Le Matin
ALL VOLUMES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04387
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Book
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 02-08-1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04387

Full Text






DIBECTEUR IMPRIMEUR
Gttnlgt HA5L01RI
.i Os-VAw OIR
158,B Rue"Amdricaine, 1358
T PHONE N*242
u .-NUM110 r )o CENTIMES


O tne ANNEE N 6019


POR f-AU-PRINCE( HAITI)


MARDI 8 FgIVRIER 1927


-iINmmm - -


aessIon do politique g6n6rale
ilUUOM"o de pollilque g6nIrale
*i-i .^,a M i n _ ^ --


Les masses et




Lorsque I'on considSre la
grande Revolulion franchise
s'uccomplissant m a gr le
rnjnd prestige de la monar-
chie absolute, la, revolution
russe de 1117 et les troubles
qui bouleversent actuellement
I immense Empire chinois,l'on
sc demand les raisons qni at-
tirent les masses populaires
vers les plrlis extremes et
pourquoi b.:mcoup de classes
i ayennes.tur accordent botri
flu nce.
La chose s'explique lorsque
I'un songe qift l'partis con-
servateurs se ren mineni totl-
jours dans |es ~Intes for-
mules et (qui les uurgeoisies
ne se d&fen~et it.
Partout, o1our! oisie n'op-
pose au s~ijpiu'dife fot-
ce inert eS u'tW as tie doc-
trin dl Ims d ideal so-
t'i Oit pas conmpren
"odermnsmedes cin-
Wite derniires annes et la
gre Gnt modifi6 Ia vie g6ne
r ft iions, leurs concep-
t ji q sT a leurs mceurs.
i tlM 8, les peuiples, les
ites geIis)),uvalent suifde
ch se: on n'a rien su
dr.t En aucun pays,
Id he n'p jamais vou-
!It r^s bailaillons ac-
t 'iElloe u ours manqu6
dirads)J befs. On dirait
q leal apr L'action Bnergi-
(Q4dcisi"l'effraie. Certain
dle lset6ipts grises par des
fdounet ficchei emportls
0S Ile turt lilon'des plaisirs,
le ont aussif6 ioignes des
hqoub:es, qirant aux appau-
41fes d6semrifres, aux indifM-
(ents a totr', ils sont rests
e.xmdme rien de plus, ne
fr uentant plus les autres,
tou en s'eloignant du petit.
m'en voadrais de donncr
us conscil .ou e plaider une
cake; J)'cxainhi seulcmnent
lerrfisOiVt qid fint qnue d&
plet en plus on va, en tous
pays, vers les parties extr6mis'
tes. On considere.trop dans la
bourgeoisie la politique coim-
'me une chose secondaire don't
on s'occupe avec ennui, senle-
lment pour les profits qu'on en
tite ou li gains qu'elle pro-
cuae, absorb par les affairs,
le'disir de vivre dans des con-
i tronsjuvorables, l'amour du
comfort, du bien-etre person-
nef et la nm connaissance psy
cKOlogique des masses font
(1 ule petits, qui sont la ma-
jobif, asejLttntel corps per-
dlVer~ ,n: id6al social qtu'ils
cirlent ttre le vrai et parce
qit'ls n'en ont pas d'autre.


bourgeoisies
ii~---_--*-
La bourgeoisie qui fit la 1R-
volution de 89 avail, elle, cel
ideal, parce qu'opprime au
mi'me dlegrc que le people.
Elle se montra la hauteur
d'une itche politique, mainte-
nant que fait-elle, que font-
elles, les hourgeoisies, si ce
n'est que, chaque jour, noter
les coups qi i les d gsagregent?
Ce nest ql'en concevalt ce
qn'il leur taut, en allout vers
les huiibles, les mains lar-
gement ouverles, en s'interes-
sant Ai eux, en pregnant la di-
recl on du movement social,
alti d 'hnii universal, que les
Ol' nis direcceurs, pourront
enj er cetle march vers la
co tnie mime brutal dts
is rI lionales n ces-
saires. ',q C~T I'd ant et j'en
cdnvien Op 'ssez lour-
de qui p i 'A^ftOrts,de
Ia paitince el beaUi p, d'ab-
negations 'de ;o,-mi W, Mais
quelle force rgeneratrice cou-
lera dans ses veines, surtout
si I'on consi4re la puiss:snce
capital don't dlle pent dispc-
scr pour metier i 1 ien une
oeUvre s )ciale et politique qui
pourra devenir intlressante
si elle est menee ia bien.
Les nmmes situations engen-
drent les rinmes reactions. Lors-
que Nicolo Machiavelli, le Flo-
renlin, intlgina d'ecrire, vers
1520, la some de ses concep-
tions poliliques, il ne previt
certes point ql'aujourd'bui en-
core hoinmre d6 *es dedactions
demeurerient vraies. C'est le
propre des esprits p6nelrants
d'etre universels. E, transposant
ce qui, pour ses contemiporains,
n'6tait que jeux sublils, d'une
imagination enflammee, nous
aboutissons a de curieux rap-
prochements.
Aussi, quant a la politique,
ne pourrail-on appliquer ces
principles qui valaientpour as-
surer au Prince le raflermisse-
menct de son autorite dans les
regions conquises ? Ces princi-
pes, les voici selon Machiavelli:
a IL faut, dit-il, voir si les in-
novateurs sont puissants par
eux-m6mes si pour mener A
bonnc fin leurs entreprises, ils
out les noyens de contraindre,
dans ce cas, ils courent bien ra-
rement le risque de succomber.
Et voila, resume, tout le pro-
bleme politico-social actuel. La
contrainte. lorsqu'elle est ap-
puyde sur la puissance finan-
ciere, et celle-ci sur les argu.
ments de premiere grandeur
que constituent flotte et arme-
jiients, est toujours et sera, sans
doute, longtemps encore, A la
base des n6gociations interna-
I nales.


Posede la premiere pierre

d- Palais de Justice

Comme LEATIN l'an pncait Ethart et Fl6chier Anselme,
sanSdi., ayaittjhier, eut lieu la Presidente et Vice-Pr6sident de
c6rmnonie de Ia pose dela pre- la Cour de Cassation et les Mem-
nuiire pierre ,ii Palais de Jus- onI de ce Haut Tribunal, M. le
lier ,. Co'ri', s re du G;)uvernentenl
G t."i elt i c6rdmolie s n Casiibn, M. Rodolphe Ba-
Sjaquelle assia(lt le Pr6si- asu P)eqtde Tribunal de pre-
dedt de Ia Reppuolque et Mmee ire Instance de Port-au-
Borno, M. Ecmmanel leauvoir, Pliiice, M. C16mepI Magloire,
Secr6taire d'Etat de la Justice, Prtfet de.Port-au-Pfince, M. let
M. Auguste Scott, Secreteire d'E- Doyen du Tribunal d'Appel,
tat de I'Instruictiou Publique, M. MM. les Commissaires du Gou-'
Charles Fombrutrt Secr6taire verne1.nt prs les Tribunatx
Sd'tat de lntriebret'des TIa- de premiereInstanceset d'ApplI
- vaux PutsTM, IMW tinianuel de Port-au-Prince, M. StnIo
-a.A'


C'est incroyable


mais vrai ccpendant


QUELa NATIONAL
OFFRE SA NOUVELLE ARQUE

CHEVALL

A R ISON I)E


20 cigarettes pour 15 cts.

IUMEUIIS, votrc surprise sera non moins grande (de
constater, apris essai, que la qualilte de notre nounveau
produit est au moins 6gale ic celle (e tout autre (de albri-
cation locale.
En vente partout.


Dep6t G6nOral chez


Eug. Le BOSSE & CO


Vincent, Balonnier de I'Ordre
des Avocats, le Pr6sident et les
NMeibres de la Commission
(:onimunale de Port-au-Prince,
NI. le Commander Cook, Ing,
geniur en Chef des Travaux
Publics, M. le (iGneral Torrill.
Chef de la Gendarmerie d'Haiti
aecompagn p de plusieurs Offi-
ciers de la Gendarmerie, M. Er-
nest Leys, Chef du Cabinet par-
ticulier, etc etc.
SII est 4 h. 1/2, le President de
la R1publique arrive, salue par
la Musique du Palais. Le Chel de
I'Etat est aussit6t conduit a I'es-
trade otficielle o0 prenaient place
aussi les Secr'aitres d'Etat, le
President de la Cour de Cassa-
lion, le Pr6sident du Conseil
d'Elat, I Ing6nieur en Chef des
'Ir ivaux Publics.
M. le Commandir Cook prit
alors la parole. I exprima tout
le bonheur qu'eprouvait la Di-
rection G6n6rale des Travaux
Publics de voir enlrer dans sa
phase dt cisive Ic p-ojet de la
conslru lion du Palais de Jus-
tice. 11 retraia louguenent ltons
les details du plan qui doit Otre
execute, louant hautement cette
idoe de la construction d'un
Palais pour loger nos divers
Tribunaux. Puis le Secretaire
d'Etat de la Justice prononVa le
discours suivant :
Monsieur le President,
Messieurs,


lion d'organismes indispensa-
bles et I'ex6cution d'un ensem-
ble de grands travaux qui cons-
lituent pour ce pays de vrais
e16'ments de force et de prospL-
ril6.
It n'6tait nullement dit que cc
g6n6reux movement ne dIlt pas
proliler la Justice.
Notre pays oblige de se re
plier sur lui-mmine et de sonder
A fond les causes de ses recent
malheurs, ne peut ne pas sentii
qud sol s lut est d6sormais dana
le r6tablissement de la disci-
pline, A'observance des regles
qu'il a du se donner. Mais ces
regles ne seraient qte de vainei
fonmules si elles taient priv6es
de sanctions, et la premiere tit
toutes les sanctions se trouve
d ns une magistralure con -
cienteLien organ se,,"epri s.'nite
p ir les plus dignes,entouriee ext6
ricurement du prestige nOces-
saire, assez lorte pour pro'ligei
le droil centre loules les allein-
tes, assez maitresse d'elle-miitc
pour register b tous les entr;ii
nements et remplir avec l'ermelt
le rl6e moralisateur qui reniir
dans I'esprit de son institution
Le Gotvernemeit dans sa
haute sagesse, n'a pas perdi
de vue ces verits. Et c'esl
pourquoi,c6dant atx entraine-
ments de la reaction neces
sairc,I a,mialgr6 I'insuffisance
des resources, malgre les
pexcitatinnif iisaccuulle.s r le.


Sans doute, il est dans la r
condition des peuples libres
|iie les cllorts les plus loua-
bles y soient dtsapprouvs, i r
ue les intentions les Ilus
Slroites y soient calomnnies.
Nous n en sommes pas i ap-
)rendre comment on abuse
des lilerlis pour 6garer les
inlerts et reporter stir les lois
onil sur I aulorite plubli(Ique In
responsal)ilit des d(ceplions ... a vu, sam
et les severil.s dun sort Irop) Ies du soi, au c
!soUVCt incldImcnlt. t lonoir- et de la
lxplloiler aprs ie ('c*x lulion), un group
iqli sont on l ( i secroicnt ine- miudecine et en
galeiimcnt partags,l'anerttune 'vraient a I'tran
de Ic iir sii.itu:ion,taire briller i passe temps d'a
leurs yeux les plans si faciles heurcuse d(mer

niagi ,', nc t'i ts~'sk'm :s ,
I imagine de s\stime i)olit- 'rah. Ces futurs
(uiesreineidiantAtous iesmaix midecins en hei
tousles artifices qui, dcpuis plaisir inormnet
It's i)'Ciiie'cs (|poqiices de la pauvre folle t(
in alicieuses taqi
vivilisation out servi Agarer l u
la Irouple i>ous.
I'opinion, seront largemaent jiie, salisfaite
emp loys. vicille lemme
MNais les homes auquel a sans reason.
I)assion oi I'intlertne caclentl
point la \viilh combatlront ... vu, vat
,our assure- son triomplie. du martin, ruel
.El si I'hisloire conserve son (dans une vaste
ilmpartlialile, elle dira que Mr NI' 1... J.-L... qi
louis Borno fut le premier de lond(ment, 6te
nos Chefs d'Etat qui a eu le longsur un ~no
courage dte s'afranchir des tus. Le jeune a\
p'rejuges (de toutes sortes pour de i' au derni
inaugurer I'&re des vraies re- 9lU.1 (itL: ( C
forces au milieu de re6sistan- runier.))
cos consid6rables et i charge Mais, vint A
lc cllete ingratitude dcoura- eilcoulennt 'houe
g -anie qui accueillc les acts piLi6 de luie c
ls pls pu gien6rucx d(u lPotvoir pr6venir un ch
vivant. nage qui arri
avec sa machi
S Apris le discours du Secr6- qua le noctami
r taire d'Eta, le Pr s Hilpullique descendit de I'es-
r trade et s avanca vers I'endroit .. a vu dim


i'


Aprbs tant de realisations l.IlasdeclU lehAot ourenvisagt
utiles dues A I'iniliative intelli- eutares dech que (rit vi*e ai
gente du Uouvernement, nous e ce qui o e
void A la pose de la prermire pour ameliorer les conditions
pierre d'un Palais de Justice. de notre Justice.
L'actif ingnieur qui dirige le Apr6s avoir com nenc6 a
Service Technique du D!parle reliever les salaires, II entre-
ment des Travaux Publics, vient prend d'6tab'ir les tribunnux
d'indiquer ce que sera i'ipor- dans des locaux q(ii seront le
tant ediflce don't il va eir. per- plus possible en rapport avec
mis A chacun, dans quelqnifs lur digs le.
mois, de voir e dI ver e eur dignit6
lignps sur cette belle place ue 'evenemcnt d'aujourd 'tui,
1'ind&pendance. soyc en )persuadis, est Iun
11 ne me resale done plus qu'"i des premiers de toutle une se-
preciser la haute significalioit d rie dre am.liorations pr6evues
ce nouveau succes de 'act o: a i program ne qui s'execute.
gouveriiemenlale. C Cest d.,nc le progress qui esl
Ce que je present ici comnme difinihivenc.i en mlarcleccux
un nouveau succs nest qu'une qui ont assume le responsu-
continuation du progr#s de la bilit s du Pouvo;r sauront
politique adopted par le Pr6s aoplireurach usquau
dent de la R6publique. aoutlI vc ur toa e. h voloniu
Cetle Iolitique ferrne et pr6 bout aver i toi e l I volentie
voyante qui trcuve une aide si de reussir qui doivent leur
puusante dans la mise e muv ssurer les bonnes fortunes
d4 Truailte 1915, s'est igal~ Ic l'avenr.
par'les heureux rstaltats qu'elle lls le front sans phrase et
a dejA prodoilp, Point n.et be- sans pr6tention sac!iaot lbien
soin que j'indi'qotces rditials. e leur tvre escntielles et

naltre qua, dans toutes les bran- ses humaines clie prsentail
ches de I'udnmnistrati)n, I'acli- quelques inconv6nienls, ellc
vit' duGouvernement s'est ua ic luisserait pas moins. la
ni "a avge s ccvs par des porte ouverte a toutes les ame
alT6ibrahifns sulatires, la cra- liorations.


ou dlolt ltre posee la precmireC
pierre du btiiment. Aide par
'Ingenieur en Chef, le Presi-
Borno la scella et M. le Cha-
noine Vicaire g6noral Le Gon-
aze donna la b)nedictin re i-
gieuse.
Puis I'assistance visit les cin
placements oSl s'6rigera l)ien
tot le Palais de Juslice.II &tait
pr's Ide i lhcuires,lorsque Ire-
tn:it liii clle brillance ciri-
nic p:I'r le ,16part du IPrsidcnt
tde la Icpublique salute, coin-
I11, a son arrivee, par la Mu-
sique Idu PIalais,



Gratis...
Noeis soIIinies heurcux d'an-
noncer a nos lecteurset char-
manies leclrices, ai)ris dtle-
renles et aipprotondies enilqu-
tes le iomijde la maison qui
vend ai quality gale le meil
leur niarchu, c'est PAUL E.
AUXILA. Visitez le pour vous
convai ncre.


Le plus beau choix de cha-
peau de feutre et de paille fi-
ne pour homines, ct un grand
assortment de sacs pour da-
mes en argent, en perles et en
marocain et un beau choix de
portcfeuilles pour homme en
cuir de rissie peuvent t re
fails clez H.iBALLONI Fils.La
maison offre un joli mono-
gramime en argent a cliaque
preneur de ces articles.

MAURIIE ER I
Angle des Rues du kagasin d
'Etat et des ronls-foris
I'orrmns de chapeaux, der
niere mode.*
Prtlumeries de toutes mar.
qucs Houbigant, Pivert, etc.
Com)toir de mercerie.
Chalaeau pour enfants, horn
ries et dames.
A-tiril eIs plus fins la
*. i tec d, Lutous les bourses


I
lil.


edi vers 10 heu-
eoin tde la rue St.
rue de la lkvo-
ie d'6tudiants en
droit, qui se li-
ige et singulier
igacer une mal-
ite nommhe Sa-
avocals et ces
rhe prenaient un
i fire subir' la
routes sorts de
wineries ce toute
sait Ides cris de
de torturer une
sans d(lense et
*
-hier, vers 2 hs.
lie d'Ennery,
court, un jeune
ui dormait pro-
ndu de tout son
rme tas de dl6ri-
rocat est t huni-
er degr6; lquel-
est Job sur son
passer une jolie
elle s'approcha,
ine e e robe, eut
charitable, court
auffeur du voisi-
va, sans larder,
ne. On y embar-
bule et le tout d6-
is.
*a
anche vers les 11


heures du soir, angle des ru'es
Dantes-Destouches et Aminri-
caine, un maquignon no:nmn6
Avignon qui, mont6 sur un joli
cheval h robe grise, louait sa
monture A qui voulait I'enten-
drc, en vantait les extraordinai-
res (lualit6s. ((:a vient, dit-il,
tdes C6tes-de-lFerI on mar-
cheur ? Tireur sans i)areild N
... ni lardt a pas i' voi\ r la fi ill d
I'liisloirc. Sous les n1olbreuses
caraicoles qu'on lui faisait exe-
culer le pur sang envoya son
cavalier Imordre le Ibton. (,e fut
lui qui y perdit, I'autre ne van-
t lit plus ses qualitis.
*
... n'en revenait pas!.. Un
jeune muscadin aborda un gent-
leman de grande prestance don't
I'dleganc Impeccable est un ob-
jet d'aidmiration pour tous et
lui demand de lui prlter sa
canne. (.clui-ci s'execula de bon-
ne grace, mais, NorntE(EIL. le vit
I)ondir d'indignalion lorsqu'il
vit lejeune muscadin, E .....
se servir de la jolie canne pour
se rendre compete de la quantile
tde gasoline que conteRait son
auto. Le peit singe, sans I'ihiter-
vention 'un ami, allail passer
un mauvais quai t d'heure. II me-
iitait vraiment une correction.
Crar, a-t-on jamais vu pareille
impertinence ?..



Nous avons rewu
Boletin de la G,'icina Sani-
taria panamericana.- Num6ro
.le D)ecembre 1926, qui conuient
le comple-rendu de la prenmire
conference Pan-Am.ricaine des
Directeurs Nationaux des servi-
ces de la Sante publique oh Hai-
ti Mtait repr-se'nthe par le Com-
mander C. S. Butler, ing6niaur
sanitaire et Raoul Lizaire, uo
'tre de notre Lgation A
Washington.
Homenaje al Ilbertadwr n
la ciudad libre y anseatim de
Hambourgo.- C'est le compt
rendu de la c6r6monie d'mauga,
ration du monument 61le i
Ilambourg par ls consuls ge*
raux du Vin6m6la, de la Coo .
lombie, de I'Equatemr, dunro,
de la Bolivie et da Panama,
74 .


S, ., -


Sm4


__ _____


1 ___ - --


On acquiert on grand espri] mse
pas en appresat beaumepj par
cour, manis en cparant bcaeoMip
le doses qu'eo volt; it last bear-
rcos asmiler, el, niqnq'on voice,
ticher d'en savoir la msr.
STENDHAL
iL *


0







LE MATIN- 8 F6vricr 1927


UI BON CONSUL I
Aime la vie, Ipace qLu'(le
est belle enn lle-miine. Si
parfois, tu la tro'ives hideuse,
cherche iutour de toi et it;
verras celui quI la pollu
un homme.

Sinion Bolivar Ic Libeiateur.
C'est le premier monument 6ee-
v6 en Europe A la gloire de
lilluslre patriote v6iezuelilen.
La brochure est illuslrre de la
photographie du monumental el
oi portrait du G(neral.luan Vi-
cente Gomez, I president dtcs
Etats-Unis du Vni.zuila qu
avait convoqu6 et r6uni A i:ara-
cas le premier congress boliva-
ricn.
BarclaU's ank limited.- Re-
vue mensuelle (cdilhe i Londres
par I. J. Froster et F. I1ig bv; -
Head Oltice: 51, Lombard
Street, London E. C. 3.
1.es lives donton parle.- Pu-
blication trimeslrielle edite par
l agence generale de Librairie et
de publications, 7, Rue de Lille,
Paris.
Le Centenaire de la Librairie
Hache te.- Texte de Mr lieni
Doumic, secretaire perpLtuel de
I'Acadtmie Iranqaise.
La Pelile lReie.-- Fascicule
dtu 1Jr F6vrier don't voici I'int&
ressant sommaire :-- Une 6du-
cation (e la franchise. LetIre
tie Paris.- li'll i pjittlresque:
IPont de Liimolalde.-- 'it(evrc
des congrilg'atIions Ilraniaises en~
Amerique latine.- Le Caif.--
Notre Album.- IReceltes uliles.
Iistoire d'Hlaiti du 1H. P. Ca-
l)on (Suite). elc.
Adresscr loules les (coiimmiuni-
cation a Mr .. Ml. NIlZ. aldmi-
nislr.ieur. 711, Ilue "'"riou.--
Pjrt-au -rince,
La /RIh'te' de.s d,1'.r .llanles.-
Niunl6 io t' l. ).1:il\'ier 1927 idon l
nous )ptllii)iis Ic hsomill l:irfe.
Soc.'t; des Saliotis. lBureait
Jnte natiotial d(i T'ahvail.- Les
prle iiirt's ircoiiia issaIices tie
yi licatsenii Italie.-.-1aasonsd'ins
tructiots ei tle prtc)Lpgande.- LaI
prevention des g re v es et des
tock-outs aux ltats-l'nis. Pro-
gres des ralilicaltions des coi-
munication ilerniationales du
travail.- Les cooperalives ou-
vrieres de production aux I'lats
Unis (copies pour informalions
et insertions).
Anales de El Unierso, diario
de Ia manana.-- En une co-
quelle pl:iquete illusltre, sont re
lat6s tous les details intlressants
oncernant Ic journal 1El Un i-
erson de (uayauaya qui vient
de t ter son cinquiemii anniver-
!saire.



Un locataire


dangereux

M. Aratus Desrouleaux habi-
tait la maison de M. Ambroise
Frid6rique, sise A lUa iuelle .lar
dines. Debiteur de trois mois de
loyers, soil 45 dollars, il ful assi
gn6 par le propriutaire. lt le
tribunal de paix rendit conlre lu
unjugemnent.On allait pro:&dcer
une salsie-gagcrie quaiiid,Ia veil-
le il dOmeniagea A la cloche de
bois, emportant avec lui tou
ses effects mobilicis jus lu'aiu
clefs mnmc le de l'im:niuble don
les portes resteraient encore ot
vertes si Ic Juge d( l aix de I.
Section |Nord n'avail fail le ni
cessaire. Et chose curieuse, c'es
que M. Ambroise Fred1riqui
pour reprendre possession de si
mason a 0te ol)ligC de s'adres
ser A cc Magistrlt qui lui ei
donna l'entrec. Quant au loca
taire, on peut dire qu'il est dai
gereux. La Police est certaiiie-
ment A sa recherche.


Tentative de ulolde
Samedi soir, Melle CUcile Mi-
chel, pour une raison qu'io
ignore encore, a absorbC une
certain quantity d'essenc* de
noyau. Ele fut transpprtec ii
I'6pital et le Juge de Paix de l
Section Nord fut requis pout
I is constatations d'usage. La vic
time ayant recu a temps lea pre
-*:nuers soins du Dr Valm6 est,
troyons-nous, hors de danger,

RAPFLE
La ratle du beau cheval sowu
I oil rouge aura lieu cet aprO
nidi au Cafe de Mr Thibauu
lenis, Champ de Mars.
Les porteurs de billets en
oant aviss.


L'imbroglio' La situation


chinois au Nicaragua


Kiem me sera chan.i' dans I'inter-
wielion de (in ralldlle IBiclu.!l*.

Par cable franqais
I,ONI)IESS- Malgre I'opposi-
lion du goiuvernenment canton-
nais au debirquement de forces
importantes anglaises A Shan-
ghai, rien dans les discussions
du cabinet ne seible indiquei
une modification dans I-s dispo
sitions rises A l'Ngard des trout
pes de defense de Shanghai : ces
troupes au nombre de 12.(0H)
contintuent leur march vers la
vilk.
SHANGHAI Cinq cents bles
ses soul arrives A Ilong Chow
aujourd'hui, ils viennent de lIar
mne du mareclial Sun Chuan
Fang A Yenchou oil i a pris ses
positions le long du fleuve pour
arrter la march victorieuse de
I'arm6e cantonnaise sur Shan
ghai A 300 kilomntres de dis-
ce.
-- use-rl ------
Les interpellations Ala
Chambre trangaise
i)Wirilratiol de Poillcari
sliur I' dl iltiagel
Palr cable Iranciai.s
IPAIIS- La Clhamibre a en-
tendl( les ilntcr'l) lllitions sur lai
vie chbre et Ic clu6inagc.MI. Poiun
care lait remnarquerI qe le Icl6-
inage esi tni In.itl etiro)l en. 1.:
Fl:-rance, (lil-il, par' i Ics ex-belli
gIiiints, est un de ccux (Iti o;i.
sCoufert le moIins de c ii')n iv
Ie i110111oi!)C (i s cl 'illiir 'S s,1ille
illen t 11inscrIs csl w; lc llelleln'l, (
5t; 275) hio nme; et 1I.0()) lfe II
iI es, chiffres qui von d'.iilieur.
e.i d6croissamnt ill gre li [)Ipr,)
gande active poussant It's cl()-
IIeurs ai dealiderl dvs secours.
La movenie des ch6 nuttirs a'vant
la guerre Mlait de 200).(00 ihoin-
'ies et 5)0.()0 fe)limnes. IElle atlci
gnit eln 1911 31 1.000 homines et
208.0(0 femnims.
M. Poincare a di'clariI qu(e re-
culer d(av;tlage A I'lieure tde
l'assainissement eat aI)pauv'i la
France. II a rappele les travaux
que le gouvernement a prevus
pour parer A celte cruise sans
nuire A\ 1'qu I br du )budget.
11 resplcctera 1 -s controls avec
e s ouv r i es ir.mng t ers; il
invitera lesgotiverneentils itran
gers A decoutrager leurs nalio-
naux dtie venir travailler en Fran
ce. MI. IPoinicar a conclu en di-
a inlt que I'ordre et la niMthode
p )ur retablir I'c~onoinie natio-
n ie sont les sculs reinmdes d6fi
nitifs centre la cruise. Les jour-
naux conslatent que la situation
d2 la tr6sorerie est de jour en
jour plus satisfaisante et que les
measures de M. PoincarO produi
sent leur plein effet. l.e tresor
dispose Mnaintenant en banquet
d'une large aisance. 11 a rembour
sO (i.5 millions cettle semaine.Le
i course des changes obeit aux im
Spulsions de la banquet. En Jan-
i vier la taxes sur le chiffre d'affai
Sres a (dlpassi les evaluations
bndgilaires.
e IPoincara a d6tclar6 aujour-
s d'hui ai la Chilin.)bre des (dipiulst
x (ue la Ibaisse du 'frnc availt ini-
I cite les connierC'ants et les in-
t dustrils I transiorimer le u r s
a francs en IlarclaIidises.ll cn est
rfsulit en 1!)2(0 unl surcroit dct
I production, la stabilisation rie-
cl cente, contsequtence de I'accord
.i de ha Bianqlue de Firance avec le
"'resor a empcchl la speculation
i dans Ious ls seLns. Ille donnera
i industriese la stlabililt niicessai-
I re pour s'Iadapler i dtie nouveauxx
- course. l.a stabilisation 1igale est
une question trop( coimliexe
Iour quI'on puisse intervenir ra
pidementl. Une longue ptriode
de stabilisaltionde failt est d'a-
bord necesscairle.


Au Senat des Elats-lnis
Par cable fr'ancis
SWASHINGTON- Grou pes
pour la premiiie fois depuis
plusieurs annees sur une ques-
tion olitique, les r6publicains
rcgui ers et les ins;urgt s ont re-
pouss6 tnl O lfi des d mo-
crates de faiie voter par le S_'-
nat un project de loi sur la rd'(IL
lion des taxes. A cctte session
du (Conlgl's ils out votv pair 1(
voIX coIIItr ; 33 un'1 rCi'solutioii
prisenlte pnr Ic s6naleur Norris
du Nebraska declarant que le
Senat estimail ique 1'excct'(enl
des recettes devait l 'lre cmplo-
y6e A amortir la detle publique.


Pa'r cublc i'ranlais
IL'I:'T() CABEZ.\S --e LI)i
Juan B. Sacasa, chef( dlu gotiivr-
,iemeat lib l)ul nicarag ivI vien, a
dcclar (i qu'il contintieraitla I t-
le c(onltre le goiuvel-inelent co.I-
servateur du Lprsi(dent i)iaz jiis
(iu'au jonur o il l ne scr.il pltis
en Imesure dee resisler i' I'hosti-
litc des troupes amilricamnes. Le
I)r Sacasa a 0li avis6 (que les
Etats-Unis reconnaitraient legoni
vernement conservateur l ablli a
Managua avec Adolfo I)iaz coin
me president jusqu'aux elections
de 1928.
------3ss --
Le movement insur-
rectionnel au Portugal
Le min sire de la guerre commaude
les troupes gaeuertemaeanales
Par cAble franCais
LISBONNE On avail an-
noncd cc matin oiicieusement
que les revolutionnaires d'Opor
to s'ltaicnt rendus aux troupes
(Id gouvc inement,mais ceta prcs
inidi les mutins r6sistaient en-
core. I)';prls un comnunique
itlliciel un combat semiblait 111-
inlient. Suivant ce comiinnuani-
(Iqu, le iinitistre de la gueirre a
iLabli son (qiiartier-g6niral da ns
l:a caserne de I'artilleric A Porto
et les troupes lovales out 0tW or
ganis0es en (leux colo:iIcs pour
attal(uer les rebelcles. Les rAvolui
tioin ires o it I leur tote le ( -
n ir',l S)tousa l)iaz (lui c'st p)rin' i-
pa'lemiiint suilcitcu )ipar des civil
irmins.L g6in60ral X.irliinion,, chel
t(I gouI v r'l IentILcnl I)orlugiis, a
d -tcl.arc (lue les i 've;;leme:lt'is ac
tiuils in Ii lil(niiilel clair e iineii (i tL
I'.1iriinLe Ij)M it.1- isC ei tiit (InI ci')l
(Ie la (dict;Atiirc (ai IIS s)'.l (L'Jvre
de re.'onsltrucLtio(i n ition:ile.
Une gi grve' r le des che-
rmins de f'r ia 01i dtldclare (dllns
le suId-est du( Portug I. L.e go(n-
veriie entinl reIl d Ies IIlCSLiI';-'
nlcessaiics pour' evitcr lai ct-ss:
lion co:npletle de I'exploitatioli.


Ajournement du
Reichstag allemand
Par cable IranCais
BERLIN- Le Reichstag. s'est
ajourne ce soir apres avoir en-
tendu des motions de confiance
et de dchliance. Le vote d cisil
aura lieu samedi. ILes partisans
(lu cabinet de coalition di cIh:n
celier Marx predisent que le vo-
tI de confiiince sera exprime
pr uine lorte majorit6l aussiltt
que les discussions sur la d6cla-
rat.onI de la polilique du gouver
nement seront terminees
--- ~ ~~ *- --- - -

Au Cercle

Bellevue
D)inanche ma I tin, au Cercle
Bellevue, au course de la saute-
rie i laqIuelle le dislingu6 Pr6si-
dent FrId. (nietjens avail invite
les habilufs du Cercle. M' Leon
Liaulaud tul sollicite de rempla-
cer NMS. Pradel lejour oil celui-
ci devait pa;l:r du patrlotisine
chez la lemime. Avec leC ean
verl)e qu'on lui coinnaitl il gilati-
fia I'assistance d'unc charnanile
causPerie.
I)Dns le plus pur language il fi
un parallIle entre les SaIlois du
9l)mne siecle et les salons nmo-
dernes et comIpara les mi(iLI. s
actuelles A cells rl'il y a vingi-
cinq ans de cela. Le distingue
conltrencier illustrant ses pa-
rules d'exemples des miicux choi
sis, soulint plus de vingt minu-
tes I'altention de son public; el
ce I'ut sous un tonnerre d'applau
dissementsque Ml Liaulaut c(la
la parole au Jazz entlial)1i qui
ne se tut qu'apres deux heu-
res de IL'ai)I',i s mlii.
Nous relnouvelois inoS CO'li-
pliincnL; Mr Gieijens qui a su
avec tde si seines distractions
rompre la mnonotonii des Di-
manches mnatins.


Incendic
Ilier, vers 11 heuicre 1 2 du
'ni il, la SirCnIe nil(' II oI' sou-
ilain un incemlic. I'n ell'tel, Ic leu
\cn;aii d'claler tdans unei mai-
snI inhalbilic silu1e ai laI rue de
Il']oilit', tout i),r s de I'El'olc
uillouis. ILes p)tiiiericrs arrivO-
rent pjrompleu)-'i'nLt su les lieux
cl, les lances a b n d a iii in e n t
pourvues d'eau, on cut vite rai-
son du tlain qui ne consltlInI que
la scule niaison otn Ilavait dclat&.


Tmm to @Am/ doa-

UN FAUX PAS LA FAITOM-

BER PLUEURS MARCHES

D'ESCAUER

Les contusions et lee foulures -
soulagent facilement avee
un simple rembde.

Un simple remade de family employed e
perte de temps hater le aoiamt de eO -
tuaiona, faulurms t bleaure. C'et ainsa q
nous bcrvent fI'quemment des personnel d
Continent Am6ricain.
"Ayant fdit in famu p .-nou crit une bl
d.mne de Nice! France-e tombs plusloun
marches d' allesr. Jo e laeva s le orps
moulu et pouvtt I peine ae bouger, wmae quil-
aI-oe applia0=n5 de InlmAnt & Sloan m' lv-
runt la douleur et firent di paraltre linflal
tion."
Pendant bien d'annie et dans le monde
ie Liniment de Sloan a 6t6 rneonnn
vrai calmedouleur. Ue application,
ter, sulage Ia congetion, tonifle l. muscl
amortis et caueaussitt son e ft euratif. Gar-
des-en toujoure un flacon A votre portte. En
vented dans touted lee pharmacies.



SLiniment









Direction C. Mtiffal Tlal(ly
Mard'(t I'8vrier 1927
8 hi. (il soir
I)Sbuls de la (iranle Comt)p:gnle
des Choeuru Ukranienn.
A tous les amateurs de la MN
sique pure et du Chant pol-
I|lho1ni(te se. ir-seeit. l1a 11)(ssi-
blilite (I'assislr i, ce grandiose
s)ectacle d'Arl, qui a oblenuL
par soi in llCOiipra)blh niise nol
point n grand sticims d('1s
toutes les capitals d'Europe et
d'Amerique Ilatine.
Les tossignols des steppes
sont (lriges par le maestro Serge
Olguin.
EntrCe gendrale: 1 dollar
Balcon : 1.50 a
Loge :200
i L'Aiglonne et a Les
Millions... )) sont renvoys A dte-
main soir a 8 heures.


Les Pupilles
de Saint-Antoine
Avant-hier, I'oa po s a i t. a
Poste-Marchand. la preinii e
pierre du bAtinmeit oiu (nil dlre
logee l'(Euvre des Pupil .'s ce
Saint-A.nloilie.
I)e nomb pc x pinarains et nuar
rains avaient dil choisis et un
grand nomibr'e d'iivitLs Ls is-
taien' ai celle fi'l'.
SYNDICAT das T' POS
de Poret-au-Princ .

C)rorm:i.enl t a 2c alina
de I'arlicle 21 (lCs Si:nitils, Ies
Mciiie)rs Aclils da Sv\'llic..t
son! conv.)( ii s en Asi.vieble
(Genrale cxtrao:din iw e le
dimanche 13 flrvri r co:-
rant a 8 Ii. pr:' is.s d i maliin.
Le local scru ut:triicienCeLiKnti
dtis:gn.i
ShOri -hI .jouir:
lo LL,'irt i- :Ic la cor.-esp)on-
da nce.
2, Iaap:'ot t IIdu Bureau.
3o Elc, iion du Conscil d'.\d-
ministrationi.
A la siai1nc du 6 f6vriercou
rant, Ic (:o mit' a decide de
p),blier in e.r'enlso, pour 'eux
qui les ignore: t, les Statuts re
gissant le Syndicat des Typos.
Port au-IPrince, le 7 f6vrier
1927.
Le President:
P. 1). IPLAISIR

STF.M I OPPRESSION
Soulagemun ,.ir. ditjat a gu6risson tl,
GlobUles Rebi;ud
Risultts merveieux,gurprq.ate M Ie
A. oDLIoOUX, n2, Rue VicsMr-vp
A I'uii am Pnncr : Phiarue CS U


SA SOUllCE PEiPHI est la perfection des Eaux de
l.tble; clie sliitn'le l'a)pelit, favorise la digetMiojl
el aicilite I'dclmi ailtion de 'acide uriqile.

Foiturnissetur idl S: Majesl le Rlli d'Angleterre t

Celle IAIJ MINIRAL.E esl connue do monde entier.
I) ins les Ilestatira nls, stir louts les bateaux. e IPERRIER
e:lt 1'Eaun min6rale d(I pridilectionl ; les hailiens qui ont
,oyage connaissent lous la Ipopularitde celte eau
l centilisaile.


.\iiuc e! auItre av%,,inen'a le I
go (iIu ((:l-MAin ile O lFIk1ks OT BREAKFAST
I) 'I'ce ~ ( IItcII' I est I l) r I, ii 'O ,,
co :ine etle !I
Nolie notuveu pr'oce&6 de
section (i1qi uous st propre,
le trinage cl la pIr6Cpralon de
l'avoine, eit rmln|plihclnt'nl r01o
I'li ,nii la nm ni-ire de cuire I'a-
voine des'inte a la table.
(.c ioiuve('procd. C(-oinn C O II
d nous culs. l(dglage ntill aro-.
mte de noix dis inct et dillO-
rent Ide celui de to itcs autres
avoines qu vous ayez.nangte
jusqu'ici. 11 ne peuti-etre corn- a, ,Lmg
pare A celui d'aucune autre '
m;irque, ct ne Ieut s'y rcn-
contrer quedans le veritable d 3 Milnute at 1'lakes.
Gotletz le aujourd hui.
En ve'nte aux principles Epiceries de la Capitale,
JacineI,Jremie. Petit-GoAve, Saint-Mare, Gonalves,Port
de-P'aix et Cap-Haitien,


Three Minute Cereals CO
CEDAR R .PIDS, IOWA. E. U,A.

AGENT REPREVENTANT


Rafael C. C
.-****-.-----


----v-
A '


OEN
Port-au-Prince


~4.t ~ -
- .~ 5~ *
'U


P


I


_ __ _L ____ ___ __ _;_ ___________ ~__i i )___ ~_


_ __ __


I







LE MATIN 8 F6 vrier 1927


Legation i
do la R6g1blique
El Lie. l taRin 0. i evipn,,
Enviado Extruordinat'io y Mi-t
nistro I'lesipotenciario de la
Republican D)o'inic ana en laI
Rpuica de Haiiii,i In senora
COinbina de Lovaton,tiencn
e: facer de ofrccer a sus amiis
Ias su nueva residencia, si
tiila en la Avenidai Lamarti-
nt"e., Iiois Velrna
A.i mismo, participant a sus
rolacionados que rccibiran los
diao Miercoles de 5 a 7 p. m.
Son Excellence Lic. uRamon
O.Lovaton, Envoye Extraor-
dinaire et Ministre Plenipo-


tcntiaire de la licpublique Do-
minicaine en Haiti ct Malame
Colombina Lovaton. out le
plaisir d'otlrir i Icurs! amis,
Iculr ncuvelle residence sitiine
a 1'avenue Limartiniire, Bois
lerna.
fiE mme temps, ils por:ent
ia lctr connaiss;nce (u'ils re-
cevront les the.credis de 5 i
7 1. in.
La tegacton Domini Ca,
particit a sus relaciu.tbWsy
a toda persona (lce pueda in-
teresar,que ha trasladado sus
oficinas a uno de los deparla-
mentos alto de la casa Ed. Es-
teve &4, o sita en esta ciudad
en la Rue du Quai.
La Ligation Dominicaine,
porte iA la connaiss~nce du


CONSTIPATION
prenes I"
COMPRIMaI
| 8UI18E8I
de BELORT, Phamaoam,
IS Aun* ant-Antotae
C'8T La MEILLZUR
DES PUROATIF8
1 AIJnTMR PaLIMM AMIMUCru
m L DIPk ldUn VIAND
e orutw 1ean Ira Phaarmnwe
public et i to te persn'ne que
cela interesse, que ses bu-
reaux demeurent transteres
dans un dels apparlements du
haut de la maiisosu Ed. Esteve
&. o sitube en cette vilie sise
a la Rue du Quai.


Hupmobile! Hupmobile! HUPMOBILE!
Nous avisons I'interessante population automobiliste de Port-au-Prince et des autres \vilecs
d'Haili, que nous avons etabli notre marque d'automobile Ai Port-au-Prince


NotrelO II
^Hupmobile
Six y i n r es
Est maintenant en exhibition

Garaae HARRY R. KINNY
1366, Grand'Rue, Port-au-Prince


Monsieur KINNY


car~nlit p)crsonlncill cment e servi e du gara-
ge ce de ri'parations,


C


Iap'tal: Or 10.0Io o



SEug.LeBosse fCo


A Agents Gen6raux
44& f''


Lis 'W' i
, rr. .l P i.Ii

S i .; ,, ;, ... :I -' t' 0' '"p- %1 .' -- I. 1*'S vous
,iSK.i o s .. >, a ,-,, A, ... ..:,. ,. L .-s i t i.' les

ii ,c ..... I, .I.r :u u. e, i -,1 c.ii'. .' l o CK e
l Irf d," r .e ;'. rcsPO', lin.,' t. i 1', r ,,.'i: .. .ii, ,i. liicnt
I ii t t e t ;. b n 'l l* O D ;, I ( .C. pir 4 : b; (f.'l. 1' 2 lt
J"iB' 2re facil ;m e-tn'i np c ;4 ." i *I V .- 1 1 I', t I' *t . ,4 ? t 1 I o.U Ie
foic, flcmen i t n'impcs .q .i ,. ,. ,, .. .* .; I -I t ,.L ,. ur , it, -. c k:
L $&,I. c epo ,ir d. s ..'i. c't..".... .^ ,' I ...t Irjt 1-i.. ,a ^
Le, Pal 1,-


FrI


Surmenge.AnieieC raenewrvev t
uisement, Idies Noires,
bui k, 11


Neurasthenie
Decouragement profound, tristesse incurable. lassitude continuell, f:tii;-:ee : tro:e au
moindre effort physique ou intellectual, dou s ale s ans le jambs r i, ii .l in u u
reveil, inal de thte en casque, insomnies cruellhs, iimpuissance t' t,( c :r t ':cle,
tels sont les sympt6iles de ;la neurasthlinici la plus to:turalnte t i .'I..;. ': ner-
veuses. De personnes en apparcroC saints et viguritiste, I'.:il'.ei .t \' l.at djc
mis6rables nques lhunainc-.. (rttc dtLhearu:chn pro;,uidc n't,t ci '! P I Irllr-11i1-
diable. Les r.uras'hcniques peuvent, ils doivent guirr, ;nl. ,', t. t mix, -t;il e
nerreuse nest pas moite, elle est seulement al'aibie. II u iirt ,.'I;:: -se." a IcUr
s' stcme ncrveux la bicnla;sante niitrgie vitale quc ticnt c: I 1. \e


L9LIXIR ZIDAL
formidable r tgenfrateui nerveuy qui decuple e quel1ues jours leur force muscu.
La.rc normal et leur puissan:e intrllectuelil, augnlcntc ,a ;lrilitK.
Nombreuses attestauons de maladies et de mniducduln
Le flacon 1 ftr. 50
S nroeture N' 6 de 64 Pages, gratuile sur demand adressie uta
SSpdcialit6s Ncurologiques du Docteur alle., 11, Boulevard de StiaLbourg, PARK.


EN VENTE DANS TOt"'TS PilAltMACIES


Q lnsuranc,


SUne des plus fortes c

e canadiennes d'assur
* la vie

SEug Le Boss

L __ 1 SMM aw


Alfred N. Cook -
1912 Rue du lMa.asin llle .
AI\,Io t'cc L i s ,s Amis ct ( i-
c tlss (i'il tI iN.it (Ie iccv oi ir (Ic
Bor((Iliax parl steaimcir a-
rilatbes. ))
I'll r)i Sto k
Vin hiane ct rouge Extra.
Chain ni, ltouits Mal'cs
\'in Muuisseux Duc ; a-
I11ts 'ccO'()I1 11 ni(ie.
SIlop ct Li(qlcurs assor is.
Whisky toutcs marques. (.i;:.
Slpjcialit ooke's (Gin.
Mlhun lin, Alcool, C aiin
Lr t-c ,' i lctte.
Compagn! e Ger.6ralo
Transatlantiqo
L.c sc l(" vr (;r;>ail e ,'e
i'clo l r (le CuI io cti ( Cs () :,
(Iin utd cslol cndt1 a (l ,I o l ;-
P'rince vendi,:di 11 (o, rn;1'
II rc,,rtii 'aIC niimcf Ji,,
pour : St-M;arc, PI'ortde l'i:,.,
ip-ll ailien, 'ucrlo i'lal.t ,
Ponce, Sanl Ju:ii cl Ic leIltHN.
S Port-au-Prilnce, lc 7 Fvr _.
11927.


SA vendre


i -~c UL- Un


U(ne honic nmallet
1 aut:Ilmohilc Ch1( role 1925'
1 listen i acaiou,
1 maclinic ('oudre,
1 mnaiticqlinl ti'orie acaddmiqiie
2 cllc'\allcis ct '2 t'lcs mann "
quill po )() louturlC ,
1 belle Psyche,
1 hbeaii shloe en s)>ic I)rol:be,
1 1glc;nt ;il).t!-jo 11 n1o Ii lie
pour salon,
1 Lulonmobile Che\irolet 1925
1 toutirlncLi gazollile gaz^ilice
pour cuisine ct chatliifge tie
fers 6 rcj)asser.
1 petite table de saloi,
Quelques chaises. etc. etc.
S'adresscr au Bureau du
journal.


Som a e



ompagnie I


*ance sur



& Co


ail


EYE EIIZAIBA.de Matitis & C o.Reprose ntants pour Haiti
.-- --------------1----------11- --------------------------------------- .- i. i MI-



li4s/I/
~~~* 4' .1


Allez voir au Garage Kinny

Notre HUPMOBILE .6*


Falte vous taire une demonstration

Ernesto HARDER
Agent exclusif pour Haiti

Hupp Motor Car Coporation
DETROIT MI HIGAN E. U. A


'oriwich Union Fire insurance

SocieB limited Fond6e en 1797

Au Capital de Or. 30.ooo.ooo

A desplu im rinles Compagies assramces

contre I'incendie
',A|ae w- Au Cap-Hai'en 1:J. PARAV1SINJ
Agents- Au Caye. jE~aBURGEOIS-Jacmel, .TURNIER
r,,ent 6s. : J DAALDER
Po ti-at-PrTicee


I


_ Ir I ~


---- --- I_ r


~I1~I" ~IEIl


Une vigueur et une fougue nouvelles
Nous avous ;", cn ellft., lltre planss collci nouiclle SIX cylindircs tous les mcvries
qui, depuis dix-huit ans, sont propre s des products HUPIMOBILE, joint a u.i vigeur ec
a ure fougue nouvelles pour une Six cylindres.
o omme r6gularil .cyclique. flexibility, economic de la consommaiio.1. dimention
exlCrieur tacilit~ de conduile et de stationnem- nt, douceur (d1 marche, ethliacite du
treinage, beauty de la ligne, execution et 6.,u pem.nt, elle sur asse trut c: q ic '1on
pourrait exiger d'unc voiture automobile... et cela, moyenn nt ua prx b;en itiirieure
a celui qu'on s'attendrait a payer,


Agitls


E, 011EI.IN& Co,


Un
ill re


*









LE MATIN- 8 Fevrier1921





Ces Annonces voS ireessenl ise-les

ni-- II.e 4e --,


laxatif physiologique
-- 0 LAp 6-& .-. -


altant la ridducation tknctionne
,,* -* 4


Kss a Mltot. l'ltatin,
It 'Appf ll e la IEntritte.
IplM lbe IMm4oldem,






Hdumorroide
Dysilllpll on t.


tablI Chatelsi. 9. vo ,- torm -
P La mtrir four
Le mlr louri


: r u



nit I'9a,.-tagr, cott le ue tal rt.r e ;ui int'p ( ',+ It 4 cnpo" ,,


,ilo do )'Inte..:nr
!' tal. hA' .1 ki &s "
l "ti*jLurt rI .n.i ..tan .r*
pb' rte iti.r bL u '.i .rt'
r tA .a r :a: *i t '
& ,i t i 1 t l a i. i l fI ,
A .4.'I Itl' 91 SM ,J Iat U S
Vr au e I ts ":**
rUAU t ier4ilt e.I al .stu.. i.
wna li Il r.i1 i'e 5-.Jt. 41i:
Hr*S Il.us.u *Su i>*li
r.u.en-tl 1 ml Int &i u.* ilrans .
don l its t.i .Stiro*.I iauid (
iulva IP iit:LIIa*1. t trel. 6
. tInf lr 'rc. r.
.n.-n. I at oi M n

,t i a .l rI,.

SI IBO.ITPAN : remnI I
awl _e 10ultnu na ,
-I 1 ,- i ITT. I. s 1,:.1* ,; L I.


__ __ :" z:1. ~" s. r- -~-


1 z

LIFEBUOY
le Savon
pour la Sante
Lever Bros. Co., Boston, Mass., U.S.A.


ecoLute:


Compagnie Generale

Tansatlantiquie
Arriv6e du D 3 La Salle et du Macoris
Le steamer <, D.E LA SALLE I Sp)ciaCleient I'CserV'
pour la clienti;led'Ha ti,est attend Li Po:t-au; Prince
le 14 Avril 1927.
11 repartira le mime joar pour Cap.H -litien et Ic HA-
vre directiement.
Ce navire rapide et conrortal),e, oll'e l'occasi;)i
(I'acco:nplir la traverse en dI )ize ju)rs.
Le steamer MACOIJIs ) quitt2ra lPort-au-Prince le
28 Avril Li destination diu IIAvie via les ports du( Nor.I,
Puerto-Plata et San-Juan.
A arrivee de ces paquebj's an Havre les passagers
trouveront A quai un train special les meant directe-
ment A Paris.
Port-au-'rince, le 18 fanvier 1927.
E. RIOBELIN & Co. AGENTS


t $a


la lmsiaue

produite par les

,*1


Columbia


Grafonolas and Records


Et vous vous rendrez ( ,::n;)u tle I'excellence .I.,
nes A prix sans i,1:eils.
Le Repertoire l'I's :rtit's ceIlcbres commune
Ma'ri liarr'cutos
lHenry iurr
Mafrv'(;"I'le 1
liIylolito L.:i'-ro, T'nor
etc, ainsi que dle; orcht'll;i' I t ,i;re nier' ii olrde.

Voici les prix d(e. Iu.c'li: :,; e.' so k :


Modble Ilarmnonie No)
1(. (( (4


:" E-S- 120(

a 550


1 10

7


ces machi-


s ') 1.00)
'40.00


85,00


300,00


U


M'Toutes ces Machines so ,I munies du Moteur A Triple chain
permettant dle jouer 3 p','*c`( ..... --e' or cr.
Une demonstration vous montrera ltos ccs ,*',mnges et
votre choix tombera sur un GRAPHIOPII(ON1 t()l't: A.


EN VENTF CHEZ

L. Preetzmann-AqFqerholmn, Ii, ll U

12 RUt7 IiU Q'J lI. .
a --- ni m m -- J- -- I LJ--- i- _.--~- - ( I7in llam lB


- --


o. seal f,


intrez et


| I I I


- -- -- - -- ---


I~
--


r---~-- L~I --


--- .--- c~~- -~T1-~~L I
L




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs