Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04379
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 01-29-1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04379

Full Text







-biSCTEUR. IMPRIMEUR
Clement MA1 1,OOIR
BOIS-VERhB
1-358, Rue Amdricaine, 1358
TiLEPHONE N'?242
19 NUMERO -O CENTIMES


0ase ANNIE N* 6011 POR -AU-PRINCE ( HAITI) SAME 129 JANVIER 1927


,i.a.L e Iirea.imiq e du samedi
SCtr---ee Rouletab--lle----
ei'- c
ti~ne Victaire de Rouletabille


Cest encore dans UNE HEURE
D DMA CARRitlRE, Ce liUre Fcrnt
en collaboration par les plus
tieux l(oups)) du mtiier et qui
est une uritabte cole du jour-
nalisme que nous avons lii
celte page de Gaston Leroux.
Elle est si savoureuse, st pi-
quante que nous ne risistons
pas au d&ir de la reproduire
.pour nos lecleurs c o tl in e
a Chronique du samledi .
Quand j'etais reporter, c'cst-
A-dire quand j'itais louleta-
bille, on se livrait, entire en-
Voy6sspcciaux de tous pays,
de courtoises mais acharnies
batailles sur le terrain des in-
formations. Je veux en rappe-
ler une et je le ferai avec
d'autant plus de plaisir que
j'en suis sorti vainqueur onI
Cet esprit de Inalice et de dt-
duction qui a fait, dans nies
romans, la reputation de mon
hbros, se rencontre, chez le
jeune informateur que j'itais
alors, d'une fiaCon assez singu-
libre.
C'Mtait A Petersbourg, A Ia
in de la ouerre russo-iapo-
.luse. On 6tait alors dans uine
certain inquidutle re'cilive-
lltent a la nouvelle orienlalion
qu e la Russic pouvait donner
a sa politique.. . Vitte tail
au pouvoir, et Berlin se mon1-
(rait plein d'amabilil- pour
.S inlt- teilsbourg. Un martin.
a JVais trouver notre amnbssa-
dblAr, M. 3ompaird, et je lui
fuit' part dune nouvelle si
Buorme, qu'il se refuse L y
croirel..M. .Bompard est un
esprit dbs plus ouverts, dnu6
de tons les prjjugcs de caste,
et qut, e fait pas fi des jour-
nalistfs, .ijen au contraire... II
Ine ftThonneur de m'inviter
A sa lble... Tout de meme,
me ilit-il. une histoire pa-
reille I... Ca se sauraitl...I
Je lui annoncais tout sim-
plement une prochaine en.re-
vue entire le Tsar et Guillau-
me II.
Enfi 4'ou tenez-vous un
renseignemnent aussi invrai-
semblable? s
Impossible de vous le
dire, Mr I'ambassadeur I... J'ai
jur6 le secret !... Mais je suis
*r du fait!...
SEt le jour nimme, je le tel6-
graphiais au Matin.
Ce fut un!toldl gendral... Je
lts d6menti par tous mes con-
fr6res et par les agences... Le
ministry des Aflaires Etra ige-
res russe Lansdorf rdpondit
aux journalists, rassembl6s
dans son cabinet, en enga-
Seant sa parole d'honneur que
Snouvelle itait fausse. Le
soir,au restaurant de 'Ours,
int confreres mn'offraient un
champagne de consolation.
1 alatur me t6legraphia en
me demandant si je mainte-
nais mon Information... Je lui
uwrpondis: (Envers et centre
to i.
; Je vis I'ambassadeur qui me
dit:
*' Vons pensez bien, que sil
devait y avoir une rejonltre
entire les deux empet'eirs, le
ministry des affaires 6trang4-
res le saurai'... On s'est mq-.
qu6 de vous I... Tout de'
mame, mon time part lim-
pressionner ..
M. Ie premier ministreWilte
arrive sur ces entrefaites A
Paris se rendant a Porsth-
mouth ou il allait signer le
traita de paix avec le Japon.
f1 fit une declaration a la
Prese, affirmant qu'll n'avait


jamais entendu parler, lui,
premiierr ministry, d' un pia-
riillc e recon Ire!
N~,\'velle dIplcihe du .Malin,
inouvelle response! Rien n'est
'change contcernlant Ia prochai-
ne entrevue tdes (deux emple-
rellrs. Elle aura lieu !... I L'ljc
fixitis le jour el I'heur'e!...
Elle cut lieu !... Ellec eul
lieu dans les canx de li
Baltique, i lord d u achl
du Tsar, 'Eloile-Polaire (1Ile
rejoignit le yacht de Guil-
laume II... Entrevue des plus
importantes i la suite de la-
quelle Nicclas 11 re to mba,
pour qutelqie tenlmp, sous l'in-
tluence tie son tout puissant
voislm de I Ouest... Sa( deauite
dans les plains deI Mandlchi u-
rie ne le pr6lisposait que trop)
i cet acte de faiblessc... L'if-
faire avail Pi6 rigle entire les
deux chefs ld'Ltal en dehors de
outl le personnel poltiq,,e el
diplonmalique...
Ce qu'ignoralent le premier
ministre, le ministre des atlai-
res itrangeres, et les amb)as-
sadeurs, comment le savais-
je?... De la fticon la pIlus silm-
ple dou monde!... Nicole I1
ponvait cacht r i tuni inistire
q u'il allait sc reicontitrr a;vec
Guillaume, mais il tlait bien
oblig6 de dire i sonl chef tde la
houche, que tel jour, ai bord
de son acht, il donnerait un
diner de gala avec toute la
somptuosit6et toute I'ltiquette
que comporle la presence
d'un e majesl inpCriale ..
Et Roulelabille, par pri"nci-
pe et par gourmandise, 6tait
trts hien avec les deux chefs
des cuisines de I'empercur, de
vrais seigneurs, li-has, qui
commandaient i une armee
de nmrmitons... II allait sou-
vent dejetner a leurs villas de
*'eterhoLou de Krasnoi6 Sl6o;
c'est IA qu'ii avait Ptabli sa
source d'informations. C'est li
qu'il recueillait les nouvelles
les plus rares... Cette lois, on
lui avait confi~ A loreille le
grand secret.
Les chefs de cuisine 6taient
deux personnages: Cubat et
Poncet, qui se relayaient tous
les quinze jours...
Aussit6t apr s l'entrcvue,
lempereur ordonna une en-
qutte. Ie grand marechal de
la Cour en fut charge.
Le domain de l'cnqutce
ltait restreint i 1'entouralge
imperial... On sat bient6t que
j'avais 6te renseign6 par les
cuisiniers...
Cubat recut une semonce
terrible. I1en tremblait encore
en men parlant. II ny com-
prenait rien... c'ctait Poncet
qui m'avait tout dit.
Huit jours plus tard, quand
ma victoire ne fut plus discu-
tie, c'est moi qui offris le
champagne A mes confr6res
de la Tamise...


Le Garage Kneer
n'est pae r'agent
de Hupmobile*
Unl errear die ATIN
Avant-hier a parai iei une rP-
clame pour la marque automo-
bile H'UPMOBILE)t, Six l:vlin-
dres. Et, par erreur le Garage
Kneer a fJa4omme agent.
Noous nous l'puvons do-'c
dans robligatidn df reproduire
aujourd'hui cettle announce avec
le nom du veritable agent qui
est .Mr Ernesto Hard ers en
priant le Garage Kneer de bien
voir excuser cotte erreur regret-
table.


ET VOUS DOUTIEZ


kl-~ UAND commen'a a se realliser son r've de fran-
chlir les tapes de la gloire Irioniplllce, vous
'ivus disiez sceeCtiqies, qjI', soul, tl rccul dut
tempcts afliriiicirait son succes..
Mais les IVT'II()TES ni aurit jminais lt endu si long-
lienii) Il ur (lev nllir l;i cigallclet idci:ealc.
I.; vale'l r (I'uni prod(lut (td selection ni iupe t i(l )eni-
(re d(i nIl)omre dies :isulces.
i'll c st, (iin effcl l;i mI illncirc (:iga'iile c t e Vt'c tle
(i nmcilleiur nmu'ch(e. Ses acheltuiirs en tiret tiil triple
advantage. lHistoi rnde dc (ties 2,50,( sur centc IoIns lrinIcs
(I uic scconde valeur de (ides. 2.0) sur cent Ioclieltes
tlsagcs, possibility de g.gncr 200 goaurds :ivec clhacln
des b)ons portant les lNniari s 12, 14, 1.5, 16, 17, 18, 19) et
0 renfirmes dans les I)oclictlcs,
Messieurs Albert Noiselte cl ()Oilionl S.Villcj'injl (|il
oilt resp)eclivemenl t l )l))orIle n Ciis bullriax tls lnulliiC-
ros 12 et 18ont itlet Iles tdeux p)rIeiiiers Ib)inttici:iires de
nos prix de DEUX (CENTS G(o)tdes. Not re listed des hoins
de favciur n'est pnslinit itec.l'ss:iyc /.li ATR()TEet vous
lui accorderez vos pr6t6re ces.


La MIanufaIct u tic'i la:q X il
les ipochellts-eclihaniillons i la (lisp osilion de tous
Fumei'rs (iui veulent enll coniaitre le gout etl i quality.
L.es inlercsses 1n'nt qu'i i passer an d(li)(ot gciniral, 206
':ne .1ustin Lhd isson.
15 GEI.BAIA & C", P1'rori)ta:ires
I I


lk hnl uIIets


Laisse vuir I'ami
Vous qui plerez toulseal el qne la doulcur bris',
Lai&ss venir I'anie el q'c altendn rien,
Car Iout se continue et jamais il 0 advirnt
Qu'on nit Iail un grand rfe el qu'il se. raise.
hassi. i'icoulet pas I'kcho loain dla s I(tes,
lubliez lode joe ici has etl ellez,
S nqez0 l|u'il est beauroup d'aiilres riurs renheuillls
El des adolescents pensi[s courbaut la itoe.

Songez que toot esl vain, d'risoire, impossible
Que les homes cruels vous choisiront pour cible
S'ils devinent en Ious un courage lasse.

EL maudissz I'an role, eaguirladl mais Irallr',
Pour lequel tos saurn trislement reconna!Ire
Que tloUjors laTveir est semblable au pass.
Abel LIGIR.


Funeste

accident
Avant. hier, vers 4 heures de
I'apres-midi, i la sorlie des Cli-
ves de 1'ecole des Stours du Sa-
cri-Cteur de Turgeau, I'tuto-
mobile N" 45, du Colonel Myers,
Chet des Forces americaines en
Hai'ti, qui descendait I'Avenue,
heurta la petite Marie Cassa-
gnol, fille de Mr & Mnie Lelio
Cassagnol, une enfant de 12
ans, qui regagnait la maison de
ses parents.
Malgr6 les soinsqui lui lurent
prodigu6s, la malheureuse en-
fant est morte hier malin. Ses
fundrailles ont en lieu hier aprds
midi en I'eglise du Sacr6-Coeur
de Turgeau.
C'est un bien regrettable ac-
cident que nous d6plorons vive-
ment.
Nous prdsentons nos plus sin-


cPres conldoelantes Mi &M. & Mine
L'lii Cassalnol et i Ions les
auItres parenltits si cruelleienC t
6eprouves.

Comn mun iqu
La Secrctairerie dEtat des Re-
hl iolis l:.r1trieuires no us conlmmuI
niique :
En rrponsc a la prnllsl:ilion
dl (iou\iveirnne itlli. le Secrl'tiLirc
d'Eltl des lIe Ialiols KI'E rie'ires
de IPalnam;a ii iii It' l)D artle
ment dles iel:iliolls L'xltr'iPties
a en a adress'r uine depcehe lie-
Ipgraplli(qutie confirmine par line
lelr en lldate (u 1130 D)ceeihre
1926, vient d('iiilornier celui-ci
que le ioiivtriitnelimet Pananitien
a soumtnis A I'.\sseinil6e Nalio-
nale de I'anallla n project tde
loi modliiant I'arlicle 13 de la
loi de 1926, leiicl exceple de la
p:o!iibitione ltillie par I'article
1"r de la dile loii les individus
originaires des Itl6publiques fai-
iailt parti de I'Union PllnainP-
ricaieno.
Le Ministre (les IRcllions Ex-
t1rieures de I'a niana fail ressor-
tir que si ce lj)-!)t' est v(ot6 pnlr
le Corps I.Lgislalif, la i)roil)i-
lion ne s'apl)liqlueria pLas anx
Haiticls, auxqutls I'acces du
ferritoire de celle l dpublique
ne sera plus interdit.

A la Douane
de Port-au-Prince
Depuis deux ou Irois jours de
granlles r6parathons sent entre-
prises au bAliment de In Doud-
ne de Port-au-Prince. On en-
1ive. en ce moment, la toiture.
D'ua)res nos informations, un
tl. ge sera plac6 au dessus de la
halle cenlrale qui n'Mtait qu'en
rez-de-chauss6e et d'autres cons
truclions, halle, hangar et au-
tres seront njoutts aux bAli-
mnents actucls.


La lfemme el6 s nte trouve
toujours le tissu chic, faisant
jeune, assorti avec la chaus-
sures, leshas, le chapeau de
sole on de feutre, IniCEe r'om-
brelle: et le tout A bien 6tudie
A In bnisse. Cest la Mnison
PAL' E. .AXII.A.


,,


Monsieur le President,
J'al l'insigne honneur d e yas
prier d'agr6er la dcorWion quo
mon Gouvernement a bien you.
lu, par l'intermdiaire de son
Consulat i P6rt-au-Prince. of-


# 1 *


IJ


-''s
I UI


)wu


Les geas qai eat em Ile walker
de i'arcftea. er asia pfiiaHsIlM s
perderit le ti des plaisirs madErts
et s'eateicet dams a e rcrthlie Is-
quits de Ila jsie.
FIrLELON
[- I- I- II [I A


BAR TERMINUS

PWInTAIRE.: A. Widmaier
A I honneur d'informer sa b:enveillante clientele qu'il
a installed I'L6tage de son 6tab'isscment, utn salon exclus
sivement reserve aux mfailles oi I'on ro.,vera des
consmmations de premier choix ct oiu des lunchs se-
ront servjs sur demanllCe.
Telephone No' 78
I --


"L'Aurore"
Association Mli.rte. tihrire,
Scienifique el A rlistiqie
Loal : 1111 A ,enue John
Brown, 1111.
( invocation
Les miicmbiires des deux sec-
lions dtu (:ercle solt (onvIo-
tiis cn si: itcC illtIIr ire L-
(linini ltche 30.1).lnvier oEr(iliaint,
a 9 lwiire ises ;ccise a. nii. ati
local (tlt I'A\ socitiolii.
I.c S~clMta;iii gmera:Il,
Artllur Lynltte tI111OS':

Accidents maritime
DI)1.1N Q(uator'z i nenrcs
tie '(lquipagei (lun v'arur espa-
giiol ( lil tt o St1 se sont novllo s
loIrslqu ce niavire sol(lura au lar
g (Ic' a l('t p)t )()i'lrLu :se.
P.-\IS I'lnc dli'cheC de I.o-
ricnit aillnolice qule le capitaiine
I' clrn ssc, coniallllll:llla t dlu va-
pIcur l'fral i.'s Arerz i ,t P )pro()
jcl piar lessus It board ('un t em
baircationi en votulant secouorir le
Iluvire ((Tropical ,,dec la Hava-
in qut i 0ait en detresse.i.e capi-
taiine s'lst noy; les secours con
tiinuireint nianmoins et le (''ro-
p)ical, fuCt renlortlu i B est.
A Saint-Frangois
de Sales
Conince I.I: M\ATI\ 'aiinonvait
hie ir, c'est aniiourd'hii i 11'te del
Sai III -Fl'ra n(ois lde Sales. Celpen-
(!liIt. li I'llospice ()hlc6 sons le
voc:lale tlu grand( Saint, les cs-
Iillmoniei s comnlmnoritives (ce
vet aanniversaire auront lieu tie-
main.
La mnesse scra dite i 8 lhures
(dunimalii en la chaplele de l'Ios-
pite. ApriPs I')llice divin, M. le
Clhanoinoe Viscaire G6ndral Le
(;ouize. I)irecteur de I'(Euvre
de SI. Frainois de Sales, fera
Ic comple-rendu financier el
lechniqueie de I'(Euvre pendant
I'aiilinn qui vient de s'couler.
I-:isiii' cin serlion sera pronoln-
c pa;r Ie PI're (leltiello. secr6-
lai re g'nral de I'Arthieve\'cli6
(i I'olrl-a -l'riince, apl r-s Ic ser-
ianoi, lIa Ind6(iiction ldu Tres
Saint Sacreimernil sera doanie.
(:cs cirdcnonies seront cllMu-
r6es )par une visible aux nmladecs
(de I Iospice.
Notii coim io is vivement Ions
les noinl)reux amis de cell (Elu-
vre, si ulile et qui a rendu djija
tant dc( services, i se rendre en
oIulc den ie n A I'lospite i)our
assister i i h celbl)ralion de la
fete du Grand Saint sous Ie pa-
tionagee e qui sont p lac & s
I'(Euvre et I'llospice.

Le bal travesti
de Bellevue
Ion. se rappelle que nousan-
nonecons, if ya quelqu(es jours,
ue le grand bal travesli annual
du Cercle Bellevue aurait lieu
le samedi 26 Fevrier prochain.
Ce sera une tIrs brillante f6te.
Cependhat pour qu'elle ait un
succPs complete, il serait hon
cue le President et le Comitit
de Direction du Cercle prissent
la decision d'exiger de tous ceux
qui desirent assister au bal d'e-
tre travestis.
C'est la une suggestion quc
nous faisons I'airnable presi-
dent du Cercle, dans t'unique
bulde voir la 16te avoir le plus
beau success possible.


V ()ULEZ-VOUS passer des
Sheures charmantes et clo-
turer agreablement votre se-
maine ? Ne cherchez pas long-
temps.Ce soir etdemain,allez ia
ISea ide Inn

Ii y a une mdaeson oU,


lreliL

I


... a vu, nll di soir, vers les 9
lieures i la \Nilli d'un mort,
rute i'istin l hirisson, un jeune
ntoclambule, ... 'T... qui, silen-
cieusemenlt. ex p d ia it, sans
c'onlpier, petils verres apres pe-
lits verres. Cependant, on ap-
porta du ith, mais Ite veilleur o,
aiiiateur passionnl (du itjens,
ricTusL tout net, prIal'rant s'en
tenir a sa goutte de nectar.
1I, sals pelr etl, sails doute,
sans reprochc. il se dirigea vers
le Ibullf oin les flacons de (ia't-
jens thilaiient leur ventre dor,.
11 eni but pour son couple t., i\
I'aube, il Irentra chez lui, heu-
reux decettc veillee ... humliide.
*
... a vu, mercredi soir, vers 7
heures, rue Aitmricainie, dans
undancing, deux joueurs (qui
ite s'entendaient plus aprli.s iun
parlie de d6s. La discussion de-
g6itnra bient l eni bruvante que
relle. Le hal s'arrna et i'on fit
circle autilir des deux trou-
blenurs de dancing. Ils sorlirent
dans la rue. ,Mais rrives devant
le garage de la 1).(i.T. I.P les
deux copains qui, sans doute.
ie s'Mlaient nis en colre.e que
pour niceux trustrer les autres
Ip a r t en a i r e s, s'enltndirent i
merveille et se partagelreint sans
ditlicult le butin, gain de la ba
laille.
... les vit regagn(r leur logis,
bras dessus, bras dessous.
*
... a vii, jeudi, vers 5 h. 1/2de
I'hpres-midi, rue du Mg lnsiii de
I'Elta, tout prPs de hi Itge des
C(eurs Unis, d e u x (( marines
qui, malgr6 I'ordre leur inlerdi-
sant cctte zone, s'y promenaient
avant soisI le iras, deux bou-
teilles de...
Survini Ile canmion 1'. S. M. C.
No 551 et les braves ( marines )
de prendre leurs jambes A leur
cotl.
Ils s'engouflrrent dans un
Mtroit corridor. Mais le nallihur,
c'est tlu'ils n'cn connaissaient
point I issue. Ils durent s'arr6ter.
t'n a palroll, (lesctenit, leur fit
signed. Ils revinrent tlocilcinent,
furcnt emnlarIquds (lns Ic c:i-
niion qui lpri le clienin de la
S:aserne.
tt
*
... a vu, jeudi soir, vers 7 lieu-
res, un grand matcll de loot-
ball en pleine rue du Magasin
de 'Etiat. Des infants, des adul-
tes chassaient le ballon i grands
coups de pied. Et le coin de la
rue Bonne Foi et de la rue du
Magasin de 'Etat Ptuit transfor-
me en land sphrtif. C'6tait char-
Inant.

; tt j S

Au Palais

National
-----W--
Avant-hierapres-mldi, A 5 hre4
M. Alphonse Hayne, Consul du
Perou i Port-au-Prince accorm-
pagn6 de M. Xavier Kiefer Mar-
chand, come de Monteblanco, E.
E.en mission speciale recu au Pa-
lais National, oi ii a fail remise,
au President de la Republique,
au rom du Pr6sident Leguia,
des insagnes de Grand Croix de
< rdre du Soleil du PNrqa.
Au moment de la remise de Ia
decoration sertie de brillants, le
Representant du PVrom A Port7.
Prince s'eprima en ees terms


'1


,r








LE MATIN- 29 Janvier 1927


Irir spontanement Ai Votre Ex-
cellence.
C'est pour la deuxieme fois
qu'dl m'chet de m'acquilter
'une aussi haute mission. En
effet, au mois d'Aodt 1923, ani-
.e6 alors par la pensee d'asso-
cier A la c6l bration de la tete du
Centenaire de son Ind6pendance
National, leo aetres R6publi
qucs des trois Amiriques, tant
dans la personnel de leurs Prssi
dents respectifs que dans celle
des plus 6minentes et brillantes
personnalit6s politiques et in-
tellectuelles de ces difftrents
Pays, le Gouvernemeut Prut-
vien me contiait le soin d'offrir
a votre tr6s distingu6 et regrett6
predecesseur, feu S. Ex. Mr. le
President Sudre Dartiguenave,
la m6me decoration, r6servee,
selon les Ii6glements qui 1'ont
institute, aux plus dignes. Et,
c'est,domine par la louable pen-
see de solidariti.que je viens de
rappeler et aussi par son sincere
sentiment d'admiration pour
votre personnel, qu'il s'en remet
A moi, aujourd'hui encore, du
inmme soin, d'abord, aupres de
Votre Excellence qui constitute
incon testable lcent celte
heure la plus prodniinenie per-
sonnalit6 don't Haiti puisse a
bon droit s'honorer et aussi
un des homes d'Etat les plus
remar(quables du nouveau
mondec, e, nsuite, aupres de
MM. I.,on lDjean, Camille Lion
et Ik race Ellhiart qui, le pre-
mier, come Secr6taire d'Etat
des Relations Exterieures de
votre gouvernement et les deux
derniers, comme Envoyes Ex-
traordinaires et Ministres P16ni-
potentiaires d61lgu6s par le Gou-
vernement haitien, en mission
special, ont st si bien assurer
l'clatante participation de la
RWpublique d'Haiti auTrroisieme
Congres Scientifique Panamiri-
cain qui s'ktait r6uni a Lima,
en Ddcembre 1924.


I?

I


Deja ce martin, dans un cadre
plus modest et avec moins d'ap-
paratjc me suis fail le devoir,
Mr Lon DI)jean ilant actuelle-
ment absent du Pavs, de re
mettre simplement a AIr Camille
Leon qui dirige avec tant de dis
tinclion Ie D)partement des Re-
lations Exterieures, et a M. l1o-
race Ethdart, Inspecteur g6ndral
de l'Instruction Publique, les
decorations que dans la pensee
d6jA rappelde, le Gouvernement
PNruvien leur a aussi decernees.
En ce moment, avec toute la
solennit6 digne de votre presti-
gieuse personnalit. r. Mr. le Pr-
sident, j'ai I'lionneur enviable
de vous remeltre culle croix en
brillants. insigne du tilre de
(irand (Croix ((lt vous esl conl'6-
rd, le plus (minenti de 'O()dre
du Soleil du Perou. Sans doute
la modesie de ties foncltions
de Consul ne peut aucutnement
accentuer la haute signification
de cet oclalant hmninage d'ad-
miration que mon Gouverne-
ment a tenu a rendre A Votre E;x-
cellence, je n'p1rouve pas moins
la plus 16gitime fiert. d'avoir h
4pingler sur voire poitriue. Mr.
Ie President, cet emblme de la
plus haute distinction don't le
Gouvernement P6ruvien puisse
honorer vos remarquab'es qua-
lits de Chet de nation et d'hon-
me d'Elat, et, d'etre en cette
occasion, l'interprrte de Son
Excellence le President Auguste
B. Leguia, pour vous prier d'a-
gr6er ses souhaits les plus sin-
ckres pour la prosp6rit6 et la
gloire de votre people et tde
votre gouvernement.


Le President de la Republique,
enune charmante et heureuse
improvisation, r pondit en
priant le Representant du P6rou
de transmettre ses vifs remer-
ciements au Pr6sident Luguia
pour, la haute distinction
dont il venait d'6tre I'objet
et en lui renouvelani qu'elle
- contribuera c resserrr encorel'
Slesliens d'amitie existent ciitre
les deux Nations.
Etaient presents i ctct. rI'cep-
tion officiellc : M. Charles l:oim-
brun, Sccretaire d'Etat de 1'In-
tdrieur, le Secretaire d'E'tat des
Finances et Madame Charles


NW BON CONSBIL I

Comprenons enfin que c'est
I'incompetence dans la g6ran-
ce des affairs publiques, la
manie de fair aux mediocres
une reputation de capacity' qui
ont te les premieres causes
de la fiillite de nos cssaisd'in
depcndancc ct nous aurons
fait r6ellement un pas d6cisif
vers le progrbs.
..- ~


L


(1
a
>l
l1
h

i

q
C
(

l


.'horloge
de la Cath6drale
Nous disions, mercredi, (qu'il
tail, aujourd'huli, trs dillicile
e savoir I'lhure exacle it Port-
u-Prince, car, les horloges pu-
iliques n't;iient d'accord' que
orsqueleurs aiguilles reslaient
mmobiles. Pour notre part,
ious croyons q(u'1l serait logi-
tue que I'heure initial, I'heure
itlicielle fI't indiqu pe par la
Cath6drale de Port-au-Prince.
Depuis quelcIuels jours, le scei-
rice de hlorloge de la Mcl6ropo-
itaine n'est plus assure par le
'lerg6, un employs special a
ite affect au remontage de la
pendule; mais depuis lors aussi,
'horloge est toujours en retard
d'un bon quart d'heuire sur tou-
tes les autres A Port-au Prin-
ce,y comprise la Sirene.
Nous tombons de Charyvede
en Scvlla et 11 devient encore
plus dilicile de savoir I'heure A
la Capital.

Dans 1'Instruction
Publique
Aujourd'hui, A 10 heures, les
Directeurs et Directrices des
ecoles de demi-temps ont et6
convo(qus i l'Inspection Sco-
laire on leur scront transnises
les instructions et recommian-
dations du Chefl de I'niversit6
concernant les etablissements
qu'ils dirigent..


a


Souffraut d rhumaniam. idu

PENNANT BIEN D'ANES

IL SOUFFRA DE

RHUMATISME

11 explique comme un simple re-
mede de famille le soulagea
immediatement.

D milUMMs de pmonnw emplolnt ean vaa
un remwd Z rI'a urt pour = I ruinrtin1 "m w
penmr qu'il y a u remds de family. qul r
moulagera v immd.at mat et pour toujou.
"Pendant bien d'unnmd laouultdi rbaqr tl
me alinowucrlt as MoualrMdr DUoDljp, re
--san trounm v ren e & mae maux luMu' qtlu
qu'un me recommLda ts LUnimet SloM.
es premier o pplesUatmo aymat elevil dom
leur, son e usage otmnt m 'a omplt bnmt .L
Ceci est prtuI'un mindc qua. d oa
que j'ai phu de Mlntem am.
II sufflt d'appUque un p= do Lnianmt do
Slonn, t'effet eurst duqu[est product sa --
soin de rotter. L'inflammation baii bien vte,
la douleur disparait et en peu de temp lea m
cles et tendons retounent & leur 6tat normaL
Dana n'importe quee pharmacie vow pouv
en acheter un flacon.



SLiniment


La lueslion niearagu!lennei ;I la
(:oninission des Afflaires itrani-
!ij'es du Snnnl amirricenin
WASIHINGTON La Com:nhis
sion des Affaires itra ngcres du
Stnat a decide aujourd'liui de
ne pas publier Ic texte de la d-
claration taite par le secrtaire
Kellogg, il y a deux semaines,
sur la situation au Nicaragua.
Sur les instructions de la conm-
mission, Ic s'naleur Borah a fait
la declaration suivante: La ( corn
mission a decide t que Ic docu-
ment que nous avions devant
nous avait supprtnim d(Is par-
ties importantes de la seance
comnlme il en avait Icl droit. Ces
supp'ressions Iassent le docu-
ment dans un tel Ctat qu'il ne
rend pas exactement compete de
ce qui s est passe la seance et
nous pensions par conslquent
qu'i vaut miieux ne pas le pu-
blier )).
Le senatcur Wheeler,d6mocra
te du Montana, a demandC auS6
nat de se d(clarer en faveur du
departmentt d'Etat et de sa ty-
rannic, soit en ce qui concern
la question du Nicaragua. Apr6s
qu'on cut eriiegisthr le rapport
(de la ('Oliill issioi i sur Ic Ineino-
raindim Kellogg. I' siun!cur'
\\%h'ccler a I'cusc Ic Ie Prsidl
(Coioliilge d'avoir sci iiiieicnt o
Snon i efuse (ic falire conlniitre
I au congrcs lesvrals f:ais au sujet
Sdu Nicara"ua.


*- .-


LaCie Gle Transatlantique
ET,

< Le Nouvelliste *


louzier, le Secr(taire d'Etal dtes
Relations Exlt'ieures et Mada-
ne Canille Lcon, NI. Emma-
iuel Beauvoir, Secritaire d'Etat
Ie la Justice, M. James Thomas,
President du IConseil d'Etat, M.
Ernest Levs,Chefdu Cabinet par-
iculier di President de la R6-
>ublique, M. Cl6ment Magloi,'e,
Prlet de I'Arrondissenient de
Port-au-Prince et Madame, M.
et Mine Horace Elheart, M. et
Mmne Pierre Etheart, M. M. Char-
les de DIelva, H. Corvington ct
Colbert, Pr6sident ct Membres
de la Commission Communale
de Port-au-Prince M. Abel
Th6ard, Chef du C6rmnonial, M.
H6nec Dorsinville, Conseiller
d'Etat. M. le Dr Freeman, M. le
Dr Cumberland, Conseiller Fi-
nancier-leceveur G&ineral, M.
le Chanoine Lanore, Superieur
du Petit Seminaire, M. et Minme
Leon Laleau.
Apes la c6r6monie de remise
de I insigne, come c'6tait jeudi,
jour de reception de Madame
Borno, la reunion dcvint de plus
en plus animee et charmante,
car de nombreux amis du Pr6-
sident de la 11pul)lihue rofile-
rent de I'occcasion pour ui pr)e-
senter leurs compliments.


LES

Etats-Unis
ET LA

Chine
x-~ --
La dielaration du Swcri aire kello!gq
WASHINGTON Le gouver-
nement de Washington est pr t
A negocier de nouveaux traits
avec la Chine si c'est n6cessaire,
mais il ne saurait abroger les
traits existants jusqu'A ce que
de nouveaux aient e6l signs et
ratifies par le SOnal. En allen-
dant, il tient prtes toutes les
forces navales qui se trouvent
dans les eaux chinoises pour pro
teger la vie et les biens aml'ri-
cains si les autorites chinoises
se trouvent dans I'impossibilite
d'assurer cette protection. Telle
est en substance la declaration
si longtemps remise du secrtai
re Kellogg sur sa politique en
Chine. Elle a 6tc publi6e ai Wa-
shington ce soir ct siniultan,-
cent a Plkin et HaIlnkeou.Elle
allirne la sympathie de I'Anim-
ri(qus pour les aspirations natio-
nales de la Chine, promet uine
strict neutrality entire les difle'-
rentes factions et exprime le d(t
sir de trailer avec la Chine dans
un esprit des plus lib6raux en ce
qui concern le s traits inegaux.
'Tout ce que I'Amnirique de-
imande en (Cine, dit la declara-
tion, est la protection des ain-
ricains et d'0tre traitee sur un1
pied d'6gralit6 avec les auttres
puissances danIs le droit de pour
suivre des occupations lIgitimes
sans I)rivilges speciaux, monoo-
poles ou spheres specials d'in-
fluence.


L'imbroglio

chinois
PaIr cAble franuais
SHANGIIAI-- Les fortes con-
centrations de troupes du gou-
vernement nationalist de Can-
toi qu'on announce sur le fronl
de la province de Chekiang can
sent de graves apprehensions it
Shanghai. Les national istes
voient dans cette concentration
un supreme effort de la part du
gouvernement de Canton pour
s'emparer de Shanghai avant
que le gros des forces expedition
naires angl;aises qui compren-
nent 2022 soldats et marines soil
arrive sur les lieux vers la fin
de Fevrier. On craint galemene
que le d6Ibarquemeet de troupes
du lPunjab qui doit avoir lieu dI
main A Hoing Kong ne soit l'N
tincelle qui mette le feu aux poi
dres et ne provoque un nouveau
Sd6chalinenent de xenophobit
particulieremient centre les an
glais dans les provinces qui s
trouvent au p)Ouvoir des natic
nalisles, c'est-a-dire pres de 1
Inoitid de la Chine. Devant c
danger et devant la nmenace d
voir les nationalist s envahir I
Cliekiang t la province d
Kiangsou ou se trouve Shanghai
on examine seirieusement de tli
re evacuer ces deux i)rovinci
par les teirnims tt les enal'n
alnlericains.


Au sujet des incide'nls mallrhe
reux qui se produisirenl lors d(I
dernier voyage en Haitli du sicta-
mer De La Salle ) dte hi LigM
Transallailtique. incidents rel-
hls par notre conifrere LU.: Nor-
V'ELLST eln diverse editions,
le sympathiquie Agent d Porl-
au-Prince de la Cie GI' I'ransat
antique, nous a remis les deur
lettres suivainles oi osnt e.rpri-
mics les plus profoneds regrels de
la Cie pour ces incidents, avue
I'assurance que de s dsres mesiu-
res ont etd prises pour cmp'cher
qu'ils ne se renouvellenl.
Voild, croyons-nous, ce quiclid!
ces regrettables incidents.

Port-au-Prince,le 2(1 janvier 1927
Monsieur le Directeur
du Journal ( Li: M.VAINs
Port-au-lPrince
Monisicur e l)irecteutr,
Nous vous p)riols ide dmi-
Inr publicity, litlien, a la letre que nous ve-
1no1s d'adresser au jolurtl ( ILe
Nouvelliste ) relative I la canm-
p'agne que,depuis ue(lque tellmps,
1l mnine coltre la Coiplagnie
(ile Transa tmtlalique.
Cette lettre coinsliue une sinm-
ple mise au point.
Nous savons toute l'estimne par
liculiere dlont jouit la Con0iipa-
;iie atuprcs de vous, et coimieni
Il vous sera agriable de nous
)prter vos coloiines pour l'irei
cesser tout regrettable maclenten
du entre nous et notre clientele
haitienne pour laqiuelle Inous
avons, ainsi quite vous le savez,
une estine toute particuliere at-
lendu nos vieilles relations qui
ne datent pas d'hier et que le
temps n'a fait que consolider.
Notre dlesir est tellement de
plaire a noire clientele que nous
sonum es heureux de vous alp-
prendre que les S S ,CAltAIBE:,
et ( CAlAVELLE ) vont dire
prochainenment remplac.s par
deux paquebots entiercmcnt au
service d'Haiti.
Ces deux paquebols seroInt
mis sur la ligne sans prejudice
des S/S ( DE LA SALLE et
MACORIS qui continueront
a assurer led6patl au printemps,
et du projit actuellement A I'6-
tude pour assurer le voyage de


retour nul moyen i d deux navi-
res rapids.
\'enillez agreer, Monsieur le
I)irecteur, nos salutations distin
guecs.
gues IROBELIN & Cie,
Agents.
Port-:u-Prince le 26 Janv. 1927
M.l,;sieiurs les Directeurs
Du Nouvelliste "
Port-au-Prince.
Messieurs,
Nous avons pris connaissance
de votre article concernant la
Co:npagnie (iendrale Transatlan
tique dans lequel vous publiez
avoir cherch6 des taits nouveaux
deLuis la derniere cam;agne
(que vous aviez late.
Vous ajoutez qui'acun mot
d'csxcuse n'a 1" 6 publ)l par la
Cmipagnie.
Notre Agence regrelte vive-
nient que les recherches qcue
voiis avez entreprises ice vous
nirit pas llnelin s vers elle.
Nous nous serious faiit un de-
voir de voIus (lonnelr ies rensei-
gliemncnts (ICe boiIe source.
Le l)irecteur de la Compagnie
nous a ltiit p'Irt de ses regrets
au sijet des incidents qu'il est
It prem'ieir a (dplor'er et prel la
lid'le clientlle haTtienne de bien
vou loir l'en exciuser en I'assu-
rant (lu'ils ine se re)ro(luiraienl
plus, el (u'il ipl'nil toutes les
dispositions incessaires en vue
die lui donner entire satisl'ac-
tion.
Nous aflirnmons de nouveau
cue Ie paquebot '" I)i: LA S..E.: "
desservant la line lHl vre-Ious-
ton est dtlourne de son itinirai
re r(gulier au profit exclusifde
notre clientele d'Haiti.
L'Agence de Houston est pri6-
venue depuis l)embre dernier
que le paquebot doit partir de
Houston pour Port-au-Prince le
9 Avril prochain sans aucunpas
sager, coinme il en avait et- fail
I'an passe.
Le paquebot avait fait a cette
6poque un excellent voyage ci
tous les passagers s'etaecnt d6-
clares satisfails.
Malgrt I'impression que vous
e enblez avoir, la Compagnie
Gle Transatlantique a toujours
cu une tres grande estime et une
svnmpathie particulire pour sa
Sclientle d'Haiti, et si dans un


Maintenant vous pouvez

-0-
poSSCder un coupe

CHAUC. de vos DISIRS SERA RtEALISB

TOTS les principal ux vantages de 1. construction de I'HUP-
(MOIBILE SIX la vive acceleration, le silence, I'aisance de
nouvement\il cqiFi 1'int qutie Ic <, SIX cst devenu laineux dans le
inside, son, olien s inniiutecnant Cen une carosscrie d'unebeaut6
ii'gainte ct gr.aci.usc, t'un genre iniposant, et d'un comfort agrk-
able, q(u'on soil seul ou en cminpagnie.
I'cinlc cen 1)Duto d'u ate chairanite couleur verte avec le dessus
de la carrosseric noire richcme:t capitonn6 en vrai cuir ou en
sou."le velours.
:e coupe exliu chic avec siege A i'arri6re pour deuxaulres
personnel est unc ijresisible invitation it la plus agr6able pro-
menalde que vous aycz faite.


Ernesto HARDES

Port-au-Prince- P.O.B. 165


" !i


MALNUTRITION
provient de ce que I
syst&me no peut pe
convenablement **
rimiler la nourri

L'Emullsiin Se
est prompt-m nt MuI-
Ie par I- p -se
do c INahtlon
de perfctions dor saion
ans un voyageimprovit sac .-
poure e la dComiagie



la pr ce et prendre totes les
lue forces 4e

le renouvelleent.
cas exceptionnel, isl 'este crt
des imperleclionsr dorganiution
dans un voyage improvis6,veoil-
lez croire cuie Ia Compagnie at
la premiere a prendre toutea u ,
ncsuc'es propres t en emp~cherd
le renouvellm nent. 'i
Nous complons srvotre co
toisic pour I'insertion dse cekin
xnes, comrienc mise rn point,









;Csl nU(llecc clerk, book-ke-
sans aucune intention de
miquc.
Veuillez agr6er, Messielersri




Employment Wof pa
I}y an English Sp.kinf
!xpcrienced comeiical COl
.,cspondence clerk, bo6k-kec-
per and salesman.
Adress letters to Cltrks in
care of the Editor of this pa-
per,
Demand d'pempoi
Par quel(quun parlant ,ngagis
Expert en correspondence con -
merciale, en Tenue de livre (t
pour les ventes.
Adresser les lettres Ai Clerk-,
aux soins de I'Editeur de (e
journal.


Ii


I


'p
I.
V..


H p mobile

Six yl ndres

_~ ____


- _~_ _;:____ _~_~_ _ ~______~_~~_~__ ____ ___ ~___~ ~


.-n __


- ~- ---


AVIS
Trois m a ns neuves Va -
dre dans la rue Courbe i itil-
leur march, chacune 9on1
nant 4 pieces, chaques maiso
louer soixante gourdes par w
S'adresser a la t e Trave
sire No 341 A la tabriqia
Kola ( La Torisalmlne .
Francois Camiile..(Mw 0


m


qw


i




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs