Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04487
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 06-14-1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04487

Full Text








I 1DIRECTEUR
SAmrkainca, 1358
'? ONE N0242
^ritlWHOWE N6242

UIMERO O CENTIMES


ue ANNEE NN 6121


*


J


PORT-AU-PRINCE ( HAITI)


LUNDI 13 JUIN 1927


Pentenaire de Beethoven

NOMNAGE D'UNE MUSICIENNE DOMINICAINE

,J"omte entier a fdl cetle Ainsi fit-it, et dnrant sou
Ie centenuire de Beetho voyage, il constant que la R6
To s les Conservatoires volulion franqaise penetrait
arganisi des concerts en sans efforts dans les provinces
ar du mailre. A .lexi- du llhiin, snduisante avec ses
pendvn la semaine consa- processes de liberty. hon in-
d Beethoven, le jaa: band dignation patriotique prepala
inlerdit. A la havane, les Ic chemin i la Symphonie Ilh-
arlisliques n'ont rien roique.
p our ique l homnmai e f'r6quentant la mcilleure
plet. DeSanlo-IDonun- socie6t de Vienne, le jeune
os vienI le miine Ac.ho. composileutr vit tis rapide-
le qai, sous le litre de ment son nom entom t de
lhoven, sa vie et sa car- prestige. Emerveilles de son
son oeuvre et son talent, les Viennois lui par-
lisne (a paru dans le donnent vo'!onliers ses inega-
nal (Patria et qui a eI litls (d'humetir, son habille-
par I'une des ineilleures ment niigli e et ses manieres
cimennes de la Capitale Do- peu gentilles. Mais, malgrt
'aine, est de circouslance. i'aimable accoeil qui liii est
a prenons plaisir d I'ogrir fail, l'artisle 6prouve la nos-
cw lecteurs. talgie de son people et tuouve


er1 1 1 1 n-


ET VOUS DOUTIEZ?...
UAND commenqa : se rb6liser sm rte' de fran-
chir les lapes de i gloire ti iomplhale, vous
"^B vous disiez scepllics. que, seul, le recti! du
temp It|s airmmTatl 4l snucces,
Mais lestI 1 IO ES s nauienlt jamaisat tlendusi long
temps pour devenir la cigartle idcale.
La vulenr d'un p)roduit d silectlion ne pent dtpen-
di e du iioinbre des inn:es. '
1Elle esl, en elet, la ineilltere igarelte venue Ia menil
letnr umartch'. St' ichelutirs he tirent i nII Iri|ple avantage'
llistourne de Gdes. 2.50 stiur ent bons prim's ; d'une se-
conde va!etr de Gdes 2 50ilar cent iochetles usagees.
possiililits de garner 200 go trdes avec ehac tides bolns
porlant les NuiniCos 12. 11, 1,. 16, 17, 1.) et 20 renfermns
dans les pochliettes.
Messieurs Albert Noiselle et Olilon S, Villejoint (qui
ont respectivemenl apport6 iio nos burcaux lesI miicros
12 el 18 onut e. les de(ux p'eIiei'rs (hetciimirCs de nos
prx de D)EUX CENTS Goutiles. Not ce lisle des bns de
laveiur ni'esl as liitilce! Essiye'z Ia hPA'l'lOTHI' et vou-
lui accorderez vos ipr'clrent's.


La Manufaci
les pocl'hetltes ciantillons ;'I


4moe type de transition noise qui contrast avec le se- n e :rs qui 'CLtlent en connia
I'aaslire classique el le ricux des allemands du Nord. i ntercsses; '(I ol (IU'a passer
Mamatisme, nous avons I'in- En 1800 il conies-e pour la uslit Llihrisson,
uobiperable Beethoven. Ds premiere fois A un ami inti- GEIA-A & C8,
A6m1 mtontent de I Iaydn, Ime, sous lai foi du secret, Ic
nient enterime d'ubord, malheur qui deja planait sur - --
laes loules classiques, il lui : a Je suis tres malheu- idnme smpho ie aec cha'ii's,
ensui te audacicuse- reux, puisque la parties la plus dans laquelle il pr6senta I in
cemoules, oubliant les noble de mon oitre, mon ouic, ovation d'ajouter la voix hiu-
NItM Iradilionnel es de son a beaucoup bass )) 24 uns m-1inae, ccmme un novel ins-
mDaltre et de Mozart, in- plus tard il dirig.ai la SIym- trunmeiit qu i complete 1'or-'
savec un style propre de phonic iaec chluurs sons en- chestre et precise, avec la pa-
l saton inspiration, de- tend e u n e note..Beethoven role, e sens de I ouvrage.
puans trein, produit sa arriva A la plenitude de son leethoven se distingua par
#6rie de grades so- esprit, apTr6s qu'il eul perdu sa sincerity It u'a pas nlenti a
Wp ir piano: l"Aarore, Fou,e, totaiement. Alors, isole son art; il y a complltement
teeloppbe d'un fin par necessity, il se replia sur vidW son coeur. 11 fut le pro-
i que coupe, par in- lui mieme et v6cut unique- phAte, le precurseur de I'rec
,;la tugace uminire; ment pour son art. Seul dans nouvelle. De la mniin gauche
laq`lle on sent le pas- sa douleur, il disait: Quclle il embrasse le vieux classi(qui
de la brise i6veil- humiliation pour moi, quand it de la droite, ii1 d6couvre
leull hge qui dort dans d'autres enlendent le chant' une voic nouvelle...
blnceit'lamnourde l'horn- d'un berger et moi, je n'en- Je replterai avec Bcllina
i fItete sa pribre d'ac tends rien i. Ses amis ne con- i rentan, I'amie de Goethe :
Sde graes; la Appasiona- versaient avec lui que par ((Autiin emnpreir, aiicun roi
Svecion torrent de notes 6crit etlde ces cahiers de con- n't cominm Beethoven cons-
ates, avec le tr6mnousse- versation, de nomnbreuses pa- science de son pouvoir et que
Ide son chant plusieurs ges sont conserves dans la de toute sa force prend sa ra-i
Inintu comnme 1 echo de Bibliotheque Royale de Ber- cine en lui-mmei. Sije le com-
on qui le tourmente lin. prenais come je le sens, je
mdomine; I'Adieu, arrach6 Beaucoup pensent que la saurais tout s.
hvie reelle, avec son the- surjite total de Beethloven Fi.UlDA GA.cIA IITmNIQUlZ.
,dtnhiaant, sansteintes, d6- n'a pas peu contribub au d6- Santo Domingo, Mars 1927.
et toiturant, avec des veloppement de ses facultes
d eclairs au milieu des artistiques. Naturellement, un L"X'
avec je ne sais quoi tel isolement ne pouvait pas LESBEAUX SONNET
h tapide et yague espd- manquer de laire 6clatcr son = --
i i liciW iMure.... Ame en grandes emotions et
ven est vehement et en inspirations 1tcondes. Ce roiS SOnnetS
LdOWin par des passions pendant TOUS, tous les l1us
il semtle un dieu. arrivent A la pl1nitude de leur IX
l it pas &6 musicien, genie, quand its sont vritu- Tui la recenatrlle. Je los ai dil sopemt
deur d'Ame l'aurait ar- element lus. Je ne sais pour- La eatbli de m t ety I'eclat de sa bochte,
lp allier, come ceux quoi je rencontre tant d'affi Ie qu'e elle il a qui siduit e qui t loouche,
tdes h6roiques. Com- nites entire les saints, qui sont le jai, d'aMvetureui, de tendre et de charmant,
positeur, il est imnp. aussi des g6nies, et les artis- ,
superbe. Ses oeuvres tes. Les uns et les autes sont Je Ouss ai dit se nrir on rien i'est ,keaeMl,
ileines, immenses, avec lus gratuitement et c'est en a diroiure hardie et *mue us pea larouche
WASpirations vers linfini.. vain que nous demanderons 4ui hailla lourke rose l'equivoque louche,
'4 elethoven naquit A Bonn la raison de leur election. Les Car sl detour jamais o Itete Son pas Iranc.
E l et grandit dans un uns et les autres sont victiles ,I
de mistre, A c6t1 d'un de leur p r o p r e delicatesse us la recosialtrne. ile aim le fenlaeime,
lqui s'enivrait et d'une d'esprit et marchent, seuls, Lts pares mpstlrieui, le chant des asques
qui se mourait, circons- par des sentiers inconnus ....... pies"i,
qui toutes, auraient pu . . .......... Le ilete de hins et lea learn di ardi ;
en germe son talent, Toutes les passions tour- ,.
petite ville, t6conde en nent sans repos dans cet es- Lorque tous Ia verrn,ueasaurem qu e t el
Nes, n avait pas 6tW bai- prit, tourment6 par de brus- Car la grice i bien la pare q' i aa tia
le soleil e'. par les ques changements. Son Otran.- La ru quelle porte et lopers la pis kelle.
*a x enchant6es du Rhin. ge idiosyncrasies se r1vele dans lenri de ItMI[I
l ebtbetA du -milieu nour- son oeuvre, pleine d'enthou- ...
Al.._bo ~ _q eure l'esprit de siasme, de movements ifn-
i devait tre plus tard p6tueux,de fougue,de proton-
Aleur chantre de la na- des douleurs, dangoisses ex-
srAmes et dans ses 8launs si L A N A T


i,.'h6 de quelques per-
- mitinguees aida I'ado-
it cultiver son esprit,
que les lemons du
equ'il considerait
eparlait, le faisaient
I la virtuosity et
Scomposition.
es ann6es plus tard,
a Fydn passa par Bonn,
lla chez Beethoven le
W* de le suivre a Vienne.


personnel, si unique. De son
carat bere marque par de sur-
prenants conbtrastes, est n&e
son oeuvre gigantesque, q u
est un choc continue de dou-
leurs, un eblouissement de lu-
mitres.
Ses grandes sonates pour
piano. ses quartettos de corde
et ses fameuses symphonies
sont la parties la plus noble de
sa production, surtout la Neu


t i l tieiCl Milue ven-
ur I,|tl(i D)IUX Xiil-
hI disposition dc tons Fu-
itre cl goflt ct l: quialilt'. Les
I- deoi ot *"na&lA, 20 R()ue

Proi1ri 61ares.


Au Salon

ies Poetes

Francais


Comine nous 1'avons deja re-
late. Ie mardi 10 mai 6coulW, la
prisidence de la deuxie;ne se-
ance du Salon de.s Ioetes Iran-
cais avait W offerie au Minis -
tre de lan i6publique d'laiti ai
Paris, M. le Colonel Nemours.
Un potle haTien, M. Mentor
Sejouir lail au programme Ide
la s6ance que le Colonel Ne-
inours. dans une langue chatiie
et spirituelle, ouvrit par une
allocation qui tut applaudie.
Puis detilerent les articles, les
poites el les poinmes appelds par
M. Edmond Teulet.
M. Edmond Ilieu a lu Automne,
de M. Gaston Charbonnier; Melle
Vellini a donn6 L'A mandier, de
Mine Jeanne de Flandreysy, et
Le Soienir au.r morts, de MI.
A. Foulon de Vaulx; Mnie la
comtesse de Noailles a Wt in-
terprilee par Melle Madeleine
tie Dermont; A. Lauris et Lucia
Roche, par Melle Madeleine
Roland ; Alphonse Daudet et
Jean Richepin, par Melle Su-
zanne Royer. ex-peniionnaire
de la Comndie-Franuaise; deux
pontesses: Mmes Marie-Rose Mi-
chaud Lapeyre el Lucie Guillel,
par Melle Sazanne (ionnet.
Se sont inlerpreles eux-m&-
mes : Mines Adrienne Lautre,
Suzanne Lifriaud, Ge o r ge t te
Clhaillot-Nikolitch ; MM. Marcel
lhWliard, A. Bienavm6t de la
Motte, Pierre-Hienry Proust, J.-
M. de Fontaubert, Mentor S6-
jour. le po6te hailien dans Paris,
et Louis Moreau, dans un poe-
ine comico-philosophique fort
amusant.
Mmine SegonIl-Weber doit pa-
railre mardi prochain, au course
de la troisieme seance.
I~l


IONALE


Cr' it devoir informer ses clients que les Bons-Primes ne
se trouveront plus plies a l'extremitM des paquets de ciga
rettes, mais poses A plat au milieu des paquets, de iaonu A
nepas pouvoir tire retire. par des revenders de paques.
Elle informe en meme temps ses Clients qu'un certain
nombre dc cigarettes sans Rival ne porteront pas la marque
* SANS RIVAL* imprimee s'r les Cigarettes, le petit rpuleau
marqueur qni tait partic de la machine a cigarettes ayealI
du tOre supprim6 pendant une huitaine de jours.


- I-I--~ .1-- ------ -~- --- -


Nons croyens Dien o qupour
la bonne information de sea
lecteurs, notrpr cofrero vyou
dria te1 itrc ctproiswiousoul
icurs yeux.


l ore lo


LA

'petite bete)

C'st tiun divertissement in-
nocent iue d'ailler clercher,
(falls les monans coiinlls, des
inexactliittdes, bevues oil er-
reurs de fail, qui n'clWappent
p' shd (Is sp 'cialistls mals qui
Iaissent. el liheuretsement, la
masse des lecleturs assezx trn-
quillc. Ce pelit jeu former seu-
lenienti ue revanche... tie la
science conltre l litteralure.
Voici (Iielqties examples
d'erreuirs relevees dans les li-
vres recenmient panis:
lans 'T'hl&'rhdse I)csquey-
roiit\ 1, dc M. lFrancois Mau-
ilac, I'elipoisolnicuse redige
et livre ;in i.haI; mnicien cell
orloui'nnnlice nf101ste : C(((loro
tr'ille: 10 "" 2 .e c.L.'aconiti-
iic:iie S'e l|)lie qu(ii'eniisolui ioni
it 1.000 et si nil p)harmacien
en p),ssed :il 2 granmmns ( il
taudrait plusieurs onbonnies)
ce seilit sa provision pou1 r
dix ans! A plus f )'le raisonl
lie poum rait-il la liver.
D).ios a Ic l racclel lensi:in -
riq iiCe )), de M. J:Inques-Enii Ic
Ilnctlihe,-un LirwIcepteiur, unii
versitairc apl)el)le les linm-i-
bre.s I couchliei des ctib)icili,.
C'est un barbarisime; en latin
o | ira dt ,.MJ.-'..
Blainche s'est tIomlliy )de genre.
Dans a le Barrage v, de M.
lHenry Bordeaux it est ques-
tion plusieutrs fois, et dans la'
boiuc le d'un ingenieur, du
-a barrage de I'Eguzon LL'E-
guizon ? une merveille vous'
lie connaissez pas ? ... Le
barrage de I'Eguzon dans la
Cease et de la Bar beri-
ile 1 ains le Valais .. Eu rea-
lite, E -u.on est tilun bourg
coinlllle Vicrzon est ulne ville,
el sc Irotive dai ns I'liinitr. Alu-
)ires tic lai est un ba'lrage stra
a refusee.
l)aus ( la Retrait ardentele,
de M. Marcel lPr'vost on voit
un ((ex-sergent du lrain,l)lessE'
au piedd gauche. croix de guer
re (. Ce serigent ne p)eut itre
qu'un tnilarechal des logis,.

L'arrosage du
Champ-doe ars
Au stjetdes e'quipes dIu Setr
vice National d'llygiene Pui-
blique que l'on voil, for soiu
vent, travailler d.ans Ic lit du
Bois de Chne,un de nos con-
frercs. Le Noui'el.isle, a 6crit
q(i',avcc tls 6qiipes q(ui sont
oblig&es d'etme IouLijolrs suti
pied, chaque gottle d'eat au
Cliam)-de-Mars confitre: uie
fortune ). El, il y a quelques
semaines, i prlopos de cer-
tains tiavaux de reparation
(qui s'ex6cutaient au Petit
F'oui), I'Agofit ,d'arrosage dul
Ch:liminp-de-Ma rs,l/'Noiuellisle
consacra nn long article it
demontrer que ces r'para
lions latient le conltre-coup)
des travaux executes au Bois-
de-Chlne.
Une tois encore, noire con-
frbre s'est tromp. II n'y a au-
cune correlation entire tes Ira-
vaux d'arrosage du Champ dte
Mars, les preparations de ,l'e
gotit et les travaux dc netto
yage que, depuis des annces
c S~erviee National t'Hlygieit
execute dansle lit du Bois
Chne apres chaque ri'lt
averse, a rin d'assurer le boni
ecoulement des eaux.
Ces tmvaux du Service d'll
giene a'ont, nue rcpetons
aucun vW it'ar
rosage du Cha mp-de- ar&


Le droit et le devoir sontul om
me tcespalmiers qui ne portent
pas de fruits s'ils ne croissent a
c6t6 I'un de I'antre. Sans droit,
il n'y a pas de devoir et sans de-
voir, il n'v a pas de droit.
LAMENNAIS


-------~------ ------- -~~ ------ --------- -- __~__ ~. ~ .~_ ~----- ----- -- .- _- .


I


L


*.


... voil que, pour entrer clihe
la belle Amelie, il y i un ni.t
tide passe : -- C'est c IIIo i e
dans la fable: on le piononce,
on tire la chevilletie et la bobi-
nelle choil. Sans le nmagique
mot,, point le suisse et la poe
reste close.
Done, A clhaque fois. que l'a-
u:iait arrive, il rI uIppe 1roiscouips
contite ii Loge: toe io I toc c!
el : ,. C'est n 0i et, (Iiscr( -
teniiint. le battant de la porter
s'enitrel)aille' et le don Juan se
glisse dans la maison, petit toit
iloCt'lurne, isolI, accueillant an u<
j iunes vicillards passionns des
elilts |Ilaisirs (ie Il ntuil prolr-
ge et cache.
Mais, un soir d(e la semaiine
dteriile, un aaiucie )) les
premieres amours tie s'oublient
Jamaisl qt(i avait sturpris le
secret des deux lellres Itilidiques
iui sont d'ailleiurs les iniliales
do son oin coimel de celui du
mailrede cans, heurte A la por-
te: toc I oc toc I Trois coups.
On nest point inavon, et vtnm-
rable encore, pour rien.
Qui est li ? demanlnde de 'in
Irieur, la voix fltl4e, oualhe..
La porte s'ouvrit, confiante.
El voila I'ami d'hier dans la
Slace, On parlemente. Amblie
6sile recommencer le roman
interrompu. Mais le galant in-
voque la loi du premier occu-
pant. II rest; car, la maison, est
lospitalire et si pleine de sou-
venirs...
Le lendiemain, A la m6ein heu-
re, I'aulre, le vrai, celui qui
casq ne quand le inois du loyer
s'ac hve, sse pr6sente et frappe,
tiscreteinent, la porte : 'est
m1oi...) Mais la belle n'a plus
comliance. aNon, dit-elle, hier
soir, vous Mtes venut. J'ai ouvert
ma porte. Vous mnavez donn6
le |Inot et ce n'tanit pas vous.
iourquoi avez-vous les inmnmes
initiates (Iquie I'autre?
Elt la porte rest close et le
galant cherche encore qui, la
veille, lui avail pris sa place.
... a vu, vendredi vers les .1 hs.
tdu niatin, une pelite scene qui
mit toute la rue du Magasin de
I'Etat eli linoi. tin visiteuir noc-
tuine peiitra dans la cour d'une
mason et s'appropiia deilx pou-
les. 11 a bonne houche, le co-
quin. Mais la inallresse dh logiM
qui le vii cria : au voleur)
Ite quarlier fu ut alert. OR pour-
suivit le inalanldrin qui, plans .a
hate de prendre la fuile,joublia
sa veste don't f'une des poclics
contenait 8 gourdes. En *ilA un
qui est pris lorsqu'il c y nit
prendre.

Requ6te & qui de droit
D)epuis quelquies joars, le
movement d autos et dc voi-
lures dans la Rue Traversierc
entre la Rue Courbe et la Rue
du Magasin de I Elat devient
tries intense, par 'effet de la
liquidation du GRAND MA-
GASIN, et du movement r6-
gulier du magasin Auxila.
Nous prevoyons que si
la Liquidation du GRAND
MAG \SIN continue il y aura
' lieu de r6glementer la circu-
lation, pour que les gens qii
sorlenl generalemenl c!iargis
de gros paquets du Grand
SMagasin puussent traverser
sans danger.
* A mjede it ailesie
de R. Tehik'bhrise Berlin
PARIS- Le Matiun apprend
de lerlia que M. Stresemann n'a
Spas cach6 A M.Tchitch6rine qu'ii
avat mnal choisi sa visit au lea
s demain de la rupture entire I'Au
gleterre elt la Rusaie.







LE MATIN 13 Juin 1927


Le Gontrat d'Irrigation
de la vall6e
de 1'Artibonite
Dans son numdro des jeudi 2
et lundi 6 juin courant, le Mo-
niteur public ie Contralt('lrri-
gation die la vall6e de 1'A: tibo-
nite conclut entire MM. Charles
Fombrun, Secr6taire d'Etat des
Travaux Publics, Augustc Scott,
Secretaire d'Etal de l'Agriculture,
et Charles Houzier, Secr6laire
d'Etat des Finances agissant au
nom de !l'Ilat lIaitien etl \. Paul
J. Christian, agissant au nomr de
M. Williamin A. lodenberg. .Le
Coutrat, soumis A la sanction
16gislative, a 0t6 discule et vote
par le Conseil d'Etat en sa s6an-
ce du rmercredi 25 mai 6coulW.
Dans le meme numiro du
Journal oilciel eat aussi pro-
mulgude la loi de sanction du
Contract.
Sous peu done les travaux
pour l'execution du Contrat s'ou
vriront dans la Plaine de 1'Arti-
bonite.


La Rafle Notre-Danxe
Les billets pour le second Ii-
rage de celte mrale, organis6e,
commnne (n Ie salt, en vue de re-
cueillir les londs n6cessairts ,i
I'acquisition d'un nailtre-au'el
en marbre pour notre Cathi-
drale, sont mis en vente depuis
avant-hier. Ie ler lot est de
4.00) gourdes, Ic 2ime deI 1.00)
gourdes, Ie :e3me Ie 300), e I1i',
200. II y a, en outre, 2 lots de )0
gourdes, I lots de 25 el 130 lots
e 10 gourdes. E.n lout: 110) lois
gagnanls.
Cete ralle aIyant e6 bicni ac-
cueillie par le public dIs le pre-
mier jour, les billets s'enlOvent
rapidement.

A VENDI)RE
Une auto IFoD), mnod(le
1924. en parfait 6tat.
S'adresser aux bureau du
Journal.


COMMUNIQUt
A it su/elt de I loi de s /indardii
salion de nos den(il';'es e.porl'i-
bles, la Sef'riahirerie dlI'a.al uh
Commerce notus communique:.
De graves erreurs sont com-n
miss (ldans I'inlerr 1t.io du
project de loi relalil A laI staniIlar
disalion des products expotla-
bl)s.
Lla premiere erreiir conisisiIe a
dire tlue le project (4 r di' il 'i Ir,.is
types nos diverse sores de c.a-

La vri'l est (le le project c;i-
visage lous nos products 'x|)or-
tal)les et prevoit la dl6erminiii-
tion de trois types (ill IulO'mil (Ite
chali un. i de 'CCs )ro(iitilts ; d( i' la
Comninission pourra fixer (ulaint
de types de caf6 que requcltia
l'intrtt du Commerce.
La (deuxieie erreur r6 s i (de
dlams la crovane (qui (( le pro-
jet de loi prtvoil une taxes sup-
plnmentaire de 20 o 'o sur la va-
ieur de tout lot de cal don'tt le
type d(hclar n.e sera pas contlor-
ime an type slanldard )).
Ell r'el)oIInse, i illr ipolte (Ide 'lire
ob)sCrver (IiU la l axe (I 20 o o
est uine penialiti dlowtniire l)irT-P
vuie, non contre Ie /'il h' drel'h-
rer tn lIU./p' q1i ne s/riitil npaScon
formene a(i I'l/' standard, antlis
conire celui de changer les eti-
qiuettes leja control6es, oin d'ex-
p)ediecr des products sans .tli-
quettes. Le texte est chlir.
11 ne s'agit done il)as (I'tIne
aiinende c.iLsce |par un d (h'accrd
entire I'exportatetr et la (ldoanie,
ianis l)ieni (I'uie/i/' n l(/e positive .
lEn plusI de cce i lpi'ci'le', i
est Imon de noter iue le l rjet
(ont il s'agit, soumis i I 'exaimei
(Idu Conscil dlEat. est susceplli-
ble de tous changetnenls tiles,
de nature A mnet're, avant son
vole, les precisions et les clarths
qu'il convent, afin de laciiiter
la loyal application de la loi
qui en sormira.
Port-au-Prince, Ie 1 juin 1927.


Un vol A Grand-GoAve
.leudi matin, Mr Albert, Es-
per, commerant A Grand-
(1oeI'c trouvait tine porte Ide
son miagasin ouverte, le ti-
roir caisse d6lonc&.La somine
de 500 gouirdes avail disparti
ainsi que 7 pieces iftexicaiines
on C(arolus, Les voleurs ont
aussi inport ti une doutzaine
de pairs de chaiusures i)otIt
damesde dirl&reiites coulcurs..
I)'apres des renseigtiements
)pr'is, les volet s auraiewt
pi-is un camion, le malin do
vol. 'i Griand (lGo\ve et seraieil
rentrcs in Port-au-l rince, I'a-
prls micli.
La Police les recherche ac-
tivmccnt.

Pour la d6cortication
de 1- pite
I'installatlion de I'usine pour
le decorticage tde la pile s'ach Ide
aclivementI ti llate-Lathan ( Plai
ne du Cul-de-Sac). On a ache-
vW la charpente en acier. Der-
niti nciinl, Io Lcorliqueur a 616
install, ;insii qiuc le moteur Die-
sel (qii d ilt actionner I'Usine
(dont tout Ie niumtriel a 616 recV,
exce1)lt" l'0quipeiient de la porm-
pe dti grandii riscrvoir.
ScIon routes les probabilitWs
I''sine comniencera6 Alonction-
ner dins les premiers jours du
mnois de juillet prochain.

Los Assises dans lea
autres jurldlictions
Pr ()Ordoniiance du Doyen du
T'IilI)iii l de Prenmiere Instance
des (moiaiives, public au Jour-
nal Olliciel, la Session des As-
sises s'ouvrira, en cettlle ville, le
luidi 20juin courant A 10 heu-
res (Iu mating.
De moine, pat Ordonnance du
Doven ldu Tribunal (de Premi-
re instance de Saint Marc, I'ou-
verture des Assises dans cette
jurisdiction est fix(e au lundi 27
juin courant.


Chaq ue la me dc GILLETTE

esl soifnetusemienl

enveloppee et verified


La Compagnie )Gilletteln'assu-
me In responsabilit( du partait
fonctionnement de la vraie lame
((Gillette) que lorsqu'on s'en sert
avec le vrai rasoir ((Gillette,*


AVANT l'invention des i:; :'is
ct des lames GILLITTE les horn-
mes n'osaient abuser de leur figure en
se rasant chaquc jour. Mais la Gillet-
te Company se servant du plus pur
acier et par tiun proc&d6 special et ex-
clusif qui produit les lames les plus
aiguisees que I'acier pent produire au
monde a plus de 50.000,000 d'hom-
mes. Comment ils peuvent chaque
jour se raser come par plaisir.
Le rasoir GILLETTE en rasant en-
16ve le poil Ic et tacilement d'une
favon trg agreablc.
Servez-vous des lames de GILLET-
TE et vous jouiez de la satisfaction
d'avoir une barbe bien faite,
I'n vente jpartout,


4


ATTENTION! Le BEUIfi


SESBENSEN est sans ri

Sa voque actuelle e0ouV


te la concurrence.


n aura beau dire et.beauflaire, le bonjlout haitien a tooujrmsa
saura loujours apperdter les bones choses et particaeo "
le bon Beurre Esbensen

lIclanmez-lecde votre fournisseur, le BEURRE ESBENSEN et remarquez bien q
chaque ierblanc se trouvent tine VACHE et son VEAU et non pas un B(EUF.
EN VENTE
A Port-au-Prince, chez Simon:Vieux, A. Bolti, "Ch. Picoulet,
Al honse D6sir, E. Lajoie.
A Saint Marc. chez Maame Maurice Clesca, Madame Cl-
ment Pinard, Madame Lacochetiere, ..
Aux Gonaivos, chez Lacroix St. Rdmy & Co, Madame Enugne
Ddbrosse, A. & F. Me Guffic.
A .icnel : chez B. Dinies.
4 Petit Goave, chez R.P. Reid.
Le3 Cayes Madame Veuve Birmingham .


Et dans toutes les bonnes EDiceries


rour les commaudes, s'adresse. a


lfred Vil


EUX. Aqent
tl ,, imil
*------ -------o H


Une session sp6ciale Les allumettes font
du Congr6s am6ricain parlor d'elles
WASHINGTON -Apres avoir La discussion diI nlniiop0ole
conlfr6 avec le president Coolid it la CIihamlre rallea.ise
ge, le s6nateur Smoot, tie I'Utah, PAIs La Cliambre a conti-
a d6clar6 que le congress serait nue dlans la malince la discus-
convoque en session sp6ciale en sion relative a i monopole des
Octobre. II s'occupera particu- allumettes.M. lPoincarc a insist
lierement des inondations, des sur lesavantages qu'il y aurail
taxes et des elections contesWes. pour le Tresor A disposer d'un
__- cautionnement de 80 millions
de dollars.Cerles, dit-il,les foods
D6mission doe 'Ambas- Morgan 6tant reconstitu6s, ie ti 6
sadeur des Etata-Unis sor et la banque de France dis-
AT Cuba posent d'importants stocks de
WASHINGTON- Le g6ndral devises mais le parlement ne pa-
Enoch I'rowder, ainmbassadeur .a raissant pas dispose A lier le
Cuba, a present en )ersonnei pays pendant 6(2 ats par la rati
sa denmission au president Coo- tication des accords, pour le r6
lidge.La demission sera ellective element des delles j'ai propose
a partir du ler septenibre. (es paiements provisoires alin
de conserver la liberty de n6go-
Le pr6siden nden- cien sur de nouvelles bases et
Le president Hinden- ol)tenir une amnlioration des
burg et le vainqueur co.:ditions. Pour demneurer index
BE ALIN- Le president von pendant, il I'ut avoir plus que
BHI.IIN- Le presiledevn possible de munitions, cest-A-
HIldenburig a rt' auouirdnhui dire de devises. .J'ai expliqu6
i Ia pI)rsience I hlnAi erlaet Ipourquoi .ij ne poserai pas la
Levine et les a f'clicitls de leur question de confiance, mais je
magnilique exploit; l entrevue atcache pas la n que
616 des plus cord lles, le ir-si- le project n ail pas ado la
dent a renis i chliaque aviateur tAche du ministre (1s finances
sa photoriaphie iichemnent en- serait comipliqu6e e alourdie ;
cadre el )ortan sI sinalure. II pourquoi je del nde i la
a pose (le niibcu.es (i.teliots d cham)re de fire acted de sages.
aux deux aiciis a sl d se et de prcvoyance. La suite de
leur raid e a exprii Fespoir I la discussion a 6te premise a de-
que leur haul tail contribueralt
A resserrer les liens d'amili6 en- main._ ,
Lre les deux peuples. Les fun6railles
do lame Call.s
.- MEXICO It s tun'railles de
Pour les meres do MmneC l!es,lenmme du president
'Nungesser et -oll du Mexique, ont eu lieu aujour-
NEW-YOIK-- M..lamres \V. d'hui au grand cinlelire d2 la
G6rard, ex-ambassadeur des E- capital oif une grande foule
lats-Unis en Allemagiine, a 61( s'dtait assemble e a mniainilestI
choisi coninie president du co- sa symp. t .ic au president.
mnit6 qui so propose dc recueil- _
lir 150.09() dollars pour les me- De Pineio irepreld son iers Rome
res des c:ipitaines Charles Nun- lIOlITAILE (Fayal) Le coin
gesser et Franrois Coli. nandant Francisco tie Pinedo
---- reprendra son vol vers Home
L'6nigme denmain,il revolera de.l'endroiiA
de (( L'Oiseau Blanc )) plusieurs cenlaines de inilles des
L mer |larde iiineorablinlil l.A'ores, o11 il avail etl o)lig6 d'at
soill e('Iel terrir (dans son vol dtie la Baie
QL'IEllC Le gouverimentcn des Trepass6s ( Terre-Neuve ) et I
a arrilM les recherches I'jiles s'eivolera de nouveau jusqu'A
par deux hydravions pour re- Ponta Delgada pour s'approvi- i
trouver les deux aviatcurs Iran- sionner en essence de 1A il se
q~iz~ ~ii~ssca ciuoi ; is my- emi~l'aLl~st)Oi~i ciClilti i H dc a dme )01


Les Assi84

A audience du Jeudi 9
Au course du mois de a
1926, A Grands Bois,
aprns torce libations A
du fils de Henrilis Sai
Athis Manly eut A sevs
ne injustice de Pr6asea .
noyer, en faisantik
blessures. Arrtl it
Manty fut livrA A sesjl
Le mobile de ce"
pretend I'accus6, c'`0
souffle par la victim
Ire reVu un coup 41
dos. Pourquoi, unV
re de deux gourdes$
times, solde d'un t vy
clage de cinq go
nat sans mobile, pwt-i
station. ." IAI ,
Done. pour ces bltle g
nommr Athis Manty,c
denmeurant a Grands
domicili, ignorant son
para siait jeudi 9 du
cour d'Assises pour d
Les debats etaient di
Ic Juge Christian LaO
Jury prsid pr Mir
Leroy ,e Parquet occUl.
H. Large et la dafeiOW
t6e par Me Antony -Ri
La victim et deux
rent entendus.Des c
blantes furent port6es
cus6. Malgr6 les efforts
cat de la defense, il- l
du plaignant et des N
tains aveux Ntablis ws
te defense de son
Cest ainsi que lea.
ticuliers furent te i*
sant d a ns I'esprit
qu'Athis Manty est
Apres la belle plain
Large, apres I' loqu.
yer de Me Rivibre, i
vint de la chambre d,
lioni avec un verdictdi.
1. tout en reconnail
constances atl6nua
se. Athis Manty telBt
dainne, apr6s ler q
Commissaire du. OU
a 3 ans de r6clusio.-
Audience du Vendre#,
Vendredi 10 Juin,,C'
ii:'


%ais iNungesecr et 0oli ; les ny- reundra A Lisbonne et enlin a Ho de la dame Don
dravions revienneni dei Natash nme. accuse d'avoir T
quan ofl ils ont pass les der- aoc33sao:i mew333aoom y"
niers ]ours A visiter toute la re-
gion cnvironnantc.On avail au- H s Z
paravant visitW Belle-Isle sans UrT
trou v e r trace de L'Oiseau PHOTOSUZO
Blanc ou de .on qipage. 332, RUE DES CESARS
Pour ses v :i- es d''l M.Mellon ira
e:ll'lli''r.;in.e Photo o raphies arls
WASHINGToN Un e croisikre re ar S
de six semaines dans la M6diter
rann&e pendant le mnois de Juil- l
let et Aol, tells sent les vacan en 1 l r et n Coul
cos que se propose de prendre
Ie secr eaire Mellon.L. secr tai- EMAUX, PASTELS & AQUAI
S a ,joutcue c'etait u siple .Lepublic est invit a visiler ce nouveaul stue
I voyage de plaisir pour voirlesbl st vi visitor ce nove st
l)as qu'il n avait jamais vus etl almnlale accueil li cst reserve ; on y execute
que cela lui donne(ait l'occa- satisfaisant tous les gotts et toutes les bours
sion d'etre avec les membres de'
sa famille qui l'accompagneront.


mis l



SS|
N
.






di6

t j


____ ---- -~~-- I-


_ ___L _Li__ _


F


TO SIIH


03t


b -


r


k I






LE MATIN-13 Juin 1921


UFICTURERSWll
1/ 1 1 .a. &I/ B15-k


t VEIUTABLE






LE. GR AND MAGASIN
est des c iijourd' liui en lidiilation.
leis liqtulidalli o t!aliolsii |Im ti'lles tl'iun ll i (IC t'el\ N: it'iclsel scti S l 'elt iicerllains.
Mais la lioll ii tn ( TI\ est une vUt rita-
ble liqtidatlion ei t le IJ`ANDNlDJ IMA1 ASIN lout son slock.

Rien d'avarics, rien de demodes, tous
nosurlicles solnl r/(tis el garanlis.


Salini lilt'ert soic gi.ahdc ir'gc r aone (Gds 8,04)
:fC cp oic lltai 110,0
(C p11 ni;1roc111 ini l i.iiis grlinde laurgeir ,(
( .d nsisit ; i tdics i 4,0()
Sti' g p utill it' soilt v' i754' 75)
I t p ) i soic aI d ssill 7,
I ta in lii' f :tiaisc diini i dt-tiil 2,5-0
liitlitisiite glainlt l.l I rilnl' ivilile 1, )
Tricol ine a )ai'e 2,()0
|llphir a i)irts 0.80
I);llliss6 ,li;|p)pt bllic 3,00)
I)rill ftlai llc n l)ban s 1 25
)Drill tiultur i:aliei.In 1,,)
I)ri:l SI aidiie pUiir lit" :1. )O
Drill b)l;alit sii l s ri--"ii 2,(N)
DJrill Il lii iic tits, 50|fl 'it'iur "5,.4 )
Kuky blaic 1,5')(
Dril Tuissor (Ltha-thng0 2.3)
Kky juinne site) icri 2i.()
Kaky j:uine 1.23
(Couil ill )( r oslitu einiilt.ryi',s Pouge 'It I)itu 1,(h)
Damasse m;I:lnis doublile largttiir 2,(50
Chemischle blanc ci coultir pir.tc 2,M)
Coi set 5 IN)
Chemises cliauIlTli-rs 5 I
i'honiogriaphe pot )lalit 2).00
Cheimises franiqaises a plis 7,5'0
]a rdess s imnipeir'iablles 15,011
V.nsx-cols lra llngers'liftes 'ourleiIrs dounz. 12,00
Souulitrs (lctuve'l's polilur (.'li ilts 5,00
I'aillc de soie poilr lhapeaiix lotlle tcoiilcii 1,50
Toile flidrp a il 1s gi-:iad liargeur uatil (Ik)
Alpaga noir Ires superlieir 15,00
(Gr.iaid choix de clih.ipe'ux laine el paille pr nioiin's
Grand choix de chaipeaux pour en1llnis
El miille uilt es choscs
Satin colon pour lit'icuiileliiiei l ride'iux 2,80
Z6phi: s rays pour chemises 1,75
Chanlilly soic noire ^,H
latline couleur 1,5)
Mouchoirs I ls a I)I'It.S (coili. i !i()illllf (z/ 15,00
lillSseltes lle10CK riscc ps (oint Io illnic.s dZ. I().' )
(ChaussellS liolnincs 111 il( 'J.st'os 440(),)
Chauisstclcs fil iravs ;3)04)
Voile pour monsliiqairi(.s fil| ;uie 4,50)
Grand choitx d( (chaislusscll s oiiir tniiliis
r'i' e w )(p i det.i\ tonics lt's l,.rg u sll
Toile i idral) 9/4 ainle .1,50
Toilc a Idrp fi gra d. largcltr (i;,l)
Nansotik sIsse 1.25
Drill coultn l Ihoinni el clinll 1,25
Vi!t blatinc :'I lialte 1 ()
C hilt(c t percile gr:lit id gill.r 1,40 I
IE'l nlI lie ;cniIcs t hoses,


I l lII|Nill

206--208 Hue Traversicre
ISM ETRE rPATANT !''s


J,4Pt UbWUU a I IN"t tIM h LA 4 tI Iw
@WON aL , I.. ... I.S..




MT BLANCLo& Chez
E iN f B A L.QUalo & CO


A. de Matteis&Co
Rlepresentants poor Haiti


I L I Ir


__ ___


~---------~--- 7.-.~ -~L ---C=ll CC----- -- -----------T1-


I -~--









LE MATIN 13 Juin 1927


(esAnnonc. e


Sotus inleressetl:


G LOB E O Lliquide

combat I'an6mle


Sowu ea mouTr3l forene
liquid
1j OlobfoJ. agreable i bolr.
eet particulitrement resommandi
uIr les eonfgl. C'est !e rcoas.
Itmalt idial. plus oiUt que
fhbmei1obinea


Convalescoene
Neurasth6nie
Tuberculose
Anr6 me


IM tris. t w M. I" ^


- eIt troaallet aue plUsir.
de);ull que je pretds di" GlrbtoL


Intftnlemeot ridorbd e assimild
sans trouble gstrique ui rcnsti-
pation. le Globoil liquid procure
ane incomparable seaatali de
biea-ttre. paranlle f I'am iosW-
ten rapide de is nutrition e( do
rappUit el & Is disparition des
troubles nerveux associda indisso-
lublement & la chlorose.
Docteur ECucev&a.
N6dcel des Crches Parisswones


SaPORAL ,,',fort.t ,, eoooulw .$, .
r^UlAI. chhies cthrolrquei. Tibrcu-
k-ke. Allsue Ine.mphystnm. lavali4t rls
plrt.res R.'Jise une pelile tuICO
iulf\!i ut# qt' SO1 t o S1 COta*lc mil nl Is
porltAde la main, as qul remiplacei l ture
ilt lat.oLos dils Pyr4*ti D* C..ll.s,
licencle at sehncts.
NOCTYL o me.
L _jr rj ___r j- nr -r -Luj -,- aiju ^ -


*1
- c




-. = .- _


2.


CI
5 ^ ^ 3


0'
c-
MI%

3


- *
~1


--


La santi est une premiere nacessi
L'Mnergie d'une sant6 magnilique
gagne tout dans ce monde. Les
maladies proviennent des germes qul
abondent dans la aalet6. Le Savon
Lifebuoy d6truit tons lea germes de *
la peau. II la purifie et la protege.


L r Bro. Ltd. Port lulISht, AnletWS


Panama Railroad Steamship Line


Service de Ir6t et de passagers
NEW-YORK CITY N. Y. CIIIST )BAL, CANAL ZONEci les T'O(lITS


entire
ie Ila COTE


OUEST dIe IAMl*Ql(t)Edu SUD).

I c plus rpi(le eC Ie plus direct seric icc' i'aIlnspor ide' passagers entire llh iLi et
I es ports l'i)ro)-eeiis via New-Yor(d t Crislo(al)l, Clinail Zone), Islhme de Piana ma.
Voici Ila listed ide nos agents p()iur les Hpri-nciipux ) polls de I'Europe :

Angleterre Ecosse France
rs, (G. W. SIIELDOM & Co 17 James S;lr,, LiV'.IPooL, Elanf.\,i)


I NFRANCIE:
Mrs. SilllH.1 iM .& sont repi ,ie i's
par lcs miiaiislois isu atles:
GEIL..T'ri.y I IANNI v & to
21 l~'.(ICd lh lepibliq(le
Ma:rseille
IRIyN P.:oIS)N & e Ic Lld
F53 Q(iai Georges V
I Iavre
HENu PIl.oN & Cie. Lad
Rue (dti MIoulin ai vapei'tr
Boulogne s/Mcer

95.'tue de Monrais
Paris
I IERNU I'EiPON & Cie. Ltd
luci de la Tranquillit
D)unkerque
HERNU PERON & Cie Ltd.
Rue io)v
Bordeaux


C()I 'I:NIlAGUr'
1): II mark
Mrs. 1 A. I~A. nix & (Co.
21 Alien ide. C(pel'nhagu.
GENES|
Italie
Mrs li:Nlnl (.O: & CrLEIISI
Piazza S. Matileo,No. 1"
Genva. Italic
CIlllSTINIA NORWAY
Inilerunaio nal
Speditionsselskad
lA.MHoIt'n (1ERM.\NY
Mi II. \oigemuann
Hambourg, Germany
GorrOUiCE, SWVEEMBEIEN
Nordisk Express
Gottel'mlirge, Sweeden
Hori',:icDAM, IHOLLANIh
Mro 1d. IoeI. V mann
Rotterdam, Hollandc


0. B. Thompson
General Agen t
Port-au Prince, Haiti
Private Telephone No. 525 General Ollice Telephone No.425


~. *, t







~





IL
C..

iI'~

I. ~
Se


''I

i
V


I


I


_ __


,,


Itr I ~Le I I~a~slXlslyP-aBcea.pa-


---- -


--


- -- .---


-


oo"
POO


e&f


aJ


t




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs