Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04394
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 02-16-1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04394

Full Text






DIRECTEUR IMPRIME(UR
Cldmont MA1LOIRI
BorI-VERNa
1358, Rue Ambricaine, 1358
TELEPHONE N0242
LE NUMERO 20 CENTIMES


)O6me ANNIgE N" 6026


POR f-AU-PRINCE ( HAITI )


MERCREDI 16 F~VRIER 1927


Considerlations sur le Cre'dit

Haitien ct la Constitution

d'un Tribunal Foncier
---- =-- ~-L =-L------

Le Gouvernemenl travaille, line pent que languir et v6ge--
semble-t-ill ii la creation d'un Icr. Le Credit ne peut que se
tribunal lerrien, devanl soln- reLsscrer, s'uanielier et s'allahs-
lionner les ditlirends au sujet ser en se pulverisant; aiors
des hiens du )Domaine Nalio- que dt'inm iienses riclhesses la-
nal, entire les particuliers et tentes et stables dornent leur
l'1,I. somineil seculaire, attendant
PoIrquoi, posant un jalon d'etre mises en valeur el utili-
de progress de Iplus a c6l des sees pour devenuir productive
nolmbreux auilres deja poses de nouvelles richesses circti-
n'elahore-l-il pas une bonne lanles. Notre ( capital argent
'ois, la Igislation (lii criera est insignificant et nul; notre
le Tribunal foncier et ses an- Capilal-ou,il et m machines est
iexes et qui, ein lmnine Icmps, inexislant. Notre Capital in-
effecluera la mise a jour de lellectuel et professionnel de
inore droit de proplriI6 fon- manderait i 6tre viveiment
ciere, en vue de la mobilisa- fottoutt ur m'nitre en action
lion du sol ? Un tribunal ca- nos taculles endormies et in-
dastral, comnme on st mble le employees. Que nous reste-t-il
.tler, ferai croire A i ne par- dessus tout? La Terre,
i ii lion de p u r egoisme Iotre seul i capital. C'est avec
d'Etal, alors que Ic tribunal elle et par elle quc nous pou-
Foncier, par ses attributions vons altirer du dehors Ic Ca-
generales et I'esprit qui prisi- pital argent, outil en machine,
derail a sa citation, prdpare- qui nous aidera A constituer
railt romme par une conse- notre capital National, sans
queice loute naturclle, la voie lequel, notre essor econolii-
'betouvre d'6tablissement de que serait paralys6.
Iuotre cadastre general, qui, Mais auparavant, ilt tai i
l0lieantre dans les alribulions rendre nos Titres de proprie-
^MMl el d'un tribunal ion- 16 moins aldtoires, de falcon
W t'ltel qu11 sienlend dans a oilrir toutes les gaanllics de
-ea pays ou ii fonclionne. sccuritb, pernmellant de fonder
, -A rested, vu la situation solidement le gage foncier au-
6cOnotnique special de ce quel ils doivent servir pour
pays, une tell legislation de- entrer en circulation.
vra, pour n'6tre pas caduque La lettre, de gage dit Jos-
embrasser la r6forme hypo- seau, est le signe representa-
thcaire complete el de, plus lif de la propriety tonciere,
r1aliser I'adaptation ai nos ins- come le billet de Banque est
titutions, de 'Act Torrens, en celui de la monnaie et la leltre
conjugaison ouen 6troite con ie change celui de la mar-
nexion avec une Ijanque de chandise. four que nos T.-
Credit Foncier. tres de propril6, se muant en
Au point de vue de nos ne obligations foncieres, devien-
cessites pdlitiques comme au nent un paper de commerce
point de vue de nos nkcessites circulable et bancable, il taut
6conorpiques, la mise A jour qu'ils soient rcvetus de toutes
de note Stalut de la proprie les protections d'irrivocabili-
te foptcire, s'impose. Mais, te et de secuiit, pour fonder
poul"qu'elle soil effective, elle leur valeur et gagner la con-
doit ctsporlter en elle-inmec liance. Or, tel qu'ils se presen-
la justiflllion des sanctions, lent en ce moment, siuns pres-
si faibles soient-elles, qu'en que point de d6plart certain,
cas d'inobservancede ses pres- avec les ali iguit's tes ds noms
criptions, ~diclerail la loi qui de l'opritlaires et de terrains
la r'glemenene. Cette justifica- et les constants aluas toujours
tion sera, ar sa conjugaison possibles, ils ne peuvent ser-
ou sa con exion avec un eta- vir de gage assez solide, pour
blisseme 'de Cr&dit Foncier, devenir circulables ce produi-
dans la ssibilite de rendre re la mobilisation du sol, par
circular lesetmobilisablesnos r'entremiise d' un Etablisse-
titres e propriele fonciere, meant Foncier. Tout d'ahord,
aussit6t @q'on leur aura donned nous devons op6rer leur mise
un carlaciLre d'irrevocabilite iajourl et ler fixer un point de
et un point de depart certain, depart delinitif et irrevocable.
grace aux effects de i'inmmatri- 'est cette (euvre que-nous
culalion qui en serail oplre'e, csperons voir rcaliser bient6t
confom6niment aux principles par le.GCouvcrncment de Mon-
de l'Act Torrens, ainsi appli- sieur borno.
quA. Car, pour lancer hlaiti vers
En envisageant la question une ere de prosp(rite qui ne
sous cet angle de vue qui est sdit pas factice et ephlemere,
le seul vrai, le Gouvernement et qui ne soit pas dans les
resoudrait le plus essentiel motsseulement, pour que no-
du problen:e haitlen. Ciltti tre pays soit oriented dlfiniti-
qui resume eu lui nbtrevith- Veinent vers le progirs, deux
lith econonmiqtie moie. choses sont indispensables; lo
A-t-'dn jatt)ais pense que 11 taut que notre production
tout notre minl 'de stagniation puisse augmenter, en se diver-
6conomiquea pourcause pri- sifiant, et 2o que parallele-
mordiae le Ie dsquillibre vio- nent aussi, se relive et se re-
lent qni exf$sle dans notrb cir- dressed notre standard of life
culation des richesses? Cette par uwe augmentation ration-
circulation e t bolteuse, anor- I nelle besoins, une intensi-
male et halelante, A cause de Iicatian et une diversification
la grande disproportion qu'll dt's desiderata du people, en
y a entire noire fortune immo- vue d'atteindre i une vie plus
biliere, repl)rselit:'nt au moins 'a ge, plus belle eti ourvue de


95 o1o et notre fortube mobi- plfts 4 bien-ete. Ce'te v;e
libre a pitpe 5 olo ue note nouvl4fe progressivement
fortune g6enrale. Dans un fuct.era le beson de prndui-
pays comme le n6tre, of la re. Notre but de vie doit c re:
circulation et I'cxistence des produire davan!age pour aug-
valeurs mobili6res accusent center notre co;ifort et notre
un coefficient tellcment ba, hien-4tre et rendre notre vie
<2 IjIUs. ne competentt poupr plus harmonielise. Or, conm-
iniS d'r: f: 'la pr.unction ment y parvenir si nous ne


s ul distril



rei6lablissons I'6qlilibre (liins
nolre circuilalion (des ritlichscs
(l1i idcl)e is Illi siicl', I', pr Is, i'a
tr.ilc qu(e (les COurb)cs crrali-
ques, et Inolus oll'iciil co ime
rcsulll;l, I, lc Irisle spetcliacl
d(I lln )rl'fiid avilissciient l ti
notre Capital Foncier et Ide
notre 'redit geniiral anemin
et pulv6rise.
Eln sonmme, le problcine ll aT-
lieu, a travers Ies crises diver-
scs (qui oit bouleversc notre eco,
noinie, n'a i'ti ct i'est encore
q i' u I problele d'assainisse-
ment, d'6puration et tde tonifica
tion de notre Credit interne et
externe. La pr&carit6 de ces Crde
diis cause notre nlarasme ac-
tuel.
Cause principal Lt laqucl c sc
soul jointcs d autres que nolus
n':tudlions p)as ici, c'cst elle en-
core, ((iri rend noire caLpcilt
contributive si affaiblic ct lui
donnc une ceollicient si rdtluil,eii
comparison avec celle de nos
voisins, plus jeunes que nous,
quoique plus riches, toutes pro-
portions garddes.
En passant, nous pourrions
dire que l'absence d'institiilion
de Credit tacilitant I'epargne, l.
peu de dcveloppement chez nous
de initiative privce halitienne,
dis en parties A notre laible idu
cation professionnclle et au Ipeu
de security politiquc int'rietu-
re autrefois, cause ct consequen
ce A la fois de diminution du
Cr6dil inlernie, oat conlril)bie
beaucoup en provoquant et eii-
courageant I'exode de nos (api-
taux.En effect, la place laissee li-
bre par les llHa'liens a toUjours
66e vile pr s* plar des entrepirises
etrangcres cl jIloiiseiiigiig:i (K1:'
par elles. Ces dernic'res, pircsq(i'
toujours des su'ccris:ilcs de m ni
sons-mlres, (lal)lics an deliois,
n'ontjaminis faith que trainer vers
elles, I'exltrieur, sous foriiie
de loyers d'argent, de profits ct
dividends annuels, tout Ic ren
decent de nos forces 6conoimi-
ques en travail, i leiir seul ser-
vice. Ce rendenient, s'il dtait no-
tre bieti, pourrait s'accumuler
au fur elt mrestire et en s'ein-
ployant en des (eavres i)ro'il'--
trices de nouvelles richi'sses, for
merait, A la longue, un Capital
National. Mais hl1as, il prentlli
le chemiin du dehors po'lr ne
plus revenir. len s fH iticins
privilegids, qui out eu la clharce
de reussir,offraient lI'~xeniple lde
leur mefiance, en expatriant nii
des placements ext&rieurs, leirs
capitaux.Cela s'est elfectuc systk
maliquement. Passivement ino:is
avons assists a cette lente d's i
gregation de nos forces vitales,
sans jami-s penser a nous syndi
quer ou A nous solidariser,pouli
opposer aux entreprises Ctra ngi'
res concurrentes, des entrepc'i-
ses indigenes, qui viendr;etn!i
peu A peu Iur dispute I1 plirac',
et LIcher d'arrnit-r la fuite de
nos cap 'tux ct d'ciiiayer cctle
exode.Tant que inols avions I'Ad
minist atioin tie LI:; finiin ,
chacuIn pouvait espi'.cr reco(in-
tituer une forltilae i la favcu:"
d'une function publiqlue ILicI'ai
ve.
Maintenant plus(qu'avant,ii )is
sommes en position d'inf'rit:i t&
pour nous d dfendre conlre tuni
compCtiteur plus puissant. Nous
ne pouvons que nous retoturneri
vers l'Etat, et lui demanded la
reconstitution de notre outillage


buteurs en Haiti. -


I iinatioll, car les ideks imal conm-
prises d(II palerl'il iilis t. (ii rl gitI
Ics iitslilutlions hilti 'cs, tInc Io 's
i:i'ltres s nt ilie copic, inots out
i1nl liwl)ilutes aucune enlilrepri-
scl ('iiilt!'i collcclil' `i base l'iiii
li:li\ve priv'ic, Idels qui les coin-
)prnIenil tles Ipclples ngiilo-s'i-
xons. Nouts atlleiodos plresqlue
out tde I'Eltat. A c)ote de lna iise
i joir ( de notre droit de proprii'
loncieire, ifl y a aussi (I elu(lue
chose i' I'iic ) p'ii" lois par
lilc illl t (ICde P l i \'ia iic' iIit dans
la p)rovinilce (hi iloMi1n |I)our o')i
Illenc' l".r leiir caInp:i ,ii| c failn s I'imi
lelilionl de rej"lter les cantonnais
I'Elat.
I'll Ireiide Iporter L noi're
(:Crdit.Ce serait la creation ('unl
I)-pa lrlemcnt de c i(tlit rattaclh0
l mtiiniisllirCe du (iConinerce et
dlont Ie roi'le serait d'(i61e tlun or-
gf,:lie ide contlt'l e et d(e I'iola-
lion e'tconomiq(ue du jeu dtes
H1,ilques, daius leutii r ipartilion
des criedits.Son action levrait se
I'aire trails lairgemnil, sans entra-
ver en rien la liberlt du colm-
iierce et du travail. II pourrtit,
en InIme temps, servir coniune
tilne nianimre dee minister de
I'rcollnomie ilatiollale qui Inichle-
rail de coordolliner la polilique
dle nos diver I)t'partcmni itis li -
nisti'riels,i parfois si conlradic-
toire et chiiotlique dans sonll a-
t on. (GrAice A ce r'Oi ige adminlis
tratil' n:uiveaiu, on arri'v'erail A
orienitcr I'ictioln gouv'CrniieiCi-
tale un'li6e ver(s des buts uni-
ques ( I'oI I alttiiildriit plus ais6
ment lAl on ai;inril, aitnsi,)lprp):i-
ire ill (i' I iiil' II itieii e c'p:.il)le tde
I'rel l|)l:nt' I', i Ic sihln liliailt, Ic
iuMure i ,i ( :II idCons ill'er Fiiianiiier,
,it (I -|) i1l d et I'V ). t ill) i t ....1) >il-
ticitil: ,,'eeni'n' l, p)) 'd c (I'li t,)It-
cerLie notrl e ciitlil, il ressor-lirl ill
nill g(i'*iIIl ien el I'.ive lir d(It' n
tr.. commerce et t ic lotrc indus
trie 1: ic sanle.
Cir Ie criil, eln lHitli, est rl -
parlti s:ils gandl souii d(e Inos
vral'ies Ii'c-essils conoloiliqlues.
II csl Ie plus souvenil oclroyc au
coiil:lerce en gros. '11 e delior
des Illi(nques, il est )pr'sque lou
jours accord(Ic lI tc (011so011a-
tioni, tries 'ral'clii'ln l -i pI' rodutc-
tion. ()n peut li:'-!ii- dire (ique le
preilt la productici esl igiinor.
Ce i est du surlou L'i l'abience
(de v\'leurs miiobilieics et indus-
trielles sullisii lles slir nlos in11ir-
ch(-I s, ipollr ;li"iineiler tl acliver'
ce tri'aiil (Iu credit. DI) i li ri'e-
p:r'lililioi dle ces credits, I )pr'es-
tige el le credilit personnel ein-
Ire iil Ip)) 'ii ule trol) large I):irl
el coi i( l'i'.i lioni. I.e< qui les f. il
se rI'c,it'rrer ''cl s concetrer sisr
(luicIlucs r.iAies 1'rosses tites pri
vilegices. Celle lleLg.ile repiarti-
lio I )Otuss mallihc-rusenient
CLIux qui en l )nidicieiit, A des
speculations Ihsarlduscs,I ldes
necculmulationis tde socks cx:uig'-
ncs,ne rdpoid mil ir'is : lai Ca)a-
r'il- det consomlunalion di Imilieu,
la de6assint, occasion iaiit sou
vent, facilitant de m6in des per
turbalions dans les prix de vlu-i
t1' de ces stocks, et d(sor 'iii
si it les iascs d'achat et de veil
'ce e nos denrees exp)rltalles
(lui servent i faire nos rem ises
i I'ltran.ug .'r. I)'olu tin bre i)rol'oduii Jians I'c'(co:ioiiie ge'

(C D|)0p:i' IrlinintI dl Ci'Jil,
travailant d concert ct ii
accord avec les Elablissements
de (:idil, auraieni t ssa;ili, ait
Ide a tonilier notrc Credit c..1


LA mEilNEurm bolson 'ufrakhlrsMe pour les pause chauds *
SHAEHNER&Co., Port-au-Prince.


lCisi'ation y relative, son ac-L
tion sc concentircrm ;I r I c''lc
mcnt des conlfstations entli
'I'!t: cet l les partictillrC s ;II
SijctL tic Lcric s ldu D.)i, inaIc
National. re sera un pas de
d liili. h'il i tons t(ll nilotr'c
S .. ..... "', ;i: ,) .ci int dc


r0re I ,
^ ^ w


rIellettc noitre olommerce s9ui
des hases plus slides.
Si noire probl)line est nil
problcli e de credit, le ile dlu
(iou vernelnenl n'est-il pas au,
si ilteressanli, de ce cole 1I',
que dans la rdforme de notre
stalut loncier.
Poutir nious irtsumller, disonis,
en iniissant, (u'un program-
me tde redls c-selucnt de notre
staniiard of life ne se con-
prend pas s:itis on rcedresse-
mniiti de nos forces de piroduc
lionquideI'lit c tl.\ iei'dront,
grace a' uie capacile contribu-
ti\e leve iic plus granl(e chez
I laitien. liii fire supporter
aisdment el aliimenter le deve-
loppemient croissant des dd-
)peses de I'Elat. l'elles-ci de-
vront suivre tue marcheascenl
sioninelle, qui prmicettra I'a-
mlIioration de I'outillage na-
tioial, stinuilant puissant ai
I'augimentnation du reveniu na-
tional. Eni minde teimps que
les Ibsoins du peulple se (dve-
Iopl)peront et se perfectionne-
roLt dans la recherche de plus
de bien-etre, les contribuabl)es
(levenus plus exigeint-, r'clia-
mcrotii des services publics
p'uts s,)ignes. II en r6sulte quc
la coturl)e des depenses pul!i-
quies, de perfection et de s6ca-
itilc, (ld6peiises d'avenir,depi)cn
scs lproductives et de prevo-
ya;nce social, devra suivre
une line qui se rele'era pro-
grcssivement. D)ans ces condi-
lions, I'ltat doit fire tous ses
cllorls I)our encourage le re-
levemintc et la vivilication de
la canplite contributive daiin
le m 'me sens.
Cari I'luiquIe resource, It
setle source tie revenue de I'E-
tat laitien, etant planss les pre
lviieiienls (ut'il fail sur la tor-
luniC e cses conicitoyniis, il a
(loei iinterdt a voir saugieni
Icr cellte lorlune dIc fauon ia
'oti rnir les iuoyens d'ex6cu ter
Ic progtr.i1nte de restauralion
n ition Ile, qui est le but tde no
tre (Gouveriiment actual.
I'unitue source de richesse
liaitiennle ilant la terre, le
scutl capital exislant blanit le
cu')ital Ioficir', il est de toute
tirg'nce et de toute nices-
si qu(Il'oii a arrive a s a io-
bilis.i.tion, poiur aider i nieltre
la tcrrce cn va.elur, relevcr le
cr. lit liitien el augnienter en
ii I notre ca)acilt colntributive
tr )p ftille en regard dte nos
richlesses stables, s il)lies, si
ndgligees.
La imobilisation dli sol par
I'adaptation dte 'Act Torrens ii
Inos inlstitulions, en conjiigai-
son aviec iune lB iaque de (Crie-
(lit Foncier, qui. plus lard
I)'pr'.i elenlre ses activiths fi-
nauciitrcs i uin credit agricole,
voila Ic vrai 'renmde et le plus
S tr.
Nous dirons plus loin com-
Inent iiou enitndo;istablir la
conijg lison ,le I'etablissenlent
(de crd(It fancier, avcc un Bu-
reat d'enregistretment foc('ier
el to'iln l triculatlion cod is-
Irale lule nous ai)pellcrolns
Ikec., sotns le coiitrole ('t:n
TribuI)nal foicier pour arriver
SI'lad 1t)l ition des princiges dic
I'Act T .rrins eni Haiti.
ILe Tribunal Cadastral. dotn I
oin iarle planss les cercles ofi-
ciels, ne lpeut et ne doit dlre
IU'tin Iri)uInlal toncier te! que
nous le Ic ')ilprenons. Ses atlri-
bitlons se'ont d'opdrer la nii-
sct i jour d(1: droit de prol)ri-
e : o i' c ic re indispensal)h',
(I tlt (eI momientandment, e I
atti,.lilant I'elaboration de la


j


j


La peliliqua a M'sisltes qi'
se font lort de prousrir ai monde
que I'aqgn'i avail preioqu le loep.
i diI de lii eltIreubl s;n bweva-
Ie. V.I.IERT


... vu, dimanche, vers les 9
liCIrcs du soir, rue de la R~vo-
lulion, au coin de la rue du
Champ-de-Mars, une vive dis-
cussion entire des ( nlarines t t
ldes ( lilies ) dominicaines.
S Les choses en vinrent A un
*el point que les habitants du
quarter, ctaignant; la grelede
pierres Iraditionnelle qui mar-
lque la tin ide ces quCelesl sno
turns, fermorent prudemment
leurs ports.
*
...a 1vu, dimainche, rue Saint
ltonore, deux autos qui se dis-
putlient un record de vitesse en
ileiuc rue. 'nedes iiachines
conduite par le chaulltur Tous-
saint faillit ccraser plusieurs pas
sants qui, heurceseiiient eurent
Ie temps de se galer sous uneoga
lerie. Et les deux vbhicules snu-
levaient dans la rue une 6paihse
nu6e de poussibre, troubhtnt
ainsi la circulation publique.
*
.
... a vu, avant-hier, vers 1 lieu
re 1,4 dans la cour du Bureau
Sdu Service National d'llygicne,
rue des Miracles, deux (ie ces
d(sinlecteurs de rigoles et au-
Stres heux ou se logent mousli-
ques et microbes se prendre
Sd'uue vive querelle A propos
d'une contestation de jeu. les
deux gaillards n'avaient pour
toute armeque la lourde hoite
qu'ils portent au dos et qui con-
tient e liquid tueur de ver-
minies Us pointer leu' leur lan
ces I'un centre I'autre, firent nia
noeuvrer lamicanique et a'irn-
bibbrent copieusement ide dsin
tectant. Ce n' tait point IIImayais,
car les deux bo unsho in es
Mtaient passablenieni sales. Mais
NoTrm (':., vit un troisienclem-
ployd noinmm Sonson s'armer
d'un lourd h)taon et metlre les
deux turbulent a la reason en
leur atdministrant uine boinne
vol e.

... a vu, L I'ecole .1.B. I rainier,
rue Moulalais., iunt e iiagiinfiqile
enseigne que e I)irecteu r de
I'labllissenient a eu la bonne
i 16e de place au froonn de I'e-
dliice. C'est bienl C'est tres
)icn I


Iu raueriraleire de musiqu e pour
les eives di' I'.inl riquel IISud
PARIS Le co:iseil Inunici-
):il de Coinpibgne a app|)rouv6
ia creation d'un conservatoire
de musique ldestinI: A des i C ves
de I'Anmrique du Suld.


N 'ALLEZ lpas li has, mais
hisiter, allez Ions chez
I AUL E.A U X I LA, visitez ses
cripes de chine et crepes Geor
gelle laoniinez scs lissus de
lane et de iil ses Sweaters -
ses Ias de soie ct lil-- ses col-
lc ciles,alors un organdi bro-
dl et en guipupe qui font I'ad-
miration de tous.


son vrai rnle de direction pro:
duise le plus t6t cette legisla-
tion don't on peut eapArer le
j)ltis grand bien pour notre
clement 6coliomique. Car
le tribunal toncier une fIbis
cr6~ et ses atlrilutions con-
nues et flixes,il ne restera plus
qu'it lui (loiner ses autres an3
nexcs. etablir son mode de
,inctionnetneut et sa proce)
lure, ce qui no sera pas lq
plus dilcule.
P.
I Gonuaives20^lQig


--~-----___ __~___.~_~---._ _._~_~~ ___ _____ ~~_~~____










LE MATIN- 16 Fbvrier 1927


UN BON CONSEIL i

En tout, songe que nule
parole centre Ic prochain ne
doit 6tre crue avant d'etre
prou vee.



Nous avons requ

Le Moniteur.- Le numbro du
10 Fivrier continent le procms-
verbal dess6ances des 17, 26 et
29 Novembre 1926 du Conseil
d'Etat et des Extraits du regis-
tre des marques de tabrique et
de commerce.
La Tradicion Journal du
soir de Lima dditc en espagnol
et en anglais.
Boletin de la officina sanita-
ria panamarleana.- Edie par
n i o n panamricaine, \N as-
hington. D.C. E. UE. de A. Le
num6ro de Fevrier que nous ve
nons de recevoir public d'int6-
ressants articles sur les probl&-
mes de la Santi Publique et Ide
I'Hyginedansl'Uruguay,, 'Equa
teur,le Chili, des apercus sur la
mortality infantile au Guatmna-
la, etc.
Forschungen ind Forlschritll
--Editl & iBerlin.
loletin Commercial do Brazil.
-Organe de dl6ense des int&-
rols du Conmmerce Ibrsilien et
de propaganda a l'exlt6rieur.


Heurt6e et bless6e
par un camion
Avant-hier, vers les 5 heures
de l'apres-inidi, le camion por-
tant le N" 4127 en contouriiant
rencoignure des rues St. Hono-
et du Magasin de l'Etat alla
s'engoul'rer dans la profonde ri-
gole qui border la voice publique
en ce cndroit, c6t ouest. Ine
enfant qui passait au moment
de I'accident fut violeinment
heurlie par le vchicule dans son
embard6e.
Ie Juge de Paix de la Section
sud de la Capitale ayant fail les
constatations d'usage. petite
victim grivcment J..oe a 6t
conduit A 1'H6pital.



Nos horloges
L'horloge du Marclh Vallire,
hier, ne marchait pas. A 8 leu-
res du matin, elle indiquait 4
heures du martin on du soir, on
ne salt. Celle de Ste. Anne a son
cadran tout blanc, come une
large face de lune pleine. Celle
dela vieille Cathedrale, marque
midi A toutes les heures. Celle
de la Gare du Nord est comnme
la P. C. S., en ruine. Les gens
qui passent, bons enfatls, I'vent
la ttee et dissent :" E'lles sont si
vieilles 1" Le fail est quie routes
nos horloges radolent douce-
ment, arrctent le temps plus
souvent qu'il n'en laut, sonnent
la demise pour le t;quart et cher-
chent nidi d'ailrecs heures.
Fort heureusement iue clhez
nous, ii n'y a jamais ti gens (lui
connaissenit le prix du temps et,
qui craignentd'arriver en retard.


Une rafle


I)DE
42 carreaux de
i


terre


Organisec par MM.Liuc Dori
sinville, Uosins Aml)oise ct
Henry (;ateau.
Les billets au prix tde 2 Gdcs
lont en vente cicz :
Fr6derick Gactjens, Eia-i-
nuel Lajoie, Cafc St Louis (ltl
Peti-Four, Librairic Benoit
Casseus, Aux Arics det Paris,
Cat6 Josias Amboise-
Maisons:lRenu Max Augusic,
Titine Augustin, Cal's llcl\-
tius Casimir, Rue Boulevardl
ties Veuve, Luc Philemon, 1.-
risiana thliAtre.
IL, .. . I I L


Chez F. LAVELINET i Cie
171(; Rue tiu Ma~a;ssin
de I'Etat 1716
Iarchandises Frain;,aises: Tou-
tcs fournitures pour Robes et
chapeaux, Chapeaux parnis,
Fornmes TAC.AL: Chaussures
pour D)ames ct Enitants.
--- ane ---
L
a contestation d'eau
en
Plaine-du-Cul-de-Sac
A propose de notre note con-
cernant une contestation qlui
s'tait levee, en Plaine du Cul-
de-Sac, entire tes paysans au
sujte de l'arrosage de leurs
champs, contestation qui, di-
sons-nous, avait t e6quitablc-
ment solutionn'e par le SecrS -
taire d Etat de I'Agriculture qui
s'daiit rendu immnddialeient suir
les lieux accompagnii du Chef
de Division au I)6parlement de I
1'Agriculture, du Magistral Corn
munal et du Supplllant-.1uge de
Paix de la Croix-des-13ouquels,
un alonn6 au ( Matin ) n)1ous a
adress6 la lettre que nous avons I
public hier. Nous avons cher-
ch6 A avoir quclques renseigne-
ments compl6mentaires 'i notre
information. Les deux canaux,
obels tlu litige, arrosent l'un I
ha ilations dislinctes, .Iameau, I
Siberl, Fourju, Moi ain ct rI-
marquez-le-- une parties aus.i
de Robert; I'autre n'arrose seu-
lement (lue I'autre portion de I
Robert. I1 est done, ;i notre avis,
absolument equitable et jus'e
que, dans le partage (IL tltemps s
t'arrosage AL fixer, il Ilt Iaccordl s
4 jours aux quatre premieres
hablitations et les :3 autres jours
A Robeit. II ne serait pas possi-
ble, d'accorderi un mome no1m-
)bti de jours aux deux pat ties quti,
d'lbord, n'ont pas la minme su-
perlicie de terrain at arroser el
ensuite, la semaine dlant de 7
ours, ii resterait une jiournee
libre qui serait certainement
motif i de nouvelles contesta- s
lons.
Notre correspondent reproclhel
au Secrtaire d'Etat de I'Agricul-
lure d'avoir pris ine decision I
hilive. 11 a oublie (que dlepuis ) 9
jours les haIbilitls d e Jalmeu,
Sibertori, Morn, Fourju et d'un
partic mirnde de Hotbert laient
Iriv6s l'eau. Les champs t
Lcurs propriitaires eux I memes
en sonufraicnt. Nous avons citi
le cas des Wlves dte I'cole ru-
rale de Fourjin (lui restrtent
toule une journey sans avoir
une goutle d'eau i bIoiare. II ne
s'agissailt done pas de perdre
son temps en inutiles discus-
sions, ii fallait de suite procu-
rer de I'eau a ces habitations.
Apres l'on envisagerait utni so-
lution dilinilive. La belle his-
loire qui seralt de laiksser s'ecou-
ler des ours ct des jours en
propositions et contrie-lroposi-
tions snivant la honne vieille
habitude iWlilicnne land's (Iue
la sdc hcl resse C tliruir.it des
champs centers et quile e non11
breuscs personnes, ihomincs,
femmins, enilants seraient ipr-ives
d'eau I
Notre ablonn pense qi e la
decision du Sccrkilire dlltat a
6td prise danis I'ilt61. t 'un pIc-
lit group ct il ajoute que c'e-
;iilt ux inteiuress's cux-mnicecs ai
fixer un modus vivenlli. Nous
ne lipartlageons p)s cette itaoni
de voir. N1oNls n11 VOyollS 01(inlt
eni quoi ia decision dlu Secre'-
tai'e d'lati lavolrise unl giroupe
au pr:iittdice di 1'aulrc; chatu i
a ses jorsil'S lI'rosage fixes d'la-
prcs scs )besoiiins. El quoi de plus
juste Quaiit laisser aux par-
ties le so;in de s'ententdre, cela
6Lait nalhriellmentll imnpossilble
puisqu'elles diaiitnti dthj en con-
testation si violt'ite (lue, (jlu i-
(lu'en Cdisc notre 1 orr'csploi:dant,
nos inlormntaionis nous pcrmlnl
tent d'afl'irier encore qlu'llCes
allaient en venicr iux mains.


Eln ri' suln,nllous Ipenions que,
pour Ore pronple' et energi(qule,
Ia decision du Secrilatre d Enlit
n'en a pas mioins 'tic just et
equitable, et que, en I'ltat oil
6laient les choses, il n'y avail
pas d'alnirc solution ii done i
I.i (Ilestiii.. les ll)aves pavsNans
I'oilt SW bien comprise (lu'ils n'olnt
pas mnaii(iie dee iiitiui ester leur
satist'action piar :i grand en-
thousiasune.


Les Boys-Scout d'Halti
D)imanche prochain 20 fevrier,
ai 4 iheures ie l';iprls-inidi, auri'
lieu, eni la chapclle e L'.\st cn-
si.'l ,, ii ThirI ui sI,'i\ c 'IC( li' -
tilr41ion 1 I0 niot! c1iilntl >li wt
Bovs-Scout d'llilti", associa-
lioin so~( chteu'1' 1.i SI itt I' linIt r
Ialitoiale td li- ovs.-S u _'.1,
L kbl.il 1'n. Palacc, Lonlrcis.


AuMexique

MEXICO- Le G6n6ral Obre-
gon ayant declared qu'il ne con-
sentiiait pas Ai 6tre porter candi-
dat fi In pr6sidence, le parti na-
tional qui a la majority au con-
(r's ct qui iusqu'a cc jour a tra
vaill en laveur du g6enral l)e-
gar a dtcid dt'ap lpuyer ia candi
laiture lu general Francisco Ser
runo, gouverneur federal. M.C:ir
los Robinson lqui a pris la tite
(lu movement en ifaveuir u ig6
n6ral Serrano a ddji entrepris
sa champagne. On attache une
grande importance politique ant
voyage ule le gouverneur Serra:
io doit faire lundi i Sonora o t
11 se rencontrera avec l'ancien
president Obregon.
><--
ce6nes tumultuouses
et pugilat au S6nat et
& la Chambre des
Etats-Unis
On se hal an C:apilol
jilit( s 0l si'iia'urs ctu inenni
aiiu\ mains
\VASHlIN(;TON Des discu-
siors tris vives et des scenes de
i)ugilatl sc sontl produite's au Ca-
)itol au ljourd'Iui A ipropos des
ois (qli ldovi\et i tre votes pour
es l)an(lucs et I'aide ai donner
is I'eriiiers. NM. (arteir G(lass,de
a Virginie, nil dates plus lpetits
Iloilmmes du SIenalt t le sCTateur
iurlon K. Wheeler du Montana
ili esl bceaucou1) plus grand en
iont venucis aux mains au S6ial,I
)i les a sil)aris avant qu'ils
client i)p se laire beaucoupl de
nal.
A la Clhambre, la dispute a
clal. c'- iite n tr .. N. inclher el
M1. Jlamles Stronig, ous dleux r6-
)Lulicains dIu Kansas. Le plrsi-'
lent l ongworlih a r6ussi -i arrc
er le piugilate t i rl ablir le ca!
iie. Le pugilat a cu lieu dans la
talle (lu Si'nat au moment oi l
'oni procedtil ii iin vote a maiin
evie et al)rs (lue les adver.sai-
ecs se urenit traits de minteieus.
,a l)atai lie Tichicr-Striong La c'a
Sl da:,s le couloir de la chain-
bre el a aussi eu pohir cause I'ap
pellation dte ilenteur et d'apres
eIs t6moins occulaires un la.i-
gage eccore mnoins parleenlctai-
ec.

Au sujet de la proposi-
tion de conference du
President Coolidge
Opinion de la I'Presse Irant;aise
Par cAille I'raniais
IPAlIS- Les jouirnaux frTn-
l;ais se imoinlrent tres reserves
au sujet de la propositioll dc
conlllfi'ncc naval du l'Prsident
Coolidge. l'our ( Le Journal ,,
c'esl ine veritable torpille con-
Irc la Sacite' des Nations. ( Le
(;aulois I'a q(ualitfit de Iraque-
narid. A Ihe atiin )) manieste des
aplpr)helisioils. Le 1Figir'o ( d
clare (lue celle itleirv iiltion Ipl'
\'voqui'cra )plusi de surplris.s (ltie
d'adhiisionis. 'I'oute la pr)sse in-
site sur I'iipllorlance et 1'eloi-
gneminclt dcs colonies 'franucaises.
le iministc"re des Atlaires etran
gcres a examine le memioran-
dulli americain sur le idesamiine-
nient, le's ininislres lixeront de-
main la suite qlu'il y ati'ra licu
td' donller.On Cen i que la Fran
cc iir I'eI'a i)as d olc)1 t tion a la
Pol)t lsili011 ali iic ai lla e i nais qu'-
elle insistera pour (lue la Socid-
I( des Naltiolls dcnicure sai.suie
du pr'olelmie du d0sllnnLiiienlt.
()Oi presume (iUe la partlicipa-
ion tie la Iussie a la c(onleiren-
ce nie saui'ait 0ire iune condition
de la riunioin.

La conference du co-
mit6 Prance-Amx6rique
Par cLil)le franqais
lPAlIS M. )Drevluns, ant'iein


dputi a iinauiurtirI ulie SiCe tde
con'iflrclincs org'iiiisicts pilr le
comlite Franice-.\inriqlue sur les
iu:nlikres plrelmiores ld'Am. iqui
et leur rol6e imondlial. 11 a parik
do ble et a insist' sur lahi pir'pon
dliraince d il ianald:i et dc d I'Ar-
gelitilc : il a si alliC le dtI alci
(lc cciltaincs sl)cuiil!tio ns siuri I.e
ii:mar'chlis te lCicago t (Ite l'i,'-
nos-Aires sur les denr6es tde p';
ini&rle iiccssilr' et sonlihle Il
realisatiion rapid tie la solilarii-
10 i'cconoomiii c dc touts les na.
lions.


Le ino1tmani cabinlet aliclaud
et Ic Ih'icflhgll
Il1l1 I.I1N I., lHi'chstaga rie
): ,l.'s n l '"1 7 V()!\O t illl'e 17]
ctl 21' 1 \ v( Ni\ i' lil'' ;; ('lk i
tlr\ s tit lolld iu diAt liacii (!,ie s d(
Iiincratc' s. (ltd soialistes et IdeL
t ilmiiitl ".islc s a l'~;0 i rd til liii mi
tic tl 1'liil cti lr oni K lndtl ll


L'influenza en Europe
GENEVE -ll v ai en 718mmorts
des suites de I'influcnza dansa Ics
principals villes l'\Angleterre
pendant la ipreiniic semaine du
mois de Fevrier et plus de 4(10
en Bulgarie d'apres un bulletin
publiC par la section d'hygi'ne
tie la SocieWit des Nations.


Les difflcult6s finan-
ci&res de la France
PARIS-Les s p c u Ia t e u r s
rangerss parIiculircmen t kles
alleInands achetniit Ides fondls
d'Etat francais et les obligations
induslrielles fratinises un quian
tits si grades que le gouvcr-
nenient a decide d'(intervenir.lLe
gouvernement a demand& \ la.
compagnie des chemins de eI'r
Paris-Lyon Mlditerrann6e (d
suspendre l'enission de ses 11no
vel es obligations ;iarce qn'ui(:
trop grand nombre d('entre elles
:ivaient suivi le chemin de Ber-
lin. Les acheteurs 6!riangers so
,)nt tourn6s vcrs les avleturs
'ranpaises lorsqu'il fut (deveinu
c'vident que le gotive irnelnellt
'oincar6 availt I'int.iition tI'ari e
ter provisoirement tout ami 1oiins
la revalorisation du f'ranc.lls es-
p6raient que les oblig:lions Ipro
fitant de la fermetn (dn frainc et
de la solidity de la situailio:n li-
nanciere en France atteiidlraielit
des course plus Oleves..e goiiver
neiment est intervene I)are q(I'il
doute que quelque jour ces ii-
tres puisseit etre jets sur le
11arch par les poriteurs 6tr;in-
,ers el leur iproduit en f1ra'cs
employee pour aciel:eri Is val. urs
etrangeres, ce (qui )ourrail con1
Ipromeltre la stability d(u inhar-
ch6 du change Iranuiis. I,;a ie-
sure prise par le gouv\criiiecnent
a tei suivie par dtes v el(s con-
siderables d'obliglt;ions I'ran ,'a;i-
ses de la part des poorleurs
et'a ngers.
-- -5----s~----


En peu

de mots...
lier matin, A Carricouir,
cloture des prddications des
IPe res i6demptoristes. Noim-
breux dlaient les fiddles q(ui,
ayant suivi la mission, s'appro-
ch rent pour la premiere fois
de la Sainte-Table et recurent
I


w


.--J^"" 1

Un bas de luxe
d'un chaussant parfait


EXQUIS, chaussint j.istc, Ic Bns
S"Holeproof," t'ibriqu e d'un seul
tissage ne present aucune ftu.e. La
maille soveuse et lustrie suit chaqiue
ligne et contour ct aminn:it 1.i c!cvillc.
Outre sa quality d'Cl'gance le Bas
"hloleproof," l gcr, charmant, dure
plus longtemps que :la fabrication cou-
rante. Le renforceiclnt spLcial 1 Ila
pointe et au talon (.ne invention
brevetee de "Holeproof) ldoine de la
durce la oiI la plupart des autres has
s'usent rapidement.
De prix modern, le Bas "Holeproof"
offre le maximum de beauty avec le
maximum d'economie. Exigcz la
marque de fabrique sur chaque paire
que vous achetez.
En ven e dans tous L's bons magasins.


I


MOHR et LAURIN, Aerts
Port-au-Prince


Bas fsoleproof
HolepWroonf 1 -I N t L, .i.w..ukee, \% V. A.
i annies d'expprience dans la fabricatiun de bunncterie


nussi le Sacrelment du marriage. Ce soir, at 6 heures prci-
ier a s idi ie 5 a 7 ses ax Grands Vns d Bor-
heurcs, le chwuur ukranini a deaux. Grantd'lue, tirage d'une
chliant i u thlicitree de St Louis lIall de 4 boltes de chocolate
de ionzaguc pour les Icvesel s de ( M irquise tie Scvign6. -.
I'tabhlissemeiut qui avaient con-
gd depuis le nmalin.
A lla rue (des Cesars. hicr,
A6 he urcs tide 'apres-midli, il y Pis n
cut representnlioni ciiinatogra-
phique pou.i'. Ci'elevei des deux JEUDI
Ecoles nultercnlles dirigees par L'Aiglonn6
,lcile Mulcie Roux et Corinne 4e et 5e episode
Scott. Entrde : 50 ; Bacon : 1.00
JI .. .I I II II


NEURASTHENIE, FAIBLESSE
CHLOHOSE, DEBILITE


1


t DESCHIENS
f^r- l w ^ 6 l'HVma*Bluls
s&Iqtn6rtm.r dn Bang. prworit psr r'61ita= m6l01 o
pdri *lar a la rtandd cruea a aux fel.ri,..-n.tr. A4drs dran le Ib 6plIt P~.'U*
Depot) G.- D1 s it. 0.S,. .. : 4.' r*r\e .t Phf...*..


Just aussi lisse que


mon visage, papa!
papalE


La Compagnie Gillette n'assume
la responsabilit6 du parfait tone
tionnemient de la vraie lame Gil-
letec que lorsqu'on s'en sert avec
le vrai rasoir Gillette. '


SISSEau toucher, laissant une
agreable sensation de pro.
pret6 et de Iraicheur, voilA l'ef-
let d'une barbe faite avec le
vrai((Gillettex.
Et vous en terez l'exp6rience
pendant les 365 joursdel'annee.
Faire votre barbe sera un
bon passe temps si vous vous
serve dun GLLETTE, C'est
bien 'commencer lajourn6e. la
. 11y a des jeux de 'Gillette a
port e de toutes les bourses,
Voyez-le chez votre lournis-
seur.


lid


a -_


_:_~_ ___


1~1 .. --- r r I --


---------~-~. _; _~~ ~__~; _~~ _~~__~~ __,_ ~____~_ ~-.I;-. --


I r


dlr~l II


- -- __


~_








LE MATIN 16 F vrier 1927


Carnaval Ide 1927.

ELECTION IE I..\ REINE


D tl;:chl r el
avec la micnlion


nil.

M t cnivente -is arlir e


envoyer ai l'lo'l Commuinal
: CARNA'.AL de 1927


M. Gallu


Pc


mir pomir onplet. Ires soliC
mir potir compllet. 11'6S SOlid


ccio


117, lile ollne-Foi, 117

jour des coupons de casi
les i Or 2.410 pour clhaq(Il'


CAS No III.


La valetr nutritive du Virol demontr e dans une sirie de cas -


do.t


les dteails


ont ete lournis par des membrcs de la
profession mcAica.ie.


AIt1 14 mob. Poid 4l48& Ag. I 24mois. Poidet l3lir608.
Avant i'mploi du Viral. Apr& 'eploi da Virol.
RAPPORT DU MWDECIN:


On m's amen6 H. J., un petit garqon de 12 mois. Quand je le vis,
il 6tait fort 6pnis. On essaya I'un apres 1'autre sur lui, sans aucun
r6sultat, les ren.bles classiques habituels. II ne pesait que 4 "' 536.
C'st alors que je le soumis au Virol en obtenant un succbs imme.
diat et encourageant. Son poids se mit i augmenter unifornimment
Sraison de 170 grammes par semaine jusqu'au 6 Mai suivant, date A
laquelle il pesait 104'206. C'est maintenant un bel enfant sain,
dans 1'etat le plus satisfaisant possible, et qui pse 13 608.
Le Virol est une preparation compose de Graisse de
Moelle. d'Extrait Glycerint de Moelle Rouge d'Os,
d'Extrait de Malt. d'CEufs. de Sirop de Citron, eta.
La Virol e*t no aliment prcwiux dan le cau d'Alimcn-
tltion Dfctue m., de M rame, d'Auden de Rchi-
tieae st td Phti. '


VIROL
AGENTS:
W. QUINT WILLIAMS I CO., Portau-Prince, HAITI, Bolt. Postale 147.
VIROL LTD.. HANGER LANE. DEALING, LONDRES. ANGLETh.RRIL


o


-------- -- -- --- -


Carnaval

de 1927

SElection de la Reine
15 F lm:. 1927
I."S VOT'S

Emigi. (Ut'l 1ara104
Anne Malrie lBotin-in i -1
Lilianc Lar- qcue 42
(;eorgelle 'lk* ',v el i 1I
(keor, l'c SL-\'ic r I1::
l.ucl s Blail 12
.lcaniine Atse'mne 10
Alice MiNalvit 11
Angdes Rues du s:s (
Elac i daneI olniiio'c rt
Marie cHenric it 1ot;y r
Sabine Pi iinine
C1eliian ide Si(ilianso 2
Alice Cl i s f sii 1i
I.I: COMIT':.


9AU0lE ETENNEf Ills
Angle des Rues du Alagasin d
I'Elai el des bronls- oils
For' eCs (de chapl)eaux, dci
niCre l odl e.
Parlunmerics (Ic routes 'mar.
Comie loir (Ie mcie rie.
ClIpcain poiir cufatils, lion
iwes el daincs.
Articles les pins fins ,i ia
p otlcc dc luiieles Itc s tbise


Inmemoriam
; 1'2 his,il sea ccll)r6e el I'E-
glise du li Sacl'( Ctl nille n it'sse
cie Rquie oi en li e ti e slnilta-
Mime J.lermic nee Aglae La-
inmolie, dehede le I2 Mars vde
l'n1927e derl En assistant
Ia pr'seile iPviuatiIonles alis
(le Ia d1unte (loinerol it son
pl)uxl, Dt ai sa t'Dehlle t ll
cieule illoignagc de syipa-
thie.
Porti an 1'rince, le 15 f'vricr
1927.


L le Purgantf Id al I
S6est la
Pilule dpu Dehaut
147, Ru dua Fai oug paint-OeIte ,temp
Facile q prendre,
No nacelltant anoun t.oparal
di u* provoque jamals do dilot I
Supprimant la diete,
die e dlbilito pus I# iMH40.
N'ezlgeant pai de repos 1 la um a
Il.e so cause uculoe perte de temp..
Plus active quo tona le 8lmallalres,
oll eat, rar couqueist, 0oilas thf.
DOSE : PUaRATInv, sa p.le
LAXATIVE. I pIlMgl.


-4
. -- ii
ET VOIUS O IDUTIEZ? '...
k^ UANI) ct'hirlcs apit(s (Ic la gloile Ili onphlu e, v(,ius
votis disicz Stcepll(jics, (l ci, Setul, Ic Ictiil du
temp11is ullilllitill sonll iuccCS,
Mais les PATI()TES n'auraient jamais at!eidu si long-
emps lpolr dleveniir la cigalclte ideale.
L a valeur d'un pioluil itde s(lectionii ne pet dp(iln-
dre di nomi)l'e des a I1ies.
Elle est, en eflet, l;i miiillenre igarcile vedii(e i nicil
Icur Ilarclch. Ses aclhc lls e i lii ciil n n i ille aiva lligc-
Hisltourne de (hGd s. 2..() still cii bos primes ; d'uiie se-
conide \Va!ciir tie (; ( dcs 2 ,) Still' (CCl I poI('I s i.sal ,
possib)ili('s (I' gg incr 200() glli des nvec chacuni des l 'o i
|)Orliinl Its \N ii:('Cos 12. 1.1, 1(). 1 17, 19 cI 20 rlt'i i ii.s
d(hils Ics I)ocic tl's.
Messiiers Allberl Noiscle ct Od()ilon S, Viiljoini Jilll
oit I(S)(S (:id liv( tii l ;ipp)orlt' 11 I1 s bureau ts rillilli (s
12 tl l S ( il .t h(s (ks iu X pl licrii s Uicll-liciaircs (dt in.
pri\x de D)l-X (:'CENTS ( uin ds. Nolit' lis ledes lns L < I
lvi\ 'llr i1 cst is 11s iini!t'! E's:yvcz la PATHI 'I (.)' \l( t
Ii iaccot(Idc vi v s. I)pilIc(IccI)(S.
Lal M al nul f l iI itn c.a:i \n-
t It~lclllLllc ,ld ll C ,I ..... I; l. '\V* ,.. i


(I, II I I A1 I RI \
les )poceltles t hanltillonis Ia l' di-posilionii de htons
InciiUir (jili v\ lcii:1 t1 onn.ilii e oI gul tcl li (Jluali '.
il'i eSs n 'ot 1" I i'a ass r ;u da 1t gn(iiril, 206)
.ius! "I Lhir'sson
I(.3ILIA\ & C" i'. op)lr-laircs.


11
L '.c~


Panama Railroad
Steamship L;._o

l.cs cha lrg'cus soutl pilits de
(ntclelr qilntc ic s a,1ner C. i'rilo-
1),1:i e t :tcnulu a Poilt-a -
lPrince, Haiti ti, vcnanl de ir'is
lob'll. canal lr:i 1 IZ i I tc leiic i
23 I'vricr 1927.
Iacs iH-rlis dl'inlthrqun lit
s rlonl l(livr s i (')lll r tl' Ire 't ;a
d(sliiiatlion de New-York ct
des )poI) 'ls lE ( o)in't'lls .iur I-'-
loinandc laii c aC I t iicrall.i
matu1t1(le 11site -'Ice I"(1.t u111.
Ce steamnier opal'rtira I intncre
jour pouir N.w-VYok dlirecil-
ineil t.
PIor -nl- Priince, lt' 1 fivrier
1927.
0. B. Tl Ii)MPSON
Agent ('-iinral

Vente & l'encan
Eln vctu d'ordiri de ila C(orn-
missionI onliinalle,aivec I'iu
torisatiion du i)' I tepa'iuient d
I'1lnlri.e'uril se a pro. de1 liin-
di 21 Fvrier 1927, i l0i eiirc's
d(In matin devant la sitaiou d cs
I 'onipiers No 2, Place Tous-
sain6 iLouivlcrliltn, :i ia vented L
IUne i oiip ) a iincn.lie i va-
peiIr (Belge).
IPoi -aiiu-rinc, le 14 f6vrier
1927.
Molnbr tii ELIE.
EiicaiTE ilr public.

-r _i ...-.---
un11d VCUS AUREZ TOUT ESSAY
que ric n'aura r4usi,prIar r mw co
S up C. FlRANY pour adulie, vYou.I .fe oula
ii J l pIrm,1nr cuillwr i e wian avoc
INoLu. an.. l on.. l Armi 1k..
SIc.itn abe do ti p pPour
Caolner dia'.xd *| a iuu *omit*I.
I. S, ictioi" I mMewilleum chht
i .. ASTilMATIQUES at danM
I!11 1 I. do Tooi .I llM i6
..... cam..1.i i ulm .. I.
'r ADULTES I. Tubculm"o pmlia .. .
Ne a m i m almm- min lmtmomel lag a1 ia
n hoata. do toe o at c* a Ia 1iow ;
t a m il s up. n l- mmi mcturoa
Le .nm. lsiutaapwlannm : 14.80 iMilmprm.
Fcodi,,I a*: 19.50.D;p it.nal:hP FRANY.
52. -v. do la Rilpbbiqe. PARIL R. C. Sam 16309.


Nortwicf Union Fire Insrance


Sociit limited Fondee en 1797


Au Capital de Or. 30.ooo.ooo


lne drs plus importntes riOpagPies assurances

centre I'incendie
Agent- AulCap-Haitien :J. PARAVISINI
Agent Au Cayes JEN BOURGEOIS-Jacmel, A.TURNIER

Agent Gendra:, J DAALDER
Port-au-Prine


- ~ _I


gfr



ii


B


Un le des"plus fortes

* canadiennes d'assu

I ia vie

SEug Le Boss

iIE1IecegrlfgBW Ri E:ieW15


*i I -- a -~___iI_=,._ _ __._ __ _


A.de Mattfis & Co.Repr cscntants potr Haiti



*,


*


*l
Uii


& Co


companies

rance sur


6 & Co


_ ____ _____ _~~_ __ _________~ __ __;___ ___; L __ ___2~ ___~~ _____~~___ ~__q i_ _~ 1________ P~L_~_~___ ~ ____ ~I_


j ,ii Il t all Ut I





SCaital: Or lg.,0 0




SEug.LeBosse 6lo


Agents Gen6raux

t~r~rs~s5~~~Lr;Fli~I~


A ELDOIRADO
Vol S Isrouverez til PILAI\R)

n A: i ( ".\ SS\ II)\VI,'IIS
-. iNNIESI 1< EI'lIS
ir.t:A x ((COCKTAILS
lit' |;ON (N l.\I \(;\CNI
( .Co. I'oI ll 1) : l,\IIss.I:| IE:
Le loil t :i a tiln l 'ix l I s mllod el .


I hone .)9-7


~-----I~~--_. __ __ _____~___~__ ,~_~___ __~;_


-_--------- -------~.-- ---._~_


n- ..


_ __ I I


- --- ~


= ,,
I i I I I


eI


aM r& If


go .. A^waara mfei-fw-fimmm\


~t~J~I~


~q~g~il~O~Bs~B~


I


@


( li;iM p (!' O Miis


F i6d. (G.AlHI ', B)r,'.'! r.


i


"


^; e&^^<$,A-


4
!"Wwmww
















































































Souvenez vous que le
pneis les plus ,( slides, e:
es meilleurestubes ton


libriqu&s pj), Fire, onle
lrireslone, Fill S'7e (;'11
lipped talloors onlt le
plus conruis et les plus
reche'ec es s
In stock cliez iis.si
an YVous Irouverez. to
utp dimensions de pnevll
11gUler, Beavv Ptly,
Balloon. Hi!ll des Inlles i
et palches.




I isde kil I n1' '


nh


V~

.4


JU*k50L"
laxatif physlologique
l soul flaunt sl r6tducation fonctionnelle de
,, --. . . ;: " . .

apSe"4 IEIawn "
f~pqir~ttiti*11rtOw.
93fMpb Ir obosrr deabsapotfl
t^ i-o@" d'9cttboaipolnt.
Mgulrwe 1'bharmontb des tormas






LDypmpae 1)-'".
Stigraines
.7 -T -
S_ .
,= v-. _, ..,.L

,,,C,, r'r. *, ,, *, V,,, . ,_ ^ I . ^,^ ,i^ .. ; .. .-.... ..':r ia *L


'r qiN 'a j'.iais. -It' 1;iit
',e cq i in' |e'"l inl: r i d'p ''.

Kohl chalmpalt!ne

F. S ljolurn


Pi (r ationlii t \'Venlte
Pi i .\a:ti.: F. S, l:.h l 'tN !
in .fl drs uesRs mio.r et d tlCnlre.



La grana chapollerie
D.

Genaro Hurtado
Grand'Rueet Rue des Miracles Port-au-Prince, Haiti
A le plaisir d'annoncer A ses amis, clients et le pu-
blic en g6n6ral que doeis son ltablisseiient on Irouvera.
Un Chapeau pour cc,,t ie I o:'); tel chlaque person;
ausi qu'une variety d'rlticles pour cadlcaux nouvelle-
ment requs; vous trou\ieiez un Issortiment de Sirop et
Liqueurs,sansoublier .La punch crelma,, cetle precieuse
boisron espagnole.
La Maison HURTADO offrira un souvenir a cliaque
cheteur.


M0'
g.y, ..&,

I'intetin
* Ut no r anttr Mirler.,
p'S. en l alatl. chiqjut e It
qullquen romnprmnis de JIu.
buo. rondre a leur intitll
pr.i |,'ar I &bu% d ,* sdr,-
I ow et des Itelmenll o
liMilc:A't %: %& wOUoIcIn. (VllI
asit"it iej Itelr -r lti Ie
rvput.- i' i, rrc'lucatiri'
illtEt l iar !-' Joiol. p."it-
In trlls *' t1 Ir rs Il r llt r
retr nee. i Il''ul IanIIot ti il
Ronlibi'i aritvir ild cO i.rAnoe 7
don't I spillotii rlr ., ul|I. l
I1e Ip Inlal.It f, e ftirn. L
Cilnlto lef'iir a
i to FlC i& pde%(fit d to ,h
0' HBco- o i

-- H IFMOIO!D iS -
'VOLIT~lhl," t.
". 'il'' s o lio t 'of, o r*. 1 .
10441 fil.fl u I
JltlOLTlA' : rPt.l);
Sf l li'rt Lo I
L T.


A VlENI)l
1 c'n lill :c Sedlan.
1 ":; lill'c Touring.
Pii\ Irs hon e;lch" l
t:,e s';'aioln IPomlpiers.
~_.__.__._r __ -
tlhanfemeD d'adress
Mine Christian PETION
Sage-fe m me
II' edu 'e lire No 17,)
I'i 'ace de Melle Titine ,t-i
g ustin.

Service Haiti Coba
Le steamer <(Rapido ) est a'-
ten lii I'Port- ii-l'rince, leI 1
F'vrier col,'ai t. pregnant Ie
f'dl et paissiager pour S:.ltiingo
ide Culba el l l Hv.in'.
|l.e steamer (llabana-) venan'
de S.ainti:gi le Clu')., se! atllen-
dilu :'i orl.-au-Prince, Ie 19 Fe'-
Vrit'r C(oii'nllt. Ien routl e pollr
P tirto I'l[lta el Porlo .'ti',o.C(
sitiamer serni de reloui- :'i t1 'rl-
S a-lneiii, I 2.) Flvr.er p. Iur
)reIi(re Irt et l I)paissnger." p ,iir
S ,liagi ec (de C ilh el la livllne.
Port au-Prince, le 11 I'e'v ier
1927.
.\\AALDE) .P,
Age int


lie loyal I
Packet


ail Stam ship
company


Le stem or a Montroyl *
velnl ild (e Ki1) sloII,est.l ; leit")(
i P t-: u '. i e !c .I- Ielc i'red
I1; l'%v rier colii'1.11l t1 9 :1i. in. el
p:i ir a 1 le ,l0mne ,joir, ;'i 2 np..
)')iir :In Havan; c,N. Siiin e! N.-
York.k
(Ce' sle:liiii r es! I1111 pri(|lIc!) 'l
Ie l \e et prei':i'l (des |):.s -
.{e'.s oo)() r les piL o. Is sus-11el-I-
SiioiineUs.


1 Ilevricer


Port-all-rince, Ie
1921.


1. I) \kA I)1.; I, r.
Agent (Genrail poumr laiti.


Changqomont d'Adrosse
CIorid rlll e it lAc il (arlnel

Mr llip,) ol't .leindy nnilon-
ce a1 kS noin ii x eli clients (iui
dcl)lIis Ie 31 j a nv ie r, Il
(Cordoiinltic (.\iu tl i:rAiiin l ,
est Irainfii'te ii lIa Graind-'li e
. cotte de I'A(I iii islratioi Gi-
n16r le des Postes, mason rln-
citinnciilent occupee par feu
Ernlestl Cai ile.
II leur prompt commie tou-
jours le liiniie soiln dans lIhs
travaux qui iui sciont con fis.


Chez Charles GAetjens
Rue dil Malgjsin le I1htI1
On iroiver:i ;
straitt orgeal ine )pouir sirolps
ipar dose polur et 50 l,.:r.s.
Aini quc ons aiiutres Ex :; ils
pour SiOips.


Grand H6tel de France
P. P. PATRIZI, Propriftaire
Cet Etablissement renomm6 don't l'61oge n'est
plus & laire vient d'Ctre oompletement restaUr6
et remris A neuf. Les ohambre' ont tout 1e qn
lort inoderne, le service irr6preohable, l*e eo
tnurant soigun eat de tout premier order, l'H6.
tel n'ayant rien n6glig6 pour fire plalsir A sa
char nant e clientele.
Mr PATRIZI, qui part blentdt, apportera Alio
ret our de France de nouvelles am6lioration qui
donneront la plus enti-re satisfaction A tous
D6jeuner & la carte, Table d'H6te
Plat du Jour au choix.
Pension al meis, la semaine, par jour
Rarago mis rratultement A l disposillon do
voyageui s.- Balnw, Douchoe a toute lee heures.
T616phone No 341
Danslips Magasint souchAs a 1'Tltel. on tronu
vra totltes oartes da provisions, Vins. Liqueurs,
Ciqarefles. Vinsd 'Esp agne, de fBourigogne, d'IIalie,Grand
choir (d Conserwes.
On v rolv., a l'arrfv6. lvet. ant I1 s 6our ou
aon 'drtrt touit ce qnoe 'on ,'AIre an (jrand Ho-
tel de France : P. P. PATRIZI, Propriktaire.


S< % Pour Ntre ieureux il f(
6tre bien portant. M"p
( 'cst vous surtout qui 4
Srrsponsables de Iseant
S votre famille. N'attend
pas que vos enfants soic
maladies. II est plu sim;
d'tvitcr la mtlodie.
La mouese purltlait4
Siavon Lilibuoy chases I
microbes nuisibles. i
que son odeur disparsi
I'action pro6orvatrice *l
perriste pas moS a.




e Savon
I a
p Ir !a ante AU.oi
l v.. ,i ,.: t ,, -,, ...,,1. Mlilss., tJ.S A..


-11 '1111- T10 YI 8



aina-ihitsiiw ac IIeres


Les seuis pein tures Inalterables
nl alion de ces peinturces coveunbo!mentla.pliqu1 recouvre 700 pieds carr6s de surflice
lee important 4 iilices ou notre peinlure a idt employee :
Fl'e do SlacrS ( 'dur, TurIgau-. gliIe Sai. n Joseph, Port.au.Prince Eglise dePort do
Cr'-e Bellevue Roy. Bank or Canadd Banque Nationaledeo Ia Ripubllquefd'Htiti, P
au-rin ae Brqule Nawionale de la Rdpublique d'llaiti, A.ux Cayes Banque National
Is Repu' ique d'laiti' Peli-Goive- B nque Nationale de I Rpublique d'HitiJ
Banileitie d onli ti6de I lblique d'Haifi,' Jacmel CompagoielEleclriqueIRue mtri
Kau du 1iv 1t.i1sj bsw iaine Radio Corporation, ue Felou -- 6tel de r
1M d' -B rTermiMu, Chsoup de MarsVilla Marlineau, Turgeau VillAl& l
Mail ei. 'I'l7e aMu Vilk Lo U Dojean, BellevutVilla Rn6e T. August.le, Pdtiom
'i Ed i . Margooa; Plu de Chbse Villa Maurice Catnra, Peu de Cho*
Via Mme* Vruv 'i'. Augusle, Bois-Verna Vllia Anitola Talama, Pea P
IbosR RodoIlph Reney, Pau de Choe--Villa Flichier'saTlse, Tirugea'
Villa Ed. Lesploasse, Bellevue Villa Rind Faubert, Bellevue
Villa Mine. Veave Barbancourt ,Bellevue
Villa eIIapan Pa qter, Pe de Chose Ville Me A. Morel, Bellevue
Vil!a Oswald Brandt, residence Vilra Luc Thdard,Bois Vernat-VillaLue Tb ard, Avenu Job
Leo meilleures eod tfitinl ArqLiOele Geo. Baussan Le meilleures constructions
unnli Bmnu-L Les awilleores eCOnstructions architeet. L6oo Matbon
Pour vos commander ou tout sautre reisignsment, s'adresseir

S" JJeansIme & Co


I. IIeizn1-Z1 nn-A(qqerhollm,


Rue Frou, en face de la Banque Nationale


F


nonce.s vus il ReessenI! lIsez-les


IE MATIN --


Proprietaires d'A tlmiobiles


I


I


S 1 Dollars
I/ :.r Dollars


_I___ ~_ __


C


'r- -T( ~PB~-3IF fll1~4r~:_~La(L--LN~L-L YWI~YI~ W~jrr .~


C ~- -IlIIlIIC --,,~ -~~ Lt~L~L~-i=jr~L~=~?r=LZ~=L=r~e3~ --=----- ~_~_


16 Fvrier 192/




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs