PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04723
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 06-15-1928
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04723

Full Text


0


CDiment MAQL01RI
DIRECTEUP.
358, Rue Amricaine, 13658

TELEPHONE NG 2242


L'Ogalit6 des tr p,,'r : r,-
Ppager une thb(r- qui,. ,, i.e
est une naivet6 accept, .(- u!e-
ment aux temps de decadence,
Primo de HIVERA

II- -


22ime .NNEE N 6417


-_t-1I :


* ~~~AU-PEI~CIC (HAITI~
k~ L -


VENDRDI 15 JUIN 1928


Le Pere Mondesir et

I'Esprit d'Indisciplinei


11 est on principle qui a 6t6 qu'il dirIge. d6tient sur le-
de tous temps et qui demeu- cures nop seplement I'autori
rera, en tous les temps, intan- t6 spirituelle contfree par le.
gible: c'est qu'en toute socit- Pape,! males ausai 'autorit6
t1,en tout corps, en toute ins. temporelle don't lont invest(
titution, la famille, la nation, 1 e stipulations concordas
le gouvernement, 'Etat, la re- taires.
ligion, la premiere condition Le Pire Mond6sir adminis-
de saine evolution, de vie nor. tre depuis trs longtemps lei
male, de preservation contie cure de Saint-Louis du Sud. II
Ia d6sagr6gation et Ia mine, n'ajamaiset6,commecertains
est I'esprit de discipline; c'est veulent le faire accruire au-
A-dire, le respect de la hit. jourd'hui le doux et bon pas.
iarchie, du prnicipe de I'auto. teur des Amcs soumii et disci
rit6 et la soumission absolue plin6 qui lie connait que let
aux lois ou regles qui condi- devoirs de son ministire sa-
tionuent le groupement. cr6 et qui se plie avec l'ab.
Lorsque dans la vie d'une n6gation qui convient aui
Institution c e t esprit cease obligations de son sucerdocer
d'exister tout prestige dispa- En maintes tois, it eut maille
rait; I'ugitation, l'anarchie s'y a partir avec plusieur. panrmi
introduisent et c'est bient6t le ses ouailles A cause de ses re-
d6soidre et la laillite. Comme lus injustifl6s d'accomplir cer-
I'a si bien exprim le Premier tainis devoars de son minis-
Ministre espagnol dans une there. L'autorite civil recevait,
pI'lbe quo- nous avos re- ltort souvent, contre le curt
pioduite. hier: a Personne no autoritaire et peu compatis-
cunsentirait 6 I'entr6e quoll- sant de nombreuses plaintes
d.eune dans son loyer d'un qui 6taient, 6 chaque lois, si-
p echeur d'agilation quia A. gnalees A la Chancellerie de
nerait dans ln tam.Ile des ia- I -vlch6 des Cayes. Pendant
quietudes d6trulsant le pres- Ilusieurs annees, Mgr Pichon,
tige indispensable a orderr et Lvque des C(yeb, Ia mort
A la vie sociatea. De mdme, dans t'ame, subit patiemment
dans .un Corps con titu6, re- toutes les incartades et tous
ligicux ou laique, lea acti. les adces d'indiscipline du cu-
vitcs ta Iilwe actmi clmenta r e de S-Louis ad, o
prokessaft, sous le pretexte t-tnt, i aaque t64ls e 1C
1'indkpendance morale ou de ppeler a ses devoirs, a la di.
liberty social, des theories -,1t et aux obligations de sa
subversives de I'ordre et de inission de Ministre de Dieu
la discipline indispensables, srla tqr. e.
ne sauraient Otre admissibles, I Rien cependant n'y lit. On
ne sauraient dtre tolerees. dirait, au contraire, que ces
On connait l'incident qui, appeals a la pond6r.tion, a la
tout au debut de ce mois de suumission, A I'esprit de dis-
juin, jets I emoi dans la pai- cipline, avaient po r eflet de
sible et tranquille petite ville staciter chez le cure les senti-
de St-Louis du Sud: le cure, ments d'indiscipline et de r6-
M. labbl E. Mondesir, prdtre vulte les plus exalts centre
haltien, s'6tant mis en revwlte tautoiitt canonique et con.
ouverte et formelle centre cn.dataire.
l'auturiI6 hierarchique dioc6- ,Le Pere Mond6sir s'est ren-
saine, grave iutruction aux di Loupable d'une faule plus
prescriptions eanoniques et ttme. Meconnaissant les or-
au Statut concordataire qui dounances du Souverain
lie notre Pays su St Siege -, 'Pontile interdisant A ceux qui
S. G. Mgr Pichou,archevdque- Luisont soumis et qui son,
6veque des Cayes, releva de chbarg6s d'enseigner aux peu-
ses fopLtious de cure le pIr6re pies Ia parole de Dieu. d'it, e
t6tiactaire, lui interdit d'exe- destleaurs de Iht.res poli-
cer aucune attribution de son tiques susceptibles de susci-
minist6re; et, comme le cure terodu trouble, de I'inquietut e
n'entendait nullement se sou- et de l'agitation au seia d'une
mettre A cette decision et, pas- nation, le P*re Mond6sir a,
sent outre, voulait q uand en plusieurs circonstances,
m6me continue A assumer ouvertemntt manifesto son
Administration religieuse de penchant et ses opinions pour
la cure, 1'Evdque se trouva cee nationalism ioutranceo
dans la dure n6cessit6 d'or- que le Chet de I'Eglise r.-
donner la termeture momen- prouve et centre lequel, a di.
tan6e de 1'6glise et de requ6- verses reprises, Ia Secr6taire-
rir, en I'occurrence, I'autorit6 tie vaticane a mis en garde
civil appel6e en veitu du tous les catholiques.
Concordat A taire respecter les A tout cela, il taut ajouter
decisions des Cheis des Dio- de nombreux actes d'insubor-
aeses. donation et d'irrespect a la
Les uns et les aulres, soil hierarchic et un esprit d'in-
par passion, aveuglement me- discipline que tous s'elon-
leOux Qu ridicule prejug6 de naient de constatcr chez un
fenalile put diveremept de cui-lia qui out precise-
iDn r et, coupmedi% Let meaipour mission de prdcher
in< e: t suovenu entire uiq la st6mis~on A la hi ,archie
pze lnsouozist rI'ractaird et res t. du principle dle
etia Ev6auL. DinUaire ec- la ojriti,ani 9nt pour devoir


que don't le Chel reut son
serment, qui, dans le Dioc6aet


dWI GCair cqqui'eaI Ce.
saar.. a ordonn6 J6sus. Le ci-
toyen com me le prdtre ne de-


De nombreux acheteurs ont

deia beneficie des avan-

tages sans eqal offer I

par la m aison ...ne o i plus, dem ni
/ lhier. A son petit agasi c.,.ei
Vicro J. HARARY et install avec gor'at. i n''e
elV raiche petile mI 0 1-,. I,
11 ne rest que quelques pieces de Poplin et Voile; quelques rue... Bile est pttic V, t
heures de retard soes teront perdre one occasion excep- autre vilei potir re(In it i
tionnelle. chevalier dc son c(ium. ,:I.
j* p i tle ptit tmagasin, le' mii! f)-
Popline toute cpileur Gourdes 1,73, Voile Blanc A car- jets. triste,, jaloux s'.ii;,evit
reaux G. 1.00, Calcot L.Doroe Grande larger G. 0.0 1'anne, npr6s le retour de l.,ir ,ni-
Bus sui G. 2.00 et lQ.2i0 la puire et i eaucoup d'autre 'articles. tresse.
AcCOUREZ POUH i*POFITEZ Di CETTE'ViRIT'AILE OCCASION ,
... a Vu, il y I t <', I ln" ',, -
Steufmps,, un chapelier lqui Ns l:ii-
Vr H ARAR T it, rue des Mi\ :1 cIc t
VicIor HA R IYI (,rand'Rue. l'n artiste ..n allic ..s
MAGASIN BON MARCHE rut appelt pour p1twit''e I st,-
gnue, oh l trs simple. itx
1736, Rue Courbe. 1nois: G(HA ) (:,11 \"I I I II iLe
brave chevalier diIu piince.i re-
i I--. m m troussa ses nllllCht S':III > di
son pot tie p intiure, sr his,,:, sr'
valt pas oublier ccl ordrc di eonslitutionnels de in Nation, son #chelle et se it tn s1 iln
viii. il y a longlemps qu'il auralt d'exicuter su tlche. II |)(iguil 'n
La colipe 6tult entin pleitne ti mis hors d'6tat de nmanites grandes leilres an lfronton ie
et I Archev6que-.v que des ter (id tels sentiments et d'ex. edificee : ( GRAiN C(: iWi. i.i
'Ivyesa pris contre lemallihe- primer des opinions si con- Quelqu'un qui- imss;iit lui ti :
reux curN Ja decision que I'dn traires uu dome de I Eglise II v a une ;ute. (CIhpellcri, est
sailt. qui est d6fnlive et ir- sourcee de patx, d'amour tide du fiinini. II manqiuei n A i
revocable et qae pprouvehlt fraternity. En queltque cloltre grInd L e ipeaitri, re'it, :
pleinement le C40 t le Gobl- lointain et stlencieux,il aurait Et cmine il avari Ic'ireS it
vernement de Isa optbliqu e. 616 se repentir d avoir parjurt6 ene chose sur d':utitris pariies
Certain, heaati de vicex alu serment ;)ar lequel il avait I'difie, il itn t pArt(nti:
pr6jug6s, opt voul t.:tre ih- I jur6 obeissance el soumissuiin RANDE CIIAII.I.F'ltII. Le potlrorn
tlervenlr dans rim llt une au Chef Supreme de I*Eglise n'yromprilt p1ts riel. (at1ANo ici,
tant l M as soot pint rehi senteut. ute quhlque| 1 'a,
do come que cet. au cwn- La measure prise contre le Mah non, relpril 'ouvirie.,
t sire, la national e do Pere Pere Munto sir est donc just it ny A rien. Vous vcrrez quaind
Mond6sir qulu li n as eltelle ne sera pas revoqude. Ie part qu 3W. a n pris ,
jusqu'ic:. les plus grads II est. certainement, regretta- temps pour speher; i a lrui
m6nagemnentsde la p art de$c, tIle elep e iit eta e6 imitle par mes mat et des ,mois, Noni:
suporieurs; qui lii u vIl.t utt prjte'c Iisitiei que nous (E. et ou )s tes v.,,, .Iciu l:
tant de bienmeillance et tant nuritOsIS voulu voir loujours GiAANI dunfii l( ci' (lt. \NILA e
d-indulgence don't it a pru0te t enlouire de la considdratlon et I'aure... Maits 'est see,. c'est a&1
K ur se dresser eu tucde son de.'alfiection d(isesisuperieurs, vietix el etp ne s ilt pas s'accor-
Eveque son Chrf spiritual et coinue la ele. ipeilJant toute dqr.
lemporel.Si uu Accl6siastique sa vic M gr Beau. qui tut .
do nationality itrangere ~ latm e lonorir de d n la ... .i i l:n s i ii ii i' ,.
tailoubli6 a coUticlhie e Cuailhdralede Porlt au-Pricc, de nult a un l ,ii i,s;,f ,
quart deb intractions A la dis- Cuturicr Secret de Sa Sain- ctir Un', belt, litt,,t ,r v i
cipine, A la soumission don't ete et qui, une lois, nie dut t.,;,t,) lt all t i :,ta .I., ,'
sest rendu coupable le Pere u'a sof extreme modeslte Mi n ,, .s... .i ',I
-.. t l Uf i tll lIIII I 1 I IIiCII t4:111!
Mond6eir, discipline et sou- e ne point avoir et6le Ic (elt brs .mool.s iar .. ,, ., .
mission, que tout pr~lre doit de I'Eglise d'- aiti. qip rose. Le gala.i 1i ,s.ii,
i I'Eveque qui detient ses Mais ce qui est la v6ril, ce exb:andi. 11 p l)ipa I 11,ns
pouvoirs et son autoril6 du qui demeurera indniabi ,e h. mnolletls si S(.+ls,ItI I I!I(IonI
Souverain Pontile tt pour ceux qui jugent av:c les dirait arlititics. .M;is .li I1),
qui exerce ces pouvoirs ct impartialit et logique, c'et soudain, inIvuion.it I(i,. sill-
celle autorile avec Passen i que la ntionalH 6 dun nmetm- Saila Lo dire tout ,11. ,1 "aio
Ient et sous la protection dui bre d'une institution lelle que sendroit. ii,; mot iel ,t. I ,,m,,e
r ,' i. I fl Ol| ,,,en.roit. w ine I i. I., ,- '.
Chel et du Gouvernement rPElise ine sauilsat re ulne ividemment. c.a h.iit lel chose qui faisail sctulriri 'rs-
NW qu'on v touchail... I. hemI ,( IIuI,
howsme, comme le hitip die la
!ATT NTTION Fable 'qui s'aperti l que le cIt. ,
1J -.i ... e1NIe l to erdu chien lMail pel. prtl viti son
LA VDETTg a PANTALttoN GUI BEAUD.[ partira bienlt6t pour parli. 11 avala son hock, rIa le
J6rtmie, elletouchera les ports suivants : comply et fila, ne voulant .oi ..t,
S LoAne, Grapd-Golve, Pelit-GoAve, MiragoAne,Anse-a-Veau, pour uneminute ij plali i r,'re
Corail, Jr6mie. ernellewent if ir rin c.liatc
RIeI renartira nour la Ca it. atle l ln .i.. .n r.. n o ariv, A 1 o m. terril' .


11- I p p p eli tll, mallm(lell ma1-l'l ll l a
Jeremiv, et touchera par les mnues ports au retour. La chaloupe
prendra des passagers seulemenl.
La dnte du depart sera fixee prochainement; en attendant, leI
passagers peuvnlt s inscrire au bureau de I'Agence, No 104, Hue
Bonne Foi, en lace de I'l116tf de France.


Prix du voyage
Port au Prince A LAogane Or 1.00
a Grand GoAve 1.50
Petit 0oAve 2.00
Mira Ane 2.50
4 Ase-i-Veau 5.00
Corail 7,50
JEiwtie 10.00
Port-au-Prince, le 8 Juin 1928.
Francois LETELLIER
-l l _'II I I Ll I l _


excnse ises ;s': '
line et ld'mins, ,.,
On peut s, i
I'incident ,n
geuse; il a : ;
avoir,; i la l que, son Chel,. ipip
tementpar le I' -, ,i \t ie
Gouvernement de la I H u-
bliqbe, il laudra; qu le I t' re
Mond6sir se s.)ii ncilt on
renotace a exerver sii\vt les
canobs de I'Egli'e et les clau
I ses di Concordat les devoirs
de son Ministere.


'1*


- ?W .


W"p 1'?
WE..
9


I


_


_ ~JI_ -- I


__ --


___ _I~_


_ I--- --


I1 I I I I'


1


l









I MATJN 15Jniu'1928


DERNIERES Nouvellei

de LETRANGER
--.


w


Les prochatnes 61ec- La situatiei politique en Allemagie
tons pr6sidentielles BE13ELiN- Le cabinet de coa-
aux Etats-Unis litior, qi avail A sa tate le Dr
Wilhetm Marx, a remis sa dd-
M. Ihuoser ,era I' randidal mission au president llinden-
riTpublirain burg qui I'a accepted. Le presi-
dent a rappel I ancien chance-
les deux rounurrentsh sront done ; lier M. Hermann Muller et I'a
Smith e lIlower charge de former le nouveau
cabinet.
KANSAS CITY- D)s I'ouver- I
ture de I'audience,il d(vient dvi- Lt, tornade dasila rgione
dent qua M. Herbert Iloover, se- di Nebraska (ILL.)
cr6taire du commerce,avail tou- LINCOLN (Nebraska)- Le sud-
tes les chances d'"tre choisi pa- ouest du .Nbraska a gravement
la du part r6pub)licain A la pr6si- qui s'est abattue sur la coutroe
dence de lia Ipublique. La De- hier soir.On n'a encore que peu
IKgation de Pensvlvanie, sur la de details sur I'l6endue des dt-
suggeslion du secrtaire Mellon, gats mais on signal dejA 21 per
se'prononaa en laveur de M.lloo sonnes blesses et plus de cent
ver. Aussit a:I.reLs, le chairmann iimtneubles detruils ou grave-
Butler, du Comit6 national r6pu nment endomniag~ s principal.
blicain, annonva que son vote ment ai Maccook.
irait .1i M. Hoover el il conseilla
A ses collogues de I'ltat de M s- firike les ouiriersde tabar:
sachusetts d'en taire autan:. La Ce Gredc
Convention n'a pas essay do r, 'ATHENES-. Les ouvriers de
tenir la candidature de M. Coor manimtatures de tabac d'Ath6-
lidge. Toulelos. un hommad a e i se sont mis en grove. Dans
Wtl rendu au Pr'sident par I vs6 R1sieurs villes leuir exemnple a
nateur less, de I Uhio, a laT cn- 1 uys uvie ila greve pruclainee.
clusion d une course allocution.
La nouvelle de la venue dans Vers la stabilisation
leur camp de M. Mellon et 'de du franc
ses 79 d(ligues ainsi que celle PAnts On laisse en'endre
de la capitulation de la d61 ga- dans Its milieux office's que les
tion de I'ldahn, dirigee par M. inea.ires du Cabinet Poincarn
Borah, s'est rapidement r6pan- se sonl mis d(at co d sur un plan
due parmni les partisans de M. I deseinbleI pour la sabilisanion
Hoover. On a anionce que M. du fianc.Les details (le ce plan
Butler el ses co-dli.lgues aban- scruient )prsentls au Parlementl
tlonneraient tout espoir de voir a la fin de la semaine prochai
NI. Coolidge se reprisenter et ne. II resterait quelques ques.
enfin que le New-Jersey s'ttait lions A regler, mais la prilnc pa-
dtfinitivement d6cidl A soutenr le diilicult6 qui elait I, diverged
M. Hoover. La majol itU est done 'ce de vies des imembres du ca-
vssurpe ai M. lb over. bI |net. enire eux sur 1i quesl1io0
Le Comitl des resolutions pr ,de priucipe se tiruve ainsi avos I
pare le programme qui sera p 0isprue.
sent A la Convention national
r6publicaine pour y ire approu Dans la Chine trouble
v6 avant la nomination des por- MNrt idli graoJ rhel nerikIle
te-paroles du parti.I.a question 'roRKo Le minis re de la
de la prohibition sera une des guerre jiponais etl avist au
plus'importantes discutdes par uitd lhut de la mort du mar -
ie coinit. D'autr- parl. le s161- c. l cIChang Tso Lin,gouverne,
te'ir Reed Smoot, de It'Lah, enl I a \iuaaich uri et ancient d
coll iboration avec dautreschelt llteur tie la C ne du Nord. i.
de part, a demand une"Jap))lI- ,vail t6H bless par les oc .
cation rngoureuse d Ithe atn- dutne bombe lance sur le tra
dement.Le senateur B )iah. tic (Ul le ramenal de Pekin dp e
I'ldaho, s'est prononce pour I .s .,ill bdication.Le markctial Vei.
vice-president I)JWei. ,i onne llsi Sian, gouverneur de Shan-
cantlidat du parti r6publicain A si,commande mnaintenapt ~6kin,
la vice-pr6sidene .. il announce qu'il y maintiendrait
P.\AIS La Convention qui Fordre ella tranquilhtiI.Le gou-
se lite-t actuellement Li KansaIs vernemnent de Nanking s occu-
City soul6ve en Fratce un graa I ir de rigler les quedtiun ci
intlr6'. Tous les jo)url'aI;ix i' vI ". l, ut,rll tie d Yell Shi ShalI
p.iis contienneni tie loaiig :,r li- ,ie. sc.rxiall que pour la derle
Ctes sui la situation. vt:. i a legion de rek ii-Tiei
Le d seastre de l'It alia)
Ali ser'oiPl' dte I'aiuipiive Les grands coups d'alle
I)ONi)tl.S- a duchesse de
NM()SCOI' IA iteahu Ir ise- Redil.ar elt arrive A Alep ( Sy-
Lih ce ,,Maliiimn, (litcri *\i kaLin- rit ). vile !i IpaiCoui U 22Jd116'mi I';
eIl pour cs..s r l'.i!l.in l 'c e%- di( s >in vol ti ll)1 n1i i'S jus
qtuip:s -, tI 'r:i l "t > ,'.- lii .: ". l'Jil I i'tle.
in i:rt l,r,. l I. l,- Kr.> 110 ) .\li.T :'IFLl)- \hM ile
.oi 11 I .it is 1 1 V i T ll l ttle s


SIM I ill I, r .i t ;l',11 ,'111 AI ll > it i
llitd It tl l.
II.l I1) t )1I- Le cf pi ,ie
Iliser Larsen et le lictieii,ont
l.ielz7.owv Holm, aviateur.l nir' e
glns, pr)le' pilenilt etii dntic iiierl,
pri' ialilJ s t l o r all, r :nai -
t0louirs des nleliiit .res tic fe luij).,-
gc 1te Fr lllia>.
PIS' lta li ) I'll hyII, o I ie
a' t l eliiin ii a li i I i /.-
I Ilk-it .hl .t' Il I i i .


21) tc' siti il l elis le 11i,0 oplan
( t C)loh lii'i ,, lans la d'rrt.lioii
,i .' la Bli ale iGriace ( Terre-
Neit e. ) ; c'trst sia diuximine ton-
Ilive tic la traverse de I'Allan
tiilque.
MOO 'lSVIL' E ( Caroli 'e dt
Nord ) Le caplaine E'milio
Carranza a et0 oblig. d'alterrir
a Moorsville auiourd'hui A cau-
se du brouillarl. II a repris son
vol A. 1 heure "X) eel apits-midi.


BAIED'ES TnaiASSL.s ( Terre-
Neuve )-Le monop an ((Friend
slup) a essay6 trois lois sans
success de reprendre son vol
dans la Baie des Tr passes au-
jourd'hui.


Varieties.
CE SOIR -
Match de.Boxe'eatre le jamai-
cam Jack Campbell 128 livres,
manager du lameux champion
national: Thomas Guerrier at
I'haltien Snowball 139 livres.
10 rounds et 2 minutes. Arbitre:
Monsieur Henry.
Entrie: 2,00; Enlant: 1,00.
Les 10 pemniuires rangees 3,00.


A: Conseil d'Elat
Avant-hier, le Conseil d'Eltalt
suspentdant I'ordre-du-jour de sa
seance, a rec;u le dpl6t fail par
le Secrilaire dElat des Finances
d'un project de loi sur I'exporla-
lion (les ligues-bananes. Le pro-
jet, ayant banfeicitde rurgence,
sera discut i a la seance d'au-
jourd'hui.
Puis reprenant son ordre du
jour, le Coiseil d'Elat a vo'. le
P''Ict lite loi autoriisant la venlt
pa. T" ';it a hi lii,(Ique N.atioi ';
ei h lh i) li(dtque d'Illaili 'atin
Iproplri e'. SIso, Quai St-Louis
iiti C;,p-Rltint Ii. EnisuIle. IK ItlI
a lI discuss' on ii project de loi
conitcr-tr tilnt l'r'chan.4 de i) lroprii
It's ili .:,l)-li-Atien, entire I'Etal
et M1. CUsar Jonas, I'Assenmbln e
i itjge tql II y avail iist ullisone.'
de reneignements. liin con-iS
q(ueiice, Ic rap)porteur tie la Setc-
1l111 charge de I'Mlude du project.
\1. Josephi Lanoue, a htin 1 lt.
iuleIe rvIvoi du project par dle-
vant la Sction.'Ce qui lu taiopl,. .
En dernier lieu, Ie Coinseiller
Emtin nufel Cauvin a houttlif l'i
IAssenib)lte ulne proposilroli de
iii Itenildnt accordvr le privi-
16ge aux creances de la Comi.
'iu1e pour taxes, iiUl)oIs et con-
Iribution(s. Ce project a el e u-
vovf. I l ude o(e la section ap-.
pelhe A en connal re.


I Parisiana
,. CE SOIR
fL? A lanaison du Nyst re
(Suite)
Entr6e: 0,51; Balcon : 1.00.

Hier
... 4outes les paroisses de Port
au-Prince ont c6,lbr6 I'Octave
de la Fete-Dieu. Dans les quatre
paroisses, plusieurs reposoirs
avaient 0t6 dresses ; les dais s'y
arretkrent et .Ia Bsnediction du
Tr6s Saint-Sacrement fut donn6e
A la foule.


Demain
un group d'acteurs de LA
R AIsN.ISNC. donne, i Parisiana,
une grande hWte thl'Mrale au
profit d( s victims des r¢es
mnondalions tie .lacinel.
Le programme comporte une
comindie, Grimaces matrimonia-
les et un drame La Fille de I'Em
pereur.
Les bovs-soiils de la Sealinirle Club
... s'eilraliieront detain, Ai 8
lieures du inatin, i la Place Ste
Ai.ne.lls executeront divers mou
.tV nlile i l Lsem'in l) e avec i rl'a-
peCJX et eti's .slgni;i. avtc sec
i 111 lo: C tc du lres le sysitein t
Morse.
U serenwtl dies vuljations ltre.
inLc s re s s.
Lh. FI'r hdu SacrO-Ciur
... seci c lbrice, nujourtdlhui,
dails toilt' no0s glises.Au Sacr6-
i'tiur de 'Turgenu, prredra fin
h1: mismioj prbeihe par les e16-
leiniplntrisles. II SlCn p)roc(dd A
I'l augiuraii on el .l ia b6ndi -
Iu1i du Cilvaire brig6 pres de
I't~gie.
Mason & vendre
Bonine mason (de 4 pikce
au a tois Verna A proximity dn
Clihmp de Mars.
Excellct.les cnlitionis.
S'adresscr an bIureatu q(n
Jo-irnal. I


Toutes les Polices


a DE LA





*KOIE INSURINCI

,IComprennent la Protection c

| Foudre sans auGmentation



SEug.eBosse


k AqenIs Geineraux

go am-,1am &&wM


Peur avoir uoe I'es
vyloutif*


L'usagei(rgulier de la I Vaniihing
Cream Exelento conservera vtire
teint au.ssi doux et aussi t atinb
que celui d'un bb6b.
Nous le garantissons!
L'EXELENTO
Vanishing Cream
Est use crAme sane grais-e quo
la peau absorbe. Elle nouritl Ia
peau et em;.Ache qu'elle so IAae,fe
ride, se dess6che ou ne devienne
rugueuse. Elle conserve la peau en
oarfaite santl.
Procurez-vous aujourd'bui un
pot d'Exelento Vanishing CGeam ;
tn vents chez tous les drouaistes,
ou directement doe nous sous garan
tie,comme vous le pr~I6rerez.
Ecrivei nous pour avoii un tchan
tillon gratuit et uu hvre de conseils
pour la beauty.
.-EXELEN Fr, MEDIiINE
S COMPANY
-= ATL\NT4, GEORGIA l S.s.
Agents demands pour tous pays
Ecrivez pour renseioemaaets
.. ..


wontre la

de taux




oc


- .


.* -- .. *-. -<&-


A. de Matteis& Co Representants pour Haiti


- -N.`




-'C-.4.,


.1*


*,* C '1'. .* ~ C-'..
U *' ,~3wJ.
11 -- y
0 ~ *
*~~0,


41


*%i *~1 7


k


FAGE--2


CONSf lo ~WTUXPrtM e
* A^ffPrkMA UA SS t. e


--- - -I


-C -.x ~--n~T-e


Pt I II


II


1~8~9


\
I








226me. ANN.E N* 6417
Port-au-Prince
t elphone: 2242


Le Martin


PAGE -3

Vendredi

15 Juin 1928


LES LIVES NOUVEAUX


SPetales

et Paillons'
D)E
JUSTINIEN RICOT.

*Un critique, p.rlant du pre-
mier recueil de vers d'llenry
Bataille, dit : C'est un petit
livre tout blanc, tout tremblant,
tout b:ilbuliant . Ne pourrait-on
appliquer cetle phrase aux Pt-
TALES ET PAILLONS de Justinien
Ricot ? Le potte qui a rassem-
ble sous ce litre sa gerbe de
fleurs, sinon rares, mais choisies
et tendres, no cherche A ratfiner
ni son esprit ni sa sensibility. I1
dit avec une sincEritN entire sa
vision des choses. II ne s'appli-
que point A eprouver ce que les
autres n'eprouvent pas. Son uni-
que aspiration est d'atteindre la
vErit6, et pour y parvenir, if ne
pKrend pour module que la vie.
El cette intelligence A ddcouvrir
!a poesie quotidienne donne au
jeune auteur sa marque person-
nelle. Notre litt ratur e, qui
compete djAi tant de recueils de
vers, si elle voit s'en augmenter
le nombre par la publication de
PETALES ET PAILLONS ne lera pas
mauvaises mine A ce nouveau
venu, puisqu'il I'enrichit d'un
doux frisson de sincerite emo-
tive. Le Doyen de nos poetes
(A tout Seigneur, tout honneur)
M. Louis Borno, au vers ample,
rPagniflqueet lyrique accueil era
Sunbe bonne poignee de mains
I'ecrivain de PfTALES ET PAIL-
LONS et, d'un geste courtois, lui
indiquant l'troit banc place
dons la Galerie des poetes. lui
dira : a Asseyez-vous y I ) Tout
aussit6t Leon Laleau qui poussa
en ces derniers temps de si
beaux cris d'angoisse et de sen-
sualil inquiete, parce qu'il out
LA FLI:CHE AU C(EUR, tout aussi-
t6t Leon Laleau accourtet donne
l'accolaue A Ricot en lui prisen-
tant force compliments. Mais on
entend un bruit de pas. Cest
Georges Lescouflair qui s'amenu
gravement, tenant dans la main
un exemplaire de SIMPLR ALBUM
et, regardant Ricot qui se pir-
lasse sur le banec des Muses :
a Je salue en loi un vrai Wrere;
teuillette mon SIMPLE ALBUM...
Dis, n'avous-nous pas la meme
sensibility? le meme mode d'ex-
pression ? Tes vers el les miens
sent des flours d'un meme
champ. Ton succ6s est aussi le
mien v. Justinien Ricot sourit et
approve.
Devant une.pareille mantles-
tation de sympathie de la part
de ses pairs, Ricot rassure sut le
sort de son recueil, laisse les cri-
tiques en parler A l'aise. Bien I
Profitons de la bonne disposi-
tion de ce poete. 11 y a A peu
pres une cinquantaine de pieces
dans PiTALES ET PAILLONS. L'au-
leur, come nous tous, a jete
ses tilets dans la grande mer.
Les files lui rappurtent des
masses de sable avec quelques
parcelles d'or. Le sable, c'est la
parties more de I'euvre. Les
grains d'or constituent sa reelle
part contributive A notre littera-
ture. Dans le nuombre des pieces
du recuetl, on peut en trouver
quelques-unes qu soot Iranche.
mnient venues, telles que uJuilleta,
la dli ise enzssaireo, uDoux chA-
t ment)), Souhrrunce,, La Jan re
Stiore el "Nocturne .A n'en pas
douter, le morceau intitulE :
Rose typirante ( page 47 )est
la piece d'anthologme, une des
pmeilleures sinon la meilleure de
PkTALES ET PAILLONS. L'auteur
est 1a en entier dane ce petit
sonnet comme tout le bruit de
I'immense Ocean se trouve con-
. tenu dans le coquillage quon
vot sur la plage. Pole tradi-
tionnel. Pas d expansions dEli-
ranteset emphatiques. Nul souci
de strophes sonnantes. Pas men
me 1 orgueal de la rime rache(un
peu dascreditte entire nous de-


us I'abus que'en ont fait les


Pirnassions ) Justinien Ricot
cherche A traduire sea impres-
sions du moment avec 'es mots
les plus simples et dans des
phrases qui ont I'allure d'une
causerie distraite et discrete.
C'est un balbutiement -gentil,
qui n'a rien de prosaYque, parce
qu'un lyrisme inttrieur en mo-
dule I'expression. Ce po6te, dans
ma modestie, ne veut forcer son
talent et ne pretend point A des
dons qu'il n's pas. II s'est com-
pose pour son plaisir et pour le
n6tre un agriable et frais petit
jardin, ou il s6me 'des violettes,
des pAquerettes, des dahlias et
d'autres graines de fleurs. II y
plante des rosiers qui floeuriront
de roses blanches et do roses
expirantes. II troupe IA le decor
de ses po6mes at le principle
meme de ses emotions. II s'en
content et traduit ses impres-
sions dens un style sans r hto-
rique. Ce poete a construct, sur
la colline, sa blanche maison
avec des pierres et de la chaux.
On y voudrait seulement deux
trois blocs de chair saignante et
souffrante...
Nous avons parle plus haul de
la a Rose expirante a piece -
type du recueil. II y a, ans PN-
TALES ET PAILLONs, de charmants
quatrains et de jolis teicets
come celui qui finit le mor-
ceau dddid A Normil Charles :
La Gilire viol un jour [rapper A la maism,
Ses mains elaienl de pourpre et de laurier
Slleutries,
It d'un gele ample, austere, elle e a ceint
|ls [ront I
On peut glaner d'autres beaux
vers come celui-ci:
Le loahear,psise d'er dei les bleus det la vie...
Ou come celui-lA:
Je rate o risseunal des bleus matins d'vril...
On comme cet autre qui me
paratt 6vocateur et rare:
Silence de la nui, 0 Uvsltre I 0 Irasil...
P9TALES ET PAILLONS torment
dans l'unilt charmante de son
ensemble une gimable et douce
aubade. On dirait un chant de
violon ou de guitare qui s'6-
l1ve dans le lointain et qui
arrive 6 noire oreille pour la
.bercer do sa m6lodie,. Non pas,
certes,de ces violons superbes
et perfectionnAs don't so servent
les artistes I Mais un chant qui
semble provenir de quelque
banjo ou d'une de ces courges
traverses de baguettes et ten-
dues de deux A trois cordes de
rafla, come en manient lea
griots de l'Alrique, dans leurs
heuresd'kmotion poktiquel Lors-
que, dans les grandes nuits afri-
caines, les toiles brillent d'une
bleue clartd; que la lune rdpand
sur les choses sa reverie im-
mense; que le silence est si pro-
fond et si subtil qu'on dirait que
la nature entire se recueile
pour prier, on voit patois un
pauvre negre, pouss6 par IEmo-
tion devant la beauty du site
grandiose, d6lacher de sa hutte
une guitar primitive faite d'une
courage tendue de deux A trois
cordes. II se met A tirer de cet
instrument grossier des modu-
lations ravissantes, qu'on pren-
drait pour un hymne A la nuit
pure et belle. Celte m6lop6e
naive, montant dans le silence
religicux, est si captivante qu'elle
6nieut quiconque 1'entend, le
harbare come le civilise. Cet
hymne semble A un moment
dlonn6 la voix meme de celtte
grande terre aflricaine qui se
reveige alanguie sous la caresse
des etoiles. On en vient A ou-
blier I'etre human qui traduit
par le chant de sa guitar les
pulsations de son ccur. L'hom-
me et la terre alricaine parais-
sent s'identifier pour donner une
voix, une expression A la nature.
Sans doute PETALES ET PAILLONS
n'est qu'un imperceptible chant
de notre terre tropical. Com-
bien ce chant serait encore plus
pregnant si le poete s'6tait mis
dans une plus parfaite et cons-
tante harmonic avec I terre na-
tale, qui parlerait en lui et par
lui. De tell sore qu'on pst dire
de son recueil que cest il cri
de notre sol qui s'Achappe vers
le ciel .


Duracint VAVAL,


GENERAL
CORD

Pour reduire le cocit d'en

tretien de voire auto ou de

votre camion.

Pour obtenir contort et

securile employee: lespneus

GENERAL.

En stock chez

1. CONSTANTIN




La grande pitie de la

chapelle de St-Alexandre

*La voix de -'Aieu

La voix de lAAieul
--. -


Bien cher Direcleur,


en remtontant A I'origine du nom
' donn A 1'endroil.


En lisant la petite note de La grande croix qui surmonle
NOTRE (EIL au sujet de Ia pres- le grand carr6 en moaonnerie
sante nEcessile de penser A la placE devant la chapelle rap-
chapelle de la Croix des Martyrs pelle I'emplacement de la fosse
qui menace ruine,le me suis di- commune oi turent executes et
rige par IA, et je peux affirmer enlerres les 50 rigaudins que
qne ce n'est pas un seul ceil qui Dessalines trouva dans les pri-
a vu. Deux yeux, qui sont es sons de Port-au-Prince, A son
miens, ont vu et detaill lI dit retour du Sud, spr6s le depart
peril, de Rigaud.- Bazelais et un au-
En effect, Is parties Est du petit Ire prisonnier turen! les seuls
edifice n'exist* plus par le tr4s Iigaudins graci6s par Dessali-
mauvais 6tat des planches dont nes.
I'ecartement entire elles, permet Les petites tombes en briques,
A I'eau des pluies de penitrer qui sont partout dans la dile
jusqu'au centre de ia chapelle cour, sont cells des blancs ext-
quand il y a bourrasque. cuts par la vengeance populai-
Le grand tableau deSt-Alexan re.
dre est menace ainsi que les au Un fait curious, qui mdrite
tres tableaux que la vieillesse a d'arreter I'allention,est celui-ci:
estompes. La vieille gardienne du lieu,
Aupointdevue archologique prteund que cheque nuit, une
ce vieux St-Alexandre merite voix, sorlant de dessous terre,
toule la sollicitude de la Mum- demanded au public de penser A
cipalile, A qui revient la respon- la chapelle qui protege les morts
sabilit, du conltr6le des oeuvres de la cour.
d'artqtui torment Is arichesse d'u- Nous pounrions croire A une
ne cite : ce tableau a 6 pieds de invention de la gardienne pour
haut sur 4 de large ; le saint est en appeler a la pilti publique,
debout ; itl orte une tongue ro- si notre connaissance de N'his-
be bruie, et est coilft d'un petty loire ne nous pernnettait d'tua-
chapeau round. (Cette peinture, blir une coincidence :
quoique grosaiere, presque pri- Parnii les blancs exicults A la
initive, a une grande valour par Croix des Martyrs au inoment
ion Age ; edie porle le millisimne oi une division de I'arntiie de
de 1743. I'ersonne ne peut dire Leclerc attaquait le Port-au-
d'ou elle vientl. Elle a ete placee Prince, se trouvait le blanc
dans la petite chlpelle vers 1882, Brussan. C.omme le blanc Baus-
apies la construction de celle- san avail eu des enfants d'une
ci par M. Alexandre Brutus. I e in nte du pays, il cut con-
|laisons un peu lhis orique de fiance, et ne s'emlbarqua pas
Ja court de la Croix des Martyrs, comme tls autres blancs.Execu-


a r '


tW, il fut enterre dans la cour de
la chepelle.
Ce Baussan fut le pore de Rod-
u, Baiussan,grand'pere des lHBuq-
wan d'aujourd'hui.
On doit done he demanider si
la voix entendue la nuil nest
pas cell de FI'Aeul, qui ordonne
un de sea descendants. habile
architect, constructeur de su-
perbes palais, d'Mtre I'ouvrier
qui pretern son concourse A Is
refection de Ia chapelle qui pro
tege ses manes.
Lautre arri.re-petit-fils eat
conseiller de la Municipalit6 do
Port-au-Prince ; 'est-ce pas lui
le financier d6sign6 par le sort
pour lancer les lists de sous-
criplitas, taire la propaganda
en taveur de la vieille chapelle.
jusqu'A la reunion des mile
gourdes, qut sulliron'.peut-6tre,
pour la rkalisat on du viru ex-
prime, non seulement par les
morts, mais par les vivanits qui
s'intkressent la Croix des Mar-
tyrs ?
II est A esp6rer (ie (ieorges
et Edouard Baussan r ,pondlrout
A I'appel de leur aicul, e q(u'sil
prendront sur eux de( lancer une
souscription en Iavei'r dti vieil
ddilice de la Croix, des Martyrs.
Bien A vous, cher Di)rccteur,
de tout cour.
L'N 1ASSANT
I---
La press et Ie r61e
des gouvernements
Ise saime a pprmialiou dui .qeural
Primo de ihera: t II tant sur
veiller celle feele de propagande.
dil-il, qui est responsible deleus
Is man que nous regrelons.,
Le gin6 al Primo de Rivera
a annonc6 i I'Assemlhle na.
tionale espagnole qu'il s ou
mellrait la p esse :i un regime
particulier.
A cetle occasion, lechet dui
gouvernement public, dans la
NACloN, de longer's dIclara-
lions, don't il est intercssant
de reproduire le passage ci-
dessous qui content de gran-
des verites:
I Personne,dit le president,
ne consentiraitl a entree quo-
tidienne dans son toyer d 'u
prkcheur d agitation qui s -
merait dans la Inamille des in.
q ui6tudes d truisant le pres-
tige indispensable pour I'or-
dre et la vie sociaiec.
SL'egalitc t.es d oils Ipoiur
propager uine thio i ni 'lch-n-
que est aussi line li.ivtt (.c-
cepl0C seulemcnii aux leimips
de dkcadence...
))Si nous a111 ivolns i Inous
entourer (I' ie p)it'sse cons-
ciente die ses dev'oilrs Cl tide se
responsabl)ilitls, wis utlons
iccomlipli li iiiIoi'm 1in In plus
heLurcuse. Si, nii ( fl Iniis Ies
manx que (nns Ieg Ht' tlis dc-
puts un siltle, ,iit (Idus ii la
pelitique, c'est pare qtie i0ost%
avons abandon' i iolr lde-
voir leIc lus ~iiclmitailt.. An
lieu de surveillhr cilte < >le
de i)roi)pIgund I. ils ;'IoIlis
conisetiii a (c ce (Iqule st lou iiitl.'I du chewin dl n I)it11 et
mIeintl s S leclu .s p';ir les t')-
ticis de I'erriir a i t\.r.s Is
passions et les inquieltiiides.


TELEPHONE : 2081


ANCIEN BAR DIXIE

Service


RHUM de BARBANCOURT***,

Passez au BA TA CLAN


r. *
;. . ...*' ". >


'


S
w "t ,~j


de Jour & de nuit


_ __


__ __


- -- -~


* .. % .-


-CL






t'.\(;I" t


li Parisienne

S i m - --. I ___Iii_


LE MI \IN -15 .luin 19'.


B omme Iexi nce I de, la mode

consisle a s'habiller et seichausseri

avec la plus grande.616gance,nous

avons le plaisir d'aviser notre

disIinQu e Clienille que nousavon'

recu recemment les derniu.1e s

modes de costumes et le.s de:nie-

res modes de Souliers,des' fameu-

sesmarques ((Richelieu el f Pa..

risiel ne .


Marque TRIANON

En achetant dans celte Maison,


8__


Cordonerie nt-Cael
Graad'Rue No. 1722, A cdt6 de la Post.
Mwdemoiells, M daues, Messieurs,
Si vous voule avoir de chaussures 6idgamment faites. Adre-
nz oea pommandes 6 Monsieur Hyppolite R. JEUDY sp6cialiste pria-
cpalemntot pour tle chaumuree pour Dames et oon trouvera toujour
go grand et beau ausortimeot pour ho nnei anstants et beb .
Aual vient d'arriver la f4mouse marq-e de cbaussure 4e
*S mB pour dames, dercier er1 do Paris, da toute tralebeur t
dalout. b.a't6a et Ia marque a.?ulhiau, deroier cri do New-York
poor hommes.
Accourez-y Mo,,demoisedles, Madames,,ossieurw, une visited s'im-
PON
"A


vous jouirez de votre argent,notre,

devise est: Progres, confiancebon ALLUMETTES TORO
A VENDRE CHEZ
accueil. B. & N. SADA & Co
An MI&ALdWWk ft W4-4P WIkME M-C V%-


LA PARlISIENNE
Angle des Rues des miracles et Orand'Bue
Poit.au-prince.


PNEUS -E TUB- E
PNEUS ET TUBES


restone


Notre stock d- Pneus &' Tubes
complete.


est baintenant au


Pneus 4$ lubes por n'im-
porte quelle voiture ou camion


en d6pdt.
Rappelez-vo's qu'il n'ed' pis "'do toout


Aconomiqut


de mettre un vieux tiheq danq itn prilo nl'f.
Les Pijeus [heavy SD'I(y Firestone sont dleidompnt
le, mneilleurs
Le amis de Firestone sont toujours contents de maes
"B ioeus, Tubes et Patches. .

L. Preetimann-Aqgerholm & Co
AGENTS GENERAUX,
-- .RUE DUQUAI.


LIFEBUDOY
le Sayon J
pour la SLiute
Lavta re h A).. ih6buin. MA4m.. U.S.A.


0,0e


b Now" AMOO- o- -V 940 a...;r mail a

ALUMINUM LINE
new-Orlau A South America Sleambip Company Ise.
PUOCHAINS DEPARTS DIRECTS POUR PORT-AU-PRWCE H AITI.


I .
pour


bteame laissera lew Orleans le 12 juin rt,
&Port aue-prince et les ports du noid.
P -.. *en1 a I a -.- LA


,, # -my t-iu ,i IUO^ q ]mu1 lilt,
a a* r nce. ,'
A. de atteis, G&ta
ekwsm ~tNIRAmUZ


, O ..


4


. .:
" 4~


,. .. a,'' "" . ,r + 4. ,
4 ,, q" ,* S.


* *t.


- .*.w.. -
'I
I


- ---.-..------. -


La chaussette "Holeproof Ex-Toe"
Dure de 3 a 4 fois plus longtemps!
U NE nouvelle meihode de tissage donne un icnforc-ment consil
derable ila poinlte et u talon et fait de la chauuette "Holeprool"
une chaussette qui dure slors que la plupart des autres sharques soot
deji usde. C'est pourquoi *"Holeproof Ex.Toe" peut atre con-
siderie comme faissnt de I 4 fois plus d'usage.
Lea measuiurn pritfrent "Holepoof
S.-Toe" parce que cette chaeusm
efre en mime temps qu'un lustre soy-
eas et discret, una durs d'ugee tras
avantageuse. Nhanmopn "Holaproof
Es-Toe" noe cote pm plus que Ia
chauseette ordinaire. Demandnes"Hoal-
proof E.-Toe" at edges Is marque.
Is I ts da M toat I' 1boss xaiuZsiu.

Mohr & Laurin, agen +
BONNETrW
Holeproof
Ex -Toe
k^ ^ HoieleroofrHelryCo.,MIIw*kes,Wi(.,U.S.A.
.a 5 ines d'elprience dua is afbrkcatun
da bonneteri.


*
-. .4


4.


I" I


SF.


.r,.r to


_ _ __


,,


I?".-





Remerciements
=Mr Hugo Keil et ses fits Hlugo
et Seymour. Mile Sidonias Keil
sinsi que tous les autres parents
*t allied remercient toue les arnis
tant de Ia Capitatl que do la Pro-
vince qui ;leur ont, donn6 des
prouvea de sympathie i'l'occasion
de.a mort de leur rigrett6e
5 Mme Vve hugo Keii
leur mere at grand'mbre enlevde
prdmaturdment a leurs affections
i Juin could, et les print de
croire a leur profonde gratitude.
Port au Prince, le 14 juin 1928.
Mr et Mine Ph lippe Bernadel
et leurs entants, Mr Ernest Ber-
nardel les demoiselles Cqlik, Is-
m61a, Julia et Eug6nie Bernadel,
Mme Vve Montesquieux Berna-
del et sea entants, Mr et Mada-
me Andr6 Cadet et leurs entrants,
Messieurs Job et Leroy Berna-


jHUIk








(Jnedes

Scanadie



I '4


s'A


del, Melle Marianne Bernadel,1.
et Mine Jkr6me Dermaret, Mr et
Mme.Laurent Desmaret et tous
les autres parents et allies re-
mercient vivement tous ceux
qui,tantA MiragoAne que dansles
autres villes leur ont donn6 des
tinmoignages de sympathie A
i'occasion de la mort de leur re-
grette grand'ptre, oncle et cou-
ktn
Tancrcde Bernadel
d6ced6 A Miragoane le 2 juin A
I'Age de 76 ans et les prient de
cruire qu'ilb leur garden er re-
tour un profond sentineont de
leur plus profoude gratitude.
.iragoaiine, le 15 luin 1928.
tPhlat611o
Philippe STERLIN ( Port-au-
Prince, Halti p demands 6ehanges
timbres-poste avec Philattlistes de
tous pays.


LA CHRYSLER "'7" PIEND D'ASSU-\tT


'OUS LES AUTOMOBILISTES


Pius longue, plus large, plus raliide, plbs
I uissante encore que la lameuse 70 Un
nouveau moteur de six cylindres, Le vil-
brequin sept A paliers muni maintena.ui de
contrepoids, assurant une acce6lration plus
velouthe encore. Moteur maintenant n:onl~,,
lui aussi. sur caoutchouc. Vitesse plus 616-
ve : 115 kilo.netresA l'heure. LUn empat-
tement plus long, des carrosseries plus
spacieuses, et plus 6legantes encore. Des
reinss hydrauliques, A i'action uniform
sore et puissante. Allez voir chez l'Ageiit
.les nombreux et splendidesmodeles. Mettez
Svous au volant, sans frais pour vo s el
sans obligation. Voyez aussi la CHIt YSLERI
.,". *80 et la 62-des voitures de tous types et
t : de tous prix!


DISrTRIBUTIUR
Plort-au-Princc


;urance Co


plus fortes companies

nnes d'assurance sur

Ia vie

in LIka KlCCA A i


4-.


La Boisson connue

dans le monde enter
EST UN

RAFRACHISSANNT'
ET UN


RECONSTITUANT

FROID
EAU HINERALE WHITE RO CK
GINGERAL WHITE ROCK


Le scul Ginqcral tail

d'eaugmineralc pure

des Sources .

WHITE ROCK
DANS TOUS LES MElILIEURS H1OTEl S,
CLUBS, CAFS ET RE.STAUlBANTS

Mohr & Laurin
Distributeurs, Port-au-Prince, llaiti


Le GouAu "3 MINviBs"







Different
des Gruaux ordinaires
Ie GCUAU 3 MiNfTrs, do prov.
nones muthMBtique, ot tout & f it
diffdret des Gruaux ordinairw.
Dij& suit m Moulin pendet
hourMe des des fourmoux di
Su6dols, o'set-l-dire saus fe Ui
sufit exactment do 3 minutes d
euluso complimentaire or votro
pol6, pour fair d6velopper dins
I dreuan is svour d'uennde, eL *p.
pr6ei6i de eoanaisseurs.
Im Vest. d0a toutmt Ie boame
Spk'lesl


BU- V

Pour IL
sez vous a .


i)U ILAITI
l'lacc d iC la iix


1 .1
|5 fttf8 iNMJiESlq

AN9MtS IMPUISSANTS
PANPVISWES
MALADES des NERFS
To* stesd~prtmta Vetre app4t a diepera,
m ouI paiseI dies ult4 a&ti" Yout voyea
a aHut en notr. Vou mnu'4es do conflance
o* vouv mrnoes, ot % m6moire est robaUl.
I.&cellulp nerveuse aoent pas morts.eUs *st
P beast ffalcUe;readez lul a fore per
5ELIMIR ZIDAL
Sdu Cooteur OMNMIS
Gfk A 08 pullnt at4 Arataur. o
Roesntrarpido.n det vs noerf so cLmner, voUS
S doruo-7, I'a ttt et W.s (urcs rG
m i Strofhu'c~~~. idfim f d y t964r.<* ftW. ttlsti
0 offd mt mi t de I- 4. Jra si *S. dre. .f as
- r SALLES.41Bout.&2Go Jtbourg.PANIS
r', "A-- ',-,,"T I F.3 'JII Wv vf 11x 1
PASaR CAIEMENT ULS LONCES SOIRUES
""ETEREEPATANTs 's"iti
T AMUSE. t to 6ecididFIt
i t-SAITt FRAN AISE
ail" I nr^ ~ St 6- ", Sl I1K..... P*,, 9 .3(
ell I..Cvo'^c-2 r. NOt ft Le 1u1
I* P *^ ^ FC' CIE Me b Ut R I
h Va c ,ysquIne, Am,...eefnldi Soutusortes.
I g *yew"ntame" *Ia ported tou. drop eis..Ar tdplafre
^55*BSetiua8*crs,lryctr ce lirourdfmaoudetous atiters
I POUa >PPPE BDI S .UL ToGTI3 .3 DANCSr
************'***- *f* ***
^^ hMaHsprtom s~aavasesarsoitnnwnm
03 oITiuoiin xuM~ir t=56 DARS59
M011016 %=d


(G (I ; I;
Agentigeneral pour laiti.


..


*
*.


A.


'. iD.


i. 4.


* *


A \1VE)tiI
1'ie automobile )dtge i ,uut-
le 1928 en parliit 0Al.
Pour routes inilorinilions a-
dresser au Commaiiinainlt 1111Ai.
au Garage Tiavau\ I'u) ics ou
sonner 'Tngliiti ilu Di)ili iC
de Jacmel.
D).l .NT''1-A .S
S0ngenier d(u I)istrit, .lacim'1.
AVIS I'1II01liISS MI,
Maltre Claudius (Gaullier, anll-
cien Vice-Prksideniit duo T'Utlnial
d'Appel de Foti -au-Plrince a
I'honneur d'anntioncr loul.,
haitiens etltrangei squ'dl a iepris
I'exercice de sa prIOlesslois i i'a
vocal. Son Cabinet se tient Ito
visoirement rue Capoi.s No 20'


_- Bailev

Lait pur de vachle 0,50 Ile litr,
( () .. V ,, 2.) It' rv l re
.lus de citron 1,00 la bll 1l.
I luile de co(' I) 1,.'( 4
Legulmes conlits Ict Ibo a'l '
to-at prix.
I Figuc ianaiiy .(,i)n.st'I\" 2,00
1le pa( uct (d livre .
.oix d acaj(,u p:1.,, r' :,,))
la iivre.


A vendre
_,.Studcbaker ouring Six
(Duplex ) a )irco()il l 2,0)00)
miles: exeicllh' ncolidition.
prix tr&s raisolinail)le. -"
Appeler t lpliiphon ailtit;i-
tique No 2.533$, cnitre S li.a.i


ie public etlleccnime'rcu-.*n I tti.
culter sont a isa qu'a partir de ce
our It "1General Agentur I)er
IHamburgj Amerika Linie conti-
nueroseslatfaires iotis ht inion
social de
lnsjp ehion I11,r I, ,li/Ul P/*
,A nmerikal I m l .
A partird lit r. liii.l, ,,r"c
l(-'.14. e pasue!'t .-i< !.., t: ',-
I' I. U I I, e.
,flCV


FRANCK J. MARTIN


4- *


,i. .


__ ____ _______ _____


-------- -- II


_ I rr~rr


II. .! I --.-- II


S .-- ,. I II


- -- --


on loom


~s~ sx~n~i~;~n~Etl~l~uslC~ ~E


LE M.ATI. 15 Ju;in 1:.o


I


JLALLIJJUU va1


I'A( I. .


40mft ft -Ar.-Wo.. rs -.. 0,


f ', '





t~ .\(it~-


Un j)(lPOil d disloir
Pour li pre in", >. j, ;l i (.\ ) ; I, ) ; l;Il i..\l~
vient d'iCtLc tI(cs a

I* 'EL)DOHADO
Ie [Ail le plus h Ila nt de la AuipuYi .in..
Le Billard est le meillecur ties Sior ..
2 lillards de luxe 5 Prolesseurs a
LIi nmeilleure Crme a4 la Glace.
Le meillentr Clinmat.


Les Linletiirs les'plus lies et le fameux Champagne
T'elphone : 20:37.
F. G.\IIIAUE, Proprielaire.
i|- -,,


Vous


de


VOLuS


Mx.1t.


debarrasseriez


cc nez brilliant


LE MATIN -15 Juin 192


SI VOLIS


Pouvicz vous voir tell


(que


lcs


autres vous voicnt.


Ia Mousse de crTmrne que content la Poudre Tckal. I
la fait adhhrer A votre peau loute la journes
a d6pit n temps pu ie ,x.
Aj, ut zA A vetre ( poudre de oir
*p liude utn Peu do mousmede re-'
wue dit le Docteur GroBmand,le
,'rialisle parisieo du teiut, et
i' rs votre poudre tiendra touts
jiourn6e en ddpit do vent, du
-t ips pluvieu ou de la transpi.
ration provoqu6e par la da se at
-)us no erez jamais plus ennu-
,,e par an nez brilliant et te
palu juisanto La mousse de erg.
me empeche aussi i& poudre d'ab
q hier 1'humidit6 naturells do
is peauo, de la d4ssdcbor, ot par
O6me de provoqurdes rides
Ittse rende la peau rcbe et ru-
g euse et de produir d'autros
Stfauts disgraceou. Vous pouveo
vous procurer de la mousse d4`
creme eot un pulvdrisateur special
dns u 'impoi te quells bonn mae -
on de tout nitures pbarmacauti.


ques et preparer votre propre pou Ire ou vous pouvez obtenir de la
poudre de riz i la mousse de cr'me scioentitquement dor6o avse
d'autres ingredients prdcieoux poor embellir Ie teint sous Is nom do
poudre Tokalon.
jEtendez un aoupqoo de pou ire Tokalon sur votre vihag. Instan-
tanement Is brillant disparait et, on place, II rest one d6liciouse
fratcheur et uoe apparence douce et velout6e qu persisted durant des
heures entibres. On trouve la Poudre Tokalon chz tons ls ecom-
moerents.
-*- P -* -mmw---


LE PNEU


*


Gco. de LESPINASE
Port-au-Prince,
Agent General pour Haiti.


A vendre
3 Foudres & clairin do 1000
gallas chacun.
8'sadrer & la SOCIEFE
D'IMPORTATION GENERAL.
Angle do rues Courbe et Roux.


OUVRIERS E unploycs sol-.
talts fonclionnaires gagnez 30
Ir. par jour en vendant nou
\eoule indispensable touti
lumeur. E-r. Novelty 453 i.
Lepic Pacs.


QUI CONVIENT POUtl HAITI

La rood lear' Tirm and Rubber Co., a9ant eu des rapports peu
satislai-ants sur la duree des Plieu"s en H iti, se decide '
t' Voy'r un des M.embres de son D4partenient de Const auction pou'
Sestlaguer sur cette que: lion. .Sti le rapport de cet expert, deg
Pneus interchangeables avec les Tyres acluellement emp!oy6s,
m"ais de dimensions plus (jrandes et de construction plus solid,
"nt tA4 recompmandds pour l'uajle e d celte A~publique.
La West ladies Trading Co Aqent Gneral pour Haiti se ferJ
u4 vrai plaisir de vous dire si le pneu don't est quipe'e voire ma
aine est celui qui convient.

The West. Indies Trading C

Port -au Prince? Jacimel GonazveR.

Ct p- Hai-ien.


Ios Belfast Gingerale


.... ...... -.-...-a


I'ne nomination imen arcuillie
On nons 'crit dii Ci'p-flailien
rest avec joie qn1 In popu-
lation du Cap-Haition appr6-
cie lechoixvraimnent heurenx
qu'a tail le Pr .idenp de la R&-
publique de MN Jh Myrvil Noi-
osy camm chef du Parquet de
! cette ville.
Ancien prolesseur A I'Ecole
de Droit. Me Noisy a su mon-
trer un grand dlvoumineot
p our procurer au barrpau de
aa Juridiction du Cap ds 616-
ments dignes d'exercer cer- sar
cerdoce quest la profession '
d'avoc t.
Homme d'excellent com-
merce.ne dissimulant aucune
ambition sous les appaiences
d'une lausse modestie, tout
faith croire quiil saura remplir
les altributions de sa nouvelle
function avec tact,coirp6tence
et discipline.
Son passage au Parquet do '
Cap sous Ie gouvernement du
General Antoine Simon et sa
correct administration lors-
qu'il presidaa la Commission
Communale sont des preuves ?
qui demontrent largement
I esprit de droiture qu'il a tou '
jours montr6 dans les liver- -
ses tonctions confines ises ta-
lents etli ses lumi6res
La population d.i rap 8s
rejouit un-.nimemint ,!e cetteX
nomin tion et ne peut man.
quer d en telicile' et d'en
remercierle lreside it Bjrno
J. B.


FReconnu Ie mailieu par I-
plus Ins Gatllmor
de mo4t


V"e F. IERMINGHAM
Agent G~anral-Aux Cayes.


- --- -

.4 .
j'


* ..~.. -
-. .L s,~


-. A ic


:;(


-4 '.'., -' S.'


-...


-I


--a--.-- -- -- -.


I..


I.


4 *
I. ~.
I.'


G. GILG
Distnbuteur. Port-au-


.Mwmmww


_


_


_ ,- --~---c- ---211 ;-- --Lr.. .--~ChUI~-~U C -'


L


I .,; .


C--


, .t


--1


rI




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs