Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04646
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 12-24-1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04646

Full Text



jEUR PROPRIfTAIRE

IMPRIMEUR

ent Magloire


VIRNA


Avoir presque constamment pr6sent6 I'esprit la douleur
d'autrui, longer qu'A I'heure oia I'on est heureux, d'autres ne le
sont pas et se proposer cette tAche de prendre quelque chose
sur son bonheur personnel *mWr dimineim* is douleur et le
malheur des autres, je rddwuira bien volohtiers toule morale a
cal *

L(on BOURGEOIS.


4
U


)


.2l


QUOTIDIEN


NIE No 6283 PORT-AU-PRINCE (tWI) SAMEDI 24 DECEMBRE 1927


j *.>-^ :
...........................'


.4 4 V.
r~4



4' -S 'M
- 4 4,'-.
4~, ;~,'11~


1'


*1


Pr A
.,~2~
4.
~,:44* ~
.'*'b. ~
'.4.,


*1
.4 '~

--.4, d
,~
.4,9
4.


* i4 u


, ''S' t r--


4-
4. ''.


'1


*4~4


~1' '4.

I


.5. 5


..74C. .I


!^./Mt

j -I pl

g.^----^)


* 4-


'4


i
.4



I'M:]


K


;~- .#~
~-


.5-..


7.








j :.









(


?!

./


I -


I


'.'.'''< -: '*,*- ..-, ",*


**1







LE MATIN 22 D mb e 1 7


Ik hjarismes --.
Lepilna
Ar o-Sclerose
Ob It /







b w b h s.. s 6 ,lt %is'. ,. ,
m .. i..-- -


B Nettoie

le ReriA

lctVe le ftoe
i et als rttcza,'on ,
Sdssout 'acid, .r-.
Sc'ft'c lu nf lu ",.


'1 & 1,. \ l\ .' 1.:,,
d oill I* l .. .. ..... . . .

a I ,1 1 .


Colombian Steamship

Company Inc.

Le .stamer "Baracoa" verart de New York,via 1-
ports du lord, esl altendu A 'ort.-u-Pince le 24
Decembre courant. It reparlira le m6nie i< ur di-
rect.ment pour J<' c mlie, en route piur Ies poi t
de la Colombie pr. niant I kt el passages.

Port au prince, le 21 DJ)cembre 1927.
Colombian Steamshliip Company Inc

Geb.ira & Co, .i4enets
.


'Non,iMousieur
Cat bomme no travaille pas pour nous. Nous ne traitous pas
VWre pneu de cette manibre. Nous vulganisons vote pneu et vous
donnons une reparation garantie.
I' iE I P TO D VTE TIRE
REP IRI: EIllOP
1366; Gr. nd'Rue'


Steam tall day long.for tube repairs at
UP TO D -TE TIRHE REPAR SHOP


99 ~*. 'S.


,A.~ *,~--


GONZELL WHTE
((du Big Jamboree Coo
(ionZelle White, la cblhre loile,
la principal vedelle du'
gsJ|Big Jamboree Com-
i. pany, une des plus'"
jolies actrices de la contlree'
(juelle doit tu jolie chevelure A
I usage r6gulier qu'elle lait de

L'EXLENTO
,_.QUININE POMMADE-j
Vous aussi vous pouvez avoir une
jolie chev(lurp en vous servant de
'Exelento. Elle agit sur leg rael-
es des cheveux et le cuir chevelo
re aprbs usag v *re chevelure est
plus longue et plus joliejqu'aupa-
ravant.
Le, esthetes recommandent I'Exe
lento" parce qu'elle est la|vrai-
p rmmade de quinine. He oreconi-
-ent aussi lelsavon Exe!ento Skit
,ui conserve fraiche la peau en
nlAe lei boutons et lea taches.
Nous sorry mes si Ars de ccs asser-
tions et que vcus aurez entire
satisfaction avec ces products re-
marquables si vous vous En served
rigu!iWremeut, que nous vous en.
verrons gratis un 6echantillon de
chacun d'eux.Nous'vous enverrons
ausfi une brochure derite par des
spicialistes en ebevelure et en
tei. 1. Nous vous ferons des propo
silions int(ressantes si vous voulez
montrer el recommander nos pro-
duits A vos amis.
EXELENTO, MEDICINE
COMPANY
ATL4NT4, GEORGIA
Agents demands pour tous pays
Ecrivez pour renseignement.


Av s
Melle Lifo AVON
l1,is de Chgne-_
en lace des Seurs
Annonce 'i son aimable cli
ent'le' t'i elle vient de rece-
voir ui gr.ilt, t'(loix de cha
i)cix de l C1 ii, ii, tles ilIInce ,
clil ji)axliX .l;'I is cl t lh pc u
pour lillelt s 1l'urs ut'rg nt; e'
or, i\ de, ,,1 ix I.C. moddr s.

Ch. N. GAE 7JENS
Alcool i eIli oi |(i, r I h rmil -
cie'A. LI1i 'e r,.
AlcoIl I) b 'r,'.

I'.'; .- ; 1 : -l d'. i Ii's e


pour fuilu es passagers et Camions.
Uo pneu pour chaqae usage, le Firemone Hw|
Iuly i our les grands voyages, e Firestona:lalos.
ot, e voiture de promenade at lI* s o

rirestofe SoMA&
Pour les camions de I T.

Notre stock comprend un asaortiiaql1 d11
co.Iplet de loules les dia'ensions et la msp~I i
dle Ia q amlit "


dresfont.

a tait de nombreux amis partout ea laitiel lenomoe. ,


EN VENTE CHEZ :


NMI 11.mnonil Latiture, a Jacmel
\1i Elias Saliba, Aux 'ayes.
Michel De )csq(uiron, Jereinie.
( meatt l'ina "d, St Marc.
t< Anloinie ellrird, Gonaives.
(< .lce:n L[iciani & Co Port de Paix
%r F. Maurnrss,. :io-Haitien
Mr-T. Gousse, MirgoAne ]


(Ilaque Pnen et chaque chambre i air Est qaranti'par



La prochaine lois que vous aliez acheter un Pnen ou une CIambre i air,
dressez-vous i

L. Preet mnann-Aggneholm & O'
AGENTS GENERA


------- ----. -----. -- .-- -


"4


~jq~
w


l J


A'.


ti \ c I Mc s iioi(i -i
i 1 ) ,jl)l;<,li :, s Cl clients
( t| ilc i :,i .l i 1 1t lh : lt fsi Cl'n-I
c I*r l ci ajni"'li ti'lle .il
' 1 ( "' ic .' i (i111 t' I c
S I.os (.*lc i;nx g!ic Mr Wigllni-
.c Ac'(;il so'I I ''cre, se lit IlI
1. 7 i)ec. bre 12sse.
7 D)cenmbre 1927. k


MAISON a I.OUL1:
.Au Bois Schutz
S',IdrlssCr au Bureau d
journal.


~p~"p


Vi


PNEUS & CHAM ARES AIR


Nous. aros .le plaisir
Sitomrijmeni complete de


de vptu at~tamS rtp
Pneus at Ohati)nh% atr


i


La a4 est une premiere ncesuiti
L'Vaergie d'une m ta aM gaifique
gaBse tout dana ce monde. Lee
*l mAldies proviennent des germes qul
ab tt dana la adtt. Le Sav s.
L, ifcby 46trult tous lea germes de o4
It peau. In la purifle et la pretet .
-bow 80% "Ll Ael"W"


I
*^ .

*.


i


~--- ----.


-- .... .II ...


~ --II------* __


~LIIII~ -~-~ --- ~__ _


I


-----


I -


I







tEUR PROPRIITAIRE
IMPRIMEUR

tent Magloire


VIRNA


Avoir presque constamment pr6sent6 h I'esprit la douleur
d'autrui, longer qu'a I'heure ob I'on est heutreux, d'autres ne le
sont pas et se proposer cette tAche de prendre quelque chose
sur son bonheur personnel Vir dimilise* I-l douleur et le
malheur des autres, je reduuirki bien volohtiers toute morale a


Ldon BOURGEOIS.


b -r


) oouhRUi


I



QUOTIDIEN

M&NOW me M-am


. 1


IE No 6) SAM I 24 EBRE 127
PORT-AU-PRINCE (HiAMi) SAMEDI 24 DECEMBRE 192',


I.,.
V-'
p~rX~r


S r.. .; -


'.,./S


p:


r:.


4 41
"Ova.






















t ; ". .,;..
"" ... '' ; .: .; ( ';.-

















.. .. .. f l ....., ..
.
.... A i A N : ';::2 : .: -.. ..
,, ; . .'... .
...17: .,.. .. r :.. .. .. .


LIT~otyV Vya k


r~ J,


-~r





LE MATIN 24 DNcembre 1927


The


All America Cables, Inc.


ENVOIE
ses


ses sinceries


remerciemcnts


nombreux amis a occasion du


dernier soutiln ll qils ont bien vou-


lu prodiquer


la Companies, Ieur sou-


hate ulne Heuriuse NO'iL et Prosl)rite
pour 1928


NVOYEZ toujours vos messages VIA ALL AMERICA >
el sovez strI de hons result.als. Service rapid, suir et
reliable p:ir Cab Ie iv'cc to t les I s pirtics (iI moinde,


Bureau: lueIc


Republicaine No. 1510.


Te'lphone: Vo. 2727.


b


I Prscnie a ses clients


V (e LX


SOS) lleieurs


de Bonhlur et de Prosperiitc J)ouI 1928

Tous tIroiveront lotjours A Sea Side Inn n I'accueil le plus t ihrmant,
Iv sc vice Ie plus irreprochable el la plus excel e.ile cuisine.

C(E SOI: SOUPER FROID


LA MAISON de

CONFIANCE OU

A l'occasion du nou- .
v\el an, M" Andre Taillelreu

ISIDOIHEI envoie ses meilleurs sou-
haits i\ ses amis et Clients tant d'ici -
quc de la Province.
11 letur )promet, commune toujours le
meml soin, la mimei promptitude dans
les commiandes qui lui seront confines.


A LA NATURE


Pour LE WATIN


Je ne veux attrister le ciel de nies sangluts.
Si m:a souffrance doit cesser avec la tombe,
1~6sign6, les yeux sees, j'eudurerai les maux
Qui pourront s'aggraver au point que j'y succombe.
Je mourrai doucement sane pousser de soupir!
Le rosier afflig6, pour former ma paupiere,
Penchera son tront d'or : d'un chant le souvenir
Me vaudra son baiser, so caresse dernikre I
Ne voyant 'humble barde unir un tendre accord
Au ramage berceur pour chanter la creole :
Que le bois encadrait dons un riche decor,
Le rossignol aura la chanson lente et molle. J
Tu ne viendras, ZUphir, A mon souffle vivant,
Meler ta fralche haleine et me fr6ler de I'aile I ""
C'est que mon coeur aura cess6 son battement,
Non que je t'aurai lui, telle une Ame infidl1e.
J'aimai tes bords fleuris, garde mon souvenir,
Harmonieux ruisseau, symbol de ce monde
Qui s'6coule et s'en va pour ne plus revenir.
Oh I pour moi, jamais plus ne coulera Ion oIn.!
Dans les pros, les lilas et jasmins, en bouquet
RWunis, ne front de Wete A mon g6nie I
Sous tes arbres en fleurs, plus je n'irai, bosquet,
Me griser de parfums, me bercer d'harmonie I
Mais la voix d'outre-tombe aura parl6 dans moi
J'aurai quitt6 la vie. en.'ne versant de larmes I
Si mon coeur a sourl, Nature, c'est A toi '
Pour apaiser mes pleurs tu in offris tes doux charms I
Mon Amie delaillait, tout efllort 6tait vain.
Un jour, sur soil bdcher que consuminait la Ilamme,
Tu venais A son (Sde et lui tendais la main:
Ellc s'&tait remise en buvantl on diclame.
De tes bras tu lui fis un collier : ton baiser,
Chaste, plein de tendresse et de douceur divine,,
La r6coafortait tant, qu'elle put oublier
Elt son lourd cauchemar et son humeOr chagrne I.,
L'hoinme entour6de biens, comme le mendiant,
Ne sait point quand des vers il sera la pAture.
& C'est ourquoi je te dis adieu, tel un amant.
Je t'adresse un salul, immortelle Nature
Que je vive tres vieux, courbant sous les hivers,
(O je meure en ce jour, la fla ur de mon age,
11 ne sera point dit que pas un de mnes vers
N'a rendu grAce au ciel pour ses biens qu'on parlagJ..
Certes I pas line ltos, toullant Imes sanglots,
.le chlrchii vainemcnt uin. b 1uin-- a ma soul'ranice :
Au I)ocage, parloul, oL je conili ines maux,
L'oiseau m'oflrit tojours un (dux chant (lesp&rance.
Lors(que, meurtri des coups de ce mnonde mechaot.
Mon c-eur crut s'arrvler ,auns sa grande d etresse,
Je ie jelai loujours siur ton sein consolanl,
EL jamais n'ein reviS' s acciS)h6 de trislese !
Que d(le plus un mortal 1'eltkve un monuumenl,
0 Nature, (6 doux Dieu qu'on nomme Providence I
1 laudra m'enulormir sous quelque marbre blanc,
Resois, avant, I'encens de ma reconnaissance I
Jean Baptiste DORISMOND.


1 0- ab -


Maison J.Baboun &
1808:RUE DU MAGASIN DE L'ETATJE
Bien souolouse do plaire & a charmante cllm
lour off re un grand assortment d'article d4
fraioheur q i'elle vient do redVoir l'Oo
des fta do fin d'ann6e- "
qEtle trouvera des voiles brod6sl suisse 4d O,
coaleurs, de crepe de chl ii, o '*pe de ohin*t "
pagne, de or6pe georgette argent6 3, criepi .10-"
getts uiteot de'toutos nouveaut6s.Volo SoaI4 j
qui fara 1esd61io do sos aimablos olienoutos.
On trouvr A 6qraleoneat dos tapls, trds Jolls p0o
salon, avio un pit avantageao defiant totlt & (
CUrrenoo ., *
line visite s*lmposo ohe J. BABOUN & Co ^


L-t I


La CUAO 7RA DIN G Company


AGENCE GENERAL POUR HAITI


FIRE


ses meilleurs Vceuxh tous ses Clients et leur souhaite


une Bonne el Heueueuse Annee.


Wr- .---.------- ----


- .3


""I'e


I
I


- ---- ------.-_I_-


- -


I


I


_


-- --


~r-rr













-I
El


Tel
..oe1


1927


GLOIRE A DIEU ET PAIX AUX HOMMES...


L'Eloile du Berger "n sceptre o, vosLETTR
L'Eloide au erger quigouvernez e s R6publi- L A L E T T R E
Sques, vous qul guidez les peu-
i -, pies et en qni is ont place
NiMut, Chrildeu, e'eI il'hebreu areluelle... leur confiance et leur tol.
11) n le fi ( e {I lPAre ardrut Avez-vous encore envers L W y a va it dans l'une tenant-colonel cacheta une let-
Iets guite us au berceau de IEaIanu ; eux accompli tout votre de. des companies du rd- ire et la tendit au soldat :
eslu esoesEtoile brilaste voir, comlime utre accom gimenl SAINr-BLAN:A un Tu vas aller iindiatenent
Cemmeasulreois oe tilebrillalevoircomma,'ulreaco-grenadier appeal Malsal- NMetz, oti se trouve le colonel.
Y poii le Ches de. t le sien envers I'llumani- e., dit a Lise-Lison dit notre colonel, M. de Saint-Blan-
i sse t? Qu'avez-vons ait pour aJasin dit (le Fu- ca, el tu lui remettras ceci. ce-
A i.'HORISON lointain, ltout ette naissance du RFlsd'un vos peoples qui sourent? ieux)), un vieux petit soldat ci, entends-tu bien?
IA-baa, au confines i le Dieu don't le droit est sans Avez-vous en seulement le galant, brave come la charge, 11 avail Ia lettreau-dessus des
ciel se contond avec la arre borne et Ie pouvoir 6ternel, d6sir ou la volonte de panser adore de son escouade mais qui yeux.
montera, ce oir omniaer venu sur notre terre ou tout leuis blessuies, de consoler bouillait come un pot chaud Malsallez dit :
mo 2 ans,uneEtoirle 6bloui est honte et mis6re pour leur coeur, de s6cher leurs au moindre petit mot. .e la remettrai.
sante, astre myst6rieux ui payer avec son sang Ia ran larmes Ne vous reprocbez. A l'poque ou I'arme se ras- Tu connais la route; tu es
jadis, guida vers a Gr di- on de notre rachat,est ce que vous rien envers eux? En senmbla en Alsace, M. de Saint- un viuxsoldat. Ne te fais point
vine, lesSeigersde r ien. I'Histoire du Genre humain vous prosternant devant les Blanca, retenu aupr~sde Sa Ma- voler ce paper, el va sans tar-
C'vineest Etoile bnie de Esn. peut raconter de plus tragi- cliches bh6ies, regardez Ai jesi qui I'aimait, confla la di- (er, sans t'arr6ter en route, un
raestnce, floienae de s Re- que e de plus sublime. vos mains: sont-elles pures reaction de son regiment A M. de instant.
prance, fnnmbeau de1 h Be- come celles des mergers qui Prv, lieutenant-colonel. M. de II contempla Ie grenadier de
demplion et don't la rad ruse E t vous croyez que pour vinrent A travers I'obscutri!e ryv. (qi ne savait pas lIe sol- ses yeux profonds, lui dit adieu
clart vient, viendra toujjurs, utine tdlle mission, il \iendra de la pla ine s'agenouiller, dat h, menail ses bataillons au et leva un doigl... Malsallez,
chiaqie nuilt de Noel, ions Ai nous enlour6 de toute la dans la grolte lumineus e,uxI lonet de classes. On I'etl Irouv contlent den eIrre quille, lit le
rapl)eler ia tos que seulq elle majestucuse pope, du last pieds du divin Nouveaiu-N0 ? nt un matin, mais sa blravou- salul, pit la port :
peutl sirement nous g ider splendide'el somptueux don't ans 'ous Is acIes de vo re le gardait. Sous pretexte de rVia t ine i isloire, se dit-il;
de I'onibre ofi nous jenis- les rois de la terre s'cniou vie, vois tes-vous souven rectifier, aisait rssaien masseux p etit de baionnette.
sons vers I6ternelle luiere, rent? Non. D)ieu est Dieu. on de celte humbic naissance Isoldat qui, de son coin, voyait LIe conue il quillait la tente,
conmme, au grand Soir qnti- palais? Cest cette humble Avez-vous toujours eu a vos tout. libre el seul, divr6 des quatre
que, elle 6claira, pour les creche qu i, aur6ol6e d'une oreilles le'cho de ces voix i. -hommes qui Iavaient conduit,
Mages pelerins, le chemi al- clart6 magnifique, resplendit, vines qui chantaient dans Ia Etrill comme les autres. Mal- I'air lui part sentir les roses...
lant de la ChaldeeaBethl em. dans l'ombre, aux yeux des nuit mysltrieuse : gloire d sallez, dit Jasmin, entrait au Le vieux petit soldat, lIger,
Etoile du Berger, don't ap bergers 6tonn6s. Autour de Dieu dans le ciel el pai au cachot en retroussant de coups traversa le camp, vint A son es-
parition annonca, jadis, ique son berceau,nul velours, nuile homes sr laerreous i de le gode de son- couade, qui sona de le voir
piomis tadits, t cqureiedeso isd a heonines s'r Iaterre, vous qui, come; mars en sortant de Ia en vie. Malsallez, (lit Justnin,
e Messie promise plait n oet courtine de sole, mais de la ,pour fortifier votre puissance, prison, Malsallez. ditle F rieiv silnlait un air de i Jatin,
quavait sonn6 enfin lh re paille sheet dure. vez-vous souvent a it des regardai son oficier de travers. vas voir du pays, ordre
oi., du tront des.humain al- Ceux quiacoourent les pre- peuples confines i a nore sa. II 'avait surnomme (le cadeau du lieutenant-colonel.
lait .tre eftac6e la soutlure miers lui apporter un ser- gessedecriminels hochelsde de cour, et pendant toule la Le "cadeau de cour"t'a
originelle, here de bln ic ment de fidUlit6, d'amour et votre pouvoir et de vos ambi- campagned'Alsace le noim resta.' ail grace ?
lion oir chaque home pou de reconnaissance, ce ne sodt lions tn les poussant les uns Un soir qu'envoyces par No-. 11 n'm'a pas parler, dit le
vait enfin apercevoir p la point,comwe lorsque nalt,sur centre les autres en des lut- ailles, quarante companies s'en vieux soldat.
lueur d'une espwrance nou- les marches d'un tr6ne,un en- tes tratricides que Dieu hait? allaient rompre tunpont sur le Et, joyeux, Malsallez, dit Lise-
velle, un coin de ciel qui lui plant royal, des pages, des su- Cette nuit done, Paissants Rhin, le regiment de Saint-Blan- Lison, boucla son ceinturon.
appartiendrait, mystique 6tin- zerains ou des vassaux puis- orgueilleux, IH u m a n ie de ca, qui se trouvait en tote, (d- 11 s'liabilla come pour la
celle uui, depuis fors, veille sants tout veinus de brocart et Ioussicre, ~ la carter de 'E. barqua sur la rive droite sans campag e, prit son havresac, y
surla reconciliation deI 1Hom- sur les 6 p a u I e s desquelles oile, m6ditez done sur lacte tre aperVu. Les soldats mar- gaissa a leture, int des balls
me ave son Dieu, tu lutras, ruissellent or et I'argent, ce reux aucu ured chant dans ombre. I faisat dans le puvrin, puis criant :
lH~ lnahrinte ii puts- nt rl'humhlp hprgpr, ogn a .reux qulaucuu,autredaus un tel silence qu'on efit pu en- Bonjoir I Bonsoir!" to urn a
cettenuit, plus brillante pus- sont d'humbles mergers, gens aucune histoire ne'galera et tendre,sousleurs chapeaux,'aile sur ses talons, come A lexer-
que jusqu'ace que sach6vent trustees, mais don't le coeur qui s'accomplit une nuit de de leurs r6ves, qu'on eft pu en- cice, du c6t6 de Metz. Les al-
lessi6cles. tu seras le soove- et les mains sont purs qui Noel,ilya2000ans dans une tendre aux branches nocturnes, louettes chantaient. 11 s'enalla
nir immortel qui vivifie' les viennent se proslerner 6 sea miserable table 1 It courbez le soupir des feuilles... lorsque come une bonne nouvelle,
coeurs par la toi el console les pieds et lui offrir les modes. vos fronts superbes devant le tout A coup, Iair s'enllamma. gai, 6 gue, I'arme A I'paule, et
ames par I'esp6rance, lesir6- tes fruits de leur labeur. J6sus des Creches rayonnan- Une immense d6charge secoua au bout d'une heure son regi-
chauflant tous deux par I'a- Quel example le Ciel offre tes ; car, cette nuit l,, dans la plaine. Ce fut comme si le ment le vitdisparaitre, tout gen-
mour et le souffle divin qui l A la. Terre? Quelle lecon le les plis de ses lanes i a ciel tombait sur le chemin pour til, tout gris, dans le clairsoleil...
nous viennent d'en-liautl I Grand Dieu des Prophtes porta la paix au Monde, ilt I pre, en clats de foudre! Les Gutrl, tape, sangi, lbrosse,
Etoile de Dieu, 616ve.toce procure aux homes trop or- bCra la terre, il ouvrit le ciel paluxfreniers, les valets et lesche- le tricorne encueur etlerappnt
soir, haut, dans la pure am- gueilleux de leur taible Puis- et, d j il consentit i verser suxda remain firentnvoile-lace Ia route du italor pMasallez pes
mensit6 du firmament ~ers sance et trop tiers de eurs on sang pour sceller la les tiles, trouerent les escouades. le Bordelas dau vreux \vn. et de
sequel se tournent les extases tragiles p-uvoirs conciliation des hommnes avec Tambours, la charge I gaies images dilaieunt ans sa
des hommes et, une nouvlle Mais la Terre a t-elle suivi Dieu. j El come les grenadiers s'- bonne +le. Que faith le soldat,
lois, au puissant dog.sle trpt l example ? T.es homes au C'est la priere que doivent talent jets A terre pour laisser quand il est seul ? 11 pente A sa
hautain rayonne sous ne cceur gonfle o'orgueil, A I'Ame nous dicter, ce soir,!a radieu- passer les balles I famille. Malsallez revil sa m6re,
couronne 6tincelante, A l' iu- vaniteuse ont-ils compris la se lumi re de i'Eloile loin -- Messieurs, dit une voix une vicille, loute vicille qui de-
reux qui, dans la chim6rij ue sublime lecon? Le sacrifice du taine, les cantiques d'alle- mogueuse o6 6les-vous? On vail le croire mort; et il se dill
illusion de son bonheurd' ci- fils d'un Dieu pour les tautes grease qni monteront vers les ne volt plus vos Ilmes. Je ne sais Elle me reverra, Ia vieille,
bas,croitavoir d6finitivem nt d'une Humamnil6, 'hnmilit6 votes des majestlueuses ca- comment vous pouvez dormir mer'verrachanant,la maman...
conquis sa p a r t du ciell A de sa naissance, tout ce sang thdrales et le chantt des clo- avec un bruit pareil. II traverse des villages, mais
l'infortun6 nui pleure s us divin r6pandu sur un don ches nies L'inure, come un coup de ne sarr6la pas; le soldat naqu'-
son trte tot, aux peupes loureux Golgotha, ches benies. boltte, rereva les hommes et le une consigne. Press. enlevant
son triste to i, aux peo es loureux Golgotha, ont-ils fail regiment ground. le pas. el la pipe au bec. il report
tourment6s rdespirances Iu- germer, sur notre terre, tou- r -Cestglecadau de court lease Ia pipe aupercudanslelori
jours plus lointaiaes.assoi46s tes les semences d'amour, Le temps quil era pour la Nofl ditquequ'un. lain de sa mmoiie la maison
de paix toujours fugitive, pro- mannes fcondes offertes aux Dans ses provisions met6oro- Alors, vile, Malsallez, rageur, ou il utait n6, la grange qui sen-
clame encore que c'es( d4sb hommes et pour lesquelles logiques pour le mois de DW- lira sa baionnette, et la jeta au tait bon, les douze nids d'lron-
une plaine obscure et tro*le se sont accomplish ces grands cembre, M. Tippenhauer annon- ventre de r'ollicier. Dans le bous- delles accroch6s aux poutres
de la Jud6e, que naquit, ilt a actes? ce que, du 21 au 31 d6cembre, culant Mlan des tambours, M. de dans le corridor, les petites ro-
20 sicles, felui qui allait b i- Cette nuit, lorsqu'au tron. le barometre et la temperature Pry regard le soldat... pour le ses des fei.tres qu'il essayait de
ser les halnes, toutes le ton des hautes cath6drales, marcheront parall6lement avec reconnaltre.... essuya sa bles- prendre, enfant, avec ses mains;
rchainhes, qi rivait I,'Hui na- minuit tintera aux horloges, baisse asscz prononc6e entire le sure, et s'enlonca (tans I'enne- et it se dill
nt oul et 1tl -u. 25.. Tes clo,.es. s,_brla 25 et 26 otl on doit s atendre A mi. A sa suite, les troupes s'6- J'en cueillerai A moo grand
nie A sea souiurw uo- lorsque es cones ser des pluies ilancrenil On compta le soir cong6, des roses, jen cueillerai...
vrr, routes grandees por a plant, onneront A tote vo E M. Tippenhauer condut: les Creates morts; ias talent II traverse dautres villages,
6teruelles du Royaume le un carillon triomphal. ie jour de la Noel, il te fera done mille. La nuit passa au ronron vile. II march la nuit, vile, vi
Dieu son'Pere, ou nutn entire lant leurs grades voix Ul pa res beau ten s. des soupes. Mais au petit matln, te. Et comme la nmit, les gees
s'il n'est pur come l'or au s bronze au concert des Ane .. .. ,. comme Malsallez racontait son ne plaisanlent plus, l'ame de
sortir du creuset! j pour chanter i'hosanna gIo I T M 'l "coup ", enjouant a I'Oie.quatre Malsallez, bloltie au pays n tal,
Letie mission, il taut qu' p- rieux, a I'heire ou les 6toii tll ers fusils vinrent le cheicher. prit un cheminjn tste. II vuai
pros deux mille an s, ce e dans le grand firmament ket ,|M a Ie| jeunes Debout. Le lieutenaiu-co tout, comuies'il ymfil.On ton-
nuit, dmain, Ian prochai ront plus brillantes, o s de entra lonel le demand. geit mur prde Gton-
touour'u c o Ter seraprocher ..Ciei d Arts e Amer fffrr 4ans Paralt que c est coIine ca ne, fleuri rose en may come
touiours Juq. c ce que totl lerre se rapproc d--@ la xideebdr' r 1 t l auea urd'hui, dit Mulsallez une guirlande de marine. C6-
meurt, !l taut que tu Ilacco A la lueur de I'E.to mei edi 't blic ui sr tferme, il se leva. lait I que passaieat le euterre-
phues, Etoile ianonciatrr4e nrense qie scinti r a atti ',dsnesi 'tde te. ~d Minuit M. de Pry 4tat sous sa tente, ments. 11 y avail un pre. avec
de redemptiOn, qui, par <4e c } elle sc in.t{ [l iT dile danfiite lchap4 de l'Ecole, an bout du camp. II fit enlrer le des tombes tranquilles. Vieux,
souveWl que tu immortall- dars lazur du cie,*alt 'a C'est C ePere Corno,Secretaire soldat, renvoya les ordonnan- tIrs vieux, Ag& de cent ans au
ses, sera toujours plus rayo qu Jt'dee, kit *ui '.a t gn6 ral4d l'Archevech de Port- ces, et les d(leux homines res- moms, Mualsallez, sy vil allonge,
nantede hinire qemd'-le plutI lErIant, petileza-vouso c iaWprince, qui celebrera 1'Offlee (rent seuls. la moustache blanche, dans un
6c'atant soleil don't flarn sur le.p.ges de I h*tY*!e de dlvinh. Marches-to bien ? drap sans repries, et il se dil I
blienties bosiheM'et toutes vote vie et relisez-tes, vous Le public est cordialemeni Oui, dit Malsallez, lonn. t.est ainsi que sera naort"
lea joies et tones le t6icites qui po kz une couronne ma- invit6 a assister au concert et a Iy avail encore du san sur tout doux; les balles des ba-
,d '-b '. ,nifque vous don't la main la c6r6monie religiese. a.llt r ie tailles ne netertontpas... .


NIS


-J


0W


fin


~LP




9..
V


LE M UTIN 24 Dcembrc 1927


(I.,


SI)'in tii. .ii :tru e irepiart pour
illri a tii|rj ai I'Ischiw illecr; c'est
drI t l.ci i [ \ icis e(iiverrai tout
cC Im l I uh ,i \otis eclairer sur
In camI ti I let'.
C ( ci iihil;titl, Monsieur, j'ai
;'i (t'pllirtIc I' luinesle esprit
(|ili, (l&i Is premieres heu-
Ies C t't Iit crn iiinire pour le
succs dc nos 11.rme.S. L'hllom-
nme (li mVIIs (porlira cette
I Icll i s , Hppclli' Malsallez : il
t'sl ditc I I ()iM gnie. aux
o1 I ts (de IM. i;iv coiliIt quli
ii'Ii ,I .1 :i nl( u'. CelOIt lon
me, ; lie ()ol)scrvation que
II(' s "t' ;I i I' n;1 11(u l e le-
IIII( I :I ( co i pailie, r e lIan--
; l 1 p dt o p (Ic l)a l)nlelte
(I 1t ic ,iC sils point encore
gntlii. i.x rgic i nciit connait
c l i Ia (: i mllllle ii a ellen-
IcItIl ;i, nollnt enlciere conve
in:ni'c., ,ii je ii 'instruirais ul-
cii t' n lli it criminelle sans
vol'us ii irv('lliri',(ju'eni outre,
Cn l tll) inin.i lel que celui ci,
oi, pm r lii-n laire, tin chiet a
lhiesoin ii dltIvo nient de cha-
(I ti solhlil line execution ca-
pilalc sc iiil d i t n utire ipor-
ler Itos i oinies .i des exces de
revol', ije v )o u s envoie le
noni 1(' nM ilsallcz (Jeian),sans
escor t'' car ije ne puis me
(dessisir d 'iu tlilhoimme va-
lidc \o us approuverez, j'es-
pere,cc soulci, en inme temps
que mnil d6sir d'ai)prendre
qt;ue \v'tr C.onseil m'a rendu
just iCt C e /aisal passer ce re-
bell,' par Icls (rntcS.
,IJC suis. aOvc les sentiments
( thi \ tIs ;i\CZ/. atcou tii e de
fail naitre ell vos SLo'ordoln-
nes,Monsieur le Colonel,votre
trcs huml)ie et tIrs respec-
ttilUIx ser". il,, r.
SMarqutlis Pry. ))
ica vieux sIldat...
ly \iLIn\ solt, la leIttre
sti lt< ~ noOnx, leva lente-
minel Itr I Itl. Assis sur le co-
teati, i! swillit son cl) ur im--
mobile.


II i iv rs)a n (d'Fiulres villa-
ges. IN ir,'h '. i l marchait lou-
jours; il nie devait se reposer
(!, ;i A . :, i ou (lit :anu gia
;,, ', !. \ il v N;i s Is loin -
lin I I. 1, .\ l..: i zi e tI l n sl onl
\i I t |' "' r Ic d i ': v (!t' eourl"
([iii l'.vail ,\i ';.'5i -l !.! r- sa bles
sure nI1 vI inllt, iu lieu de le pu-
nir,. M. d(I I'ry I'avait choi i
pour allci auI roi. V alsallez eut
des rni(ords; son coeur dansa
sonIs sI ,( It', 't il se dit !
( ',, 1tat I )ho oflicier tout
d 1,.u'lic ; ''esl st 'ir, oui, voilb
le Ini il lt'Lr C(I cl ...
I:oiiii 1 il lisait cela, le soir
Mtail ventui, il s'assil.
D)'illtiirs, s, senlant pr's de
la ville,. il voulit relaire son
sac. 11II Ic it, Ic brossa. I'ouvrit ;
1n1iis (t1nnae il enlevail son lin-
g ,'. l; Iii c '.'iissa par ler e.
Sans (lotnil tii'n I'avait nial
C;iclc!('-', c lla s' lit rouverte.
,M iI /, oIn turna et, lec ul
urii nl\. *,rl i tile paI ilerde 1'enve
lopl)pe II s (h' plian de lui meme,
avec ston 'ri iltre large aux gros
l)hilols n, s... Malsallex hesila
unife I .. dIl. \ I us, el il se dit I
-- I',istl, min'a f lail grAce.
mnilo allicltie, ire v'li quas sonil
aini. .I'v.s \oir c'qui veul I"
.1l 1li:ns 1lt slang dtu couchanlt,
a \(oi\ l :ilec, Ic vitie x soldIl
|pcli !
Monsieur I Col(donel,I
S\Vins ;i\ / sil deva'tiil nol
(utlel' s it ('lsolitionIs M le Ma-
rch'liil e, N\(ailles app)orlait Li
Coiiitiintctir lts his ilites en Al-
s,,( (.' :Il jc crois, ll un hom-
it, s;,,q, in;is insutllisamment
a\t I. \! I, (itc de (rammnond,
M. I (luc (Ide lioulllers el vous
iini'n Monsieur, ne cessiez ide
Ic pn i : j'i'liis prrisent i vos
so ll( ivil ins planss anon cabinel;
()on Sii11, 1 I iomncl ilo' i |l i t i oui,
etl I'; i m se I pr ta sous Stras-
bourgm ( s"t. ioit senlitilent qu'-
oH11 lit i r' rel lcrI pas.
,, .Is. s ,lit r'iuxMoinsieurde
V(>iis .lliii.i tir l I iprem ier sue-
( ,s: ,11, i detris itrui l un point
sit !r 1i Ji lr |'liv' avail tail met-
lic I(-rn e i i lilies. Les grena-
irs l l Irs piqueils de M. de
M ai,,ioi.:n( I l l il plus! il s'est
suipiu.ss,. Mi lle (Croates, don't
oin iin pc, I I lril)uer la det lite
v vs lIorllicns son t delneurbs
sur Ie li Ci.[in, et vous n'avez
(liIe l1i01 hi s (1 vingt (d(ux bles-
ses.


LES1IFESsiS iE H'IMIT
II v aura, celte nui', Messes
de iniuit, .i Ia Cathldrale ide
I orl au-l'rince et dans les trois
autrcs 6glises paroissiales, celles
du Sacre-C(eur de Turgeau, Ide
Sainte-Anne et de Saint-Joseph.
A la mii lropolilaine. c'est le
ch(rur des dOves de I'Exlernat
Ste-Rose de Lima qui chantera
le NodI d'Adam >.
A I nstilution Saint-Louis (e
(ionzague, il y aura aussi messe
de minuit; mais le public n'y
sera point admis. La messe sera
dile uniquement pour la Com-
munaute des Frcres. II en sera
de meine au I'elit-Seminaire
College St-Martial.


A I'Eglise Wesleyenne
Voici I'horaire des cultes qui
se ron tcelb61)is, ai f'glise Wes-
leyenne, i l'occasion de la Noel :
-- Ce soir, A 10 heures 1/2 :
Culle de Nodl.
Les chantsetcantiques setont
executes par le cluturdel 'eglise
et la predicalion sera donn6e
par M. Etzer Vilaire.
11 v aura une collect special.
Chrismas morning at 9 1h. 30:
Special (.horal. Service in E'i
glish.- Silver Collection. '
.Chrismas t.arols and Solos will
be given.
Dlimanche 25. 'Fte de Nod : il
y aura, au local du I'resbylere,
Arbre de Nodl et distribution de
jouets aux enfants de I'l'cole du


Lll (jiP- e ll!l'l;l;ni,* l"
du Pr.-sidehit 11011 0
r' ) 'l / /ilt'l e.r ntii,'lllemenI
.\fgr I.e (G iii:e /IC /'r<.sil nit i'/
lit edp h'ii '" ', ati un .1 rrd'.'
d'Amnistie pleine el entli,r'. 1
Voici le t.le ie e I'Arrta :


Arreu/

130110
I'residenf t(it la /Ie>imbliqtie
Vu I'arlicle 75 de la Conslitu-
lion, 10e alinea,
Vu la loi du 26 Seplembre
1860 sur I'exercice des droits de
grAce et d'amnislie, celle du 2
Aoul 1926 sur la Presse;
Vu la requte ide S. G. Monsei-
gneur Le (iouaze sollicitant une
measure de bienveillance A I'oc-
casion de Son Sacre colinme
A\rchevq(l|ue de l);ir;;

Art. ler.- Amnislie pleine et
enliere est accordue aux auleurs
el compj)lices de loules infrac-
lions poursuivies ou jug'.s sous
le litre de dclils de p)resse ou
aulres suscep)libles d'emnislie.
Arl. 2.- Le present Arn"0
scra pu)li el exix6cule ai la dili-
gence des Secr6taires d'Et(at de
la Justice et de I Inl rieur.
i)onn6 iu Palais National, 'A
Porl-ai-'Prince, Ite 2:1 l) eeml)re
1927 an 121" de I'lndc(pendance.
B()IIORNO.
Par le Pre.sident :
l. Seci taire d'('lal de la Justice:
E IlEAUJVOII.
LeSecretaired 'l1 aide I'iutcrieur:
l'OMIBRUN.
m nm . .


dimanche. ... verra, dans la rue,des grou
pes bruyants, des autos innou-
brabIles s'entrecroiser, rapides,
la iuit, muaintenant, tdan- eclairant, fugitivenient, la rue
tail, chnlait ilun (oux air tris-' des feux tIe leurs enormesveux.
t en lvole dese aux et des ar- Des gens qui resteront 'oung-
btes. Le veicax petait sda sr-.lemps dains les calbarels, braille-
>res. Le viejVx petit soldal re.i dd tic
vi Sol ) ve, s'e l ..eil.le a re o et 1 t de leairs voix av'nees des
vit soiln 'gev sa v'-ille m 're ct linuil, (t hr, lizs I discordanls.
son village. lotol cai partait. On ne reconnaitra le NoLi c61&-
s'en altait de l1 i, avec des breque parce que I'art ne perd
atlieux. II se leva tout pale. jamnais ses droits.
Dl)'un cold, dans la nuit, c c- .'.
tait la tuite suire, la vie aux ... verra tout cela, toute cetle
grands chemins, la liberty. De ioie, tout ce rire, routes ces lu-
I autre, au loin, luisaient des ,nieres, car c'est Noel la grande
mieres, Metz, une grandenuit de gloire pour I'Hu'n nili'
yle. M. oui les hommes ineilleuis se
Alors, come il se tenaial rapprochent davantage de Dieu.
debout, SOus la lune, on vit
le paradise passer dans I'reil
du soldat : les saints et les
saints, et les anges bl)ans,en 1
i'e, avec des pal mes... II dit:
L'ollicier a p't'' ben rai. E
son.
Et rcdre, sant sa taille, il ne
prit ni par la gauche, ni par FR9iDI9RICGAIRAUD
tia droilt; mais, la leltre dans *-..


le sac etl Ic sac au dos, il s'en
alia aun as, come i l'exer-
cice, vcrs la grande ville, vers
la mort.
Vers les lumicres...
Georges D'EsiAiniEs.


S Prropri eaire
Envoie A ses nombreux
Clients et amis ses
meilleurs Vceux
de Bonheur
et de Prosperit6 pour 1928


... verrace snir, de bien jolies
choses. LA-haul, routes les eloi-
les s, inlilleroiit de leurs plus
belles lueurs, joyeuses, elles cli
gnoteront plus vivement leurs
yeux d'(ineraudc e, IA-bas,l'As-
Ire du b)erger, annoncialenr du
grand v6eeneniil s'Ohtvera dans
la proltoldeuLr 1du CilI, tel le
phare vigilant qui guidv le
nautotanier prrdo, dans I'obscu
rit6 sur lI'ininenIsilt des IfoisI...

... verra,dresse fiUremeni sur
la ville q(u'elle garde, protectri-
ce, hi Ca lidrale profiler dans
le soir scs lines majeslueuses,
aux contours alliers. La grande
rosace, au frononn, illumin e,
brillera des mill fe1ux de ses en-
luminures, grand (til aux re-
gards bigarres qui fera silen-
cieuseiment signed A tous de ve-
nir s'Iigelioiller devanit ia Cr0-
che o0 repose l'Enlant-Dieu. .

... verra, dans les families ai-
sres, pousser sur les Ilahles (de
i grands arbres de Noel. lUs bril-
leront de Ifux. Chaque tenille
sera une 6incell,, leurs bran-
ches s'inclineront v .rs la terre,
Slourdes de jonels et de b nn
bons : polichinelles au rire dr(-
le, petils sing -s h 1 ares, poupbes
aux visages violeniment carmi-
nes, d6licieuses dragees, pas-
lilies exquises de chocolate, que
des enlants, en I'olle gait6, hap-
peronlt et se disputeront sous
I'ail gra v'e (Iun norne Bonhomn
ine-Nofl 'i In loconneuse bar-
be de neige, au grand manteau
rouge, I)ortant au dos s i tr',di-
lionnelle hotte d'o6 poinlenl
des verges l6gendaire ...

...verra sur l's tables fleuries
des corbeilles debordanles ide
fleurs )aIrlumnes, monlrant le
sourire de leurs couleurs dans
'elatainte lumilre des lamIIes
da plhlond.II y en aura de rou-
ges qui symboliseront le Gc'ranid
Triomphe, il y en aura don't les
corolles imnaculk s rappelle-
ront la puret6 de Celui dont ce
sera, cette null Ianniversaire.lEt
parmi ces fleurs et dans leurs
parlums, tronera,l a Dinde au re
veillon, cuile a point et bhaignant
dans sa sauce delicieuse.

v. verra dans la deineure du
pauvre, bien des larmes se s6-
cher et le sourire,pour une nuil,
illuminer les visages. Les .elils
n'auroint pas tant de bonbons
que les autres, les jouels seronil
moins nomibreux, mais q(ua'im
porte c'est le petit .lJsus qui les
aura apportes et on serajoyeux.


par le surplus du terrain et A l'Est par
B. Ostin6. sur la mise a prix de trois
cents dollars, cy ............. Or.300
13 Quatre carreaux de terre situes
sur i'habitation "Maddle La Resource",
en la 60 section rurale de Troucanary.'
en la Commune de Petit-GoAve, born6s
au Nord par les heritiers Constance
Durege, A l'Ouest par la Ravine et A
I'Est par le reste de l'habitation La
Reasourte"sur la mise a prix de Quatre
cents dollars; cy............ Or. 400
14' Une propriete, fonds et bAtisses
situee.Wtr l'habitation Chabane, lie
Section_-rurale de la Ravine S.che, en
la commune de Petit-GoAve, aujour-
d'hui AvenueLSimmonds, sur la route
qui conduit AMiragoane, de vingt cinqs
pieds de profondeuret dix %ept pied&
de.facade,bornesavec les consorts 1D-
ronceray, terrainrainsi que la construc-
tion appurtenant AaMonsiur Domond


Ventoe su Conaention
sp6-lale
On fait savoir Atous ceux qu'il ao-
ptiendra qu'en vertu lo d'une obliga-
ion hyoot6caire pass- au raooort de
Me Ovide Bernadotte, notaire A la reai-
dence de Petit Goave, le premier Sep-
Iembre 1921 tt 2o d'un arret du Tribu-
nal d'Appel de Port au Prince, en date
du 28,Janvier 1926earegistr6 et sifnifie,
passe en force de chose jugee, il sera
precede IJeudi vingtet un Janvier
1928 en Mtude et par ne ministire de Me
Ovide Bernadotte notaire a Petit Gof-
ve, a la vente au pluuloffrant et dernier
encherisseur, des immeubles suivants :
lo Trente et un carreaux de terre en
canne a sucre dependent des habita-
tions "Courtisse "et "Bineau "', situe
en la premiere section rurale de la
plane de Petit GoAve, ayant dessus un
etablissement, un inoulin a vapour
pour canne & sucre4vec tous ses ac-
cessoires, sur la mia a prix de qua-
torze mille trois cents dollars, cy
........... .................Or 14.300
2o Une propriety, fonds et batisses,
sise A Petit Goave, Grand Rue, ayant
dessus une mason basse couverte en
t6les, borne au Nord par la halle de
Louis Guillod, A l'Ouest par la Grand
Rue, au Sud par les hri tiers DieudonnG
Privat, Vve Stanislas Blavet et A
I'Ouest par Paulius Azemond, sur la
mise A prix de cinq cents dollars,
cy........... .................Or. 500
3o Deux halles en briques continues
A Petit Goave, t l'angle des rues du
Port, ci-devant rue Peck et Grand'rue,
born6es ou Nord'Ouest par la Grand'rue,
au Sud'Ouest par la rue du Port, et au
Sud par Oswald Bienaime et A I'Est par
qui de droit, sur la mise A prix de six
mille dollars, cy.... ........ Or 6.000
4o Une propriete fonds et bAtisses,
sise A Petit (oAve, rue Rigaud, ci-de.
vant rue Saint Paul consistent en une
maison basse couverte en t61les avec
des constructions dans la cour, mesu-
rant vingt sept pieds de facade sur soi-
xante doux pieds ce profondeur, borne
au Nord'Ouest par la rue Saint Paul,
au Nord'Est par Icem6la Prospere, av,
Sud'Ouest par Montss Auguste et auW
Sud'Est par Oemities Fecu, sur la -nise
a prix de six cents dollars, cy.. ..Or 600
5o Une propri6te, fonds et batisses,
sise A Petit GoAve situ6e a I'angle des
rues Peck et duQuai et A l'angle des
Grand'rue,..et rue Peck, ayant dessus
une maison basse, de vingt cinq, pieds
onze pouce sur la rue du Quai sur toute
ia profondeur, sur la mise A prix de
deux nalle dollars, cy..... . Or. 2.000
6o Une propriWte, fonds et batisses
consistent en une maison basse sise a
Petit GoAve, Grand'rue, mesurantvingt
pieds de facade sur cent cinquante
pieds. six pouces'de profondeur, borne
au Nord par la Grand'rue ; au Sud et
au Sud'Ouest par la dame Francois
Floraut; au Nord'Est par Archibald
Baudin sur la mise a prix de quatre
cents dollars, cy. .......... .Or. 400
79. Seize carreaux de terre cafeiere
situes sur l'habitation Lefort ", 79
section rural des Platons, commune
de Petit-GoAve, bornes au Nord et A
Il'st par les heritiers Modestine Pero-
ny, MWralise Cyprien, Larochele Lundy
Jer6me Sampseur. Georges et Blaise
Chabonne, au Sud par Lundy Jer6me
et Bellamy et A l'Ouest, par le chemin
de Gary, les ayants droits de Desi-
mene Brignolle, les Joute, Athur et,
Arilize Jean-Baptiste Brignolle, sur la
mise A prix de deux mille quatre cents
dollars ...................cy Or. 2.400
89 Onze carreaux de terre situ6s sur
I'habitation "Huguet"' onzieme section
de la Ravine Seche, en la commune de
Petit-Goave, born6s au Nord eta I'Est
Spar la route du terrain, au Sud par la
Ravine Guete, Montes Auguste et Dly
Pelee et A l'Ouest par Thelisma, sur
la mise A prix d! Onze cent dollars.
y ....... . .. . ... O r. 1.100
99 Six carreaux et trentetrois centie-
mes de carreaux de terre dependant de
l'habitation Dubois situes en la sec-
tion des Platons, en la Commune de
Petit-GoAve, born6s au Nord par les
haritiers Noel Potin et le reste de 'ha-
bitation Dubois; au Sud par Pasteur
Dub6, A 'Ouest par I'habitation Dubois
et A l'Est par les h6ritiers Thomas
Duroc Chariot, sur,la mise A prix de
mille deux cents dollars, cy 1.200
10 Cinq carreaux de terre dependant
de 1'habitataon La Ravine Plate ou
Piton Valu ". situes en la 12 section
rurale des Fourgs. en la commune de
Petit-Goave, bornes au Nord par Do-
mond Brignolle, C. Marcelin, P. Dube
et consorts, A l'Ouest par Henriette
SJeannot, au Sud et A l'Est par Ie grand
heminin, sur la mise A prix decnq
cents dollars cy ...........Or. 500
II9 Cinq carreaux de terre depen-
dant de 1'habitation '" Sous-Carette",
situes en la premiere section rurale de
de la plaine, Commune de Petit-GoAve.
bornes au Nord par Brutus Adonis; a
l'Ouest par le reste du terrain; au Sud
par Siverne, dit Tity, a l'Est par la
Rivire Cavanack, sur la mise a prix
de Cinq cents dollars, cy.....Or. 5.(00
12 Trois carreaux et un tiers de car-
reau de terre dependent de 1'habitation
Lefort Oranger" 10 section rurale
des Palmes de la Commune de Petit-
GoAve, bornes au Nord par Boileau
Ostin, PlesimeLindor et Exillen Ray-
mond, au Sud parPhilistin Pierre-Louis
Guercilin Casimir, Jean Pierre Lamar-
tmanire et Ciaville Sainvil, A l'Ouest


Paul Pasquet, 20e les sieurs J. Farrell,
commercant, demeurant et domicilid a
New York, ayant pour avocats Mes
Etienne et Frangois Mathon et Paul
Pasquet, 21e les sieurs Vital et Vaethe,
commercants detneurant et domicilid
a Liverpool, [ Angleterre) ayant pour
avocats Mes Morel, avec eietion de
domicile a Port au prince au cabinet de
Em. Morel et Aug. A. Heraux et*a!Pe-
tit-Goave au cabinet de Me Paul Paquet
Contre 19 le sieur D. D. Brignolla. 2'
le sieur Simonneau Bonny, 3* Ie sleur
Myrtil Brignolle,:proprietaires, demeu.
rant et'dbmicilies a Petit-Giouve et 49 le
Dr. A. Celestin, prorprietaire demeu-
rant et domicile a Port au Prince.
Pour de plus ample reaie ts
s'adresser aux avocatsso n

Port-auPrince, le 19 D cembre 1927

EmIMore"Ag.A. Herauz, Paul
Pasquet


- ,L.. - .. -


---.--~*~ ~-.-. .-~ - --- -- --


.240 1 *


PHi r.olle cn nt thtii( tce Ua i.,e
Thracin Pierreo sur la mis l s -
fie quatre cents dollars, cy......%r .40
15" Une propriety non hAtie, bitude &
Ia rue de la Justice, ci-devant rue Sa' t
Anto'ne, de dix pieds de facade *ur
adix&nte et Un pieds de profondeur
borne au brd par Sebastien at MomT,
point; au Sd O Quest par la rue Lfoda-
lise Lindor, au Nord Ouest iar la n
St. Antoine et au Sud'% a,1r got
Chorcol, sur la miae a prixde c s
dollars, cy.................... .50(
16' Une aoprietd a& emplaceman
non bAtite, ese au Petit-Goave, at
gle des Rues de la Baix, ci devantgfe
Vaivre'et Leconte, ci devast Rue d'fa
nery, de quince piedt iur la rue Lecomi
te et quarante six pied, six poucas
Ia rue de la Pix, bo6me auole
par la rue Leconte, au Nordn at par
les hritierN Duplannette, au Sud par
Madame Ovide Bernadette, a l'O
et au Sud'Ouest par la Rue de la Paix,
sur la mise a prix de cent cinquante
dollars, cy.... -.... Or. 150
17e Une propriety, fonds et batism-
sise rue Dantes Destouches, entrei
rues du Magasin de l'Etat et Republi.
caine, ayantdesus deux maisonspor-
tant lea Nos 239 et 241 de trente quatre
pieds, six pouce de facade aux cotes
Nord et Nord'Ouest sur quaennte pieds
de profondeur auxtc6tes Estet Ouet,
borne au Nord par la rue Dantes Desw
touches ou PavEe, au Sudpar la dame
Emilia Joseph, 1 'Estpar Me Chrysoms
tome Rosemand et A l'Ouest par ArMtus
Nicolas, sur la mise A prix de quatre
mille gourdes, cy- -----Or. 4.000
A la requete de la Banque.Nationale
de la Republique d'Haiti, Socitte Ano-
nyme Haitienne, ayant un siege a New
York et son princil tablisemr.ent a
Port-au-Prince, represented par les sieurs
Waiter F. Whomes et W. E. Williams,
ses Directeur et sous Directeur, demeu.
rant a Port au Prince et domicilies a
New York, ayant pour avocats Mest
More), PaulPasquet et Aug. A. Heraux,
2e les sieup Raoul Duval & Co, corn.
mer ant, demeurant et domicilies .u
.Havre (France) ayant pour avocats
Mes. Morel et Paul Pasquet, 3e les sieu s
'W. E. A. Leaman, commercants, del
'meurant et domicilies a New York (E.
U. A.) ayant"pour avocats Mes Etien-
ne, et Franqois Mathon et Paul Pasquet,
Ie les sieurs Edward Maurer & Co Inc.,
commercants demeurant et domicilids
a New York, ayant pour avocats Mes
Hermann Malbrancbe et Paul Pasquet,
5e La Harmann Pacifie Co Inc. depuls
United States Pacifie Company, Societe
anonyme ayant son siege et son princi.
pal etablissementrja New York et pour
un de ses Directeurs Monsieur E. Her.
mann Vivie, demeurant et domiciliE A
New York depuis sa liquidation volon.
taire, ayant pour avocat Me Paul Pa-
quet, 6e les sieurs Armour & Co,.com-
mercants, dsmeurant et domiciles i
PortlauiPrince, domicilies a Chicago,
ayant pour avocat Me Paul Pasqut, 7e
les sieurs Fleitmann Watjen & Cq.cO-
mercants, demeurant et do mid A
New York, represents par la I atinl
City Banque de Newr York, Sociattaa
nyme ayant son siege et son principal
tee par Directeur le saeur Charles E.
Witchell, Banquier demeurant et domi-
cilie a New York, et par la Banque d'A.
mnrique, Societe anonyme ayant son
siege et son principal etablissement A
New York, representee par son Direc-
teur le sieur J. A. Stitmann, demeurant
a New York et pour avocat Me Paul
Pasquet, 8e les sieurs Jglesias & Co,
commerqants demeurant et domicilies
a New Yo k, ayant pour avocat Me
Aug. A. H6raux, 9e les sieurs A. Revest,
commerqant, demeurant et domicilie a
Paris, actuellement en liquidation vo-
lontaire, ayant pour avocat Me Paul
Pasquet, 10e La Curacaosche Handel
Maatschappy, Societ6 anonyme a'ant
son siege aAmsterdam [ Holande ) re-
presentee par son Directeur le sieur J.
Von Dam, demeurant et domicili6da
Amsterdam ayant pour avocats Me
Morel. Paul Pasquet, lie Les Usines
Centralesde Petit:Goave, etablissement
industrial, ayant pour Directeur le
sieur J, E Vital, demeurant au Petit-
Goave, domicilie a Liverpool f Angle-
terre 1 ayant pour avocata Mes Morel
et Paul Pasquet, 12e les sieurs Wilson
& Co., commercants, demeurrnt et do-
micilies a Chicago, ayan) pour avocaS
Mes S. Pradel, Morel et Paul Pasquet,
13e La society Havraise de consi-a-
tion, Societe anonyme ayant son siege
social et son principal etablissement
au Have et pour son Directeur le siour
Eruns Chwoy, demeurant et domicile
au Havre et pour avocat Me Paul Pa.
quet; 14e les sieurs Salomon Well & Co,
commercants, demeurant et domicilis
a Paris, ayant pour avocat Mes Paul
Pasquet, 15 les sieurs Climace Vargas,
co nmercants, demeurant et domicli'S
a Liverpool, ayant pour avocats Mr.
IMorel & Paul Pasquet 16eles sieurs L.
Preetzmann Aggerholm, commercants
demeurant a ;Port-au Prince, ayant
pour avocats Mes. Morel et Paul Pas-
unet, 17e La Frans Occanie Trading Co.
nc. Society anonyme, ayant son siEe
et son principaltabliusement a New-
York et pour Directeur et President
le sieur Martin Johanson, demeurant
et domicilie a New York, ayant pour
avocat Me Paul Pasquet, 19 les ueurs
W. G. Mathws and Sm, commercant,
demeurant et domicilies A New York,
ayant pour avocats Me. E. Morel et


Nil


IR


..,





















f








'
*









I
I


:; ,
i

'





-i


LI1ITI.


IsCB~l~aes~8~


__ ~_


;~a~r~E~B~ ma ~e~P~;L~ii i~mse~rj~i~


' *


1:


I-


_Vt


who - I-. A.










b. kA I
3 M b,.
.I/I ,a, Jl' ,a l


LajPa fils Ie n


1


VEND les meilleurs et les plus.
renommes Souliers

PACKARD, RICHELIEU, TRIANON

Et d'autres styles

pour les deux sexes.






Murque TRIANON
Les chaussures de cette Marque se trouvent dans nos Ma
gains sous les varielk s suivantes: Vernis noir, -C h a m o is
blanc,- Bleu extract,-Gris, Champagne glace,
dore el argent6
Vend aussi les plus r6putes costumes :le la Marque
*BESTFIT*
Casimir-.Gabardine-:Palmbeach-Dril, pour homes
-Nos Prix sont fixes, defiant toute concurrence--
-EXPOSITION PERMAMENTE
Tenez visiter "La Farisienne"

Franco & Vicente
Angle des Rues des miracles et Orand'Iue


Burrou


PORTATIVE


Voici Is Nouvelle Machine &
dditionuer BURROUGHS.
add itionne ra juiqu'a
0.OO.OA.. Poss6de un cla
*t visible Standard. Peut-
si touch6e avec une seole-

M
RUa Roux & RUE DUCENTRE
Addition- Tenue de lives


Cette Nouvelle Machine est
ais6ment d6plac6e du comp
toir au bureau, de table en ta'
ble et du Inireau A la maison.
Laissez-nous vousdonner une
demontration gratis., crivex
ou telephonez:


npOR & LAUfRIN


TJ"iL9PHONg 23w
Calcul Machines a preparer des compiles


- I~


EO
IE































I
e-9


A




p.


1*


l^ .O P .b o4 .. o o . ...1


- ---


- --- ,, _~__~ _


-- -


Lwa-







LE IMATIN 24jD:cembre 1927


ti~se~ j~~~j~4


It

A


L. PREETZlAN-GG EBHl


IMPORTATION E:
AGENTS DE MANUFACTURES



RIZ Gelle Frero
Inpil),latlioin en gros dte toules les qualilts ile nz cour:nls I
sur le march d'Haiti, du HAvre ou de llambourg.Je suis le lie- F
presentantl des plus lorles maisons de riz (iuns ces deux ports et PairumerieEssencesEcux'
j'executerai avec phlisir vos conliiandes p0tir expeditions direc- Part'u e e connaices, a
tes. Siam, (iaride,. Hangoon on Saigon dans n'importe quelle di- Tou le morle connait sot a
pension. b oujours en stock pour vos prompts besoins Slain elt son intressaintes.
Rangoon en sacs tde 100 lbs etl 224 Ibs. sent iutressanlts.
POISSONS POISONS CI
D 'A qustino G ubitz Co ,,,,,' o:e1,1,' t oso
meinlt tie cimenti e toit le1p:
I iIandies directes ol poll ac
Inc. New-Yorkn yui tns
Une maison qul donne entib6re satistaction Architecles el l'Enirl'eip
A ses clients, rez besoin de ciment qui tl 1
Expoi tatcur de poisons, Morue. llarengs en sel on en sau- I'rix mUodris. Conditi<
mumr, Ilhrengs saurs, large, sees on imoyens, Marquereaux, eic.
Conlic/. vosscommandtes de poissons 'i elitee miaisonevou e s A D elor
recevrez I)rompteient des marchandises Iraiches aux meilicurs
prix. Le meilleur vin imports
Pour vos commands s'adresscr ii I'Agcnt soussigno. LOll & Cie Bordeaux.
Vin rouge en bards tie
Vin blanc en hirils de
LR E 1 t* I Vins fins par caisse, bl,
R. E. DietZ Ollpanv Quality sans rivl.Goi
Si vous voulea/voir un lanal qui vols (loiunien. lhoone lumiie r1 I*111 u
et qui nc s'tecignie pis.mntine dmis le pluns fort orage,achetez tou- L. L I H
jours nii marque DIE''Z. Les F.naux Dielz solt coonnus das es
monde cnlier.
Fanaux pour tout usage. Demandez les catalognes.
Fabricanlsdu lameux b -u
\el cri-ilIe. Excellent en gon

Condl nsC M' our commlan(es ell g
CA01delled mll'i CO


Aimnw' v\', s lts bomles choses Si mti. reclalei tonjours la
marque NlSTL, quand \'v(IIs achOlcrcz Ilu Chocolal, Cacat0,1.ait
ColdeIInst', 1:,t Cvaipore, Ietc,
Nous altirons votre attention sur les boiles de f'intaisic Noti,6,
Ces l)oitcs soult les plus jolies offertes au public cctte annce,et
le chocolate ct exquis. Vous les trouvcrvz datins toles Ics bones
6piceries.
Une bolLe de Chocolat Nestle est le meilleur
cadeau qu'on puisse recevoir pour Noel
ou pour les FAtes du Jour de I'An
Emplove/. Nestl's Food pour vos enfunls.
KEs-v',. Lactogen pour les lbb6s.
Les l)ocleurs et les sages-temmes recommandent e s deux
products comnme la meilleure nourriture )our les enflants.

Thos Boa() & Co

Ltd. Greenock
Tous les exportateurs de caf6, cacao, etc,doiivent s'assurer des
sacs vides nieuls, sacs de second main et ficelle de cette Maison.
La qualitle de ses marchandises est la meilleure qu'on puisse
trouver. ,
Je sollicite vos commandes. Toujours en stock Sacs vides de
tout genre et ficelle.

Tujaque Food Products

i11C, New-Orleans
Macaroni & Vermicelle
Adiesse,. nous v O commander. Nous avoS s mdcs i han liidi-
ses de premiere quality. Service irrtprochable.


,.,,


Moris & CO Chicago
Je votis recommande celte maison, une des plus lor'e dties
lials-pTis, pouF' .oules vos co'nmandes de Pur Lard, Mant4gue
(.1 i crbiY icq' P 11 eg bo iii's. lx'"le salh:, Mess Pork, Clear Pork,
j4ambions de qq Ls soqrls. l'ti ,11 -'e, Sa'cissons, elf', etc. Si vous
n'a've pas encorp travail avec ce'ite spisqq, eqvoye/,-noi voti
a'vil Fanlde d'eI1 ,i.

Polaks Firutals Works
Amers/ot IHollqnde
Fabricants de Kola et Liqueurs, attention I
La Maison ci-dessus est en inu sure de vous lournir des extralts
divers d'une qualile tries superieure. .Ie sollicite votre command.
En stock un bon assorti.nent d essences,extraits.Prix raisonnables.

Union Assurance Society
limited" ?. London
AssuI'c yOs ipaisoIns ejl aFcaat-aiises chez The Union Assu-
Fange f:ociply ,imated, LoGiqon, u9e es 19is (61 une des
plu* a1peprnes i~aisons d assurance 4 Apq etere.
Po4r gqiriqis yevilleq vQus 4resser I' genlt.
oujours ca slc4. 1 n1ircandjstles sluvantes : .'irdines, Pr-
11es d'ente, Macaron )ie 4la 4it~4i) oy jaLcqle (;o New-Orl6aqq,
Suect g'ratut el uclre cQ:):iss,1lJile 4'qie ( .liqtIl ), iipgre
( llildick ).
Colomlbia griiphol(ialm(ai de diffrellips fdienmij;s, lisq ieS,
Machine A ,crite, I v Ilh'tin, Tisste, .AlluimneteslIouges,Ildio,
Fil Fldor!I de itotes les liinenesions, Pigtio., Ij8l1enc(, 'Serpettes,
Matilchilles,Fer ai repasser, Toles, Cl.uudires, etc, et,.


Nous souhai


BONNE


&


itons tous nos mis
HEUREUSES FRTES


LPreetzman -A gg erh o lm o


'4 ,. 4.


16:. L 4.0-.v


_ _I --


__ -.-.-o-


_ __. ~__


I.v


, VJNMM A


.i


.r


)LMI&Co


XPORTATION




s, Partumeurs ?

aris
de Cologne,Lotion.Poudre,Si von,etc.
pprkeie la quality de ces marchmndi-
aoderes et les conditions de la Maison

!MEN T
tacs. Norv6gi!,n ou a'tef l,. Seule-
emii&re qualilte 11tm dp6. Pour com-
hals de slock veuilexz vousadresserau
*tri avec -laisir ses cotations et con-
neurs consultez-moi quand vqus au-
onne un hon rendemenL
ons avantageuses.

SCie Bordeaux
en laiti vient de la Maison A. DE-
60 et 30 gallons.
0 et 30 gallons.,
anc et rouge.
t exquis. Conditions inleressantes.
n A.S.
Copenhague
rre de CopenI'nge Bruun.Beurre riche
,etl en consequence appreci6 parSlous.
I)omines i'piceries, dans toutes les villes
)s, adr,'s:.ez vous a I'agent soussig6.e.





LE MATIN 24 D6cmbre 1927


'4


& *


Sincaillerie


ft


kerro 11 ri


omsltihis


Materiaiux de Conslruction


BOISSONS DE TOUTES QUALITIES


Nous


sommes


specialement


pour la


VENTE EN GROS


aux Commercants de la Province


F


FIZZ


Demandez notre PR1IX COURANT
STOCK le MIEUX ASSORTI de TOUT le PAYS

Quality Bon march


TELIPHONE:- Magasin, Rue du Quai


No 2110


D6t, 2014
D6p6t de. Planches Rue Roux 2701


A occasion de la NOUVELLE ANNEE, la Maison ED. ESTEVE & Co
Remercie sa Clientele pour I'altachement qui'clle lui a toujours l6moign6 et souhaite que
12 apporte A tous SANTI
1928 & BONHEUR


.1. -Ii---


. -


organisms


( "A
Qs


I'")


I


- _I _ ~


:~%

t

oj



I>

I',
(~)



V


I


( /
( ~
'I'- ~.'&
I, **'
.I~


__


VVIISKY


VMS





LE MATIN 24Decembre 1927


Heureux Noel


4ia
0

1


I
0g




0
i






@


i
0,
(
i
e0s
9
0



I
Uyi
0Si
0;SL
0D




ftf
(H
9
S

U
q~a


Bonne Annee


1928


VOULEZ-VOUS PASSER une nuit de NOEL sans pareille ?


VOULEZ-VOUS le PREMIER JANVIER commencer


1'Annee


Nouvelle par un jour heureux


I


9~


At


4


'IBLl


Les l.eilleures CIG RETTESa bon

march. Ardome et Go t delicious


a


Fabricanls


RUE COURI3E


No


1808,


-- GRAND'RUE


NO


2190 --Phone:


2344-2261


~in~~i~ .~~p


1927


E


_ ___ __


- -- -C


I I


-------- -- -- ,-,,,


E


r^


e_










LE MATIN 24 D6cembre 1'127


PRISENTE


Que la Maison


*^.-


Rions!..


Plaisantons!..

C'EST NOEL

(SUITE)
ERREUR
Connaissez-vous le Bar-
bier deSdville?
Non, je me rase moi-
meme.
*.
Au SEMINAIRE
Le protesseur de mathdma-
tiques 6tudie les corps dans
1'espace. a n'a pas rair de
charmer leIeune C... qui baye
aux cornei les.
Le protesseur le rappelle A
A 1'ordre.
Vous ne taites aucune
attention A ce que je dis. A
quoi pensez-vous? Vous ne
suivez pas.
Pardon, r6pond l'616ve,
cr6tin intelligent, je pense,
done je suis...

Madame fait ses emplettes
de Noel.
Mais ame, dit 'em-
ploy6 ch , 3 dollars, ce
chapeau, c'est pour rien.
Oui, seulement, Lucien,
s'en plaindra4
Lucien ?
Mon maria.
-Ah, c'est autre chose, fit le
jeune gargon perplexe. Je ne


vous conseillerais plus d'a-
cheter ce chapeau ; car, il
vous sera plus facile de trou-
ver un pareil que de trouver
un autre man ,

JALOUSES
Alors, c'est vrai, vous 6tes
fiancee A Jacques?
Mais oui,
Je parie qu'il ne vous a pas
dit dans quelles conditions nous
avons rompu. lui et moi I
En effet, il ne m'a pas par-
16 de ca... II ma simplement
contesse qu'il avait honte de ses
carts de jeunesse.

PATRON ET EMPLOY
-Sans doute vous n'allez pas
attendre de moi que je paie vos
dettes?
S Non, patron, ne vous don-
nez pas cette peine. Remettez-
moi l'argent et je les paierai
moi-mdme.
Quelqu'un raillait un homme
d'esprit sur la longueur de ses
oreilles.
C'est vrai, dit I'homme d'es
prit, j'ai des oreilles trop lon-
gues pour un homme; mais con-
venez que les v6tres sont trop
courts pour un Ane.

Madame Alice R... d6posail,
dernierement, devant le Tribu-
nal Correctionnel de Port-au-
Prince.
- Votre Age, madame? lui
demand le Doyen.
- Vingt-deux ans I rkpond la
belle dame en cheveux A la gar-
conne.
- C'est-A-dire, dit le vieux


juge peu galant,entendons-nous:
depuis quand les avez-vous eus,
vos vingt-deux ans?

Hier soir, au (hamp-de-Mars:
deux buveurs se querellaient.
L'un pr6tendait que I'astre qui.
A ce moment-lA, &clairait le c el,
6tait le soleil. L'autre opinail
pour la lune. Un tiers survint.
On le prend pour juge.
--Qu'est ce qui Ibrlle lA-hbas?
II regarded.
LA-bas? Mais l'enseigne lu-
mineusedu hlium lIarbancourt.
Et tout le monde fut d'accord.




Calculateur

M. Bablage, qui appartient,
en Angleterre, A rlnstitut scicn-
tifique, est le p re de la pre-
miere machine A calculer.
IJ I'a remani6e, modifide, am6-
lior6e jusqu'A en fire une pure
merveille. Un jour, ii d6jeunait
avec un general qui le pria de
lui expliquer ce qum I'avait
pouss6 A r6aliser son invention.
Bablage sortit du paper, un
crayon et commenca...
Vous allez comprendre...
Prenons comme example le mot
cheval. ii a 7 lettres...
Parcon, 6 1 interronpit le
general.
Non, non... 7.
Par politesse, I'autre sn'insista
pas. Le professeur poursuivit :
Inscrivons un chifire sous.
chaque lettre : 1, 2, 3, 4, 5, 6
Tiens, c'est exact. Le mot n'a
que 6 lettres.


V:.,


4...
t'I.

t'4-

^1;
',:

I''.




t-S
[,-


Puis, (1 sinvolte et cli : 'lnalnt.
An fail, voilA I'explK'tlioi
(qie VOus t il deIIllanlt '/. .I'.i
invent6m in machine p|i cc< (ie
je lie sais p s... calculcr.


Pourquoi I on divorce

Les Amiricains, lets de
statistiques, ont mnimc e Lobli
celle ties causes de divorce si
frequent, aniourdi lhu, ;a ( x
Etats-Unis.
Voici cette curieuIse statis-
tique:
Infidlite du maria : 41 olo
Ennuis financiers: 12 oio
Infid6lite de la femmne: 10 ,lo
Enfants trop nombreux: 8 olo
Femmne acariAtre : 8 ol
Femme excentrique : 4 olo
D6ecption(?): 3olo
Mauvaise cuisine: 2 oo
D6sordre: 314 olo
Pauvret6: 114 oo
C'est statistique est faite au
mons pour consoler les ma-
ris fid6fes et rassurer les hom-
ines pauvres.


*.--~'


a. --~w~ ^


how dm


I I -


- I i . . .


,_ ~__~ _~_i ~~___ __


r --


Iwmd


- _An


I I -- I


__41-W


i*IN
". t ,
r..




4.% a.$iI



/**1 ;.

4<4>r
: 'I.4-' I



4:-


210, Rue des Fronts-Forts, 210




ai sa BIENVEILLANTE CLIENTELE SES MEILLEURS
(, ,





V(EUX et SOUHAITS de NOUVEL AN




AVEC SES REMERCIEMENTS SINCERE ;
.3-









vient de recevoir par le dernier bateau des marchandises ,
vai.ees pour la fin de annee

varhees pour la fin dc l'ann~ce,
p. ^I





LE MATIN 24 D6cembre 1927


S i'- ....


WUEIUUIhRU~


BOUEz


Port-au-Prince


AGENTS GENERAUX



fle la L T1i STEAtIIIP [o11pa1n




Envoienta ton us leurs souhails les


meilleurs a l'occasion du



OUVEL AN


La MAISON remercie ses clients de la grande confiance qu'ils lui opl

louijoirs accordee et leur envoie ses sinceres Vwaux de Bonheur

et de Prosperite pour 1928


Tine statue
(de ,6sus


de 38 metres
Les catholiques bresiliens ont
decide d'l1ever a A Jesus-Christ
li6dempteur , a lio-de-.Ja-
neiro,lune statue colossal, haute
de 38 meI res.
La statue proprement dile,
oeuvre du sculpteur Landowsky,
mesurera 30 metres et elle re-
posera sur un sole de 8 metres
plac6 an laile du Monte-Corco-
vado. Ces dimensions ont tW
calc'ules en proportion avec la
hauleur de la monlagne et I'en-
sembille du point de vue pour un
navire ariivant a 1 Rio.
Des solennits religieuses sans
prec&dent auront lieu A l'occa-
sion de i'inauguration de cette
statue gigantesque. des delega-
tions de toutes les regions de
I'Amerique du Sud y participe-
rolt.
MISTRESS
uL ti ClUARANTE
l'es '), '.,* ()uOnarante ,) out
exclu de la inouvelle diti in dut
Dictioinnaire (jui :l'araill'a ell
avril prochain, le mot distress.
Mais ils out mainlenu miss,


avec cette acception : Eile est
sortie avec sa miss )).
ln entendant citer cetl exem-
pie, un acad6micien, le mart-
chal .Ioffre, (lit-on, inrnurmi
Au temps oi les jeunes-filles
sortaieent accouIpagnes ).
Les serviettes de table
et vos 16vres,
I nesdames
('ne curieuse question ful sou-
leve, derniiirement par les hi)-
teliers et restaurateurs de BLu-
dapest. A propos de la mode
adopted par les femmes de se
harder les levres et de l'incon-
% enient qui en r6sulte pour 1'en-
tretien des serviettes de table.
Eu e1flet, les restaurateurs e'
hoteliers hdngrois estiment que
les traces de fard laissees par
leurs clients sur les servietles
rendent cc linge presqu'inutili-
sihle par la suite et que dans ce
cas ils se verront obiges d'aug-
inenter le prix des repas pour
compenser ce dommage.
Neainoins come les belles
hongroises n'entendent nulle-
m mnt renoncer au rouge de
leurs h1vres et combine it leur
faut bien essuyer celles-ci avec
leur serviette lorsqu'elles ont
finitde manger, les propriltaires
d'(lFlets ou de restaurants out
d(cid6 de revenir A la serviette
i en paper du temps de guerre.
Voyez-vous, tout le remue-
muenage que causent vos levres
fardees, mesdames ?


La fortune
I)L'
Saint-Siege
Le montant des sommes e ii-
voy~es A lRome par la chrelienl
est d'environ 20 millions par
an.
Quant au patrimoine de tous
les dioceses d'Italie que Leon
XIII fit declarer par les 6v6ques,
il s'C1ive A plusieurs centaines
de millions.

Le plus vieux

journal

du monde
Le plus vieux journal du
Monde c'est le Lin:er Zeilung,
tie Vienne. En eflet, le 24 avril
dernier, ce a vieux )) confrere a
c616br6 son 2506me anniver-
saire, car. il naquit le 24 avril
1677 et, depuis lors, a toujours
paru sans un seuil jour d'inter-
ruptio n.
Le Linzer Zeitung fut lond6
par Jacob Mayr et*connut tout
de suite une grande prosptritC.
C'est un beau record dans le
m6tier.


Ce que 16on
gagne en...
en plaidant

On a, lort souvent, cit6 les
b*nefices impoirtants que rdali-
sa'ent. chez nous, les grands
avocats don't les cabinets sont
bien achalandhs de clients cos-
sus, tels que ceux de M" Sey-
mour Pradel, Edmond de Les-
pinasse, Michel Oreste, et tant
d'autres.
Mais, il semble bien que tous
les records ont did battuspar un
avocat londonien, En eflet, Sir
John Simon, qui est avocat A
Londres, a fait, derni6rement,
sa declaration de b6neflces pro-
fessionnels. Rien que dans 'ana-
n6e 1926, il a gagn6 7 millions
500.000 francs. Sir Douglas Hogg
qui est le second des avocats
privilhgies de la Capitale an-
glaise, suit d'assez loin Sir Johii
Simon. !1 n'a requ ,o de la veuve
ou de I'orphelin q'ie3 millions
de Irancs.
Viennent ensuite Normau Bir-
kett, William Jowitt et Stuart
Bevan. Mais est-il besoin de lea
nommer? Ce sont, en somine,
de mis6rables petits avocats. lUs
gagnent A peine un peu plus
d'un million par an.


1;


~fI


_ ~~ _13C~-C-C-C---C-- - I -- --


- --- --- ------


I .


/~agRsr~g~JIC~"""~k~~ '


VAN


GA W.", cz)


*


.."* ^


IRS IVe-M74I01








- 24:D6cembre 1927


w zMzMlukwr%.lPIJO 4 *,*,A &M *


I~la


JOYEUSE NOEL


A ses d6vou6s clients et amis qui, grace


BONNE ANNEE


leur constance, resultat de leur


savoir d'apprecier la supecrioritc pairaite de nos marchandises sorties

des fabriques les plus reputecs de France et de l'Europe Centrale,

lui ont permis d'augmenter et de renouveler

son stock avec chaque arrivaqe.


En effect, on trouve aujourid'hui, presque partoul, cerlaines marques qui,


il ya trois ans, etaient inconnues sur le march dlaiti.



Celui qui achete un seul article, ne serail-ce que pour ce meme article,

se voit toujours contraini de relourner.


A LA BELLE JARDINIERE

1537, Rue du Centre.


ner cette autorisation pour la
simple et bonne raison qu'il n'y
a aucune interdiction oflicielle
pour les femmes de porter des
culottes. Cependant la question
I est r6gl6e par un vieux texte qui
dit seulement : (Sont interdites,


RNcemment A Lilies, pendant dans les rues, tous costumes
Is reception de M. Jaspar, pr6- susceptibles de causer du scan-
ident duConseil belge, qui tait dale.-
?wnu ofirir du radium A l'Uni- Comme en terms galants ces
rsit6 lilloise, la conversation choses-lA sont dites!
tomba sur certain personnages
616bres de la Belgique.
Naturellement, on parla du
Prince de Ligne. Et M. Herriot R n
eonta cette historiette. IRacine
Unjour, le prince se trouvait ET LA
ea lace de Talleyra.d et il 6vo- ,
iit pour celui-ci le souvenir', "Mare iaise
ITartu/fe. Talleyrand ourit:
*Gomedie pour com6die, fit-il, I
Nois moi oppose Corneille A
Molibre. On dit que je suis un Rouget de I'Isle, quand il im-
Trtuffe, on dit que vous 6tes provisa la Marseillaise *, t
i"a menteur. I Strasbourg s'est-il souvenu des
-- Le mot est joli, dit pensi. chceurs de Racine ? Certains
cement le Ministre belge, savez- iapprochements de strophes que
vous quon pourrait encore tron. fait a I'Opiuiou 0, peuvent ap-
ver A e placer I puyer cette hypoth6se. Voici
p deux passages K dEsther ) et
Sba d' Athalie et quatre vers de
'A ba" luI MIit isa Marseillaise)):


Vivo Ie pantslon
Le chef de la police de Vienne
aeVut dernimrement une fort cu-
neuse petition. Un group nom-
breux dejeunes filles viennoises
yl demandaient 'autorisation
dabandonner la jupe et de por-
ter des culottes, tout come les
bonmes.
Elles donnaient come rai-
sn que cela leur serait beau-
up plus commode pour tra-
Vailler.
ri I, eut qrelqu'un qui ful
ins l'embarras, ce lut le haut
anclionnaire a qui cette de
mande dtait faite. I se gratta le
menton, le crAne, se moucha et,
Nr6s quelque tempsde reflexion,
09 r#pondre' A ces belles com-
IWitotes qu'Ul ne pouvait don-


*Athaliem, choeur de I'acle IV.
Chmre s ar, 'enltendn-vous pa
e crels Tries la Itrampelle qui mine ?
- J'eeilds m e lea cris des armre soldis


a Marseillaise ) :
Ilendn-w us dias let campaigns
lgir mes frIes miMdatb ?


a Esther 1, 5 :
del caruage de toules parls I
S AIs i leis les Ien fals, Ie iitilads,
la tMur, et le trtre,
It l ille, el la Imre,
Ii 1s damsles iras de S'en fre


4 Marseillaise ) :
II vie sel jUlU da2A no bra
iorgeut m ils, $ campagMw.


A crAme dentifrice Kolynos lave et
nettoie les dents, les gencives,
la uche toute entire. Elle d6truit
les germes de la care et laisae dan.
la bouche une d6licieuse sensation
de propret6 et de fraicheur viviflante
qui persiste pendant des heurs.
Elle est 6galement 6conomique. 1n
n'en faut qu'un centimtre aur une
brosse esche.
CRNME DENTILFRIC.E

KOLYNOS
to",


Ies prdirlions sinisires


Encore une


de i'Eat de Nevada le rend si
lacile que l'ou y vient de par-
tout pour divorcer et q u e
i'on y cjmpte 10 divorces
pour 9 mai iages celebres.
Le paysdu monde oil la si
tfnliin et la nins mnl. llvalse


Cest une nouvelle prediction 1 .a sovIP quluour
A ajouter A la collection dejA est !a Russie sovitique. Pour
copieuse. les anq premiers mois tde
I Une nouvelle guerre commen- cette ann U on a entegistr6
cera, en mai 1928: la Russie, Ia Lenin d 9.681 marines et
Chine et d'autres pays orientaux 7.25yrdivorces.
s'uniront ensemble contre la n .
Grande-Brelagne. L
Telle est, du moins, la prdic La gomme A eftacer
tion que vient de fire un c- Saez-vons combien on use
bre astrologue hindoa, Pundit par an de gommes A cllacer
Shastri, qui se fit d6jA remarquer dans le Monde enter ? on,
par certaines proph~ties ant&- n'est-ce pas?
rieures.
D'apr! s Pundhit Shastri, la Eh bien,une revue qui s'in-
prochaine guerre duiera, cinq teiesse ai l'industrie du caout-
ann6es et aura come princi- chouc va nous I apprendre.
Spaux centres la Irontiere des In- Tous les dessinateurs, kco-
des et la c6te est de la Mdditer- liers, coinplables. ecrivains,
ranee. enfin tous ceux qui out quel-
lUne nouvelle 6re de paix s'ou- que chose a eflacer usent, par
vrira entire 1933 et 1934. I jour, 8000 kilos de gommes
Ahl tant mieux! Eln tout cas, en caouchouc. Et, par an :
on verra bien ... 2.920.000 kilos.
I |Cela, cependant, a sa philo-
Le divoree dams le mo* sophie; car, ces chillres vous
--'- aminent A r6fl6chir sur le
D'apres un tableau publ nombre d'erreurs que com-
il y a quelque temps, par lei mettent,chaque iour, desgens
MelhodisltRecorder, oncompte ui ne devraient point en
au Canada 1 divorce pour 161 c imeltre du tout.
marriages, en Grande Brcla-
gne, 1 pour 96. en Su6de, 1 New ork, 0
pour 33; en Allemagne, 1 la gigantaequ
pour 24; en France, I pour Aucours de celle annte qui
21; en Suisse, I pour 16; au va bent6o fir on a conslruit.
Japo.n 1 pour 8 et aux Etats- A New-York, 36.000 nouveaux
Unis 1 pour 7 1/2. edifices. A premiere vue, cela
La situation cependant parlatn cre point extraordinai-
s'est beaucoup aggrav6e aux re. Mais songcz donc que ces
Etats Unis depuis 30 ans; 35.000 maisons constrmtes en
il y a du reste de grades dit- 365 jours representwnt ume mo-
ferences entre les divers I tals. yenue de 0 maisons par jour.
Ainsi, alors que la Ilgislation On value le prix des immeu-
de la Caroline du Sud ne re- bles de New-York a 15.476.183,
connalt pas le divorce, cell 675 dollars.


5


*~Ir


a& mots

hisfolriques


_ _ L_ ~_~__ L


_~_ __ ___ __


_ ____ ____ __ ______ __


s


_ _


mmmmm


I


- ~ -~`--1-- --u r-=u -~PPT~PSiril._~teB~:


LE MARTIN


'-N "--


I


lePE


IIDI


''4~~aPi~ Ot~:~;',~'Ii(F~5~:SO BP~F~,~~~a~7;~-'b"SB~;~ L~d~beib~t





LE MATIN 24 DWcembre 1927


mW


JoveuxNOELt
1927


BONNE ANNIE '4
1928 1


U









U







I
.0 1
a c&




V.








I
I
r4


i)
0*<
0












I
I












I


Envoie atIou. ses aimables
Clieils ses meilleurs Voeux

pour 1928.


Eta1 lliss emien t


se recommandant


pt I leganIce de ses Coupes, soil inls-
IalItliiol de llbie el les )precau-
lions hI.q/iewniques qui (assC11 enl
iiAO, Clienlts tolte secirite.


ILe soil,


liin iere eleclrique


La cuisine ...- Latravers6e dela Man I
do Paul Reboux che a bicyclette
l'aiul lhe'l i, x 1 Com p,|);,i'l, en I
accuse, devant Ie p)ullic (Ics lIau- TI est possible que, I'et lpro-
bourgs, pour son livrc : I'lats. chilin, les hliydrocycles ) Ias
niouveaux ). sent concurrence nux paqlel)bols.
LAes cuisiiiers (,li 'adi eLten'i I)por li traversee de la M nt-lie.
pais (qU'oin ma1chle sur, leurs M. llene. S"av.rd, le I'0e,;wais
plates band'.s s'taii t ju ,.d.e qiui, eel aulotnne a fail sur son
le percer de leirs liro'lches. Tout hlyd(Iroevlique. lai traverse C:-
compite lil. ils lap)plautlreiiit. lais-o)ouvre s'allend( a recevoil
MN ais .clui-ci s'tonlitla (iU- i)tlusieurs ddlis pour I ann6 pro)-
iPaul ilebli x\ e(t p)reconise I'eCn- chlaine. II a fail nla l iaversi'e en
Ij)hi de leinliure d'iode 'oi d t 6 heliures et 1. mintiles. Mais \M.
)leu dle mr;hylnte, I)(otir corser Savard leilaire t(tle IICs ( hvlVl'ro-
I'aromie ou hi cot iltrl' '(de cr- evylistes ) doi ciit s'eit'lI.'il dIr,
taiis plats. tLout come le nagearf, car l i
NoUs ciiploVous le eicurntiin, resisitL e tde 'eau aix Ipalet cs
le salran et le thyil., : do(nt sonlt iiunies les roles ('e
Le doctor l- egnuailt s'cn ire- 'alppareil, est li os granl(L el il
ouit. l.ut tide solid's jairrels pour av.;i-
La teinture d'iodte gutrit, cer surill I'onde liIquile. (C s.ira la
ilt on, bI)ronchites cit tberculo- n ouveauld' de I'an nieu'.


se. I.e mu eI m tie l aIVIIILn mi-
vietl aux nephrite,. Nos mal;Ia-
des reculaient deva.it ces reind-
des peu app~tissan s. lIendons
gi Ace P I'auil He ) w'x, .qui, eu
..'diltionnant les p)' s de Itin-
Itire d'ode et de bIl de nm'Itlyv-
Ieic perinettra A nos inalades
de se sojgner, en se... traitl.nl
bien.


FIemme-voleuse


11 y cuut, derniierei ent, l"I !.L i -
dIres, unei emmie (fui se spri,'tl i-
sa dans le vol des automiol i'',s.
au point deI p:?ssionnir I'opi.,Ioi
pubtiqe.


I)r. J3ciigu~, ~.; ~ ~ I


COSPTIPATIOWB
prenex les
COMPRIMILO
SUISSES
de DELORT, Pharmacian,
S19 JRue Saint-Antojne
C'EST LE MEILLEUNh
DES PURGATIFS
P'OS&T-JA.T-PMIzaOIw
Alez.PrTRUS; PhimeMte ALEBPTW
PkaraneO dua D JusUt VIARD
it routes *f* bonne Pharmace '
Tl'ies longtemps, A force de
presence 'd esprit, d'audace, et
parce qu'elle sait merveilleu.
segment conduire, elle 6chap-
pa A toutes lei recherches. Au-
cun inoteur n'avait de secret
pour elle. Aucun embarras de
voilures n'eut raison de son ha-
bilet6.
On congoit A la rigucur qlue
des~tres absolument denuks le
toule valeur tombent dans la
carriere du vol, parce que leur
cerveau ne eul imaginerd'autre
moyen d'existence, 4ais posset-
derb londtousles daOnsqui vous
permeltraient d'exiccer avec
Iruit un honorable metier et per-
s'vererdans le anal. quelle aber-
ration morale et romanesque!
Que de crimes tu inspires, et
surtout chez les lemmes, amour
du risque.
Et. que de fautes! pourrait
ajouter celle qui conte cette pe-
tite histoire.


F,


~dj


,


*so


3appelle A ses fiddles Clienis
Ile merveilleux stock de
nouvelles marchandises dout

else s'est pourvue pour celle

Fin d'Annee: et



Pre ee o file


,de ceo'e occasion pour leur


( ubile


ine Heureuse.Noe


. l une Bnne et Prosplre

Inn6e pour


1928


La Maison


KAV AS


IHeiimaiios


1724, RUEI du MAGASIN de 1'ETAT


- -


Lo valeur nutritive du


CAS NO V.
Virol dimontric dans une s'rie de cas-


don't les detai's ont At fournis par des membrSe de prolf.ion
m&dicale.


L.e Bb Poall, avat d'aeir
pris du Virol.


b Povai, apd r
prs du VoL


* De 3 856 a 14 9'287.
Le B6b6 Povall, de Salford, avait d6p6ri jusqu'A l'Age
de 6 mois, auquel il ne pesait que 2K'1 949 et il n'6tait
plus alors que peau et os. Dans l' tat terrible oh il
se trouvait, on lui donna du Virol et une amelioration
se produisit immediatement. Apres 4 mois d'alimentation
au Yirol, il gagne un prix a l'Exposition de BWbhs de Salford.
II pyse naintenant 14 '" 287 et est dans un 6tat superbe."
LA Virol est une prdp aion compOeS do Graiae do
Moelle, d Exztrt GlycdrinE de Moolle Rouge d'O0.
S d'Extrait de Malt, d 'Eufs, t de Sirop de Citros.
C'e un als..at damo.eslesacoa.ed'
Delectueus, de d'A 9 d e-

SVIROL
AGENTS:
w. QUINTIN rWUAMS a Co., Port-.u Prince, KAtMa, a P a. 14F.
* VIRO. LID.. IIANGR LANF. FUING. I.(NDRUS. ANGLUITIRI
---..--


4














'II
*1 4
'I
(
I.
.1

1

ci
.4


9,- a-*-


SALON de COIFFURE de LU XE
Jose San- Millan; Prop ietaire
Grand'Rue


a proifusion

PI artuinerie de toutes Marq(ues
Rasoir d'e 1 quality

Cigares exquis

cigarettess elegantes

ilassage elect. ique '

SALON Dour DAMES


'-K


1 111


' r


1C~maap~eil~Bll(lh(aA~rr#Ur~llll~


--


II I I


-


'.


w J


,


Smm-m eYi


. I


I -


-


J~c~c--


ii~i









LE MATIN 24 D cembre 1927


. . .. . . .. . . . .. .. .... . .. ....


t~i,,A^tAA ^^^ .^&&^ ^^^^&&^e


Ed




















U
*1



I
*3
*3
*3
*3
*3
*3


*3
*3
*3
*3
*3
*3
*3
*3
*3
*3
*3

*3
*3
*3
*3
*1
*3
*3
*3
*3
*3
*3
*3

*3
*3


j


sociOt1s A i)il, )oser uine morale
qui tout en. cLint severe pouvait
ce'pen.lj t( s conulvicr avec les
ices iheirdit iires el les passions
( -'n ;c -0s tdes perples Ponr.
c(ux t.u sui "raient le chemini
indique par les d(icux, il tait
reserve de grandes recompen-
ses qui commenceraient ici-bas
meme sous la formne d'une sd-
rdnitl tt d'un bien-6tre relatit.
Ces religions proc'amaient done
pour efles le privilege de re-
fouler les larmes de consoler
!es coeurs brisis et de tranquil-
liser les consciences inquiktes -
pourvu qu'huinilies en des atti-
tudes de vaincushonteux.ayant
abdiqu6 toutes les fiertes et tous
leurs orgaeils, les homes vou-
lussent bien inendier d'es se-
cours tardils et douteux. Com-
me la plainte est facile el comn-
me la grim.ace est avanit lout
I)ien liumaiwn, d'un bout i I'au.
Ire du globe, des clameurs et
des lamentations qui s'1levaient,
nous ont appris que fatigue Ide
ne pas trouver cc bonheur obs-
tinement r ve, I'homme cher-
chait ailleurs le moyen de se
consoler.
Mais vous avez etM toutes im-
puissaites, religions et religions,
et I'homme berc6 de vos pro-
nmesses nous est revenue plus
bris6 et plus an6anti, se deman-
dant si vos cieux 6taient vides
ou si vos dieux talent sourds.


sion que nous laisse une longue
contemplation des madones sou
riantes ec des vierges de cire pA-
les en des decors d'azur.Ce sen-
liment deipa.ix et cel inslinc, de
pardon qui poussenit dans le
scandal des amilies suspecles
et dans I'vllronterie des affec-
lions menteuses les homes de-
venus mecilleurs et imprudents,
c'est I'action reflexes des graces.
de la douceur et des lendresses
animant l'impassibilit6 des pou-
p6es d(iv i ne s campaes majes-
lueusement en tdes poses d'ido-
les; c'est I'*clair tomb6 d'un ra-
yon de I aureole des 6veques
martyrs ou des bienheureux.
c'est le desir d'aimer et le desir
d'etre bon que nous transmit la
lecture des principles vies edi-
flantes.
Mais I'impression se dissipe
vile et avec le parlum des alitten-
drissements 1pilimertess'en vont
tous les molifts de consolation,-
et I'action tie grAces s'achwve en
un blaspheme.
Devant Fimpossibilit6 d'u n
bonheur reel, devant les 6preu-
ves qui nous atltendent et de.
vant I agonie de tous les roves
les plus humbles comme les
plus grands, tout ce bel elan de
pardon et d'amour se brise et
es paroles brutales d'Henri Hei-
ne reviennent avec leur cruel
6golsme : < Garde toute ta piet6
Sour toi-m me ; sais-tu coin-
I ...- n ^'-- i


L'Impossible Bonheur.

Lesailesdel'ambition sont tel- pensions pas aux apolthoses et
element puissantes qu'elles peu- aux triomphes, les d6faites alors
vent sondain s'dtendre indfini- nous trouveront impassibles et
ment, et, largement 6ployees indifferents.
nous d6couvrir en des envoldes Qui done a dit que le bonheur,
vertigineuses des horizons qu'il- c'est d'y penser ?
lumine la feerique clartl de
quelque flamboyant soleil. A La ranVon du talent, c'est en -
mesure que la destine semble core la souflrance se manifes
se decider A nous 6tre tavora- taut par le doute cruel, alors
ble, nos rdves s'agrandissent et meme que le succes a aureole
l'ascension d'abord h6sitante de degloire les productions de rin-
nos tranquilles chimeres devient telligence humaine.
de plus en plus rapide et tou- Le savant pench6 surses ana-
jours plus audacieuse. Alors lyses pursuit la recherche in-
tourment6 sans cesse Far un quite (1 ce qui doit ;i jamais
ideal qui s'e1ive mirage en- illustrer son nom. LIa supreme
sorceleur qui lui liit riselte joie, pense-t-il, scra dans la dd-
l'homme s'acharne avec une couverle oblenue patiemmeni,
strat6gie calculoe et parfois sa- alors que la science, la vaste
vante Ila recherclie inutile d'un science projelle ses lueurs dans
bonheur impossible. son cerveau d'illumin6. Mais le
Et qui done tient dans ses r6sultal s'obtient et apres 1'exal-
mains g6antes le bloc massif du station des premiers jours oui des
bonheur, qui peut distribuer A corporations l'ont honor de
chacun sa part avec une &gale rubans et de banquets, le triste
justice ? Personne, et I homme savant volt poindre au loin des
ne doit s'en prendre qu'A lui- effects inconnus de la merveil-
m6me quand il s'6puise en des leuse science el c'est dans cette
blasphemes ridicules A la pour- altitude pench6e d'humble ou-
suite de ce qu'il n'atteindra ia-I vrier plein de gloire qui tra-
mais. D'ailleurs les sanglots et I vaille dans le s6v6re atelier, que
les gemissements, de m6me que la curiosity des hommnes le ver-
les plaintes et les lamentations ra tonjours esp6rant peut-
ou un inconvenient irrp.mdia- 6tre de plus beaux lauriers et
ble, c'est qu'ils sont inutiles, et de plus fr6ndtiques applaudisse-
quand les 6ternels p6lerins que' ments; mais doulant par ins-
la route effraye s'en vont les tant de ses r6elles aptitudes.
yeux tourn6s vers je ne sais Le potle cis6le avec amour le
quels cieux qu'ils n'escaladeront po6me ou il a mis toute son ame
jamais, marchart a la conqu6te et tout le Irissonnement dou-
d'une s6r6nit( qui reposerait loureux de sa g6ndration. II a
leur volont6 en course et leur es- torture la forme pour lui de-
prit en d(mence, ils font rappe- mander expressionn definitive
ler, mais sans 1'excuse chez eux et le sanglot certain, et rkeuvre
de Ia naivetW, cette pauvresse de caressee s'6panouit lentement
la 1lgende qui voulait emporter pendant que I'artiste s'enor-
chez elle un rayon de soleil. gucillit du rythme et de la so-
Vouloir, en effet, que la vie soit norit6 de cette musique qu'il a
un continue enmhantement, que lui-m6me cr6de. Le livre est
les homes soient bons et que bient6t dans toutes les mains,
nos regards se reposent sans la critique autorisee s'en em-
cesse sur des coins de paradise, pare, les voix impartiales lui
n'est-ce pas demander l'impos- sont favorables et la colonne
sible et n'est-ce pas s'exposer a des revues clament en des clai-
la raillerie du passant qui se re- ronnees &elatantes la gloire et
tourne Mtonn6 devant le spec- le talent dIe Iauteur 6bloui lui-
tacle d'un home qui espere-- m6me par le iayonnement de
vaincu que les brancardiers ra- son oeuvre. C'en est lait.- Plus
masseront un jour sur les d6- la fiert6 a Wtd prolonde, plus le
combres de ses hantises fou- doute qui lui succede est sans
droydes? piti6 et les seductions de fIart-
Bien A plaindre celui qui se bralantes r6clament de nou-
male A la lutte pour laquelle il velles ktincelles et de nouvelles
n'aura pas assez de forces clart6s qui rayeront de splen-
lutte d6concertante contre I'im- deurs le ciel si banal de notre
possible bonheur, car il se tor- litt6rature. Avec une nette cons-
ture celui-lA et augmente les science de la pertectibilitl de
causes dejA si nombreuses de tout ce qui est human, le pole
souffrances. Enfant qui se lasse accabl6 par des scrupules ob-
t6t d'un jouet qu'il avait lui- sedants cis6le et cisele toujours,
m6me demand, il tend les mains r6vant une forine plus partaile
vers une destine toujours meil- et une expression plus vraie,
leureet on dirait vraiment qu'un cherchant r'ultiine joie qui nal-
mauvais Genie mechant et rail- tra de la cr6alion d'une (euvre
leur se faith une distraction de id6ale. L'art avec toute sa beau-
rdaliser no desirs pour bien tM pleine de p6rils el toute sa
nous convaincre quils 6taient volupt6 pleine d'lmotions aug-
vains. Quand bien m4me le ha- mente les souflrances en les rat'-
sard nous accorderait une par- finant, ce n'est done pas dans
celle de joie et un 16ger motif I'orgueil d'un beau talent qu'on
d'espoir, n'est-il pas vrai que rencontrera nile bon heurqui se
toute consolation la plus recher- drobe ni les iva esses qui durent.
ch6e et la plus voluptueuse n'est Les religions out eu la pretcn-
qu'6ph6m re et se paye chere- tion d'offrir t I'Iomme des con-
ment ? Dans les grands qaufrages solutions qu'il n'a I rouv6es nulle
ou sombrent nos energies, nous part. Avec une partaile connais-
sommes les'victimes des erreurs sance du coeur human, lesfon-
auxquelles nous croyions pon- dateurs avaient comprise qu'ils
voir nous camponner. N'accu- pouvaient .exploiter les petites
sons done personnel de. la fuite terreurs qui survivent chez les
non plus que de' la trahison plus forts temperaments. Aussi
d'un rtve. Le coupable est celui es dilltrents culles se sont-ils
qui demand trop A une desti- accord en tenant compete des
& e capricieuse et mncertaine. Ne aspirations et des ncoeurs des


0 TA '. 1 vw *M^


PAGE RETROUVEE


ElllHH-,-a


I
I
&i


I


;:

p.
























5.
I


















t






4.
*






i



I.
Ir


I-


Les synagogues s'elhvent ma- 'metl tu wras :. )
jeslueuses, oftrant aux juifs l'ou-
bli et le pardon dans la paix et ...C'est hautainement qu'il laut
le silence de leurs d6mes secu- marcher dans la vie ; 'amne heu
laires ou survit la l6gende mons' reuse et la conscience libre.
trueuse et lointaine des mald- Qu'imiporte si le ceur est broy6
dictions divines. Et le Juil chez et si les jours sans soleils sont
qui se rbvdlent des signes tou- longs et nombreux,il appartient
jours plus certain de d6caden- aux vanileux seuls de se plain-
ce et la Juive, d 1gante quand dre.
inemesous original el gracieux L'idhal est une illusion qu'il
Kolpak national ne trouvent en faut savoir captiver ; il faut se
soi tant de leurs temples qu'un contenter du pale rayon de joie
more d'sespoir ennuyd pen- qui parvient jlUqu'A nous et le
daun que Ilaveulisseneiit de leur transformer par la magie de nos
torpceur lourde les plonge, in- chimeres en un gigantesque so-
quiets d a niis des cauchemars leil. La grande superiorit6 des
sans fin o6f vacille leur raison vrais artistes eit dans le secret
Sgarde. de leurs larmes coinme de leurs
Les hlnils des inuezzins nmon joies et dit-on laisser tout es-
tent, berceurs du haut des svel- poir et pousser le cri declirant
tes minarets, annon('anl Iheure du Florentin, on doit, nialgr6
des prieres et dans la shr6nit( tout, conserver I'orgueil de sa
des tranquilles mosques ou0 r&- miscre et la fiert deie ses cha-
gne la gloire du grand Maho- grins. Les tragiques enseigne-
iiiet, le musulman au nez crochu ments des grandesdouleurssont
et auxyeux pAles,agenouillh dans enracines dans les tAmes et con-
I'ombre tombde dun eblouisse- I courent A la creation des chels-
Sment contus de toutes les archi d'e(uvre : ne nous plaignons
lectures, cherche, lui aussi, les done pas du hasard capricieux
consolations promises... M a i s qui peut nous Mloigner davanta
c'est dans les harems ou triom- ge d.u bonheur impossible niais
phent la volupt6 etl lorgie, c'est qui nous pernetcependantd'em
dans les bras parfumis des ca- I prisoner des joies inventies
pricieuses et nonchalantes ha- par la torce de nos imaginations.
nums entourbes de tous les ralli Le honheur, c'est de prendre
ilncments des civilisalions anti- une parcelle de joie dans tous le
ques que Peffendi ennuy6 re- mnalheurs,quelque grands soient-
tourne afin de se consoler de la ils ; c'est de chercher un souri-
nouvelle d(laite d'une foi qui re danstous les sanglots les plus
chancelle. dechirants et les plus navrants ;
L.Les 616gantcs pagodes d'une c'est de saisir un lambeau d'es-
coquetterie cisel,:e et souriante prance dans les causes les plus
appellent A u:ae prinre contem- irr6emdiables de d6courage-
plative cs bruddhistes extasids ment et de disespoir; c'est de
en des reves sans fin, insensi- surprendre un rayon de foi ou
bles aux malheurs qui les ac.:a- une 6tincelle d'amour dans les
blent. Quand ils ont bier. implo- spectacles mauvais *oi, s'Mtei-
rI les dieux, la vie leur devient gnent toutes les vertus; cest de
lellement insupportable que leur chercher soi-mieme des jouets
imagination crde un supplice et des ijyaux afin de se distrai-
nouveau el horrible : celui d u re en riant ou en sanglotant,
ne vre qui recomimencerait ind 3 qu'impol te I- pendant toute la
finiment. duree dnu voyage.
* Quelles que soient les forms CLEMENT MAGLOMRE
adoptdes par les religions pour
manifester leurs croyances en s6 *.
duisant les imaginations, il est
rare que I'humanite trouve celte
paix consolante promise par des
examples 6icatats. La sdr6nitU
trouv6e dans les cathidrales,
'cest un merveilleux eflet d'illu-


I'





C- i


* -q-.- .-.,~., - -


LE MATIN 24 Ddcembre 1927


NRM, Tw-


SRue des Csars
Rue des Cesars *


lI'a


AF ~


l" a solid(leent eta)li sa renommece par

l, eu\cellele qe(alit de (Cses Produils &


" *.".'
1
I i















r'I
,. lid

,M. i:,
* iI









9.
O,


)

:
-, ^1

N
(e2
;-:
?K)





." i
f@







^i




*1^
.*,
/" '



v.
*i


h!ji(;eniqiues de fablrication,


o//fT, (1 Iols pO ll es Fetes (le NOEL et

(ILu .JIOT (eIC'ANsofl


IiXQnIS K01-A (CHAMPAGNE

(i'lpr I Fom o'mIule des ESLtablissemenIs

13YLA dc lIis, aij)I)i'OLVC 1)arle IJIry Me-

(dictl l111Witi et re'oIT1n11ande( (das tous

les C s (i 1 (1,e)ilete 1(eiiie alc.


(Te l'c, llnlJtes Boissons Ga-


S-I
K EN! a


Siropl assorlis


ex6cutees.


,i'l ISO(li

e',, .


237


.nfl.~na.n... -


11W


GOU---- - -



ii OUT


S alon de Coiffure de luxe


Barber-Shop


Barberia


Hue du Maqasin de l'Etat.

Prop! ietaire: PABLO TORRES

E N VOIE a ses Clients ses meil-

leurs Vceux pour la nouvelle

Anni e 1928.

Tlfus IrouverontIoujours au


p


*J'q ~*a -?


Boi


Go Iu la memeb promp-
ut liiiudeles me mes


precautions hygieniques.

VOULIEZ..VOUS ETRE BEAU

poum la Noel eI le Jour de 1'An ?

.\NEZ au BON GOUT


ses procl.hs


gn sse par la pen 6e du Diec
qui naquit pour le bonheur 0ler
nelle de nos Ames...
Joy2usement, chantons, coin
me les humbles bergers de Beth
Iemn chanlrent, AI areille lieu
re. de leur voix la |idus belle t
modulOrenl de beaux caintiqur
sur leurs instruments rustiqueS
-ii y a pros de deux mille ans
II rsl i le it 1 0I EnifaDl,
Jou, i, haulbois, rso8nn muiselles.
II et kil ICe DPii kalahni,
tkaotogsi lou Mn aviemewenl I.....


1 Vive Noel !

LES traditions sont plus dlra-
bles que It marbre, le gra.itit,
le fer, le bronze. I'airain. Elles
sont l ternelles. Ce sont come
des monuments Mlev6s dans le
coeur de chacun.et que se trans-
meltront, 'une Ai 'autre, les g6-
nkralio:is, pour perpetuer les
souvenirs qui. -joyeux ou tris-
tes. sont I aine du Passe...
Aussi, loltohs-nous joyeuse-
ment, aujourd'hui, selon une
Iraditioni chrdlienne qui complex
ses lusires par milliers, inais que
des r6cils si souvent contes, ren-
dent toujours plus belle, lou-
jours plus neuve, loujours plus
torte, le mystirieux vene-
ment don't 1'aurore kclaira I'Uni-
vers d'une ravonnante clart :
la venue de I'flomme-Dieu sur
cette Terre.
En veritl, s'il fallait se rap-
peler que I'auguste vie de Jesu
( avant commence sQus line
lodle, devait tinir sur Ie gibel,
(( on pleurerail tonles les larinis
de ses veux )). au jour de Noi ...
Tl ris e e
Oi, rit jr s;is p'rp' rr !
Donc, en ce grand jour qu'est
Noel, que la joie illumine toicle
notre aine Que le bonliinr soit
dans le palais du ric lie don't la
fortune est, souvent, la source
d'odieuses sonllrances. come
dans I le taudis du pauvre don't
les miseres, sous le poids des-
quelles il plie, rappellent, infi-
niment, celles du Rdempteur.
En meme temps que nos chants
d'allegresse,faisons monteraussi
nos prieres d'amour jusqu'au
plus haul des cieux, en un con-
cert de 4ouanges et de recon-
naissance.
En cette nuit, jeliz gai ntent,
cloches des hau e; calli6dralcs,
dans I'air pur, la sonority har-
monieuse de vos notes de m6tal,
pour gloriiier l'unique nuit oil
le genre hum;'in repit It, Divin
Trihut don't it devait payer la
rancon de son rachal. La nuit
dans lout le minyslere de son int-
Imensile, minuit, moment qu'o(I
pretend Otre souvent le conplpice
des criminals, lut I'heure, pour-
tant, ou le Maitre des Maitres
vint parmi nous, conmme le plus
humble des mortels : humble
nouveau-n6 dans tine imisrable
table. 11II lut I.ou ant la gerhl
de lumiOre puissante qui dissi-
pa toute oblscuril el (|ilt sauva
les liommes deL la nuit du dole
ou its s'Mtaient Ogarcs et de l
mort teirnelle. It 11 resleria
janmais le phare luninuenx (qu
indiquera Ie port si r vei s leqitie
la b.rque de ihu'niatiilt se diri
gera si elle ne veut pas s(,inbrer..
tlaix ux hoimlines de b.)mile vo
Soyons joveux C'est Noel
Vive Noel !!
Si, en celle lieureuse el incoi
loyeux, on )leurail, si, au litci
de chants duallhgresse, on clhian
tail des coniplainils risles, 01
gemissait en des lanmenlaliosi)-
si au lieu de carillon Llrgenlii
c'elalenL des glas lugubles (qu
sonaient les cloches, ou, done
trouvcrail-on assez de trislesse
eI Ia'mnes poLur pleuler? ht \' o.s
tloches, pourriez vous sonne
ie glas douloureux ? lorsqu
la tradition nous aura encor
ramene le kinps des tragique
souvenirs du Golgotha ?...
Dans la vie, sachons i ire, sa
chons pleurer I
Quelles que soient now mi
seres qui doivent, certes, finii
un jour, oublions-les, au jon
Sde Noel, aria que. pour cette nui
solennelle, nos viWages, no
caeurs soient illuminis d'allI


lil
i~ncouvre son bien.-tro av ce calme.douleur.
ELLE AVAIT MAL AUDOS El
A LA CEINTURE
Un simple rem6de de famille la
calma come par enchantement.
II n'y a aucune raison pour qu'a mal nous
cause des hoase 6ternelle de souffrane quand
IIet i facile de Ie fire disparaltre ave 'un sim-
ple remde de faille. C'est, du mois, P'oinion
d'une dame de Lille France, qui en a fait 'esai.
"Je no pouvais preque pas me remiur par Ia
force de Ia douleur que j'avali au d oe et Aa cein-
ture, mai quelques applications de Liniment de
Sloa1 asuiTent pour me gu&ir."
L'effet rapid et bienfaisant du Liniment de
Sloan eat vraiment surprenant pour faire dis-
parattj la rigidity et calmhner toute doaleur muS-
culaire. I suffit d'en appliquer un petit peu
pourquelaeongestioadetissuesmaladeadiminue
et lea mmusle me toniflent et le soulagement soit
bnmGd et complete.
, Un Liment de Sloan eat reconnu come un
vral caleo-duleur, propre, agrlabla et facile I
emplayW. I n'y a nm pas besoi dok jfiotter
ir q on action commence. IIeat aut trft
ile a obtenir, n outalt pas chei, et as trouve
an vto danm toutes lea pharmacies du monde.


Liniment
ideSloan
Aant ooi


T' oul im u lu 'nle, n|.A Ires iez.
Tolu vrrclcliiil l'ti i tle l J llUU ., ii-
glaise, cmitulrire eln fusses
I perl s, 'icnt d'avir ic nez en-
dolmiagte lahsiui~tA+ dn' acci-
d(lent; Elk' reclaim des ttoiima-
ges-intr Its. Le "'ri' tr6t d(tlib6-
ia pendant 5 heures el accord
160.000 francs de dommages-
inlt6rts.
Etl e .luge, bon hant, de, dire
Ai la demoiselle au nez cass6:
u Avec nui L'ax nez, )in joli,.
vous pourrez, mademoiselle,
onlinuer vcndre e deausses
perles bien iolies.
ilen dle plus juiste
I
Le polds des cheveux
coupbs
II parait, s'il faut en croire
une statistique am6ricaine, qu'il
exisle sur I'6tendue du territoi'e
des E'ats-Unis un no:nlbre de 14
millions de fenmines avant les
cheveux coups.
Mais ce qui cloaine, c'cst (que
cette lh6ecato'nb dCe cliCvclure
iauch6e par" Is ciseaiux repre-
seiite i:nl poids (tit : l(i) )1j lnnles.
II estl i l)rev Woir qLc, lorm(Ie It'
lnoilll s ;l'l VCiiu, t ris'.!e'trelotir
des closes d (ici-h.is, on aura d(It
quoilfai)ru tier quIclq is perru-
ques.

La pro3p6rit6
des Banques
Depuis la guerre, I'hiabilude
des paiements par clique se g6.
n6ralise de plus eli p)lis.Qui n'a
pas son petit compete en bamque ?
Etcelles-ci connaissent une pros
ptritl, qu'elles iiavaient point
iusqu ici.
En Grande Brelagne, la cr6a-
tion d'une nouvelle B initquc est
close (quotidlenille. In .\Alidland
Company coilp)tail, en 1920,
1483 agencies; elle en posscde
aujourd'hui 1.958.
Pour les ciiiq )preFniicr. 6lablis
segments financiers des E'lats-
U'ais, on a enregisir lI'ouveitu-
re de 1.577 succu'sales die 1921
a 192(6.
Les Banques connaissent un
bel essor.
I


--s -- r J~ ~ --r


K 1 4 -- II ) ,1 ,, I-


V ..'s


I
l


7,0111cs t",.()Illcs


-(is(7cSC


(Comn in.i/ldes proimptement


it Domicile TeleAphone


lyE









LE MATIN -24 DNcembrc 1927



ter blatic comme un plastron, J'ai intention de vous en- encore, dans hi Faiule de I'abWb On pourrait conlinuer A finl-
La crise il sera bient6l avec son pa- voyer un article en r6ponse. Mourel a Et itouffant ses sun- ni ces citations. J'aime mieux
Iron come ealegon et che- Qu'en ditesvous ? glots, elle essyait de ses doigts finir par ce dlicieux extrait
Sles imetters mise. Au bout de peu de --Jen serai enchant6,mattre, les larmes qui coulaient de ses d'un discours prononc6 en 1897
de__,s temps, les clients seront pour dit Gay. Mais Zola demand : yeux.. par M. Ribot, avocat-gentral A
lui de vrais amis, des amis des Est-ce qu'on paye c h e z De Francois Coppe : Elle Bordeaux. II s'agit de la r6forme
QUE FAIRE DENOS ENFANTS? cols. vous ? venait de s'asseoir entire ses deux de I'instruction criminelle:( L'ar-
C FR (DGarEon de)A- Md- Or,on ne payait pas ~ la REVUE files, deux jumelles Agdes l'une me forgee par le Ilgislateur de
-CAF Garpen d ). M LIBtRALE de M Gay el Particle et I'autre de dix huit ans. 1808 pour le juge d'instruction
tier agr6a le, q u i, s'il rap- de M. Poincar6 resta... sans re- De Louis Havin ( Le Sidcle, se trouve faussee. La main qul
rte peu pour manger,donne PETITE QJERELLE ANISANTE ponse. janvier 1860 ) : ( Sit6t quun veut la redresser en la conser-
beaucoup pour bore. II exige L'explorateur norv6gien Zola ne gAtait pas le m6tier Francais a pass( la frontiere, ii vantdevra 6re doublementgan-
de la m6moire ... pour retenir Amundsen raconte comment, ac entire sur le territoire 6tranger... t6e de velours, car sur le vieux
les commander et beaucoup compagnd du g6ndral italien """ -------- 1)e M. Joseph Bertrand, I'aca- tronc ne fleurit plus qu'une fria-
d'adresse. Un seul inconve- Nobile et de I'Ambricain Ells- C demicien, dans un article de la gile tige fail. bien qu'heureuse-
nient: le c6libat. Car, il ne worth, il atteignit en dirigeable /l Revue des Dleux-Mondes: ( La ment, elle rattache Ic pass au
taut pas se marier si I'on veut le P61e Nord. Par les hublots de 0l1H L loi t hez lui 6tait tilde el le zMle present don't une face est tour-
rester ... garqon. l'aeronet, les trois conquerants catholique tres petit. II tlait de n6e vers I'avenir que nous de-
jeterent des drapeaux de leur le iPeries ceux qui n'entendent la messe vons souhaiter toujours meil-
CHARCUTIER. Metier patrie respective.Ceux d'Amund que d'un genou. leur avec la justice pour tous.
oa aucun dipl6me nest exig6, sen et d'llsworth talent, pa- T D M Francisque Sarcev : Qui d6chiflrera ce rebus ?
au contraire. plus on fait I'n- ralt-il, minuscules.Quant au ge-' LilleralreS On desirerait dans Ie ch.ainde e
douille, plus on est sot six, n6ral Nobile, ce fut uue 6norme --.... ..-- -- de Melle Gilberte un pen plus .- .- -
mieux ca vaut, Seulement it banniere tricolore qu'il lana' de lgtrel6 de main ). l)u
taut avoir les boyaux bien ac- sur la nappe glac6e. I On pourrait taire un volume mnme : Le piquant de la plai- LE M1STERIEUI DONINO JAUNE
croch6s, car l'apprentissage Amundsen nest pas content et de toutes les erreurs, betises, santerie, c'est d(tre ouss. ------
n'est pas ragodtant. Tripes et reproche au g6n6ral italien d'a- 6tourderies 6chappees aux plus l)u mnme encore : ( La voix
houd Is Cest on m6tier de voir voulu accaparer, par ce mo grands kcrivains, aux meilleurs de Melle Marguerite 'galtle est Lhisto're anecdA)tique du r-
cochon et quoique presque yen, Ia gloire de I expedition. orateurs. Est-ce manquer de fort belle ct on trouve (lns a gne de Louis XVI a rattachd un
cochon et quoique presque Entre nous, Amundsen a bien charitL que de les reliever et les diction ia main tie sa mere. plaisant souvenir au bal masque
toujours on se tait du sain tort de se lacher : on compren- reproduire ? Un peu, mais les De Napoleon III : ( I)e li ri- qui fut donnIe i Versailles A loc-
doux, b i e n des apprentis drait peut-etre sa fureur si le auteurs sont les premiers A en chcse d'un pays d6penl la casion tie la naissance du Dau-
6chouent en arrivant au ... p6le Nord dtait un endroit tms rire de bonne gra-e. p)i:ospriltC gCniraile. phii. tIn )buiel, abandamment
/ porch. frWquenle, mais, vraiment, ce Voici done quelques 6tour- 1e Xavier de Maistre: ( Sa:inl- garni, ofli'ait aux invites une ro-
CHARPENTIER. Mtier nest pas le cas et, seuls, quel- series amusantes: lean Chrisosme, n \nlio- yale mgnilicenie. On s'6tonna
o6 l'o renti an bout d'une ques phoques et quelques ours De Fienelon L'eau est faite (si) ce lhossuet a/'ii... ce pendant" t de voir une personnel
Spe ..I lhlancs out pu se laisser convain pout conlenir ces prodigieux I. (1 ce iostie af -i de grande laille votue d'un do-
semane, pcre par la publicity du gnral edifices Ilottants que I'on appelle gricutur d ru'slIt Bel I L'a- minto june saplprocler du but-
poudre aux yeux. II regarded Nobile. des vaisseaux .,. 1 let cin lois d et
ort souvent la paille qui tom- Bref, i n'v a pas la de quoi se De Chateaubriand : l'ensei- loul l)'l)aoll ser l a lila a. plus. La surprise se change en
be de I'Mtabli du voisin mais meltre en col re. gnement philosophique lait Dl president Berard des (Gla- stupfl'action lorsquon aperfut
ne voit pas la poutre qu'il a, boire A la leunesse du fiel de eux a I'accuse Lamiete : Vous le domino jaune attable pour la
lui, A scier. S'i est bien char- dragon dans le calice de Baby- .1vez de bans antedents. .I ixibme lois et mangeant de son I
lone )).de boos antecklents. h' ixier loitn
nt6, srieux, et qu'il 6vile Petite Anecdote De Voltaire (Lettre A Diderot, ne vous en fais pas un repoche( meilleur appitit. -
charpente fatale, il peut En 1882, M. Raymond Poime 1775): a Le christianisme, c'est- I)'un r6dacteur au journal des La chose intrigua tous les con
aller loin en char ... pentant. r, qui n'lait alors qu'avocat et A dire la religion du Christ... i)Obats : Ces projects dclos dans vives. On voulut percer le anys-
CHAUFFEUR. L'appren- Journaliste il signait A.\atre De Bossuet : a Dieu est par- Iles ministries et 'ow Is par leurs tre,deviner 1'Cnigme.C'Ctait tort
S tissa e est rapide. 40 A I'heu- Aubertin la chronique judiciaire tout, m6me IA ou on ne croit pas auteurs narrivent jamais boIn simple. Les gardens suisses prCpo
Stre. On est fog6 dans I'auto, du VOLTAIn:- publia une etude qu'il soit... ) part; leurs lambeaux jonclient s6s A la surveillance du chAteau
Bclair6 par ses phares, nourri sur Zola dans la Revte libcrale De Thiers: Le climate de la les couloirs. I avaient imagine ce stratageme *
d'injures :p a r les pietons, que dirigeait alors Ei nest Gay. Provence qui serait froid si un l)e Balzac : Le bruit du ga- pour prendre part A la lte.L'un
chaufle par les gens 'arTes Cette etude ful tries remar- soleil torride... lop de son cheval qui retentit apres l'autre, ils se passaient le
qu6e ; Zola lui-m6n e fut frapp J).e Emile Zola : a Le plaisir, sur le pavd de la pelouse, dimi- domino jaune,s'en v6tissaient et
CHEMISIER. C'est un par la maitrise du jeune ecri- cette sensation agrdable... >>Du nua rapidement. rentraient dans la salle pour
S mtier qui exige de l'encolu- vain. 11 en fit compliment A Er- m6me, dans Rome: a II se v6tit D'Aurdlien Scholl: II y a des manger et hoire d'excellent ap-
re, mais si I'apprenti sailt res- nest Gay et lui dit : .de ses vetements... Du meme corbeaux noirs... ) petit.




I 4-'





~PORT-AU-PRINCE
i Main Office: Export Decartment

ion Stock Yards Broadway 120
| Chicago, ILL. New-York


l es Produits de la maison Armour And Company sent les


plus populaires et les mieux appr6cies.


Une champagne active qui date de plus de dix ans, un
service ir1'.prochable, des products de premiere marqu6

out assure i la Maison ARMOUR AND COMPANY

une place pr6ponderante dans les affaires qui
:-if *o*1*@


4.
:.?


[;


se traitent en iuain.


A occasion du Nouvel An, elle souhaite sante et prosperdie

tant d ses amis qu'a ses clients.










VOULEZ-V
DIESIREZ-Vous

A ALLEZ CHEZ
SAnglec


OUS
ous
VoLs


des


I


Soieries


A1


Bonielerie


les d'amneeblement


C(h1pellerie, Chaussures de Iuxe


r@)


.c9
i


.
A
I-*


Grand assortment de Tissus de toules sortes
et d'articles de grandes Nouveautls.


Cas


imir Frangais, Flanelle teintes variees pourcostumes


U


des prix tres avantageux.Avant d'acheter ailleurs,
faites luijune visit et vous seiez convaincu.
UTne'PRIME cst offerte a tout ticheteur de 0' 4.


'lo


I


I

4
I
I


est


I-


's.


I LI I I --


I~ ~ ___ r~


;~5~~.~Z~J[a~'%I~::





st L~ fli~lllB%-l


CBBZ A~XII~







LE MATIN 24 D6cembre 1927


- ~i.'.I


~* ~ ~ 4~ /4~'d~ I~'4 b~-~~l~4' "' USE 5JUUD .2~-----~--.---------------------- -


ur les i




Rue Boi


ETHENNES
Clients de
B9z


nne Foi.


Pour les Dames:-


'e1 pair de chaussures extra suprieures de toute t lqance
ne piurefdeebas'tout soie, extra quality
ne savonnette "pen Olive"


Le tout iour Or 4.50

Pour les Hommes:
0no jolie, chemise en madras
so cravate de sole, quality superieure
u faux col


seulement.


Si


est limited ala fin de Decembre ct le stock


Ce qui n'a jam is 6t fait

Ce qui peut etre d6pass


La Rola-Champage SEJOURNE

Grace a son outillage perfectAion, La Pamade
SEJOURNE ivre i sa clete |ne boisson gazeuse de
Premier choix.
La Kola S6journ pr6par4e avoc des soins rigoureax
d'asepsie' w erpeut pas occasiomer| lal fievre typhoide.
L'eau employ6e!dans"s preparation est filtr&e et stAri-
lisle. Les bouteilles sont passes A 1'etuve.
q LA KOLA SEJOURNE 6 Contient uman des autiseptiques utWliaI pur-
fois pour coMerver lea boissou games: la Kla Sjourn6 ne cotMit ps
non plos) de SACCHARINE [en lieu et place di Sucre] laissaut on arriete
goet m6tallique. Tous ces produits sont auisibles i I'orgamisue et qulse
pea toxiques.

La KOLA SEJOURNE,pour preu-
ve de sa purete et de son irrepro-
chable preparation se conserve inde-
finiment; elle n'est pas un milieu
electitpour les microorganisms.

LA KOLA SEJOURNE, enfin, est
tonique par son extrait fluide de Kola


.uu.um.u *..U..Ui..UmUEhhiEUEUmUhUUBEUEEU~NSSUUUEUUUUU


Ia
























La
Oh-
to-













Jus
'xe
no-
61e
'is- 2
out
lue
lies
e8
ule
on-
son
Is


!Ii


HUPMOBlLE


, -,


t. a, -.


'i~Tr~~1~ ~HI~3r 1 x~~9 YiWfrDY(4Vcl~CWYW~tM


? 9jy i9~f ^^A^^IB^p~ 4 ^^^^7uj#7


VENTE DIRECTED DU FABRICANT AU CONSOMMATIEUR
&CONOMIE CERTAIN DE 50B -/.Mt S a S."N.
' DRAP D'ELBEUP
am DteA Prix do PFebrique
COMPLETE SUR MESURES
en BEAU DRAP D'ELBEUF depuis I 29 fr. et en BEAU COUTIL depais 6 f.
S VtTEMENTS IMPERMEABLES
U r MESURES ,depus I 19 f ranc.(Prauu.oirtMe. perbt, acMhatue br* SObm
C OATALOGUE ILLUSTRt avec dchanlitloas C/hemierle, Totikle, LAr*
9 Draperies et mdthodes specia/es permeffant de prendeN Ihs mesures sWl-W AP aM
err ur possible, auss bien qu'un ls//eur. xNVOYS8 Q RATIS *T PRANOO
sur simple demand el sans sucun engagement de oire part.
Sur nos mannequins spiclaux r6gi6s A vos mesur"e. ft
essayages sont aussi blen faits que sur vous-meme.
Demandez 6chantillons de nos toilets "AItROAUTB" et S"AMI AMElW
t I (Bt,. D6p.) pour chemises, lingerie et drape de litsa
STous mos articles soint vendus an argent ftraneis. Tosts noe maochandises sont gatanties
sur tactures. Tout article no convenant pas st rofpris t rembours llnt4gralemeL
Ecrire: Rtablisem. "LA MONDIALE" PICARD-PAGKOT & 0 I
Manufaclurit KELBEUV (S.-.) France Male- Iraqpalse flne sa IM
I -M, IIIrnfall Itsre tf ** sofn demasusudd. dams p d4E* s ie ermllr


- C I r *~C-. I.


Now


- --1


i I -l -I


mmw


__ rr~llllll,


I 0 -4J -






LE -MA1)N-- 24 DWcembre 1927


- msmmam


I-ar


I ''I

ri :~


B1


DONT la
d'e


accorde,


Al3


'6putation commercial n'est plus a faire, dans le but
tre utile et aqreable a sa bienvelllante clientele, lui

I'occasion des F6tes de NO iL et du JOUR de F'AN.


Un veriltable Rabais


Sur les articles suivants qui sont de

toute traicheur et de toute beaute.


I


barres ; Voile couleur uni ; Chemisettes supcrieures; Brabant noir
anglais ; Imitation de toile 6crue ; Nappes couleur ; Serviefttes de
toilette blanche et couleur. Tapis cire blancs superieurs pour ta-
bles ; Molletons blancs et couleur superieur ; Peignes francais ;
Lainage couleur anglais superieur pour jupes ; Madras A barres
de soie pour chemises A hommes, derniere nouveaute ; Sptinette
foulard pour robes, nouveaux dessins ; Damass6 anglais pour ma
telas, double larger ; Cr6pon A carreaux dc soie ; Crepe maro-
cain blanc ; Soieries Rajah frangais ; Soieries Berceuse ; Percale
raybe pour chemises et robes, derni;re nouveaute ; Soieries Jac-
quard ; l1adioux chiffon ; Voile rating blanc et couleur ; Voile
bl)rod6 Iranqais ; Crope ouvre ; Flanelle blanche pour pantalon;
Cnemises franqiises blanches A mille plis ; Toile fil pour draps ;
Soieries de Lyon chic parisien ; Cravates derniere mode ; Toile
soie Iranqaise pour jupes ; Crtpon francais de soie A barres pour
robes.


La aison SIL VERA 'i i esl une des plus ancien
Lnes ie la place et qui est

aussi de toule confiance, invite tous ceux qui veuleni se rendre
compete personnellement de cette baisse veritable a visiter ses


Magasins


sis Rue Courbe No 1713, Phone 2296 oi ils


seroni convaincus des grands avantages offers aux clients.


Avant d'aller ailleurs pour faire


vos


emplettes de NOEL et du JOUR de I'AN


Venez cltez I. SIL VEBIi


- -- - -- - -- - -- S ~.. -


wsas~rpll~aiaasa^ES JaassML.


*1


I'A


V'


la4bh4"I"


S .


Lingerie A barres et i carreaux ; Tricotine de soie ; Crepon Iran
(,ais li barres et a carreaux ; Diagonal noir superieur ; Serge bleu
anglais superieur ; Palnbeach anglais de routes beauties ; Alpaga
noir suptricur ; Satin de 'hine pour tailleurs ; Kaki blanc supe-
rieur ; Kaki jaune anglais superieur ; Tussor japonais pour che-
mises A hommes ; Rleps de soie i barres couleur pour chemises A
homilmes et robes nouveautes ; Hattiste line pour chemises ; Per-
cale fine pour lingerie ; Calicot percale pour lingerie Z6phyr an-
glais pour chemises ; Organdi suisse uni et couleurs ; Has A jour;
Linbr-e blanc ; Popeline unie bIlanche, creme, noire ; Soie lava-
ble ;Ratine couleur et blanche ; Drill sport; Drill tussor merce-
ris6 : Bas pure soie Chaussettes soie unie ; Chaussettes lil d E-
cosse lantaisie ; Indienne francaise extra sup6rieur ; 'I'e d'lndien
Voile couleurs A barres : Has dentelles ; lias soie brod6e ; Bas fil
bred6 : Tulle pour voile de premiere communion ; Couvertures
blaichle t couleur su prieures Gabardine blanche ; Bandes bro
dbes ; Madras pour chemises et jupes ; Voile de soie blanche A


- J:


_ _I~_ I ___


; -


--


__LI~---I~---3--~_


k % t


4



1


I
*


I
<1
'4
.1


SIL


LA




..1


LE MATIN 24 D6cembre 1927

**0










Incorporated


H H.RAYMOND S ervie drtrt rigIierhebdodaire ALFRED WELLER

President Freight Trafic Manager

C. H.C. PEARSAL Entre NEW-YORK, la COLOM BIE et HAITI. W. E. STEWARDSON
Vice-Pr6sident & Goenq gr. Service r6guller entire Freight Claim Agent
f Les lies Vierges, les Anlilles anglaises, franiaises el la Guyanue
J. H N ELSO N Ifollandaises- Cayenne St Laurenmi e transbordeeatl APanamaiibo J. H K ERW IN
Treasurer Service do tran abordement Superintendant
17 Battery P lace N.-Y. A Buenavienura- Tumaeo -- Rio ILicha Via Carlagone. 17 Battery Place N.-Y.


Developpement de Service de Navigation avec

I'Am rique du Sud.



L i o|nibiain I nna a prl 1'nitilative d'6tablir un service|
SLebtier dans I'Am6rique du Sud.



Le Agents des h,des Occiden- L'augmentation constant du dsveloppement du Commer- Comme les allaires en Harti peuvent augmenter dans arranquilla : E. L. Gerlein
tales des A m,'riques Sud ce entire les Etats-Unis et nos Republiques sceurs de l'A-, 'Exportation, ia ( Colombian Line)) se propose de r6tablir & (:o. S. A.
el Centrule sont: merique dn Sud est di dans une large measure A l'esprit de dans son service les steamers revenant du Sud en par-
Sp6ntration et de prdvoyancedes CompagniesAmericaines lance pour New-York via les ports du Nord. Ceci nous tristobl, et lwalbao : Horacio
iSt. Thomas : E. A. Berne. qui ont forge la rnalne qui relief les deux continEnts de 1'h6- permettra de r6pondre le mieux possible aux besoins corn- Stevenson, Colon.
At Croix: V. I. R. L. Merwin misph6re occidentale. Un example trappant de cette ob- merciaux de tous les ports du Nord et du Sud lHaitiens et Buenaventura el Tumnaco: Fco.
& Cie. servation se trouve dans l'idAe d'expansion du service de donner satisfaction A notre aimable clientele en plavant de la Pena P. Cali.
kita V .E Pla Colombian Line, entire New-York et les ports du nord des agents dans quelque port qui pourra 6tre 6ventuelle- .
S V. E.Pere"-. n de la mer des Caralbes et des Rcpubliques de l'Amerique ment ouverts au commerce stranger. res
,: W.d Stephen P. du Sud Colombie. En outre, les biteaux de la ( (olom- Londres, Benjamin Ackerley
S. Mends. bian Line)) font scale rgulibrement aux ports d'Hati, .'. & Son.
S adelousn : F. W. Iv A. B ar- des miles vierges, Anglaises, Francaises et de la Guyare Hol- -B d. .. i. k, ,,'
bot"au e^ A Nere landaise. Eu vue d'offrir un service de la c6te Occidentale de la Bradlord, He amn ckerley
Domiinica B. W. I. S L." Vau .|olombie aux expediteurs ds New-Yo0k et en vue aussi iec ~ .". ,
S.. S L .. donner un service additionnel A ses autres navires en route Manchester, Beejanmin Ackcrlcy
i -" .... .e*..n. c pour New-York, la ligne vient de laire I acquisition du s/s & Son.
Martinique : F. W. I. Rene Cot- La situation de la Colombie par rapport aux autres na- d I'adilla)) et r'a place sous le drapeau de la "Colombian Southampton, Benjamin Acker-
trell et Co. tions du Continent Sud est.unique en ce sens qu'elle est la Line" pour le service c6tier de Colombie entire Rio liacha, ley & Son.
Sta. Lucia : B. W. I. Minvielle seule don't les c6tes touchent I'Atlantique et le Pacifique. Barranquilla et Cartagene sur la mer des Caraibes via le Ic. en,.in .\ckerlevy,
~ et Chastenet. ]Bien que la Colombie ne soil en aucune taon le plus grand canal de Panama a Buenaventura et Tumaco. Ce navire el' e Son.i k
Barbados : B. W. 1. Manning pays de l'Amerique du Sud, I'importance de son Commer- qui sera tres utile dans I'etablissement de ce service d'ali- ,'
,& &,o. 4lad ce est considerable. Sa superficie est de 540.846 miles car- mentation, est le plus grand de la Colombian Line". Glasgow, .. mpleon.
,St. Vincent: B~ W. I. .Corea,&~ r6set sa population d'apres le dernier recensement, de g(,openhaigen, Adams T'ransport
Paramaribo : D. G. ilfred E. pros de six millions d'Ames, Bogota, ia capital, est situ~e .'. [ 0.
Va "R "In accede par voesferre des ou par routes morientagneuses. La c6te pacifique de Buenaventura vient de faire parler Bremen. J. Bachmann.
Cartagena: Ed. Oerilein & Co. d'elle A cause de la congestion qui finalement avail occa- Hamburg J.os Schroder.
*erto Columbia : Ed. Gerlein . sionn6 l'embargo sur les expeditions destinies a ce port A nw ,e .1 ebenham "tn SS
S &Co. par les companies de navigation. A cette occasion, Iest Anwerp, e na .
Cap Haltien : H. Cianciulli & Co. Le developpement du Service de la u Colombian Line ) mntressant de noter que les expeditions pour Buenaventura Amstei dam, Hoyman et Schuur-
Port-de-Paix : M. A. Loinaz. tait honneur a ses Directeurs qui ont reussi A maintenir un se ont transbordees A Carlagene avec seulement un jour man, Ltd.


M61e St. Nicolas : F. Maurasse. itin&raire r6gulier et ont su doter cette Ligue de splen- de delai et que le voyage de New-York A Buenaventura se Rotterdam, Hoyman et Schuur-
Gonalves: Abel Lacroix. dides navires pour le traffic. fera en 21 jours. man, Ltd.
SSt. Marb : einbold & Co. .. Hvre A ence maritime
-a-Princ Gebara & Co. L. Strauss.
aus-ri- e Gebara & GCo. En fait les navires de la (( Colombian Line )) sont les Ce sont de ses entreprises qui font remarquer influence Paris, : Agence maritime
Petit- ve. Relold & Co. seuls bAteaux de construction Amiricaine dans ce service, Am.nricaine dans les marches strangers et qui paiei ont des L. Strauss.
MiragoAne ; TToar & Co. et A present, huit bAteaux vont constituer la flotte de la dividends a tous ceux-IA qui auront donn6 leurs temps et Marseille, Watson et Parker.
Jkr6mie : Oeo. Wiener & Co. c Colombian Line a : Ce sont, le Bogota, le Baracoa. le leur argent A cette entreprise de navigation Ambricaine. Bordeaux, Prytz, Millet et Co.
Aux Cayes Vve.F.Birmingham. Bridgetown, le Bolivar, le Martinique, le Halti, le Pacific ln autre example de initiative de la Colombian Line" Barcelono. Witty Shipping
Jacmel: Bo.crd & Co Fir, et le Pacific Pine. Un service hebdomadaire esb main- dans le maintien des facilit6s qui sont affectees aux impor- Ag'cy. Ltd.
acme. :ouncatd & Co. tenu entire New-York, Puerto Colombia et Cartag6ne avec tateurs de cafe A New-York c'est 1'emmagasinage de ce no Franzosini
Manaure: Luis Cotls Gomez. scale A Kingston, Ja., au retour. Un service similaire est product dans le dock de la compagnie A Jay Street Termi- Genoa, Luciano Franzosmi.
JRio-Acha: Nelson Gnecco aussi maintenu aux ports haltiens et un service mensuel nal A Brooklyn. Malaga, Antonio Font Peres.
Santa-Marta: M. A. Zuniga. a autres lies deIndes Occidentales dejA c6t6es. Gothenburg, Nordisk Express.



IBenjamin Ackerley & Sou R. C. Dongan
Agent GCa6ral pour l'Europe, Liverpool Eng. Agent g6n6ral powr la Colo,,: i,, 'ji. quilla Colombia


7 E. F. Clements
Agent Gen6ral pour Haiti,
N8^^??[^u^




S- MATIN 24 I)cembre 19_27
... .~~~ ~~~~~~ ~~~~~ __ --_ __ ..." -[ '" --" ... ii ii I I I I I I I


K,


LA


NOUVELL


la plus rade surpriise e At ee


PLUS ELEGANT
PLUS SOLID
PLUS GRANDE
MOINS CHER


De


toules les


Voilures legeres


A"


Vendeurs>autorises


1in coln Fordsonm


AUTOMOBILES


CAMIONS


Rcmercie sa clientele et lui presented ses meilleurs Vceux
de Bonheur & de Prosperite

I vous voile con nen(cer l l'Annee en faisanl line onne affaire,
n'hesitez pas a( munir voire Voiture des Pneus & Chaambres


GOODRICH el


vol1S


vous rendr'ez


marque ne pett conclutrencer, ni par la Qt,
ni par la Solidite,ni par la Longevite,
ni pal la Douceur sur les ROt-TFES


Goodrich


Silverlon esi


HAITIAN MOTORS,


Eu til:''
nil~~ ml


S.


OLOFFS .N LIC' S & Co, Petit-Go:ve,-.
OLOFFSON LUCAS Co, Pont Sond,.
Vve A. SENDRAL,.\ Ax Caves, ABr'
FELIX GAVEAU, creiuie,
I DANIEL, Port-au-Prinice.


- .-~. -_____________
--~ .-


- -. ~ ~ - ~ a -


wl-dm


A


~V


I


~YPEn~sra~ern~llwRlrPI~Bi~g~[~


t a .


~i~i~s~o~rJr~s~







LE MATIN 24 D6cembre 1927


w~t ~W**~
2*
I,
w ~ .4!.
~ I,


IK ,


CAFE


Dh NCLI


A 1'occasion de la Noel et du Jour de l'An presenwte a son aimable Clientcle

ses meilleurs veoux de:



Bonheur, Sante o Prosperite


I.E


fPrpos de Noel

Fire du bon beurre...

Ily a quelques mois, un con-
cours fort inltrefsant eut lieu
Grande Btetagne. II s'agis-
ait 4e d6cerner un prix A la
hrmitre qui savait le mieux
bir lW beurre.
Cejbt une jolie fille du corn
'Mde Cornwall quiobtint le pre-
aler prix. Elle s'appelle miss
Nicholas.
Lorsqu'on lui parla de son
isaccU la championne d6clara
modestement que faire du bon
beurre etait l ambition de sa
Tie; qu'elle avait ddej pris part
avec succes A divers concours
agricoles de province et que la
consecration qu'elle venait de
recevoir a Londres mettait le
comble A ses vweux.
Plus ('un homme, qui reste
:pourtant baba devant une tra
tersee de la Manche par une
lageuse, devant les exploits
:d'ne femme voleuse, l'aventure
gMrienne de Ruth Elder, et plant
a rtres'championnats t6minins,
trouvera, peut-6tre banal,ce prix
A beurre frais qui ne consacre
i la beauty ni le courage.
Mais moi, je le trouve admi
loble et aussi glorieux que tous
Is autres. Miss Nicholas hjit da
An beirre et cOla nous permet
*ibouffer avec satisfaction, ce
Si, ort souvent dans la vie,
and les pinards moins acidu-
S...J'aime du bon beurre et
ine celles qui le font et qui
Int jolies par dessus le march.

La Coupe Davis de 1928
Les prochaines preuves fi-
es pour la Coupe Davis de
I ispour 1928 auront lieu a
Un contrat, qui a 6t1, derni6-
fttent, sign entire le Racing
.b de France, le Stade Fran-
et une Societd d'Architectes
.1n1ais, prevoit la construc-
l6o d'une ar ne avec courts o
te n n i s, pouvant recevoir
l spectateurs.
By aura un court central et
i courts secondaires. La
*A Iruclion coutera enviton
Sl111*10ion de francs.


IoiIez'vous


1927


IE


bien


Commweiieu


19 e






FtIilEZXceSOIR a


Moutmartre-CABARET


RUE DU MAGASIN DE L'ETA'T.


De Charybde en Scylla
I'ne statislique pub li(e, il \ 'a
quelques temps, on Aiiglti t'r,.
re'vIa que les lemmes sntil p lus
lhonnites que Ics hioiitivis. 11.
effel, elle permit die tnlslilci
que 8(0 o 0 des t nuilles !%ipimni-
tent les objels Iroiuvt s, a;li; s
que 8(1 oo des Iihoniiis les gar-
dent.
(Or, bien qu'en g'ntern:l Ions,
ceux qui crivenlt pcilvn l 0 1l.
taxes de severil&e ;i I i I lII
sexe fort, il f:nt, cetle lois, prl-
dre sa dtfelense. Qua(t' l 11 II -
lie trouve il (l )jet l i (1 ,il Ic
garde, peut-oni (itre Itui < (( 'I ',
par manlhonnmteh' ?
11I lut incli r ;i 'I pci;' r I,1m ,
c'est pair p)lresst, );II'p ( 11in' u s"
hoIulmies (ontl lIh rei dlri I i ,'
qiui ressembi C ;'i d s elients et ides d1 "III;rchli s
I lio l nl It' t' 1 ;ni s ; I' 11> i
(que la lct lnle ; n l, s 1 il I 1 nI
lois p)l i' I ressciix.
MN is \oil;', i s |i'(iii d
les ( Iuc:'s sitiis r >, o, l h1 m ii [ [,il
jouss deI Clha \ lhdc i n Sc\ ll:i.


Ie'chnicieis
Lc I o' IseIil .i vy dii I m 1' \;I -
Ide ci l (IIei rcins. ( IItr -, ,I \ 1i ,i;



( lu'tn si ieii, I est insli B i,\ l
de di(IdC l' l i ( IVt I1 l 11iS k w'it'I;-
au'i petse dt se la t in i i

" Mille excuses, ,aj ,stl, nB ii jej
S tne connais l ue i It I h icati, 11
des oiquieues se billard ;
lois quei cacu aura sons lr i
unilorme Nien riccoiiii;issjlc,
ces quiprquu)OLos seroiit itfnpossi-
bles...


.. d


Galanterie
Une (lame de trenle cirq ;i
trente-huit ans se pr6senle ;i la
barre come Wimoin.
Le president.- Vous jure/ do
dire la v6ritl, It ite la vh iil",
rien (que la veritr ?
Le lemoin.- Je le jure.
Le president.-Dites-nou, t-
I.- 'niioin ( apies un moment
d'hisitalion ).- Vingt-sept ans,
SMionsieur.
Fe president (gracieusement).
Je ne vous demand pas l['i-
ue .que vous paraissez, inlisc e-
uique vous avez.


bien linir


I-!.

.4.

'*1*1.
a'
;i.
1.
U,

~ .VI.
'U,
.. I.

* :.
* 5,.
~


2 'z~
t. 14*



I.


* I~


9
*1
* .


*


.2


. l~
t
,1
a!'


,-'e







* -,..
I. "

4--,"

^,-
f


rrreca'a~n


__ __ _


__ ~_ ___ _~_~_~__ ~____~ _~ ;_ __ ;~,_


-- 1 --


~Y --


fw-


A -l





I E MA'IIN 24 D6cembre 1927


- -- Ia


MASON FONDFE en 1878

I Aqents Generaux d( HAMBURG AMERICA LINII


il sine ii'anii g e dePor -au-Pr i
I_ L _i __I

COHN PRODUCTS REFINING Co N-York
L'Huile Argo Cornstarch

BERNIET', CRAFT & KAUFMANN, St-Louis
Fiarinc

l EnvoiLicnl Icr I )icln'eillaHnlC Clientele lcurs V(eux les plus
8 l'occ8sion (Ie la Nouvelle Annee 1928.



Le Iizar de la Posle
(iliANI) IiAZAI/ Gran

1 Tooitours atssi l)ien assorti que les Grands Maasins de Pc
n1' vcz )lus ibesoil dCe vous adresser i ll'Etranger pour vo
tes, Plus )besoin de vous fatiguer l'esprit, Plusde tra
lPlus d'ennuis, Pour tout ce qu'il vous taut,


E


nee


I ALLEZ AU *BAZAR de la POSTE*

BONNE ANNIEE BONNE ANI


T
I Rmffifi


--IfSSU


I II -L-


Y I


__~c~,, ~ ~T ~__~~~_~ ~~__r--~ --L~ --








LE MATIN 24 Decembre 1927







TIRE & RUBBER CO AKRON: OHIO
Pneus Tubes Accessoires




|Le Tirestog PNEUS& TUBES sont les meillcurs. Achcletz cette
quality de Pneus et vous aurez toute garantic pour

votre argent. Malgre la hausse considerable sur

les caoutchoucs,les prix de FIRESTONE

restent IouLjours raisonnables.



Toujours en Stock chez I'Agent soussigne
toutes fes dimensions

courantes, ou chcz

Mr Edmond Lauture, A Jacmel l(
Mr Elias Saliba, Aux Cayes.
(( Michel Desquiron, Jlrsmie.
a Cil ment Pinard, St Marc.
(( Antoine Geflrard, Gonalves.
( Jean Luciani & Co, Port de Paix
Mr F. Maurasse, Cap- laitien

L. Preetrmann-Aggerholm & Co.

Agents Gineraux Dour Haiti.


- _-.T- .p. -r m.P....I s n | s i s e
Sdu jour), un article sur I'avia- Sa premiere dImarche est Dxcourage, Flegier frappa qui aime la conversation do
fl pias n giait teur, qui montre qu'onl peu 6tre our int6ressante tamille qtui pourant i rlea plorte d te son clocieur, ie pria s i diner
-n ___lemet jhournaliste et parisien par des- ui a 6crit la veille. II arrive (litieur, (qui a c c e 1) la Is oitir Ia Noi V
sus le march et ignore beau- ainsi t une mason de sinislre a Stances )) sur-le-cham, l et... JI le poirr i pas venr .i
Voln aoe un tour d siiseicoup de h ...ses.
Voulant d ouer un tour it un ((Cet entrant vient d'accom- apl)arence, monteetsetrouve y gagna uine petite toirtu ne. ce soir,I i 'ul-1 rIeo)ndI tais,
amricain Ma rc Twain va l'eiste plircritraquiement M. Fa- n en iace d'un trio de sacri- A nla verill, I'aleour ne Itou- un (Ic tcs .jolurs, i> vicndr:i
truen n i e bre, ce qui fut le rave chimiri- pants. Ceux-ci. retermenti l a cha .iS grltl'h s. a x a si passer an v iic Ilis oi nilr". I.
ronseron ue luit dit No sue de miiliouis d'tres humans. porte derriere lui. I)eux d cn- traita i lorla it, ai iiClIt SCS .ve" volts. .Ite \ h iS ii' co-1
sontre 'serm on etnluitadit: r n ~equ es heulores, i a r eci r e u x s'avancent a sa droits d'aus e,', q u( furet| naitre par un t hillt I iur et
bien, seulement, j'ai, chez mot les eux plus tormidables capi- rencontre. Le troisibme lui tres leaves. Tlus le~ ers (IC hIlure iUxcjtiels IC iurrat)L1Im.
un livre qu le contient da pre- tales du monde: la Capitale de barre la retraite, et le I)aron a epoque voulrent cl er Ilc faire.
mier au dernier ot. technicit et celle de la pens6e, vu luire dans sa main la cros- es S-occ. e eI ren.iat I Un tatli, It ull .rII'i'IVC
mier au den prtre mui s6par6es par un tiers de la cir- se mal dissimule d'un pisto- vitt opula~res. e n ciler. .Mais itlpos',sibic d.
Emoi du bon prat, Twain cont6rence du globe.' let .- I d chillrf r Puis
Enfin le troisi~me jour, il lui en- r kilometres qui s6parent
vote la preuve que l'ecci6siasti- le 1/3 des 40.000 kilom6tres tion est sasi d'unc inspi ment IithalCt Itinigtont loigeo t (I. ten' ll 1 l
que r~clamait A cor et A re. sont la circontirence officiel1e Lion merveilleuse, tire e sa il est mort, it v a deux anus, a an .jril [hali tc al, ri < ii-
C'tait un... dictionnaire. du globe? poche trois louis, et avant Syracuse,cn Aineriquc,Lh I' age sant :
Enfin, errare humanum... mnme qu'on lui ait adresse ia respectalic (Ie U5 ans. \oil',, ctest 1 go~trlc, l 2.
Femmem laides ..parole: Remington l)partenai it '


. .. at ,,ha UNE AVENTURE -Je suis I inlelniant de M. uine tamille d'i\enteurs.<,est I ".ee aionr
Un Americain s'tait charge g de MonNyon. Etan malade, ii so III i avl i l Excellentoe occasion
de prouver qu'il navait vu une de M. de ontyeo de Montyon. Etant maad, i son cre qi avail invenie c d our
temme laid. ((Jen aijmaisren- -:ne pourra venirlui-mdme que tameux lusil (ui coiinut tadut our
contr6, disait-il, une femme qui dema:n, mais il m a charge ide de suc&et. Lui m ile entre- ( e ft oit belle. Cela paraltra Le baron de Montyon oc- vous remeltre ce secours en prit la realisation de la ma- gazette (ei Not aia. capital |
un paradoxe; et pourant, c'est p ers 1782, le pose de attendant, chine A ecrire et y consacra de lanouvei .al. oii', j)-
la pure v6rite. Je n'ai pasencore chanceler du come d'Artos.. Les bandits, tromps I)ard plus de dix annees de recher- tile culonie ranst.iseC
trouve une temme absolument' D6jA, A cette 6poque, il s6tait son assurance croient le coup ches et de sacrifices. Mais lors-1
laide. Un jour, que je soutenais tait connaltre par ses liberali-) diff6re, le laissent sortir, et que l'instrument cut trouvc sa AVIS
cette thorie devantun uditoire t6s; c'est mdme A cete date sot arrts le soir e. torme definitive, lesReing Service ds popes
exclusivementf inin, l'unepar que remote Ia tondation des Le plus curieux c'e que ton se heurterent ia la plus funihres, di'accord aivec la f
i ces dames au nezcamaret prix u'en dcerne encore au- Victor Hgo a reproduit ans prolonde indifference du pu- municipalile de Noum in-
tr6s aplati me dit a Quant dA ourd hui en son nom. Le les i Miserables une s ne blic. Decourages, its c6derent torme le public (quil vienti de
mo, mons eur, e vous dfie de bruit de sa bientaisance atti- presque analogue. leurs brevets A trois de leurs relever ses tarits.
Maisnon, luirpondis-je,vous rait naturellement chez lui cmployes quiplusheurex.fi- Conseillc en consquenceI
n'6tes point laide, madame oule de solliciteurs et faisait Le flair d dteur irent par imposer au monde aun pseblic lle en profiler, vantce
Vous 6tes un ange tomb6 du pleuvoir A son h6tel demand Ls flaird r a petite ree des bure aux. ses p rix augment enco-r, avat
cie seulement vous es to- des et supplies Lorsque Flgier, qui, der- pee rene des bureau. ses prx auge enco
bee sur: e nez, voilA tout.* Un jour, le baron recoit ni6rement, mourut octo- -e )
Eh bien, alors, A ce compete, une lettre pathtique. 11 s'agit g6naire, e u t compose ses en e On est (Cel don conseil ue
toutes les temmes sont belles. d'une tami le entire rlduite (Stances qui lui valurent PharaeoNouma I Quele (loiniaget siue
an d6nfment et habitant une la c6lebrite, il les porta a un Phaun aoion ia Nouvelle.Cald Mie soit si
.. .... mansarde. dans un des fau- important 6diteur de musi- Cha un sani que les m6de- loin,!on po)(tr.ail n ler Itiot-
3rrer. husia bourgs, alors presque deserts, que parisien, qui les retusa cins out une 6crilure tr6s sp- rir avant que les trais fun
rrrareur h au e- Paris. M. de Montyon, qui tout net. ciale. Seuls les pharmaciens raires coleCit ...
Tout homme est sujet I erreur. almaitl visiter incognito I'nm- L'a ppui d'Ainbroise Tho- parviennentA d6chiffrer leurs
C'est IA un tr6s vieux proverb fortune, n h6site pas A r6pon- mas, qui avait 6t6, au Conser- pattes de mouche.
mais qui a conserve touted dre i cet appel. 11 part le len- vatoire, le pirolesseur de Fie Un de nos amis a pour me-
v6Ainsri, orsque. Lindbergh demain, comme il en avait gier, n'dbranla pas l'entlte- decin un disciple d'Esculape W . *e'
coAinsi, lorsque Ldbtrv erg ac- I'habitude, seul, la poche lar- ment du commergant; il ne qui a la plus d6testable 6cri-
de atlantique, n journalist gement garnie, et rev6tu d'un consentit m4me pas a ublier ture de tout Port-au-Prince. p w .
parisien, M. Henri Fabre, cri- costume d' n e pl61bienne la romance aux trais e l'an- Mais c'est un honime char-
Svit sous le titre : Les Hommes simplicity. teur. mant,aimable.Le journalist, 490 ".
SW fa.I




LE MATIN 24 D6ccmbrell927


- q -Nn


,Cj3~95iii ,-i~~~s--


-U...


c'i






[y



L
4J



4:
0


NOEL


Canada


el dii

'le el


Jour (dc 1'

a tous ses


AN


presence


amis


Ses plus sinceresSouhaits

de Bonheur # de Prosperite


Elle


POUR

s'ef/orcera


le


credit


de


toujours meriter


et s'appliquera
don't elle jouit


et


celui


de


sa


K


CREEE EN VUE


D'AIDER


A


lEPARG6


U DEVELOPPEMENT DE

(E HAITIEA 1


o"rnI


UIe


Du


A


Occasion de


la


Fele


ie


breuse client


sq


nom-


1928


leur confiance


rendforce
dans


le Public


it


.-~


uI


___,_ __


!~ll8asa~o~PIRlrC~I~P~~j~


0


i








LE MATIN 24 D6imbrc 1927


'~:


- I


5


**- 5 .' ,


.UN NUAGO..


b aS etouatscux qui se pro-
poPt de la parcounar sains-
met. ty arrtteut a pri& r
br96 b01u des tap-. O rSd
la "It*, ctte lau ac up


la *mreJeqanle b ae nq
nmhoeon dans V .ar-.
tieade la viiete
petite- some de i.r mille
evU cents dollars...
Mals, Fra.nois Ponoard, qui,
A son d6but dans a vie, availt


de jeunesse.....


A Ihoriron


d.mnceAndde sa votiur. Unl
joer, uan oserre, un soopir It!


qu'eu vaia ilso e paendront ja-
mals Ie nom do Seigneur, el
avec eela, un atlachement Pro-
inol aux pAroles do f.,s. Cost
in gft do Nni fldelltW.
a Un tito, nttlat numoisde
ddeembre. Un vent glacial sout-
fnit. L'horlog de lEglise voi-'
Line, lentement, tiptait leas neul
emaps do jbur. '
Molin, e souvenant du doux
,ourire de Josulia, so rqppelant
molts de remerciements, so
edil chess elle, aux Afins de lui
A-Z, as *i i *li on nrafd


as fora a .- ria s parucpaon augran
as tera padtait G 8synetiskcs, ejeuto 6 deve" or U-- -"
Car, ell avait jur de rstqierr nue nefessaire. ... ;
p r A Dieu. Des tentations La petite bicoque ot habitat L'aceueil fut des lus tavora-
I gtrt, t1ant, Ponsard, as Bel-Air, fut tisa6e bles. Au moment o la conver-
lf "p our onn, nvelle t c te, station ll0it s ngager, entra
Duan ct6. Molin qui, per mal- garonniere trescontortaMe;A la IPoiaard qui revensti du bord
avail perdu les avances Rue des Miracles. Rien n'y man- de mer,eftectuer quelquas achats
dqript 4e dIs atc attire le reg4, pourle besoin do commerce.
M I A AST~e pe. J gal siaL *| oie .ste 616gant,
'u atre .ct&A,, durant l aisiesn le video autour de lot, pr6senta Mln iA othtard.
schisme 6iAv et arata nouveau..; Ahl l -Mr Frpcois Ponsard, mon
at pr 14 o@ tf ie0. "10 .
Frangois Ponsrd, A6de 2S depot Is lampe do sou. Mri oinm precepteur,
less dune des plus honntes mission du fils 'accentuait de fit elle.
mille. doe la SWpfsl I en pDuM s clart. Un a tr6s heureux partit des
trop commoatlq itl gdrir4Ow inoulablbe ap.dedux ea1. .
jour, A J.uli1 cber- prochait lef ement... Mais, ca me Pouard avail A
mablOe bea d ste6 /omae I transcrir soji sle .mon -
oines d ,. tt de effetu, il print
rent une strange impm scsi onge dae olia.
sur Jdsulia,et un certain instinct Un dimanche dnatin, dans sa II se pass dans la te de Mo-
la poussa vers lui. Et, Francois a ChevroleU o. Jesulia se readait lii, amotionnd, quelque chose
quai 'en tut pas moins impres- & la GOthdrale. d'indescriptible. En un language
sionni se .entit, lui aussi, attire Le (UArtis de I'eglise 6tait en- entrecoup6, il demnanda A Jdsu-
vers elle. Aussi, I' ppela-t-elle combri d'homraes de tout Age, lia si ce Ponsard 6tait r-elle-
son fits et le jeune boinme pour parmi lesquels se trouvait Moln, ment son fils. Oui, rkpondit-elle.
Un donner I'6change la surnom- I 'inconsoli...Un bourdonnement Depuis quand 1'evez-vous
4A La mire. se fit entendre. eu?
S pu andiw ue Jsulia dedondeit -II n'y a que quelques mois,
r mt. s a ffa: me. de sa voiture, son eventail avail fit-elte.
ile e sme l, Tr chu. Par hasard, Molin le lui -II a done bien grand, ce
lchquJ t, d k~-t r m Mm.Un sourire do ia part fib de quelquos aois.
etait au travail. Les entrees, l d J6suha, un mot de remner- 1 Et Jsalia so tot.
sorties d.s mrci andises tai ciement.... LA-dessus. Molin, tres afflig,.
minoties m, m ,contr6dies. taO& Coe rire, co.-aot do renmer- fult envahl par une soudaine
cela alla du bon train. 6iOien Ot fot-aut M r Molin, elire. It paraitlit an paroxys-
cea ala on tra. quelques sentiments de rapro- me de la fureur, et avec dans
chement. Q bliant sans oute, les yeux, 1'expression de la dou
Squne ce .I ract4eStl- tauir,1 ande e r mots:
Madame Cyril, la mattress que. deo Oce, yve C ti u e ous prtlendesJ
d'instruction relgiese sne ta r nante s s L.. ta vOtre Mademe, est un
amais ese visited,& sa romiurse. Da t t ii weliclt, sow paio4st souilt*,
ble efforta d'ouvnir Fme do yex de presque tous es om- Et ces paroles tombirent des]
an dvote A Ia Foi et li incal- mea, At de quelques temmaja- 16vres de Molin d'une voix
"r-le "r"p-ct de Dieu. Aussi houses, so concentrirent vers rauque, si savage que Pon-
:sulia est-elle devene'he 6sulia, qji, cependant, ne s'en sales entendit. Ce qui taillit
vote convaincu, El etorie ucm re. amnner n. corpf' corps entire
.te nle tranfu.m-et n ine vt- ,A a sodie, en m6lange lea deuaL hommsi, n'itait ce le
ritable letransle otrm6 fraievt contus, les voix jeauns et vieil, sang-troid de Jisu!ia. D'un geste
r itable chapelle om a guraient les, gouailleuses at 6ditatlves, tres courtois, ellemit A la porte,
avec soint les images a presque chuchet itat des eu'ille Molin,qu.i decent_ Petaud, .di
tIoul St. e GardMiat eL n3ent amd l ikt pas. contenance, confus. Le visage
sode I'Enfant J hs et1 a mado. En efet, la nature s'taitallihe bleni et crspe, symbolisait /c
nedr6re, Marie Madeleine... la science, por exhalter la disespoir. Puis, rsign6, il tran-
Aussi, Madame C ri no man- toote beaut de cette fille des chit sans se retourner le seuil de
S d'a tfen la rCvivean el Metwes Vltne d'nne robe la porte. Vexi, it battit son rt-
?au i de bleu-cl6tai ltont Ponsard et
Doral los molt doamdorJl. La ro Fiifblea ioplor diie, des
Durant les mois de Join, Juil- sa taMlte 16ganWlM om- rctars t oiT o asecdo'es
let, Aout et Septembre, le com. me un june sa d a J cg pr, sou-
merce de Jealis, qui consistait chapeanu d ddeo aerf t- t homn
S.kabbe muin de toi- cela, avec ar le visage des 16- me, on noe rest par asr ane de-
Mllt rt. Lea germ nuages blanco do poudre taie.
E 6ial lai oat pro- rtamee q seablaieut suro- ..... O,. mau la .acho n-
S4M fo ( ~d'ai rfa es i. H r F r 7- trate Urfat I Ydeaite fnal


Mkde so tre,a l sa dea d am- vers Mola, eln. i avail ,o
sitK ISG Itsbonne t' e action.
N rat, F nId41Foaenelt e0l.. fi.-elle Is goude oreillc ass ra.
lb eaM Ce dimaocbe 1, Pomeard ve- coutam.... Ell isalt son fima ,
dtw a naMit tire sa visite habitoll A et ceb. lui ,salshi4 ...
uthuM do ll patromne. I"pptient, Ise flh VoilA 1) ai nuage ltrcs *-
1. *A : ? Ir I .o


Non, croyons-n mus, car celle
lulle entire ka chair et ame fini-
ra par I* triomphe do celle-ci sur
celle-A1. Et cos paroles ineffa-
cables:
al er re& d ir ne direru
a 01 l iage mlae.lt.
en seront I'arbitre. Elle l'avait
jar .....
Le jour approchec. Une retraile
est indispensable pourpreparer
JUsulia definitivement Seuf,Pon
sard aura la direction de la
mason en I'absence de J6sulia.
Tout est prdt pour 6gayer les
invites.


LA NUIT DU 24 DECEMBRE


la 6 profusion beign lt toute
Sasiistance. Et, e i aient
otabruses cells j con-
auises' ar lea bonlnroles
du prdtie. auraiei ppro
cher de la S- Tau sulia,
tr6s implement vM d'une
robe de nansouk blanc. trds
large dans laquelle t noyait
tout son beau corps, et ce,
pour detourner les regards
malicieux... En guise de cha-
peau, un simple mnouchoir de
non blanc. Et le tout ample-
ment recouvert d'un long
voile, qu ii la profilait A la
dona (( Altagracia P.
Au dedans, au milieu de
cette grappe humaineou une
chaleur intense regnait, il s'y
faufilait parlois des trissons
de troid. La lutte 6.ait Apre
entire ces deux 6lcments.
Tandis que les rites
s'accomplissaient, un it un,


Longtemps di|A, Ie Solell, le les douze coups de minuit
Roi de la Nature, avait jle6 venaient de sonner A I'hor-
avecddaia lsee derniers regards loge. Et apr6s que la toule
vers son esclave: Ia Terre.Mais, eut chant comme une seule
la Lune, sa toute belle, cette voix avec le pr~tre les paroles
reine qua jura de ne laire avec sublimes du Minuit, Chr6-
cet 6poux, trop chaleureux.peut- tiensp,arriva Ilieure de la con-
6tre que des rencontres inopi- skcration.J6sulia,ainsiqueses
nes, voulant,ell.aussi, prendre .es minsi
part A la F6te, s'assura dabord, compagne-, les mains join
que lui, le Roi, edt taiss6 libre, tes, la tteltegrement incli-
tres libre Ia place. C'est ainsi, ne, s'agenoui lrein. Une A
que disoretement, orwiative. une, elles requrent, le sang
meat, elle apparut tout enove-. t le corps re l'Homme-Dieu.
lopp6e de cirrus afia de se ren- Jesulia etait la dernire A les
dre presque invisible. recevoir.
Etl I'Epoux,alors, n'y 6tait pas. La Messe prit fin. Au de-
Brusquement, eous n cosmman- hours, le hurlement du vent
dement peut-tre, on vit le !nua houle les g,,ands arbres. Et le
ges qui s'amoncelaient, se dis- froid, comme pour t . er
perser,dans diverse directions. froila come pour ieter un
Les tns se blottissaient dans un chgn
coin de la vote c6leste. D'au- ma tire.
tres, trop heureux d'etre libres Une loule d amis, des invi-
d6ambulaient la grande route t6s, accompagncrent Jesulia
de l'inflni. Enfin, d'autres ser- chez elle, ou torce ripailles
blaient apoth6oser cette nou- les atllendaient. lEt, en cette
velle victoire de la leine et,au-, nuit-li, el le fils et la milre
tour d'elle, gambaddrent. Mais, rivaliserent d'humeur pour
elle ne voulut pas que son visa- chacun gardAt en sa m--
ge fit blafard. Elie entendait moire un bon souvenir de
quon la contemplate dans toute ete ..
sa splendeur.I'our cela, il lallut Par moments, on voyait
qu'on Ia laissat seule avec quel- Par moments, on VOyai
ques dames de la cour,des toi- passer Molin, I inconsol6, qui
les scintellant de mille feux. Et je'ait des regards de regret
cela se fit Pat moments, on vo- vers la maison oil en ce jour
yait, quelques-unes de ces da- de la grande flWe et du triom-
mes prendre la direction de la phe de la volont6, it aurait dA
terre, laissant apres elles un sil- tre le premier, n E6ait-ce sa
large lumineux. Y apportlrent- I uladresse...
elfes quelques messages impor-
tants ? Ou bien, tomb&rent-elles Voila, qu'en cet heureux
moEn cet he moment de la jour, la joie des uns et des
n ce eduteuxmomentdlautrei se conhnd."Voila', ue
vie, le monde religieux comm6 autre, se con d. Voil. qu
more une date glorieuse, inou- Ila nature sest mise en frte
bliable, car aIn nuit du 24 decem pour celebrer I'anniver-aire
bre porte dans les plis de son de la naissance do Celui qui
manteau une heure pieuse en gouvernc le monwle. VoilA que
recueillement : Minuit. Js lia, cette fille- des mor-
Aussi, pour bien marquer et nes a beneficiait de cette ta-
cette date et cctte here, partout veur de la nature. Serait-ce
dana le monde ou se dressed un pace qu'el!c avail pris nais-
autel, en foule ls fiddles y sont sance dans ces hauteurs, dans.
venus pour vivifier a tout ja- cs lieux sol tares, .arant
mais, cette date solennelle, cette prqs des diux r- quo ier ntait
here pieuse. vieilles pourtant pres des dieux -quelletait
de 2000 ans.Elle est inoubliable conl) 16de tous les bientaitls
cette date, elle est pieause cete Ou bien, s e r a i t- c e parce
here, parce qu elles marquent qu'elle avait 6tc dole de ce
la naissance de Celui qui vint au nom qu'elle tut le symb)le
monde, envoy par son pore vivant de certa.ns mysteres?
pour saver les homes de l'ini Nous I'ignorons. Ce que nous
quitA, et parlout, dans touted les savons, C'est qu eile a tenu pa-
milles, au tintement de cette role... e la volntie a triom-
beare, cris d' se p"
t dioin r. .1
1 L ,II M ~ ~~ ~ ~ nl[ I l a d #.'


r.v, w m wwWi..uwI.
Et ce snir-lb, I'glise paree
do tes plus beaux orne mnts
6talt emprie de fid6les. La iu-
mire 6lectrique jette A et


t


t -,hv- rc


~cK5


V-


-- I .I ~-- ~--~


__


rma


3 1*^hWlC_~L~'.JiM~,i- W"WW. >


'- -


*1. .


.~s irQwrs rlS


y.


r~e~J~


i `'' q~c~ t-L`I I t~ -


.""r 11B





LE MATIN 24 D6cembre r127


- '


,,4


Si


vous
de s


* Totiuscetix qu




Une Belle, confortah
ils peuvent etr

CHRYSLEI
Partout ou elle a passe, 1
A Port-au-Prince, chacu
Modele 52 CHRYSL
mondial d'endura
dant Six Jour
1 1.. C'- *!


1


i


)le et solide AUTOMOBILE don't
'e fiers doivent acheter une


It


soit l'un des Modedes *52*,
et *72* ou l'Imperial 80,


a CRYSLER


n


*62*,


a battu tousles records.


a pu constater comment le simple


RER


a 4 cylindres a battu le record


since en roulant,


sans arret,


pen-


s et Six Nuits conduite par
S-_ /s&' f T'mi-11 '\-t T\


0
sur les quatites


precision
la


du


deja


Souhaile


a tous: HEUREUX NOEL


et BONNE ANNIE.


FRANCK J. MARTIN, Distributeur pour Haiti


- a.n n ------- -


4+.


ie apitaiie Tu i i u HTiL1 i I-.
voulez avoir des renseignemens precis
9uplesse, de solidile, elegance et de I
Moteur el de la Carrosserie de

CHRYSLER

Adressez-vous a ceux qui possedeni
une Auto de celte marque.


,--_;I _ __ _____ _~_____~ __________


=Mln


SIesirmit maeo pour


J "' .'- *-J'.


3


I


P


I -






S.'~ Q a


LE MATIN 24.D6embre 1927


A ,a


tE7
"q *


a


4 -. .L -% *~.' 2.~. .J


1


'9"
.4 ~)L


DE


H-


V
L ,~


DIRECTION


Telephone: 2738


A.,4~ r! ~'


Bonne Annee


p..
4, ~.* I
u '-.~:~

[ii'. 7:.


1928


I.


a.


a


* .


0 *mw I. *i1


----- ----


-


1


.~







' )
% )










I

0
0
0
0
*











~j)


4~.


T'\7S


-


,,


I


li-


~eL~i~!




LE MATIN 24 D cembre 1927


0W




1i


\N
^^


INS^Tiifnrssii Iii .1


SlLLDE
i~i~lILLAI


Une alliliee de The Nalio


ol New-York


1AMNOI Ed'FIIISSION

DIEPOSITAIRE des FONDS
du GOUVERNEMENT des ETATS-UNIS en HAITI

THIFlSOtmIEliE du GOUVERNEMENT HAITIEN

Execute toutes operations de Banque dans le Pays et a l1'itranger.


aNous avons licit de COMPTES de CHEQUEStderts
Nous avons Plhonncur de solliciter vos COMPTES de CHEQUES pt de


Succiirsates
*


CAISSE d'EPARGNE

Les ope rations que vous voudrez
bien nous confier auront
notre attention particulie're.



dans tous les Ports ouverts de la Republique d'Haiti.


I ___ I __


- II I


I - I i ___ ___ __ I


' 't ^-irt>.


*-.
/ **'


B~VIOU&


IIB1IB





- 24 Dlcembre 1927


-w__ _


K.

.~* AB~1 .
- 14i '*
lnrJ ,HB,-o


d9
,4


DIRECTION


EAS E!L


PLANTATIONS
En Plaine du Cul-de-Sac et en Plaine de Leogaine.
SUCRtRIE, RAFFINERIE, DISTILLERIE


Raffine
Blanc


D6positaires Exclusits:
Maison R. T. AUGUSTE, Port-au-Prince.


T616phone: 2307.
Par installation d'une Raffinerie moderne, la Compagnie annonce au
commerce que des la champagne 1928 elle sera en measure de livrer
la eonsommation du sucre raffine de premier choix legal
ou superieur aux sucres raffines imports de 1etranger.


.Dirclion:,IA SCO, Telep hone 2421.
bureau General : TeIphone: 2531,.


- -11


- I


- ~-r " -


--


COIPIIY


LE MATIN


r


.^..^ ^-S(-(n(S( j '^%W W




LE MATIN I- 24 Dicembre 1927


(jouvtiernernent alien
I.-


SOUHAIITEases CLIENTS


etFormule des


POUR


I


928


LEUR SOIT UNE ANNIE'lDE PROSPERITY, DE BONHEUR
ET DE IfRUSSITE EN TOUT.
-. o .. ,


TIER


_ r ______ __ Y


srr~illy~ I


9 ~ --VIY __ -




p.


S *


~II


LE MATIN 24 DIembie 1927


-. A


4'


4


0


j.


WIgF


DE LA PLANE DU


I


dI l 3" 4TH


(Emaeville)


a


Leotne


Bonne Annee


1928


DIRECTION


Gare du Nord


Telephone: 2255


IH


S.


- - -m mmkmfo-- ,


r


- 1 ~L _,,~,_,__ _~ __ ___ _


_ _ __


Y*iiris)rs ~r~~aw;


W, q wi.-r *


5 :


1






U.


Port au Prince


GENERATION et DISTRIBUTION d'ELECTRICITE


TOUTES APPLICATIONS


Installations electriquies- Moleurs


Fourniltires


electriques de


Ven tilateLurs, Cuisinieres,


Glacieres


electriques


Fournilure et Installation


DIRECTION, MAGASIN de VENTED et d'EXPOSITION PERMANENT
A PEncolgnure do la Rue F6rou et de la Rue Am6ricaine


ervif e de iUr el de it6 p


LE MATIN 1- 24 Decembre 192i


*Vi ~
'1
I
~-tu


''*1

~ I


_ __


p --

""0



1'

p
.3

^~9

I^A


t. '


-M


. %, U
4.


I


__ .___ r -1


,-iiL -


g~P8~3I~3P$C~I'CIP


IL~ ~ F~- I~







LE MATIN 24


Mt~t Il~


age 6anlg

.4 avril 1792
la ( Gazi
iait une v p
i rddig6e:
tUn Franoi
de 29 ans, d
estimn des
onsdirabl
dalns la littdia
u des succ&s,
Sune parlie
s un journal
'aire, bibli(
eur ou tout au
talents. Vert
lois, il serait
les aflaires
ion. S'oflre ei
terprete ou
agnie A un
ait voyagel
ser a M. Jlal
Ifge royal, p
IAM.Palissot,
ues, 250.
.- Qui pouvai
hme Ag6 de
la lilldratn
parrain det
eux que l'abb
Andre Ch
dit. Et cela p
ible. On sait qi
'sBait de quite
L. de Luzerne,
Londres, se trou
jine sans situali
iuni d'argent.

"In chien
neun
Un chien de lu
ielques mois
F&e sorte d'eczd
S dcourag6 d
|lade, tenta tr
ificider en huitj
i Sa niche 6tant
Hne, la nuit il en
Is pattes essay
.$efdu gaz. Le I
AIs qu'on pr6pa
Dn maitre, il sau
Loire pleine d'
l'en tira avec
Enfin, hier, il i
!rotd du trottoir
baque fois qu'ux
p, il se precil
.nusl'espoir d'
orils turent val
Dans la soir6e
|as une infirme
Pourvu que e
ine pas enra

I se errear ga
A*-on le droll
Aminme, mnmesi
Tdle eat ia qu
.mSAse poser s
F-rimux petit p
fte dirouler
de Londre&s
Patrick Woo*
f t condam
t pour av(
.yi*', par err
*,-. Mnme Rut
'kit e .'avais
' ne-Jeme as
I- rhomme.
. Maa a-t-on I
p ne flemme,
e. ot la sienne


re a4golu "
an IV de la L'-
etle national
petite announce w
s tr6s bien n,
e maeurs dou-
personnes les
esde Paris, cor.
lure 6 iI a ob-
ddsirerai6 trou-
e de r6daction
une place de
othecaire, insli- 1
Aire analogue A
s6 dapq l'tude
t ppr. A dir-
d'une grande
core en quality
d'homme de
e personnel qui
r en Italie. Sa- .
bbd Delille, au
'lace Cambray,
faubourg Saint-
t 6tre ce jeune
29 ans, connu
're,et qui avait
s homines aussi
Ab Delille et Pa.
nier, affirme un
aralt fort pro-
ue le p6ote, qui
r le service de
ambassadeur A
vail A cette po-
ion et fort dd-


imth6nique.
xe traitl depuis
A Cardiff pour
6ma, sans doute
de se voir ainsi *'
*ois fois de se
jours.
dans une cui-
i sortit et avec
de turner la s
endemain, tan-
rait le bain de
ita dans la bai-
eau bouillante.
de fortes br-
attendait sur le
Jes voitures et
ae auto 6lait en
pitait sous elle
tre 6cras6. Ses
ns.
e,.il ttut admits
rie v6t6tnaire.
" chin noe de-

i Clte her

estion qu'il tut
a spprenaht Is
roci .qut vient
evwat uan tribu-
an,an :journ- d
oiat roosmde
oir violemment
eur dit-il,une
h Kenidge. .
prie pour ma
us tromp+", ex-
e droit de trap-
munme lorqu'- i


m-an



m-- --S


bei


TanrAde


Il


Angle des rues Republicain


Port-au-Prince











Souhaite


a


T


ses


Un JOYEUX


I


et une


heureuse A


$1m(m


c -"


7r4 ces par trop audacieuses, coin-
me ((A Raymond,dit Poinmar-
r6 a ou (A Paul Valdry, sans
aucune esp6ce d'hommagel b)

BRIAND
a rat6 sa vocation
Cest lai qui I'A dil
Quoiqu'd suive un regime e
re'alivemtnt s.v.re,M.Briand
adore parler cuisine et il 6nu-
m6re volontiers les plants qu'il
R ee prtre- Sa predilection va
esurlout au poison.
t n"W X Le meilleurde tons, dit-.
il, c'est encore la sardine frai
che. Ah I la sardine lratche
bien prepare, q u el r6gal! I*


1*


Hayn., Ame
Hayt an A,* n


4.


Selling Agt


F r


____C______llicgl*i~Ci(k~)(~


---- ~ -1 L


.1 ii~ T -, 17 tt IT -.1,F-7 T


'',


k9 i106


lDcembre 1927


canSIG4R N:











Coincidence 1*
U n jour devan iiL, .on i ;)auldl, I
S Paul Valery poirlai I l.t ( i t naid.
S !1 itil)rovisait ains I'lntrod, u i.
sion i la methodevc ,, qu se pr1 "fl"
. posait d' crire. l l);uOlt inI V''-
tiousiasme alla, voir n1 e .0 .
lietle Adam eI l'eng;g -'i (Iit- '. .
lMlander son essai ll i l u t'(ri- |
vain. C'e.sl ainsi que i prmIt tr
article de IM. Valery partial dans
SI.a Nonvelle iReviue in et,i pur o
la premil re lois, il recuI qiel- '
( que argent pour il triavaiil Ill- it-
.g tieaire :"
NM.is bien desan1. es plus tl1 1
S Mine JuliIele AdamI s'la nt r.l l i- 1.i
1 f ,r- e d 1onde el M. Paul Vale- 11 "
Sry plantt devenu acadnicien, Ile. I
premier geste qu'il cut i'occasion i*
Ste I faire en pregnant place parnii ul
'e & IVlf'f^n mfl^ Lii les Qiir'ante,fliit (IVvoleir.I Mi ll
e & Macajoux v"s Q t
O iJuliclle Adam t, iIr imt an
( lPrix d'Acadtmivr l .
S--
A In maniore d Arthur Mever -
nstnephone 2307 epelilir.,,iric.(e
elephone 2307 Paris, tl vicux iellit llo2112sit'il .
SO qui vient de imourir, s' prsct'n- II
tail Itols Ics trois mnois. II achl c i
tail regotlirei, eniit Ipour (Iticklues
centaines de Iranes des niltogrl .
"V phes (u'il choisissailt avcc soinil *I"
.1 p iarmn i leslcltrt sd'tcrivaitscon') 0 I.
Snus. Aussilot qu'il lait i po
session de ces leltrcs it It s dIc- 4'.
chirait (n1 petils inlor'tcaux i t l .
S sen allait.
-Mais pourquoi lailes-vous tI .
cela ? s'enquit un jour I lil)aiir. a e.
S KlEt le vieux petit iilonl sici1'r Cx-
S pliqlua :
( .I, ni i)rends, vovycz-vous, .
^ (|lucdc hd's letlrcs qti (oiilt(n0ii rtl i' .
S des tilijiIts. 'i n ihcs d('rt'lsiaIlt j 'i"
,, reinds s. vi< 'e ,a lout l, ,n d, I )I ( I ".t
S cela meii t plail sir ..., (
Ce ,viciux peti ii u 'I cop ,
"sur etait nill s og el unl pIhilan- 'i


,IJI ATS .......ts I

Sd'avanlt-garde conili pour sosS
opinions extremists j)ul)ia,il 'I
S y a quelquc temps chez uin .~
J diteur; son premier recueil -
de pocmes. Si piresquC tons tI
a les cxemplaires d(e prcssc e Ce
1 ce livre ne p1)rtent pas de i
dedlicance de I'auteur, c'est, pa-
W I E L ratl-il, quc l'6diteur a du arra.
cher les pages de gardeatin de
S supprimer certaines dedica- 1*


* T








LE MATIN 24 D6cembre 1927


W M6daille




^ Essayez-1





Proc


j LIQUEUR
Im




DI





I I







tAucufni)oiss
capable de
Quand jie lpe
gens poi
mics
viar!Moi, j,
Autant j ain
(IegorlteI
I)CS poiss



-- Le ho
ie! celame
%c'est n lie
nora est ho
nc que l'on
!l'armoricai
Bretagne
tol, mentce qu
'ApnmbriCaip
protesente
nne chose
trouv e et
Comme
6coutent


Briand sn r
la vraie re
Iarmoricai
I Vous
mais sur t
ne soil pa
homard bi
reux, et vo
Quand i
la recette. 1





,


M. FONTAINE, Proprietaire.


s d'or et d'argent a


l'Exposition de Santiago de los Caballeros 1927-

RHUM CHAMPION

Son nom dit loull.


e ct vous n'en voudrez plus d'autre, car de I'avis des connaisseur

c'est le meilleur, 'a prix legal.

EAU DE COLOGNE
tuit exquis rivalisant avec les meilleures marques etrangeres


S, SIROPS, ALCOHOL,

portation de VINS


ROS


&


DETAIL.


La Distillerie de l'Aigle a pour principle d

ne fournir au public que des produil

de toute premiere quality.


'POT: Angle des Rues Dantes Destouches & Magasin de I'r tat

en face de l'Agence Ford.


*g~B~M~MM


-


Soni au nmonde n'est
e rivaliser avecl
nse qu'il se trouve
ur manger du ca-
ai horreur de ca.
ie les (cuts trais de
plant le caviar me


instant puis conclut avec son
sourire en coin :
Vous voyez, j'ai rate ma
vocation, j'Mtais n6 pour 6tre
cuisinier!

L'arl de rester (oujours belle ensei-


ponsabilites comme le prix
qu'une femme doit payer pour
rester toujours belle et jeune, la
doctoresse declare hautement
que la maternity et les occupa-
tions domestiques ne nuisent en
rien A la beautW de la femme
d'Age mur. Elle se donne come
Pxemnrle e se d6clarer fbre d'a-


ons on passe aux gn1 par une doeloresse de 103 ans. voir mis au monde onze enfanlts.
iez le homard a Depuis quelque temps, les 616- Elle s'6tait consacr6e tout en-
l1 je suppose? de- gantes ambricaines qui veulent tire A leur hien-.tre et A leur
president un dei ses preserver la beauty de leurs education avant de commencer
1 1 traits contre les ravages du sa champagne actuelle.
temps suivent A ia lettre les ins-
miard Ai 1aamnricai- tructions que leur donne une
M. Briand, mais doctoresse de Davenport, ex-
h6risie! Son virai perte en culture physique, et
mard a 1'armoricai- don't les cont6rences font grand Chapeaux
a peu A peu d6for- bruit A New-York.
nrm6. Le homard A Les m6thodes de la doctoresse
ne c'est un plat bre- ,je doient s .re raises, J
lut 1'avoir goit en car, bien que ne paraissant
pour savoir vrai- gu re Ag6e de plus de 50 ans et
Scest I omard A faisant preuve d'une activity
e c estt tuie vraie mientale et physique qui sur-' Un brevet vient d'etre pris. en
ces A ne riais prendrait meme chez une qua- Allemagne, pour la fabrication
cesAmricaisne dragdnaire, elle vient de c616- de chapeau en bois.
m.me past Encore brer son 1030 anniversaire de Le proc6d6 est, parat-il, dune
Squ nou fi"a"s naissance. tries grande simphciet. Une ma-
dont is prof lent. Cette femme, qui semble vrai- chine spnciale dicoupe le bois
ses interlocuteurs ment posseder le secret de la e^loge nie^ r
attentivemnent, M. jeunesse eternelle, se consacre ment fines, que I'on some en-
netA leur expliquer depuis plus d'un demi-sicleai suite at lhumiditn. Ce traitement
eceite du hoTeard a l'tude de la long6vit.e D'ori determine chez le bois ainsi de-
ine: Iine russe, elle fit routes se coup une souplesse qui permet
prenez un homard. tudes mdicales A Paris et A dele cintrer et de Ientrelacer
ut un homard qu ienne, s'nstalla toute jeune aussi ais6ment que la paille.
homa. uaux Etats-Unis et ne commenVs
s ftigute, un beau que rkcemment A y enseigner sa Le chapeau oblenu par ce sys-
en sain, bien vigou- m6thode pour la preservation t6me est plus 16ger et moins cher
us.., de la beauty. quelechapeau de paille, auquel,
I eAtl fini de donner Loin de consider I'oisivet6 A premiere vue. il resemble
M. Briand se tut un et I'absence.de soucis ou de res- beaucoup, dit-on.


I _


_ _____ __ _C_ __ __ ___ ___ ____


~-~-- I -~. -_-- ---_~-lu-


mmmm-p


wrr C


i i I I III


i


....


);3~;~;~;~;~~;i~;~s;9;;~la~~i~JP~;~;~~;~








LE MATIN 24 DWcembre 192I














*1ofa au swo ~ is immaee d lwu8r0ent voire e ileur offerle A pro-
TO N SO RIS viced'uncupide, arrivisre. Cost setles du sol pour attester pos, peut constituer I'arme.
S' "I tote une masse plong4e dans que lout nest pas flni et que douce qui abat d'autres terri-
A-i gnorance et satenee par une la po6sie triomphe q uand bles forges par les rancunes
es ... litie le pr endus hoor- mdme dans leur petit eceur accum ldes et grandies No#l

Qaftearit dans te youx durant 1heures blames. C table a. eeat vramenat ceu- cethbre 11 fait sombre, i! nei- times esp6rances, de fortler
rant; et tous cesvestigesdu PasI- e... Mais un son argentin vi- I'Ame, d en chasser les sour-
Tejor, al~ int s6 refltent se notre Histoire i bre A travers le monde en- des resolutions. Prot6ger Ien-
m..e. V bunse eur de i.* w k..pr erv tes clocc sont 6rmues, fiance milheureuse, I'empd-
2E mp1 U^16 *s am AoM't tternist l t I nul terlcs, gales, en all6gresse: cher de souf ir et de pleurer,
GO goe"n qu9 e n \ Pu. po dest s. e'4st N9ol, le joyeuix Mo1. le c'est preparer un monde apai-
,$won t1*quiBd la raton aoS NMtael prestigieux des petits! sa et tranquille, cela progress.
No as soi p.as fou, in e sa l, mo'n saie, velle crte raver our y son- C'est le vieux podme du sivcment, sans fracas regret-
ToI das, d s le pntemps, m' drob les cour. der ses grands mysteres, on ho- xte i .,',ni tabi .
TUa sa bion que je viens rechercher le bonheur, rizon brumeux a r r 6 e sea re- veux Et I nmprte ca:- .. .
Sons ton balcon 16ger que grimpe lancolie. grds. Alors. n, rowst a tique, la ele !es angesdisant Et c est siuple nest ce pas,
Sirective ~s a les vres sacrs, la e du bonnes mamans, vous, qui,je
a des cceurs. Quel. n'en doute pas, vouddez tire
Tas is que ton souris esat ltoile banie, e voant aucai or d'sgoiw clel, la joie des course. Qel n'en doute pas, voudre tre
Qui braille wr mou Ame. et que, sans son ardeur, s rven ir, e di con- que chose d'infiniment suave parmi les mcssagres de Nol?
*-Mon cour redeviendrait cot asire sans chaleur, Ie ceft qui ont O6udd& notre se :6pand sur toute la terre ()ui, cest simple, facile, et
Lea aarbre dur et troid qu'il 6ait dios la vie... gloire national et n'ont pas su come un mystique parfum. vous trouverez en votre mis-
Srespecter le patrimoine acquis La neige braille, ainsi qu e sion le meilleur de tous les
Ah I comment fire croire A ous ces gens sans rdve, au prix de tant d'efforls et de d'innombrables joyaux, sois Noels de jadis, c'est A-dire la
Cos tueors d'ideal, ces Ames sans grandeur tant de sang. Elle s'ind gne plus les pas des tervents qui s'en certitude (un l)pe de bien
Que, ce queje course voir sur la colline en fleur: encore centre ceux qui devant vont saluer, A I'6glise prochle, ail a temps: cela ne vous
*('est on sorts qua naot omme un soleil se lhve. ]a Nation agonisante nont pas t douxAgneau. C'est la lon- coutera pas beaucoup peit-
l wispentir de fours crimes et x A L......l Io. Aira pa beaucw dos
e -t do Amss W'ont in- chan- gueveillde enchanteresse, le 6re, et vous soulagerez des
que jy vas come l'abeille, aux blanes lilaes, contact dc a l&ooureuse traditionnel r6vel.lon qai r64u Innocents deshrit6s.
Comm pisdiW voat t ux grapples qui soot mtre* pre.a nit les amis, les families; .--* Tr-
oCormn ahohe qant ate" court A la source pure L'Histoire nepardonnera peut- chest, on peut dire, la c6!'b:'a-
Qu'enfin e'est ton sours que je vais chercher A. 6tre pas A ceux-Ia, mais nous de lion de la paix, de union, de La fin du hapeau
JUSTINIEN RICOT, la gndration actuelle nous les la gaitt tranche, incompara-
absolvons, parce qu'A c6tl des ble, come si des chalnes im- Depuis la guerre le fameux
S mauvais, il y a eu les vaillants pirlunes eussent 6te soudain chapeau haut de forme. dit
ar lesquels le Pays a v~cu des retires au monde opprime et (tuyau de pod!ea ou xhuit re-
si resr sublime9. que le coeur human, eafln Ii. flets, a pet du beaucoup de
Nous savons que nos soma berA, etchaat6 sa d6livrance. terrain. C'est A peine si on le
M A RIN E mes I'Ame de la Patrie, et que Je u'ai pas connu de tristes voit encore dans certaines c6-
le grand devour de a. r6demp- Noels pour les familIes bien. r6monies oflicielles et dans
ion nous a income. Mais l n str heureusesetb6nies qui comp. quelques circonstances ma-
La Grande-Tourmenle est paisible, ce soar. chauf-te et compliqu, e d'au- talent encore, dans la mai trimoniales. Mais le commo-
HSee r e nrcomme on chant d'aieule. me captivent. jourd'hui. Que nos Alos nous con, tous les leurs ch6ris et de et seyant chapeau mou en
JSo mis, d'an aeil distract, la srcelle en drive, disen done la voix A prendre qui voyaient grandir de jo- perd A son tour. De plus en
Dont lea ales fouettent l'azur tels des moussoirs... pour rparer le patrimoine ebr"- yeux enfants favoriss, cha plus, la jeunesse masculine
ch qui nousest transmisau mi- que annee, par le grand Noel abandonne le couvre-chet et 'p
Lentement, sops un dais de velours rose of noir, lieu d'incertitudes et de luttes. vdtu de blanc, que (( la sole expose aux rayons du soleil
L'astre do jour s'talise en a loialtine rive; Seulement que ceux-lA ne ne salit jamais)), me dit, une une chevewure savamment ca-
Sea rayons empourprants font, en dooces d6clives, solent point aveugl6s par la po- lois, une mignonne fillete. lamistree, vernie, laquee.C'est
Des rayons lumineux qui semblent desmiroirs. litique. La politique tell qu'elle Dans la nuit de NOel, il y a tout un art que de composer
est comprise en HaTti, tue les des bienheureux a aire, cha- soi-m6me la mixture qua doit
Des vaisseaux aux longs course, aux voiles embrasdes, consciences, empoisonne, anm- d u
Cabrent leurs noirs beanprAs et semblent des chevaux while la foi et les volonts. Que cun songe aux siens dans la nmn seulement a sure r la
Ecumant I'Apre mer des coups de leurs sabots, ceux-IA ne viennent pas nous mnesire de ses moyens. L'en- bmnne tenure de la chevelure
exposerr des programmes pro-; plant sage tronve alors la just mais encore la rendre a peu
Et 165ee{ a travera la vapeur irisoe, metteurs de bonheur et de p -. recompense de son obbissan. pirs totalement impermia-
Comme un monstre marm parmi les gomons, nacees, mais Adictes par I'ambi- ce et de sa gentillesse. Celui hble.
Le cap du Lamentin s'estompe A l'horizon. tion. qui, au contraire a lailli A II n'y a douc plus que lea
JUSTINIEN RICOT Qu'ils ne soient pas parmi les ses petlits d evoi rs, reqyit femmes qui demeurent fidA-
Atats-majors desconqu~tes Alec- mime des encouragements a les au petit feutre emboitant
S, ..........--.-- torales. Qu'ils nous apprennent mieux laire. Noel n'oublie et commode, petit leutre bien
comment letter pour l'equil6, la personnel. J'ai oui dire que seduisant ('aillcurs et don't
"fi r~dtN, Libelst, mais non pour lesca- cette annie, il terait encore on peut voir de delicieux mo-
_ _- _ 'lads du Ponvoir. Qu'ils ne nous moins exceptions que de d"les dans La ode ce jo
.entratnent pas dans cette rue, coutumc; il tr6quentera da- li journal qui demearc pu.
dasn ce chaos d injures, daccus vantage laua ma sa rd e ou blicaion preldree ds tem tes
U n cr dans la tour ente stions qui novisent n as iA n.ul, apportansrt ele bonheur. de gol'".
-- rainet. nene souet., ,. y
At ns: aidez nous donc 6 gra- Pauvre petit, rjouis toi aladle de yeu
vir le calvaire, aprenez nous Tous Ics entrants de touts
DsDa la tourmente des lemps, element, et don't elle n'est pas Tousclesenlantonls de loue cri d
actuels, dominant la clameur I'auteur, ele sedemdemendinqui- qunousallonstrainerpour les mmans sont aims de
des iMrtt veux. auiourd'hui, teau'elleen sere ledtouement. lrca e v lue Noei, il y aura des jouets, des


*e 1I ss S4dfsarroif le trI- O s le tumulle des I bonbons par'o't; le geuereux
S1i u A cler tlcrs Ite IPass opea yu trot toliuiue, dA.s la tour ene, distributeur a un ccetrr grand 1
d'a sareo-tion qui pleure Ies des letons. Mbii le P ls. c'est Lournez vos regards vers nous, come le monde. PeNt 6tre
mtisre d- as Patrie, repro0he un tableau A la fois resplendis- et ditesnous comment travailler ne pourra-t-il se rendre dans A ) l e soul product
son .to aIeorsne- sant .e trite. C'est n dpop6e A Ia restauralCon nationale;com- chaque demeure: il y en a alien r6ptati)n moni
Seu m *g we A ik site de laquelle nmet parvenir A ce but supra- tant Mais alors, it nommera diale em o y6 en tric-
*1 R"" Ir l -t A t pne ..o., ,e qu, ernp,,y, en tric ,
eS. ao er. Un atrie nat triomphante ami me don't lt @alismt non e aus des message resdvou6es pourlions sir lea tempesvAvI
Nou y ne do of ldp _ibal i-d iti es, ao miieus apparail viqi dns I'aspotose ae o irse orres t por- e nert optioue, sn pien I
-e dec osest oe vis Ittr lajoiea ceuxquanonoot nv-rN .de ye Vitt
-* d dir cti nou- n p. forh d'N a Nt pas. e connais deo rnande Iusage de lunettes .in .|
o ait n. D.S ir.au cwet lu Jta de sent rgcupegarea.I
Aa I d. quae reselavage neet pll a Noel, en gravisit les degrs ours one vue inagnfi
doe i t i; un people en oi. JOVeUX NOel e e somPlbresus de miiope, ni de
M it t dee mois prIs so indpn- caller offrir, lA-hjut le sourire sbyes de -ues- aibles.
Sr d diaq tde a daoe mtre uo ingratitade et Is consolation qui eft cent p es eia . ..
Sam" 61 u ui vlit IIiU'e i 06111..
d n lpmideou drbin e int resant opuscula gre*
foue t iath vi t d snt tit entps, wermettre d' es r ufr a ve- Direction G&Anrale I
|de e -s gia- ase Natio r jai partes. LAe r sselet ac ne r d acificaon.o MRONE
re et ae des in a lterai- mormare plus sa bel e chan- Le scours ou le morceauI as Fal.one at Vom.re
n CO rqg est a4euilel6e de pe,, l jojou ole bon. I Italie 4 1
I P a a. I es per '" dpoI avec itligmie, -.
.- ad -





ULM





LE MATIN it D6cembre
4


127


__ I -jB


* < -, -' .:


Grao d' ru

Meilleurs Vceux


- Porlt-au-Prince


de Bonne Annlle a tous se4 l~ e ,nts Ouh


PROSPERIE 4 BO t 1


1


'~Ak ~
* A.


.>~


oes b e d Bdes meilleures rques
Jo lies boles deBonbons u n


Grand Stock de conserves et d'Epicerie des marques
les plus connues et les mieux appreciees.


VIIIS de Bordeaux, de Champagne les plus reputes


teHars Marie Brizard


E. DEREIX


&


Roger et d'autres Marques c61ebres.


concentre dans son Magasin les meiAlew1 prod
et re;oit reciuli(reient toutps.,o! de
marchandises fraiches.


11 faith des prix sphciaux pour es achats ae


,` 4~k) i


Souche a ftEpicerie esi le""
des Gens Chic.L'accueL
Clients les inOi de ." u,*


ON Y TROUVE LA MEILLEURE BIERE a LA,


9.*t*


q


T6l6phone N" 2631


*1..


jj


Pr~Ur^--W-L~QIPI ~-IUMIIQqe~glll~dYPV -~


7zs'


.~


ie


- I






LE MATIN 24 Decembre 1927


:A1
Tel one 26,


A


e:sente


Et leur at


Liqueurs de


Biscuits, Bonb
Grand


Tous

La.


IIIII tfNY -1

nogle es s Jpubliaine ot Csars
29 POR-AP-pRINCE (Haiti) Telephone: 2629 fe

AGENTS de la LYKES BROTHERS COMPANY

a ses nombreux Clients ses voeux les meilleurs pour 1928.

nonce qu't I'occasion des Fetes de No61 et du Jour de l'An,
ils y trouveront des articles de toute traicheur.

fa marque Chastenet freres et de toutes les autres marques.

VINS SUPERIEURS ROUGE ET BLANC
ions, Fruits cristallises Conserves, Sardines, Beurre de table. :
assortment d'ematiues et autres ustensiles de mdnaqe
Cravites, Chausse8tes, Has et Ceintures.

articles de premiere necessity, Cigares et Cigarettes.

Maison reprtsente les Maisons suivantes: .
South Texas Cotton Co Texas Hiranm Walker & Son Canada Wyllie Barr et Ross Ltd. Trondhjen Canninget Export,
South Texas Cotton Co Texas Canadian Club Wisky Anglavg
Mantlgue et Huile Morten Milling Company Angland Norv6c
Farine Prince Bisci.ls Dotix Sardines
Wells Abbot Nieman Co Il5.
akument Backn Farine Patriot Bohm's lies Bratihaus, N.Nirm krg &Sois Inc. N.Y.
aodment Bacn h Plagniol de James, France llemgne Chemises.
Powder Co Chicago Iluile Vierge d'Aix e Chemiss.
Poudre 616vation Chastenet fr res, France Bir cJ Agentis ('h6rai'x d i a I kcs
American Molasees Co of N. s 1 iqiuers n-ss.. om a'-
American Molasees Co o N. Y. Lon Chandon France Mcasmakers Frres, elgique ,,Ion Texas.y "lv
Biscuits doux Champagne Caries A jouer I Transort Maritime glicl!ier. ,



fuse de M. Goddard par une 1 don't ls choix seront soumis A Pardon, monsi. ur, i ai lini
gr le d'engins de toutes sorts INi il novl ... international. je nai mang6 que nx )lats.
S ue fois plus perfectionn6s Un prix de 750 dollars, un de Et il gagne presteicnt Iesc-
que ceux don't nous disposons. 250 et des mentions honorable lier. 3.
II ny a dcdment rien de seront attribus chaque con- rabesier.
Le ---nouveau sous le soleil. course regional et un prix de 10. ..L.... tr
Le Japon moder.ne del arant ,tabli qu'il l (t) p 00 dod llrs sera ( es)a i a recorded 'insomnie
sa- Les Japonais ont, paralt-il, ralonnerres A Ceylan et qu'avant leures. A San-Antonio, d(ernitiremil, (:
em- r6solu de renoncer aux carac- l're chr6tenne les Egyptiens Allons, pianist, vore cla- 11n liomme ig deIC 10 ans,;vait n
*e6 tires et aux signs de son al- ont connu lesascenseurs. vier pour continue la pensce bu 3:6 tasses de abi l eiinu(1 o
ionsC habet syllabique et d'adopter Voici qu'enEgypte ~galement,. du Maitre. paquels de cigarettes, a ipu hil .,
rent CPhe latin. I'on vient de decouvrir dans un ..-- . - - Ire le record d(e l'insonmniiie. Ii
de- -e sont des raisons (d'cono-; tombeau un objet singulier : un L'esprit de etlet, Ie hlros dc celr pcrlor- '
l'in- I qqui ontmotiv6 cette r6so- rosean ancien de la taille d'un Henri Konnier mance est reste 1;)( heures sans
ici- lulo.L'6tude de '6criture est gros crayon, dont l'interieur est se voucher et sans Oormir.
H si difficile que la jeunes Japo- crets6, et lextremit6 est lagon- Henri M.onuie 6tait un ca*- De nombreuses o0r1es lui sont
et narsmettenlos de ixannees nede la maniere de nos plu- seur prodigieux, mais i1 ne can fates pour renouveler I'expc-
am- r in ces temps d'Apre concurir mesdodernes. (ail pas qu'on lui fit violence. r
ldre* rence international, e Gouver- Les archdologues sont con- Entre amis, ii se prodiguait.Une
ame nement napponae le ouvecr- vaincus qu'i s'agit dune sorte fi'uredeplaisantesurvenait-elle, BOUTADms...
d'an tait beancoup trop de temps de de pl.1me1rservoir. Or9 s tomn- it s arretait net et I'on n'obtenait Le secret des cartes
perdu et par consequent d'ar- be oil elle gisait est vieille d'en- plus de lui une parole. Pourquoi les femmnis sont-
p~~~~~rdu~~~~ ilplcneuntda-.:. ...:..


N ow uist. L'ou prvoit que, dans lea 11",_. .ui.i. . "..-. haissait par-dessus tout ces elles plus curieuses que les hom :
premiers ours de Janvier pro- n usyrro equara sies... amphitryons qui invitent un ar- mes de connai tre I'avenir ?..
chain, alphabet latin seraoff ousverrez qun de ces tiste, en maniere de recreation. Aucun home, ou plut6t Ires
m c hainlment adopt dions Jea 6co.- on dcouvrira des vestiges d an- jlarceld et relanc6 par un de ces peu dhommines 6prouvent le be-
ell da Japon. ciet'ues machines volantae. importuna maladroits, il accep- soln de se fire tirer les caries.
, M le d I ta une invitation dix fois Eludoe. En revanche, beaucoup de fernm
Uni- MAis an dessert arrivece qu'il mes, beaucoup, consultent fi-
it de Le Os. *te.naire craignait : vreusement et fiAquemment les
luel- L prononolatOon doe Soubert Monsieur Mounier, une de cartoinanciennes. t,
tives Fl du mot a m, m r ual Schubert, I'illustre ansicien, ces cha: mantes histoires que Cola vient, sans doutc. de cc
tard 6tint n6 en 188,son catenafre vous racontez si-bien. que les prboccupations inas
a i :Connsao doi'on wrononer aers e6lebr6 ranmae prochaie. Monaier so r cuse ; on isi- culines ont un caracWre beau-
lJa r e tD.t mt de sh letres Doit- A New-York de grandest tes te; il persiste.Brel, le mature de coup plus simple et beaucoup
as *uiT u msour on meurst ? aront lieu; A celte occasion,M. mason rononee une phrase plus pratique. La reussite d'une
dams Dans se Dictionnaire, rAcs- Sard, directeur du Coimite des semban mndiquer qu'il Ia reou Wffaire, dune dema ipo nit
suc- ddmie qui s'est occupee de la Fetes se propose d'or aniser n dans I'espoir de distraire ses nest beso n de car . | oer
tend question a choisi un mnoyen qui concours international pour fa h6tes, et que Monnier doit ac pour le prsdire. Lef .,f1 .ts lqui
e6de, donne satisfaction A tout le ch6vement de la cIlebre Syma- quitter la dette gastronomique entrent en jeu sont Ir.,p connus.
... la monde. La savanle AssemblIe ohonle en si miner, que Sc4'u- qu'il a coniract6e. Mais quelle sombre ddlecta-
admet indifferemi ent lea deux bert a laissee inachev4e. Monnier ne rdpond pas, enta- tion dc demander aix curtes le
dou- pronouciations. Pour ce concours, le monde me une anecllote, puis une se- secret d'un cceur...Cu;,,ne si les
lues, C'6tait, en effet, le meilleur et entier sera divis6 en dix zones conde; apr6s quoi, il se 16ve. | caries pouvaient connalire des
dans le plus sage moyen de sortir de representant 26 pays. Chaque Bravo I Bravo I Monsieur secrets que les ccears mnumes,
A la 'impasse. zone aura un jury particulier Monnier, encore I encore I. peut-6tre,ne connaltront jamais.

^ -W i W- 'IZPI I


- no w & I I mg m




A ,


LE MATIN 24 D6cembre 1927


(- .1 <


ANGLE des RUES ROUX & COURSE


T616phone


2628


PORT-AU-PRINCE( Haiti)


Telephone 2628i '


Envoie a ses Aimables clients > i
Ses Souhaits de Bonne Anne


Elleprofite de celle occasion pour


d leur


disposition


leur rappeler qu'ils trouveront toujours
i STOCK important et varied:


Arlicles


emailles


VEIZERIE


FAIENCE


&


PORCELAINE de


TABLE et


de CHAMBRE


APPAREILS ELECTRIQUES


&


ACCESSOIRES


ET QUE


Son rayon de Tissus


abondamment pourvu de Marchandises


vendues


aux meilleures conditions possibles


u r cerais meme h irand llabai Iis' l'c i


du NouvelAN


est


_ -- -. -I --


~CLIlkLlr __ _r 1 111__


_ _ ~_


t


Irr







LE MATIN 24 Ddcembre 1927
. . . .. . .


DOaITS DI

LE JOUR DE BOIRE


f i semen quk e rwomande po

d'adswice itieprochable qu'on y trot

Clients ses iilleurs so


PIL


Pour bien f[Ier sa Noel et son Jour de f An, rien ne vaul

quelques moments passes

aux Caves d a iti.


Grand'Rue Proprietaire: Emmanuel FLORVILLE


I usante, il voulut que Le pmeaikdeiblmsea CrUsa le nom de ce nouveau palace-
Conte deNoel lnusionotot complete et que On vient do repter one di- oomportera 23 stages et com-
t lt aird'avoir err6 jus- xi6me tle,qui aurait, paratt-il, prendra 2.268 chambres a cou-
qu'aux poses de sla cit6 blien donn6 asile, pendant six ans, au cher. Dans son num6ro de juinm,
Dpimis deux mille ans quo heureuse.Cherchantquel signe matelot Alexandre Selkirk, le Ia revue ( La Technique des
on rit des contest de Noel pateriel pourrait attester ce module de Robinson Crusod. On Travaux reproduit des plans
avec accompagaemept obliga- voyage, il se dit que le Para- sait que I'accord ne s'est ja- et photos de la construction
toire de fA o c o n s de neige, dis 6tant situ6 en dehors dus mais fait spr la situation exact ainsi que des details trs con-
do barb. banche, de limits d a Polonet del'lle o le malheureux p. ur cu ela n-
de barbe blanche, de Ihmi tes de la Polognee pro.cut, de 1704 1709, dn une tiiation, lesa installations lec-
hotte ganie, soulier dans a bablement de I'anon postal entire solitude. Cependant, de triques, la force motrice, les as- (
chemie, etc., ile.mble u'll u ni verse 11e, I'affranchis.- grmndes promotions donnent censeurs, le contr6le de herer,
est impossible d'improviser segment habiluel devenait in- penser que c'est bien I'lle Masa- la refrigeration, le service des
de novels variations sur suffisant. II s'alarma pour les tierra, A 650 kilom6tres environ eaux, etc.
un thWme auai rebattu. Pour- int r6ts du Tr6sor. Et, Iroide- de la c6te chinoise, dans I'archi- .
tant, un journal autrichien a medt, il imposa une surtaxe... pel Juan Fernandez. Sa superfi-
dotin, nagu6re, uneiversion cie est de 88 kilom6tres carr6s I
d une inglnuite charmante. et, chose sinigulire, on n'y trou- Care s
Je ne puis me tear de Ia T ve Di serpents, ni crocodiles.
plAcer sous vos yeux: Le endtaire ncomprgnd qu'Alexandre Sel-de visited
1. .. v ai ....a nJV ,IJ cHlde, Ikirk n'ait conserve, de son s6- deits Ite
.1 y avait, dans une ville doe jour solitaire, que d'excellents
Pologne, n petit gpr Con rem- souvepirs. VoilA plus de dix lustres que
pU d foi qua dgsirait du petit L At Frankltrter Zeitung du les chroniqueurs brodent 1'en-
J4as u* chval ne brouette 21 octobre a revu de Stockolm mIll vi sur ce thime inqpuisable:
et 'Us t~fema. II elopioya la nouvelle suivante: ....la mort dela carte de visite.Celle
d'abord. le iUes nas A Dalarna, en Su6de, il existed qul 1 et dit? ci ne semblait point s'en porter
poor les obten ,r cet.A-dire o.ne sourcequi, selonlacroyance Le lac Trasim6ne, c616bre par plus mal. Au contraire, des les
q.u? p p" p ..i*r. I Paulaire, file Be met A jaillir qu'A la victoire d'Annibal sur le con- premiers ours de I'an, une ava-
ft .tons, ?s D .l.r. e r approach d'une guerre. Au d6- sul Flaminius rentre dans 'his-! anche de petits cartons de brisk
r6cita sans talir. Puis, poor but del'6te 1914, elle somit sou- loire, dans l'histoire contempo- tol s'abattait dans les bureaux
plus de saret6 et parce que les dain A couler, putis redevint si- rsine; mnis, celte fois, sans au- postaux, submergeait les boites
enfants approchent le coeur lencieuse, sc dess6cha et ron ou- cun fracas guerrier. On a inau- des facteurs qui pliaient sous le
de D)ieu, il recourut aux pro- blia presquetotalementsonexis- gur6 derni6rement sur sea rives poids, d6ferlait chez les particu-
c psurnaturels. 1 soupeon- tence. un service de navigation desti- Iieers, lesquels, en vertu du choc
1 wq, le Seigneur aimerait II paralt que, depuis quelques ne A relier cnire elles les loca. en retour,declenchaie nt une ava
patmr A. recfvoar uue ]olie semaines, cette source serait re- lilts riveraines d'importance. lanche nouvelle. Et cela durait
carte postal. 11 la choisit It. venue A la vie, et que seas eaux Ces localitis seront ainsi mises jusqu'A extinction comnplete des
lustr6. et y transcrivit sa re- tumultueuses auraient m 6 me en communication directed avec vueux et des souhaits.
qu6le: a on Dieu, donnez. creus6 un lit sur la chaussae. L la line de chemins de fer Ro- Cette ann6e, cependant, on si-
moi ne brouetle, on cheval population so plait A croire que me-hiasi Florence. Les ha- gale que I augmentation des ta
et un tr n puisq je riceph6nomne esat dtseulemisnt teaux transporteront non seule- rifs porte un coup tres rude,que
ite le-tr 6rsase .' aux pluies diluviennes de 1' td. ment des voyafgeurs, mais en- daucunsjugent d6cisif, A celte
citei iN.otre Pre sans laire au o core des marchaidises, ce qui mode ancieune si longtemps te-
do taute.* permeitra d'activer le tralic en- nue en grande faveur.Lacartede
II libella I'adresse clasi. W SO ..u pa t. tre lea localitls antdressees et visit n en survivra pas moins :
que:. Bon Dieu, Clel" af- anocv .e pleat d'6viter de longs retards. elle faith parties de la vie social
11 -:1it4mitAt la post la veilleh On announce. que les astrono- Le lac Trasim6ne s'appelle au- et les raveurs aurout encore du
lq djo' et attendit ave umesa de robservatoire du Cap und'hui l a de P6rouse. Mais travail sur Ia planche.
Si a uraknt 4i coivrt ae plan6te Ptalie. prise de see ancienes Les cartes do visit ne visent
de WW' i1l. t 9m..1 lMires, a exhum =6 la eir-. t a ss iement le.s spls rela
iav iB u oamo e son'eat *I re'. police w iics cas
"l ,- qu, ..nm.. tIamte appPalaio,.I .b .jo.u e0rCin
do de veloppe son .001 Usooil quoelap Neptune. t t l frpidlmoincete AvtontUIo re. sur-
et rIndicatuon d-o0o domi- Cotte dl6couvrte n a pa encore vnu e A auteur des Gudpes.
lie. Mre contr6l6e par lea astrono- ......h.i.es I Alphonse Karr,passant un. soir
Or l'employe des posters, ame eusrope. vu la position de US el istC e o (ica i devatlM Maison iDlV e,. v5t de
qand il eat centre les mafns cestte oelle plante dans rat- On constroit arctaellement A jea A do91p .n aient
Sfu e ustral. Deps M Chicago, un hotel moderne don't i Iteo es lullm dhul par
jSL~i oif3B2^ .fr^ to.lp. todlo- eymtopenmmla Isn'fe m c t tcu-
ail rs ll Proa W de son etoe mme. tfAmana. Be. Ilin !apausel ha,
laIe. Ubreet don p6re listen ce. Mais on est frropA aussi par le et, montant auasit6t A entresol,
amlie. I hbarra i'dresse, cal It peut-6Lreexiste-t-ilsurccele maltiplicile des installaioas il so fit designer le cabinet oi il I
Ilgrtk u la mention : Ref" u pIlanme dte i trees qui sc croicnt I auxiliaires destinies A assurer entra sans,faiion, distant, n I
p.er UintP'ierr, el reuvoy le ctre n in.l I .( e, au p)ilslc u'i legr6 de conlort brandissaut la coquille incrimi-
ola aorte au trop cuali.tial x suil -u plalties. v ienit et de c).an iin.il q p eId ite ur. Seuleniecnl, es cl ,coavrW, ;ru`i iu- .I.i-s naiss t pas ecw-rc. Messiers. je viens (d' ire
c'eas ici que lhasitire dcivcmi I uufla. U Le Palmer House e -- lel est provoqu6 par I'un dt; vous. A t


qui appartient cette carte de vi-
site ?
Douche sur les tetes 6chauf-
f6es I Personne ne dit mot.Alors
Alphonse Karr tira gravement
sa carte et la ddposa sur la ta-
ble du festin.
Pour celui, dit-il,qui a des
caries anonymres.
Quand on lut son nom, il y
eut un mouvenient spontani.
Tous les jeunes gens qui talent
16 se lev6rent et lui lirent des
excuses, le suppliant de rester
avec eux.
Non, fit lc terrible homime
d'esprit.Je ne veux pas m'asseoir
sur un banc.Et il s'en alla. On
ne comprit qu'apres son depart.

Les causes de divorce
Les Americains ferus de sta-
tistiques, out mnoie Mtabli cell
des ( causes du divorce ,. La
voici dans sa simplicity. Iifide-
lit de l'honine, 41 o/o; ennuis
financiers 12 o/o; infid(lite de la
lemme 10 o/o; enfants trop nonm-
breux, 8 o/o; lemine acariAtre,
8 o/o; lemine excentrique, 4 o,o;
deception, 3 o/o; mauvaise cui-
sine, 2 o/o ; (ksordre, 0,75 o, o;
pauvreti, 0,25 o/o.
Cette statist ique est du moins
rassurante pour les homines
fiddles et pour les hommies pau-
vres.

Dans la Tolson d'Or
A la fin de 1929, le roi d'Es
pagne presidera, A Barcelone,
un chapitre de 1 Ordre de la
Toison d'Or. La derniere cOr&-
monie de ce genre eut lieu sous
le regne de Charlet-Quint.
Tous les Membres de cet Or-
dre c6l6bre seront invites un
an A i'avance, come l'exigent
reb etmauts.
Parmi les chevaliers de la
Toison d'Or figurent de nom-
breux personnages c6l6bres,
Guillaume II, le Prince de Bu-
low, Raymond Poincard.


g%4


* .

t.1
1 '
r).









.

*

, .
;












A..
3















.4


.-
If.
&*,S




.
4.-,
K.U.
9- 3
4 .


U-'T


--r







E LA. UEILLE,

EST ARRIVE !

(AIR DE LA MARSEILLAISE)



art f'mabilite de son Proprietaire

we toujours envoie a ses fideles

uhails pour


- __


- -L ----I~T~L


i~ ;


C.-.


A'^i^oil lpsy"fts





I.E MATIN 24 D6cembre 1997

maEmmimmsAssm samw -
e _. n lli_
A,' Lr I l~~l ~ imlm, I

(a i


HIeureux Noel


I' i.r inil (1 < WI I I. dII .. notes q'ii
s'.ch'l I' anl poisi dhe' police.
.. -- \\ Z - -


.1ii l 1 l'a, i oill point chez un
coniiur de lkIblcs, milais dains un
join ii;il lml( nlii(ie et (l de Paris
:ncoi : ( An( di .1 upillat. 28 ans,
origia(irc de Va lenl igney
( l)oubs ), inp'oy,6 de com-
n cice, 7, rte Aubry, fpousait,
Ie malin d(I 21e dcmnibre 1926,
a i Ia inirie din l(e arrondisse-
miicn, Me.i J.iulle:Ie Camusin,
33 ans, cI i ginaire d('Alteville
( S ine el O()i' ).
e I.c soir, lIs deix 6p)OUX, en
C( 111WIf|;i (IC li f i u I lim ariel,
,l s ll ,In ill:,Il, '28 ats, gair on
dlc :ilh, (; l nIi de Lancry, se
I( ilil( I l ( !i S is I (dC)bit de la
i i, Il 111j n ai i I lne discus-
s;):i s'c(pg:l( ;a )h;enlot entire les
(Ic lli i' I s. ILe patron du d(l bit
v. ulul intlr'vcnir', mais il ful co-
pici scIlIlen l 'rost s Cc n'est ('ail-
JIu s p:is sains pine que les
;,(,inls p Irv'iiirent Iinailriser les
(!dcl\ ('IcI rgtill nes q(lti passerenlt
Ic r lic de i nul nui pose de
|,.lic d, la P I'olle Saint-M martin,
n('11 .m j):,I i('e (I Ia jCetu c ma-
1'1ce. Incutl|'cs dIe coups, vio-
Ihlinces cl injii :'s 1s Aagetlsll ils ont
pris ( l is Irois ), I leiindeniain,
Ic chem Iin du II)ptIt ).
II ni'y a pas iA dire, M. et Mine
AnIdrd Jupillat dbulait bien
dans la vie en ayant pour lune
de mid l.i pialote lueur d'une
Iiilet ic (c )de p( l tde police !...
NMiis s: v'/ voUS (iue je l'ai point
ti oiV(% just,' lit decision du Coim-
linss:iirc j'1li invi\()y it les d leux
ji' I!cs I' X |)"Im sser leur nuitll de
Nill I I d( n1(,s, en ')coillpagiie
(d'li t ltroisi le i)crISO()iM :l(V,C (l11-
trc Ic" (j11 111c IItlrs I'r oids d'tlle
prison.
II pourrail b)ici alleindrie au
ien cil mil ), Ic (COlmii'ssaiie pour
pu s C l'ris.
C,'('i;i:l. s"i, s (Im ilt, uln vieux
711 I It".


len/anl...
jlai petite 1iiit, c'haque nulit de
No 1, sa chII uSSuIre sous soil
orcillcr.
1'ne lois, I'y d( pos'ai till SiLI-
phl citri!. li' g:uiiiine dC couvrili
la .tl'm i c(l10ric cl tne dil :
(CY's loi Si c'dlait le petit
.R', i Is, 11 ppol -terait autre
close.
I 'Ie Iavail 'iaisoni.


i


C'est le souhail que lormule A

tous ses fide les Clients


Le Cale


Coquel


el


0,

RA







U'





Siy


-~-- w


En y passani ce soir Quelques


On oubliera que


I 927s'en va pour ne





llKBB, 2 l[;-t ^..


Ou l'on trouvera pow la NOEL et le

Jour de rAN



Bar bien pourvu-Patron accueillant

Service irreDrochable


=&


pilk










' 211- 1


42kt. 4 A *
INNLIE


4--


tUh feuillet de mon calepin
I I.-


Un tenps clair.- Un e"el par viennen mourir sur le rivage
et sans nuage.- If est claq heu.- oraqu'ele eat caltm et silen-
res du. oir.- Le solely! A rhori- cieuse, ont les vagues furiouses
w,: dmeend. Sur le chemin tro heurtenl l pied de la montagne,
cailleuix conduisant A LIogAne, pour re ondir en e repliant sur
mse amis et moi, rous roualon. elleIe* i cs lorsqu'elle est tu-
Up vent idger nous flatte 1 vr. mblltueise"et agit6e. De IA, 1oex-
sage, tanda s qu'A petite atlut pression : La mer frappde .
file l'auto. Tout invite las rve- Une tr6s ale toute poetique fait
r ie; depis la vue de aIs' campa-' trissonnbr tout votre 6tre A la
ele iand air, jusq'a la Is le vue de es lieux : c'est une eau
aproiptedes apects agr6a- limpideoqui vous invite A vous y
'dl, pasyage d'alentour. baigner, des rives couvernes de
lMais ye1'e*rent d'obets on ob- blasncs ittloux et de coquilla'
jets et n6A- coeur s'unit, A ceux ge div ts' qui vous charment
quile ISiltent, s'entoure d'ima- Fes yeot. Les travaux de rdfec.
g.3 charmantes, s'enivre de sen. tion et cd'e~relien d'un des ser-
timents d 6 Ii ci en u x.-. II a tail vices pubrics, ayant 6largi la
O'chaud pendant c e tte journ6e, voie, en' esearpant la montagne,
mais, au decline du jour, fair est la mer 0 ,.. frappe plus, mais
plus tralk. Tout A coup, le so I'appellatiowdemeure.
leil couchant jette dana le ciel De quelles scenes, l'endroit
des luetrtk flamboyantes don- est-il le theatre?
natt A Freu une teinte rose et D'amdar assurdment, cepen-
modiflat sensiblement Ia ver-n dant, je me voudrais ne dire que
dare de montages. Alors, je me cela...
maviens de ces vets of Paul Celte plage est Iojet de fre-
Bourget chants la po6sie du Ohr: quentes visites,- car elle s'y
trtrE bien. Visits de noceusr,
a0se de (ased n"a, KUS ko mters de bones fortunes, I
crtpuw'aires! acedmpagnes de leur... galante I
a Le clel i failt e perpre el I'Ae qdi anonymd. Visites de muscadins,
crit y.ir amateurs d'aventures volup-
s re s'efller pTr ai oes npMir, J tueuses. Visites a nqcurne, de
us ts mel jorti r, amst msurir ceux qui qu. s'6epM nt ans
acme al ru. taouiis A e ...
t r.)) a qu'afok Is co.
Nous nous promenions dansa u u n- .r lad
one sorte do'-'ase, tout entliers r.Ame nI
S t e 'o tuet8 moinsentreIla mer et la mon -1
A la jouissarice de ces Peaux ta- mons, envel lp s er et bre etm
bleaux, quand nowe fAnties tires de nS-tld,; vertus ftensbrevd.
do notre reverie par un mot de dlissent ue A une.
notre chauffeur: La mer frap- Au retour de la promenade,
p6e la nuit commencante, d'un voile
Mais, qu'est-ce? D'ou vientce obscur couvre les inontagnes
nom? Pourquoi celht plage une indistinctes et leseauxinqui6tes
si belle ? Autant de questions in- o tremble le feu des premieres
tlresantes auxqueles il n'est co.stellatlions. La nature assom-
point difficile de repofidre. Ce- brie semble sommeillante aux
pendant il taut se reporter A quel- premiers souffles de Ia nuit.--
ques lustres en arri6re pour l'Angelus pleure le jour qui s'a-
bien 6tablir la diftlrence daus ch6ve dans les t6nebres ind-
le passe et le present de la con- cises et molles.- Tout tremble,
figuration locale. ondule, trissonne.- Notre voi-
Rien n'est plus singulier que lure erre sur la route d6serte.-
les ravissements, la fascination La nuit est calme.- Nuit ber-
qu'on 6prouve par la structure ceuse et maternelle ou les flots
s lieux. s'alanguissent de fralcheur et de
D'un c6t6 de Ia route, une volupt.--
moatagne abru pfe, cpavert Un taible clapotement d'eau
d'ane vegetation abondahte et meurt sur les ca lloux come tle
sauvage:le buis, la m6lisse, le soupir dune Ame lasse qui re-
gsi en sont lea seules plants nonce A vivre ... -
euaaes paruri taut ,4'aiua in- Dieu que c'6tait beau, ce spec-
connues. De rautre, la mer vwste tackle du jour qui mourait! ..
et nuance, don't les floats legers BERTHONY MALETTE.


dans I'azur, et les brumes
guettent la sdr6nit, de I'ete
come le e1 attlend les roses
qui refleuriisent pour les ef-
leuiller dania 'oubli et la
mortt. C'est l'6ternel enchalne-
ment des forces mrveilleuses
et series d'ou- vs jailir us
..sr0jl, ccst

de la nature qui.Aan
ronde lente et tournoyante,
d6couvreat tour A tour I'onr.
bre ou la lumiAre...
S'''
'a(s 11w a iA de reason
per eo tomnme d'une
~lllffla i~ gCufit. 11 sem
ble, al traire, qu'il y ait
aelque chose come un pe.
U6 "mcrilp6g dans le regret
dout sacco opagne un peau
:nachinalement a con empla-
ton d'un beau paysage de fin
id'6tt. Poui tant, quand on a
vu ce pay age dans i'6clat de


1. A

F .2

~1



4.1

~1


I


On vient doe atroer, em
one e pam tu

siperi laI
p MP adaud
de ud les examples suiants : No
dites pea a il a labrelue mais
bien a il a a berloe a. No dites
pas a embe6t6 a pour a h6bb6 a.
Ne dites ps a colidor a pour
acorridorn. Ne dites pa pagem*
pour a g6ante *. aEt I'ouava st
'd u 'grand Lbomond


~~*L
wIwwww~~ 11


W- -v 7 -v w--v --w


-iw


`-111 -11 --


- --- ---- -- --- rrr*rr~-


t


. I AIAbl-


1 _


I


son printemps, on savaltdLd
quo $a grAce 6tait incertlane,
et maai tenant on sait quote
ddeclin de sa beauty no fait'
qu en il.parer une autre tace.,
pareilliqt ent mouvante.pour
un1 avdnir prochain. Alors,
pourqubi ne pas sourire sons
contraihte a u x jours char-
mants qui precedent la mort
des verdures ? II n'y aurait
peut.-tre qu'A mieux regarder
pours apercevoir que chaque
regret orte dans ses cendres
un ramitau d'espoir...

Au fond du pre ouatl de
brume, les sonnailles d'un
troupeau sonnent le glas 16-
ger des teuilles, celui des ro-
ses et celui, encore, de tantde
choses qu'on aimait avec le
meilleur de son cceur. Mais.
dans ce mame pre, sous ies
pommiers, des pommes mi*
res s o n t tomb6es avec les
leuilles; une vigne, tout A c6-
ti', montre ses grapes blon-
des et Ide6teau en'ier change
le gai trAvail.' La security 'des
r coItes (ih onte de la terre
nouvelIql ent remu6e; coin-
me .au Iravers des clartds d'A-
vril, od extend passer I'appel
de la Pdie dns la rumeur c- -
tfrente et lointalne de la vie.
Une joi oubliue, ftrangdre et
qil J1aud'abord "ppriv-iser.
e qsti la i pagnedes der
dtcrs dimannefps bleus, des
promenade ou Ion va
cueillir surles liaes rodill6es
Ies babies pourprqs de 1'6glan-
ier. On est'face A face avec
'6mervelllement de I'hori-
zon dore; on va dans la Iral
cheur s(reinedes chemins de
champagne jusqu'A ce que le
cr6puscule tout-A-coup, r6-
pande son ombre come un
grand voile troid.

El c'est le retour hAlit vers
la maison, ou la joie claire do
foyer attend, assise s u r le
seuil de la porte. I e premier
teu de la saison petille dans
la cheminee avec des flames
vive, et roses qui b lent sur
un bicher joyeux ce que l'et1
laissa de luo. On se chaufle
avec ce delice de ne penser I
rien parce que c'est un mo-
ment de r6pit qui passe. On
regarded fleurir *t se disperser
les a bluettes Un coup de
tisonnier en fait elore une
gerbe, qui senvole aussit6t
par la cheminoa, verses 6toi-
les. La laim e rayonnl sur la
veillte, come une amiti6 vi.
gilante. Un silencieux bien-
Itre remplit la chambrb de
douceur et c'est le privilege
des saisons trileuses, de I'au-
tomne aux roses d6fleuries,
que ce bonheur un peu grave
mais trs pirotond des ioitimi-
Sre rouves...


Orsammali per pewgmei


I


I









* -~-,--~* -. S


2 l* .f .-s. ..
dml^ m FR".y ,^ ^ *o lf *.;..


WOTRE LISTE SPfICIALE POUR LE

MOIS DE DECEMBRE

, lous prions inslamment nos amid et clients de bicn dludier noire listed,
uit estl'aile i des prix spdcialementLreduits en vue de hatter notre liquidation
Mais les prix sur le pqpier quand-mrne ie disent rien,c'est pourquoi nous.
conseillons a tous de visiter notret permanent exposition qu'il t.'est que de
nouveautes Iraichement arrives d'un (jottAdlicievx et A di s prix surprenant.
Le fameux calicot peicale 1,10 Popeline soyeux pour garni-. Chemisette blanche 1,251
Calicot fip pour lingerie- 1,00 lure costume de garconnet,r, (Ceinturon pour home 12,t5
y :.de famille 1,00 bleue-rouge, blanc-jaune l,0( Mouchoir prhom.blaLc di. 6,00
Calicot pour chemis d'hom- Gabardine couleur pour cos- Mouchoir couleur 5,00'
me et de nuita. '.20 tume garnoonet 2,00 Faux-col dur, et mnou 1,00
Nansouk percale t 1,75 Ratine franuaiseldemi-deuil Faux-col couleur douz. 8,00
Similielblanc fin ; 2,00 et couleur 2,50 Cravate couleur tautaisie 1,50
Percale souteou t1,25 Poile perle demi-deuil 1,75 Cravate tricot sup. 1'50
Calicot 6pais moyenne larg. 0,80 Et mille autres sorted de toile Chapeanx pailla pr h. 4,5,t1, 7,50
Toile pour chemise et caleqon Ilaussette fil d'eutant iddutit 1,25 (( patille onlle pour hom. 6,2:;
home wt enfant 1,20, 1,50, a lil plus sup. 1,50 Chap.laine et leutre8,10 et 12,50
1,75 et 2 gourdes Chaussette d'entant pure Chemise fran.sup.devant pli 7,50
Le lameux voile couleurd fil couleur cuir 3,00 ( mille plis le veritable 13,50
a desseins 1,25 Mi-bas cotle pour gari;onnet 1,7n Grand choix de casimir
Voile coul. tres sup. a de.s. 1,50 Bas cotte couleur 1,50) anglais pure lane, h carrea:x
Ratine cou:eur 1,25 Bas cotte fit 2,50a et a rayure blanche
Voile couleur a mittes '1,t5 Bas Iil pour fillette 1,75 Serge bleu-marin pure laine 15,00
Voile a fleur -C h,25 1'.haussette enfant & jour 1,00 Grande serviette de toilllette *
Voile couleur sup. 'g,., 1.,50 Has merceris6 couleur 1,00 tr6s Oponge la douz.?t.18elt 16.
Voile demi-deuil ,, 1,50 BBas trs lio 1,25 Bonne quality de flanelle2,4,6,00
Voile.des laine couleur .1,50 Bas soie tout could. 3,50 Nappe blanc 3 et 3,50
Voile soyeux couleur ., ;'.,50 Le tameux drill couleur 1,30 Damass6 pour mat las d.larg.;2,50
La fameuse indienne trana. .1,10 Urill supdrieur 1,50 Couverture piqu6 couleur, 7,50
Ponge coul. et demi-deuil 1,20 Kaky blanc sup. 1,50 et 1,75 Tapis cir6 boone quality 2,50
Teile ameublemen: 1g,20 o blanc et jaune tres sup. 2,00 V6ritable toile a drap pure
Voile couleur 4joli desseio tin 1,75 Drill cassinette 2,00 fil larger 2 114 aunes 10,00
Voile a campagne ',75 Gassinette double larger 4,00 Toile A drap larger aunes 2 4,00
Tricotine sup. demi-deuil .2,00 Drill blanc sup. 2,00 Cotton a.drap larger aunes
Tricotine sup.adebseiunouv.,1,75 Drille noir uni sup. 2,00 2 qualitS recommandable 3.50
Charmease demi-deudl 2,50 Gabardine crume 2,50 Diablement fort sup.1,1,0let 1,20
Tricotine & barre 4' 2,00 Imitation flanelle creme 2 et 2,50 o:; ge feur couleur 0,90
Voile i barreide sole 1,75 Drdll sardine qudli:6 extra 4,00 Organdi suisse blanc tr6s fin 2,50
A liu blanc aloure etld raitte 12.00 Drill gris uni 1,76 Nansouk suisse 1,75
Voile fin blanc et a car. 2,00 chantoung pure tfi d. larg. 6,00 Toile blanche A barre et i car.1,50
Cretonne sup. a dessein nouv.1,50 Drill blanc pure til 6,00 Un grand choix de toile noir,
GrNpe marocain tout soie coul.4o00 Chaussette assortie a rayure 7,011 Reps, foulardine, Ponge,
o marocain soie i tileurs 4,00 merserins douzaine 10,00 cacheminenne, etc.
Voile suisse ouvrage couleur 2,75 Chaussette soie a dessein 20,00 '( until tranQais & barre rouge et
Bazin blanc quality recom- Oijamas pour home 15,0" b eue pour garconnet lane 4,110
mandable 2,50 Sweater pour hom.evtdame 10,00o Taky enl6ve poil et duvets
Serge de sole couleur 7,00 Chemise de nuit pour bom. 7.50 superflus le tube 3,00



1e rand faQaSil,

206-208, Rue Traversiere 206-208


Les (]4 VIiSde BOWREIiAUT

n- .-'


Les Caves de Bordecaux reorganises avisent le i)public que pour

les Fetes (de find'A.nn e les avantaqes

les mcilleurs lui scront offers -

des ; heuresdu martin, petit deicuner.Cate, Chocolat, potage. (euts accomod6s, Sandwich,
4 11 esiauranl tS pain special, Pain Viennois, Pain auxraisins au choix du client.
A midi dejeuner a la carte et plat du jour. Au soir consomme.- Dinersur commande'
4


Au Bar


Au Comptoir de Liqdeurs


Au comptoir de patisserie


Ratraichissements et ;consonma-
tions de toutes sortes.


Champagne, Liqueurs de routes sortes. Vermouth, Vins fins, Vinu de
table rouge et blanc mi-Joax, Vins de d6sett. Kola, Gingerale
etc, etc, etc; '


PAt6s. gAteaux fins. Tablettes de sucre et crmee a la glace et
fruits trigorifl6s. I


Boubons. Chocolate. Nougats, Fruits' cristalis6s, Prunes, Raisin, Biscqits-fins de
diverse graiindesFabriques.Grande variet6delboites de luxe de toute be4uA.


Articles divers pour cadeaux
de fin d'ann6es. Un service
irr6procbable est assur6 la I
clientele.


- 1-- .


I.E IMATIN -,24 Dccembrc 1927


r.


p.




it'
fe~


Au Conmptoir de confiserie


uW


I^ I.


?.,,r/g_,







.l


LE MATIN 24 D6cembre 1927


Une seance en.Enfer


Depuls denc ours un grand preenter r6pouvantement et
trouble agitait l'internal et te. la terriflante horreurl Un
nebreux empire. Les visages monstre horrible en garde
des Puissances du Mal 6aient i'entree. II a les pattes t lion,
soucieux et graves, leurs mi- avec des grilles si demesur6.-
nes allong6$, leurs perpe ment longues et ace6resque
tuelles allies et venues trahis- le froid vous monte dans le
saient leurs preoccupations dos rien qu'A les voir; il a le
interiepres. c)rps mou du crapaud ; sa
II faut vous dire que, cha- tAte est hideuse, degodtante A
que ann6e, lorsque Noel re. voir; il grimace perpetuelle-
vient, toujours, l'angoisse et ment, ses yeux grands ouverts
la colere regnent en Enter. lancent des ec airs epouvan-
Tandis que plus haut, dans tables, il tire, a tout instant, sa
les splendeurs eternelles du langue enorme, d'une lIon-
Par is, le voix des S6ra. gueurdemesuree,gigantesque
phins tount entendre de subli- pieuvre don't les tentacules
mes melodie s d'allegresse, empoisonnes grouillent per-
tandis qu'en bas, sur Terre, petuellement et voustonttris.
lea chants des homes se mA- sonner,tandis que de sa gueule
plant au concert des Anges beante, rougeoyante come
montent, joyeux, pour saluer I'orifice d'un tour allume, elle
l'immortelle aurore, dans le crache le feu et vomit le sang.
royaume en teu de Lucifer, A l'interieur de I'antre que
sourd la colere et grondent-le garde le hideux Cerbere, tou-
depit et la haine. jours du teu, toujours du
Cependant, cette fois, ce sang, des souffles empoison
n'etait pas seulement le triom- ns...
hal anniversaire qui agitait Enter ..
e'empire de Satan. I y avait Parfois une lueur sinis-
autre chose : quelque grave tre, rouge sombre le pare
nouvelle etait parvenue en d'une terrifiante p6nombre
Enter, quelqu'evenement dan- ue de lourds eclairs raient
ereux menaVait le diabolique e leurs z igzags tulu-
Etat. Oui. Car, le Grand Se- rants, parfois cette lueur s es
cretaire, sur un parchemin tompe lentement, disparalt
tout noir, avec son stylet de tout A tait et alors, c'est l'af-
fer trempe dans du sang. avait freuse obscurity, des tenebres
trace, en lettres de feu, q ui proondes qu'ebranlent des s
brulaient comme des char- roulements tormidables de
bons incandescents, une Cir- tonnerre. Partois une clart6
culaire par laquelle Lucifer, glauque, teintee d'ocre et de
roi de tous les Enters, convo.- vel t, illumint le lieu, alors les
quait tous les hauts barons,
tous les grands feudataires, ,-
princes et duecs du Vice et du ...K..
Crime, en a u n e. assemble
g6nerale pour une communi-
cation de la plus haute gravi-
tEn, di ait la circulaire.
Que s'etait-il donc passe?
C'etait la premiere tois que le .
siniste Sire convisit ses pairs
A pareille reunion. Jamais il
n'avait, jusqu'a ce jour, pro-
voque pareille assemblee, se
contentant toujours d'etudier
et de r6gler les aflaires infer-
nales en tEte A tete avec cha-
cun de ses Ministres, en par-
ticulier. .
L'Ame damnee d'un jour- "
naliste incorrigible don't la
langue etait, chaque jour, br0-
lee au ter rough. a blanc et
don't les mains etaient perp- visa s des Dmons aux tronts
tuellement long6es dans de visagesdons rot
I'hu. oI, av..&,h surmontes de corners revetentl
nlluile bouillante, avaitvbulU une te.te livide, an aspe..
savoir Pobjet de cette trange t.ne..queie leuridre ar-.
convocation. M a is Lucifer adon-e re "q d plus eflra-
avaitt-eonsign sa porte don't aontu ene n d pins e ra -
un d6mon grimaant, armed yants encore.
d'un norme coutelas tout de- Dans ombre, passent et re-,
gouttapns4eam eu ddlendait passent des squelettes humans
_app nt ieur, le gesticulant et Srimagant afiren-
p rp u c; rlne geyg V.sment..Artammomeatildis
.rou gnewr, rygi.ssalP, ,vq" parassetoutf-teait pouc r6ap
citeraitdesmaledictions0eoU paraltre bientot demeaurement
vantables. A i'eflrayant cho radliericanant, seconantleurs
de sa voix, tout 1'Enter trem- os disloques dans un cliquetis
blait Et lesadamn6s, sachant epouvanable et dansant une
que des que le Maudit etait sarabande macabre et folle qu'ils
en cojde, c'etait pour eux un accompagnent de sinistres grin-.
relO9i negi 4e souffrances cemesla de d0nts, spgctres of-
et de tortures, gemissaient et trayants qaui rMdent encore plus
demandaient r tA dis terriflantle sptacle de mal-
qu lea Dmonsg Acuiet4rma. dicti~i qia solfe A Ia vue.
tq slent morijns, du i.ne Ce on do tr1quentes irrup-
tyrisaient, raient, d'un nre tions de DEmons qui entrant et
sardonique, houreuxd es sout- ptw ,afa$iAr.a eueuo f ;
trances qu'ils caNi C(4 & am t4it Mas on ne savait rien de ce grands Diables on Lutmns lilh-1'
qui atait motive la decision .pstiens, bizarrement habill. et
de tkifer et voila ponruol 'riSm de longag eo terrible'
lea tlies de I'Enler etalot fourches a bot desqulls goot
trouMia. pourquoi... inp.ut des t6s coup6ea, m'..
tiudq--i....... /giants, dent lea viaes Co
tude .o gait, fervent encore an rictus terri-,
...n i. nn, lej. grands.Di- nt... Ii
fitaires d la .Co u.one in- An'detsisde losr t images s
.ernale arrivalent oa allait se tlout noirs roulent en une hole n


uenir la go ave -6ao e&eac un o grondment rn
Ce Heot.. Quea bmaniw si aj *deidAourse Wled as .4 c
fertile, si prodigieuse que soit i trnI les brent ca et IA. L'atmos- t
son imagination peut s'ei re- I phro est so*bcante. Une epais- r


se fumee s'echappe et mon te de
partout. On respire de nausea-
bondes exalations, o1 l'etout-
fante senteur du soufre se mele
A l'Acre odeur du sang. Au de-
hors, c'est un horrible concert
d'imprecations et de maledic-
tions, de vociterations satani-
ques.
Ce sont des cris de fureur, des
appeals de dItresse, des suppli-
cations lamentables de gens tor-
tures par des souffrances horri-
bles; ce sont des glapissements,
des rugissements, des siflements
aigus, s tridents, des miaule-
ments de fauves en turie, des
rales rauques de gens ou de
bdtes qu'on gorge. tout cela en-
trecoupe d'eclats de rire, d'o-
nomatopAes sadiques don't 1'e-
cho sinmatre, en se repercutant
au loin, epouvante. C'est 1'6tour-
dissant fracas de gigantesques
marteaux Irappant en cadence
sur de gigantesques enclumes,
de grandes flames rouges ram-
pent tout autour. Le sang tume
dans d'immenses poElons. De
minute en minute, de grands me-
teores traversent le noir hori-
zon, en traVant un long sillon
pourpre, et explosent, IA-bas,
en mille etincelles de teu, avec
un bruit de tonnerre...
L'Enter I... Toute 'horreur du
t6n6breux Empire sur lequel r6-
gne en Souverain Maltre, e haut
et puissant Seigneur du Mal,
Lucifer.
... DjA tous les Princes et tous
les Esprits maudits qui avaient
e6t co nv o qus A la reunion
etaient arrives. On rattendait
plus que Lucifer qui devait pre-
sider infernale seance. Et pen
dant ce temps, les sinistresSires
s'entretenaient tout bas, car
malheur A qui parole haut en
Enfer I
Dans l'horrible cadre, la dia.
bolique Assemblee tait cepen-


dant imposante. La -~-- ~ ~
rEunion de tous -
ces grands Sei
gneurs du Crime,
aux regards tantOt
farouches, tanl6t
luisants commune une
lame d'acier dans une demi-
obscurite, avait sa majestE. II y
avait IA : Belz6buth, prince du
Mensonge et charge sur la Terre,
dh contr61le des relations des
h6mmes les uns avec les autres,
Acham, ministry de I'Astuce et
du Vol, Ro-He-Dhon, ministry
des Iniquites, charge de contr6-
ler les rapports des peoples en-
tre eux, Mephisao, 1'esprit malin,
Sicylius, grand officer de re-
cOt ut nt des Ames damnEes,
Ai0ee.rhon, Haoud, le grand
Sitre, Jdas, lerand- Tr-
dor qt d'atres encore.
6natend"it.
I ouia'lle concert Epnuean-
taelean dehora,s'accrut.Les is.
prcotins terribles, les huor
agents, r4- hitrent de viofesom
Lose 1 U. I nuages qiA .l
naient, noirs, effoceat, i-
sus. des tetes devinrent pla'
ioiit i 4paiL. La (ureuu du
7OQl, lI pa 4e, gn(tfse
h fett O otTousions 'trIn6-
iqtes. Plus flgurants et plus
apides, leas claims d6chirdreat


la nue sombre. La foudre, coup
surcoup, eclata avec fracas. Tout
I'Enter semblait secoue par le
plus formidable ouragan.
Au loin approchait un vacar-
me infernal lait de bruits confuse,
de grondements orageux. L'En-
fer Trissonnait. Toutes ses forces
etaient dechaln6es.
Peu A pen, f'ouragan s'appro-
chait et, c'etaicent des bruits de
chalnesviolemment agitees; une
cloche, au son rauque, sonna,
au loin, un glas lugubre, c'etaient
un grand tumulte, un formida-
ble galop de chevaux emportes,
des beuglements, d'affreuses son-
neries de trompettes qu'aucune
oreille humaine ne peut enten-
dre sans Ifrmir.
11 arnivait.
Bient6t apparut le Grand Ma-
jordome, un grand Diable vetu
tout de rouge, fourche en main
et corners en tote. 11 s'arreta au
euil de la porte et d'une voix
qui domina l'horrible fracas, il
annonva:
Le Roi des Enters, mes-
sieurs les Satans I
Et, dans les eclairs et le ton-
nerre, precede de serpents sif-
flotant, de crapauds hideux qui
bavaient, au milieu du grand
trouble qui bouleversait toutes
choses, Lucifer entra.
A 'horloge de I'Enter, au ca
dran de Etcrnite maudite, les
douze coups de minuit, lugu-
brement, tintlrent.
Le Sire, lui aussi, s'arr6ta sur
le seuil de la porte, et, drap6
niajestueusement dans son man-
'teau rouge et majestueusement
camp sur ses pieds fourchus, il
promena un long et terrible re-
gard circulaire sur la satanique
assemble. Un silence plus ef-
trayant que celui d'un immense
cimeti re desert r gna A ce mo-
ment-IA. Puis reprenant sa mar-
che, il passa entire la double ran-
g6e de ses pairs, debout, et alia
s'asseoir sur son fauteuil lait
d'ossements humans et don't le
dossier s'ornait de deux t1tes et
de deux mains humaines cou-
p6es et sanglantes. A ses pieds
du sang fumait dans des casso-
lkites. Et, agitant sa clochette,:il


ouvrit la seance.
(Messires, dit-il, vous avez
du deji deviner que si j'ai pris,
ce soir, la grave resolution de
vous convier A une grande de-
liberation, c'est qu'une nouvelle
de la plus haute importance
m'est parvenue, c'est qu'il m'a
paru qu'un redoutable evene-
ment menacait mon Empire.
Au-dessous de leaurs corners,
les fronts des Grands-Dues de
l'Enfer se plisserent, leurs doigts
anx ongles ddmdsurs seo cras-
perent sur les bras de leurs fan-
fanils en feu. Une chouette
moustrueuse jeta dans 'air son
ululement sijaste et, dans l'es-.
pace, la Terre, le Soleil, la Lune
Mlacide, tons leas astres, effray6~
s la cole des Demons, fris-
Dsonnrent.
Lucifer saisit un gobelet post
devant lui et but une large gor-
gie de sang. Puis itl poursuivit:
* 4 Oui, bravant ma coldre,
faisant fi de ma puissance, moi,
roi de ces Enters, moi, qui tentai
Dieu, ne redoutdnt point ma


halne et ma vengeance, des Ames
damndes, proies de mon royau-
me, ont ose, ici, ourdir un vast
complot pour me ravir mon
tr6ne et enlever de ma main Ie
sceptre internal. Et, ne croyez
pas, meassires, qu ces maudits
qui out tent6 de trouble ct
empire, nous sont venus de Co
immense contreas de la Tee,
les meilleures pourvoyeaseede
I'Enter, perp6tueilement eain-s
glantees par des guerres, deS
tueries, chaqu e jour, thatreas do
crimes et de torlaits sans nom
mais don't nous devons nous r6-
jouir et que nous devona en-
courager de toute notre puis-
sance, nous qui sommes lea
Bourreaux charges d ex6cuter lea
arrets de la Justice de I'AuTHKs.
A ce nom que Lucifer n'osait
meme point prononcer, invo-
lontairement, sous une force
irresistible, trappes de terreur,
tous lesMaudits trissonnerent et
baisserent la t)ote.
( Eh bien, non, messires
Satans, reprit Lucifer, ils nous
sont venus d'un tout petit pay:.
de la N6buleuse... )
Et tandis que le roi de l'Enter
parlait, voilA que, tout IA-bas,
au plus lointain de l'horizon,
point une lumineuse clart6, une
magniflque aurore. Elle grandit,
grandit, baigne tout IEnfer
'une 6blouissante lueur. Ce-
taient le Soleil, la Terre et tous
leurs satellites, 6toiles brillantes,
asires resplendissants de lunii6-
re, gigantesques comties A la
longue chevelure scintillante,
tout le system plan6taire qui
passait, tournant les uns au-
tour des autres, ss pr6cipi-
tant vers I'lnfini en une course
vertigineuse. LAcifer et lea
autres contemplerentiongtetnp
l'incomparable spectacle. Bien
malgre eux, ils en admirerent
la sublime grandeur et les dents
serrees, les yeux en feu, ils je-


Itrent A cette (Euvre des regards
Igros de haine et de menaces.
Cela ne dura que respace d'un
Eclair et, dEjA, astres et pla-
netes disparaissaient A fIantre
poiht de I immensity.
La seance report et Luciler
continue :
a Ce pays est le plus petit
de la Terre que vous venez de
voir passer et pourtant... *
a Messire, son nom ? in-
terrqmpireat ensemble tous les
D6mons.
El dans le silence qui suivit,
ce nom tombsa :
Haiti I
Topsles asistants so pench#-
rentur leo carte. ddplie da-
vant 4ux et y chercherent ce
cdin de terre qu, .. ai.t ourni i
'Eafer de si re I,'> et don't presque tons enoun-
raient le nom pour Ia premiere
fois.
Puis Belzebuth demand la
parole.
Messire Lucifer, dit-il, je
connais bien ce pays d'od visa-


*id


^ie !av$fe ^^ ^ rA'


It


- -. -; m-


! iO


.





LE IM \TIN 24,D6cembre 1927
-.- .1


H .

'




o..


Au deliors, les damn6s cou- Vos caractiristiqeiicsront:pru-
taienrt la terrible deliberation. dtaqe, sagesse et force de ca-
lls se rejouissaient dejA de voir ractere. Eu oclobre ? Vous man-
l.ucifcrd6tr6iue et.esperant la fin querez de conli.inc een votre
de leurs souffrances, ils bmis- toilee. En no-emnibre ? Gare aux
saieni tout bhs les haitiens qui deceptions I.. En dct'emhre ?
avatent rt-v ce gigantesque pro- I Amour I amour I amour I...


Degas el les slaluef
mbroise Vollard a racont~
un soir en traversant le pare
nceau, en comnp1mgnie de De-
il se pril les p eds dans les
de fer qui entourent les pe-
ses.
O)n met ces fils de fer pour
e '.omber les pn';iibles pro-
neurs, s'indigna Vollard.
Non, dit Degas c'est pour
*oer les gens qui vont depo-
des slatues sur les pelouses


SENAGEREK81
Pour toindro tous tissues :
LANE, COTTON, SOIE, atc...
&ucun product n'6fale
La MAURESQOUE
n venteA Port au Prince: I'harmacieW. BUCH
harmi ,civt.i ei.ne P'RtOl', 41. Place Volliire.
vi u t, l bglnnes Iidn'ib ic Hmaidti.
haillue m r iIua C el frjanco sur demand eadreul
V" C. FERCOQ. & ASnIEMRES (Sa.b) F en

Ie plus Iibea canlean iA offrir
Qu'l est les plus joli cadeau
novel an ?-Quel est Ie plus
au cadeau de Nold que vous
issiez offrir ?
.est incontestablement : Un
lei de la Loleric de la Crdche.
N'h6sitez pas, car c'est aussi
plus 6conomique et le pins
as si ie No. sort.


nent etx-l A qni ont os6 contre jet. Mais lorsqu'ils entendirent
vousa dle si grave entreprise. La les maledictions de Lucifer,com
polilique a toujours 6t6 la seule pregnant que tout 61ait perdu, ils
occupation de ses habitants. Pas reprirent leurs lamentations et qu'
un qui ne se croit un politique leurs cris. de sQufIrance.
hours tigne, capable de diriger Lorsque les haitliens se dir'- gas,
et de bbuleverser aussi lout le gerent vers la porte, Luciter re- P
reste de la Terre. lis aiment le marqua que I'un d'entrc eux lou
trouble et' ie desordre. Jamais porlait des gallons de caporal --
ilsn'ont voulu accepter que le (II avail pu obtenir un grad( ra
government de leur minus- militaire en Enler ) II ordoina iel
cule payss poursuive sa mis- de les lui enlever. vLais le dant -
sion dans ia paix el la tranquil- n le supplia de lui accorder la norr
litd. La guerre civil a toujours grace d'etre encore un de ses sel
616 leur passion. Uls prennent sujets,disantl qu'll valait mieux
un 'plaisir ineffable aux tur- 6ire caporal en Enter que soldat
bulences revolutionnaires, aux en Paradis ).Le mot plut au Iloi
luttes tratricides. IIs ne sont des Einfers.ll garda celui-lI. I
heureux que lorsqu'ils ourdis-I L'infernal lit de justice avail
sent des c.omplots et conspirent 616 tenu. La stance prit fin..
centre ceux qui les gouverne. Les trompettes des Diables en
ment. Je ne leur en lfais cepen- tonnerent leur infernale fanfa- ,
dant nlul reproche. Votre ro- re.Le vacarme reprit, assourdis- F
yaume y trouve gains et profits. dissant, effravail, les impr'ca- P
Mais, venir jusquiici conspirer tions, les lhtrleinls de dou. ,..
la chute de Luciler, je Irouve leur recoinmencerent et, dans ,
qu'ils- poussent un peu loin leur les 6clairs. le tonnerre, les cla-
manie de lout renverser par les meurs de haine et de malcdic- -
armes. Ils murilent, et je le lions, Lucifer sorlit.
reclaime centre eux, un ch1a- Et la Iugitive Iueur d'esptran-
liment si 6pouvantable que' rEn. ce b6nie q(ti'urent,celle nuit-la,
fer niime en treil)lera ,,. les dIamiins (de voir ILucilfer de- d
A ce ilOllielil, comiine pour trone, leur )parut uni inlini de 16 e
donner raison a iHelz6buth, un | licite qui Ics consola un peu de be
grand vacarme st produisit au I'ternIt6 de leurs souffrances. )ui
dehors Le G(iiand Majordome Etl 'on (lit que les hailiens ne (bi
alla voir ce qui se passait.II re- sont pas capables de grades
vint bienl6t dire ue c 'etait une choses t... le
6norme quantity d'armes: fusils, g
baonnettes, m munitions de tou-~ gr
tes sortes, qui venail d'h'e d&-
couverle par les gardes de I'En
ter et qui y 6tait enltre, on ne ei
sailt comment, ai l'adresse des Ga 'itesI
damnes haitens.C'elait grave.El
Belz6buth, sir de gagner la cau- 1 N 61
se qu'il plaidait, reprit avec cha- (. O pr
leur : ba
-- Vous Ie voyez ?... Ils sont (C--
incorrigibles. 11 fuut qu'ils cons- Iespeiles prdir!iois du, a, lndirier d'i
parent partout of ils sont. ln r lit
tous lieux, en lous temps,ils ont C'est let mois des calendriers th
toujours etc ainsi. et des alilanachs. Parlons en un de
Mais Achalnt prit la defense pe (
des hailiens
( Je lie vois p)oinl, dit-il1 Les : ncens avaient Ions la
froidemenl. en (Inoi les hailiens superstition du caleidrier. On v(
soient plus coup.ibles que les en I)porrUlit dire atitant de Ib:iu-
autres habitants de la Terre. Ils coup de miodernes, si I'on s'en
aiment la guerre civil, le Irou- rIerce aux crovanices qui s'atla-
ble, les revolutions, .Ics lutles client A tel joit- ou L I'! iois (I
sanglantes, dites-vous, mais qu'- l'ann(e.'
out done toujours f.il les autlres Aujourd liui encore, bien des si
peuples ? La l)pruve qu'ils Ie ppersonnes s'imiu iiuent qtiie notre dit
sont pas les le plus coup les des date die naissance influe stir 1)
T e r ri cn is. couple itoins I te (ldnim6s veInus out errant nI lc lundi a des d
d Hlaiti que des aulrcs conltres chances d'6tre b)eau et fort, mais l
i la 'I'Terr. aussi tres jaloux. Sous les aus- iS
Oui... Mais les autres res- pieces du mardi, il scra honnote ti
tent tranquilles ici, ils ne cons- et gracieux. 2
I enil liinlt colntre Inoi voci- Le mercrserdi s it ertvolu aux L
I'ra Luciler. caracthres vifs, le jeudi aux na-
C'est vrai. Mais, cependant lures aigres-douces, le venJredi i
quel chatimetiIn plus horrible aux natures liantes, affectuenses v
(lue Its soLuli races qu'ils endtl- et g.0iicreuses, Ie stulnedi auIx
rentc prusenlteenti pourrions- bourreaux de travail et le di-
ilOUS iIlposer a c es damnes ? munchel aul. vies lileir'Jusc el
C'lait Iogiquie et plus d'un lut sails histoire.
embarrasss. Alors Sicylius pro- Un enfanl tliii nait le Jour de
posa un nmyen terme. I'An rsussiraitlginraleiiient res
Voulez-vous lCur imposer bien dans la vie. Celui qui vient
un chAlimenl terrible ? dit-il. au inotide le malin de Paqutes
I.hassons-les de I'liiter.Quoi de peult-etre sitl" de nej imais man-
plus terrible pour des aines man quer de rien. Qtaintia celui don't
dites que d'etre repoussecs par les. yeux s'ouvrcnt le .jour des
Il'Etler lui-mnme.! lamcaux.eli bien I il serait doue
L'assemblee sc renlit a ce sa- du don de secoade vie. Ni plus
ge avis. ni moins! (
Gardes, introduisez les cou Les inois minaittenant: les-
pables 1 rugit anssitt .Luciler. vous ne en j'inie'r ? Tant pis d
Les imeshaitieiinnis entrrent. pour vous, car, voas devexz be-
t'taienl...ll v avail,parmi elles. sooner jusqu'ia vote dernier
des generaux, chamiarres de ga- soupir... Enf'.rierTanI mieux, d
loans d'or et d'argent, des mints- car vous ferez fortune. En
tres, des cominert ants, et taut mars ?... Vous aurez peu d'ar-
d'autres... Et, dress de son hor gent mais beaucoup de vertu ..
rible tr6ne, Luciter prononqa n aoril? Vous aurez une mnau-
contre lles le suprinme anathc- vaise sante. En mai ? multiples
ome: seront vos seductions et grande
HoIts de 1 Eifer I s'6cria- votre amabilitk. E'I j'in ? Vous
i-il, sovez deux tois maudits, serez bonne spouse et bone
ames irnpenitenles qui, apris m6reou bone6pouxetboen pre...
avoir, pendant I ngtclemps, trou- Enjuillet ? Cli.cun admirera
ble, voli vote I'.,vs, iCuSez la constance de vos amities... En
voire au'lace itns (iL'A \~oua. .odl ? Vous aur\'z de I'ambilion
trouble I Enfer I et du courage. En septembre ?


P6res et meres de lamille
)olitez de cetie bonne au-
iine.
A I'occasion des fle, de(I fin
ailnee Vtils tronverez dles
iueurs de tontes sores ti la
I'iique de Kola No330 hlue
cs s ronts Forts ai des prix
Mfiaiit lou I concurrIence.
Faiets uine petite visite et
ois scrvz satisflit.

AVIS
Le Dr Paul Tl.'lelemtaque,
|p ciali te de ,,oics urinalircs
e la Faciilltde M(leciine de
aris se lient a lh disposition
e ses licents- ai son cl)bilnt
le coasullalions Rue d'i Dr
iubry, tous pres de 1'.uspec-
iou Scolaire- Teleplhonc No
S116. .e main de 7 a 10 hres.
.e sairt de 3 i 5 heures.
A la Penision Suisse, Che-
uin tides Dalles, sur rendez-
ous fTelimhon 20)60.


Ch Picoulet
228, Rue Roux-Port-au-Pce
Grand Choix
Boltes Fantaisi
OBJiETS D'ART
le la grande marque trniaise
r A la ia(rquise de Shig(iqi, )
Bonhons en holes lantaisie
Le L. Jacquin de Paris.


LA rPLoSTIcim er IT LaLS ncsC
INJECTION PETRAID
DaALOR.
MeItN Is .EOiStKi
-3t ton" Iouhu--1s 8ma9m
2 11 Anas pert:s
( SLe traitement es complE t
lA SPETRHAD WN' 1KIMi
qui calment la dodeur. claiSmat lea auianc
purifient le sang et gudriset I& cyiteo
TOUTES BONNES PHARMACIES *
SPWtafUffb etan.Dp, 41,. 4 & &" m


COMP'LAINTE


tt Des Roses Rouges ).


Ce soir it vous revois, vous par qui j'ai souflert
Tant de jours sans clarkl, sans desir el sans rdve;
VouIs qui avez plonge dans mon .coeur pur, pce.er:
Le Doute qui meurtrit et qui ronge sans tr6ve I
Je vous revois, cruelle, ainsi qu'aux plus beaux iours
Dle noire passion ardenle et tolle et vaine,
Vivanle, u.niquement. de noire uniuoe amour,
Duns I'esj oir inquiet des voluptks procliaines!
Je vous cvois : vos yeux se font plus langoureux;.
Vos mains, sur vos genoux, se tendent, suppliantes;
I t leaement j'entends, comme un cri douloureux,
Une pri6re luir de vos e1vres tremblantes I
Plus je ferme Ics yeux et mieux je vous revois:
Vous eles Ia, pr senate en mon Amni d'esclave
Avec loutl le rinlemps riant dans votre voix
Et dans volre regard I'Ete bi iAlant el grave I
Oui. c'estl vow queje vois parloul et que je seas:
L'air p)ore le parluin de volre chair bless6e;
I a brisc come vous a des baisers de sang,
Et voire nie palpite en la nuit, oppress6e I
.
Je vous revois I.. Mes yeux sont froids; mon coeur est las
D'avoir trop d6sir6 de Vous et de la Vie,
Etj'enltends sans trisson le bruit de volre pas
Dans le soir clair et dans mon Ame inassouvie I
Je vous revois, loinlaine en mon Reve immortel,
Belle de tout I'amour don't je vous ai parade I...
L encens parlois s'eleve encore vers I'autel,
Souvenir piJilun des miniuite- s-cr6es...
L. HENRY DURAND.


Blanchisserie


LA PARISIENNE
pensez qu'avec les prochaines

felesde fin d'annee il vous faudra

souvent changer de faux cols.
FUYEZ les Magasins, car la PARISIENNE les remet A
neut. sans retard et A bon march,



Profitls d celte bone ocasion

Coupe des meilleurs

tailleurs'de la Place

A I'occasion des f6tes deela fin Ilanu6et. DaO
Stephen. s'emprsse d'anaoncer A es nombrtlt
clients qu'ils trouveront'en'son magasin Gran"!R'66
Nos 1618; chemises et des'oostumes oonflottlonis
&' mellleur maroh6que partout allle irs.
Profitez do oette boa.e occasion. '


Pour vos cadeaux de

fin;d'Ann6e

Vous'trouverez chez

ALBERT GRANVILLE
I'HONOGRAPHES de Ia e6lebre ique PATHCf de p~sfi
PetitW portatifs, simple et de lue. Pathbptones v!t b,-"
de luxe.
Jolis, colliers de operlee, poudiet, ir ontlre ; pracs e S hCtirW e.
pour hommeect pour femmes, foUe cigarettei,'bodtbnd doe an-
che. .-_ WB^"n
Vous trouvermz auUsi:,de dadineo.etj des vienae, de llape S TITUS de TITO LANAI, mswtd de ad ete.
UNE VISITE S'IMPOSE


eqiu r.p. -


- .- .- .-


-- ---r_ - ,~-


**.1


I
4'


4 1t IAvis


. I


. l


__ _


r ---


_I _


mmm


~1~54~a


j








LE MATIN 24 D6cembre 1927


NPrcefline Assiettes,

Services de table de


Faiee Assiettes,


Pots, Godets, Bols etc.

Verr eie- Verres dz. G. 3, Pots a'

Services a Liqueurs, Carafes.


eau.


4iajf'F---Bombes, Services de toilette,

Fifes, Plats, Bols,assiettes, etc.
.v1


- En verre
t-.


et porcelaine.
. 1 1


Cent mille autres articles.


Ai*


Humour
tmdls- Mals, Michel,.
VOa IvriK pourtant savoir
q.e I*'rl.e A pores ne doit pas
stre aiapi de la mason.
Michbl.- Pourquoi ?
Le docteur.- Parce que c'est
Mihel.- Oh t vous vous
trompes bien I Mes cochons
n'ot jamais 0t6 maladies.
.*
En illet dernier:
Et tol, tu restes ici ?
Non, je rest a Port-au-
Prince.
Tu es foul Mais tu auras 40
deogr ai rombre.
Maisq i tedit que je suis
oblige de rester A Iombre ?
Une temme avone qu'elle
a tui son mari parce qu'elfe Fai-
mait.i. Est-ce que, apr6s cela,
vous ao I'acquitteriez pas ?
Moi, baronne, je prdfWi e-
rais la quitter avant!
0
Deus ampis so rencontrent:
Mona chrae suis tres pressed.
Je smis apppel oomme t6moin.
A. charge ou A d6charge ?
Les deux : c'ebt un duel au
pilo*.

Ignorance
Maur.ce Maeterlinck lut un


Teci de. aiM de 4rilesw
La snion thtatrale 6tait on-'
vere. el quelie season. G6n6rales
en marine, g6n6rales en soirda,
g6nirales Ie dimanche, 1s cri-
tiques neaavent plus ou donner
de la plume..
Sortantdt'nne rdpoion, avant
d'en 6couter one are, Antoine
et Trista BernardA6sitaient A
rentrer .eteux, pdtr se mettre
en tenue doleotr6e
Ah I je rest come je suis,
dit enfin Antoine; d'ailleurs mon
veston resemble A un spoking.
Moi aussi, dit Tristan Ber-
nard, je reste comme je suis,
mais parce que mon smoking
ressemble A un veston.


De Ia ferme a Ia seae


m a, produite par la piqure d'un
inscte. I.e.. Arabes 1a eni..at
le nom de a ,nsn., c6tem a-.; il
la recueillent et la venilent a,'
p6lerins. Les sa.'ants jiits o.it
reconnu qu'il ne s'agissait point
d'une substance v6gmtale. mais
d, rexcrlion abandonnie 'par
ditrenta insectes, de la amille
des coccinelles, qul vivent sur
le tamaris. Des goutte sirupeu-
ses claims exisudent de rabdo-
men de cet insecte. Loraque 1'ex.
crition eat abondante, les gout-
tes tombent sur le sol, od elles
torment des grains d'un sucre
blanchltre di*" de i grossat
variant entire celle d'une tMte
d'apingle et d'un pois. L'abon-
Sdance dpend de celle des pluies
d'hiver. Durant la bonne saison
i un home peut, au dire des b6-
douins, en recueillir entire trois
et quatre hlivres par jour. L',ex-


On vient de repr6senter A Rek- pedition a constlat la presence
javik une pi6ce d'un crivain de la manne sur tout le parcours
f6minin fort connu en Islande, de son voyage. Elle tait con -
Kristin Sigusdottir. Nous igno- duite par e Dr Fritz Bodenhei-
rons encore ce quest la police. nmer, de In station sioniste d'ex-
Mais Mme Kristin Sigusdottir p6rimentation agricole, et par
vent qu'on parole d'lle. Fille de M. Oscar Tbeodor, de institute
paysans, elle apprit seule A lire microbiologique de I'universit6
et 6 6crire. Plus lard, marine et lWbralque.
mere de tamille, elle exploitait
une ferme, barattant le beurre et
travaillant aux champs. C'est Un permis do mendlic-
dans ces conditions quelle pu- t6uie d pri
blia les deux romans qui ont t6 In guite do p
repandu son nom en Islande et l
dans la p6ninsule scandinave. 11 est on auleurqui lut re
Voilh, nest-il pas vrai, une compens tie 'excellence de
singulire alliance du has de oe bee d
laine et du has bleu? son oeuvre, par un brevet de


tr6s mauvais 616ve au lyc6e Con -
dorcti II raconte qu'a I6poque -.
de seir debuts littlraires, un de Une exp6diton juive
ses anciens condisciples ren- reconnalt la manne
contrt, par hasard, sur le bou-
levard, lui demand ce qu'il Au commencement de juillet,
faisail: l une expedition d'entomologistes
- Je travaille, dit Maeterlinck. s'est rendue au Sinai sous les
- .a te change, dit I'autre. Et auspices de l'universit6 h6bral-
quoi? que afin d y 6tudier le problkme
J'6cris. de la manne. On admettait jus-
Alors, son, ancien casnarade qu'ici que sette substance 6tait
slonnA : ee une exsudation d une espace de
Sous quel pseudonyme? tamaris, le Tamorix mannite-


ineiiuicitlK- c e st leci;icire
Stow, qui-u XVIP sicle avail
employ sa vie et son patri
moine A explorer les antiqui-
lts de rAngleterre. Ayant sol
licit6 quelques secours Aa I fin
de sa vie, il n'obtint qu'une
patente scell6e du grand sceau
par laquelle i consid6rant qu(
e dit Stow a employ qua.
rante cinq ans a r6unir le1
manuscripts de ses chronique
d'Angleterre et douze A 6crir


A -


AVANT D'ACHETER AILLEURS :



Venez voir l'assortiment de la Mais


G.


BOHl NE


I sldoire des Villes de Lon son sc un paper qu'elle re-
(I c< el t ie Man -heter et a met A un hufusler ,i6rent.
c', r:crc -sa ve mA ire anu Puis. sans pronon 'er une pa 1' I
p ,y,nious Ii accrdons nlt "-le, elle lait dems-tour et s'e-
grac euse et royale permits .oi ne A pas presses.
sion de solliciter les aum6nes Ce ,nest pas un coarrier di-
de nos sujets el d'appiquer A plomajpue. Cest une n poe .:"
son usage pearonae q ull .tese 4u i consa re une par-
pourra obtenir do lear blen- tie de nuit A 6crire un po.-
veillance, le test pendant le we en I'honneur de Monsieur
course d'une atne* PoiWcar et une parties de son
u,- lapr|-mtidi A le lui apporter. E'
Le poiate mas brs e akle, sans doute.mais ab-
Le peintre an aisi Berrand solument inoffensive. Aussi, ,
e peitrs ant a erniraemen Ile{pr6sident du Conseil a-t-il
Iles -es l m lt ierni ttremn recommand6 &A son entoura e


Nombredegrandes families ble du bonheur...
briuanniques avaient en, u A a_--icti--.
Spossdder un tableau du Ipein.
ire sans bras ). II est proba- 10 plus aLo..n, obsor-
ble que, s'il avait peint avec vatolse d LItTrm0
les mains, son talent ne 'au- Les pogs d e s fouilles
rait gu6re impose. dnsla rion de s'ancienne
Lu mime, au surplus, e i-civilisation des Mayas, au Yu.
reconnaissail garment et c- catanzonlt, sivant ia Vossis-
tait volontiers I inscription ch Zeitung., anea6 r6cem-
dont un riche brasseur Ion- Zeilung.. amenp rcem-
dotuien, possesseur doune do ent an jojr ie plus ancien
Sdonien, possesseur dune de observatoire de la Terre. 11
ses oeuvres, avail eu I'id~e e : de I Tre r dde
Bertrand Hiles, le seu pen-st situ dans ls environs de
Chichen Itza, I'ancienne cit.
Ire qui nait lamais ten un esMayas. Dans une cons-
Epin eau dansIes moains on. truction en former e tour, c-
EL I'artiste ajoutait, non voit encore les restes d'un es- *
Ssans espravais en a chance caller en spirale. La late-
--St javais eu la chance ot i recouverte, et,
de n'avoir ni bras ni jam lorme lt recouverte, et,
et de peindre avecni bras m ambes dans la direction Ouest, il y
et de peindre ave la boucheaux avait une troite ouverture
Sla valeurde mes tableaux au- dansle mur, qui permettait *i,
Strait, pour le mains, tripl6l d'observer le sole et I e s
-6toiles A I horizon occidental.
rLa po6tesse et Des inscriptions correctes sur
em. Polncar6 les eclipses de soleil et de o
, Tous les jours, A la meme lune, sur les quinoxes, sur
heure, une dame entire au l'ann6e solaire exact, et sur
- minister des finances,a Paris, les planetes visible A lIceil
s monte nerveousement le grand nu, apportent le l6moignage
escalier qui mene anu cabin du developpement de l'astro-
e' net du ministry, et tire de nomie chez les Mayas.



-e-





on



0& C


ue Bonne-Foi.



ETS- Pour enfants assortis


GNOIRES -Rondes et ovales,


routes les dimensions.


YCLETTES: Marque Victoria,.


S en FER, cuivre pour 2 places.


IBETIERES:: Bouteilles de Ther-


Tableaux, Lampes, Lustres, ,


)rdeons, Mallettes a votre choix.

'(l j .^f* B sfc ^^ ~ *J*^ "^ *" '<'"'* **' _


Angle Grand'rue & r


Tasses dz G. 5.

70 pieces, etc.


Tasses, Soupieres,


'belots

l SDi s-


I I


- J --~r -- -~F~


l


: ''' ~'


- -- ----------- --..-----~-L~,----_;--CC~__;;__~;~6--~


y il^' 1,-. .
^-^- Y ;v -, ~,
. .,. ; .w ,-,











~~~~~~~~~~ ,; *-- _:- ------ 7~-r~-=-*-


i .

*i *


\


i

*)
* f
I
, 1









I ,
*
; I
I
.,
tl
I.
I 1,
I i



I
I
i .
!


.4.


~~~las;~p U ,,~ ~GE~~L~:_f


,EOIIC


RUE DU QUAI N 1713


Le seil Magasin de la place aianIt un stock complete de Tuyauterie





ilaleiiaiix de Coiistriuc ion en Genieral


I rI ides def eniue




I articles Maritimes



I stensi les de cuisine


MINI


I
I




I
I


CMD




















Im
I

0 j

0


LA MASON


V(all, de BonneAn neea ses nombreu.r

Cliehl el leur souihaite Prospei ite &


ElIe saisit cefle


cer a la Clintle feminine qulelle vient

de reevoir de jolies tondeuses poui


Messieurs les coiffeurs trouveront corn-

me par le passe tous les articles de

leur branch 'a des prix defiant toute


.5.


































I-
m
It

I-
I'
1-
e.
B-

II-
II'
Ia




~es
ar
ri is
ult
iar
'V


In


SCUo IL U11nCe IC I'armistice, Ie.nombr
sks est 6valu6 A 3.501

'Nous renouvelons notre STOCK mensuellement. Nos PRIX soi

les plus bas de la Place.-Telephone: 2240


MK|~f~ttt~ififi~iaRB^^^^@^iABT


Voici uinie Ip ile lIisloire qui ;
celte partlict l.ril (I'Mire altrl-
l)U0e, (ia ti!i l oi In l ract oul en
FI'rance,, Vai)l oi lgell, (juaind
oI la racoiltc (ii .\llc iagiie ie
Marx Lil)crnit' n : ,
)Das ii sn io1n, un monsieur
d(1clarei ;aver orgteil qu'il ne se
conniliit pas d'elcileis et le pein-
Ire r'poind :
.Ic li';n i s, h',las!.! Ia t 'tiie
chance. l)Poir me Ibroiller avec
quellu'un il sullit que jC lasse
.sot portrlnil.
Comnme Is (Ideix 1('MOics ar-"
listes ont fail, h l'f elt I'autre, des
centCailnesde I) port rails, o)u ein con-
clut qu'ils doiv nt avoir Ibeau-
coup d'enn4ClUts.


I'oiiicire' l I joiliilimd1S 11'

ai x enviitrs (Ic 1190), (corges
Docquois re'tutI hl r'onse sui-
Vinle : QU i'eslt-c (- t'tilli jour-
nw ,liste, c l r ti:ii sitir,? .I';tllais
Vo(ls I defliali(d r. 'oLur m11101 j'i-
Ihmagine que c cst n honimme tout
simp)lenmnnt,
*' I''lBalz;ac aI tloin C raisoll, c'Cst
une pense, c tinarche. Mais
quelle peinsec? Tant6t une pen-
see noble, ai 1'allure noble el ma
jestueuse, titntM un t pens6e sub
tile A la cadence l16gOre, tanlt6
une toile en course, un menson-
ge en proiimenade, une calomnie
en tourn'e. une sottlise en vill6
giature.)) E. c'etpit signed Ray-
mond Poincare.


A~~~8~ D~~~


44


4,

'4.


I,









FL


..... Q* e ,.


liIoilre inlirniitlioinaiif


~SIS~B~s~a~l~'F~~E~&I




--- -----------~--*-- ,- ..* .-~..


LE MATIN 24 D6cembre 1927


par Mr. Hyppoliit


lle profile de l'occasionl

iviter 'a venir visiter soi


Vous ne savez pas, peut-6tre, particulibre qui
pourquoi les bons vieux de Mi- t6te de Noel, f6
lotparlent de la montage abrute f6te des riches..
qui domine leur ville come de apparition et vo
quelque chose de sacr6 et plein i'Indipendance
de jolis myst6res... Ne vous en pour le saluer. I
moquez pas; il est toujours sage lennelle. Pas de
de saluer respectueusement ce cliquetis de sab
qui nous est inconnu. Les faits somptueux. Sou
qui nous paraissent insaisissa- t6 sur tous les
bles acqui=rent un cachet d'o- taut driger une
riginale beauty en aiguillonnant que chose qui d
sans cesse notre folie de vou- ancetres,6tonne
loir tout expliquer, mnmeme 'i- sa prennit. III
nexpliquable. Etquand ils vien- se qui porte, da
nent envelopper d'un nuage du ciel, l'orgue
mystdrieuni une figure dejA puis- torieuse de I'es
sante et peu commune, nous pour toujours
nous surprenons i y ajouter foi, grand homme.
parce que le h6ros lui-mdme est cela: A I'art alli
reel. Et. en v6rit6, je ne connais sur la pierre trn
pas de taits plus savoureux que d'autrefois, mg
ceux qui ont la vertu de stimu- chAteau-tort de
ler notre imagination, en r6dui- nes?
sant I'esprit A l'impuissance de Pourquoi
comprendre.. ose un grand ol
Or, si. le roi Christophe faisait bravd les bouli
trembler ses sujets par la s&v6- Et I'on d6lil
rit6 de son temperament, il ai- longtemps, et
mait passionndment son cher tomba sur cqe
pays et pensait constamment A savage, smr
Segarantir contre le. retourpos- et massive, sc
sib e de I'ancien mattre. Tou- entire elles pal
ours domin6 par cce noble sen- gneuses qui vo
timent de la d6tense du sol, il normes serpent
r6unit un martin, le 23d6cembre Mais le roi
181... son ConseilPriv6 A l'eflet avail la vivacit
de d6lib6rer sqr. rrection de la 1'execution de
Citadelle. El vo*l les dignitai- donna le jour m
res duroyau -, pssent, an pignie montt t
grand 1 1 4 re de ce gn. Et le lend,
Iguier gd e v-usivovez IA- bre, avant que


_ Pte laI ebt JoHr de YI


e JEUDY VOUS tiO orez chez





:ients ses Rue du Magasin de 1'Itat

occasion Soierie, Bonneterie, Lingerie.


Parfumerie et tous objets
pour les magnifiques pour cadeaux.

n atelier. o .l
Hautes nouveaut6s parisiennes

rates de Voalez-vous 6tre chic pour
>eaute les fAtes de fia d'annee ?



ur. Avez-vous a offrit" de
Suvedla belles 6lrennes?


722 Alles chez JOSEPH POUJOL

Qui souhaite d se8 aimables Clients &
ration bonne et heureuse annde pour t

tes. 1928.





.. les bois leur note de gatt. Bien- Conic de NoI jour. A son passage, tous les
e | t6tt, comme par enchantement, --- diables sem irent ai lcher les
lesroecs voent en clats, era- saucisses el lejambon.
queht et vont s'abattresurlesol, Rien aire, mes petits
rocailleux ou combler le vide uli amis, 'i moins ai' en change
Sannoncela belle des rivins Nos rudes travail- M oU li d de ces bones choses, vous ne
te des gueux et leurs firent bonne besogne:une consentiez ij n ceder ce mou-
.. Le Roi faith son notable parties de la tort Ctait e c
)ici les braves de abattue. Ceci est un conte qui vient lin que je vois accroclc au
qui se 16vent La nuit vient, nuit humide pr6- i de loin. il nous vient de Nor- plaltond,
La minute est so- ced6e d'une b rise trisquette, I vge. Ma mnre me la raconle, La proposition parent alle-
Sbruit. Un 16ger agreable au d6but, et rasante iI ya 20 ans, un soir de Noel. change ; anssi pour ddliberer
iressur lessieges vers minuit. Devant les ton- Je m'en vais vous le dire ia les diables s'assirent en round(
idain de la avi- neUes recouvertes de brancha- Ee*
fronts... ui, il es verls, s'allument de vastes m en tour. coulez-le, pels autour de celui qui paraissait
citadelle, quel- oucans a u to u r desquels les En Norvege, vivaien deux le plus Age d'entre eux. Apris
ise la gloire des propos les plus grivoisvont leur Ireres. L un etait riche, 'autre un long entrelien, le vieux
par sa force et train. Au pied de la minontagne, I tres pauvre. Celui-ci, une nuit doable dcrocha le moulin et
fautquelquecho- dansent les paysans avec une de Noel,alia trouver son trere cle remit au visiteur en echan- g
ins la profondeur joie folle et leur musique se tail et lui demand quelques vi- ge de sa succulente charcute-
il d'une race vie- de plus en plusca tavante. Mais, 'vies pour le rveillon. rie que tous se partagerent. ,
clavage et scelle le sommeil pose Iourd sur les Volontiers, lui repondit Lhomme nayant plus rin
le regne d'un paupieres de ceux qui ont peinle Laur avec uosorihie trent- ,i lair e neayaiti plus ien
Oui, il faut tout et la compagnie sendort... II est s our c taire en ce lieu, tira sa )lus
ier la puissance, minui t, heures myst6rieuse que, tiens, voici un jamll belle rovnrence el sortit, son
acer des exploits ouun Dieu se fit home. Et et des saucisses et puts va-t- moulin sous le bras. A la por-
ais oil situer ce voici cue se passe quelque chose en en enfer! le vieillard lui chuchola
*s temps moder- d'inso ite : nos dormeurs s'6- L'oblige remercia. Et, char- t oreille le secret
veillent, la lor.t renatt par en- g6 de ses provisions, il mar- de se servir ai volont6 du cu-


pas au Picolet hantemnt, plus depncsabat- cha long ps longemps. u talisman u'il
Micier. N'a-t-il pam A, 10ONm s't its, les Apr6s avoir parcouru un long dait. L'ayan rmerc il sen s
btra longlemps, des tonnelles, c'est le vagsse- lard aca-
I choix du me d'uaenfapt inuisibld... 114 vre assisA l'entre d'une ca- a
chn it ever IA verne e i ui dit lorsqu'ilor clairaita peine
I- m" noU fu is deu!: l'horizon, lorsqu'il rentra chez
Al it a pileverluA
SnotiCitdelle Je garden 'entree de I'En- li.
4ia lst l a palrt n tietde D'o viens-tu, ivrogne ?
ar plerciaiet i- M el tt av i XfUt' 1e A- t-aissez moi entrer, dit questionna sa fe mm e, u ne
l'. ladh6sion. Souvent, l s'arr6taite gueux, ai promris A mon rude m tg re.
Christophe, qui pour jeter on regard plein de frtred'aller enEnfer. -De I'Enterl... Mais, ais-
6 de -I-6 ir daw pe la2-on mys t- Entre, mais, un bon con- toi et regarded !
ses prpjets, or- r'l S p it .to son seil: n'abandonne tes vic- Et, distant, if posa son mou-
me qune com.rn- r tout de tharme-. El res- tuailles au Dia l)e quen lin sur on eicabeau et pro-
Ar J ls u l6vre[be.- 6ehange du moulin perdu au nonva quelques mots cabalis-
ea dce n,t i Oon plafond. Je t'en indiquerai tiques, ceux que lui avait ap-
le soleil eA dr. # s-maases reM -.M.dait Fusage. pris le vieillard et voilA que,
Ae,- ha 'etajamanis PGA hmme de- C'est bon I soudain, surgisseat, il ne sait
aient leur musi- connattreloin fondde schoses.. Et le porteui de saucisses d'ou, des flambeaux d'argent,
Apandaient dans JEAN MAHU. p6n6tra dans leliabolique s6- une nappe blanche come la


9s~t~~~Fa~'~4~;pC~4


-- -- -- -- -- I - J


- Ir


--- - -.---- ---~~*~





LE MATIN 24 DNcembre 1927


7 ---4 Aa

p.*


MMAi.-


'EI


Angle des Rues BONNE-FOI & du QUAT


A


EST l'Etablissement ideal pour torus

diun service irreprochable doiven


ceux


qui, en voulani be1nefi.


!t se tenhi au centre des affair


neige. des convert, ine table
superei)nent dress6e.
rg) Ne pouvant croin e ses yeux,
r la temnme lIve les biras au ciel
puis saute at c(On ldc son ma
ri. Puis, elle court chercher
amoi cl voisins vt les convie 5
faire un repas plantureux. Ce
ul tune ripaille oOi Panta-
gruel lui-mdme perdrait l'ap-
petit. L'on but, I'oxn mangea a
creve'r.
Mais on parla du mouilin.
Le trere riche convoita la mer-
veille. II invita diner son
ftrre pauvre, lenivra et lui
v o! a le precieux talisman.
Puis, s'enermant d a n s sa
maison, il command(a aun mou-
lin de moudre du bouillon
et des harengs. En un clin
d'ceil, tous les ustensiles de la
maison d6bord6rent de bouil-
lon, tandis que les iharengs
lumu 6s selevaient jItu(:LI'aLi
platond.
9 Le moulin tournail sans
cesse. Cela tourna )bienltt en
inondation qui gagna la cour,
ia route, les chainims du )n-
Shomnme. Sulppli( d'intervenir,
le trere pauvre consentit a
pardonneret arrter l a pro.
K' (duction du ioulin (lui lu i tfl
) rendun.
Une grosse some en or,
)r o d u i e par le inonlin,
'ayant enrichi, il vivait en
paix avec sa compiagne, lors-
qu'ini jour I capit)tline d'un
navire vint le trouver.
Tout le monde parle de
votre moulin, lui dit-il. Pour-
rait-il produire tdu sel ai vo-
lontle?
--Certainement I
Alors je vous l'achrte I
Point du tout. Je garde
mou moulin. II est a moi.
--- C'est boni Jc reviendrai
En eflet durant la nuit, il
vint avec ses hommes et s'em-
para du moulin don't le pro-
)rie6taire,menace de mort, dut
ivrer le secret. Et d6s qu'il
l tut install surle pont du na-
vire, le capitaine or01 onna:
.-- Moulin, mootds ldu sell
E Et le moulin tourna. Le sel
emplit la cale. 11 s'entama
sur le point. En vain le capi-
taine crinit : Arrete aridte,
moulin! Le moulin tournait
toujoturs: car. le capitaine
avaitl oubli Il lornmule nmi.gi-
que.
Trop chiar,6 de sel, le na-
vire coula. L quipage se no-
ya; *mais le moulin tournait
toujouis et produisait du sel.
II lourne encore, sans arret (t
voilM I)ourquoi, dit la legend,(
I'eau de mer est salve.
Et c'est cela que conta, un
soirde Noel, il v a vingt ans,
Snotre viedlle et fmn0e mere.


PAR sa Situation exception-

nelle ea plein centre com-
mercial et les commodites. qu'on

y trouve,



Le Grand Iotiel de







est le Rendez.-Vous qui s'offre A

tous ceux, Voyageurs, Touris-

tes, Hommes d'affaines qui lo-

gent en Hotel.

Les VINS de France les plus exquis,

c'est au Grand HOtel de France que

vous les trouverez.

Si vous avez un Grand Banquet '
ojfrir a un anti, a lin hole distingute,

offrez-le au


liraHd lotel de Francet


VINS CAPITEUX
LIQUEURISEXQUISES
Cuisine de e1" choix. Restaurant de
Icr ordre Biere 'a la pression.


Pickpo4
Funedesderniires
titlions gein('riles d'uae
de i,'ce, l'undes plus l
et des plus inondains
les s6nateurs franrais futo
lagO, ,par un h"bd
ket, d'une chAine en or
Ini avait jadis oflerle
deck-Rousseai.
Sce propos,.- t poisqu'
vient de rclebrerlecentenair
de Francisque Sarcey,- rp.
pelonis que l'ililu*ftecritiqut
tlt victime d'ie latortunei
analogue: U1t b ectiawM
anonynle lui subtilisa
muonhre, au course d'uner6
tilion g6nerale du Vaudevi
Le lendemain, l'Onclt
vil une lellre charmnte
publ)lirenl leI s journaux
dans I aq ( e I e il l4ju
( l'hunnle gentlemaguuisI
tail frompe de mnont' i
bien vouloir la lui rapp
car c'61elail un (adeau que
avail tail LE(idmond About.L
terminani, Saicey prome
une belle recomnpense. ',
)eux jouis apres, Ie c
que recul une leltre sigos4
a Un voleur letr6), par--
quelle I'aniateur de chrom
metres d6clarait qu'M aauit'
certainernent rendu b do'
tre Ai son veritable rpr'rop
taire, si celui-ci n'ava t co
mis 1 imprudence de luai
prendre qu'il s'agissait d'u
piece histoiiclue...
La Jeunesse de o 1S
Comme il eait A l'a
de sa gloiie littiraire, in
Zola reput nn jour la visii
d un n journalist ambricats
qui lui pofa celie indiscr6t
question:
Quel est, maitre, virW
plus cruel souvenir?
Apres s'6tre recueilli qil
ques instants, le grand m
mancier d clara:
'est d'avoireut aim,p1J
tois, dans ma jeunesse; mar
je n'ai jamais taut so
qu' a Iaube...Je mie levai p
de courage a i la ren"-o
du soleiIl come dit le po#6
tr. Apr (ideux heures de Itrs
~vaii, *dais sourn.isement
sailli par unefaim que(e
pouvais satislaire... J'uai
subir plus tard, les outra
des bommes et de la
9e6... Mais icI n'ai jamais d
souffert que 'c venire cre
aux matins laborieux de
JeuneueL. L


:j!


V *


A-


~a~Ci~l


Pool


~Cif~!C~r~Gn


~ah~17n%


I-


nB


PRIAEC


HOTEL


a


-I








LE MATIN 21 Dcemhre 1l97


iRW BROUARD 1709, Grand'Rue 1709 Port-au-Prince




La' Maison a to,ujours en stock:


rthri-se qjection Raquin,Sanital Monal,Fructines,Vichy, Gouttes LivoniennCs, |


capsules Eumiptioe Ieprince, Cachets de Tricalcine pure, Uraseptine Roqier,

'steas Magaine, $Slution Pautauberge, Siropet Vin d'Hemoglobinec Bvia,
Ap


',ACE-


AU


. Emulsion Lecitinee Byla. Elixir Neu-

S lrotrophol Byla, AmOoules Insuliine

Byla,Amine-sel G.M., Amine-sel P.1M.

Lecilhine Granule, Phosofor' sim-

SNtp Ie el arsenic, Sirop & Vin i\oii'ry,

Vichylaxr, Ovomalline, Lames pouri


I A II L I


L rsa.J- 7 razoir Gillette, Chemises blanches el

,o l t la -,. (e couleur pour honimnes,Cartoiuclhes


OP'6T: AUX ARMES DE FARPI
POI:T AU PRINCE


de chasse,


Chaussures Hattal pour


dames, Moustiquaires,


Assortiment


de jolies cravates, Articles pour ecoliers, etc, etc.


Lour bravoure
Petit seenarie t Iles homes ne
jeO rent pas le beau rle61

II y a quelque temps, se d6-
roula dans un train Irancais
un petit scenario q u i 6difie
sur la bravoure masculine.
Un tigre, 6chappe de la cage
qui servait a le transporter
par chemin de ter, bondit
dans le wagon restaurant.
Evidemment, i1 est desagr6a-
ble, quand on mange un beau
filet, d'avoir ila perspective
d'dlre digastq soi-mnme tout
vil.Ce ful,sans dote.l'avis des
hom.mes qui s'entuirent a lou.
lesjambes sans se soucier de
leurs compagnes.
Certainei.eit celles-ci du-
rent Oprouver. aprbs que le
dompleur eut capture le tauve
et aue I'emoi se t1t calnim.
quelque disillusion s u r la
confiankehA placer dans le cou
rate da leumetO ptecteurs.
t. .avee -quFe mnlancolie
qLier plusi-adnr d'autres ne
eomrprlemlrqt point, elles di.
root:
Oui, fl maria, est un
brav hoMr ,1 Ut nie ferait pas
de nl A uM, pgre.



SDertiie rtda. s un sa-
lon lli Ia'ais-n"oi de
hluenu
^yde *,obaItears cee.
Mab kiA ictossini,
.Tw ilG fo,;Ye' di..
Us tlre rap(ptla Auber,
Ambrlite ThOmas...
,-- A! oni mais ceux-la
dont vous citgz les n o m s
talent bjenIais our vivre
wisps, pi sqi ilUs4 i-ti


au ... Conservaloire, co n c I u t genre.
I'un d'entre nous qui est mui- La chose a eu lieu en Autli-
sicien et qui a de I esprit. che et c'est Madame Olga l "udd-
Mais, A ce compte-I, ne vi- Zeynek qui a 616 lue prfsiden-
vra point vieux qui voudra. te de la Chambre Haute. hlle
vait pu possession de ses foncliopis
- e 2 dcernbre. Remarquez que,
-- ... . I dans ce Pays, les femmes n'onl
Spetis ennges qui trouent le droit de suffrage que depuis
(oujours des dupes I 10 ans. Cependant une lenime
Ce sont les racontars de la au S"nat, cela souleve, commie
cail omancienne, commune d'ailleurs parlout ou sont les 1cme
ment appelee,chez nous,tire- me une petite Co
se de cares. Elle assure aux ment doit-on appeler une m-
eunes filles ea I'as de me a partenanf A celle Assem-
n es que par ble. oit-on dire : Madame la
cceur ou le roi (le trefle, elles Snateure ou quoi ?..- Mais Va,
connaltront leurs chances tie c'est aflaire A ces messieurs en
marriage, I'Age de leur fiance, habit vert de la Coupole.Et puis-
la couleur de ses cheveux, que, prdcis(-nmnt, its sont, ces
elles sauront si elles seront jours-ci, reviser leur Diction-
heureuses en manage. naire,ils s'occuperont, sans dou-
Elles savent bien. au londl., le, de la question.


(que lout cela nest point wai,
mais elles y crolent quandls
edme. El le nm6tier de la car
'omancienne la nourrit, par-
lois fort grassement.
Cepen ant que voulez-vo is.
partois a d6faut du bonheu.,
il faut hien se contender de la
promesse d'dtre hearcux. E",
ma loi, c'est dej& bien quel-'
que chose.

Madame
la Pr6*idsnte...
Dciidminenl jusqu'o6 irjnt--
elles ? Etles metlent aujourd'hui
leurs mignons. pieds dans tous
nos soulers, comme on dit.
Ainsi, au d6but du mois, une
temme a 6 A I61ue.pr6sidente d'un
Sinat. On dit bien qu'il n'y a
rien de nouveau sous le solely ;
mais cependant nous croyons,
sauf erreur, que, dans IlHi.toire
universelle,c'est la premiere fois
qu'un representant du sexe f6-
minin- on ne peut plus dire
sexe faible- est appel iA diei-
Vr un Corps polihque de ce


,.,,
Pour et contre le Janx
-- --.- -
*Un des mnusiciens les plus sa-
vants et les plus difficiles de I'Al-
lemagne, Krenck, vient de passer
avec tout son hagage dans le
camp du j izz. II vient de com-
poser un drame d'amour qui se
passe dans un dancing. JOHNNIE.
II y a une scene oil Ion danse
au son d'un jazz endiabl et'le
sacc"s eat foudroyant, universal.
Mais un grand mddecin ton-
donnien, le Dr Hen'7 Coward
prddit A I'Angleterre be bort-de
I'Egyple et de Babylone, si elle
continue A sacrifler au d6mon
jazz et A son imbecillild caCo-
phonique ~). landis que I'indus-
trie. les hautes speculations et
la spiritualit6 sont en pleine d6e
cadence.
a Le jazz, s'6crie- Ie hon doc-
teur e lfr, i r.nv nant le
passe dans notre inconscient,
par ses danses irnmodesies, nous
ravale au rang des sauvages el
diminue le prestige dO notre
race ).
Du musicien allemand ou du


m6decin anglais qui a torl, qui
a raison ? Le mieux, je crois est
de s'en rapporter i son propre
jugement.
Fantaisle


Le cerveau


mieux conlorm's et les mtieux
dou6s.
M. de La Palisse n'aurail pas
dit autre chose et nous aturionis
devind a sans Gratiolet I
Pour ma part, si i'nvais clhoi-
sir, je choisirais entire les deux :
ni trop lourd, ni 'trop lger. UIn
cerveaud'une honnte moyenne.
car I'exc6s en tout est un (t'ladil.
Mais a la rigueur, je me con-


QUANTIT'I ET QU \LIf tenterais bien du cerveau de
,.. .., ., France, mnimne s'1l y manquail
Donc, Anatole France avail France, an
11 | ua I 1/e 11VrI.
nimons de cervelle que le corn- '
nun des homnmes: 1,017 gram-
ines au lieu de 1.360. II est ce- Le miracle du vin
Sendant diflicile de croire que La fire gastr)oili(Juc (ul se
inteligence iec l illusitree -tin dernieremne a l)ilon a pro
vain ailat si fort au-dessous de duit ce miracle: le maire decelle
la normal. II vaudrait mieux v lle rlunit, A Ioccasion du 11
Squ l ds dun cer- novembre plusiurs ses col-
veaux mort enseigne mial sur la 6,guesdesvilles ois iesetaprs
faculty decomiprendre du mneme des discourse emus, on vit le
cervau vivant. On peut mime maire de Dijon et le maire (de
aller plus loin et supposed que Beaune se jeter dans les bras
la nmatiere cerebrale la plus ac- l'un de I'autre. Or, il y avail d ,s
live nest ni la plus volumineuse sieclesque les deux villes 6talenl
ni la plus pesante. divisdes par une rivalite qui al-
En some, le poids du cer- lait jusqu'A la hA.ine.
veau d'un home de grande) Piron, au XVIII sicle, s',tait
taille est generalemenit superieur amus6e attiser encore cette hos-
au poids de celui d'un home tilil6 par toute sorte de mots
de petite taill.. Or, si l'intelli- rosses. La celebritl de Beaume
gence tait proportionnelle A la tenait aulreloisA ses lainesqu'on
masse c6erbrale, if taudrait ecrivait lasnes et qu'on pronon-
qu'elle le It aussi A la masse de ;ait Idnes, la bourguignone.
lindividu el, alors, il y aurait Sur cetle consonance, Piron
plus d'intelligence chez les hom- fit tous les calembours imagina-
mnes grands que chez les petits bias. Un jour, au thAltre de la
homes. ville, comme des spectateurs se
Point n'est besoin d'6tre un plaigntaent de ne pas entendre,
spdcialiste pour penser que la II mit ses deux mains en cornet
quality de notre mati.re c6r6- a uourde sa boiche et cria:
brale doit iouer un role plusI Allons, allows, Idnes, ce
important dans I'dlaboration de n"ASI pourtant pas taule d'oreil-
nos id6es que sa quanlit. leI
Mais en quoi consist celte ,Charivari dans la salle. Cette
quality ? C'est ce que les savants lois, le po#(i ri oss, um'is la
ignorent. Lorsque lIund entire haineantre les llewx ilcssubsis-
eux, Gratiolet, ecrit : ( Au-des- n ta.
sus du poids, je place la forme | L'acco!ade du jour de Armnis-
et au-dessus de Ia forme, la puis- ice marque enlin la reconcilia-
sance intrins6que cest corn- tion definitive de la Capitale de
me s'il disadt que les cerveaux la Bourgogne, Dijon, avec la Ca -
les plus intelligent sont les I pitale du bourgogne, Beaume.


A

vC

If'
A


t*1












6,.
'(,
t',















V
ig


















I
,(,

?,A


?;A
&<*.
<,<.




g,
'kw.,w
,:


~_ ~_ C


Il~~sl~eb


ri *


-..Ndw


d -- I


..1^W^W^^W ,,v.W.^W ^.(s"( ,


I*








LE MATIN 24 D cembre 1927


asser


Une bonne iuil


deNOEL


~CA~I~


POUIR commeicer I' hn6e

1928 par un jour heu reux,


ALLEZ CHEZ



H yplolile Florville

(ir'and'Hnc



Qiii 0ous souhaile






D wl AI- ;


B L ANGERIE


Fond6e en 1921 et pourvue

d'une installation mo-

derne depuisS1924

Rue du Peuple, *
BORNEY S'-FLEUR, Prop idla ire


ette Boulangerie modle a

toujours done pleine

satisfaction a ses Clients.

Ausside parloul, les families,

lesboutiques sy approvision-

nent.


A floccqsion de la Noel & du Jour

de FAn, le propi ielaire de cet

Etablissement adresse a sa fiddle.

Clienteleses Vw~eir de Bonheur et de


ll a iden ii I thel,
A la iuit ide I.miles pour-
suivies par I'lecule americai
iic darchlologic Ide Jerusa-
mll, on croil (:te l'cmplace-'
miinti cxt t de IBethel, la ville
( 0c1)re de I'Ancicn testamentt
o(il Jacol) aurnit en sa lameuse
\isiont etil 'nuirait 6t c6rig6
le Veau d Or de Jeroboam, a
t I eniifin identifi e.
On crut pendan' longtemps
qtie cell localile se trouvait
I. doize mills an nord de Je-
i usalemn el ;i (iuclques miles
1 I'est de la roilc (qui va de
.14, usailcm ia Na i)lou.e.
La nouvelle I ecot verte ar-
ch'ologiqu(c pernicmtrait de
tenir c Ite lc hpotliose pour
exaclte.
()IO a d(coivcrlt sur ce m mne
emplacements ic ; poteriesjui-
ves el attires vestiges.


Hunour et auto
au Japon
Dans I s rues de Tokio, on
vient de poser miles grandcs alli-
ches. qui s'adressent aux auto-
mobiles.
Elles soil ainsi conqIues:
( Automobile. to es belle, tin
cs rapide, tu es p)jissante. N'.i
kIuse ini d(I ta beauty, ni de ta
iaplidilt', ni dc tai puissance.
a Song iti Ics fri-res inltrieurs
que sent l I lhiin, le cheval el
le pi6ton.
( Le chien a peur des pneus,
qui peuvent I'ec aser. laisse un


space sullisant pour qu'il passe.
( Le cheval redoutc ts explo-
sions, la tlume el tes niauvaises
odeurs; 6vite tie lui jeter tout
cela en plein nez.
Le pi6ton est 6videmment cc-
lui qui compile le mioins pour
loi. Tout de mnime, aie pili6 de
hli. 11 sera peut-6tre dlemain au-
tomiobiliste.))
V __________._


Une mayonnaise
de 2400 ceufs
*---ii m m .--
Au course du banquet offers,
aux Invalides, A I'American 1.6-
gion, lors du p lerinage des L6-
gionnaires en Flrance, entire aun-
tres piats, il tut servi une ma-
yonnaise aux 4200 convives qui
prenaient part A ce bmiquel.
11 a fall pour la preparalioni
de celte mayonnaise, 300 litres
d'hiilt', 125 litres de vinaigre et
21)00 ce ls.
Celte mayonnaise detail ac-
compaigner 1.03 saumons dIbi-
tks en branches roses appalis-
santes et couches sur un lit de
persil.
Serions-nous re v enus aux
temps de Gargantua ?


()T i N I AL H(LL'uL. Tof
* '.I,, ,.,l 1 "
PENDULES h R'-VEILS
a-nb u ."..& .""%(
Cii^,. f".i


Jeanne D'Arc A 1'6cran
La Soci6t des films histo-
riques qui r6alise la Passion
de Jeanne d'Arc ) a rcenmment
invited la press assisler r AuNne
des derni6res prises de vue de
ce grand film, plac6 sous la
direction d'un metteur en scene
danois, mais tournA entierement
en France, avec le concourse
d'artistes francais.
Le film, qui serait donn6 au
d6but de I'an prochliin, est, pa-
ralt-il, d'un realism impression-
nant. Dans de vastes plaines,
des murs cren.- les, des tours
dreisent la silh )uetle de leur
masse archaTqu'. Des groups
de gens d'armes piscent lance
haule, arbal6te A l'6paute, revl-
tus de lourdes armures, coiff6s
de casques panache. Plus loin.
escaladant un c6leau, serls et
manants se hAMent vers la f6te
prochaiue lou triomphent le
monlreur d'ours, le danseur sur
corde, le jongleur de couteaux.
Et puis, 11 y a les scenes du
grand drame que fut le proc6s
de la Pucelle. Ft tout cela est
merveilleux, dissent les journa-
listes. C'est un magniflque retour
vers les splendeurs et les grands
episodes du passe.


Ceverijs Descenle de Croix etait cot6e,
plus de 800.000 francs. Les por-
La Gloire et la Fortune trails de Von Dyck valaient de
100 i 25WM) Irancs. Et savez-vous
On ne sail ce que lui pave a que I mierveillicuse Ilonde de
Botticelli, celebire peintXre Hflo. uii ne rapporta ai Rembrandt
rentin, ce portrait qui ab 0 der-. que 7500 lrancs.
nierement, acheIt p l us de 5 Et, tout songeur, je conclus
millions par un amateur espa- qu'i moi aussi la gloire et Ia tor-
gnol,; mais i! est plus que pro- tune pourront venir, mais ce se-
bible que ce lut un prix assez ra lorsque... je ne serai plus.
mince, attend que I'on salt in-
duiltablement que les tableaux- -
du miltre ialieii ne I'enriclii-
rentl gu&re. On assure que Bo-
ticelli conuut la iniscre, et iue,
sans les secours de Laurent le
Magnifique, il serait mort de
A la v6rilt, on vit rarement la
gencrosilt des amateurs s'exer-
c-r en inveur des peintrt- svi-
van's. II en est des artistes coin-
me des inventeurs :on ne leur
ie id justice qu'apr6s leur moral.
El souvenl m6me, bien long-
lemps aprds. llaphaOl, en pleine -
renoin.ne, obtenait 5000 francs, _g p nm B
pas plus, pour un de ses beaux itio .- at 4uS
tableaux qui fut revtndu quel- ft,,a,, nt adU I ao60
que Irois si'ties plus Lard, plus din suternes. S
de 2 millions. rhumes despAt aso dwat$ e
Li Chapelle Sixtine rapport Au pmremWer Iin die ow *d
ai Michel-Ange 280.1103 it ncs el or on to t'et e Orso
il y pass quatre ann6es de sa et ia poitri na rUen a wr ,
vie. E., aujourd'hui, si les I- frietioannesulement.
Vicka agit do deux fas --q ndo"
meuses fresques taient A ven- sont direete Absorb6 comMau s W
(dre il y aurait-il d'assez rice ment et inhal, sona forms do 'sVar".
pour les payer. Tout f or des da toun terapidM sl o ar polt rh m
Etats Unis, par example, v suf- a
lirait-il ? I C |
Les prix de Rubens n'ont la- V IJ:0US
nais d6pass6 14000 francs. En plus de oi millions do Po
1912, sij'ai bonne mnmoire, la on 0a1e. amsuell ment


iun a m


Pou


/
I
N










? '.

0,






U


I


IM
'P.
0
0











(~ii
0

I


U


lils~J~4~B~e~iBlk~D~I


'~~P~JEIIP~~


A"f **> w^"jsY-s^^^nf*







LE MATIN 24 Decembre 1127










II la







MAISON MEfRITANT REELLEMENT SON TITRE

306, Angle des Rues 'Dantehs Destouches & Grand'Rue.


SBoulan erie



Pains viennois el aux Raisiits


INSTALLATION DE PREMIER ORDRE

COMPTOIRS DIVERS de: Liqueurs, Vins fins, Vins de Table,

CONFISE RIE et PATISSERIE EPICERIE et JOUETS.


Pour vos emplettes de Noel et du ler Janvier avant d'allcr aillcurs|

VENEZ v AU BON MARCH Phone : 2732.



La plus vieille~glise gure avec du savon, mais pis- La mort des taiganes orthographe du nom
e( le plu haul eclcher ser du cold cream sur la peau / de Shakespeare
u' .- Mettre chaque matin un -
Ce soir, A minuit, touts les nrceau de glace dans sa ser- Un e corporation terrible- lanut-il ecir Shlkcspecare?
cloches de routes les 6glises du v,.te de toilette et bien se frot- ment malhcureuse, c'est cclle (.l s (iicux t;vil
n monde vont s'6branler dans le ter le cou et le visage avec. des tziganes. Pendant de Ion e c .s .:i :
Slus loyeux carillon; car c'est ,Ne pas mangerbeaucoup de gues ann6es, clie a ra onne is l~e ,,,iui ,s orthi'a i-
No*l et de leur plus belle voix pain etmanger moinsdebeurre. travers le monde, dans les 1 c 'ariaios ,llOgli- r
; de bronze, elles chanteront cette a Consommer trts peu de sucre. capitals les plus lointaines, e cs los lcs lIs c ei c-
nuit de glorieuse redemption. et comptl parmi ses membrcs lIres dl temips p|rssC. (it (1ra l.
Mais quelle est la plus vieille Manger moms; les neuf di- devlriae lillustrc rI ;il os," I" a it' p.
6glise et quel est le plus haut xiemes des gens mangent trop. de vritables illuslraions. p Sks Le
| clocher du Monde? t'
ISi vous pose celle question, aSe laver soigneusement la rivet peu e n Ame nuscrits ont lourn vingl slt
beaucou vous r ondron que tte une fos par mos. rique come dans la lupart Ta1nidres employees p o u r ,
d estd loche ffet, 125 a Etre toujoursbien dispose., des pays europ~ens, s Izi- ecrire cc nom. Les vSoici:
pieds de haut. e n'est pas ba- ganes ont di battre en retrai- a Chaksper, Shiaxpur. Shax-
nal, certes; mais, il y a mieux te. Ne dit-on pasque Rigo, le per, Skhaksper, Shakesper, .
et c'est en Allemagne encore CommenI hons avens tol le temps c6lbre tzigane de lex.prin- Shakespeyr, Shags pere, Sax-
q'on rencontre la plus vieille I to cesse de f himay, est mort de pere, Shaxpere, Slaxlpeare, ,
,iseeet le plus haul clocher. sur ere chagrin pour s'etre vu pr6fe- Shaxper, Shaxspere, Shaxes-


L'eglise d'Ulm a 550ansd'exis rer un soir par la clientele pere, Shaxspear. .Shakspere,
tence et son clocher a 129 pies C'es un d'nn restaurant new-yorkais Sc h a x s;p e a r, Shakspeere,
de hauteur. C'est elle done qui .Cest ce quunostatisticaienn- ui vulgaire joueur de banjo ? Shackspeare, Schackespeare,
- bat les deux records, glain, M. Everett a eu la patien- ShackespereShackspeyeSha-
.bat ce de calculer. Ainsi retouls, les tziga s ksper,Shakespere,Shakyspere
-- D'apr-s lani, quelqu'un, qua a se retrouverent en longri Shakespire, Shakespaire, Sha-
Ltesrsel Printemps v6u p70 ans, a amsi passe son leur patrie d'origine. IU, I kespear, Sha -espeare)).
ov jazz-band dtait encore ignore \ L'auteurde eMacbethi prd-
Lo s"creots de V6nus 24 ans 9 mois1/2 dans le som- et its purent espdrer des jours \ trait aShakspere. On a plu-
meil; 11 ans 8 mois au travail; paisibles. Mais leur bonheur sieurs autographes q u i en
11 ans 8 mois en recreation; 5 fut de court dure et la Hon. eont qot o.
L'actrice amricaine Fannie ans 10 mois pour I'alimenta- grie,-comme tout le reste du on oi.
te anicae Fannie .. .tion; 5 es 10 mois on voyages
Ward, qui est Ag6e de 60 ans et cmo; tins m en vo s monde, sacrife aujourd'hui
enparaft 26, a expose au Coli- epou o toi .; 1. an5 .oimo trntiquement au dieu nou-
eum.els raisons de cette 6ter- epn laresse; I an 5 mois 1/2 ea i.
nelle eunesse. en paresse; 1 an 5 mois 1/2 en
A divers; 1 an 5 mois 1/2 en ba-
elex dnapo fort spiritnel, vardages; 1 an 3 mois 1/2 en Constituds, en syndicate, les .:
ona queques recettes, rflexion; I an 5 mois 2 en tziganes hongrois reclament
grAce aU nuelles une femme d-0' b d
peut resterr e b eor temps perdu. Expulsion du jazz-band et, ( ,
tante toutesavie: On remarquera danscettecu- come, tout de mdme, ils re-
aBoire deux verres d'eau par rieuse statistique que c'est A la presentent dans leur pays une
jour. reflexion que le moins de temps certain force dlectorale, le
SNe pas se ddbarbouiller la fi- a t accord. gouvernement r6fl6chit.
aJ^ F






LE MATIN 24 Dcenmbre 1927


~B~s~~~,niE~B~~d*1


BBAAI c 0 IOT


**i


110, RUE des CESARS


IIa conquis de haute tlule
sa vieille reputation.


Ses


nombnreuises ET(OILES en


II apporle A ceux qui en goutent


saions!.o s !..
P1 IIiscaintons!..
C( ST NO1EL
L...,'qui se croit un honinic
polilique hors line et qui aflecte
d' ifei rire inmais, disait, unei
lois, cI'ui Ilon (ld laign ulix.
.\uj()ir(l'liui, qutie toult est
inildustric, il y a taics iiC i liTir is
(lcsprit coinine i! I a des mar-
chanti(ls Ide drop.
Vous iii .cs p.is (ln1is le
co, ln.IT'fc ? '.' lui lt'1ilitl: u111 ll i'
s 's a mll itcur .
.\lux dc(Irli ics Assiscs, ,)pI rs
(1U1n1l 'mllmn) ci'It l ) prl Surmentl,
Mv II... (uil litw nl ;i ltpronv r (u1'il
esl iln ( iildilt, sc se pc ialt (It
CllnidSdialions sur ;la valour (des
scrliiit.ls.
-Le sernil ii l, dli'.il le clthe
M e, ,sl \ issi Viciix li I 'i .tlla-
ilii!. Amii.s( d:1iis Ic |,i!-:idis ler-
rcslire, '.\c p]r ia scfi llnit de
lid bl l r ', .\,! l l.
1l C lI' t, r ,l|)o idp il qt(I l--
( li'uii. t 'est. l i; I cc ( it on l i a1) el)
I wrillciill iiI ju de pde munIn


I S t pS- i.
1-nl CUS It wp.s-( i


que'l(u'I( ll )


Sante,


Bonheur,


Conurage


et conserve leur belle Jeunesse.



[0I'sl il IlIlFl de Jonvet e,
Pour er co e ilcn ii Con vient la NOEL
el e Jour de I'AN, rien ne vaul


tine boutleille de


D1 _in


tonu loi


toujours une affaire superbe &
vous proposer.
Ainsi, avant-hier, un honn6te
courtier alia trouver M. Henri
Gardere, le sympathique Fa-
bricant du d6licieux Rhum
Barbancourt et, sans pr6am
bule, lui dit:
J'ai une aflaire superb i
vous proposer, la souscriptioaiA
des actions d'une Associalihl
d'automobiles.
Ah I mv foi, non, fit OGr-
dare souriant, avec les
mon cher, voyez-vous, onn'ei
jamais s .r davoir effectat It
dernier versement. Tandis qu'ta-
vec le << Barbancourt ,, ca s
laisse 6terneHement verser.
.
ENTENDU AU TRIBUNAL
On reproche A Me M... de ne
pas savoir son francais.
- Mais, r6plique l'avocat, avec
logique, Cic6ron, qui n tait pas
un orateur m6prisable, ne le
savait pas plus que moi I
FIANCE RECALCITRANT
- Comment, c'est maintenant
que vous venez chanter midi A
quatorze heures et me dire qui.
vous ne pouvez pas vous ma-
rier ?... Quand les bans sont pu-
blids ?...
- Les bans? Eh bien, faites
comme moi.
Qu'est-ce que vous faites ?
Je m'asseois dessus !
VOIR SUITS A LA 'PAGE de SAEIH


Oui souhaile a ses CLIENTS:


BO/VNEANNEE


POUR


1928


,1


vo,
B



I
TC)-

(M

^im


I|1


_ -- -- --


- ----- ------ I


0 mr h I


__~_ ___ ~_~_


---------i-


lRlI








SLE MATIN--24 Dtcernhre o9'7
>-- f-- III----- I^~--- II II II II


REPRISENTANT DE MANUFACTURES


PORT-AU-PRINCE


T616ph(


A [occasion de l'An nouveau souhaite a ses client




Bonheur etl, Prosperile



et leur rappelle qu'il a toujours a leur disposition un choir


frequenimeni renouvele d'Echantillons de Ious article


ADRESSEZ-VOUS a LA MAISON GADEL ET VOUS N'AU


L'EMBARRAS DU CHOIX.


/" o* *. t Les Balailles de la Vie... lance, car on 6crit de plus en
UriOSIte POUR NOINS SOUFFBIR plus mal. La calligraphic a, de-
I, puis longtemps, presque cess6
(( a Le jeune homme que vous d'exister.
cl e astronomy que de aimez, mademoiselle, et qui, lui I
aussi, rtendait vous mner, --- .
cathdra ede Strasbourg es[vet a 'i a l'er de d Loain
,, reevient 'abr ger I'heure des
n. erveille. adieux et s'est excus6 sous pr6- La nouvelle biblioth6-
Le jour o i 'horloge apparut, texte d'un rendez-vous d'affaires quo de Louvain
avec tous ses rouages en mou- ou. d'autre chosen
vement, Strasbourg futen fe. Et, triste, vous vous demanded On sait que pendant la guerre
Toutefois, une pens6e troublait et vous demanded ce qu'il vous de 1914, la c61lbre bibliotheque
a joie du Conseil de la cit. 11I taut penser de cette attitude. de Louvain fut d6truile.
redoutait que le mattre, auteur Vous n'avez que I'embarras Ds la conclusion de la paix,.
de ce chef-d'ceuvre, ne voulkt du choix. Vous pouvez vousd ire le Gouvernement belge entreprit
r6aliserailleurs une aeuvre sem- que cc june home vous ai- de r6tablir la bibliolheque.
blable, voire plus belle et plus mai fort peu et que vore ab- I Elle a d.Aj requ plus de 700. .
merveilleuse encore. e sence ne change en rien ni 'or- 000 volumes: 300.04K) ouvrages,
Pour eviter une telle humi- dre de sa vie tranquille nile sans computer les doubles, pro-
liation el mettre rartiste dans course serein de son 6golsme. viennent de la g6n6rosit6 de di-
l'impossibilt6M de rMaliser un tel Mais, aussi, vous pouvez vous vers pays notamment de la Fran-
projet, it fit crever les yeux du dire que les homes sont sou- ce; 350.000 ont 61. envoys par
celebre horloger... vent trks maladroits devant une les Allemands qui ont, en outre,
Ce recit n'est qu'une 16gende grande mo ion, qu'ils se remplac6 les manuscri's brul6es
racont6e dans un livre paru A croient tr6s forts en essayant de par dautres d'egale valeur.
Saint-Gall, en 1858, sousce litre: la cacher... et que leur mala- Parmi les derniers envois, on
Ugende d'Alsace. Mais il est cu- dresse meme est fllatteuse pour signals de pr6cieux manuscrits
rieux de noter qu'en beaucoup vous. japonais du IX, siecle, venus de
d'endroits ou s'il6ve un monu- Et, savez-vous, mademoiselle, Tokio et un legs remarquable
ment merveilleux, la l6gende qu'en fin de compete, c'est cette lait par une riche Americaine et
raconteque larchitecte a 6ti tue lAche version qu il vaut mieux consistent en un ensemble ad
ou a eu les yeux crev6s. A Mos- -choisir mirable d'objets. de manuscripts,
cou, par example, on pretend _ .l delivres, de tableaux, de mon-
que I'architecte italien qui 61eva naies, etc.. trailant de la Mort
la cath6drale Vassili Blajennoe, Uning6ni.uznoyen ou en comportant la rcpr"senta-
eut les yeux arrachs par ordre d' apprenadre lire t lion.
d'Ivan le Terrible. 6orire aux illettr6 .
... "l Tandis que partout, dans le aL prochaine guerre
.. monde, pedagogues et instilu-


v r lUOVn uvso e T* '*"' teurs recnercnent nevreusement II y a u eueiltems, lius cit
de VELASQUEZ les moyens les plus rapides A ap- sions qu un des orateurs de la
Sprendre A lire et A 6crire aux il- reunion de Ia (SociMte des Is-
II k 616 d6cotuvert, derni6re- lettr6s et aux entants, on a trou- raelites britanniques o avait prd-
ment, dans le couventde Sainte- v6, en Angleeterre, un moyen dit qu'une grande guerre mon-
Elihatbth, A Tolbde, un nouveau trts ing6nieux et tr6s pratique diale iclaterait le 28 mai 1928 et
tabla1m de Velasqaez. d'atteindre ce r6sultat. Iflconsis- continueraitjusqu'au 16 septem-
Ce chef-d'oeovre, sagn6 et dat6 te A apprendre aux entants I'al- bre 1936.
de 1620, repr6sente sons habitt phabet sur les claviers des ma- Ce proph6te de malheur, e i
tranciscain, Sor Jeromina de la chines A ecrire. Point de livres, Iloccurrence, M. Basil Stewart,
Fuenta q& toidaf a & Manfle, te point de cahiers, point de ta- base sa prddictionsinislresurle
premier o'uvent des religieuses. bleaux noirs, point d'ardoises. symbolisme de la Grande Pyra-
conceptionnistes. L'entant ou 'illettrW ne tarde mide, combine avec les pr6vi-
Tbus les journaux ont public pas A reconnaltre minuscules, sions proph6tiques de la Bible.
des reproductions de cette e majuscules et chiffres, et, d6s II assure que la guerre sera ac-
vre matgistrale. Ceitl "ne con- qu'il sait lire, il sait mdcanique- compagnee de convulit ,. s. _us
ception Wis.anIti~ 'ltharmo- meant 6crire. 11 na q(u'A trapper pr6ucdents de la nature, -wda-
nieU, dao ,btr, .zia. n cro- sur les touched. Lions et tremblements de terre.
Yait o'u dta listed de 'icino- Cependdant si cette thiorie est L'Angleterre, dit il, et d'au
grahib ,,s .' g #n6ralisee et mise partout s6 tres nations qui soni Ic le ort
Mois qleI-ui des clott r aicusemeft en pratiqtue, c'est la ,'IsrPal sortiront victorieuses
espa gnols n'abritei d ointren- fin de l' c r it u r e manuscrite; de la guerre; mais la tRussie se
coredepagnols ches-d'ab uvreit inot mis les ex perts dclarent que ira entitlement ddtruite.,
Qui sai t. 'o cela n'a pas eaucoup d'impor- Attendons pour voir.


Merle blanc

Une jeune fille me demandtitl,.
bier soir, ce que je pensais d'u-
ne lettre d' amour crite la in i
chine. Quant ai elle, cela ne lI
charnait gu6re, elle prel'*rait la
bonne et simple 6criture de la
main of I'on pouvail lire, conm-
me un suave parfuinI, la pens6e
de l'anne.
(, Mademoiselle, lai dis-je, il
laut penser (u'il vault inieUx re-
cevoir une !eitre d'amour ecrite
A la machine que de ne pis en
recevoir du tout.Les jeunes gens
d'aujourd'hui, voyez.vous, ap-
partiennent A un sicle press et
il est nature qu'ils se servent
des moyens les plus rapids.
Dans une lettre d'amour, voyez-
vous encore,ce nest ni le p pier
ni l'ecriture, ni la couleur d(IC
1'encre qui iinprwte, ma s la sin-
ccritl, la grace, la chaleur des
sentiments exprimes.
Et puisque vous avez troatv6
quelqu'un qui salt encore 6crire
une une lettre daamour, d6p&
chez-vous de mettre en cage ce
merle blanc ?
Vodil ce que je r6pondis a la
curieuse petite demoiselle qui
m'interrageait en cette belle soi
r6e de 25 decembre.

T *


La mason

vide
A l'approche de la Noel et du
Jour de I'An., les mamans el les
papas se plaignent toujours.
-- Mon Dieu I Que ces enfants
sont insupportables I Pas une
minute de tranquillity I II taut
des jouels, il taut, A chaque mi-
nute, de I'argent pour des bon-
bons, des fantasies et ce sont
des supplications, des prieres,
des demands qui ne finissent
lamais.
Mais passes les 1etes ; et Jan-
vier, qui doit ramener le came
au toyer, est arrive. Et le silence
est revenue dans la mason.
Alors, chose curieuse, ces ma-
mans, ces papas qui se plai-
gnaient, I soupirent encore. Us


s'allrislent
(lhlaiss6.11s
ques au sot
belles et (
lie reviendh
longs mois.
Et d(lja il
q(ui les sep).
du .io (d(
s'ennuielt
nieint.


Bien
Aux Eltat
S)Cpropos d
O()n raconte
urine S cie61
Ire les ris(
I"lle payera
aux epoux
sc chargers
mlle, i)enda
tolS li's ra
venir...
(ctte so
Pour le sa
b)onner iA
siu 'ances cc
I'hlonneur..
ter aussi, q
Etals-Unis.
Quoi qu
pays. on s
Icurs, et en
vie.
Une grain
rances sur
jour, const
mouraient
entreprit;a
santes pro
nies. GrAce
tracts, elle
sesassures
ter de tomr
cevoir, san
firmieres v
pagnie.
La (amp
in fir m i6res
27 millions
res. La com
en propaga
millions d
prolongean
clients, et C
lions de do


.1*


I trop pour sa caisse
upres d eux de puis
)pagandes d'hygi6-
iA 400 millions de
fit coinmprendre a"
( u'ils devaient evi-
ber malades et re-
s rise mine, les in
isiteuses de la Com
agne rcus if. Les
on', en ,n*,, faith l
de visiles sanitai-
il)gnie a depens6 t.
inde d'nygine, 28
e dollars. MAais en
it la vie de ses
ie a gagn6 75 mail-
Allars 47; millions


lI'?


~Ql~';a~'~9~B~'n~s~Y~i~z30~


P.O. BOX 186


4ffs W. f A-m %


RE


- -- --- --


-- i -- ----


,111. __


I I I


61DB1


one: 2175
*s








Is
















JIREZ QUE
4
































devant le jouet bris6,
sonet oulm2175ol
uvenir de ces lotes,"
louces journdes qui
ront qu'atpros dotlze
s complent les iotur,
( *





















irent e" la No,:-I et




calclI6...
s-Unis, ou s'assu-e t
e tout et de rien.
meme qu texisle.
d'ass ianIices con-

Ant le mKoiage, le

eis de divorces hites,


uce soie tr ( as- (f
o ilrc les risques deoz


il en soil, da,,,s ce
assure plus qu all-et
Sparticulier sr la

nde socitu dassu-
c lavie, Lyan, un
tatl que ses clients
ii, Ib~yC~ldI~tj







asur I1U q'ai
particuler sur I
L'ICso*~ t d'as
Ia ie aan, n
at EZ que se let







LE MATIN 24 Decembre 1927


FAllI 0GLD NEKAL



SEventually Why Not No Envoient a I


WASHBURN CROSBY Company amis en Haiti I


g Le plus grand moulin du nonde bones ftes, e

4 Fabi cant de la fameuse farine 0 sincerement de


Snowdrop et Bon Pain durant l'a





IL. PREETZMANN-AGGERHOLI


Agents Generaux pour Hai



Sdedifl6rencel Unjoli b6n6fice, A Londres, M. Spring-Rice, et Les ( qualifs de la femme ;d'u
Shin ? qui dura huit heures,. l'6poque 1 C'OlC II y a quelque temps, on d- laa
111n d'autres pays, on a ten- ou Daniel O'Connor voulait a- couvrit, en France, une associa- lui
dance 4i blaguer ces sortes d'i- re passer un bill pour la ruptu- tion de volenrs parfaitement dE
initiatives. Eh bien, ces plai- re del'Irlandeavec le Royaume- Un astrologue allemand, Jo- bien organis6e. de
santcries so n t sans esprit. Uni. hanncs Vclohw, announce pour Ordre, prudence,loyaut6,telle pl
*;P Pour ma part, ian lieu d exer- - l'an prochain une veritable tait la devise de I'Association. for
cer sur cc sijet une ironieta- Au 7a ca n avalanche de revolutions, ca- Les vols 6taient savamment 'o
cile, je trouve qu'il serait plus A u V tastrophes et calam in its de combines, le partage du butin me
sage d admirer et de suivre Lepape recevait,ily a quel- toutes sorts, dues a l'ifluen- hode p oaisai sans querelle, avec
SI'exemple d'nne Cie d'Assu- nue temps, le peintre italien ce n6faste de I'6toile Uranus. piers compromettants tr6
rances sur la vie, qui pour Gallizzi, qui venait lui ofirir Mais il ajoute que, grace a dans les portefeuilles disparais- do
augmenterses dividends, a un exemplaire de luxe des l'influence heureuse de I'etoi- saient en fumbe, car le chantage t6(
su se hausser au r6le sup6- c Fianc6s ) de Manzoni, illus- le Jupiter, I'Allemagnc sortira r6pugnait A ces d6licats filous. tra
rieur, de compagnie d assu- tr6 par lui. Pie XI parcourut indemne de cette tourmente. En some, un ensemble ad-
Oe; rances coutre la miort I distraitement, mais courtoise- D'autre part, un savant an- mirable des plus rares qualit6s -
0C ment ie livre, complimentant glais declare avoir lu, sur la sociales, mises au service de r
le dessinateur. Mais soudain grande Pyramide,une inscrip- l'illgalit6 et du d6sordre..
le Souverain Pontite temoi tion suivant laquelle une nou- Or, le chef de l'Association
EIoq utnii gna, pour une gravure, d'un velle guerre europeenne ecla- tait... une le vie ordon-
S:,E l u Cle Ce vit int6ret: il venait de recon- tera le 28 mai 1928. Chrnmante Mas quellebelle vie ordon-
Sou nature, dans un tond de pay- perspective, cette orochaine me, intelligente femme si bien
a a d a sage, la cime du mont Rese- ( derniere guerre) idurera un douse ,
I cV dLudage one, qui s'eleve pres du lac peu plus de huit ansI M. 13a- Elle n'y a pas song, pr6f6rant ma
Gi---- tj de Come. On sait que le pape, sil Stewart veut lien prcciser A une belle vie tranquille, utile, an
fervent alpiniste, c o n n a i t que l'Angleterre remportera la vie des dangers etdu d r6
A l'Assemible national d'An- mieux qu'homme au monde, une ecrasante victoire sur ses shonneur. les
goNr. Musta pha Kemal a pro- les montagnes de la Haute ennemis. Lorsqu'une femme en t6te a pa
non tin scours qu a dur tai Etmaintenant la parole est sa foli...
plus de trente heures et don't la e e .e... 5 1
s peroraison, (lt-on, arracha des Pie XI, apres avoir consi- aux pl)rol)phtes francais d au- 5
larmes a ses auditeurs.Quoique der6 longuement 1 image, de- tries pays! L cu mr
,iS, ce discours nait pas t6 pronon manda au ((signor Gallizzi Lc____- ____ -iner de je
y^l ct en une scule fois, mais au pourqnoi il n'avait pas repr- Lindbergh
cours de six stances cons&cuti- sent la tameuse rencontre Plalder contre Aprcs le succei de sa tra- ga
yves, il semble bien qu'il consti- e n t r e le cardinal Frederico sol-mAme versee de l'Atlantique, Lind-
Stue un record. Borromeo et l Innomren. J grh a requ -cmme iI tal- va;
t Ce nest pas que, dans les an- Je n'ai pu imaginer cette dead T le divorce co re son 'y attendrance volumineus cors go
* nales parlementaires, les longs scene, dit le peintre, sexcu- manr. Cest, parait-il, ren a ma- Cele ci na volumineussdepuis
discours soient rares, mais au- sant. mari e p Celle ci n'a pas cesse depuis ne
,adiscoursot rares ma a l d' nb]ss1,0Psui son an mnchant monsieur; au son retouren Ambrique: aus- 'e
. l cun orateur navait, jusqua' pre Le pape commenca alors a contraire, dans les aflaires, c stobi e confier eas.l
Sent, attempt une telle dur~e.On lire a voix d'abord bass, puis un excellent avocat. Aussi, a-t-il d' obl[g de confer 5
Site, paroi ceux qui ont parl6 le de plus en plus haute et an- pouse outrage demanded cet le soin d ouvrir ses lettres et ,
S ? lCos umo qui, an Parlement de m6e, les pages c616bres, si bien 6poux de plaider pour" elle le d'y rdpl)ondre a un de ses amiso
a Colombie-Britanniqueresta A que, uand il se tut, 'artiste, divorce contre lui. Cas unique le c o m m a n d a n t Fitzhurgh
Sla tribune pendant dix-huit heu vivement e m .u, s'agenouilla et troublant : la conscience pro- Green, qui emploie a son tour As
res cons6cutives... et tomba en- aux pieds du Saint Pere et lui fessionnelle est une belle qua- des secr6taires. l1
suite paralys.Son but 6tait d'at profit d'ajouter son livre t, mais quand on la souet Lindbergh, en un mois seu- un
,. tindre iheure offlicielle de la une gravure cell que d6si. s'applle reecte dequalit element. a reu 3.500.000 let- q
cl6ture de la session sans laisser rait voir son auguste lecteur. I at 1eme e. dt tries. 14.00 paque s el 100.000 ?r


o ,temps do ~- a ,,ai ..L e ,uo-,,- tel6granmmes. Si on estime'
A A ses collgues le temps de vo- ---- ment de la personnialit6 de l'a- qhmme
ter une loi don't le r6sultat au- vocat ser cuo A ob v qu'un home entrain peut yei
erait t6 de detpouiller de nom.- Commnerce c eraitnreva rl cot r6pondre F 200 lettres par q
Sbreuxcoons. d'utgrap double et I'accabler d'un s6v6re .jour environ, il faut valuerr A mm
Au Parlement autrichien, vers Le roi George V racontait requisitoire... 70 le nombre des ann6es n6- M
1912. M.Kotlarsh parla pendant recemmnent qu'6tant prince de ui, mais l'avocat se rend-il cessairespour que chacundes
treize heures sans interruption. Galles(et 6tudiant), i r6clama comrntedesd6fauts del'homme? correspondents de l'aviateur Otr
Apr6s lui vient M. Summer, d6- des subsides a sa grand'mire Combien sommes-nous 6 cons- regoive sa r6ponse. a
put6 am6ricain, qui, A l'6poque Victoria, mais celle-ci se bor- tater r6ellement nos imperfec- Parmi ces lettres, une sur
de la guerre de SAcession, parla na adresser... des con. tions morales ? Et si l'homme, Vingt tait en vers. Pls
serndant omze dheures poubra seils ed6conomie. George V reprenant le dessus sur lavocat, 400 correspondents du nom et
et du ansas, qui ne voul ient endit la lettre a un amateur se met, en plein prtoire, ac- de Lindbergh ont revendiqu6 et
pas se rallier aux autres Elats d autogIrphes pour se procu peu flatteuses, que se p issera- une parent avec l'aviateur de A
esclavagistes du Sud. rer de I argent. La reine ap- t-il ? El bien, bons lecteurs, je qui iis so'licitaient, sous ce
Enfin, quoique ce discours prit la chose et, des lors, cha nen vais vous le dire : l'pouse pr6texte, des secours divers. lo
puisse parailre court en compa que fois qu'elle ccrivait a son gagnera A coup sur son procks, Des milliers de temmes lui rit
raison des precedents, on peut petit-fils, ellc envoyait un puisque son d6fenseur aura fait ont offer leur cceur. dea
aussi rappeler le (( specch )) que chambellan r e p r e n d r e la a preuve... vivante de ce qu'il Enfin, trois propositions lui te
fit la Chamnbre des Communes, lettre. avan-ait dans son r6quisitcire. ont 6tt soumises: il s'agissait le



PT -T-


eurs nombreux


Teurs souhails de

t les remercient,


leur patronage

mnnre 1927.





M &Co


ti.


in moyen pratique de taire
traverse de la terre A la
ne. Un autre correspondent
sirait 1'entretenir du moyen
communiquer avec Mars;
usieurs autres se faisaient
rt, avec son aide, de tirer de
r des protondeurs de la
er.
Lindbergh, qui a r6solu de
p)ndre A chacun,finira sans
ute par trouver que cette
ehe est plus ditficile que de
iverser I'Oc6an.


3laisantons I

rions I..
Use InO1
)ans une de nos dcoles pri-
aires, un jeune dlve de huit
s,6tait absolument rebelle aux
gles de l'arithmdtique. Le pr'j
seur, voulant lui fire saisir
calcul de addition, proc6da
r cet example :
- J'ai dans ma poche droite
billets de 2 gourdes ; et dans
a poche gauche 3,combien ai-
de billets ?
- Montrez-les moi, rdpond le
mm sans se d6concerter.
Le pauvre instituteur qui n'a-
it pas plus de billets de 2
urdes ou de 3 gourdes dans
s poches que moi je n'ai la un-
dans les miennes, ne put
rmpcher de cette nalvet6 de
ifant qui le plongeait dans un
reel embarras.
Auz Aasise
A une audience des derni6res
sises tenues au Tribunal de
re Instance de Port-au-Prince,
jure s'6tant endormi, 1'avocat
i plaidait le fit remarquer au
dsident.
- Pardon, monsieur le Do-
u, i'attendrai, pour continue,
e M. le jur6 ait Cess6 de dor-
r.
Mais le Doyen,un peu sv6re t
Mais lui, maltre,il attendpeot-
re, our se r6veiller,que vous
ez rlni de parler.
simpl remarque
A !'occasion des twtes de Noel
du Jour de I'An, tous les cafts
les restaurants font remettre
neuf leur devanture.
- A cette 6poque dc.r6veil-
ns, rcmarque un pasant spi-
uel en voyant la fratche fava-
des < Grands Vins de Bor-
aux )), ce sont les restaura-
irs qui out la situation aucia-
la plus en vue.


JA T,


I


__ ~------- --- __


"


I C ~I I_


c





LE MATIN 24 D6cembre 1027


TROUVE TOUTI
t" -, ;' ,


STROPOLmIT I/


Bue i)antes Destouches

el du Peuple


Vpartir du LUNDI 19 Dccmierc, nous

nettrons en vente lesart cles suivants:


ous arrives par le

e ce mois. .


S/I


ANCON du 4


Jouels pour Noel


lus de 600 articles (I' 'TnctIs de On 0.05 i Oin t30.00 loules Ies de(Icrnibics Nor:v. auln
dans les Jouels Mlca'i(ique 50 variblts-P i 'u ts die Ioeulcs series, plus I. 50 mo-
d6ies,- Joutls Ilbois et acier Wagns, Trouilpetles (Ie Iouis gvfiirIes
lnstlrniinnls(le nmusiquie-- Pianos .Jouiits en Cmcahoul c rl i n et alu i-
niuin 0: nemenlt d'arbre .Le NoO'l e Jeux (e lamps electriqiues.

Chocolats& Bonibons
m olat dhns de. lies hiojies de fanlaisio de I livre i 5 lives de Oit 1.2 ) i Oi 2,00
Ilvrc'-Ptjivsc boite d(IV chocolit '5 asso time.ats det bh ons i Oan 0.40 la live.

Cadeaux pour Noel & Fin d'Ainnee
6 tout de sole pour dumes, 16 coulcur s dillerentes- Ongliers Colliers de per!es
ipWleen Otui--Cocktail shakeren arge,:l- Service d':rgcnleri-Ceindriers de tous
--Statuettes en bronze -- Vases i fleurs de couleuLs JeuIx complete pour a
--- Tr-s jolis boitles de paper a lettres-Jeux de bureau pour dames Chani'e-
so couleurs-Lampes 6lectriques avec penduleltes-Grilles 61ectriciues -- Jeux
ne, brosse et mtroir--Serviettes davocat Bouteilles de Thermos Papier
F'roiments de tontes couleurs et 2.000 autres articles.


VINS


&


LIQUEURS


Champagne Pommery & Grcinno -rhamnpngne Lanson Nrec-Ilaut Suterne-San
lerue-Barsac Grave--Medoc St. Julieni-Vins d'Espa 'ne Oporlo .uy viejo Ma
d*re Jerez viejo--Malaga-Maloosa enedictip te C-Cracao tri ple sc Ani--
ette-Pippermint Get- -Chlrry randy Crrme de e Ien the Crme de cat ao Cr-c-
mfe e conac-C hiia Chilia - bricot 3randy--lt lotules sorts (de Whiisky, Gin, Co
gpac, "3 r, Rtiupn xxx boteille Op 0.70, Ginger Alt i )port( O(H 2,25 la douz.


EPICES de TOUTES SORTS
Coifltures trang.'res, G16e. Fromage de routes qualitls, 16 Qualil6s (I'Olives 23
Qualit6s de Pekles, Sardines Amieux, Champignon Anaieux, Choux de Bruxelles.
Biscuits de toutes sores, P&ches au jus. Poires au jus, Cerises au jus, Pommes an
uGs, Jambon Switt & Armour, PAte de foie Amieux
VOUS ETES uORDIALEMENT INVITES A \'ENIR VOIR
NOS JOUETS & CAIDEAUX


OUBLIEZ PAS QUE NO'.S AVONS PLUS DE 3000 ARTICLES EN
DE TOUTE FRAICHEUR.


Le Bazar


,TOi:K ET


Selropolitain


~4 ~


A, !ndre
1 Automobile Dodge Sedan
Special en bon 6tat,cinq poeus
en bonoIe condition.
Prix 650 dollars.
Pour les conditions .'adres-
ser au Colonel HIGGIN Gen-
darmerie Quarlier G0nb'al.
T16lephone 2760.
(kei sioen jitl,( 11t le
Un aulo Mexwelle (2 places'
en bon tlat,caout lionc.neuts,
d6eense.
Four 250 dollars
S'adresser : SociW6t d imnpor
station Gn.6rale
Angle rue Roux etrue Cuurbe
T'61ephone 2628.


Avis
Melle LUo AVON
Bois de Ch6ne
en lace des Securs
Announce i son aimable di
entale qu'elle vient de rece-
voir un grand choix de cha
peaux de crin,toutes nuances,
chapeaus garnis et chapeaux
pour fillettes fleurs argent et
or, Ai des prix tr6s mod&ers.


GONZELL WHITE
< Gonzelle White, la cdl6bre dtoile,
&dla principal vedette du=
^7 ^Big Jamboree Com-='
pany, une des plus
jolies actrices de la contr6e,; di
qu'elle doit sa jolie chevelure a
I usage r6gulier qu'elle tait de

LIEXELENTO
,,. QUININE POMMADE
Vous aussi vous pouvez avoir une
jolie chevelure en vous servant de
I'Exelento. Elle agit sur lee raoi,
nes des cheveux et le cuir ohevelu
re aprbs usage votre cheveIure eat
plus longue et jilis jolie qu*aupa.
ravanat,
Lep estkhtes recommandeat I'Ex
lentok' parce queiklo eft la vrai
poinmnade de qainie. Is por4coni-
sent aussi le savon Exelento Skit
qui conserve rraiche la peau en
enleve les boutons et les teaches,
.Nous sommes si s,'sdeces asser-
lions et que vous aurez entire
satisfaction avec ces products re
marquables si vous'vous en served
r6gulieremeut, qua nous vous on
verrons.gratis un echantillon d
chacun d'eux.Nous vous enverron-
ausvi une brochure derite par deh
spkcialistea ea chevelure et eo
teiut.."ous vous ferons des propo
sitions int6ressantes si vous voulez
suontrer et recommander nos pro
duits a vos imis.
EXELENTO, MEDICINE
COMPANY
ATLANT4, GEORGIA
Agents demands pour tous pays
Ecrivez pour renseignemeni.


Qael eri
Piraterie on haute mer! Doublons,pi6ces
de 8- mais par un Eversharp ou une plu-
me dans Ie butin, comment tout ce trdsor
aurait pu acheter fun ou l'autre par col
temps ternes de plumes d'oie ot de cornea
d'encre.
Avec sa beauty comparable Iaux joyauz,
avec la r6soluton de rendre cette beauty
durable, la p'ume Wahl et Eversharp soot
do v6ritahles trsorts pour colui qui veut
fire un c: deau. En les choisiasant on no
choisis pas seulement la beauty mais en-
core I'utiiti.e ;car la Plume Wahl et I'Evers
harp sont de partaits instruments pour
dcrire, tameux duns la mondo ntlier pour
leor elflcacit6 et leurs rares qualit6s.


I1lLIIIIII' it hilL''11111 liii1


,t* ji


Suret6 ~


Garenue .- Exactitude
Les fusils ainsi que les munitions
SWINCHESTER ont gagnd les plus
grande chasses. Un rendement
uniform est la raison pour la-
quelle tous lesa grands chasseurs du
monde ont accord leur conflance
aux fusils et aux ni unitions WIN-
CHIIESTER.


VINCHESTER
REPEATING ARMS
NEW-HI \VEN, CONN,,


S.
U.S.
I #,,


_~-- ~I-- U L~ -i


MERES VOTRE

BEBE DEPEND

DE VOUS.


I


Yous pouvez par I'emploi do talcs einfdriePI-r
risqur aIs peau et la bonne humeur de votre Bdb6.
Le l.bd ne pout Tous Ie dire qu'en criant et en
pleurant, Ie tale eaustique l'irrite ot enflamme sa
twI ,nuu.' R' Hl
A(q faaibli par lee soultraoces el Is manque
-da mommell., i eat one proie facile pour los ma-
ladies ifantils. .
Le TACL BORIQU-" ME \NEN est ganiuBi
Conservez la aantd de tos BL6s on leo pouiraNt du Talc BoaiqqO
Moienao. II ast abeolumean inoffeasil.paroo s 'ii est pur. Cinquaib
ann6es d'ex prience et de perfectionnomentsdes laboratoiieIle go
mrntissnt. Saupoudrez de Mennen votre Beb6 apre *onh bain et A
ehaque fois que voU chaagez son linge.
Recommandd depuis cinquante ans par lees nrses et" e mdedeim.


'4


Sr-.- .--


3
,I


;LLLI


- ----- --.


I --


- _----n ------C


- ?- -- ----~--


_ __


I. -


~ICCI -kt


* .


s


odl I


.WN-4





LE MATIN 24 Dbcembre 1927


lIE&v 1


MANUFACTURER'S AGENTS


Successeurs


Cable dress Lerotebo


Code: Lieber's
Bentley's
Private


de Leon R.Thebaud


LUON R. THEBAUD, President
F. G. NAUDE, Dircc'eur d.i. REIHER, Salesman
Importation, Exportation, Commission
Port-au-Prince (Haiti).


a.


Members ot: American
Chamber oflCominerce of Hahi
Chambre de Commerce
d'Haiti.
Lhambre de Commerce
Francaise.


-


~i~4

4

I :



7


'I


l'occa"sioa do Ila nouvelle ann6e, nous iremercios

ibn ti" aef ve -i ato urv I'attache'hament


en mos es m s ens, po


qu'ils nous ont t6moign6 et fo'mulons pour eux nos

Vceux les meilleurs pour une bone et heureuse an-


nee que nous leur souhaitons des plus prosperes.

Ilspeuveni etre assures que les Maisons suivantes que nous re-

presenlons, aides pai nous, auroni un vrai plaisir a les serir et

front lout en leur pouvoir pour leui plaire.


Adrian & Cie.
Socifl6 Franqaise de Produits pharmaceutiques. Les specialitW.
et products specialisAs ADRIAN & C"' sont connus du monde entier

Busquet, Delauney &Cie.
C~'ne ldes fortes Maisons d'Importation du HAvre. Maison de
confiance et de r6putiaion mondiale.
CAvi::, Corox, CACAO, P:AL'X, MIEL et tous products du pays.
Butler Brothers
Marchandises G6nerales. Promptitude, soins.

H. B. Davis Company
DA)vis lAKI6< POWDEi. Quali6 et prix deriant toute concurrence.
L.a meilleure pour gateaux et patisserie diverses,et la plus po-
pulaire.
COCOMNILT COCOMALT I Le trdsor et le regal des enfants, des
grades personnel. Le r6parateur des forces par excellence. Pour
toutes les occasions, se sert chaud ou froid.


Brasserie Fanta


La meilleure Bi6re Francaise pour les nourrices. Bire de table
de quality tres sup6rieure.

Ch. Heudebert
L'une des plus importantes Maisons d'Alimentation. Produits
de quality, superieure.

Kendall MFG Company
Savons HIRONDELLE, JACCO. Les meilleurs savons de lessive
actuellement sur le marchW, et au prix les plus bas.

Socieite Anonyme

"La Plume d(Or"
I.es Portes-plumes Reservoirs, Portes-Mines francais ,(Mt6ore))
et ,(Zodiac) deflant toute concurrence.

Lentheric
Parluinms de grand luxe offers A I'6lite de la Societt. Maison tres
ancienne don't la reputation, sp6cialement en Haiti, W'est plus A faire.


Society Vinicole de
CHAMPAGNE
SUCCESSEUR DE
G. H. MUMM & Co REIMS
Cordon rouge, Cordon vert, Vins de Chamnpagne sp6cialement
destines I'Mlite de la Soci6te.
Fournisseurs brevets de Roi de Norvege, Reine Mere d'ltalie,
Roi d'Angleterre, Roi de Roumaanie, Roi de Suede, Empereur
du Japon.
F. 0. Pierce Company
Peinture sans gale. Quality toujours irr6prochable. Vernis pour
nieubles, peinture et veruis pour .aiuos et tous usages industries
el commerciaux, Ocres, etc. Prix deliant toute concurrence.

The Quaker Oats Company
Farine QUAKER PATENT FLOUR.
Farine OLYMPIC.
Meilleur rendement garanti.
Farine d'avoine QUAKER OATS.
Produits de c6r6ales.
Nourrir les entrants de QUAKER OATS pulverise don't ils raflo-
lent tant, c'est les doter d'une sanlt robust.
Rohe & Brothers
Manltgue de Famille, Pure Lard, Clear Pork, Mess Pork, Extra
Family Beel, Pork Heads Short Cut & Extra Full Cut, jambons
(( REGAL )), saucisses, etc.

A. M. Smith Company Ltd.
Poissons sales de premier choix.
Poissons frais, Harengs en barils, Harengs, Marquereaux, Morue
par 1M) Ibs., 203 Ibs.. 432 lbs. Prix au-dessous de ceux du march.
Quality defiant toute concurrence.
Smith & Proctor Ltd.
Beurre de cuisine. Beurre de table, le ddlicieut a BLUENOSE s
fabrique sous le contr61le du Gouvernement, garanti ASOLUMENT
PIJR.
Valier & Spies Milling
Corporation
Farine TRIMFLE, HIRONDELLE, FER A CHEVALL, TETH Do :
CABRI. "
Western Tobacco Co
Tabacs noir et jaune de toute quality et & meilleurs prix que
partout ailleurs.


,,es articles de nos Maisons sont en stock chez nous, au bord de mer. Its sont aussi en vente dans les grande 6piceries et dans les Maisons striemses de la
place. Nous avons en outre en stock :
Champagne Lansou Champagne l)elbeck Champagne Goerk, etc. etc.
Whisky A Black & White ) 12 et 24 bouteilles.- Whisky a White Label 12 et 24 bouteilles, au-dessoua du prix de revient actuel.
--- --...- I.- -.. -- w ..i-,


.I
, .


4.


I


- -.
tv .-.


F I


i


woI


man


...Wll-qm4mw--


.... --" llIP o ,liD--=--


, d o ot


Ili~l~ ICIrrr *Ilr ~~ U- -crc-c'r.C ~JII~F~,lf;-~L.~L i -- --. -


. '


BAl A6e





LE MATIN -- 24 D6cembre 1927


-~ -r--


La guerre her Ia l n' don plus spir de rero,
WaMII (' N gLer e ere lal%(.I. %vivanIs les six homrnnes ent
aWAMH GTON- Le secrblai- pri-soIjnns & ns le .sou! -,arn.
Ilogg a prXseoldb a Coqn- .-- -- '*-*l *
'iion d 4A )irIs EirangIreg I A m iwo S Im(- ScufFArs Ils
I "It de ra npooru renipla. i iwro soir ie o rl
er'leiil pd'arbitra exilan I WASH[INTION-- Le I)6par-
wf1a France ei i b4 r Isrla tement d'Elat a autorise aujouri'
proposiion de M. Briand de I o i ie d'lhui la ublicatlion d'une dica
[etirbe horse Ila oi la guerre en- *ration dans laquelle il -st di,
itre la Frane Fr et lea Elats-Unio. nettement que Miguel avila qu"
ireI es prlend s're procure' lehs docu-
---- "menis suoumis par M. learstia
O, Petites Iouvelle la commission s6natoriale n'a
PARIS Le Sdnat a termin6 Ia. jaowis 616 employ i I'a;obassa-
discussion gLndrale du budget. de des Etlats-Unis a Mexico.que .c
II a adopld le budget deja jusli- le I)Dparlemient d'tal ne li' a
ce, du service p6nitenliaire, -du !l amais achet6 aucun document
commerce et dea marine marde ueque nature que ce so e
chande. Le Sdnat compile termi- que cnnassae )par
ner le budget la fin de la se- element .jriams I amnbassade n a
maine. achet6 de documents.
La F edd ration des function Miguel Ava qui a lourni les
naires a exclu le syndicate des documents publi6s par I s iour-
communistes. naux de IM. learst cominmeprou
Le President Doumergue a vanlt qu 'i avail 0t6 cr~iI un fonds
inaugurd I'Exposition rliropet- iwitxica in de 1.21.''l)() dollars
live de I'artillerie au Muse, de Pour qualre siaeurdes ics Etats
'Armte. .'nis, a 06 repr6sentte aujour-
I.e musicien chlefd'orches- d'I1i 1` la colmmlission sp'ciale .
tre rdput6 Philippe Gaubert a d'enquile du SOnat par Ni. Rb-
requ le prix de musique Lassbre. bert II. Murray, ancien lournalis
ORAN- La circulation, qui fte Mexico conit' q nsin lart- aLo-
fut interrompue par suite de r6- lesson de vcndre ais docu-
centes inondalions, a 616 rota- inenats mexicains. vllInt au-d e
blie A Oran et Perregaux. rail t6clarhi avoir ollert de en"
LONDRES-Le navigaleur so prinitemps dernier un document
litaire Alain Gerbault est arrive fabrequi par ,Joseph de tourcev,
A Durban. eix-orresipondanl A Ml.exito du
Par 256 voix contre 102, < New-York Times a deport du
les Communes ont repouss6 une Nexique ii y a qudelues mos.
motion travailliste coiilre la po- 'e document donnait ile no(I de
lilique de ch6mage du gouver. Murray lui-nmene come agent
nemrnent. de puhlicit6 du gouverneiente
NEW-YORK Le Club de Ia mexicain. MN. Murrav a iililrm
Prcsse. relevant le j urnalisle la coniinission qu'il croait que .
Sfradgais Kneel,prtsiden du club I'ambassade aniricaine' avait ic
Hodges, associa dons un amical quis des documents sortis des
hommage La Fayette et Lind- archives du gouvernement mexi 4t .
berg. cain et indiquant une attitude
PARIS- ,L'(Euvrea announce particuliremient hostile du Me- L
que les services du Quai d'Or- xique &l 'eg'ard des E'laIs -Uis. f *
'.y 6tudient acluelleinent le pro I)'aprs NI. MIui' ray (i a inlten lt
et de.traitl du secrdlaire Kel- LUU lproc's en dillallma111io onre IC
og mellant la guerre liorsla loi. .. le < Le Gaulois a, commentant ( ,a, V- cey quia se tlouva A Sal A.lat -
le4 me paragraphe relatil A la T-,,.. ( Texas ) tail en conslanltel-
Dodine de Monroe,objecte que lion avec Avila.
ce p lragraphe ne semble pas ,
Codiporter u n e contre-partie -s
frgnise ash restrictions am6ri -i liu
caines. .. ,

A IIO(:I'cAINE CONF:. JNCE C'est Mi. .1 iCbh6 Lel r, 1 i,'"c-
PAN.AI:IICulNF A iA HAVANE denient vi caire A Sic-Anne ql I l
PAllS- M. de Bethancourt, a Mi6t noiuilli, par dcisio lie .
ministry de Cuba, s'est enmbar- s. G. Mg I'A.rchevqpe d or-
u6 A Saint Nazaire pour se ren au Price, cue de la (,,,'i-
reA Ila Havane o6 il assistera Saline.
au Congr6s panambricain. 11 a M. Iihmazo,
fail remarquer Ia trks grande im NC.men III i.e1 A.uinisazo, de
porance de cette reunion oie se I),ssllines, acii no nintrvicaire
ra diseute notamment la ques. A St-Male. .
lion de la codification du droll Ai -''r'hut
international. Le minister a d6- (ll. r: (iUne 6clipse Le asolerl
qu ail charm de i'ac- "ljourd'h, vers les 3 heuresI
cueil u'iI avalt revu dans tous aura deoI'orsmi, l Lid e passoa
* les milieux en France entre le Soleil el la Terre. II y

II dsos'-monT~s la '--e leu., Luo e pour... +cio ,t ien .,


maI.n S4 qui avail ere peru a Iforts de rotation, car, de ceite *
ie retrlouevI L 5 heRres 17 cet mrveille don't les savants oet
I*a.pr9-midi.Les maris d'un "e. [ llourdi nos oreilles el que nous
It fibaleauI en draguant oet re-0 alendions d mis 18 uns et 11
trquv..6_'Pave pres du dta nebr m, I ,urs, qua est e tenps de rIvo- er
do c616 onpow. a celui oer tr "/a-,I .' i -' lution p~riodique des eclipses.
IIuuQpze oj ions d, wveluouag ro.'s .as L'~ cliise qui est une


VaI aient lea saphandriers. Un lipse partielle ne sera point
quatri6me scaphandrier ful des- visit ble en Haiti. n
Cedu aussit6t avec brdre dualla "
4* Le- commandan4 Ellsberg I /l Au Cond ell d'Etat
A .vail Iintention de mercer un vn de ir pour leurS
trou.dans la coque da sous-ea- vaca.ces de Noeles Couseilers .
ri n pour y inlroduire un la u dEtal oni, en la seame dhier, la
i air. Le scahandrier Bird a d6 enendu hi Rapport de la Com-
a poarur yi'i| nlavait pas re"" an 1u' a9 u i 1 ,i ft mission Sp 1 rpon- ux coups u'ilava-U 1 Ipa i de E h Convention mon~taire conclue
donnts h In coquediu soeusma o 23 Novembr e 1927 euire pu i
laiommea emprisonn~s as lea e. la lBianque Nationale. Ce Rap-
iha bre auxtorpilhes on e "- poll, pouW lequel le Conseiller
on0 qu'ils out perdn connaIss .- onmer Cav#, rapporteur de la
C1 bre. auxtorpilles 00 'm I i ( Commission, avail dem andet
f fui, .. 'o dI 19 Bi 11 S'S obtenu le b6nfice de lurgence
e.i smolton--Les o19iciers de U et du vote imm6dial, a 6t vol
r arine charges des travaux de Jinsi que la loi de saucion
S cvetage du S4' ont dclar ce relative.
MI t que let communications en Le Secretaire d'Etat des Fi-
S1itloniers et les person- na ces assistait i la asunce.
s ,urface-avaent cess.On

IF^v' W^^i^^f^^ 1t.NX-y^


I I




.E MA rIN 24 Deccimbic lI2d


I ROYAL MAEL STEw PCKIT

ROYAL CHARTER, DATED 26 th SEPTEMBER 1839.

HEAD OFFICE: LONDRES




.. 4Petit-GoAvo D. BOMBACE











AUR tia vo teI' BOn*faRtionD suppl-1.ir s 'ar e e &: v C a;
@ JService reulier enh'e lous les ports ple la Republique a riti .




* 1,


J. DAALDER Jr
Angle des Rues du Quai et du Fort-Per a c6t6 de la Panama Line.
SP.O. Box 193. Phone No 2216.

Ilemercie tous ses aimables Clients du concours qu'il a trouve ch"
eux pendant l'annee 1927,il souhaite que 1928 leur apporte
Sla joie et le bonheur qu'ils attendent depuis lointemps.


- -r-~---~----


I


- --s --- I





LE MATIN 24 Decembre 1927


mm;i'sBSl


~k~i~~~ia5S;;~5* ;(*4t**' IS4 i~.~c a. aSt~ 4 ~; u;SiWitl*~b


II'i


et


Passni(er


Service


Be1een


*il kest and Best Through Freight and Pas enger service
between Haiti and Etropean Ports via New-York City.
City Y. and Crislobal, Canal Zone, Isthmus of Panama.


Ii


NEW-YORK CITY N.-Y.


Cristobal Canal


Zone


Isthmus ot Panama.


ALSO TO WEST OASTO OF SOUTH AMERICA.


The following


are our Agents at princi.I)a


n-- -I---


ENGLAND, SCOTLAND FRANCE.
MEssBS. G. W. SELDOM & C,


17 James Street, I iverpool,
In France, Messrs G. W. Sheldon, &
by lollwing firms :
Gellally Hankey & CO, lier
21 Rue de la R6publique
MARSEILLE
Herun Peron & CO Ltd Herou
53 Quai George V. Rue
HAVE *


Hernu Peron *& Cie. Ltd,
Rue du Mouiin A vapeur
B >ULOGrNE SUR MER


Her


England.
Co, are represented
nu Peron & CO Lid.
95 Rue des Marais
PARIS
i Penon & C* Ltd.
de la Tranquilliti.
DUNKIK
nu Peron & Co Ltd
9 Rue Roy,
BORDEAUX.


COPENIlAGEN, OEN1MAIK
Messrs. F. A. BIENDIX & ('"
21 Alleg:igt, Copelnhagen.
GENOA, ITAI.Y
Messrs lHeiy i (v el Clcricc
Piazza S. Mallco, N" 15, Genoa, Italy.
CIIRISTIANA NORWAY
hiternational Speditionsselskai)p.
HAMBURG GERMANY
Mr H. Vogemann- Hamburg, Germany.
COTTEMBOURGE, SWEEDEN
Nerdisk Express, Cottembourge, Sweeden
COTTERDAM HOLLAND
* Mr H. Vogemann, Rotllerdam Holland.


- .
mi I.., I-,w .,.. _____III I__I__________I__I___III___-


SWihing all a Merry Chistmas and

0. B. THOMPSON, General Ag
Private Telephone No 2525
p"w"


,ve
verv


prosperous


ents, Port-au-Prini

General Office Tel


New-Year
ce, Haiti

lephone No 2425


sT"


F


s~ - ~ I -


-n


I


I --


-- ----


-- --


~r~bt~~


SBR 1INg


*


STBAI


1*



I**



I


tr.
p


Pots in Eturope.








,


* .*; 44


I 4
-. '


V


.~e~-q


I.


Jttorus so&Ycr)s aine


J RereLe oa.ee.


draxys ciesef, iruseur u~s nos


.ejiffe~s uLeia p jear


1928.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs