Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04430
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 04-01-1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04430

Full Text







DIRECTEUR IMPRIMEUR
Cement MAaLOIRI
BoIS-VERbA
1358, Rue Amdricaine, 1358
TiLEPHONE N*242
LE NUMERO "O CENTIMES


21 6me ANNI.E N- 6063


PORT-AU-PRINCE (HAITI)


VENDREI)! 1 AVRIL 1927


Vingt-et-un ans!...
Aujourd'hui, LE MATIN a ac-
compli une vingtieme r6volu-
tion sur sa belle ecliptique,
ane nouvelle fois, II a parc6u-
ru compl6tement sa grande et
amnineuse orbite.
Et, tout heureux, fier, pres-
qu'orgueilleux de ce jour oil
se 16ve I'aurore de ses vingt-et-
un ans, sans s'arrdter cepen-
dant, II reprend sa course la
orne d'abondance A la main
6parpillant,prodiguant A lous,
largement, sans computer, ses
S.yaux les plus chers, come
la fleur prodigue son parfum,
Ie chdne I'ombre fraiche de
son feuillage altier, l'oiseau
WlS trilles melodieux, le fort
,a par'lon. Et ces joyaux.
quels dons pircieux qui ras
air6nent le coeu r, illumneit
I'Ome d'un rayon pur et forli-
flot les nobles volont6s! De-
pu vingt ans, chaoue jour,
lmontent,,des,'pages (du MATIN
la parole qui fail luire le sou-
rire sur la joue ofi glissaient
!es larmes, le mot qui ram6ne
I'esprance au c our qui sai-
ple, la bueur qui chasse l'om-
Be du Mensonge, 6claire la
V6rit, nimbe le front de I'In-
nocent, illumine les t6nebres
o0 se blottit le Vice, lumi6re,
force du faible centre le fort,
bouclier du droit centre I'in-
Justice, boussole qui guide le
pecheur perdu surla mer hou-
leuse.
Et tout cela, toujours, ce
furent 1 les laches auxquelles
LE MATIN sacrifia tout.
Lette oeuvre faite d'Apres
little, de pr6cieuses d6sespe-
rances, pr 6 cieuses parce
iu'elles ram6nent toujours
aU tard le courage A 1'A4me et


1907


font le coeur plus foit, eouvre
rude, mais oeuvre magnifique,
voilA, aujourd'hui, vingt ans
r6volus q u e LE MATIN I'ac-
complit, came, souriant, la
recommenqant sans jamais
ine faiblesse, sans jamais une
d6faillance, chaque matin, d6s
que le soleil ramnie la beaute
et la vie, se preparant, chaque
soir, a l heure des cr6puscu
les somptueux,a la reprendre,
le lendemain, plus courageu-
sement, plus vaillamment.
.'en est ainsi depuis vingl
ans, chaque jour, LE MATIN
reprend sa noble tAche, stoi
que, la chanson aux 16vres,
pareil an forgeron qui,A I'heu-
re oiu I'horizon s eclaire d'au
rores triomphlales, remet le
fer sur i'enclume devant I'Alre
qui rougeoie. Et, chaque jour,
de ses deux bras vigoureux,
LE MATIN, parlois sous Forage
et dans la temple, le lront
baltu par la rafale, insensible
aux coleres de la haine, aux
grondements de l'injustice in-
sult6, forge un nouveau mail-
Ion A sa longue chainequi s'6-
tend, aujourd hui, du I1J avril
1907 au 1" avril 1927 et o06 se
balancent, m6daillons rut i-
lants, les miniatures de tous
ceux-IA qui grandirent A son
ombre et qni, par Lui, furent
A diverse 6poques, IA belle, la
plus forte Jeunesse d'llatli.
elle qui avait la foi, celle que
ne d6couragea jamais la rude
pente a gravir, fui etcou'age
qu'elle puisa, oh, avec quelle
largesse I dans le sourire du
Directeur du MATIN, dans le
mot d'oubli,de reconfort,d'es-
perance qui ne manquejamais
de lui monter aux 16vres lors-
que les htures sont lourdes a


journal, de se d6vouer aux cau-
lin COUple ses nobles et belles, de n'avoir
nul manquement A l'egard de
ceux que, sans le sens du melier.
il aurait pu prendre pour des
SIX IOll S... adversaires de laille. Les pro-
.-s -- pos, A son endroit, des journaux
SC d d'actualit6 sont, pour lui, d'une
Une couple de six mois -- gaucherie le plus souvent d6ses
4 M eut dit un Maurice Pa- pdrante. Done, il ne s'en soucie
-ue--s'a oute, aujourd'hui, gu6re, mais se rappelle toujours
t quatre lustres du MATIN. que LE MATIN a vingt ans d'exis-
Ais.cours de laquelle ce jour- tence et que l'un de ses princi-
fite s'est, de nouveau, d6parti, pes immuables est encore, en ce
d tliet, de la norme qu'en nais- temps de gestes taux et d'atli-
t iLts'et trace.. C'est beau. El tudes de command, le respect
l d 6tre de celles de la parole donnde.
aiP ea lies se fussent d6- C'est pourquoi aux felicitations
'l g.Ull qtes vrais! vent-es de parlout A I'occasion
':, ,- a dnt lgions, ceux-la du vingt-et-uni&ne a n ni v e r-
[ *.twflnlnt le self-govern- s a i r e du MATIN nous joignons
I qui out loutrecuidance volontiers les n6tres.
ftoire que nous sommes in-
'Y[ i5 d'aucune weuvre forte. LL
le. ls s'opiniatrent m6me ,------
S' eaccroire.
.itporte. Car apres vingt Les Boys-Scouts remeor
'td rudea labeurs, Clement dent le Pr6sident do
A s peut se sentir dans IsR6publi
diereil provisoire. II devait, la p qu
wiw en tre ainsi de tous
O qui, aux epoques tumul- Le Comite de la s Sentinelle
*MMNUde notre hisioire, se sont Club ou Boys-Scouts remercie
n d'avoir de si beaux r6ves vivement Son Excellence le Pre
tes rtatiser. sident de la R6publique et Ma-
ilr cela, il a fallu I'amour de 'dame Louis Borno de l'uccueil
Profession, la constance au qui lui a 6t1 faith le mardi 22
a ll be courage de, jamais, ne courant A occasion de la visible
testir sa pensde, cons quene- des Boys-Scouts au Palais Na-
I 1rexprence des choses tional.
ilses, et, surtout, le respect Le Comit6 envoie S. E. et A
..Ces qualit6s, Magloire les Mme. Borno ses sinceres reiner-
^"IJl, rs-et eni tait elle- ciements et i'expression de sa
am.''lontre que jusqu'A I'heure plus vive reconnaissance.
tftIle il ne cesse de se meltre Pour leC omit E.
S e tou1t lui au service de son Henry DeEJOIE.


R.U


vivre ou les minutes d6sesp&-
rees.
Vingt ans! que Li-: MATIN. la-
boureur glorieux, trace uui
sillon fertile, y smemle une se-
mence feconde d'ofi monle al-
libre, d6bordante de s6ve une
tige vigoureuse of'i chacun
vient cueillir ou la fleur par-
fumbne on le fruit savoureux
don't le parfumti on le gott tcon-
sole, apaise les d(sesespoiri,
rend la force A ceux qui tr6bu-
chent sur la route pierreuse.
Ving ansI que roche bien-
laisante, II hlisse, chaque jour,
ecliapper abondainment sonic
onle fraiche et convie tous'a
venir 6tancher leur soif a son
eau cristalline I
Etoile A la uIcur eblonis-
sante qui luit A I'obscur hori-
zon et apporte espoir et con
ra,.;e A celui qui chancele, las
du chemin trop long, voilA
vingt ans quie, drape, selon
uine tires belle imaige 6voqlue
un soir par notre I)irecteur,
d'un 6Lincelant inanteau fait
de toutes les beaut6s,de toutes
les ciselures de ses pages,socu-
tenu, d'une main qui ne tremn-
bla jamais, par son Directedri
soucieux de I'aider A I'Mlever
toujours plus haut, LE MATIN
h:iusse au-dessus des foules
un flambeau don't la grande
t l.rt qui en irradie dissipe
les t6nbres et aide chacun A
se guider dans l'obscurite.
L u m i n e u x sillon, route
phosphorescente dans la nuit
que le voyageur doit suivre
lorsqu'il se dirige vers les
clairs horizons, lorsqu'il mar-
clie de I'ombre vers la lu-
miire.
Comme ces nobles cheva-
liers du Moyen-Age, portant


Avril


epde reluisante etl durs gante-
lels tie fer, Lr MATixN. qui fit,
dans la nuit du 31 mars 1907,
sa veill'e darmes, enlrepril,
di s lele lendemin, la belle croi-
sade qtt'll pursuit, sans peur.
satis reproche aussi depuis
vingt ans: tenant la main au
desesperlc qui s'arrete au board
de la route el lui distant: ule&ve
le front vers le soleil et mar-
che vers 1'esplrance, tenre qutji
te futl promise; s'armant par-
tois de verges lures et chas-
sait du respllcndissantltemiple
de la V6rit6 le Meosouge qui
en troublait le c ajestueux si-
leuce, guidant, s'is Itr've, le
c('(eirdes foule's \rs lesgrands
idaux de justice, tide concorde
t (d'ulnion, leur ouvrant lar-
gement la porte tdu sanctuaire
de Ia paix et de I'amour.
e lies et nobles missions
(tue toltes celles-la! 'epen-
d ait bien des fois des levres
envieuses ont souffle sur I'6-
tincelle du flambeau, lien des
fois des d igts crises de hai-
ne et de passions ont voulu
dechirer ces Pages lumnineuses
oe LE MATIN criail, A tous, sa
foi dans le triomphe de Ia mo-
rale et de la justice, lois su-
preines du Code de Iraternite,
d'amour p)armi les homes,
bien des lois des mains qui
puisaient leur force dalns la
fievre 6e)lih6m'ce q( ui monte
des course ) a ttus ipar les
morales de Camn, s u i v a n t
la p)issanic expression ide
llonain Rolland, on It tented'
de S:iper le p)ied6stal que
L .: MATIN, couragcusement,
6leve, cheque j'o'ur, pierre
pIr pierre, pour y dresser,
haute et liere, une belle sta-
Lue de la Verit e clairant notre


Propos d'ann wersaire

Je emii de hos bonheirs preldrei lout haul ma partly
Le fronl calnie c serein, sans craindre aucnen regard. a
M.DAME )D'AinorI'Vnt.L.


Pourquoi, ayant l'idie de teIn-
cer quelques lines A I'adresse
du MATIN, A i'occasion de sa
vingt-et-uni6me ann6e, des vers
issues dela plume d'une femme,
me Sont-ils venus A la m6moire?
Pourquoi, non loin de ma de-
mecure, une femme 'redonne-t-
elle un air gai ?
Pourquoi, enfin,une petite fille,
fleur de I'innocence, A qui on a
confie un bouquet A I'adresse
d'une dame, est-elle venue, par
maladresse ou par tromperie,
Rapper A ma porte?
Pourquoi donc, toutes ces cir-
constances imprvues?
I Est-ce la consecration du vieil
adage : (( Dans tout, cherchez la
femme)) ou bien serait-ce que
la femme, cette cr6a!ure sensi-
ble entire toutes, cette luxueuse
fleur humane voulut apporter-
un souffle- sa quote-part au
bonheur du MATIN.
Nous l'ignorons.
Car, il est dessensations6tran-
gesquisuppriment brusque-
ment et d(routent les provisions
.es plus sagement calculees...
Ce que nous pouvons croire,
cepenldant, c'est que tous ces
rapprochements frapperont di-
i rcci(enlnnt !a portc du coeur
d t M\TrN, et cette porte, tine
Slois ouvcrte,fera vibrer son ame,
toute son amie. Oui, tout. sPA


n me, puisqu'il en a une, cell de
son, Chef bien-aimm.
Oh Combien ClIment Ma-
gloiredoit-Otre fier, en cet heu-
reux jour de se voir plein de
vie, assistant aux vingt-et-un
printemps de sa vie) de asa
lorce) de ason id6ee quest
LE MATIN pour qui, il n'htsite
jamais A risquer sa vie.
((Sa vie)), oui, puisqu'il laut
ajouter A ses printemps A lui
les vingt-et-un de (sa Force ,.
Sa Force *, oui, puisqu'il
ne se repose que sur son
journal q ui est ~ son idee).
Son id6e n, oui, puisqu'il le
caresse, le chrit et 'l embellit
parce qu'il conAtitue (sa vie )).
Clement Maglonire avait redv
de fonder une (Eu'vre, il en a
dote le Pays; il avail reve de
fonder un grand Quotidien et il a
reussi A rendre LE MATIN, grand
... avant sa Majorite ,
LE MATINest done une oeuvre,
et cette oeuvre doit assurer A
son auteur sa phlce dans I'iis-
toire litteraire et politique dec
notre Lpoque. )Des sieces pas-
seront el le noin de Clnment
Magloire revlera inseparable du
joui nal LE MxrIN. Car, si 1'autre,
avail pu dire : L'Etat, c'est fAoi ,'
lui, Clement Magloire peut. sans'
lausse modestie, dire: EL MATIN r
c'est Moio. Bien que beaucoup


Tenre malheureuse. Que de
fois des g niies malfaisants
n'ont-ils point voulu ellacer
stir le sole de marbre les
iIols (ique Li: MATIN y traVail
de sa plume d'or trenmpee dans
le ble) de l'azur et la pourpre
des victoires sans tache, ces
miots qui sont la glorieuse de-
vise de notre Patrie: I'Union
faii la Force! Malis la peur ne.
fera point! trembler sia main,
l'o-rage ne fera point s'ecrou-
ler son (ruvre; ce n'est point
sur le sable qu'll bAlit, et, au-
jourd iui, (u'll entire dans sa
vingi-et-unieme an n e, ce
grand monument que, depuis
vingt ans, il erige, inlassable-
ment Li.: MATIN en poursuivra
la construction.La tempiles'a-
paisera, le flot houleux recu-
Icra, et I'(Euvre, un jour, sor-
tie de Forage, ressuyee, plus
brillaniite,torlifie parles lutles
el les dangers, ayant rescue le
(Idur l)aiser des forces (dmon-
tees puis apaisees, se dresser
dans I'eblouissante clarte de
notre ciel immense et bleu
aux yeux des foules conquises
et reconnaissantes.
Alors se taira d6finitivement
le grondement du tonnerre
des passions et des haines.

Au senuil de sa viiigt-et-uni-
me an nee, LE. MATIN remercie
bien sincerement ses Abon-
nes,ses Collaborateurs,ses I ec-
teurs, tous ceux enfin qui ne
lui ont iamais mnesture leur at-
tachement, leu r sympathie,
leur devouement, pour le pr6-
cieux concours qu'ils lui ont
toujours aj)porlt dans la rude
tAche qu'll accomplit depuis
vingi ans et qui'l poursuivra
l jusqu'au definitif trioniphe.


d'esprils distinguish y aient col-
.abor, mais c'est lui, Clement
Magloire, qui a toujours 6l Ile
centre, le loyer.
Grace A tous ces soins dignes
(de C(hment Magloire,nous avons
non seulement un journal, mais
une Ecole.
Est-ce pourqumi, sans doute,
aujourd'hui, 0 MATIN, ces vers
issues de la plume d'un temme,
crepitent-ils en ma memoire,
car, en effet,
( Je ,eu\ de vos heoheurs preadre
tout haul ma part,
SLe front calue et sereim sams
eraindre aucun regard.
P. D. P.

LES BEAUX SONNETS

Email
Le our rougit; Ia plaque e prtle. Prela
Lampe.
dild le pAl1e quoi s'iris arde lnt
EIt ie avecI le, dau kle komre pigmeal,
La pMdre tbliuimade oi In p u s se Irmpe
lceindralu- dle myrte so larier la tep
li peI r,di hir e, d pimce ao de I'amne?
har qunl dies ler-t, sr N Mir irman'.
Ebrer I lydre ailltet le gsIqm hippoempe?
Non. Plli6, aei n orbe klatail de saphir,
wIns s fiar proil de gitrrtre d'Ophir
Thalestris, Iradaanlte, Aude so FPeliesile ;
It por qat Ma ieaui soil alus terrible escor
asque sea indsu cbhevmi quelque be ailee
It IW eomker n wo is n as la Irpa d'or.
josi-laria det 11 4-


AUJOURD'HUI COMMENCE LA 21eme ANNEE DU MARTIN
III9 _


d'apprendre que MM. Gerdes,
Dejean,et St-Robert desArtis
qui montent la pi6i aVeciM
course de Mme Jacqutsine
ner ontpria des mmeres '
que les pectateurs soient .iT


j


J


.tire prorramme ? La libration
[stale el dhimitive de eire pays
altranchi des prjugs, des hatmes,
des menseages, des mesqmimerien,
des hvpocrisies et i0oluant dams
r'erdre, le trail etlla liblrt4i.
LEV %TIN


Avril


I9 7


--- -.- --------.~I- - ~ -..~.---~...- ~ ~ ~ .. -- ~.--~.~-..----__._. ~ -.---.------


------ -------- ------~ -


a T


--- ---~--T-- --- -- -- ------=


1


loire Iill,





au MATIN, ne voit, aujourd'hui,
que des fleurs. Elles arrivenit de
partout, en corbeilles, en bou-
(luets, en gerbes, roses pourpres,
roses immaculees, regents aux
lourds ptales, si lourds qu'on
les dirait ide porcelaine rose.
Des fleurs, des fleurs partout.
C'est que, c'est la la fete du MA-
TIN. Aujourd'hui est, le premier
jour de ses vingt-et un atns. Et
il faut quce a commence gaie-
ment, par le rire et la galtt,
dans le p.1irl'u1n des roses el la
suave senteur des jasmins et
des weillets.
iEt, doucemnil, eniiivro par
tant de joies, bern'c par I'ivresse
de tant de p)arfunts, carcss6 par
tant d'ellluves parfiumbs qui
s'exhalent des roses eclatanles,
fraiches, joyeuses, NOTRE (En.
baisse sa paupisrec, se ferme,
pour jouir egolsten ent, seul, du
onheur qui 6claire la MAISON.
O()i, fermd I.. pour toutes les fre
daines, toutes les uigues, toutes
les grosses joies I Ouui, vive la
liberty !
... ne voit aujourd'hui qu'une
chose : LE MATIN est majeur.



Petits

Conseils

Presque lous les enfants d'au-
jourd hui sont anxieux de gran-
dir. Ils croient que les aincs sont
plus libres et plus helicureux.
Col)bien ils se I'ompent I
Eux n'ont qu'on(l qu'a se laisser
conduire par un pere, par une
mere, par des mailres qui n'ont
eu vue que leur bonheur et leur
avancement. lls n'onit ni soucis,
ni responsabilit6s, et dans leur
ignorance de toutes les laideurs
que renlermne ce monde, ils ont
un charge, une fraicheur d'Ame
inappr&ciables.
Lt vous, les moins jeiunes, ne
suivex pas leur exempile. Nen*
viez aux plus vieux ni leurs joies]
ni leurs pines. Jouissez d'avoir
une mire A laquelle vous pou4
vez recourir en toute confiance
et don't la teiidre parole et le
baiser ont Ie pouvoir de guerir
vos chagrins, vos inquietudesi
Gardez longlenips les mani6-
,res simples qui cadrent avec vos
traits et votre jeune Age, ne rou-
gissez point d'6re parlors clas-
ses parmi les petits que 'on ca-
resse, que I'on dorlotte. On n'est
june qu'une pauvre petite fois.
El alors pourquoi tant d'inutiles
efforts pour raccourcir ce prd-
cieux privilege don't on se cor-
rige torcement douze mois par
annee et que I'on regretted torc6-
ment le reste de ses ours 7...



Le Duel
Ce sera une tres belle soiree
que celle qui aura lieu, A Cin6-
ari6t1s, samedi prochain, 9
avril et ou sera donne une
a premiere a du 1)NL, le pas-
sionnant drame de Lavedan.
La piece, comme on 1e salt,
sera mortee par un grope de
nos me leurs acteurs, et, gnera-.
I ment, on presage dejA lout le
success qu'en obtiendra'la repre-
sentation.
Le lever du rideau aura lieuA
8 heures precises du soir.
D'autre part, on sera heureux


i I











LE MATIN--lerAvril 1927


p.r'ce que I'on prevoit deji qu'il
y aura de 1'encoimbre'ment.
(*lMlsatit A cettc suggestion,
les tiwables amateurls ont dress,6
ul p1la11 da theatre dc Varit.Wts
d'a1i$s lequel, les places peun
y.ent itre choisies et tout por-
kUtr de chre (Ide cinq gourdes
est si r de trouver sa place rl6-
servee.
II convent done de passer
sans retard chez M. Gerdts, Hue
Dantts Destouches, oit les cartes
sont en vente aux prix de 4 & 5
gourdes, pour choisir sa place.


A: i a Bar de li Miadehine a
Co 11in 11e nous 'aunnoncions,
hier, il y aura deiain, 2 avril,
unl grand t Gala original, all
B" Ir de la Madeleine."
I)j 'i la maison est par'c ie de
Ses plus b)elles d6coralions, de
lIa peinture tcarlale a rajetlni sd
faIde, cl gaic et Iraichee, elle sCe
nitnir accueeillante aux pas-
antls. Ic )bal ( ncommelice ;At' :I ')
heurcs (til stoil. /C'est tn l Randd
Ial vert Oil, conlle nous lc di-
sions hier, l'or'iie ientattion dtie
ia salle, les loiletles des dan-
SeIIse s second de cotuleuir ve le.
Cc sera uine Ires belle fletc.


I1 IN I ITEUR P 01111 ES iAHIIES
DE IA ', ItOYAU \DE 1A 4tITION
La Conmpagnie Royale Nder-
landaise de Navigation a lait
imnprimner et distribuler au pu-
blic un indicateur pour I'arri-
v6e et le dpuart de ses divers
navies desservant les porls
d'Haiti.
C'est une excellent idec qui a
d'ailleurs ee, tdepuis lon flemps,
adopt6e par la Panama [ne.
Avec ces indicateurs, clacun
a constamment sous les yeux,
pour une pIriode de plusieurs
mois, la dale exacte du depart
des navies des porls euro pensi
on des lals-l'nis et celie de
leur arrive dans les ports hai-
tiens.


NOUVEl LE RA\ISOM SIIALE
DE IA MAISON A(i111EII1ItM
Par une Circulaire adressce
au Comm in erce et A la Presse
la Maison Ag ger holm 1 avise
qu'A partir ( l'nijourd'hui 1"'
avril, M. Willy Naar, qui 6lail
p)rocuratleil r illt'rcss dtie la Mai-
soin L. Prectzma iiin Aggerholhi,
devient l'associt de. la Maison
don't la nouvelle raison social
Sestdtfs)r.n.>is celle-ci: L. Preetz-
m iann Aggerholmn & Co.
D)'auire part, lai signature par
procuration det la Maison est
conlite ii MM. J. Muller. Ieo-
pold i)ominique el Leif lroen.


Las titnbres-Pinedo
A propose de l'oblit6ralion
sp6cia!e (Pinedoqutii no comr
porte que 1081 tlihbres-pose.
21 est asscz curiiux de fhirec
remarqucr que les philatelis-
tes doivent cclie series i la su-
perstition des avialteurs.Aussi
e marquis de Pinedo n'a vou-
lu prendre a son board icintll
paquet postal, pas une letllre.
Cela lui amenerait du guignon
mais I'hydravion Idu cO)ira-
geux aviateur avail, bicln ca-
ch6, dans un petit coin, unl
gramophone liliputien qui
nejoue qu'un air porte-bon
heur qui estun air napolitain.
Et Ie marquis ayant refuLse
de transporter la male pos-
tale, il ful decide que les liun-
.bres-postedont on userait ce
martin, porterail le n111 de
Iinlrapide et... suuerstiticux
aviateur


La sitlfItion

c(hinoisec


UN BON CONSEIL
A chaquel ois que lit as I, (i -
coIIrU lilne pir'lic de Il r..'/f',
retourne-loi el conlsidi'''rel' c he
in i llue II lai.sc's prl'i.s I0/.
IRends grrtres 'It to (r4 leurt
qui t'a permis d'alh'lr .jUsllUe
I', el demiandei li de lc soule-
Inir, dec Ic pr iohj'r jiisqu'fiiu
bout. .
r- II-----


An suijel ,i.i droil de vole des lemnines
PARIS La cause du suffrage
des fnimmes en France vent d'es
suyer une d6faite. La commis-
sion speciale du Senat, par 7
voix coutr'e 3,a detcid:- de prisen
ter un rapport defavorable sur
la proposition du sinatetur Loaiis
Marlin qui visit & accorder aux
femmes le droit de voter c t dl'o
cuper des postes administratifs.


', "

As DA'
SB I EMPLOY',, UT!LIStE A PROPOSE
FR-SERVERA
<' ,'3 *'.".".,% V olirnches3, vos Poumons
CC'.V .'iT.A EFFICACEMENT
Vo lmuI.,:s, d;u::::ict. Crippo, Influenza, etc.
MA:3 SLt'kR'-(UT EXIGEZ BIEN
LES VERITABLES

Pa S LLES VALDA
k vciuLucs sculement
,eCn LOITES
olrtaunt lc nom
VALDA


I


A llil ith' (i ./apon
'14)Kl) n (lit que lc calbi
net jp onais a iune reunion iu
jourd iuti a dacidt dtie n'avoir i
pas recours a la force en iAline,
mais d'essvl'yer d'arriver u i
solution paclque par ila voie di
plomati'lue. Ie inuishre du .aI
p)on I Ptkin rccvra des instruct
tions daris ce sens.
- _- ......
Ls 'rou~pe's cdes Elils-nI'ii ein Chine'
ie' ei'ati pas Iremit iiiqhim a e'
ri letsdes awilrs niimliis
WASHINGTON -- A la Maison
llanche on a dtclar que le pri-
sideint Coolidge n'envisage pims
dejoindre les forces a:nericai-
ncs en Chine avec lei autres uni
t's ,lrangeres pour les soumel-
tre A ut commandant unique.
Toutefois on a donn A entendre
qu'il desirait qu'elles cooperas
sent avec les autres quand I'moc
casion le demandera ; cette coo
plralion s' cendraiil toute alia
que qui se produirait dans la zo7-
ne ,trangire ofi des rtfl'ugis del
toutes les natlionalilts se sont re
tires.

Le record de la vitesse
en auto
DAY).I'TO IA l:.e II ( l .I .IDA )
Bi'llanil le sable det la Iamiuse
pi)lage de I)aylonia Beach, le nut
jor I1. 0. 1). S'grive, unglais nu,
en Ainrilque, ai Imenil soil auto
mobile it une vitesse tic 20()3 mil-
les Sil it I'leure sur i tll e pisle
en ligne droitc. eLe major Segra
ve a liiant sa a Mystery 8 a I''6-
tonnaiile vitesse tde207 miles
015 aiialgrt uin vent dtebout (iii
a failt p)lsieurstois dthvier I'auto
mobileli d'une ilaon des plus dan
gereuses ; cc record ne devien-
dra oilicicl que lorsqu'il aura
Mt6 v6riUit par les arb)itres.
LES ETATS-UNIS
I':T
la conference 6conoml
que de la Soci6t6 des
Nations
WASllINGTON-Le president
Coolidge a noinmm les 5 del I
Su.6s qui rcpresenteront les Etats
Uis A lit conference economi
que de la Socil 6 des Nations
qui se r6unira A (iGenve le 4 nmai,
ce sont :MM.Ilenri M.Ilobinson,
Norman 11. Davis, ancien secret
taire adjoint au Departem enit
d'ltat, John W. 0. Learv plrsi
dent de la clihilbre de coliiime
ce des Etats Unis, Alonzo E.Tay
Ior &conomuisle agricolede I'Utl i
versit dtie Stanford et .lulius
Klein directeur du Buieau dtu
commerce national et stranger
au )Dparlcntent tu commerce.

Nouvelle tentative d'un
raid New-York-Paris
en avion
NE\V-YORK M. L. A Sliou-
iiatoff, secrmtaire-ltrsorier de Ila
Sikorsky Manulfacturing Co:ilpl
in, a declare liier que le capi-
taine Ren lFonck, I'As des avia-
tours franuais, arriverait aux
Etals-LUnis au dtbut dlu lmois
pIrochlaiu pour renouveler sa ten
Litalive t la traversee New-York-
Paris si itrgiqucment interromn
pu ien septembre dernier.
Le capitaine 'unck va assu-
mer persotiielleimentiil:i surveil-
launce de la co n s Ir ucto Io
de deux aeroplanes a 'Usine de
College Point de la Sikorsky ,Ma
nufacturing Comn:ylv : I'un de
c's appart eis sir\ira au raid, !e
second coliilie rtscurve ; ils se-
ront absoiutnment parcils el bIlis
sur le modhte tdui 35 (ui fl'ut dt'
truilau moment de prendre son
vol par un incendie q[ui couila la
vie L dhux ides coipL :Igtions du tl
capitaine Fonck. Les deux aroe
)lines seront pretls A eflectiiCer
leurs vols d'essai au dbut ide
.luin et le capitaine Ftonck Its
prendra en chiarte im ntdiate-
ment aprs.


SL'-oc31e Iindustrielle
des Gonalves
Son inauguration
Nous rapl)c.)ns tlue c'est
I)iman!t'hc aLprI'i-mid!, 3 avril,
(u aura: lieo I'inangiratilion ot
Ih'iLclle 'de IEcole IlIduslrielle
des Ga ii'ves.
D)e nnimb uses p .'rsonnali-
i1s ofiiciclles assisteront A
ccte c'Crcmni')ie qui aura lieu
sous lhi pr6sidence du Sccit6
iiir'e .1d'Eat dtie I'lnsruction
Pu! ique, Mr Aug. Scott.
--- -
A I'3jlisa 6piscopale
d'Halti
Dimancilie, 3 avril, Ai 10 hrs
du martin le Ilev. Joseph Sa-
lo'.,nio Lindor, diacre,scra or-
donn1 prtIrc par Mgr H R.
Cars'>n, Evque (Ce I'Eglise
l'piscopale d'Hati.
La cer6nonie aura lieu en
,'eglise de la Sainte Trinit6.
. . . . -- I_


ON DEMANDED
A acheter un hon piano.
S'adresser au bureau
Journal,


du


Polo
limaInche, 'i :1 bh. 1 2 detic a-
pr(,-nmidi se jouera devant les
Tribunes du( Champ de Mars, le
dernier malch de polo pour la
Coupe Ie la I Legation.
La parlie aura lieu eniire une
6'; iipe de la Brigade ( Vert et
Iltie ) et tes "' Ied IIobinus ". Si
les Vert etl 1lainc l'lilnporlent, Ila
Coupe leur sera atlribuee; car,
its aurIoni rialise dranti les dif-
lI'renls inatches lc plus grand
noimbre tie points.

Pour Ia Mutualit6 Sco-
laire du Bel-Air
I)cm:iin, A' 8 heures d(II soil',
sern donnK'e,.i Cine-Vari'les,une
grande lte Ihiatrile organisde
par uni group de jeunes lilies
anu profit de I'tEuvre de la Mu-
luulitl Scolaire du liel-Air.
Le prograinnone riche et variik
c o in mp or t e de nombreuses et
hclles pieces, poCsies, mionolo-1
gUues, saiyntes, etc.
Nous crovons bien que le pu-
blic conlribura A assurer un
gi'and succcs a celle soiree et
prodiguera ainsi uine belle mar-
(1iue d'encouragenienil eIIa I'(Euvre
dc la Mulualit Scolaire.

A 1'Ecole Elie Dubois
Ce-I a ;pr(s-tIel in, ;1avril, (uie
s'oiivrir ii 'a i'cole h li 1 )ul)ois
lI'i\p;,sition hdes ouV'ragcs de(
biot'ric C L tie C (illtiIe conllee-
lionn'-s |palr les lives el ancien-
nes cl,'ves de Il'Intituioli.
)e 1), lies pies de hbrnderie
et de coiltule sec'ont ex;.osecs.
Les ventes se feronl au com:l-
lanl el Its objets acchlets doivent
61Ir e Cilporl(es i'nmediatement
par c lurs propritniire.;.
l'I:.x)osi! ion lie durera qiu'une
.Ijournet.

La Blenfaisance
AprIs-demain, 3 avril, a 9 hs.
du niatin, aura lieu dans la
grande court de La Creche",
le tirage des lots de L.A iENF.ul-
SANCI:, loteric organisec au pro-
fit de L.t Cihlie.
Une petiteI fMe accompagnera
ce tirage.

Rafle de champagne
et de liqueurs
C'est lc diunanche 10 avril
couwant que s'effectuera a Cin6-
Varilt6s le tirage de cette ratfle
d'un lot de l)outeilles de chain-
pagne elt de litueurs.
Les I)illets sount en vente de-
puis ti'ois semaines au prix de
2 gourdes.

Rlelouir dI' Missio. it la I ilIdrale
Conlue noiu 1'avons deja
aninomc, dinlanche proclain
3 avril comlinciicCrollt 'I la Ca
thidrale de Poi't-au-lriice lCes
Ipedications dt'iii rctour de
Mission. Miles scro,.t li ilcs
par les Pe crs MIanises el Bo13
gaiert.
EL, ii lartir de ce joluri, il y
IaI rtll*,l clh i e soirl', I'la lM6tro-o
p-jlitlinc, exercices ide pitl6 el
instruction religieusc dirig-s
p-r les PIres l tdcmptoristes.


tUn voyage agrdable &
Frais !! I La te d'A
tun fauteuil! V
Dimanche A Parisianam

Monte-C I
en compaguie de Belty
Rachel Devirys, Ctlwm'
Carlyle Blackwel Alli
y vivrez avec eux le
roman d'Amour.

*orL du grand
miste italien
ROME M. LnzsitLi,
inier ministry, eat ifort ,


-- - -------- -------- -- ------ ---- -- -- -.- _


D6licicux et irconfortant-Depot G6enral: Spot's

GIAND'l 'E 13U 2


D, i .t.,,i;,,s ,,,in ,dr,,,n,.s- A *1 n *
Aires iTS ie -York iont la qiiMe A Shan ha
pl r n(.l i' 'lrir h i h'.is ill' 'iuU'll 'i.'
MI I.TAN (Argentiie)- M. lltc .Alri'r i' rnrls hrali;:ais
tor Pelairno, avileutr argentin, PA.\S- Iln renlforl de 100)
et M. (Geourgi S:rliole, avialtenr ,solls coloniiux el de 100 li-
franiiais (Iui coN o i )lissentl in ';ailleirs :nlln.l.liies p ir la conl-
Ce iitui-n i till I id tBens i t cssioh Iirani"iise dL Sh ngh ii
lres ; Nvew York 'ont, pirail-il, I dolt arrive dani cclle ville ve-
qu0te d;1ns tons les endroits of nanIt tu Tonkin d ins l' coutranti
ils s'arrleniit pour subvenir autx hie la sem1aine. I'ne dip)iche ide
Irais de Ictr entreprise.Jusqu ici Shanhai aldress'e nlI ministlre
la potiltlion ae r61pondu i leur' des A'i'ircs tlrangres et reque
demand nec la plus grande g ce t tin (di(t ue le calIe rIgne
n6rosidt el les avianleurs ont 1etc tins Ia concession.
a in p 1 e in e IIt i o r V us I us'en ___
carburant et en alineints; ils .
sont arrive' s hier A 1 Mtian avant l, 'iih'menli'n s -litlh i ris
;comIpli le It.i-jet depuis hlue- at miea.raiiua
nos-A.ires qui'ils ont quiltt le I 7 l' incident : un d(hilchenelt de
mars par petites Mtapes. Its ont libcriut..r lire sur till (1ion
d6jA covert 800 miles. (tlinricvtin
Le raid panam6ricain \VASHINGTON- Le contre-
dsLe raid pana urs nicairal Latiner comandant les
des Etats-Unis forces amitricaines au Nicaragua
IIs airi~, a Trinidad l inil'norm 6e dI lpartemient de la
POIFi OF SPAIN- LTr es i via- marine aninricaine quc les libtY-

teurs du raid panamriicain sot e de la marine autric un ae.ropla
arrivt:s eel aprts-miidi It Port of liec de a mlai'ne a"*icaine.)a-
Spain vcetnprs-l tid G Porgtowf pres I'amiral, un ditachement
Guyain eanglaise G w de 2001) hommes a ouvert le feu
( yaNIAI gla es aviateurse hier avec ies mnitrailleuses et
riinsIi)AD Les avici vers des fusils surill un avion pilot par
nant dericaiGes sont arrives ici ve- le capitaine C:anapbll qui, avec
nant deain Georewin pour Puerti- le lieutenant S.msont Saider, et-
ront denmain i itla Iior' Puerto feciunit ulne reconnaissance, I'ap
Cabello (, V0NtzuIa ) pareil a ett alleiit in us aucun
des olliciers n'ecst bles,,6.
Dbmlssion du Commis- NIANAGLU:- 'x -l liilraux ont
saire deo la police M.N.\(L.- .., lin l
new-yorkaise occupIe la ville d.'.fiol/eza.L'l-
NIE,\V-YORK- Le Conmiissati tath1 militaire am',ricain vient
e de la Police de New-YVork NI. (te faire un vov y,e de trois jours
6ieorge V. MNc Langliliin a donn iit lls le PlSe ;i ttl qle s
sa dtntissio.n. II dcviendra I)'e- conservalteurs disposenti de .40
iter vice-)rI -sident de la Postal homnnes poitr lenir l ca'npague
Telegraph Comlpany. M.Mc nLan- et les lib 1)i'ax 1i0)0..
gliln avail 0t nonmim colnnuis- --
saire de la police le 2 dtcenm- ls anlatriM'i Iai te's el M'irienlies
bre, il 6tait auparavant directeur ,|i' s des lm nqlCes de I lial. 1 1 . : 1 i,' l i G'.i ai|l


- II 1 1111 1113 r I 11 111,_ ---11


La fii' re' I lIphiOld' au' Caliadla
MONTREAL- Les cas de fi,-
vre typholice out l6'gcreint di-
miinuu. II en a 6tt constatt 115
cas peniilit les deIrniires 1is
lie'ires. )epuis le d6but de 1')pi.
dilmic le I Mars oil a euregistru
1271 cas. 11 y Ia u I dtecs.
WASHINGTON Un Ceit)Lar-
go a 1et pilacl par le gouvernei-
ment amnricain suei tous les ei-
vois de lait et dtie cr'ne l'rove-
ant d'un ravon dtie 2001)mil'es
de Monlctal :i cause de I'lpid6-
in ie de typholi (Le dans :1 ville
canadiiiiennc.
-, .- -V i
L, \n i l:'irrc I t cl a Clhiue
LI GrI'UId e8' l0l13WconMrTVlr'l'
lint' attittitude l'in'riiie'
LONI)lES- Le Cabinet bri-
lanuique a d6cid6 de conserve
une attitude n ergique en Chline
et de ne faire au'u111e nouvelle
coacessioI lisqu .i ce (filc' l.i si-
tuation a naItlIq ie acluelle soil
teriinee etl qute les aulorilts clih
noises aient iprouve qu'elles soat
capable d'tltablir l'ordre.

t4ceideal dtc mine a3m Jap.n
LONDRES Une d(lpechc
Reuter de Tokio announce q(ue
1:36 nincurs ont pnri daitrs u i n
cendie d'une mine ide chlrb)in.
Le nom de la mine n'est pas in-
diqut dans la dtpecYle.


Au Radio
Ce soir, c'est le p
gramme suivant qu .,
ra ex6out6 au Concoet
du Padio
8.0) p. m. Orchestre de ItGe.n-
darmerie d'Haili.
1. D)vouemnieni.
litiW. g
2. Salut d'Amour.
3. Linger Awhile.
Fox Tr4
4. It ain't Gow,,1 to
rain no more..
8.15 p. in. Ricital de piano
M. Roger Dreyul
a v e c aqtompag.
ment de violon p
M. FlMix Jeanly.
1. Pensee.
de L. Romaia.
2. Heures Divines.
de L. domain '
8.25 p. m. Lecture par la Direc.
tion G 6 nrale tIdes
Travaux Publics.
8.40 p. m. Guitare par M. Jo.
seph Cassendo.
1. Quiere me Mucho
MNringue.
2. Trois heures dai
niatin. Valse.
3. Chauvre-Sourism
Meriaupe.
s.50 p. m. Monologue cr ile
Spar MI. C. Coico, 1
l Fenm Gran GaGlft
8.55 ). in. )rchcs'e dIe a G.
darmerie d'llaili.
1. Vieux camaradt,;
2. Confidence. '
Valse par 0. Jesy.
3. Bonne Nuit.
Fox T't
4. Danzon.



Suicide
Avant-hier apr6s-midilesH
bitantis de fun des quartie od.
la Rue 4 A Peu-de-Chose
naient avec surprise que e
tenant Brunes, U. S. M. Q?.
service en Halli s'6tait saicte
On ignore encore les v6nr
bles causes de cet actedd,
p}r6. ,
~-
TENTATIVE DE SUICIDE '.
Avant-hier, vers 1 hetre,4
I'apr6s-midi, Clarisse D
agde de 22 ans, habitai9.i$
Joseph Janvier fut trMu
gravcment indispose etn 9a
omicile. .,
Une rapid cnquete rzvy
que la malheureuse ava|
une forte dose d'essenceA
miandes am6res, comp.
ment app)elce essence
yau. Elle a 616 transp'
dans un 6tal grave, a '
tal oi les soins n6cesBl
lui ont 6t6 prodigues. ,
On ignore encore e
ment les motifs du geste
per6 de la malhleureuse.,

FOOT-BALL
Deinain aprcis-midi, A 4
se jouera, atu Pare Lecon e ,
snatch de 3eme cattgorie.
le '1'ivolh et l 1 Aroqg
La partie sera arbittlr

i)imanche A la me6m
un nouveau match aura "
Ire le Petit Club Sportit
lien et la t Petite Je 1!
Sportive Haitienne. ,',
leaucoup de nos i
joueurs de lre categorit
dront place dans 'une d
6quipes qui se dispute6ant
match qu'arbitrera A. 1ro
Le prix d'entree gen~Ar8^
deux matches est de5O, ,.

Parsia*


PANAMA. Ui fLacilit6 avec
la(Juclle lecnIl dtte IC'Pania 1)0o11
vail eITre alttqult pir des avionls
a 6t dC'enon'rte lhier au course
ld'un exrcied tie nult, dix a6ro-
planes avant c.happt autx battle
ries etl anux p)r i'jec'ile se soult
anpprocli's sullisain"ieitl p o0u i
bomll!)balrd elliccemuent'i les te'l&
scs dui catnn:l sitiutLcs dil C(t'ti dl
lPacilique ; dts isceos lani6ees
p.1r les avions ont indi(qut elc
elTeIt les po;t ies oi i's tltiieift par
Vonus.

\i s ijA l I 1 i |I.' ; L.; I rh -s dil
(t tw 1 ;a 5l''Fra te
PA1.IS M)" ',);) uL. 1Mtin,
NM. More'n, ( '(iv~.t-' ir id2 laI
It iti' le d l'.rin -e, i'e I p1 i alley
a I.'i 'li\r s [ i .u- co.i 'r.i'te;' tn
Cilemi r'i111i d.1 ( 11 iil .1 r dl.'s t e-
lais ou d s :itI a Il S'se:u i*nts a lai
coaven!ti.lI deI 1923, ;1 est aWll
simpleminnl dire iA M. Montagu
Norm i, eo.iverneur de la B.m-
que d'Aingeleerre :
.le v)-.iis dois 57 millions de
lives, cette som in c sera
immindiateitenlt A votre disposi-
tion A condition qu: v \'s resli-
tuiez les 18 million; :I: lives or)
que la France a remis en g tra.n
tie o.










LE MATTN--lerAvril 1927


Du dernier recueil de poemes de notre collabora-
teur et ami Lf':oN LALEAU, qui vient de parattre a
P'aris, (atuxeditions Furcille, avec une preface de
Maurice /liOSTAND, nous ext rayons les deux son-
nels suivants qni donnent une idee de I'ouurage qui
porle Ie hire suggestil: ((La F16che au Courme


Mon Reve


Contre tous, il montait. C'est en vain clue la haine
Des vents s'opiniatrail at terrasser son vol
E culbuter veIs la platitude du sol
L'essor vertigineux de sa course hautaine.

Tel etait son blan que les teintes sereines
Du Soleil se miraient aux plumes de son col
Et qu'il allait, dans un effort ultime et fol,
Violer le secret que les dieux circonviennent.
Mais son envol fui si gaiement insoucieux
Qu'il alla se heurer ai I'obstacle des cieux
Et qu'inerte, il plongea dans los gouf'res du vide.
Alors, il lonna d'un cri d'orgteil puissant
L'espace, tier d'avoir, inalgr lai foule avide,
Marque le bleu du ciel aux pourpres de son sang.



L'Hote


L'Iile et Ie mendiant
vienmnen de Zeus.
HOMNL-E.

Laisse une place vide a cre joyeux banquet
O, la Jeunesse oisive et ricuse convie
Ceux qu'inspirent les dieux et que flatte la Vie.
Pousse ta porte ct n'en tire pas le loquet.

Un passant passera peul-6trc et Ie bouquet
Des rires guidera jusqu'A vous son envie.
Qu'il puisse done, lasse de la route suivie,
Confier sa fatigue A ton divan coquet.
Prd6ente A sa soif l'or d'une royale coupe
Et que de ton couteau le plus beau, sa faim coupe
Le fruit, meillcur d'avoir de1 gaiemnnt offert.
Si, malgri eel accueil et tes v(rux, il souhaile
De garder son secret come un masque de fer,
Conduis-lejusqu'au seuil et retourne Ai ta I e.

LE:ON LAL.:AI'.



Pens6es d'Avril... souvent profai,6s par des mains
criminelles; pourquoi les Ames
in q u i tes se relerment-elles
POUr UOl ... avant de s'6tre complitement
epanchdes, les consciences trou-
-:---- bibes avant d'avoir tout r&v616?...
DAns nos Ames qui chantent s"Pourquoi isisllon quitte-t-il
on qui leurent, une mlaodie son niid dts qu'il sal voler;
douomner nos oiriepourguoi la reconnaissance est.
come nos peiner nos iaoires, le si t6t remplache par I'oubli,
source danos penes et avoir sni... I'amour du prochain par I'amour
Ici-bas, un tribute de d6cep- 6golste de soi-mnme ?...
tionsaccompagne chacun de nos .'.
laisirsles plus l6gitimeset le fIl Pourquoi le berceau est-il
etrde existence est souvent toujours le prelude de la tombe,
i de uce m6lange adroitement Iamniti6 trop souvent un abime
cache au fond de nos joies les ie deceptions, l'aiour un loyer
plus pures : joies du coeur, joies de Iain2?
de l'esprit, joies (e intelligence. C'est que la perfection pure et
Joies du coeur, suaves ( lices le bonheur parfait ne sont pas
drune Ame sensible et aimante, chez eux sur la terre, ils ny vien
pourquoi le*vide vousremplace- nent qu'el passant et avec un
J AS t6t- I. bagage de deceptions qui fe-
Jots de Fesprit, plus pures ralent de notre vie une vie bien
que toutes les autres, d oi vient triste, si nous n.avions 1'esp&
site drd redoutable qui vous race du ciel pour nous encou-
uit partout oA vous passed ?... raoer
Jobes de intelligence, le plus Nous sommes des exiles qui
nobaendot u ilqes pssCOl avons soil d'infini sans pouvoir
etn pet- que vos ivan latteindre; des voyageurs ui
on tiennent tant [de vri nous garons parlois sur les
Stristes et d~concertantes ... grades routes, au lieu ode suivre
Pu,, ,* l'troit sentier, le seul qui con-
rui n y a-t-il ja"maisd duise A la Flicite...
, ,.' ..... u, d.]d.. par-


i.. niinment beau, d'ideal par-
ait ralisable, de plaisirs sans
feurt?...
ourquoi les cieux ktoilhs pr6-
hEt.i1s des lendemains som-
eg. les joies les plus douces,
". Peines trop ambres, les al-
'"ctions Igitimes, des indiff6-
ces blissantes ?...
Pourquoi l'astre-roi n'est il
,1 toujours radieux, la cons-
le 'un honn6te home, un
Me rempart centre toutes les
Wi mauvaises et perverses,
4 Ot ur un foyer de noblesse,
c orange et d'abnbgation ?
SPoUrquo les tenebres cou-
,-itlles la terre durant la
R tpourquoi de grandes intel-
We'.f sombrent-elles dans la
afi du doute o lorgueil les fait
dU"Otdre; pourquoi certain
ne se prononcero-it-ils


Se uoi l'aigle peut-il cap-
er le roi mnme de In crca-
. lPourquoi des Otres ambi-
et jaloux s acharnent-ils
la reputation de leur pro-
*k Pour rendre viles et m&-
I s Is plus nobles actions,
ti sant sur ses meilleurs
POWrt8tilsaire sa passion?...
P'rQi. i les nids Usot-ils


Si nous nous servions de nos
deceptions journali6res comme
d une boussole qui indique la
bonne route, nous arriverions
sans peine aux portiques kter-
nels o6 tout nous apparaltra
dans la vraie lumiere... Pour le
moment, fixons done d6finitive-
ment nos coeurs et rien de ce
qui passe ne pourra nous trou-
bler. Laissons chanter nos Ames
et qu'efles ne pleurent plus... Une
m6lodie doit toujours 6tre en
elles et avoir sa source dans la
volont6 : On r'appelle la r6si-
gnation. Par elle, au lieu de pleu-
rer, nous chanterons, et sans
qu'on le sache, nous serors sim-
plement heroiques...





ilt LES ORlENTALE;.
S l *' -,u i .i,'v!i,," t, .lffer

.i. 1 ci n.. .. ?' ,r 1pot a .


c. CAS N" III.
l '.- *t::i,' d- Viro! d t Ii tr .:..i -3Vlt te touirnis par dc n:.1c "res ie 1,
profeSion -c.e. i


V.I.



a., 'A '4 1 .


.' ... -' I
S: a >^ .* I -i
i, .' ." -.* -
ALe: 14 mis.. Poidi: 4wf*136.
Avat i'tmploi du iril.
RAPPORT DU


Ager 24 moist. Pod,3 13 s*608.
Apra l'einploi du Varol.
MEDECIN:


On m'a amrcn6 II. J., un patit garl/on de 12 mois. Quand je le vis,
i '".t akit h u)ti.3. )n essays I'n aprbs l'autre sur lui, sanls :hu iti
i',ui' i, I. c;: l:s classiques ha!.ituel. 1 ne pcstait i *. '5' ,.
C'st ,,alors ii. je le ,ouwnis au Virol en obten.tit till sir'-( iiimc-
diat et encoiirh;gtuint. Son poids se nv't .i autgmunter iti:lftinimnent
a 1.u-on du ]0 grammenis par s-rnaine jiusi'au 6 NIM i s'aivarit, date A
laqiuehll il pts'iit 10 "o 206. C'est miaintenant un bel Cli tnt saint,
dan I'titat le plus satisfaisant p.;ssible, et qui pbse 13 `'"OS..
I.e Virol eit une irp.trratlon cnmpoA.t de raise.e dic
B M,)ell d'Extrait (;G'vcriwn de Moclle Rouge d'os,
d' Eitrait de Malt, d'tEnfs, de Sirop dtic Citon, etc.
L Virol cet un alimenr pr6cie ax dan, es cas d'A'itnen-
tation Ddectue v e, dl Marasme, d'Andmie, de Rachi-
t ume et da Phtisie.


VIROL

AGN7"IS:
W. QUINTTN WiLLIMMS & C ., Por: au-Prince, HAITI, Boite Postale 147.
VIRl l.T I I .ANGIR I\N.'.. .Il.,I ', l\ \I\ )';sl' X, .1 i T" 1 ;(I" 0i

I- -I I-


ET VOUS DOUTIEZ ?...
UANI) commenia A se r'aliseri son revd te fran-,
chir l pe tapes de la gloire Iriotimphale, vous
volus disiez sceptiques, que, scul, le recul du
temps aIfiimnerait son succ&s,
Mais les 'PATRiI()TES n'auraient janlis atlendi si long
temps pour devenir la cigaretice ideal.
I-a vNaleiir d'un product de selection nie peit d(6pen-
dr1e du noni)re desannees.
Elle est, 'en eflet, la ineilleure igarellte veniidue a meil-
leur march. Ses achctcurs en lirent un triple avantage-
Ristourne de Gdes. 2.50 sur cent bons primes ; d'une se-
conde valeur de Gdes 2.50 snr cent pochettes usagees,
possibilities de gagner 200 gourdes avec (Caciiun des bonsi
portant les Numeos 12. 14, 16, 16, 17, lj'et 20 renfermes
dans les pochettes.
Messieurs Albert Noisette et O('iloil S, Villejoint (lui
ont respectivement a)pportcl6 en nos bl)irn1i';x les inii'cros
12 et 18 ont etc lcs deux lpremniers .Ienici.ires de nos
prix de DEUX CENTS Gourdes. Notre lisle des bons ,de
taveur n'est pas limilec! Essavez la PAT'IIOTE et 'vou.s
lui accorderez vos lprlcrcnccs.

La M anufactuI V et, "c (1"" let'e v-


les pocllettes echaiitillons ila I(ldisposi lonl de Ios Fu-
mecurs quii veuleni en conniai!re lc goil' ci la (tiaidite. Les
interess6s n'ontl (It' passer au (1 d1ot g, i&iardl, 206( lItle
Justi) Lherisson,
GEBAIA & C", Propridtaircs.
.- _. _


C IIOISISSEZ un rcveil avec la marque de fabri-
que Westclox sur le cadran et vous pouvez etre
certain de recevoir un hon rnveil. Big Ben et Baby
Ben d'une apparence fort attractive ont des mecanis-
ines d'alarme sonniant sani; intermission ou en inter-
valles. America coC te moinis cher tt sunne d'une fa-
yon continue.

WESTERN CLOCK COMPANY, .LA A. I.F, ILLINOIS, E. U. A:


MOHR' & LAURIN, Agents


I


Au M1atin*



Souhtails po1tr soil


Monsiii C'iI'.tSNT MA\cI.OII-,
Ilircchctir diu ( .1aulin )
Sort-all-S lI since.
Mhon cher 1irectellr et A\nii,
Vingt nlls de combaiiit aver
soi, avec et pour le public,
c'est merveilli x. I'll j)irnal n l
qui alteint sa vinlgl clt Iuniiiiiec
anlnc par IT'llort et li Cons-
laiiice dc son Iirtedeir, c'est
Ir&s pcin dc dire fi cclui-ci: Je
vous llicite. .1c vous adillite
ainsi (ilue volre (iiv're.
1l. silct'rnilc(i dI u .llttl sis
conscils, Soln cinsciglil ilen,n
ces 6(dilo inux, on11011 S lcineiit
(llcionlrlicn i lt hi ca)a ltl' intl l-
lecuclle (tie ses c(vllal)irn-
tcurs, ilanis la main et IinlAmc
(lu Dirccleur (tii sait ccoisir
all )prolit tid SCS lcclcurs e t
Cluli (ic soil Pays.
l.a tIiche (I1 jo(iirn;ilislt esl
(durc;le Icshlomllinlles (ilt prelln
ienl at Ict r cliarge d'illuslrer
I'opiniioni p)Hubli(queI, hI; seir,v
Id'tre Ai la fois son iporle-voix
el son eclaircur, ccs I)(mnines '
lie S'appa)tie)lie nenl Is. Ainsl
letUr (Tuvre. I.E M.\ATIN n'cst
pas un )ien )ters()onniel" c'('sl
national. LEl comlinc t'l je vous
deniandc u(Itl'i s1i vingl Lt nllie--
me linLc, c'estl- dire, a sa
nmaiorite, d'etrc eC (ccque us


Ann itersaire


a\eC t ie pOlrI sonic itfance, sa
jcutiesse, I'hn n tli lt inilatigable,
alin (Ic e le, l jycret clIc fair
grand, plus g and que vote
esperalitc, et ccla, pour le
service du P'ays d.nt i est un
des or'gaies, el (Idv'ra, a I'ext&-
licur, eI citre le plus digne
.l(A c .se' lal tl ilt lcllectluel. Car,
Mon(sicur le DIireclcur, on juge
la cullure et le progress d'un
p) n s (id a)ri's sa1 )'esse.
?la l1esse est le quatrieme
(tinvoir, e'est le flambeau (ri
1111lliuCine lout. Quadl( Oilo en
est COlnscielt (colIllIm V O U s
I'des, on est sincere dalls Ic
l)voilr conlilne ulile ,.ans le
Servi(.e.
Mon chir l)irecteur, je ne
veux l)as abuser dc v o I r,e
teinp)S. iEt mes I'licilations Oun
'air (de je ne sais (quoi en ce
joil'" oil! coill)icii hcureux
polir ou\')s p)liStisque us vollS
I'lidciitln et (tit( lotut vous sou-
rie Jevous vois radicux etjus-
lciLe11II orguecilleux de vulic
(iTl\ HE:: pciidaut que les amnus
pIIsseCtI m()ir vouis serrcr la
la .m1ain, OUiS p);aSSZ en revue
Vingt ans !t' It lics et d('ei-
forls...
Bien it vous, mon clier Di-
ricttur eil SenCt ,
S.m.IM AUN.


Les Cheveux 1ebelles 'Deviennent

Soumis et c/ttractifs avec le ctgW


Avant, les cheveux d6sordonn6s Le Stacomb peut Wtre obi
et hriisses offraient leur propre ex- deux fagons: dans la forme o
cuse. A present un pcu de Stacomb de creme ou en forme liquid
appliqu6 & vos cheveux le martin les cune des deux n'est graisseu
retiendra lisses et flamboyants toute tache pas. Le Stacomb est e
la journey sans besoin de pommades dans touted les phaumaciesi
graisseuses. Les huiles curatifs qui fumerica.
entrent dans sa composition main-
tiennent le pericrAne et lui donnent
de la vigueur et de la sant6. Em-
ployez le Stacomb sans aucune h6si- ( A"-
tation. Canwris I eAhweum pig
,Offre Gratis ---------.-------
Standard L.boratories, Inc.
113 West 18th Street, New York, E. U. A.
Envoyex-moi gratis un ichantillon de Stacomb.
Nom-


tenu de
riginale
de. Au-
se Ot ne
n vented
ct per-
*p.-


p
md


Adree -
Vill et Pays


/,/, U [ > I .

AT'77 Tr'-'-"' TE inoff t.iirf, vlnin.e e Tic".ce, la Pate
. l)n lynos d-tu't u rpar million's Ie r-
.. i : X 0 .:c t'r" Ii bouti c lt!ti rn tt Ic ptncleux
SI .' d"', .ngendr:.i lai caur, lem douleuweat
(,.s ,o"*, |; ncrbaux de organismenc. La PAte
'..!a.. cj :- ivac tI la m'rindic particle de
.t..... : .:,. liectp. f( ,: r " Inisse dane
, .. .. laproret6
S< ;" c' ": rjcnt trio co-
S ... ... . .. uft dcu
r -'" i ( ; .. . ,** I l] ; i t' {:*.i. n w'. sou r I n '*n
S' i < a brc achic pout chaque


1 a -
--- s~->- ^l~l~rV n U ^ r


--


We --stlox
O tco


Cherchez le nom Westclox


I _


_ -- ------- ---"-- --- -r


-- L-- -- 1. ~_ ___


1 111 1


9&--


a


- ___~._ -, II I


<-










LE MATIN-ler Avril 1927


----- --_; rr EIIU';i- -- ~~ m ~ - -- ---------- __


LES

Vinqt-et-un

Ans du

MATIN

)OllSQL'E part le pr) -
ni1er MATIN, il dul
voir, aux y"ux des scep-
tiques, tout lair Ide ces hi ranlis
messages que des incorrigible..
malins et plhisants, renmetteni
aux gogos, an jour du 1" -Avrnl,
pour leur I'aire courier tout Port-
ai-l'rince ; Moisson d('Ai 'il d'un
nouveau genre qui disparailrail
avcc la dcrniere lueur du crt-
Puscule du soir, coniine routes
les autres L,:rcs...
Mais, sceptique ?... Qui ne I'est
pas 1 Qui ne soit .\as mnme obli-
g6i d(e i'tre paifois, dans un
pays o6 nulle truvre ne semnble
etre appel6e A devenir plus
vicille que les roses de Mal-
herbe ?... Pourtant voilA qu'il v
a aujourd'hui VINGT-E -I'-L
ANS depuis que la noble cr6a-
tion du 1'" Avril 1907 ide Cl6ment
Mhigloire, Li: MATIN, vit sa belle
vie progressive...
Et nest-ce pas A l'6nergie iA
jauiais refroidie, A la volont6
toujours tenace de ce grand
journalist de notre Pays que Ie
public haitien doit l'organe qui
ui devient de jour en jour plus
indisplensale ? Pour bien coini
prendre ce qu e e'est que Li.:
MATIN pour la collectivit6 hai-
tienne, il faudrait tOre t6moin,
lorsqu'un simple incident sur-
vient, de toutes les conlingences
qui lultent pour en en p&hcer
I anionce en tenps utiles au
public; car sur tout son par-
cours glorieux, Li; MATIN a tou-
jours rencontr6 de terrible obs-
tacles; mais, son Directeur, tou-
jours, a su les lui fair vite sur-
monter... Et ce qui doit tre sa
consolation, c'est l'avalanche des
billets et lettres qui tombe, cha-
que jour, sur son bureau, deve-
nu trop troit pour les conte-
ni"r et Ie gr6sillement continue
de I'avertisseur du t61dphone:
appeals des lecteurs qui, sans
cesse, rclamentl Ie pain quoli-
dien moral... LEI MATIN...
Si LE MATIN a des enneinis,
c'est la grande Croisade qu'il a
entreprise d&s sa naissance pour
le triomple (de la Saine Opinion
sur le Sophisnie et le Mensonge,
de la Lumiere sur I'Obscurit6,
qui les lui a valus... Cependant
sa liert cet son orgueil sont 16gi-
times Iorsqu'il volt tous ceux
qui ntaient contre lui el 1 qui,
jamais, il ne sut niesurer son
appui, venir un A un s'arranger
autour du lumineux flambeau
qu'il porlte bien haul... Voila qui
proclame assez la raison d'etre
du MATIN...
Mais, notre Durecleur lui-mis-
mie, lie I'a-l-il pas (dit uine fois,
dana un moment on I'atnmos-
phore de la polilique du Pays
itait surcharge. enC parlant A un
de ses amis qui 1Ilrrissait les
ennemis du M'rtIN ? 11 cut, a
cette minute-IA, son agrcable sou-
rire que metient toujours sur
sea lvres les paroles qui lui
sortent du(In ca'ur :
S.V'on, fit-il, LE MATIN n'en
eill pas ( s(s enll('lis i,... ce ftl'
sonl q(u(' des anis ;aitres. c
P. C.\iir.:N'iI I


Les etes

rel gicuses
Demain, 2 avril, est la ftce ide
St. Francois de Paule qui na-
quit a Paule, en Calabre,.n 14141
et mourut en 1507. II se retira


fortjeune dans une solitude au
lond de la Calabre, oi iil acquit
bient6t un grand renom de sain
tete et y tonda, avec quelques
uns de ses disciples, un monas-
tere, sous le nom des Minimes.
Louis XI, dangereusement ma
lade, le fit venir en France, es-
perant etregueri par ses pricres,
mais ce pieux ermite ne put que
rendre au roi la resignation et
I'aideri mourir chretiennement.


Visitez le Rayon de

rncubles et articles


d'amncublement de

Paul E. Au.vila

a Port-au-Prince.


\Uoir" se(s .Jen (Ide Fail ) enl
Osie' ci tI. liis recoi'irl6s ses
Clhaises de Vieni ne a'vec et sans
files tlItI s. Ses I its en faer
coulhcir l'(ois. Scs arni ires
avec et sons pot)(lrs i glace. -
Ses Itillnen uix (ldoi I;s genCire
Globelin. elc.
Grand choi\i de climussiures
i)por ;Indomes di niers mod(Iles
el dlerniiers Ions :i prix mode-
I6s cliez I'A,-1. 1' AtIXII.A.

Visitle cClic NMison d'albord,
vos intlrt's vou le Icoiiilll:ni-
dent.


Mes boutades...


Cc qui emp)che




Ce qui empi che d'trel heu- rudiments ('insti lion, je se-
reux ? c'cst de lavoir )as un rai d(laclyloi, je fernai un travail
vrai but dans la vie; de se de bIureau (iii me plaira plus
laisser aller ai sa ltnlaisie, en on moins? FI, pa rce qut'on ne
acceptant les ennuis par ne voit pas la unh lat de vie per-
cessilt,en rejetant sans raison imanenl, iarce qu'on prend
cc que 1'on accel)ptail d'al)ord' cc (que 1on trouve Ile plus fa-
avec enthousiasme. cilement on ne song pas iA se
On ne dit as assez aux jeu- qualifierr et i'on reussit en con-
nes gens, il les ou gar'ons: sequence. Tandis que I'ensei-
((V o t r e vie sera ce que gnement bl)in comp)ris, le me-
vous la fere.; et le point ini- tier apprecie ai sa just valour.
tial, c'est de dresser un plan le Itravail de bureau fait en
d'action.)) vue dc e pertectionner, de-


II taut se i)prdparer pour un
genre de travail, )puisque rien
ne mel i I'abri des revers, et
(uie les femmines, aijourd'hui,
( oivent si souvent gagner leur
pain. Ce nest pas la besogne
(ui imported, c'est la manidreI
dont on la ler..
On se d(it, avec insouciance :
<< Je ferai ccci en attendant de
trouver une occupation con-
venable. J'enseigncrai iA des
enlants maussades quelques


viennent des professions oi
1'on pent gagner convenable-
nient, honorabl)cinent sa vie,
et vivre coneilt (de soi-Imn6e ,
parcc qu'on ';ail son devoir.
Cclui qui Iravaille machina.-
lemeniil, le Iot' ins possible
pour le sahire (u'il recqoil,
c'ussit r'armeni, reclhigne suri
tout, se plain t de tout, a!ors
qu'il est scult i dtre cause de
son insucces, scul i- en dtre
)hlame.


RAPPELEZ-VOUS
Aucue n autre avoine n'a e l
goit du ((3-Minutte Oat Flakes )) HOT BREAKFAST IN A JIF
parce qu aucune nest prepare
conime elle I1 I
Notre nouveau proc6d( de
selection qui uous est propre,
Ie triage ct la prI6paration dce
I'avoine, out coinpletemuenl rn o
liltioin0 a malni'ire de cuire I'a-
voinle destilinee la tab)le.
Cc noiuveatu procede. connii
d nous se uls, dgage cun aro-
hie de noix distinct el dille '-
rent de celi de toi les aulres P ,Codat
avoilles q(leCvoiis nyave/.Z ee a *g,., .I
jusqu'ici. II ne p)eut-tire comr- *~ ,"nwu. U&
pare Ai cCli id'aiucutie ntre a clffl
marque, et ne peti s'y ren- O "E KFAST I
contrer que dat s Ie veritable (3 Minute Oat HlIakes)).
Gouitez le aujourd'hlii.
En vente aux principles EI)i(eries dei la Capitale,
Jacmel,Jcremic. Petit-Goalv, Saint-Mare, (onaives, Port
de-Paix et Cap-Haitien,

Three Minute Cereals CO
CEDAR R 1PIDS, IOWA. E. U,A.
AGENT REPRIESI~NTANT.
Rafael C. CROEN


Savons


ct Produits

CADUM


En vente dans toutes

les )bonnes maisons


-- -- -- ii

SOCIETE des Produits
BOTOT Paris

CAPITAL: 3.400.000 fravcs
La plus ancienne Maison pour les Dentifrces
Fondeec en 1575
De B13TOT est le seul (enltifrice approved par 1'Aca-


d~'miic idei6decin de IParis.


SDem)anlez la Pte D)entifrice Bolo
I) De ndIe I'Eau 1ie Bolot.
l)cin:!ile.z eSIvc'on d(lentifrice Bolot
I enuin( ez la I oucdre dentilrice Bo-
tot anI (orail el an Quiinqu na.
l-. )emandez Ic ( Sublime ) tie Bolot
\ 'r,, i: conltre la chute (des chevcux.
'ir Les lDentilrices lBolot sont re-
.' ; / cotu man11 es par les meilletirs den-
A l'j l tistes d'llniti,el sonl en v'ntcechez-
I -"- loc))leirrs Volnv lBouzier, James
E wavul. Holly, ')umerv6, Daniel,
-.'1 .*h61m ud etcl etc.
En veiite dans les maisons suivantes:
Pharmnacie Parisol, Pliarmacie ourraine, Pharmnnacie
Saint--.eIan, Maurice Etiienne fils, Paul E. Auxila, Jules
Gornaiil, ,. t ,. t,.oujol, Carmen )ouville, Stambou-
ly & Sergile, etc, etc.
El dans toiutes les bonnes Maisons die Provinc
En gros elt n detail chez les Agents exclusist pour Haiti-
F. LAVELANET & Cie
1716, Hue du Magasin de 1'Etat
I. .O IRo\ 1 Port-an-Prince
Telephone No. lo09g



S. ,, '


---- -

NOUJS OF1FRONS

les boiSSOnS Suivantes :
PORTER : Teialleit Sloul XXX
VERMOUTil: Marlini, Rossi
DI'IMONET, Paucli, Suidois.
WHISKY: Jannie W\alker,blaek & red labels
IINS Graves el ,doe de A. Deler & I:*
SIIERIY BRANDY Danois.
LIQIEURS assorties.
En vente A la maison:
L. IPREE'IMAN -AGGERHOLM,
Rue du Quai


L'ABC

el


Us


eIt jour o Io'n uouus marl A,
Je m'en souliens,lonsieur I'a II,
Quand la messe futl ommen C.
Nous dit '


II laudra vous ai D
Madame, vous oblr E
A iotre epoux,a oree e F,
Puisqu'il ne pourra plus chan G.
Pour rviter qu'il fm vos rl,
Avez toujours, I'air trs gent I;
onutrez un front parqui rug J;
Elilez tous Ies mauvais k.
("esI ainsi que toujours pros d'L,
ltelenant son pou\ qui I'l,
Une femme tile sa N.
S'il lui (ourne pourtantl Ie d0,
El s'il se met A In tromi P,
Qu elle lui montre neiller I,
El I'enchalne par la teadr S.
En lui montrant tant de ha T,
II en dei iendra tout coil U;
( Son amour sera retroi V,
SLe Wmnage aura le beau I X.
SEn Franee,coinme en tout pa Y.
II f aut s'aider pour qnuo vons Z.


Ecraseur

sans le savoir

Une nWsaVentlre arrive al.10 i
le grand eonstruteur am ricaIl
d'aulomobiles.

Le danger des temoignagn
en justice.

Le mdme jour,assister A un
conference aux Etats-Unis;
renverser une fillette d'un
coup de volant maladroit, aux
abords du Bois de Boulogne,
c'est une prouesse que Ju.16,
Verne lui-meme n'etit pas osa
imagine. Et, pour en fabimq
sanctionner l'invraisemblan
ce. M. Horace Dodge, citoye
amn6ricain et riche industMl
de Detroit, se presentatt I 7"
fevrier dernier devant la lie
chambre correctionnelle do.,
Paris. Tout s'expliqua, d'ail-
leurs, assez vaudevilesqu i
ment, sans doute, mais par-!
faitement A Il'honneur de ce,,
lui-ci. I
Le ler Mai dernier, de I'aN-
nteed(Irniere,Mme Iodge,alorl
Parisienne et en instance doe"
divorce, roulait a vive allure '
dans une auto inscrite A soit
nom. Mine Chacknot 6tait *k,
c6t6 d'elle. M. Brody, entreM-,
preneur new-yorkais, condui-,
suit. Tout pr's de Boulhgp i'K,
sur-Seine, la petite Marcl *,'11
Kleck,Agee|de cinq ans,fut b01
butte. Et comme M. Br- '1
roulait, roulait toujours, l
temoins indign6s arrtreMt
I'auto et escorterent les 5bo0.';
culeurs jusqu'au commnis8,'
riat.
Pourquoi Mme Dodge 'i
elle la 7lcheuse ide de 1+
senter an commissaire M.
dy souslenom de son
Dodge ? I'arce que M.
ge 6tait loin ou parce que I
surance?... .
Toujours est-il que,le 8
let suivant,le veritable M.
race Dodge, qui se pr6p1t,
a assister iu second ma
de ,a mere, etait condail
par d6faut a un mois dep.i
son et 1,000 trancs d'sn
Le tribunal, en 1'acquitsl
r6s'd'une ann.e apresd'ie
lit u'il n'avait point co.I
luit de courtoises excU0m .j
Mais il y eut un petit I
mcde cominique. Des t6m
oculaires etant cites, !'Mt
president Gorse leur moey
malicieusement M.Dodge
le Ihr Maise trouvail A d r
ques millers de kilomtni "l
du Bois.


Malle de Cabine, Valises et Couvertuires de pure


line pour voyaqe.- Prix exceptionnels


Cicz I. Balloli F


- IrI-ZI~-~~rL7 T~L' I-IILIP~t rN;C~-- ji-F I


-- ---


,411


I


IIvel










ler Avril 1927


Le psesideiil. Si la I! te (Idc
cetl honiie elait coptll)cr, |lC
reconnaitriez votus co) iInc
Planit i'ouv' sl1r l' voilure
le iour (1: I'accidcnl ?
Les ti'iloills. O()i I
AlorsMr.le Ipresident Gorse
IPva les bras alL ti(. cl SOI i)i r:
--A1 Id 'jus irc la justice!
Et cela vouloil (1're qu'il al-
jait que celle ci flit singuliere-
nicnt clairvoyanlC l iir cor-
rigerles erreurs (l'(dlii(|ie (e
Itnmoins oculai es ('tiin (Ide-
plorable bone (oi.


Harmonic
pr6.parlementaire
----S:S*----
em soldnhl, I. Fernia!l ihlofi"sson
prMide .nl de li t Ij.h.in !ut il i;
ild'or
On a c6lebri le passe sporlif
dc M. Ferniali(I Boilissoi, ap-
pel6 par ses colleges ai diri-
gerles joules palemenitnaires.
Mais sail on (ue c I presi-
dent de la Cliam lre a (iirig,
Philippeville, un orcliestie (IC
tresauthenltiques musicians ?
Certes, cela reiontOle a quci-
ques annees. Mais les vieux
1hilippevillois out conserve'
lesouvenirdti jcune artillery
Fernand Bouitsson (iqi. jeuine
soldat, pour rompre la nioo-
lonie de la vic (le garnison,
avait su riunir une plia(de
d'excellents instruinentisles
qu'il conduisait avec une coni
petence remarquaIble.
11 est ajnsi perinis desp)rer
qje les tliules parlemientaires
ne serft d&sormais que court
toiset dirigdes avec niesure,
par clcheI qui a fait ses clas-
ses Zgirmonie.
i ..


ULNE


li ine 3 a IL


I IL


Dans le but de recnoutvcler une I'arlic (e on st, k,

La M'aison

IAW'AS HEIIMI:' AOS
s'csl Idcrid ef 1 taire iLt n rIt bi);,1s (1xcepIli-i" i i .rle
(ltu niiild Ie ses inl arl(' nlilis'es.C', ia)i :s iiC I 1:r ,a (jlie 2.) j'iurs,
dii 20 Malls an 15 Avril.
PIOI'ITE'Z -N ACCO)I 'll t': ; Elu z IA.\ \'.\S


IN'Tin.: .\ l'r i :.S S ;1.() NT Vi.,,'1 S


PI ix ;:A ci( lns


C'o1il L


Voilc dtoe s 'uls erles l)laii &
've cH ll ('I csJicS
lI;s dc colon
(li:ii'ssclles |p)olr cnla'iis
Ibis Soit- blall Slill).
NtPI)' l)l n)i'lche )barr'cs
Na)ppe llaiche
Faux-cols liant;iis supenricirs
Falx cols anon
ALolionl Liubin assrl.
Conlealx p)otir table sup).
Ploudre San[ail
Poildre Java


I ':1 1


ch


n 2,6'0
(i ; I, 5
1 .4 (0
1,25
25,
:e (>,()iI

cli. 1,5


1.50
1.5)


Toilc ,i Imll!cl:is supi double l i;: I,' liitiln
Toilc fi inl lc'lis Still. sillillC
Coiil re poo(l) r d(:iincs, c lirl,roll 'k I1. chli.
C tpol n l ii 'i'ocaill )I;lanC f:l'inc,
l:iliinc contlc'iir assl. '
Cre|pon ;'i c irreiaux brod
( iniilnies ciii'r )our lionilleCs chliaiqne
I heliiisclle Iricol pour lioiimles stup.ch.
Chapeaux p)aille pour cntants
i" t


HJ1t4in soic coulcur assl. No 3
No 5
6No 5


pI .
~'


.1.()00
2.00
1 ,00

4,00)
4,00
5,)00)
(;,50
8,00
2,50
3.400
4 00


10nov'Ce.iix
(ids I.7
0,75
O0 5

1.00
5,0)()

.100
1,0o

1.25)
2,)0
1,-()
2,50
1.0)0
2,50()
2 50
2.00
2,5)0
2,.-0
4,()0
5,)0O

2,50
5.00
800
) 7.5
) 7,.A)
) 5.00
S 2,00


Po' ROME i1U/I!it'iii0 r
C tBillI 61 A iCll
Ma

Sapital: Or 18 OOOooo



Lutg.Le Bosse sCo|

| AA hDts Gielei Ix


Pharmacse CAitave
Place Petit-Four
Announce i ses clients qu'elle
vient de recevoir lar le stea-
IiCi r (;ll l)C til aissorltiiment
compii)Icl iiiir c ic e ii' le tl' (.' ( ir(.t'lC("c
n1i6rv i m Ii uIi e
Ifraicheu'.
()Oi tri uiver ;'i dos p)rix I ( m )
(IC ''r s Ics .1t liclcs die I, irltiliC-
I'.c, de ('oii iscric tl !'s ll:1 ll, ;1
i'S IlU'sti 'lllK'nll ',ISC ;. I 'x S ;111:1
IvSCs ('l Ics orldoniti i ";' nit l'di-
,'ilcs st () it I I )objet tl UlI so)il)
lout pi liculier.


-.---
Siademoiseae

Leo Avon

A\nilonc( (. son) ailal)lec licn
tele lti'elle a cliinge (d'adresse
el queson Imlag;isilli sl a ucluilc-
ii -il sit l t11u (I e 'l lis e (id
i. S cr&-('.' r ii-, III Bois Id ( cllic,
cll f:ice (d e I Ecoile cdes Silr'
le St Josel h (d (Cluny.


& A vei(lre

I'ne ion'ollm!i a I)'dgec
S'ic't ( vi ( '! es H p ,cii de
ccli' )llr.iI( 1,icursi
! .i i 'Ci SSl a I) Ihi i i1 ill
\tMirua lc's on il l p. I ('h|lilo i ic 111
o ;25.


S Avtis
lj es "I'.)ia icis lI1 siciir SalI
ZAKil, ci-(l t\ I ; m niiil n lit i
St-Alirc en f1aii:c sontul avss
(qu'ilson! u1 d&1 l ,i q itara til
x jours, ii)pali i id d;aic d .s
W prscilents, I ..ui p *It.cikr Ihi
lil < tc C 'r .'llt C so.t ill so;IS
Ssign . iyn : v l bi'ilitc, oin
ti ll go iellc (I '(. i.ti- ;!l i .. l'r< -
m itre I,:,l Ii.. .. ;i n !' i '.
lPort-aii-!' i ,lclT ; 17 M r. 1)27
SA:.( inic (GrJiAt.


2)


(dollars dIC la (iGi'andec raifle

Maison Alaini Laraque
Pou popular ser cette liafle et DO'r eacolira.
ger le publl- ;:'s acileter t. a billets L'une gourde
i'mis, Mr I:'taqlc s'engage formelloment i' don-
ne. 41) .( de 4 billetsde 2 do!lri's des lots gagvets.

L( IT (AGGNANTS


'1 lot
3 lots
*. lots
t lots
15 "
30 I


de ii) Biileis
de 30 4
de 20
2
1 (


r"mpIessez-vonA d'aclhotor vos Mlle',s pour le
tirage qui aura lieu Ie Dinmanlllie 8 Mati ig27 au
Building Ed Estevo & Co en face (Ie la Compagnrie
Electrique.
L.e irago do la imnaiscn elle "m(ie a at6 anion-
k6 pour ie 30 Oetobre 1.127, ma's gri,-e i\ ia
bonne march et ,i la nouvelie perspective de Ha-
fles de billets a 1 gouirde, il est pre-que certain
que Ae tiraqo d6linitlf p.:zrra a'Cffeotle- bien
avlnt la date p'cfifibe. -- v:s en sera doijnn en
tempsu Voutu.
()n Irouve d -.s hi.l;ot ;'it J:I J.ibrailie lontroasLer,
et par I o'fr. cdi eo tc J331 po,;b'oiJ I acie) S.


COMMERCIAL

AGENCIES

and COMMISSION
EN FACE DE LA DOUANE
Parml i S les iia'i halltiiss (11 tocl( k, ii)s l\'olls :
W hi s I. ; W ric, W ii lic I IITCIl. x
T h s Y :It1* tohunt h) tc, colncuIrlncicc.


Champcaj

Froniaqge


I


: GIN, (i)ibinIi \'tINS

iiliic cl |)rix dcliull (oule
S: t'(,ii~trrelitcc.


COcol l A\li1n i n1 iilili p,.1 cx .clice
Ii a (iul, go,1 X(lp,,is.

Davis BakiniIq Powder:
I'rix (I illi l Io lic l (t ('i C irrlI fiic
l Il. is 1:incusincs pcinfIill s di e F,
lO ll t l r s C (). Pierce f (ct:o( .llil c prix
dcfia:iiill luci (oiiI ri'icuRe. )
C s ; ci llin c ;s (lli, j,:;:- it' r (\c f'l!,nl, (iqlalil cdi'ficnt
Illll(. c(. ic'lITt lCV, M. C t I ( ilcr t'fl (il'i I'r'ilc ( f't 'sl 'I
dlirc ;'i ((IIx (;1ii <( ".Sil iil (dc f;i cii)(lit de scl s i ('r ritl
v( Irlict ON (d 1iiniin l oin inli Ijb ali, dliilablel cl iin Iroiavail
('"CO, ill IIll'qc.
I,;i ri'cc liil('c (c ',cs rl'(il:'(s i csI )ltis :'i l:aire. Notis
It'i)o s' i l:i (llS)< f ill,)ii ild |oI;s, la lo gi i e lisle (Ic c lux
(Jill lIt6il ils."igl I d (c s ItuilillcS.
*J - 7 9 1 i ,


OOUICZ-V()O[US
1i. e cli O VlCo cvli \L. ..,
vous 1f i C4 Iganl '?Vo /\ i:
:i'(C! \' JVs, voyant.l 1 '1 i \
i" ei' i 'C nii (Ie Paris?. -i;i
1.1'I'/ \ ois (ihcz:
Andi' ISlI)()OE
l i t i 1 i i'


D!. LNDDZ LE

Rhum Salin.,
lt'pulll cl flecoiiiu coluirnC
\'itllx ,et pur.
t'ccomlimndX come torl-
: (! I(ft'oll .s[l l :;ll ul.
tI- I _C~3ii_ 02111


SE-U9JA.dc Matleisc Co.. v ;i'siaints pour Haiti
-. ll -I- L <*


I Ir -- ---- ---- I - I - ~r r I


- ---' -- rr


~_:_~_~__ ~ ~


IPssInB* Br


PS'


LE MATIN-


I


c alrie d35() lBillets de








LE MATIN--ler Avril 1927


Le. Poisson d'Avril
___ ___- : r-i,- -


I




.4,


'.4


'.4


S



-l












4,



4.


Physiquement, ce poisson ap-
partient h a subdivision d(ei gs-
noldes, par simple esprit (Idec (in
tradiction, car, il pourrait tout s
aussi bien ap)partenir la sill)- I
division des cyclostomes, avec
un peud e bon0ne volonli. 11 ipos-
s6de, pour soi usage person-
nel, une vessic nalatoire en for-
me de sac La malices. Cetle ves-
sic natatoire lui periet de se
tenir en equibbre (dans la vie.
Ii est malhecureux qu'on ne puis-
se mettre le poisson d'avril en
bocal. II charmerait tout le mon-
de par son aisance et sa gen-
tillesse. Mais I'essence mmine de
ce petit personnage est sa mo-
bilitR extr6ne el son extreme
fugacil6. La nature I'a bAli ainsi
Su'une plnisanterie,sans insisted.
On le distingue A peine. II ap-
parail, s'evanouit, laisse der-
riCre lui un sillage de rires et
nicurt quand sa vessie natatoire
crve coinme une bonne lihlgue.
Le poisson d' avril se notirrit el
se relproduit par 'el'orl d'uile
pense6e fcondc et rapide. C'est
un cas pl)hysiologique pouvant
presenter un interest, tlant don-
liis I'tpoque el le prix du pois-
son sillur les mlarecies.
*
gi
Le poison d'avril est-il bonl
ai manger?
Le poison d'avril est comes-
tible ; il nourrit soin holnunel
pendants line journey. Plour l'or-
dinaire on ne le maslique past.
onll s content dc le gober, tel
un truf. S'il est blon, il passe. LLa
lacilith avec laquelle on le gohbe
oil re un silir garalnd lie sa rai-
cheur et de sa quality. Dans le
cas contraire, il se miontre tres
dur 'i avaler et Ic consoOnina-
leur ne fail aucune ditlicultl
pour le rejeter puremenlt et sinl
plement.
En ge6nral, sa digestion est
lab)oricuse. Les gens qui ont go.
b) le poison d'avril sont trisles
el, coinmme disent les anciennes
chroniques, ((l niancolieux ).
Ce malaise ne persisle pas el.
au denieurant, n'inspire aucune
i)itie. Des ricanecnents accueil-
ent ceux qui en souffrent, et
1'exemple de leur infortune n'ein
p6che pas ia consonunition du
produil. Le remade centre ceile
indisposition est purellent mo-
ral. 11 suflit, en effect, d'oflrir uni
poisson d'avril Ai ne autre per-
sonne, pour voir son ipropre
malaise disparaitre i ineSUre
qu'on apercoit les signs d'un
malaise selmblable chez la pert-
sonne qui viemct d'accepter ccel
alimeint.


I ---


Mais, disons-le, le poison d'a-
vril nourrit ses vicliines, car,
en general, il nourrit leurs illu-
sions les plus clhires, et, si notre
16gislation ne nous laissait q(l'un
plat i manger Ie preimer jour
tie cc mois, tenez pour certain
que le poison d'avril en lerait
les trais.
*
Le poison d'avril se piche unu
peu parloul. Sa capture est d'une
lacill6 dcoincertlanle et, pour
ainsi dire, ,I la portec (de tout le
monde. Conmne la cuite. quil
n'est pas -non plus uni poisson
d'eau douce, il est tires. facile ai
prendre.
Presque toujours, les pIchieurs
de poison d'avril se caract6-
risent par une grandesiinplicit6
da inwurs eld'iintelligence. Lcur
face ronde et douce porte des
veux ti fleur de t6le et desorcil-
les qu'ils tendent come des
filets on le poison va bin6vole-
ment dollnner.
Les phclieurs de poissonsd'a-
vril le prenient done avec les
oreilles, et plus leurs pavilions
auditilts solt largest, plus ils peu-
vent cat)lurer de gros poisons.
Cette pO)che ne demiande i'eim-
ploi d'aucuii ef'orl miiisciiulire.
Conline liBudelaire, etl e gnio-
ral tIos les pocheurs de fond,
elle hait le iiiouveti|et lqui de-
place les lines.
C'est done iA sa portl, qnulnd
Iraiilunilleiment assis sur tin pe-
tit bIanle, le pchelur Ide poisons
d'avril sechaufle beateilentaux
preliniers rayons (d'un soleil
avare, que le poisson vale Itrou-
ver pour se prc i p ite r. aussi
(1 oil (lu'un carreau d('arbale,
dauns les oreilles candies de cet
ncutliousiaste dandin.


On trouvera chez
Charles N. G atjens
RUE DU MAGASIN DE L'ETAT
Extrait orgeatinc pour orgeat
et routes sortes d'extraitspour
liqueurs.
Vtin rouge par gallon.
Anisette,' acao ettoutessor-
tcs de liqueurs superfines.

A vendre
1 Buick march Six. En blon
6tat nvec pneus de rechange.
S'adresser au ler Lieut. 1ho-
berts. Bureau de la Police.
Phone 222.

- ***


son initerlocuteur liitatniii(iie,
iis nos devr V OiS .p
rniitre a nirccinenl ricdiult's.
Alrocemelli, 11ni; |ilss1-
blemnent, oul !
Je prolrilerai (!i la lecon,
dit le Fran qis eln prenanil
colngc, mille reinle'rcielliilts.
Mais I'Anglais le rippelant :
Je vols en rends neuill
Ceti (qiialre-vingt-dix liellt, Uni
setul sulfliait.
i omile p)ar divers cl6ts,
pIir cclti dc I exaAgerlation sur-
tout, ilous au res 11- iilieins i )Olls
av~ans herit' de nos 1) ils t re-
res Franqtiis!


La manic
DE

1 exagcqation


Un journalisle anglair,
homme (1'intinimient de sens
et d'espril disail, un jour, it
F'un de ses conf eres fr.nqais:
---Votre league devienit, ia-
que jour, de plus en plus in-
traduisible.
Ah bah! fit I'autre, vous
me stupefiez ; et pourq uoi
cela?
-- Parce que v ous autres
Francais vous les enclins ai
une exaggeration de ternmcs im-
possib'e La rendre dalns un lain-
gage sobre. Ainsi, par exem
pie, tout Ai I'heure, vous venez
de n me dire: a Vous me stup6
tiez! ) 11 ie semible que le
verbe ((lonneril)) efil 6tc dejai
up pen trop for et titlque sur-
prendre ) etit largemient sulli.
-- Vous ave., ima foi, rai-
sonI...
-c-Jc sais )ien, repril I'An-
glIis, mais il ii'est gli'Cere os
sile de (I vous i)erc'ev ir (e la
(hu)a uche (I'expressions supIer--
latives i laquelle vous vous
livrez en toutle circonstance.
\ p)'ro)ois de tout colinlle A
pir plos de rien, les Franqtis
dissent: I C'est ilnouli! e'est reln-
versaiit c'esl pyramida'ill
Lcrivez-vous i un aiil pour
refuse une invitation, vile
votus v ouis expri'iez ainsi :
( Moll cher amli, v oi us me
voyez d(scspre id'etre oblige'
de decliner votre si gracieuse
hospilalite. une atTaire de la
plus haute importance...,etle,


* I


A loiier:npoi ur I:p't',m s,m t -
riages, etc,un Ie IC i".- IC auI t,in a i-
((lue 1co,tlres I 11 l'mse Belle
coulemur bleu,1 iiolctur tres
lolix.
Kinw. eI)'. 'I,,l)r, )lriCl:icre
ee:l., i e 89.


,Les F6tes voligieuses
d'Av z.



Alpre,-dcmintii, 3 avril, est
le dilmiAiche de I '.X.ASSiaN,
i'dte q(ui inaruitc le coliiili li-
cement du "'Temps the lta Pas-
sion, c'cst--(Iilre des cerImo-
nies religieuses insliltudes ell
ilelnioirec des so i 11 rI n res
(Iu'endura Jsutis-Chrisl, potii
la redemplion dul genre liu-
Iliain,l epuis la (derniere blene
jusqtlli sa 1110o t.
A (i heures 1 2 du soir, coni
ieiClccront a la Cathdldrale de
Port-au-Prince, les p)redica-
tions des I'eres Rd(lempt)loris-
fIlu, ,, . 1 .11 1 lin A ..- .1 H :.


etc. Ut l U l 1 1 I-LIU IC .lli-
Quand vous avez mal aux sion. Ef juisquItu d(illnach.e
dents, vous diles: J'ai un tie PALques, il y aura, chaquu
6pouvwnltable mal de dents! soil, 'i hiein me 'eure, exerci-
Etes-vous indispos6: S UIne cs de pidle et instrlctionl di-
mnigraine atroce me rend lou. rigs par les Ie'res Man se et
Jnec eIroyable nevralgic me Bogaert,
failt souflrir le martyr.. )) Un Les liia\
oratcur a-t il eu quelques suc- Le 10 avril est le dimanche
c6s oraloires, aussitot v o s des IIAMEAux. Les Rameaux
journalistls s'empressent de qui sont portes ce jour ai I'E-
s' ecrier le lendemain en qua- glise sont beni par le pr'tre
Ire colonies de leurs quoti- officiant. Cet usage est Ires
diens: ((II a 0et6 blouissant ancient : d6s avant la fin du
tie verve, son discours clait Vile sicle. on c61hbrait le di-
tulguranti Ses raisonienlents nianche des lRameaux. Dans
ount enthousiasmui ses contra- les premiers temple de l'Eg'li-
dicteurs cux-mineis. ) se, on plapait I I-'vangile stir
Sapristi, fit le Franqais a un fauteuil que I'on pritail
en triomphe, au cours de la
procession.Cellte fte a 6te ela-
blie en comnieinorationl de
:'enltrce rio.plihale de Jesus i
- -.---- Jerusalem. e jour-la coll-
menceront les Conferences re-
ligieuses.'


AIAK BE LA POSTE

Viennent darriver :


Chaises de Viennc sup, Or. 35


)odi ncs

Ftiuteuils

Sofas


" la paire

la piece


Machines a coudre 2 fils marque


"Normania


avec couvercle


Sans couvercle

Fauteuils perces la piece

Seaux hygieniques grands


!i: o()vels


Lavabos e6naillcs com)llets

decor-fleurs 5 pieces

Bombes supil. en Ir etaine eC 1


24

5

15


3o

27

12

lo

7


9

' )


,2o


-I -


Jriudi Saint
Le 14 avril est le leudi-Saint.
I,'est lejoiur lo1, preanlil son
dernier repas avec ses disci-
ples,la veille des.a lmor!t,Jesus
Christ institWa le Saint Sacrc-
ment de H'Eucharistie.
Vteidredi-S ainl
Le lenicleain, 1i. avril est
le Vlendrcdi-Saint. C'est le
grand anniversairc de la mort
Lie Jcsus-ihrisl. 1 lut, cc jour-
Ih llagelle, couronnie d' pines,
expos6 aux outrages de la po-
pulace, puis conduit aln al-
vaire o II11 ful crucilih.

Le 17 avril, esat le dimanche
de l'Aqics.C:'csl t la grandic Ile
de L'Eglis, le trionllihe, l'aIp)o
those de Jesus. 11 ressucisle
et sort (Id Son lom11leail. elte
grande Ile (qui est mobile de-
puisle Co mncile de Nicde, ien
3;25,a louijlurs Ii( tL le I)renier
dimanche ajiresia pleine lune
qui suit I'6quinoxe de piin
temps. Elle tombe au plus tot
le 18 mars et anu plus lard le
25 avril. Dans 1'eglise primi-
live, on discuta beaucoup sur
lepoque a i laquelle il fallail
placer cette fete; les uns la
mettaient le mnime jour que
les juits,Ils autres,si elle ton:.
bait un autre jour que le di-
manche, le reportaient au di-
mianlche suivant.
C'est la veille de ce jour que
les cloches des gglises qui
son mutliels depuis le Jetudi-
Saint reprnneint leur joveux
car illon. Elles reviennent de
1omlle,comme le (lit une bl)ll
legeude catholique.


q4


Source De Sante Depuis 1873
Le system human a besoin de cer-
taines nourritures riches en vitamins
reconstituantes pour promouvoir la sant6
et une croissance normal.
Les savants eminents admettent que
'huile foie de more est une des meil-
leures nourritures m6dicinales qui exis-
tent.
L'tmulion Scott content de l'huile
de foie de more, aussi de la glycerine
et des hypophosphites de chaux et de
soude, une combination qui manque
rarement de donner les resultats vouus.
Des millions de personnel ont employee
avec success cette nourriture tonifiante
depuis 1873. C'est un reconstituant
cremeux, blanc, agreaBle au goiUt-juste-
ment ce qui convient i ceux qui sont
diprimes.
Vous ne regretterez jamals d'avoir
pris vous meme de I'Emulsion
Scott a I'huile de foie de more
vivifiante ou de l'avoir donne6e &
votre enfant.


Auto pour b1 -t.IBn 3
ot mar. Ao


_, __,_ _-.__ ___


llr


M


I






LE:MATIN-.ler AvriI 1927


r Francais pure line de Oi


k blanc
S"jaune-


Gourdes


~, '


S 1./


2.oo
2.50


1


.75


'l, lcHEZ KAWAS HERMANOS


i_ FABRIQUE


de BOISSONS GA7EUSES

KOLA CHAMPAGNE


SA CRE-C(EUR


RUE DU CENTRE 1815


mII


al


La plus Graide Compagni, faisant des affa
1'Empire Brilaninique.


of Caniada


ii es ordinaires dans


Forteresse de solidity


DIJJJE


=
ifDii


jQi2


Assurance en course (net)
Une augmentation (Ie P. 235.393.ooo
Nouvelles assurances avoc primes pays
Une augmentation de P.72.412,ooo


Revenue total
Une augmentation de P.


9.825,000


P.


Versement aux assures et aux beneficiaires
Total des paimelnts depuisl'organisation
Reserve pour cas imprevus
Surplus au-dessus de toutes Obliga l ions et
Reserves contingentes
Une augmentation de P. 5.371,ooo
Actif au 31 Decembre 1926
Une augmentation de P. 42.195,ooo


1.256.490,ooo


265.889,ooo


78.972,ooo


38,576,000


257,8


16,00o


1 1,000,000


.34.011,000


I.


S.


I
Ii
I
a
04
L

I'


-- _-_---.------------------ -;--- - --- ---- -


lbe %o2


W L, dUtl1 t U L I LtpojJ pi LLUV iCp
rations de l'anae 6coul4e so so t radteites par de pales ou autres titres qui avaient atteint one forte prime. Le
I rogrA 6 daos toutes les sections. taux d'intddrt r6alis6 dans la moyenne des placements de l'actif
SYerleas assurances avoc primes payea 'wtablissent pres- s'est sussi accrue au chiffre remarquablo de 669 pour cent, grace
da ehifire d'l y a deux ans. aux augmentations importantes dc divideades, action ; do jouis-
Wf$tkce toutrtantes, dddaction falfe derdassuraoces,... sance at gratification do tires roques en rapport avec dives"es
mulAt, Ietmentalioa eieddaut vlngt trots pour cent. valeurs En portefeuille.
polices et certificates de group actuellement on vigueur Fr On pout juger de Ia quality des placements figirant A l'actif,
Wo.nt ble au delay du demi-million. par le fait que sur 99,55 poor cent des obligations et 99,71 pour
mr iU t l t s resources at rialisations de profits, lis chief. cent des actions privilgideas pas un soul dollar d'int6ret ou de
eat Pale*ment satisfaisants. dividend ne fut en retard d'uo seul jour. Les dividendes actuel-
-t4il sUupdrieure et le caractire profitable do nos place- element encafss4s sur no; actions communes excedent de beau-
O_ sooat d*i ncuveau affirms. Come rdoultat de la r6euc- coup coux qui etaient payab!es sur ces memes va!eurs Jors de
^ tie.e do taux d isntdit gdn6ral, el des conditions satistai leur acquisition.
OW riidustrie, one nouvelle hausse s'est accentude dans Le snrp'us global realise duran!t 1'tine s'est mont4 & P. 10,
lU lg57]t(me, de nosactions tvil.gieeb et autree 157,007,28. De ce chef furent atfecties les appropriations sui-
dimalioe de nos litres per le Dipartement des Assu- vantes:
'^ DOwtn inlon,'d6montre que la plus value du course de La some de P. 2,000,000 a OtN souflraite de i'dvaluation offi-
ta"s Gea't aec& e duraut I ann6e do P. 6,894,266,26. De cie!le de nos titres, en provision de fluctuations iventuellea des
S II'BM* ide P. l,729,304,52 a 6tW r6alis6e comme profit valeurs marchandes tablissant ainsi a P. 5,000,000 le montant
rP I'mortissement ou la liquidation de debentures munici- mis A part a cette fin. Eu d'autrea terms, la valour do nost itrea,


telle que figure au bilan, ot P. 5,000,000 au dmomeo doe 'va
luation faits par les autoritls tdddrale.
Le foods destio6 aux contingencies impr6vuts, s'it eccru d4
P. 1,000,000 ce qui en dtablit le mootant soue cltte rubrilus A
P. I1,000,000.
Les ban6fices payde ou rdpartis A nos assards durat le cours de
I'anude so soot 6o evs a P. 9.235,526,80.
Aprbs avoir op#rE co di4uctions et allocations, use additpw do
P.5.371561,56,5 a 6t portoe au complex do bmdfies smom rp#rtis.
Le surplus on exc6s detoutse obligations, compts de eeakt am
ce et capital, as prdsente maintenant A P. 34,011*MS6,25.
Pendant six anodes de suite, les bin6fices aux amrds pitai
pants out 6td augmeants.Dorant cette meme prlodWeootrae 6.-
le de bdndfices tut portAe au double. .n mAme teimpe q6 4le .b
des assurance eon course so maltipliait dous fois at deomio dpI
1920, le monlant payhou r6parti on b6i6fices aux d6tataers do
police s'accroissait de cinq lois et demie. 11 nous oat agrdabl do
pouvoir annoncer, pour la beptihme fois consecutive unae oauvle
augmentation dans l'6chelle des b6ndfices devant Ires distribeis
& nos detelteurs de police durant Je course do celtta asand


A. BRANDT, Agent General


* .


ErI..


*1


I
'I


345,251,000


LES DIVIDENDIES
L'tenteurs de Police sont augmenlees pour la septieme annee consecutive


Iac*


I -- --- ------ II I~


-- ~ -- -- ~I~ ~ii=--~-~------~----~~.~rmr


_ ~__~_ __ __~ __~__~ __ _


~-i-----"--------------- ------ ----------- --


-- rr


---~;-~;;;;;;;-;IE;-;;Z-;;=~____;


~I Lr q '- ICl'~~ic~r~a I-r ~- c-


I ,rmrr-mra m m


3


~L~~.~~*~I~~-~L~*~rL~L~ ~l~_~_~_~~i --- --- -


7-m.


Sun Life Assira ce Collpally


1


! l w I


610 -i


kkf


L .


E tr it d R t d Admi it t








8 LE MATIN lerAvril 192/


Ces


Annons


vous inleressenl


lisez-leA
,* C^ A* a BHB*


- -


DONAL


Goutto


X.h u:r. -"-ini.c.,-sa
t.26ma
c,\;,.'2 ,..,.rose
Obms' -1
Calculs



(,1~. / .*.j1> P!;h i


I + ', 11 I,1


I *'~
'C
I \
Itt
~ ,.' i~


9
~ 4 ~?, '**~*r-1" \':
1,111 I '~ ''I
"H

k~


ALUMINUM LINE
New-Ori ane s Silh \lini rira SiIramnship Coimiainy Inr.
PIH ocn II\I s D,: ,TVri': S I) ii TSPi r ns I1'1l1 I \r w- I. I"N( l" liiir
Le sictamer T(dhulinu laissern Nevw-(rli':ms It 5) a iri1
prochain dircctement pour I'ort-au-lPiince et les ports
du Suid.
Ce 29 Mars 1927.
A. de MATTEIS, Agents gen6raux.


Colombian steamship

Company Inc.

Le steamer "Bridgetowu" parii de I le 26 1Ivrier courant est atlenda i Port-auirin-
ce, le 2 Avril prochain via les ports du Nord.
11 repartira le mAme jour directement pour
Jremie en route pour les ports de la Colom-
bie pregnant Ir6t et pas&agers.
Port-au-Prince, le 30 Ears 1927.
Colombian Steamship Company Inc.

Gebara &,Co, Agents


FINIES LES PANNES
I)E

(CAOUTCHOUC!!!

Uine )bone nouivelle pour tous les lprolrietaires de
Camion I !



met en vlente son lPNEU SOi.iE : 30 x 5 pour tout Camion
de cette dimension.
Je vous inlvite 'i passer 'I nmon M.iagasin pour ulne dN
monstration, il s'agil dc votre interest.
L. PREETZMANN-AGGElROI()I-M. Agent.


* I III ----__ _


aI so


Netloie
le Rein


ae tle frote
et les arficulationw.
d.ssout I'acide uar.: '*
active la nattrllic
tt oxZda les &, aLes

Pu-li t o.i i.i l i. r: t.l4f
i 'l l . '* '
r'e. ti in i, <' + ; i


.Hamb.r...m.rik.-Lle
armburp- merika LInt+


Le steamer c Troja ) est at
tendu ici vers le 5avril avec du
lrit de l'ELurope.


Les S/
so\ul Ia
sagers.


S C(:tl)ub e T'l.: i .) n
amenages pomu p s


OL )1r SON, LUCAS & C"
A.\ents G6( ntial.x


Grande iabrique de
Sellers et harnais


hE
MAtuIII: BorcicAT '
1931.i ( .anl lite 1)31
!'i I ice lc (Ca ts I'r.'s'iir
Series :ngl.n ;e.a i'nn'iC liine eCt
mlexi.-a:lne. Ia )bra:(Iru s, vali-
ses, J nubire-', nio rs ek. el..
p \:x exception l Is.


VENTE au -dessous do
la mtsa 3 prix.

On fait savoir : Iolus ceux
qn'il apparlmi'nra (|tn'en ve Inu
(1n juigemnlt rem lim |ir Ic
T'ribm nal di e I le i Cre Inisla i-
ce de Port a-l-Prince I' 16 I)
cembre 1926 lioimologuant
tune de1liberation du coniseil d-e
tamille dles mineurs Erniest,
G(rard, Antonio ct Ermilta
Ilrlus, tenue sons la pres -
dence du juge de paix de la
Section Nord de Port-au-Prin
ce, le vi gt-six Novembre de
la imnme mannle, et d mil t:ilre
j.ugemenil de muiumuie tribl)uri:l
en dale d(I 9 Mars 1927 per-
mielLt I la 'vente Iall (less)'is
d(e l'eslimalion dIe ia roupri't
ci-a)pr6s lesign6, il sera p)i)-
ce.le le vendlri'di 8 avrilt mil
netnfcent vingt sept, ia trois
licures de I'apres-u id, en 1'6-
tude et par le iiin Istlrere e .\l
Leon Charles, nolatire a la rd-
sidence de I'orl-a: -Pince,i lie
du People No 1318, iS la venlte
au plus otlrani et dlernier en-
chlrisseur, d'une propri1tel
fonds et bIalisse', sise A ort-
a n-Prince,rne Feroi,ci-devant
des Miracles, No 118, de la
con'ena nce de v ngt--six pieds
(Id facade sur soixante-deux
de e 'olondeur, borne,savoir;
aIl NoriJ par la dite rue F6-
rou, an Miolt, ii 'Est par Sanrel Millel
eti I 'Oucst par Minet Aubry,
suivanlt )roces-verbal dl'arpen
stage et (le division de J. ou-
zon.Men (date d q .i (atorze (Octo-
br'e mi'i uiti telt quatre vingi
qu l., ,, cen'cgislir tel (que ce/


Panama Railroad Steamship Lii

Service de frlt et de passagers ei
NEW-YORK CITY N. Y. CRISTOBAL, CANAL ZONE et les PORTS de laI
OUEST de I'AMERIQUE du SUD.
Le plus raplide et le plus direct service de transport de passages eonti
hI s por s Euroipe.,s via New-Yord et Cristolb:l, Canal Zoi e, Isthnme de Pa
Voici la isle ('e nos agents pour les princilpaux ports de l'Europe:
Angleterre I Ec )sse
Vrs, G. W. SHI LDOM & C) 17 James Street, LIVERPOOL, ENOU


EN FRANCE:
Mrs. Sill LDOM & C* sont represent'
par hIs miMisonis sui antes:
GELATLEY HANMEY & Co
21 Rue de la lRpu )liqiue
Marseille
I I:nu' lnPiN & (Cic Ltd
,53' Quai Georges V
l1avre
llEtxu IUluON & C:e. lhtd
Rue du Moulimi li vapt)ir
BoImlogne s/\ler
II.:RNL PI:ON C;e. ltd
9 Rue IC deMarjis
Paris
I EIMRuNL l'l:IO & (CiL'. Id(
RIc die Li Tr.inq illi:
D)a kerquie
ll:IIxu I'.;E No & C'' ld.
li'Ce Roy
lo lOdc: t! X


0.


P1 ivate Telepholne


Le i)'! 'l .n1' all'mu I i ii'
Ic Truailt 'e Versaill:,,
GENEVE- La conference pr5
paratoire sur le des'i ,ne.en! a
(diseuiic a question d lia lii t -
lion des : rinmnl-nIs. Inr I C(1 .\I
a conseni i l'aIlV op!io.i ):'.'is:
re d(u Ilexle fran 'ais 1i'w1 la I 'l-
"i nlie.Io l :p;n, lIs ltlils i1 ni-.
11 Yougi oshvie, lia '!o()lo ~. t.1 I'l-
talie ont sowill 'i 'I co' Irs tie In
discussion. Ie ) 'l' 1~ mrn-,!(lT,
d lol git dt' I'.llI n "; I a le, 1 a
,- (q11 il 61Inl i"i' 'Issil)c d' pa'-
Icr d'une conven'ionm sr I'' td''
sarmeinmenl si', nmrlcrid I' a '6
de Versilles -i rend o)lima!oi
re le d6saim .entc ginir.l.


immeuble sc pmurstlitl, Co n
porte et s'teind, s;in; :' e I IL.
exception ni reserve.
1 a dite vente se ler a w-
dessous de la miise ii prix de
dleux Inille cin cents (do Inrs
lix6e par l'expert, ontre les
chargesde encihre cet en pre
sence du sieur Desiix Brutli
subrog6 tuteur des minlcurs
proprietaire, d(len -irt et
domniciliC a Port-a'u-IPrince. A
la requI'te( d sieur Antonio
Brutus, propri6taire doe mcn-
l)es et ancien co nmer,;ainl,
demeurant et doiniciliia Port
:ia- ricece' :issaniil (l m s !'exer
cice de ses draiit de p iissance
paternelle, coni ne pore I' gi-
lime des dils incurs Eimn( st,
SCI, rd, A. to io e) t I r.ni a
!-nIuts, avanll |p "r avocal
constitl Me T.MLal'iiu.
!'our pilus ;ami ,l>s renl ei
gnemenls, s'adresser. .' LU-
on Charles oi a 1'avo :at s. ms-
signe.
Ajutez votr
carburateurt
Notre nouvelle gasoline don-
nant un meilleur r6sultat avec
une faiblie consommation,
nous reconmmandons a nos
clients et aux consommateurs
de la gasoline Texaco nouvel-
le et meilleure d'ajuster leur
carburateur afin d'avoir un
melange restreint. En se ser-
vant de notre product on ob-
lient le maximum ,'acc61kra-
tion. I) )e c,moins dl g soain..
unc plus g,':nde ti'air,une puLiss"i;ne p~)is gr;.n-
Ile, la distance prvcorrur plus


COPENHAGUE
Danemark
Mrs. E. A. BENDIX & Co.
21 Allengade, Copenhague
GENES'
Italie
Mrs lENiuI COE: & CLERSI
Piazza S. Malico, No. 1:i
(Genva. Italic
CimSTInxS A NoNw.\Y
International
Spediiionsselskad
I II.\M uIno GEL1M.ANy
Mr H. Vogema nn
11anl)urg, 1.'ermnany
GOTT'r:mI )U IC}, SwiEvI):N
Nord;sk Elx\iress
Gottc.n) bourge, Sweeden
lOTTEl;lA.\\, IlIOLLANDh
Mr. II. Vogein.inn
11 tierdan, Hlollande


P. Thompson
General Agent
Port-au Prince, Haiti
No. 525 General Office Te


telephone No,


La graue chapclle


Genaro Hurt


Grand'Rueet Ruejdes!Miracles Port-au-Priul
A le plaisir d'annoncer A ses amis, clients 'I.
blic engengeral que dans son 6tablissement o0l0
Un Chapeau pour chaque gotU et chaque p
ausi qu'une varie6t d'articles pour cadeaux 3n
ment requs; vous trouverez un assortment del
Liqueurs,sansoublier tLa punch crema, cettepI
bois, on Cspagnole.
La Maison HURTADO offrira un souvenir t
cheteur.


Grand H6tel de Fral
P. P. PATRIZI Propritairs
Cet Etablissement ronomm6 don't l'61l
plus A laire vient d'6tre oompletement
et remis A neuf. Les chambres ont tout
fort moderne, le service irr6proohablaj
taur nt soign6 ent de tout premier
tel n'ayant rien n6glig6 pour fairepliU
charruante cllentieo
Mr PATRIZI, qui part blentot, appOt4
ret our de France do nouvelles am6lol
donneront la plus entire satisfaot~j
D6jeuner & la carto, Table
Plat du Jour au oho@l
Petsionan moi, a semaine, p r
Garage mis gratultement la di
voyageurs.- Bains, Douches & touted"
T616phone I N
Dans lea Magasins souoh6s A 1'HOtel
vera touted sortes de provisions, V
Cigarettes, Vinsd'Espagne, dt Bourgogne,
choix de Conserves.
On y trouve a l'arrtv6e, pendaUt
au depart tout o6 e aI'on d6siro aQ
tel de Franee : P. .PATRIZI, Prop


Ce qMi la' jama 1 fail
Ce qui ae peut tre dpassf. ,

Kola champag


Pr6


F. Sejourne
pare dans des conditions figOt
D'ASEPSIE
Preparation et Vente
PHARMACIES F. SEJOURNE
Angle des Rues Roux et du Cent i.


,--. ~. ---.~-r ------- ---


--


-- i i'T ,ggmmmr-w :


-.-~ -c--ii---


.. I -u I I --


-L


---- ---- --


--- II I --


y- - r


1'.


1 1! .


F.o .


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs