Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04375
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 01-25-1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04375

Full Text









DIRECTEUR IMPIIMEUl I
ClAent MAGLOI0RI
Bow-Vza~T
1358, Rue Amiricaine, 1358
TELEPHONE N-242
LE NUMERO C20 CENTIMES


L


Iae ANN~ E N' 6007 POR -AU-PRINCE ( HAITI) MARDI 25 JANVIER 1927

IIIi I I I -


LU IITAIT-UllI VEULtVZT-ILS LA QUEIRE ?



Les Etats-Unis, le Panama,

le Mexique et le Nicaragua


TROISIEME ARTICLE


Tout au debut de I'autre se-
maine, i 'heure ou les vene-
ments,dans 1'Amfrique Centrale,
6taient A leur phase la plus ai-
gs et la plus critique nous
avons, au course de deux articles
qui ont paru a cette place et
sous ce titre, apport6e nos lec-
tlurs quelques indications sur
css 6vnements graves, d6clen-
ch4s par la soudaine interven-
tion des Etats-Unis au Nicara-
gua, evenements qui out mena-
c, qui menacent encore d'etre
le feu mis aux poudres dans
rAmdrique Centrale et le Paci-
que. Personne ne se tait d'illu-
won quo si ce conflict eclatait, il
degenarerait vite, vu le modus
voiutdi politique actuel des Na-
tions et en vertu du vieux pr&-
capte de Tarquin que a dans un
a-bmp une tAle de pav6t ne doit
pai salever plus haut que les
sulreso, en une conflagration
mpondiale.
Dans notre premier article, il
lgissait des rapports interna-
fienaux existant entire les Etats-
Udlis et la Panama au point de
vue du Trailt negtccia entire
Washington et Managua, assu-
rant Mx ltats-Unis le contr6le
abaolu do la petilerrpublique
dsl lte canal de Panama trI.-
msca I.lktrritoire.
La conclusion el Iapplication
de oe Trait disions-nous,
etaient dans 'opinion du Gou
Ternement des Etats-Unis, in-
dipensables A la security et A la
d6ens efficace du canal, en cas
de ear e, centre toute tentative
veaqt du Pacifique el tendant,
soit Ia destruction m6me du
canal pour isoler et diviser les
forces amricaines, soit A s'en
servir pour fire irruption dans
I'Atlentique et porter la guerre
at cow mime de I'empire ma
ritimrds w Etats-Unis.
Datts notre second article
Sous avons soalign6 I'impor-
tance quc rev6tait le d6barque-
ment ~ur le sol nicaraguayeen
de bailiers marines amnricains,
iatervenion opere avec des
forers navales les plus iinpo-
ete.iqu'on n'ait vues, depuis
emlbre d'annes, dans la zone
du canal el les eaux des rdpubli.
quest centre-am6ricaines Nous
appuyant sur les declarations
dm Prdaident des Etats-Upis et
da Seordtaire d'Etat Kellogg,
nous avons montre le veritable
caractere, le veritable but de
Lette intervention : la sauve-
garde du druit pour lesEtals-
lnis de construire un second
.sal interocoanique A travers
*.- d 'itabir uone
4dans la baie de Fon-
f.i n, pour iclairer lo-
1 noiis lecteurs sur les
sultats graves que pouvait
',roduire cette intervention qui,
I ,t4ipaltapte qu'elle solt jus-
A~ i;


qu'ici, n'en est pas moins une
ing6rence d'une nation puis-
sante dans la politique intleeure
d'une republique plus laible,
nous avons relate comment cette
intervention des Etats-Unis avail
ete accueillie par I'opinion pu-
blique dans les pays de I'Ambri-
que Centrale et de IAmerique
du Sud. Du Mexique A I'Argen-
tine, ce fut une unanime desa-
probation.
Les Etats-Unis
et le Mexique
En cc troisieme ct dernier ar-
ticle, il cst necessaire que pour
boucler la boucle de notre sujet,
come le titre d'ailleurs Iindi
que, que nous envisagions la si-
tuation polilique existent entire
les Etats-Unis et le Mexique.
Mais pour bien comprendre
celle derniere question, des con-
siderations preliminaires gene-
rales sont indispensables, abs-
traction faile de tout ce que I'on
sait dejA des nombreuses fric-
tions qui ont toujours exist
entre les deux peuples.
On rep)le, fort souvent, en se
basant, pour le d6montrer, sur
les interventions faites manu
military par eux dens diverse
petites ripubliquesde la mer dts
Antilles, chez nous, entire au-
tres, que les Elats-Unis n'6taient
pas une nation pacifiste, que le
people americamn naguere bon
bourgeois avait pris goat A la
guerre. On pent, si paradoxal
que cela paraisse A premiere
vue, s'tonner d'une telle opi-
nion. Les Elats-Unis, si I'on y
songe bien, n'ont aucun interet
a etre des gens belliqueux, a
encourir les risques de la guerre.
Leur commerce est florissant,
leur prosperity industrielle, pro-
digieuse. Ilsjouissent d'une si-
tuation cconomique de premier
ordre, laquelle, peut-6tre, ja-
mais. aucune autre nation nest
parvenue. Leur trbsor public
regorge d'or. Its o.t, chaque
annec, dans leur budget general
un excddent des recettes sur les
depenses qui se chiffre par mil-
li rds de dollars. La guerre leur
a permits d'avoir sur presque
tous lesautres pays des creances
qui ne peuvent leur Wtre pay6es.
lt remnarquez qu'ls n'ont pas
non plus un trop pressant desir
que ces creances soient acquit-
dles, puisque leur non pavement
leur vaut de grands menage
ments de la part des nations d-
bitrices et leur assure line voix
quasi pr'pondbrante dans la
poliliq eic< nmnique mondiale.
Par leur or, les Elats-Unis jouis-
sent done d'une influence appr&-
ciable dans les affairs du Vieux
Continent, influence que la
guerre ebranlerait assuremient.
( A Suiure)


Au Petit-Seminaiae
t --- -


LE MATIN l'annon-
= c)iq i so c .6-
e du Petit-
S6minaire la fete de Notre-
Dame de la Victoire.


qui tr6ne plus haut que le Ta-
bernacle:
Une belle at nombreuse as-
sistance emplissait les nefsde
ra chapelle pour entendre la


Rien, en v6ritx, n'6lre d" usicS qUi allait etre c6ldbr&et
vantage le cceurlo 'e4le, Ien l'honneur de la Patronne
rrWie,#^.m;pjP.p iii-' o1ne du-" Cofte St.Martial.
cirimonie catholique sa.sim- C est le P~rg H ck. Prefet
pie soit-elle. Le maltra4t el du Seminaare qui office avec
eat pare de ses plus =be arAi les Peres Pettemberg qt Mon-
nements, une colombe lurpi- teuil come diacre et sous-
neuse eploie ses ailes imma- diacre.
iaMu a aicrge Vir e e. to~U h de to se colla pJW.
tae d.l6a2 Vicu'ge Victorieuse eatokx* do tout ses collabora-


teurs,'M. le Chanoine Lanore,
Superieur du PetitIS6minaire.
Toas les Membres de l'Ami-
cale, et de nombreux anciens
e61ves sont presents. Parmi
eux, on remarque: MM. Ed-
mond de Lespinasse, Presm-
dent de I'Amicale, Clement
Magloire. Prefet de Port-au
prince, Rodollhe Barau, Do
yen du Tribunal de Premiere
Instance. Louis Roy, Etienne
Mathon. F. Gaeljens, etc, etc.
L'Office divin se pursuit
dans Ie recucil'cment et la
priere, entrecoup6 de beaux
cantiques qu execute le clihur
des 616ves de l'Elablissement.
S1l'Evangile, c'est le Pere
Lanore qui rappela, dans le
language sin^ere et vibrant, la
chatde et prenante eloquence
qu'c Ini connait la puissance
la bont6, I amour de Notre-
Dame de la Victoire don't c'd-
tait ce jour la fPte. Longue-
ment il retraca loute la glo.
rieuse histoire de cellte reine
des Cieux, exhortrnt avec cha-
leur les petits confines a ses
so;is et aussi tous ceux (qui
I'6coutaient a toujours aller 'a
el'e dans les heures de d6ses-
poir et de faiblesse.
Ce fut au milieu d'un im-
pre;sionnant silence que s'a-
cheva ce beau sermon et clue
I'eloquent pr6dicateur descen-
dit de la chaire sacr6e.
L'Offi, e relrend,se pursuit
a:i milieu des beaux chants
(qe font encore entendre les
616ves du Petit S6minaire.
II 6tait bien pr6s de 10 heu-
rel lorsque la messe s'acheva
et que la foule, lehtement, s'6.
coula par le grand portail de
l'6glise.
Apres la ceremonie religieu-
se, la Musique ex6cula quel
ques beaux morceaux de son
repertoire. Puis les membres
de I'Amicale, les anciens li-
ves de I'Etablissement se r6u-
nirent planss la grande Salle
d'6tude des pensionnaires. LA,
un 6tudiant de la classes de
philosophies, le jeune Male-
branche pronopa une belle al-
locution oil il exprima avec
motion les vceux que tols
ses camarades gardent pr6-
cieusement en leurs coeurs
uti sont de voir toujoumrs le
6minaire connaltre des heu-
res hcureuses de prosp6rite et
de grandeur.
Le President de l'(Amicale
r6ponlit et ensuite ce tut le
P6re Lanore qui relraca les
progr6s r6alis6s par le Coll'ge
St-Martial progr6s accomplish
au prix de quels efforts, dab-
negation et de sacrifices! Le
'6re Lanore, courageux ap6-
tre, assure cependant que lui
et tous ses collaborateurs ne
se lasseront jamais i cette
grande, noble, belle tAche qii
est de fair des petits qui leur
sont cones des hommes di-
gnes d'etre uliles, demain, it
leur Pay,
En some, Notre Diame de
la Victoire eut, dimanche, au
Petit Seminaire une belle el
grandiose journee.
Au course de la reunion don't
nous venons de parler, on
proceda A I'1jction dn 113 des
membres du Bureau de l'Ami-
cale. Furent blus: MM. Fr6-
deric Gaeljens, 58 voix, Louis
Roy, 55, Elienne Mathon 53
et pierre Hudicourt,44,
Tous nos compliments.


Parisiana
CE SOIR
L'Entant.Roi
6e episode
Leos millions de Made-
moiselle sans le sou
Entr6e : o50 : Baon :1.00.


Compagnie Generale

Transatlantique

Arriv6e du De La Salle et du Maooris
Le steamer |I DE LA SALLE 3 spdciDalelent rtserve
pour la clientiledl'la;ti, est attend Li Port-au Prince
iell4 Avril 1927.
II replrtira Ie cmine jour pour Cap-Haitien el Ie HIA-
vre (IrectmenIt.
C(e navire rapid et comfortable, offre I'occasion
(l'accoimplir la triversee en douze jours.
Ie steamer ( MACOIul S ) quittera Porl-au-PIrince le
28 Avril ai destination du Hvre via les ports du Nord,
Puerto-Plata et San-Juan.
A l arrive de ccs Ipauebots au tlhvre les passages
trouvcront a qu(ai un train special les meant tirecte-
ment a" I'aris.
Port-au.-Prince, le 18 ranvier 1927.
E. ItOBELIN & Co, AGENTS
CBMB~iBBB^"--^--^^^' ---- ------


A


ix Assises
-----:X>=0 ----


Ilier se trouvaient sur la
sellele les nomnmes Svlvain
Dossous et Monlilus Morency
accuses d'avoir le premier
combine ateur et le second
comnme com police, soistrait,au
m )is d'vvr.l dernier, une mon-
tre en nickel au prejudice de
Mr Ross.
L'acte d'accusation, come
un roman d'aventureest riche
de details)).Mais aucin e6moin
ne compar..it. Ce qui n'em-
pdche pas au Substitut I arge
de faire ressortir la consta nce
da vol.
Mes M. Liautaud et F. Cou-
pet conseils de Sylvain Dos-
s6us accusent Montilus Mo-
rency que defend Mr Joseph
Courtois.
Le Jury, apr6s unec demi
here de d(liberation, rend
sous la residence de Mr Vic.
tor Lamarre,un verdict recon-
naissant l'innocence de l'au
teur et la culpability dIu com-
plice. Decision bizarre que le
Juge Picrre-Philip )e demand
aux Jures de retracter. Ceci
fait, les accuse sont reconnius
innocents.
Lorsque, i I'audience, les
faits de la cause ont pu ktre


modilies, nous crayons que Ie
juge a pour devoir de ne pas
seulement s, baser sur I acte
d'accusation pour poser les
questions an Jury-



A Mariani

Samedi soir, il y cut an
Cercle Sportifde Mariani, une
belle reunion avec musique,d
laquelle prenaient part les
membres, leurs families et de
nombreux habitues de ce
grand Cercle mondain.
D)s 8 heurcs (d soir, la tWte
avait commence, charmante,
favoris&e par un temps ma-
gnihique.
Elt plur toute cette 6elgante
compagnie qui s'&tait (lonnhe
rendez vous a Mariani, les
heures les plus agreabl)es s'-
coul6rent dans le dlcor tout
parfunm6 qui faith de ce Cercle
un des coins les plus dtlicieu x
de notre Capiitale. Cc tut bien
avant dtans a nuit, qu'avec Ie
plus grand regret de voir
prendre fin ces trop courts
moments, les invites de Ma-
riani s'arraclierent aux clar-
nues de la soiree.


ET VOUS DOUTIEZ


S UANI) cominena iA se realiser son rive de fran-
chir les tapes de la gloire trioniphale, vous
vous disiez sceptiques, que, seul, le recul du
temps aflirmerait son success.
Mais les PATRIOTES n'aurait jamais attend si long-
le njps pour devcnir la cigarette id6ale.
La valeur d'un product de selection ne peut d&pen-
dre du nombre des ann6es.
Elle est, en effect la meilleure Cigarette vendue a
i meilleur march. Ses acheteurs en tirent un triple
advantage. Ristoulrne de (des 2,50 sur cent bons primes
d une second valour de Gdes. 2,50 sur cent pochettes
usagees, possibilije de gagner 200 gourdes avec chacun
des bons portant les Nml6res 12, 14, 15, 16, 17, 18, 19 et
0 renferm6s dans les pochettes,
Messieurs Albert Noisette et Odilon S.Villejoint qui
ont respeclivement apport6 en nos bureaux les num&
ros 12 et 18 ont 6tc les deux premiers ben6ficiaires de
nos prix de DEUX CENTS Gourdes. Notre liste des bons
de faveur nest pa.s linit6e.Essayez la PATRIOTE et vous
lui accordercz vos pr616rences.

La M nufa tientchaIque ven-
La Manufacture dredi DEX mil-
les pochettes-e6hantillons t a l disposition de tous
Funcurs qui vetnlcnt en connaltre le gott et la quialilC.
Les interesses n'ont jq'a passer an dep )t general. 206
Rue Justiin Lh: isson.
11 GEBARA & C., Propridtaires

---~~ ~ ~ ~ .1- 1---- -C


AlOire IL


... a vu, vendredi, vers 10 heu-
res 1 2 du matin, sur la route
dc Delmas, un group de jeunes
lilies, 6lgantes. gentilles qui re-
venaient de prier Notre-Dame
d'Altagrace, un ( marine a trou-
va de trss bon gotit etde bonne
galanterie, de taper sur les cha-
penux de ces demoiselles avec
sa houssine. Mais il ne savait
pas, le porteur de houssine qu'i-
ci les poulettes sont plus braves
nte les coqs; aussi, les belles
demoiselles le lui tirent bien
'voI, courroucties, elles s'avan-
ceret contru lui et lui rappe-
l1rent qu'on ne trapped pas une
femnme m6nie avcc une ieur.
Bravo, belles jeunes lilies!

... a vu, vendredi vers 4 heu-
res de I'apres-midi, le chauf-
teur de l'auto No 727 qui des-
cendait la rue des Miracles, con-
tourner le coin de la Place Get-
trard, se dirigeant vers la rue
Course avec tant de vitesse que
les routes de la voiture se frot-
tcrent rudement centre le petit
trottoir qni borde la grille du
kiosque. il y avait IA, a ce mo-
ment lA, un pi6ton, il serait pro-
prement racle. Ah! ces chaul-
ieurs entetcsl
*
...a v,, vendredi soir, grand
scandal A la Grand'Rue, dans
Ic grand imineuble en briques
situe en face du cafe d'Hyppo-
lite Florvil, la maitresse du lo-
gis adminiistrait proprement une
bonne less A une petite fille.
Etcelle-ci piaillait come un
veau qu'on gorge. Les badauds
aussil6t s'attrouperent, la face
dressee vers I'ltage, se demain-
dant (|u'es-ce qui se passait la-
haut.
... vit alors, un gentleman qui,
laligu6 du vacarme ou i)rotec-
tcir des petites filled ;iilociles,se
mit a jeter des pierrles cntre
es lem nlres de la maiison. A tour
de bras il les lncaitl et ce fut
Iienti6 une verita ble caiionnade|
\lMlgr= les conseils, les appeals
des amis (qui I'lact'comlagnlirent,
il jetait pierres sur pierres.
Mais comment potuvait il trou-
ver tant de pierres sur Ic bilon ?
C'est Ic c6te curicux de la chose t
*
... a vu, vendredi vers 10 h.
du matin, au Champ de Marsa
un petit garcon qui menait un
chien en laisse.Soudain le detes-
table quadrupkde montra ses
inormes crocs et les plant ru-
dement dans les mollets du gar-
gonnet. Le petit IAcha aussil6t la
maudile blete qui prit sa course
a travers les rues, crocs au ventj
pret A mordre tout ce qu'il ren-
contrcrait sur son passage. Les
peasants organiserent aussil6t
une battue el lapiderent vite le
dangereux animal.
*
...a vu,vendredi, vers 5 heu-
res 1/2 du soir, un grand tu-
mulle A la rue des CUsars. Une
brave campagnarde s'etait arrt-
tee A une Epicerie situee dans
le quarter compris entire la rue
du Centre et la rue du Peuple,
pour y faire quelqu'emplette.
Elle avait attache son Ane A uh
poteau de Ia galerie de la mal-
son. Un malandrin s'en appro.
clia et apercevant dans les ef-
fets de la honne femme un cos-
tume fra,' emoulu de chezle
tailleur, il s'en appropria sans
plus de facon. Mais c'etait just
au moment oui la paysanne sor-
t:mit de la boutique, sans perdre
une minute, elle se jeta contre
le tislou pour reprendre son bien.
ILes gens du quarlier lui pietc-
rent main fore et I'on rossa td
la belle (faon le coquin. Si tons
recevanint de pareille fesle


J


Presque tlt e Brmde pre tli-
sir A W'aeqIiUer dc petiles ,blip-
liens: kaempi dIe ems I de la
recnssaissase pour Ies ilatires;
ii i ii y a quail peru.. qmi
'ait de 'igratlilde L-r Iles
des. LA RK(MHFOlCA


I --


I_ --- -- '1











LE MATIN- 25 Janvier 1927


UN BlON CONSEIL I
Pr eres et reha'ilics, ap-
prenez A vos enfants A tout
6conom'ser: temps, jouets,ve-
tements, argent, livres, four-
nitures classiques, tout.

lorsqu'on les surprend en ila-
grant ddlit de vol, ils s'en c oi ri-
geraient un peu.
S*
... a vu, samedi nanlin, chlez
un petit coiffeur de Ia rue des
Miracles un spectacle des plus
comiques. Un client se I'asait
fire la t6te. Quelqu'un dit: Voi
IA une belle femme qui passe
Et, aussit6t, le client, amateur,
se dresse sur sa chaise comme le
diable d'une bolte A surprise et,
le crAne a moiti6 tondu. se pr&-
cipite sous la galerie, suivi du
coiffeur, peigne et ciseaux en
main.
Et voilA, mesdames, conmme
vous trouble par voter e I)aut6
une operation de ... coiffure.
*
... a vu, dtinuiaihe cnlre 9 I
1 "2 et t10 du malili, la riue St.
lionor inise cn grand 6nioi. Les
gains batllient des mains, les
gens niontraient letiurs ne7. so!S
les galleries, on croyait (tiC tles
llasques 6taientl auloisis ai Sor--
tir cal, grave, nijestuCeux sous
son ample redingole \vrdovante
et soil laut-de-lorinie jadis lus-
Itrd, nousltclhes h I l c h es ;ua
vent, cocuO-illaciqu(e e' ll n ill
hien ganlee 0... NM... descenilait
la rue.
Mais les gains lureni vile
d6sappoinths, car, ce n'e'tanilu'-
un brave a frere ) (ui sc, rendail
A une grande cir6niouie inuaonu-
nique.


Arrivee
Du Vice-Pr6sidont
de lI Colombian Line
Avant-hier, par Ie s t a in e r
c Bridgetown ) es! arrive iA Port
au-Prince M. C. II. C. P'earsall,
vice-prEsident et manager gi-
neral de la Colombian Steam-
ship Company.
M. Pearsall sejournera A Port-
au-Prince pendant trois ou qua.
trejours. I reparlira jeudi par
le Bogota Le vice-president
de la Colombian ,ine est en
tourn6e d'inspection dans les
Antilles ofi il visit les ports que
desservent les steamers de Id
Colombian Line.
Nous souhaitons un heureux
sajour parnii nous au General
Manager de la Colombian et
fornous de sinceres v\'ux pour
que sa visit resserre encore
les relations de la C"' avec noire
Commerce.


POLO
Dimanche, au Chanmp de Mars,
la loule accourue pour assisted
s la finale du match de 1)olo
)our I'attribution de la coupe
du Haut Collmnissair, M. le (il.
ohn HII. Russell. 6uait si dense
que la G. 'd'll. tlut 6tlblii uln
seveie service d'urdre (qui nd-
cessita la presence tie ioinibriux
agents de la Police.
Madame lo rin o, acconipna-
gnee du capitaine lairoclie, chel
fie la Maison iiliaire tti PIr-
sident de la RHpubllique ct dl'un
otlicier, assistant A la la paiet qlui
fut chaudement dispute de
Lart et d'autre elt qu elait ar-
litrse par M. cross, onsul des
i.lats-Unis ia Port-au-Prince.
Mais I'6quipe de la G. d'H.
( Rouge et Bleu) I'emnporla sur
cele de la Brigade I'. S MI. C.
( Vert et Blanc) par 3 poin's :i I.
L'6quipe s'avanca devant les Tri-
bunes et recut des mains dec
Madame John Russell la Coupe.


enjeu du championnat. Une
grande coupe fut remise au ca-
pitaine de l'~quipe et 4 autrles
plus petitts aux autres joueurs.
Pendant le match on apporta
sur le terrain une grande affiche
portant one grande a Croix Rot
gsa avec ces mots: (Pour l1-s
victims del'incendie. Et d s
jeanes flles et des comlniss:li-
resd'honneur fireni la collecle
dans la nombreuse assisitane.
Ce tut une excellent idtc;
car un grand soufflmee Rchalril
p ssa a travers toute ice:e f,: !c.
nin grand e iho tlion si ;i s in e d.'
compassion iA 'inlorluicn de's \i
ti ies du flNau la sectona tout
entire et chacun, dans Is c( Irs --
bei les tentlies, versa son obol
sans h6siter.
Voici le montant (ds v':1S crs
qu ont 6tW recueillies, (cihitlcr
erifl et contr61 par le Conilte
du Cercle Port-au-Princi .: <1( t
-* fln du match:


LA RIGIm E[ LA DOULIIR

DSPAR SENT I

UNE NUff

II craignait ne pas pouvoir retour.
ner au travail, mais il trouva un
remade efficace et conomique.

Tous cux qui sont oblife & travailler dehom
doivent suivro I'example d'un ouvrier de to
vilkh dt rerpil(nan. Frante, qui fut uttrap palra
plui,. ; tt fin d'un dur jour de travail dans la
chama, lui causant un refroidissement et de
errildles douleurs muwaulaircs qui l'impoeaibili-
tkrent de doubler son corps.
"Ayant 6t0 tremp6 par la pluio je rentra chess
moi et me mis au lit. Ilereusernent que ma
einrmc Put la precaution de m'appliquer du Lini-
rrmnt td Sloan qui m'enleva instantan6ment la
doulrur ct de retour au travail le jour suivant,
ma condition physique 6tait d^jt normale'
I.'cfet idu Liniment de Sloan cat vraiment sur-
prenant. 11 sullit de I'appliquer, sans rotter,
pour so rendre compete de ee popopritA eurs-
Liv..i. es muscles se tonifient et laisrtnt de fire
mal, et I'on sent un bien-4tre g6n6ral. Aeheta
un llacon la pharmacies la plus prochaine.



Liniment

de Sloan
SAneantit Toute Douleur
,WMR-- Mwl It


Collected atile au Polo G.
)Don de MI. Illiott
NMr Gross (
La I6gat. dAlleIln"'"' t
General Russell
Colonel Myers t
Croix Rouge Americ""'"


623.8)
125.0)
125.0)
50.0:)
50().()
50.00
500.00


G. 1.523.80

Le 1030*" annlversaire
de l'Inde6pndance
IMaonnique
D)imanche, tine grande ctri,-
Inonie inaqonrnique cut lieiu au
Tlempledu (iGrand Orient d'ltlalli,
adlniral)l entil d 6 cr d t'ori-
aniiiines et de I' lnons miullico-
lores, on y c3dlbrait, le 103'
ainnivers:iire de 'lndtpendiiance
ina.olniqliitle h1l tilleneli obtelnte
par'' Igice Frcsnel. Les In;lcons
en treis grai'ul n1ombre assisltient
a cctle cfrimonie. Livers dis-
coulrs Inllrct prollnoncls par les
grands lignilaircs des Loges
Iialitienncs.
Eln ii6lme temple; on proccda
tI l'insl;ilhalion de c N I61io .1 o-
.seph, uiu (iGralld Mire tie l'()r-
dre Ie 12 decembrie dernier.
Ce lut line grande journ 6 ce
mncaonniique.

A SYLVANIA
Avantl-hier, eiu lieu A Svlva-
lia, asso'ialioin donit M. 11. La-
venturie estl Ie president d'lon-
nelr une grande sance solen-
nelle pour I'installation du nou-
ve'aull Cionscil I d'Alininistralion.
(e fill tine belle rinion all
couLrs tie liqueclle divers dis-
coull'rs flr-ilt iproiionc6s.

Piti6 pour les aveugles
11 nous1scl star ciiia qiue danii
la re gon de Trouin l t d;a( s d'au
tres sections enivironliiailes, des
habit ints, frappbs (de cocilt, s'oc
client de I colnfeli l tde niat-
tes en jonc don't la vcnte lenr
procure les (Iu'lliqes nmisiirl'ales
sons qui leur sont niocessaires A
se payer leur niaigre pain quo-
tidien et que des agents liseuax.
chefs dec section on nulrcs,ricla-
mcniet cces nulheurntix aveugles
un droit si' Ile produit de cette
vente.
Nous s;i ; iClln ( .'it:e re-
devatic- Ii '' .I 'i:c |'ar tout
vendteur, miais cn ce ;cas, puis-
qu'il s'agit d(Ie In i1!: ;; :aI-
teints de lhI plus lrisd ini:kni,
q i soil. lous ])cis ( ii si till'Oi .:!
les CxcnIIp)cir tc I ):iyV' Is (Ie1 l
ques sous qiii, smils )app)i-)lIc' lr
lorluiKc atl tlim inuiiucil I |);pall
Nvrt' tb .""', 'ir (Itlit' c es it"l i!l '
tirellt de I' Ic r imodcsc lt i\ il.
SPtlic p. ur lCs avcujilcs 1


AuMexique
MEXICO-- )e 8 10o.70 tran
iers s'etaient mis en rigle avec
es nouvelles lois agraires et pe
trolibres hier A minuit, liinitc
extrenle fixee aux strangers pour
fire enregistrer leurs titres de
piropri6td. M. Saenz, ministre
des Alfaires itrangeres, decla-
rait aujourd'hui que les pr6vi-
sions des dites lois seraient appli
lqu6es intcgralement aux tirain-
gers (ui ne se scraient pas tAii
inscrire.I'activitt des revolution
luiires semble diminuer rapidc-
ment ; on announce que 7i rebel-
les se sont rendus et 1'on d(6-
ment olliciellement le bruit d'a-
lprs lequel les effectifs de I'ar-
mISe devaient 6tre portes de 50
A 75.0(00 honiUes


Ala Chambre

fra n aise
I.\is La Chambre discule
les inle'rpelIlations sur la vie cli
re et le dh')iniage. M. liorel, l'i-
dica;l-socialisle, demlinlnde ail go!l
vcrntcilteiil iut iu l il fail contiani-
ce de sal)ailiser le franc aussilt'
(ue )possil)le ; il ajoute qu'il ne
lciiiantde iuciine iprecisionl atin
dte lic pas g&iler son action.l):4ns
sni r6ponseC M. Poincalred ail re-
marquer que la crise provient
non du relvement du franc,
inliis de sa chute dans Ics si\
I).illiTirs inlois de 1'ainne lder-
iiir'e donil nous subissols l(
coiiskqiences. Sur la delnllitld
de I. Ploincar, la Cliallbre lSd6-
cide par 31() voix. contre 135) ide
continue les interpellalions ven
dredi prochain.
_.-- _t-- --
La silialion filiairieire Iralnaise
P.is i.e gouvernementli i rrai
(-ais va iimelte ine nouvelle s6
rie Ie bons amorlissables en 1.
ails pour' ine solinie e 11
nilliuirds de Ifaucs pour lhire
face au )lticnlent Ides bonIs 1i
court teInic veniant ia 'ech&ance
en scplenlm)re prochaiin.,Le taux
de I'inlitr6 sera basic par .dcrel.
Les bonis A court term qui se-
ront amortispar ce moyen sont
les bons du trdsor 6 pour cent
A 5 ans emis en 1922; c'est sur
la proposition de M. Poincare
que celle niesure a etW decide
par le conseil desmiinistres.
--+ -
I,'oigtaiiisa iiion li'nflllede la F'raince
en temps (id g(erre
PAIIS )Dans son rapport
sur Ie proIijel d'orgainisalion ge-
neriale de la nation en temps de
guerreii, M. P'aUi lUoncour estilie
(qLe ulilgie Ie dteveloppeneniil
de la solidarity internallonaile el
les elforls i)acitiquesde la Fran-
ce la guerre reste possible. La
lprplaration de hIn ilobilisatiion
national devria porter suti lou-
tes les lorcecs active dlu p;is,
tols les francais sans dislinicllon
deviront icooptrerA lIal delense iin
lionale. 1'oruanisation du temps
de guierre doit llouvoir s'adalpter
lacilemient a l'organisaltion poli-
lique, adtninistrnlive el ccono--
mnique du temps de paix.

A Port-au-Princien
Avant-hier, cut lieu IPortl-
au PLriiicin line saulerie quai
cut toilt Ie silcc6s (qli olit lou-
jours lotlleIs les tfees doinnices
au g'aud I crle dl Clhaunp
de-Mars.
Les Incmlbres du rerclc,
Ieurs flmilles et des hab)itlues
dle Pot:I-ati-Pliiuiciein Ivaieint
ri',pl)olnd en giraid nmlib0 rle ni
I invitation du (Comitii6. Ce lut
uint' nec t gcinti.lle icunion
(ulti pe'lil 'i chat litiun tie jias-
ser, di:i:s le cdlre le plus en-
chliinttir, le's minutes Ies plus


del'icie'ses tl',it la plus agi dti-
ble musiiuc aliigmiiicntlai en
core Iet rh:i'ile.
I,'on dansa jusctqu triCs lard
dans ia s,)irde.
i i ._B2B. !.aB. ......


Employment Wanted
Bly an Einglish Speaking
Experienced comdinmercial cor
respoidciice clerk, bo)k-kcc-
p)eri atnd salesman.
Ad.\lcrtes Icllt'r o( (dlClerln in
c'anC ol' the 1 ilo t' ) Il'ii's pka
pI'r.
Dmanldo d'emplol
I'.lr ( il I l !' cn'1 ( :l (*, !l'i c |)otl (!>;i .spo t lll
Siitit' lil', i 11'iu ll' d Vli re' -
pt)lr les elites.
.\dl ui Icsr let Jelr's i "AClerk
ill\ o( ilis I! l'!'(!itLlir I'
* j'Olri11l.


I Le 36me anniversaire
do la rnort do L6nine
MOSCO)t' Les disciples de
Lnilinc tlais touted la Rlussic des
Soviets ott rendou homage au-
jourd'lhi iI la m6moire du fon-
dateur dIu bolchvismle A I'occa-
sion du troisieme anniversaire
de sa mort.

Des iun:itions poir I'ariuie
alari'raine
WASHINGTON La conmmis
sion de la nmarinei de la chaim-
bre a approuvi la loi pr6voyant
la constirucioi dte mulniilions tde
$ 3.500.00 A Hawthorne ( Neva-
da ). La commission s6nlatoriale
de I'agricnlture a approuvC6 la
proposition de loi Mcnary .Hani-
gen sur les secours agricoles.
---^= ^ -\
Le due el la ducIhesse d'lork
a kinislon
KINGST'ON ( ,lamaica ) Le
duc et la duchcsse (t'York en
rotile pour I'Austraiie soul arri-
v\is A Kingston 'e nillli, l 1) '(d
Ilu navire de guerre il'eno\wn".
Ils sent (lesceindtls i terre '2
Iic(rii s el ont o le rI'('Lis p'r I'le
gouvei'ernetir etl Ies (liffrenlts lonl
liiociiires. I)es Iniilliers tde per-
soneis s'eltaient asseii!)ltces suir
Ic passagee des vistleurs iroyV ii
et les ont acclamni's laindis qu('ils
se ir iide lient au tlh t'lti'c.

(;i' ill u iOiiu'lll l ilit ilS hi it'li'i,.(t ll-
lalion liploaililet i ialineii
;-) i'0lr1ili|1'r
Plr r'l el', i'ai n(l' ;is
R(OMI'I- O(l liiiinc o!lic'iet
s niiiciit (lie plusiet urs des pl!us
!)rilla11i s aIlllbassadellurs .(i'illie
\vonl sc iretirer tlu sLervice dillo-
ilautilue pour L I) ire place i des
hIliMineCS pls Ijeuin's. Ie cointe
Nlanzoni, anibassadeur de Ulus-
sic, remnplaccra A Paris le bai onl
toomm;no .\Avzzanlli( qui prlend si
retrliile ; NI. Charianionle li)r-
(loinaro., scraii'e-g6i.teal i n;iA
miisltre des AffTiires tralingeres,
est nominee alinbass:lc uir ein A
'lclerre en remplacenment dt
.ii: i uis D)ella Torretca quii de-
iner'eic en activity mais sails J)os
tle ;leI rofesseur Attolico, sccre-
\. est nonine ,inbassadtilr an
lirdsil en remplacenlen ti(e N.
Movagua alttint par la limited
d'Age ; le marquis Medici del
Vascelro est nonlomn ambassa-
dleur en Espagne; le n iarquis
Paulucci di Calboli pregnant sa
retraite ; M. Cerrutie, ministry
de Chine, est nomnic ambassa-
deur en Russic ct Mi. Iella Tor-
re Lavangita, ambassaeurn au
.lapon, est mis i la retraile.

Les iuniurailles de r'e\-l p'lpailric'e
Charlolle
Bl'XI-L-.LES Aujourd'hui
out cu lieu les funCrailles de
I'ex-inip)ratrice Charlolle du Me
xique. Une foule inorme a bra-
vy I'c froid et la neige ,ouri ae-
conlpagnler la princess tie son
trisle chateau en suivant la rou-
t e plus d'une lieue i Itravers
la fo'r'l jusqu'a I acken oi hila ct
reinonic s'est droulte au ii.lelin
d'unic pIlitpe civil et miililaire.
Ia liprmi'lCi'e ctirmoni ie an chii-
teat i laq'ichl'ie out sisisle Ic ne-
vei tide I'ex-iiilperatrice, le roi
A.llert, la reinle lIlisabl)etl le
priilce I.l)ollhl, Ies fonctionnai-
rcs et les servitcurs a il' tout a fail pri\vec.L:i reilne,
Il princesse Aslrid, feiinnl du
prince htrilier, les princesses
larie Jose, Cl(cmlenline c Ie Hen-
ritlte, des mlceillres de la cour,


VIGUEnOdpiS 'tmalfai4

jusqu'i la vieihses

C'est en celA que consi* il
plus grand bonheur et la sadi.
action de la vie.
La protection de la sant e
SF tr:s essentielle & routes les pirio-
cl^ des de la vie, et a toute 4poque
ii est indiscutablerent vrai qiu

I'Emulsion Scott
produit de la vigueur et de
Ienergie, et etant un aliment
concentr6, elle doamine touted fa.
S blessed et renouvefle le forces.
L'Emulsion Scott pro
4C j votre sante, non seulemeit
pendant I'enfance et la
vieillesse % mais pour
touted la vie.
i ~ ~ .... . .. III-'l


Ic corps tliploimatique et les au-
loritcs civiles et inilitairts ont
assist a ll (dcxinme s'r\vice al)l'es
l UcL'q ei ll l ci)hc Ic ccliercuiIt ans
la clrypte rovale aux accents tIe
In ilarclie 'utneb1)re de Chop[in.

LE

MiIexi('uc
T L.. -A

t ats- Unis
IPar icble firaniicais
\\WASilINGTON- M. NlMurray,ili-
nistre des Etats-Lnis, qui alliit
revenir en A niriq uc pnmr
confllrcr avec le secrdtaire Kel-
logg, a 'recu ordre d(c retourner
A Plkin i cause de la grnvild
croissanlc des inlnil'estations
centre Ics strangers et des de-
sordres cn Chine.
Le )6pa1rtement (d'rtat a (lit
que l'extension du nmouvemnent
anti-'lrianlger ai Foutcheon a
pousse l. Kellogg A demander
,i M. Murray de reijoindre son
post ; aucun incident ne s'est
product Ai Pekin et le l)parte-
ment d'Etat n'a recu aucun ren-
seignement lui disant que les di
plomates redoulaient des d6sor-
dres dans la capital.
\ ASHIINGTON- Un d6tache
mcnt d e l'infanlcriee e marine
anlmricaine dte (Guanm a ieu or-
dre de se rendre aux Philippines
pour 6tre pres de la Chine enl
cas d( niccsssite.
\VASiIN(GTON- La rosolu-
tion Robinson qui propose le rI
glement par I'urLi rage de la
dispute avecc le Mexique au su-
let du petrole et des proprietts
a Wtc al))iprouvce aujourd'hui par
li comniission des Alllires dtran
g6res du Scnat par 13 voix con-
tre 3.
--- >*---
Le fascisnic tl I'instrnctioni Publique
en Italie
ROME Par decrels promuil-
guits ce soir, il est d6cidt1 que les
niv'ersilcs, les colleges ainsi
c(ue les ecoles pourront tire fer-
ids par Ile gouverncement si
leuis enscignielents ne respcc-
teiit pas les instlitilions et les
l)rincipes du sytsleinc social exis
tant acuI t u e t lei t en Ita-
lic. Cos d(leSels out pourt but de
coniplhtcri la l':scisation de I'ins-
tiuclion sul ri urc en Italic.


SNortwich Union Fi


SSociei limited Fon


u Capital de Or.



|Une desplus iporantes Co


centre 'ifn
A ge ts -u Cap-Haitien
AgI A Cayes jEA

Agent G6na al J DAA:

.4 Port-aug-Pi


I-


Le, piro's des eonijurlst alslas
PARIS- Tous lev inculp6s A
un dlgre quelconque dans le
complot sdlparatiste catalan ae
sent beaucoup amuses A I'au-
dience '"aujourd'hui, la deuii6-
mie de cc r tentissant prochs. Le
colonel Ricciotti Garibaldi sles
vu en dctet trailer de tous kt
colt's tl'eslpion et de traltre par
ses ca narades, d'individu quit e
)os;it en antifasciste tout en sir
vant d'indicateur au gouvenr-
nient de Mussolini qu'il aurit
averli du eomplot qui se tra-
Iait en France contre I'Espa-
gne, amenant ainsi l'arrestation.
de ses camarades don't le plan
avait 6chou6 par sa fate.
PARIS Les colonels Garibal
di et Macia ont Wtt condanmar
a deux mois de prison et cat
francs d'alnende pour d6tenliin
illtgale d'armes, lea autres ig-
culpVs ont 6te condamnt6s p
mois de prison et cinquaMle
francs d'amende ; tous les incL L
Ipis sont condambs aux fraiitil
les armes saisies seront con .
qudes. r

Les grand Puissamlles l tIsl
PARIS- M. Briand, miniUre
des affairea etrangtres, a kin ,
mk le conseil deis iinistrea m
les measures ncessainrs av
Wt6 prises pour protiger leI ci'
yens et les vies frangais en Uhi
ne.
LONDRES Une commui-r
cation du ministry des. affair
ltrangeres announce que la GriI-
de Bretagne n'a pas modife Ir
attitude de conciliation e ags
les aspirations eIgitiries du yp
tionalisme chinois. La co.nf!
sion dcsapprouve les nouvtS
sensationnellcs concernaoi 1 I
measures de precaution militaiu
et navales prises par lea an!sne
en Chine et elle exprinm A-,
poir que les n6gociations qu9 W
poursuivent en Chine r6uasilrolt

La rise miinLtrielle lIUt
BERLIN S'appuyant mutb
decision unanime des membre
du part centriste au Reichial
le chancelier Marx fera mwe
demain au president von tli-
denburg qu'il est pret & aep,
ter le mandate de constitur U
nouveau cabinet pour
cer celui qui a 6t rlenver
mois dernier et don't ii 6taM
chef.


re Ion


idee en 1797


30.ooo.ooo


endie
n-.j PAAWSINT
BOUbGEOlS--Jaecml, A.TURNlW

OLDER
rince


!I


I


_ -I I~rl~ - ___~~ _
Ibe ~-- .. -- -- -- - ---- --~L--~-- _._-i---~-- _


~Fn~b~4~s~


I


^^yywyI




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs