Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04522
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 07-26-1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04522

Full Text


sgtont MAalOIRlI
DIRECTEUR
8 Rue Amdricaine, 1358
TELEPHONE No 2242j


NUMERO 0 CENTIMES


j


*


",b.


7


Bien A plaindre celui qui se
inmle a la lutte pour laquelle il
n'aura pas assez tie forces.-- lutte
d6concertante centre Iimipossi-
ble l)onheur,- car il se torture
celui-IA et augmente d&jA les
causes dejA si nombreuses de
souflrances.
CLEMENT MAGLOIREI


oeANNfiE No 6157 PORT-AU-PRINCE (HAITI) MARDI 26 JUILLET 1921


pp. do vacances...
- --


LA SOLITUDE

I LA.
I I'exolde nombreux d'avoir 1'ext6ricur, la facade,
Szqui se croiraient per- et ne pouvant plus tlre con-
).rtputation si, chaque ditionnee p a r la veritable
SIparcille poque ils culture du inoi, le simple re
ient pas s'assembler cueillement dans l'oubli des
1ss eudroils de vill6gia- autres, n'est pas la cause's es.
1-l est des originaux ca- sentielle de notre 6parpille-
encore de pr6ferer, meint (lns le peti au preju-
icuas vacances, un autre dice de I'ausitre, rare et noble
Splaisir. lHcemment, production du grand.
magazine parisien a m6- Le sougon qu'il en est ainsi
ter d'une sorte de so- s'avere chaque jour davan-
protectricede...l'Homma stage et il est bien pres de
ams le moindre attache s'imposer comme une v6ritl,
r6gle dogniatique, puisque deja, des homes et
it A procurer la soli- des temmes, a I'esprit d6lical,
A ceux qui la iecher- e )urent versl'holement et s'y
l, Un tel project serait, dirigent comme vers une ou-
swicun doute,peu comprise sis bientaisante. I1 sc pourrait
nous, et cependant nous que ce hitt, plus specialement,
ons 6norlmement a le une lite que la solitude
s'y realiscr, car, cest le soit propice. (Cependant, coin
,us, c'est le raison, c'est nient nc pas reconnaitre ce
e qui l'inspirent. qu'el'e ollre d'avantageux ai
solitude a ses fiddles. tout le monde ?
gont les hlImtes et les
t les urmnis par la En elTffet, il est tels vices, et

I intense des relations non des moindr.s 1h vanity.
is ou par un labetir la jalousie, 1'envie, la m6di-
idienu ardu et penible. sance... Comment les exercere
iieu a rdut p6nible.1quand on est seul?
voient en e lie commel es seul

Re, la reprise energique ui sautre (d6ut Cque Ia soli-
0si mnme.Ces etres-la sont tude noui rit, exalte, tait pro-
I ceux qui, (lans la toule gresser; I'6gosme. II en faut
lyante et oppressan:e, su- convenir. Mais, oil a-ton ja-
i1i.aune dimiuution de mais vu qu'une cr6atuire it0
r va e u r propre. O plus golste parce que le des-
Siroit timides, sinon mi- tin I avait laissee seule dans
Ihlaropeset, ils sont a peine l'existence ou que son choix
M ifuaLs, mais, extreme- 1 avail port6e vers la solitude?
sensibles, ils pr6f6rent On a,certainement, beaucoup
rtie une revolte Iranche plus d'occasions de pratiquer
U leur serait impossible legoisme dans le commerce
er la measure; ils le sa- de ses semblables que spare
Or, its tiennent a la d'eux, quand leur pensee n e-
par dessus tout. La ser6- voque plus qu'une image loin-
est leur d&sideratum su- laine, immaterielle, parlaite-
1ls veulent en jouir. ment inoflensive, etA iii I'on
r6s, c'est pour eux la ne voudra aucun ma puis-
ion, I'evanouissemellt qu'on ne connait. point celui
qualitls les plus fl. qu'elle repr6sente.
les-ci, au contraire, se A une aspiration vers la re-
ppent me rveilleu- prise par chacun desa person-
at dans la solitude qui nalit6 original et particulie-
mera encore. re, voilA,A n'en point douter,
-ce pas grace .i elle ce qui, en ce moment, pousse
intelligence et I'Ame de toute une classes d'esprits A
ents acquierent toute vanter les delices de 1'exo-
IlMissance, sont entiere- de vers les th6baides et a en
cequ'ellespeuvent lre? essayer. L'exemple du pass
pas dans la solitude en temoigne: les homes 1, s
rindividu pensera le plus plus admirables de tous Iles
ment, revera avec le temps trouvaient, par le m )-
[deliberte et enfin s'616- yen de la solitude, un repos,9
ls plus haul dans les do- une satisfaction int6rieure,
i iellectuels et psy- une limpidit6 (le jugement et,
t? s. enfin, une plenitude de leurs
t parfois -i'se demander 'nmeilleures, de leurs plus hau-
e vie actuelle, toute tes faculties vainement cher-
d'apparal ou domine l'u- ch6s dans le tlu mul Ite du
s ouci de plastronner, monde,


Port-au-Princienne
1611 GRAND'RUE.A ncienne Maison Keitel.
Maison s'occupant exclusilhdment d'O()tiqueel oivous
trcuverez les verres et les motitures don't vous ave be.-
soin.
VENTE EN GROS !T EN DETAIL.
Nous altirons I'attenliont lienveillante des occulistes'
Les )prscri)ptions de verres cvlindriques ou prismatiques
peuvent dire ex(cutees en deux ou trois semaines.


neur qui brillent sur la poilrine La visit
des vainqueurs et des homines du Pr6sident Vasquez
de valeur, ses toiles soul la just .
recompense m6ritee par son Cest smedli prochain, 3juail-
goit exquis, sesqualitts recon. "ts qu leIn Prsident lloracio
forlantes, son aronme d6lical. \ asquez ainsi que les hautes
Un petil souvenir... Un soir, personnalils qu I'accompa-
le propri6taire de l'un des grants gnent, traverseront la fronliere
et luxueux Cales de Port-an- hlitiano-doiinicaiine et arrive-
Prince, en regardant ses etia- ront I lIellhaldre oni conmmence-
res ou carafes et bouteilles fai- ra la visit du Pr6sident de la
saient miroiler leurs cristaux ItI p u 1)b 1 i(c [I)onniicaine en
mullicolores A` I'cclatante lumii6- Hniti.
re des ampoules lectriques, nu Le Chel de I'Etllat voisie s6jour-
niurait les patries des spiritueux nera, cOlnlln'e nos lavons d6|jA
dontla saveur 6tait la plus agrea- dlit, une semaire environ hla
ble. ( La France, disall-il, est le Capitale.
piys du champagne p6tillant, .. ..... _.
Italie, celui des vins exquis qui "
apporlent les beaux songes, I'Al- LA FMTE )DE SAI.TE-ANNE
lemagne est la palrie de la bi6re i
(jui mousse et qu'on d guste AujourdThut, la paroisse du
lentement entire deux boufltes Morne-a-Tul estengrande liesse.
d'un cigare dlicieux, la Iollan- Slle commnlore la ftle de sa
de est c61lbre par son gin, la patronne Sainte Anne.
Suistse r son petit vert On- 11 y ent a 4 heures et a ) heu-
altend ~ f.anTe. ,q^titat, -ir e rgsses basses auxquelles
pour nous, Ie fin connaisseur? assistait un tr6s grand nombre
A quel product allait-il attribuer la gloire d'voir acquis A note autres paroisses de Port-au.
Pays une place sur cet Olynipe Prince.
Pas oune esu c is La grand'mnesse aura lieu A 8
des liqueurs fines et des vins de & Iures. Elle scr elsbra par ie
licieux qui d6salterent les dieux heures Elle sera c6 6bree par le
lorsqu'ils ont soif? L'h6te n'hli- Pre Leroux, cure de I'Arcahaie
sita pas : Et, messieurs, ajouta el le sermon de circonstance se-
t-il, dans cette Sociald des Bou- rai prononde par le Pcre Ducdos,
teilles galonneesd'or et d'argent, ious deux anciens vicaires A Ste.
aux 6tiquettes chamnarr6es de 'iine.
dcorat ions et de m6dailles Cet apres-nidi. il v aura v&
d'honneurle RuCMBAANc.iltdir )'Pres suivies de procession, a 5
a conquis avec la plus incontes- hliures.
table autorilt la place d'laiti.i i
Une auli'e preuve de I'ind&lila-
ble superiority du Rhunim liar- LES BEALX SONNETS
bancourt se trouve dans cc fatit


qu'il est le produit national qui
est l'objet des plus nombreuses
tentatives de contrefaVon.
On vous apporte pomnpeuse-
ment la bouteille aux cinq 6etoiles
rouges t Du ( Barbancourl ,*,
messieurs! ..11 ne suflit que de
la premiere gorge du breuvage
pour vous d6voilerIa superiche-
rie. Un intrus de mauvais... gout
a pris la place du Rlihum don't
.1 annbes de succes onl consa-
cr6 le triomphe. Or, on n'imite
que ce qui a la laveur du public,
on ne tente de contrelaire que
les products de valour et qui
jouissent d'une renomimee en-
viable.
Actuellement, M. Henri Gar-
A Al-^l . .. .. ...l li v tA ll;1,11; _


Uerd par une puicitui init ei;i-
gente, une activild ininlerrom-
"- pue, s'applique A laire connai-
tre aux rares amateurs qui les
_produi hatlen ignoreraient encore, les grades
qualit6s du Rhum Barbancourt
qui a 1t1 partout le champion
Rhu au des products haltiens similaires.
e Rhum Barbancourt a ---'-- :
G._ A VENDRE
Une automobile ((Essex
ier rang des products hailieni a toujours report de Coach)) en partait 6tat.
Ise place le Rhum Bar- haute lulte le plus 6clatan ttiom S'adresser au Capt. CANAVAN
tt Depuis bien pr s dun he et a toujours vu un nouveau Bureau du Grand lr6vot
Ce, A routes les Exposi- euron s'ajouter A sa vieille con
Otwnationales qui ont eu ronne, brevet hors contours, -
IsArles grandes Capitales, mention d'honneur ou medaille
gursient les produits les d'or qui proclament hautement aites voter
cherchs eti les produc- son jndisculable renominme et I a s vFt
grande valeur des in- consacrent sa valeur. de Ca
64rangcresle Rhum Bar Pareil A un vieux general qui de Ca
If a loujours obtenu les a conquis sa gloire A la balaille,
M plus honorableset me- c'est dans la lutte des concourse
oP belles et les plus t par des decisions de judges s6- La aisonsd h. L N. AET'i~ ",r
'COmpenses. I vres, appreciateurs au gout dif lagasins du ,LOUVRE qn'ils pouirrom
nede cesgrndes oires tfcile que ce rhun a acquis sa par les derniers S(S franrais, ilsde
voyait ceque effort, le reputation et la glorieuse au- grandes abriques de meubles, et d
Sla science avaient rba- role qui rayonne autour du les plus aoderues- qaramli insa
SPus dalicat et de plus goulot de chacune de ses bou- La maisen acvepte its plus pe
ltre aprecie, ce produit teilles. Comme les croix d'hon-


En rdplique au sonnet de Baiu
delaire, LA MORT DES PAUVRES
qiie nous avons public hier,Geor-
ges Anquetil a dcrit ce sonnet :

La Mort

des Riches
C'est la mort qui conpole en son egalit ;
C'est le rappel de lous aui lois de la Nature ;
Pour Grands de la Noblesse ou Guei de la Roture,
C'es t meime inconou devant I'llerDile.

II ae ie relera, mort, au lta nodite,
0 rice, poir jeocher I or de la sIpuloure ;
Tu n'bviteras ni I'iamorde pourriture
1i le visqueux do ver, ni sa voracitk.
*
Au coalraire la chair bieu plus grass qu'une,
almre,
La lIi fera, par gont, prelirer la uhtre...
Puis so, travail bienatl t'aura (ait aotre gal
*
It malie I'apparat des vaincs ,onnrailles,
IUu jour, ur brocanleur, pour quelque careaval,
Vendra dii sous too crane i la loire aui berrailles.
Georges-ANliQUIL



e demand

italogue
. '- -, -!reux clients des Grands
it isiter les ehanlilleos d'*te retus
eront aussi ioir Irs atalogiues des
les masIlalures, des papers peiils
nblei.
tiles C ammandes..


Une auto heurte
une blcyclett
L'enfiant quii monlait
Ia bicrclllet es| bless


Vendredl dernier, vers les
5 heures 112 tie r'apres-midi,
se produisit dans le quarter
de I'Asile Franwais unll assez
grave accident. L'auto No 1)
}023,condtuite par le chlaulleur
Alinus Villard, qui allail ai
grande vilcsse et sans hlire
resonMie1'r son averlissecrllhetir
ta avec torce,i l'angle tides res
du Centre et Chareron, tine
bicyclette No 290 miontee par
lejeiune Luc Pothel, fils de
notre ami et collaborateur Cle
ment Pothel. Lentant lut ren-
vers6 violemmnent str la chaus
s&e. ILes )passants, qui accou-
rurent a son secours, le rele-
verent avec de |lortes coutu-
sions Ala Ittle el des blessu-
rles an x genoux et au dos. II a
Wte ad lis a I'lh'pilal GeneralI
onf son tlat a ete juge assecZ
grave.,
Une lainle a 'ete d(p)Os'c,
contire Ic chaunleur ide I'aulto-
mobile.


A 'Ecole Normale
La semaine dernisire out pris
lin, I cettel Inslitution, les exa-
t 'l t . .


nlens de (lilln (I Etldes noriia-
les. Le .1Jury, cotn pose d u FrI
re Archange, Suptrioeur (les
Frires de l'lnstruction Chre
tienne, du Pere Schneider,
du Petit Sm in aire, du
Sons-luspecteur Fabits Du-
vtetl.,)destrsrCivit et Hysom,
ctait prlside par M. le I)r La-
noiec, Dircclteur d'Enseigne
ment.
Les dix lev\esqui se present
talent i ces examens ont ele
ad(mis. Ce sont: Melles A.' liar
lemers. 0 Sanison, E. Lator-
lue, Florvillc, L. Laraque, C.
)iedoniine, E. Kerlegrand,
Cantave, 0. Arm and el t. l)u-
vilh a.
Nos [compliments aux no11011-
\elles niorna lienies.


Un incendie
& P6tion-Ville
Avant-iier, vers les 5 ls.112
du inalin, trois d(etonatio ns,
troublunt le silence matinal
de la pelile ville tie 'et ion-
Ville, reveillerent en sorsaiit
les derniers dormeurs. C'dtait
on signal donn lpar la Gen-
darmerie iour allnnoncelr till
incendie. Le te, en e fet, ve-
nail d'eclater dans le quarter
de l'ancienne Prison.
Les gendarmes et la popu-
lation accournrent aussitot
sur les lieux du sinistre qui
ful comibattu par tous moyens
de fortune. Trois maisonnet-
tes couvertes en chaume fu-
rent cependant d6truites. Corn
me elles 6taienl situdes au mi-
lieu d'une cour spacicuse, le
feu s'eteignit de lui-memne,
fate d'alimnent.


Le testament
du rol de Roumanie
BUCAIE-ST Le testament
du roi Ferdinand datant du mo's
de juillel 1925 lgue les deux
palais royaux A la reine ainsi
que les immeubles de Bucarest.
I stipule 6galement livers legs
aux enlants royaux A 1'Acadi-
mie et a diverse institutions. II
aunule les es s faiau prince
Charles. Dans unc lettre le roi
Ferdinand declare qile i;
(ldoll respecter la situation iii'il ,
cre(e et renoncer au tr6nc.On ai
1 liceofliciellementque le prin-
Sce Charles restera en exil et qu'il
necsera pasaulorise a rentrer en
HRoumanie pour les funkrailles
i de son p6re ou plus tard.


loire 1iL,'


__ _~ I_ _~_ ___ ~


H I *'"
nal li- mnn:1 mal


11


... a vii, saniedi alUi's-inidi.
vers les 3 heures, un Irave cour-
tier, charniant gar' ii anau delnc'
rant; imais q(il, ce iour-Il, nn
sainedi, voyailt doulilk. II se pr,-
senta dans lun caftC rile hionne-
Foi ct deiandia Ul bonlteile de
kola bien frap pc. ( raIlraichit si
bien le kola ghic! (ICelle q(i sert
au bar presentla ininidiatlenent
verre, houteille cl sa.il -calpsule.
Le courtier se ds'sallk''a avec un
Ilaisir extrtriiie. Mais lorsqu'il
allti payerC', Ct lul binc antre
chose. 11 s'v refius I lout nel.
Conme la fille insistailt, voilh Ic
c urlier i(uIi s I, i t'IIn ifurie, mie-
Iiace' de tout cass er ct Ira.ppe ru-
deientl Il n urillheureusc sans dt-
IfCInsC. ih'iili, luiiiile, altroupe-
mienl. El n'etaitl-cC I:irriv,'de de
deux galanils honinies qu(i inireil
fin au vacar1ne, If courtier :an'Nil
a)ip ris, i\ la Police. q(i'on I)(lle
boire niais (e l'oii doit res)pec-
ter la bouteil c et... les feinilies.
I
...a vu, saumedi, nill amialteur .i
qui, retour de Ville-lonhenil r, ef-
fare, cherchail s. mioiti( qui,
pour changer nil puli, |passait
quelques inslanls Ci ... nlauvaise
coilpagnie.
Lorsqu'enfin 'ii lid 1 lkt e ful re-
trouv'ec, elle lait seule ct Irou-
va assez lacilientul un alibi pour
s'excuser. Mais voit qulel'ament
montre le bout du n lez a I'aulitre
coin de la rue. Elle l'appelle. II
vient. Inutile dle d(lire que le nia-
ri, lurieux, devinant lout, enitra
dans la plus violence colbre et
admninistra A la belle iiconstanite
la plus sevtre correction.
...a vu, A Vile-HIonhleur, une
dlinie des Gonaives qui preten-
dait qu'elle ne pouvait y rester
I)iarce que son amanl, un chaul-
cur, ne devait v arriver que le
saiiledtli, jour de la tIte.
Celui-ci arrival, en effect, et
vo'lia les deux pigeons qui conm-
iicncent la plus Lendre idjile,
pl-.i'C(ouralt to t les IcS riles ,bras
(dessus, l)ras dessolii, Vrs les 2
heures du main, lo'n se S para
un momntent et iiiadam ui avait
soimteil s'arma d'uin cousin de
I'auntlo donlt elle st fit unil lit of
elle se toucliha 'A I li)'ci e toilet.
Le gatlant rev inl iellmil, matis
I)rtexlantl CI'on lui a vail vole
Liin )idclon d'll uile (1|u'il a.vail da11s
sa vilture se nut A vocif6r'er les
pires injures, ;I iiisulltr Ious
cLux (Jui elaienl :I Ville-lionheur
(u'il lisai t itrel o s (Ies voleurs.
Enflin hlarass&, lai Ite lourde,
No'T : (l Itle vii aller s'1tendre
aupris de la belle gonaivieilne
el s'eii(ndornir iblentt du plus
prolond solilneiel.

... a vu,, le oiid de pouvoir
WV... reconuinencer, apres deux
niois de paix et d'abstinence,ses
p e t i t e s habitudes bacchiques.
Chaque jour, il reprend sa place
sur un pelit banc d'attente du
Tribunal de Paix section nord
et, comnie Sw'ur Anne, regarded
d'un ... eil trouble si rien ne
vient. Jusqu'ici NOTRE (EIL n'a
rien vu venir et, sails doute, le
bonhomme se fachera bient6t et
les scenes d'anitan recommence-
ronl.
*
... a vu, samedi soir, rue de la
Reunion, un bal an course duquel
devailt avoir lieu la rafle d'un
jambon. Le bal avait deux ora
ganisatrices : Mines M... et 1B...
L, laiJ battail son plein, Iors-
des cavaliers voulut
1,'.itdre un peu d'air. II quitsa
la salle el sortit sous ia galerie.
Le galant, pour se reposer, alia
s'appuyer centre un poteau de
la mason, Celui-ci netant pas
des plus solides, ceda sous le
poids et voilA le bravo. danseur3



























de poursuivre la poli ique (!e I o
carno, comipren(dront-ils q(ue le
mioitent est venu deI realiser le
front coinmmnn contre le bolche-
visme ?
.. j I lll / r n . "


I
hi

r'4




Li

4
4


~


les quatre fers I n fair dane la ri
gole. I1 se remit prestemcnt sur
pie.I, 61gant et se tro'vant lace
lace avec une demoiselle, il lui
demand:
Y 9-t-il de jolies demoisilles
A 1'int6rieur? Je ne danse pas
avec les dames ... laides.
Monsieur, fit la jeune fille,
prenez la peine d'entrer. Les
gouts et les coulcurs lie se dis-
cutent pas et surtout, aiouta-t-
elle, ironique, prenez garde aux
voteaux qui manquent Ide soli-
ile6.
Le galant, encore ltourdi par
sa chute, jeta un coupd'a(il danis
la salle et, d6clarant que les (lh:n-
seuses n'6taient pas de son _goIt,
No i.E (.EIL le vit s'en aller.


... a vu aussi la iafle (u jinI -
boai. La maitresse du logis cull
la veine d'obtenir II pointIs. I'n
m )ment apres, un paricnaiai'
r'.iss 1 48 points I ii ()lncoi|)l(p"'
Li gagnante ne se laissa pi)s ein-
lever si tacilenicn i 1 t I' succlt lt' s
j bonl)(). El.leaccus.i le hon()hiil -
mne d'&'tre un aniialcur dre d(s el
d'avoir trich6. Eclais die \'()ix,
bruit, tuniulte, tandis qut'esi lnc,
NOTRE (En. vovyit nmi hon huiir-
geois, Monsieur II... qui luhaillli
son spouse qui se rcndail aiu
bal. 11 arrangeait tout avec go0l
el, d6licatement ajustait corsagr
jupe et le ... rest. Et Iors(11q
lihabillement ful is point, Norm
(EuL vil la belle-mire de B...
heureuse, fibre de sa fille, s'ar
mer ''une lampe et elairer se,
pas, comme on l'eut faith poui
une reitnW.T.TTr dt sa'moiti<
qu'il avail habillke ux yeux d(
tout le monde, l'accompagnai
majestueux et superbe. La fir
de cette petite hisloire, e'es
qu'apres quelques rounds, faiiu
e danseuses an gtoul des cava
fliers, lebhal prit fin.
Avec le mtme c6re'mnonial, 1..
et sa mnoilit reprirtcit le chclniil
du logis.



Monstrueuse

demence

M. Rene Lara, dans le (iGau
lois v, exprime le sentiment g6
ndral de opinion qui s'inidign
de la (( monstrueuse dmiwence
de la terreur rouge :
Chaque jour appotte son atr
cit6 nouvelle, qui dpasse e
horreur lout ce (lne 1on pouva
imaginer de la f)arbarie asiat
que. Comment la conscience ui
verselle ne se r6vollerait-elle p
au r6eit du marlyre abominab
de cet oflicier finlandais, torlq
r6 d'abord, li6 ensuile penda
40 jours un cadavre,. i la sui
de quoi il est frapp6 d'ali6natio
mental avant que des ex&ci
teurs, plus pitoyables que s
juges, lui frssent la charity s
preme de I alattre ?
Enfin, f la cruauttl, s'ajuntle
d6fl.
En reponse, en ellet, Ai la pr
testation du government fi
landais, le gouvernement
Moscou signi e aux puissanc
que, desormais, les national
strangers ne seront plus sous
protection des lois de Icur pr
pre pays el que le code des S
viets permet la mise C mo
sans lugement stir simple ra
port de a police .
Ainsi un stranger que son il
dustrie on scs inlti'rn's appel
raient en Russie no joUat p)us
sormais d anicune scuritiil su
fit d'une d(nonciatiui po)r qu
*> soil arrtle el assassin: sal a
Ire forme de p)rosc:
i'E rope va.1-4elle tol'ri r
Svantlage u.Se pareitle alttint<
routes les l o is interna:ioz
les, A tons les principes de la
vilisation la plus et mentair
Les Io)ilnies d'ltal el les


plothbat qui conltrent A Gen
s I1 hles problem de I'heure
tui proclament leur inten'i


gII a quUNE EilSfEAIiK.


PHOSPHATINE

FALIERES
(MOu 1)CPOSt)
ALIMENT IDtAL DES ENFANTS 4 $
314eaur done P'or3 e et S~ant6. te
Conutint am Nourrices, Vilttlards, Convaltwecnts
Exiger la grande Marque
PHOSPHATINE FALItRES
t sem6fterdetoutes imitations. -
0 *9 TROUVC PARTOUT
PAt. RUe doe I Tenberle


CeCS CxI wells


prendroni fin
28 juillel.


Marriage:


TOUT, EN DEUX MOTS s.-medi dernier, cut lieu, en
toite intimile, le maria;e ci--
Avani t-lher,o*i f'isail salle vii ( de elIc Maria Crepsac
c(mi)le ;I iParisian>a )potr voir avec M. Josep)hli Lebreton.
(ie I'rs l)beat lim (UIIIest M.)N Les temoins itaient. pour
i.A-i-n)sss dont les diverss pi Iepouse : MM. Alfred Vieux,
sodes Furent Ires aplplatudis. IAdrien Scott et T.'(uill)aud et
i`n Itrs grand noml)re, pour l epoux.MM.R.Carbonnel
les proinleneurs asisterenlt kMaurice Lautidn et G. Poujol. A
(liin:inche soir ain Champ ie il,: h diictiou nuiliale a
.MIrs an c('oincert di la Musi- etc doince, le mime jour.aux
(qilt' (.I i lais. noutveauix cpoux eln I'6glise
F Tres belle |lte,diimanncllhe, (li Sac(-"tml" r de Turgeau. Il
: i Foi rin ()l avait lieu le I a iP liIs onIl ete c)(onduIits ia 1'autel s
ticm(Id' e staluc de St e I r tMa- np,-\. Mine Adrien Scott et M. (
rie-MNde!eie. 11 y cut 'i 8 brs Shiller Nicolas. .(
line belle messe lebre en la (), i in1e au profit de 1'6- a
clii )L le, iar lc I ler Just in, glise, Melles laudette Vieux v
Circle Ia Croix des dc(;nls. et Simone Vaillant.
lIlc fil suivie dC pr(c ss OP. 'Tons nos vt\'(ex de bonhcur
S.\l rue dei s uac-raies, ia I'hetureux couple. I
(iia rtiti r C('ino ris eiS l i la s
(irainl'l)(ii et la rtle deI li Re- -.. -..--
voluiiiol les hlbihi llustn s (duI
(jliarticr s' |)lSigien1it de s Iux Naissance : -
I *(lilies (l()dlinicaincs (lii y Mr et Mme Marcel Antoine ,
()Ilt Iris logemenlit depilis 8 out le plaisir de lii'e part a
SLti'ors ct ec(Lu irent Ies genls leiurs airs d(e li :iiisssince dei
lionltlcs par les scniCes les leur fils Charles, surventiue di-
* plus scandalenscs. \\is II numanche a 1 here de 'uaprcs-
'Poli'ce. mi(di.
S -A VariHets,la minli3c (des Tous nos vtux au l)eb.
s eniifisnts cut le plus gr'(I d suc _
r ces.
S La. soirtetut ntmSi d*9 pim *
e chrliniantes avec RAI. de M.I:;i, Ia lSlal
it 1 drame en 4 parties et le
S5eepisoe du GH.\ND S|:C(:IET. r'
S Ilier matin,lin ouvrier ptin lE SOR
e tre, empl)oyv6 dans -les Irsavaux Mathias Sandorf
- (de iolsluii(tion (Id s IlnotIveaux Suilte t lil
I:'iliienit de la I)outiine,est toin-
Sl d'(1un cci.ihan ud. I.e 1 i: m lliu- iEiltec : 0,50.
r LIux, gri'vcnllt bIlesse, a i __
Iraiis|i(ot) ii lil6p)ial G nii ral on i
son alta 6 16 juge6 tries grave.. La situation a Vionne
On a r'elrouv dais les pa- Des Comninistes piis en slloriih're
riagesde Chancerelles I'au to de
M. Astiel Morls qui avil ,ITtle BAlATISIAV \-Vingt-trois corn
voie dans sa cour le 16 inillet i nunistes se sont fail emprison-
couran Ious les accessoires ner sans le vouloir aujourd'hui
qui se trouvaicnt dans ia voiture aprI s une anifestalion en Ia-
amsique les pneus et chambres veur des ouvriers viennoiz'.Aus-
Sair ont 6 emport6s silt apros la manifestation, les
.---- -- communisles se precipitcrent
vers la prison et deiiiand6rent la
e Nouvel Avocat mise en liberty immediate de
Vendredi dernier cut lieu.- (cer'tins de leurs camarades. A
an Tribunal de Premi're Ins, la suite de leurs demands r6iti
o lance de Port-an-Prince.la ce- iesles grilles dela prison sou-
!I1 vrirent et soudainement, les ma
t r onie de prestation de ser- vrifestants etse pr6cipit6renit I' ma-
i- ient de M. Maurite P. Deliilc hricur arm6s de bAtons et rnlu-
ni comme avocalt du Ba reau de ires armes. Les grilles furent
as la (Capitale. aussit6t term6es et les maniles-
ile lc JugePierre-Philippe qui tants emmen6s dans des cellules.
%-. rc nit avocat lui adressa les plus heu niste na galement tlW arrWt6 et
te j'eux complimenls. Ensuite ce *mprisonn6.
"l lurent Me G. B. Auguste, Subs VIENNE Le secr6laire du
L- titut du Co,) inissaire du( Gou- parti communist a Ct. arr~L'l et
es 'verniementel Me Isnlard Ray- I"ecarcrt. 11 est accuse d'avoir
u- 11011id (ii ,aL l (IJi d lParqu(Iiet incit6 le public A la violence pen
e n i n o e i Orre d es, Avo- (ant tn discours prononc miner
ats aunomdeIlOrdreadesAvo- credit aux tun6railles des vicli-
cats is(),ilh.lrent la bienve mCes de (eIclee de mercredi.
o- nule ll IILnoIveuLi contrcre q(ui __ ,1j
in- vcnaitl prendre rang parnii
de eux. *
i...I. sI ison ln ( rand l nir e


es
Lix
I la
'o-
o0-
iO-
sti
p-
Anl-
Ie-
di
uI-.
u-
aU-
e a
aa-
ci-
e '.?
di-
Vc
Sel
ion


Sce jeune avocat rejpondit
aimanblement el cordialement
A tons les souhaits qui lui
fu re n t. a dresses.
Nous lui envoyons tons nos
v(eux de bon succes dans la
belle carririe qu'il vient d'en-
ireprendre.

Avis
47Je recommande A malbien
veillante clientele MM. les
i)octeurs E. Villars et J. icnke-
:i Ie aux liU.Isje confie mon1
cabinet.
Cc sont deux brillants su-
jets, tout i tfait iA la hauteur de
leII Jache qui sauront justi-
lier Iftconflance place en eux.
Plor-au-Prince, 23 iuillet 1927
Dr M. BOURAND


ILJ encore avec nous.
BAILE'Y,S BEACH est le
lieu par excellence pour les
pique-niotiies,
On y trove ensemble tons
les (Ions de la nature,


Avis
La Fabriqlue ANAC ONA
porle a lacounaissance du
public que,A partir de cclte
date, tous les bons-coupons et
les num6rosde loterie qui se
trouvaient dans les poches des
PATRIOTES south consid(6rs
come nuils.
GEBARA & Co
Port-au-Prince, le 22 Juillet
1237.


1


Les examens pour le
Certificat d'Aptitudes
P6dagoglques
Deplis hier ont commence,
A I'l nspcction Stolaire, les
exa1cns pF;i;r le Certificat
FAI)lilud(es Pedagogiques.
i y u candidates (ii se
solil )prsenlties )pour lOfblen
tion de ce Ccrlilicat. Se sont
Melles Hen6e Day. Eunice uu-
guay et Anna Andre.
Le Jury d'examen compose
dIe MM. Antonio Vieux, Felix
Diambois, Periclcs ressiers,.
Inspecleur des Ecoles et Fo-
)ius Dl)viclla, sous lnspec-
teur, cst pI) side( par M. le Dr
Lano:ce Direcicur (d'Ensigtie
inent.


I Ip~ IP - -- ---- J _~ _


- --J


i

I


I




LE MATIN 2( Juillet 1927


S',nac t a end ,
l l i' .. . ...... i ..*... ...... Ci ,
SS I, ,J


- S


C'


-6l
AIC (EILE 1IAS
(4' *
01t'
Le 1i'isonien ASCADW
1 l


randlc LIQUIDATION



il IIiill ill t1
pit les moi.s lI .Juillt l \,fit iS les p inilur's I'lt ltl(Il: N<: )t'\ .A l l. '. XTI 1 .N'
MiltUS dlU ri i\ il' c\' iC i i(t licl. Nouiis I i' is s ;IIS :n
larnetire i [ tio s ,li's ,syi r ( (,s Ciilti rcs (ii' ils ladopler; |I, I prable. onI (T'mi sii) 'lw;c o'1U toi|) i l 'cs C in +iVi ill. i,
ommercil AqI ncis

& mm1111issIOll
Ejn ace dela DI)ouinc
1.11 f, de 1,


VOSOES
,France)


Fn TTL


WF ACTION ELECTIVE SUR LE REIN
* cOmplete de I'ARTHRITISME
Saison du 20 Mai au 25 Septembre
TENNIS OOLF POLO TNtATRE CASINO


RO SPtOIAL POUR LES ENFANTS


Pains directs PARIS (Oare doe 'Est) A VITTEL.
Oda les principales Pharmacies, Drogueries et Maisons d'Alimentation..


I HIALTO
1H6tel Pev ic:I
1:1. 1., ( ll( 11 1 it s .I s

( ,O l II C I ,> 1 ) ( I |i S ( I I.
;til f'( S ( !< s M iins o illlcliin l.l dlonl-
lS iglish slt'i .l.cn
Sc e lll I ( SplIlol
Garage pour auils-11i ne 26090
MiNe (iaslini lTAlil)R
Proprie(aiire.
Iapiers A Ciqarettes
JOB
Je realise pour compete d'une
mason de Paris uine parties de 20
boltes de 100 cahiers au prix de
4,00 gourdes la Loite.
% i~oire NMORRA
205 HIue dts Fronts-Foits.

Bionef occasion
A vendre 22 volumes
richement relidsides teu-
vres d'Anatole France.'
Excellentes conditions.
S'adresser au Journal
Le lalio,

Course do Vacances
L'INSTITUT TIPPE'NIll E[l


Section Ciassique. Franqais,An-
g'ais, Espagnol, Matlhimatiques,
Sciences Physiques et Naturelles,
Latin, Grec, Dessin etc.
Le tout pour un prix r6duit :
a parlir tide 3.00 dol.
Ces course sont, en outre, faits
par de- prolesseurs spcialis6s, en
chacunie des matieres.
Des course speciaux sont insti-
tudespour tous les llves en retard
et tous ceux qui n'ont pas rdussi
aux derniers exameus de la Ses-
sion de juillet. Pour ceux qui se
preparent & une cole suprlieure:
M6decine, Droit ou Genie.
Encore une chance certain, jeu-
nes gens, pour affronter avec suc-
ces la Session d'Octobre.
h6vision complete en 2 mois du
programme classique de l'annue
scolaire, pour toutes les classes, y
Compiis la 7e, la ie, la lbtor--
que etla l'hi!osophie;:lrevels Sim-
pie et Supdrieur pour les demoi
selles.
,-ection I'ra'iquo -- jaclylo-,ia
phie, "t6foigi aphlit, Coniplabi .le,
par lin in t l '1 ip eijhit tr, lone
tionnaut 'i .ailir du itir Poutl
Pdtionville el tin Ville. Ies ( 4d t!.
en retaid, ceux qui i'onit as r( L.-
si ainsi que coux qui veulentl mencer db. maintcnant, t o N.t
iout (e qui Itur manque et c< qui
leur faut.


I ien n'est 'i desagirdable, si obseda' I pour un automobiliste que d'a-
voir sa voiture CquilIe avec des pneus de quali' inntrieure sii-
jetslide conltinuelles pannes qui provoquent la iralvale humetir
couraleement ct souvent mime la perle d'un lemps precieux Iliiup
Ihlaie dttji, vile ils deviennent ,nutilisables ct doivent tre remnplac's
il1sionnent ainsi une dVpense qui aurait pu 6ire dvitte.


La meilleure forme pour parer
lcorsisie b se pccrurer des pneus


i de tel.; desaqrcments est ce lie


GENEA


i realisent un double avantage:

lihaiteiiieprocha belle apparCence

EN STOCK CHEZ
CONSTANTIN R. M.AUGUSTE


lue des


Cesa rs


,gl ,, ,,


It: IllilLiEST UN Il II
EST UN


A


U


*1 *
\ I. ~,it


ET UN


N "I ">'b


.AU rvI ,.N'A ILA.A :.. ;V.
GINGERA W11i .',E EGO .
LC SC LII tIll!CV'l'I ": l

((i'CL Ai, 1 *1 flie1'8 I 1)Ll'

1 , -' -


I II I


&iI I.


cloh
I )- li i liti it


I'


.~i1~; I
I I


La sant4 est une premiere n4cessite
L'energie d'une sante magnifique
gagne tout dans ce monde. Lea
maladies proviennent des germes qui
abondent dans la saletd. Le Savon
Lifebuoy detruit tous les germes de '
la peau. II la purifie et la protege.
Lvr Bror. Ltd., Port Sunllght, Anleterre -^


C -.


La


wt -- ,





Insurance (C

- des plus f:ries copn l:is


canadieunes d'assurarn e

Sla vwe

gEug le Ilosse & Co

ie^^S^~BAt^^^^


sur


II I


dA. dec Mat tcis& Co
I lpr'' Sc in'i.s pour Hlaiti


. j


II I lr I -~k~4~ -~r r~ p' 'C' r~ --II ~- '


r II r ~I~---E~-iP----


-C- r


~jlf~e~i~


--


:-I


--


m


t1.


_A-^- ***'


; I~r$~ f'~


i3


N


I


La Boisson coinniie dans
M 10 0 1 1 i--111i l el


Ifamber.-Amerikt LInle





('ti.llI, I c:' :1'l'iv i l I :'i P ,'r 1 : ti-
I' l-i ]C \r lw I! I o i .'l .,", i!


Porl au ricec, 1 2, I '
i ) \1 cis Ir 1 ;. I' \1 o.


ot ce ul i concirne I I

i\(VI I t1 l; I t'. 1' ' I I I :Ill
pI ( p 1st(I I I' l : \ c .,
'o l ir'l I i i i




Lan F lhe au( o u
Par Ldon Laleau
('I) 1 I t l 'I I t' V ) iII lt' u I
I"
) \ -lll

I v heiom'r *II,'le I Ilornr Ii It
!t I t i r .(I i'll l I \ t lr ,'

f l)' IN d p lll l I' i l, i |,i p .
ers.
Le .Ae imtT I t , vel al il
I'l'.r'clpe ia Iorlt- Iata el t t
l* ilie \(- it'll n lu o i l t l i .i i4
\t Is leI 8 L i'l 'I l ain oflla c i l l
ra ll ite ( mir ; ur i iL- l < ,
Sanitf-Dcimiingo if \ ( C ii i
Port-iu-II'ict'i c le" 2t1 juillet i,: 7
IAI:lIINE1I & Co, Ageill.

aS
t, f ?
. .,


(IULOi'? Devinez!

Dmandoz ai 1os asia"


R1ue Pav6 e





LEB'MATIN 26 Julllt 10271


Noas aidoIs le


IE VERITAIBLE


I


LE GRAND


est lou ourls n lai(juilditioln.
Notre deuxi6me listed pour le mois de Juillet.
L es I (ci.l:l; i, .i <|ii Ic ,1l i't .I.* :..2,I o K '* P- l l 'r c lie o lt (plt, 1 1(li.
( itliO( is I lu i l ill. 1 ( 1i l l (c ii \ ;!. i'.c ,' l 1 1 II U l i L t i '.t i !S.
Mats hi li(iilh:lit,i XT 1 1\A I A N N est ll vri-k.
blle lil(Iti(hIcticll JIX'LIANI I0A(ILJIN slut k.


('heniiselte blanch l
Chau-cllcs Wii (" ".
.ha useltes 1il r,,y.',
hifl lc r's iil i' &t'i S
( I I c( it ls IIt so
I* hl' itm 's I'lS ii, c,;i I i c
(ChKm is s h t'o l,: i, i
(:( I))Iil110 i M ) 11 L'


(11)1.1.
tIi.


.', 1 If( 1 i :li


aill.,a s
' \lt'lli sr 1 )t l Il I
i vr i i i ll I" iS I r

I : a () l i t l l( i i | r i ii i,,i i
cI I, I, I

as \Vt liltal |> li i', 11 l
1 ls choils H( t '. ,' :', : '' I 1 I.
lis C l lc
lhna sscl c n)Fmis I s po l cl g;i rlloitii l
lrani(l ch.,ix d( Cl. ;i\ ilt'es
i nux cols ou l.
Flanelle par atnInc I nilei(' III ,lit'


1.7,? I '! i c 1 ';isI l)io l 'i (l i's CI 'pess
1ii.(;0 Salili b 1il Irly i: ut1 ,Ii lr geuri
30,00() Jialli iinc I<1c .O lic l ngl. is
1(.0) 0 .0Ic is v soil
I.)1100 P li' Sel gc so iir Igi. e
(.M ) ; ( 1'1)le s i, doca i i l;iil,' ts

4-1 i;'t0 e ni ; lh s ii ;1i ,r ;iiS
-,( '() ,1 t 'i i( 'Ii I ilil'it'
i ".7 ,'i C i 1 ic i t I c la :I ,l i L


2,( 0 1 t I w ,i i fti
i )' i i I 1 i I It,' i t i
-, i 1 ic i ;i irr
.,Jil 10 i .: 'i I ,It- f l b i l e 11 "u r

i l. W -1 1) -r( .... ('* -c r


1 t) | 'I. l I ..l r I
',O ) Zb' pli : dic sin li\al)le


4,00


(ranld choi\x finte, If'llire t I l.iii, g, ail cll oi (i\ lc 'chapeaulix
dic piille laiicr t0 c;i urlct s (l'l:c(olicrs poiir
cni ntlils, ram i icliixdc tc ci lintlires pour
m i lilnin( t il t .li'.

Nappe lil c ultii 5'.,)
Toitc ;a dri) lil ( \.lii l:ir, u1111' 2 114 lo,oo
2 2 (,00(
colon a dr., 1p sup. 1.1, 1 : "50
S till ;i ';n i,,' po',ti i; 1 I In H ib itm':il 2 ;;)
'1 issues (iIiio "l- p ,ir s >i '. t alll .11 ,rg. 12,.)0
( 'lhe l i-.rllt"c l e k c, tr*c ., i c A 1 "r voi,.l' e.t > -, t


c(ouverlure de va" gt'
couverture de lit pii4'-Le. sim liiit soie
Un choix (it' n11lt'lls \voy) ags
Tulle lit sup. pollr 1n1 ,isti(l. 1Ir's hlirge
Plhonogralphe portlai .il oaiint n imiporie
iiuclle d.sq(le
'0o11 a tilCls do1111it Ij,,S. supi
Glral)d chloix tdc lt.1piw puIm t1.ihl
1)c~.c ti de lit
Girnil der-citcI de litC e 1n l1lnt
(irai d tchioix td |p.r1l.iniii 11 ibig int
ti boiln liart c'
Et milc nutlires articles.


.14),( )0
10,00
4,50

2 .0 ,t

10 (,( I
7iil(o


20 0(
Gds 8,(0
8 CO
800
7,50
5),0()
5,01)
4,Ot
3.0k
2,1)

2,5)u
2. .
1.5..
2. 0
1, 't0
1.25
1,10
1.00
0.80
4,00


Magniqiuici t'int' l)| (:alitcol ptiic griiule lairgur
SweNt'(llr i()lr (lilmele
Co(:rst
(aniid cholioix (i toile p)our tidenil
(r;i.iiil cloi\ de (i cpf[e pour lieuil
o ( l]as lils el soie
I)il,< n t il .sup.
D)i;ing" 1iiil I)t. Claine C \tr'l sip). 2
(::isilni ii:r ;Ia Ilvures blncheis 1
( sii ir |)Plir liiline ro il. 1
.\lpi ;. i a i M .1;,l i('ricit'ur ;inglais 1
Drill lil c\tlri. l,illc 1
( ( blal)ivc
Iock siU)t',ricur b)l:inc
Drill Sarliil-n lpur fil
Drill tres stiphriurt
(i:i l> line lrclii |),)ir costmlt ii 1e ho 11in11c
D rill stil). bl;>nl '
Kukv j:iune sUii.
Kaky )latinc sup.i
S a( ti(Cs Slip.
K;ikv inun '
D rill llinicllc
Coutil til ai I'raViy es rnigeset bleIucs 1i.gari'.
i i'l ca lil p .,iur li InIui Le t ciiIfan
I,) ill Inli i in i sill).
Drill fil a barires soe pourl, hnlmmec
Clicllmistt ecouiilciir


1,10
0,00
1.00
5,00


20,00
25,00)
5,00
5,00
5,00
0.00
5,00
2,50
3,00
4 00
2,50
2.00
2.00
1.75
1,50
17.25
1,25
4.,00
1.23
2,00
5,00
200


Rien dtavai'ies, ricn el deC tlldes, tonls

nos articles sont fr is et gfl(aanlis.


Ir


l arll i pSi
U0


206-208 RuieTraversiere
ii . t___ ._- t -- I


(:I.SlI E\(:EPTIONNELLE
A v'lndre ,'Lu i al'eriner
6 Pelit.Godve
Une vaste propriWtl fonds et bht-
tisses ayRnt nultes. ics d.pendan-
"'s et conform d4sirNble, siti a A
l'enltr6 de la ville. Position exa el
lente el saine conviendrait A son
point de vue p,.urune instilulion.
Pour tous renseignerenls. s'a-
dresser A D Ilermanlin ( Porl au
PriL;ce ) ,6 A DUFHEISNE B.
OSTINh (Petit G;oAve.
Ce IS juillet 1927


A ELDOHADO
Toll'. Is soirs Illcp:s r(fo'' :' (). .30

il t. i;' :iS l mu -i!l tr it I 1 \ itr Il
i i "- Iir,1 % -l I! i 1) I)in'el-ci se?
le !.: 'I\ (.l : il 1" < I' 'oir i nli j)( l sCl yeV
I .' I I' liIntf i'.
I.C-s ineilllire ASmiiAl\\i( ihs
I rix inol, rs.
Phone 597 l'red AllAUD, Directeur.


-NOUS (GUIDONS L'ACH


*f i i ]n~



M\ GASIN


s*Ae


_ __~_ I ,,~_~__~ ~_~_~_ ;~:__~


lVendeur-


I


LI




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs