Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04376
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 01-26-1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04376

Full Text





CvlftfEA IMPRIMEIUJ
Clement MAG.L01RI


inme ANN~EE No 6008 PIOR-AU-PRINCE( HAITI) MERCREDI 26 JANVIER 1927


I






4


Sedans les pays ou ils out etabli Mais ii y a plus. La derniere
S r e politiqtu et'fi- gu.rre a r6Mt que le petrole
l, nbnt pas sn se sera le nerf de la guerre de
fire aimer, faire acceoel leur remain. La viqlotre Itstera Ai
domination. Voili lelr I rn.l celui qui pourra verscf a der-
Stort. Ils n'ont pas eu lIaresse nire goutte du prtcid~x 61e-
Sde ganter de velours le ferde ImnL itdas le reservoir des
Sm tlS usilsJ hsitai- avions, des cuirass6s, dos au
aq-|waH W- T MailI'M;.', *.,,ir *

F-


LnS 3TATS'EJNI VEULEWT-ILS LA GUERRE ?
----^-^-_^- -- ---.-


Les Etats-Unis, le Panama,

le Mexique et Ic Nicaragua


TI'IISIEME ARTICLE
SUITE ET FIN.
Le Nouveau-Continent? Ils Unis n'ont awicun intlrl i
le dominient. Contre tou te courier les hasards des conflils
Puissance europcenne qnui se- arms, il n'en est pas de Iinme
raittentle de rivaliser avcceux des aultes peoples qui niun-
de ce c6t1-ci de I'Allanlique, trent tous, a!jolurd llui, des
ils ont un dogine qui a, au- signesvisibles d'6nerveneenti
jourd'hui, force de loi inter- secourber sous le joug eco
national et devant lequel nomique et financier, souvent
toutes les nations se sont de- arro ant et dur, sous lequel
puis longtemps inclinees: la les plie la puissante et riche
doctrine de Monroe, I'Anuri- pa trie de Washington. La
que aux Anzdricains. guerre de demain sera en \er--
Si I'on croit que les Etats- tu du principe de nivellcment
Unis se trouvent d a n s la auquelle monde a tenu tIdc
mnme situation que I Allema- )pus des si6cles et des siecles,
gne ou aucune autre nation en verlu du vieux prcceple
omnipltenle d'Europe avant de Tarquin qne nous avons
1914, on se trompe. L'Alle- 6nonce plus haul: magne, en ce temps-lI, avait champ une tel de pav6t ne
besoin de la guerre. Le Gou- doit pas s'clever plus haut que
vernement inmpriat conpre- les autres ). Les dirigeants
nait bien qu'il lui serait fort americains d6mocrates ou re-
difficile sinon impossible de publicains out une compre-
pduorsuivre ind6finiiment I'ef- hension tries nelle de la situa-
fort titatiesque de toojours tion; et s'ils s'interdisent de
maintenir #ur pied de gutrre tirer le premier coilp de ca-
la plus redoulable arnce du non, ils ne e prcparent pas
nmodde, d'entrelenir, de tou- moinsirecevoir avec les hon-
jol avoir a point la plus tor- neurs de la guerre tout enne-
STlable organisation, la plus mi qui tenterait de forcer leur
lble machine de guerre domain qu'il vienne de I'Est
q1i aitjamais exist, de letter ou de l'Ouest.
ePtn 'idtfniment centre la Et alors, ici. se place le
pRIssance maritime de la point de depart de I'antago-
onmde-Bretagne. Mais il se- nisme qui a toujours exists
rait injuMe de ne parler que entire lesEtats Unis et le Mexi-
de 1'Empire allemand. La que.
PIFnce aussi savait bien que Le Mexique est la seule r6-
Ce .i'ttait que par le fer et le publique du Nouveau-Monde
fet qu'eHepourrait reconqun- qui ait toujours rCsolument
*ij ses deux' Provinces per- voulu 6chapper a la domina-
dues, la Lorraine et I'\lsace. tion financi6re amiricaine, se
L'A-gleterre. compre;ant qu'- tenir delibrmnient en dehors
uph au jour. l'ombre de ses de la sphre d'iinflueuce politi-
super dradenou gts ne re- que des Etats-Unis. Puit-on
couvrirait plus la flotte du oublier q(u' a a mort de LC-
Sla"r.7 e pouvait plus comp- nine, le pa e rouge, un seul
ter q u gr la puissance e parmni touss gouvernemen's
ses "caons poUr lui conserver des 1Rpubliques du grand
sa sqU'L'U maritime sccu- Conlinenflanmericain osa adres
I ire e ia ilIr son spend de ser un t6lgrgamme de coido-
lsoleinent LIltalie ava:t be- 16ances au gouvernnement (!
soin de la guerre, car, la guer- IUnion des R6eubliques S'j-
re seT'-f "puvait I'anranchir vi6tiques Socia isles Russes!
SIjlle laquelle I'obli- Ce fut le gouvernement du
Sb lIa Trip!e-Allian- Mexique. Et celte attitude in
ce, lux puissantes asso. q uiee les Etats-Unis, ils ne se
SAWissle des tzars avait dissimulent point que ces gra-
S.la guerre pour main- ves dissidences palitiques, cel
6, prestige dans les antagonisme enre eux et leur
Blans et rassurer les petils proche voisin qui, a certain
00 Sll de race slave don't elle moment dillicile, peut tire I'6-
t ft le nmmnle anlnonc6e p:ne a leur talon, ne sont
-,comme la grande rotecltrice. point f.ils pour leur tassurcr
J w lepon avait besoin de la I cohCsion d'un < bloc ambri
B ''r ofrtir la vague cain soil contrel'Europe soil
p t colasiale alle- centre I'.\sie. Aussi, par met
Sa xtreme-Qrient. tre a l'abri de toute surprise le
,~l~tis-Unis, aujourd'hui, canal de Panama qui leur as
:', se trouvent dans aucunede sure rapidement la concentra-
*14qs politiques.hLt, eur- tion de toutes leurs torces na-
IIilitaie, ils pe- vales soil dans e Pacifique
thift clledlent he maintenir; soitdans I'Atlanl ue,lesEtats.-
'i tien mieux, I'augmenter cha- Unis ont-ils un interet capital
que anu)e. Ils n'ont a redpu- a contr61er l'ithme et a em-
:tr +n ia( i Ile pecher w e la politique mexi-
.ucirt abla"re uple dans le caine utlls regardent come
| continent am6ricain a la ttle une politique angereuse pour
Si arelient. Mais la paix interieure meme du
4 q)gh6fgimo Continent amiricain, ne do-
Shlt oriate a mie et'n'inluence les petites
Spar le hasard, dans leurs rela- repuibliques qui couvrent la
tibns conomiques et politi- l-ngiie de terre qui relic les
qies avec le reste du nmide. deuxAwariques.


vrier prochain a 5 heures p.
m. au Parc Leconte.
Ordre du jour:
lo- Rapport du presidentI
2o- Questionsd'interet ge-
n6ral.F. H9RARD, Secretaice


ET VOUS DOUTIEZ
---------------n ------4-------------

SUANI) commenqa a se r6aliser son rdve tie fran-
chir les tapes de la gloire triomphale, vous
vous disiez seeptiques, que, seul, le rectil du
temps aflirmerait son success.
Mais les PATRIOTES 'auiirai jamais attcendu si long-
tenmps pour devetir la cigarette ididale.
ILa valeur (t'uin i)rodlit de selection ne pciut dlpen-
Ire (II nomil)l'c (ldes aiunnes.
Elle csl, en ellle la mcilleure C(igarette vendue Al
ia meilleur marchC Ses acheleurs en lir'cin u. triplle
vanllage. Ilistoiurne de (;des 2,50( sur lcent I)o0s primes
tl uine scconde valour dc (Gdes. 2,50 stur cent pochcttes
tusaIgcs, jiossibilitc de garner 200 gourdes avec chactnn
des l)ons I)rtant les .\mnim-os 12, 14, 15, 16, 17, 18, 19 et
0 ren'll'crms dauns les lpochlltes,
Messieurs Alberl Noislle et O)dilon S.Villcjoint qui
ont respeetlivement ail)ort'l en nos l)Iireaux les InumI -
ros 12 et 18 onl i61t les ldenx Ipremicrs hbenlficiaires de
nos prix de DI)UX CENTS Goirdes. Notre lisle des bons
de faveur n'est paslimitbe.Essayez la PATIlO'E et votlu
lui accorderez vos prelerences.

La Maufactur tient chaque ven-
La Manufacture dredi DEtUX nil-
les ipochelles-chlantillons I hIa disposition de tous
Fumictrs qui veculent en connaire Ie goAt et la quality.
Les initresses n'ont qu'i passer an dtp)t general, 206
Rue Justin tiiher isson.
12 GEBARA & C", Proprietaires


tos-blindies, des tanks. Or le
Mexique tsl sature de peilrole.
En nainrte fois, les Etals-lJnis
ont voulit avoir, par i'entre-
inise des grandcs Colmgnicsii
amiricaines le monopotle de
I'exploitation des terrains pr'
troliferes mexicains. Mais
tous les gouvernements de ce
Pays y oat toujours oppose
un relus catlgoriq Bien
plus, le PI'rsident I'lutarque
Calls (liii 'a p:is fair d lire
dispos6c '.miserc et A rire a
6dictl des lois qui r6glent scv\i-
remenl et rigouireulseiment I L
question desgrandsb assins de
I)ptrole mexicains. Ces loit,
nodificalives de lprenmires
1Igislations dieja assez sLvere,,
sont entrees en vigtueur de-
unis le ler Janvier 1927, mal-
gi,' les i)rolcslations du gou-
vr:nement des Etats-Unis (qui
redonte, qu'at moment tdu
danger, les Ipits de pLtrole
mexicains ne passent en Id an-
tris mains et ne fournissenit i
d'a:itres nationiesdes lemenils
de victoire cont.:e les Etat -
Unis.
Iissidence dans la politique
internalionale, antagonism
coitre expansion panameri-
caine, p6trole': voiW la g6nese
des nombreux conflicts qui out
to!joirssusrgi entire les Elats
Ui.is et la Republique (du Mc-
xique.
Mais lesEtats-UTiisveulent ils
r6ellement la gnerre soit avec
le Mexiquc? come font dit a
maintes repirises divers Meim-
bres de la (Chambre el du on-
Ols americains au course des
violent les discussions engagees
au sujet de la poiitique du Se-
cretaire Kellogg au Nicaragua.
Dans les replis de la grande
Banniere etoilee,apportent-ils
la guerre au Monde? Nous
ne le croyons pas. Noius
l'avons djai d ,montr6 au di&|
but de cet ccrit,les Americains
soit gens tro pratiques pour
comprometire leur I ro ligicu-
se prosl)erite national dans
desaventures elles hasardsdes
luttes armies. Mais si eux nm-
mes n'ont pas interet i fair
la guerre, ils sentent hien que
grondent autour d'eux des
convoitises, des amours-pro
pres nationaux froisses, ils
comprennent i quoi les expose
la supr6matic qu'ils Iltien-
nent car en tous temps, ceux
sur lesquels s'L6end pareille
do(mIination s'ils I'ont subie, ne
I'ont jamais acceplte et out
toujours Ssaisi la premiere occa
sion qui leur 6tait oflerte pour
secouer e joug; et, alors, la
grande Repuhblique se pr6,)are
Slan guerre et, que 1'on ne s'y
meprenne point, celui qui se
dresser contre elle ne di:it
point computer sur une simple
promenade mililaire p,)u r
vaincre ces noaveaux Titains
voulant escalader le ciel.
Si la puissanie des Etals-
Unis dci s'6crouler combi'ni
de n itions petites et gradess
seront ensevelies sous ses
ruines I
iimistralioe nbearale ders Posles
Avis de depart
Les depeches paur New-
York et 1'Europe (via N.-York
direct ),par We steamer sCristo
bal e seront fermees mercredi
26 du courant.
Port-au-Prince, le. 24 janvier
192 .
- +co -vcA o
CONVOCATION
I es Membres-De16gues a
I'U.SSH.sont convoqu6s i 1'ex.
traordinaircle Mardi ler f6


Les Missionnaireo
R6dempntoriute
A P6ton-Ville
C'est dimanche que prirent fin
a I'etion-Ville, les predications
des Pores R1demptoristes.
II y cut, 6cetle occasion, une
grande manifestation religieuse
dans la petite ville. Une nom-
breuse assistance emplissait les
nels de Saint-Pierre pour 6cou-
ter le beau sermon que pronon -
Ca le PNre Baugaert.
Ensuite, il y cut ne inipo-
s tite procession a travers les
rues pavoisecs de la ville, pour
.e ren Ire sur I'autel de la Pa-
trie ou Ie P're Gillis adressa la
parole ia la foule recueillie.
Pius la Ben(diction du Tres
Saint Sacrement lut donn6e.

Claiss!,z les m:IriNjlojis!
I) ep uis quelques jours, les
II sons silueSs I la (Grand'Rue
et A la rue D)ant.;-l)estouches.
dans le voisinage du novel
edilice que 'on construct pour
longer les Bureaux du Tel'gra-
phe. sont envalies par de v.ri-
tables iiues de maringouins.
C s dipteres qui sont toujours
propagateurs de maladies in-
commodent fort les habitants
du quarlier qui nous prient d'at-
tirer sur ce fait I'attention du
Service d'llygiene.
Nous croyons bien qu'une
chasse tnecrgique leur sera aus-
sitl faite et qu'ils disparallront
bientnl.


L'ramma 1927 verra a Iifi da
belcheviise et di ftaisme .
prdil ur astrele allelasd
Un astrologue allemand nom-
me Radetzky, qui jouit d'une
certain notorinte dans les
milieux d'outre-Rhin, 6tant
donned qu'il avait pr6dit In
mort du president Ebrt et de
'lugo Stinnes, ainsi que lard-
conrilure de cc dernier, vient
tde publier ses proph6ties pour
1927 qu'iiappellel'annee rdv -
lutionnairc.
l\:iIelzky announce la sup-
pression du corridor de bant-
zig, la fin du bolchevisme el
aussi du tascisme. II announce
divers attentats sur des 'per-
soiimaliles et ajoute que la
France et 1'Angleterre seront
dprouvies par d'epouvautables
raz-de-nmaree,


l otre IIo


... a vu, samedi vers 5 heures
de 1'apres-midi, A la rue du
People, une petite scene char-
manle. Une gentille demoiselle,
J... etait assise sous sa galerie et
avail les veux baisses sur un vo-
lume qu'elle lisait. A ce moment
passa un cycliste, A... H..., len-
temenl, sur sa became. Le galant
visiblement voulait sa I u e r la
belle, mais il comprit qu'il per,
drait son coup de chapeau puis-
qu'elle avail ia tote baissae.
Alors, soudain un coup de son-
nette et aussitAt NOTRE (EIL vit
les ... yeux mig n o n s se rele- '
ver et, gracieux, le chapeau
traca dans I'air sa petite courcb
l(lganle. Un sourire illumina
longtemps le beau visage de J...
etl ongtenps ses... yeux suivi-
rent le galant qui filait sur sa
leste machine.
Sont-ils revenues les beaux
temps de 18315, temps des dou-
ces galanteries

... a vu, dimanche martin, vers
7 h. 1/2, A la rue Saint-HonorL,
un spectacle bien triste.
...faillit, pleurer routes ses
laruics. Un grand dmoi agitait
la rue, en haut et en bas une
loule enorme la barrait, tandis-
que devant une maison du quare
tier se tenait un group conm-
pacte de curieux.
... vit bient6t ce qui attirait
tant de gens. Sur le perron ('e
la galerie se trouvait une belle
brune, pieds nus, tkte nue, che-
veux au vent, jeunc, et qui dan-
sail, sautait, criait, pleurail,
riait, inre en dnmence, landis
qu'une petite emmine, blonde
celle-hl, un chaperon sans doute,
la poursuivait dans ses gesticu-
lations et jetait sur la hrtlanle
folic de sa doulcur de grands ba-
quels d'cau nroide, elle lombait
parfois, se relevail, conlinuait
sa danse insens6e, les vtemenls
ruisselant d'eau I laquelle se
mClaient ses pleurs.
Et NOTrE (EIL vovait homr
nies, 'emmes. enfants, vicillurds
et jeunes gens contempler en si-
lence, ce spectacle lamentable.
La pauvresse ne pouvait se
console de la mort dle ses deux
fils. II y a cinq mois que le pre-
mier etait part, et, la veille,
I'autre, un garionnet de 12 ans
venait d'etre couch sous la
terre froide du cimeltire. Et la
nmre ebranldit la rue de sa dotr-
leur immense. C'dtait bien trisle
A voir.
*
... a vu, lundi apr>s-inidi, vers
I here 1/2, A la rue du Centre,
le camuion au No 3151, s'emballer
come une bete en turie. Au
lieu de s'arrcter devant le ga-
rage de la West Indies commune
le chauffeur a pr6tendu vouloir
le fair, le lourd vdhicule est
all6 lourdemeat se heurter con-
Ire la galerie de la maison Bou-
chereau. Voiture et galerie ea-
rent des dommages.
*
... a vu, avant-hier vers 8 heou
res 1/2 du soir, sur le Quai, une
scene de jalousie typique. Un
portefaix nomm6 Dieudonn- et
qui, depuis longlemps, avait
rompu la vie commune aversa
cohabitante, la nommnie Regina
qui s'tablit marchande de quin-
wiileiic aucoin d:' march Y\l-
,,,re. l giina s'etaiit choisie tin
antre protecteur dans la vie et
DieudonnC ne l'avait plus revue,
Malgre le proverbe, ces pre-
mnires amours paraissaient bien
oulhlies. Mais, lundi soir, le
galrs, par hasard, rencontra Ret
gina en compagnie de son rem-
placant. Ce ut come une fl14
che qui lua alia droit au cosur
it suivit le co iple pendant quelI


O


/
'p1


Quand les Mlats-majors sem em
proic A In disorder, I"s erheh m'nt
sa'r mneye. e dtier t .semm .-
IUse qli s' pposcl, ce'st de Ies Iaire
comirr ers venr prnie p liar p i.
Frastein DELAIS


INTERVENTION
I)ES

Etats-Unis
AU

Nicaragua
Elie es! contraire td la daclrine
tie Monroi;, dil un
repr;senlanlt anelricain
Par CAble trananis
WASHINGTON- Le repr&-
sentant gooro d6mocrate tde
vir ,inic a depose i la chambre
deux propositions conicernantl
le N caragna.)Dans la premiere
il demand que la chambre
interprele la doctrine de Mon-
roe en d6clarant que celte
0o -trine est opp')sCe'. I'inter-
vention des Etats-Unis dans
le ; ripublique de I'Ainmrique
laline saute lorsque leurind -
pendance est menac6e.Li deu-
xi6me proposition reclame duI
secr6taire Kellogg des infor.--
manions sur les divers aspects
de la situation Nicaragua-h
venne et demand si le goil-
vernement de Washingion
nest pas cause de la designa-
Lo i de M. Dia. comnme Pr6si-
dent de la Htlpubliqle.Le re
p 'es,:nlant Htitidlleslon a (le-
clid q.tle i'opinion pub!liq e
6ltil opp)s6e a cetle guerre.


Le mo:lvena'nt xaophobe elinois
WASHINGTON- La vague
de xenophobic qui monte de
plus ens en l en ch ne a atteint
Slangha lle grand centre inter
national d'extr6me orient ou
se trouvent plus de 4,000 am&-
ricains. Li a fmeuse route de
Nankin vient d' tre le th6Atre
de bagarre4 atl curs des-
qluelless es emplov6s des Irain
ways cribl6rent de pierres el
d .briques des otfi iers de
p ix" oit un gran I nombre
uit te blessds plus ou moins
grievement.


Cine Variete
CE SOIR
Le, rand Secret
(Suite & Fin). 0.50.


1858, Rue Arhricalne, 1358
TILEPIOONE N*242
LE NUVERIO 20 CENTIMES


)








LE MATIN- 26 Janvier 1927


U I -l----lMI ---ll-I----------I-l-m--.---- _ml_______


UN Oo ,CONSEIL
Garde-toi toujours de vou-
loir que la vie soil autre qu'elle
soit; tu ny changerasrien el
tu seras malheureux.


ques instants et unn moment,
brusque, il inlcipe lla l bl.
Celle-ci le repousse d'ah )rl;
mais come il se laisait plus
pressant, elle faillit hienl6l. IElle
en vint aux reproclies, discula.
Le rival etait perdu. En efclt,
NOTrE (El, A la lin, vit l)ieu-
donne partir avec Iifgina, lais-
sant Ilautre, tout penaud dans
la rue.
Les premieres amours ne s'ou-
blient Jamais.
3 .. . .
LEM

Etats-Unis
ETLE

Nicaraqua

-(4omtiie le relaltil tine ddo(d'-
che du (t.ble francais iplblide
aanil-hier i tr L Ie ialin a Ie
Prcsidentl des Elts-Unui (1 re-
fi, jeudi (dernier, )20 Jnvier
couiranl, lah Maison Illanche,
M. Alej(andro C(sarr, ,lifinistre
du hicaragu ii \ashingiilon
qui lui a( pr'senld ses lellres de
wrdance
\oici, en subhslance, la rcpon-
se quefil le I'resident Coolidge
au Ie resentanl ti.r Elats-
Unis du Gouvermniient de M.
Adolfo Diaz. oous devonls c'lc
ilporlant document diplomai-
tique i I'obligeance dtu sltmpl -
thique (Chiryf/i d'A ](aires des
Elats-Unis a Porl-au- Prince.


C'est un rcel plaisir lde vous
recevoir et de vous reconn:itlre
come Envoye Extraordinai:re
st Miinistre Plenipotenliaire ldu
GoLivernenient constitutionnel
du Nicaragua.
Bien que les relations olliciel-
les entire les Etats-Unis et votre
pays aient te mialheureusement
interrompues pendant pros d'un
an par le fail de troubles politi-
ques qui n'ont pas permis aux
Etats-Unis et A d'autres gouver-
nements strangers de se tenir en
contact olliciel et r6gulier avec
vous, il m'est agrbable de noter
que les liens d'aniitic qui out
toujours uni le people des Etals
Unis A celui du Nicaragua n'ont
6t6 A aucun moment mis en pi6-
ril et que durant la penible p6-
riode de non reconnaissance les
relations les plus anicales quoi-
que oflicieuses ont et6 niainte-
nues.
Maintenant que grace A I'6ta-\
blissement d'un Gouvernemient
constitutionnel auquel les Etats
Jnis et les aulrcs puissances peu
vent accorder lu recon naissa nce,
pous sommes en niesur e de re-
prendre les relations ollicielles,
cest,lpour moi,l'ol)jet d'une gran
de satisfaction.


Je suis heureux de vous rece-
voir conmmle Reprsentanit dut-
ment accredit6 du nouveau (Gou
vernement de Nicara;gui.l)epuis
hIien des ann6es, les tlats-Uinis
ont 6tI de bonis amis pour le
people de Nicaragua. Par Ie faith
de notre assistance sollicitle et
apparenuuent bien accueillie, le
peoplee de Nicaragua a connu
des annies de paix et de tran-
(quillit6, a restaur6 ses finances
rationales delabr6es presque d 6
ses'p6r6ment,a aaugmenlnt ses res
sources ec(ononiiiques et large-
ient amielior6 sa siluiation dans
le monde. Nous ne nous faisons
pasun credit immerit6 de ce qui
a et6 accomnpli au Nicaragua pen
dant ce temps. Tout le mirite re-
vient au people de Nicaragua
lui-meme.
C'etait le sincere espoir de cc
'pays que ces conditions conti-
nuassent et qu'il fut inutile pour
les Etats-Unis de se mettre cn
action pour la protection de ses
ciloyens et de leurs inter'ls.
lnais malheureusement cela n'a
pis et6 le cas. Je saisis celle oc-
cision d'exprimer le lerme es-
p ir que ces dissensions civiles
telles qu'elles existent d: s votre
p s puissent etre enra\ 6es et
q l n'y aura plus d ohbacles A
la march vers une ere ade paix
permanent et de prosperile
pur le Nicaragua. Quoique les
forces ambricaines aient, avec
Ic consentement et sur la de-
mande de volre gouvcrnenlcit,
debarquk pour sauvegarder les
iutr ls ligitimes des Etats-Unis
et les vies et proprilt6s d'auti cs
sitoyens, cel etat de choses ne


L'EMULSION
* SCOTT )
prise r6guli&rement
donne une ,nergie nou-
velle, augmente la capa-
cit6 de resistance
et aide b Aluniner
la cause de la
faiblesse.


devra pas continue:; plus long-
temps qu'il n'est nccssaire. Les
Eltats-Unis(je sais (li' votre gou
vernement et le peulle de Nica-
ragua appr6cient bien, n'ont pas
de vis6es 6goi'stcs on de dessein
imp6rialiste si servir. Encore
nioins nous un'avons le (dsir
d'influenccr on de liriger en
aucune Iitgon Icls afftircs int6-
ricures de votre pays. Lecs Etals.
t'nis d(sireni I'i ndilpendance et
la prosp6ril6 de chaque r6pii-
blique e I'Amiirique Centrale.
Les bases d'urne permanence s6-
curite pour le Nicaragia doivent,
n effect, tire poses piar son pro-
pre Gouvern",nlctl ct j'i cu
plaisir i voir que les premiers
pas out 6t6 fits, vers 1'klimina-
tion de la d6saffection et I'ar-
rangcment des diffrtTeus entre
les factions.


I'
I:
t

1
r


I'heure A PI'rtit-all-'Pine 1i
Toutes les horloges
publiques battent
la campaign
On s'6ionira, peial-.lre. dce
'elcntenll direi n ll: s rIni ni'esl
hils vr'ai. Nouis avons la (Capi-
ale exuaclienlt i) hoillor cs pit
Iliquies; et pas deux dont l's
liguilles ilmarq'l l nl la ll 'lin liell-
re. loirsque celle dle la Binque
National in(iquc 10 lieures,
celle de la Cathedrale mnrquce
10 lieures 10, ccelle du Slminaire
10 heures i/i, celle de Ste Anne
10 heures moins 5, celle (ld Sa-
cr6-Coeur de Turgeau 10 licures
moins 15 et ainsi de suite. La
pendule de la Gare du Nord, de-
puis des siecles, ne marque au-
cune here. Pour une gare, c'est
pas mrl. Celle de la vicille Ca-
thildrile, idem. L'horlohe du
marchli Valliire march 1 jour
sur trois. lEn rsume, lorsqlue
quelqu'uiu vous demand: Quelle
here est-il? L'cst la question hA
latqlelle, il vous scra Ie plus
ditiCile de r&pondre.
El pourlant la question dune
heure uniforime idns ulne Capi-
tale est de grade iinl)orlance.
C'est n6cessaire aux employs
pIu blics, aux emnplov s
de Coiinerce, indlispelisable aux
persointages qui doivent suivre
un protocole pour des recep-
lions ollicielles, etc., etc.
Nous revieildroms sur 'elle
question di l'heure a )Port-au-
Prince qui, Ai note avis, nc peiul
6tre solulioinne que par la no-
inination d'rin horloger public,
charge qui existait d(Ij d'iailleurs
tlans I'Adminnistration Coiinu-
nale.

Le p61erinage
des Nolistes
Diianche dernier, come Lit:
MX.TIN i'annonlqait, les Noelistes,
guidcds par leur Directeiur M.
le Chanoine Vicaire ( anciral Le
(Gouaze et du Ptre Glihillo. ont
faith un p6lerinage ai d'Espinose.
au pie(d de Sle Th6ribse de I'E-
fanit Jsus.
Apres I l6a inidiclion de leur
baiini&re et la procession qui
suivit, une messe fut c6tIbrec
en leur honneur. Le Chanoine
Le Gouaze pronomna le panigy-
rique tie la Snainle.
D)e nombreux fidtles le Porl-
au-Prince avaient accoinp.ign
les Noelistes dans leur p6leri-
niage.


--. -- --- -- --
Employment Want6d
13 an English Spakini;.
Experienced conimercial co'-
respondence clerk, book-kee-
pert l i .,l 's !'ill.
Ac Ir' ', i ." ,' r; , (;lerlk) ill
care of the I linor of this p i
Demande d'emplol
PIar qiileh'li'in pat rl.;i( ;ii a gli's
lE'xper! til i >)i''t(sp)oilli'lai t'ce to.
imer i('Iile, n ('ell lli .' o ivrc-iC s e
pour les vents.
.M,\ s ls i '. lilSur I1 <'
jourilAi.


Society

Biblique
ET DZS LIVRES
RELIGIEUX DIHAITI
FONDl:E le 1) MARS 1885
P11 o D:) 1:T no P-RO Pur
Xolre 4ilue Iapliort
de la Soscriplion Sphiale
Touv
Nouvel Appel


Plus d'une lois soit par lt
voic desjournaux du Pays, soil
lar des lettres-circulaires et toi t
6ceniment encore dans notre
'mne Rapport qui a paru en bi o-
hure nous avons Tait savoir
u public (ue le but pour Icqicel
ious avions lance, l'anree l a;-
6e, notre Souscriptionl Sp,;e'iale
:tait de construire uue tribune
au siege de la Soci6t ct de faire
:crhtnies r6)arations (ue r6cl-a
ne I'Etablissemenl;- que de-
vant les demiandes pressanles
I'argent qui nous venaient de
leux de nos cr6anciers ld'Europe,
Ious nous etions iavsiss en d('-
:idant d'ajourner cts choses;--
et, enfin que notre intention eMail
le reprendre ensuile les Iravalux
en (iqeslion. d(Ls que nous nous
icrions affraluchis de ces obli-
gations.
C'est pourquloi inotus n'avois
)as fcrmln In Soi;cri'ptio ; au 3
)Dcembre 1925, conlne il av:i,
6 (lit (dans note premier
( Appel ) de I'anne p.issee, alii
le lai.issr l ccux (iqui n'avaieull
encore riel vers6 le telnps de
e'ex6culer; mais la SouscriApiioi
iallait guere. Pourlant, elle n'6-
lait pas rest6e tout i 'ait en
panne: quelques Ames genereu-
ses, de Janvier-Septembre de
i'ann&e courante, nous ouit
adress6 leur quote-part --ce q(lii
ilnois a perinis d'entiiis.;er Il
solnlll de e inquante sept gdles
(Gdes.57:00).
l)'s lors, pour-" activ.'r la minr-
'lie de Ia Souscription Iqui ( iliii
(enco'Ore ouverle, nous avons cru
devoir 6menltrLe un ,oItvel l)ppel
qiie nous venous de lancer ians
Ie public.
Ce (( Nouvel Appel ) cuti Ic
tonlieur d'avoir con ti c pIreeiicr
Souscripteur notre l'r6sidenl
d'lionneur le Trrs Rtv6i'rellt
Ev6que John Hurst. ( un Hal-
lien de la .Mlission Africaine .\e-
thodiste EpJisco/ate, risidant ai
Ballimore Md : Eals -Unis ) q i
nous adresse u clhiie tide
Or 3)5:00, soil Gdes 175:00. De-
puis lors, nous avons revi de(
Port-au-Prince (iGes 93:00 for-
Inant ensemble (Gles 274:00.
En :ajoutan leIs (Gdes 57:00 de
In p'iriode iniermlnldiare, it se
troupe (que jusqu'a ce jour, le
.oun,'o Appel a produit trois
centt Irene ('t une gourdes
( (ourdes 331:00 ).
Pour 6quilibrer le couple de
la Souscriipion sjpc;iale en re-
tard et alin de iaire cerlaines
premises a nos cr6anciers d Eu
rope et de vci'ser quelque closc
i la Maison Ed. Esleve & Co de
la Place, nous avons dtut lirer de
la Cuisse (;dndrtle Gldes 25(1:37,
valeur que noius avions rescue
des Eglises de la Cllpitale et de
la Province A I'occasioin dle nos
ftles (du Dimanche de la Blible.
(Voir detail au has de la page(1).
IEn y ajoutant Ie lotal des v\'-
leurs perques )po0ur In Nonscrip-
tion Sp;ciale Gdes 331.00 il s en-
suit que nous avonis encaiss6
jusqu'a cette late (;des 387:35.
Avec cette valeu ',,rnous avons
pu ,erser i la Librairie /'roles-
lunhi de Paris Or 30:00; ai la Li-
brair,'e 't;ivangilliqlt e d ,ausii nne
Or 20:00; ai la Maison Ed. Esl\ve
& Co 'ie celle Place Oci 27.(1 :
enscilble ()Or 77.(i9, seit eli ar-
gent du Pavs Gds (ides 3S:30.-- L,:a
balance resiante nous a servi i
t eitindre qut l:lpes ob'i:ti o:s du
service courant donlt nacquitte -
ment reclamail aussi celirit.
De sorte que, Dieu en soil


(1) NVous demons h la bienteil-
lan te sollicilide des hE!llises ;ilin-
feliqunes de la Caipifnle et de lh
Province (. 25(i:37 comime suil:
De Eglise Saint Paul (A.Ji.E.)
at culle du matin tldes 10:25,-
de I'1glise Baptiste ( martin )
(des 5.92,- rale du soir a I'E lise Wes
levenne (des 54:03, ensemble
(;rtes 70:22; d~t cup-Haitien,
glri ie l'Im pre'ssennt Iqu'a mis
1 !a l'chie Ie elv. Patle'nr John
l)o I'en. Surinen'fant de la Mis-
sioin Met.ho(ililie Wcsleveiue de
Lo.ndrrs (;Gles 97:00); -- de Sl-lti-
plihi ', ('I ,'ta!'' P' t l ltlnn /?;u.
i.cs{iitr l)utIi"v IPicruc ) (;des.
.0; de Jeriminie ( .1. e fi re
.\lin Cl6ri6 ) Gdes 35:001;- de
l 11 ;,n ( Ilhe. Pas!e tr Lcdoj|
Sl1ir.-.i ) Gdes 9:15.


La Coinpagnie Gillelte n'asstum
la responsabilile du |)par'i'h Ion.'
tiolnneient de la vraic laile I(iil-
lette (ue lors(iti'on s'en sert avec
le vrai rasoir Gillette. '


SERITZ I V0Sdl duirai G'6IIITTE it v's
soilrirlez en I los rasalnl. Vlire inihre se-
i'a parlait', iun algrtiable passe-lemps, q pe
s "s som'z a i llmaison, daiis tolre rabi nl lte
i't i'll, i a icampan!ie pl is d'un frais (:irs
d'i, i la cas'rni' oi n ull 1age; avez Ion-
j'i i:s ile' ois nlil piilt a4iiT'e:ssit ILLETTE
(:iz-a- 's onl an d'h:lns, i l (lis semnira tou-
ij)is. I'uis po:inezt -Co'' os o' .IS priwurer
i'iniyiarl' o(i led's i'iiirs I- nme !~1lLETTE,super
keln dians list:l h, wiade civilise.


F


i




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs