PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04902
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 08-14-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04902

Full Text




Clement Maglotre
DIbECTEUR


f hfut as t*a* ou di
ro do oho- qui t va-
I me.* *ut que leo st
I PIrOVEIE 6IIEC


13M6 RUB AMERICAINE 1368
TEIPHONE No2242
34 31 :


4*. L


c, .=.;


irw aor latratoU
O-a- ^ 1***


Ir
uuaD


-w_-


Bn1915,et l'litrv'etion serI ravage; quece n'6talt
glre est venue so-S mon- pas l peiae lt tal'llgei le mal-
Il, par Ie fait, le grand dan- tre stranger centre le mattre
SA s la ois national et inter. indig6ne t c'est A ce point de
aonal, qui nalt pour une vue unique qu'il a pris om-
aMiet qui ne sait alier A I'in- brage de- I6l6vation de Tous-
lpndance exterieure la pra- saint.
*Ia de la liberty interieure. Quelque grand respect que
;ut que celRe IA n'est com- nous professions pour la m6-
ilte qu'avec celle-ci. moire 'de Rigand et quelque
11 est bon de retenir ce der- homage il imported de rendre
tr point, parce que, dans la I son amour pour la race hai-
Ij'oncture international oh tiernn aussi grand que celui de
8 nous d6battons actuelle- loussaini, nous sommesobli
t et depuis quinze ans, g6s deeeenveirqueau milieu
eurs sont arrives, en face descoDjonctures de l'epoque,
deceptions que nous re- ceI lut i c6tt de celuaetd ue
Ilons, par certain c6tes, se tiQu6eret ia pls, grande
collaboration americai- hauteur d vue et la plus Asre
A professor opinion que, intuition de ce qu i tait la
vage pour esclavage, ii destinte de la race commune.
encore mieu vivrrEius oqw devoi qepe4daQt
lilft u mi*alr halnt / t p as, a: ufe a qae
q a nous eat arrival en aure. T paint, neant les
apr6s nous avoir, durant foodements de ind pendan-
annees, servi de menace cc, lui a sacrlfl6, au nom de
joina'i A nt6r6t~- 1r drebib Aber lant6reure,
in croissant danas oe p yapd!re'qlte nouine aoaianr pas
tablit, meme oau yeux des pratiquer cette liberty sans
s clairvoyants, que si, dagem r t our etdle iAda4n-
e ind6pendance extdrieu- ce. LAtr legCo ae r aia : delles
une nouvelle fois recou- est coatenl e dase traitA de
Snous continuous d'igno- 1915 qui est presque sa re-
la pratique do la liberate, le vaoche s la race no peut pas
re stranger reparattra, si maintenir son independence
fais ii disparalt complete- st elle no se met pas A I 'cole
t, poura ms imposer une de la liberty.
velte douloureue exp6- A la veille de notre pre-
Imi6re ind6poddaae4, t.'es t
est la ovritable lepon du Toussaint qui avait ialson. A
de 1915 et it imported de la veilep doe 'iudeendance
la pordre de one. nouveht, 'eS t Ri~e q iu
x homes de notre his- pense just, l soat tons deux
lturent les premiers re- |galement Ars- actres.
Intent I!! 6* s%*** AjwOwt i


ltus naltens de ce
Santagonisme entire
x ibertes: Toussaint-
are et Andre Rigaud.
'Do hstaoriens A court vue
ru trouver, au toad de
querelle sanglante, une
ite decouleur. ,esi faux.
accusations de ce genre
tpu avoir et6 lancees pai
diux adversaires I'un a la
de Iautre; ce tut dans la
loeur des batailles, pour on-
imer la guerre civil et
Shercher, chacun, A fair tour.
tsr le rsultat A son profit.
'alleurs, depuls, notre his-
oir independante nous a ot-
t bien des exeinples d'un
I alcul; or, des homes
aPmne loussaint et Rigaud,i
l rtsde come pollcisa,
etieat pas lits i aute i lnt
unous. It s'gt satant de
lpas les 'aver outre measure
a de a pas les abaisser in-
Si nous, voulonw aire 'de
tdana an but d' nsei
t, chest a c seul point
l.ne des principes qoe nouw
consider la rivaute
em dea grand chets; etsli
esprits prrvius veala.t
.- qui ae vra d'ail-
-qu ce tte rivaLt se
ve sonvent dans nos d6
6 actuais, il imports de
cltendre dans le sens deja
tte pernanente entire la -
i e et, rr tre.
Lorare, en eflet, est la tor-


Un Arobiteoo frangaem
psami nour
Depuis deux jours se trouve
A Port-au Prince n architect
traonals, Monsieur TUR, q u i
vient de la Guadeloupe et de
la Martinique o i ii aviit t6
charge par le Gouvernement
Francais de surveiller les tra-
vaux de restauration i suite
du cycloQede raoInaederni6re.
(~ IMoaur TuR a tis nit 6.
pli.Gn dnt t4 a admire
it conec oa hbeurease pour
les psi &ropcSaux Accomp
lga6 e petre co a mtrite, P
aieur Georges pi a
ea I'oasion doe vor qWl-
ques-une to oD as belme
Ieea ~vdr qriftl tviet
do faire dans notre capital.
MgoIknr To, m imahereu-
sememntiprt lnji0rd'hi pour
Jacmel U,-l0dIAt 0 S'mmqurw
pm ow s isI ~
nedtleoi am. g do( bo
voyaepN


Avis
Pour ua prompt regiment
de vos almres adrmie vans
AM. AD


,~%
I, -S


LOTION/

P P .-
$S /9.1% : \ 'At.


t. I


-- .-~r~ )rrr CI-


En Chine
Des camasiistes terrriseat
Shangai
.HANKEOU,13 aoft.-La ter-
reor r6goait aujourd'hui A Shan-
gal. On rapport que lea Com.
munistes, spr6i avoir saccagd
et bral6 lout ce qu'ils trouvaient,
out menace de toer tous lea
gena Ag6s de 15 A 35 ans. Deos
mille personnel ont laiss6 la cidl
safl d'chapper A la vengeance
de# autorit6s commanistes de
province qui recouraient asz
executions en masse, et partici-
perent aud pillages et aux assus-
iui!as.On dit qne le Gouverneur
Ho Chien a ordonnet ce torturer
etdlxecuter environ 200 com-
munistes suspects. Bienl61, le
poapl 61mif tomriesk.
Le tro6pis pens6rent que
le, muri de la ville n'avaient
pu lea lprotger centre lea Ron-
ges,qui se trouvaient seulement
i we distance de 5 miles de
la .16.


RUMIS IWDees
I rre S
ans dro uer.
AppliquE ext6-
d'Ileurmet, Vickt
soulage sans d6-
fmcT r l'Btinamc.
iw Teaut Rf f oissmet


L'ldel


Rhuowm


--

Etranger
(Par Radio)


RtQMEOi2 aobt Alessandro
iuiscltin, neven do Duce 'et
fils de Arnaldo MuMsolmni, eat
s6rieusaement malade. Oin rap-
porte a ioritd'hui que son ial,
a empie, syanteu des hemor-
ragil.,Cprmle il retournait dans
la capie p remier Mussolinf,
bier' ii ei it visit.
C CAGO, 12 soAt.- Robert
Wbltin, pt6sident de I'Associa-
tion rationalee de courses d'an-
lomobiles, eat mort a Sterling.
II tlWt debout pras d'un potted
quand une vciture, qui allai -A
too Vitepe'te heurtas t le toe.
So ~il.Mear, Mne W.Whalon
mutid doe aiaissement lor-
q'etie apprit quoe Robert n'etlit
plus;
WASHINGTON,11 aodt.- Le
directeurdes douanes a annonc6


LOTERIE
IpE
I'Amooation dios 3e lr du Corpm Entalgant
ot do 1'AIIIIa5c FlrantlReI .
Le prochain tirage de celte loterie est fix6 au dimanche
7 Septembre 1930 A 9 hres du martin au Caf6 ELDORADOa.
Le Comit d'Administration avise le public qu'il ne met
plus en vente que 3000 billets au lieu de 4000.
Le prix du billet eat de 4 gourdes en DEUX coupons de 2
,ourdes chacun.
Gros lot Gourdes i2,000 2 Aps.du ler gros lot 50G.100
i1 a 600 2 Apx du e a 30 60
I a a 10012 36me a 20 40
150 lots de 12 1800
87 Lots so terminant oar lea deux deroiers chiffres
A -.d Glr. (r ntI l Gd '435.


i I sUn aJv *Dt og-a-- i
S S. B. Papement de lots gegants toss leas our
Sd dix heares A midi a Magnain lde SIMON- VIEUX..J
- i -- ill l


,BIRE NATIONALE ~
T T t,


Se vend

verre mali

nrieure..


iN auonale

t Or 0,10 le

quality st-


So, vt !1
Prto ez votre, poche et

votre sante en la buvant

" u: .f."'! i '?i .,


par radio quo plu' de iatre
millions de porsones, sbm en-
tries aux Etata-Unis, eddt'di
WA;~SHINP~gTONi 1 od t.--
_Qelqu'un alfirme avoir vo un
Sbiet vendant do manganse a
'dep taux en doesoam de eos
Irablis par lea cI tf l A
R asie. L'Asuoettr
d etaCurs amiricaiia de man a-
e dema l ie
dq Mello s; deilaj, lle i
lefmltal manganadifere d So
vilt en le classant au-dessoua
dis comestibles.
.IEW YORK,2 Aot^-,. Sous
la direction-do tardieal Hlayea,
o0 a attaqu6 4as pliesttIncD-
cieuses. La tradaction d al Is4 /
atIrata d'Aristophasea 6t6 apt
e*lquement.citab.






-o--
11 at convene dappeler noces
dor le cinquantenaire d'un ma-
riage... C'dtait iusqu'ici une fe
asses froide, consascre a&griner
sans plus, les regrets et les sou-
venirs.
Grdceau RHUM SARTHr CACHET
D'UR, les noces dor sont de
uraies fian ailes, enrichiis de
baisers, d dtreintes... et de mille
autres dUlices at orgues, qu'on
n'oblenait jusqu'ici u'en se
soumettant au bistpur4 Vp-
.off u as traltemPnt 'du Dr


i.A


vu, lundi aoir, an chaos.
r rrter & brusquement ve
oiufre deviant les portes de Ia
uinsud&e. II klaxonna trois
oiet rune des dames qui font
ns ce petit caft le metier do
rton ha present. Le choft.
our command quatre boa-
elles d'A. K. 100 qu'il but ra-
idement, sans m6me les avoir
pavourtes delicieusement com.
ne Icela eat conseille. II re-
azonna. La, petite dame se re.
Dpresenta.II lui donna one gour.,
de. Ella protests diaant o
c'est une Ionrde vingt. U'nedis.
session asngaa colors. TIle
!rnde dans rle w de lone, ela
ld6boutoai, le patron as prt.
a ta et dht ao chauffeur:
Liscz et vous verrez. Lisez
ce qui se trouve kcrif en grosses
lettres sur ce nur. Le service
extMrncur c'est Irente 'entimes.
Si vous voulez payer voiie hou-
teille d'A. K. 1(0al i ngt-iivq cen-
times, vous it 'a qu'A venir la
boire au comp'oir.
Le claufleur p:ya, s'en nll
et dens le soir on Ienlendit
qui murmurait:
Dans ces condi ions-Il, il
vaudrail mieux que j'i I*. dore-
navant ?Terminus ou 6 I Eldo-
rado.
**
...a vu passer, avint-hli r soir,
dans le clair de ltiin. I, cher
Maitre, sanglO dlnims osisrme
qi" faisait ressorinlir hs 01vin.
dres lines de ses ri'g:on lIn.-
baire. Beau et grua (( uvine in
Capidon, il allait, it de ;)a i iiir-
che lglrement dar.sairt. t I sil-
fiant on petit air de chi:i alston
i ni scandal sa dmnarchle. Jusle
i ee idhiqbnt pas>a 'dans I'allle
voisine une auto d'oi' sortil un
bras neigeux (dc feinn.e el d'o
mo; dIqnd voii douce comnim
celre don let d'eau clar'dans Io
soir. ) t le gesle de la main fit
bonsoir au cher Maline et la
voix Ii 4it:
S-All, cher anmi...
Et auto, dans le soir, fit mine
de sarreter. Le cher Mvitre, no.
torellement, change de direc-
tion, as dirigea vrs I auto ofi se
prdlassait certainemeni quelque
loliefemme en quele d'aventure.
Mais il tait a peine arrive pres
de la voiture qu'elle tuL mise en
movement et filsa Aoule vites-
se, tandis que dars le soir mni-
tail an rire vibrant de moquerie
et de gouaillerie... Le cher Mal-
tre alors, ddcontenance, reprit
le chemin de sa mason, se di.
aant qu'l taut avoir bien de Is
patience pour Ofre un Don Juan,
et, ce qui ferait plaisir aux jtu-
nes files, qu'il est encore plus
Prudent de e marier...


... I'a vu depuisquelques jour.
avec un joli costume marion
don't il dit quand on lui en de-
mande la nuance :
C'est un costume tabac.
Comme il lait gris hier soir,
at qu'il avail son beau costume
tabac, un de ses amis qui a bien
de 1'esprit, murmurs, en le vo-
yant passer:
Cst le tabac et l'alcool.
a*
... a vu, bier midi, un de nos
aimis qui vantait sa capacity de
boire, II aflirmait qua jamais il
n'avait Mt e grin et qu'il pouvail,
ians danger, ingargiter, par jour
us 6a denx litres d'alcool, saas
perdre le chemin de sons doai-
cite. iE disant ela, la panuv
eiaWiade ttbitba viaibement
et ce qu eat plus grave, bavait
avec One guntrosita A nulls aul

I tpasr, a vant-hier sir,
LaWI e de Trgeau une vieille
I l^ tJLet n'avait cu'uu cel
1'era bae, d'ura c
t_ 'iea venait de ri
~ir a le soir, an coll#
m i ti, sawn doate, v
mBtfnsbiouquo ni.

*, I Geiera, A ioe
LAc Aauhlai u i..r
~;FUII qtver
'iSB&SI^MWP~c I ~
lccf^^1^-t r7-


a


*12* t.


. + 1


1 3 l


S~



IJGIENTENTtlE uIARMtE E FIlE


ALIX ROY

28 annees de success.


,*


111


------ -----


_


tElwell


--


!


I


i
,I .,-. I i


PA






Ott


I


Fl,


Lettre (

a M'Luc ]
-4o

Port-au-Prince le 12 aoudt 1930.
Mon cher Dorsinville,
C'est A la Petite-Rivi6re de
rArtibonite et au course d'un
voyage quo j'ai eun 'occasion de
lire la lettre ouverte, tres si-
gnificative, que vous avez eu A
adresser naguire A MM. lea di-
recteurs des 'principaux jour-
naux de la Capitale. Elle ma li-
vr6 A une serteuse meditation
aur le present #tat de notre
pays au regard des leaders de
la potilique, et j'ai vile taittd'ar
river a cette deduction que clia-
que citoyen ne doit enlin de
a'affranchir de touto peuie|
d'abstention, de sortir de la r6ser-
ve pour prendre activement po-
sition dans I areno. Ceut etW
meconnaitre A la foIs leutrs
droits et leurs devoirs civiques
lea plus immediats, et, partant,
commeltre uune fate lourde, si
une notable cat6gorie de cia
toyens condesceudaient A se
laisser d'aboid noycotter par
une reaction inseuate, tandis
qu'ils se verraient ensuite me-
naces, systlmatiquement, dans
un procae avemnr, du u nouveau
genre de presomption. Or, naon
d'autre ne.se digage;,de cet ex-
clusivisme tapageur,,.qui reten-
Ut daas une. certain press au
service de,.candidats, d'ailieurs
distingu6s.et ,m6ritantis A plus
d'un tlitre, etiauriolis de 'estli-
me et de ,la;consideration pu-
bliques.
.li.est indubitable que, loccu-
pation d'Haltipar le (jouverue-
menit des E. U. d'Amerique de-
puis 15 ans A la faveur des cir-
constances et dans leas codi-
tions qua Ion sait, 6volue vers
son terms. Mais il n'y. aura ia*
mats trop.des efforts conjagu6s
de tons etdu concourse de cha-
quo citoyen, en particufier, pour
que le revo si vivoment cares-I
s6 de la liberation du territoire
eL de notre affranchaibement de
tutclle, tombe en deiutuve, dans
le domaine des realities. Lo*u-
vre reorbuanisatrice a laquelle
le plan Ciameron Forbos paraitl
sevir d introduction, est emai-
' nemmntul patriouque et uau-
..ate.
SLt le luLur gouverai.AteuL de
;TiultLI UUL uV i Ue ,it..t uL -i
"ia comportant commw prin'


P&6I -2


uous fire atteindre A idial la pIiremire ois dans le ton de mLIIeS. l'on sej rendit.dani ies
haltien. Et alors, cette conscien- la note du MATIN une lIg6re Maislaissons dormir tout cola, de M. Necker Mac6an,
ce et cette competence n6ces- teinte de mauvaise humeur. Ce mon cher Magloire, et priez le personnages les plus imp
saires et indispensable, se- journal ,ptri d'esprit et si avis6 redacteur de votre note de ne de 6.eogne,, o6 toute
raient-elles Iapanage exclusif de aurait-il au Corps legislatit des pas trop me garder rancune de 16oganaise attendait le
certain? Allons donc. candidatures que mon geste lui avoir raratchi sla m6moire. dat. 11 I ut 1 o b.je
J'apprecie done hautement les contrarierait ? Je. le regrette- Je serais heureaux de vous le temps qun dara la'-r6
points de vue exprimes dans rats smnctrement, car le neivou- voir donor pubiLite cette de maandestations entho
votre leltre ouverte aux Iourna- drais desservir qui que ce soit. lettre rectcative, on lu accor de sympathie. An cha
listes, relativement au choix Pourtant, il taut bien,'convenir dant I hospital devos colon- 'amphytrion, Necker K
d'un candidate A la prdsidence qu'il serait ditficile do soutenir nea, at voas serre cordialement prit la parole et doni
d6finltifi J. t- RBpublique. ou do coutrarier des candida, la main. raisota pour lesquaelf I
Paiss.t4-ellesrvir a lintelligen- tures aon prbsent#es. D'aileuns, E. THEZAN mis, sona et e
ce do ceuxqui alectent d'oublier il rest encore de la place. I testl ____ groupasmeh qita
a qu'en semant lej vent. on r6- pt6va quatre b6natmrs pour gae avaient adh6r a
colte la tempete. t'Ouest et je noen ai recommand6 Conpagnie g n6rale aInmme de M. Constant
J'en prends opportunity pour que deux sux~uftr ges des elec- Tra tlant yard. La sympathy, d
vous olrir, mon char Dorsin- teurs. Lon ne saurait done a aniueo dans note choi,
ville, liassuraice ienouvel6e de maccuser d'goisme. a pas de doute, mais 4
mca. s utimeu.s les meilleurs. Un tout petit mot pour finir. Le steamer ( Carimare noos1 a faith nous extend
Paul MAURICE. 11 est dt dana Is note du Matin part de Bordeaux le 3 cr$., le onm de Monsieur Mayi
que lea leaders St6nio Vincent, est attend le 21. n eat pa seulement noti
---- --_ Psaulius Sannon ae joignent au II partira le m6me" iour .iration pour le grand ho
leader dit populaire. Jeosuppose pour Santiago doe uba et les mais aussi effortt unimfl
M 01 d'. dre ique ce dernier.membre de phra ports du Sud programme de riorgan
V1O d Or r- e me designe assez clairement L quite de li.tiraireser nptionae per lagrcutut
A T pour que Ie m y reconnaisse,Ne fix6e 'arrive dn navire. 1indusise, ie seul qui,
SK Ipensez-vous pas quell erddactiurarrve du nave. qu6 sIncrement par I'h
S. 10. A VU de cet entrefilet surait pu sim .I.oraur u1 # .Ete Carnere et de can
Point de rallloment cement diredleader populaires, 1930. quIa'd t, naos conudira
La GutulnUatd quand cette popularity, tayde E. ROBELN AI olf nmet aotre second


'it
I.'


__ __ I ___ __~_ ___


Ma response a


ouverle


Cher Monsieur Claias,
J'ai lu votre lettre qui a fait
grand 6cho. Le uns. s'amusent
da votre colre que j'ai auscit6e,
les autres s'interrogent A savoir
au norn de qui vous avez pris
cette plume lAchie. En verit6, le
ton virulent de votre lettre no
convient pasm Acelle quaMi-am6-
no que jai adress6e i Monsieur
Price-Mars. Comme vous 6tes
neut, je vous le pardonna biao.
Et vote hltt6rature et vos id6e.*
Mais, laissez-moi m'arrtter uo
moment auxideux sons de clo-
ches que j'at percus.Le premier
dit que vuus p, .. z pou, Pit I
Mais et le second, rOur ; ,tuatl
Pierre- Louis.
Quoi qu'il en soit, je sais au
d6sespoir d'etre retenu per I'nu-
no et l'autre personnalit6s aun
point do ne pas pouvoir naon-
ser touted ma pens6e.
Revendiquez-vous .pour Da-.
mase Pierre-Louis qui torge et
continue de forger encore un
Bertrand Lamothe ant6diluvien
pour la presidency d'Halti ?
'Avez vous consult Mars et
favez-vous intormi que vous
parlez en son nom et an celui
de Bertrand Lamothe ou pour
lui tout seul ?
lDites moi les liens de votre
intrigue ? Est-ce quo Mars a
accord son instrument avec ce-
lui de Bertrand Lamothe ? Dites-
le, jeuce maitre en I'art, qui te-
nez Ia baguette orchestral de
a La march en avant a vers le
Port-pu-t'rince I
11 n'y a,cher Monsieur C(inias,
que les amis maladroits qui sa-
chent desservir autant que vous
I'avez lait pour Mars. Car, par-
lant en sou norm et laissant sup-
poser qu'il a fait siennes vos
idWes, vous ne sauriez avoir
mieux ruin sesfprojets d'ave-
nir.
Ainsi, vous n'avez pas nii
j. .._ -- .. ml"- l '


LI MAT-IN- 14 A&Wt iM

-W-

I la lettre lne impor-

tante lettre
de J. B. Cineas tantehet, re
duG"lThezan De' RI
I--
cette politique d'hg6monie1 A la suite de netre entrefilet E
Nord que pr6conise one cer- ntituld Serait-ce un nouveau
tainec6t e, qui se perd- dani Car'el?,nous avons refu de notre
le Nord, omme, une goutte sympathique ami Emm.Thdzan,
deau, laissant indiflren lIs ale si sgym athiqe candidate po.-
patrotes, leA vrais hommes po- pulaire, potante lettre subi *
..tiqus de vote department ante que nous nous empress
qui nont que, taire do vo di- sons de publier: e e
receives. ** *
J'ai d6ji dit & Damase Pierre- Babiole(Tnrgeau),le 12aout 1930|
Louis qmu se tourmente en cer-
cle 6troit, come la tortue Monsieur Cl6ment Magloire,
dans un puits, que le ne coupe .SDirecteur-Propri6taire
pas dans cette altaire o itl pen- do journal LE MATIN,
soe redorer son blason sur It En ses Bureaux. L
compete d'un Delienne, qui,n'na Port-au-Prince. I
jamas ijoui du pays: I.
En ce qui co..erne les b, Mon cher Directeur,
veur ine..pere., que vous i Hier, dans vo re inter want
pelez,et dout jouairnt, au lemp- quotidien, vous avez tait allu.
des sairapes, les conqutranti sion, sons Ia rubrique a Serait-ce
du Nord, qui trouv6rent dans ou nouveau Cartel ? :, A ce qui
les milieu Port.au-Princienb s'est passe odi dernier. sur la
plus on moins douteux des Place St-Louis, chez mon hono-
complaisances du bean sexe, rable ami, Mr Alcius Latontant.
dites-nous come vous 6tiez Puisque vous avez soulev6 Ia
trop.leune pour 6tre sur le question, vous voudrez bien
theatre de faction. si vous me permetire .de renseinoer le
avez re. u de Mars des coonfi public sur sa' nature, afn qu'il
dences qui seront pour le moins n y ait point do malentendus.
nuisibles a soa repos domes- Tout d'abord, je ne patronne
tique. ni ne combats aucun cartel. Je La quality est la premiere cho;e
Je vous renvoie, cher Mon- no savrams non plus vous dire
sieur Cin6as, A l6dition du quand, comment et pourquoi ils quand vous examine la Dodge
(( Matin- du 13 Aoit oi 'ai r6. se torment, se d6torment, so rde
ond s imlement et tranche-t orment. Citoyen et contraint par Les carrosseries d'an pi6ce en a
inent an Directur de L'Opi- dlevoir de m'mt6resser an sort de
nnt au renotre Patrie et A 'avenir de no exceptionnellement conloitabin
Je no vais pas m'ttendre da- tre Nationalit6, je recherche
vantage 6tant pris par le aflai- tous ceux de nos Citoyens don't silencieuses. La quality caractd
vanages 6tant les talents, le m6rite et les sen-
res pre.santes et utiles du pays. entspisserie les cousins conorta
Je regretted infiniment, moi qui mens peuven conquer .
me d6voue tou jour.s me con- rendre ce sort heureux et cet lers et 1616gante designation d
citoyens,A quelque i6gion qu'ils avenir trctuux. 'Avance de ce moteur de bui
appartiennent, de vous rencon- Messieurs H. auleusoannon
trer a un moment ou e ne pus Sto Vincent aivient s souplesse son ac r
rien pour ous.Peut tre, une I'onneur de solliciter mon ap.
autre occasion, mon altruisme pui pour le triomphe de leur sa prodigieuse puissance avec
vous sera profitable. En atten- candidature aU Senat de la R6-
dant, croyez-moi votre bien d6- publiqu et e me su emress6 remarquable d'essence. Dans
vo,, serviteur d e le leur accorder, persuade que
la presence de tels hommes au ration cette voiture est une des
Castera ELIENNE sein de la future Assembl6e Na-
tionale y repr6senterait A la tois editions de quality et de conflar
le Mirite et le Patriotisme. Je
leur ai promise de les presenter Brothers.
aux principaux repr6sentants
)V e r ,e I, r. | du Peple A sla Capitale et c'estV Ic q d
u}v t ce qui a doqne lieu aux deux SIX ET HUIT C
reunions des ieudi et vendredi I
Lrsive 11 n de la semaine icoul6e. II n'y a
UDorsinville pas eu de meetings, parce qu'il
n'y a eu ni organisation, ni in-
-- vitations, ni avis prdalable don- .
n6 aux d6tenteurs de l'autorite.
cipale caract6ristique d'avoir 6t4 C'est spontandment que le Pu- *
une 6manation de la volontA blic, sans y avoir -M en qaoi/ D istr Ibul
populaire. Ou serait done la que ce soit convi6, s'y est pr6-
place, dans l'accomplissement sent en foule et s'il y a eu at. RUE PAVEE PORT-AU-J
de ce plan, pour une pense6 tluence considerable chaque
d'exclusion de telle ou tell ca- tois,il taut I'attribuer A la grande' PHONE 2234
t6gorie de citoyens? Aussi bien, popularity de ces deux remar- P RONE: 2
n'est-il pas d6solant de consta- quables concitoyens dignes A
ter dans cette presse-IA qu'en tous 6gardsde I attention du Peu- gur i conflance de toute un
guise de l'union sacr6e, ou de ple Haltien et de la bienveil- la tion, at t de ll toqu t une a
I union tout court que Ion pr6- lance de I'intelligente popula- Naton es elle q a d Leo ane
chait d'abord, se sont substitutes tion de Port-au-Prince. pour ivi er son triomphe, iear-
I'espritr6actionnaire e les ten- En accordat ma sympahie et r la consultation pebiscitaire
dances exclusivistes, .6tay6s, au ,non estime A Messieurs Snnon arau ipargn6 an Pepalale
surplus de ctte sorte d sot- etVincentjenemesuismtmepas H'In ntate prolongation de IA
tlises venimeuses aux conse- souvenu qu'ils taissaient partie dn soutiances et les ra.eureso
quences anarcluques. Cet es- dun cartel. Je n'ai douc pas en- actgoues u nous traversons a
prit at ces tendances n'ont pour tendu tavoriser leurs vis-es po- acuatement, parce quoe w na
seule vertu que de d6montrer litiques ni combattre cellos de nc drai eavalemeut at? ro-
jusqu'od peuvent descendre des leurs honorables concurrent, ra- egaemet rappeler
gens honnetes ou 6clairis, lors- maias sunplemeni faire oeuvre de qua cel mime populace trans Mardi" apr6s-midi, E
4u'lls sont dominms par t'iut- citoyen et de patriote en cher- por6e sr a taa quatre eres, M. Con
lit personnel *u quils ob6ts- chant A taire entrer au Corps elnbtait entiremeut delavora- Mayard, Candidat an S
sent A leurs mis6rables rancunes lgislatit des hommes 6minents blea encore A point riomph6 et A la pr6sidence de la
oun A de mesquins prjug6s. que je crois capable de main- en depit d'une formidable coa* blique, entrait A L6ogAn
Oui, le prochain gouverne- tenir tris haut le prestige hal- ition d'at6irts paruculers op cuelli an senil de 'intir
inent parlementaire aura pour tien et de laire triompher l'inti- posI a lmteret national,qumil a cit par une delgation a
mission cardinal de discutr el ret national sur toutes les mes- ita inierveutioa manlesie see des notabilites de I
de conduire Is aflaires de la quines questions de passions, d une des plus gsaades paissan 11 so rendit immidiatei
R6publique avec une conscien- d'ambitions et d in-6rts parti- ces do t Terre eL qualie viuti la placed March, an
ce et une competence int6grales, culiers mal compris. ions cosecuves de la ons d'acclamations ormidab
si nous voulons, vraiment tran- Je dis'.tout -cela, parcel q au'il tuion en moms de huit jour un meeting ut lien qui
chair les sentiers susceptible de measemble avoir remarqu6 pour pour Au derober les truits de la succ6s gle plus comet.







-*.-_ omp-


-..___-......


CE SOIR
Taldy.
Que prsonne r'oublie que
pausera, remain pour la der-
niere lois sur I'cran le grand
ilm Allemand :
Mandraqore
avec I'ctranrdivuire Brigitte
Helm.


1& 2.
REMAIN
A 5 bs.: Matine :
Le Batalleour
du Texas,
0.50. 1


A l8 HE'U-BES ..


A 8 BEURES
1 Soiree ', loy
LE REFIr(1E
l'apr6s le liv rt'Andr T' .. -
riet joun par E'l-'e Vo,, .
dans des dteorb t *I *' I'"
v uisant l uie ;ntg lrn


IlUl C C.
2 &'3.
SAMIDI
SALNAVE
dfi.nl se* chat l sons t mrnold
gves d'ectualit. 1 gouade.
IIEVELATIONS SERIA1. MIELLE
0 !c'i:t.' W. NIs,.n;:ONCiSCcuccI 1.U
-r I A *" I I*
t M, A. W. -* M406 ir .*W ee al rr*
.. 1.


Colombian Steamship
Company Inc.
Le steamer "Bridgetowa" venant de New York directe-
ment eat attend A Port-an Prince le vendredi 13 AoOt crt.ll
pattira le meme jour pour les ports de la Colorubie, pregnant
trit et passagers.
Port-au-Prince, le 13 AoCt 1930.
Colombian Steamship Company 1ic.
GEBARA & Co, Agents.


AVIS AU COMMERCE
La Panama Railroad Steamship Line a I'avantage d'an
noncer les departs suivants de New-York pour Port-au-
Prince, directement, durant le mois de Septembre 1930:,
Steamer eAncon a le I Septembre 1930 le 8 Sept 1930
Cristobal. le 16 Sept. 1930 le 21 Sept. 1930
S "Buenaventura" le 23 Sept. le 29 Sept. 1930
ADncon'" le 30 Septembre le 5 Octobre 1930.
JAs H. C. VAN REED
Agnit G&6iral


'-
EUDIMlED IiUIIIE6iFi

comprennent la Protection centre la

Foudre sans augmentation de taux


Eug.LeBosse#Co


Agents G6enraux


"- ., .. . .- "f .
RHUM HENRI Gardere
En peu de temps ce pro-
duit remarauable a conquis
de haute lutte une renom-
mee des plus enviables.
Demandez toujours le

Rhum HENRI Gardere.


Noole BIle Dubois
La retraite des anciennes
616ves sera prech6e du 15
au 19 Septembre et se termi-
nera per la reunion de 1'A-
micale.
On eat aimablement pi6
d'envoyer son adhesion a
cate Invitation avant le 5
septembre.




666
Soulage des maun de tdte
et de la n6vralgie en 30 mi-
nutea. ArrteI n t oid le pre-
mier lour et le malaria en 3
o-rs toettM Wb


Pendant les
convalescenes
L'usage di QUINIUM LABARRAQUE
A la dose d'ua verre & liqueur sprt
chaque re-pa suffit on efet pour ritabltl
en ru tie t'i t:'r* lt forces des mnalade
Ile plI aa'rnm;-'s. II est alncment .ouve.
rain contrfe les access de fievre lee plus
teaches. Aussi Ics pefrone i'biables. dtbi-
llteca par I maladie, le travail, leg exces I
lwM adultet faitgu6s par use crol"ence
,.pidc; lee )u a M fil quil ont de
S.ae i& former at k d6v lpPsI

*rd druu VWad oe
tC% 4


i
a


--I __ _____


- CII
---- I_


.__Lqm i


---- 9, _


3
~ *~


-.


an


L.


I






Jeudi
14 About 1930


Le Matin


...,.'," nNEE N' 6788


Port-ao-Prnce
T8i6hone : 2242


4PA@3S1


ONAL

.-,, c. of i ., 'C ..-


I ,,
: . .. ,
.... ,.. ,' '. ?1
:^ ^r ^ .
**/ ** / .^ ^ ^

'* *' rf i '' w i '^*<^
;*<**, v. j^


- .'- /.
iI.
i. I. .,, ,, ,., ,r,.,: .. a l',is ;*.'* 7"J: fv, T.t'
^ '^ 1 I i i d '. EIn i Vn' I-I~~ u j l i .
^V ,.* ,, ,* ,' , ,'( q.er <" f/ "' !
,' .M.-v ... -***^.** -.*:-t.^*..* .-f-t.3 .a ii w i B M


i'< tr ," *" ).
;.;: .*'li".".3 -".i <. *k'.Kr. '.-
. *. -o ,ij i't ic .: .rt' '.'t"
e wuvt; 1 ul,..;tE.


*a


I c ~.

I C

I


ASSUREZ-VOUS
a la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth (Scotlanid )
Car iaa GENERAL a et one des plus puissantes et des plus vastes organitfl
de ce genre. Le soleil no so couche jamais sur son champ d'action qui embm
du monde. i
Ses Polices contre incendie couvrent aussi lesad6gAts occasionn6s par la toa
Ses Polices poor Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, domaj
causes A autrui das sa persolme on dans ses biens.
Sea Polices Maritimes 6mises par sea branches d'Europe sont payables en Hi
Ses Polices contre accidents sont valuables dans l'univers enter. Tous lIe
gcurs devraient done prendre la precaution de se munir d'ane police centre
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle u'etant que de 1/2 */. soft 20 dollar .
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Cave
Agent Genbral pour Haiti
SOUS-AGENTS: etort-an-Pnnce. G. GILG
JEAN BLANCHET J6A1


NUS
o hQ1?lf/iJQo


L tt L4 a IJ 1 -ti


- Restaurant


de premier choix ou I on
trouve ai toute here les
consommations les plus dB
licates.


Sandwiches


Bi re


sa ns


a la


pareils.


pression.


PRIE-CAT-LAN
Si vous avez quelques heures de loisir, le soir, et que
vous d6sirez les passer agrhablement allez au
Prei-Cat-Tlan
oA vous trouverez, la plus belle salle de bal, la musique Is
meilleure ex6cutte par un orthophonic dernier cri et ausi
lesboisons les plus fralch6s et les plus pures.
champagne, bi6re allemande on national, liqueurs de tou
es sortes.
u ll I u-. mu '* -.-L"- IC~


Cosmopolitan Bar


Mme BERTET I'ancienne propri6taire de iSide Steplnn)
vient douvrir A la Rue du Quai, en face de l'H6tel de Ville uv
coAuet tablissement qu'elle a d6nomm6 COSMOPOLITAN
On y trouvetout ce qu'il taul pour attirerel retenir la clien
tWle la plus difficile.
Consommations de premier choix.
llllllll -- Ir IYIII I-- III
SEA-SIDE-INN
Cafe Hotel Restaurant
Cetl tablissement enti6rement restaur6 par la nouvelle
Direction, vous offre l'endroit le plus select owi vous tron
verez les meilleures boissons i des prix dffiants toute con
currency. Souper dansant tous les samedis soir.
Tr16phone : 2f3

Manufacture Haitienne
de Cigarettes

GEB ARA & Co
Les Ciqarettes
; f "Dessalinienne'
,*Colon ,
*Republicaine'
< Grtce A la finesse de leur ar6mee font leo ddlices
dt vmis amateurs
14-----


- mo m .*


LOTERIE des CEUVRES
du C.H.A. et 'de I'A.M. C.E.
7iraqe Lxtraordinai e


RAFLE de


Gros Lot Superbe Chevrolet Touring
1 lot. 1 Charmophone Electrique avec 25 Disques.
1 lot. 1 Phonographe Victor portatif.
6 lots. 6Reveils, matin de luxe pour dame.
6 lots. 6 Reveils, matin automatique A r6eptition.
Total 15 Lots.


1t00O IllUet A 2
Le tire s e fera leiDimanche


dollars.
17 Aout 1930.


Grand Cafe de France
Sous la direction avis6e et intelligence de Monsieur Fran-
ois Giraldi quni et devenu I'associ6de Monsieur Patrizi. le
propnitaire de cet 6tablissenent qui n'a pas d'6gal,le GRAND
CA h DE FRANCE, offre A ses aimables et distingres clients,
les consommatioos les plus fines, les vins de toutes prove-
nances les plus choisis, Cigares et Cigarettes, Sandwiche,
varies, A des prix defiant toute concurrence.
L'accuel le plus as3mpathique continuera A etre le meil
leur attrait da Grand Caf6 de France.


PATIIZI & Co
T6lephone2S4l.


de pouvoir fire


en quelques minutes...
Venez voir ces jolis appareils ainsi qu_ les I
RATEURS. BECHAUDS et FERS A REPASSEI
( GENERAL ELECTRIC. a la
COIPAGNIE B'WLAIUGR gLE tILtRQB.


((I


DEMANDED
La fantaisie pour les
pass. II n'y a que
Dis i


aux


Disques


0 de o n


LA NOUVELLE LJ;TE
criardises exotiques et Amdricaines a encore vite
la Musique d'Od6on qui ,este 6termele et es
Ss sont toujours les seuls durables.


li 'li'l {lit }i46
:')e>'l ii MIe' s I lu h llln 'ii dF Is"('41d"' '. -
mmw I


BAR TERM
Place D


Cafe chic,


Quel plaisir!:


sa cuisi
f I


Sont arrives


i----1.~22I2


Bazar Odeon


SJ. KIARAYANY.
Anle Grand' Rue & Rue Ferou.


--


--I -L.


- 'I


~


i ~L --


~IIIIIIYJIII 1





qomlp-k-- 4M


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs