PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04898
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 08-09-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04898

Full Text




Clement Magloire


ajW E. u AMEcARImCA 1
TELEPH OW N*24n
b l.~ l 1I


" "4~h,


In


SAMEDI 9 AOUT 1930


-I 4Nm V764


-,-r


I '
* 1


ATlIX ROY

28 annees de success.


de 1924, entre les parties radi- Or, dans notre eas, omme
cal et socialite qui out cons- Il y a exactement qastre can-
tit alors lear fameux cartel. didats poor quatre si ges, la
Nous voudrions bien ad- transaction, qui dolt jonsti
mettre. A Ia rigueur. que, pour tuer le cartel, n'et pas pos-
Is cas haltien. les parties pour- sible, aucun membre ne pou-
rient bien itre repr6sent6s vant s'effacer en faveur de
ar les candidates, mais a la L'autre.
double condition que chacun A u surplus, nous venous de
*at on programme daeni ca- I# dire, le carter est incompati
ract6ristique et que tous s'ef ble avec le scrutiu unique, car
tCaassent devant un soul, pour on -ne voit par A quel moment
acircoustance. et scion quelles indications la
,Or, les mcmbres do cartel transaction devrait jouer.
se combattent Il et ce fait seul 11 faudrail, enflo, que le
est destructif de I'id6e de car candidate do cartel poor cha
tel, alors meme que se trouve- que'siege ne fat pas unique,
raient r6unis tous ses autres car, laPalisse P'eet dit, si on
61iments, car Ie point de d n'est qu'un, on ne pent pas, au
part et I'objectif la fois du milieu d'uneO'situation incer
cartel, jc'est Iesprit de true, la taine, rallier iautre.
volonit d ne pas se cornm- En dehors de toe t cela. le
hatr. cartel 6letoral saMpose 6I e
On le voit nonasommesen- tion A la majoritA absbloe et
w oorbienr len conc6dant, no pourralt, en ce qoi nous
nonobstant toutes ces consi- cincerne, qae s'appiiquer A
durations, quela situation qui I'leciion des dipates; la
ec r6sulte pent tre consid6- condition que tt adopt notre
Ae comme lefiet d'une demi- point de vue sur I'aticle 32
discipline. Nous consid6rons de la Constitution it sur l
oe la pens"e dominate du a6eessitl do scratin de ballo
roupement est de faire one tage.
pagee common qul pous-
0e donner sax ~ ecteurs 'im- Voila, certes, bien des res-
pression que 1essentiel es t trictions A notre pensie opti
que I'Un quelconque des can- miste do d6but de cet arti.le.
aidata do cartel triomphe. A Nous la maintnenns quand
o. compete, c'est uu commen- meme, tout en ajoutant que la
: meat d'unon. moiti6 de la discipline oe suffit
e lecteur remarquera sans pas toujours et que souvent
&_ute que ce que nous disons c'est par la moiti6 qui manque
Sapplique A Ia champagne et ,. qu'on faillit.
,


A t
On connait l'origine de cete
tou r r~iqul q airre. i Ernest G.
t- et piie, samed dernier,
i dan| Le uouult ate, uan editorial
la m are oIo i demande calrtment, apres
tous les jwarnaux de Porl-au-
i 'Prince, 1'efitement da Cabinet.
Stagnant Comme M. Chauvet eat un des
J"1"a'l families du Palais, et an de
0 cea grace A qui nous est tombd
-- du el ce Rol si pacific que, pour
,tion da, rCabinet inta- parltr lI laogage ch&tie des gre-
a Pondo SenS, cedx nouilles de la fable, les minis-
Sp in de.. e eaac tresnturelm t, 'imeuvent
S i M r'laedaEnt e obliiannt du


a qi rd Pcuei.,.ateMet<
alU, I auto i.Pu m. qu4.-M Ieiqldatl


as ar ra aj.iJA ma, m, sgi p*-m"
S14 Oi tbre, pro- _1 vf .t ma .V- .

~ P(itaRn ^Burwt-tef rpeO^L


aw Pmreawe tr
haiseralent ,
porterot *i
d 6co or
Anerv6s et trI
rispe.. Qua
Rpubalique
qu al Ies rtmv
rant oo e
monveoMut,
thaud, ni t;
tsbr:


la bataUeqi
4cS sraM, l

tois bnale
Owutts dn
t venae I
tinted, easl
/ tio-I do I
1 puttioa d
celle,toat al
1 u,, du Ch


__-a------
C'es atwe un vif olaisir que nous oqfros d nos lecteuws la
Profession de Poi de W J. AdJamAR AUGUSTE don't nous auons
arM dans notre addition d'avant hie On verra, ainsi que nous
tAvoiou s it remarquer dans 4olre note, quelle grandeur d'dme
aprdstldd l'laboration de cet Important document d'une forme
pleine prcse et correrte:


Profession de Foi de

J. Adhemar Auguste


SVu l a situation actuelle, le candi-
S.. pt A one function elective ne dolt
j as etre seulement un home de
quelque ca pa ci t intellecluelle;
Snis dolt etre double de la quality
de patriote; l'6lecteur doit interro-
ager le pass poli ique de chaque
candidate et voir si celui.l n'a pas
reontribue, soil avant, soil depuis
e t915, en quelque tsaon, A la Ferte
r de I'autonomie national.
[I PRICE-MAHS.
II faut demander on candidate,
a quelle a 6t6 sa conduit avant et
*pendant l'occupation ameri-
a caine.
EMILE '-AUVIN
Entralu6 par beaucoup de r6sigo6 mes functions, je pro.
mes concitoyens A me po ter testal, dans le Petit a'epois,
candidpt a S6at, vu lasitua. des 18 et 26 du m-me mois
tion adtuelle, 'ai accepted 1 de septembre 1917. c.,ntre
IAche la pt s p6nible de ma cette measure illgale et in-
vie d'HatTien. Maisje m'y dd. 1Ubitatlonnelle et contre la
voue avec I'espoir que le con- suppression du domaine comr
tact de la politique militant mnal.
n'6mousser paschsz moi Ia Par sentence, du 3 janvier
bonne voloant do citoyeo. 1918,la cour prevOtale du Cap-
Haltien me condamna a une
Avat lt peleal 1'0eepation amende de 250 gourdes, pour
avoir, dans les nuin ros des
Quarante-claq anones de vie 10 et 31 d6cembre 1917 du
professlonnelle active comme PETIT CAPOIS, proleste centre
avocat, sans interruption et la corvre A laquelle avait et6
sans que jamais i'aie laissb la impitoyablement assujettis les
ville du Cap-Haltien ou j'ai paysans et centre les procedes
prs naissance; en general de i'Occupation
Quarante-cinq aonees de (dans les < journalisme;treute-trois comr- les Litanies pour les Afli
m memebre fondateur de I'ad- gs,):
i ministration de IHospice Jus- Au mois de novembre 1918.
tinien ,,d'abord en quality de la meme cour pr6v6tale me fit
eecr6taire, ensuite de prdsi. endos.er la casaque du format
dent, jusqu'an jour od, le 23 sous le pretexte de port ill6-
nme 1923 I'occupation amnri- gal d'un revolver, malgra un
caine fit dissoudre cette admi. permits rogulier, mais en r-a-
nistration. Ilit pour avoir refuse d'ad-
La seule tonction que je d- mmettre la competence de la
sirais remplir,tut cell de ma- gendarmerie en matiere judi-
gistrat communal, car jaflou- ciaire.
ours eu la conviction qu'il est DeSaint-Marc, et au nora
plus facile de trouver des in- d'un group de citoyens des
tellectoels de reelle valeur d6parlements de I'Ouest et du
pour le minislere, que des Sud, on me demandait, le 17
homes de bonne voltote janvier 1921, mon adhesion a
pour dirigcr I'atdministration une champagne prbsideutielle
des communes, pour cr~er en ma faveur.
I'oeuvre communal. Je d6clinai cet honneur par
Magistrat communal, 61u en lettre dn 27 du mmem mois.
janvier 1912, rC lu en janvier D0j6, en avril 1913, aodt
1915 et en janvier 1916, je dt- 1915 et f~vrier 1917, j'avais
missionnai le 3 septembre poliment ecart6 l'oflre d'un
1917, lorsque le Gouverne- portefeuille, comme, en 1916
ment, df6rant aux exigences et 1922, uu siege au Conseil
de Washington, impo datl'ed- d'Etat, ~sis li prefecture. .
ministration communal la P laur liberty individoelle
P Mpotedce d' us odst de 'in- en I0 pral aet a b d Zen
Uala. de.,
Ayant alinasi volontairemo sassocier a jourinaliste, de*
-_ !?2^ *^*- *


aiqus 1. auvet, ansd s le 4MB e Roy? Tot ela eat
va crisat p.r el toAa prea~o' elur d're *m-
qm le Pridet on a assez ade re MagnanDad moote, awc le
aM MiniatrL qsWo aoealement coSeasoem ineromit(ent de a
U ra dit, mais ecore qaua'il di W ., en
a oem qui vivet arn da hlul, htt t tiecs adrot-
*I q'U ,rait Lmwrsa quo le aftwcl ds, de secret nm-
uria leOn loka, siuere et trobailtfs A dessei, de Irauelhe.
ddouods u wrotcw.Mais oarquoi en decomposition, de conlaunce
sinares prar loygauls 7) p pourriture at d''habdite rot-
ESt arls A qm croire Do deueIat ourdies et qm st)pa
Pruideat de la i pobiqu oln sesieti t victoriausemeal.cofi
Ide bVeMpsobG, neib dm eia neapars aau bour do
0% iewl istrtUM 1i6r v .


vmuLOplPI

tl 108: GdM. 1.50,



pals I'annde 1888 jusqu'a ce
our. Les journaux et les acts
ludiciaires sont I pour er t&-
moigner.
Sur mes poursuiles. com-
mandants de communes, com-
mandants d'arrondissement,
chef de section comparurent
devant le tribunal correction-
ael.
Si le militarism am6ricain
a boulevers6 bien des choses
dans notre code pnoal et dans
notre code d instruction cri-
minelle, les acts liberticides
de 1915 A nos jours n'ont cc-
pendant paws chappe A mon
action toujours en 6veil. D'o6
lea protestations centre le Ir-
iune des prisons uivies de
euquete que ie provoquai A
Ce sujet; la denonciation de
rassassicat, A la Grande-Rivie-
re, des deux jeunes gens de
Milot; les mefaits du lieute-
nant de Port-Margot; I'affaire
Louis Guerrier, etc., etc., ainsi
que I'6tablit la campague me-
nee par le PETIT CAPOIS.
Apr6s avoir, le 14 avril 1922,
au course d'un entretieu, mis
M. Borno en garde centre
1'emprunt, qu'il avait preconi-
se dans son m6moireh la Com-
mission Mc-Cormick, je d -
montr~l, dans one s6rie d'ar-
ticla de I'OPINION NATIONAL,
de juillet A octobre 1922, le
mensonge et Is dangers de
l' aide s dite floanci6re.
.Dans l'imposaibilit6 de tout
Anum6rer des flits d hier et
de ceux de 1915 A 1930, mais
sans oublier Is protestation
Sque je rdigeai coutre lea
amendments, j'ai I'bonaeur
de presenter aux 6lecteurs do
d6partement du Nord mon
programme de candidate au
Snat. Maisje declare que les
actes que je viens de rappeler
ne me donnent droit qu'A la
seule et unique satisfaction
personnelle d'avoir accompli
une tr6s mince parties de mes
devoirs civiques.
(La fin a lhndi).
J. ADHP.MAR AUGUSTE



A vendre
Une automobile Studeba
ker en parfait etat;cinq pneus
neuts.
S'adresser au bureau do
Journal.


A louer
Une maison sise au Bois
de Chene, R[ue 0. trois pieces
A 1'ntage et 3 au rez de chaus.
s6e avec tout le contort mo-
derne.
S'adresser au bureau du
Journal.


*
A loter
Une mason sise au Bois
Verna, contort moderne, cinq
pieces A I' tage et trois au rez
de chaussae.
S'adresser au Bureau du
Joornaml.



Leoac e A 1'Avenue
L.f ri ji W), a 100
metr- viaron au nord do
S)ChaDe ,jde St loais Rol
ode qyI0 sat en tr6s man-

Uq autre Pont va trel n-
-sfamauot coustruit a
AEn AtW04 ea public et
oa qW 5 E4 'ircliatton des
Svoatur*es it interdite sur ce
Pont, qui sera barrf A partir
de ce jour. ce, lfin d#6viter
tout accident.
fort-au-kt'rcele 4 Aodt 1930
i weti onGmwrale do Ira-
w" MAe-V


.. se voit oh)s de I',ire cn.
core savoir an Set vwce I|ly Ir;ii.
lique u'il a vu A I Avenue du
Traveai, des miisons ot' 'eCu est
inusi rare que p )tp sihe. C'at
oine vOriiable calazmi*i el I on se
demand si I'on 'e Irouve en
presence de gageures oa de
miuvaises plaisun'eries d(i .IM.
les EmployOs... ;\ion sovez
do c aussi aiiuables p,)urlesau-
Ires qu'on est bienva illaal et in.
dulgent poir vou1 ..
..a vu a jole de lux char.
man'es fcI nesqui chlrangeaient
leurs rellexiou3 en sorlant de
chiez PAUL AUXILA. Ell3s tlaient 1
ravies des merchandises qu'elles
venaient d'acleter et qui of-
fraient routes les g4ranties d6si.
rabies. L'une d elles d6clara, p6.
remptoire ;
-D'ailleurs, c'est une chose
connue, Paul fait bien le choses,
et chez lui, on Irouve cc qu'on
cherche vaionemen ailleu s., et en
d'excellentes conditions I
*
...a conslal qtq'il avait
girani fmoi,A la rue du Chanp.
e-Mars, mercredi soir, vers les
onze heures. ('ne grosse ldame
de la cit6 de I Indlwtid I ncc.
une vraie Madame Franciis, avait
I'honneur d'6tre la cause de cete
minute nerveuse.Tripotages en
tre vo'sines, peat-P're. QestIon
d'amour, peut-ltre aussi. Mais
il y avait au lond de tout cela
one torte valeur de qualre cents
gourdes. Le mari de .i gonal
vienne mis au courant de la
perte, donna Ia terre el iie rein-
t[gra le domicile conjugal que
24 heares plus lard. Son retour
met ua femme en gaield qui de-
verse u joie sur lea commeres
do voisinage en propose pres-
qu'obacenes. Elles riposten'.
Uae autre voisine vexee se met
de la parties, et aussi un jeune
home d'une des plus grandee
families des Gonarves. Le mari
qui est milioaire voit rouge. Grt.
les de gros mots, de menaces.
La chose prevail 'allure dun
vrai scandal public. Les portes
s'entrebaillaient. Mais just au
moment ou cela devenait plus
interessant le hola fut mis. La
femme, sous pretexte d'aller
chercher celui qu'on pretend
avoir la jouissance des 400
gourdes, disparui,laissant mari,
enfants et domestiques dansla
Smaison fermee, tandis qu'au de-
horsle panier A salade passait
et repossait, cherclant vaine-
ment,- car tout le monde avait
disparu,- qui voudrail faire une
petite promenade jusqu'an bu-
reau du quartier... Et minuit, la
grosse ne revenail pas encore.
... a vu une jolie dame, frele
et brune at qui a beaucoup de
succes,traverser seule le Champ.
de-Mars de sa d.tmarche vacil-
lanie et 16gere. Sur son passage
partumn, les homrnages et les
d6sirs montaient comma un
double encensdont ellesemblait
s'enivrer, car elle dtait souriante
et si sure d'elle-mdme, qu'on
avail I'impressio qu'elle sentait
qu'on devil semer sur son pas-
sage des mots d admiration. File
passa, 6elgante et frele, la tste
droite, un pen ddasigneuse, pro-
menant cette grAce flexible avec
laquelle elle conquiert tout le
monde.
a.
S...v. j d" moir, npr- Ia
pliee, ur pRoupe de jeane horm-
mes,- Ua ltarnt ao moins dix,-
qui raconalient learns deboare,.
L'un aprs 'lautre, ils disaiett
avec on air de consomption leu
petits chagrins qu'ils avaient eo,
durantlliqr eulance.,Et puis ih.
pousaent.de gro woupias, se
plaignasent am6rena~it de cu
lie Gl avait ~616 lis dor pem"
eaux, etinvectvaient centre ha
jeunes ges aisis qui n'evalot
maais coarus c chagrins qol
dcouragent ,.,

Asaurez-vous contre accident
'a Genera Auivol Fi t


-Awls 'A r
Mi re
;P~f S-T =.. oft111^


Au

de




La qi
earse tr
rV!


--'tJ


I~rllblll


~~---~ ~-- --- JI ~


_ _ __ ___


Apts avro Is f lrr

earepidses a~asaire de Ia li-

TALLEVRA\N


: I







PAGB -2


r I -


donne de la


Convalescence
Neurasthenie
Tuberculose
An6mie


La Cwe de CLOPrOL
*ugn)ente la force nerveuse
el rend aux neris r feunts
soute leur tnergie. leur
Soupleae t leur vimueur.


Cfmmomlmtlon
(e... mdli. tOh
Ie M(H.r n:
1910


LE COTON D'HAITI


Production


-- *-- r-

- Exportation

PAR CIARLs VORBE


(SUITE E'T FIN )


Pendant la derniere periode
S d6cennale finissant le 30 Sep-
tembre 1928, laiti a export
une quanlit tde 40,9.il,!37 kilos
de colon en laine pour tine v.-
leur de Gourdes 85.718.6(10. En
joignantcette dernicre sonmme a
celle de G. 5,923,080 qui pro-
vient de 42.956(,571 kilos.de,grai-
nes de colon exporltes.durant
la m6me periode, on se con-
vainct non sans une certain sa-
tisfaction inml6e d'6tonnement,
qie note production (otonoiiuer
a ri urqud dans I'economie pro
tl 'iive agricole de la 1Hpubli-
l e pour uie valour de Gdes
)9, l O,160 l'an.
C'est un ellort considerable
qui y a ete tait dans le domaine
agricole don't le resultat obtenu
de 1888 A 1928, montre que du
nombre des produits exports
pendant ces quat e p6riodes de-
connales, le colon est exce-
dant de 3,580,890 kilos Ie .
sur cell de 1888 A 1898; d:
2,713,129 kilos sur 1898 190l e
de 2 316,352 kilos pour la p4ric-
d de de 1908-1918.
Cependant, on ne doit pas
S s'arreter sur un pareil grand
avancement.Le producleur, corn
me le preparateur de notre colon
doit chercher par tons les moyens
en son pouvoirA produire la meil
leure selection possible des dif-
terents types de colon et sur
lesquels aujourd'hui Ic Service
Terlhnique de I'Agriculture ne
cesse de donner de precieux
avis et rensiignements. C(e ser-
vice- fail m i.e u x : il met A
la disposition des Agriculteurs
ammne son personnel de 1'Exten-
sion Agricole don't lea Agents,
dissemines dans tous les districts,
viennent planter leurs parcelles
des grains types colon haitien
Sea Island.
Au'cours de cette annee, les
Agents agricoles, sous la direc-
* tion energique et itielligente de
S M. C. 1H. He eri, directtur du
Dep. d Extension Agricole, ont
plante sur les parcelles des agri-
culleurs plus de quatre cents
hectares dontcent vingti. Aquin
et cent trente trois et demi a
Saint Marc.
11 en sera de mrme si cer-
tains mecomptes, se produisant
sur les lermes cotonnieres, tl-
clameraient absolument I'aide
technique d'uni des Agents du
service de i'agriculture. II n'est
point impossible qu'un incon-
venient quelconque de nature
A reclamtr les connaissat;cts
experimevntes que peut ne pea
posseder le planter. exige le
concourse de I'Eztension Agri-
cole qui est tout indiquee pour
S y obvier.
Qu'on se le dise bien vite, si
le cotonnier vst une plante A
crossatncerapide quand il trou-
SV un ptu d eau et de nourri-
tur.-, s'adaplanu tres bicn a
t,- tes les conditions de notre
sol et de notre cl mat, 11 est
Spourtant, ties dLicat lorsque
a'.re est jeune : 'est A celte
epoque que le planter doit y
diettre beaucoup de soins et
d attention.
11 est a constater tres agrea-
blemnent que les difficultes qu'on
paraissait craindre et |e ot pr: I


juge qui repoussait nos anciens
campagnards A la culture du
colon, sont evinc6s actuelle-
ment. Aussi il nest point de
doute que dans peurd annees A
venir, leicoton seralla culture
la plus important ,de notre
agriculture. Les terrains n'y
Iont pas delaut, etamt donna
que le cotonnierlpeut etre cul-
liv6 dans des regions o& ne
peuvent croitre le cacaoyer et
le cat6ier, qui exigent des l66-
vations climattriques sp6cia-
les. En un mot, ii s'adapte
bien au pays oi il trouve la
temperature, le sol et le climate
Qui sont propres A sa vegeta
lion.
Cependant, tout on cherchant
A cultiver pr6terablement le
lype du cotonnier qui s'acco-
mode plus tacilement A la re-
gion oi deja on avait common-
( avec une esp6ce,en 6vitant de
planter dans un meme champ
diverse esp6ces de types qui
peuvent se nnire mutuellement
et provoquer une perturbation
dans le croisement, le planteur
doit etre aussi armed pour pou-
voir combattre les insectes,dont
le plus nuisible qui se rencontre
partout en Haiti, est la chenille
qui, heureusement, na comment
pas autant de ddgats que la Iiu-
naise rouge. Celle-ci est tr6s
abondante dans une cotoonerie
;aussitt que lea gousses entrent
en maturity.
Avant de termer tout ce
long expos que nous avons
consacre A notre colon dans sa
production et exportation, en
montrant aux lec'eurs qui
peuvent s'y inltresser, les di-


f .-t. e ,


tfll -t3r tti8rs s'i re'4laut
,.aa.er, c:i a Frao:I q*'i.
Mil'r alt,';e;.r ofler. Crefour




to. Q A to u. u it cc d*..N
t e.c ,ue nu idoin o J oaos Ic
rr."r.,'s r.tou: iB cro o'e pa
q'" la srD'th raplG nuhs
d(oaeur, rl un .,to d .
leI rF ultms r maqusbl*ht
l."'n prul bbleair u'urcr e-
ie t'u.l(c de GFobjlc el
facr rtSun orgrolmn i M-
rIn uaiz. l reritier, refeb
. ;.t loto,.u.t k .- re d-
ttiur que IncIu, (dnilrrooA l
D' tr GniT.
Io::.,'n der I,, FiculH; ca


f-* .. I;:
[ ,.,. r . -I :'. .


terents states qua Ie textile
haltien a parcouru de I'poque
colonial a:celle actuelle, il ne
sera pas inutile d'adresser
quelques recommendations aux
spdculateurs sur place dans Is
movement de leurs transac-
tions relatives A cette denree
qui leur est vendue et qu'ils
revendent en derniere main
anx speculateurs exportateurs.
Intermediaire entire le pro-
ducteur de coton9 et le nego-
ciant exportateur, le spicula-
teur a pour premier et cons-
lant devoir ide surveiller bean-
coup a I'etal" sain du cotton au-
quel on. ala mechante pra-
tique d'ajouter des choses ab-
solument nuisibles a la mar.
chandise, dans le but illicit
d'en augmenter le poids.
A part que ces mechants
procedes alterent la quality na-
turelle du colon et font A Ia
denree national une tret man-
vaise renomm6e sur le march
des debouches, de telles trau-
des calcul&es-que la loi punit
s6verement endommagent
tres serieusement les moulins
d'egrenage, don't les scies, se
d6teriorant tres rite, ablment
affreusement les fibres du co-
ton, en les raccoursissant tr6s
d6mesurement.
Aussi, nos exportateurs de-
vront constamment veiller A
cela et denoncer lea auteurs de
ces trades a I'autorlt qui
n'hesitera pas agir en I'occur-
rence, II y va des iuterets de
tous comme anssi de I'Etat
don t l'conomie fortement
ebranl&e par la moins value du
cate dans ses prix en baisse,
doit pousser Ie plus A une in-
lensification plus grande de la
culture du coton d'Halti.
CHARLES VORBE
Candidate au 86nat
C'est avec plaisir qua nous
enregistrons la candidature au
Senat, pour Ie Departement du
Nord, de notre amti M. Fre6dric
llobinson, pour qui nous for-
Imons de sinceres voeix de suc-
ces.


Propos

cachdtis
!^ -o-
=37I Uy uingt formula quiprd.
Fendten indiquer le chemin du
succs, mats It mellleure de.
meure cell qui promet .la rdus-
site, da t uolont, comblde avee
la lucidity d'eprtt, la namoire,
reassurance et I nergie.
Est-ce vous apprendre quel-
uc chose que pous ignorlez, si
favance que toutes ces qualitis
A'cqubrent ause: facitement ?
Pour ruussir au molns sa jour%
nde; I suffil dun verre du mer-
vellleux
RHUM SARTHE CACHET D'OR.


Accident i
Mercredi, asr la route de Ca-
baret, un camion charge de per.
sonnes qui allaient prendre leur
carte lectorale A la Commune
de rArcahaie, a chavir6. 11 y a
ou plusieurs victims don't trois
sont A l'H6pital General.


R6plique

a M' Mayard

Sous ce titre,notre ami Cons-
tant Vieux public une brochure
coetre notre ami et collabera-
tear Constantia Mayard, Candi-
dat an S6nat de la R6publique
et A la Pr6sidence d'Halti.
On sit d6ja que Constant
Vieux est I'adversaire politique
de Constantin Mayard, bien que
tous les deux aient servi le me-
me regime, ce qui portrait A
croire qu'ils ont les memes idees.
Mais il n'en est rien. La brochu-
re de Constant Vieux prend le
contre-pied des idees de Mayard
el s'attaque m6me quelquetois A
sa personnel. On lit avec int6ret
cette oeuvre qui, comme Ie dit
son auteur lui-meme et, A plu-
sieurs reprises,est un pamphlet.
Un pamphlet peut-6tre 61egant,
hien tourney, plein de bravoure.
Mais on ne saurait iui deman-
derd'etre iuste etimpartial com-
me une oeuvre d'histoire.
Nons remercions notre ami
Constant Vieux de son gracieux
envoi.


Loterie
DB LA
Iutualit6 Ioolaire
Noun avons annoncde6jA que
I1 Gouvernement avail donned A
la Mutualit6 Scolaire du Bel-Air
I'autorisation d'organiser une
Loterie. Les billets se vendent
en grande quantite,ce qui indi-
que que Ia Mutualit6, avec rai-
son, inspire une grand con-
fiance. Cest d'ailleurs une csu-
vre de grande utility et qui a
d6jA obtenu de serieux rEsultats
dans I'enseignement primuire.
Tous les haltiens de cour et
qut ont souci de la difltsion de
l'instruction primaire dans la
classes pauvre doivent encoura-
ger cette oeuvre et s'interesser
par conasquent A la Loterie
qu'elle vient de lancer.


SPAS 5 PAIX AVIC
(msSPUrE I
L'aicdilon de torture d-
mon trtos la vie
d'un Uk tS roAooea *
uno veritable C
peatUdsen ont p d-a q -
nuyox- c'at andaiger.
Los lvrYW afltianesmsa
me echeatdaas lte mor-
sare. Mais... -
En dehors ou hes vous,
vowu ne pouveajoul d'ua
comfort pr qu'avee
l'aide du lit.
Pour d6barrasservotre
mobilier rapidement des
moustiques ennuyeous
injectez du Flit suivant la
direction qui eat donn6s
sur le ferblanc.
Pour votre paix l1'ext6
rieur injected du Flit sur
vos vitements.
Flit ne tAhe ps et et
absolument inoternsit
'Tue tous lea insetes du
mobilier.En ventepartout.


LA TERRASSE i Ia lIIViPE FROIDE
OlfreA sa geotille clientele
un concert pour toute a
iournEe de domain Dimanche
10 AoAt 1930.


Loterie de la Iutualit6
Scolaire du Bel Air.
;Dimanche prochain 10 cou-
rat,hA 9 heures du mating, au-
ra lieu dans la halle nou-
vellement construite, I an-
gle des rues a Dant6, Destou
chess at Reuonion, le tirage
de cette loterie.
Le public eat cordialement
invit A y assister.


a 1


WI


vanets
REMAIN SOIR
A 5 hs.: Matinee :
XLe Batalilour
'd au TM
0,50.
A 8 HEURES
Un film trancart Gaamoil

Apres

l'Amnoi
Entree': 2,G.;,,Loge : 3 0i


-.- --,;r Cr


-1 -,. ... -.* I


SFole- I te9tin
astrtet EUFISE-IINIn 1 NE$I SIUI LA t
Enletritef Pour di{6'r r foiflemsat n'tnuort
Ealttt, pour Otiter ta lorur
Alr** presion aprAt rlepares, nautnUwl
Iralure dsit& stomaoslo, aupprlmO I o? a
VomSem-- I due sau l mauvatsos digatiuons, d.
ofoter l'iuntetin, i mufit do e Wod*
Indlgettlons POUOnr5 DR 00C &
iboretolre do POUDRES DOE 00f8 & f KUMONT (F
EN VENTE DANS TOUTES PHARMACISS


Colombian Steamship

Company Inc.
Le steamer 4(Martinique venant de New-York via les|
do Nord est attend le dimanche 10 du courant. II p1
le meme jour Petit-GoAve, Miragoane, Jirfmie, Ca-.
Jacmel en route pour New-York via les ports intermi
haltiens, pregnant frtt et passages.
Port-au-Prince, le 6 Aout 1930.
Colombian Steamship Company lItc.
GEBARA & Co, Agents.

Il est definitivement deci

que la representation d




'Le Corps I




(tIi De


la notvelle pie.:e de

Gustave A uq ustin; aural

le mardi 12 aout couran


Entree.:


A- ,i


2 Gourdes.


Suisse.


Une rare saveur


Ul choix soigneusemeIt i langE
defromages suisses forIe Il Iromage
krafl, alors propremieni fail il pro-
dail la asIear rare et delicate du
Imeale KRAFT II ISSUE.
Le oet eat si ride et tiller,
si dillretl et distimetif qa lsqa'i
ce qoe vrs IaSrez essay. e ir-
male nraft Saisse ves ane emli-
tres jamis leI dtlices de Cetle sa-
itur usique.-PaN on raure I'Egalc.
Isars des paquets el morecaux
cornvebleseel en dimeasios pear
chaqv be l,e IromaIe Krat Sasse
a's pas de crete--'eballlage ea


IND
tRAFTr CHEESE


- -rl--r--urllrr-rr I- -- --- -


paper de tlEl le It eat trais et
humide. II *1 sa pa de s ehae ti
de *oissure.lCha*eM *m rea est
a I sas4 el- cbq tr kame
KRAFT SUf iiE qe afu eaetel
estle mmae et Ia saver variable.
Vetre epleier a Il fromle Krft
Slim.e. Essaj-le aAjevir lert a-
yes sir de regarder Ia mrqae
ceamerciale de fabrique "KRADT
CHEESE"*
Distributears,
PAWLEY SALES CORPORATION.
,Portl-as-Priace.


__


L-


,--------


'-u


- '


-- -- -- y- -----


---


tE MATIIN- 9 Aout[


- -.e A


S'* Py' -


1 r-~-+.i
`1Y'~' :'-i~LLJBtdi~Sf~I~-*C '-L-.-~tj ..I~;U~LUYYIIVIL C-LII--Lr--- ~ IZ- ;- ._l:L 11 5)`(


1 P ur 0r 1-i- e : je


I3*-r












~CTUIE U


sur la VIE


EUG. Le BOSSE & Co
Agents Gen eraux


So nt arrives


Nouveaux


Disques


(( OdeonI)


DEMANDEZ LA NOUVELLE LISTE
La fantaisie poor les criardises exotiques et Ambricaines a encore vile
pass. II n'y a que la Musique d'Od6on qui reste 6ternelle et ces
Disques sont toujours les seuls durables.


Bazar Odon
J. KARAYANY.


I Anale Grand'Rue & Rue Ferou.


QUOI ?
amusement? Distraction?
Passes a Sea-Side-lnn Ei4gant come d'babitude.
Samedi 9 Aoft,' A 8 hres 30 p.m. Grande soirte dansante
pri6re de reserver vos places.


666


Soulage des.maux de tWe
et de Ia nevralgie en 30 mi-
nutes. Arrdte an froid le prc.
mier jobr et le malaria en 3
jours.
666 en tablettes aussi.
Ulptleo dai Rleick AlieaM
A I occasion de l'anniver-
saire de la Constitution Alle-
mande, le Charge dAflaires
a.i Idu Reich Allemand et W
Edmund Helmcke recevront.
en leur residence, le lundi
11 Aout courant de 11 hres
a. m. A1 h. p. m.


Toutes les Polices
DE LA




comprennent la Protection contre la

Foudre sans auamewtation de taux


Euaq .LeBosseCo


Agents Gneraux5


-D o
.,


L** vtageo o*aem ane
poeataa, 4'aaru o
Od = I


Une poudre qli est aulsi
douce qu'une plumel I egCre
Opne tub Luppuraee 9iN ecvme
Iu ifredon I < ;/td e qe dietnl
cao qw se serve de la poudre
to.El les'dtenddou, nment
a peau, laissant une fine
Ulicule de poudre qui rer.d
jpeu auesi douce qu'une
pSnl ure a'artisle.
L'EXELENTO
Est un triomphe pour la toi-
lett. Elle amdliorera n'impurle
qu'elle complexion. E lE elest
ddlicieusement par/um,~e. Elle
est livree en qualre eintes,bt un
foncd, Rose, (.luire et Irunelle
En verte chez hous ks dro -
guisae. 'our 0,30 cls. seulement.
11 e. erpcdi des receplion du
prix
heltate, I6dicime CompanR
Alilata, Grergia U S. ,4
Agels ddmandds pour tous
pays.
Ecriue: puur renseignements.

MI iNAGQ RE81
Pour teindre tous tissus :
SLAINE, COTTON, SOIE. etc...
OUCun product n'6gale
"L MA AURESOIE'
in vente Po rta-Psc: PbarmcieW. SUCH
Pharmacie Bugdoe PIROU, 41, Place Vollitre.
tootsu bone maisLon do ealu.
Echafillon grptutl at ofeao eur d Imande aidrui
V *' C PERCOQ. & ANIMItES (h.3 F.m


DENTOL


8a*


Joutnal L,. MATI~
Port-au-Prince


IIII


Jo pr6vlins centre P'r -
ritation par beaucou
do savons ordinalro
EUmploye oulemaent
N A _.


PUUSL.
be Vienoe el de Rudapest
Jout le parloir de beauet a
servi I'a[istocratie pendcant
plus de cent ans.
JAucune peau ne peul res!er
belle si elle nest pas rogulii
rement lav6e avec du savon Le ia on Palmolive eat ait
et de l'eau, dit le lameux de pures huilcs v g6ta es. Jo
Oessl de Vienne et de Buda- prdviens Wies clients coulre
pest. Mais dire : Employez les irritations roduilts par
o'impole quel savon, est dan- les navous ordiuaircs en
geretx. Vous d zz dtre me- qui .e servent du S\'vo- Pal.
liculeux daus le cl.oix d'un olive peuventavo:r ilrsmeil
savon pour votre figihre. leurs rdsultats apres I-s train.
Seulement un savon pur temeots de notre parloir de
fait d'huiles douces el de cos- beaut6.
mnDtiques convieudra -- C'est
pourquoi je recommaude seu-
lement le Palmolive.
Velei sen eCaseil A mear fTRAiSSE 28. VIEN
Massez-vous la figure avec
do amvon Palmolive et de Le Savon Palaolive es
r'eau chaude, et files bie. produit enrtinimentl a *ma-
pdndtrer dons les pores.En chine et il n'st touch per
suite, rincez compl6tement.Et 'ucone main jus(quA ce qar
vous trouverez que votre peau vous d6chiriez I envelope.
est merveilleusement douce el
onctueose.


Evite I'irritatiem
Tant de savons irritent tan-
dis qu'ils nettoient. Ils soul
aptes A durcir la texture de la
peau et A gAter sa delicate
coloration. Palmolive est un
savon pur tire d-huile veg6-
tale. Sa ceuleur. son odeur,
sont Contact sont la nature
des plus grande huiles cos-,
m6tiques, I1 nettoie sArement
et facilement. I


Les seules
huiles qui ren-
trent dans le sa-
von Palmolivet
sont les huiles
de palme, d'oll-
ves, el tie coco--
et aucune autre
graisse animal
quelconque.


304


Avant d'acheter


une automobile

Cherchez a constater l'616qance, la beau-

td, la solidity, de la NOUVELLE OAK-


LAND pourvue d'un mother


8 CYLIN-


DRES, type CADILLAC. eclamez une
demonstration et vous vous rendrez
compete que 1'OAKLAND possede le mo-
teur LE PLUS PUISSANT, par conse-
qupnt a meme de battre tous les records
en cote obtenus en Haiti. Le confort, la
souplesse, la quality, les lines n'ont pas
6te neqliqes par les Inqanieurs et Decora-
teurs de haute valeur, Employes par la
GENERAL MOTORS CORPORATION.
THE WEST INDIES TRADING Co
Telephone No 2700.


* *-
&, r~


--- ~~.- -- __ ___ _~_ ~ -. ~-I


La u| K -" at AIMO


-~UL~ --


Oqwsllm W wmmww-lft


----- -- -R O I


_ I __ _

I L1


1*13

A partir d'aujourd'hui, nous
sommes
Acheteus de Mais en Gros
\seulement.

m- Prierede venir nous voir
pour le prix.
L. PREETZMANN-AGGERHOLM & C,
Rue du Quai.


..;. I
~4.


d' *


d .Clc~- I.J-~119a* IIPI ~~~ re ~--1~





. 1

i Ad


,1 iLiain
1( fr Iti


24sea,u 1,- NE N" 6764


'ort-oa-Prnce
Tr46phone : 2242


4 PA EXS
p.


^dL


Machine


a 6crire portati


CORONA


Cette machine est l'id6al des Doc-
teurs, Avocats et voyageurs de com-
merce, elle 6conomise du temps et sa
solidity la recommande pour les tra-
vaux durs en voyage.
3 ModBles-- 3 Conleursl
Conditions tr6s tavorables en vente
chez
L. PREETZMANN-AGGERHOLM C.
Rue du Quai.


La quality
proprietaires


dles PNEUS TUBES Firestone


d'autos et de


continue a etre le qrand favori


c mions.


8 LiflO


17 Mois de


al ison


poir cela ?


s,. Vice dans un camion--


tel


est


le dernier record d'un PNEU Firesh


x 6 Heavy Duty.


Nous vous


montrerons cc


Pneu avec


plaisir la prochaine fois


que vous passerez


11noIS a l


Macqsi n.


Votus


)pouve.L


Clienlele Lins
p)ublique- v


1)'rofiez de la quality extraordinaire que FIRESTONE offre


les


jours


et dans notre


)us triouverez sans fau


stock -


e6ant le


mieux assorti de t(


sa


oute la


le la dimension qu'ilvous taut.


IA 8


jiSti


(ICS


IIOUS a


permits de reviser


tous nos prix


et tarf


IFI ISTONE 'sl


pas


un Pneu Bon Marche


nous


PLUS I)E KII OMEITRES PAR DOLLAR.


PB fi~\1I~


ie 1Pneu


idea


pour les grades


tournees


-- PAS


IPNNlIS.


--- iouS


1ous


fci 'oiis


LE PINEU'


L,


on plaisir de


FViretone
4


volus


faire connaitre


supreme.


Pr eelzmaia.Aggerholm &

"AGENTS' POUR HAITL


C o
7


Jean LUCIANI & Co, Cap-Haitief,
Abel LACROIX, Gonalves


Depositaires:
S;vii 'en MARTIN, Petit-Goave,
;i: lenient PINARD, St-Marc


Ldmond IAUTURE, Jacmdn
QqOBOUIN, J6r6mie.


Os(ar PORTES, Ani Cy


a- 4 jl,; ^.<

9 ~\~~Ci


32


(I li


1Ij'1STONjl
':11 0 NlI


CIT


offrons touiour


--i--~WI-~--~
--~-


1114rYYIC~'UL~-- OYllljl I I-


~L~Llr- ~yIIIYIJ1IIIPr


J p


~h~h~Z


premi'rles


1u t ie est


esi


4


AL-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs