Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04364
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 01-12-1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04364

Full Text






DIRECTEUR IMPRIMEUR
Clemont MAQhL01R
Bols-VEnNA
,1358, Rue Ambricaine, 1358
LI 'I [.I l l


T ,LErnuPNE N0242
NUMERO C0CED


)


TIMES


* *i


2me ANN9E No 5996 POR f-AU-PRINCE ( HAITI) MERCREDI 12 JANVIER 1927
L : ... .... ... .. ............- --I -I i i i


4

Lyons la sante physique et


house aurons la sante morale


P ar ces temps-ei ou l'on partaite, nous ne nous aper-
v t, chen nous, tant de, gens cevons pas que nous avons un
m roses, tant de visages m6- ca'ur, un estomac, un foie.
lancoliques et tristes, n'est-ce Un organisme sain n'a pas
point fire bonne ceuvre et qui d'histoire. No us ressentons
v lie que de parler un pen de une impression de bien-dtre
ce te belle sante morale qui dl'quilibre et nous plnsons
a kene toujours la joie au que la vie est une belle chose.
ccur et le rire aux visages et Mais qu'une alteration se
qui est, elle-mmce, tine rdsul- produise le sympathique sen-
ta te de la sant6 physique ? sible aI la ioindre perturba-
ertes oui. Dans notre inti- tion, nous en avertil aussit6t.
in tW, au foyer familial, dans c e parle pas desdoulenrs
n s relations au dehors nous iccidentelles,une fraclure,une
o ervons parfois des pheno- pIhie qui, chez les individus
m nes, des manifestations qui normalement equilibres, sont
neus surprennent et, fort sou- sans influence sur le moral.
rent wous en cherchons vai- Mais ce sont les alterations
emene -o cause. a L'tat de lentes et sournoises de notre
lala petit eul donner la sante les affections chroni-
tief lusleurs ph6nomenes ques qui impriment leur trace
Oe 1're tnoral d(lit Moreau sur notre moral. Combien
de T d'inconipatibilit6stl'humcur, t
Les gens rImsques, moro- nidme dle drames conjugaux
Ses, tojourtrit, toujours ont pour cause protode des
larniyeurs, toujours ia se modifications du caractere
plati qui voient toutes liesA diles troubles de nos or-
hose eloppdesrtan crepe ganes! Qui saura jamais dans
funbre, cux qui se fAchent quelle mesure les ev6nements
ana ithotlf, 'emportent pour de l'hisloire ont 61d lies i la
ait rien. les d6sesplres, les sant6 des princes? II y a le
Onervds, ceux don't I dtre est Francois ler d'avant et al)rCs
toujoWu en 6bullition, stir- I'abces, le Luuis XIV d avant
chauflk ceux qui se croient et aprrs la fistule. Henry IV,
des persckitls, des martyrs ne nous dit quelque part Miche-
,-, mit atr>chose que des ma- let, signa le rappel des Jesui-
lade.,, tes en France entire deux diar-
G*iri, le mal don't ils souf rh6es.
frentlet, bruaen disa rit et It ya des organes qui sont
la vie apparait radieuse et plus particulierement coupa-
rose: bles des deviations de notre
Le Docteur Jean Bertrand a lquilibre mental. Ce sont les
6tudi6 cette ihteressante ques- fabricants ou s trilisateurs de
tion du physique influant sur poisons, quand ils sont trou-
le moral. II en a resume la bits dans leurs functions; tu-
fornule: A Ne nous faisons be digestif, glande thyroide,
pas trop de bile, et nous ver- ovaires, etc. La notion d in-
rops ia vie en rose)); et il a toxication domine toute la pa-
kcrit, a ce sujet, un article tres thologie. A chaque lune mou-
complet. rante, Salammb6 s'alanguis-
Il it: salt en une profonde melanco-
lie. Combien de feinmes lui
w Mon sang n'a faith qu'un ressemblent, A moins qu'elles
t r ), disent les braves gens ne soient particulierement ir-
e4 parlant d'un accident. D'au- ritables!
tris declarent que ,leurs che- a Je ne le con- cille pas d'al-
v x se sont dresses sur leur ler voir X..., ce martin il est
t e). .Ie n'al pas encore vu mal lev6. Son estomac le tra-
I cheveux se dresser sur la casse. Pour ne pas choisir
t e, conime se !;hrissent les son here, que de fois a-t-on
p ils des chats sons 't actionn compromise son avenir!
d. la colere ou du danger, La constipation, I'appcndi-
npis je sais bien qu'ils blan- cite chro n i q u e s'accompa-
cissent parlois apres une gnent souvent de tristesse et
6 otlon violent. Les chagrins d'irritabilit&. L'optimisme ne
oit leur repercussion .,ur no- r6siste pas Ai une mauvaise di-
tit saut. Suivant le degr6 de gestion, et j'inagine que le ta-
ntre ensibilitk, ils troublent lent du cuisinier n'a pas tou-
n tre quiliLre et peuvent a jours eu en politique une in-
I league alterer le fonction- fluence entierement ndgligea-
n4rment de nos organes. En ble.
cerchant bien, on trou ve Mais ce sont surlout les
vent un choe moral a l'o- troubles du foie qui relentis-
rir.i de certaines maladies sent sur le moral. Les anciens
nrveuses, du diabete et imeme riuiissaient ces deux notions,
cohiques hepatiques. tristesse et foie, dans le mot
iJ1Sqee dire sinon que hypocondriaque. Melancolie,
S 'hyique et lIe moral sont c est Ie mot grec, bile noire,
hinement i6s? EL 'onpeut comme atrabile en eat le mot
a uter quedans ueecertaine latin. Jadis,- on faisait du foie
ure notre caracb6re est le le siege des passions. Peut-etre
roir de notre sapte. que les sept p6ches capitaux
otre cerveau est un cen- sieront catalogues comme le
t deux reseaux. L un as- sie de la deficience Ou de
ss a dvec le sn-a l' ageration de telle ou telle
i dxtert a1,' oadl t fiction, et qu'ota traitera l'e-
a pressi9 dt no s~u ae el1sme et I'avariceEt cela me
tnsmer'ef rertburauii1 nloy" ftIt penser a la boutade du
c pour execution tes deci- .. d Taine: < Le vice et la
*ens qu'il a prises. -- -r':u sont des produits com-
L'autIre ne s occupe que de me le vitriol et e sucre .


I


I T I ta e o nous. Dis- On a beaucoup ctudie les
I ? AI 'infini dans nos or. poisons que lai.se passer un
Ine'l ep didige le tonction- foie deficient. Les uns provo-
ieat .t transmit a notre quent l'irritabilite, la suscep-
ence Pimpression gene- tibilit6, la colkre, d autres ia
i qpijW, a reVopi. Cost le tristcsse, la melawnlie. Le c6-
Sstl6me neirveux symnathi- lebve aUlihiage ippelad de .t
qC.. Loru -at est ui, fu he.aLinne dans I in-


La politique En l'honneur
des cabinets europ6ens d u Fy i a )
do 1871 & 1914 i


Les derniers tomes d'tln on
vrages official 6dit6 par les Af-
faires Mtrangeres dii Reich et
portant sur ,la grande polili-
( ie des cahtieits curopIeis
de 1871 it 1914, seront livres
prochainement ia Ia publicity
On sait que les premieres
pullicati(ons (!c eet ouvrages
ont reteniu l'Aitlention gene-
rale, par suite des annotations
dont I'ex-kaiser avait accomn-
pagne lu lecture des rapports
des repr'sentants de;l'Allc-
mnigne a l'ctranger.
Les notes qni vont parailtr.
ne le cede en rien ai cells (qu
ont dejia vu le jour. C'est ainsi
que sera public un rapport (h
baron de Schoen,alors ambias
sadeur d'Allemagne Palris,a u
chancel:er d'empr,.. Ce rap-
port est d t6 de Paris. 19 de-
cembre 19 92.M. deS' )en ec i-
vail au chancelier (qI il avail
eu la ville un entretien avec
M. Poincare.
11 disait que le jugeiinent
porter par M. Poincare sur la
situation intern'itionale lui
avail semnibl& moins pessimisle
quI'au course de la semaine )1re
cedente. La'imbassadenr aj, i
tail que M.Poinciareavait loi-
letois de graves app)rehen-
sions a suijet des armemenis
de I'AuIriche et qu'il avait dd-
clar6 s'dtre entrelenu de la
question aived I'ambassadeur
Autriche Hlongrie pour essa-
yer de le convaincre que les
measures militaires prises p:ir
la double n.o:iarchle ne p!oi-
vaient s'c pliquer ni par la
nouvelle attitude de la Serbie,
ni par celle de la Russie.
--Je puis vous affirmer de
la tagon la plus catdgorique,
avait dit M. I'oincard,que rien
ne sera fail du c6te russe pou-
vant inquieter I'Autriche-Hon
grie. ))
En regard de cette page,Guil-
laume II 6crivit la note sui-
vante :
S(ail.-il ce que lont les Rusies
le long de la fronlie'r q(ali-
cienne ? Vanif de p(kin nmfia-
lud!qui ne tient pas complex des
choses militaires. )
"A lafindu rapport of ildlait
encore faith allusion aux pole-
miques entire des journaux
frantais et des gazettes alle-
mandes. Guillaumne II avait
griflonn6:
S7 oul cela ne tient pasI de-
bout. Ce ne sont que des bavatr-
dages vains de Gauloi .


suffisance grave de la glande.
Je me rappelle un de mes ma-
lades colonial q ii souffrait
atrocement de I'hiorrible ob-
session du suicide 6a chacune
de ses crises d irnsuffisance he-
patique.L'amdlioration de son
foie 'a rendu a l'optimisme ..
Et le Docteur Bertrand, re-
sumant sa brillante chroni-
qre, conclut:
a Nous avons toujours nos
bons on mauvais jours. C est
le rythme de I'osrillation, qui
domine lI vie. Mais si nous
sommes tristes sans raii ,~
d'une tristesse prolong.e, si
notre caractere se mtodifle, al-
lumons notre lanterne, che.-
chons en nous le coupubl,'.
Ou je me trompe fort ou not's
trouverons quelque part la
cause. Pour voir la vie en
rase, que notre foie ne nous
flese pas trop de bile. o
C'est l1 un excellent conseil.


Port-au-Prince a qualre jours.
de ftles organises en I'honneur
du crokisoer suetois Fylgia )
arrive, dliiuinche dains notrernulde.
Ce beau i navire nous a dei% vi-
silW. C't'lait en .lanvie-r 1920. II
piissa parmii nous Its joitrnies
tles 19, 20, 21 :nvier, laiss;ant le
22 ni.l ialin, ien rote potir Kings
ton. II avaiit aiupravant Iaitl ni
court s)tijor a SavaSnlli.
Le l\'ylin e l:!'l coin de nd0
p>ar le Capitaine Gunner linger
a'vec le Calt. Gustav David \Vi-
Ihemson Lillichok, come se-
conid, lessous-ollic.ers Liuu IlOi-
bre de '21,les ca.lets egalnIent1' l,
Ic personnel', y coiiprs les es lli-
ciers, i 400..
l Ie IleCIlnCi in tidLc 'a 1 arriv,'e,
le comuimniandatiitlu Fylgia all-
nionilit sa visited au Miagistral
CoMinn in i II iP' ort-atI-Prince.
M' (Clinent Maghloi'e. Le m0mec
jour, a('comiiagIn Ile \Ir IHenri
lioberts, Colnsul tde S.I NiMailesl
ie Roi ide Stced', le I'cmil )m1n-
dantl Ozl t ;' l, Maisoii (Co nIIu-
nale o0 I 1LI1e ,i anIidios',.. I'.& eip)li l
lui lul laile au lCo rs ic i nticlle
la Imusique d(I PuIklais sO fit en-
tendre el ex\ cula i 'liv'iiei n>,-
tioinal su tdois.
( C'et il)pr-'s une ifile '.li 6
rilitonl, disailt le (Cl)iill.ii L1111
1Unger Iuans sotin ldiS.ors. que(
1non gouvcrneiiment s'est decd-le
dt'eivoycr ((Fylgia ) en cette ville,
ui des plus imlporlants polrls
des Indes de F'Oaest atin d'v re.i-
dre tine visite amiicale et pir'a-
rer des rapports commerll'ciilix
plus Rttoils entire les deux piu-
ples haitiens et sindois..
Le mercredi 21 nn diner tailt
offer A l)ord du Fylgia ) i Mr
Maumus, receveur gc:iiral. J.
Barau, Secr6taire d'Elat. Cl'-
inent Magloire, MLagistruat Comn-
nruial et I-I. Roei s, c(oisul de
Suede.- Dans I'aprts-midi, le
commandant avait organs, une I
sympathique reception. A 10
heures 1/2 du soir', il se renidait
au grand Bal au Cercle lPort-au-
Princien.
Le 22 Janvier, le btecau lais-
sait notre rude.
*
Avant-hier. LI Sea Side Inn. le
Secrltaire d'Etal des Ielat des ela
Exlerieures et Madaime (Cinill!e
L'on o'i irent tin l ldiler en I'lion-
neur de nos dislinigies visiteuirs.
les invi'i s (,tL littl omutrie le
Cot1nna1 idalint (in Fi yl,4iN i tl 4 1
elliciers: Mr I'oF0lr5un1-. Se rd-'-
lairc (I'Elal de( I'lnerieur. 'le Pl'*-
let de tPort-au-lPrince et Mmie
1:11liient Maloire, MM. EIneist
Levs, Chlefdu Caibinet du l(i' -
sideient d',aili, Ch. de I)lva,lPr'-
sident de la Conillnssion Coin-
iiunale, le Con.sul de Sutele et
Malame Maurice Chlriez, Mr
A bel Theard. clie dui lProlocole,
Mr Fdlix Chcriez, Madaine C: -
in iche, Madaiiie Ei'rnesl Naduil,
Mille Chliriez, Mr et Mine (Uiar-
les Ch( riex.
An champagne, Mr L6on en
un 1leganl discourse portia tin
toast au noa du Gouvernemenit.
Le coinmandant ripondit en
termes heureux.- Oi se s4pa-I
ra vers niinuit.
Hier, reception chez le Hautl
Conimmissaire de 5 i 7; de 7 A 9


heures le consul de Suede Ma-
d(ame MauriceChdriez riecevaient
en leur villa d,! i'Avenue Lamar-
tiniere.
Nous renouvelons Ious nos
meilleurs soulaits el nos com-
pliments de bienvenue au Capit.
Tisblius. Commandant du A vl-
gia )) qui vient derni6rement d'ac
compagner i son bord la prin-
cesse Astrid et le prince Lteopold
(Ie Ielgique et qui nous a lail le
rdeit de ce v o yage des plus
agralbles.


Un


((OS


No is ivosli alppris ique des
cas d'anginel dtlyphlrique ont ti
observes Ces jours-ci en ville.Le
I)otur Di)oniniqlue, iirecteur
de I'EXole de Medecine, A qui
iinous t111 parlions, inotis dit avoir
t u li s.-iniine derniire dans sa
clienltle un cas co)impliqu de
croup. L I.e diagnostic I'ul confir-
mi' p.ir tics exaniens de mein-
l)a li s pr'lev'es A Ia gorge dui
maiiade' envo)vces iimilediate-
inn iil i lhiborutoiri e nui icipali
i I'1. G(. h llie:i Le Imicroscope
i'a 'lI; la )l'esencite de lnolibreux
lIb cilles de' .oelller ( d\'[)lhtrie )
de I'esi,)ce irave.- Le Service
National ld'Ilygineen ftil inlifor-
I1,11 sains retard, el il enivova un
d s.-.s rlprer.-'.its l n maisoni
i;.le;l e; du imucus pris A Ilt
g )rge de cihaque memlbre de la
lfamni lle et du personnel doimes-
tique, fut examine da s un mi-
lieu de culture special. Ces exa-
mietis d, laboratoire furent trout
vs 1g iifls.L'Administrateur de
1'll. (G. illit ainlaiblem-cn'ii l a la dis
position du IDocleur Dominique
tltI Siruin de Houx ( anti-dyph-
t1rique ) qui, inject A temps el
a' ILautlt dose. gli'rit rapidemenit
sa minhide. Cetle grave infection
fut ainsi enrav6ie; ei mise dans
l'impossibilite de se propager au
deliors.



Aux Assises

Ilieri 11 heures coinparaist
sait aux assises Proinolus Pro-
inie accus( dui crime d'assassi-
nat sur la eprsonne d'Eliamise
Etir'nine.- L'uniquel6tomin R'-
imiluis Tim1.citld, n'; point coin
plunil. Ill).ven li.r:'raui, qui p'(l-
sitliil I':iudience, o oiloln i, d'ol-
fice, la lecture tie sa dLposilioni
A la cha ibre d'instruction.
Le Conunissaire du G(ouver-
nieilment, Me i.doni Laliens, ex-
l)os)s.i liai liiqteinent, la cause.
Atx tdlats generaux, il fut ga-
lelneilt succinct.
El, Me Edouard Cassagnol
qui occLuait le banc de Ia dd-
fenise, ii'eut pas grand'peine .4
souvenir Ic cas de i1gitine ded-
fense dans lequel se trouvait soni
client. Le Jury, prdsid. par Mr.
Pierre Sauray.rendit un Verdict
d'acquiltemeinet.
En attendant que nous don-
nions Ics apprucialions de notre
reporter aux assises. disons quc
la cause qui y fut p laidee hier
I'a ele, de part etl d'auire, avec
une cerlaine id6sinvollure qui
produisit une impression pas
des plus heureuses.


ire
110 1


... a vu, avanl-hier., vers 11 hs.
deux inarins du l Fylvia ) qui
preniaient un rafratchlisselielnt
aiix "'avrs de iBordeaux". Lors
que les deux braves homes de
mer eurent vid6 leurs verres.
I'un d'eux tira de sa poche des
greenhacks pour acquitter le
montant de Ia consommiation,
Miis NOTHE (EIL vit alors un
des dkswtuvrcs qui peuplent Port
au-Prince aujourd'hui s'appro-
cher en tapinois, tout douce-
nlenl du iniarin et brusque Iui
hopper des mains la liasse de
billets de banquet et prendrela
fNite i toutes jambes se diri-
geant vers la rue des Mirac]es,
Le sudois le poursuivit pendant
quelques instants; mais il avait
u jarret le coquin et le inarin
dut renoncer bientOt A la pour-
suite. Le gendarme, au coin de
la rue Bonne Foi, tailt occup A
rfgler la circulation des voltilres
et le Patron de i'Etablissemnent,
qui ne tol're janiais chez lui
ces vagabonds qui puliltiii a
la Capital, 6tait absent.
Mais le coquin a eu une bon-
ne aubaine.
*
... a vu, I mime jour, vers 3
heures 1/2 de I'apres-mi i,. ine
petite tille au service d'un nom-
mn .romne habitant le quarter
de l'eglise St. Josepl, qui a)ppor-
tait chez le lailleur Smith, Grand'
Iue, une veste qui venait d'Wtre
confectionnde. Arrive sous La
galerie de la Maison Gardiner,
Noriull: (EIL vit un malan;drin
s'approcher dc I'enlant, s'empa-
rer brusquement de la veste et
ret.dre la fuite belles jam!es.
al dth par la (Grtand'Fue, bat-
lant tousles records de vltcsse.
Ca commence bien, messieurs
les Apaches.
*
... voit, chaquejour, nu hIut
de I'Avenue John Brown, der-
riire la liaison G u 6rin une
grande reunion de profession-
nels du jei. Tout le jour, c'est
un bruit hifernal, ils jouent aux
d6s, I'liprIs-nidi, il y a gagutre
et le solr g.4andes da.nses et tou-
tes les org.es qu(i aecompagnent
totnjoirs ces rmuinrionis.
... aimerait bien voir la IPoli-
ce jeter un coup d'ail dans ces
parages.
*


... voit, dans les rues de Port.
au Prince, malgr6 la rIouver-
tur. des dcoles beaucoup d'er,-
lants qui jouent au foot-hall oit
A d'autres jeuxaux heures ou ils
devraient 6tre sur les banes.
Attention A la fr6queutation
scolaire.
*
... a vu, lundi soir, vers 10 he..,
un couple qui ne se g6maienti
gure sur u des bancs diChamp
c Mars, pr6s du terrain de.po-
lo. La lune et la pluie se ,tai-
saient les complice ds amanLts,
I'une s',tait re ugie deriere an
gros nuage pour ne pa dclairmc
et trouble t tendre spectale
et I'autre avaitvoess6,de tomber
pour ne point jeter de I'eaa sur.
Iefeu des amoureux et calmer-
leur charmanteardeur. Et Noima
(ElL put longuaement et tout 41
son aise contempter le friiwm.e
nant spectacle.
*
... n'a pas vu les buvettes qui
chaque ann6e. s'Rtablissent dans
la cour du Tribunal de Premi6.,
re Instance pendant les audien-
ces de Cour d'Assises et oft avo-
cals, jureset spectateurs allaient
se rafraichir lorsqu'ils avaient
soif. Les buvettes ont din'patr
d'ordrc du Departnentde hi
justice.


Lk
I


IA vw#ritable ee.ri.-ment t.-
pas relui qui Iransmel des notions
loutes tailes, main retai qui emid A
capable de e former A soi-mme de
hones notions.
GiERAADO"


..I L lllllUll

i vouf, avez besoin de beaux CHALES, nuances va-
'i .rides pour cadeau emnpressez-vous
de passer a


SoParis-Baza r
Envoyez y vos portraits, ceux de vos amis, parents
etc, pour agrandissement.- Prix trWs moderes.


dc cro(a )


------ ---- -- ---


I


I
(
I
I
Si






p
F.
it
I?..
.1'.
4.,

F


5,
-p.
'p
'C
I





I
'.5
'.3
'.4.
V.
is


'I




p


WN RON COWIEIL *
Vous qui occupez de hautes
situations, n'en tirez point va-
nit, car tirer vanit (de son
rang ou de sa place, e'est
ayouer qu'on en est au-des-
qous.

Poulet
r
Nous rece'ons ces Pers adres
Vs d NOTaE (ei.. A'ous lespu-
blions avec plaisir : car, its nous
fon{ voir que, parmi nos le -
teurs, ii n'y a pas seulemncnt des
Ovens qui ont enoie de creuer
OTRE ICIL ; et nous prions no-
tre aimable correspondent da-
grier aos remerciements.
t
Pour l'OEil du MATIN :

Tes yeux
MATIN,
TI Ma pfl avoir, Ite Yenu je le adIre
To ent c't loot caqui me charae.ce a i lore
la vie; me boiheor, cest de lire les Vrox
tenlemeal, en sonlatl Irhntir leaur cils saeUt
bIt c rirei aspirer lears regards deaes nlvres
Tns eturs regards, leurs regards rieurs,tenilres,
I mihvres.

Je Met le possider les Yenu gais ou moqueurs
Ave lten es relts d's rbhses quIe to penses...
Ipeur, inRieas de ler moinilre nuaure
Jt leas ime souffrir un horrible loarment
lhee ps les avoir a moi mconipltueit.
Si parlois leur regard changeant rouiue la vague
lh n r#vein'onuu s'egaredou el vague
Ihk MATIN, ie wn1urm de ces rergards prdul,
Tesm omagiques,jolis commune un lever d aurore,
Oh I lu e peux savoir, tes geux,je lea adore.
X...


L'imbroglio

chinois


La Presse japonaise Ilagelle
l'attitude de la (;rande Bretagne
Par cAble franqais
TOKIO- Les journaux de To
kio de ce matin publient de
longs articles sur la situation en
Chine et sur le sentiment xeno-
phobe qui y va grandissant. Uls
continent 6galement leurs com
mentaires sur le recent memo-
randum adress6 aux puissances
par 'Angleterre et proposant de
rendre immi6diatement effective
la clause de surtaxe douaiiure pri6
vue A une seance A la conf6ren-
ce des armements de Washing-
ton Les efforts de l'Angleterre
pour attire les faveurs de la
Chine aboutiront tres probable-
ment A un echec, declare ( Le
Chugai Shogy o Shitpo ), journal
commercial l Tokio. La press
japonaise, dans son ensemble,
considered que les propositions
de I'Angleterre sont dictecs par
des mobiles kgoYstes, injustes
pour les autres puissances em-
preintes d'une hypocrisie qui sau
te aux ycux destin&es A enveni-
mer plut6t qu'A amnliorer les re
lations centre la Chine et la Gran
de Bretagne.
LONDRES-Le Foreign Olli-
ce a Wtc avis6 aujourd'hui par
Hankeou que les autoritks de
Canton ont consent A retire
toutes les troupes chiinoises de
la concession britannique et que
la police de celle-ci sera assure
par la police anglaise avec l'aide
des contingents chinois des an-
ciennes concessions russes et al
lemandes entrains par des ins-
tructeurs 6trangers.La police an
glaise est constitute par des ins-
tructeurs strangers. La police
eat constitute par des indigenes
sos Ila surveillance des instruct
.tom ml La London Tis-
sionark Society a recu aujour
dhai de Shanphal un cable in-
formant que les missionnaires
moat rests & leur posted et qu'au
moment de I'envoi du tlegramn
me tout allait bien.
SHANGHAI- Soixan!e fern-
m= et enfants am6ricains sont
arriv6s A Shanghai venant d'Han
kee. Une centaine de missicn-
naires sont en danger, la major
tM des amdricains d'Hankeou
oant parties presque saus argent
et sans bagages ; et tous les re-
fugi6a racontent les souffrances
qlUs out endures.
Un officier de police anglais,
nba des r6fugi6s, dit a v o i r
dj scut6 la saisie de la con
session britannique A Hankeou
avec un haut fonctionnaire du
Iouvernement nationalist qui
ui a declare que ce qui est arri-
vi a Hankeou va se produire
Ul6f dans routes les conces-
6otruagres a Chine.
4
F ": ,,
';0 ,


TUN

Travail utile

La Direction Gendrale des
Travaux Publics entreprend ac-
tuellement, dans le lit du Bois
de Ch6ne, la construction d'un
reservoir qui emmagasinci a les
eaux de ce course d'eau lesquelles
serviront alors A l'arrosage du
Champ de Mars. Ce travail est
de grande ulilit6 et assurera
d'une lacon permanente r'ali-
micntation en eaui de notre
grande Place publique, ce qui,
A l'poque des tortes secheres-
ses. constitute un s1rieux pro-
bleme.
Cependant, il y a moven de
faire d'une pierre deux coups et
nous soumettons cette sugges-
tion A la D. (i. T. P. II y a une
rande quantity de graviers et
e sable qui proviennent des
fouilles que n6cessitent ces tra-
vaux, en plant une equipe A
I'Avenue du Travail A I'extr mitM
de laqnelle se font ces travaux,
la D G.T.P. comblerait les voeux
des habitants du quarter en se
servant de ces matlriaux pour
la rilection de cette voie qui
est dans un Mtat plus (Jue d6plo-
rable. Nous croyons bien que
l'Ing6nieur cliarg6 du travail
prolitera de ses noinl)rcuses vi-
sites des travaux en course pour
se rendre complex du I)ien fonid
de notre suggestion et I appuyer.
11 pourra, d'autile part, voir
comment A peu (Idc trais. on peut
relier I'Avenue du Travail A
I'Avenue de Turgeau, ce qui la-
ciliterait beaucoup la circula-
tion publique entire les quarters
dIe Turgeau ct du Bois Verna.


Unec auto

ai Kenskoff


I




S
11
j
q

C
I


i
I

(
(


Une auto, marque ((Olds
mobile ), conduite par M. Phi-
hlp s, chefl de garage Ala \n West
Indies, a fail, dimnanche, le trajet
de P6lion-Ville i Kenskolff en 2
heures 5 minutes.
La voiture, dans laquelle
avaient pris place MM. M. Perry,
A. Brown et Marcel Gentlil,
laissa Petion-Ville en presence
de MM. Georges N. LUger. An-
drk Vieux et Fernand St-Surin,
A 6 heures 15 du martin et arrival
devant la pro:riti de M. Si-
mon Vieux A Kenskoff A 8 h. 20.
Un quart d'heure plus tard, les
excursionistes en belle gait6, dd-
jcuinaient d L hon app6lit A I'H6-
tel-Dereix o6 une de ces belles
receptions don't l)ercix ale se-
cret leur Cut faite. L'hicure de
leur arrivede a KenskoflTiut cons-
tatee par MM. )Dercix, Serge Vail-
lant, Van der3 Berghe ct Tertulis
Nicolas.
Parties de Kenskol a 2 lis. 45
p. in. la ( Oldsmobile ., laisait
sa rentr6e A Pttion-Ville A 41i. 05,
cc que constatkrent de nouveau
Mines A. Faubert et Savigne et
Mr Hachtmann. Le trajet de
Kenskoll A iP6tion-Ville a done
M6t parcouru en 1 heure 20 mi-
nutes, soil 85 minutes en moins
que pour le trajet de PMtion-
Ville A Kenskoff.
A 4 heures 30, A l'arrivee de
I'auto A la Capitale, le President
de la 11ipublique mis au cou-
rant de cette performance. ap-
posait sa signature au bas du
proces-verbal sign par les di-
verses personnalitis plus haut
cities et constatant I'heure des
departs etudes arrives de I'auto.
Pour le parcours de PMtion-
Ville-Kenskoff et Kenskoff-P&-
tion-Ville, le moteur a us6 3
gallons de gasoline et les voya-
geurs n'eurent aucune panne en
course de route. Laulo btait
pourvue de pneus i Good Year.
La voiture a 6t% construitl
dans les usines de la Gdneral
AMotor represents en Haiti par la
West Indies Trading Co o6 elle
est, en ce moment, exposee.
Ceux qui voudront voir le
proc6s-verbal dress A l occa
sion de cette randonnee de la
Oldsmobile ) peuvent s'adres-
ser A M. Perry, A la West Indies.
La licence de la voiture porte
le No 32.
t11 aut feliciter vivement ceux
qui ont entrepris et ont reussit
les premiers taire monter une
aut a ; n.11 ,o1f.


VOL
Dans la nuit de lundi A mar-
di, des voleurs ont p6n6trc chez
M. Hamilton Poilevien et onut.
fait main basse sur tout ce qu'ils
purent emporter. Ustensiles de
cuisine, v6tements, linge, tout
fut enlev6.
La Police avertie a com men-
c6 les recherches.


i I II III ll Il ,J N l II il~ L IN TRlETlO


L'INTERVENTION
Di:s

Etats-Unis
AU

Nicaragua

La politiqie am'ritaine, e'stl la
guerre aw le Mexique,
ditl tn Ini prsiienlaii d(i't oerate.

Le D'parlement d'Elat, pnior
justifier sa poliliqtue, voque
une ? icille doctrine.

Par CAble trancais
WASHINGTON Le repr6-
entant Hunddleston de I'Ala-
)ana democrate a declare au-
ourd'hui en pleine chambre
|u'il dtait persuade que les
Etats-Unis allaient dtlibr&&
ment el sciemmenti une guer-
re avec le Mexique.Il y a aux
Elats-Unis dit it des int6 6ts
puissants qui depuis des an-
ides cherchent i mettre la
main sur Ics plc roles et les
gissemenls miniers d(u Mexi-
tlue suns s'inq rieter le moins
Li mondle dc inos devoirs vis
A vis d'une nation sceur plus
a'ible. II dleare d6loyaux et
criminels les efforts soi-disant
k.I)loyvs par le l)partement
d' lat pour donner l'impres-
sion que le Mexique encoura-
ge le Bolchevisme et cherche
Is'introduire au Nicaragua.
WASHINGTON Les criti-
qliie des adversaires de la p,)--
litique du Gouvernemcntamie
ricain au Nicaragua parmiles-
quelsse trouvent certain jour
naux americains ainsi (ite la-
tins am6ricains ont ide nou-
veaux e61 refugees par I'admi-
nistiationm Co;)lidge. Les i)rin-
cipes emnonces il y a cinquante
ans ont etc rappel) s pour cde-
fendre I'attitude americainc.
Ces l)rincipes ramcnes i la li
mire hicer des archives p)ou-
dreuses (lit Departemen d'E.-
tat et donnmes par la mais )i
Blanche common clablisant u1n
p)r6cdcent pour les mesurcs
actuelles prises par lc Gou'er.
cement se trouvaient conte
nus dans ce que 1 on rappell)
la doctrine Evarts. C'est unc
note envoyce par William
Maxwell remise au govern
ment mexicain en 1878


MAURICE ETIENNE Ills
Angle des Rues du Magasmn d,
"'Etat et des Pronis-l orts
Fornies de chapeaux, der
niere mode.
Parlu':nmries dtI routes mar
ques Hloubigant, Pivcrt. etc.
Comploiri de mercerie.
Chalpean. pour enfants, horn
ices et dames.
Articles les plus fins a la
iortle de toutes les courses.


Le Mexiq ie
ET LES

Etats-Unis
IUne d larationI parilisle dii
PrMsident Ctalles
Par Cable francais
MEXICO LeMexiquesou-
mettrait volontier a la Cour
de la Haye ses difttrends avec
les Etats Unis an sujet des
nouvelles Lois sur les p6tro-
les et propri6tes )bict que sa
souverainete en pourrait etre
menace si c tait unique
moyen d'eviter une plusgran-
de menace pour le lexique.
Le President Calles a fail a
la d c I a rat ijon precdente
6 un group d'am6iicains pr6
sid6 par. M. Hubert C(heiring
venus pour 6tudier les rela .
tions entire le Mexique et les
Etats.Unis.


A CAIOS de Bordeaux
Monsieur Margron, devenu,
depuis le 7 janvier courant,
l'unique proprietaire des ves de Bordeaux)) s'cmpresse
d'annoncer .1 sa clientele et a
ses devoues amis qu'ils trotu-
veront touiours, tant an Bar
qu'au Restaurant, le nnme
accucil et le m me scrvi"e
d ordre ,qu'auparavant,


Le Traitk
eutre Panama el les Elats-[mnis
Le people de Panama protest
centre cet accord

PANAMA- L,'opposition po-
pulaire de I'envoi contre le trai-
t6 entire Panam:i et les Etats-
Unis atugmente d(ans ce pavs.Le
gouvernement fait tout ce (ltu'il
peut pour calmer le people ; les
reunions en masse ont eW inter
dites et on a deman(1d A la com-
mission du congres chliarge d'6-
tudier le traits de retarder le
rapport.
Le Dr Harmodio Arias, ex-de-
Ikgue du Panama a la Sociit6
des Nations, chef de ceux uui
s'opposent au trait, parlant de-
vant le Club Rotarien dans cette
ville hier, a declare : ( II est imn
possible de prdlire si le congress
de Panama ratifiera le tra't< r&-
cemment n6goci entire le Pana-
ima et les Etats-Unis, mais il est
evident que (dans toutes les par-
ties du pays hliommes, femmes
et enfants comprennent qu'u ie
injustice aura WtL co.nmise con-
tre Panama en cas de ratifica-
tion. Apr's avoir exprime ses
sentiments d'ainiti A l'eggard des
Etats-Unis et son admiration
pour I'minluince civilisatrice dans
le monde enter. Le Dr Arias a
ajout6 : Au lieu de remedier
aux prejudices causes au Plana-
ima I)ar le trait de Ie )03 et par
son inter)priation trop rigour'eu
se de la part des Etats-Unis, l1
nouveau trait, impose auPana-
ma un fardeau eciiorI plus pd-
nible et plus onreiux Cqui arre-
tera ou genera tout au moins
son progress et sa prosp6rite
sans procurer de grands avanta-
ges matlriels aux Etats-Unis. ,


Au suiel de< lia prohibition
;,\ ltilshlnis
Par cAble f'ranqais
WASHINGTO'rN M. V. Stay-
Ion, president national die 'As-
sociation centre l'amendement
a la prohibition, suggere dans
une lettre adressee au president
Coolidge I'emnloi de soldats dec
1'armie et de l'infanterie de ma-
rine pour garder les approvision
nennints dalcool industrial em-
poisonn6. Dc cette facon, dit-il,
les horrible nertes en vies hu-
maines resut int de I'usage d'al-
cool empoisonn6 par le gouver
nement pourrai.ent tre rlduites.
Le secrtetaire Mellon a 6erit M.
Graham ide la commission de la
justice de la chimlnb:'e qUC les
Tonds de la (( Prohibition Unit))
avaient L el em)lovys par M. A.
Bruce Biellaski pour maintenir
le ( New-York Brid Ne Ahist
Club )) comnme moven de facili-
ter 1'application de la prohibi-
tion.
WASHINGTON Le comit6
ex'cutif' du 6parlemnent de l'U-
nion Label Trades de (I Fedra
lion americaine du t. L-'ail qui
repr6sente 7.000.000) d'ouvriers a
termini ses travaux en deman-
dant la mo.lilication de la loi
Volsteadpour autoriserla fabri-
cation et la vente des vins eL de
la biere. II faut, (lit le comilt,
q(e 'hvypocrisie, la corruption
et le crime soient remplac6s par
une loi qui encourage l.i temnp-
rance et le respect de toutes les
lois.


Manage
Samedi 8 du courant,. 4 h.
1/2, dans les salons de I'olliciei
de I'Etat Civil de la Section
Nord a eu lieu le marriage de
Melle Claire Bellanton avec Mre
Charles Paul.- Les I moin o ins
6tlient du c6t6 de 1'6ponse M-,
Henry Scott et F. Csiar; du c6tl
tie I'rpoux M" Marc S6lde et
Martelly S6ide.
A5 heures, ilsont 6t1 conduits
A I'autel par Mine Vve Morin et
Mr W. Boswell.
Nos compliments aux nou-
veaux 6poux.

LA RUTRAITE
ECCLiBIASTIQUE
Depuis hier s'est ouverte la
gande Retraite annuelle ccld
siastique.
Elle a lieu a I'Archevech6 de
Port-au-Prince et est prechde
par le R. P. Manise, Supdrieur
dei Peres Pr&dicateurs R&.
demptoristes. Elle durera cinq
jours et urendra fin sanimei pro-
chain 15 Janvier. La cerimo-
nie de cl6ture aura lieu en la
chapelle de l'Archevech6 et le
lendemain, dimanche, seront
c616bries A la Mltropolitaine


une grande messe et des vlpres
i>ontificales. Celles-ci seront
suivies de la ceremonie tradi-
tionnelle du baiser de paix.
Trente sept Cures, Vicaires.
Aum o ie r s, Administrateurs'
dans lArchidiocese suivent cette
Relraite.
Dimanche dernier, dans toules
les 6glises et chapelies des Pa-
roisses, le (( Veni Creatohr ,, a lW
chanut pour attirer sur la Re-
traite les benediction.s divines.


NOUVEAUX
FONCTIONNAIRES
.Au DpiTarement des Finances
C'est M. Hermann Pierre-An-
loine qui a W nomin par corn
mission du Pr6sident de la R&-
rublique, Che de Service au
)6partement des Finances. en
replacement deM. Hamilton
Poilevien.
An Deparlemenit des Culles
El, en remplacemeot de M.
Louis Montas, le Pr6sideat de
la R6publique a nonmm M.
Pierre Borno come Chet de
Service au DWpartement des
Culles.
Tous nos compliments aux
nouveaux lonclioinairres.


LE MATIN- 12 Janvier 1927


Seroici Ciubm-l*tI
Le steamer ( Habana a ve- *
nant de Santiago de Cuba, e
attend A Port-au-Princeve
le 22 janvier courant, aet ,p .
ra le mnme jour pour Pue:.to;
* latn. Sanio-Domln ig et' Sa
lu:mn ( Port6,Rie,), preilit,'
fret et passlgers pour oan
ports. -
Ce steamer sera de rejour A"r
Port-au-Prince, ver Ile 20jan'
vier courant,et chargeta poor,
Santiagp de Cuba, La tfvalnP i l
et tous autres ports cubaiws.
Port-au Prince, le 11 Janvier
1927. j / J
J. DAALDER Jr, Age!M


LA NATIONAL


Fabrique de Cigarettes
Anniiae lIa mise en vente d'une nonvelle cigarette seus Ia marque:
CHEVAL ,

Cee te cigariete,d'tn arome special adapt au g)tl des
I'ntimcrs le laibac lort eC de combustion lenle, estollerle
au piubl au prix tres miodere de 20 centimes de gour-
des pour la pchliette de20 cigarettes.
II n'y a pus ide Bon prime dans les pochettes de Ci-
garetces CHEVALo; nous avons aussi tenu cownofai
ser dan; le paquteage de ces cigarettes: la presentation
est done des plus simples. Ayant tout sacrifte pour l
quality, c'cst ce qui nous a mis en measure d'offalir ump
cigarette de premier choix a un tr6s bas prix.
Essayez Ia cigarette CHEVAL et vous serex slislati5
EUG. LE POSSE & C
Agents poorly v sdett '
I,*


Fabrioue de Pates .

Alimentaires.



Lope Rivera


GRAND'RUE No 1717.
Offre a 'out acheteur d'au moins Cinq Gaise use ei o
ne reduction sur les prix de ses produits.
Au lieu de G. 1,00 la caisse de 10 livre4 de VerticMi1
sera mise en vente d6s aujourd'hui a 0,8Jet le Maca e
ni A $ 1,00 au lieu de 1,20." '
L excellence de nos products est due k la supiriori@
des 616menta de choix qui les component.


1-'


f-i
.4


ET VOUS DOUTIEZ


k UAND commenqa A se r6aliser son reve de fran.
chir les tapes de la gloire triomphale, vous
vous disiez sceptiques. que, seul, Ie recul du
temps affirmerait son succ&s.
Mais les PATRIOTES n aurait jamais attend si long-
ten )s pour devenir la cigarette id6ale.
Ldra valeur d'un product de selection ne peut d6pen-
d(Ire (dui nombil)re des ann6es.
Elle est, en effect la meilleure Cigarette vendue A
A ineilleair mirchU. Ses acheteurs en tirent un triple
vantage. Ristourne de rides 2,50 sur .cent bons primes
d iunc sconiide valeur de Gdes. 2,50 sur cent potheltes
usa gees, possibility de gagner 200 gourdes avec chacuti
des]tons portant les NvBreos 12, 14, 15, 16, 17, 18, 19 et
20 renfermes dans les pochettes.
Messieurs Albert Noisetle et Odilon S.Villejoint qui
ont respeclivement apportl en nos bureaux leoapuno-
ros 12 et 18 ont 6: les deux premiers ben6ckisires de
nos prix in DIEUX CENTS Gourdes. Notre liste des biom
doc Iavet r W'est pas limitee.Essaycz Ia PATRIOTEet vous
luli accorderez vos prlc1rences.

tient chaque ven.
La MaInuLfact urem
dredi DEUX mil-
les pochlttcs-clhantillons a la disposition de tous
Fumoeurs (qui velent enii connaltre le goilt et la qualitW.
L es intercsscs noiit qu' passer au (d6pt g6enral, 206
Rue Justin Lih isson.
1 GEBARA & C, Proprielaires


--- ---- --- ---


r~t~r*r --- ------- r


'1
itt













t:119




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs