Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04416
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 03-16-1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04416

Full Text






S


DIRECTEU4l IMPRIMEUR
Clmont MAaLiOI1l
BOTS-VERNA
1358, Rue Am6ricaine, 1358
TELEPHONE N0242
LE NUMERO 20 CENTIMES


)%me ANNIE No 6049


PORT-AU-PRINCE (HAITI)


MERCREDI 16 MARS 1927


Lee Questions sociales haltiennes


Les Syndicats ouvriers

PREMIER ARTICLE


Au point de vne social, a
notre existence nalionaleh n'a I
616 qu'un long enaourdisse- C
ment, qu'un triste hivernnae.
Durant lout notre lonsi si&-
ele d'histo re, ce n'est qu'A dea
tr6s rates m nents que se mn- I
nifestent chez nons une vell-i-
lI de nous r(veiller de notre
h'thargie n beosoin d'enlrepri- -
se. une volont d,'action so-.
ciale. fMais ces souhressaints I
ont touiours 6etc Ipareils :'i ces I
derni6res l1incelles que jell i
ia lampe qui n'a nlus d'hlile. g
Intermitllenles, elles luisent,
fugitives, dnns I',bscuril6 et s
puis, elles s'leignent. El fout s
s'endort, tout redevient silen- (
cieux dans la chambre noire. t
Ces jours-ci, res sonbre;-.
sauts, ces fressaillements so'- (
ciwpx se maniteslent par LI
vogue des Syndicats ouvriers. r
Nous avons le Svndicat des n
Cordonniers, celui des Typo- S
graphes, celui des Tailleurs. j
Nous avons eu celui des Jour- c
nalistes. Nous allons avoir. c
s'il faut en croire son ancien c
pr6sident,celni des "h(nifL'Iurs
et, plus lard, que sais-je en- (
core! Bienth)t nos Syndicats
seront 16gion, les examples, (
chez nous, plant contagieux,
et on ne pourra plus les comp- I
ler. s
Certes, dans toutes agglom6- n
rations humaines, les Syndi- i
cats,noyaux, ( cellules pour
employer un terme favor aux 1
Internationales, des Corpora
tions, o n t une importance
considerable et utine tres gran-
de utility, une tries grande ac- I
tion de d6tense et de protec-
tion sociales. Ils rendent d'in-
appreciables services aux mas-
ses ouvri6res. En France en
Angleterre, aux Etats-Unis,en,
Allemagne, partout enfin oi ilr
existe un proletariat organism
rigi par une 16gislation pro-
teclrice, ces institutions syn-
dicales d6tiennent et exercent c
on pouvoir d'action social
tris puissant, tIrs coordonn6,
sauvegardent tries pr6cieuse-
ment, les intlrets de I'ouvrier,
protigent m me, i cerlaines
heures, tries efficacement, son
existence.
Mais, en ces pays, les Syn-
dicals ne sont que les ((cen-
tres', pour ainsi dire, des vas-
tes corporations comme on
appelle les groupements ou-
vners, en pays d'origine la-
tine,des unions, come on les
appelle en terres anglo-sa
xonnes.
SLa, tous les ouvriers appar-
tiennent 6 ces Corporations
on A ces Unions don't ils d6.
pendent en tout et pour tout.
C'est le Syndicat de la forpo-
ration ou de l'Union qui fixe
le salaire, les heures, les pro
t6d6s de travail, autorise, pa-
tronne ou boycott les chan-
tiers. Is vont si loin, ces Syn-.
icala, ils disposent d'une tell
puissance qu'ils se mdlent
arfois, on I'a vu dans les
SGeux dernieres elections pr&-
. Tidentielles aux Etalnts-Unis .
de diriger les tendances et les
opinions politiques de leurs
nombreux adherents qui, es-
claves des formidables agglo-
nmrations don't ils sont les
noyaux, ne peuvent cnfoncer
tn clou, transporter le moin-
dre bagage en dehors de leurs
trlements d'airain que n'e-
bt he aucune exception.
'ependant, uine consid6ra-
ion en passant. Si ce systeme


1 puissamment contribu6 h la
)rosp.rite 6conomique de la
raninde R6publiqun Etoil6e, il
s6iarme I ouvrier dans la lutlte
contre la concurrence lIran-
gere, la concurrence japonaise
out parliculiirement. Et voici
comment. I 'ouvrier j a it n e
lassi adroit, aussi intelligent,
iussi rol)uste q ue I'ouvrier
vanikee, s':issimilant avec une
I'LAilitl provcrbiale tons les
progr'-s, tous les perfection ne
nents, resle, en terre Otran-
b're, compl6tement libre. II
vil 6etrnger i lonte id1e d'aw-
sociation ouvriere. II n'est
outcieux que de se procurer
le I'otvrage el, n'ayant i acor-
ribuer ai aucune caisse svndi-
vale, il accepted un salaire trois,
entiree, cinq lois moindre.
Mais chez nous, co mme en
nille autres choses d'ailleurs,
ouis avons. en fondant les
Syn licals ouvriers,commenc(6
uste par la fin. Nous avons,
'omme on dit, attel6 notre
charrue Li nos boeuls. II fau-
trait,en effet,avoir pour point
le depart la conslitlution ide
Corporations de me6tiers.
Maisje dois tout de sui'e
lire que, chez nous, une tell
entreprise me semble pr6sen-
tcr de si grandes difficulls, d2
si r6elles impossibilites que je
n'h6site pas i croire qu'elle est
irr6alisable.
Or, les Porporations, les
Unions n'existant point, les
Syndicats ne peuvent qu'6tre
tdpourvus de toute action so-
ciale, de tout moyen d(e pro-
tection et de defense.
Chez nous, I'ouvrier n'ap-
pr6cie point les multiples
advantages qu'il y a pour lui a
se constituer en groupements
pour letter contre la concur-
rence 6trangere ou tout autre
(l/ '-sire. II n'i ni le gout
ni l'esprit d'associatiou, ce qui
sont d'ailleurs des d la u ts
communs Ai nous tous hai-
tiens.
Au contraire I'ouvrier hai-
lien est toujours plut6t enclin,
en matiere de salaire, par
example. i concurrencer ses
camarades. Quelle peut donc
6tre I action des Syndicats sur
nos ouvriers qu dans letur
metier on leur profession, vi-
vent sculs, isoles les uns des
autres et qui regardent le plus
souvent le camarade qui se
sert du meme outil que lui
plul6t comme un concurrent
que comme un associ6 ayant
les mnmes droits a sauvegar-
der.
Les Syndicals ont-ils 1'au o-
rit6 qu'il faut pour etablir un
salaire uniform? Peuvent-ils
prot6ger I'ouvrier centre les
risques, les accidents du tra-
vail, les caprices du patron ?
L'argent est le levier puissant
des actions sociales. Existe-t-
il d es caisses corporatives,
force des Syndicats? Meme,
peuvent-elles existerc i nous
et y constituer des fifteurs
appreciables?
Voila des questions aux-
q iclles notre d(6plorable 6clat
s a nous autorise a r6epon-
drie nettement par la negative.
Le temperament haltien ne
nous parail point encore i' re
)prdt i se preter ai un Talmud
proletairien don't, du reste,les
comitbs formant syndicals,
comprcnant bien a quclles
difficulties its se heurteraient
en ce sins, n'osent meme pas
| parler.


ET VOUS DOUTIEZ?...
^^ UAND omment:a ii s'e r1aliser son r'eve de firan-
chiir les 6lapes (Ie a gloire triomplhale, voius
vous disiez SCCjiti(uiiCS, que, seul, Ie recul du
M temps alfirmurail son success,
M iis les PATIIOTES n'iaurient jamais atlendu si long
teimps p(ur dcevenir la ciguirt lle id6alc.
La vaiceir (un product de selection in pelt (l)Len-
d rt (I n 1ion1bc d(Ces a11 l:ces.
Eille est, en ellet, la meicillnire ig:lrette v'cnIltu'In a in il
leur nmrchi. Ses acheiten s en t rent un triple avantage-
Histourne de (Gdes. 2.50 sur el t. bos priimeis ; (Il'ne se-
conde valeur (Ide Gdes 2.50 sur cent pochettes usagees,
possibilities (Ie gagner 200 gourdes ave chauiin des bon)s
porlant lcs Nuiimios 12. I11, 16. 1;, 17, lNet 20) ireulferm 'el
dans les pochettes.
Messieurs Albert Noisette el (),Iilon S, Villcjoint quni
oat et'spectivement uai)pport, en nos )bureaux les uiinmiros
12 et 18 ont iec 'ls deux premiers bIxnlic'inirvs de nosS
prix de 1)EUX CENTS Gourdes. Notlre lisle des bons die
laveilr nest Ipas limil6e! lssavez la IP'ATIU)OTE et vousti
lui accorderez vos pr6lerences.

La M manufacture tien1icla|ecvc-:
"cC dredil)lEUXmil-
les pochettes echantillons :i la (disposition de tous Fu-
mncurs qui veulent en connailtre le goit etl Iqtn (ilit. Les
intlresses n'ont qu'a passer au dtept g(:;ii, 206 Rue
Juslil) Lhcrisson
GEBARA & Co Propriilaires.


Une d6p6che
da M. KING


San


Ju:n (2uerl'I Rico)
14 Mars 1927.


TiIOBY JOLIBOIS
Port-au-Pri r ce.


J'apprecie vos paroles g6n.-
reuses et votre invitation ai-
m ible. Je me suis arrange
pour visiter Haiti vers le 160
courant. Borno m'a d6fendu
d'entrer en Itali. Je ne putis
p-s croire qu'il s it aussi im
prudent pour m'emiptclcr de
voer le peuble hailien. J'arri-
verai ai St)-D mingo demain
soir. Veuillez m'informer la
situation. Peut-e6 re vous poui-
rez me trouver fA.
WILLIAM II. KINo.
*

Une d6p6che do notre
Ministry & Washington
Le Dparlementl d'Elal proelanmi' la
souierainiel du G(onernemnenit
hi'lieen
14 Mars 1927.

CAMIILLE L.:oN
Port-au Prince.

Publication d6epLchei avoir
produit gros emoi. Attitulde
Presse etldu public salisfiisan-
te. Au sujet de hypothese in-
tervention mnise par la Presse,
D6parlement d'Etat proclame
souverainete (Gouvernement
Hartien.
PRICE.


Mademoiselle

Leo Avon
Annonce l son aimable clien
t61e qu'elle a change d'adresse
et queson magasin est actuelle-
ment situe Rue de l'Eglise du
Sacr6-Coeur, au Bois de Ch6nc,
en face de I'Ecole des Scours
de St Joseph de Cluny.



Voulez-vous?
lbtre v(tu avec chlic. vou lez
vous 0tre l16gant?Voulez-vous
qu'en vous voyant, on vous
croic revenue de Paris?... h.a-
billez-vous chez:
Andre ISIDORE
Hue du Peuple


En pen

de ot11s...
--=-a ^-
Depuis quelques jours des
tri vaux de voirie ont 6t6 entre-
r:s a la ruelle qui, avec la rue
kues Pouphard, conduit t la
chapelle St-Antoine.
A partir du 3 avril pro-
chain, dimauche de la Passion
jusqu'au dimanche de P aques
les sermons de Carmine seront
replaces, in la Canth(6drale, par
des pridications des Mission-
naires le6demiptoristes.
Ce soir, de 5 A 7 hecures, M.
le (iGaniral William C. llarlice,
Sous-Chet de la Gendarmerie
d'Hlaii, offre en sa residence i
Peu de Chose, Avenue 6, une
rcceplion en I'honnetir du Stna-
trur des E lals-U'nis pour le Min-
iinesota et de Mine Shipstead (qui
.Mlt a lort-atu-Princc depnUis
diiiinclie. Beaticoup de person-
nagCes olficiels y ont d61t invites.
Iier, vers 11 lieures du
niatii, till gr-i' l rhydr.ivioln a
exdcut6 de noil)reusus (volu-
tions audessus de la Cap'tale.
C'est le dimnunche prochain
20 mars i 8 lires du martin, a la
(reche, qu'aura lieu le premier
lirage de la rifle I.a I ienfai-
sance )) organiscce au profit de
cette L tile (Euvre.
-- Lj -- - .- -

La Solidarity
Prie ses honorables membres
tie bien vouloir assister A la
nmsse qui scra c616brde le 19
mars courant, A 5 heures 1/2 du
main, A la Cathlldrale, A I'oc-
casion de la fIte du bienheureux
St-Joseph patron des ouvriers.
Le P'r6sidenl: Le Secretaire:
Boso J. Lelio JOSEPH


Aux Ouvrders
Nous recommandons A tous
lea ouvriers d'assister A la
messe spiciale qui sera dite
pour eux a la Cath6 !r .le le sa-
nicdi 19 mars, A 5 h.30, Ai i'oc-
c !io c la ctle d! St Joseph,
L-ur glorieux patro:i.
Une alio ;ili,ni srm pronon
c6e, et ellt scra suivie de la
benediclion dui '. S. Sacre-
nent.

LA crime a glacedont
on raffole est cell
qu'un sert au ate de Mr Em-
manuel FLORVIL.


Lcs 1mefaits|


~--
dle l'acide lr l...

boi uc -
--..ao*--dft


On toio, }in,.radeenl, chiez
nous, (quI l'acide borique est
complettimenl inoffensil, nous
croons htre utile auIx laamilles
en relalant la terrible erreur
(iune inlirmitre (quil cause la
mort de ein i belbs pour -leur
avoir dotInne boire une solu-
tion d'acle I)orique au lieu
d'eau pure :
L'erreur d'une infirmie'e, qui
a pris une boutleille de solution
'(icid d I)orinue pour dtie eau
dislillWe, a 6Itl doinnie conime la
cause par I's m11d ecins du Co-
lulibus Memorial Ilos ital de
Chicago de la mort d0 e cinq
b6hls don't le plus ag6 n'avail
une deux semaines.
Ues cinq eniants sont morts
dans des convulsions dans 1'es"
pace de quelques leures, tandis
qu 'on soignait leurs meres (dans
une salle voisine.
On avail d'alord cru qu'il s'a-
gissait d'(ie 6pid(6mie d'influen-
za, mais une enquele a rkv6ehl
que I'on avail administer par
erreur aux b6bes une solution
d'acide )orique.
On crovait que la solution,
uii est d'un si frequent emploi
dains les families Mtait inoflen-
sive, mais les medecins ont dd-
clari qu'elle pouvait causer la
mort tie b6b6s.
Les cinq infirmieres charges
de la salle sont intcressbes A
I'enquiMe par laquelle on cher-
che a decouvrir la coupable. La
solution servait A laver les yeux
des b b6s el il est difficile de la
distinuiier die reau. Le coroner
\Voilfa orfdomi (qu'on allendit
pour les litmrailles la fin de
'enqunte.
---.....-ll-w"-->"- -r ---

Mr COOLIDGE no sera
pas Candidat & la
Pr6sidence l'ann6e
prochaine.
NIW-YOR1K Le profes-
seur Nicolas Murr:iy Buliler,
pv'esidct:l de I'Uniiversilt de
Colomlnie el ami intime du
President C:oolidge, a d6clare
(uei ce dernier ne se represen-
terail ptis cmme candidlat ai
lia residence I'annne proc'hai-
ne.
Le professeur a ajoute que
le pivot de la champagne 6lec-
Iorale serait certainement la
question du maintien de la
prohibition.


Admninit(ration GMSnrale
des Postes

Avis de depart
Les dbpeches pour New-
York et I'Europe (via New-
York direct ) par le steamer
((Coinmnewij ne seront fermres
jeudi 17 du courant.
Port-au-Prince,le 15 mars 1927


Petit accident de la kue
Avant-hier, le carrion U. S.
M. C. portant N 608 descen-
dait la rue Dantes-Destouches
A la suite d'un buss le No 74
qui allait dans la memine direc
A iriv6 au carrelour de la rue
du Centre, le chauffeur du cu-
nmion, qui vouliit contourner
Ieciioignure, oublia de cornier
el heuria le buss. Un coup de
Irein brusque immobilisa net le
lourd vbhicule. On verifia let
dommages. Rien de grave, heu-
reusement I
El buss et camion reprirent leur
cllheClin.


Des perles I NOTiE (EIL en a
vu une de la plus belle eau dans
le No. d'avant-hier du Nou-
velliste. Au bas d'un cablogram
me funtlbre relatant un deces,
alprs avoir prsenhk ses sym-
pathiques condol6ances la fa-
mille, parliculit'rement au pere
de la miorle, notre conlrre an-
inonlie le plus s'rieusenienl du
mnonde : [ L'enlant et la mvre
se porlent bien.))
Eih bien, non! NoT'rn (E'.L se
Irompe, ce nest pas uine perle;
cela s'appelle en argot d'impri-
Inerie : un Imlislic.

Les tirages e ,la rafle ((Les
Caeurs-Unis )) sont toujours pre-
c6dtLs d'une causerie faite par un
I'r're et d'une petile klte avec
tombola et kermesse. Au der-
nier tirage, Normnl: (E-IiI. vovait
u ie nomnbreuse a distance qui
kcoutait le conlerencier. Mais,
dans un coin, il vovait aussi
un brave commis-greflier du
Tribunal de Premiere Instance
qui, bouche large ouverte, lu-
nettes sur le nez, dormant A
points fermes, commie un mort,
ronflant come une toupie alle-
mande.
Le brave home de justice
s'ennuyait come A I'audience
et altendait probablement la
fortune ... en dormant...
*
... a vu, ces jours dernier, un
de nos chauffeurs, jeune 66lgaunt
toujours frais elpimpanf, enter
en coup de vent au DL.parle-
mient de I'fnierieur (Service des
Passeports) et demander un
passeport en son nonm pour les
:tats-Unis. 11partait, paraltil.
pour New-Yoik. On lui indi-
qua les formaliles A remplir.En
(eux temps et trois measures, il
revint avec les photos et le pa-
pier limbrb exig6s par la loi.
Ainsi pourvu le jeune automo-
ilisle ga gna le Wharf, escalada
I',chelle du navire et NOTHE (EIL
vit apparaitre sur le point sa
chevelure lissee au stacomb.
Faux di|par I car bient 6
apris Normt: (Eli. vit un agent
de la Justice avec huissier et re-
cors rappeler au trop press
voyageur qu'on availt certaines
raisons pour ne point permeltre
qu'il quittat la terre natale. Mais
depuis NOTRE. (Ei. a surprise les
raisons de ce brusque depart.
Un petit drame, une petite d&-
ception tout simplement. IL...
avait un petit secret, oh, tout
mignon! que le jeune chauffeur
avait enfln dbcouvert par le pe-
tit trou d'une serrure et cela le
disesp6rait...
... a vu, dimnanuche, P..., qui,
tout heureux,s'embarquait dana
un camion, apportant A sa pro-
mise qui villegiature A Carre-
tour, entre autres petits cadeaux,
une bouteille de vin rouge. Du
meilleur de chez BoltA. Itdipo-
sa le precieux paquet sous la
banquette et s'occupa de tout
autre chose. Un fac6tieux, assis
sur la banquette suivante, glissa
sa main tout doucement vers e1
paquet, s'empara de la bouteille
et, A meme lo goulot, en but les
3/4 du contend.
Arrivee a Carrefour, baisers,
remise des presents, paquet d6-
fail, bouleifle de vin presque
vude. 'l'ete de la promise *t sur-
tout du galanti

... a vu, dimanche, troiacama*
grades hler un camion A pa sa*
gers qui passait. Le conducteur
s'arruta.
Nous allons A Carreour.
Montez
Nous n'avons pas d'argent
pour payer nos places.
Montez quand mauel.


--- ( ?'


..Le courage c'est d'agir el de se
donner aiu qramdes raunss sans sa-
ioir quell rrompeons rkerve i
noire effort I'niiers profend, so
s'il lui reserve uer r rompewe.
Jean JAURtS


1- 0=NMMNN


I


II I iI


(n~*


r-.,






LE MATIN -1( Mars 1927


MiN -O1 CONSEXL
En to:ilies hoses, sungqe qme
I tprit noms sert somciil a (lire
de4mraes sottimes.

Its montcnt, le moleur grande
et la machine tile. Au point de
Thor, des passagers de sce n-
daient. Mais. tandis que l'un de
ceux-ci cherchait dans so pochu
son porte-monnaie pour payver
sa place, Nori.: (Eu. vil un ldes
trois cainarades qu'on avait em
barqu&i gratis introduiru leg&-
rement ses doigis dans I'autre
poche du passager et les retire
avec uine poche de,.. Chester-
fidd. Sarpris, U fut pris au col-
let, contraint A mettre A pied A
terre, tandis que la voiture re-
prenait son chemin.

... a vu, dimanche soir, vers
les 7 heures, la Buick portant
le No. 585 enter en collision
avec le buss 336, au coin des
rues Dantls Destouches et Dr
Aubry. L'auto, qui allait un pcu
trop vile, fut oblige d'abandon
ner sa droite lorsqu'elle arrivera
sur Ie buss qui venait de la rue
l)r Aubry. 11 n'y cut heureuse-
ment, aucun accident grave
puisque NotIu. (lne. ne vit Ic-
cevoir un choc A la l t que la
pauvre haridelle qui, lentenient,
trainait la voiture d6penuil lee.
... verrait d'un bonu (il les conI
ducteurs d'autos sc conilormer
aux rcglenents sur la circula-
lion des vlhicules, et, cela, dans
le but d'eviter des accidents
pouvant entrainer les pires cir-
constances.


La tontaine a Coleau
Les habitants du quarltier deC
la fontaine Coleau, situe nau
haut de la rue du Peuple tout
pros du Calvaire se, plaignent
de la (dplorable habitude qu'ont
des d6es(uvt6s de se rdunir les
soirs aulour de la fontaine et de
trouble la tranquillil6 des gens
par les scenes les plus scanda
leuses. Ce sont, jusque tr6s
tard dans la nuit, des eclats de
voix et des disputes au course
desquelles les propos les plus
obscenes se font entendre. El
cela dcoeure les paisibles habi-
tants du quarter qui deman-
dent que la Police mette lin A
ce deplorable Mtat de choses.


A la Police
II devient nkcessaire d'attirer
Inattention (de la Police sur des
gains qui, a la rue du Peuple
el tA la rue des CUsars, samu-
sent a toules les heures du jour,
heures oui ils auraient di 6tre
sur les banes du college, i jeter
des pierres chez les voisins ai
l'aide de ces petils engines en
klastique appeals ( fistiblms ,.
Les espiLgleries de ces ga-
milns causent, fort souvent, des
dommages aux h a b ita n s du
quarter. 11v y a quelq ;es oursr,
c'est un miroir (ul lut brise
par une pierre lulince au fisti-
al par utn de ces gamins, di-
manche dernier, c'est un pas-
sant qui reult tie la intmme fa-
,'on un violent coup lF l' il.
Ne pourrait-on pas interdire
cces engines a ces gains el leur
fire prendre le chemin de 1'-
cole ?



Cine Variete"s
CE SOll
LE

Chemineau
d'apros le roman de Jean RIi-
chepin. ( 11 y aura une surprise .
0,50



Parisiana
DEMAIN SOIR
Imperial en 12 episodes jouO
par Forzanne Charles et Roche-
ort Leubas 4e episode.
Entr6e : 0 50; Balcon : 1.00.


MAUIICE EITIENE flls
Angle des Rues du (Magasn de
.'Eta et des Fronts-P orts
Forires de chapeaux, der
aibre mode.
Partumeries de toutes mar.
ques Houbigant, Piverl, etc.
Comptoir de mercerie.
Chapeau pour enfalts,,hom
wes et dames.
Articles les plus lines 1i la
&krt6e de toutes Its buurs.


Latfaire de l'enfant tu 5
par un surveillant
de la Hasco
L'enquMcte

Nous disions, avaInt-hier qu'-
uneenquote avail t6, ouverle
tant par le Commissai ijt du
Gouvernement pres la P. C. S.
que pamr I'.Administralion de la
liasco au sujet dte la niorl, iA
i'llopilal (iene-rafl, d'un g'rCon-
ntil de 5I ou (16 ans, Frangois
l)ucinuni. des s ilcs d'un colup
de iei-i-e t cl I-c (ledinanch 27


DEMANDEZ.L DANS M S.
PARFUMERES. PHARMACIiS. rC.


Oftre d'emploi
On demantle iC employer un
jeune home heondce, actit,
pouvant voyager et oblen'r des
conimanies dc marchalndises.


S'adresser
Journal.


au Bureau du


Un infanticide
Ces jours derniers, un horri-
ble infanticide a 6tW commis au
Bas de la Ravine, au Cap-Hai-
lien.
On y a dkcouvert, en effect, le
cadavre d'un nouveau-n,, un
garcon, qui avaitl u le cou pros
que tranchU et qui, ensuile, avait
0t6 jete sur la voice publique.
L.a Police a ouvert lne en-
quote. Les soupcons, de I'avis
general, (dit notre confrire Li.:s
ANN ALES CAroisEs, doivent tre
ports sur c c r t a i n e s jeunes
filles aux allures louches qui
veulent encore se fire passer
pour des demoiselles.
Elles seules, ajoute notre con-
'rei', solnt capable de conniiet-
tre un pareil crime afin de ca-
cher leur veritable lat let d'ex-
torquer, un jour, un marriage
par lecur prcleindte innocence.
Ein tout cas, 'auteur teicet in-
fa n I i c i d e est activement re-
cherc h6.

DEUILS
Nous avcus re'u le lai'e-part
de la mort, survenue avant-tiecr
dans la nutl, de Madame Vve
Simiiton Fournier, nee Mtala
More'cau.
Les lunOrailles ont d1 cele-
brtes hier apres-midi A 3 hres
en 1'dglisc Mtrlopolitaine. L'in-
humation cut lieu au Cimeticre
Exttrieur.
Aux nom b re uses families
eprouvbes par ce deuil nous en
voyons nos bien vives condo-
leances.
Ilier apris midi onl em lieu
A la Callhdrale de Port-au-
Prince !cs i't ii" ltl.s dte Melle
Etf ::i' ', rile 'l'rt>c tlat, m orte,
lundi s.in'.
Nos condol&ances aux parents
6prouves.

A vendre
1 Buick march Six. En boin
tual vec pneus die rechange.
S';lr''sscr :il m ler L.ictil. t )-
berts. Bureau de (Ila Police.
Phone 222 ,


mies arm6s du Chanminu- g out
essay d'enirer dans la conces-
sion ilternatlionale de Shanghai
aujourd'hui mais ils onl It' ar-
rAtIs par un ddtachemenit d'in-
fanlterie lgre du D)echalm.

Petites nouvelles
de Paris
PARIS- Les journaux insis-
tent sur la forte eotsio i lproduii
te sur lai Cluunbre jilr les chilf-
fres inmpressionnanits indiiquant
que le ch6mage a dimiinue large
menl, no ent tlet P aris.
Le Ministre dc Pan1ma a (di
pos6 une couronne sur la tombe
du Soldat incounu.
Les n6gocialioas colinei -
cinlis rlanco-,IlleimanlIes ont re
pris.
-- _o'- ...
Li' roi l'Esipain soi;liii'(
di' li i|'rip>e
MA\llDl- Un conminunitii6
olliciel announce qu(e la gri)ipe)
donta 616 atteint le roi stilt son
course normal. La fi'vre a 6liiui-
nu6 et l'dLat du n(Lalade esl salis-
faisant.Le roi a p)ss6une bonine
nuit.
-- i- i
Les inte rpellations A
la Chambre trangaise
on;ie.u i0he>,< dcn(leiuio'iie
;.1 (abiiinel Pohinra.
P.AIlS 1ha Chaunbre, ltermli-
nait lia discussion tides interpel-
lations sur la vie chore et le ch ')
mage d(ont les (Id1bls onlt occi-
p6 hui l s ilul- s, Si Ire'pI)luss pLr
41.) voix conlre 753 et plr ;'357
voix centre 151 les orldres dul
jour communlliste et so, ili',le.
Elle a accord s a conilnue in
gouverinement par 293 contre
130.
Le Matin ) dtaille le bilani
politique et financier de N1. Poiin
care. 11 cite les recentes paroles
du gouverneur de la lianqtue de
France devant les aclionnaires.
L'avenir peut ltre envisage avec
confiaince. L lendhneitnl de la
taxe sur le chifflTre t'aiiiTes e:i
Flvrier accus' iunte 1)l s-value
de 1) millions stur Ils (valua-
tions bhdtlglihirnes. li alalnce
colilinneri'c:ie cst e l onlelioratioil
conlslallle.

L'influenza en Russie
iGENEVE I'n lIbullltin (h lai
Society t des Nations itn tiit i t
l'|pideinic dt'intlncn/a . (i
tointenliant st r :1 iHi'' i
la lie se\ it tonl; i i : 1'i el ct
en Ectosse, liri h i illuei' uitre
-part eEuLp_ .


LES

Inon I at ions

en France


Danas l'aviation de
gue're des Etats-Unis
\ ASIIN'(TON-Le )lparte -
inlt die I l (iUnerrer a comimtand(
imur 1 l.4 s.0)).)0 dollars 'aropla
lies et do( niil riel d'aviation. Les
conlrals s'appliquent i 14) aippa-


coNStVm s ar MSOWUItfrHtS


Grave situation entire
Moscou et P6kin
SHIANGHAI Une situation
tr6s grave existed entire les gou-
vereinements de PNkin et de Mos
cou au sujet de la shisie dui navi
re sovictique Pamnialleiina il
y a une semnainel t de I'arresta-
tion de Mine Boroditie, femme
du conseiller d.i go'verneur can
tonais et de trols courriers rus-
S2s.'
L'accord frenco-am6ri-
cain sur la contre-
band de Palcool
\VASI INGI TON- Les ratifica
tions coacernant le trait con-
clu enlre la France et les Elats-
Unis stir la cotiilrebai de de 'al-
cool ont 6L6 'chiang'cs au D1)-
partement d'Eltatl.Ce raitIe analo
gue Ai accordd an-hlo-alnlricainl
avail etl sigtu eii 1921 mais onil
attendait la ratification du gou-
vernemeun fran'lals.

lue e;miig:lis :t un iiL million
tle ihillars ai hifaitl de I'eaii
NFW\V-YORK- Une cargaisoni
d'uin million de dollars est allee
ai lfond( de 1'eau qumld le cargo
E11 St'.)1, de la ,SouhI0ern Pcifii,'
;!ea!mslilip Comtpany est entiict
(i collision dans !e llroliillhird
avec < Saic City i de FAineriican
Diamond Line heureusemnient on
a pu sauver l'Lquiplge d( 41 [
lihomnes i exception d'uii chair
peiticlr 1 i naviie q:ii nli s.avalt
pas linige;%.

M. Obrgoan rafaso laes
decorations italien.Iaa
ME XICO -Parce qu'il ti'y a
;aucune alliitil d'iddes e:itre le
,inmouvenmient revoluiionnaire mine-
xicain et le regime fasciste ac-
tuel, 1'cx president Obr6gon a re
fus6 d(accepter les ddcoralions
de l'Ordre de Saint Maurice el
de Saint L:izare que lui avait
conf6res le gouvcrne:uent ita-
lien.
------>=-
Dels l ilis epMirentil A la bomb,'
Pll' I'SUit(i-Apres avoir fail
sauter avcc une )bonlme un ca-
llion'autloinobile blind ea r.ute
vers lIa t' ilIburg Tern1inal Co-li
Com )nii;;i Sciverdale M.ne cet
aIprwis-ltl tliuf handits ta'r tess
s .lnis en ai. o nob)ile
i c i'L, 'S 1 l i p e ,i i
;I lu rs 1 :' l n l ii i S ;)i.,i i
,1 >;inii- ie chatltnteilr dth cal iiin
,' ,,\ uinltrdcs out te grieve
Ulvai. Llb>e. i


la Mission, enregistrerent 1556(
coim nations, 460) premieres
cotniununions de grades per-
s lines et cel6brerent lit ma-
Singes.
Ces jmors-ci, le Pere Manise,
Sputrieur d(Is Rldeinptoristes,
p)rcIhc i Terre Neuve et ses
deux collaborateurs, les P&res
Gillis et Bogaerl, ont commnentc6
les prdilications A Grand-Goave.



Marriage
Snicmli, :i 7 heures (Iu soir, a
eu lieu en I Ellise di Sacr6-
Coeur tie Ttugenau, Ic marriage
de .\itlle Loci'rdie Gornail ave,.
.\lr hl 1),r .tilonr I;bross,', Chelf
de bureau du C'llbinet par-
liculier de Son Excellence le
Prcsitlent de 1a IR.ptiblique.-
l.es inarils orit et6 accompa-
gncs I l'autel par Mile Louis
Io-l'n.o On bras de Mr A. T.
Sainsaric (.
Le maringe civil avait eu lieu
le menme jour, 1i 5 heujes de
oi'pres midi |I.es tmioiuns daient,
pour le marni:- 31IM. Brive 1B.
Lnaroche, reprisertlant d(I Clel
(Ic Il'il I, 1 .rcel ,'.zeu, Con-
sci:ler i';-'tat, ErinetI Lcys, Chel'
du I;I l)icl particLulier du PrIe-
silent de!c la lupublique el Da-
inase Pierre-Louits, Directeur tde
'l' 'ur;ist'e eit; pour la ii-
ie: -- .MM. Lovaton, E. E. Mi-
nisir., ieflnip,'entitiaire de la R&6-
pilI'' I)Domiinicaine, Camiille
1.L ),, Secrilaire d'E(at des Re-
l-,ios lExtdrieures, Camille Bor-
n1) el Trouillot.
N >:is pr'sentons tous nos
meilklurs voeux aux nouveaux
epoux.
-+ --m----il ----i- ---, ..... --a

L Purgatif Id6al
c'st la

Pilule du D' Dehaut
147, Ru" du Faothur S$f8M.Dmta Pelwa
Faoile & prendre,
Ni n essiant atunt .ephfantU.
Sle no provoqe jlamals de d4igt
Suppriruant Ia difte, i
Ollt ac dibilite pasle .Cale
N'eilgeani pas do repo& I Is ha'
ene no cause UCie* perte de tipe.
Plu3 actie quo tou le stmtlalre,
eae at, pitr con)5&dht. ats di.
DOSE. PoTIS. a a8 m e,
L AXATIV1, l,,I .


rieuse ou sereine d
intime, d&s la pl
fance, jamais je I'lai
dre demauvaise
toujours, comnmeil
sceau, un sourire
Ce sourire, il i'a'
dans rInconsci
Renk, mort, offre
tackle d'un Juste
ve du paradise.
La col6re o'aja,
ces sur sa natluM
quand le hasard
route ceux de ses
le; accueillait d-uB
vingt cinq pas "
Cette disposition
fail surniloi"- Itar
amis L'hornt"Ie
Mis 1-s p. CO"Ces
I s gal des uiC0S.
de' ait pas O1re
deux dcijiercs at
pir&cd6 cettelat Ie
able dic da(Id'hicr, fr-


eils Curltiss.
PI.\11lS- La situation dinslh' t C
sud-ouest de la France rest grn-
v'e p)r suite des inondalions. L 3 r6glem nnt des
Bien ;iue la; plulpart des rivires dettes do gaerro
soientl revenuess Males, !aI (Go;- P1INCET('ON -.App\rouvnl h
ronnecItCilinetC epenuthinli nmon rlsolutiont de la l.'.iculi' (des
ter lenl c eniil el les river iins se SL ie es po)(lilques de Il'inve-'-
voiet obliges tie se rdfugier aux t o. (Columl)bia en dale (Id m(is tie
etnges superieurs de leurs mai D).cetibe dernier,l6 InembrCes
sons ou d'haandonner leurs de- dte la Facult de Pr'inKcelo on0
meures. Le Lot a haisse et les ditimu;le hier que la question
habitants de la region commn'n- (de. d(tics inte'rallides soil sou-
cent t reprendre coniance bien mise i une revi,,ion coinp lele
que la baisse des e~cux hisse voir
peti a peu l'etenidue ddsastre. ----.---- .
La vicille ville de Cahors pr-Les Pii dei lissionaires
semite un aspecl lamuentable d.ns I ,', ,
le quartierbas,l>aucoup de n1: Cos joulrs derniers, les (Pires
sons se sont nl'aissdes ou soot Manise et li)g ieri, Prcdicateirs
dlevcnues in'.iabitables. Au h- liedimpl)toristes, pu.)rsivantl lis
ineau de la iarnaldie stir le board preilications de li Mission apos-
du Lot'27 p.'rsoines qii s'etaient toliqu(ie enireprise d(epuis I'an-
rclugi'.cs It i'teltge sup6riteur d iu iie lerniLre (1Inis les verses
line 2 s;)ii n'oiil pu 0 tre d( li- pii)iss vres atijiord'nhui. Trois per li-oive.
sonnes sO' stul noydes hier en C(I,'ltu j')'r, martin et soir,
vo ntIu it po: terd( ia 1i(o11rritur'e l'Ip. *s N rt'e-Di)tne de I'As-
'i des lpersonnlus (I'fi so tI rou- iso.I I ion taIit ciomile ile lideles
valient bloqudes parl I'ii1n(dation ;cco) tlns di tolos lcs points die
anx environs tie Lisac, leuur c.- I1 i'aroisse Ipou()r ecoilter la
n,)t vhlivi:':i et tontes trois fi- i'h'n le parole des Mission-
rent empoitrles pair le coiuralnt. ni res.
A la lIbole, press de ki1r(ieaoux, ,-\ il ch il.'ure desi priicntions,
lai (iitronne eie ait les digues )') c.il.nilt s, 750)i) In iinne's A'l jell-
en plsieticLls enth'oits, a elimpor- t, s lilles eAt 325 h)):n1nes coin -
1I dte noutml)r'eIsel I iiiisons e II In ni!i ,i ,lltl.
ilis lI oile la population ell d l(lt- I)':1 re i l) rt, 320 a: ltllle's se
voyee po )ur (Imemnger -Is c(- I-ts Ic |i Siinte Tat)le el 6(
ves. D)e nonll)reulx oinneiuit x tie ( ticols (uii vivaient en union
vins decrusde valeur ont 61e re lile (1lt requ le Sacreiment.-l du
cueillis. Les bouteilles trop) loer- ma iriaf.
des pour blotter sont restecs sm.r Les leux Pr&lica1!eurs 6taient
pllice.IlS(Iu' ni iintienant. la Set encore I' Peti ti-Gotive. que le
ne et la Mlarne et leurs aflluents troisdinle, le Pere Gillis, qul ve-
nie content que lres lentement nail d dliriger la Mission a Car-
et les auloritls sont convaincues relour, comnmenait les sermons
ue cos rivieres scront ,tales La Sainta, chapelle rurnic de Via
'ici dimianche ou lundi avant let, section rurale de la Conm-
que des degils seiietix n'aient inunc de Petit-Goive.
6te causes par l'inondalion q(uil LA encore, les Missionnaires
jusqu'ici n'a atteint que les wrai recolt'reut la plus belle mois-
ries et les ter'res basses.Les habi son. Plavsans et Montaguards
tants de la banlieue dtie Pais qui accouraicnt de routes parts pour
ont soutfltr presquc touscles atns assister aux exercises de pilte
dc linondation semblent devoir et entendre leurs serjnons.
y lhaipper cellte annee. ILes Prdicateurs, la fin e


I- - 9 I--------L.


r g I- .- L-


__ _C __


lev',rier dernier ld'un surveillant .Le cyclono-
de pares deI a lasco. A Medagascar
li; IATIN avait relate, eu soC n : Les ts
temps, les circonstances dans Ie dJ"t
lesquelles 1'enfant avaic l tW trap- PARIS le cyclone qui a fait
p. reemiiient (l graves (dgigts
L'enqutCe men e auprLs des dlls Ullc paiie de Madagascar
mldecins dse H6pitai tinrale a 'a Caus hI imort (I'lui grniidI tnom
rd6ve qul le I garionnet avait bre d'indigciies imaiise I2 euro-
6te conduit a I'Hl6pilal G neral pIens sculement : un clergyman
deux ou trois ours apres I'acci- anglais et un enlant ont peiri.Les
dent, que Ie Dr Moise qui lui rapports parvenus au ministre
prodigua les premiers sons se des colonies d(claient que la
rendit compete des le premier ville d(e Tamatave est en ruines.
lo ni e iti qu'un intervention lhe g6n6ral I. Berlhicr l'.iisant
chirurgicale tiil ind(lispeunsable, fonclions de goutverneuf-.Cieu6ral
L'op6ration du tr'pan fut pro- hait savoir qu'i11 a etld )lii'>vu deu
tiquee. Maislepelitn malade suc- tLaon satislaissante au rnavilaille-
Oluibait le surlendemain AL une ment de la poptula!iion.
infection des In'uniliges et du cer- tn point iportanilt S d dansll
veau. les environs de la tville a 6t
I)e l'aviss des mn tiecins de d6truit et les coiinunicalltiois
I'llpital, s'il lait netlemnent 6ta P1' r voice lr11 ('e se trouvenit Ide
bli que le gar;onnet avait re'u ce lail illt'er11nies ce (qui a1j011
un coup de pierredusurveillant, ta i l'inondlttion et a empichli
il est partaitement admiissible Ie coirrier de partir. Le g6ndral
que cC soil c ce coup qui provo- lertlhier declare que l'ordrie r-
qua hi imorl. Mais les mndecins gue i 'la l i:vec et ,'il n'I a pias
Ine peuvetl d('anicune faton' pi- lug1 nl6cess'airi'e de procitlalit'r
ciser si la blessure qui lut cons- I'ltl die sige co'ine on I'av it
late i l'arrivc( de la victim Ai laiss6 ente'idre.. :L region du lac
I'Hopital avail 0 occasionn6c Alaotra t oi les d(eux erllO)tens
par un coup de pierre ou par ont 6d tus Ia 61 la plus )ln'ou-
tout litr'e cause, par example, v6e. Le cliemin de for a 016 cou
le hurt violent de la tlte de p16 62 inilles au nord de Maro-
1'enfanl, centre o'une des barres nlmga 11u1n 1 ullt avant ,tc balay'6
de ler qui forent treillis au- par l'inonu(ltio. Maromanga se
tour des wagons. trouve i 500 mirlles au sud de
D)e son ctlA, la Compagnic Famatlve sur la c6te. M. .1. le-
souticnt qu'A moins d'admettre, piqua, gouverneur dc la rnrgion,
ce quinlie peut tre comnplte- announce (iqe le cyclone n a cau-
ment prouv6, la circonstance s6 dans 1ile q1ue s desg dgals insi-
aggrlavainte dc la pr6meditation. gnitiants ;juisqu'a mialtenant on
il est inadmissible que le sur- complete 1 navies perdus aul
veillnlt ait eu de pierre A sa dis course du cyclone.
position stir les wagons. --
Eluin l'enqute n'a pu o tablir La situation
la culpabilile du surveillant de A Shanghai
parcs. SHIANGHAI Cinq cents lion


Rcne Ethear
-4--
On nous price de publier I4
course snivant prononced p
Mare .S'eide, au nom d(un gro
pe d('mis, siir la toinbe du !
relld It:E:: ETH::AuR T :
Mesdames,
Messieurs,
Le soleil, chaque jour,
&gards uIlx\ douleurs quij
uent el print, apparait A
zon, monte, p:isse au-d
nos t1tes, descend et dis
Tel I'a vu se lever, ne co
plera pas son coucher ir
verra plus et jamais luire,
que I'aura decrt6t Celuiij
nous ofhons nos enfauts n
sant,et vers lequel nous
nos parents et nos aius
de les aller coucher dans
derniere demure.
II fait donc que Celai-ui4
bien grand et puisu nIu l
reconnaissons,() Assistan
re e! consacrons-lui nos d
et pieusement recueihisi
vant de cc trou bbant cc ou
alion; descendre de nIuo#
cel'.i ui i a utl pour to10
(qui I'ont coliU ou rOe '
un f'tre dtaIs le scns bVy
que, de:n mlnons-lui de re
et de benir son 0 itme, I'A
no1re' C lle.
Quoi dtionc? (qLiel nori
je tte p:':i) icer '? cell tossn
est i\ l s pieds et qui r
sa proie esl-ellc reellientuen
se poa.r recevoir le's r'esl
et soarcs die llcn Eili'tit
dTre rI;ill Pourquoi d.
oi,.is lstoui)LIUrs ? Ce soil
Ite.s ie lcien, iotre Ruea O
que tnous so.i lies venius r
a Ia terre. \\s vonit d-s
poar loutjow1r.s M'is, a
vous; coalier ce d(cp- t p-i'
terre benie el pourtaluftl
te ; laissez-moi relroceW
i'ie dernirce fois la vied
Ivr que fut lienc Eihart.L
Ne en 1903, son i
ful contfie aux ltrs C
die I'Institution St Louis,
zague. La discipline
&(s T. C. Fr6res, Iaus(
leurs n(eurs, la noble
caraclcre, firent de R1
vrai disciple. Cette he
fluence devait etre a
le sujet des douleurs
sent sa lamille et quifno
sent tous. Vrai fils et
Ren6 6tait le soleil dui
mystique. Au rebours
gens de ce sielie pitoy
6tait profondinent at
semiblait, a dessein,r I
en lui i'amour filial et
afin de rendre sa
cruelle aux siens.
3on, humain, soumiK,
plaisant, courageux et
availt un bon mot pouW
semblait prendre tt
pas laisser la tristesse
Ie front de ses pare
quand les devoirs de
sullicitaient au dehors
cc peasant semblait s'a-
la liaison d'of nous
le scrtir et ou il nei
plus. routes ces verti
s:ient de lui l'angedti
si .i'nille, Ren6 leB1
'djns ses relations avre
blIbles.O vous, pasa
comnbien de fois n'av
senti le tardeau de ta
ger sur vosepaules
mot que Riend vous aS!
sage.Vous,ses condis
ses amis, vous ses s'
blables,approchez-V
qle celte fouled Apl.
perse, avaint que
de 'Etre disparaisM
jours sous la terreg
gner combien de fibl
tles seati pacific s
au physique par 14.
liene I Qui done ,
avoir connu la phy








LE MAT'IN- 16 Mars 1927


IL I i, Vic, I-' l d l'i I s I ri ls' ; t d in',ti'e at i 11.
i;il;.!('.,'s 'i'iij ;'l : C'1 n~'ilele disc tux p asSn ils
*sites. lclhind 1il' i 11 i l l- c1'mbiin grande esl la settle
lic ii sem:iu.:' ech i iit'"' r i 1 ; < 'lleur q c ellIe eicausa i ses
science, il dl 9 ,:1 it C (Ilis anmis. HI a mort reslera pou" I
rabonliici)bCes Sis iL)1 ts nous ilune severe cle'on, coir' i
ent courage al (I('V lt li (do letiur de ta perie se joi it
1 mal ti tenice, si pcrsis- le remo'dts de ne ( 'avoirl is Is
it; liis i 'i, so i'r it sons la a.ssez aimn alors qule I)ic nous
ifrance; l:i lai'e Ir ")irl')!s nous avail fail la faveur t iC
ignait ilott s. py!iysuP1 io- Ia 1iolitable compagnie. Sans
e,ccp-,ldaiitl 11 ii ss lVI-''rs doille. ie lainga e ( Ie lit nous
panotii enSil I .,r I:iisseir parlais clait l rop c esles l pour
trevoi" les :i':i vs de s )n cIetre compris |par des co'nirs'
urnic, come .il :vail ei I( i ( a cor;oili)iis et seul cClle
pour lissilOlil rinilldc ale : i ulalile a pi nous ouvrir Its
sourire elt otijouis sotrilrle. y'et,x.Mais,il est bien trop lard!
ielfe lphilosopIlie. iten", l'a ( quoi bon li)leutrer str les d(-
pris a voil1cr Ia soil,'ralice Ipouilles sacrees, II( dois Cirl(
rirc ? Dis-lea It'les dich's fr'&- ,ica ilaisiblemeiit assist i hi
s-amis niaililenlant il iic IL es place qute le reserve s'sremeint
ns la verile,afin qu itls pois- Celti (iiqui tc rapdleIi pour ve-
t t'imitler.Ta patience et eIs iir sourire dans soin beau pla-
iliciludes des liens out s0em- radis. N'aturions-iois )aiS,pj)lus
avoir eu raison de Ics rIsi)ecltieusemeint seivi ta nI,
lux, minais le deslin iinlli il moi e, en o'ffraiiit nlos sc12li-
bleetinexorable te guettail. miilnsls plus profonds i ceux
-s vertus I'avaicnt captive et tLCo I as aims de i'amour dui
avail jure de te prendire list Ionir I'huimanild, et en
is ses filets. II conduisail les exhorlailt ai pIuiser leur
s pas el coniile pour tilnir consolaliol dans I'i(de (quie La-
s liens de a'voii' a cr ali' de t aul, danlls le beau iel bleu,
s grills, il se serCIvil d'eux DI)ieu tl'a ait AnIge pour prier
nir Ia\ oir.La thIIologie C I oUS pour eux.
n11111ii.11It' (I t II S incline er
(Ie laisscr IpasseC la justice
SDiel. .; li, i ene, tui v'ivras
ans lecturel lani minoii ede E articles de cliez II.
S parenIs eindo!OrlS, d(I es C S[ LA il;i is ii o11, qu'unll
niiS eplores, i 'cal dc s.cri- scui d.aul: Leur boi ia lie.
,C'ari'hi tS iiiirl}T ioii,i;OLIS
crOyons piis ell ta ITnorl,
US savols que tu t'Ces enoilr-
id'un delicieux s'mmeiil el ------- --
aqucjour nous attendrons i
nr6veil.Iaura lieu, nousen C CO M M ER 1]
mmes itrs,nos doigls son |l
rla page de I'TE'angile onl
Ite promesse nous est f'aite,
Souvent nous reviendrons
ans ces lietx sacr6s puiser
?s sentiments de .Justice quc and U
I nous prechais. sans doute,
11 n, usus tant aimnsqueDicu EN FACE Dl
a faith prendre les dcvan's
'our nous preparecr les v'i.'s, IParimi les nai chlandises
plant plus tpur l l )lUS jusilte
|(fi'tus. Va, joyeux, pars en lh Black
>lX, Rene,pre pour no1 s quii W hisk y. ddlian
resonCes p;is encore sauives,
tue pour tes paIeicls i q(ui ha Chaln la ne
nIort vient d'cnlever lcur si- Ch m a
,nme espoiir, lelr vrai d('eell-
Ir, leur etoile hergere. I rie IO Floaics: Q
iur nous et que pat r lets in .
ercessions tu renldes nuotlrc C 1 Al
ilon future tune r&alit& sans OCOealt ('i
lucune dIccption... jaInais.
IntortuneIcttend rca miaIt- Dfa tiI.
,teplaindre (le tlre en dcie cDa iS B-lkij
I4s un paroxysme ddlirant Pr
9 lutte ecoeurante de la
ie. Ton ame trop subtlile, ton Le
r trop humain, n'dtaient el lituiCS :
as faonn6is a notre milieuu et
u as niieux aimed pIarlir en lo Ces peintlures qui, par hl
lourire coutumier que de tc toutie concurrence, nle soni
ouiller. Sachesque lt ne dCes- dire I ceulix (qui desilenl d(
ends pas seutil au tomlbeau, extr'inec, ldolnn:inl uLn fini
corpss trop laible poLur ,economlli(lle.
Ssacrifier continuera sans La' rclamne de ces pein
, Lu trainer sa destinc, tenor's ii ia disposition de(
Snotre cur y descend qu lnt usage d cs pe
i' toi. Et comme ualliantce
Iie toi, esprit et niotLs mor-
l,-nous laissons sutir ta tomrn-
-ee1le couronne, symbol de


YVeAte A I n a
Jeudi 17 Mars 1927
En vertIu d'ordre ,de Mr 1).
B. Jonhson, Co:lcctcur de la
DouL) ne dc P'o:t-j ii-, prince --
selon I'Arlicle 101 dc la loi it(!
Do uatlic e cv;i1i: leIs ))lorts (IcL
la )ollane i i I i c d6lt' e Ic
jei idli 17 M.r s 4I'7 A 10 hIicurt s
(Iu na!il1n i la I \Cnle ;'i i'' iClan
des In rlit'h:iliscs slivanlts :
N.A.-- I ita,st' 9 9 2o
l)ieces d(I t' s is olon.
( 1) Nos 191 in 2035 205
- 15 cai;.C\ 'Ic \iii lilOLISSeUX
et clhaiiij .li n .
K G K.,8!01 2-2 lbo;ltes
\erlns )l;iil ;tio (t' X 59216
1-1 hoilts k :( h L cioloi.
(i 1 M -1 caissetconte-
nant 8 8 lotuli ills de viiin t li-
ieltiAi'r 1 2 I: Uttille de gin.
2 houlcilkls de \Il.isky, 1 bolu-
leiil c dc I Ica.1 .
BLNil - 1(;4 1 les o uli's,
coutoir(e tI d(uir.
P) 11 No 1 1 caisse i lat
lypogra phitiqti. e-
NLo 1 1 c.iss. dI -41000 ci-
gai cies el 100 cigarii.s.
No 1 1 id. d(it 4.100 cig0i itles
et 100 cigar cs.
I'11e 1baili; e compile C111mo
Ic 1 c lile I balance cumipl)dtc
noli lilmoltle.
1E(G C- 2. 2-61) pieces i:dietn-


nlit'.


Montbrun Ie I 1.
Encanleur publ)lic


[AL

ENCIES

MISSIONN
E LA DOUANE
ell stock, ll(lus Votlls:
& While, White Label. Priv
li tutt e t Oli Co i t .rii'ice.


. 'GIN, D)bonnel
* rouge et blanc.


V\NS


ualilc et prix defiant loule
nciirr!''ence.
imcnit nut iltif par exellcnce.
in golilt cxquis.

nq Powder :
ix d.fialit toute c'):licrrence
es faimeuses pcinltures de F.
0. Pierce Co.(Qualitle e prix
d(ciani toute concurrence. )
eur excellence quality defient
t ofterles qu'ai I'dile ; c'cstl i
c la pCinlure dc supIrhiorliil
betau, diurablCe e ill travail
urcs nest plus ia hIirc. Notis
lous, la longiue lisle de ceux
nti tures.
T616phone: 791


'lnsuraTcESP G!


,Une des plus fortes companies

canadiennes d'assurance sur


g u Capital: Or 18.OO.ooo



| IJug .Le Bosse o e

Agjenls Genieraux
*tiT !'~ wS TS!t1tC~S!!'


lU


Avis
11 sl s d (:is iielilnionl de I
elnd) iln t''e (i'.icLde- jplu-
I ieiuS chllevilx sdil. Tol l
individu ;iiiil iun on pllusieurs
clievaux a 'cil r, s iin\iltc Li
les tli nt',t ;it (. !i: ,|)dc MN I.a
Ie OA bC.f i I- ;niiedi a 4
l it F, i ic. (iihd i, Iour
I1 r< ils, t s.
Agcs d(c e sii x S 111i iet d li\.1
ltoN/, in1 i. ", ,-' C iile tiir'.
Le ,) i /i" .Ilhi ic de t (Gien
daren'rie.


IA


3'


Pour" la fcmme qui apprecie
l' conomie et adore les
choses clgantes
FIN, scr.;, lc 'bcau lBas "lloleproof" vous donne
-dans Ics derniic'rA s mumcces parisiennes-le chic que
vous c!wr!hcz. I,.rsjiuc voui voulctz particulirement &tre
IijCon i, hill.cd; de pluw; l'cconomie realisce est surprenante.
I~I' 1A l,li pro of fournit .i garantic rare d'un long
,,,, ..; ,u rc1 ilor',cL.u !t ,c) i. ;l lcs points et des
tilxh ,,. 1 l ; l,.i; .I r:' nts s'ust lint
rtliil. :'1 it, I_ l i 1 "I tl 't" offlr
uric ;,liiitc ric ni:ar lu:lh ..,r il rcsiste
auix dl.hiruris frottelIc t.
D)cmandc .lc non1 : l1lis "lIIolc- -
proof". DI prix modcr cts bus as .
sont d oublcmniit avantageux.


l.n veteic .s .tous .s
bons .iagasins.


Pharmaee C ntave
Place Petit-Four
Announce i ses clients qu'elle
vient de recevoir par lar e stea-
mier <(:a aibe s ui nassortimennt
compinlc (i prloduils (de pre-
li cre I Tii'r(j e ( 'I de plre1 nlii'e
frficheiir.
S r11 orlvern';i ;' des prix mII
hlrd s ts nrlic' s de parflilnc-
ri, dde c, nliscl ic c! ; n1pollit
les nI let iclliin lll slls s. 'Les: I i-
I .cs c! Ics o(w n ll1:111lc's n l"di-
s c;il.s ronl I jc (l i ill SOil
tout ipairticulier.
Panama Pailroad
Steamship Line
lo I es ch.rgeurs sont
pris' de in'er q'Cuc e steamer
((Cri-lotoh),l eI ,. U ndu I Porl-
:1n-' rice, Haiti. \cnant de
Crislohal, canal zo: e, Ie mier-
credi 23 mars 1927.
2o Les permis d'embar-
quementii sron t dlivris pour
le frdt ai destination de New-
York et des ports eiropeens
sur demand faitle a cc bureau.
!o -- Ce sleamer lpartira Ie
mume jour pour New-York.
O. B. THOMI)SON
Agent Gendral
The Royal Nail Steamship
Packet Company






Le ste;mer 'Monti'roval" ve'-
iiant de Kingstonl, est alleiudu
;, Porl au-Prii- ce, eIt' 1 Mars ia
7 a. mil. II partir le 111111ie iour
i>olur la Havane,Naiss:ii el New
Yolrk, acceptaiiit des p)issaigers
o)illr cs |porls.
.1. )AALDI11J r.
DEMZANDEZ
LE
lhum 'SalimN
elpuItlcl I clieliimu coinie
vieux el )pur.
lia i el 'rec()S i. uiciinil.
*4l


"Cilnc I ,Slu'll Vilis il .sde
tc '.-; is I ':; c ilc'(.s de t ollic es
S ,i l 'lliliicr. ;.ll z m. l SI'O T'S
SCAI':" i'1 c' <; [)ltd l dil'ficiles se-
S-- '* *,)t S il'S li'S.


NOUS OFFlIONS

les boissons suivantis :
PORTER : Trnnent Sloul XXX
tillKu TII : Martini, lossi
1,lOl11ON T, Plnch, Slrdois.
V111ISK1: Jhlioiinie ;k.rilal k I red labl:s
UI\S Gril'is rel hi'0lo de .1, D. lor IC
IsMh It IIA.! It n l lnois.
ILUEHIS {isssorlihs.
Iln l' 14 1. 'a mir is., n :
i. I'IIEl'T'ZMAN\-AGGI1iiOLM.
iRue till oulai


i ,M. Galluccio

S 117, Rae 13 :lnc-Foi, 117

Met en vente A partir de ce ij'lr des coupons de cauS-
mnir pour cormpfet tr6- ii I Or 2.40 louir cha(qut'.


IW


FAILIIMm
DblLIT*k


S t pDE8C ii
8i mlw ; -HI i rIisa, .. *a. ia y i


SA.de Maftis & Co.Rcpresentants pour IIaZ
*. (


fa vie

11q nq Biiss6 & C

ow "" -- I i ,,-- I - - -


_ __ __


$." \. lMl)I LL < .U\N,
"" rx i i- -' --A(.I''


Bas Hfoleproof
I: .. l ..f ; u,.i,.i '. I ilvnul! ,i. W ls .. 1). 1 I.
I 1 annnev !'4i x% x '..ii, t.I l .,.,i it. hin de bunneterie.
S .............................. ............. ... . . ,


ALUMINUM LINE
N ')il;iias A Sni:lli Americi ,S Ineamship Compainv lu .
PRIOCI.iAINS I):DPATIII'S DIlIIIrS PIO(Uli 1)IP T A(-i'-IIIHNC: HAITI
Le st.'ainctr ," Ela avint la's.tse New-Orleans Ic 11 Mars
cotirailt sera a or'-a i prince Ic 17, el conilitiiera pour
Jaciilel.
Ce stcain ir pren lIra du frl1 a aPort-au-.Pri ci c )our Jac-
mel.
Le steamer n I.cii) liisscrai Ncw-Orl6ans le 22 inars (I:-
rectpeniicnt poilir o ti-:i-I-riince et les ports dii Nord.
Ce 15 Mairs 1)27
A. de MATT'I'S & Co, Age. l- Gti'-imrx


1


11







:1









t






ii

'P
1.





4 9.
''I

4,...
9. 4
4.

* ,jt


* 949


- -- -


;A unI ces IvollS i l'resseill


lise


.eU a.-'f --n - -~ e- - CI-- sen. -c -. --~----rr-.--- -rcr- -9- .- ..- -- 2- I-.-- -- -- .. ----'-. -


"a -,
"


'Zi~


lYac
if -a


donnie u-n iL.: de 13


V. r: la eII;. es

1or 1. f i(;...

.. Cr. r i: T I .
K rOl 'i ViIubt r, i!.
d's. clrt ..r tn rai<, *i tu. q 'olk
tl te'ld tr a 1' 0\( t i; iil ri 1.(>
dhi.r .I *t ll el '!.YS ei t
i t ty, r !4; l .1 r' 'f 'i cr tir
de I'..e! -. .l n 'ui l' It
hale. let 'Ach'. r i, w.e' l at it
irfri. i ri,' JuC S ;a :A '..'i


ARaYS
PA-:.a


T. J.t.. 1tf1.i.. ,: I.9 .~. 'e .


FINIEIS LES IPANNES
1)1E

CAOUTCHOUC!!!

Une l)oin lle noivelle' x.ur Ito s Is i ))ir)'itlair i s de
anionon !





mel en venle son I'NELU SLI.I)D 30 x 5 pour toutl Camion
.,d le cell tlinc sion.
Jc vous invite 'i piIsser i mon MMag:i.sin poir ine die-
i(iin .str:ition, il s'gI (Ide votre intc.; l.
IL. PlIETZMIANN-A\ ElU I..M. Agent.


-I S
"I *'
.e .,..4 .
99 J .'~-. *. I A
.~, :'-
~!.;*
*~ .':.~ ~*.t* - 4


'o 'i- (t'v 'it r u\ ii 1fam i
" .'l %'f): l ; ,i'l" .ll; '111; .C L




LA intus-te purifiante du
Savon Li! buoy cihiase tIt
microbes nutsibhl s,. Bien
que son odd.ur dislaraisse,
I'action prkservatri.-e n'a
prtraiste b&.* unonll.


LIFEBUOT
le Savon
pour la Sante
Lever Bros. Co., Boston, Mass., U.S.A.


Fred. Gaetjens

No, 117 iu llRoux on lBonne-Foi. No
Tel, lh,,ne: 6 7


a ...


117


ON 'TUR()L'UVEA :
Alcohol fin pour liqueur.- Sticre Ic!;sco I'di t" rlot)tu.,e,
g1es C. dtlail, -li/ i pr" .u -e cl Ip.r livre, Siro), ()rg( at
'recnadtine, iI'," h', eh.- (ui';a' 'eth s, (liuh slr' li d, (:',cil
( li;iilrclcr< a. lP il .', n Mai i lISllcS |iij i!b s ,i t iFu-
i .. (:O IIser rf fr ( n |'o li. \ V li ,: -L ., "- I '. ,' ,.
(C h n. iil 'i.g t' \.\l -'e' l 'cs ''i' ;', ; I', .Ii '
v lis r ;t\ t i; vo ' ii'ii :,' :'. ", n a I', dl. 1. :', ; d (.
,pla ic h . .V.
lKut.u illcs cl !>. i^ |,.;ah su ; ,.co. ( l..rin vi.rr
ir b)arri( it Ies t g lio!)s. E il'i h II III I i e lc II 1 M
N-I CTAIL .lt la ion ioilos fain is A NI S I'TTE de
MadaVneF r. e I-1' i i'S.
Vltl1 ez faitire ti,.l \1 e. l 'ivouls soi i,\> si;;sl. lts.


I lfiibur-&inerk m Linle


Le stemi.,r a Grunewald I
eSt aittfndu ici vers lc 2 ( er!
pre:anl d(IC |IIssage's eCt (III
r1t pouitt l'lurope.
Le steamnr ( u(1bn) c-.s :!!tci;


tcndu ici vers le21couranvil avc
du Irt de I'Eur)pe.C
Le Meomner (( Tro i: )est

Les S/S COil)bi l "trro.i-a i(,
sont pa n1111 'i ig" ioullr i)p:
S:ager.s.
(.O'UirpsoN, IA'.\S & C"
A'ients Geiiciui x


Service Cuba Haiti
Le steamer ( Habana ) ve-
nant de Cuba est attend A
Port-au-Prince, le 19 Mars cou
i1itl, ('1n uotle p' lur I'uelto-
Plata et Por to-Rico.
11 scra (!e retour i1 Port-au-
Pri'ict, le 26 Cotluraint, p)renant
Ifrtct p)assagers pour Saintiago
de Cub: et la I tavane.
i ( rt-au-Prince,le 5 Mars 1927
J. DAALD)EII .)',
Agentt


Lecitine Granule Brewq
Le ilus actii des Recoustituanis
Fortifie le cervenau, la ii elle *piuniire, les os
1'rin. RCend puissants el vigoiircux les enfants
les fenimes laibles, les personnes uses par des
1.n eie chn e -- S;un,)n Vieux. Alfred Vieux,
iIlvk rF, Ld. l.stce & o, A. Bolle, Alphonse Desir,
BIo (,., M"" .. I .11. I orel, I'ectit-(;o)ve : S. Martilt.
I s irock thez:' 11. Irouii(l, Grand'lue No 1709. "
GE1O JEANSIEME &C',



Ne buvez pas ou buvy

Le Rhum Nectar
No 1940, Rue dv-lagaaist a111t.
Le seulRhum qui, ir6 d'4leools00 natllu
dTreotement parDistillation simple da Strop dil
d'an Unique et toujoursmime plantatio, at1
veillit par I'action du temps dans lef d6p6ts avee
rigoureuse de tous dargereux secrets d. lib
et sans adjonclion d'aucun ingredient d'usine,
jugement dp la plui.art de nDO Notabilits M6diedsa
vat I l'appricialton de bonds amateurs, la suavit6 in
du bouquet et Is pius remarquables qUalit6l bl '
MAme pris avec exchs, Rhum Nectar n'enivre poo
"uit. pas l'Alcoolisme Alalongue, come l's autrm
Pimiluires et con me les auires spiritueus.



Grand Hotel de Fra
1'. P. P.\iillIJ, IProprilaire
f et I al) ies i., n: .i nomn.u dont 1,61
I lts :Is la ie vle td dtrecompltementlI
et 'cm. it neuf. Lea obanmbse. ont tout
ot in lirr e lae e vice irr6proohable,
tauui.nt soigln1 eat do tout premier ordF<
tel n'ayant rien n61lil 6 rour fair pia
rchi ante c'tentei e
Mr PATRIZI, 'jui part LientOt. apflor
i P our do France do nouvelles amtitors
connerontlaplu ellt.i egs tis totiO*e
D6jeuner & la carte, Table d
Plat du Jour au choilx.
I iins iill iil lifs, i) ia senlia i r, ll r i 01r
Garage mis pa l,(pit.<-nn 4 i l oI- 1 1- i
Voyageu s --- I a.- ) ., c a tot , i
S' lphonesI o 44o
Dansles MagaT.iro souch4w A 1' 4 Cl
vera toittEs sor"' a de pr ovipion 1% inlas,
(.i!,,!rdcles, :;,;/::i- ,7/n (!c B ollur oUi dl1'
cl',iL:. d(e Conserves.
Oni y trouve a "'ni i'v6e, penJant 10 ,"
au d6part tout c. qae 'on 6 ireaU tibl
tel d -Farc3 P. P. PATRIZI, Propri airt


A.


Widntaier


A l honneuir d''inl I) n-I r .s l) ielnveillaI t I< C nltCle '(iu'il
a ins taller I ':1 ic dig e d so s l" clt bliss iiicnl, 1 1ill s l.. ii cxcilus
sivemenil serve' aux I' imilles ol I'on Itru \ve'i d(Is
COiSonnlilationlsd premiier ioix t el o( des iici.. se-
ront servis suti deniande.
SN'l-'<. p i )i N' 7N" .i


- 2-- _-a i i--.. .tS


Ce qui ua's jautmais t1 (fail
Ce qui ne peut Ir'e dipss'.

Kola champagne',

F. S6iourne
Priep..rd dans des conditions ri o .1re i.';
D' SEPSIS:
li'paration ct V\cilv
PIIA. MACItI. F. S 'l'l \l i
Angle des Rues Roa.r cl d



La grande chapllrie



Genaro Hurtado
Grand'Rue et Rue des Miracles Port-au-Prince, Haiti
A le plaisir d'annoncer A ses amis, clients et le pu-
blic on geii&ral que dans son 6tablissenient on trouvera.
Un <'dhlpieLu pour cheque gout el chaque person;
ausi qu'une variety d'articles pour cadeaux nouivelle-
ment requs ; vous trouvcrez tiun assorbinmcnt de Sirop et
Liquetirs,sallsou blier boision espHggnole.
La Maison HIIU'TAI) otfrira un souvenir a chaque
cheteur.


Ces


LE MATIN--- 16 M;ars !92


Cr me


TEND


ct'9-


I-,~


N-. se"p,-j-s..e.c- .to t'fide-"-"-
t *- It ".; 'I "n .,- p
j to ['f.,*'tin,! ? f irt.Jetyi. dcQfre, pe. ftmo, tt,
1 i(vei~ tr *,i1 \. *., d. II, / vj.s < o. 'lm.,*llll. ffocr e fl to lidll


BAR TlERMINUS


* 9*.
*9,99~

'S. '~,
.9%
'A

'I.
~99
9,.,
.9
I.
t
.9.'
9'

I
A
It





~ 9.


I
I


)ms~-EasrpQI~,~~_~ ,_ ~i


--


-.WO


I - II -


111~1 1 r-i-i~LI--~


_ __ ~a -- I, ,


I-


z


I


PillROillIn T llEE:




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs