Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04372
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 01-21-1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04372

Full Text





/ .. ..


....- C UR '"lMPRlMEUa
Ol6mnt MAGLOIRI

1358, Ruo Amiricaine, 1358
At ) TELEPHONE N*242
t* N~MERO aO CENTIMES


,ne ANNI E N 6004 POR -AU-PRINCE( HAITI) VENDREDI 21 JANVIER 1927


t 'Tournee d'Inspection

dans l'Artibonite et le Nord

.c Pr4sidnit m, BORNO au gu RV4oolDo ed anure
aux Qonalvo arl pot du anxb6


Ie. President de la R6publi
que availt dcide qu'il ne ddl
-oink avoir de manifestations
ni de receptions oilicielles at
ooar 4 son voyage qu'il n'en
treprenait que dans le desseir
ulque de contr6ler lui-mniim
les nombreux travaux, eni
course ou achieves, entrepris
bouisioon Gouvernement. Mais
voili. On n'6chappe pas A, Is
sympathize des foules. Ni i
leur reconnaissance. Ce son
Sd wmatiments tyranniqueh
quM font flechir la volont<
5ipe d'un Chef d'Etat.
A L'Aroahale
Comment, en effet, le Pr6si
d4Rtaurait-il pu fuir 1'enthou
dawt. accueil de la population
de'A.rcahaie qui s 6tait mas
W6e our son passage, non pour
S1lfaiire une simple curiosi
t, naitm pour le remercier,par
ses',tivats, de tous les tra.
va'%, -- ils sont la, commnc
des preuves irrecusables, de
toaales travaux don't la reali
ot w a6thodique et raplde
oastitue un des points es
snttiele du prbgramme de son
.Gdwiwen antL De Cabaret h
I'MAr haie, il ya l'Ecole rural
T6A t ar- qu,. peat loger
1-04 dese;, an ponte
t 4'ar.pai6 qui, aux 6poques
de grades crues, permet aux
D.%'V cdLe traverser, sans en
Ive rivi6re Coujolles; un
4psaire rural 1 Arcahale
pount en bois crtosote sun
la rivifre Mont Rouis, une
Ecole rurale d'Agricultur
r6s de Delug9, etc. et bier
rs't- s u'll faut s
~Ieer diAlWpaler, 'inspec
S5*tKtrep'* r le Pr6si
9j:,A lW publique ne con
w $fturout que les plai
Ai m nitee et ne par



I kee.. a tAit A I'Archale s
Stgarc. Au milieu d
} ^| ielsamne g6n6ral, le Pr
,te le nouveau whart
[ e uJEa-insuite A l'H6tel Com
M ,A la Pr6fecture, e
is l'on continue pour h1
S 4Ri.vi6re de I.'rtiboait
ccoimpagtns du Pr6fet de St
rdu Magistrat Martelly e
de quelques membres du coq
sell communal.
S A carrefour haC
dii, A la fe St
S quediri dr
aud, un
beaucoup d
t a hasit es en
Senregistrer, uelqu
Jour, une ceuvre ori ale e
forte, un dener, est rv
la Dir dd
blic tandis qu'u

dio




Hi t aldSW>d prat


k -eat a merveille "A un
hole. La cour en e
H endue et se prtterstrT
piSrll e nnelcq


noter, au risque tie se r6p6ter
Set d'avowir a le dire trop sou-
vent, le d6fire qu'a provoqud
I la visit du Pr6sident de la
R6publique. De touted les sec-
i tions, quarters et bourgs, qui
e environment la lerme cole
de Segur, des paysaus et des
s citadins sont accourus pr6sen-
s ter leurs homages i celui
i qui a si intelligemment com-
a pris, que les routes et les
t points, les hopitaux et les 6co-
s les d'agriculture sont les pre-
6 miers elements de civilisation
pour un people, puisque les
deux premiers favorisent I'e-
change des aspirations, facili-
tent ie commerce, permettent
entire les divers points du
pays 1'echange des idLes t n-
dis que les deux autres en re-
tienuent la sant6 de la masse
r et d6veloppent son coeur et
son cerveau.
Inauguration do 1'Eoole
does.eurade Gonalve
Et l'on part pour les Gonai-
ves. La route, bien entretenue,
est unie et large. La pluie des
deux on trois jours precedents
I I'a lessiv6e de toute sa pous-
si6re. Les arbres du chemin,
r eux aussi, ont fair d'avotr ,t6
Smis A truf par I'orage des
s derniers jours. Its reluisent
du vert 6blouissant de routes
leurs feuilles at de la promes-
I se multiple de leurs bour-
geoas.
r Aux Gonalves, Ie Pr6sident
de la Republique et Madame
B Borno, reustpar la Commis-
I sion Commuhale que preside
e le Dr Latortue, se rendent
chez Mr et Mme Francis Sal-
gado don't ilsont les h6tes.
A cinq heurts de I'apr6s-
midi, on proe6de A l'inaugura.
tion de 'Ecole des Soeurs.
Tout Gonalves y est. La musi-
que muni-ipale se fait applau-
dir. Deux fillettes de r'6cole
e souhaitent la bienvenue au
e President qui leur r6pond af-
fectueusement Et I'on se rend
S1'une des sales principles
du beau bAtiment que, ans
t un speech en frangais, Mon-
a sieur I'Ingdnieur Cooke remet
e officiellement au Ministre des
Travaux Publics qui fait le
suggetil discours suivant:
Monsieur Ie President,
hMesdames.
Messieurs,
l Eu pregnant possession, au
it oc du Gouvornement de Is
SRepublique, du rnoUyeal Ido
e cal des'eoledes S tuS 4de*
t Gonalves que nous inaugui
i rons au ourd'hui solennelo.e
I. I PIH^ ejooteme
Ssmcere a remercier tous ceux
it pount vipnUapmvsne part A
e cette c6remonme. Leur pr6sen-
e ee ii, on i '5grafd aobre,est
s uru one pre~ceIse marque
e encoragement peur les
n.0e1 Rise.i par leur
,o habibtteet nutvouewnent A
; la chougpoblique,sont arrives
i- titierp i Qaguifique blti-
s. mek .
et Cette ianguration .qt une
con'rmamlsboB uve .4o 4.;
te efforts incesaajUqaa 4ploie
at to Dirsrotion O$tatte des Tra-
es vru Publtcs pour apjporter,
ai 4ans sa. sglA d 4'sct-ne

etlfiuntffn + ||


blique, dans la r6alisation de
son programme don't toutes les
lines ne tendent qu'au bien
&tre moral et materiel de la
collectivit6 haitienne, A l'em-
bellissement m6thodique et
p.rogressif du Pays et A I'anme
lioration continuelle de ses
conditions existence.
J'p rouve une bien douce
satisfaction a renouveler, en
cette occasion, publiquemenl.
I'expression de la con fiance du
rouvernementia la Direction
G6ndrale des Travaux Publics
et a lul donner,une fois encore
la formelle assurance que mon
D6partement s'eftorcera tou-
jours de secouder son action
dans I'ex6cution desplans di-
vers qui doivent assurer la
lusgrande prosp6riLi de la
R6publique.
Ce rdve qui se realise au-n.
jourd'hui d un localapproprie
importance croissante de
I'Ecole des Sceurs des Gonai-
ves, je l'ai caress durant les
douze ann6os que j'ai passes
i la tlte de 1'Inspection Sco-..
l ire de cette ville. Etje me
rappelle en ce moment avec
fiert6 qu'At l poque d6jA loin-
taine out je taisais les d6mar.
ches en v'ue de parvenir a ce
but, le D6partement de I Ins-
truction Publique 6tait dirig,
par I'homme qu porte actuet-
lement la responsabilit6 du
Pouvoir. Aussi notre joie cont
muneest-elle bien lgit'm", :ar
la solennit6 de cette here est
le requltat d'un 4essein A la
r6alisatioq 4uquel qqs avon;
travailj6 eoAeufble depuis tr6s
longtemps.
Son Excellence Monsieur le
President de la R6publique
voue un interdt tout particu-
lierA to jeunose de. Ecoles.
Elle tient A ce que soient
mis A sa portle tous les mo-
yens qua developperOnt as
penske, fortifleront sa cons
science et sa volont6 po ur
qu'elle ne soit pas prfse ano
doutrvu A l'6goaqe, ou se
niaront devant' elel I ro
Li6me noimbreux "et dirnlesi
de'lA solution 4e aquelq4peo
qon sealement le bonheur de
la $Nation, mais sa vie elle-
mime. Cet int6rAt le Pr6sident
de la Republique le porte spe-
cialeameqt A la jeqneqse des
.' ^ Q t^ oo fUt


proclam1e I'ind6pendance de
notre Patrie.Revktu de la con-
fiance qu'il temoigne ia ceux
qui ont le grand honneur de
collaborer sinc6rementou lo-
yalement avec lui, je suil bien
place pour m'en rendrecomp-
te et je ressens, A en faire la
d6claration,une joie toute par-
ticuliire.
On ne saurait, dans la fte
de ce jour, ne pas associer Ai
ceux qui ont le mirite (davoir
travaille 16 la construction de
ce local, la Commission Com-
munale des Gonaives qui y a
contribu6 dans la measure de
ses moyens ainsi que les Reli-
gicues qui dirigent cet ela-
blissement, I'weuvre des Con-
gr6ganistes en Haiti,est incon-
testablement au dessusde tout
eloge. Rien ne peaut vraiment
l'6galer si ce n'est I'6tendue de
la reconnaissance que leur
consacrent ceux dont elles ont
guid6 lespremiers pas et au
cceur de qui elles ont fait fleu
rir ces sentiments qui ren-
dent I HoMtme meilleur et im-
posent a sa conscience le vrai
sens de a'destinee.Et si je ne
craignais e trop effaroucher
la modeit e bien connue de la
distingum Soeur Xavier qui di-
rige aved;4ant de science, d'ab-
negatio 'et de coeur, depuis
pres de It+nte ans, I'Ecole des
SaI.urs doht nous inaugurons
en cc jo!w,le nouveau local, je
dirais (iIelle est unle de celle4
qui Qot Ipluq de drot, A la
reconna ace natiqnalk et A
qui la je-lesse des Qwoaivea
est reqef ble de tant aW ses
qualitwl, 1
Je ren~ircie,une fois encore,
en finis nt, tous ceux qui,
d'une fa n quelcunque, ont
contrib a l' reaction de cet
6tabli ent et ont ainsl aid6
le Gouv nement de la R!pm-
blique onner one nouvelle
preuve e de Ia politique des
r6sulta ratiques qu i suit
et ,n'.1 i bhanonnera DeS-


Wr6sident 5orant
Tourbiour, 'lIct P r 4e,
Ecoles eA le P "cwft'cnthaftent
la bienvenue au Prsident, le


ET VOUS DOUTIEZ


W UAND commenqa & se r6aliser son rive de frai*
chir les tapes de la gloire triompbale, vqous
vous disiez sceptiques. que, seut, Ie recul du
temps affirmerait son succ's.
Mais les PATRIOTES n aurait jamais attend si long-
temps pour devenir la cigarette id(ale.
La valeur d'nin produit de selection no peit ldepen-
dre dtn nombre des anines.
Elle est, en efl'ct la meilleure Cigarette vendue it
ai mcillcur march. Ses acheletirs en tirent un triple
advantage. Ristourne de (Gdes 2,50 sur cent Ions primes
d tine second valeur de (ides. 2,50 sur cent pochettes
usages, possibilile de gagner 200 gouirdes avec chacun
des bons portant les niim ros 12, 14, 13, 16, 17, 18, 19 et
'20 renfermns dans les pochettes,
Messieurs Albert Noisetle et Odilon S. Villejoint qui
IHot respeclivement apporte en nos bureaux les nume-
ros 12 et 18 ont 61, les deux premiers benficiaires de
nos prix de DEUX CENTS Gourdes. Notre listed des bons
de faveur n'est pas limit.e.Essayez la PATRIOTE et vous
lui accorderez vos preferences.

S M n 1facture tient chaque ven-.
La Manufacture dredi DEX mil-
les pochettes-6chantillons Ai la disposition de tous
Fumeurs qui veulent en connaitre le goAt et la quality .
les interesses n'ont qu'l passer au d6p6t general, 206
iiue Justin Lherisson.
9 GEBARA & C', Proprietaires


Monsieur e Pr6sident,
Meadames,
Me s~eurs,
A I'occasion, d'une solennit6
cotmportant le mme cajuctere
que ceJle qti n resemble au-
jhur4dhWmiu Lim ,j'ai eu l'hon-
neur, nagu6re,A Port-au-Prince,
d'exprimer la satisfaction que.


remercient de ce qu'il a fait
pour les Gonalves et lui disent
ce que pour compl6ter son
oetvre il serait souhaitable
qu'il entreprit. Le Pr6sident
improvise une belle i6ponse
ou il affirme que s'il a fait
beaucoup,ce n est pas one rai
son pour qu'il s'endorme sur
des lauriers. On ne se repose
de taire un bien pour son pays
qu'en ln naecomplissant di'at-
tres. II faist 1loge des Reli-
gieuses, souligne Ic bica qu'.-
elles dspensent cha litue joura
la.jeunesse des coles et pro
met qu il appol era un agran
dissenment ain local des Sueurs,
eu egard a la frequentation
scolaire quiIs'intensilie de plus
en plus.
A PEcole des Frhres
D)e IA on se rend en fi .e t a
I'Ecole des Frires. Le Prisi-
dent, en comnpagnie du Firrt'
Archange, visit I'etablisse-
ment. Puis, Son Excellence el
Madame Borno regagnent la
maison de Mr ct Mine Salgadeo.
Et le soir, au Palais du Cente-
naire, la musique municipal
fait un concert auquel assisted
touted une foule joycuse et au
cours duquel des feux d'artifi-
ces d(chirent le ciel de leurs
tralines de flames multico-
lores" Et la soiree s'acheve par
une sauterie improvisee au
Cercle du Commerce. On n'a
pas le temps de dormir.
Devant le pont
du Limb6
Le lendemain, trs 16t, le Pre-
sident et Madame Borno assis-
tent A la messe et puis,- le ma-
lin est frais et pur,- l'on part al-
hLgrement pour le Limb,. par la
route d'Ennery et de Plaisance.
Et nous voici, aprs quelques
heures, au Limbe, devant le
point don't, paralt-il, on a dit
eaucoup de mal parce que,
sans doute, on ne e'a pas vu.
C'est une oeuvre gigantesque,
d'une portre commercial ini-
maginable et qui permet la con-
tinuation des changes entire les
populations du Nord m6me aux
6poques ou la riviere du Liuib,
d6borde. Ces populations du
Nord savent, elles, les probl6-
mes qu'a rdsolus ce pont, car
elles sont ici en nonmbre impo-
sant pour assister A son inaugu-
ration. Un service d'ordre sor-
gapise pour pernetire i Mon-
sieur le Prtsident et Madame
Borno de traverser I'6paisseur
de la foulepour se rendre A leurs
fauteuils. Toutes les per.ionna-
litts du Cap et des communes
environnautes sont 16. Messei-
gneurs Kersuzan et Jan] sont
presents. Des dames et des jeu-
nes files enjolivent la c6r6mo-
nie qui est trWs imposante de lia
grace de leur sourire et des
teintes claires de leurs toilettes.
La satisfaction,-une satisfac-
tion bien lIgitimie, 6claire,le
visage du Cliet de IEtat qui ne
sait vraiment comment repon-
dre A une pareille manifestation
enthou iastale et syrmpathique. Et
ibse eut f16* cepeqpte du Nord
ut viont mt~a* .uk pote wrr6
qstiblement par la reconnais-
aance. malg6 lea eris inutiles
de ceux qui voudraiet qa'U ha
fCt autrement.
On s'installe eafa. Les mur-
mutes, peu A peu, s' pisent
Monsieur rlngenieur Cok en.
cinq minutes, comme il Qest dit
danm le progratvre, tit l'histo-
rique des travaux du pont du
Limbd aommd Pont Christo.
phe e et en faith la renutj .~t
icellJe an Mmistre 4es tivaux
Public, Ma rJh.tibrui quaiI
p^ut to ires seem ?


sentimt d'admitntio, et do
gratitude voudiait kle nom
de notre augusoit ef d'Etat
fut attach A ceAngnifique ou-
vrage quiA ,q .a douter,est
une a a py i lisaion%
(4 3awsa=t Dig


r *e a t *-
nA muboeor;r fra uavm-
lea walsels de Ia ,W Mt
raremeat i la paraIe matri6.
VOLTAIRE


j'6prouve toutes les fois qu'il
m'ichet de prockder A .'inaugu-
ration d'une ceuvre qui 4tait pr6
vue au programme du Gouver.
cineent.
Ce proramme, elabor6 a la
suite de l'tude conscienciense et
r6flechie d'un plan d'adniinistra-
tion publique, inspire par les en
seignements du passe et par les
grandes possibihpls de la r4+-
,iaration na tionale,envisage,vous
le savez, i travers le prime de
I'avenir, i' volution dtiiuitive pes-u le haltien dans la inise a
j)ie( d(1'uvre des resources de
toules sortes et par le concourse
de tous les 61iments qui condi-
tionnent le progrs d'une Na-
tion. 11 met necessairement en
evidence I'opportunit rul t)-
I)rciable esprit de coordination
et de suite susceptible d'embras-
ser toute une serie de transfor-
mtations successive.
L'avenir de notre it6publique
deineure d(onc le constant objec-
til du G(ouverneinent. Son Chef
prestigieux, Monsieur le Pr6si-
dent Borno, s'est bien p6nitri
des conditions du salut national
ct II travaille rcsolument AI l'u-
vre r6paratrice A laquelle II con
vie tous ses concitoyens. C'est
ainsi que, sous 1'empiro des mo-
difications survenues dans notre
assiette politique, II lui a t- don
n6 de considerer les resultals
importuants auxquels il nous se-
ra permis d'attcindre grAce A la
foi persevfrante qu'll apporle
daqs l'accomplissement du map-
datdont II est invest.
D)ans la measure que le per-
mettent les resources de 1'Etat
la part la plus large a t6t faite A
la refection, A la construction
et A I'entretien des routes. Tout
le pays sera livr6 A tie exploi-
tation rendue plus comnmode, et
plus productive A tous egards,
ainsi qu'il eat loisible de le cons
later chez nos voisins du Centre-
Amdrique qui ont rdsoltd le pro
bleme conomique de la grande
voierie et des transports par
terre. DejA, plus de 1.400 kilo-
m6tres de routes cArressablesiet
de second classes sont ouverts
au traffic et favorisent un com-
merce normal et regulier entire
les villes de la Republique jus-
u'd la froniti6re qui iiQUs spare
e nos voisii~ de I'Est. Nom-
breux soht leis points constraits
scion les exigences de la tech-
nique moderne, sur les course
d'eau plus ou mnoins consid6ra-
bles qui descendent (di nos mnon
tagnes et sillonnent nos plains.
)ans la categories des routesde
1&re classes se trouvecelle si gran-
de et si belle qui, par les Gonaia-
ves, et a travers les montagiies
(Iu Puilboreau et de Plaisance,
va de Port-au-Prirgc au Cap-
Hartien. Aux periods tdes gran-
des crues la Riviere (du Liinljb6
prdsnitait un onbstale insurmnio
table, et, sur ses de'; rives, peni
'dant des Journ6es ut des semai-
nes, c'ta t la statid4 forcee des
pistons, des cavalic et des au-
tomobiles. L'arroncsement du
Cap se trouvait, po ainsi dire,
isol~ des autres vill de la R6-
publique.
Des I'p oque an uenne Je la
creation de a rou elie mo.
me, la iu sitt djt point sur
cette riviWr s'etai ait sentir.
Mais I'im ortance extraordi-
naire de vwrag les nom-
breuses dj3 ultes e Part de.
vaft ihl ter no* semblent
6tre t d rinciel causes
n .etarfeuat la. alisatiom
dan tel prjet. II.tail doace
rserv6 an Gouvei'ement ac-
tuel de lentrepr dre et de
lbxcuter, et c'est ec une 16,
gitime tert6 que An Excelient
ce le President Bqto a'hiea
"' u JiLorer dd s1l-Iaute
P ,Sinaug~ihtzon o-tfi
seiee dacnt tQustophe.
Meaduames, Meqieurs, on


;




I I II


S


LE MATIN- 21 Janvier 1927


FP IOW CNBOMM. a
Qund ta padres aux puis-
ant, Dne crains pas de leur
diire la v6rite, mais lorsque tu
parles d'eux A ceux qui les
pares qu'iam sont.pus-
sants, tu seras sage de te taire.


Monsieur le President,souffrir,
un instant, que je soul6ve le
pile qui recouvre votre patri-
otisme d6sint6ress6 et que,
mettanth une bien rude 6preu
ye, votre haute modestie, je
proclame tout haut, le droit
quevous aviez L un tel hom-
maage. Vous avez pourtant d6-
iine cet honneur. Vous avez
Mieux aim6 donner un nou-
Yeau t6moignage au culteque
vous professez pour les illus-
tres capitaines qui poserent
les premieres assises de notre
existence national,
Reportant votre pens6e vers
I'un d'eux, vous avez voulu
ppyer un nouveau tribute de
reconnaissance A sa mmnoire.
Vous inclinant alors devant
ce h6ros,vousavez decide que
le point du Limb6 se nomme-
rpit Pont Christophe, sentant
bien qu'un tel homage est
celui qui sied le inieux au
souvenir du Grand Hominmedu
Nord don't le cerveau a conqu
I'oeuvre gigantesque quest la
Citadelle Laferriere.
II m'est agr6abhl,Mr le Pr6-
sident, Mesdames, Messieurs,
de renouveller ici les f6licita-
tions du Gouvernement a la
Direction Generale des Tra
vaux Publics pour le constant
souci qu'elle continue d'appor
ter dans 1'accomplissementde
la tAche multiple et varine
3ui lui income. J'adresse
'une maniere particuliere
thus les compliments qu'ils
itaeritent tantH l'Ing6nieur en
Chef, le distingu6 Capitaine
Cooke,qu'a Messieurs les Ing6-
nicurs americains et Haitiens
qui out eu successivement le
contr6le des travaux du Pont
Christophe.
Enfin, nous osons nous
f6liciter nous-mdmes de, la
marque si appreciable de gra-
ttude des populatiens du Cap
aitien, du Limb6 et des au-
tres communes avoisinantes,
qccourues joyeusement et en
I[ grand nombre pour donner
int d'6clat & la solennite de
ejour.
f Notre pens6e va imm6dia-
tment vers les distingues re-
Hresentants de la Societe Ca-
poise qui sont venus prendre
part Ala fete et renouveler au


*,'


.1',
A'


I.




;i "


'15.'
-v


Gouvernement, dans la haute lu se soumettre au d6sir du Chef
personnel de Mr le Pr6sident de l'Etat, mais que fecho des
Horno, I'hommage de leurs receptions pqui oct t6 laitesail-
sympathies reconnqissanteset leurs 6ta't parvnu jusqu'* St-
de leur inalterable devoue- Michet, la populition na pas pu
ment. Nous attachoni le plus s conten"i et s'est jele, csomme
ment Nous attacons e p uneseulepersonne, devantCelui
grand prix aux sentiments 6e- A qui elle doit tant. Cet hom-
v6s qui nous out t16 exp-i- mage spontand de toute une po-
nies, et nous envoyons a no03 pulation dtait la simple manifes-
concitoyens du Nord la vive station probante et vivante d'une
assurance de toute la solici reconnaissance qui n'attendait
tude du Gouvernement. que l'occasion de se manifester.
Ensuite, Me. Marceau Lecorps, Car A St-Michel, un dispensaire
tant en son nom qu'en celui du rural vient detre achev6. Le
Prefet, souhaite, par un brilliant Presbylere aussi. Et un tries beau
speech, la bienvenue au Pr6si- local serige qui sera le quarter
dent de la Rdpublique. Puis, S. general du sous-district de la
G. Mgr Jan, cv6que de Metro- Gendarmerie. Quant aux plan-
polis, Coadjuteur de I'Eveque stations, elles s'etendent aux
du Cap-Haitien, prononca une quatre coins de la commune.
belle et vibrant allocution. Le Touffues, verdoyantes, intense,
President Borno explique une elles sont une promesse recon-
fois encore, ce que c'est que son tortante pour la r6colte pro-
programme don't il a ledessein ohaine. Le President s'en rend
de ne s'6carter jamais et dit sa personnellement compete car
volonte de ne pas s'at reter dans c'est A 'Attalaye qu'il passe la
!es travaux qu'il fail entrepen- nuit, chez Monsieur Siguier qui
dre et qui doivent, au fur et A dirige une important planta-
mesure, embrasser toute la Rd- tion de tabac que visit minu-
publiquce. Difficilemnent, la foule tieusement le Prdsident Borno,
s'6coule. On fail avancer la Pac- comme si sa volonte d'6tre utile
kard, Madame Borno c6de sa A la Patrie, ctait un antidote A
place A Monseigneur Kersuzan toutes ses fatigues.
qui accompagne le Prdsident La nuit est tralche, presque
jusqu'A Plaisance. La voiture froide.A FAttalaye, les teux d'ar
peut A peine se meltre en mou- tifices blessent le clair de lune,
vement tellement la foule est de clartds rouges et bleues du.
dense et c'est au milieu d'un rant une bonne parties de la nult,
murmure de sympathie que le tandis qu'A St-Michel une ma-
President s'en va, cependant que gnifique retraite au flambeau
dans le martin clair et discrete- aninie tous les quarters de la
ment ensoleill6 cinq avions font ville et que de partout montent
tumultueusement la conqudte du les cris : ( Vive Borno **, Vive
ciel. President Borno ). Et le lende-
A Pa, nnery main, :e cortege reprend la
A Plalsance, Etnnery, touruc. II1 taut que l'on soit a
KalsMade et St-Nichel H.n-he avant quatre heures. El
Le retour se faith encore par l'on y est A Iheure prdvue, car
Ennery apres qu'a la terme les routes sont excellentes et
cole de Plaisance un dejeuner r'on sourit A ce que 'on nous
fat offert par la Direction G6ne- avail dit d'elles au depart.
rate des 1 ravaux Publics et que (La fin d demain)
le President de la Republique __
fLt encore circonvenu par la Promenade
sympathie saine et spontande de Pr o a de
la Masse Paysanne pour laquelle pr6sidentille
il s'est d6pense et se d6pense Avant-hier martin, c'est-- dire
avec tant d'amour et de convic- le lendemAin mime de son re-
tion. tour de sa longue tournde dans
Le soleil est pesant et I'apr6s- I'Artiboniteet c Nord au course
inidi 16gcrement chaude. Iln'im- de lcquelle il eut A presider,
porte. Le Prdsident, vaillam- comme on le sait, A diverse
ment, 6coute, sous un arc de fetes et receptions, le Pr6sident
triomphe champetre, le discourse de la Republique, accompagnd
du Magistrat Communal de Mals- d'un officer d'ordonnance, a fail.
sade et quelques instan's plus en voiture, une longue prome-
tard celui du Magistrat Commu nade en ville.
nal de St-Michel, Mr. Camille La voiture prdsidentielle a
Casimir. Et sur la priere du Cur6 passed par la Grand'Iue, la rue
se rend A l'Eglise od se change du Magasin de I'Llat, la Place
un Te Deum auquel prennent Geffrard et le Chel de rEtat es:
part la jeunesse bruissante des rentr6 au Palais National par la
6coles, les autoritds de la Coin- rue Dantes-Destouches.
mune et une foule don't la den-_
sitN semble taire trembler la Ira- A vendre
ilit6 de la vieille Eglise. Le 1 Cadillac Sedan.
Cure salue le Prdsident en des 1 'adillac Touring.
terms tr's 6mus. II dit que la
manifestation du jour na pas Prix Ires bon march en
etd pr6par6e, que l'on avait you- face station Pompiers.


guste Magroirt, leur resente,
ainsi qu'aux autres parents,
ses plus vivisconclohlanices et
les prie de croir, qu'il rend.
Ai leur deuil,la plus large part.


Ils gagnont l
Ils gagonxt LI
Ce sont le s umcursi de Pa-
triotesa, Aprs M, Albert Noi-
sette qui eut le Nq 12, 0, S, Vill .
joint qu eut le N, 18 et M.
Charles V wbe qu itrouva le N*
15, c'eat M. Clharles de Delva,
Pr6aident de Ia Commission
Conununale qui, en ouvrant,
h:cr martin, sa poche de ( Pa.
ti iotes ) y trouva le ... N" 20.
Et tout de suite I'nleurvux ga-
pg(aut 6Changea son petil buut
de p.ipier contre les 210 gourdes
auxquelles il lui donnait droit.


. nir.





... a vu, un porte-monnaie
contenant une petite valeur en
gourdes et monnaie de nickel
et des papers au nomn de S. Jean
Francois, 1030 Grand'Rue. Son
propri6taire qui se payait un
paiu A dlectricit6 chcz Lope Ri-
vera. Reait si charrie de r'ac-
cueil aimable de Cuebas et de
'arome de son pain chaud et
croquant qu'il oublia son porte-
mouinaie en partant. Le petit
paq uet est sous NOTRE (En., au
Bureau du Journal, 6 la disposi-
lion de son propri6taire.
*
... a va, mercredi, vers 4.heu-
res de l'apres-midi, rue du Ma-
gasin de I'Etat, devant la IBunque
',tiioaale, laulo N" 326 con-
d lile par M. Fernand Lissade
qui, d6bouchant du coin de la
rue des Miracles, se dirigeant
vers la rue Dantes-Destouches,
faillit heurter un pieton, un gar-
Von de la Banque du Canada qui
tiaversait la rue sans fire at-
tc ition aux vchicules. Heureuse-
ment que 'auto allait a vitesse
moderee, le conducteur eut le
temnps de freiner et I'accident
n'eut pas lieu.
Pietons, songez que, dans la
rue, c'esti voyis a vous garer
des autos 1
*
... volt que les reparations en-
treprises depuis quelques jours
au March Vallidre nmarchent
bon train, on est, en ce moment,
A repeindre la halle sud. Vert
et rouge : esperance et victoire 1
El p'a flamble agreablement sous
No'rim (EIL, au beau soleil.

A la chapolle
de D'Espinose
Dimanche aura lieu un pcleri-
nage des a Noelistes a D'Espi-
nose. A celte occasion, une belle
messe sera ce6lbree A 8 heures
du martin par M.le Chanoine Vi
caire general Le Gouaze.
La messe sera suivie de pro-
cession. L'on se rappelled que
derni6rement eut lieu A D'Espi-
nose l'inauguralion d'une belle
statue de Ste. Therese de 1En-
lant-J6sus.
Nul doute que les nombreux
parrains et marraines de la Cha-
pelle et de la Statue n'aillent
en loule i I)D'Espinose dimanche.






Ne crologie
Mr Auguste Magloire. E. E.
et Ministre Pllenipotcntiaire
d'llaiti i Loncres et M me, nee
Archer out en la douleur de
perdre leur ills
PAUL
dcecdld a Paris,hicr,20 janvier,
a l'aige de 20 ans.
C est une bien cruelle perte
pour les tamilles Magloire et
Arcl erJeune, int. lligent, douc
(ies plus grande qu alites de
coeur, sa lamille lundait sur
lui les plus belles esperances.
Et ce fut avec une bien dou-
loureuse surprise flu'tlle ap-
prit la triste nouvelle.
Li- MATIN cownpAlit cntiere-
nient au mallieur qui vient
d'atteindre Mr. et M e Au


.. . . . . .V .. ' ' .. .. -I I II _,,' . ... 4-


A Delmas
La f6to do Notre-Dame
d'AltagrAce
Une grande animation regne,
*jourd'hui, sur la route qui
conduit A Delmas. C'est la tote
de Notre Dame d'AltagrAcesous
le vocable de qui est place Isa
chapelle de la petite locality
voisine.
Des pdlerins en trWs grand
nombre s'y sont rendus et une
nombreuse assistance emplissait
la chapelle pendant I'office di-
vin qui fut c6lbr6 A 6 heures
1/2 du inutin.
Hier, veille de la fate, iI y eut'
ceremoniede premiere commu-
nion pour les 616ves de t'6cole
presbyterale de Delmas. Beau-
couq d'enfants des deux sexes
s'approcherent pour la premiere
Ibis de la Sainte-Table.
Leur refraite qui avait com-
mencd mardi dernier a dtd pre-
ch6e par M. le Chanoine Ri-
chard, Cur6 de la Cathedrale de
Port-au-Prince.
En some, comme chaque
ann6e, la fete de la patronne de
Delmnas a etc c6lbree avec le
plus bel eclat.


D B--1 Caisse batterippor
Dans nos grands Ger- radio.
cles mondains Montbram
CEICLE SPORTIF DE MARIANI.- Encanteur public.
Demain, 22 Janvier, A partir de ______. .., '
8 heures du soir. il y aura belle aA
reunion avec musique au Cer- Lo raid a6rM_
cle (e Mariani. Les memblres du PaU-a-m
Cercle, leurs families el les in- PONTARENAS ( Costa-Rt )
vilts habituels de Mariani en Les hvdravions du raid ph.
ont 616 avisks par un avis du amcricainSanAntonio-San-Frea
Comite que nous avons public cisco et D6troit sont artis dial
hier. aujourd'hui pour David ( Pan.
On passer come toujours ma )deuxieme tape de Imwt ol
A Mariani, des heures agr6ables de 20.000 miles ; lea aviat~8
en la plus chormante compa- se proposaient de s'arreter Ai
gn- e. vid pendant trois heares pr
A PORT-AU-PRINCIEN.- Aprs- se rendre ensuite A I'aerodra o
demain, dimanche 23 Janvier, France dans Is Zone 4W feC-
il y aura au Cercle Port-au- nal oft ils rejoindront Ile Nt
Princien, unesauterie qui coin- York )) et le (( St-Louis a qu1i.m
mencera A 6 heures du soir et i y ont precedes d'une semrws
laquelleles membres, leurs a- Les aviateurs r6unis resterolf A
miles et les habitues du Cercle l'aarodrome a France a
ont edi invites. I'arriv6e d'un noUVltp
Ce sera 16 aussi une gentille que on a envoyC de ta
IWte quiaura tout le charme Orlanspour remplacerWl *
don't e Comit6 de direction de York don't le train d'ettrri
Port-au-Princien salt ajouter ha 6t1 endommagi A S& lbra
routes les reunions qui y ont dor.On fera aussi t Panama qiuS
lieu, ques modifleationsdaosni
A BELLEVUE.- 'est le same- d'atterrissage do tout Ie hyj
di 26 fevrier que Bellevue don- avions avantqeuo 'eacadrillp : .
ne son grand bal travesti an- te pour son voyage das
nuel. rique du Sud.
Inutile de dire ce que sera FRAME FIELD (Zaom da u ,
cette brillante f6le. On sailt tout nal de Panama) -Lestroisi
le goit, le chic, lart qui pr6si- droavions amdricains sontoo i-
dent toujours aux bals et, eni v6s ici A 5 heures 30 cet I)-
gen6ral, a tmutes les tftes quiase midi. I
donnent a Bellevue.
On y verra les travestis les
plus originaux et I'on connaltra
Ies plus charmantes minutes de LA tIs Ig A
belle gaft planss le beau cadre | | TI
don't Bellevue est toujoirs pare
en ces circonstances. JI

SYLVANIA
Apres-demain, 23 Jauvier, A 9 331 "il
heures du martin, aura lieu au
nouveau local de cette associa- c.. iC a
lion don't M. IH. Laventure est
president d'honneu:, uue stance
solennelle au course de laquelle t VaMlfl
sera inslall le nouveau Conseil .Cl.isj" l-s
d'Administtation. q pmfent I Iang 6 0.
La Presse a et invite A assis- roUws omWNsl
ter A cello rbulnn .... _. A.. %'y--m& J


I I i


Lea


Al


Soumis et ettracfs m k
-.' m. dsedi
k ..,,-,ag I__ a--


A hiduk *event d x.

dwnuath is.


tin$ae t.Psicrtm et loi donneut
Skvigm otde la ntL inR-
jIOY W ktmn ab mOn aucune h
- Od GmCQ a_


- lfnu
daur M e
d wdMuen


COMM"

c~m.W.i~sde~mM .14


haLwd L -.-- .I
I S e U. fp;Z MVak W M .1


I ft a .a- i n M o X .
e *-u4 9-
V3st sh


CHASSEX CET ENNWEWR?

'IplYEZ.1OUSaussi le plus implacable en-
Ssemi do monde, cette armee charge
deaicrebes, de mouches, mousliques, mites,
pmnaises et d'immombrables jisees por-
testsidesaIaies?
C( maradears races at vite sar v es
Itales, trablastdtrniost et wat tet sor
'at passe.
Nfeda vetre pays iestre ce sale dtrvisant lears rels.
eeul. AttMaquex le, tuez-le! Ves L FLIT tue les mites ci ears larves
avex a e armed sere el eartritre, le daos les lvete ts. iUTe prEparatia
LIM.LeFIAT dibarrasse e quelques spehiale espehe It FLIT de teher
lastalts Mae ais de lonsles per- lea telfes les plas d6ieatis.
tears de maIndies, mastiqies, po- Le FLIT est d'a Msage facile, merir
sesmils et ma thes. II decere trier pear les aseees mais iauollem
les isvetes dams lears :achetIes em sit pear lea eafas.





IF
?SAOS MARK faaG.-iTkREm
En icate partout
Agents : FST [1U1D I #V411


I


I I Illll


__


Vente

Pa rencan
En vertu d'ordre doe :160
sieur b.Jonhson Collecteur*s
Douane de Port-au-Prince
Ion Particle 102 e la'lb
Douane, devantls port.
la D)ouane, il sera pti
lundi 24 janvier 1924 A 10
du martin A la vente t i
des marchandises sulvantet-
1 paquet poste,1 peti4e b
'enWfant., parcel 29,
colis contenadt, 20,06 drt,
non inprim~es et 21,7001 -
veloppes non titrel. )
HB 98726 1 Colis conk
nant accordion de boucbe
(htamonicas at 1 W 4D -
clanes.) ,
H. B.xS01 1 Caisse de
fleurs artificielles. .
J P 10 Caisses de flmcon
videos.
J P 1-3-3 Caisses de pro-
duits pharmaceutiques.
M W -1 aisme 6qlpment
pour radio.


i


I%& U I--L.,V *qCJIV ftM U


IL----~Zl~~~




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs