Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04526
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 07-30-1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04526

Full Text
* ..


Cldment MAGlIOIRI
DIRECTEUR
1858, Rue Amdricaine, 1358
TELEPHONE N' 2242

LE NUMERO Q0 CENTIMES


FIL cpy
LTB.EARY


A


UN UNION
I ---


216me ANNIgE N- 6161


PORT-AU-PRINJ( HAITI) r


SAMEDI 30 JUILLET 1927


- ---- --------___- _____


SALUT


an


inion


PRESIDENT






Pai


VASQUEZ!


Fraternlte


L'ARRIVEE

PRESIDENT VASQUEZ

Hier, malgr. la pluie et l'o- Au grand (hef qui, d'une
rage, Ia population de Port main qui ne trembla jamais,
auPrince, en unesteagni- soutint toujours, fi6rement,
fique, traduisant fesenliment le drapeau qui avait flott6
du Peulehaitien tout enter, au-dessus de son berceau,
a exprim6. an G- HIloracio notre Ville a hautemnent t6
Vas uez, President de la R6-1 moign6toute la sympathie et
publique Dominicaine ie iA toute I'admiration que le Peu
son I lustre Epouse. tout len ple haitien prolessait pour le
bonheur et toute la nfiet6 que Soldat glorieux qui, en des
Port-au-Prince prouvat par heures tragiques, assuma la
la visitedeCelui qui, en main- lurde i che, I'6crasante res-
tes circonstances, incarna la ponsabilit6 d'apporter A ses
grandeur et a gloire de sa concitoyens, par la paix et
Patrie, sceur de la no6tre. l'ordre, 'ind6pendance recon-























HORACIO VASQUEZ
President de la Rdpublique Dominicaine
quise par les plus lourds sa- ses yeux, fut la vivante ex-
crifices el apr6s les plus du- pression, ou mieux, la grande
res legons. le'on de I'union, de la Irater-
Contfondant le Chet de 1'E- nite qui doit attacher i ja-
tat voisin et le Chef de notre mais, 1Fun it I'autre, les deux
R6publique dans la meme peuples qui vivent sur cette
apotheose et dans la meme Terre queclaire le mme so-
gloire, la population de Port- leil.
anu-Prince, an grondement du LE MATIN renouvel!e au
tonnerre qui mdlait son 6cho Pr6sident et a Mine Vasquez,
t la voix des canons, a salu6 ses plus sinc6res vceux et
de tout l'Mlan gknereux de son Leur souhaite, sur la terre
cceur le passage, c6te c6te, haltienne, la plus cordial
de ces deux hommes qui, A bienvenue.


A BELLADtRE
Hier, A 5 heures du mptin, le
President et Madame Horacio
Vasquez ainsi que les hauts
Personnages qui les accompa
gnent, parties de San-Juan ou le
cortdge prsidentiels'6tait arrWte
avant-hier, o it Iranchi la fron-
tiere haitiano-dominicaine A
Commendador et sont arrives A
Belladcre.
A LASC IOBAS
S Apr6s une course halte a Bel-
laddre, la voiture pr6sidentielle
se remettait en route pour Las-
cahobas oi le President de la
R6publique Dominicaine lit son
entree a midi 30 minute:,.


Commel'avait faitle President
de la Municipalitk de Bellad re,
le Maoistrat Communal de Las-
caobas soahaita la bienvenue a
notre Haut et Illustre Visiteur.
A MLREBALAIS
A 1 heure de I'apr6s-midi le
President Vasquez quitlait Las-
cahobas el, A 1 heure 35, les au-
tomobiles oflicielles arrivaient
A Mirebalais oi le Mag istra
Communal :entour6 des Memr
de son Conseil, vint saluer
nos Honorables H6tes.
VERS PORT-AU-PRINCI.
Dix minutes plus lard, lc Pre
sident et Madame Vasquez, le


distingucs Personnagep qui fnr-
ment leur suite, se remettaient
en route pour la Capitale.
LE PtRESIDENT BOHNO QUITTE LE
PALAis NATIONAL
II est 2 heures 1/2 de 1'apres-
midi. Le cortlge presidentielap-
Spioche. Son passage a 616 signa-
he A Terre-Roirge, i Beudel, It
Beaurepos. A 2 heures 15. le Pr6
sident et Madame Borno, ac-
com pagn6s des SecrtMaires d'E-
tat, du Prfe de Port-au-Prince,
du Chef du Cabinet particulier,
du Chef de la Maison militaire
du President de la RBpublique,
quittent le Palais National pour
se rendre t Damiens ou le Chef
de r'Etat et Madame Borno ac-
cueillirent le Pr6sident el Mada-
me Vasquez qui y arriv6rent A 4
heures pr6cises.
A DAMIENS
Un geste magnifique: les deux
Chefs dEtat sejeltent dans les
Des gerbes de fleurs sont of-
ferles au Pr6sindent Vasquez, iA
Madame Vasquez et, apris les
salutations ofricielles, le Pr6si-
dent Borno prend place dans
sa voiture avec Ic Pr6sident
Vasquez, le cortege se lorme et
les voitures repartent.
S. ...... .il..


SLe Presideni BO)RNO

on (Enivre, Sa Poliliqc(1e.
--*-. ~--


Qu'on le vctillc out non, if
y oula, plus lard, 111e gra':lde
justice i renti ret :itn Il sidielt
acinel de la Il'|p)luhliq(ie; c'est
d'aViord, qu'il a siu pacilidie-
imnnt Iriompltheit de s )politi-
cions ; enstuite, (iil'i a lou-
jours si'fermer I orcille anx
r6erimninations du petil grou-
pe d'elcrnels Imcontents at-
teints dans leurs int6rtls per-
sosnels. anx dtclaiuations de
tanatiiques avengles (Idu sys-
(t6e parlementaire, svstcmei
qu d ailleurs, puisquil faiut
*'r '5
WSfSKEES^


p.arler n(' I o 0 e franchise,
1Ius n'vons jinlmis ru ell
I l C ilil, iuir lit rec'liit r, eC i
to ti et j);irltoil. (lii e t.( qui
reprlsentail i n ne g1rantic
poilr lavcnir de li nation,
tine sail vega'rd(e potir In vri-
talle lilbert6 des ('ilo enl S
1 n Ce sens, le pci eliier le
pliis constant lsonci (du Chet
de l'EIlat a 0I la consolida-
tiou definitive dc aIn paix pu.
l)lique don't la cotnsocstlion
lait dains la Conivenlitn ide
1915. A un certain iimoiment,


A1 LAnc-DE- I RION1PHE I
Le tezmps sesi obscurci. Del
gros et lourds nuages planents
au ciel. 11 pleut en large gout-
tes.
L'Arc-de-Triomphe est magn i-
fiquement dcor6. Les drapeaux
dominicain et haltien, en tro- .
ph6es, claquant au vent, m6lent
armonieusement leurs cou-
leurs. Malgrd le mauvais temps
la leurur du jour est clatante. A
I'autre bout de la route, la voi-
ture prsidenticelle a p pa r a It.
Sous es arcades massive de
IAre-de-Triomphe, le Pr6sident
de la Commission Communale
de Port-au-Prince attend...
Le cortege s'arr6te un mo-
ment. Des fleurs sont encore
offertes an Pr6sident et 6 Mme
Vasquez. M. Charles de l)elva,
au nom de ia Ville de Port-au- LOUIS (T IpNO
Prince souhaite la bienvenue Brcsident de la l publiqued'lIilii
an President de a1e a6publiq ue
Dominicaine et lui ouvre es heaucoup ('eintre nous, leur- laient (I1irCO recottnlloncer a
portes de la Ville. Le canon r6s par lon ne sait quels ima- joucris )ile o face avcc I'efli-
tonne. Le Pr6sident Vasquez est ginaires appfits, tromp6 s par gi e ila P'atric Le (Gouver-
l'H6te de Port-au-Prince. ul', mirage'politique 5i, 1it nement virilemen t, coura-
'APOTii.~SE tait lpourtant assez lacile deIgetusemcent dirig6 pa r Mon-
LAontose dcouvrir le mensonge et l'ir- sieur iorlno, lie s'est point
Les voitures officielles s'enga- rdaliWt, se beranti .de roves laisse tromper par les inots,a-
gent dans la Grand'Rue. Des imnpossibles, d'i I tu sio n i s et buse;' arles I.grands discourse,
deux c6t6s, une foule 6norme, d'utopies, suscit6rent ici une palabres et 6uctubrations de
toute la population de Port-au- atmosp here strchautlke de r&cvurs q(I u i, v6ritables au-
Prince, applaudit, acclame I'll- renications haineses et tin s de l ut ce l1i nol s est
stre Prsideissant Les vivs ti Vi de passions, tiune surexcitation arrive, t pouvaient pourtant
Vasquez I Vive Borno I sont populaire (I o n t, d'ailleurs, se sotldre it sei depouiller
poussqs par des milliers de bou- avant toutec chose,ils s'eimpres dui viux demnionl revolutioti
ches tandis quoriflammes et saiernt de bl6nficier large- naire el t' s'engagcr sincere-'
drapeaux, malgr6I la pluie, on- meant. meant fallss hil voic tracee par
dulent joycusement. Ie President lorno, d (.s le le statute politique actual dtt i
S Cefutune vetritableapoth6 ose, debut, vii clair dans toutes Pays.
cefutu a manifestation doquente ces mariruvres uill, sous pre- Mais, (dis Ia praeiilre heu-
et since& du sentiment de tout texte de( defense des droilts du re, Ic lP'rsidcnt iorno cut la
t un people acclamnant le Visiteur people, sous le convert de re- fericC vololt ( tie ne point
t Illustre, lui accordant,sans res- vendications nalionales sous I)( Irm'let' re( qu'en aucun itio-
friction, chaleureusenmeiit, un la men teuse ens ,igne d'(itt tu mnI tic blt iroubhe la paix
r magnifique l)roit de Citr. patriotiqjue,fn' licilt,an l0o1d, Ipt itCl, cette paix bieifai-
Sue die vastes sp)i&cultiions Salltet h luuellc la nation tout
A LA Lt';Gro~r O)Ontiouh 'i)n gu '(giteurs pi i cniii spirait depuis Ir;_s
Le President et Madame us- t!(Jques (lii, e pouvalit Se -olonglenlps. 11 Coluprit Ihien
Iuez out 06 en trioipheo cn- signerr A renoncer aux pratt- cc que autres comliprenieInt
s duits a Lagation Dominicaine. ques n;e0stcs de jadis, you- aussi, uais n'en avalicnt nul


AfW I4
Dans les diff6rend igeul
il tie faut pas qu'une' l M(I
soit trouble, qu'une seule cons-
cience soit inqui6tce. car la li-
bert6 de croire fait parties de la
liberty de penser au mrnme titre
que colle de ne pas croire.
Paul DESCHANEL


II _


sotui -que loute agitation
politique, toul trouble q u i
surviendrait dans I'ordre pu-
blic Mtabli dans le Pays aurait
pour r6sultat immcdiat pour
colnsquence ineluctable l'ef-
hondrement de tout cc qui
avait pu etre sauv&. 11 com-
prit q e c'etait I lui ct A lui
sentil, Chet constitution nel de
la Nation qu'incombait la d6-
Icnse national ; et que ce
peptile don't I C s politicians
laisicent mouvoir la masse
coinmme des marionnettes, il
tillait le sauver nidmemat-
gre lui.
ikve ma;nifique I Cepen.
ldint la responsabilit6 etait
lourde. Le Prrsident Borno
n'y a pas, un seul instant,
tailli. Avec une foi admirable
en son oruvre,un courage su-
)crbe, il a tait l ace At l'orage,
)tav6 la tempfte. Tous ses
]lorts tendus comme le plus
%lOlWlS UOIipoit nt I I n*p
lui; et il a plong6 ses regards
loin dauns Iavenir.
II s'est dit: la Paix d'abord.
L.a paix, voil6i ou 6tait la ga-
ranitic d(e 'avenir, le secret
de la p6rennite de I'ordre so-
cial en i Haiti, voila cc q ui
p)Ouvait faire des citoycns de
remain de v6ritables defen-
scurs, de loyaux servitcursde
la Patrie.
It, avec la plus termne vo-
loutl, avec l'6nergie la plus
rare et la plus admirable, il a
tond6 la paix publique stir des
bases solides. Dieu tasse que
la pilitique des homes
d'hier ne pr6vale contre eliel
1)6jiA cette exoellente m6.
thode politique d'ordre et de
discipline a produit d'heu-
reux et d'appr6ciables delets.
% la taveur de cette paix, le
Iptiple se d6tourne petn peu
(Ies turbulences et des agita-
lions politiques, it comprend
aiijoutilhui (que seuls 1'or-
(ire, le travail, la paix lui as-
sureront a l'int6ricur, prcs-
pcrit6 et bien tre, AI l exte-
ricur, respect et consid6ra-
tion.
L'agriculteur cultive s o n
chani ) en toute quietude,
dans les villes, les peiites in-
dustries se d6veloppent, et
malgrd les diflicult6s de la si-
tuation 6conomique gcncrale
les commercants organisent,
chaque jour, de trNs belles
installations commercials.
l'out cela denote le goit que
l'haitien prend de plus en
plus au travaj, la satisfac-
tion qu'il 6prouve dans l'et-
tort personnel.
Noas savons bien que le
travail n'a point encore I'or-
ganisation, le d(kvclolppement
qu'il aurail di t avoir dans le
I ays. Mais la fatitce en est
im 1ins au Gotivernement
q(t'atui citoyens ctix-mlmes
qui out toujours prctcir en-
igager leiurs capitautix dans les
ltitcs civilcs plutot que de
ics fair contri mer a l'orga-
nisalton de lindustric et d(i
travhil dans ce Poys.






LE MARTIN -


Parisiana


Mais avec la paix et l'ordre
qti regnent, aujourdhui,
dans toute I'tendue de la
.ilpublique, pour emprunter
at vieux mot de nos chels
tilitaires de jadis, peu ii peu,
lentemoent peut-Mtre. mais sA-
reinent, Ic travail s'organise-
Vo, s'implantera chez nous,
aienani pour tons I aisance
et la veritable independance,
cell qui s'acquiert par 'ef-
jort et Ie merite pecsonnels,
Cette oeuvrepolitiqueet r-
novatrice du President Borno
, 6t6 immense. Cette pensde
d'assurer, par tous les mo-
.ena, la paix an Pays, la qui6-
lade anx lamilles, aux labo-
rieux, aux travailleurs, la se-
curit pour leurs entreprises,
d'alguiler I'6ducation de I'hai-
tien vers I'adminfitration, les
m.atiinft Acnnomiaues plu-


*


J


plot, dt'tiblir poor le Coin-
S merce la p6r6quation dans
les charges fiscales, a Wt6,
S< r parodier un mot cl6
ale, une des plus grandes,des
as belles pensdes de I'his-
S ire haltienne.
Et le mot de reconnaissan-
ee, Ie mot qui bravera le
temps, qi s'ecrira sur une
',-* .grande page de notre Histoire
i f6conde, ce ne sont pas les
Sdtoyens d'aujourd hui qui le
-''". ;i"wront, ce seront ceux de de-
441i'aain. Et il sera une parole
i 4do reconnaissance. -
.-. :.-.-________
0 .,P .l" i National et
*bee Ieo er6tatre
idWmat des RqlaUtons
zxt~rleures.
La reception, au Palais Na-
tlonal, en I'bonneur du Pr6si-
wr. dent et de Mme Vasquez aura
lieu dimancheA 5 h.de I'apres
Smidi et celle chez le Minis-
.." tre des Relations Exterieures
at Mme Camille Leon aura
lieu lundi a 6 heures du soir.
S" Le President et Madame
Vasquez, le President et Mme
Borno, les Membres des Gou-
r.. nements dominicain et hat
.- aen y assisteront.
: Pr _ogranmme Offlclel
*^ ar~lte, et r6oopUoo
.:- PaFr site descirconstances im
es qui retarddrent l'arri.
A Port-au-Prince du Pr6si.
doe la RH publique Domini-
m. et do Madame Vasquez,
t- Mrtainfes modifications durent
4btr apport6es au programme
tbli pour les fetes et rdcep-
.'u: ms oms eielles.
Volei ces modifications :
26me Jour Samedi : Visites
offlcielles entire les deux Presi-
4dens ( le martin ).
-" 4 heures p.m. Revue militaire,
S 8 a Concert au Champ
de Mars, Feux d'ar
tifices.
9 hres p.m. Banquet au Palais
National.
3Ume Jour Dimanche : 8 h.l 2
A 10 h. Cermonie
religieuse et Visites
Midi.- Lunch of-
fert par le Coaseit
d'Etat,'etc.


A 1~M


. 4


5 h. p.m.Rteeption
au Pa)ais National.
Revue militaire.-
8 h. p. m. Concert.
4Ume Jour Lundi : 9 1/2 a. m.
Visites, etc.
4 heures p.m. Polo
(Champ de Mars).
6 h.p.m. Reception
chez Ie Secretaire
d'Etat d e s Rela-
tions Exterieure,
8 h. p. m. Concert,
9 h. p. m. Rcep-
tion A la Lagation
Dominicaine.
5mee Jour Mardi : ( Voir pro-
gramme ) .1


Arrivee
Dma 4'Uatt*
A-uaqDouaimgo
.t -_ - -


oWUrf aianto-Domingo qui s6-
journera A da Capitale pendant
tout le course de la visit du Pro
sident de la R6publique Domi-
nicaine.
M. Dejean qui avail quittd San-
to-Domin o, mercredi apras-mi
di, pass a nuit A San-Juan ota
6tait arrive atassi Madame Yas-
qiez qui avait devancd le Pro-
sident et qui I'attendait pour
prendre place dans le cortege
official.
Le Ministre d'HaTti A Santo-
Domingo uitta San-Juan, jeudi
apr6s-midi of est arrive A lia Ca-
pitale quelques houres plus tard.


h A InCttiraId


Dimanche,,

Grand gala en 1'honneur de

l'arrivee des Illustres

Dominicains



La Null




de Caraaval


avec Nathalie Kovanko


I
I


Liniment
de
tamobloweN


hivN,,


I'..


... a vu,
tant des
A la Cai
cat sur I
A prendi
qua conr
voudrail
L'hom
Hers la c
en dema
le prix 6
lui-ci, a
lui envi
un Und
national
temps d
Si,
I'avocat,


Demain, 11 aura A la C tersur il
th6drale de Port-au-Prince mes a
une belle c6r6monie religieu somme
se A laquelleassisterent le Pr6 me cau
sident et Madame Vasquez, le ... vit
President et Mme Borno les Maitre i
Membres du Gouvernement client q
dominicain prTsents a la Ca. d'tre ou
pitale elpe Membres da Gou
vernement haltien, de nom- ... a v
breuses autres personnalitds Oen lAte.
des deux Pays, et le Clergd de montra,
la M6tropolitaiue. iO urtsa
M. te Chanoine Richard re- Sous a
cevra les Illustres Person- coura-e
nages au grand portaWt de 1'6- luer I'Hc
glise. Rdpubli
Le President Vasquez et le cri fut
President Bornoentourds des Vive.
Secr6taires d'Etat occuperont,
dans le chceurle tr6ne pr .i ... a v
dentiol orn6 d draeries et pauvre1
de trophies aux con eurs do- q. ela8
minicaines et haltiennes. seajami
C(est M.le Chanoine Vicaire transie,
ge~aral Le Gouaze qui r 6pr- Pstre
sentera I'Archevaque de Port "y
au-Prince le t souhaitera la ... a
bienvenue au Pr6sident de la auto o
Republique Dominicaine. breux j
Apres a mess, il yaura Sa- de peit
lut; la BenBdiction du Tr6s minicai
Saint Sacrement sera donn6e duemei
et la cerminonle se cloturera Vasque
par le < hant du I ic DEUM.. t
I_____ ...- a vi
B ......... ..-' .- plant, Sal
LII EPRESENTA~ ) DES TATSh4IS page, s
A uLIUV d'un dii
DUBLIN -- M. Frederick A. maire e
Sterling a pris officiellement ses 11 vou
functions de ministry des Etats- outes 11
UnisA D aubih homame

YN- -


cette semaine un habi-
Baradtres qua est venu
itale consulfer un avo-
e ait de savoir I'attiiude
re dans le cas .o& rEtat
voite une sea propriMtes
it Iexproprier.
me de lot donna volon-
consultation sollicite et
nda naturellemont-
son nouveau client. Ce-
vec un sang troid, quo
ierait, un Nungesser oun
bergh rdpondit quentre
[istes on a toujours le
e tout regler.
par hasar d, r4pliqua
je devais me transpor-
es lieux, qui me paierait
s de deplacement ?
us les aurions faits...Ne
nous pas la pour la me-
se?
ace moment le cher
prendre cong9 de son
ui, certes, est hien loin
n crolton.
u, hier, Port-au-Prince
Drapeaux el oriftammes
ent partout leurs cou-
rmonieusement mariea..
le President Vasquez.
Spluie, tremp6s, tous,
usement, oat voulu sa-
onorable President de la
que Dominicaine. Et le
fineral:
asquez I Vive Borno!
"*
u, hier aprAs-midi, une
femme, ifrme elt vieille,
idiquant, se trainant sur
bs detaillantes, mouille,
s'en allait pour voir I'll-
'resident qui visit notre

u, hier apres-midi, one
se trouvaient de nom-
eunes gens qui agitaient
s drapeaux haytienset do
ns et qui criaient Aper-
it: Vive Vasquezl Vive
al
u un original qui, vou-
cs doute, se metire A la
empressa de se munir
ctionnaire eti'une gram.
spagnols.
lait, disait-il, 4tre pret A
es evantualit6s. C'ot un
prudent,


1U CONFIBU CE NAVALE Le Pr6ldont des tats-
STIlPARTITE Unleso rendreu & uba
pour Is Coattreneoo
Une declaration du Ministre "atsmoiSamo is r n
des Affaires Etrangares Le Prsident Coolidge a ac-
ritannique cept6 I'aimable invita t ion du
LONDRES : Sir Austen Chamber Peuple cubain
lain, secretaire des Affaires 6tran Le Prsident des Etats-Unis
OMres dans une dEclaratioin A a se rendra A La Havane en jand
Chambre des Communes an su- vier 1f28 pour assisted A la 66me
Net de la conference navale de Coofirence panambricaine qui
Geave, a de nlar que d'e'alr se tiendia dans la Capitale cu-
tropinion du gonvernement ne bane.. .
devait pas y avoir de dilfculte Cependant I'on ne sailt point
pour arriver A un arrangement encore le Prsident Coo idge
temporaire en ce qui concern pourra laisser les Etals-Unis


le programme de construction
de croseurs. Toutefois sir Aus-


' ten a ajoutd qu'on ne saarait de
mander A 'Empire anglais de
.donner i un pareil arrange-
' ment temporaire uoe valeurd un
prineipe immuable qui pourrait
etre considdri comme un prdck
. death.


La rrane.


lo 8lovlets


SLa FIsee est lasr des mtes
emmu iusi.f.dlt.erkeibt
6 3. TOWitebrise
PARts- Cest A la suite de la
4longue et minitieuse. enquete
quo' fate la France non seale-
meat aupres des homes poli-
stiques drigeants mais iuprEs de
a preme du commerce, de Iin-
Sdustrie et de Ia banque que M.
Herbelte, ambeasadeur A Mos-
con,.a d6clard A M. Tchltchliri-
ne que Is France est lasse des
mentes communists. II est pos-
sible que si elles continent le
.ouvemrn en( don..e a son atti.
tlde one forme effici ce de re-
presentatibns.

Leaiveawmeel Irasfdis 'sterise
S Mpm ie vel Iranatlumatiqe
S ode 'aveiater Csle
I PAMIs- Le cabinet franoais a
re*us6 formellement aujourd'hui
d'autoriser le vol Paris-New-
York project par DieudonnA Cos
te ; l a egalement pos6 le prin-
cipe qu'aucun vol de ce genre,
en avion militaire ne serait auto
risA A mois que les aeroplanes
no solent munis de flotteurs en
.cas de descent force en mer.


0
a.^


*




do on* Oak*
.*rhis quliveuiut leat
to leISn lam"esi1S oh-
t*t et I.* ii*W "I


ULErs al Jes rtrdI !s.
skiers al tineai & reN
rash 1 ea gou1 r., L
Ls ViS Rt1BSI.6iL.
LETTE elleers IAnB & Mte
Irachabaits,seat el vale
et a des prix remuaqalMdi
bhas.
GILLETTE SAFETY B ZOR
- "Boston U. S. A
Distributeurs :
MOHR &LAURIN


L'Allemagne el Ie Pl Dawes
PARIS- L'Allemae a rem-
pli toutes les obli Sgati sous-
crites per le plan Dawn. Tel a
W66 le verdict rendu par la Com-
mission des Reparations A sa
keunion gdndrale tenue aujour-
'hui A Paris;Eatrant dans lesd$
Is, ia commission a approuv6
plusieurs contracts concius par
la France et I'Allemagae en cc.
qul concern le rachal de rk-
glements financiers de rAutri-
che et de Ia Hongrie provenant
des accords de g urre.


pour assister A la seance inau- .Nouvesux Iloool
gurale. Lesexamens gn6ertuxa*atp
-- ------- ----. fin avant-hieri I'EcoleNstionale
De Selimtmpto New-lark de Droit. Hier les rdsultats out
par les airs m E annoneds.
DUBLIN- Le colonel F. F. Sur 31 candidates qui stale t
Minchin des ( British Imperial prasenths aux examens deo
Airw-ys ef M. Leslie Hjmil- mea n n 6e, 9 seualpmet out
ton qui se preparent A tenter le reassi. Ce sont: MM. J. MEhu,
vol itrnatsaanlique ont vold ce E. Kerby, Ch. Lanoue, Roger
Martin doe ublin A Clifdcn afin nseline, C. Verly, L. Jdre,
d choisir an terrain pour leur A Dominique, Ph. Belixae et
depart ls pensent partir ver la L. Holly.
mi-aoft dans un monoplan Fok Aux nouveaux licencis, no"s
a ker en construction A Amster- en.voyJns nos meillears coai
dam. phments.
I SOUTHAMPTON- Une lempple a A -'V.....
aujourd'hui emp6che le capita- I Une uo l E.
ne Prank T.-4ourtney de faire I ne auomobile Essex
son vol d'essai dana son avion roachi en partait 6tat
4( Whale L'Vaiateur n'a pas fl- I Sadresser au Capt. CANAVAN
x6 la date exacle de son depart. Bureau du Grad Pr6vot





DIMANCHE

'MATINEE & SURPRISE
Le Masque aux dents blanches
0.50

LA ZONE DE LA MORT
4 parties.- avec Mathot et Andre Brabant
LE GRAND SECRET


10e episode


0.50


-1


Le Utr- d 0 o. iam ,out aaq -*a UB-PSo A
Btr*: G, I3Btm : LU:*


LE VEHITABLEI


: ~-.!i~


I


w


I


YUWI~Nur rr""--~"~~


I I


lip


I


EL


~L"r II I ~iFa Ib I e -- --4,


30


I


iqmet ig27


Ir~a~hsl


*^
f


I


I


!I





LE MATIN -30 Juillet 1927


Un peut de tout...

La aala dXs asuT&ld la ses. C'est l6vocation charmante
fde tout le second Empire avec
Un jour, A Vienne, A la fin lea toilettes de 'epoque, d'une
d'une audition, triomphale de grAce si t6minine,
- RoM6o et Jillette s, un home
bouleverse t out e I'assembl6e
pour arriver jusqu'A Berlioz. Uno tour 6ato on
Ah Ije vius en conjure, dit rhonneourde-Undbergh
ce persona e, souffrez que je.
press la noble main qui a ecrit On r o p o s e de construire
cc sublime ouvrage. pour lIexposition mondialeO de
En m6me temps, it s'empare Chica$o en 1933, ne tour geante,
de la main gauche de I'arliste. illummne, s'levant A une hau-
Monsieur, dit Berlioz en teur de 1.320 pieds, an haut do
riantt, ce n'est pas celle-lI 1 laquelle il y aura on mat d'amar
L'ltranger prend sans rancune rage pour dirigeables et un pro-
la main droile du compositeur, Jecteur electrique pour aeropla-
la serre avec force et sa6crie: nes. visible jusqu'A Springfield,
Ah I vous 4tes bien Fran- Illinois, ou Grand Rapids, Mi-
caist II faut que vous vous mo. chigan, par nuit claire.
quiez meme de ceux qui vous L projects de construction de
aiment I ce monument en I'honneur du
Les mains de Mozart avaient colonel Charles A. Lindbergh,
une direction tellement dAcidde ont tR soumis aus maire Thomp-
pour le clavecin, qu'il etait peu son pr M. Samuel Insull jr, prg-
adroit pour toute autre chose.. sident du commit centennaI de
A table, il ne coupait jamais ses aElectrical Association de
aliments ou, sil entreprenait Chicago.
cette operation, il ne s'en tirait i -
qu'avec beaucoup de peine et de
maladresse. II priait ordinaire- "Temba r dans le treisitae demas'
menl as female de lui rendre ce
service.e On appelle a dessous , dans
Beethoven 6tait, dans tout son un theatre, les Atages pratiqu6s
exterieur, tres gauche et tr6s sous les planches de la scene
maladroit; ses movements, aits pour recevoir les trues et les ma -
sans dexterite, manquaient de chines. II peut y en avoir trois,
grAce. It etait rare qu'il prit quel- comme A I'ancien Opera, par
quechose on main sansle laissetr example; qu'on nomme alors le
tomber ou sans le briser. II ren- premier, le deuxi6me et le troi-
versa souvent son encrier sur le sieme dessous.
piano, qui 6tait pr6s de son pu- Ce dernier Rtant dans ce cas
pitre A 1crire. Comment en 6tait- le plus bas de tons, on a em-
il arrive & se raser lui-mame, ploye expression troasi6me
c'est ce qu'on aurait eu pine A dessous a- pour signifier a aussi
comIprendre, si on n'avait pas bas que possible, et l'on a dit


CAS NO V.
La valeur nutritive du Virol c'mompNe .da une a6r:e de ca--
dlomt lea dtaiis ont it fournia par dea memab e de la pro eWsion


fait attention aux marques de au figure, en parlant d'une piece f l derobd 500.000 ft ancs de hi-
coupures qui sillonnaient Ibabi- accueillie par les sifflets et irr6- vlet- joux Mine odillot, file du
tuellemnte ses jones. vocablment condamre, qu'elle teurde 'op ; qui
saoes tait tombee dans le troisieme m~iIF, WW4 directeur di.I Ol^opa; qui,3 vn
..... *.. .-- dessous. --l------. 1926, a chip| 400,000 trancs
L'AmW6srique D'apres les plans actuels, le 11 ya des ges, 6crit de b1ioux a NM. L y, 33 ave-
6pudable coost de cette tour serait d'un yn a des gens, crit Cl- enue Hioche, et 700 0 ) Iraincs,
nepusable million de dollars; elle sert ment Vautel, qui gaspillent toujours en bijoux, au doc-
Ilexiste encore des marchands munie d'ascenseurs capable de des tr6sorsd'imagination pour tour Le Mee 55, rue de Va
qui liqident des stocks ameri- s'Alever de 1.000 pieds par mi- monster de talotes escroque- renne.
cains de la guerre :des chemises nute et coltant 100.000 dollars; ries, ponr organiser de deri- Voili un gnillard (ii se sert
r6s6da, des ottes, des musettes, de luuim res et d'un projecteur soires abus de conflance.. mieux lui-mme 1 ii ne sert
des lits de camps, des tubs de 6lectrique d'un rayon de 300 D-autres acquierent a force de ses maitres... El comme c'est
ca in. des v6tements cirts... miles, don't le coat serait de temps une merveilleuse habi- simple! Le titre de vale d
Goat &croire-qua. les-Amundri- 313.400 dollars.. it~ de pickpoket ,qWleur per h bre lui ou toute les
cains avaient constitun des re- t o qu pbrel ui cuvre toules les
serves pour la guerre de Cent et tout just do chipper de portes,mdme ef Ies des salons
Ans. On penae que,- peut-tre. Hit temps en temps, en courant les plus lermes : en deux on
existed quelque part, dans lemon- LE CANOT B STANLEY les plus grands dangers, un trois jours, le coup est fait,en
de, une tabriquedeo stocks am6. On verra la prochaineexpo: porte-monnaie contenant douce... Vraiment,ce nest pas
ricains de la grande guerre. sition colonial dOstende, qui quelques francs-papier et un la peine d'elever des cochons,
Pourquoi pas? ouvrira ses portes le nois pro. retour de metro. Dautres en- des renards argenies, de fon-
_chain, un canot historique.Cest core risquent leur t te en tierune banque au coin deIa
S -- eelui qu monta Stanley dan aassinant des vieilles ren- rue Vide Gousset ou de se
L- epa le Haut-Congo, au dbut de l'oc- tires chez qui, trop souvent, neitre caisster. pour detour-
200 lAsmante per lea cupation des territoires congo- ila ne trouvent que des va- er 150,000 francs en dix ausi
d" U lmantelpar Ioles lais. Sur sa oupe sont inscrites its ne trouvent ue des va- ner 150,000 francs en dix ausl
ra'uoas ultra-violetis ces trois letfres: A. I. A. ) (As. leurs depr6ciees, dun place- Moralitd pour les voleurs :
II 6tait difficile jusqu'ici de se sociation Internationale Afri- ment d'ailleurs tr6s dilficile. kin faux certificate vaut tous
prononcer de lavon certaiue sur caine). C'est idiot. Que ne se tont- les chalumneaux oxydriques. I
les qualit6s d'un diamant. Ce cannot measure 11 m.80 de ils tout bonnement valets de Moralit6i-n peu tardive--
M.Malaval, chimistedulabora- long, 2m. 30 de large et ne cale chambre I pour les volds: tie vous fkez
toire de police, collaborateur du qu'un m6tre. Gest sur I'ordre a'est ce qu'a fort bien corn- as au premier vent, e, sur-
protesseur Locard, est parvenu du gouvernement beige quil a pris lejeune home qui a tout. ne laissei pas trainer
A mettre au point un dispositit etd envoy du Congo ct figurera vo l, ces ours derniers, au sous sa main vs blioux de
permettant didentifier les bril A 'exposition colonial d'Osten- marquis de Gany, pour pl us l:mille.
lanti par Is ph-tographie. La lu- de. lest un vivant souvenir de trois millions de bij oux -
mi6re solaire dtant trop diffuse I're hdrolque de la grande ex- uetr smillios. d-e ..
pour cette operation, M. Mala- piloration atricaine, qui parat Au lieu de sintroduire chez e Docleur Marc Mathieu,
val eut ride d'4clairer les dia- d6jA si lointaine, quoique" de M. de Garnay, avec une prince pirti pour lEurope, prie ses
-mants soumis A expertise aux'date relativement r6cente. monseigneur, une matraque aimables clients (de s'adrcsser
rayons ultra-violets tamis6s par en caoutchouc. tout un outil- au Dr Felix t oicou, clarg6 de
un 6cran. Les diamants les pus ---- large de cambrioleur scientifi- sa clientele.
purs s'6clairerent ainsi au maxi- n mairge du vol que, ce gar on, qui ne cher- Port-au-Prince, le 18 juillet
mum, cependant que les pierres a6rien transoc6anique che pas la difficult s'est pr6- 1927.
plus jaunes presentaient une .. .. sent au' gentilhomme en
image pins obscure sur l'6preu- Les vidimesChamnerli*eLevine disant: a
ve photog*r-;phique, jusqu'A de- 11 vient de se constituer A -Monsieur le marquis cher.
meurer comAsteme nt sombres Vienne une association qni a che un valet de chambre... J'ai F< 1teS urc0 V
pour lea pierres fausses. prisle nom de .Ligue des vic- I'honueur d'ofirir mes servi- .at.. Ul-
---- .---- times dominicales de Cham- cesA monsieur le marquis. AUI NXT
Sia wwosavonls berlain j et(iui grotipe lesau- -Avdz-vousdes certi cats? J lN
e do Paaxbox o h bergistes restautr eurs,came- D'excellents... Monsieur ANGLE ES RUES
Pean peu sen vont lea obe lots ayant subi a grave pi6- le marquis peut sen assurer. ANGL ES
d'art et meubles precioux qui jndice materiel du f.,it que le En eflel... Mais aujour- EfET
ltreat partte de la collection de vol de Chamberlin A Vienne d'hui tout le monde a de boas DANTItS DE
rimpraratric. Eug&nie au cha- n'eut pas lieu & la date d'a- certificates. Je verrai vos an- ENNENT D'ABBIVEI
tein da 4Farnborough. Dans une tord indiqu6e. ciens maltres. Paie do nuan'cese t dpk
quinsaine de joums, on mettra En provision de ce vol, de Mes anciens mattres, SaCs .ai.s e.lr e
on vente, A Londres, tn nouveau r iands preparatifs avaient e616 commc monsieur le marquis Montres plane a, or et ar
tot dWot ets ayant aprten A sts aux. abords du champ peut le voir, sont des \ meri- (Machi.e s se).
veuve o Napoleon 11. Un des d'aviation d' .spern. Puis 6tait ciins. Its s )nt retourn6s chez auis poor cigarette.
enumat f aeux tableau intresantr arrivIe la nouvelle que ie raid eftx ..A cause du changel Tant Brosses, dents fvarie*)
halter, u rperatrie esWinter-asie aurait lieu huit ours plus mieux, car a m'est legal de Blaireaux
au milieu de ses dames d'hon- tard I Lors de la premiere as- perdre une lbone place pour. -Rasoirs de'urat6
near et qu'on a appelt le Deca- aembl6e generale de la Ligue vu que le trance remote. O Roe tde a lde.soie
m6ron. un vender de a delikatessens Bret, le marquis engage le u anr de copleur varin
C.e tableau, que la travure a saisit I'auditoire de ses dole- candidate lui recommande les Cano.*rs. poor ho
poplaris, repr6seate osouve- ances.l plis de son pantalon, le pr6- Chemise. ..A.o. tln .t
raine sous les ombrages d'un J avais, dit-il, emprunt6 vient qu'il tient le compete de Fans-cobs cours a_ rides i
Parc,yat A droitesa prin- fle argent pour fire pr6pa- ses cigares,l'installe dans I'ap- aience d'amead par p.eti
cesse cfastlig, a baronnede rr 6,000 petits pains au foie partement... et laisse trainer, Easeace de vanille "
PierrM s et Ia comtesse Lezay as. En outre, |'avais achelt sous les yeux de cet iuconnu, Extrait de vanille, le litre 20
arches, e lassan gauche, la- ,00 saucisses. II m'est rest des bijoux qui valent les ap- Huuile dementhe, le flacon 1
nent la baroune de Malaret,la pur compete quelque chose pointements d'un marechal Huail d'amende 1
marquise de Las Marismas et la come 5.A00petits pains' et de France pendant viugt ans Crayons (Graphite) par bo
marquise de Latour-Maubourg. 1.500 sauciases. Par suite de ou ceux d'une star v de cine- Serviette sn paper crepd av
Un pen A 'cart, on remarque la chaleur tout s'est gat6 et on mas pendant six mois que).
la comtesse de Montebello, oc- ne put meme utilser le amat-& Ce pseudo-valet de cham--
cup6e A nouer une gerbe de ro- riel pour nourrir les thenn. bre est celui qui, en 1925, a ___


I


De nouvclles


sitee


MARCH
RIEPUBLICAINE


ESTOUCIIES.
I:
former varies
toile.et en coliers
gent de.formes diverses




'es
me
uleurs varides
i 0,10 or la pieces.
s flacons
0 dollars
1.50
,50
te de 12
ec desin pour (pique-n


ameliorations se preparent pour la com-
I)plte satisfaction du public.
Phone : 2033


La m6saventure do
trole voyageure on
*ardaigno


Opinion britannique s'6-
meutdes traitements qui
viennent d'etre infligks par
les autoritts italiennes A une
Anglaise, Mro.' Dorothy Bo-
dley, de Queen's Gdte, A Lon-
dres.
Suivantle ((Daily Expressp,
Mrs. Bodley, parties en hydro-
pl ne le 3juin de Tunis pour
Antibes avec deux voyageurs
Iranpais, un pilote et un me
canicien, a dtu am6rir par sui-
le I'une panne au large de
C a g I i a r i, en Sardaigne. Le
floticur de I'aile droite s'etant
bris6 dans une mer assez tor-
le, I'appareil aurait sombr6 si
le pilote, M. Ponse, n'etait
res16 couch sur l'aile pen-
dant pr6s de deux heures.
Lorsque les voyageurs fu-
rent enfin remorqu6s dans le
0, 1 dc Cagliari, ils turent
in en 6tat d'arrestation et
enlermes dans une caserne,
sans etre autorises A commu.
niquer avec les consuls de
France et de Grande-Breta-
Sgne. Mrs. Bodley ne put pas
p changer ses vatements trem-


i-


_ -T- C------


_ _L


i I ~


I__ _


A I (Ad usum Delphinil
VashinngtoM. Percy A rmytage, qui (t
durant de nomblcuses annes
-- n des tonctionnaires du pa-
La rpub.ique de Libi,. lais royal de Buckingham, aI
La r~publique de Libmria Lonires, public ses m/moi-
est la deuxi6me nation qui a onres. On rouve des necmdo-
pay6 toute sa dette de guerre tes. concnant roeu s suve ains
auxEtats-Unis en remettant et chefs d' l tats qui y ont ete
au Tresor un ch 6(q u e de requs.
Or. 35.610. t II conte, par cxemp!c, que
Le principalde ladette lait eu avant I'arrivc de Mni .
de Or. 26,000, le rest de Ia Enilc Loubet. alors president
some comprenait lea int6. de I a R 6 u b I i q u e, Ie roi
rts. Cuba esttaure nation EdouardVII voulut visiter
ui a pay6 sa dete de rre. en personnel lesapparlements
n certain nombre d atires rserv6s A son h6tle. 11 remar-
peuples font des payemcnts qua un certain nombre de bi-
annuels. bliotques routes encore vi-
I)es credits furent accords es totes encore
& la r6publique de Liberia Que va-'-on metire IA-dc-
quand cette nation d6clara In dans ? demanda-t-il. Quand
guerre A I' AIlemagne, mais on eat r6pondu que M.
ne lui versa quc le premier on ui Arm t corpond ait y
pel!t payement. Une .!ntalive Percy Armytage comptait y
aie r lui accorder de enferner es ivres franqais.
nouvenux crciits ne fut pas ii le fit appeler.
ongrs Vous voulez mettre des
app)rouvce par c leongris trana dans e i-
Les r6cenis vols transao lives ranais dans les hi
tlan ies rcontsellemet sti. bliothques de M. Loubet, luii
tim nlies s ont sti dit-il, chest tr6s bien, mas,
muaviation cone m rciale qua le ajoula-t-il un peu plus bps,
dparlemient du commerce al ne mettez rien de trop Ikger.
616 d6bord& par lesdemandes On le volt, EdouaudeVrI
pour des permis de pilots. voulait prot~ger ia pudeurde
Le seci6taire adjoint Mac- M. Loubet.
Cracken, qui s'occupe de 1'a-
vialtion, a annonc6 qu A cause
duii grand nombre de deman- I. emam ismle &i Cabe ?
des, I'cnregistrement de ces
derniircs servirait de permits A l'occasion de rarrestation
teml)orairc en attendant I'ins- de quelques communities 6tran-
Pection n pen plus lard de gers et cubains don't Iactivit6 a
f'aeroplane el de son amn6na- t signalre dans des documents
cement. envoys du PMrou, par le Con-
Le mises en accusation sulat de Cuba A .ima, le a Diaro
-- Ls mises en accusalinm e Cuba l dit: nommuaotme
Fall-Doherty pour les actes ;!uba ?... doit tre htt6tiU e.
(e corruI)ion props in car les communists mso ter-
bail des reserves iavales (le roristes et le terrorism* ne va
p6trole de Elk Hills out tci pus avec le caractere paisible de
approuvees par la Cour su notre people. Le cubain ne salt
)reme du district de Colum- p)as hair. Le dynamite nest pas
hia. r'arme du cubaln...3




Olympia Bar


Etablisseme t Moderne

Grand'Rue


Musique delicieuse

LIQUEURS FINES SANDWICH de CHOIX
BIERE A la PRESSION, etc.

BARde r 1ORDRE
SjV ICMu IlRR*PROC1ABLE

Elegant Dancing

I Ouvert toute la nuit


De 3 K*856 i 14'.23'.
Lao Beb Povall, de Sa.lford, avait dlp4ri jusqu', I'Age
. de 6 mois, auqu I it nc pesait que 2"'0 919 et it n'ktait
plus alors que Ieau et os. ans l'6tat terrible ou il
se trouvait, on lui donna du Virol et une amelioration
se produisit imm6diatement. Aptits 4 mois d'alimentation
au Virol, it gagne un prix A l'Exposition de Bebks de Salford.
II pLse maintenant 14 '" 287 et tst dans un 6tat superbe."
Ie Virol eat u e prp'tltlifa eompo te do Gaiuea d
Moolle, d'Extrait GlforiBd do Moe'le Rouge d'Of,
d'Extrait de Malt, 4bmt, e t do Sirop de Citron.
C'eut s allo-ea prddm sdm aca d'Allm-taiva
Dhc61 ... de -ma &dd'Aa=ai, do Rtachiae




AGENTrS
W. QU:NTIN WILLIAMi & Co, Port-m PlPc*r, HAITI, Bot Paetb 147.,
NIFO. L'1.. V1A rR IA\E. E1.1M I.ONnRoWK ANCGLFTEnR3


I






LE]MATIN- 0 Juillet 1927


ASCAR
A
R1


CARCELERAS


Le Prisonnier


C'est quoi? Devinez!

|Demandez a vos am
QHHI~ f~il~iBiHBM~CJ


p6s d'eau parce que les sol-
dat a It aliens pr6tendaient
l'accompagner partou! ou elle
Iralt.
Lorsque, enfin, lea naufra-
gOs turent secourus par lea
consuls, ils ktaient entour6s
dune foule hostile qul leur
lanoait des pierres, et le con-
sul britaunique, M. Pernis,
dut so porter A l'aide de ses
compatriotes en distribuant
des coups de poing de tous
lac c6t6s.
Mrs- Bodley, qui vient de
rentrer A Londres, va adres-
ser une reclamation au Fo-
: reign Office centre la barba-
tie des autorit6s italiennes
t qui, dit-elle, constitute un
S phnom6ne incroyable en
Ian de grAce 1927 >.

Es*reux Swuese I
L'office federal du travail 6i
S: rne proc6de deux lois pla r
aian,aun printemps et en autom-
ne, A une enquate sur le prix
des habits, du linge et des
chaussures en Suisse.
L s r6sultats de cette ann6e
sont fort satisfaisants pour
lea habitants de l'Helv6tie.
L'index total des eflets d'ha-
billement, qui s'est 61ev6, de
1923 A 4925, A 182, a diminut
le mois dernier'et est tombe A
161. Il reste supdrieur, mal-
grd tout, A l'index des denares
alimentaires et A c e I u i du
coot g6neral de existence.
b i e n meilleur march en
Suisse que partout ailleurs.
C'est surtout dans la chaus-
j. sure qu'on a observe la plus
forte baisse: en quatre ans,
S elle a 616 de trente points.

L. oo LnandAnt de Pi-
Smdo mu Vatoan
On made de Rome que le
Souverain Pontife a requ r6-
S. mment le commandant
S :"nce.o de Pinedo.
S. L'aviateur a faith au Pape
r6cit d6tail16 de son raid
Sm6worable et le Saint PWre
S, vivement fMlicitM des r6sul-
S ts oblenus et lui a conf6r6
la m6daille d'or du festival
de Saint-Pierre.


S" AVIS
Mr Pantal6on Guilbaud ale
*-peiar d'annoncer au public
4a1 commerce qu'en vue de
*tnoer une plus grandeexten
A. la MANUFACTURE HAi-
. tMNE DE TABACS, il a fond
lw nouvelle association sous
Ssociale: a P. Guil-
A AGdbara.n
prod ils seront toujours
.es et les clients trou-
; '. comme par le passile
Sbon accueil et les md-
Ssons dans 1'ex6cution
ommandes.
Port-au-Prince le 29 juillet
027.


Avis
La Fabrique ANACAONA
porte A Ja connaissance du
public que,a partir de celle
Slate, tous les bons coupons et
*0S numeros de loterie qui se
trouvaient dans les poches des
PATRIOTES south cousidcrcs
comme nul.s.
GEBAltA & Co
Port-au-Prince, le 22 Juillel
1927.


A

A
R


lis.
WmabL


Chassez trois
0 0 0i1i B
^Tti'fr aB *Tii irl~ I


ilIllz lll Il VI IULie .
Le THnVa1
arnavaAidez vote bi & grandir fort et-vgourx.
DU I Preservez-l contre sw tole eNnnaisa le s aushar-
*T * ls, l'humidtd. I'Irritatlo et 1l'infeeUol.
D ictionnaire Redi ,a vie heuou a....
-------- d Ike do lei tre peante.8servez-vous
Sdu Tate Boriqu Meonen. e I
1. f 'ic Borlqu Menne absorbed
do la* u sensible touts trace d'hu
FAILLITE.- L'art de se faire m iltA 11 coastitue une envelope
un. tremplin d'une planche de eac qui protgo la peso d611Uate
cercueil. de Bs centre ls frottement des i
FAIM.- Dieu a voulu la faimi? c 1 vtemnts ou doe clui do ses petits
Moi, alors, je voudrais bien lea memb r .
moyens I ( Un miserable I I
FARD.- Giboyer, parlant DepFle 1876, le Tale Boriqui 1
une de ces dames. dlBnissait le M|eemF .a 6 .onstenen na-
maquillage: -Tromperie surI | pour Isio B6bs par les Mdecin. ,
quality de la chose vendue. le Numes et lea Mamans. les en
FATALISKE Une doctrine qunt l app a qua- lits
cherche A contrefairela signatu- A / 1" .
re de Dieu. i N N5 I
SF USSIRE.- Un artiste qui a B -"l Mll -
eu tort de se vouer exclusive- ,. i -
ment aa genre parodie.
FAUSSE-CO JCHE.- Un assi6ge
qui se presse trop d'ex6cuter Collision d'auto s Eray r
une sortie. Avant-hiet apres-midi, vers Eura z l Cro u
FEU.- a beor au incendier ar- les 4 heures 1/2, A la Grand'Rue,
Fi, rm. maibeauiesendpasser ..devant les Caves de Bordeaux, et A 8thUlUmeS de
Juste mep our ibert auto No. 306n qui venait dIe ar r i
Jut F "runp-urn a chien q uis'arr^ter tut heurtee par une Bc Du` ansU oser
FLA.TEUR.- Un chien A qui autre voit re portant le No 577
son areugle demand de le fire et. oi.ture portent h1- No. 57 Frictionnez aveicks VapoRub
6crae et qu venait de contourner Ie. la C-org. et la Poitrine au Mo-
FoUIE.- Dsertion 'h I'init- coin de la rue Bonne-Foi. ment du Coucher.
riur. Le pet accident e t pa Ls docur attribuent le temp
FoNCTIONNAIRE.-Rouage ain- trsgrave et lon sentendit Ia- rament maladif de certain adults
si nommd par ironie, parce qu'il clement pour la rparation des au peu d soWn ,u1, resurent loe-
ne fonctionne jamais quand on "lgers dommages causes, qu'ils taient enrhnum. 6stant en-
I _-:- ,_,-_____ ____ lani. Ccpendant i
en a besom. i nest prs recommandS
FORgAT.- Un individu qui a 4opident d'auteo d'empoyer de r
troi.e loihame on volant se Avant-hier, vers les 5 heuresl, 0. iles id-rangentatId. "
procurer ia montre. _112 de l'aprts-midi eut lieu, ^ J fntoRan, des.
,FO.TUNE.- A notre 6poque do 1 Beau-Repos, un assez grave ac- mili crn tde mArc,. v '
sa Ailisme, e'est sur lea eux des cident d automobile. tnt csa dote daer.
,autres qu'elle met lun bandeau. I Toutes les voitures qui avaient de. iu.-s c: farts d le d. ut, -ec i.
FossovyEua.-C'est la mort qui 616 A la rencontre de nos visi- it o t s t
tail les malpropres et c'est lui teurs dominicains regagnaient viek. agi somme le cataplasm boen
qui grate pour les cacher. Port-au-Prince lorsqu'on sut que connuIet enn ame temps co n:iet lamnpo
Fou.- Un absent qui a peut- le Pr6sident Vasquez n'arriverait I nlial a pendant la nut isou forms do vs.
6tre raison... pas ce jour-l A la Capitale. pens., apr" quoe l chaleur les a slibr's.
FaANCAmI.- Jadis rimait tou- L'auto No. 232, appartenant A
jours avec succs. Prenons gar- M. Brandt et conduite par une I y I V C
de, du train don't nous y alluns, dame, qui allait A une vitesse VA PA O R
que ca ne finisse pas rimer avec! exagdree, chavira. fiPlu do 21 millions do pots
dicbs. La voiture a Wtl complement O uwage annuelfenant
FRATERNIT.- Quatre syllabes bris6e et des demoiselles qui y
rien de plus. I talentt ont recu des contusions nuovemnt diplomatlique en France
FUITE.- Action famillidre aux et des blessures. j, PARIS- M. Georges Picot,
gaz et r : caissiers. C'est par miracle, nous dit-on, iinistre de France en Arge ti-
( La suite a samedi prochain ). que les occupants de la voiture be, a 6tk nomm6 ambassadeur
Sont dchapp6 A la mdrt. de France A Buenos-Aires.La Id-
--.- i gation de France enj Argentine
Une assoolaUon S. .td t61ev6e au rang d'ambassa-
on Tabac Poeut accident de A I'occasion de la celebration
Comme on le verra par I'a- do la ru e la fete national de de nd-
vis que nous publions plus Avant-hier, vers les 6 heures dance de rArgentine.
loin, en vue de donner une 1/2 de I'apr6s-midi, 6 la Grand'- --- -
plus grande extension a la Ma Rue, en lace du Spot's Caf, le ..
nuacture Haitienne de Ta- buss No. 182 conduit par le co SAL niROMo IT BLANC
nunacs M Pantaleon rnilhdb a I cher Elmonfils Elttus a et heur A IONTIARTRE CABARET
bfond avec M. G6bara, une t par une auto-ambulance de Cest ce soir, comme nous I'an-
Association don't la raison so la roix-Rouge portant le No. noncions,. hier, qu'aura lieu A
Association dont a raison so 17( U. S. M. C .) Montmartre-Cabaret, rue du Ma
ciale est: P. Guilbaud et G- Le buss eut iun de ses bran- gasin de l'Ela, le grand bal rot-
barn. cards brisds. Le couducteur de f et blanc organism par I'Et i-
C est une heureuse initia- automobile accept A riparer blisseient en i'hoaneur de nos
tive, car,T'on sait bien que l'as le dommage cause et le petit ac- visiteurs dominicains.
sociation est toujours lavora- cident n'eut pas de suite plus 'Toutes lesdaiiseuses porleront
ble aux entreprises indus- IAcheuse. unei charge aux coulcurs do-
trielles ou commercials. -. mnicaes.
LA SAINTEAE ANNEE
A& IaComme nous le disions hier,
CBeds lri la fIte de Sainte Anne seraoci 1
Cie Nle des Chemins idbr6e, remain, A Trouin, A Tho- i J I
A*_it- wO X7 j#j _& A V_.*_6 J --1- -2


ae &Cer a zaut mazeau et a amintard, pres de
i i'Arcahaie,
A l'occasion de la fete pa- D"s ce soir, ceux qui veulect
tronnale de Saintad un train so rendre A Trouin trouveront
special laissera la Gare de des camionis A leur disposition
Port-.u-Prince ,Dimanche A 5 et un train special de la C" N"!
heu.es 30 du martin A desti' des Chemins de ter laissera la
nation de Saintard.Ce train se Gare du Quai domain A 6 heures
ra de retour dans I'apres- mi- 30 du m a t i n A destination de
di du m6me jour. Saintard. Ce train sera de retour
LA DIRECTION At la Capitale au course de F'apr6s-
midi.


Aris
Le Docteur Marc Mathieu,
parti pour I'Europe, prie ses-
aimables clients de s'adresser
au Dr Felix Coicou, charge de
sa clientele.
Port-au-Prince, le 18 juillet'
1927,


I


Le Malin


Abonnemen t


Port-a -Prince
D6parlEmenlts
Etranger


1 mois Gdes
a


I
i


I




3,00
3.50
4.00


,;umlro 0,20 centimes
Tehlphone N" 2242


VALTIIE

4paraiion sphiceh des Elablisscmen p n- cao

Aliment parfait desenfant

Le lait d la femme constitu I'alimentation iddale pendant la prd-
Wtre entrance: ceciest one regle absolue, on axiome fondamcnta
ea pu6riculture. Maias il arrive fr6quemment que la mabre no pet
nourrirson bdb6, ou parcel qtuolle manque de lait, on bion Iparc;
qu'elle eat malade on simplemeont trop fable pour supporter lea fa-
tigues do I'allitement r6gulier. Dans les conditions do la vie am
derne, quo de fois lea exigeoce de la position social on cellos do i
profession se vienaent-ellea pas l'opposer a h'accomplisuement d
ce devoir:.' Et alore, oubien c'eat & Iasnourrice qu'il.fautFecourir,
ou bien c'est au biberon. AU point de..vuae physique, at m6e0 a
point de vue mora noeud foos ur dix,le biberon eat encore pr6fera
ble a Ia nourrice trang6re.---
Loraque le biberon devient insaffisanton augmented la aleoi
nutritive dou lait on y additioanant do la ALTINE a la dose d'une
uitleroe A caf6 par t25 grammes environude lait boulli, doaeque
Ion augmentera proireasivement, i partir de 6 mois. Pour cels,on
6dlange la Valtine an lait et on laisse bouiflir pendant quelqo
minutes on remnant aans interruption, pour obtenir one 6malnion
bioen homogne.
'Jo b6b6 ainsi nourri dolt augmenter de: 25 grammes par jour
an moyeanuse pendant le premier trimestre, de 20. gramme aeud
maont pendant le deuiAme, at ainai de suite, I'enfant devant aol
diouibl6 do poids eaon 6 mois et triple en un ana.
A partir de o'age de 3 ans, remplacer par le PIOSOAO' _f
Em Vawxx: A artkI prince, chess Simon VIEU9ILop. BIm
A:. Bolt, Cb.Picoulet, E. Dereix, N. Sda
Ldon R. F6qui6re, Ed. Eatve, Alphonse Dtar.
A Saint Marc, chez Mmine Maurice Clesca, Mme Ulement Coleoon,
Mm. Lacochetibre. Clement Pinard.
Aux Gonaives,,chez Lacroix btR6my, Mmo.Eng6ne Dibrose.
Aux Cap Haitien, chez F. M. Alliiri,.Cb. Javaux. ;
A votit ou, tbez 13. P. .eid. .
Ut daus toutes lea bones .Miaiaons d'alimeinlalion. '7% L

Alfred VIEUXr ,iJ
Seul Repr6sentant pour Hiti. i-fm


Ii WJr a quUNUAE


C


9ArPHOSPHATINE

FALIERES
(MOM DnroG*
ALIMENT IDIAL D S ENPANTS N4 i
X., l1 n do wno ~oa'oe a t6. **
CmaItm Nrnicua. ViWoarnt C .onM .1-
Exiger la grande Marque
PHOSPHATINE FALIlRES
Ot s m6fer d6toautes mitaton&s.
SThOUV PARTOUT F
IPAB Se. fe do I* Tbteher


j Caf6s et dancing
I D'aprds nos informations, A
l'occasion de I'arriv6e de nos vi-
siteurs dorninicains, les Cales,
les Restaurants et les dancing
resteront ouverls toute la nuit
aujourd'hui et demain.
La ville sera done en grande
liessej


~P~pS~~rrrSma ~a~r~8~d~da~: .~u~~*~Fu"~Pl~g~(q(I~:: P~


_ I -~ --


Now=_


- __.I_~ ~I 1~1


~R ~m r --Ir r


i


;---


:::




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs