PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04890
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 07-30-1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04890

Full Text






COment MagToitre


1j, RUB AMERlCAIN 1a68


m o belle 6=d0 t
to plus sonsilblo *ux
itt. a gta qu'aux outra-
TA.A
STA.M&LAS


MERCREDI 30 JUILLET, 1930
who"-


Prt.sa-Pria.le 38 Juitlet 19OO
Mr le irs t d joarIal
1M Dnra..
L, ,.
Von oWDireoteaur.
II a para dai, le No de;ven.
edi 2 Jaitlet de Le Matia a
mote Mr e' IC llat fAp-
doade dPda s esia
sle I'aater ei!oie 4e. ter
iM q m'obrI oa saa qua.
do M d oloe,
Iftir de -as rderve, pour as
s laiseer 9'lUir author deu
taes, a a pbpr auli
ioen boa rtome de rusier.


Ion aom s uaam de so.



rvai mtodo m 4
1 w eal avo mr aie kft 4' a



gifc, coma asi A ripaetioM on
vait I'habltub do taire Wes cho.
m a a l dre,
Quells eoano dois aouvellef
viennent provoquer tots a"
eri sautour d'unD laslituUon qui
a toujours 616 I'un des organeb
les plus respecift de i'Uaaver,
Git ?
Los Jurys de Port-au-lrince,
composes de represmtants de
tos les es 6coles, oat-ils d6me-
rit6 de 1'admBia'laratio qui teI
cboisit et de l'opinion qua lees a
"o ours eace7raa ?
'ayant non a teacher A 'ln.
n qui eMt ae mason do
cerois- do oa deoir.
UMe la pour toAtde -pram..
,ir Ies ams J I
santre touets a .bdl Pom
IV moindre slcooalenAt eat de{
elttre oen suspiciea am orga-
maaion sat iaqsell epo
laconaoace de e etlia
solidt d .es tre 5 rtHs par
Fadt-il onurir 1 arcbives deo
I Inspection artot
monde Ai o
she ne s'y pase; qua 'espria
d'Aquit6, de beislvaiaI en.-
vors tons lI ilq*lAls 1lgitmas
*a jamania a de-a.es q6
convient 6 too"e adaiaistration
qui so repea et vent Ieres r
pect" ?.
Je vieJas plaider non
Mpa mander a0cua
1rvel d'map hccsat#. Des or-'
ers peavent 6tre commises;
la bonne voloant sffit poor les
.cuer. ,
At is ceuqiai aroat A as
PlatkaBe deo I plapction, tt era
doane ,reponse, sans craiate at
sans amerlum&.*
Au profit d it de aol a.
ton lasmais, A a it tI
MOINDRE UlISTICE. pour
parlor commit t1 otef ?
Aulo wIuL iwmaliennfe?
Mais I n'a ais Oa di-
rig6 son action ea profit ai con-
ire aucune cbrporatioj. o in-
divida. Elie a come r6gle d'orr
de counsidrer tout inlstituteur
come sacred; ell o aeburrit de


LA

Cathedrale

d'Ypre s
e oawera tiseacheve,eIte viest
tw,
Ypres, 21 jaillet,- Plas de15
" p qu ea l io
ttidralo de iSai-n
taut du 1U si.4e, at recoos.
raShe at conserts. La preaAre
P de m loasvelle eoastr.l
a.tilace*m1Idwoete mt queda
ehla kat ass, plusamM d6ia
4oeia u L.4iM dollars pour
tawes" Ir Ida tuadrate dans 1A-
taot a sio 6lat acast sa des-
rctloa par le ob e alUeasand
Ods WsIN*c$ re.auo* a& apres-

IA1 e
at


pr0a g comtre m P on"e".
Q cea soit le mse jory de
eaumeon de Ia 3enaaue dao
r.cole Normal. qt esamiaers
leo candidate an at d'Ap-
titude Pdagoglque, o'est bian;
dot-ona no taesr quoe le Jarys
praedents anhat a661 complain.
datsom .sacpable?
oqi to s distaction au
d-sdep erev6toues
alor deo la doe Ad.
ainistration el don't la concoars
b6a6vole o's jamais 616 relu ?
Et-os astr de toalours trover
oe cofat gratat ave doe teller
imm iM? Y .t 4i alltio
do coaftasiAt denas Admtiis.
Tst#Aas dit lansole, deola
t do 2I 1919 em t exact.
I a quavTaleem entree les di-
d6m *de SAm d'6tmdoi Norma.
a e t Ie G. A. P., au polnt de
es do aaujement deo lustitsu-
tsMrs ? Mau: eaI-c la sale as.
simulation prm.t per la Lpio
A.t-on pose A t'Art 26 de r'Ar.
1't du 19 Septembre 1919 q
a smiat an '. IA- t dIA !<


1
I
4



H












J

I


I..
~L ~ /~ ~.
Rb


I ,' /


i.,..,. "" " :'..)



SETAS9t L.VAN MAL DErI-N
... 8.InUF FROc t T.PAr1;.((9~
SoPost.N?-PnT al n .:


- --a-----. -- -. a- -- -.


LE TABAC EN HAITI
pa* -harles Vorbe
-o-
SUITE el FIN. ( oir LE MATIN d hier).


a-m* MU || I u c AI a u E-ptu mU <. .n,
tudesPedsgogique do ler d igr6, E 1899, une autre teta-
les dipl6mes de fin d' ude-di- tive A I'gar de la cult urre do
Itvrs aus 6levos da Is classes Tabac indigene, ne fut pas
normal de o'6cole profession- plus hdureuse. Celtte fois c'-
ileu Bite DMbois a ce qui les taitl plut6t un group d'amis
iet d emb6e dan Isa 16re class de la Capitale qui, sous les
doe ttulais A 100 Gourdes d'ap- pron ostics rassurants d'un
oaintemets, ev I ugmmeonta- ancden planteur A Cuba qui,
lion quinqaeanal -de OGdes. vont plut6t faire do pagce A
CeUles-ci sam intdreassates quo Port-au-Prince, avaient in-
OeMns A ?$.. .nv6 our one tr large 6chelle
Et ces propose rEtat east-il i vesurueltra large chelle
pas t'galementl dAb stour de uoe vaste p antation de tabac
lolrtW latittaettiies de rune ia p.w.datCu dr-Sac.
at 4lattrae ole.qui soat rests ette nouvelle ,ptreprise
ave des appouiteanwls de 75 agricole occupy plbs de qua
Ide.. oade i00d s, 12i, slats are viogts carref adoe terr
7 m t peu de tempi celle 6tendu I
N a.MGquill* fut couverte de jeunes pieds
po~r alteadre&oe la de .tabac. Lexploilation sem
noted journ aloet de don- blait tris bo in marcher, et
mer sur r Asul de esmeas. Ol"s d'n d- Cs iSl.tesss es s-
A&jourd hbu, come bier, Ja plu i ndo cm I l lad -s
e e t comptaient dej Ie grand bl-
S naeos quo aulWprise allait
ete d e1ca d'un Directeur ieur rapporter.
die IEMaigmnment, on aura la Dons t o a les cas, les
atfsfOtionde, voir ces tires dd. champs 6taient magailiques a
flvu arieathesent. voir et donuant liedu A de fr6-
Linspecteur etant nicessaire- quentes excursions vers l'en-
meat en cause avec son person- treprise, od se rencoutraieut
ael et ses collaborateurs dans le 616gantes du higt lite qui
Lout ce qul so .a A it'aspection, so d6plaqaient pour v allier
M "rea asses pour ljusafier sa admirer Ia beaul6 d'un nou-
prsente inirvention. 11I n'usiss- V u
lera pas sur son passage *la vei a paysae champatre qui
direction de services autrement ofrait cettq plantation.
Idlicats que celai de Ilaspec. Eofio, les feuilles soot en
lion, ce'quo i'ameaerait a ane maturity et b0ael a cooper.
autobiographie qui nest pas IA moisson eWo ipl6te; ie
sans sea goats. Permettez lui do terrain repreanLson natural,
profiter de l occasion pour se- en attendant quo d'autres se-
mercier plusiters cootreres des mis viennont lui remettre sa
sppreclationaspoatoanesetbien- verte couvqrture d'bier. Le
vedlantes qu'ils oat bien voulu tabac eat iog6 dans les han-.
6eettre en aet do son s service gars affects A la pr6paration
at recovez, mon chr Drecteur,
l.^^tech 'quesdent
voc s resmerciments pour Itso ne
publication de eette lettre qui a one partly soot en lermenta-
I'intlr6t d'une reparatioa, ex. tion. .-
r da sio des alfctuoux senti- Tout y allait pour le mieux,
ments de quand on beau martin la ru-
Ftax MAGLOILE. meur effeuve les bureau du
1 quarter des aflaires oi il se
S 6lpetait 'un A l'autre la mau-
toa.,aderrinralesportesclo a valse nouveile: le Krack do
tplas tar uerIquesp res Dumorna. Le tabac rfcolte
ra~t orra en procaion nouen tait pas; sa valeut nar-.
4 ioar 1aVs-- s peadqat quo cotquw 6tait momn qu'on put
a fQlue ea'0"i Ait fsr lWepa- ea trouver deans one letaleo
vdelaru. deochoa.
Ume amese alem M f aed- i a 1902, vint definitive.
16br6 parcht.* s d-o Lato l m t exploitation de Io qut-
aoled -do Ypir qpA iteA aL. Usn tha eco o l 16 mmt
e r6" proiqme pendant is ar que se ol d lHait out eou.
trav tolurn. ElIe dant plus do
jijjjaje s y ans, toujours haletante
Drapiers quae o a Pineon oad et des baa lab6rents
St= = a as maliea. 11 ,e sortait dex-
a cmodleatscig ..passabltement
farotre e 4nl.a d4A18 par- es. epas queqes anuses,I
ce que t foI bS wieat ron o'en parlait plus, quaui,
a ..<', doa'e rforoM6. Oa Po sa psane quatre c aaq moIas .a
WOe tO b, f- tSemia6 cola nonw asistuons aux fu -
poor a deo de 141-e s 4 otien. eradies d'an des derniaers
dra do noueean eo carion pour lutte"urs srvivants d es an-
leqasI befrol sit famOs cleties plantaltioas du Tabac
avet .la gurre. 1T. .f. tse rereittee mmoire.
a MOSBS aR00 4 a l-peWdai, a cle d taut
PA L. .(a+Yt UUmaIo de BecousaO s .que counalt da
Be veow a 4u aru La rease&, IiAir i ud sian usIMag6.e, AI"
Ve*Se Han Pin ga raers. Rooamwpay-"


saunes fument des
douze ans. Partout


I'Age de
oU l'on


rencontre la campagnarde. au ,
sarclage de son cha mp comme
au bord de la rivibre faisant
la lessive de son linge. elle a
son cachimbo A la bouche.
La iasse haltienne done
la pr6frence au tabac noir
pr6part, particalierement la
quality Kentucky qui rpdond
blood, ens le gIommage de so
preparation, A son gout. Aussi,
ce tabac avait donan ieo
jusqu'en 1926 A on constant
movement d'importation
avec lea Etats Unis du Nord. I
SMais avec le nouveau Tarit
Sl'importatiou qui fut pro'
rnalgua en Aout 1926, portant
les drolts sur le tabac en
toaulles A six gourdes le Kilo,
d'ne part; une active sur-
ei lance sur les tronti res
cui eat venue meme rendre
impossible i'entr6e ilicite du
tabac dominicain dans la co-
spinamtion,d'autre part; sous
t'eflet de ces deux inesures
pgales, le stade actual du ta-
bac a compl6tement change.
Auntrieurement, it a 61t6
impossible de tenter des plan.
stations come on le tail t6
present, et si jusqu'aujour-
d'hui it se reocontre beau
coup do micompte au succs
des tentatives 4ui furent tai
tcs au course de ces trois der-
aieres tna6es, il taut plus s'en
,ilaiudre A use m6connais.
sance co.npl6te de la techui-
iue que r6clament la culture
et la preparation de cette
denrde qu'a son nouveau r6-
gime fiscal. Puis, on ne doit
pas trop exag6rer sur cette
parties de 'iure agriculture;
et en attendant que les plan-
teurs de cette degree aillent
sur des terres et des positions
propres A produire on tabac
exportable, its doivent se con-
tenter de planter suivant les
besoias de la eonsommation
locale,. Autrement, ce sera
linsuccA dost la coansqueon-
ce sera eo recoamaencementl
d'une ancleane imaprton.
De 1912 A IVAJ, importa-
tion 4o taba en leuille a va-s
9i16 dans lea annaes norma-.
es, m une moyenoe annuelle
de quOiWe cents lives. S'il
eat matter en ligne de comp-
to le pea qui se produisait
localement et les quantit6o
d'orqigi dominicaine qui y
eatraemat, ce as sera pas une
exag6ration d'4valuer la con-
sommation locale do tabac
deam toutes les lormes do son
usage, A plus de qualre mil-
lions de hivres.
.,Deputs apr6s le nouveau
regime de auAt 1'926, cotte
ailgtatiowa sost considera-
oaseant r6duite et accuse lea
chitaa saivants;


I I+


!desIces.
c ji e"'
TO


1926-27 Tabac en
teuilles
1927 28 Tabac en
feuilles
1928 29 Tabac en
feuilles


Lbs. 95 789


965 240


a 186.750


Pour I'ann.e en course on
peut dire suivant la statisti.
que sur I'importetion des huit
premiers mois jusqu'au pre-
mier Juin il en sera import
une moindre quantity, la-
luelle rapproch6e aux im
p,'rtations des anue.i 1919-20
(2 096 946 lives) et 1920 21
( 2 163.887 lives) est tr eu-
courageante et indique d'une
tlaon matnrielle toute l'im.
portance qu'a acquise actuel-
lement notre production.
Du c6t6 commercial et in-
dustriel du tabac, il y a beau-
coup A dire A l'avantage de
leur developpement. La par-
tie la plus avanc6e sous tous
les rapports de cette indus-
trie, cest la Wdbrication de la
cigarette dont le premier in-
aovateur est Pantal6ou Guit-
baul-. NAtre grand in lustriel
est venu retire article, Ia-
oonu6 jusqu en 1918 a la main
dans les pelites boutiques de
quincaillerie, d'un commerce
terre a terre pour placer la
cigarette locale sur un stade
indus'riel qui paraissait n'6tre
pas au niveau de la concep-
tion locale
Actuellement, lea deux mas
nutactures qui y travtillent
so d#veloppent do jour on
jour davantage. Cells des
Gebara et Gutobaud A Co, so
soot conotondues en une icule
et colossal Manutacture quli
elle setle,avec ses puissantes
machines et un lormaiat'-e
materiel St andadt rivalise
avec les plus puissanles des
Antilles. Gette tabriqueavec
son outillage actual peut r-
pondre A touts la ciuentele
.locale de la cigarette.
A part cette puissance, 11
en sort une cigarette do'ne
presentation de luxe et d'une
finesse de gotIt ct o'arome
due a un tuc local dJ choax
et a un secret de pepiartiun
quOe aUatal i puon U V
Votl salle o se Vm-^


itre i


Ul


vou otevuie. L'eC t a 'fibas t d i
I'aiuUte. I,'& tum.uibtuA i.e
vIaiut ue 1'Iuitae tl iuonause 1
oat raioa cos qui lui prif11
rent raour ri


li oaessmlie de la khlmulOly
-to A F*-- f^n

-o-
La disparition de M. Lavris-
no Carlo de Vallanueva, us haul
fonetionnaire de la succursale A
Paris de oI National City Bank
de New-York vien t d'tre
r6v616e par to minist&re de Ia
justice. Use femme v6nezu6-
lienne a port& plainte centre Ie
banquier absent raccusautn do
d6tournement de fonds. Les di-
recteurs de la banque ont pu-
bli unse note distant que lea foods
de I'ltablissement sont intact.
Des bruits courant parmi les
amis de M. de Villanueva di-
sent que des sommn t s6levant A
un million de dollars auraient
disparu, mais les associds du
fonctionnaire recherchent I'ori-
L gine de ces rumeurs.
Une dame Gomez, qui serait
citoyenoe du V6ensu6la,d o0 ve-
nailt galement M. de Villanueva,
a. Ia premiere, d6pois plainte
contre lui cot apr*s-midi, a-t-on
dil au palais de justice.
Les agencies gouvernements.
les slOtaient d6jA mises A Ia re-
cherche du disparu, qui est le
|ils d un ancient charge d altaires
v6n6zu6iien A Paris. 11 avait6et
attach cumimecial A la lega-
tion pendant pros de deux ans
ljusue r6ceminent quand ce
pose avait 616 supprim6 Le mi-
nistre des affaires 6trangeirs du
Venezud'a a inform le goJver-
nement trancais que M. Villa,.
nueva n'avait plus aucune at-
tache diplomatique.


Assurez-vous centre accident
4, la a General Accident Fire A
Lile Asusrance Corporation Li-
mited *.- Vve F. [ermingbham,
Agent Gk6Aral uour Haiti.


II I II -- ---- -- ------r ------- -I-TR*~-T~-~----7 17


- ---- -


.. L i Ill I


... a vu, dimanche apr6s-midi.
avec quelle vitesse ceux qui as-
sistaient a la parties de foot-ball
offerte A Ia Presse qui d'ailleurs
brillait par son absence, aban-
donn6rent la tribune et le ter-
rain quandcommenc6rent atom.
ber du ciel les premieres gout-
telettes. Ce no'dait pas une man-
vaise id6e,caruneseconde apr6s
ce ful une pluie torrentielle, avec
accompagnement de vent et de
coup de tonnerre. La parties, na-
turellement, s'inlerrompit, d6s
la premiere mi-temps, et ne put
itre reprise 11 taut espdrer qu'-
Wlle se iouera dimanche prochain
et dans de meilleures conditions.
... a vu. dans Ia cour du PrO-
Cat-Lan, un iopaid. II a 6&
schet6 par le proprietaire, sans
double, pour donner plus da*
t aits A ,on bar On dit que les
banucles qui fqtiquntent lI'tl-
blissemiic t se rnppelani la ren-
g une parisienne, chlantenl, cha.
que tois que leurs veux rncon-
trtnt l'animnal:
.t pa'.r h Ir lsa
to is VI'. t r 1 pIr Jd.

...a vu, toujouis A Ia meme
place, avec toujours une roue
de derriere en moins, la mrme
vieille auto, qui r6ve en face de
la statue dn Docleur Dcstouches.
On dit qu'un des passagers du
dernier Panama, voulant expli-
quer cetie anomalie uan do ses
compagnons. murmur :
C'est certainement pour un
Hilm que I'on est en train de
turner.
C.r il ne supposait pas que,
dens un pays civilise, les auto-
ritls ne s'arrangeraient pas A
faire enlever d'un Irolttoir une
vieille machine pareille.
... a rencontre aux bureau du
MARTIN I'homme que NOTS (EIL
avail vu sur les quais. en comn-
pagnie d'une fenime, dans one
viedlle Dodge, el qui avait tous-
sA Irois lois pour se faire recon-
naltre. II affirmatl que ce n'etait
pas lui. A la fin. A bout d'argu-
ments. il s'cna :
Si c,'tait ino', j aurais tous-
e6 pour n'tre pas reconnu, et
non pour atre vu...
... aimerait savoir vraiment A
quoi sert le petit pavilion du
Parc Leconte?
... voil qu'avec les elections le
Rhumin Henri acquiert tout son
prix. II nest pas un candidate, el
pas un chef de bouquement qui
n'en demandent quad ils arri-
vent dans un caf6 avec leurs
6lectcurs..C est que ce rhum est
aussi un boun cordial et qu'il
met le caeur au venture lorsqu'on
ie boit.
.*
... a revu. d(liianclie vers une
heure de I'apres-midi,le prome-
neur au visage romantique qui,
depuis que'que temps, no fa sait
plus sa reveuse balade au Champ
de-Mars, les soirs de concert et
de clair de lune. Etrangement
6cheveli et plus etrangement en-
core barbu, Al descendant I'ave-
nue de Lalue. El, sombre et me-
lancolhque, i smen allait ainsi
sous lincendue du ciel, comme
eat dit Maupassant, indiftrent A
tout qui se faisait on ase disait
auteur de lui, et en murmurant
de temps en temps quelque re-
plique d ftHamlet.
S ..a vu un de nos amis qui
racontaut, bier A maidi, au Grant
Hteil de France, lesa pripetie,
de ramitie. It parla longlew p.,
longtemps, s'alendlit, sa fa cb.
Imbut deub Lsktilk. iputb l liaiL
sur sea cbeveu e clout tse potbI
arriver A celte cuactusion que
l'amalia est un kurre. Vive:
vrings ans avec in fauve, it e*
m oUS lait rm. oasis a a aving'-.
naUetue huuee, au mou*n) hi.
I uuS ele. le pu stEu tosLIAbi.t. A1


L~~


I








LE MATIN-a0 JuAt.,i30


r .ml aI'-.-'~IP) -~~-


1c___________


ARC-EN-CIEL

-Le ouver -




oltre ouverte


A WM SEYMOUR PRADEL

a Je chailais. cl oous n ave: pas dans;,
a Jai t'tlmi eIt vout.s in'ite: pas pleure.
i Voudriez-voiis quii je cclitte et pleure ,1 la /ois.))
S\LIM AIUN
traduit de I'arabe.


Mon cher Pradel,

' Nous sommes rests longlemps
A nous regarder comme deux
chiefs de faience. i'uis, unjour,
mes yeux se sont mis ii pleurer
sur notre mallhur comllun, ce-
lui die la Patriel
Nos paupieres s'aiiimaient des
larnies qui les agitaieln, et nous
avions cru que rous nous ap-
pelionsl... Comme la soullrance
appelle la pitie;- sans doute,
vous aviez eu paiie de 11101, et
moi aussi, j'ai eu piti( de vous.
La charity c'est un pen 1'amour
de soi; c'est par egoisme encor.
qu'on g6init sur la doul im du
prochain.
Voi,:2viv 'ir l momli' nl des
conlideiices doleit,,., a I heli, o
Oil les coeurs .son iaiiolt I'. lir-
ons bas des costs tqut no is
savoins. Mais ;L (iOqu bol loute
Cell disci lilon '.'
(tlel secret avllon'-l-notns ;'t g r-
der pour des chosest (Il 1iiit As
avolns aisles fiinisetnibl' '
Nous avoils lait li i rvo ,;ii)l,
nou s avons ct),is)ir, ii \ :i i ',i
te Lns clinvioii )ou ii u 'ill, I'ItI ',
pour Un l piaii('pe. 1,-s ulls li-
sent que nos irvolulions s)lit
iniplies, Is autres it'ipenseni t 'l u -
elles son!i dt's protestlat ()iis ar-
m t&S. ( ,talnl nolre lI,.on dc lti l-
re un piis en avanil: le Ipr)iotLe
le t ltonii n ei i nt... la irgrl ssioii I
Et pour prler collie \1' .SiW-
ilt Vincell l, 'el ait allairle (itl
inous iegardait!
Volis souveinez-vous de ce con-
rage qui nous falsail oiliir inoti c
poui ine nue a l'eiinelii, aux sol-
dais du G in'eal Nord? Nous
tiions, r6petait-on, des hero! I
Muis, voicI que debarquent chez
nous des homilies a l lace p."le
qui nous terrilient depuis 15
ans Leurs yeux bleus sous les
luunttes iin loire id'oeilleres out
d&sarticule tous nos muscles el
nous voici apris 15 aus recueil.
lant I obole de leur indulgence;-
quelques chainoris en plus a
notre chaine pour liurgir le cer-
cle uutour de notre niche et
nous donner I'illusion de l i li-
berte avec notre noutivelle i l-
longe. Tel est cc pian Fi lbes,
n'est-ce pas, cher Maitrei?
Les elections muwes loyalcs
*que vous avez toulours dsiir6es,
pour lesquelles vous avez, aux
d( ei'mers louls tie cette girev det
Damnne, remis6 & votee apatiie,
n'out pus prevuj d aimniidcicnt
ai la coustitutionlpour un gou-
verinemlitt essctieillellicenit dc-
nlocratique; puisque ies chain-
brew sout jusqu'lci saus droit
d'interpellauoni, puisque les mui-
aistres sont lmenaces tie reterl


,n tutelle, combine ceux de Bor-
no, coinme ceux de Roy, en ver-
tu de cette Convention qui a
supprimn la lonction de notre
Clhauibre des Comiples. C'esi
I in ainsi que vous allez pren-
lr'e let pouvoir si vous Ies Mlu
I'Prsident? Cependant, c'Otait
pour changer cel 6tat de choses
(uie vous n aviez pas voulu vous
I isser 6lire par le Conseil d E
tat?...
*
Vous avez longtemps train
\(ite (d6s(euvrement surprise el
li6s irni.,- si vous me permet-
e/. cette intempinprance de lan-
; ',-- penllant 15 ans revolus,
d'opuis ce jour lattdique du nois
i Itillet 191i 1 Allezvous ac-
,. I' I t o !v,, '.iVfrliei nt pi s i-
ii. I sous it tutelle et la dis-
i, ni a li6l1clvinile ? Que leit'z
ais (l1ais le C's o voulant leI
taiigemnent du syslein vous
S. lim i t A/ I'mi ricain qui,
011 col'h, iniiste l)our con-
S ,'t lu i.o)imveiiion i elle qi'felle
t' tj sql .'in I annlce 1113 ? '
S ; iti ,'t ) voUs deleidrt z-vous
li t s It'p'octies de la lna-
S t,i S1 ellectivvulllm l volte co-
S.'t'i I 1teni1o Vinlceilnt scainoile
po)toU gi ace a la collabora-
i ,' .iiA)pu que vous lui pie-


S/ Le tiui laliseint aulouid hui
. i impression d'appareiite lo-
* kti' '.' Q,'e peiistz vous de lap-
....il dc .. Jul bos lduns 1'allai-
e' volle ctlialt ?
0*,
'luv i\'t des cuamairdes qui
al iiit 'xcus ri cestaiiis de Vos
' ,ts onl pr)iendu que vous
i/, un prinesautier. Je nen
AO mi rien. Je vous prie, quand
A'ine, de nouss rassurer sur ce
,OIint delicate ? J aurais preler6
eaitenuie que ce movement de-
sortdonie quon vous reproche
iest qu'haDilet6 de dilettante
qui desespere son partenaire au
tainier ou dans la politique en
donnant une impression mala-
dive sous laquelle se cache le
Iroid calculateur qui imsoud les
problems dilliciles. Etes-vous
i'1 oliC que Ion suppose ou
fI'noiillie que I on voit ?

Mais, par ailleurs, vous avez
.uarque une lihre indill6rence
,tans fintervalle des 13 ou 14
ann6es, presque le temps de ce
pietlineinent du sol de notre pa.
Ie 'Cii lintds, avant de laire la
cousulatlion liriuinuste, enm ct
.ui vous conterne, que vous
I't'uitit z sur le senis de vos ac-
uvitcs, de votle te imete et'de
'volic souplesse patrilolique.
nii attendant,lecevez mies si:-
.ccres salutations.
Cuasera D)ELIENNE.


-r rr


A WASHINGTON
La loagujeuir de la essi o seilalo-
'iale. Les drI Its de's nIh'rs
Waslingt'oi, '2o 0 titl. L'
s6nateu \V\atsoli, i.eticr 'ic i
majority, a declare lkpir.C Ulic
visit A la Maison lI:ltche qiiu I
le Seuat resterait en suesion'
assez loilgle.ups a pi le vote
du traite naval pour S. pIroion-
cer sur la t( coitirmationi de la
plupart des nominiuations .
-;Le sentateur illaine, repu.
blicain du \Visconsin, a depose
une resolution demandant au
d0parle net i l'Etat d ustr tie
soil iillluencic titans le aitleft in
entire I llid, et lte ouvec, a ntii i
britanniqtit. ,
1. J. M.. lobinson iet .tiu-
tres noirs Iabitant Little It tk,
Arkaisas, detnandent i la tur
supiL m- d.- decider si les .oitrs
out le droil, conslitutionnel de
participer aux pillnaires demoio-
cratiques.


Avis matrimnonial
Je soubsigne, Hector Blaplt,,',
declare nu public el au Comn-
Laerce t 'e re plus risosl.ia ble
des actes et actiiti-, die .1a feitii-
mL, nee .iai mantintle 1'auinphtc',
en attec.lant quune action ein
divorce lui soit inteatee
Freres, Commune de Potion-
Ville, ce 30 Juillet 1930.
Hector UAP lSTlE.


:NERVA GOUSSE
Go lidal.aiau Senal
Cest avec ull.tles vit plaisil
.,ioe tious enregistrons la candi-
'ature an Stinat de la Rpubli


I


Thomazeau
Dimanche on a M6ti Ste Anne
It Thoniazeau. C'est la patronne
dle cette Commune.
La messe a 61 chantie par
bbe ( reach, cur6 de la Croix
'Ks Bouquets t le sermon a 6t6
:ononce par l'abb6 Kebreau,
iiiiistrateur de Mirebalaiss
Beaucoup de monde se trou
aieit dans ce bourg, surtout
te'. paysans des environs et les
( in liatls a la deputation pour
a 36mne circonsc option de FAr
* id'isemnent de Port au Prince.
La iWle a eu lieu au milieu
l un grand recueillement. Pas
.e d4sordre. Les canlidats out
i t leur champagne. On y re-
marquait MM. S. Villejoint, C.
lespinasse, P. Soultrant, L. C.
Lh'risson. Ce dernier candidate
rencontrt un instituteur qui
I i a dit: Cher collogue, je vote
ri, pour vous et je demanderai
a mes parents de voter aussi
pour I'homme qui a toujours
ItIendu les droits el les inter6ts
des Membres du Corps Ensei
gnant.
On nous apprend que la nou
velle Commission Communale
de Thomazeau vient d'6tre for
m6e avec M. Laurent comme
president.

IN UEMORIAM
Sous ce titre, notre conlrbre
L'Opinion accord un souvenir
emiu A la memoire du General
,Ltbrun Guillaume Sam don't le
28 luillet Ltat I'anniversaire de
la inort tragique. 2
A ce propos,L'Opinion repro.
duit d'apirs l'ouvrage, de H. P.
Diavis quia 'a photographic le
billet crit le 27 juillet par le
(eneral Vilbrun Guillaume Sam:
K." Mon cher Oscar,
,,, Le Manistre Bonamy m'ayant
donn6 Iassurance que l'Arron-
dissement, la Pl,ace, le Poit
etaient o'cupts par les revolu-
tionnaires, pour Ij'avoir tenu,
m'altirma-t-il, d'un personnage
important, et voyant qu'aucune
autorit6 n'ttait venue A rmon se-
cours jusqu'A plus de 8 heures
et demie, j'ai dut me d6cider a
gagiier la Lgalion de France
ou je suis.Je regrette bien d'avoir
ete nial iilormn.Prenez de votre
tote la measure que vous dictera
votre conscience. Trop A dire.
V. GuillaumeSAM.


',ue, poi"lel uIparteuienut (1 ,Notre contrbre ajoute wque
) Oavt tie ,M. Nerva Gousse. M.
Nerva Gousse estune des plus ( conime on le volt, pas un mot
i iaii tie J i|ouvant etire interpret comnme
it ite-i perotoalitas de Jactel un ordre de itusiller des person-
et un haitien dout le Pays est I.; nesP.
waste tre des plus ers. 11 lai La vritn: historique 61ahlit
itlabe du carteurl de note amiMa- quau moment oi le, G6n6ral
vcdlaborateur o onstantin ea- Oscar recevait le mot, |e mas-
v,aqui,comnnie on lesail, ea sacre des prisonnierstt dji
can itat plant au Sinal qu'h la e clies ptr ,nles 6
,eClaiire MagistraIure du Pay ayante chommenc alte, le s heution
M. Nerva Gousse a enorwe aes du martin pour flair vers
'lie V dei ti' et's ;'6tre 0lu st- 7 heu at pour ar es.
,iCorps seNoi ati e r au Graut Le G6n6ral Oscar, s'il avaitre-
Corps seia|it unc preuve que Ie Vu un ordre quelconque, ne
'*ays entend actueliement con- u rrait certainement l avo e
tier ses destinies a des hommes qu'avunt 1'exicuion des prison-
d'eneigie, de caractre, et de niers.11 a 6t tu6 important avec
culture. li u formidable secret.
Le Sulin associe ses vceux b lui un formidable secret. i
cvLx de.ses nombreux"amis et ..--- --
clecteurs' avec l'entiere convic-Guerier, dit LSngaais,
,p Guerrier, dit aLe Sen~galaisl,
c ,, .u ,!.laue a nt une cila- a.eu une rencontreen 10 rounds
tante ralisjonavec le champion VWin6zu lien
tante rahsatlion. Pearless Freddy.- D'asprs le
... "- journal a La EsferaS que nous
I t' t 'l F avons sous les yeux,le jury, aprds
vUj C iel le 10' round, s'est prononce en
Stfaveur de Guerrier, qui a battu
au V eneIzuela so1edoutable adversaire au
aenezutpint.
Le 6 1uillet courant, A Caria- Nous renouvelons tous nos
cas, it El Metropolitano, noire compliments A notre champion
champion de Boxe Thomas national.


..et 85.000 gourdes Club de la m6une ville.
pour avauces aux Loiumuues et M. Raymond Laroche qui vo-
Irais A laire A occasion des yage pour ses aflaires person-
elections I6gislatives du 14 Oc- nelles et cell de l'importante
tobre prochain. commune don't I'admionistration
Les administrations cmmu- lui est confile, repart A la fin de
nales s'engageront envers le Se- la semaine.
cr6taire d Etat des Fincances A Nous lui taisons des vqczx d'a-
inscrire aux Budgets de leurs gr6able sejour A P'ort-au-Prince
communes pour 1'exercice 1930-u oi, i cause de ses manieres de
1931 le credit n6cessaire pour gentilhomme accompli, il ne
I'avance qui leur est ainsi taite.,compte que des amis.


LA SPACIEUSE, COMFORTABLE, DOUCECE ET PUISSANT DOl0GE.S X.
LE PRIX TRES BAS VOUS. ASSURE .IMMIDIATEMENT DE. SA GRANDEB VALURV
CONSIDEREZ LE ROBUST CHASSIS LA GARANTIE, EN UNE SEUL PAICE
)'ACIER SES 4 FREINS HYDRAULIQUES INCOMPARABLE ET A L'APREUVB DE
L'EAU, SI TYPIQUES DE LA CONFIANCI DE LA DODGE BROTHERS. VoUW
SEBEZ ITONNI9 QUE LA DODGE BROTHERS.Po0YURAT JAMAIisOFVRIR UN;


___IX____ ~___;__~___ ~_ I_____


`I ~-


- It ~C~GCC.


--


PAGE-2


Imd-ft Jft


Le Pav6

de l'Ours
,Nous extrayons do notre gou-
vernemental confrere Lf Nou-
V:LLiSTE du 128 de ce mois, la
lypique phrase suivante :. I
w Parce qu'ils ( lea otficiela
amiricains ) ont eu I'occasion
de voir quelques haltiens ado.
rer outre mesrre le cheque men-
suel de l'Etat, ou perdre tout
orgueil devant quelques dol-
lars, ces employes amiricains
se mettent en Wte qu'ils peuvent
igir 6 leur guise, la pear de per-
(ire le cheque obligera tons les
Ilaltiens A se conformer A leurs
utopies, 6 leurs caprices *.
11 ne s'agit certainement pas
des membres du Gouvernement
actuel. Car, si apres les trois
rchecs successits, affaire de sa-
mien, taxe sur le tabac et I'al-
cool, amendments A la consti-
tution, its sont rests au Pou-
voir, ce n'est pas par amour du
ch6que, mais tout simplement
.iar patriolistne et par dignity.


I





LI M ATI-' 30 Joillt 1930


- 1.


dPNO.M- 6
m.ft.'fb'jk ...,i" .. 'Mei^.. *.w.^ ^


ALB

Nous mettons nos CLIENTS en garde
contre certaines r&elames tendancteuses
publiees de temps en temps dans td4es
Quotidiens d'ici, au sujet des mauvaises
A" V 4- A W -%, V _


GICiARETTES livrees


a


la consommna-


tion et leur demandons de ne pas se
laisser induire en erreur,etant seuls aptes
a apporcier la bonne quality et l'arome


exauis de nos Cigarettes qui
mandent d'elles-memes.


se


recom-


Nous leur donnons,en outre, I'assurance
que rien ne sera NEGLIGE pour conti-
nuer. a leur offril les meilleures CIGA-


RETTES quipeuvenl
le march .


e re
e I le


Irouvees


Sur


La rationale, S.JA.


p -


TE
h surance Co

Une des plus fortes COMPAGNIES

CANADIENNES d'ASSURANCE

Ssur la VIE

EUG. Le BOSSE & Co
Aoents Generaux


lo l Iol
comprennced la Protection centre la

Foudre sans augmentation de taux

Euq.LeBosse#Co


Agents Gen6raux


I
I
I
I


I


,Prix GILG
A I'obesion de la remise du
PNHI GILG 6 la lIbtacte des
_ezta s oflciels de. Daclyt
loraphie du 26 Juillet 19:,
Ie Virecteur de IEcoleISpiciale
de Slnt DacylograpLie a
I 'honeur d'inviter lea, awls,
lea 41,lves et lea ancieua dl6ves
de l'Etablissement, et, en g6.
n6all toutle le ersounea
q(l *lt6ateaent 6 I'Ecole Sp6.
cdae A pDe petite ctrimonle
qui aura lieu A CINI-VAIIfTiS
tle dimanche 3 AouDt 1930 A 9
heures precise do matin sous
Ia prisidence d'honeoour de
Monsieur le Secretaire d'Etat
do I In'struction Publique.
Aucune invitation particu-'
litr n'a etd adressde.



Vane SOt
CE SOIR


J


L


,a Case


de l'Oncle
TOM
Entree : 2 et 3 G.


Su nomS niT n u PuS niua c
IIECTIII PEYRAM
W PVD'A L O WR
" iAt" DudaPEYiI"r i


I |._A,.*w6,.'Hf t
BLENNORRAGIE
TOUTM PHAuAOUA
SpcaliNts PRUARDN 4. w is lls. PAISC


=


=mono


Pour a beauty&


DE LA
C0EVELURE


Suivez les traces[de Gladys
hay, actrice pleine d'entrain
dans e Shu,,lin Sam de I'Ala
bamax.qui dit qu'elle a trouvid
l'Exelento la plus d6licteuse
pommade pour les eheveux
qu'elle adit amais employee
L'EXELENTO
MLa Pommade de Quinine
est la pommade authentique
elle atteint les racines des che-
veux et done un brilliant
natural qui demeure.
ifElle arrite la ddmangeatson
du cuir chevelu et rend les
cheveux doux et souples.
En vente dans toutes les
pharmacies. Seulement pour
0.30 centimes par post dire.-
tement.
EXELENTO. MEDICINE
COMPANY
ATLANTA, GEORGIA U.S.A.
Agents demands pour tous
Ecrivez pour renseignemeutis.


jJNSTITUT TIPPEMHAHER
Cours d'Ete
&0 "ir *artioultres.
ct"ommoncent Lundi 4
AOUT de 8 bresa 11 h. a.m.
Spacialistes poor cheque course
Les ,tlves en retard rattra-
pent e te emp et rtuaiieutt
toujour .
Les autres gagnent du temps
et finisent plus vile.
L'excellence dc la M6thode
eat un tait.:
Depuis quatre auatoujourn
succhs complete.
En Bhbtorique 13 pr6twe-
tUs cette annee, 13 aucc6,.
1537 Rue Lamarre
t6 6phone 2891.
Penser a s'inDcrire avant ,Ie
4 0aotl
Peaor touted lea clasesm: de
!l&I btl dqu.


(AOIIve


Mil


)1' !


(" rtei l lon"" e"i s. f
.AMIE icAN l I E* I.:\B A \\'()I ,.S.
0 East 42nd Street New-,oik I \


SL'deal


hKlulli


ALIX ROY
28 annees de success.
-- -- -g- -.-


du Dr JAILLET
TONIQUK DIOESTIF RKCONSTITUANT
Contre A. IMIE digestive,
ANEMIE d'origine resp:ratolre,
ANEMIE consomptive,
ANEMIE par excise de travail intellectual ou corporel.
I ANEMIES cons6cutives aux Maladies eiguAs,
ANEMIE des Pays chauds
et contire Iks Maladies du TUBE DIGESTIF.
Ainsi quela I5, k.o p li. ,I l ,iim 1 lilt,, lt. ,r i i,, rimiit i ',, i. i-t;i l i i repl1,.ii Ilto.1
li Dprill t'itre ,.. parc it PEPi TO-PER dtu 0 JAILLET |. p ag','ir I.\, ii,,. I!
Chilo o e. Ief I'a 'i c,,ulh t ., 1, '. ni i 1 .... =at uI .. .... .W ; ii i lOtl I'l l .iI .
MODE D'EMPLOI t Un petit verre h liqueur Imm6dlatemenlt aors Ie reps.


%


GOros DAnRA$E IFrtreft. I.I, Iae I'.svCc. t. PAIti (4') J
Dtnl ti Touti ,: >'ri .. I h rl iwia i


cnu6rimori 3tacu.t o~ ic ct. *
S
, '
Dr. Beugu6, i,, RU... Bam. Paris.


- '-&.


....- - ~a


Toute personnel


de


son


soucieuse


HYGIEN EJetIde


sa


BEAUTE ne doit se servi
QUE I)DE
LA POUDRE DERMO-


'PHILE LECLERC.
* Poure de RIZ STER1SIt qui "produit'sur lu peau
- *~Aeffets les plus salutaires.
,En vente chez Ren6 Lalotantat & Co, *Paul E. Auxila,
;M.Laurent Jean M. Talamas, Statabouly et ISergile,
Titine Augustin. Echantillon gratuit.


. I


I
*r

les
44"

l'<


SEA-SIDE-INN
Caf6 H6tel Restaurant
Cet 6tablisaement entieremeDt rFs!aur' 'par la nonvdl"
Direction, vous offre l'endroit le plus select oul vous troU-
verz le.a meilleures boissons A dcs prix defiants toute coa*
currence.
Souper dan I nt tous les samedis soir.
T61nhonu MW


Ij


f;. ).~


*I


U


I


I I


M - -ROL


I ~_ ___ _


.I . I I I!. II I .. II II I I . . . ... .o w,


R"I'll


mr ,lwq


". 0 M


~ur


I


at


4


I


r~i~i~irr


I


r-


I


0


i


i


a VRrr&%FWVI nmw-


~ .-


ii










Mercredi

30 Juillet 1930


Le Martin


24aeum.i aNS N* 6756
Port-an-Prnnee
T6l49hone : 2242


Le Tabac en Haiti
( Suite de la lire page

Pendrnt I'anniefiscale 1928 \ ses produils mauntactures :
29 I'imporlation do tabac et lt la suivante :


Tabac sec en feuille
6 .o
( CO


K 94


;i pris ,"
Cigarettes N 27,21.1':
Cigares K '2
Tabac i' macher
Scaferlati U
Du noinbte de' celt impo'-
tation ife cigan tLes, Port a.i.
Prince ,lst poi une quantity
det 23,36i2,78) le Cap 3):1,888
et les antres potts de rest.
D'apres les recelt-s ltheic-
tu*es sur les cigarettes d'im-
portltiun et de tabriicalio i
locale par les Contributions
il resort que la clientele .1
consomme 1,371,220 pochli s
de cigarettes etrangires tcl


0)673
),(;7:
12
:3
2,123
171
.,t28


17 6,1 13.00
1 :i(,1oo
290,110
4();. G -54,00)
1,:1 1,)00
26,106,00I


5 17:13 365 d'origine haltien 'e.
faisint en totalit6 6.311,581;
pichlies
Ctela indique toile I'imppor
tance de no're industries ci(.
rettiere don't le griani essor
q ii lui a 6te donn6. est ui'e
consc(luence dirccte de la
grariue amlioralio (i qui s'est
op 'r'e (lains nos mn(vurs.Ciar
I:h cig tretle ne peut aller quti'i
tin ,oiisoli.uateur q ui ne sc


' client nDas nn dernier echellon
:,e I'ehelle social des ha
bitants du pays.
En rapprochant d'ume ma-
nikre mtihodique r'importa-
lion du tabac sous routes sex
tormes, en nombre s6par6 et
en valeur des articles con-
sommes, come ausui en
valeur des droits (I de douane
eflectubs avec le mootant de
la taxe locale dout ces arti-
cles sont Irapps d aprs loa l
du 14 aout 1928, on se rendra
facilement compete du Com-
merce auquel le tabac con
s >mm6 localement a donn6
lien pendant I'ann6e expirke-
*,'ei! une des parties les
plus importantesdu commer-
ice de la R6? ublique. Lors.
qu'il aura Wt pris. apres une
experience suffisantesurcelles
existantes, d'autres measures,
antant du (616 de I imp6t que
de I'indus'riel, jusqu'A arriver
A 6lim'n.er dans la consom
motion locale des cigarettes
tIrangeres.en donnanta celles
de fabrication natio-ale la


tome et le gott idcntiques,
cette indotrie se placera sur
d'autres-as wes plus solides
e t plus prolondes pour pous-
ser davaonage au d veloppe
ment technique de la culture
du taba c in iigtne.
Charles VORBE
P IN


alleye & louse
Rue Cutr c.
S'M. ChrN. GAET
Pd. Ch N. GAETSEN?


- ---C--- - -- - fin -


LO' I EIII E
de la Mutualit6 Scolaire du Bel-Air
Les Billets de cette I t' Lrie s nt' en circulation.
,(0 () ill-' s :'1 2 (',) trdes.
lcs lls s

ier lot (le ;ourtltes 2,I( II> 22 lois 11oll'deS
1 lot de 1. l '( l olI 's tle
1 lot de <2 '. 0 2 .-Al t (u ler lot a
2 lots de Ii 0( 2 .lipp. (In 2n'me lot .i
4 lots de i() 2 icme IIt A
Le iirage aura lieu le di:inche 10 Aditil prochliin A 9
du martin.
Bureau de I )ir< 't io 1 de li loterie :
IMP1IM~,IlE I)D (;().M IUIt-CE, 310,. Iue 13onne lFui,
I'pour le (jCom il ID)ircctii. de Ia MN tuI litl ,
Hlyppolite .1 I I)Y, l!t inAin I lYPI'OLITE,
Emmantui I BIAS IN.


LA MAISON

Sirmon Vieux
SS faith le devoir d'avisersrs
aimables Clients que pendant
la priode de fortes chaleurs
1)0 comprise entire le ler Aolt etl
:,* le ler Oclobre prochain, son
20 Mavasin s ra ferm6 tons les
10 jours A 5 heures de l'apr6s-.
his omidi, les samedisexcept6s.
Elle se tient toujours a
leur disposition pour I'ex6cu-
lion de leurs commander avec
i1 promptitude et les soins
habituels.
Porrt-au-Prince,le 16 ju'lle


D)emandez le chez A Bolt6
*An Bon M.irchhi.chez Simon'
Vienx An Bazar National
et d ins routes bonnes mii-
sons.
Ferd FATTON. Agent
HARRY R- KINNEY
Announce & ses clientss et
Amis qu'il a transl&6r son ate
lier de Vnlcanijsation et son
Installation de Soudure Elec.
krique A 1319 tirand'Rue.

Avis


BAR TERMINUS
Flace Dessalines

Cafe chic, Restaurai

de premier choix ou ro


Ii


trouve a* toute heure ldi

S(consommations les plus d4

licates,

Sandwiches sans pareji&

Biere a la pression.
*I "


Panama Railroad


Steamship bL'
OHIfOle ol aeseral Agent L
MfIt TO IMEIIlHTANTS D Ii lfIrT&
The Panama Railroad Steamship Line announces the
lowing sailings from New York to Port au-PriosHaiti dirl
during the month of August 1930 ,
Sailing lrom hew lork Arrivals at Poi a it
l.b. "Buenaventura,', July 29, 1930 Auqst 4441" 430
S.S "Ancon", August 5, 19)0 .. -Annst 1.t
Mas.S "CristobaP-', august 19. 193d" August 2 1930.'
. &.SGaiyaiquil",I; August 26 th. 1939. Septemnbr 1st Ia
IM AVIS Al COUlhaj -
La Panama Railroad Steamship Line a l'avantage d'
noucer les departs suivants de New-York pour Port-aso-Priai
directement, durant le mois d'Aoat 1930.
Ddparts de tvew lork. Arrtuages d Port au Pria
b&. 'Bueinaventurav, le 29 juillet 1930. 4 saot 19mS0.
,S/S "Ancon' le 5 aolt 1930, le 10 aoAt 1930.
S/S "Cristoba .* le 19 aot 1930 IJ le 24 aoat 1983U.
S/S .Guayaquil" le 26 aout 1930 le ler Sept 19. 4
JAS. H. G. VAN KEED, Agent G6n6ral.


...... ------ Poar uun prompt r6glemeut
de vos aflaires adressez vous r 0 *
A C I T- A TA Me Emmanuel TIEARD. L6.isIaS i on,
AS)UREZ--VU Petit Goave. "1
la g l_' "iecorae
[c La Cm11issie Commanule Rfcaeil contenant le Lo
S*d I e Pert as Priioe. et Actes relaits aux Assem-
(lHlne ll ACCidleIt Fir e Life Ilnformele Publicel lesinu- bies Electorales de 1817, A
",c O_ t6rss6s, qu'en conformity de 1930 notamment:
Ass rance orporat'Lon Ltd I'article8 delaloi electorale, lo. Loi l.ctorale de Bo
A. (iO P LjL *. elle proc6deta le Mercredi 30 yer, 20 Mai- 1834.
Li I 11 1 iuitlet en course A 4 heures de 2o. Loi 61ectorale de Faub-
(C I l ll ( COtllnd Iapr6s-midi, A l'H6.el de Ville, tin ler,6Novermbre 1849.
tari (t, (,NEA! n est une des plus puissantes et des plus vastes organizations A la tor ..ation de la Commis I 3o. D6cret e Saloave,
ce genre. Ie soleil ne sc couche jamais sur son champ d'action qui embrasse S'ion d'nscriptiun ,1ecorale in 1867.
m o chargee derecevoir les ins- 4. Decret de Nissage Saget
Ses i)lices centre inccndli, couvret aussi leis d6gits occasions par la ioudre. cri tons en vue de la tenue 24 AoOt 1872.
Ses Polices Ipon Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages OcAbre pro ain. d .-."
iss ', aulnrui d;ns, sa personnel on dans ses l)iens. O c.b r .o.o
Ses Polices M, t nes emises pir tses branches d'Erope soul payables en Haiti ort au Prince, le21 luillet
1 c1 t . l .- i .... ..,.1 .1.-.. .... 1 ....;.es.-_ paa. e n: .._. I- I 9 0. I P..--I


Nes Polices count:
;,P.lrs devirie 1 tlonw'
.i'aii nioins WO )doll
Veuve F'
SOITS- (;E


e accidents sout va a les ans Iunivers center. Tous les vo
ya-
predre la premention de se manir d'une police centre accidents
Is. In prune annue!IktI'etant que de 1/2./. soit 20 dollars U. C.
. BERMINGH AM, Aux Caves


Agent Ginralz pour Haiti.
t'ort-au-Prince. G. GILG
JEAN BLANCHET Jsr6mle


Iti 111 *iSarlbhe

Le Pr'od it (des Distilleries dOe la HASCO.
(CE ILHUM plus moderues, scicntitiiqu'is el saitairces, sus la surveillance de lechuiciens de va'eur, des
sirops (t trails de cannes n 'ires ;'i poiints, (qui ne provieuuent pas d'une scule rtaion, mai de
toutIli Its' r#giuns (I 1ii )li ile i n Oilde-Sac et de la pllinie de Leognoe non settlement dds
plantations de la Haco, nwis aussi de nioiubreux proprielaires, grands el petits.Ce MELANGE
des ineilieurcs cannes tie ces deux plaines. comprenaLnt 'vs plus imneux terroirs, donne an
Ithum Sarthe un houlqut el tiin pmtttn incomiparables. LA HASCO est la seule entreprise
en Haiti capable de realiscr pareil inileinre de cannes. Accune autre 4istillerie non plus, ne
peut se vanter de poss6dcr tn stoi k si considerable de rhum, emmaimainp dans des foodres
ou il vieillit hien des annt, s avant d'allcr a la consommetion. C'est t ui donne ou Rhum
aimrthe aon velout6 et son oatirue tofnjurs pneils.
GOUT1Z ET COMPARE
C.est le triomphe d'une grandri- ntreprise'.gr:icole et industrielle'qui a fait, ses preuves el
don't le sort reste irre trois Grandts Marine,' La b-,itlt e Le flacon de poche Le gallon A emporter
CACHfET 1 (,. w:i ,..,;) ,de, 73t --- Gdes 30,00
iO;G". (,'d senl) 0,'., 00. Gdes 3,75 Gdes 20.00
11T I i' _... ;,. ) 0, 2,00 Gdes 10,00
D1bitants et Dl)tailtajits, deL.a'Jdcz lea prtx de grus la laison
r A t- "S
H. T. AIJG TS.-., i o -au-P nce. ,

Vouss y verrez vote avanlaqe.


Mol d'ordre
AK 100
Point do rallomoent
La Guinaud6o
11s sont legions les cand.-
dats, tousle tr6s populaires,
actitsii*teligents et... s urto
patriptes desint6reaias; mae'
a victoire aux urnes rester
a ceux qui auront lait pren
dre A leurs 6lecteurs le plu-
d'AKl 0 au lait de la Guis
uaud6e.
I .. -. ", __ t
esnaa de d.*nploi
Jetane homme actit, labo-
rieux. connaissant assez bien
la dactylographie et la comp-
tabilite, pouvant s'occuper de
la corr(spoodance trau aise
et anglaise, offre ses services
ta Public et as Commerce eo
l ral.
dresser offres AB. X.-
el L AVENIR,Rue Fcrou


A 'vendro
Glacikre de 100 livres do
capecit6 n'ayant iamais servi
Or :30.oo
\Qomplet3 d'habit, dimen-
sions 38, tout nenu. n'ayant
jimpis t16 port6.Prixoriginal
125,oo Dol. o" revend or 75.
S'adresser a
WaiorS tLLVAtJ ,1
Pacot au coin des rues 5 ot Q
con t6wphoner M. C. 109.


5o. Diret deali
21 Septembre 191.
6o. Loi 6lectorale d4 D!I
gueaave, 19 AoOt 19 I
7o Loi electorate ,Borl
23 Soetembre 1927.
S8. R ipport de ta 6
sion desigo6e poor exastit
le Project de L)t 6lectorale,
Jdin 1930.
9o. Lot 6lectorale de E4
Roy, 4 juillet 1930.
Prix: 4 Gourcec
A vendre A 1'lmprinm
Telhomn e. iRue de I'Ega
et chez Mme Auna"Ducbal
lier, Ruecdu Centre.


FAT ...aAN


aA&A .. % a a .A A&A1
Si vous avez quelques heures deoloisir, le soir t,
vous ddsirez les passer agr6ablement allex an
Pre-Cat-Tlan
oft vous trouverez, la.plus belle salle de bal, la tuusiq
meilleure ex6cut6e par an orthophonic dernier cri etq
lesboiasons les'plus fralch6s et les plus purest.
champagne, biWre allemande on natlonale, liquors do
tes sortes.

ALUMINUM LINE
6Dparts directs de New-Orl6ans et de Mo bi ,
pour lea ports Haitisens
Un steamer laissera New-Orl6ans le 5 juillet coo-
Mobile le 7, "directement pour MiragoAme, F ort-ae-rl"
St Marc et les ports da Nord.
Port-au.-Prince le 3Juillet 1930 *
A. de MATTBS & Co, Agets


BIFRE NATIONALL'
DE:LA
Brasserie Natior

Se vendS'partout Or 0,1

verre malqre sa quality
penrieure.


Protegez vote poche

volre sante en la buva

toujours.


ca t


- 1- ~ e II C ___ I__~ _~wm


ON.ft ,t _


I= -.M. W _-- .a-n_-. -- --


-- ;- --- ----- ----- --


71


MEN


*


i


1


J


a


- -- _


I


Ss:


Ii









Clement Maglofre
" DIaCTBEUR


1M, Ruzi AMBRICAINE =
TELEPHONE H 22M2 I



2AeMAIE AcTEuR 756
Ldd~NeNls ACTEURSI.


Cget *Tvoe Isph"
asrOid pia|

deo Is P Idft
eace moment, a Poooasion I
de ls prochaliae rIonststatioa
des ,.voirp agor I
s- aui to at l Ia de


. brmets de te


as besei d'tre


archaen bras d bras didat0 4lidt
desaous, i la conquael des Atre o j aspot
droils politiqus; a la cour- dautr le a
a ps obeps 6leutivei* do 0leuan Tis aee .t com-.
Ecitou quf rftrient bler A blde. Jte Wi Wet do leur
te-tito lear d tlatWremedtet' xcts owilliso Mo N mler
aonl et turalt a'avor o g da egrett Deoctur
utre pr6occupatioo qua n C he.
iart g6A6al ;-4etaesvoyons None 'avos a ps attention
a v ec quells ladlftrence 1is de d6cou y a lea 61Oteurs
cosdsidirent lee infractions & de bon o T al lears di
is Constitution qu coadition- data, n'6tant pasao no-mime
gmt lear accealon s a aflal- abri do certaines Illusions
|ee. 1o dea arrears dapprclatiom.
W Guatav. d'Alaux qui Mai| tha iotsast de nous
ApUique le mouvemoet r6*vo- talou eltama. sao, vou-
lu iounaire de 1843 per le falt os amettre e garde contre
d'hommes nouveau poer sa lea tsat caluls et It profana-
qels il n'y avait pas asses de tion "'f Aao* 4di42e de con-
places dans l'Etat. sidrentios, a que L'avenir
Des adherents m6me, elt do people 1t so patriotisme
parmi les plus actit de I'U edatle autnat qua discreet.
union Patriotique don't se mao Nous volos ass a i fire re-
Sd'ordre jusqu ici 6tait de nac Inaruer A ceus qui courent
Scepter aucune h ln publi iprs We foacUons 1egislatives
Sque sous Is rd As d traitaI ome apSOae nQgagne-pains
et de monster la garde autou Iu deas e but dagmneuter
Sde l'id6e natiualiste hJat- leur -tle de la hauteur d'
Sgale, n'ont pu dgraiter. A aI tr6teau,-- et its seat I grade
1 enlatioo, s va st smeme ajoriti, qu'il n'est a plus
Sde leur qu A tired 'ayasts relev6 de sp' Adresser A la oawse
droit partiUaHea. dansae cam que de coavoiter
La vdrit1 est que le plan nfb mactlion esOcutive, et Aqu
Forbes et leas lectiola a soot le eas at ,'gislatour osre,
Sa'sne occasion por. tr coqae. srcolt, I. danger
da la place et ,pr I- que Ia ptpert do temps, il
&e ua e at ua ouschaPt Irotpd 4- Apont.
bieB,d'ailleure, quavecI r 1 b rlo maou. aL.n6t&a t
a St d- pas Itoo"l U o o0
tio de l8s sx t os '*yat
Iax s2nateur&, Alte m ap ss to regi da trait6
roet rien faie a rer, it e dev .oem
Miat et A a aV e. qu e r ue* soi s-
vec le ria do train. I t ea6r de a oe
postes p6rtilrx etait ds soot o ift ieino ensm diant
e sx de A I'acut a q ou ms 4a9od ut4 avant de
Tel as lasce avec e oiboan I ire sa ddaintressament
sliasme deona lsa ba ir*-Ae q'e no dit, ouedeo v6rita-
torale qui ae vante eota -prI gk t ukpat'lAdtlqueas *'or.
vaut de a'avos rjoansle A per go t, on en vue d suc-
sexemple, eretaaid'Ets 4de c- s aaDel a de lear mem-
palois l'iuterveeai amndricai br mis on organisant le
ae. AutauL voadraift, prouyer suo populaire en fhveur
son courage par le fait doe n's d hmmes enemis do bruit,
voir jamn 4e1 a to balgille. dir eats 6prouv6s do travail
tCar; c' ds I gouv erneeit et o t urrs d'une respectabi.
partenaire amdricain q u'os -
pe doqper la insure do son lDe tels bommes existent en
S.sriolme, de son savoi-I d6pit de la pauvrel6 de note
|da sea qualitts fooda- soietl6. Seulement, ils o ont
m ale. Allez en demander parml coous qui so cachant et
as nouvelles aux membres non parmi coax qui so mon-
tooels do government et treat.


r sailli A coups de pierres. L'or-
a crise dire a 616 r6tabli qa'avec
grande difficult.
S.* --- I


Segyp ienne usni.mi i e sir
e gyp la Ieelt a Alessrae
l'Aglelerre eavele dea ai meis ALEXANDRIE, Egypte. 23
SAlexandie jiUlt- LA troupe a dA lire
tea gar la hoale daes It aiSOe.
*ILa jouee s' 6taiat dfoulee pai-
LONDRES,22 iuet.- L(Aeg pe- stbltme"t 6aseq'A 7 heares,
ernement britannique a donna qad an corMtge dOe atle-
ordre ais cuirasss A Queon tant criant a A bas Sidky
a st a Ramillies a de Pachasa t aVive Naas Pachaa
readre & Aleanudrie pour Is est misa A1arcoarlr le rnes.
tection des 6traners et de C'gt A ratre da quarter
ra proprilteas mal a dagpr arabe q'a l1e0 la ft od.
r le dieordres loces. La tue a paM e de pala A
l ter mliaiteM.eODoMlaeD Ie, L-aesesopol
nm anoant reavel des mavil U pm 5 a l
Sde guerre a g.lmmime La daeabiaet SUdky
la Cha-abre Oeuem- a iassAw dana la maltah a 16
quo Sidky Paiao, es*o- diosbtie.
eer maistre INdptea L cabiet prasid6 par Is pr
ss~deratnateo.l amal lger aira il f fSid
ja eur iAl ooadert ea -- -ia, a It e Str-
dola dpro eanam WI, 5 *dIMiSW
At do ir.lauts, poratleales des at do
.mari n M Itasels a A. i eriwur.
Shier, ~mlbS*I et La e"bmlt Sidky e*k
Italie oat 6 ta" at do I uae b
braun gfypea b aL ) ds
Sdeseacoeaentr loaph Naa. 60 6 MISU
datan police at lee riaue. aise le 17 join, a avoir
l -X-I. 0*ti an poUvoir depa le 2 jaas
A.EXANDRDI 22 juillet- vier de este Beae..
*%i. ra auldera da'tiwtm ,Pacha Bea
Unt au mbtes devant efts e*Sat e de se y 10
lou-*. pe-til et ront alt Oe a s Ueavela


rmo*~SmT)


LdT RIE
'ado& Dig A


jlWrlftoh tirp dceTt ie loterie east fix iu dimanaebe
Ao 90 A9 haonm ds atin aa Caf6 .ELDORADO .
Le Comitd.d'Adala iatnion aviso le public qu'l noe met
4s eon vete qq A000 Wtetls ao lieu de 5000.
L prixs u bltM t del gourdes en TROIS coupons d'une

Les lots gbstats seant a Wments en nombre et en valeur
mitormmenat t la rIpartpion sulvante:
Gros lot Goardes 2,100 4 lots de 30 gourdes 120
l a 60' 75 lots de 12 Gdes 900
a a 165q 2 Ap. du ler lot 30 G. 60,
Slots de90 27q 2 du 2egros lot 24 48
I lots dt 60 180.1 2 du 3egros lot 15 20
117 1ota -o tea minsat per les deux derniers chiffres de
lois gros lots. 6 Gdes 70



Choses Si le Charbon

Scolaires et le Petrole

N ous doonon 'sauoordh m anquaient..
omme mnas ravions promise, Is
esullat des examens do Certid.- -
i d' ititudes PdagogitB'el Etrait de la Revue des deux
It de omptabilit& qui ont e Arondes do 1" juillet 1930.
tooeu cette semaine A I Inspection --... --
nialire.I


'ordre le plus parfait y a r
gn6, et c'est sous le contrle de


I lnspecteur en Chet des Ecolts
de cette circonscription que lea
dpreaves ont eu lien.
Oat 61' reconnus spies A ob
tenir le dipl6me do C. A. P.: Ro
dolphe Surpris (2e degr6), Mme
Paul Perpignau et Max Taverse
(ler degra)"
Dipl6me de Comptables :
Melle Suzanne Borday, MM.D.
Erasme, Edgard Latortue, Molle
Elins L)ret,AM. Maurice Lizaire
e. Alred Rasso.
Tons n os compliments asu
iAsreAta de cos 4m emnent
Noun donnerons bient6t le re-
sltat de exasmens de nos Eco-
lee Sup6rieores.



DrJ. E. Jeanty
Cadidat at 8a o r le Mpmrte
ea doe vmteals
Nous avons eu Ie plaisir de
recevoir la visite de notre ami
le Dr J. E. Jeanty,de la Facullt
de M6decine do Paris, qui noua
a faith part oficiellemean de so
candi nature au SOnt, pour le
Departement de I'Ouest.
Le Dr Jeanly a Wt6 ddjA Sna-
teur de la Ro publique et I'on se
souvient de la diguite et de
la competence avec suleueles il
avait accompli le mandate qui
lui avait 6t6 coanf. Si, comme
mons le Ini soahaitons, il retour-
ne stAger au Grand Corps, ce
sera tout profit por le Pays
qui trouvera au Corps LAglala.
tf, dans lea circonstances d6li
cates que noe gallons vivre, on
patriots et an honnate home
de plus.

sures pour sauvegarder la cods
titauton en pr6voyant des points
A6v6res pour an violation.
La wadistes avaient combat
tu li minial6re Sidky depuis le
moment ot cetai ci prit le
pouvoir, et Sidky Pactha lour
avait r6pondau p wa doret
royal suspoendant le corps l6gta
JaUL
-I--
ALEXANDRIE, 23 jaillet.-
Loes avires de U britanni
a3s 5 PrAce&se. Elisabeth a el
a RePmAe" seI arrives A
Alteasdr lear aprion
asule avoir CalaA lee aIdi
On avail pua raladre, as ios
tau neiq troe Umbles pr
Ebdraueloa l Is
pri*redew maaisa dAles
eot qaitA les diveesa moequde
daa seIcalms.


ALIAND ft. 23 juaielet soir
S-4 prsemer alaistre mbaUl
Sidky Pacha, rpoudrnt A ai t
commaunlestioa di govers.
Ieal brtit Mia .su le Iron
bles wKt oen ea mercredi A
ri o large quoe etsi
aot s'accords puie avec aIs
ltsalith prate'qe p ar las
es y *'"


c
r
c
I
i


La Maison

J. D. Maxwell


Palmolive

!La mason Maxwell va insti-
(er un nouveau genre de r6-
clames. lous ceux qui ach6te-
root d'eole on savon palmolive
turont un coupon centre lequel,
& presentation, n'importe quelle
mason oh ion vend ce savor,
leur donnera un Palmolive exac-
tement parail A celui qu'ils
avaient achet6. En outre, la mai-
son va di&tribuer dans le public
plus de 36 000 pains de petits
ichantillons de savon Palmo
live et une quantilt 6anorme de
tubes 6chantillons de Pate den-
ifrice Colgate. Voili qui eat une
bonne reclame pour ces deux
produits, une r6clame qui pro-
ltera tant A la mason qu'a se
nombreux clients.


I
I


Un beau getLe do soil-
darit6 A Jacmnel
A la sui'e d'une Oltercation
a revenuee en' ie le President de
la Commission Communale de
Jacmel. M. Emmanuel BlIlande,
at le R ceve ir Communal M.
Frederic Lemuine, celui ci don-
na so admission. Les employes
de la commune, lous, y conm-
pris le directeur de Iabattoir de
Jacmel, flrent cause commune
avec Ie Receveur et d6mission-
n6rent, eux aussi.
Le garcon de bureau, lui aus-
si, s'est re ire. On se demands
comment v. marcher ce service
avec une commission qui a. A
peine, un mois depuis qu'elle
eat A la tte doe I'Administration
communal de Jacmel, et avec
le depart do tons tea employes
indistinctement,

Commission d'Inscrip-
tion dePort au Priaoe
-o-
TIRAGE AU SORT
Le tirage au sort pour la
designation des deux mem-
bres devant former la Com-
mission d'inscription de Port-
au Prince a etW fait bier
apr6s midi devant une foule
6oorme. Les deux citoyens
dont les noms soot sortis de
i'urne sjnt MM. Arthur Isi-
dore et Louis Abellard.
Nos compliments.

sus de zaro.
C'est cette difl6rence doe ktm-
pfraturf, Acrit M. Charles Fa-
5-y, qu'il s'agit d'utiliser pour
taire lonclionner un moteur A
vapeur, Ieau de la surface ser-
vant de chaudire et celle du
tond jouant le r61le de conden-
seur. Leau tilde est A portle de
la main; quaint A I eau troiele, on
ira la chercher au tond, au mo-
yen d'un large toyan it nergs,
venant s'ouvrnr A la surface.
a La realisation, acluellement
coomence,de celte belle ihWoe
sera, cela va sans dire, tlot ditaf-
cile. La parties que 1'on pent ap-
peler thermodynamique du pro.
bl6me est dclAa rksolue; lea in-
venteura oqt construct et tait
tonctionner Ie moteur qui utilise
la difilrence de temperature re-
lativement lible don't on pourra
disposer. .En ce moment, Ma
Claude est on train de r6sondre
Is plAr' bflbque da
6zme probwme, gu" Ue6eai
M foa.L dm a 4am Bmem
yanu defimn conduire la
Un norms tube d acier, dode dn
x6tes do. d4iamAr el do,,dom
mills mmtre do lo"ieusr, rt
sn ,pg.dea r6 b
ried. otalaW mi.a ;u e o
r-t4 tlde d lsamr dos
4tille. *
SCo a'st JAi .qu'un commencew
spent, et avapt. aoos r6esa*
4coover es stuvront cells de
M. Ueorges Clande et Boa-
cherot, et ainsi, le jour ou leI
carbon t lesa combustibe li-
quiade auront deafil't4 nt
dusparu, rh ait tl t 9 I ~i-
a bouttb


JEUDI 81 JUILLET 1930
--- .... ...... .. I mm


hit Iii


1
I
I


t


To it rdcemment le grand sa-
vant quest M. G orge Claude
faisait A i'Acadtmie dta Scienc< s
une important communication, i
rassurante pour lavenir de no-
tre civilisation : il intormait ses
confreres des progr6s r6alis6s
dans I'application de la d6cou-
verte accomplie par lui, avec la
collaboration de M. Boucherot,
d'ane nouvelle source d'6aergie.
Actuellement,les deuxgrandes
sources d'energie dent nous dis-
posons, cells qui font marcher
les industries, leacheminsde ter,
les automobiles, qui nous chaut-
teat et nor-etlairent, etc., sont
le carbon et le p6trole. Mais
IMgiasments de fIun et de l'a u-
tre ne sont pas inepuisables.
Pour le pAtrole, dono la con-
sommation s'est ddvelapp6e a
u allure vertigineuse, la crise
esj prochaine; selon des pessi.
mstes, nous n'en avons plui
uoe pour quelques dizaines
'annoes. Pour la houille, Iave-
air eat moins inqui6lant: nos
reserves nous permettent de te-
nir pendant plusieurs siecles.
Mais enfin, proche on 6loigna,
le moment viendra oi notre ci.
vi station m6canique, privAe de
ce( combustibles, sera, si on ne
lee replace pas, menacee de
paralysis et de ddcheance, arrAt
do uiines, des communications,
plus deo chaleur ni de lumiere,
c'ept a dire la ruiue et la mort.
arriverons-nous I* ? Nous
auions tort de nous alarmer,
car ouns sommes, dans ia na-
ture, entour6s de sources d A-
nergie. Dans un article d un tres
haut intdr6t, para dans la Revue
des deux Mondes du 'r juillet.,
les Sources d inergie, M. Charles
Fdbry, de I'Acadensie des Scien-
ces, passe on revue ces forces,
don't la plupart sont encore in
employees, et montre ce qu'on
en pent attendre.
La difficult, c'est de les cap-
ter et de les appliquer indus-
triellement. Cotte utilisation a
djA 6t16 r6alis6e sur une grande
Achelle pour la houille blanche.
Mais combien dautres forces
encore perdues-! Le vent, lea
mar6es, e tonnerre, la pluae, le
soleil, etc. On a dejA cr66 des
moteurs A vent d'une puissance
70 CV; r'utilsation de" mar6ea.
eat A ressakcell. de la pluie, du
tonnerre, da solil appartient
encore A la th6orie. Poor le so-
ltil, don't les rayons, ea et A
madi, tombant sar unoe artace
d'an bectare pourrament fournir
m. puaesance do 12.000 A 16.000
GV, d'int.ressantes exspriences
oat 66 tale on Egypte eten Ca-
liforme.
Mais les rsultats de beaucoup
ee pls inatreosantu out t61 oWb
seem per invention de MM.
George Claude et Boucherot
qui a utilis pas directement lea
ray dau solely, mais lear offet
caoqaesarl eeaneau des oceass,
0oe de laaon plus precise, lea
diterences de temperature qui
existant dans les eaux des mers
tropsiale. A ia aurlace, cette
Iteaperature attant environ 25
degree; das la proloadeuns, a
UA ou 2.00 0astres, e" des-
send A quelques degree au-dem


I I r i -~---,--- ---~lr~FI C~-~l--- ~---- .~-` 7


_5 I --


n.se so pae prompt a
t.iWtr, oar lae ooa6r
rpqam dn eto sln de
L*ECELf1ASTE


-I


S3aneur& honteus, remntegrerent
lous- sous le rire aioquteur
d'ane petite bone qui cher-
eshit, praNt-l, venture.
:. t ,*


,


... a vu, lundi soir, an Chan p.
de-Mars, un groupe de jecuis
gens qui causaiententreux Tott
A coup, ils v-rent arriverq ,utre
maria, es, qui reg.gniaient. pans
doute, les Caseri e, A is's,1t,
to.s lesjeunes homimes sapar.
pilldrent, prireut leur posture
de combat, el alendirent lea
Marines. Ceux-ci s'arrtrent,. et
'se mirent A se parler : i's virent
qu ils n'6taient que quals e contre
au moins une deini-Jouzaine,
Alors. ils continukrent leur che
min, landis que les jeunes gens,
par precaution, les buivaieni, so
I prparant a ripobter A la mo ini
dre altercation.
*
... a vu une belle voiture de
luxe qui apparlient A un candi-
dat, transformnie pour les
besoinsde la cause en vulgaire
camnion. En effet, lorsque ce
candidate se deplace c'eat par
paires que les amis p6n6lrent
dans la voiture, et il y en a qui
y penetrent avec paquels et pro.
visions. D)autres ne trouvanti psi
de places se mettent sur les ai-
les, d'autres sur la capote Ce
sont lea beautes des periodes
Slectorales.
.;
... I avait revu de sa femm,
qui s'opiniAtre A I'aimer malgrt
ses frasques colbbres et 16gen
daires, d'aftectuoex comply i-
ment a, apropos de sa mous
tache revenue, en mnoins de.
cinq minutes,toute noire II6tait
tr6s fiar et tenait, sur la foi dn
sa 16gitime, A se faire admirer
des peasants, et surtoul des pa.e
asnles. An milieu du Champ de.
Mars, il aborda, trds conflant,
une jolie flile don't le sourire
Ilui avait paru atre une invitA.
tion,
Vieux Tonlon, s'exclama sla
jolie fille quand elle eout enten.
dou patiemment ses propositions,
cest parce que vous avez pein-
turd votre moustache que vous
croyez pouvoir tomber lesjeu-
nes femmes. Passez voire che-
min, et f... la paix aux gens.
II s'en alia telebaiss6e, se di-
sant que celte Iole file avait
d6cid6ment moins d'indulgence
que sa femme.

... a vu un potle attendri qui
se disait que si les choses ont
ane Ame,elles doivent bien quel-
quefois souffrir. Qu'esi-ce qu-
elles doivent penser, en eff t,
continua-t-il, ces tiois maisons
do U1olosse et die Mariissant,
Brise-Marine, la Maison Guitleat
et cele du Gtneral Poitevien.
Les liois abralent Irois dancing
Iux succes rettnissanls, elles
qui., pouitant bvaient et6, dans
le pass#, la demeure silencieuse
el pi esque solitaire de que!ques
honnates bourgeois. Ah I vrai-
ment siles choses ont une Lme
come elles doivent, par mo-
ments, s'6tonner de routess les
transformations auxquelles les
astreignent lea destiny avengles
et cruels...
Ss.
... a vu, lundi soir, an Champ-
pe-Mars, une petite sceae asses
oea*ae*e Use dame, fame de
geIa_ e, latveune ae Champ
de.Mars, reclamer d'un autre
guedamrm U-pettle vateur quae
celul-ci lai devait. II y eat une
tonataItema. ae treuforma
tn diacowrnion violent, puts en
oe dispte semrible. On en ve-
eamts maite- quand rantre
a B mart, as preemnts.
aloe Snreot le. geate
dlpeamer ,lor eaatuare poor
e penadr -se celie. Lea -*.
Iea umqwi penslemt le freatwer
lea beacs voisinas croysat*- an
ditachement a de revolver pri-
rent la fmte en puiaillnt comase
uOne basse-cour effraye. Mans
il nen tait rien. La hoae s'a-
paia. Les gendariesa ca areot.
La recoucdiaton 0e Els. L.ea









,G NMI-III' "LI- -MI N- 1 II al t,& a


ARC-EN-CIEL

IV


Lettre ouverte
A Wl CONSTANTIN MAYA RD
a Que voulez vous que je fasse pour vous,mes /frres ?.
q)ue je roucoule come les pigeons pour vous satisfaires
a Ou rugisse comme le lion pour me satisfaire ? .-
SALIM AUN
traduit de I'arabe.

Mon cher Constantin, prot6geut; cette tribu qui don-
Les lettues ouvertes de MM. ne des pr6tres, celtte miuorit6
PriceJMars, Pauleus Sanon et qui trappe la dime au d6tri-
Constant Vieux m'ont appris que ment de la masse uationale ;
deputy un certain temps vous lous ces esprits creux, avides de
taites des'circulaires qui sont bruit et de jonissance m'autori-
rdpandues dans ,les villes A l'a. sent, A tirer mou sabre du lour-
dresse de vos amis. Jen ai vu reau pour orienter lintelligen-
depuis chez quelques-uns des ce haitienne vers un but, vers
tanatiques de vote part qui ses veritables inter6is.
les conservent picusement, en DeuxCinmement :
guise de reliques, centre lts Je vais donc rappeler les rai-
philtres et les debordementis sons qu min'avaient dict6 de lut-
chauvinistes. ter a vos c6tes en 1926.
L'on pretend que ces circu- Vous m'aviez dit que vous
laires constituent une nomen- etiez contre la dictature militai-
catuore des discussions de votre re. Vous m'aviez (lit que vous
lutte et de vos succAs haitiensI 6iez dispose 6 laire ex6culer
pour une intelligence exWculionI la Convention du point de vue
td la Convention de 1915 ; c i de 1'intert h itoen.
qiel d'autre parl,ces circulaires, Vous in aviez dit que vous en.
numirotkes deja a deux dou. tendiez retouriier le pays vers
zaines pros, d6lendest vote I! gouverneunent democratique
conduit politique contres les p r l'usage des thlambres Legis-
imputations ou allhgalions de- latives. Et coimme les autres ne
favorables de vos adversaires. promeitaient rien de plus, i'en-
Je n'en ai jamais requ. Mais vos lendais marcher dans voiresilla-
aIversaires piretendent que vo. ge pour obtemrle maximum de
tre defense elarguee,concernant rendemnenit ; ommnme du resle,
votre methode inliltranteet in- vous l'avtz expose dans votre
sinuante ), est aussi la preuve iogiranmne Counventionnel de
Il n I ui ace ablante (I v Ie S le 12(i.


accusations portses centre vous
south justilifes parce que volie
faculty deparolesen esl agacee.t
decuphke depuis quelques jP)uis.
Personne dans le pays n'a
ignore les liens d'ainitie e de
parents qui nous unisseiit I'un
A l'autre el tont que les propos
qu'on me prete en votre en-
iroitl, et que j'ai d'aillleurs te-
nus, out paru vousallecter, par-
ce que venant de moi, vous
qui donnez les coups et qui
en i ecevez sans trembler ; vous
qui vous complaisez a perdre
un temps de votre balaille pour
iouer en spectateur, la propre
scene dans laquelle vous te
nez un role important.

DUs le premier jour de cette
champagne 6lectorale, propose
par le plan Forbes, je vous ai
it que j'entendais garder en-
ti6rement mon initiative b l'e-
Yard de la politique en course
e viens une lots pour toute,
en attendant vo'rereponse, ixetr
deux points dans cette letireou-
verte. Premierement : Essayer
de d6terminer la parlaite conm-
prehension de miesactivites duns
les evenements qu* j'entends-
autant que vous,autant que .ous
ceux qui vraisenibiablement outi
lait la politique.ou pendant no-
tre regime oun, pendant les 15
ans ;de la cooperation, con-
duire avec cettte intelligence et
cettlle sensibility de la douleur,
cet effort haitien vers la solu-
tion courageuse d'une aulono
mie et d'une entire indepen-
dance en regard des convoi-
tises et des; n6cessit6s ameri
caineb. Cetle vatuie je l Iu
Qu'importe ce qu'its pensent tit
moi, tout ce tas de gens tiges
dans un passe routinier, .qu'un
esprit livresque na | as sutli
pour leur permettie un pas vels
l'intuition du' pioblhme de la
Patrie : tous ces paresseux tor-
ment une secte imbecile qui
paisiblement jouit du pays,; ces
idolatres conservateurs, sans
principes, sans opinions. Touw.
ceux qua ont evite la contradit-
tion, I'exil. la lusillade et pour
qui le pays est un liel parce qu'ils
savent promener leur inutile
oisivet6 dans les salons qui les


, ALEXIS KEBREAU
Candidate & la d6puta-
tion Nationale
Nous avons recu la carte de
M. Alexis K6breau, Planteur,
qui se port* candidate A la d6pu-
tation pour la troisiAme car-
conscription de Port-au-Prince.
Nous lui taisons nos voeux de


BELLE POIThI
PILILLS OiflNTALE
I" splem qt dui vlopp ot, rafer-
S* iileo t. uon ltiturntl I-" wll.f
eiffi, nt lIs h .i osowum. d
el- ,rtn< '- t ab.ga I
I 1fn'setesP. O *t B


Mais, en dehors de ce que vous
m'aviez dil, un encouragement
meie venaitie to',s ceux qui vous
voyant, l'ep6e I la main, cellt
e ,ee qui devait traverser les
in Is de hollinne tort qui s'ap-
l'tail Louis loi no,leur permet-
taieint de se piecipiter sur le
)ouvoir en vertu de cellote mnie
Convention qui site encore, A
'licure actueile, routes nos acti-
vaies...Et cowime ceux la avaient
ligne ou agiee l accord Bobo,
cet accord signed A Paris qui au-
torisai les leaders p. chant une
Hlaiti integrate de laire le pas
vers le C onsed d'Etat.Les seules
reserves luient produites par
MM.Perceval T'i'by,Victor Gau-
vii, David Jeaninoi, Antoine
vierre Paul et Seymour Pradel.
Seules ces peisonualites sus-
mientionnees boat en droit de
dire qu'en Ave tl 126 vous n'6tiez
pas une carte important dans
l'enjeu des allaires haUienneus l
Mais aulourd nui que contre
les rumeurs calomleuces, vous
laites des ciecuian s oelaiguees,
une defense a ltongs crans, une
I)reviaire de voire loi, je vous
iaciande de pidciser plut6i vo-
tre programnie? I este-t-il celui
.le 1920 ? Ax-t-il change ? Y au-
rail-it entire vous et l'Ctr .ngtr
un point de contact mysterieux
ou secret ? Envasagenez-vous
autres choses qui permettraient,
cependant, pareille rumeur de
se propager ? Serait ce que par-
lant de moyens agraires que
vous, deleudant le point de vue
haitien,desireriez laire un appel
aux banques agraires, au credit
loncier, en somme un signe aux
capitaux elraitgeis.
.alituz, pti-o.ue i'a aLais
LOtneste voire tlianhiise. Je sais,
nmoi cher Cousltantili, que vous
ln'avez ljaails craint d'exprimer
vote pensee minOme quand elle
heurte l'esprit public. C'est ce
courage chtz vous qui a tou-
jours rapproche notire amiti.
Parcc que le courage, voyez-
vous, nest pas loulours celui qui
lltte la lorce ou la nimajorte ; il
est queique lois celui qui la
touette ou la wrage.
.Je vous prie d'agrier, mon
cher Constantin,mes sinctres sa-
lutations.
Castera DELIENNE


La Loterle dea (Euvre*
Le tirage de la loteri des
(Euvres de I'Association des
membres du Corps Enseignant
et duComit6 lialtien de I'Allian-
ceFrangaise aura lieu dimanche
martin A Eldorado.
Qju on ouulic pas qu'eu pro-
curant u bAilet de celte intd-
ressante loterie on court la
chance de gignerG. 2.100.


Assurez-vous contre accidait
i la a General Accident Fire &
Lite Asusrance Corporation Li-
mited .- Vve F. Bermi a
A-ip Gei66s"pq fH-Uf


ROSES ROUGES

--0-
Du dernier recueil de notre ami Louis Henry Durana,Rosem
Rouge., paru aux editions Jouve et Co, nous extrayons
impeccable sonnet suivant qui donnera une idee de la maniere
du poote:
IDOLATRIE
Je t'ai construct lI-haut une blanche chapelle,
Dans un ciel bleu des anges m6mes inconnus,
Et par mon chant sublime, ardent et continue,
0 Verge, je t'ai taite A jamais Immortelle I
Par mon superb espoir son d6me est soutenu,
Pour voile je t'ai mis mon rdve strange et Irtle,
Et j'ai mis mon amour dans la lampe eternelle,
Et moon coeur pour coussin sous tea pieds blancs et nus I

Sans regrets, arrachint mies antiques croyances,
Mes chers pensers et mon aveugle conflance,
J'ai consumE monfAme aux 1Iinmes de tes yeux.

Et n'osant plus fouler le divine sanctuaire,
Sur les marches, courb6, j'adore en la lumi6re,
L'Idole qui sourit d'avoir d6tr6n6 Dieu II I
Louis Henry DURAND.


Ion petit Kodak

Un Ouanga


Tout c61ibataire a deux de-
meures, la mason familiale qui
est offlciellement le domicile et
Cage Zami-li qui est Ia resi-
dence reelle, que seuls connais-
sent les inlimes.
Le lasso de dinde que prepa-
re Dalcia, I'amie de mon vieux
ca-narade Lulu, est reput dans
notre petit cercle. Quand Dalcia
reVoit, le dindon est soigneuse-
ment engraiss 6 la noix de co-
co pendant un mois, tue quatre
ours A I'avance, Dalcia le pre-
pare elle-mnme.,Elle lui enli-
ve fous les os, tous les neiIs et
ne laisse que la chair qu'elle
assaisonne au Piment Zouezeau
avec un tas de plants aroma-
liques, en I'arrosant d'un Lan-
son Ir6s sec. Apr6s deux ours
de micera ion dans ce bain, qui"
deviendra la sauce de ce mets au
lumet capiteux, la maitresse de
Lulu tait dess6chercelt viande.
qu'elle appr6 era au petit L:u,
usne heure avant de la servir.
C'est le tasso National A la sau-
ce Ti Malice.
Aussi, il n'y a que Dalcia
qui soit meiileure que ses tassos
declare grandiloquemment Lu
lu, eu human le plat favori.
-C'est par le venture que je
le tiens, repliqua la belle mara
bout au visage de cam~e. Noirt
comme de 1'ebne, A la cheve.
lure naturellement luisante coin-
me celle d une coolie. t'etatt
fleur sauvage, pleine de chai-
mes agrestes.
Pas tant que ca, riposta
mon ami.
Je sais.. Je sais.. Ces d,,-
mes de la haute voudrait vou.
inarer. Aussi ne votia-t-il pd.
qu'elies lont des ouangas cot it
moi ? J'ai lure de ne jamaib
rentr6 dans votre Packard, moi


Marie-Ther6sa Ulina Dalcia Pas-
cal.
-Chul... Nous en avons as-
sz, ma ch6re, interrompt Llu,,
en ayant Fair de se tAcher.
C'est vrai, dis-je, voulant
taquiner le couple, je vois, en
0tflt, Lulu voilturer toutes nob
motdaines les plus croustillan-
tes dans sa super auto mais j,-
iiis .a maitresse Ce nest pas
chic Lulu.
Eli wvaiant la bouchee, quil
miiistiquait, avec delice, 1'aaindit
tres duplex, jette ties surnoise.
ment :
-C'est elle qui ne veut pas
,ortir av-c moi, tli sais.
-EL comment pourrai-je en-
Irer dan., votre machine ? Le
jour w6nne qu'il I'a achetle,
continue la brave fille, en s'a-
dressant A mo1101, le gaon de
coir, inoii petit cousin, n a-t-il
pas trouv6 en la nettoyant, un
ouanga dedans.
On I tais toi,je t'en conjure,
ma petite lemme, supplia Lulu.
\utai(t que ca, Dalcia, de-
,nan lai-je ?
-O4i, ligurz-vous, une m6-
elie de me cheveui, enroulant
ua morceau d'indigo et une pe-
uite croix, taite d'une 6pingle en
ecaille que javais perdue I'avant
vellte, daus ma chambre.
Ne t'inqui6te pas, glissa le
c6libataitr tre- embarrass~.
Ne pas m'en inquiAter,
inais toi meme, tu en as et6 tel-
lement eflraye Lulu ch6ri, que
lu mn'as demand, sur notre
Amour 6ternel, de oie jamais
penser a metltre les piedls dans
.4 Pakaird. Ta craignais un
grand nmdlhUur pour moi. Ces
James de la grdtide society sunt
terrible, mas ta confik. Ne
pouvant nous d6suir, elles
vuudraient me twiie disparaitre
plans uu accident dauto E ce
ouangu en etait la preuve evi
lenst. Mals pas ni bet que V a,
lies nie pI eadj oAit I dadu
ieur petit piege .AiarieTh6erse
Utina Dalcia t ascal.


Terrace




Garden



Samedi Soir


BAL AVEC SUPER.


4


La population de l'Stat
de New-York
Elle atleial 12.609.535 habitats
ALBANY, 27 lmllet.- L'Etat
de New-York a une population
de 12.609.555 habitants d'apr6s
le recensement de 1930. Sur ce
total, 6.958.792 vivent dans lea
cinq comes comprenant la ville
de New York et 5.650 763 dans
les auites comntis de 'Etait.
Comparativement au recense-
inent de 1920, I'augmentation
est de 2 224 323 pour I'Etat ou
21,4 pour cent.
Le Vatican
ot lea Communastes
Le Pape met les tlals Uiui es garden
contre lears mentes
Cit6 du Vatican, 22 juillet.-L'a-
vertissement solennel de prendre des
precautions centre la propagation du
bolchevisme, a 6t6 proclam6 par le
Saint-Pere cet apres-midi au course
d'une audience qu'il accord A Mgr
.ohn Augustine Ryan, recteur de 1'U-
niversit6 catholique d'Am6rique A
Washington, D.C.
Exprimant sa satisfaction d'appren-
dre le succis de l'Universit6, le Sou-
verain Pontife donna la b6n6diction
apostolique A la facultk,aux 6tudiants
ot aux bienfaiteurs de l'institution.
. Le people des Etats-Unis ne se
rend pas coumpte combien le bolche-
vismes'est repandu ), a dit le pape
avec force.
II ajoutaque lorsqu'il 6tait A Lon-
dies if y a quelques ann6es avant
d'occuper le tronede Saint-Pierre, il
avait6t66tonn6 de voirl 'emprise que
le bolchevisme y avait d6jA obtenu.
Sa Saintet6 avisa lea Etats-Unis de
Sveiller atln que rien de semblable
n'arrive a ce pays.))
Mgr Ryan dit que le Saint-PNre mon-
tra une connaissance approfondie de
la situation aux E.-U., et 6tait coin-
plteinent au courant du d6veloppe-
ment des affaires pendant I'ann6e der
niere.
L'averlissement du pape suivit d'u-
ne deini-heure de conversation qu'il
avail eue avec Mgr Ryan et fut donn6
a propos d'un change de vues sur la
panique de Wall Street en octobre der
nier.
R1pondant A une question qui lui
fut faite par Sa Saintet6, Mgr Byan
dit qu'il y avail au moins 2 millions
de chdmeurs aux Etats-Unis. Le paper
reinarqua: < C'est pr6cis6ment le mo-
ment favorable pour la propagation
du bolchevisme.Le people desEtats-
Unis ne sie rend pas compete jusqu'a
quel point il s'est r6pandu.-

Puis, apr6s une second dt
reflexion, elle murmur, con
fiante et sereine :
GrA;e A Dieu, mon oncle
Tonton Etziua, est B6.6 ..


Andre F. CHEVALLIER


Vondrodi tear Aoett
A 4
ii6.V-arl6t6s

I Lea amateurs auront encaJ
le plaisir d'entendre l'artl
SALNAVE dans ses nouvel1
creations. -
A apropos des Candidael
monologue aur la situation,-
Lola -Haiti la Belle- Nod.
noune mesdames messieursi-.
ear Uncle Sam, etc, etc.
DEnt6e G6urale G. 1 00

Halle 1 oueo
Rue Courte.
S'adresser a
M. Ch.N. GAETJENS
I' I.--... I


Lo visago coxmm u*
peinture d'ortsto ie


Une poudre qui est al
douce qu'une plume! Leq
conante 'air. Duveleuse coig
un edredonl! oild ce que din
ceax qui se servent de la
Exelenlo.Elles'etend dou,
stir la peau, laissani une
pellicule de poudre quis
I peau aussi douce qui
peinture a'artiste.
L'EXELENTO
Est un triomphe pour la .t
Idlet. Ell andlioreran'impu
qu'elle 4omplexton. Et ele
ddlicieusement parfumee. E
est liuore en quatre ieintes,br
fond, Rose, Claire et irun
En vente chez tous les I
guiste.'our 0,30 cts. seulema
Il est expdid dds reception 4
prix.
Exeleate, IMieise Cetpl
Atlanta, etrgia IU
Agents ddmaindds pour 14

cr;ivez pour renseignnena


- -~-aa.-* ~. - -, - .-.,s.. -,


- .~- ---* r- .i_.j,. rmr *i Tii~ j r -. n- -111





SELLER
AL,


Les NOUVEAUX PNEUS MILLER a Geared.-t the
Road ( Moulds ii la Route ) sont GARANTIS de darer
plus que tout autre Pneu de prix 6gal travaill6 aoX
m6mes conditions et soni MEILLEURS que les antres
Pneus A aussi des derniers perlectionnements suivants


lo) La bande du pneu qui vient en contact avec la route est fabrnquhe de
m6me loir.e que la route et s'adapte parlaitement et unitorm6ment A elle.-
Qae ce so.t des poids lourds ou0 lgers, l'entlire larger du pneu est sur la
rouie, de sore que son sure eat unitorme et par consequent tr6A lente. Done
I usure iangale et par endroits est i tait la cause (cracihistique de
lusure du pneu.
2o) Laban nde et les pa t* ois sontd'une seule piece. La bande va autouc du pneu, tous lea
cenres ou le produisaien les len.es et les flechissements son: 61imin6s et c'est lnie pour lou-
jours la poar de ;endie les jointures.
3o) La construclio, c(, f!e a orde a Unitorm qui assure une lhxib :it '.ni'orme sur
toutes lea parties. ce q,. ,coiplle un pneu partaitement 4quilibr6. Ce paeu eat I b'-Iqu pour
resisCer aux heur*s des bordures des trotfoirs et des ornieres et se remet des secoussesp a sa
torme naturelle avec l'Action rapide et vive du vrai caoutchouc, laissant Ia bande, les c6ture
galon e la carcass de la Corde uniflexe intacts et deo;ou:e stret,. Ainsi done la cause sacom
mune fe I'usure in erne es; aussi Aliminee.


Depositaire


Jl. KARAYANY
ANGLE GRANDRUE & RUE FEROU


J


.ii




11l


_ __


_ --~ i~i--_


- -- --


PAGEI-2


~Ic -


! l





. a-


LE MATIN--31 Juillet,1980


I






PAGH- ,


- -~ .


rF msadat d'arrl
euitre Villausevi
PARIS, '23 juillet. Un maudat
d'orrft a et lanc 6 centre Lauriano
Carlo de Villanueva.un fonctionnalre
de la succursale de la National City
Bank de New-York, I'accusant d'ir-
rigularit6s pour une some d'envi-
ron un demi-million de dollars.
Lemandatd'arrat a 6t1 lance aussi-
t6t que le ministry des Affaires 6tran
g6res a declar quo M.YiVilarueova, prO
6cdemment attach A laIlgation du
V6n6ezu6la, ne jouissait plus de I'im-
munit6 dipiomatique.
Lea amis du financier en fuito ont
d6clare qu'il avait lAiss6 des lettres1
avant de quitter Paris annonmnt qu'il
allaitse suicide.
LeA troubles auxldoes
Les meetes.- SitMalei teeomi.
que s~rieuse H A 8-by.- 06
1 8s ladieM t 1a m6 M i-
reaee ilfte
CALCUTTA,Inde,23 Juillet.-Qua-
tre 6meutiers et onze personnel ont
6tW tues, .inq fonctionnaires du gou-
vernement et deux Hindous oni et
blesss A Kishorenanj an course de d6-
sordres qui n'etaient pas encore sous
contr6le ce soir apr6s avoir durh plu-
slieurs heures.
Poona, 23 Juillet.- Une situation
dconomigue extrdmement gravedans
la pr6sideuce de Bombay a 6t6 rev6-
16e par les 75 reprdsentants des diver-
mes coammunaut6s de la pr6sidence
quiont visit Ie gouverneur, sir Fre-.
derick Sykes pour lui demander des
measures de secours imm6diates.
Los reprhsentants lui ont declare
auesi Ia situation n'etait pas am6-
1or1 immddiatement toute la com-
munautl agricole serait ruin6e d'ici
deax *ois.
Simla, 23 Juillet.- 14 delegu6s des
Etatb Indiens, sous la conduite du
Maharajah de Patialaassisteront i la
conference mixte A Londres cet au-
iomne.
D.6tel Restaurant
Dierige par
Mme Em. THfIARD
Petit GoAve.


group Spasmodiq
Arriti
VicIk, frietionnt
oufondudansl'eau
Schaude et inhale
soulage vivement.

Vour ut RIfro/d/wawit


Vanetes
JCE SOIR
^ E fMATINIE
Les Mysteres
deNew- York
0,50.
A 8HEURES
i SOIREE TALDY
Vivian Gibson, la grande vedet.
Ste iternationaleetPaul Richter,
Ile crater de Siegfried, dans lp
c61lbre op6r6ttte de Jean Gil-
bert .
R ve
dAliesse
Entree: 1.00; Logo : 2.00.
.DEMAIN SOIR
SALNAVE
dane ses chansons.

Volont
film en 4 pa ties, d'apr6s le ro-
man de G. Ohnet.
1 &2.
SAMEDI
Soiree theAtrale :
Le corps
du delit
pi6ce locale et d actualitA, de
Gustave Augustin.


* quI n'a samas 6t6 ait


Ce qul no
Kola


Au Radio

e.id le Rreamme do eacert qai
Nenr z ti0 demii elirt, *la Sta-
ie H. H. .K.
8.00 p. m. Orchestra du 2' r6-
giment U. S. Marine Corps (let
Sat. Frank Waicutt, Directeur)
1. If my Friends Fnld you;
The 'll Steal you from me.
2. If Ihad a girl like you.
3. Down the River ot Golden
Dreams.
4. Aroun the Corner.
5. Song without a Name.
6. Alone with my dreams.
7. The Toy Town Admiral.
8 30 Lecture par le Service Na-
tional d'Hygine Publiu e.
8.40 p. m. Rcital de piano
par Mile Charlotle Renaud.
1. La plaiie de perles,
2. La 16re Valse de A. Durand.
8.45 p. m. Selections de chants
par Edounard Esper (avec ac-
compagnement de piano par
Mile 0. JuJoseph )
1. Carolina Moon.
2. The Moon Islow.





Soulage des miaux de t6le
et de Ia n6vralgie en 30 mi-
untle. Arrete un troid le pref
mier jour et le malaria en
jours 666 en tablettes aussi.


pout 6tro d6pass6.
Champaqne


F. SLJOURNE
Pripare dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Preparation et Vente
PHARMACIE F. SEJOURNE
Angle des Rues Roux et du Centre.


i w-mmm


hI ---- -- --


Insurance C I

Une des plus fortes COMPAGNIES

CANADIENNES d'ASSURANCE

sur la VIE[


EUG. Le BOSSES & Co
Agents Generaux


I




*

1I


U
U9
m


comprennent la Protection centre la

Foudre sans augmentation de taux


I


Agents Gen6raux


Prix GILG


A 'occasion de la remise du
PNix GILG A la laureate des
examens officials de Dacty-
lograpble do 26 Juillet 1930,
leDirecteur de I'Ecole Spiciale
de St6no Dactylographie a .
l'honneur d'inviter les amis,
lea 1lves et lea anciens 616ves
de l'Etablissement, et, en ge-
o6ral, tontes lea personnel
qui s'intressent A I'Ecole Sp6.
ciale A one petite c6r6monse
qtni aura lieu A CINi-VAa IRTrS
le dimanche 3 Aodt 1930 A 9
heures pricises dou martin sous
la pr6sidence d'honneur de
Monsieur le Secritaire d'Etat
de l'Instruction Publique.


Aucune invitation particu-
lire n'a 1id adressde.

Avis


i


La Commission Communale
avise le public et les intires-
Sss qu'A sa sauce du 30 cou
rant, tenue A l'H6tel de Ville
A 4 heures de l'apris midi, A
1'eflet de la formation de la
Commission d'inscripti n
61ectorale de la Commune de
Port-au-Prince, le sort a dsi-
gn MM. Louis Abellard et
Arthur Isidore pour fire par-
tie de la dite Commission que
preside Monsieur Ie I r Aug.
Lechaud, resident de la
Commission ommunale.
II est rappelM que les regis-
tres d'inscriptiou seront ou-
verts A l'H6tel de Ville, le
vendredi ler Aoot prochain, A
8 heures a. m.
Port-au-Prince, 30 Juillet 1930
INSTALLATIONS ELECTRUES IQ
Pour les installations 6 ec
triques, les moteurs,pour les
reparations des ventilateurs,
des trigidaires, des fers &A
repasser, Adressez-vous A :
'-, VICTOR CASTEL
k 'Ingdnieur Electricien
qui a A son actif vingt ans
come employ A la Compa-
gnie d'Eclairage Electrique.
Rue des Miracles
A c6lt du Synpicats de Agents,
de Change.
3WVZLOPPE |
*hTRANG*RES U
IMPRIE*ES
le 100 : Gdes. 1.50.
hIMPRIMFIE CENTPALE
1624, Place Geflrard.


desactes et actions de sonepoux,
Joseph Durthil Georges, pour
cause d'incompatibiliti de carac
tire et de mauvaise condaite:; en
attendant qu'une action en di
vorce lui soit intentee.
Port au Prince, 30 Juillet 1930
Mine Jh Durthil Georges,
nee Thrds Biamby.


m


A vendre \
Une auwo, marque DE SOTO,
en parfait Mtat.
Excellence occasion. Pour.
les conditions s'adrcsser a :
THE SHELL COMPANY
(W. I.) LIMITED.


INSTITUTE TIPPENHAUER
Cours d'Ete
Lo9oUns artUouiciutw.
Commencent leJLundi 4
AOUT de 8 bres a 11 h. a.m.
Specialistes pour .chaque course
I Les ilMves en retard rattra-
pent le temp et riussisseut
ton jours.
Les autres gagnent du temps
e fiti issent plus vile,
Excellence dc la Mithode
est un tait :
Depois quatre aus,toujoUnr
succs comple.L
En Rhitorique 13 prisen-
tis ce te anne, 13 success.
1337 Rue Lamarre
tl06phone 2891.
Penser Ai a'inscrire avant le
4 aoMt.
Poar toutes lea ,classes: de
A Is R Ioqin


Q


1 plaisii!


'I


de po)Uvoi i aire sa cuL
en (quelquCs minutes...


'si ne


Venez voir cesjolis appareils ainsi que les IHEFlilGE-
RATEURS, PECHAUDS Ce FERS i REI'ASSEP. de la
GENERAL ELECTRIC o a la
(OMPAGNIE DICLAU1iE Fi LI'TRIQIF.


LOTERIE des (EUVRES
du C.H.A. et de I'A.M.C.E.
iraace ExIiraordinaii e


RAFLE de


1 Chevrolet Touring
1 Charmophone Electrique avec 25. I)squcs.
1 Phonographe Victor portatif.
6 Reveils. matin de luxe pour dame.
6 Reveils, martin automatique A r6ptlition.
t500 Billets & 2 dollars.
Le tirage se fera d6s que tous les Billets seront vendu,.


Colombian Steamship

Company Inc.
Le steamer ( Baracoa venant de New-York directcment
est attend ici le ler aota courant. 11 partira le mine iour
pour les ports de la Colombie, pregnant Irdt et pas-agers.
Port-au-Prince, le 31) juillet 1930.
Colombian Steamship Company I'w.
GEBARA & Co, Agents.


LIdeal Rhiiin

ALIX ROY
28 annees de success.


Toute personnele


de


soucleuse


son HYGIENE et de


BEAUTEl ne doit se
IQUE DE


sa


server


LA POUDRE DERMO-
EPHILE LECLERC.
, Poudrc de RIZ STI'RISPI qui produit su- lu apeau les
fflets les plus ~lutaires.
En vente chez Ren6 Latontant & Co, Paul E. Auxila.
M. Laurent Jean M. Talamas, Statibouly et jSergile,
Titine Augustin. Echantillon gratuit.


SEA-SIDE-INN


Caf6 H6tel Restaurant
Cat 6tablismement enti6iement restaurA par la nouvelle
Direction, vous offre I'endroit le plus select oa vous tron-
vercz les metlleures boissons A des prix deflants toote eon
currency.
Souper dan i at tous les sanmedisa so.
Tel6phmo : 7


A


Euq.LeBosse Co
^y 'l


I

I


1 rw ;


I -L ~~--____ ~ -~


sumawVAO


I


--- --


I


i


LIB MATIN- 31 JaUlMt UO


m


I


j


qlt


I -F


.~IIBBSVB








Jeudi


9 - -


:1 Juillet 1930


Le Martin

4 PAOGE


%2um asiN f 6766
kort-aa-Pnnc
T616hone: 2242


-le --- -- m-- -~-- -


,Horn-Line
Le m/,s Th6rese lforn,dt
retour de Kingston,est atlen
du iri vers le 4 a9lt, parlan'
pour I'Europe v :i le Nord,
prenant If't etl Pssagers.
HEIN )OLD) & (Co, Agentl

R OBES ROUGES ,
PAR L II. N li nv 1)rt'\NI)
En vetl' !au journal La 'Presse
chez Marc ys elt 1'ag'nce tit,
Vt nle Hasco. Prix :3 gourd-e!,.


Cosmopolitan Bar
Mn Ie BERT'IET. I'ancienne propri6taire de ,$ide Step Inn,.
vittit (d'nvrir a la Rue du Quai, en face de I Hotel de Ville tn
coquet (ilb'issement qu'elle a denomm6 COSMOPOLITAN
BAR.
On y trotivetotit ce qu'il taut pour attirerel retenir la clien
tile la pius difficile.
Consommations de premier choix.


INDUSTRIES HAITIENNE

( DARDANELLLES
Cig.ares ,fins tabrques a St Michel de I'Altalaye.
La boite de 25 Cigares ,. Marquis Or 2,00
4 25 E *El Victor* 2,00
S2.) aLondrs) 1,50
S50 3,00
S'0 ,C('oronationa 4,00
S'adress r a : Em. SlVERiSR
Syndicat des Agents de Carnge. 121, Rue des Miracles
En vente chez : Simon VIEUX.
Vve V. DOUYON ( a( c6t( de la Poste).


-.- -- -


LOTIIERIE
de la Mutualit4 Soolaire du Bel-Air
L('s Billets (de cette lo irie sout'en circulation.
6,000 Billcts a 2 Gourdes.
Les lots soul cl(lartis ainsi:
ler lot de Courdcs 2.01 0 201 los Gourdes
1 lot de I.(100) 165 lots de
I lot d(IC 2 (0 2 \Pl du leir lot
2 lots de 101) 2 A pp. du 2eme lot a
4 lots dte So) 2 3:me lot a
Le ti :,ge aura lieiu le dl..i' he 10 Ao'it prochain .4
du martin.


LA *AISON

'Simon


9 hs


Bureau dei I ) i i, o ) de t loterie .
IMPlIlMEHIE Dl) ,O()Ml.1ICE, 310, Rue Bonue Foi,
Pouiir le Comitle l)iiccl t i tic laMutualite ;
Hyppolite JEUDY, 1!: n-Aimne HYPPOLITE,
Emmanutd BASTIEN.


Vieux:


! Se fail le devoir d'aviser ses
aimables Clients que pendant
la p6riode de fortes chaleurE
comprise entire le ler Aoot et
le ler Oclobre prochain, son
Magasin st ra ferm6 tons les
jours A 5 heures de i'apr6s
midi, les samedisexcept6s.
Elle se tient toujours a
leur disposition pour 1'execn-
tion de leurs commander avec
la promptitude et les soins
habituels.
1 Porrt-au-Prince,le 16 ju'll
--


t.ar ia <( GENERAL est une des plus puissantes et des plus vastes organizations
dc cc genre. Le solcii ne se couche jamais sur son champ d'action gui embrasse
du monde.
Ses Polices con 'ie incendie couvrent aussi les d6gAts occasionn6s par la foudre.
Ses Polices poun Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
causes ,a autrui dans sai personnel ou dans ses biens. ,
Ses Polices Mar tiines mises par ses branches d'Europe sont payables en Haiti
Ses Polices contre accidents sont valables dans I universe eutier. Tous les voya-
geurs devraient don' prendre la precaution de se munir d'une police centre accidents
d'au moins 1000 doll is, la prime anuuelle u'ntant que de 1/2 0/. soit 20 dollars U. C.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves
Agent GneralI pour Haiti.
SOUS-.1 GENTS: 'ort-au-Prince; G. GILG
JEAN BLANCHET J rimie


Iliii Sa;lrhe


Le Produit ides Distilleries de la HASCO.
CE RHUM Icst le r6sultat die la fermentation el de la distillation, d'apres les procedes les
plus moderns, scicntifiques et sanitaires, sous la surveillance de techniciens de valeur, des
strops extraits de cannes nmires a points, qui ne provieunent pas d'une seule region, mais de
toutes Ies regions de la plain du Cul-de Sac el de la plain de L6ogAne non seulement des
plantations de la Hasco, nwais aussi de nombreux propritlaires, grands et pelits.Ce MELANGE
des ineilleures cannes de ccs deux planes, comprenaunt les plus lameux terroirs, donne an
Rhum Sarthe un houiquit I tI un partum incomparables. LA HASCO est la seule entreprise
en Hai i capable de rea iOr pareil melange de cannes. Aucurte autro distillerie non plus, ne
peut se vanter de posse or un stock si considerable de rhumi, emmiapozind dans des foudres
od il vitillit bien des a dires avant d'aller a la consommation. C'est t tui donne nu Rhum
Sarthe Yon velot, 6 et s n a'ome toujours pareils.
GOUTEZ ET COMPARE
C'cst le triomphe d'une grande entreprisecagricole et industrielle'qui afait ses preuves el
doli le sort reste irr#vocablie, c I,' au process (I A la prosperity du pays.
Irois Grandes Marques La bouteilPe Le t'acon de poche Le gallon A emporter
CA( HET 01R (old S :.1) Gdes 7,5 ---Gdes 30,00
ROUGE (Hed Seal) Gdes 5,00 Gdes 3,75 Gdes 20.00
4, BLEU (LblIe Seal) a 2%50 a ?,00 Gdes 10,00
Ddbitants et Diaillants, demnandcz les prix de g i i 1' Laison
R. T. AUGUSTE, Port-nu-Pr:co.

'ous y verrez votre avunlicue.


LIEONS PAPTIHMLIHES
i Ilsllititie flh CbWkt
LTnstitution Marat Chenei
donnera, durant les vacances
-- AoOt et Septembre. -
des lemons pafliculibres aux
616ves en retard, onu ceux
qu: veulent poursuivre leurs
etudes.
S'adresser a I'institution
Marat Chenet, Chemin des
Dalles, 810; t161phone: 3153-
OCCASION EmCrsPTIOE1T-
A VENDRE : mobilier com-
plet,
Meubles de choix consis-
I tent en: salle de reception,
meubles d'antichambre., de
chambre A coucher, salle A
manger.
Tapis de toule beauty, gla-
i cilre, ustensiles de cuisine,
rouleaux de toile m6tsllique
I pour voliere, etc, etc.
Prix trks raisonnables -S'a.
dresser A Mme G F. Blodel,
Pacot, en face de I. J. Bigio
ou t6l6phjnner M C. 106-2
ii__i_ I


Demand ez-le cbez A Boltt
(Au Bon Marcha. chez Simon
Vieux Au Bazar National
et dans toutes bones mai-
sons. A
Ferd FATTON, Agent


BARRY R KINNEBTY
Announce A ses Clients et
Amis qu'il a transf6r6 son ate
Her de Vulcanisation et son
Installation de Soudure Elec-
trique A 1319 orand'Rue.


Avis
Poar un prompt r6glement
de vos aflaires adressez vous
i& Me Emmanuel THEARD.
Petit Golve.
17 .... --- --- --

Mol d'ordre
i AK 100


Point do rsa1lement
La Guinaud6e
Ils sont 16gions les cand;.
Jats, tousa tr6s populares,
actits,ictelligents et... s urto
patriots dcsintlresq6s; ma-
la victoireaux urnes rester
A ceux qui auront tait pren
dre A leurs electeurs le plu-
d'AK1C0au lait de la Guts
naudee.


Demand d*emplol
Jeune home actit, labo-
rieux, connaissant assez bien
la dactylographis el la comp-
tabiliUt, pouvant s'occuper de
la corr spondance traucaise
et anglaise, offreses services
au Pthblic et au Commerce en
Adresaer olres A B. X.-
H6tel LAVENIR,Rue Ftrou


A -. *adre I
Glacirt' ', 100 livres de
capacity i'eN\u jimais servi
Or 30.oo
Complete" d habit, dimen-,
sions 8, tout neuf. n'ayaut
jemais t&Wport6. Prixoriginal.
125,oo Do]. on revend c- 73.
S'adresser au
Major SULLIVAN,
'lacot au coitdes rues5 etQ


1 BAR "TERMINUS
l.Flace Dessaline8

Cafe chic, Restaura
de premier phoix o tfT
trouve a toute here j

consommations les plusE

licates. '

Sandwiches sans pareI7s.

B Bifere a la pression.


COMPANIES.
ELECTRIQU
_ Nous venons dejrecevoir no jeu complex de oitus Ated
ques ( A,;ME a pour maisons. Ces lostres sont ha
mod6le et construits de bronze et aluminium. IlU ms
la mason plus attractive en donnant en mime teuqps 0
meilleure lumiore.,
'our introdare ces nouveaux lustres] nous les vendi
A Itrs ton march


Le prix ties materieli pour iuitallitions blectriques ont d
rdouits A pen pris 50 o/o comme vous les constaterez
dessous:
Conduits de 1/2" auparavant 14 cts. le pied maintena
7 112 cts.
il auparavant 3 cts. le piel maintenant 1 1/2 c.
Fil auparavant 31/2 cts. le pie I maintenant 2 cts.
Lampes Edison Mazda 25 Watts auparavant 40 c. main
ant 25 cts.
Bouehons fusible auparavant 10 cts. maintenant 5 cts.
Appareils de chauftage an prix de New-York.
Retragerateurs General Electric au prix de New-York.
COMPANIES ELECTRIaQu.
*
Les bureaux resteront ouverts les samedis jusqu'A 9 h .
soir.


Le6aislation
Electorale
Recueil contenant les Lois
et Actes relatitr aux Assem-
blWes Electorales do 1817, A
1930 notamment:
lo. Loi 6lectorale de Bo
yer, 20 Mai 1834.
2o Loi 6lectotale de Faud-
tin ler,6 Novembre 1849.
3o. Decret de Salnave,
Join 1867.
4. I 6cret de Nissage Saget
24 Addt 1872.


5o. pcret de DaDtio35
22 eteme 191 -
60. Lot 61ectorale de
guenave, 19 AoOt 1919. 1
7o Loi ictoralede Bo
23 Septembre 1927.
80. apport de aIs Comm
sion d6sigu por xmial
le Project deLot le e,
Join 1930.
9o. iLoi 6lectorale de E
Roy, 4 juillet 1930.
Prix: 4 Gources.
A vendre A I'Imprime
Telhomme, Rue de 1' gI
at chez M!e Aat i ti,
tier, Ruedu Ctru


PRf-CAT-LAN
Si vous avez quelques heures deoloisir, le soir, et q
vous d6sirez les passer agr6ablement allez au
Pre-Cat-Tlan
o6 vous trouveres, la,pals,belle salle de bal, la musique
mejlleare exefut6e par pa orthophonic dernier cri et as
lesboissons les plus fralch6s et les plus pures.
champagne, bi6re allemande ou national, liqueurs de i
tes soltes.

ALUMINUM LINE
U6parts directs de New-Orleans et de Mobile'.
poor les ports Haitiens.
Un steamer laissera New-Orleans le 5 juillet courai
Mobile le 7, ;directement pour MiragoAie,,-Port-au-Pri
St Marc et les ports du Nord.
Port-au-Prince, le 34Juillet 19i30
A. de MATTEIS & Co, Agents Genkranx


BIERE NATIONALL.
DE LA


Brasserie Nationa
Se vend partout Or'010
verre malqre sa q,,:lite si

perieure.

Protegez vote I')che

\lL, S cnt6 en Ia buval

tpujO IS.


S eIsr- --I -- ___ _


5.


ASSUREZ-VOUS
a la

Geincmi'al Accident Fire & Life

Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotlind )


__ ___ ___ ______ __


-- l- I IA


%A


I


I


__ 1~1)11111111-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs