Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04566
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 09-17-1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04566

Full Text
rClnrrrpr


b t MA L1ORI
DIRECTEUR
Rue Am6rSio, 1g8
TELEPHONE NM 2242

-RRO =0 CENTIMNES


-16me ANNEE N* 6202


PORT-AUPRINCE( HAITI)


SAMEDI


17 SEPTEMBRE 1927


L\ lui, tous ceux qui cro'ei'

"Pstitution de 1918 Adersairs eiieux d
a versaires :eieux de la
r ETr LE politlque r6novatrice du (Gn-
E'rIni W BU LE vernement, onit ad( pt6 uine
J3BOJ3T D'AWuWDPUWTW singuli6re tavon de r6sondre
les probl6mes politiqus qni
i[rtIe d'uue Msali dlveal-ils tire sacrilits se posent A 'heurc actuelle
6* cu .e..,. .pour le people haitien: auieun
t eux desItliclemsT argument A l'appui de Icurs
opinions,aucune preuvea I'ap-
CINQUIkME ARTICLE pui de leurs critiques. Croi.
S. raient-ils, par hasard, qu'il
os inlrls de la nation haitienne doi- re leur suffit que de dire
itre, acrifies A ceux despoliticiens ? quelque chose pour qu'ii soil
lest la question qu'il laut blen se poser aussit6t accept commine a
yant attitude adopt6e par tous ceux. role d'Evangite? En emp o-
Iptarguent d' tre les adversaires du Pro- yant un si facile systlme de
rAlendements A la Constitution propo- discussion, il e st evident
per le Pouvoir Exdcutif. Et si nous pou- qu'on ent touIours aller tr6s
encore outer de l'esprit d'obstruction oin, i ne sulfit que d'avoir
lmatique ai tous les actes du Gouverne- un bhon crayon cent re les
6iqui anin:e le group d'haltiensqui s'in- doigts et ne point manqtier
bpr6tentieusement I Opposition, la tagon de paper i, noircir. On ne ris-
Jce group prend part au d6bat public que qued'une (hose, c'est de
rt sur le Projet suffirait seule A nous en voir bienlot toutes ces o )i-
auincre. Ce qui, d'autre part, permet de onions si superficiellme it
prde la sinc6ritl des convictions politi- 6mises crouler come chli-
|et des opinions 6mises au sujet des teaux de cares A lj lumi6re
cldements par les adversaires du Projet, des taits et d'arguments s.-
y'extreme facility et la d6sinvolture avec rieux et logiques.
les ces convictions et ces opinions va- La cinsigne parri les ad-
qis ivant la position politique o.cupte vLrsairesdu Projet d'Aleu
COX qui les protessent. versaires du Projet d'Amen
Idtaines heures, qu'il nous est, assnr6- dement est de r6pandre I'opi-
hien inutile de pr.ciser, nous-avons union qu'il detruit I inamovib)i-
en trouv sos a plume d lit des.luges,garanlie de leur
nemen, tr uouhi en la plume e ind6pendance, prleend-on.
i se campent atujourd'hui en 1a1,ou- La 61orme, (ncce(ut coil
ors d .aso.alittionluaaw l'I La o 6torne le Po nv e ui con
acerbes critiques contre cette Loi cerne le Pouvoir jdcaire.
tale don't ils n'avaient pas de os comporte Ia nomination
pour crier et d6noncer l'inaptitude tenps des Juges au lieu aini
loner et it r6gir, en ces temps-ci, la leur nomination, pour aidans
nale. dire, A vie, elablie dans la
hui, il a suffi que, dans le but d'as Constit'ition ct elle. En y
la nation un statute politique plus con- so:1icant bien bien, est-ce IA
ses besoins et a ses intdrdts et pou- d6truire ce quA s'appelle le'
Itx s'adaptor aux conditions sociales principle de l'iuamovibilitl du
i ques dans lesquelles Ie people Juge? Mais non.Tout le temps
len4*, coalee que coie, voluer, I quedurera son mandate, au-
vtment auquel ils n'apparliennent cun ugene pourras dre des-
Ipropfse la modification de certain lextes a dm s troctons ivomm
PItittionnels. pour qu'aussit6t les anciens admpnis taliv[e pommi
irsajres de la Constitution se posent com- a emp, la nte cessera pointbe
k|lus irreductibles detenseurs. p out' cela d(ltre inamnovible
01lus irr~udu~ibles d~tenseursdurant toule la p6riode pen-
VSA seulement sert A montrer avec quel d ant laule ia todee
tes adversaires du Gouvernement dis- danul e il exercea6 lts
Viles questions po!itiques actuelles, en ouvoirsdont il aura 6 I
ON temps que la triste n6cessit6 d'opposi- d6positaire. Oc don c alors
systematique, si illogique qu'clle voit-on que le Projet d fruit
-Atous les acles du Pr6sident de la 1'inamovibilut du Juge? Sil
bli ue et de ses collaborateurs, la- tluaitcomprendrelaquetio
is sont, aujourd'hui, accul6s pour 6 ua autre po0111 de vue, il
engag6s, avec une l6g6ret6 sans pareille tdrit alors admeltre que
4iI aveugle incomprthention rde la sit- 1 iin m u n it 6 parlementaire
qudgleoinc t nr6he odeb lasi- nex ise point, puisque les
politique qui doit direinevitablement ebres des deux Champrue le
lion essentielle d'existence de ce Membr.sdes deux Chamure
U sa pos tion gdographique et ses be- sot e6uns pour ine priodelit
onamniques, dans une: voix dangereu-. duterminep. Ltinamovs.bilit
I'avenir de la nation e par laquelle, du Juge ne reside pas dans la
comprend sans peine, jamais ils ne dur6e de son mandate, mais
at atteindre un but vraiment national. bien dans I'impossibilit" de le
cette attitude politique blamable peut priver de ses functions tout le
Oussi servir A convaincre que les int6- temps que dure ce mandate.
Ia nation ne doivent pas tre sacrifi6s Elie est plus un attribute de la
des politicians. tonctien, qu'elle ne s attache
i v a deja quelques iours, LE No- la personne.n e du Juge.
E, arborant ses plus telles manchent- D'ailleurs eni plihsi gr8 autre
trempant sa plume dans sa plus belle i ays, organisation Jus
tice repose sur cet tb ose
tbous consacra et A notre s6rie d'arti- crep se slle e I nt
r le Projet d'Amendements un long con-titutionnele de Ia nr mi
I o., Fans doute, i dut, ing6numenl nati i temps des Juge
qu'll avail dit le dernier mot sur la ces Juges nomms a temp ni
cessent pas, pour cel, dq ju
lerions certainement flatt6 si l'article ger avec conscience ct n6quitl
"indemne (d tout non-sens et si des t d'avoir 'eutire confine
*is peremptoires avait Et6 apportls a de c.u qui leur r6clamen
Scais dPC tin iu~no diL.e.nerait d'v jUstice.


Io
kao


ml
ket


urd'hui, allusion, oous qui discu- C'est d'ailleurs faire insulte
irs sans parUt ms, avec la plus in- aux honorables Membres de la
te conviction el qui, ne nons lais- Magistrature haitisenne, A tous
is aveugler par d'absurdes preju lesJuges haitiens que de vou-
us embarrassant jamais de vicille- loir fire entendre qu'Hls ne
croyances politiques surannnes, sa- s acquittent de leur devoir
r6cier les raisons et les arguments' avec impartiality et conscien-
hs sont bones, exemptes de toute ce que parce qu'ils jouissent
[orsqu'ils sont justes et ne cachent du privilege de 1'iiiamnovibili-
lesquine defense d int dits person- te a long terme.Quant inous,
inous les croyons capable. de
treusement LE NOUVELLISTE et, avec dire le Droilt et la justice e avec


* -- -lt, .__ ,= ---

Ch. N. G,
111E 1)i MAGASIN DI

Rhuin
B rs 0n0our,
Potir perneltre aux clients
Its saivaut classification :
II a 616 decide que Ic nI
gros, par gallons et en detail
gasin de l'Etat No 1940 el an b
Baptiste.I a vente cn bouteilI
assett dlans les 6piceries, aux
)outeiIle 2 Got, rdes. -- Une 6
Trois 6toiles 4 Gdes. Quatr
les 7.50. Ri u.m surfin 10 G<
Les clients trouveront aus,
Whisky aux prix suivants 3
Liqueurs surfines 5 gourdes. S
nadine, fraise citron etc.la bou
Eau de Lavande. Lotion
pour Irictions 90 10 olo de r
Ilclamez un bon prime vo
Nectar le seul vrai port bon

independance dans n'importe
quelles conditions, capable
d'etre des Juges sans penser
un seui instantA leurs int6rets
personnel. El lorsqu on insi-
nue quc I'niutgr'itc de nos Ma-
gistrals ne r6side quc dans
leur nomination a | temps
ind6termin6e (u meme, dans
le.4 1movabilitbe, c'et cela
de nos Juges, c'est cela qui est
une triste facon de justifier
1'envahissement amt6ricain don't
parla LE NOUVELLISTE. I


AiLTJENS
E L'ETAT N' 1940

Nectar
Wdaies dor.
dc b6nflicier des prix arre-
iUM NEcTrA sera vendu en
au d6p6t Central rue du Ma-
,iK V,,i.f.. h II \m, I T 11 ,eI


... a vu, mercredi soir, L... pla-
I I .... .... ..- - ......It:..


,II V r. I5 , ',t, M ille,,, . f.u I> I., quer brusqluemel t line gentuiiii
es continuera connme par le petite qui, nllnltivement,. cou-
prix suivants : Sans Ieoile la tait ses bmliviernes, enfourcher
oile 2,50.- Deux 6toiles 3 G prestement une Wcaine el s'en-
e 6toiles 5 Gdes.- 'inq 6toi- gager (ans la rue .Ioseph-Jan-
ourdes. Hors concours. vier pour lr'e iA temps sur le
si Ie W. Tine Old Scolh- lieu de I'incundie que la Sir6ne
t oiles 5 Gdes. 5 6toiles 7,50 ve"ait cannonn e, lege ite
itrop sucre la bouteille. Gre it la conversation inluctable-
iteille 2,50. ment interrompue: car, NOTRE
s parlumees pour coifleurs (EL le vit, aou torurnant d'une
ablis sur les achats en gros. Irue. s' tendir de lout :on long
iusdounant droit au fetich sur la chaussee.
lieur. Moralil;s :
_-.,--_..-__--.. Rin ien ne sert de courir...
Pour une de perdu, deux...
VELLISTE, aucours de son 6dito- ,,
rial don't nous venons de par- ... vit, samedi dernier, deux
ler, dit que constitutionnelle- gentlemen, apparlenant iun au
ment le Conseil d'Etat n'a plus Petit el I'autreau Grand Barreau
aucu pouvoir 16gislatif depuiis de Port-au Prince, se presenter
le 10 .fanvier 1920. Ce n6tai, devant I'Mtalage d'une marchan-
parait-il, I'opinion daucun des de de Irituresde sardes etautres
Membres du Conseil d'Etat dda- poisons et victuailles et se laire
lors, car. alors. pourquoi Iun servir pour 1 gourde et 40 cen-
(dentreeux ne proposa-t-il point limes un on souper fumant et
one pBio Ipaprerqu*M As. pimentO. Lorsqu'ils u'eurent
semblhe avertirait le Pouvoir plus laim, I'avocatlsous prdtexle
Ex6cutif qu'elle considdrait ses d'aller au cabaret voisin, pour
functions comme ayant pris fin? avoir de la monnaie ila, laissant
Bien plus,en 1922,il n '1ait point la marchande et Ie lo.id de pou
encore trop tard et Ie geste pou voir face A face. Mais celui-ei


Pour ce qu'il s'agit du Con. vail avoir toute sa valeui puol-
seil d'Etat, nous avons trop tique. Mais bien au contraire,
amiplement et trop udicieu- tous les candidates A la presiden-
spementdn ontr 'rreurdei c e, sans exemption, sollicitcrent
sem ntIdiontri Ierreur dc les suflrages du conseil d'Etat
ceux qui pensent que cette pour 6tre klus A la Premiere Ma
Assemnlee n'a point la capa gistrature du Pays.Cest que tous,
cite constitutionnelle d'adop- 'A ce moment-li, et LE NOUVEL-
ter les amendments, pOUr LISTE conmmi eux considdraient
qu'il taille revenir ine nou- que le Conseil d'Etat avail indis
velle fois. Cependant lorsque cutablcmentlous les pouvoirs l6
LE NOUVELLISTE pretend que gislatits,comme de faith il les avail
l'adoption d'amendements a et les a encore auiourd'hui. Les
la Constitution depend de candidalas I pr6sidence de
ouors qui r6sultet d'une 1922 et ceux de 1926 sont, cer-
pouvoirs quiarsullei dun- taiieneent, les citoyens qui out
procedure spaciali reglemen- consacr6 le plus hautemenit les
tee par la Constitution et qui pouvoirs 16gislatifs que la Cons-
ne sont pas coinpris daus I'ar- titution a coinfirs au Conseil
tile special de la Constitu- d Etat.
tion attribuant au Conseil
d'Etat les tonctions du Corps Arrivons maintenont aux pr6-
L6,islati ce nest lI qu'un eIndues protestalions des popu-
artifice de discussion (uJiu n'a nation s. Malgr6 tout, notre op
trornp6 personnel ; car, toas nion n'a pas change. Pour des
avtromp persnne cir, tous villes de 10, 20,30.000 habitants,
savelst partaitemen que les i n' a que 2 3 ou 400 signatai-
seuls travaux 16gislatits pour .es.Nous conc6dons aux adver-
lesquels une procedure sp6- saires toutes les signatures apo-
ciale a 616 pr6sentee par la cryphes qui se trouvent au ias
Constitution sont ceux de I As de ces pieces ; et nous disons,en
sembl6e Nationale. En ce qui basant notre opinion sur des
concern 1'adoption ,d'amen- chiffres, que ce sont les minor -
dements A la Loi Constitution tls m6contentes qui protestent
nelle, la Constitution prescrit tandis que les majoritds se tai-
simplement qu'i1. doivent sent, par cosquent, approu-
adoptds par la Ealbrit.6 des vent.i est vrai qu au-dessous de
2/3adops par la etarit des la derni re si nature, on met
2/3 de chaque hambre L6- tounours ces deux mots: a sui-
-1-.tive siegeant separement. ore ; mais cette suite ne vientja-
Et c'est 14, la procedure sui- mais et cela, c'est le bluff, le
vie pour tous les travaux ordi trompe-tI'oil qui sont les carac-
nairesda Corps legislatit;vote thristiques essentielles de tous
de lois, etc, ne relevant point les actes de l'Opposition.
des attributions de t'Assem.- Mais i'heure sonnera bient6t
blWe Nationale. Or, riaus l'a- ou les masses populaires appor-
vons d6jA am element prouv6, teront aux polticiens le plus so-
lorsque le C onseil dEtat lennel d~menti, iis ne perdront
ts l IE rien A prendre patience et A at-
n'est point constitute en Assem tendre d
blee Nationale,il ne peut taire tenure.
de doute A personnel qcu'iI
remplit les tonctions des deux
Branches du Corps legislatif Tsseeiatie d'~ludiasls
si6geant separement et que
tous les travaux qui d6pen- L'Associatiion des Etudiants
dent des pouvoirs de ces deux Univctsitaires ricemment ton
Assembles, sont dans les dee a Santo Domingo a inau
attributions coustitutionuel- I gur6 ses travaUx et a nommne
les du Conseil d'Etat. |son president I'6tudiant en
Une chosf encore, LE Nou-' droit Rafoel Anpres Brenes.


ie tarda pas Ai vir comment il
pourrait se tire de cc mauvais
pas; les homes de lot ont tou-
jours une corde a leur arc. 11 dit
A la marchande qu'dl allait voir
pourquoi I'Pvocat tardail tant A
revenir.
La pauvre femme attend en-
core les deux comperes.

...a vu, dimanche d er n ier,
vers les 11 heires du martin, A
la rue des Casernes, une gen-
tille demoiselle Iraiche et jolie,
blonde conime uL ip)i dorL, qui
apprenaitl mionter A icyclette.
Elle voulut cependant aller trop
vite, la gracieuse demoiselle, et
NoTRE (EI. la vii perdre 1'6qui.
libre et piquer lune rude t tesur
le bMton.
Le petit coup-d'oeil ne man-
qua pas de charmne, d'autant
plus quc ia jupe indiscriieneunt
soulev6e laissait voir dejit la pan
talon orne de lines dentelles.
Mais, de grAce, mademoiselle,
pddale: done avec moins de feu.


Bou Feris


...... Avec la bonne volont6,
tout entre dans la paix et la vie
continue.
Mariez-vous mon fils, ma fille
vous aine, son amour gale son
sacrifice. Vous n'Mles pas honm-
me A trahir une femme, A la d6i
sillusioner; voyez, la nature
nous regarded. Elle entend le
pore, elle est temoin de ma d6-
marche et de votre decision. Ma
fille ignore que je sais sa dis-
grAce, laissez-la ignorer, lais-
sez-la porter son voile avec or-
gueil, soyez dine de sa con-
fiance ; taites quell entire dans
la vie avec dignilt, avec con-
fiance. Tenez : j'ai ma lerme,
huit vaches, six 'eau, mn!es
deux fils et moi, nous vousten
lerons cadeau volontiers. Vous
avez noire lille, prenez nos
biens; mais laissez'nous notre
dignit.. Mariez-vous, elle est or-
pheline, ma fille, je I'ai vue
grandir, ses frcres aussi; c'est


LC~


-4


-- I -i --


I -


-- --ftftmwdW ---loomwan


_ __


4# -
-LAW ,


_C


v ^^/PI'S


L'attention soi;enue qu'exiqe
l'ceuvre d'art devient impossi-
ble, si elle est constamment dis-
traite par le souci des deux re-
pas ou la sonnette des cr an-
ci( rs. Ft rnand VANDEREM

-- | "1I -- -


Siire l,,,1







LE MATIN 17 Septembre 1927


* '.-


notre seule rose que chacun a 16es insondables et ses torkts
mis ses efforts pour arroser et 6paisses et partum6es sont di-
la voir pousser. Elle est belle, genes de Jupiter et de Venus. Ces
elle est jolie, ma fille. C'est com po6tes firentce que firent Gode-
me sa pauvre mere A qui I'ai froy de Bouillon, Hugo, Lamar-
jure de la fair heureuse. Jc tine et Renan; ils sinscrirent ci-
vous demand; et mes cheveux toyens Pheniciens en gravant
blancs vous supplient -- pour leurs noms sur le tronc de cet
ses fr1res qui ignorent tout et arbre sacr6.
en iniiiucire de sa mire de
l'potuser. .\insi vous racheterez Notre plume prit au vol le
votlr' aIte. )ieu vous bnira, sa Liban, ce coin de la Syrie, ses
mere ausira ..... mositagnes, ses fleuves et son
Ainsi parla lou Feis, lion- UCdre,negligeantainsi Bou Feris
note vieillard qui malgre la dou- et Habib Antoun. D)ans ces mi-
ccur de sa voix, avail l' (il clair, lieux campagnards que nous
licr el s~vire avons d(erit si sonuniairement se
Slabib-Antoun, son interlocu- cor.nurent labib et Margueritte,
tour. jeune, beau, colmme tous mais on Mtait un peu plus mo-
ces Libanais qui out conserve dernis sinon par les nmours,
les trails d'Adonis, lits et D).eu au moins par les ides.
des Ph6niciens, leurs ancctres. I'acc de i labib, pour Bou
llra ib comri'it cc que les pa- F6ris c'tait le descspoir, pour
roles du vieillard cachaicnlte I eC on saura,
men;aces. II savait otH le mene- l village, quand oles
Init iin relus. lou l Fris, repon- une date historique.
dit-il, 'outis exigerez, 'aime vo- Apris sa d6nmu;rche, le vicux
Ire lille, Ite suis hils du pays, j'ai voulut l nttre ln pen d'ordre
compris, je com)prends. Laissez- dans sa maison, dei meme il
mio re11eclhr. jeta un coup d'(ril I son lusil
'os laiss, r rIll-chir s'tcria qu'il inspect Apr s ces pe-
lc vieilhi'rd. Miais a quoi Est-ce tits soins (qui lui prirent deux
(tC \ )LnS ver/ r'l,' chi (Iquan' d jours, il vaqua con.ime 6a or-
vous ;v\'Z pilnmge dans la bone dinaire, avec ses clanlits. aux
1l:a n'.loilre due imire, ls che- Iravaux du chami). Un jour
vet us blk' ,siIl'l.*unlti*. lahonneur (dans llllun momllent de repos onl
dI (l(I "';al :ls el Ia conin e I-
d (ine Itl'nut.... i oti, mais chacun, accot1 stir sa char-
Veil, cs t i iiI ati lSthe !I (l)c, P t 1ic !re ant l lpeU (L'ai r et
volls vi. s 1 il ,Icfhe I
(ilii,-vous, lBon lF ris, je d'onbre: lion Feris d(emanda
respect \t vs clieveux blantIcs. (( l titde (li pa)rlc-t-on dans
Mies c(.livex il ne s'agit paIs le village, voilit huit ours que
d'eiix. I1 s' 4t de I'oiioneur de jc lie vos |)ers ilic.ll doilt v a-
ilna iilic. IA ce iest i;ias voUS, Voir ill Iti iventl?..1icl,rli)oin
lalIil), lils (d'.\ntoun, qui reste- (dit 'taine. C-iallt absent Antar,
1rl h s(urir soin- IX Ivres, Ianiis lI barbicri, picier el cordo-
(ltiC nIs,1, "it 1 pleurerons notre nier,- si mitiquc termlCe,nl
tn; t .l n,> e li.gnite.... ou- ne sC r(nunilt alpris I'Angelus,
lez-volts a(In tt mpI i pouir vOus V O
prr)it.r ? I.couICleZ... Ecot'tez oil d(it (U abib An toun va
hin. I)ans dlix jours, le village l'erangcr, vu le relus de la
assistera A: vos noces ou .... A lamille i I'autoriser cc voyage,
vO's iLiiinrallles I !! Vous mour- it sc prep'Ire en secret. Le
reT ...... Elle assi. vieux ne broncha pas, niun
muscle de son visage ne tra-
hit la plaic de son coeur, il
Victor Hug,, Elrnest Renan, laissa sa charrue, s'appuya
laim-tinte et tous ceux qui ont centre un arbre et, fit savoir
visle l .cLian elC youl se ourne i ses entants la disgrace qui
out ((lit iticoup sur I 'esprit tra i, s demarche au-
hospi'aliter, dcsinliress6 et g6 esa darche no-
nri iei I ses habiaunts. 11s out press tie Habib, sa reponse et
pit Ie I- luirs iimeurs, de leurs le delai accord&. Et alors con-
coulitnes saines et simples. La- clut ce phre altllig( devant ses
mairtine traternisa avec la jeu- enfants, abattu par la douleur
nesse (k'n des villages tie cette de celte histoire imprevue, il
conltre. II lui plaisait d'(ller part l Sa lamille refuse? Men-
avec elle,Il i nuit, des reunions song. lls acceptent le tait
auxquelles assistant des jeu- de leuir tis, ils porteront son
nes filles oflfrant I (rik et lc deuil et seront converts de sa
tnr iue distribuail n maitre lachet&c.llabib veut le linceul
de I aiis t tnl visitl OnI han- il aura et elle... Pcrc'... Inter-
kia t, ,,,ais dan, un langage pur;t
chI Ictl vatit>t L'I sa ma1ni'rc r 1oinlpu le plus june . Elle
les JquAlitl es -il lWa liut6 d'une mourra... Jamais .. Mon Ills...
lille d,' l'assistance qu(i, lieu- Pire, je sens ia douleur, je
reiise ct satislaite enicouirageait coinmprends ta desolation,inais
ses ;IVlants. )Des polemiques s'6- c'est nous ses treres que
levaiel et lchacun voulait que l'alfront est lailt. On respect
sa h-elle t'it la plus belle. Et le pere: mais on craint les
ainsi, eCitre le sourirc et la comI- freres, quand on l'oublie c'est
plaisance de ces villageois aux leur honneur ct leur dignity
rudes mains, tiais aux c(urs c nous
seusibles, poetes de par leurs iote f c'cst Hi nous
sentiments, apr.s quelques lieu- ue luger et de rape. abib
res s'en alliient, le cmur gonuli est un lache par son action
de satisfaction. et par abandon de celle aui
Lamaritie (qui assistant a ces cut confiance en lui, trailons-
soirees campagnarde, sou Aime le comnlie un renard, nil coup
de poete sensible comprenait, de ueu dans le dos et1 c c'est
sans entendre ce qu'il y a de fini. Quanta notre sieur, pere,
sublime danis les faits et pur lever la main et la trapper,
dans les inwurs. Ce grand pote c'est trapper Dieu qui I'a tail
franiiais lqui endossa i'habit opheline en lui prenan sa m&-
digene voutlait Ire I.ibanais, on l pparr
tout an moinis admirerr comnme e, I sele povait p Iparer
tel S ni i cltte iiptosni e sa lille centre I'h )po( rise et
chainidc mioniigun qu(i dtlen- I'allis, vitelr sa chute en lui
dit el de'tendiera les planes et monlranti praltiIluemcnt I'abi-
villes qiu'arrose le 1Ieuve sacr mne ot'i se lpriCcipile loule fill
Adichli. Adiiiirait cette mionta- tr'op cointianle. Notre su'or
gie toii0ou1rs couverlte d' neige grandil entource de soins ma-
tel un vieillard la lte haute thriels. Elle lui manqua les
le C dre Libanais a ses pieds. soins spirituels,ceux de lanmee
Le C'edre, ce bois sacred fut le et de la pensie; qui de nous
luxe des rois et des dieux et ofu pouvait lui dire cc que dit
depuis des sitcles des po0tes une mere? Nous aurnions pcult
de totes tles nations vont en .
pelrinage le c(ontempler d'au. tre etc brutals, li ou ine
tant plus qm-i les Phiniciens, mere est loute douccur. Nous
audacieux navigaleurs, s'en ser- I avons aimne. notre st(rur,nous


virent pour faire la prenmire l avons vu grandir, mais sans
enibarcation avec laquelle bra- la comprendre. Une lemnme
vereit la mer pour, ensuite cons- comprend tine autre.Les hom-
truirc Carthlige. C'est encore A me ne comprennent que leur
I'omIbre Iii CtIlre que Cadamus generation : la temme corn-
inveniia l'alphabet. prend toutes les g6n6rations.
Devant tant de majesty, les II estdifficile A un pere de lire
potes se sont cnri u c'est ici dans le coeur de sa fille, mais
que lut le paradise terrestre et
1IOlympe de lahi Mythologie, car pour une mre c eest un livre
A Ionbre tie ses arbres el pros overt. La tner et pourquoi ?
de ses lleuves pouvaient vivre Nous sommes plus coupables
Adam et Elve de mi me que ses envers elle, pour notre indit-
montagues splendides, ses val- 16rence et de n 'avoir rien


Soew L.rt&ni m pndldn dd "anlda .


A LA fiN IL TROUPE LE

REMOE POUR LE

RHUMATIME

II d6pensa beaucoup d'argent
avant de pouvoir se soulager.

Un vieillard de Mareilles France, mainte-
nant actif et vigoureux, a 4t6 un invalid pen-
dant pra de vingt ans par lo rhumatisme qu'il
avalt aux pieds et au doe, jusqu'A ce qu'un sim-
ple remade de famille lui produinit uno gurison
complete.
"Aprsa avoir d6pens de l'argent en mdecines
pendant vingt ans pour gukrir mes maux-nous
dib-un ami me conseia d'o eayer ie Liniment
de Sloan et avec son usage j'ai obtenu un soulage-
ment complete "
L'action curative du Liniment de Sloan est
vraiment remarquable, mnme dans lea cas de
rhumatisme les plus rebelles. II est seulement
n4ceesaire de I'appliquer sars frotter pour que
la douleur commence A s'amortir, I'inflamma-
tion diminue et la rigidity musculaire disparaisse.
Toutes les pharmacies vendent le Liniment de
Sloan.



SLiniment

de Sloan
___'Aneantit Toute Douilir


II y a 20 Ans

NOMINATIONS
Le G6neral Guillaume a W16
nomm6 commandant de I'ar-
rondissement de Lascahobas en
replacementt du G"' Auriol
Pierre Andre.
Le GMneral II. Ch. St Louis
eZlnomm6 coinmfindant de la
commune de I'Arcahaie en rem-
placement du G1A Guillaume. .
( Le Milin, 17 Septembre 1907


U.S.S.H


Dimanche apres-midi 4
heures aura lieu 6 Saint Marc
un grand match de Fool-Ball
entire une Equipe de Port-ai-
Prince commandee par Ie C~a-
pitaine Painson et une cqui)pe
de St-Marc.
ia niarlti sern inie sons Ins -


Nouvelles Div(

Par Caible

IU 1ypkR ma Japlm
OSAKA- Un typhon sest abattui
ki. Un grand nombre d'6difices ont
On croit que la rkcolte du riz dei
Kumamoo et Kiushy est sdrieuseniw
esIm -


Ilia qe U


li ,


LE Six Cyliudresl
ofre ltote Ia plissancee d
et avec uoe douceur Ai to
n'est4gal6e par aucucI ad
rix.L'aisaece dams le mamS
ILE et ireis peor les iqu"
le maximni de securitda3W I
laces. Sa perlecltiln S6
Namuable i p reCiire..V1c3
BILE SIX, uine aotnbilb
se trooper.


EDWARD G.\MEWS
.AGENT


HU PM1OBI


.. .'*-


- II II IC L- --- ----.~-------4---_,. .~,_ i,~,~ ,~~T


~ IP_ __


-- III I m a


J n


Pr6sidence d'honneur du Pi~ lnIe avialrie va lelr er e raid I
sident (du Comi6 Oly'mpiqlie ROOSEVELTFIELD)(New-Yor
Haitien, Mr Andre F' Chev;,I- .E FIELD(Ne ok).
Haien, M Andrqui F Chevl- q se propose de fair un vol Ira
lier, du Pr6sident de l'US.S.H. alterri 6 laodrodrome de Rooseve?
Mr Em. B. Armand et du Pr6 dans la journ6e aujourd'hui apr6sa u
sident du Comit6 d'orgtanta- miles de Wheeling (Virginie oce4j
tion des receptions en I'hon btait accompagnee par M.George 14
neur de I'Equipe Jamaicaine, pilot.
Me Seymour Pradei. Les homages as Soldal Imac
...... PARIS-Le maire et Mme Walker
ilEPENDAtNCE DUI MEXIQUE ia ville de New-York, le senate
nom de I'Elat de New-York et lemd
.. au norm de I'American Legion ont
C'Ulait hier que le MEXIOUE la matin6e une palne de bronzedet
f1tait I'anniversaire de son In- (Ie fleurs sur le tombeau diu Soldatle
dependance. l)'apres uni t616- IL'( iseau Bleu i ne s'envolera pas tel
graminme de Mexico, du 29 Aouit, ele annlt'
'Administration mililaire avail PAKIS- LAon Givona decide d.i
pulblih le prugramnie des files ter un vol Iransailantique avec sonp
projetees pour cell g'nildc oc- seau llleuwen 1927.Les directeursdeJ
casion. )De g andes iiaii(Luvres gnie Farinann olit eu aujourd'hui i
inilitaires eurent lieu sur les conference avee le pilote.llsestime1.
plateaux de l'a6rodroime de Val- saison la traverse a6rienne de I'`
uena, avec employ de rideaux plus se taire dans ide bones condition
de fum6c, tide gaz asphyxiants plus qu'on ne prevoit pas de beau *
dans le siuiulacre de prendre chainemnent.
une position ennemie avec lan I Le nouveau dstre qui a rapp
cooperation des avions. Le 17,I LONDII'ES- Le correspo;idant det
sur les mnmnies terrains aura lieu Tel gr ph AToki d clare que dt
un grand festival de polo entire velles o icielles o par clare qutes dia
'des 6quipes du Ministeredelalectres de ile de io le t
SGuerre, outre de grades ima- ras tie deare qui a frappe cette l1
nilestations civiques, etc. dgts nornes. L euvre de d6v
Mais ce iour- les catholi- i cs. l oeuvre de dv
qus n i'S, la ao i- du des proportions catastrophiques et
ques exica ins, la majority du des victims dans les villages de I
people ont uni leurs pridres se00s v ges
A celles de leurs Eveques et de se 600.
leurs pr6tres bannis et menaces Les matches internalionu x d k
de mort; aucune cre6monie re- IFOREST HILLS Ren6 Lac
ligieuse n'a a c c o m p a g n 6 ces laponais Yakeichi Harada par 6/3,
clatantes manifestations guer- Cochet a tW battu par John He
ricrec. Inapolis par 6/4, 6/4, 4/6, 3/6, 6/1.L
Souhaitons que cette situation une ovation enthonsiaste au
anormale cesse au Mexique par car Cochet est d6tenteur du c
la reconciliation des 61ements gleterre.Borotra a battu Jerry
antagoniques qui se livrent sur 6/3, 6/1, 6/3. Tilden a battu
la terre helroique de ce grand 11/9, 6/0.
pays, successeur des Aztlques, La trre a tremblW U
une lutte inegale oftu I'Eglise n'a dole a Her No
que la priere pour armes et les La tour hisloria de bas
promesses dtie trionphe de sonI
Fondateur. ans la mer .-j
Si le Seigneur ne garden lui- MOS'OU- Le littoral de la Mt
mome la mason, si la citd nest ortement 6prouv6 par un trem
pas d6fendue par lui, c'est en re; il y a eu 16 tu6set :138 bil
vain que travaillent ses d6ten- sont considdrables Yalta etM
seurs. L'experience des siecles se tour de S tbastopol a W p
est li pour l'altester.
Quoi quil en soit, Vive la Les elections gon(rales e
Mexique I terre de braves et DUBLIN-Les elections g6nr
terre de martyrs I libre d'lrlande auront lieu'de


prevu pour la sauver. On
prend le braconier sans ha.
cher Patbre. II faut I'aimer, la
soutenir. sachons au niToins
respecter sa douleursa d6sil-
lusion, son rceur saignera
toute sa vie. La tuer? mais
c'est trop d'hoaineur au lAche.
Non, phre, il expiera son for
fail son sang lavera l'aflront.
On ne tue pas le loup pour
chasser sa victilnr, on I'abat
pour la lui arracher. Notre
swmur vivra. Si vous persis-
tiez p6re, Ai tre 'le mieurtrier
d'un de vos entants soyez-le
pour nous tous...
*
Pendant qui'oi ramenait
Habib Antoun, chez lui, mort,
trapp6 en pleine poitrine.Bou
Feris rentrait tranquillement
chez lui,son fusil sur l'6paule.
Ses entants l'attendaient sur
le scuil de leur porte; les trois
homes se regardcrent, s'u-
nifiant dans une mdmie pen-
see... Et Margueritte? deman-
d6rent-ils?...Un silence r6gna,
Dieu sait ce que ces homes
se dirent dans ce silence qui
tut interrompu par I'entr6e
de plusieurs autres portant
un corps qu'ils deposcrcnt
devant les tois premiiers ahu
ris. C'etait Margueritte q('on
venait de repclher ati flcuve.
Les dcux fr&ires tonil)crcntl
genoux, Bou Feris chancela
en gromelant Mieux vaut
ainsi. Le museau du loup) est
trop fort pour en pouvoir
ell'acer les traces... Ce lut son
dernier mot... Pcut otce avait-
il raison...


S.mIM AUN


__CLI


~I


__







LE MATIN 15 Septeibre 1927


h peu dc tout...

IA lUADIOPHIONIE ET L'EGLISE
latt d'Europe riprouveal cerlains pro-
rames diffuses adnuellemenl


4,tervatorc Pomano organe official
iican," s'elve centre certain c6tes de
jiophonie telle qu'elle est pratiqu6e A
o actuelle.
1bhuts prblats d'llalie, d'Espagne, d'Au-
p, de fHillade el de Tchlco-Slovaquie,
F re journal, reprouvent la dillusion
mmrames susceplibles d'engendrer cer-
pratiques d6fendiies par I'Eglise.
,Lmbardie, on a interdi'. 'installation
I de T. S. F. dans les glises et les
!liend6pendanl. On espere que cet
sera suivi sous pen par I'Espagne et
contrtes. En Tch6co-Slovaquie, l'ins-
d'antennes sur les eglises est defen-
D~c~roe


triche, le cardinal Pi1l a invite les
orcer d'enilever le control de la
iphonie aux personnies qui voudraicnt
r,-vir pour des buts Irivoles. En Hol-
kil a e6t fonde un institute radiophoni-
itctholique.
hreproche principaleinent a la radiopho-
wltoelle de sc c-onsacrcr avant tout au
iA la danse ct dc ddvelopper ainsi cerlai-
Iauvaise halbitiuds. Elle diffuse en ma-
dela musique(i vulgaire et immoral,
Sdebonne inisique, et cli e ait perdre
hipsAbeaucoiip de gens qui ecoulent
ammes .ilS aucuneC Valeur, don't
naucun LIrofit intellectual ou mo-

autre cte-, i"glise se rend compete
ibilites 1CI rveIllIuses qiu'ollre la ra-
e pour I I decl)iopp)ciienlt moral et
eldes m-,,,,scs.
ait-on itri, c'r un imoen plus par-
Aplusutile, joint de vue education
radiodiflus, ii de la voix des cheis de(
events, dela civili- i ion, pour ia laire parve-
des rgi is cloignees, Ai des person-
autremlicl,l ne J)ourraient pas en
6crit le I i, 1'aolini, dans ( lI'Osscr-
Eilins,i suir la necessity, pour
d'6tablir nombrcuscs stations de
honie, conm les quelques stations
Uitt deja.


-- --- *. --- --


BURY IORD, aviateur
Iihtriel,eni iiipagqiie idu colonel Lindberlg.
ulpur la ,'uinii're fois en aeroplane
lhnel Charls, A. Lindberg v;'nt de bat-
nouveau record. 11 a rdussi a persuader
Ford i Anuler en aeroplane et d'ex6
remier vol avec lui.
reabric'unt automobiles prit done
rddu fai nuix ( Spirit of Saint-Louis D
4i muni po)ur l'occasion, d'un siege
Itaire, tandis que Lindberg prenaitle
ei balai ,*. lA pendant une dizaine de
I'adroplanc ournoya au-dessus de r'a6-
e Ford.
merveilleux el tout simple ), d6clara
lorsque, i'atterrissage, le commnan-
mas G. Lanpitier, commandant I'aero-
hlfridge, vint lui demander ses impres-


I


t lexeii.ple de son pre, Edsel Ford
A son tour i bord de l'avion, qui prit
midiateiment. C'tait la premiere lois
ord fils allait en aeroplane, et il en a
'inm6me impression que son pere.
rveilleux )), dit-il en atterrissant ;
ais rien de plus agreable, et je suis
Voir pu ex6cuter mon premier vol
nel Lindiberg ).
le colonel Lindbergh a pris place
des abroplanes Ford i trois mo-
M. Ford et son fils, le commandant
i.' William 13. Stout et I. William
lug0nieurs des 6tablissements Ford, et
E.Sorenson, etail survola A nouveau
A une hauteur de 2.000 pieds. M.
tn, pilote-clhel des lignes aeriennes
it le ( manche i balai ).
linerentra fi l'arodrome au bout de
i ,-

LES MOTS IIISTORIIQUES
,a plupart des mots historiqucs ont
qUOs apres coup; cependant 1 His-
beaucoup de mots qu'elle de-
arlant, enregistrer.
lie [totaflichie par le minister Vivia-
Die htde s'enluir i Bordeaux avec
letiepI cour, les theatres subvention-
harlement. t Le gouvernement a
o1011de son poste d'honneur et de

k Gabrie llanotaux, grand oracle
iuque en fait de politique ext6-


Panama Railroad Steamship Line

Service de Ifrt et de pass :gers entire
NEW-YORK CITY N. Y. CRISTOBAL, LANAL ZONE et les PORTS de la COTE
OUEST de I'AM.RIIQUE du SUD.
Le plus rapid et le plusdircct service de transport de passagers el du frMl entire Haliti
et les porls Europdens via New-Yord et Cristobal, Canal Zone, Istlnle e Paina z1.
Voici la lisle de nos agents pour les principaux ports de I'Europe : 9,,


Angleterre
rs, G. W. SHELDOM & Co -.1

EN FINANCE:
Mrs. SIIEIIONM C soul r4epri-Isais
par les niislns suihailes :
GEIATLEY HANMEY & Co
21 Rue de la lIepubliqtue
Marseille
HEiNUiPEi:toN & (Cie Lt
53 Qual Georges V
lIavre
HF.NU PlE.:lON & Cie. LItd
llue (du Moilin l 1 vapcur
Bloulogne s/Mer
IlEINU P'ERON (Cle. Ltd
95 Hue de Marais
la ris
HERNU I'I:ION) & Cie. Ltd
Iue de li 'Trnlanquilliie
i)unkerq ue
IIh:nu Pl':IONx & Cie Ltd.
Rue Rioy
Bordeaux


Ecosse France
17 James Street, LIVR:nPOOL, ENGLAND

COI'EN IAGUE
l)anemairk
Mrs. E. A. Hin-xIx & Co.
21 Allengade, C'openhaglue
SCENES
IHalie
Mrs ilr:NIl C(oE & (CLEnSt
Piazza S. Mallco, No. l;3
G;civa. lItalie
C(111STINi.\ No11 wAY
InleIrnatiolnaI.l
Spedlitioiisselskat.
II.1MH icLa I dl:li. Y
Ir i l. \'ogcn:iln

Go'"I'T-oii'cI:, S\VI., \i, I:ll:N.
Nordlisk Express
(Golticimbui r Swccdeli
lIRTI:AI).\M', HlO .L.\ l)El:
Mr. II. Vo'geilmllln
1 llo(llci(ai, IlHolland


0. B. Thompson
General Agent
Port-au lPrince, 11,hili
Private Telephone No. 252,5 Genierail (0 fice Tc'lclphone No.
-...- _.1L.. '"l a 'f'l',


ricure, apris le double assas-
sinat de Serajevo: La |paix
dce l' lurope ne sera pas Irou-
1)1be. I El celui-ci, du mimile,
rctrallchle an o Chapon Fin ) :1
( C'est pour ol)server les 've--
nements avec le recul neces-
saire. Y
Celui de Marcel Sembat, fil
juillet 1914. A la veille de la
guerre qui dura quatre lon-
gues annees : t II est ilsense
de craindre la guerre; si, par
impossible, elle eclatait, elle
ne durerait pas huil jours.)) II
est vrai que cette prophetic
permit a son auteur de mon-
ter au pouvoir...pendant la
guerre.
Mais M. Briand devait y re-
monter pour avoir prddit AL la
mdme epoquc: ( La guerre ?
Allons done! Les Allemands
ine sont pas lous.)
Et le mot, typique cclui-la,
de Francois Marsal, bombar-
dd minister dies Finances ai
'h eure oil chaque franqais
avait un plan sauveur: Moi,
Lin plan ? Pas mdinlc uIne idee;
je vous assure, pas lune idee;
mais je vais 6tudier la situa-
hion.))
Elt puis, est on oblige d'a
voir un plan ou meme une
idWe pour Otre Ministre des
Finances ou d'autres choses!


Un moteur
sans combustible
On made de Sao-Paolo ( lBr-
sil)qu'un pretre italien, lixe dans
cette ville, vient d'inventer un
novel appareil appelI autogo-
niomotrice electrique, qui est
destined Aremiplacer le combus
tible qui, jusqu'6i present, dtait
coiisidtre't Oliine indispensable
pour actioiiner n'importe quel
moteur mnicanique.
L'appareil est, par lui-mime,
gcnerateur d'61ectricitd. II honc-
tionne A base d'une magn6to m6-
canique capable de produire
n importe qu'elle force. On peut
h'appliqueraux automobiles, aux
avions, aux bateaux, aux trains
et, en general, A tous les moyens
de transport.
L'inventeur, qui est le pere
Antonio d'Angelo, a pris un bre-
vet pour le ionde enter. Les
essais auxquels il s'est livr6 en
presence de technicians auraient
donn6 d'excellents resultats.
--- -~--
Mort d'un descendant \
d'Alexandre Dumas
A la fin du mois d'aout der-


nier est niort, i Mitchell ( Da-
kota du Sud, E. I'. A.) N. Alexan '
dre Dumas, descendant direct
de l'illustre romancier.
M. Dumas qui dlait peintre de
son 6tat habitait la ville oil il'
est mort depuis 50 arns.
-------se--- j-
Le 21'e anniversaire de Ia mort.
d'Emile Zola
C'est le 29 septenbre l'.<1(2 que
mourait Emile Zola ; et Foun s'alp-
prdle, en France, ai cdlbrer,
avec dclat, le 23" anniversaire
de lan morlt du grand ecrivain.
Le jeudi 6 odcobre, dans le
grand amphitheiatre de la Sor-
bonne, une chr6monie conmmi-
morative,pr6sid6eparle Ministre
de l'Instruction publique et des
B1eaux-arts,comprendra une par-
tie musical, sous la direction
de M. G. Charpentier, de 1'Insti-


ful. Lc dimanchle 16ocobre, ai
rai lie Ic pelrinagc i M (Idalin o
l iiour'l t Zola, sots la presidency ,
tie M. l.uciC )escaves. M. (a-
blriCl 1cuillard y i V)'onot ca l Ie
Sancgyrvique de l'6crivain.
A P Cl''i., cjOnine nous L'aVOII
dhja dit, '()Oddon reprendra l'As-
soinmnoi'r et la Conim'de I'ran-
paise montera Theri'se Ilaquin.
-----s3e- -----t
Piquante venture
11 y a quelques alnncs, M.
Wensley, de Londres, avail re-
qu la visit de lqueques auda-
cleux canlbrioleurs, mais ceux-
ci aviicut dtIu/idialer, sans pou-
voir ricn importer.
Je defie ces messieurs de
pouvoir rien russir chez moi I
s'6tait triomphalement exclarne
M. Wensley. .Je dispose d'une
inslallalion preventive absolu-


CAS N V.
La v l-ur ru.riiive du V ro' :nontre dains unte crv ta'..


don't le tl.'iai s ont t. f trnis p.ar des meinbres de la pro es ion
medicare.
~ -,, --,".- ". ".., "--". :,*
S' ,


Le Bib'r Poval1, avan: d avoir
pr.s du V rol.


Le Beba Povall. ap'c anvoir
Fris du Virol.


De 3 856 A 14 237.
L 1 '1 1 'i'1, IC ilf(i-rd, ,i'.ait (lJp(L ri jju ( 'ij ta ('
d(' ) ilm oisw., itu l iI I1 pet( ;it |itlt'. 2 "! 94'J9 ct il in t.liit
plus' ;ilors q i t;iiu sc tIri v;iit. in lu i l in li d lu Virol et une arflrliorirtion
s p'rduisit iftL'(l..mit(r i e(it. Aprs 4 miois d'alimentritation
au Virol, il ,i-'-ain( u1n Ipa', a I'E'xpoiition de 136bbsde Salford.
11 pese ma.itcinanti 14 287 ct ust dans un ctat superbc"
Le ^ L VinI ( ,,ti v |i'paiat. n c'nompo-de te Graisse (I"
f Mr I,, *' l' tr ,ti] mls e ll e Rouge dir ,.
dl \ytx; (I, tit. i (Itl, i ifs, -)t de Sirop de Ci:r n.
HC 'e tina'"im'nl pr'cieux dain'leslcam d'AlimentatiHc a
S- e de Phaisie.



VIROL
AGENTS:
W. QUINTIN ILLIAM- & Co., Port -u Prince, HAiTI, Bolte Poesak 147.
S1 l.'l.. 1 H. iA I 1\' 1- kSI\ I, NI, S ANG. I. ITERE


i :




;ii


i t
LI


1


ret du parli iibkral. Melle Lloyd
George, qui avail ldeimandl quel-
ue tellips ie rCIlexion avant
dc tire cotniiiitre sa r'i)ponse, a
dc(IM e i'in vilalion qui lui a et
failed. Ille ,li scra donc pas can-
didale.
Ion Ilirilllr' lie S.:iem o-I alizelli
Les pailriilts d'i garioni ne
dans hp 110al de Iluenos-Ayres
out nonimi leur fils Sacco-Van-
zetti,en m6moire des deux anar-
a histes executes ai Boston.


- .---------- --- S.. -- '-------


- ~, ..- -'


'-a. ~


-- -- -- -- -~~-- --


__


_;~__ ~~


--


I - -- -I~--- --- -


I - - -


I


I r- -----


t
!
1


ment inlaillible et le plus habile
'is coquins s')y iCfe'a prendre
ell Un Cliin d'oeil.
Or, malgre ce defi, M. Wens-
ley vient d'6tre cambriolW, der-
nieremien, come un vulgaire
citadin. On lui a ravi une su-
perbe collecliot. de vieille ar-
genterie, don't il tlail legitime-
ient hier, mais ses visiteurs ont
eu la delicatesse de respecter
ses decorations et cells de ses
deux fils, lues iI a guerie.
Mais ce qui rend I'aventire
piquante cl digne d'(tre rappor-
I Ie, c'st que 11. \VWnslcy don't
Ii s'agil slt Ie cliel des ddectives
de Scotland-Yard.
-----h -IeE",s- -
Echange des ratifica-
tions de 1'Accord huX-
tiano-dominicain sur
la circulation auto-
inobile
Avanit-li:er, it 11 theures du
ialikn, cuL liieu. 'i la Secretaire-
ie di'l':tat dets iclations E.xt6-
ri u,'ts, l'('cl nge dcs ratifica-
tions d(e lFAccord signed lc 21 mai
de elle ianne i't ret Cglemnliant
la (irculalionm aliilonlibile enitre
ila tit{pul) iic (I'llah liel et la 1 -
|>uldlnliue l )(omiiciailln .
I u s |iL()cis- crl,(ii. x relatifs
,Iux Iortizlla.Ils de col &chianig de
r :Ili i alioiIs porIenI la signalu-
Ir' dcI M. Caniille .1. Leon, Secr6-
1 lair (It.'fll dis I1laltions IExA 6-
I iiilnt s, i cl C i. titl nl le (iouver-
IlciiiCtIl IIi Iln ii c M. Manuel
M aria (;:, iit c (:hargL d'.\P ,ircs
'I. i i .c li I >) l i(j Ique l ii i ni-
iii ;'C 0! 0'o l-.i-l'rii ,., i* 1 |nt' -
Im It 'Ii ll.

I ,n' ol'Im,' ie i fsslion
i;1 ']ii| lt a lic iouvelle pro-
SIc. lldc ,Itc s, cH qti lic, Selll-
tC snl s il pl( s, l (jliU in sc' -
colic (. dcoi elicurs, pollr eliudes
sci ittiliqucs I'hii dfhl, a 'insti-
till .Il lln tiC Ell l llslb rgh,le per-
soMinnl cst ,ugllicntlc ( dlpuis dix
sc lilnallcns d(i dlouize perisonnes
(ui otil poi r llic (l de d(o illr.
l'cidlaiill (qu'elles d(orlleni, It's
holin0es Ide science ,lIudielit sur
oldies les divI'rs aspects dI sonm-
ineil, ausi ]ien au point de vue
plhysiologiq ue qu'hygidnique.
(Ces (doll dor(ilu'll s scIl elitlent
tcii i a IrL cmpii lo altendu
(qu'aucun d'Ieux ,'ia ,IcilianIhd &
en rtle r 0letvc (. (n il (qu'ils sont
lienlh plays Cl I'ci(uIx de ga-
glier Ilcr vic cni d ilriiaui,. Ces
;illari'i lolles limilaii s s'acquit-
tenlt avec zele el satisfaction de
lcur... travail, et fotl nmdme du
zMle, ce qui a permis aux savants
qui les survellent de recueillir
Sune ample moissoni dc notes
d'uile uL llil incontestable.

I ne nomhlle Iradn'lion
lde I' lirien T'eslaineil
)ciux lit(,ologielns callnadieinset
(elux Illi('\oi s ali 'ricains
vitnci l d lde'n' in'r linlle niou-
vrell ic Clhliol)ic l ',\ Il;iicntl q qui r > lpublit(- pro-
cll il, I nll. I iil tllr st; le doc-
tciur .1. M. Pl'\\is Smillti dt C(hi-
cIag(, ei Ics c'ollabol'aleurs sont
Ics Ipolr'sselils T. .1. Meek, de
I'llniverCI ilt' de Toriono, Alexan-
(der It. Gordon, dI I'unliversil6
McGill, i Moitl':al, l LIcroy
\\'alci 11111, dt. 'iuniv'ersile de
Michigain.
ILa noivOelle version abonde
cn cX.p\ ( ssiO- ns lalnlilircs.
iI11 i V (lii'un i S ls Ics Ira-
(iit ('Iclu s (int cslin .i l i believed
(iI lUngac! suiillinaiil, ccst ctelii de hi Cl ( ,cia-
lion do mnonde oll Ics dix IIols
dc (ic:(.nii)tio i on( t" Iradulls
paer 1" iim s.
lelh lI.id l (I i c lorie 0 didaht
au Parlmeial
La ita:'cllIde I' sl/ itister an-
noncc (qu'unc organisalion libd-
rale du pays de dalles, a invite
Melle Mvgan Lloyd George, fille
de 1'ai'icnI iemIicr min1istre, A
sc i)tseflcr aux p)rocllaines
:'it'choiis glcnti',l' ts daus l'Inte-







LE MATIN 17 Septembre 1927


iLES FETES DE JEAN MISS i IAIAGIUE
Un des v6nenments Ide ces lemps derniers,
que le Vatican a suivi avec 1a plus vive alten-
tion, a 6W6 la commemoration de Jean Huss,
le h6ros national tcheco-slovaque Jean Huss,
h6r6tique condamn6 par le oncile de Cons-
tance t mourir brul6 sur le bucher, n'etait
qu'un pr6texte pour les anticl6ricaux et
trancs-macons d'insulter I'Eglise et le Pape.
11 y a deux ans la f6te ltut c6l6br6e avec 6clat
avec la participation oflicielle du gouverne
meant tchecoslovaque, d'on I'origine du con
flit entire laTch6coslovaquie et le Saint-Siege.
Depuis deux ans, la 'fchecoslovaquie nest
represented aupres du Saint-Siegc que par un
simple Charg6 d'.A laires, el le Pape par un
auditeur de la nonciature, qui reSside ii Pra-
gue. Des mois se sont 6coulns cl, pendant ce
temps-li, les deux pays out n gocie. Le Va'i-
can, qui est maitre dan; l'art de la dipl)toma-
tic, a envoy a Prague en mission oflicicuse
un haut tonctionnaire de la sccretaircrie d'E-
tat, Mgr C(iriaci, pour jeter les bases d'nlii ac-
cord eCI tudier li : )ssibiliiW d'uo rapproche-
ment a\ec Ie goiivernement tchecos.ovaque.
La mission de Mgr u:irinci a d(1 avoir unI bril-
lant resultat, car le tl 'ls tie .lean i luss II'o tt
pas Cln le caracterc anticlerial des atiies p)rl-
cedentes. le gouvcrmernmnt n'v ayant Ipas par-
tici)p6 oiiciClleimenl Aussi, ('ici pen, Is re-
lations entr le I gnuverneiimcln tchlcoslova-
quee t le Vatican redeviendront normales
colmme dans le pass, a la grande deception
des anticlericaux intermnalionaux. La grande
force de l'Eglise, c'est qu'elle petit toujours
attendre pour resoudre une question, nlimec
la plus epineuse, car elle est 6ternelle.

Le billet de banque codttait
trop cherl
Qui l'eWt cru ? C'est en Anitrique. M. Mellon,
secr6iaire du Tr'sor, a juge que les billets de
banquet (de son pays etaient U Ull l'ortnlt trop
considerable. Et qu'il y tallait trop de paper.
On va enriduire lc format ('un tiers: cono-
miser ainsi 2 millions de dollars par an I
II est des Francais de jadis qui coupaient, com-
me on dit, un liard en quatre. M. Mellon coupe
un dollar en trois.

A la IX Olyrnpiade
Comme on le sailt, I'ann6e prochaine se tien-
dra i Amsterdam la IXe Olympiade.
'IU. S. S. H. nous communique (que l'Union y
assistera et que le Comit6 Olympique hallien a
6tt maintenu. 11 a t06 d6cid6 par le Conseil de
l'Union que seuls les athletes designs par le
Conseil pour faire parties di Comitl Olympique
prendront part aux jeux qui auront lieu pen-
dant cette Olympiade.

Napol6on I*" et la table
R Iarement homnime sut moins gouter les plai-
sirs de Ina table )), crit la revue la Bonne Table
el le Bon Gile, qui nous done le menu des re-
pas de Napoleon.
a Le 12 vendimiaire, il ne dine que d'une grap-
pe de raisins et d'une grande tasse de catl.
et Le 15 brumaire, al un grand banquet qui lui
est offert pour i'ter son retour, il ntie golte a u-
cun plat, mais se fail apporter un petit pain et
une demi-bouteille de vin.))
Or, triste ironic des choses, Napoleon, qui fut.
toute sa vie l'un des homes les plus sobres qui
se puissent rencontrer, meurt d'une maladie
d'estomac et d'une diathUse du loie.


Les raids aeriens
VIENNE Les aviateurs franqais Pelletier
d'Oisy,Gonin Vigoureux ont alterri ici au course
de leur raid inmdditerraneen.
CASABLANCA Les aviateurs Vitrolles et
Lefevre, parties du Bourget,ont atterri A 17 heu-
res.


A Geneve
GENEVE- M. Paul Boncour, posant le pro-
blame de la security, a rcclam6 la reprise du
protocole de 1921 avec un amendment sur les
points critiques. L'Union mondiale des femmes
pour la concorde international ainsi que le
conseil international des lemmes ont tel1gra-
phid & M. Briand leurs remerciements pour son
iscours preconisant la paix par I'ar'bitrage.

Usen lelire du uice-presidcnt de I'American IAlion
an f Matin 1 de Paris


PARIs- )Dans une lettre au ((Main)) M. Follet,
vice-president de 'American L.egion, a expriii.6
ses sentiments de pi6tk envers les morts et son
affection pour les vivants en soulignant (que
I'ideal dies lhgionnaires ani6ricains est de don-
ner A la France un t6moignage d'amiti6 et de
respect.
Le Maire de New-York sur latombe
du Soldat Inconnu
PARIS M. Walker, maire de New-York, a
d6pos6 une :couronne sur la tombe du Soldat
Inconnu.


ILe carnaval


dictionnair


QUADnnLLE:-Moi,la seule flg
re qui me charge, c'est cel!e
ces jobards de maris qui so
rient penda nt qu'on balan
leurs dames.
QU.ALITI: ( 1IOMMI Dl: ) I
monsieur qui ne se doutait gu
re que le suffrage universal
forcerait A computer avec 1
hommies de quantity.
QUATRAIN- Un oiseau a qu
tre pattes.
QUESTION-Ce sont ceux A q
on I'appliquait qui n'aimaie
pas jouer aux quatre coins.


e


u-
de
u-
ce
Jn
6-
!e
Is
n-
uii
I11


RA-- Maladie qui doit r.-
monter come origin A 1u1
. jour ou un chien fut mordu pair
t un home.
RAISON et RAISIN Dire qu'il
sullit dle ceci pour tuer celal
AIF.lLE La cantonadtid de la
Simort.
IlRAMOLLISSEIMENT Qui trop
embrasse...
I IANCTUNE- L'extrait de liebig
de la colkre.
IRA'rEiEn--On dit les dents de
sag(esse, pourquoi ne dirait-on
pas les dents de folie ?
RL'ruIi:s- Le med culpd de la
plume.
RE:cIDIVISTE- Un gaillard qui
tail semblant de prendre les
silllets pour des Iis.
'IREGAIN- Seconde edition re-
vue et considerablement dimi-
nuee.
RlEGRET-L'6cho de la douleur.
RIELIEUR La couturiere des
lives.
RELIURE II en est de meme
des livres que des temmes ; cc
sont en gn&ral celles qui va-
lent le moins qui ont les plus
belles toilettes.
REMLIDE- Comine tous les ar-
ticles de toi, ca se vend diantre-
ment cher.
REMORDS L'indigestion de
l'Ame.
RENOMMI"E- La preuve que le
gout de la guerre est dans le
sang de l'humanit6, c'est que
Four embl6me on a doinn A la
1enomm6e une trompete.
RI:PAIIATION- Operation ti
element d6sagr6able aux poltrons
et aux propri6taires.
RI'PUBLIQUE Chapeau bas !
Qu'on ne plaisante plus.
IliftTAI'rioN Ce qu'il y au
monde de plus tachant.
REQUISITroIIE Massue (don0
la loi a le tort de se servir in-
dististinctement pour assomer
un monstre et pour ecraser une
inouche.
I ESPECT-Ah I monsieur quelle
6poque I On ne sail plus 6tre
respectueux.
Ah I monsieur,Mtes-voas bien
stir qu'on sache Atre respecta-
ble.
RE-rLNUE Connais pas I r6-
potn(dent les rm(curs. Connais
trop I repondent les appointe-
monts.
lRE:TmICENCES Les doubles-
leonds de la parole.
RITRAcTATION Eponge qui,
en nettoyant I'autre, salit le plus
souvent celui qui s'en sert.
RETRAITE- Dr6le d'id6e d'a-
voir donn6 le m6me nom A ce
qui d6shonore le soldat et A ce
qui le recompense A la fin de sa
carriere.
RIITROACTIVITE Le recul de
la loi.
RETrIOUSSEI ( s ) -- Act i o n
qu'on a surnomnim le baromltre
de la pudeur. Malheureusement
quand il monte, ca ne veut pas
toujours dire beau.
Il::VEIL-MATIN-Exactitude ar-
tificielle.
RI.VE Une evasion quoti-
dienne.
REVENANT Croyance d'au-
tretois.
REVENU- Croyance d'aujour-
BEVERS- Pese-amitib.
RE:voLtIoN-Adult6re des na
lions.
1l Nota Neuf fois sur dix
c'est Ia taule du maria.
2" Nota- Ceux qui criect au
scandal sont ceux qui sont lu-
rieux de n'avoir pas jou le r61e
de l'amant. Voir suite en 5epage.


ina^Nif-m




id I


Capital: Or 1800IO.


Eug.Le Bosse 4$L!

Agenlts Gei6raux





Panama Hotel


Dans


ce novel etablissement,


ele


elpropret, site au bas de la iueD

Destouches, on trouve, a toutes les

res, de la bonne Bicre frappee, des


dwiches

queurs (


exquis,

delicious


du Rhum fin, de


et des Cigares


HAVANE--


ON DEMAND
Un jeune home Sltno-
Dactylo. l)oit avoir bonne
6criture. Faites application
en propre ecriture.
Caribbean TRADIN' & Co Ltd
1). 0. Box 147.
Port-au- prince.


Le public eat avisd que le sous
signs a ouvert rn dp6t de gazi- ImlViMi' e
line et kdrc 'noe l'ancien loc Henry Joneoail
de r'i "Unit :1 \et Indi'- Co -
por ;on", tiiuW au bas du Bou e 16.,4, Place
vird dc j;Vcuves, epiAs la Garc
Mc Donald. Enveloppes CO0
Port au Prince,2 Septembre 1927 blanches superieuI
JOE PIERRE-LOUIS I pression ia dcux (2,(


E toutes les liquidations qui ont td

de toutes parts, ces temps derniers il

en a qu'une,"qui rest *



LA VERITABLE


Le Gros

Magasin


Succes

en sa


qu'a obtenu le Gral

Liquidation, aine


beaucoup ai imiler. Mais constant

le reel sacrifice que .

LE GRAND MAGASIN i

endure en sa Liquidation, on lui a a

donned cet honneur

La liquidation du Grand Mag4

est continuellejusou'au dernier obj


S' 206-208

3I AR THaverSIer
iiS~ ,'< [3 l-.S i % ^ t a. [ 3 "^


S -


I


__Emu


_ r __


---L -- --X~UUIUCIII t -WL -UIIIII.


- -


?s
























































































I
I
p
S


Vaint de ble ,
de mineures
On tail savoir & .tous (eux & qui
i!. ppaitiendrn qu'en verlu: to
d'nui ugoesant reader par le Tri-
bunal de Premiere Instance do
Port-au-Prince e 5 6 aot 1t27,
homologuant une ddlibdration uu
Conseit de Famille des mineures
Andrde Duplessy,Georgette Jeanty
et Simoue Denis, aenue so la a
Prdsidencd du Juge de Paix do la
section Nord de la Capitale le 4
joillet de la preeunte ; to d'un au
tre jugement du meme Ttibunal,
ddt6 du 7 Septembre courant, per
mettant de vendre au dessous de
la mi.e A prix, It sera proc6d6 le
samedi que lon computers rinse
#utre teptembre t1927, 10 hlb
duo atia, eon '6tude ot per le
Mtsisttre de Me Uieudonn6 Char-
le, Notaire la residence de Port
au Prince, Rue Fdrou, i ce com-
mil, A Ia vented au plus offrant eL
dernier ench6risssur d'un immes
ble, fonds et bitisses,sise en cette
villa, Lalue, aa No 1019, do la
conteonace de douze pieds elt de
mi de facade sur quatre vingt dix
de prolundeur born6 savoir ; au
Nordjpar Lalue au sud par Mon
sieur.Eug6ae Duort, A l'ouesl par
la propriety de teu Edmond Millet
16 'Kst par Mr Eug6ne Dulort.
La dite vente se tera au-dessous
do la mise a prix de sept cent doi
lars outre les charges de la se-
conde euch6re et en presence des
sieurs Emmanuel O.Jeanty.Cailo,
Boncy et Sylvain Hyppolte, su-
broge6ituteurs des sus dies mi
neraces.
A la requAte des sieuret dames
Endlus Jeauty, nuna liobin et
Sylvain llyppolite, pris en leurs
qualities de tuteur et tutrices des
mineures sus designers, tous pro
pri6taires,demeurant et domicili6s
t Port au Prince, ayant pour avo
cats constitu6s Mes Eugene Legros,
Etienne .Bourand et Maurice P.
Deliille, avec election de domicile
au Cabinet des deuza.derniers, sis
& la Rue du Centre, au No 1615.
Pour plus samples renseignements
s'adresser A Me Dieudoun6 Char
les. d6positaire du Gahier des
Charges ou h'Pan dea Avocats sous
signs.
Port au Prince,le 16 Septbre 1927.
Eugene LEGROS, Maurice
P. DELILLE. av.


AVIS
Nous avons l'honneur d'a
viser le public et les chauf-
feurs en particulier, que nous
installerons tries prochaine-
ment, une ponompe a gasoline,
au Portail St Joseph, en face
de la gare du Nord.
Auto Supplies.
R. M. AUtiUSTE & Co


RlemerctmenDts
Monsieur et Mine Robert De-
plessis, Messieurs Vergnaud et
Thai&s Dupleasib, Mme Vve. T.
Duplessis, Mme Vve J. O'Calla-
ghan, Mine Vve A. Massac, Mr et
Mme B. Dufanal, Malle Aam6ie
Duplessis, Soiur Marie St Odeacal,
Meile Cloriode Duplessis, Docteur
Smith Uuplessis,MelleJuliaO'CaIl
laghan, Mr et Mme Georges O'Oal
laghau et leurs enfants, Docteur
Charles Massac, Mr F1lix dassac,
Melle CornelieoMassac,Mr et Mme
L. liiriss6 et leurs enfants, Melle
Clarisse Duplessis, les families
&Arcbin, Carmbleau Antoine, Polio
vitn remexcient bien sincerement
les Smuurs de St Joseph de Cluny.
le, amis d'ici, coux de la Province
qui leur ODt t4moigu6 de la sym-
pathie A l'occasiou de la perto
cruelle qu'ils oat 6prouv6e :en 1s
personae de leur regrett6e. ...
Marie Madeleine Marguerite
Polonne Archin
Vve Smith Duplessis
et lea print do trouver ici 1'ex-
pression de leur gratitude.


Le soussign6, propritaire de
Camion faisant le tragic entire Port
au Prince L6ogane et Trouin, &
1Phonneur.de porter A la connais
sance des int6reasss qua devant
partir pour I'6tranger on eat pnd
de b'adresser durant son absence
au Cabinet de Mes Charles et
Paul Bouchereau pour;tout ce qui
eat relatif au service deLson entre-
prise.
Port au Prince, Ie .5 Septembre
1907.j
Miguel SAVAILLE


Aux Grands Ma
DE


inasins


Fournitures G#ndrales

pour ia Cordonnerie


Joanny Cordasco
No 319 Rue des Fronts-Forts ou Thomas Madiou.
Telephone No 2357.- Port au Prince, (Haiti)
Viennent d'arriver et A vendre :
Automobile (NASHm) six cylindrcs; Seven iall lBearings
Cramkslhall.
Pi'ncus el (: i;, ln ts i r ; M ichi ' )) Tolt) tes le diinen-
sions en Stock. Ti s Itr;is et i nincilleur marclie que par-
tout nillcurs.
Talons C('!mlc(huc (( Good YcarT. Talons Bois Louis
XV et Boltiers.
Bicycletles (( Ia Richelaidiere )i avec changement de
6i VITESS'.S, ell inarchie.
Machine a coudre VESTA aI pjicds et A main, pour coutu-
rieres, Tailcurs el Coidonniers.
Chaussures pour honmmes et pour dames.
i hambre de bain luxueuse; toilettes, lavabos, Baignoi.
res. NouveautWs ?
Portes 'i coulisses de toutes dimensions.
Specialist de la Maison; L'assortimient I' plus comn-
)le! dcs Fourniture; ,i; p!s iour la i orl)lnuie ic.


A. de Matt6is&Co

lIRe'prscnt I ts )pou I laili


'A./ a
THE r;1 L MAIL'
5TEAM PACKET;
COMPANY
Le steamer Culebra v
venant de Kingston et des
ports du sud, est attend
Port-au-Prince, le 24
Septembre courant. 11
partira le mdmejour pour
les pdrts du Nord et I'Eu-
rope.
S %Port-au-Prince,' 'le' 14
Septembre 1927.
J. DAALDER Jr.
Agent Gdn6ral


I
A


- -* 1


I --- I _._ rrrrruu--rr~ YIC*IIIILUIIIC _ ~_~


r I


-- -L -- ----C _~


m




6 LE MATIN :15 Septembre 1927


*1 Paris Bazart Paris Bazar! 7
' ;de PETE BROWN
Rue Bonne-Foi en face des Magasins de MM. Reinbold & Co.,,0

Se Sel Magasin vitre de la Ville
PIAIIS BAZAR, comme chacun le sait, est le rendez-vous du m
g chic et de nos elegantes Mondaines.On est unanime a dire qu'on n'*1
, assez (I'yVux pour admirer toutes lcsjolies choses exposes dans les ,
Strikes (de ce coquet Magasin qui ne desemplit pas et ou le meilleur"
H 'cueil est reserve tous. Entr'autres articlesde toute fraicheur et de t
te beaute, ce sont d'al)ord de Maqnifiques CHALES et ECHARPE&
soic, dernier cri, aux couleurs chatoyantes, de toutes lesdimensionsv
, des prix tries moderes; de JOLIS BAS tout soie, de toutes les nuani
(Ide (iLualitCe s perieure et a bon march; des SOULIERS de tous les4
,:f ineros )our Garconinets et Fillettes, du Celebre D" CAMPELL, qui
, vicnnent si lien aux pieds delicats, caused leur grandevoqueaux E
T nis ct dans le monde entier.
On i1 trouvera en outre les articles suivanis recemment arrives oat
N derniers steamers, a'des prix defiant toute concurrence;

I Cadeaiix pour Baplemes, Fiaiailles, marriages, etc.
SBalles et Ballons en caoutchouc.- Formes chapeaux
SJolies Services a liqueurs,- Tes 'jolies manaucres
SHarmonicas. Accord ons, Poudre, Pommade,8avonnefi
Chausselte, pour Hommes.-Chaussettes pour Enfants
Bas pour Fillettes,- Cravates dernibre Mode.- STACOM
SLotion & Parfumerie de routes les marques
Reveil-malia.- lontres Bracelets.- Montre pour poch
| Chapeaux de paille.. Tusso: de soie.- jTussoekimpriW*6
SBracelets tertis de pierr.s precienses.dernibre mfde el
|Chemisettes pour Hommes.-Chemises lde Tus&sor


.49


VALISES a MAIN POUR DAMES & DEMOISELLES
SERVIETTES DE TOILETTE- RADIO CHIFFON
SOULIERS POUR DAMES-- SOULIERS POUR ENFAN7S
ETC. ETC. ETC.
L W w *1 W *W


4-
-~ ---' - - .~...rwr


. .. n ow. .




* ~r ~ V
4 ,.
Y,~2 ~
~ ~ .~ .. & -


L ...


Lw'


*1


be force qumd m a
Sefaitd-ut
vofiante i d

et domi mn d o


at d A
yt -s-u"l coil 6tot 6ri
*l cboi. Lea raau x
Sisommenctront
[lJatok yeh ment da di-*
an iuafirmier perma.-
y 1M4 uomMnu6 et un ad6iL
s dina Service y iiendra des cli-
hebdomadaires od tei mn a
h- t. W itrouveront




VI Vt A Port-Ou-P un
Mdoet-baH *t sa "dquipe

[O lairewlnt matcheb daus
me doux prt*wront liI. pen-
dnt I~ or ndmJaomlcains

Un comit6 compps6 de trois
members a 616 torm6 par le t on-
sed do ru. S. H. pour l'orga-
nisation des matches, des fetes
et des receptions qui auront lieu
en ihonneur des sp.rtsmen de
la Jamal ae. Ce Co ait est com'
po.6 de MM. Seymour Pradel,
p'raident, Louis Soray, secrd-
taire et Edmond Mangon6s, tre-
sorier. '


A 8 bra pr.ci. M
LA CHAUSS J .-T

DES GEANTS|
jo parpar m
joui par Armand' imal n IiI


AUi rONOta MTA


I R6psubtiqiue A l'occasio d
= r-*m r. r de la session extra-
uodiutre, a dbea6 teItare do
cotte repose A qui rAsemb6o
t* dona-, immediatement, sa
sanction.
L'ordre du jour epuise,la s~-
ance fat levee.

A vendre
2 Grinds Mirolrs,t grand lit o
for, 2 Victrolu Reeord *grand at
petit., tables, chtims, vaihelle, 3
armofwi, miettes, voerrs, plate,
1 culaieo amaricaine, 1. side board,
1 auto Pord et tons autres men-
Sbio at etmnils de anuage.
S'5dreaor so Bureau do Journal.


VWM, EWmu pi, rt ws
eke oliw M f tn Pad r .t n
,e i a rd Mann o
lmap Bfw Me plm 6ormra
IIma N m e e- ms o 4fmolmdnt quIn elabt
*t .-III*& a 4smmalas, MsaM skce u
WORK & LAUWN
Hdati


j


YT fr V-


I


|rfois bien difficile, por.b propridtaires d'autos, doe avoir quels eat les N E U
a.ls doivent aceterd ,, trt, s'iis auront a chance do tomber sur un pneu solide, et qui lear
*illeur resdendati


ltez plus, la marque '"oodrich Silvertown", la plus remarquable pour sa longivit, et son


S
don


bon mar-


permet d'aceter n'imp re.lequel do ses pneus ouachambrm air, sans crainte d'un insucc6si
iadez i vyea aisq, qug m ot d4ji achit, s'ils en sont satialails et vous leg verrez tous vous rdpon-


.ODRICH est le PNEU ideal et unique.


trouverez les dimensions suivantes, en Stock


la


Aoent Gen6eral pour Haiti


PHONE:2379


31x5.25 6 ply
31s6.ix
32x4 heavy duty
S 7n ply
38s5 6!
338100 6-7
34z41/2
36X5
38W7


Si vous cherchez des saveurs
nouvefles mangez
Ic Fromage K B A F T.-

Le gofit

savoureuxdu

Fromage

bien fait
DANS la Fabrication (d'un bon
Fromage, I'hulilelt et Ic savoir
ont des liimnites. Le temps scul
pent conipleter le travail. Le
Fromage KBAFT; qu'il soil en
pain s, en terblancs ou en pots
est toujours absolument bien
co.iservd.
La Maison KRA\FTr pourrail
vcindre A vii prix sea Froinages
s'ils sortaienl vile de sa labrique.
Mais (lh:I(quc pctit paquet de
KHIAFT est au point udt il pos-
skde le bon goflt cl l.a rich ma-
wvurqui ont ai duii KRAFTIe
premier des Fromages. Dans la
Fabrication du Fromage
KRAFT la Fabrique attache an-
tant do minute dans les moin-
dres details qu'elle en attache A
sa conservation.
C'est cette attention dians les
mo'ndres details qui taitque lea
diffrents Fromages KRAFT
sont des types de purete,de fine
saveur et d'une exquisea ,aridlt
Chaque paquel de vri Fro-
mage KRAFT port cetle
marque
Ktttf~flg


A| 6(6rul lr Hail
THE PAWUY SALES C'
INC,
Port-au-Prince (Haiti)


8~1


I

II


?~ lc" ;~~A


oil^


--A I


- --- --- ~-1


- -1- - ... -...


-- - - - m,-.l--.


I so un.


-j !,; Um "


_ --" I


;


04A ON
-- r-wI AT - -,-


booobh


*-'.


,.1








LE MATIN--17 Septembre 1927


peuent se conserve dan tota
leur charge et beauty en les
lavant avec le



-INDISPENSABLE POUR
TOUS LES TISSUES
DgLICATS


Ce qui s' PSsse autoU0
Sde nos et ailleurs

I, r;> cl ni", jai;oiisii.e a;'l I','r ;i
D)epuis ces 10 dernibrecs an-
n11is et surtolli deptiis Ie c('n--
teniiire du PeILron les capili-
listes ii)pnmlii:i oiut active leir's
entreprisrs :al P0ron. I'lP1
sieiur ilPS lantaLiolis el' co( l ii
out 0ti etal)lies A Li L1 jIuca,
liin l:iVa, \inslinoi et :itres
lieiu ; dIes plantations de riz
-i A ii'In,, C ,1i >l) )Ite, liasca-
i1lvnio,de ctalc( dnis les l vallees
de 1,hl1tC'liiinh ly I. L a i iaison
I losihi & Co cultive le, plants
Ilmel linialeselt a tiie tbl)ri(tiie
dle ilCedic.iiiilt'ltS ;ivTee II ,i i
lal de 20 millions dl: v ns I:'1 It
a :chetee 110,001 ) l'inIe'is ter'r, i ins, pourl avo!.' Ie eil lre
pl in pi|ii dl de ciilltire t -i l pla
h's int il'iii li C (1 illS It' IIll i
(10 ()i V ('Clllive 1 1 1i lli '1V .l i
ceio'; et nil expert j:ipolln is, d1
rellO illilC'e 111ll011i l10 ;i tlt
clioisi direcel' iiil tJ p.r IiL (Cie
c e elt l e. ,e 11 jail ) 'is est
aI:lssi e's:ivt I.T' I Ti t' C\pet'i
jp pl|'niiis Yoslhik it i, exaii 11. ,
Iet po s .sil)!lil"; d.t l i rt i,'(. !i
d 2 I)de .artcie ilts (Id I ili.'i:ii i.'o
(t' .I in in.
L'e .lapolln iinp|oreL' an elli .'le
inilnt ie (I \i ll\ iill' ililii n 1 di .
\e s 1 lit' i i:;liT rei s )i'relii.'res,
surlout de colon. .es la iii'es
di Pel 'oLii, ln plCIite (j liu iltt'e,
prlodilit's tdLiis Ie i)O l:i'c-
mient l'Ari'(ipa, onl etle dej
exp)orIet'.s an .lJaponl, par la
Maison Kitsulani.
I A


e lJa)poin c,1'1n1,wniqIne avec
le iPerou par les vapeursd (I.' I1
Cle iaponlaise ( Nippo, i VYns
K.ilisha i) q(li f)int :imiiteCiint
neui voyages plar an Ce slnt
des vapeurs de 10,000 Ionn 's.
L'industrie japonaise anl Ic-
rou est rep)r6sentee par des
eb)nlisteries. des fabrihqiies de
chapleaux, de cuirs, de briq(lue~
et de porcehliiel. 1 v a :i i'Ssi
title Imt priinri e ija;po;,Cis' i .,
Ministry dIIu .1 ipon;'i Lim i est
I). Kelichi Yamassa Ki.
Les Japniiis aIIl 1exiqj i
L, premier g'iroue ( l'iimni-
grixt4s jaj)olsis,lorilii' )pir 20')
tlaiillcs iavec- uin total Ide 1700
personnel, eit arrive Ie 29 juiil
let a Jalisco p )it'" s-' (s !sco t'rer
a dles trav.i1,\ ag,'i)cles d:ins
t1nw ftr I'' d i IOw lv rne:I" lit.
L j illr ,i l 1 1 I I :liversi l
dlii ( iie lei pro|0i r 6)i 'i iir s (ole
|)!i;|I 1 l l 'l l I I II 1 1 I I ( if l (10 ) '-
cidl ltal 1 Ie p (),j'l ell-
irCj)e rell Il' I i I'C.Il ) ii),i ell
IInei l ui (.' iC '1 e ,i\'ek' des
ia;) ,n iis.

piiani Ilu i'irm ine
LI1 pro -!' liin' (o-Ili6reince
salnit ii'e p) it -:1 n ricaiillie e
re6illir- ia limi d i 12 au 20
()Octobre pr)i)c inl

Iis i'liir sis I l la iv;ilP
11 i va:'l i v -.inc ,.317 Forls,.
S2S51) 0 Chevrolets.i19 Rolls 11 )y.
ceet e :(; Packards. Les voi-
lures dis')raissent rapide-
ment. II ,c rest que 208 par
e ticuliires et 67 de lounge.


Bureau de Placement
Gif ce 6 ses puissanles relations
dans le cercle des-atfaircs, et aux
aranties sd.ieu.es qu'clle a tou.
joirs it a cce r d'assurer ix
emp'o,. rsE, eoirrant de p q
ea )''s p eparal. i prolessicn
nDr'e c.A i d iaD c'est & l'-
cole c6 e 'e StU o Drclyk .4
phie que s' 're at raiu-ctrlmcnut
to ce ,x d *'. iAfic'er
e,' !* d'.s .4 "e c t
blee e; .e .:, Ecoe e '. le
-I '"p o 1 in'enlt'on
de e iv op6 r, Ser,'ce
de IV .;c q ,, procaresens
ddlai d t oos ia un ..:eurs.
Le prospc ,'s du Bi au de Place
ment de 1 .cole Sp'..iale est corn
muniqu su derman e A tous lea
61lves dipl6mis.


Allumettes
* La caisse de 50 grosses A
dol. 35. Chez
G. GILO


I),s ,ii res d'art lqui a i,iar.sisseni
l)eux tableaux( dhi pcintlre
i, lllalmnd Van Dv.'k ,t In ani-
Ire de Murillo oval .es \A 1.2'()0,
0())) do'. se'on le rap irtl Ide
I artis.e peruvien Tieo l,) Is-
tillo, soul apparus a;)rcs trois
sidles (de reclusion di,,ts. Ila
deem e anctstrale de I. 1.
Iribaurren de la Pluente, des
('elldant (d'ntii des plus liliiletlx
niclil rei' de 1' ncieniic no-
bIIssIc' espag iole e MMarquis
(Ide Villilueine y de l: 1'ientle.
D)e cc !r.o dI pein 'ir as,, li
plus prc euse est el Ie de MII-
rillo. 11 represent S'-ijil J.)
scphii Tel Elanlt JJis t me-
sure trois pieds Ie li utliur
sur detlx de large. II nest p.,s
sigi1u.
I L'n des tableaux de Van
I) yck est peintsur un e m )pin-
che de (uivre et re present
Le repentir de Madeleine.
I a sigilltm e d(u S1 aii rC ;li)|)a-
iail dans un ob2lisqute divise
Cl (ICLeIx )artics ; l l). is ii i;i.
bleau. li'aitre i 'o i ) is de si-
i gl tiiure. e t -(L' )r; ilio i
VC d' d i ) 1,e | I(() ri t.'aiiC e
de ce- toil s 1 I aI oll'rle, en
venie ,, tlu -CL- Brita .imique.
l i l, d ,.' l M A(I q iS Is e Vila
lI't. ; ,:..a jt acquis les Van
k) k 1 ), l )I. i itIre lI nine.


z de Bs et
I :I i .r Itles superi'eu-
rPS.1 i it oileC clhez IPAUL E.
Ai'XI.,' voir l'assortiment
e|);itni ile ces articles, lant
en q(ilai1es, colors, genres et|
I)ix. Tout eqt r6uni IA.


I
I
-'I;'


.I


Pageol


Plus de kitcmi- e avce.


Par 20 Dollars


L. Prect smann-Aggerhoh
AGENT (G


Grand H6tel de Fmra
P. P. PATIIZi Pr ariitatre,
Cet Etablissement reoomm6 dont 1'
plus A lairc vent d'6tr pltooment
et remis A neat. Le-; b oIt '
fort moderne, e me A tl. 6proohabl&
taurain. soign est de;toi premier
tel n'ayant rien n6glig6 oo.-r fire p
charmante clientele.
D6jeuner Isa car TableId,
Plat du Jou- au choix
Pension anu ois, h Ia ,:aise, par joer
Garage mis graumiteme- a a la dispM
voyageu s.- Bal is, Douc A toutesll|s
T6161, Tone No -
SDans lea Magasins souoh6sa A 'H6tel,1
vera toutes sortes de provisions, Vins,
cigarettes, Vins d'Espagne, de Bourgogne, dItaW
(hoix.de Conserves.
On y trouve a l'arriv6e, pendant le se
an d6-irt tout ca qae l'on d6sre au WI'l
tel de France. P. P. PATRIZI, Propriita


Be. Balloni Film

No 120, RUE BONNE-FO1
Vous trouverezjuneassoruament compleodeSivfl
plus varies telles que.: lits en ,eret en cau.o r ci
de toi es dimensions, graeii et a e' t, m'ro rsab
fralQa's, carpettes. scene es ('eo hit, CbiLes et oo
tt vi noisee, c- cad r ne* i, ti 'leaux, LaM -, cos ,
table et,tis,.ds po s f'e 'ab'e, T bis avec maITOW
pour tables S& j es. bern ces de tol i.en porOewlla
table en cr: tl '16 e. grav6'de 61 6cr lita deceS
montuies e i cu re pour r'derux, target erie poill
gr rowes, coultii s, 'avabot, en marbre ct 6mi Ds,
gi d luxe, bV, e s et I outaines h mair, pendules t
ti s de beauty 1 de quality sans 6gales et don't le
d'. e bon march.
Vous y trouverez aussi des vitres 16i xt .
it Maison reserve le meilleur accueil aux a


Ne buvez pas ou b


Le Rhum Neetd
No 1940, Rue idu lasis de] l'l L
Leseual Rhum qui, i d'AlcoolS0
directement'parDistillation Simple ,d
d'u Unique et toujoursmime pt'it
vieillit par I'action du temps dans lee Is 6
rigoureuse de tous dangereux Secrets'*
et sans adjonetion d'aucun ingredient 4'
jugementde o a plupart doe 1 NotabilitdI
vant I'apprici .tiq de boas r 1, la9s
du bouquet et le. olus r'na ', qUjSI
Meue pris rvec ixcbs, ,Zhu k 'ar i' m
dui pr-- I'Aleooli ao laloBngm, -)a .*
similairesa et comme lea autres spiritoePm.


---------: t` I-..-


es


'~.45


HIER & FIRESTONE
Pourquoi ? Pour Is bhowne raison queo i, ;i
la valeurjilu poeNi cor.ate t(1s 1'sJ Jourm' 4
le pren alicon fitrstone eftla Chmbreit
toi, ,de pai leurs e.celleptes qualift6, sonu '.
pour son automobile.
Nouq prenons plaisir I avipseri no mis qae
Assortment de"toute. Its dlineqsion de4
leavy Duty et Chambre a. #'r rige iF'
Pv !o !vantje i acheter I1 ma'que "1

FIR:ESTONg
Pour votre conlort et
EN VENTE: S-'a ce, chez Mr Climent boardd Gonalves,
frard Port de Paix,e ifz r V. Mauresse. Cip-Hai 'ca, ehez MM -
Jacmel, ebez, Mr Edmond Lulure. Aux (s ees,clez /Wr
mie, chez Mr Dcsquito.


- I II I r Lr- I_-- -_. _5~ ~ii~ -~- -;- YIILIIII~L


--


I I


i


- --- ---- --- --- -1.1~




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs