Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04385
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 02-05-1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04385

Full Text






LNSITfEUR -IMPRIMEL'R
- Clament MAGLOIRI
BOW-VERRI
1i358,~Ru Atricaine, 1358
LSPHONE N*242
I.I. NJl0u ;20 CENTllMES
I


POR C-AU-PRINCE ( HAITI)


SAMEDI 5 F~VRIER 1927


-n-.- u.............a3 u wrlw i um u u in1 W. q


---- DCI-----


[EMIERE DECEPTION
P----i--------


SHEURE DE MA CARRIARE saris malice ( car il n'en man-
re. dans ce pricis du quait point):
isme Iris complete. crit, --Vot- s devez etre, ma chlre
enous le disions''autre enfant, ine des leclrices de
ine par les plus vieux MN. F'rcd ?
si du 'nmiier, Btr nd, M. Fred! s'ecria In gami-
y leinenl t'llel, I ierre ne.,. Mais je I'adore! Et c cque
Pierrefeu, Rpsnynin, et je donnerais pour le connal-
d'autres qui ont vicu la Ire I...
ourmenlee du journalist. -- Ne donnez rien, ma mi-
.puisons notre ( Chront- gnonne. Le voici I
du sanmedi a. C'est une heu- Et le patron me d6signa d'un
voureuse de la carridre de doigt perfide.
hlonsky que nos lerteurs Cest vrai ? demand ma
i, sans doule, avec plaisir. lectrice en m'enveloppant d'un
regard ou Il'epouvante le dis-
P pauvre mercenaire de putait au d6godt le moins dis-
s qiue je suis depuis tren- simule.
q ans (et je m'en van- Tous les copains se firent
) j'ai faith un peu toules les un malin plaisir de proclamer
nes de la profession: ai quoeFred etait un de mes pseu-
our A tour romancier, dn(ymes.
S iqueur, revuiste, humo- Comment, c'est ce vieux-
crivain ((gastronome ,, IA!rpelta la ravissante fillettc...
lten dn pubhliciti,.riliqne Ah! si j'ava'is su i
ic hall,, poivelliste,6cho- ...Et se jetanit centre i'Npaule
essayists, secretaire, col- de son pere, elle clata en san-
aleurw et nnigre glots.
An'est mnme arrive d'6cri- Le pere, navr6 et furieux, :a
te irpoleence... (ai menaga d'une correction
~tr at de monde I...) exemplaire et publique, mais
Sq ~lingt nns de a yaUt comprise sans doute que
Al w v ter ed'in iotr, curtains de nouseupsent Ipeut-
of^r din i re pris tn trot) vit inuer~c
nal de gosses, intitul Q,,i li tre ris tAean dagogique, I trett
rid, et qutparaissait chez I'ori- ce ableau dagogique, II mre
gi l et fantaisiste 6diteur it celai a maisons.
Stditeu J'ai su depuis parelle-
JH e taie... mW lne. d'ailleurs, et dix ans
uiit:rit pe redntait sous plus tard que ma petite lec-
1 ~etrayantle d'un im*. trice ne perdit rien pour avoir
ln se t o de f pages, qui attend ce soir-la. Elle m'a
i t irait9Lx difatls. la i6gi-, pardonn6. par la suite, d'etre
i rt~ lire nn journal son al. 6 de .vingt... Maisje
S gran d que celui de crois bien qfuelle me repro-
p n.m6me qio d papa Mtait chera toojours d'avoir 6tc ( sa
bon~ an uTemups. premirre~d sillusion .
elan; M i r aand e, Marcel Cette petite histoire ne com-
S, Louis Mblteste. Andre porte aucune morality. Mais
6. dix autres dessinateurs elle peut du moins servir a
talent, illustraient ce pa- d6montrer que, si les ecnr-
pi er,. de ravissanles compo- vnais jagnent peu a 4tre con-
sitions. nus, iusperdent toujours a
-'. Moi. Je faisais chawne se- dire vus de troppres.
mauie,la hroniq,, e de M. b red. ___
Je m'6tais amus6 A inventor --
.toute une famille groupie au (th z F. LAVELINET I C'ie
tour d lt .t~Mpa que j'avais 17 ue d Maas
sarno Jle alercolo,oparce 11 Rue d g7sin
qu'ili 6~ t la fois paternel et de 'Etat 1716
colone El, bien entendu, je larhkandises Frnaaises: Tou-
rempli is inoi-mnime'le per-
sonna de M. Fre(dl fin gentil les fournitures pour Robes et
gamin e ;quatorze A quinze chapeaux, Chapeaux varnis,
ans, es 16gle, narquois et ma- Formes TACAL: Chaussures
licieux pour Dames et Entants.
11 estcntendu que, pour la
modestfk, je ne crains person
ne I Assi n'oserais-je jamnis
avouer mbien ja.i recu,sous Ce Soi
le nor te Fred. te lettres ni- Ce Oi-1
dentes passionnkes que m'- I Tout le mende A
dressai l des lectrices a~ees
de dou A qpize uns. Mon Sea Side Inn
1diteurnet mes collahos en
tlaient cand~l iss. On sentai
que la ssiol araUlt a6.toute
pure... t je p dis ajirmer-qu'-
elle pa it souvent un langa- Avis
ge qui us stupefiait par sa
pr6csil et par son audace. -
-... O un certain samedi Les actionnaires de la Com-
(qun lt le jour du Conseil agnie Lilhographique d'Haiti
de Br d lion), ia filette d'un sout convoques en Ausemble
emplo vient chercher on, Generate adnmuellee e 27 F-
Pgi, a magasin. vrier A 1 heures a. m. an lo-
C' ta une gamine de donze cel de la dite Compagnie, Rue
an ,jo come les amourai Amnricaine N' 1348.
Je ss r ois encore ses grands
yeuxbl s,sescheveux.bonds Ordre du jour
et ro court--gt' d6cou- lo Expoe6de la sitnaliuoidgp
vrylt dgi jambet.rrftites et l'anne 1926.
d'e bniicheurveloute. 2o Election di nouveau con
on I.papa, .res fier d'ellc seil dAdministration.
(i avlit tous n s prixl ) Ia- 3o Toutes autres measure
mena d ns le bureau oui nous uliles a la bonne mnarche de la
6tions us reunis et la pr6- Conmpagnie.
spl' a jpatrn.M)i lFacpueil-
lit av; une pe aalte/,onne IICNIRD E ,
gr2ce, lui dcmandIa, non I


La politique des Etats-Unis


en Amerique central
-___ -*^=- __^ -
Voici le jugementl ap)porle ( tie. de 1912 A 1925, la c.aptale
par notre grand confr'rre pari- (il Nicaragua (ut occiil)cc par
sien LE FI.AitO sur les etvn't- les trou ess (lhla grande ll'|1u-
mnens qili se d.roulent depuis oblique du Nord et que c'est
quelque tem ps en Ameriquo sons l.i protection Id ccl!es-ci
Centi,1e el .i."r Ia p lidilique des qu'cut lieu I''lcclion a li h)pri'-
Elals-U. nis t I''.t!aird des Ir'ois sidlnce de M1. D)i.l,, cl(I' dl
Repubhqlies dni MAexique, (de Ip:rti conservatcur. Or, der-
Panama el de Ncaragua. niirenient, Ic leader (Ies lilb6-
raux, M. Sacaza, constit ail


Le trait que le gouverne- uni gotuvernement revolution-
ment de Washington vient de nire et combattait le forces
conclure avec le Panama, la regullbres du president Diaz,
r center inte venlion de la q(i, bienlt), subissaient des
grande RIpublique du Nord dfiaites. 11 a sutlli que les li-
dans les affairs du Nicaragua hiraux palirssent sou t n u s
et ses diff6rends avec le Mexi- par le Mexique pour qliue
que n'ont pas et6 sans 6mbu- Washington s'empressl i de
voir les Etats de l'Aimrique pi'e1er son aljuii aux conser-
Cenlrale et de I'Amerique du vateurs. L'occasion detail belle
Sudl et, on peut le dire, l'opi- d intervelir.Des troupes furent
nion du monde. L'on discern, d eb:lrquies i IPuerlo-Cabezas,
en el'et dans ces divers ev'- sous le i'precxte d'assurer la
neinents, les manifestations protection dcs citovens ide
d'une politique nettemcnt iin. I Union; en rialith. Washing-
p6rialiste. to prenait netlmennt position
Chest ainsi que le trait du centre les liheraux, mi:lgr- les
21 d6cembre dernier, entire le protestations de ces derniers.
Paiianma et les Etats- Uni's, C.
co,-stitue une alliance d6fensi- rom:Ce1 Iont peit sen ren-
v- et offensive absolunment (r'e co.nlpe, I'intervention des
contraire au pace de la S.N.I), Ets-tnis an Nicaragua n
.(Ai reut cependant I'adh6sioi' p.Is seulement pour but de
de la petite Republique de s assurcr Ia dominatlin du
1'Aimrique Centrale. Par le pays mais aussi de combattre
mine trait, le Panama cede I'inflluence du Mexique.
A Washington l'ile de Manza. Ainsi les Elals-Unis pour-
nillo et met A sa disposition suiveltt leur politique inmpc-
divers ports. I1 se voit, de la rialiste. L'in ie rnos contrrrcs
sorte, priv6 de son ind6pen- faisait justenient riemarquer
dance par ceux-li memes qui qu ledomaine administr6 par
la lui avaient obtenue en 1 03. le gouvernement de Washing-
Nous constatons un fail sans ton est cinq fois sup6rieur a
discuter de I'int6r-t 6vi- celui qui tut obteuu p):r les
demment tris grand qiic insurgesen 1783. Li liste se
peut presenter pour les Etats- rait longue des pays que les
Unis la domination dun pays Etatu-Unis acquirent par la
traverse par un canal aussi im force,l'argent on la diplomatic
portant que celui de Panama. et de ceux oui ils intervinvent
Mais il est A craindre que pour lesdominer ensuite.
cette voice, qui stiffli encore an N'est-il pas permi tie cons-
trafic interoceanique, ne de- taler que ce solnt ctcux l in m
viennc insuffisante dans une mes qui 'atijiuent tine politi-
vinglaine d'ann6es. -insi le quie d'expansion, conci lent
government de Washington des traits d'alliance defensive
*l-t-il 6e6 ainene i envisager li et ollensive, construisent de
creation d'une nouvcl'e artlre nouveaux vaisseaux, qii prel-
naritime: des le24 juin 1916, cis6ment rel|rochenlt aux aun-
il o'tenait du 'Nicaragua Ic tres puissances leurs arnle-
droitexclusifde onstruie sur mentsleurs pIctes purement
son lerritoire un nouveau ca- d6tensils et leuirs tendal ces
nal et de I'exploiler. Ajoutons soi-disant imnp:'ialistes.
i
- -- -- ---- ------- --- -


Les 25 ans de 1Ecole

des Sciences Appliqudes

Leoanque4t SEfL SIDE INN


Avan!-hier soir, ne assistance
nombreuse et chi ie, convi6e A
Sea Side Inn pd le Conseil
d'Administration '1Ecole dk's
Sciences Appli" ues, prenlil
part h un grard ba uet en coml-
m6moration du 2 me anniver-
saire de I'Ecole. A distance nom-
breuse et choisie tlisons-nous.
Oui, autour de i longue table
en fer A cheval de 10 couveris.
toule fleurie et d ssde sonu- I.
large galerie de Motel ou lps
lanpes Mlcctliquti versaient A
prolusio I leur phit~ clatante lu-
miere, en outre (Ij Directeurs,
des Olves et de jus les Inuge-
'iens i6es de I'Ecole,
ris place: MM. Au-
guste t Secri(re d'Eltt d,
I ton Pubtue, Charlte
Fo SjreLtaire d'Etal d(.
l'IntCt UQItnt Magloirc.
Prefet de Port- uIrince, M. le
Chanoine Vival- g6nial lc.
Gouaze, M. Iq A ine Lanore,
Supirieu i ti minaire de
Port-au-Prince, I|| Commander


Cook, Ing6nieur en Chel des
Travaux Publics, M. Charles de
Delva. President de la Coininis-
sioi Coniiilunale de Port-ao-
Prince. le Fir're Hlyppolite, sous-
direcleur de I'lnslitulion Saint-
Louis de Gonzague, M. le Dr
Justin Douinique, Directeur de
IEcole Nalionale de NWldccine,
M. Edgard Elliott, Pr6sident de
la Haytian American Co. M. D.-
mocles Vieux. I)irecleiir du Ly-
c6e Pdtion, Mr Clement Pollhel,
sous-Inspecteur des Ec ,es, etc.
%Un menu de choix, exquis,
fait des mets les plus s lvouirex
*I t ic vis les plus fini et (tout
le Maitle-queue de Sea Side liui
possde le grand secret, lut s,'i-
vi A ces holes distinigu-s. lPres
des assiettes, devant cliacun desI
convives, le detail dlu menu
6tait note sur des cares arlisti-
quenient decorces d'origiinaux
croquis a la plume, essuie-pin-
ceaux executes avec grand -
len! et signs ie Melele Roy fle
du President du Conseil d'Ail -


ouromue au sonn s


I


Eni terminant, M. Roy, adressa I autre bout de la rue.
q ielques bones paroles de re- .,_
mnleciemlents A M. ClCment Ma-
gloire pour le grand concours H. BALLONI Film
que Le" .Mlalin, en toules occa- porin
sons, n'a jamais manqu6 de Port au-I rice
priMer a I'Ecole. Offre A la Societe la plus
Ensuite, M. Augusle Scott prit slecte un.joli assortiment de
la parole au nom du Gouverne- n6cessaire .\des engliers t!e
men.t II loua sans reserve toilette et de 'essares al ur
belle et utile euvre accomplice toiletteet des .cssares pour
par 'Ecole, en f ticita chaude- B16bs et pour B t emes.
ment Ious ceux qui avaient con-
tribue a sa realisation. II renou- -- -
vela I'assuranceque le Presiden cole pour l'inlassable d~voue-
de la iRpublique, que de teless meant et la grande abn6gation
institutions ne laissaient janmais don't ils ont, sans faiblesse, tou-
indilirent et Ious les nembres jours fait preuve alin que I'ceu-
du (;Guvcrnement, continueroit vre alteignlt pleinement son but:
a I'Ecole I'appui, le concourse qai former toute une plb~ade
!ui avaient toujours 616 donln. d'hommes instruits, courageux
Le Commlandant Cook prit, on a leptes de la science -.
troisieme lieu, la parole. LiU Puis le eune Ingenieur renit
aussi loua hautement I'leuvrc ,u President du Conseil dAd-
realhise par I'Ecole des Sciences ministration un Parchemin o6
,\p;)liqude.. .l1ii ng eur en Chef talent consigned les remercie-
soutli g.au colnblin avait 6t6 im- ments de tousles Anciens CI1ves.
I io('anle et prkeie. se our Ia Ce f t M. Auguste Bonamy,
)ireclion G-iaeratle d esTrav y e.nlbre du Conseil d'Adminis-
Pub)licis a collal) r.i on de< ; :. q rl)6pondit am porte-
geiciUiets haltiens, loii, .incins parole des lag,;nieurs. 11 le lit
elevcs des Sciences Appliqyides plans le langage qu'on lui con-
II s ftlicila d'avorw louio nt:t naitl, eloquent, persuasitvibrant,
trouv uen euixx des cuilabora Puis Ion but A la prosp6rit6
teurs iltelligenlseit dlt la coin de I'lcole, A son succ.s, A sa
pelcnce avait loujours mriitCc longevite come Inslitution
I's plus hauts Mloges. haitienne.
Au nom, des Anciens eleves, II 6tait 11 heures 1/2 du soir
M. D)inicld brn remercia les I)i lorsque prit fln cette brillante-
r..ctcal-s clt i'JfosaseUrs de I'3 t, te.


t-' yz_


S


j


4


)


i' ri altal de I'eameCn de cons-
(fier, sera, a r Ir trmps, de nous
Mclalr"i r nr sr dtants.Quaard nous
sav'us qu'dlle cil '(re priMipale
faiblksew, mous pourrons nous impo-
ser Ina Ube islotaire de la cnomat-
tr echaque jour. Jules SIION
II I I


<4


-- --- ___~_


~_


a6)me ,lNISE N (0()17


I IM


ministration de I'Ecole.
Sept) heures et demie, Ie ban-
quet s'ouvre, assure par un ser-
vice impeccable. Et toutes ces
haiutles personnalites font Ic meil-
leur accueil A ce festin gran-
diose don't chacune des cu-
vres ) )tait vraiment faite pour;
flatter Ic palais des plus dClicats
gourmets.
Au chllmpagne, M. Louis Roy,
President tiu Conscel ld'Adtml-
nistration de I':cole se leva. II
reill('tcia lout d':abord lest eux
Stcr t'daires tl'Elht Iqui avalient
bliei voulu rehausser de leur
)prIsnlce I't6lhl die celle cel-
bration des 25 ans d'exislence
de I'Ecole, les priant de trans-
inelire A Monsieur le President
de la IRtpublique et A tous les
autres membres du Gouverne-
ment les vils remeerciements du
Conseil pour ioule I'aide el la
solicitude qu'ils avaient, A toute
heure, tlnoigniees ii I'Etablisse-
Inent.
Puis, se retournant vers les
lheves et les professeurs il pour-
suivit :
( Vous tous, qui participez A
ce banquet comlnumoratl du
25>me anniversary de la londa-
tion de I'Ecole des Sciences Ap-
pliquces, avez contrilbu &A des
titres divers A son closion et A
sa croissance: les uns comune
lthves de la premiere here, les
autres come professeurs des
premiers ours; ceux-ci par leur
rnrole vibrante et chaude A la
t ibune 16lislative, ceux-li parl
leurs plaidoyers 6loquents dans
les joturnaux; d'aucuns par leur
obole discrete,d'autres par leurs
dons gin6reux. C'est avec une
emotion, que vous coinprenez,
Messieurs, et qui fait trembler
ma voix et batire mon cceur,
qu'au nom du Conseil je vous
remercie tous, ouvriers qui
avez travaillC f6aire vivre I'cea-
vre, unissant dans une meme
pens6e de gratitude ceux qui
sont avec Vous ce soir et ceux
que les exigences de la vie out
places hors de la Capitate ou
hors du Pavs.
u Messieurs, Vous excuserez
les nembres du Conseil si. 6
c6t6 de leur emotion bien lkgi-
time, ils eprouvent une satisfac-
tion Faite dun profond senti-
meiit d'oigueil et d'esperance :
d'orgueil. lorsque, jetant un
coiu d't) il en arricre sur les
ainnwes scoules, ils competent
les cts IIes Iranclhies et les rssul-
tals acquis; d cspIrance, car les
vicloires gagnies pernettent
d'ii visager I'avenir sereinement,
!nmimc si la disparilion, cctte
triste mort des Choses, (dvait se
produire pour I'Eo e des Scien-
ces Appliquees,.


lore il,.





... a vu, jeudi soir, l 'audien-
ce de la Cour d'Assises, deux
galants qui oubliaient complete
menl qu'ils ttaient dans le tem-
ple de Themis et qui faisaient
une court assidue A une belle
fille ))A... B...
L'on se parlait tendrement,
belle et tenure causctle a trois
que ne troublaient ni les grands
gesles du Ministtre Public don't
les large ranches rouges bal-
taicnt I'air conmme deux ailes
effarantes, ni la verve mordante
de I'avocal de la dt-tensC. Et l'on
dit ue Th6mis n'est ipas I'amie
de Venus!
*
... a vu, jeudi, vers les 8 heu-
res du soir, dans un des quar-
tiers du Bois-de-Chine, une da-
me nommee La'rance se pren-
dre de querelle avec son fils Al-
bert. II v eut corps A corps en-
tre la im6re et le fils. On roula
sur le lit qui s'cTfondra sous Ce
poids inat endu. Quelquc cho-
se, un objet tries utile la nuit, se
brisa. La pauvre Iemine cria au
secours. Un gendarme suivint
et le fils qui oubliait combien
sa mare avail souftert pour lui,
fut conduit au Bureau de la Po-
lice.
*
... a vu, hier, vers 1 heure du
main, une chaude querelle en-
tre un coiffeur et un de ses amis.
Les choses en vinrent A un tel
point que le brave tailleurde
nuques tira de sa poche 2 ra-
soirs mnais pourquoi 2 a la
fois ?- et s'appr6tait A fire pro
present la barbe A son adver-
saire. Un gendarme, le N 9
assistant, impossible, A la se~ne.
Mais lorsque les choses s'apai-
sercnt, I'agent de I'ordre, tran-
quillement, se fit relneltre les
ras)irs. Et ce fut tout.
*
4*
... a vu, hier iatin, une tem-
me affol6e sortir en coup do
vent d'une cour. rue Amnricai-
ne. Dans la rue, elle prit ses
janibes A son cou, come si
quelqu'affreuse catastrophe la
inenaVait.
... vit aussi un homnie, un
cordoiioier, sortiren couraiit de
la iili'ellC cour et se niettre ux
trousses de la coureuse.
Ils disparurent tous deux A


I










LE MATIN- 5 Fkvrier 1927
-i l. lilM II


-. .. .
UN WON CONSEIL i
II v a trois chosos qui font
d'uitre humaiin un Hunomme '
le courage de dire loujours hi
vwrilt, le respect de soi et la
volonti d'Vtre bon.


*
Aux Assises

Audience du Jeudi 3 PI' rier

Las eircosla nes dn crime
II y a deux ans que le jeune
Marc Gouny entrait. A litre de
staglaire iT la Royale Bank of
Canada aux appointments
mensuels de 16 dollars (i6 cts.
A peind yavait-il pass trois
mois que la Direction de la
Banque lui avait reconnu des
aptitudesi a tre Employe.Ainsi
donc,il fut charge, moycnnant
une meilleure rin'undration
du service de la Caisse d'E'
pargne. I i encore ii ne d6mb-
rita pas de la confiance de la
Banque et continue Ai jouir de
1'estime de ses superieurs.
Sur la pecn l faiaile'
Maisdes camarades de ha-
sard, devenus brusquemn'nt
les inseparable de ce jeu:ne
6phIbe, lui appirircilt a frd-
quenter les dancing alors en
vogue. II y trouva 00cries du
plaisir. Iin quotee Ie divertis-
selient jusqu'alors inconilis
en conipagnie d'exotiques, de(
dr6lesses se posant en vraies
Messaline, c'~taient les nuits
passes hors de la mason de
famille.Et cela se repetait sou-
vent. Sa santl s'en alltrait,son
travail s'en ressentait.
De la Rppubli ue Dominicainee
aux Assises.
nlemercie le 4 Octobre der-
nier par p a Banque, il partit
pour la R. )ominicainei. Et ce
jour IL, certaines irregularities
out itl relevdes dans le livre
qu'il tenait. 11 fut donc dpose
centre lui une plainte. Ce qui
motiva son renvoi aux assises,
ofi il a 6t& jug6 hier sous la
double prevention de d6tour-
nenient de fonds an prejudice
de la Royal Bank et de faux
en ecriture de Banque.
Ie Tribilual
Le tribunal priend sidge i 11
heures et demic sous la prIesi-
dence du Doyen Barau qui,en
raison d'un public nombreux,
faith immediatement organiser
un severe service d'ordrce.
Le Minister Public est re-'
pr6sentci ar le Substitut Ben-
jamin.La partic civil pas Mes
Georges N. L.gcr et C(hrislian
Laporte. Les conseils de 1'ac-
cus6 sont Mes Pierre Hudi-
court et Evremont Carrie. Le
Jury est preside par Mr Clii'-
lea Alphce Alphonse.
L'aecus
De petite laille, tries court,
il porte un costume de Gabar-
dine contours. '1 Trs calnie, parlant
Iranqais avec aisace, iI niera
umis avouera en pa.rtic ce qui
it e1stlS rclrrochi.
les diposilions


Apris lecture de I'acte d'ac-
Cuslation et de I'ordonnanice
if& renvoi, le tril)unal entend
Monsieur.
Alberic Cassaynol.. 11 ign o-
re ce qui amneic Mr Gouny
sur la sellette du crime. Aux
question qui lui sont poses
il respond que recllemenI il
avait un compete i la Royal
Bank don't ii n'a pas a se plain
dre. Sur la demand de Mt
L6ger, combattue par Me Hu
dicourt, le Tribunal met s:,us
lesyeux du t6moin des cli -
ques qui auraient 6tsigl, de
lui. Me Cassagnol n'hjsite pas
A affirmer que ce n'est pas s;a
signature. Mais il ignore l'in-
dividu qui les a prisent6s au
,uichet de la Ba:iquie.
Air O. J.Brandl Ce tlmoin
depose d'abondance.Ilraconte
conunent I'accuse est entire all
service de la Royal Bank doing
il est le Directeur, cxpli:lii
clairement le travail qu'il y
fjisait,et comment il en sortit.
Aux questions poses avec
lbeaucoup delogique et tie tact
par Mes Lger et Laporte, Mr


Brandt demon tre la faion
don't I'accuse s'cst pris pour
operer les d6tournements de
fonds.
Sur la demand du Substilut
Benjamin, le t6moin d6imon-
tre egalenient comment s'est
pris le pr6venu pour se fire
presenter de faux cIheitqis.
Les specimens de signatures
des d6posant sont dans tin
classeur a sa disposition. Et
son visa sur un chieque sign.
fie (ue c est la signature (du
lircur qui s'y trouve et qu'il a
des provisions. Alors, le cais-
sier paie
La diefese
Mais Me Hudicourt,obtenant
la parole, seml)le dkmlontrer
tout cela et finira,en des tours
de torce vraiment admirables
ui'r dirIeaux Jures (Iue cct en-
lant de 17 ans qu'il defend est
innocent et qu on I'a renvoye
au criminal pour faire taire
cerlaines propose.
II garde le temoin pendant
:l heures, le questionne avec
habiletl si bien que vers 11
heu res du soir utn jue( dleman-
de la rel)r sensation de cer-
tains livreis de la lBanique.Ceci
fait,l'accuse q(uestionne avouc
qu'i! a rdellement detourne
des vale rs n'excedanit ias 200
dollars alors qu'on lui repro-
cle en avoir ldtourn6 7.300.
Ce sont alors dtes incidents
d'auldience (lue precedent des
obscvatedtr resp)ectives du
Miniistire lPublic, de la parties
civil etjldu conscil de I'accuse
devenu slmpl)athique ii l'audi-
toire qui I'a)plaudit des mains
et des pieds.
La Melre
JlMe Goluni! Avoue que
decourag6e, ti un certain im,-
ment de la conduit de son
ills, elle s'en etait plaint an
Directeur de la Banque. au
(:ommissaire du Gouverne-
ment, au Prlett de Port-au-
i prince, aux Chefet sous-chef
de la Police. Elle n'hesite pas
a ajouter (tu'une dominicaine
du nom de Dora avail porter
son lils delaisser sa mnaison.
Elle ignore tout ce qui a ame
nd I'accuse aux assises.
AMr 1Aillhitde ellndrick. -
II faiit peu prs la Inime de-
posilon que Mr Brandt. I1 est
2nime Caissier la l Banque. II
(lit lqule l fit reproche ia (ou-
ny a trainsp)ire 2 on 3 heures
le departide celui ci de la Ban-
que.
Me Iludicourt, la voix lorte,
faith voir le peu de valeur de celte
deposition qui est, dit-il, une
kleton apprise)). Et, crAncement,
il 6met son ol)inion sur le per-
sonnel de la ianque,tait ressor-
tir les circonstances dangereu-
ses duns lesquelles Gouny au-
rait tid amene de Commendador
a Port-au-prince. C'est encore
un tonnerre d'applaudissements
qui couvrit ses dernires paroles.
Et, sur sa requisltion, Mr 3Bonai
qui esl dans I'auditoire est en-
tendu lt tire de renseignement.
Porteur d'un ordre de recherche
contre (irouny, il avait voyage
pour IelladLdre.
Avez-vous 6t6 a Conimen-
dador ?
Oui, j'ai des amnis par la.
l)e celle reponse, Me lludi-
courtl tira paii en taveur de soni
jeeuii client.
I,'s diClM s (i';i'riraui


So3gjt do rhumatiwuow aq

PENDANT EN D'ANNS

IL SORA DE



II explique come un simple re-
m&de de famille le soulages
immediatement,

Des millions de personnel emplotent en vain
un remade apr.s 1'autre pour le rhumatisme sanm
pensor qu'il y a un rembde de famille qui ie
soulagera imm6diatement et pour toujours.
"Pendant bien d'ann6es Je souffris de rhumati-
me aigu, noun 6crit ce Monsieur de Dijon, Franc
--sans trouver remAde I mes maux jmuqu'A quel-
qu'un me recommanda le Liniment de Sloan.
Los promises applications ayant eniev6 la dou-
leur son u.age constant m'a compl6tement gu6ri
Ceci est presqu'un miracle quand on considbre
que j'ai plus de soixante an."
II suffit d'appliquer un peu de Liniment dt
Sloan, effectt curatif duqueel t product aans bo-
soin de frotter. L'inflammationlbaisse bien vite
la douleur disparait et en peu do temps les mu
clear et tendons retournent A leur 6tat normal.
Dana n'importe quell pharmacie vous pouvez
en acheter un flacon.
I I .


Liniment

|jdeSloan
Aneanlit Toute Douleur
-- i




Carnavals
Mercredi apr-Ln-midi, sur I'.i-
mable invitation de la Coiiiis-
sion C(ommliunal e de P-au-, cut
lieu, as Cercle Port-au-Prin-
cien une reunion au course Ide
laquelle fut form un Conjild,
comlpos ( de Madame Cl6incnt
Magloire et de MM. Charles Ide
Delva ie Ed. Esteve, charge d'&-
laborer le programme giindrl.
des f6tes carnavalesques qui ldoi-
vent se dcrouler pendant les
trois Jours-Gras.
Une deuxicme reunion aura
lieu lundi prochain L 4 h. 1/2 (de
'apres-mni(i, toujours au Cercle
Port-au-Princien arin de pren-
drc connaissance et de disculer
le programme Claborb par le
CoinitV.
Conine nous le disions, d&s le
premier jour, nous applaudis-
sons vivcment ai cclle idee de la
Co imm i ss i on Communale de
donner, chez nous, aux totes du
carnival un caractlre de plus
grande distinction et LE MATIN
ne manquera pas d'apporter au
Comitel d'organisation son plus
large concourse.


c
c


I'on pass aux ddlats g6nd-
raux. Me (eorges N. LIger,avec I
logiquc, et en cttle langue pure
qu(io lui coniiiiait, reprit, pnt les
fails de la cause et demontra
la culpability du jeune Gouny.
Aprls cela, demanderent et
obtinrentc successivemcent la pa-
role Mes Benjamin. Officer duL
Parquet et Eiremont Carrid, un
des conseils de I'accuse.
Lee irdict
Le Jury, apres one deni here
de deliberation, rendit A 4 heu-
res pr6cises du martin un verdict
reconnaissant I'innocence de I'ac-
cus6.
appelons qu e le D)oen Ba-
rau avail iosr at Jirv ia ques-
tion de discernement p.irce (qie
le jeune Gouny, A I'ppoquie de
ce |I' i, c's |p), oct'lh l it Iag'
de moi is lt, I, anis.
Avant de lever le si' ,' ID lI)o-
yen rimercia vivenic:l es. lure's
tl'av;i)..Li ois ci t cclle session
si b)Cii ;ait'co()lnli letII (Id voir.
t N11 Chairles Al)li&c Alphonl-
se, tlant en son no 110 (It'n ccliii
de ses confrures,trouva des mots
heurcux ipo (l dire qu( le Julry.
toujours, remplira son devoir,.
vec conscience et honnnet.


Au Cerole Bellevue
La sauteric, pl)ridcde (d'ne
:auserie d(e NM Sevmour Pradel,
ui devait avoir lien, ldiinmnche
ernier, au Cercle Blillevue ftt
renvovde A cause de la lmort de
Semexant Iouzier.
Elle aura lieu domain, apres
es ollices religieux du (timnin-
clic.
On y passer aissulriinenlt (liel-
(tices hlietes cl hia'lrlnltes ct agrha
bles.



Depart
Du Secr6taire do la L6.
nation DomInicain3
Mercredi2 FI'ricr, est parli
par la voice terrestre. pour Saint
)omingo, le secrelaire (del la I
galion lDominicaine Monsicuri
Raplial Minaya, dOmissionnai-
re. accompagna de sa tumille.
Durant les deux annies Ips-
sdes i a la Iation l)omlnicaine a
Port-au-Prince. o.is cur Mi-
nava, ainsi que Mala;a e Guari-
na ide Minava sc soOt lait esti-
timer de la socidtl port-au-
princienne oui ils laissent de
iin illhretux nlliis.
N\ is sotulailons inl Ile:n; c
\oyageC aIu el)oux Min;sa c:c
sucIcLS ;i notie i i1li ah plial M Ii
nava dians ses nouvelles active
tcs i San I-F'racisco tie Mc coris,
Icur re'sidncCL future.


Delnain,

-A 9 heures du martin, dans
la cour de la loge Les (C(Eels-
Unis mirage des ralles organi-
sees pour la reconstruction u(I
temple de cell loge. Tombol;,
Kermesse, Conference.
A 10 heures, 6 Cind-Varid-
t6s, tirage de la Ratle Id'un ol
de bouteilles de champagne et
de liqueurs.
A 3 heures de I'apris-midi,
au Poste-Marchand, pose de iL
premiere pierre du bhtiment dle-
vant abriter les services de I'.\s-
sociation des Pupilles de Sainl
Antoine.
A 4 heures, mIat'.:h de polo
devant les Tribunes du Chamlp
de Mars.
A 4 heures 1/2, pose de la
premiere pierre du Palais de
Justice. Grande tCremonie i! li
quelle assisteront le Pr6sident
de la Rpublique, les Secretai-
res d'Etat, le Conseil d'Elat el
les Memhres di (Corps Judi-
ciaire.
-A 5 heures, maninie cind-
matographique pour enlanls ii
Cind-Variet5s.
A 6 heures, c o nce r nau
Champ-dce-Mars par la Musique
du Palais.
-A 8 heures, cinema i6 Va-
rietes. On donne ( Flroufou )) en
5 parties.
Et, AParisiana, oin sera mon-
tr6 < Gossette ).


Sortileqcs

et nmal6ficcs
-----ese -
Hier, vers minuiit el dcmi, des
passants attards (IL i rega-
gnaient leur domicile percent
etre t6moins d'une eirange scl-
ne cabalislique qui se derouilait
au beau milieu du carref;ur d la
rue des Csars et dela rue uI:r-
be, au coin de la halle noiod du
Nlarcih Vallibre. Un groupe le
10 ou 15.individus Otraingncentl
v6lus de longues iouilppelaidcs
blanches, la tete ceinte de mou-
choirs dte !nme couleur, tour-
naient en round dans la rue, s'a-
genouillaient, se rle vaien ,
murmurant de sourdes incan-
tations cntremenl es de chants
cabalistiques.
Ceux qui turent surprise de ce
spectacle macabre, ce lurent les
rares passantsqui se trouvaient
A celle here dans les rues. Aussi
ils s'empresserent prudeiment
de regagner leur domicile par
des detours si longs fussent-ils.
C'est Otrange quand m6me d'a-
voir encore chez nous des gens
se livrant A ces scones noctur-
nes diaboliques et magiques.

M. Cl6mentel a 6c dlu pr6-
sident de la commission scnato-
riale des finances.


La FLIT tus les CANCRELATS

A MINII IT les c'alrr'lals omnluenmeael t iesli
ver diis des millions de maisons Oiis
pinez les bordereaii des reps de ces vilains in-
seeks. C'esl de los proi isions qule es intrus dl-
oioulants se rmlorlenul, uos coineslibles ql ils
cointaiinienl el d ilrisenl, ~as irmls el vs frian-
discs qu'ils llelnt eu leur rominuniiquant Icer
ode01lr Ialusiilaboudl,
'PrIserez iolre maison de pilla.ij', I Le FLIT tae lh
do nmaraudage des ancrelals. Le qui piquent le
SLIT le fera. En quelqes imiules raffinte ailqi
le FLIT dObarrasse one maison de les 6iolks les
(tus ces porteurs de maladies, msu. est prpre et d
hees, mousliques, panaise, miles pn tel poor lesial
ces et canerelats. II patnire dans peorles nufai
les fissures oi les inseetes se ci'. ll estea vei
rhent el dfeInit leurs larves STAiIn


Distribileurs : The est India Oil C
Prt-S -Prisee "
__


-


(~I oce


I








- 5 F6vricr 1927'


Au Mexique
-,s -- -
Par cAble firancais
MEXICO Les rebelles qui
se rendront sans conditions
avant le 10 F6vrier seront aim-
nisti6s par le gouvernement, a
diclare le sous-secretaire 'de.la
f erre Pina. Aprs celtc date,
res troupes du gotivernement
noursuivront sans relllche et cx-
tenitineront l'ei4 biiid.s (qui con-
tijlueronl la lutt cit les traite-
r&t connle bandits.I.e sous-se-
crtgiire a d(clar6 que la l rvolu
tion est pour aini dire terniin6e
. as Mexique, que la nmajorit6 des
bandes rebelles out e16 disper-
sies ou exterlnines et que pour
le moment Suleinent de petils
groups opre~nt tdans lcs difft-
rontes parties du pays.


Ila


Merveilleuse


I,'; ;lis I" 1.1 ehapeau I
VIFENNI.- Toute IAulriche
a 6!6 priv6e de distribution die
leltlis aujourd'hui parce qu'un
enlploy Ii'avail pas enlev6 son
chapeau en presence du direc-
teur gineiral de la post A Vien-
ne.Le directeur reprimanda I'em
ployv de sa negligence et ses
colflgues s' seIanant offenses pri
rent fall et cause pour lui et de-
clarerent une greve gendrlale des
facteurs et des conducteurs de
voitures de hi post. Apres s'etre
mis en gr&ve pendant un jour,
les enmloyts d(e la pose sout (d
cro1t6 de reprendre Ie Ir.ivail.
L a Grani:.l Bretagne el la ,Chine
LO)ND)IES-Le gouvernemnent
britannique, A la suite d'un conl
seil de cabinet qui s'est prolon-
gejusque dans la soiree, a ca.
b6 A M. Owen 0. Mallcy, char-
g d'(atlaires anglais a Hankeou


attend


*-0
Prince vers le 12 Fevrier.
.GRUtNEWALD t attend
Prince vers le 21 Mars.


(IC ifsliitill (la_ is_ Ic but~ (IC


des instructions dans Ie but ti
sortir de l'inlpasse oft.se trlu-
venl engages lo n;6gociatiots-
avec la Chi ne depliis quti Chen,
le ministry (ld s aiireas elrain"g-
r's canton iis, a lie' des criti-
ques au sujiet tie I'envoi par II'
Grande Briagi des coniingeints
A Shanghai.

Nouvelle rise inisti'riell' I'prohable
en ll Yiijoshl i
BIILGI.\A)E I)'iu "l"i's-
trecs radticaux di I wvec:i c:a)!i-
net O(uzo:'ino'vit'lch o t111 dninc
leur dimissioni ct auit)es-inidi.
Ie4S raisons d(e cetle dmnlissioi
d(I cIl'uret' i oj. esl t.i, 111.1s oi0
1 iisse entelndre quecell' de lout
Ie inilislere silivra sois Ipetn. IAe
In)iuveaCI cabinet a le i colnsLilu
lundi dtrnier.


ri'ka


Linie


occasion pour


des


Pas-


i Port-au-


Port-au-


Les deux steamers sont des cargo-

boats, mais merveilleusement accom-

Pmodes pour uncertain nombre de pas-
sagers.
Priere de s'inscrire le plus t6t possible
le nombre de cabines etant limited.

OLOFFSON, LUCAS & Co






Nortwich Union Fire Insurance

SSoit eti ied Fond6e en 1797

Au Capital de Or. 30.ooo.ooo

ne s plus importates Cpapies 'assrances

; L centre I'incendiel
g Iuu CapHaitide .J. PARAVISINJ
-- zz gels Au Cayes JiEA OURGEOIS-Jacm, A.TURNIER
g* -'u : J DAALDER j
PortawM-Prinee
iM^^mT^^^^^^^mfms 9


U Capital: Or O,



IEug.LeBosse Yso


I Agents Generaux
':1I,^-..,l.-,I, 14M ;, m-V n a


Nouvelles
de PLaris
Par 3 b.Il. e l ',ne ;i.;
PA.\1IS Ics joiurn:liix c(osi-
d(trenl grnin ale eniii (tiip I'ac-
c'ord' sllr lI desari nwIcII 'II \':I-
d'ra surlouit i) it It laIut-1i d(oi eI
Ileich I'appl.qIuera: is esliumcnlt
(qie si I'Al.\ cmagi.e jiislific I'h c'it
liance qu'on lui a aii 'ccordi' LII
grand pas scra faitl sur la roule
de la paix.
AnL cours i, rll)(rtl
coiiVlslio: l enlre IM. Ioiliica11t
el les pilar llle leiircs ties (lic;pi'-
t'ationll ties cols el la Iigaisltra
lute a 6 It particulicimllenlt dis-
CII IC. M. 1'oilnt'r h1.1l (so tllr'al
( n111s ill sells d'a piis ell ll cl
d'c(luitc.

Syndloat des Typos
de Port-au-Prince
CONVOCrATION
C(nform6nient aux dispo-
sitions de l'art. 20 es Staluts
rE'gissant l c Sytndical, les Mcin-
bres (lu Cotiscil (I'A(iliiiistra-
lion sont I)riSes (ic se rei' iir,
cliez le TIles:)icr, anll No 182(6,
Iue (Ill Dr AiI'r, I (limll
cdie 6 Fevrier (coii ril'a a 1i ) l'-
re crises (Iprinss (I i alinl fill (
I' r e(I re ccritaines (ldcis:ons
lolclant let s iilntrI'is de la
C )'ortioln.
Usanl ides prcrogai lves (ltic
lui conlfere lrl. 1I1 des llgle-
ments, le I)Prsi(dent ill Svndli-
cat (eclare i';avoir, itis(tii'ici,
recu aucLIIIc coillitmmicationl
avant trait a la r6'llion du
ler Fivrier (couirant, tIenue au
local d! (( Courrier I lailien 9
Port at. Prince, le 4 F6v. 1927.
Le Frdisilient,
P. 1). LAISIII, av.


A NTISEPTIQUE !tioffensif, maie effiace. la Pite
Dvntifrice Kolynos dktruit par millions les gel-
.. t'mes duigereux t c l!: bouche qui rongent le pr6cieux
S (nail cs des en, endrcnt la care, les douleurs et
des tscliaurres nl' r; nrux de l'organiame. La Pite
KIolynos dcl nouil Iiture; s0iuOni ':it'i parfunl de menthe laisse da
1-- I'1 t*"('h41 uh l p.n it d liclcu'. Elle assure la propret
t, I'.,yfn;;: c pyar: dite, de a houchic.
"r -k -TrL c: o e: c: e..t par rons6quent trb ico-
4 Lfrot, i,:. (*', .: ,i t o:'- d, I I'te KolynosuffIt deul
S" l,.- ," )j i iii nt cinquante jourI. II n'm
N" 'W ftq.l'uli ceiut i ti. c wiar broMsC uAche pour caqmu
^ ^i^P3.T nEf.ITIU.llCl
.KODLYNDOS*



WEST INDIA OIL Co
O0111 doubl.,r la duroe de cvolrc MOTEUII
P EMPLOYEE la
Wico Anti-Knock (Gazolille
West I(ndia Oil Co.


InsuranceCo -
I'T I c fot mrl g
I Une des plus fortes rompaqnie W

I canadiennes d'assurane e sur

*t la vie
Euq Le Bosse & Co


-ll -ii


RmLwu I M IE 5UU A.de Matt6is&Co.Relpr-csntantspourHaiti

~ - .-


sagers pour l'Europe


*SESOSTRIS*


LE MAT







LE MARTIN 5


_______________ A


Ces Annonce s vous inleressenil


--- -S- ~- -s


,URODONAL


Goutte
Rhumatismes
Ecz6ma
Art6rio Scl6roso
Ob6sitA
Calculs



OGANDS PRIX


ILr, f tr hlillt l, ll <'l t I'I lt i I.
| a tnlietil a. l Ol. l.< lh t l i II, u ill.
f L i lt Vkk i .ni'lie ''* lns es '" tsill'*


LIFEBUOY
le Savon
pour la Sante
Lever BDos. Co., Boston, Mass., U.S.A.


Nettoie

le Rein

laot' I0 fao
et its articulations,
disse t I'catfe urique,
actlVu lt nutrition
at oxyde les gruisses

Partout o9 II pfut cxs ter. I'uackle wikue
nto S tu all trI t.I ri lle- i t it-ll fijle uAl
ne i |rl I 9.-i< ..' .ln *'ii ..i.i*o |i' ha
IIv. I c i t l .i.ib'll ir :ii ; I i 'Liodl unal t
C llllt 1 I a .all. 0 h| r 1 1 l, . Irihri l.
aniss Kl.ile, uh | .arul. .rt ia a a I. i b'|ihalai ti ,
ilu'll it '41te .,* 1 ,r I 111 qu'U le ir tia le uin
111 *:i., .sli oi .l i .lii ir. 1 ,It .Mniitnll
lieti e in ',1 M',ij.i ,... -) Ilii I o volt hi
it i :Iptid( 1i %l' ,l it I 1 : fii sit- rilili tiln .Il
L.. q7 IL, r ft i .( lusi u sul me l.'s e el
* I ti' l (IIo i 4 1.)i ,u i li e i i i bU latf)ii .
i "l 1 4 61 i .' l .r 1 iii 1 hi t. loi.re
IL H|| l I
0I 4I. A. : re
*lr t .. i It t'I, U .t.S I a lf( ll Il er.
f to i, [ ,~so .* ,t it st0.4i1ths.


Colombian Steamship

Company Inc.

le steamer "Bolivar" p: rli de Rfw-Tork le
28 Janvier dernier pour Por-.au-Prirc via les
ports du lord, est attend iei le 5 Fevrier
conrant. II repartira le mAme jour directe-
ment pour Jdremie en route pour kls ports
de la Colombie pregnant IrAt et pasragers.
I'ort-au-Prince, le 2 Fivrier 1927.

Colombian Steamship Company Inc.

Gebara & Co, Agents


a .L it


n'irez et ecoiiter la musique
produite par les


Ne buvez pas ou buvez

Le Rhum Nectar
* No 1910, Rui da Iagasiaide I'tat.


Columbia


~0I7I ,
1'


G'rafonolas and Records


Il vous vous rcndreaz c/;inple :le I''excClence de
nes i prix sans p:reils.
Le R6pertoilre des artis'es ciele'.rs comnme
M:iria Bl!aricitilcs
IHenr.' "I iii'
MaIvG (rii'dcln
Hlypolitl, Ilz.iro. Tlnor
etc, ainsi que de( orl'.";! i'e'.s Ie lout I)rInlmier ordre.
Voici les prix de; nmac!lin.'s en slto:k:


Modeie Harmonic No



ES-120
Sllarmonie No 1
a 550


1 10
9
7


ces machi-


S4.00
-10,00

05.00
85,00

300 .00


Toutes res Machines sont munies dui Moteur 'I
permettant de jouer 3 pieces sons remonter.


p


Une demonstration vous morlrcra tous c s :ni n\l 1Iages et
votre choix tombcra sur un GRAPHll P()NII'H U )I.I'MIIA.
EN VETE :, A

L. Preitzmann-Aqlerto holm, I
10 RU,2 DU QUl _
mftwwmmWON-mompm OP


4 4


W"7m


4w~


--


__ ~-~--


" _ _~_ ___


FIvricr 192


:...;-,~;.~;~.~QPDL~iL?


Trip'e c illne




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs