premiere
publication de Pet avis A Le
a'in a est le 21 AoCit 1930 et
la derni&e publication le 28
Aoat 1930.
Dat6 de ce 2 oi l 1930.
signed ) F. A. BELTZ,
j ig! di "-3 nI' 1 Ti'd armook
Oregon.
Geo.P.WINSLOW,avocat de
Clotilde Worrall,demanderesse.


-in--- -

Lvkes Brothers S S. Co Inc.
Service hobdomadaire A passagers et ir6t
entire les pfrts du golte du Texas.
Nous sommes en measure d'AlTrir le mcilleur service heb-
domadaire entire Po' t au-Priuce, Santo-Domingo, Porto-Rico
Lt Its 1pos lu GolIe dni Texas. Par ce service le placement
decs produils a itiens dans (es divers march's est rendu
*.' s lI cilc.
S "'h ines arrive(cs A Port-au-Prince soul :
\ ('it MARGARET LYKES
A ,-' IUTl Vi'KES


uriau :


Rue du Magasin del'E at. Boite Postale: B. 46


AVIS AU COMMERCE
La Panama Railroad Steamship Line a l'avantage den-
not cer les d6parts suivants de New-York pour Port-4u-
poince, directement, durant le mois de Septembre 19M:
Depaits de New York Arrivages A Port-au-Prince
Steamer &Auconea le I Septembre 1930 le 8 Sept 1900
,, aCristobal Ile 16 Sept. 1930 Ie 21 Sept. 1930
** "Buenaventura" Ie 23 Sept. le 29 Sept. 1930
*Ancon" Ie 30 Septembre .l 5 Octobre 1930.
JAs. H. C. VAN REED
Agedf Gen6ral


~t I


Dr. Beau,u ,. a n rids.


-- .*-.- ~ ~ --_


lsP31 __ _


1~ -C ---- _Ip___L ~-~l~eCCC~CI~L


v-uI f~l .t.)l


- -I II __ -I Y~ILIUIY


1 I re - _


-- -I-


PRUNNM D4 PWM


v.Mo-owvmxmw


~--- --'-~-


0







Jeudi
21 Aot 1930


Le INlin


"1


.,,o Ne:U2E No'6773
Port-au-Prince
T66vbhone : 2242


4:.PAGES


E


Pageol
.nergique antlseptique urinaire


Afit vilte et radfcalement
Supprime la doulearo
doe U mctton
ple touted complicf'im 0
is Paaole decontfat \Vi en
4 Iajeunit Ilrs otisueds 3/ (ds
wies* urilnaires QU 11 re / LA
eM complrfrr-ennt 6 ,*, ,t ,'
m Juiulni A OUS lest n, fu / g'"


( AM! .' I?: ; ^
I "** H l l- *"I
.,m,**< *~ 0 *"*^"
IA .
I ** if*. **'* *


PAC.EOL at sans piltt pour t' gonocA.PU,
i.,it 1 indtiratletes d" vnms trilnslia


ts hM. ul-
u~l' ,des VOues m
UMoU. n rs f u
S MUltkles.t.m Lo s
d ea ml Wisdem a
In e mutrw *icrob".
ru A .r. e dernie
moci fef. sufis
SOULe eI e-t. fonds-
M t ll be- du tra-
doe ruUs.tiM ittn nor-
r Impares quil gt
alll (do to bleoaorrik-
Seto-enltnu. 0

CUbl. Chatetaft. I f V&'
cIlonn*b. I'ar. t i6 i'. ,


ASSUREZ-VOUS
a la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth (Scotland )


tar ia (tGENERAL )) est ne des plus puissantes et des plus vastes organlsations
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qua embras.i
du monde.
Ses Polices centre incendie couvrent aussi les dtgAts occasions par la Ioudrj.
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, inceadie, malveillance, doramag S
causes A autrui dans sa persouoe ou dans ses bieis.
Ses Polices Maritimes 6mises par ses branches d'Europe sont payables en Haiti
Ses Polices contre accidents sont valables dans Iunivers enter. Tons leas oya.
geurs devraient done prendre la precaution de se munir d'une police centre aeideOnts
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'6tant que de 1/2 /. soil 20 dollars '. C.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves
Agent G6n6ral pour Haiti.
SOUS-AGENTS: ort-au-Prince. G. GILG
JEAN BLANCHET J6r4mi


It-


BAR TERMINUS
Flace Dessalines


Caf6 chic,


-- Restaurant


de premier choix oul I on


trout ve


a .toute heure les


consommations les plus d6-
licates.


Sandwiches
Biere a'


sa ns


Sla


pareils.


pression.


PRIE-CAT-LAN
Si vous avez quelques heures de loisir, le soir,
vous d6sirez les passer agr6ablement allez au
Pre6-Cat-Tlan


et que


ou vous trouverez, la,plus belle salle de bal, la musique la
meilleure ex6cutee par un orthophonic dernier cri et aussi
lesboissons les plus fralches et les plus pures.
champagne, bieie allemande ou national, liqueurs de tou
es sorts.

Colombian Steamship
Company lnc.
* Le steamer "Bolivar" venant de New York directement
est attend ii Port an-Prince le vendredi 22 Aothl crt.
II partira Ie mnme jour pour les ports de la Colombie,
Prenanit it et passagers.
Port-au-Prince, le 1! Aotit 1930.
Colonbian Steamshii') Company I'c.
,GEBAIJA & Co, Agents.

SEA-SI)DE-INN


Cafe Hotel Restaurant
Cet c talissement entiricement restaur6 par la nouvelle
Direction, vous oilre I'endroit It plus select ( i vous trou
verez les nietleuires hoissons i des" prix d fianis toule con
ctflrTetCc. Sou per tlansan Itonls lea samedis soir.
Telephone: W#7


I


Mantulaclure Haitienne


de


Cigarelles


GEB ABA & Co
Les Ciaarettes
< *'Colon b
Reoublicaine'
a Porl-au-Priincicnne
Grace a In finesse de leur ar6me font les devices
des vmis amateurs.


LOTERIE des (EUVRES
du C.H.A. et de I'A.M.C.E.
7iraae Extraordinaii e


RAFLE de


Gros Lot Superbe Chevrolet Touring
1 lot. 1 Charmophone Electrique avec 25 Disques.
1 lot. 1 Phonographe Victor portatif.
6 lots. 6 Reveils. matin de luxe pour', dame.
6 lots. 6 Reveils, matin automatique A r6p6tition.
Total 15 Lots.
11500 Billoes a dollars.


Grand Cafe de France
Sous la direction avis6e et intelligence de Monsieur Fran-
qois Giraldi quest devenu 'asoci6 de Monsieur Patrizi. le
propri6taire de cet 6tablisseient qui n'a pas d'egal,le GRAND
CAFti DE FRANCE, offre a ses aimables et distiuges clients,
les consommations les plus fines, les vins de t utes prove-
nances les plus choisis, Cigares etj Cigarettes, Sandwiches,
varies, A des prix defiant toute concurrence.
L'accueil le plus s3mpathique continnuera A 6tre Ie meil
leur attrait du Grand Caf1 de France.
PA'I'WZI & Co
T416phone2341.


-~-~--~ m


No uveaux


Toute personnel soucieuse
de son HYGIENE et de sa
BEAUTE ne doit se"servir
QUE DE
LA POUDRE DERMO-
PHILERLECLERC.
Poudre de RIZ STtRIS9E qui3!produit5sur la peau3'les
effects les plus salutaires.
En vente chez Ren6 Lafontant &Co, 'Paul E. Auxila,
M. [.aurent Jean M. Talam2s, Staiaboulvret, Sergile,
Titine Augustin. EchantillonJgratult.


RHUM HENRI Gardere
En peu de temps# ce pro
duit remarauable a conquit
de haute lutte unerenoml
mec des lus enviables.
Demandez itouiours le
Rhum HENRI Gardere1


a _.-- --


- ___


Disques


(0 deo on


DEMANDEZ LA NOUVELLE LISTE


La fantalsie pour les criardises exotiques et Am6ricaines a encore vite
pass. II n'y a que la Musique d'Od6on qui rest ternelie et eesl
Disques sont toujours lea seuls durables.


Bazar Odeon
.1. TKAR AY ANY.


I. I


Afpqle Grand'Rue & Rue Feromu


I


k- A- -


.___.1


"-_.. .________ __I_


Sont arrives


__ _I~ _*~__~~ _____~ _~I__I ~__ _____~___ ____~_~_ :_lj_____~l_


, I IrT


- ~L I- lr L_ oC


- ,.----- -.-- -- --


- ku


~C- ~i~SI -I~-- __ Jlr2411~


I


s


v -h


I


I


. . I I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs