PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04705
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 04-10-1928
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04705

Full Text



j.........-I,
** "*


0


1ifiment nALOom1
DIRECTEUP
1358, Rue Amiricaine, 1358

TELEPHONE N" 2242


J


j


B -._ -_ -I_~ __ _


I


' '; prelfz-vver, avvrt de les
ir loi1rer, que le cnr-ps des
* leur est prrcieux.
".- (4D'HAUSSONVILLE


S-'u ----0


221me ANNEE N* 6363


MARDI 10 AVRIL 19W


Le President BORNO
ET LA

Republique d'Haiti


Par N. Slfphen Aleiis,tharge d'Affaires d'llaili,Consul general en lBelgique

I I


Dans une brillanle revue illus routes ses consequences, une
tree, AMBASSADUS ET CONSt'LATS ide just et ructueluse. La
s'editat ,t Paris, rue Royale, veritd de la situation haitien-
notre ad Step hen Alexis Char- ne s'etait montr6e au Chet. 11
gO deAffires el Consul Gendral ne pouvait s'elpcher d'en
d'laili en Belfjique, a ecrit un acpvartus'elapone dei
vigoureux article dans lequel il arverjusqu la pointe qui
retrace la grande w'ure natio- stait laccepta ion du nouveau
nale accomplie par le President destin. II le d6clara avec une
Borno. douloureuse sincerit6 qui est
Nous reproduisons l'article tout a son honneur..Mais cette
avec plaisir ; car il constilue un franchise provoqua la haine
expose lumincux de lout ce qu'a de quelques eccrveles et llux
rtalis ;, dans i-inlcirH public, le patriots.
Che/ acluel de la Nalion. Je le revois encore ('ans le
l)lanc Palais JItu Chaiunp l:-
Apr6s de !ongues erreurs, Mars, quc.lIues jotls iLi Ve
des gaspillages d'energie, des son telction. assis devant la
lutteslstrtiles, Uhiti, I'ancien- table de son cabinet de traivail,
ne colonic Iraniaise, oWire -i s'ouvrant s-ir la rude, le vi
heree actueile un beau spec- sage amaigri par les soucis
tacled'ordre et ld'panouisse- du bien public, I'tfil et:iice-
meni, sur tous les plans de lant d'espoir, me disant, (dans
lactivitc. une declairation eblouissante
Le 10 avi il 1922, un horn- de passion et tie patriolismne:
me a surgi dans le desairoi (I1 n'est pis p')sible,inou cher
national qui,avec un tranquillc ami, quaI cole l'utne 01 te civil
courage a pris toules ses res- see jusqu'au rallinement, vive
ponsabilites. une masse triste, a peine tou-
A l'horizou national, des' chee des lueurs du program.
questions angoissantes6taient Nous, de lilie, nous soimmcs
posees: probtln.es des routes, injustesetcruels.Nous n'avons
desecoles cnseietinent tech. p11s rempli nos devoirs en-


nique, reorganisation des 1i- vers ce peupie qui peine sous
nances, repartition equitable le soleil et la pluie pour lairie
des imp6ts, moyea de conci- vivre le pays. C'est lui quii
lier I'hunneur du pays, son paye presque tous les impcts.
ind6peudance politique avec Un losses empli d'omibre, la
l'intervention des Etats Unis. spare de nous. 11 taut le coin-
En Septembre 1915, unebier et I illuminer, pour noire
En Septmbre 191, us e bonheur, notre paix ct la
conventionn avail ete vote par cotli hoe des r
le Parlement hailien, qui con- ce Jetez un regard sur Ia
sacrait I'amnitic et dterminaitces.etez un regard sur la
la nature des rapports entre terre natale, voyez en quel
lesa nature s rapporties contrac-etat se troupe notre outillage
tantes. Mais des deux c6is, outsomique, nos 6coles, nos -
on ne l'ex6sutait pas. Sept an I pouts, nos routes, nos h6pi-
nees s'etatent ecoulCes dans taux. Lei piocds (d culture
l'indecisiotl, les chocs soularri& u cll )Ire
g ls' les isous-sot alted encore le coup
retlproques. 11 appartissait sos. Auceps-nous lvrcr ses Ire
scion un mot celebre q Iu e e isciphn s, les moyans im pe-
uous n'avious lait que chan- discipline oys i -
riaux pour instaurer chez
ger de tristesse. lious la haute vie civil ? De
Appele a la P'rdsidencc de la gre ou dte force, nous avons si-
R.publique, par le sullrage g4n& avec lcs Elats-Unis un
lire et spoiitan dae I Assemn- traits tempraire. J-entends,
blee Nationale, NI. Borno me contre ve ns et ntardes, eii
sura d'un regard delpouilie faire sortir lcpleincllet. LovN..
d'illtuion, la situation de la lement les deux parties ji'o:
Nation, et sc rendit i 1 edvi- vent I execuler. Certes il comn
dence, quc l'aide aiericaine, porte un amoindrisseinent d.!
pour la i estauration, des lor- uotre souverainele, mais nousi
ces vives du pays, n'etait pas devons en lirer, pour noire
a dedaigner. Mais ajoutait-il, utility, ce qu'il continent de
aje l'agree dans le respect de vertus. Duns to vie,on n'a rien
notre independance et de nos pour rien, tout se paie. C'est
traditions > d'un morceau de notre or-
rCe n'etait pas sans melan- guetil que iUous acheterons la
colie, que cettle intelligence paix,l'ordre et le bonheur.Oui
hautaine, se voyait contraint ou non,avons-nous trop long-
d'accepter la collaboration temps, ollttert au monde, un
d'un gouvernement stranger spectacle dunt la disgli ce
dans la politique interieure etait purvenue au comble. 11
de 'lle. Mais des ceuvI'es ur n'y a pas dc home A dire la h\-
gentes attendaient l e s ou- rite. Notre politique est Iestee
vriers, l'oidie ha,tien &tait presque indifl]rente aux pro-
rompu par l mnbition des de- bleines d'oigaiiisatioi,dc jus-
magogues et ia lultte des pur- tice social, tdout le deno()jie-
lis. ilent l. Jo iqi',e st la i..ison
L'est la vertu des esprits d'etlc (i!.es L ,1.3 dig..,, ( Ilc .
clairl, au service de I ideal et no in.
de la raison, d'accueiltir dans Je sais qui tous les pepyles


I


ARTICLES de MIENAGE

Grande Liquidation
I'ne visite s impose c cihez :

S. P. Chelmaly & Co
RUE DES FRONTS- FORTS
En ellel, 11 v a en plusicurs manitestations announant des
li(quidations ('iu ne I'etaicnt (ipe de nom.
c;E SEltA TOl' )' LI,: CONTIHAIRE ICM
Ntous otllons au public ie aiux marchands des articles de
n:enage -c'I neccssite absolute dans routes les tamilles, lais.
suntl VE1. ITABLE LIQUIDAT'ION
-Vt inez t \(tos serez satislaits,cen minee temps vous trouverez
(dts tissi.is -I h)on miache.
- --w,,, mmr, . -- .. .


0 oi.t l( it LI t< uiancnt en c.thr- lit6s &conomiques et politiques,
Sclhaunt Ilkm \'it it leur luminre. jointes A nos tautes, nous obli-
N1: ,-, I I t < i (' U L-s.'.t : d(1111'. gent A computer avec ce torrent,
i Lt '. .. ..o.,s :Ip)ortnt nous tacherons de le rendre
t l t. il.. .Is L ,iS s enu- lhientaisant, en canalisant ses
Sr i i tllodes victo- ondes, pour I'61panoiissement
il t it l tion, IW0is1 ticd- eI tic nos imoissons.Et quand nous
vo0,s t" I .I-i lIr 1 t'i J oinCois lo- it riverons al termne dlu Traitt ;
ydl, to ~t i g. daint picuss ,ittt el qute les assises die notre vie
ii( tit (iiuLit:IC ., i11');' 2 iiAcom.)pa- j iouvelle seront 6lablies, nous
I ublc iIuII',t.li iI)(L epetlLdit- parachbverons seuls notre cons-
ce. iCet I ,l c. ( ;I iilri(;ain an iulntio)ll, assagis par l'humnilia-
l:ru (IC detruire couiiile le pri'- tion salultaire, enrichis d'exp6-
tIeid Ic inoy\'u mliine tic s nlu- rience. )
Ir Iurs, tIs t t i'olie 'aC uel a TouIt cola -,l it (it d'une voix
li.tei n IIpu lts plai.Sils, reslc- a : te, o11111e i ui ee dtie
t*lc a i. >'.ttSuL.l s t sij ct.i' l .'l, i lt', ',,,ienuues.e
iIous ;.,c n l! ia o>.!ii e dts Ste phen ALEXIS
\ .es u lies I (tln;,,i) 's, dans le Ste heu AL 'XIS
sens de l '(t i it . o11 s ( stivre )
lien .'t tAliiiie tpour IInot inild
pentl.aice de ce people plis-
sCOn (I i a eil iiu d iii. Iiti,llde *
l);uI\ moVemIIn -Il ,r, d' A \ vril I 1 8
couris d ,n h:' le* Il c le moi I
dre dAute d..ileLtirn't II' stpril
a ce suijel, tconsi, .lt dic nt ) otre I pllorala;lt. labriqlle t l'.mn aise
taiblesse et de tnotl c liih litc'iir,ic de pipes it lmer.
con\ierais la na:ionl :' li.ai- I ),nn n rIpreseniant
tre, sion lk h le ust .n Percs. Les conditions I la Ivie oi( cs No 401). 7 1 t i)urca', (deI
onut ca g..ic ic snli s hts i LU nl- I. n I-Havas )i i (France,)
pie, ni unu ib.i 'ul.'squtt l,.s IA-S lhvas i' l ra e )
fatalits gtogri l iiuts, dtis Ir' a- 9' A vril



LE FESTIN MUSICAL
Le festin musical bat lon plein dans tout Port au-Prince avec les
Disques ()DEON.Daus fous !e. qua tiers et dans routes les rues de la
Capitate on n'entend que ces disqu s don't I'apparition recente a uuflie
pour fire taire (les aulie.
Les values musicales d'ODEO(N etivabissent aussi triomphale,
mlot la province, don't les centres commandhrent de gro ses coom-
mandes.
La preuve e-'l rtni;utnant plas que faite. Toute discussion sur la
suphriorit dJeces ii.!i| s devieit impossible, les mots ne pouvant
isistir aux fails 0c'.,an nts : I
P.-: four ctux quin 'ont pi, encore entendu ces disques nous ue de-
mandonls qu'une cho-e VENMI LES ENTI'ENDBiEi. Alois ils com-
prndiurdt ourquoi i I;'\ a qu,. les Disques OL)EON, et yourquoi ..
il n'y a que PAI.IS, qi, centre artistique du monde,scul, incontest'
et incontestable, ait d, s artuites tels que ceux d')DEON pour Opi6ras
et Up6raltes : Mticleletti, David Devries, Charles 'iiant, Ninonl
Vallin, etc.
Pour la diction ; Ioger Mouteau, etc.
Pour Chau-onettes: Mistinguette,llenri Laveroe,(G.Milton,Yvonne
Guillet, etc, tIc.
Particuliirement nous attirous l'atlention sur no. Disques de la
Musique Glass;iqiie, managee imrmurtel de l'liumanit6 et dalice de tous
les sie'es,, dunt chaque maison doit tIre pleinement fournie : Les
ch usonnettles modernes peuvent passer de la mode, inais h la N4usi-
que ('ltasique les grands mattres on revient et reviendra loule la vie
.'oubi, z tas nou plus nos P'ihonographes. Nous veridous encore
des machiites superkures a mui.i ou au tiers des prix de la con-
cut rence.
Itepr,'sentlinls et Deposiluires

C i; .1. LLuci-ii & Co. Caves J. C. Benoil, .lael : .
Marc-I \'(,h.', .1. ,imie. I. Elie Lestag.. i'ort d' aix Abays
F'ir's&. Saint-Marn Clmrr I i'inai,', Ginai, -, : L. P i:-iter.
A. -,-; it (iin rn l. l

N'a 1 K y y
uedu C tre. a1303 -- Port-au-Prince

1 lue (ii I du ( i c 13(i3-- l'ort-au-Princc i


11t lii
Itlre IlilI


... a vu, la semaine dernidre,
un ancient conseiller de la Gie.
des Pompiers qui a jete sa che-
mise rouge par dessus la haie
pour embrasser Ie mitier mnoins
surchatln dtie comnner ant, pas-
t ser devant un salon de coillure.
11 portrait une iLpaisse chevelure
que lui envierait, sans doute,
Absalon. Le coifleur, brilant
d'envie de laire jouer sesciseaux
dans cette belle criniere, lui dit:
a Est-ce par economic, par mau-
que d'hygiene ou pour faire op-
position a la mode 16minine des
cheveux coup6s que vous por-
tez celle toison. Mais enlin ailes
vivre les coiffeurs.
... vit I'ancien conseiller des
pompiers laire au coifteur une
r6ponme oil celui-ci ne vit que
du leu (sans jeu de mot). 11lui
dit : a Faute de temps .
Pas le temps de se laire Ia tste 1I
Si tout le monde disait cela, les
coitleurs auraient, eux, le temps
de no rien laire.
... a vu, la semaine derniere,
sur le terrain de toot-ball ap-
pel6 terrain Bloncourt situd pres
de la station du T. S. F. un c6-
16bre exL;6me-droite fair une
chuteiimprssionnante. 11 avait
revu une vigoureuse charge d'un
adversaire. Le sportman fut si
vexd de son saut perilleux, qu'il
se releva lurieux et oubhant
tout esprit sportit, it jeta A ses
adversiires les pires injures et
quitta le terrain.
... a vu, samedi, vers les 10
heures du matin, 6 la rue du
Peuplie,tout pros de la pharmacies
du Dr Carr6, un brave qui, dans
un buss, essayait vainement de
nouer un in(ud de cravate, 11
ne pouvait y parvenir. Le co-
cher vint A'son aide. 11 qlitta
son si6ge et, delicatement, fit A
son passager son nueud de cra-
vate.
... a vu, lundi matin, verse lea
6 hcuies 1,2, un gaining d6swou-
vri qui s'aiusait A jeter des
piei res sur le toit des mailotsl
siwuLes dans le quarter de la
t Jiand Rue proclie de I'ansle de
cette rue el de la rue du Champ
de Mars.
... veiai avec plaisir le ga-
vrochie nI p|)oint recommentcer
sa Ialuuvaise plaisanterie.

La .3'e Couli'eure Ilislorique
Scra pionoIncec par le Doc.
teur lFraniiois l)alcncour, di-
mianche prochain 15 courant
ai 10 hIcurei precise du malii
a Pam isiana.
(:'est la lin (ie PCelude socio-
Iogitue c jum idique sur le
Co:i; tlu Di.: 1826.
Nouti engageons vivemnent
t,-. C'Cu ujf till s'imt6ressent A
1. ;, ,ire (I IInti, a I:1 Science
S, i:L et l I' c..ttnonique,
S, i cr i.s ct Coi.lreuce
i~j:, -'t,1 lt i 1,1 i nine is.- m ise
I !i ( i b i1 nL natio-
: ,1.,:. I!. i . | .i ion :lgrali
ie '- C. et : visaVSg6eet le
Sotllc: elwi'r va deitnonlrer
S lie iC : ode Ilral Ide 1826
1 i-a p:Is mis i:1 plus Icg6re cis*


_ __


_ __ _


__


I_~__ ~____~ I I~---- -- als


i~l~ll~I~ ___


rOlT-.AU-PllNCE (IHAITI)











PAGI -2 I IAIIN-Io A-r,, -028


DERNIERES Nou

de L'ETR

Pour la palx du monde York de lor
WASHINGTON La France et i plus de c
les Etats-Unis ont decid6 de lars et son
soumettre immndiatement leur magne a sal
correspondence au sujet de la vi6tiques qi
proposition d'un trait multila- te de la Ch
teral de renoncement A la guer- et de I'Equ
re A I'Angleterre, I'Allemagne, que A leur
lItalie et le Japon. merce am&
adopter ur
Le vol traneatlantique ble envers
du Bremen relus de re
BALDONNEL-Les derniers prd nement des
paratifs avaient tM faits pour le Echanges e
depart du a Bremen s, mais en Etals-Unis
raison des provisions metloro-
logiques d6favorables l'avion est PARIS -
resti A Baldonnel et it est pro- semblable
bable que le depart n'aura pas dollars d'o
lieu avant lundi. du DI)resd
I'Allemagn
Dan* lea Balkans qudte de la
BELGRADE- On d6ment ca- pendant 1'e
t6goriquement des informations Cherbourg.
etrangdres pretendant que la que quoiqu
Yougoslavie aurait l'intentionde ce ait inter
concentrer des troupes sur la saisie de c
frontiere albanaise. L'Albanie a bunaux am
rouvert sa Irontikre. agi en Frar
pas de disp
Henry Ford & Londres quelles une
LONDRES Henry Ford a sit et non c
visit Londres aujourd'hui en quelconq u
automobile et autobus. 6tre l6galer
tes disent (
Les prochaimes!Aleclie.s moins doe
prsidenlielles anux Elats Unis ritimes et e
NEBRASKA- M. Curtis Wil- transit des
bur, secretaire de -la marine Otre consid
ainmricaine, a annoncA aujour- du rivile)
d'hui qu'il appuierait la candi- It. En tout
dature pr*sidentielle de M. Her- meant a prism
bert Hoover du parti rdpubli- jet, it ne I'a
cain. I'opinion g
nouvel eflc
L'or movi6tique sovi6tique
aux Etats-Unis les tribune
Attitude de la France d6jA d r'al
MOSCOU-Le renvoi de New leur ddcisio

trave A I'extension de ia belle La fin Irs liqi
et gOnAreuse ce,'vre agraire
dc Petion et de Boyer. Mercredi
Cette cont6rence est aussi de I'a r6s-
1'exaltation de la ( petite pro Cie.N e. d
pri6td rurale ) don't les eflets Pendant I'a
bientaisants sont d6montrbs un employed
par I'Histoire el I'Economi- Cie. nomma
que. ques cocos
Que les jeunes gens aillent Au moment
ea laule assister A cette con- tant du prix
tereace, its y 4rouveront la un malentel
malire d'un enseignement et la march
pour I'avenir. I dilltrence
dain la lo
-- train allait,
che. Lenter
Ie Bal de Club Union sur les rails
La Itte de dimnanche de PA- ta sur le m
ques au Club Union a eu un trWs chande, qui
joli succ6s. dre sesa 5 c
La Musique entrainante au la veste. Jo
possible lanca dans la danse tomba sous
des couples heureux de jeunes goun. 11 fut
gens qui ne laissnrent qu'A I'au- gauche sec
be les magnifiques salons du inoignon c
Cercle don't la vogue augment quct et lec
clia lue jour. droite con
L'organisation de ce festival Le blesse2
ne laissait rion A d6sirer et les conduit A
invites en grand nombre avaient 9 heures 10I
rdponlu a la courtoisie du cer- mis A I'H6
cle. d'une extrA
Nos meilleurs compliments, aucutn esp


,*Le Journal Medical Ilaifiel
paralt en retard avec son N >.
de )Ace.nbre 1927. Presque to.it
c2 iimar'oest pris par une bAlle
Alu le te dI'conomiste franVais,
Paul Vihert, sur les Souiict:s
TI' A.KS I)'lHAITIr. C'esl une 6tu-
de qui indrite d'tire lue p.ar
tous.


samedi, i 1
tin, il expil

G(ramide 1\
na G(rani
Go Ave.
S'ad rcssc
1940 rue (I


eI le- R velles ous avon avons annonc6, hier,
T ue M. Luc Dominique, ancien
iAN GER Lommissaire du Gonverneient
pres le Tribunal de Cassation
ae la Republique, avail Aid nom-
mA Charge d'Affaires d'iHalti &
r soviti que s'1levant Berlin.
*inq millions de dol- ,'est plut6t avec les titre,
expedition en Alle- d'EnvoyA Exlraordinaire et Mi-
lisfait les milieux so- nistre PI6nipotentiaire que M.
ui declarent que rac- Luc Dominique reprAsentera
rase Nationale Bank notre Pays dans la Capitale al-
itable Trust Co indi- leman le.
avis que le haut com Nous lui renouvelons ici nos
ricain est d6cide A meilleurs compliments.
ne attitude raisonna- .
la Russie malgr le I
connaitre le gouver-
s Soviets et que les Visilenrs dislinquis
ntre la Russie'et les C'est avec plaisir que, same li,
vont se dAvelopper. nous avons eui 'occasion do
eprrei o La w A ..*.. A -h----..


- II paralt peu vrai-
que les 5.000.000 de
ar sovi6tique A bord
en ) en route pour
e soient saisis A la re-
a Banque de France
scale;de ce bAteau A
, On lait remnarquer
le la Banque de Fran
ent6 une action en
et or devant les tri-
baricains, elle n'a pas
nce et qu'll n'existe
ositition en vertu des
e cargaison en tran-
;onsignee A un port
e de France puisse
nent saisie. Les l gis-
que le (( Dresden ), At
violation des jois ma-
.n tant qu'il s'agit du
cargaisons, d o i t
Wr6 comme jouissant
ge d'extraterritoriali-
cas, si le gouverne-
s une decision A ce su
i pas tait connaltre et
6n6rale est qu'aucun
ort pour obtenir l'or
ne sera fait avant que
ux ambricains, saisis
ifaire, n'aient rendu
on.

le d'u ie peit l ,1iioir e
dernier, A 3 heures
inidi, le train de la
es Chemins de Fer,
i station de Cabaret.
arret r6glementaire,
de t6legraphiste de la
6 Johns, acheta quel-
d'une marchande.
t d'acquitter le mon-
de ces fruits, il yeut
ndu entire 1'employ6
ande au sujet d'une
de 5 centimes. Sou-
comotive hurla; le
se remettre en mar-
nent, il glissait deja
, le 6tlegraphiste sau-
arche-pied. La mar-
i n'enteudait pas per-
entimes, le saisit par
ohns perdit pied et
les roues d un wa-
relev6 avec le bras
ctionn6 au code, le
compltemnent ddchi-
e pavilion de l'oreille
mnpltement arrachd.
put copendant 6tre
Port-au-Prince ou, A
) du soir, il lait ad-
Vital Ge6nral. Son dtat
me gravity ne laissait
oir de le sauver et,
10 heures 3) du ma-

A L()ER
1A is n au Bois Ver
Ie Halle au Petit
r i Cli. N. Gaeljens
lu Magasin de I'Etat


ati errei ida main a notre ciarr-ant
ami du Cap, Raymond Laroche
qui, le lendemain, a regagn6 sa
bonne ville.
Le distingue president du
Club U:iion, ainsi que Madame,
s'Olaient rendus A la Cipitale
pour assisler aux fundrailles du
regrelt6 Albert Horelle.
Nous leur renouvelons, ici,
nos compliments de condo-
16ances.
Monsieur Rinoul Liziire, se-
cretaire de la Legation d'lalli A
Washing on, est actuellement a
Poit -au-Prince oh il compete
passer quelques jours avant de
regagner son pose.
-. -- ----- 7i---. .

Parisiana


CE SOIR a 5 heures

La Princess

aux Clowns
Entrce : 0,50 ; Balconl:' 1,00.
A 8 HEURES

Au dessus

des Lois
Entree 0,50 Balcon 1.00.


lifsesper, il teile de s'empoison er
Similicn Simi us, hahitant le
quarter dc I'ancienne S ivon ne-
ne, a, parait-il, de graves en-
nuis et las d'etre en butte aux
dillicultcs de 1'existence, d.'cidl
d'entreprendre volontaireiment
le grand voyage.
II cho'sit bien son jour; el ieu-
di dernier, le jeudi-saiiit, it but
une torte dosed'un poison( qu on
croit 6tre de 'essence d'a-:andes
ambres conmun6nment al)pplcIe
essence de noyau. Le terrible
poison ne larda pas a produire
son eflet et le inalieureux lut
bien gravement indispos. 11 a
616 Iransportld l'll()i!al (iG6n-
ral ou son tat a dLe jii,; tr6s
grave.

Avis do la Polica
II a t tr,)iv (lans ltes rues
(Ide la ville d.ins Ii journey du
ivril l1928,lcs e!l',f ts saiv nts:
2 Ciem ssettes nmair.|ne, 19-6
2 ca!c(,ons bl:ii ;
2 chemises coa'.cur,
2 P'aires chaussettes une bil:n-


che et grise,
I taux-col l):inc.
Ces articles soulnt
au Dpart.meneii '&
a i. disposition i ('
taire.


en (1deot
la Police
pr,)orie-


J. II. B: l 1 :
Capt. G.,I'lI. Chel de li Po
lice.
I1 .+ II -- n '
Plantation Fi.i Ilmatn'
Le Ciribb n Te a ing C0 L'A!.
avi!e les ina res ,-s qu o0 peu ob-
tenir lei p'an', d Gro; Mich il on
3aionetto, cho:is poxir leur plan
tition,.lhz Monsier E.N B tiley,
Port 4u Priuet, pir do,Ii I.
Pour lea gr.tndes q aaoliti', il
fadt un dip6t as moias d, 1 m i
Hti du prix, av le s mu,ig i i.
Caril)ban r',adi.1 C ) Ltd
Por a-Pdi a

Vente & l'eacan
Mercredi 11 avril 1918
II sera proce(6 mercredi 11
avril 1928 A 10,heures du ma
lin, dans la cour de la D)ouAne
A lI vente a l'enean (Ie 1 lot
de divers articles 6maill6s ava
jies.
Montbrun ELIE
Encanteur public


SocitI dle 'iderime
l e JI.Ii,'r nui 6ro dIn t Bul-
e10, de .1 Soci.1t ide Medecine
d't dli puiblie : -Chronique.-
IBlalions d(U voyage dI'Elad
du Dr Dominique aux Etats-
Unis d(Amn ique et au Canada.
--)I nseils chi urgicaux, Dr Mic-
k:il.- Karengucs et Ciguatreos,
)r Ilvson.-- L'astlhine, la Sypli-
iis e la crise colloidale, Dr Re-
n6 Salomon.-- Proc ,s-verbal do
la I Ic stance de la .Soci6t de
Medecine d'llaiti.- Correspon-
(Il nce. ____


Mort de M. T. A. DUPITON
Diminche est decid6, munl
des Sacrement de I'Eglise, M.
T. A Dupiton, ancient President
du Snat et ancient membre do
la Chaminbre des Comptes. Lee
fun6railles ont eu lieu hier
apr6s-midi en I'Eglise Ste-Anne.
Nous presentons nos sym&pa0
thiques condoleances a M-iM.
LUonce et Luc Dupitoa don't le
d6funt 6tait le pere.


i E resa Nayvlrw
Sde Cuba
Le steamer Habana ) ve-
nant de Cuba, est attend A
Port-au-Prince, le 14 avril
courant. II partira le rnm.ne
jour pour Puerto Plata et Por
to Rico, prenant fret et pass
geI's.
11scra de retour a Port-au
Prince, le 23 avril courant en
route pour Santiago de Cuba
et la I lavaae, prcuant hitr et
passagers.
'ort-au-Prince, le 9 avrl 1928
J. DAALDERlJr
Agent g neral pour Haiti.




Varieties
CE SOIR
Matinee A 5 heures.

La Rose

Efleuill6e
(Suite et F n)
Entree : 1,00.


0


A. de Matt6is & Co Reprsentan ts poltn aili


- --i


II -


II


PAGE --2


LLMA'TIN-10 Avril 1028


i


-~


m








LE M4TIN 10 Avril 192


Insulra

Une des plus for

canadiennes d'i


"PAGE 3


~PICmNI


UR S LIFL


nceo\

tes companies

assurance sur |


lailt lat-el aussi uine glacier re
For Sale toute neuve.- Prix de la ma-
Dodge Special Touring car, chine750 dollars cash. Gla.
late 1926 model. Five brand ciere 240 dollars.
new balloon tires :brand new pri re de s'adresser au No
battery Mechanically perfect. 2007, telphone automatique
Also new Frigidaire ice box. euntrc9el 11 heures a. in.
Price for touring car $* 750,00 .
cash. Frigidaire$ 240,00 cash. -'.-
Call Automatic 2007 between U!LLi i; J1!liflt
9 and 11. a.m. 1 doz i oi .FrW
U--- PIIMULES OIN'ALES
BELLE OCCASION A rc.,c c"l e'ins
A vendre une machine Dod- p !"".....-t Lut a
dn dm nd, n r. i I l 1 4A I leux I!I.,l..;, "


..yant cinq caoutchoucs neuis
hatterie neuve: Moteur en par-


(otinppiqiie 6ntd rale
Trausatlantique :
-- --
Le steamer w',arimare)) parti
de I.rdCeau leI 22 mars esl
alten'lu mercredi 11 crt.
11 partira dani la soiree pour
Petit GoA ve, S ntiago de Cuba
eti les ports du sud.
De retour iA Port-au-Prince
vers le 17 il repartira le inime
jour pour le l-hAvre, via les
ports du Nord et San Juan de
Ir 1H.
Port au Prince, le 7 avril 1928
E. ROBELIN & Co,Agents.


LA QUALITY DES

PNEUS & TUBES

est represented

par

le

mot



, 5'restone


En achetant des Pneus et Tubes




Frestone

Vous dconomiserez beaucoup d'argent et Aviterez beaucoup d'enouis
durant 'annde.
Les products Firestone se vendent aux prix raisonnables et resistent
surtout longtemps.
propriktaires des camions, propriktaires des automobiles lourdes
et ledgres, toas "ont les mimes advantages de rouler sur les pneus
Firestone,lt Pneus du jour.
Nous avons un excellent a80orliment de totIVi.s ls lrtaeniions
de pneus"-i tubes, et nou& re).arnmituiJns les stocks des prod'iits
Firestone chez les agents s'livants :
S.Jean Luciani &Co, Cap-Haitien. Mr. T. Gousse, MiragoAne
%Vr F Manrasse, Port de Paix, M. i)Desjuiron, Jeremie,
Antoine Geflrard, Gonaives. 'lias Saliba, Aux Cayes.
CI6ment Pinard, St-Marc. i6d. Lsuture, ,iaJacmel
Savinien Martin, Petit Go,:ve.
L. Preetzmann-AGGERHOLM & ICO
Phone: 2254, AGENTS GENERAUX, Rue du Quai.


La Boisson connue dana

le monde entier
MOT UN

RAFRAICHISSANT
FTUN

RECONSTITUANT

FROID
EAU KINERALSm W3I ,TO
S OINOURAL WMITU R03Z

Le seul Ginqeral fait

d'eau min*rale pure

des Sources

WHITE ROCK
DANS JTOUS LES MEILLEURS HOTEI S,
CLUBS, CAFES ET RESTAURANTS
Mohr & Laurin
Distributeur%. Port-au-Prince, Haiti


Une 6veslon
rafralble ssante...

ademoiselle ,Sozae Sylvais
0ous estrefiest du Brcsil


inani'
Iraire,
d'agre
du lal
pencil
p-
!)Ian


Volonlaire, vive, Melle Su- I'n
zanne Sylvain prend possession velopI
de sa table. Sous sa co ffure lui- adh6re
saute et noire de jeune-homme, de la
elle est frle. Fiele el pAle. PAle, d'un n
de son mention dibcretement couple
railleur A son front bomb de (out,
pensees et troun de deux grands d'allus
yeux couleur de nuit et brilants savcc
d intelligence. succs
'Un sourire voulu, cominmand', C'es
intiin, s'eflorce de donner tine l.L v
chiquenaude A sa pAleur. Elle -L
line veut pas que l'on se rende in lai
cotipte de son motion. Elle ne lDes
veut pas s'avouer emue. (111 st
El vous I'tes pourtant, Ma- VOLIS
'e oselle. Vous I'6tes, beau- lillis,
coup. A preuve : la pAleur dti .Iet u
v.sage tndoie jusqu'i la voix. ,l
Mais, peu A peu, les joues se la
colorent. La voix aussi. Tout lc l
visage, niain:en-inl, est calume sc iMan
d'assurance. Mademoiselle Syl- nlfeslt
vain sent quelle a conquis le des vii
public, si difficile A conque- tOpIc
rir el vous savez pourquoi,-et CCU11
qu'il n'est plus qu'oreille A ce cett
qu'elle dil. toilt,.
El pure, la voix devient dei Qu'ell
plus en plus agrkable, de plus vIni )
en I lus flexible. Une musiqwc 1u 1pr
La diction ne tAtonne pas. Ehl. rintei
est stre. Une demarclie 616gante VOutCr
dans un sentier ami et sans an- pour
fractuosilts, ni detours inatteii- n'ailt n
dus. a icnl
Etc'esl, vocation lulgurante aux (,
et chaude, le 3r6sil, le Pays des | rues, *
Amazones. tn vrai course d his- g4an1
toire qui ne fleure ni le livre.. t'Irotie
Ni I'enui,.au contraire(un hail- '
element de jeune fille se si,,i ( (hfiml
tout honteux et nest plus. pourr Io '-it
s'excuser, qu'uu sourire qui veuT ettres
avoir I'air de comprendr, ,, Iv r ra li,
savouter ), qui tie sent il 1*i '- Ia plus
dition toute fraiche, ni t1 1 h "" c
chose afnre:ise qt'estl :; * double.
de la scim.nt- selc n:
C'est que Mlelle ;'Jv:,i C a (- '
mente, condimenle, ret ve O i Aso
recit de points (Ie vii erson- iu -
nels, de comparaisonis origi- (t i. ,
nales et intelligentes.Elle mcl,.' perfect
divineineDt 'Hygiene \ lis ls-
loire, I1 Histoire i la l'Puhi, la --
Po6sie a la Science, el avec lani
de tact, et en des doses si hL-
bil.s que ce qui aurait elk unc .and,


re dc salad, est, au con-
Squlque chose de varis
able, de fascinant. Vertu
s de moi, qudqu'ua dil,
6 sur sa voisme :
3eyucouI) tie mthode. Un
vigoureusement trac6 et
cablement suivi. D)es d6-
pements heureux. Un style
ent, qui 6treint la grace
pensie avec la precision
saillotepousant les lignes
es d'une ballerine. Et sur-
pas de hors d'ceuvre. Pas
lions stupides, de celle
quoi I on cambriole un
facile.
t aussi mon sentiment.
'oisine r6pond :
nie w(uvre A encourager.
ent Ai suivre de trLes pros.
processes inerveilleusca
e iennent d6~A. Pensez-
qu'il existed dix jeunes
capable de...
'uamei pas les statistiques,
lme... inais...
s dans ce Pays ou la vie
ctuelle, intense cependant,
nileste ( q uand elle se mad,
. si p(i.nilementi,- crainte
ivieux Peut-6tre. Apathie
ale ? Sans doute.- ) il est
qtitlne reune tille donne
letion dte courage, d'his-
de nluthode et de slyle.
c allroii e cc monstre in-
l. qu|'est 'Ile Ipublic port-
nl1.lc sc conils; ere d/'lib -
t ii I itmlde au I ci de se
; I Iallns t l toiul la
que d' ltout |i-11 s ciitlalls
i)as to'liUis l'iln, ql'ils
nil gile et l'ollient n plus
Itrangetrs, le long (I los
si belles, Iv spectacle >illi-
de leair inis(re en culottes
s i.
sOmiinI", cctte coll:.'rence,
ilion (u livre par nn
le polittique et (u est de
aus.i ? lerriot ) I )plus
hiissante des 6vasions. Et
iinstructive aussi. Et la
charitable. l.t artistique
.ment. Puisque Mademoi-
vonli Sylvanl a u lex-
idee I- n'uer so i char-
li grace (de '.i sir.': tin comliTi i* nai's I n'a
ce (|ui v'.it dl; ,, avec
tion --- itux oll i p)mes

A \IOier
boan piano marlue allt-
S( s't Ire:s,er ai oair a ,t


la vie

Eug Le Boss6 & co
UEEr *.,U^UEEiRung


J . ,* 't n ,i
Ap 4 I I f ; ,. ., 1
L ^ *- *\' ** '39


_ _


g m- -


* _,,__


L -
on


111









P GE -II LTIN II 0r"". Bir i --1 8


,PoudreTEI N DELYS
I donne un teint de lys

^ I


P&adrr idlM imfpelpable.
Wdhlrente. d'un payhum diUcat,
co,,'er"e fI fralc r h d la -to -
neste'. embethl, e!Ioce Its rid.,.


rads lsvseIs* <-ment. e ,.
role -l trrl, ro (pour 6bron.
ocret ............
Vle rt me V *vO

b w to "iTv...
IWssO read.-
P 3* trnalslpT...

.' r ............
pme mr Nus". r. le pIor
CIfte. MW *OM4. 1t4. "Off.
cM4r. am low. baiwl ea. "48
a d )M. F"46C amt
| ^ o '1: S
Of
Now


ARYS
3, rue de In Pain, 3
PARIS j


iA la Pardienne


Le Progr6s lui-miMIe nous indiqu'.

qu'avec peu d'argent, on pent se

vetir et se||chausser elgamment,

et pour cela LA PARI$IENNE

vienlide recevoiri unj'0surprenanl

assortment deCostlumes.inclus des

Smoking a des prix conomiques


Marque TRIANON


k'


Chaussurese pour Dames ,4 Hommes,
les dern iers styles et des nouvelles former

Achelez pour les prochaines f tes
de Paques, du. novel assortirment

de cette Maison, car, vous econ-

miserez.du temps el de I'argent.


Franco & Vicente
Angle des Rues des liracles et Orand'lue


LIFEBUOY0
Sle Savon
pour la Sante
Lever Bros. Co., Boston, Mass., U.S.A.


GONZELL-WHITE
adu Big Jamboree*Co,
Gonzelle White, la c6l6bre Rtoile,
la principal vedette du
^,Big Jamboree Com-
pany, une des plus '"
julies actrices de la contree;dit
qju'elle doit sa jolie chevelur e
l usage regulier qu'elle i tait de


S%.O


A vendre
Le Moniteur Officiel annues:
1869, 1870, 1881, 1882,, 1883,
1884, 1885, 1887, 1888, 1890,
1891, 1892, 1893, 21895, 1896,
1898, 1899, 1900 a:1925. I
Le People annees : 1886,
1887, 1888,1897,1892,1893.
L'Opinion Nationale,a nn6es
1861, 1862, 1863, 1865.
La Feuille du Commerce.
aune : 1828.
Pamplile de La Croix. St Do-
mingue : 2 volumes
Moreau de]St Mery St Do-
mingue : 2 volumes.
Lepe letter, St Remy 2vol.
rT'_ IT? *f


iod- Araouin,Histoire d Haiti
LEXELENTO 11 volumes.
QUININE POMMADE :iGrouvel St Domingue l vol.
.- 1 Malenlant St Dom. 1 vol.
"fVous.aussi vous pouvezavoir une Abb6 Raynal: Histoire :Phi-
olie chevelure en vous servant de losophique et politique.
l*Exelento. Elle.agit sur les raci qDes Etablissements eLt du
nef des cheveux t1 Is cuir cherveli commerce Des !uropmtenI
re aprs usagevsotre cheveluree ns les deux Indes 5 volu.
plus longue et'plus jolie qu'aupa-
ravant.,so( editions 1780
Lop esthbtesarecommandent 'Ex- iCh. Galvo. Le Droit Interna-
lento" parce qufelle est la vraie tonal, 5 volumes.
pommade de quinine. Ie prdcoai- Chauveau Adolphe et Faustip
sent aussi le savon Exelento Skit Elie. Thkorie .du Code P6dal
qui conserve fraiche la peau en 6 volumes. :' J..
enlbve lea boutons et lea teaches. JLeroy Beaulieu,Science des
Nouns sommes si sftrsdeces asser- Finances 2 volumes, etc, etc.
tions et que vous aurez entire
satistaction avec ces products re- S'adresser A la Bonue~m&-
marqaables si vous vous en serve nag6re M. LAURENT.
r4gulibrement, que nous vous en
verrons gratis un 6chantillon de
chacun d'eux.Nous vous enverrons
aussi une brochure derite per des al An M nlot d'Adlras
sp6cialistes en chevelure et oen .
teint. Nous vous feroihs des propo La Grandelaison de Caslilmr
sitions intdressantes si vous voulez
montrer et recommander nos pro'. ,Anglais..Frainais
duits & vos amis. 1 G. JODICE &!CO '"
EXELENTO, MEDIlINE JEst itranst6r6e a la Place
-, COMPANY Gettrard en lace de l'Iprime-
ATL4NTA, GEORGIA rie Centrale, nouvelle maison
Agents demand6s;pour tous pays de Matteis. Fournitures com.
Ecrivez pour renseianements. plates pour- tailleur.

ALUMINUM LINE
New-Orlkan kASeOth America Steamship Company Inc.
PROCHAINS DEPARTS DIRECTS POUR PORT-AU-PRINCE HAiq
Le steAmer "Mai" ajant laiss6 New-Orleans le
5 sia au\ fotaivs I'.1 ,i Port-au-Prince le 12,
el coniitnu-ra po ir P it-So ve, oayes el jacme
pre,,ant dn It-it | 1ur les dits ports.


- steamer a -ritrra
poue Port-au prince


A.


New OrlI ns le
el les ports du
Ce 9 aviil 1928.


17 avril
lord.


I AchNTS GsnARAUX.


Belfast Gingerale


V" F. BERMINGHAM
Agent G6n6 l.-AuxL'Cayu


Reconnn.le meillourGpar los
plus finsiGentlemen
de meade


G. GILG
Distrtbut ur.--Port-au-Prince


loss 's


de yatt is


__ __ ,, __


~


LE MATIN 10 Avril


1928


PAGE 4


Co




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs