Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04361
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 01-07-1927
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04361

Full Text





p IRECTEUR IMPRIMEUr
Climent MAGLOIRI
BOIs-VERLN
1.5,.. nue Aaidricaine, 1358
Sf1iLE I)1E V C*212


~0 CENTIMES


POR f-AU-PRINCE ( HAITI )


'1~~~~~---- p.- -- - -- - -


' hoses et Autres...


LES

Chauffeurs et I'automobile,


Le nombre des chauffeurs
va sans cesse croissant, car, ii
taut bien avouer que la facili-
tA avec laquelle quiconque
peut obtenir la ,licence)) pour
conduire est tellement grande
que, precisemnent, beaucoup
*de soi-disant conducteurs ne
'kont que de mauvais conduc-
teurs.
Apprendre a bien conduire
.une auto est beaucoup plus
Uifficile qu'on ne le suppose
generalement.
La possession de la fameuse
licence n'est done pas un bre-
vet d'aptitude. Tenir conve-
nablement son volant, embra-
yer et demarrer en douceur
;t sans a coups, 6viter les obs-
acles avec adresse, consti-
tuent tes premiers 616ments
le I'art du conducteur, con-
Paissancesqui suffisent ample-
?ment A obtenir, chez nous. le
Spermis a de conduire.
SNul ne sait vraiment con-
duire une voiture que lorsqu'-
,peut obtenir d'elle e maxi-
turn des services don't elle est
' pable pour un tiinimum de
I senses.
)i lprhIpale preoccupation
I'ii .bn conducteur doit 4tre


dire (qufe J liAunge explosif,
avant 4'd'Ire alU y4 est soutmis
a n le prcssioni de 15 a 12 ki-
los par centimetre carr6. Dins
ces moteurs, tournant t res
vite, l'alimentation en essence
joue un r6le important. Dans
le commerce, on trouve (deux
qualiles d'essence: Ilg6re pu
(de tourisme,lourde ou essence
poids lourds La premiere
senle convient aux mIntuurs
ci-dessus, parcel que plus in-
flammable :,t que hrtdle elle
laisse moins de rIsidus.
L'essence lourde avec la-
quelle, au pis aller, ces m1o-
teurs pourraient marcher en
s'allumiant plus lentement,
bridle incompl6tement. Oulre
q u'e lle provolue le cogne-
ment du moteur, I'essence
non brtAle passe du cylindre
d(ans le carter, se milange a
i'huile don't elle domine la vis-
cosit6 : inconvenient qui peut
devenir grave pour la vie du
moteur.
11 f.,ut se mefier de la quan-
titW de produils qui out la pre-
tention de transformer Ies-
sence lourde en essence' de
tourism, d'en ameliorer la
quality dnas de fortes propor-
tions. Exception doit .fre raite
pour quelques products anti-
detonants, fort bien prepar6s
et qui lai ent toute satisfae:c
tion. I
Quoiqu" la depense puisse
etre Ie gement augmentee
entire deu quality d'essence,
n'h6sitezjAnais A prendre la
plus l 6gre: totre moteur s'en
trouvera blen.
Le graisbage du motenrjoue
un rle entoqe pus important
que le choix de IesWence. II est
primordial, car c'est de la ppr-
faite lubrification en tous les
organes, de toutes les pieces
en movement que depend
teur dotee. II faut n'employer
que de lhuile deexcellente
jualile absolument neutre,
une viscosilC qui puisse ie-
s sler aux hautes temlp ratu-
res du moleur. Ne pas oublier
de surveiller le niveau de
I'huile du carter. de la compl&-
ter des qu'il est necessaire.
:'omme par suite des infillta-
ton(s d'essence non brdlle, de
&#sidus divers, I'htdle arrive A
Spolluer, il fault de temps en
emps, Ious les 1()00 km. par
xemple, (( vidanger a son mo-
ki'ur et mettre de 1'huile
frlcbe.


VENDREDI 7 JANVIER 1927


L'Allemagne desire


se


rapprocher de la France

MAIS CE RAPPROCHEMENT NE LUI EST
PAS NDISI NSABLE.

(est cc qie d(*lclarral les onraues gouicrnea calais de Berlin


La note qui doninie dans la
Ipesse allemande an siujit les
negotiations avec la France
reste plutolt pessimiste, voire
memine un peu hargneuse.
fRien ne peut rtussir. crnit
par exemtlle M. Rippler r6
dactcur en chel de la 'fTylirlhe
i(undschau.dans 'tlmosphe c
de guerrect ide ddliance quii
se rvcle a Paris.
) jAllemagne n'anandohn-
ne4' pas lA e,clihcin ohi elle
s'est engage pourt reconqii( -
rir la liberty et I'egalit par
des tr.oyens paciftqu1s. La
France croi 6l're assez forlk
aujourd hui pour arrl6er no-
tre developpement pacifique
et nous jeter dans de nou
veaux troubles.
v Elle pent nous faire du
mal, mais elle oiblie que ce
mal pet.t se ret rurnercoutre
ele, et que si la tendance
Poincar trioomphe, la confian
ce et I'enlenle honnmte seront
devenues de vaines paroles.

Us article de I a Gern aia
La catholique Germania, au
ton generalement si modern,
eat encore plus ambre que
1'organe officieux.
A Jnutile,dit-elle, de former
Iclyex deviant le fris tit; la
tAche des amis du rapproche-
;ment n'est pas facile en cc
inoment.
) Le nouveau rLgime Poin-
care marque dans ce rappro-
chement un temps d'arrdt.
SII est complelement faux,
coniime le fait une parlie de la
press franiaise, de reprosen-
ter le peiuple allemand com-
me animed'un desir de re-
vanche. Nous avons suffisam-
Iment conscience de la force


t6s. i.'Episcopat catholique nic
que des catholiques soient im-
pliqubs dans les dsordres rtvolu
tionnaires ou que des chefs ca-
tholiques aient l6 parumi les r6-
volutionnaires ex6cut6s A Leon.
L'attitude des 6vdques n'a pas
varied; ils refusent de sanction-
nertoute opposition armine A la
situation religieusc.


Use ins!lrrectirs des m'Islulans
en Albanie

BELGRADE On apprcnd
qa'une nouvelle r6volte des tri-
bus inusulnianes d'Albanie a
6clat6.L'insui action a tck provo
qu6e par ia condemnation do 6
insurgis qui ont pris part au der
nier movement contree gu-
vernement.


vi!ale (lli sl en nous l pourne
Ioint di'sesperer de notre ave-
n ir.
i Nous sonmmels uii peu ple
jecinc, et la jCunessest o)li-
niiste. La grande maijoritk du
Ipe'ple allemand est perstna
-l(;e (I('e no0us o)IVOIIs nous
reliever mc me dans la sittia-
lion qlui ristllpe de Il guerre
N Nous Ine le (clhlons pas,
nou1s allendons la lin iroc hai-
ne (li cntrn6e militlire ainsi
qu e e I'occupation de la deu-
xieme et de la troisi&iie zones
rhnlinanes.
) Nous cop*jkrons I'Wva
cualjon 0non settlement corn
me un aroit en vertti de I'ar
ticle 431 du trait CdeVersailes,
mais conmme In consequence
logique du traits de Locarno,
et come la codiiilion iindis-
pensable (1'un rapprochement
serieuxentreles ldeux Ipeuples.
II y a des concessions qu(
sont vraiment creatrices et
qui rapportent de|beaux pro-
fits. Si les dirigeants de la
France sont incapables de le
comprendre, il faudrail modi
fier la nomenclature internal
tionale. Ce ne seront plus les
Anglais, mais un people voi-
sin qui meritera le nom de
people de boutiquiers.
Si les Frar:ais attribuent
si peu d'iml)ortance an rap
prochement avec t'Allcmagne,
s'lls prfref t occpet ks pa1 ys
rh6nans jusquen 1930 et 1935
plutOt que d'echanger I'6va-
ciation anticipee contre des
advantages matriels et de ga-
gner lamtiti d'ua people de
70 millions d'Amt s taut pIis
pour eux. Le people allemand
n impose pas son amiti6 ).


Ia fortune des Ealts-Uais
WASHINGT(ON- La prcmii-
re inoitie de I'annLe fiscal s'est
termine pour la Tr sorerie par
un exc6dent de recettes de 2t .
279.!97 dollars centre 125.598.
300 pour la mcme Iperiodle de
i'aiinee pr6c6dcnte. Pendant I'an
n6c 1920 la dette publique a 6i
reduitc A 19.074.6I5.337. Le S6-
nat a vot6 les credits annuels
de I'Agriculture se montant A
128.59 1.589.
------ -

La Faire de Bordai ux
n3 OTIDEAUX Le comit6 de la
Foire a tenu son assemble gt-
nerale annuelle.la participation
de I'Espagne, de I'Argentine, de
la Colombic, du Mexique et des
Etats-Unis est escompt6e.


L'6piloque
SD'UNE'

escapade
D'r emplec de la Reyal Bhlk
of Canada
I'(n se rapl.elle sans doule
'que \es le miois d'()cobre d(
I ainne (le niiere, le jeune Marn
G(ouni', emplloyi 6A lIa IBanque
Io\'ale dcu C.aada oui il s'occu-
pail de lncauissenimetit des va-
leurs diposecs A Ia Caissed'&-
)prgie t.e l'luablisscment, avail
subrepticement quillt Porl-au-
Prince parlail pour la s1epubli-
que I)ominicaine en compagnie
d'une lille dominicaine qu'il
avail rencontree dans les dan-
cings en vogue.
Au depart du jeune homme,
on remarqua a a tanque du
Canada que certain competes
tenus par lui etaient inexacts. La
Police, aviske, commenla aussi-
161 ses iecherches.
On apprit bient6t que le jeune
employee de banque avait pass
la ironticre dans une auto mar-
que Cardillac conduite par un
chauffeur dominicain.
Le 30 Dlcembre 6coul le
m~me chauffeur repassa la fron-
tiire et vilt tranquillement de-
posC le jeune homnme au pose
de la gendarmeriee d'IlaTti de
Belladere. II do nmait profondd-
ment sous I'effet d'un puissant
narcolique qui lui avail ete ad-
ministr, a son insu.
11 fut aussil6t transport A
1'H6pital Gendral olu on lui pro-
digua les soins que n6cessi'ait
son etat.
II est encore a I'H6pital. Le
june home n'est Ag6 que de
17 ans, ce qui explique bien des
choses.
Nous ne savons pasquelle at-
titude va avoir la Banque du Ca-
nada et son direcleur dans cette
aufaire que nous suivrons atten-
tirvermt.


Au Senat

americain

Grals & %ab sur Ia prs ibilin et


sur la politigue extlrieure
du President :oolidje
WASHINGTON- Les d(bats
sur la prohibition out continue
aujourd'hui au Sunat et A la
Chanibre. Quelques minutes a-
pros I'ouverture, le Scnat adop-
ta la resolution du senateur Ed-
wards, d(mocrate du New-Jer-
sey, demaniant que le secretai-
re Mellon soumette au Senat tou
te la correspondence Cchang6e
entire la Tresorerie et IAntiso-
loon League en ce qui concern
I'empoisonnement de l'alcool in
dustriel. En mcme temps au mi-
lieu de vifs applaudissements la
Chambre 6coutait un discours
dans lequel le repr sentant M.
Derbill, republican de Massa-
chussets, d6mentait la declara-
tion faite par le representant
Celler, d6mocrate de New-York,
qui avait pretendu que les mem
bres du Congres buvaient et mi-
me buvaient avec exces.
Le president Coolidge a 6tl
critiquW aujourd'hui au Snat par
le senateur King, ddmocrate de
t'Utah, pour la semonce faite i
la press pour avoir critiqu la
politique exterieure du prIi-
dent.Le s6nateur a d*clar q il
lui avait 6te impossible de ,-
terminerquelle 6tait Ia politiue
exterieite de la nation, nmis
qu'il tait peu judicieux de ten-
ter de museler la press opu de
differer la discussion de la poli-
tiquc extlieUre.

Cir-ValriMit


CE SOIR
Pour la dernitre fois le a Grand
Secret -.- le. 2e, 3e Opirdes.
Enfr1.' : 0.50.


kr

L
I


i re fiL.


... a vu, hlier, bieii de genlils
visages niaussades el I r istes.
Cest que lier etail le Jour des
iois. Les belles (lemoiselles
avaient mis, scion la vieille cou-
tuIne, illn petit mirioir sous leur
oiciller el se sont enidoiries, !e
cuur palpilant de Le voir, entin.
Mais les beaux ... veux nIe I'ont
point vu; car, miessieurs les
iMelees Ihlanis que I'on volt A
I'lE)iplanie deviennenit de plus
en plus rares inimiie n songe.
Aujourd'hui c'est uine lieure A
peme qu'ils restent A chanter el,
Iiier, les Princes Charmanits ne
sont point venus reveiller les
Blelles-au-Bois-I)ornmatt. LI 'est
pour cela que NOTRE: (EIL 'voyVlt
luit de jolis iniuois boudeclrs.
lais, mesdemoiselles, patience.
'rout arrive, mnme un fianre.
t


*4
... a vu, mercredi soir, vers )
heures 1/2, tout prs du mer
cl6ture de la Hilliotlique
I'Amicale du lycee Potion
couple qui s'amusait, mais fI'r-
chement dans la demi-obscdrf
de ce petit coin solitaire.
Que voulc;-vous, avec la cise
des loyers, tout Ile moode ne
peut pus se payer un toit conju-
gal et alors on choisit Ie grand
ciel plein d'6toiles. On faith ce
qu'on peutet on prend sou bien
1I oi on Ie trouve.
*
... a vu, hier, un heureux ga-
gnant. Cest OdilonS. Villejoint.
11 a trouv6 dans un paquel de ci-
garettes Patriotes) de (iGbara
& Oi; un bon au N" 18 et le petit
bout de paper lui a value 200
gourdes qui lui ont el6 payes
rubis sur ongle.
II reste encore Ics numiros
13, 14, 16 et 20 qui doivent aussi
gagner 200 balls, pas cclles qui
tuenit, au contraire.
Les trouvera qui voudra, il
s'agit de ne funier que des..,
Patriotes.

... a vu, avallt-ILer, vers 10
iheures 1/2 du soir, a la rue Tra-
versiC-re, quarlier cnlmpris eiti e
lu (irud'iuce et la raie du Ciin-
tre, un galant It .. qui, a I'inslar
des troubadours deSeville et de
Naples, slationuait sous une fe-
atre et donnait une aubaT.C en
silllotant un air tenure. Mais la
lenetre rstait close ct la dulci-
un sans doute doruail I polngs
feln ms, latigue de n'entendre
que de belles processes sans
lendcmain.

Les disu r dou Fr Jvivieri I'lyskC
Opinion de la Presse alleniande
PARIS- )'apros une dpche
de Berlin, la Presse all1nmaide
comment les discourse di ler
Janvier de M. Dpuaiergue et du
Nonce Mgr Maglione iihsi'que
les declarations de M. Briand A
Ia Presse.
SLa Tae~glche Rundkau no-
tamment dit que Mg*agtone
a exprimi l approbation ar la
curie pontifcale de la I tique
depaix de M. Briand.He Insiste
tortement sur les eff brs d& la
France en vae de la paix ini-
vee lle et ajoute lue ?M.
Ir~and peut Iire un bon usage
de cette attitude du Saint-SEge.


I. eBrd vt Vaeru
PARIS- M. Briand cft rti
aujourd'hui pour la C6te d'oAur
ou ii va se reposerpendant quel-
ques jours.ile minstre des Afai
res etrang~rea a etC trs fatigue
par le lahir ineesant des dr-
niers moist, mais ana 6tat t'est
pas grave.


fLE NUMEIRO
. --


0


* '~M~me ANNI~tE NC 5993


A


4.. -. -


La mwasle Id gie hiNlumir, Iar
dh alleratliheq d rtm ea rrr1t i-
lies, iartke teujur, 'qlqut A
pas kats,Lirs ae perleciua pigs

grnTlGOT
TiIIOT


0 a


P aris rzar

i vour avez beazin de bhe.:x C1HALES, nuances va-
ries Jupoi.cuaidean empresses-vous
de paser .i


Paris-Bazar
Envoyez y vos portraits, ceux de vos amis, parents
etc, pgur agrtladIssement.- Prix tr6s moderes.


-
-j -"' i i _~_~~~_~_ ___~_ _____ ~_~ ___ ___ __~~=__~_ __


.I -- ,~p-------


. 4


rI




I


LE MATIN- 7 Janvier 1927


I Onbon oonsei :*
Vous qui travaillez, en r-
gnez.lCL'pargne est la garan-I
tie de l'avenir.



Polo
La finale de la partic de Polo
de dimanche dernier entire l'e-
quipe de la Brigade et de la
Gendarmerie se jouera diman-
che prochain A 3h. 1/2 sur le
terrain du Champ de Mars.
11 y aura ensuite un match en
5 parties entire I'tquipe de la
Brigade et une equipe civil.
Le public y est invite.

Rafle
D'ume anison <'la;le
Plusieurs de nos lecteurs nous
rient de lee renseigner sur une
afle d'une maison A stage sise
angle des rues Borgella et Pe-
tion, comprenant aussi plusieurs
lots en especcs et pour laquelle
5.(XX) billets ont etd imis au prix
de 5 gourdes le billet. e mirage
qui devait se fair le 2 Janvier
n'a pas eu lieu. Les porleurs de
Lillets s'en inquiWicnt.
Les organisateurs de cctte
rafle sont pri6s de renseigner.
Le President di Ila rItpubliqice
assisle a un entrainentle d!' polo
Avant-hier aprcs-iidi, le Pre6-
sident de lain epulique accom-
pagn6e dl'un otlicieri d'OrdInIan-
ce a fail une longue iproni-nade
en ville. Arrive au Champ (ic
Mars, le President de la Ripu-
blique descendit de sa voiture te
assist h une parlic d'enthraiie-
ment de polo.
Le Cdlef de l'llat part Wtre
tr6s intl6rss6 aux diverse pha-
ses du jeu.

Astbme
801ouhlment S Oufrtwli
ules..IO .i.."iPOUDI ESPIC
pur lo CISAh.. 1war POUDUB
as Vhmt jug Ia aE St ftUe H S a be ne
er signaturen J. sIPIC cur chaque cigarette.


Itadio (Conerl, Santion I 111
Port au Plrince, iaiti,
Vendredi 7 d&cembre 1927.
Programme
8.00 p. m.- Orchestre de jazz
du 2e Regiment : -- 1. NQo vus
IAchez pas centre moi.- 2 Moi
aussi.- 3, How could Red Ri-
ding Hood? 4, Deep Hen-
derson.
8.15 p. mn.- Lecture par le
Departement des Travaux Pu-
blics.
8.30 p.i m.- Chants par Mine
G. F. Freeman, accompagn6s
par Madame W. F. Place:
1, Still Wie Die Nacht ( B.hf).
2, Heart O'Mine (Victor Herbert .
3. Sea-Fog ( Cochrane ).
8.45 p. m.- Orchestre de jazz
du 2e R1giment:
1. Some One is Losing Suson.
2, Turkish Towel.
3, You Broke My Heart Over-
Night.
4. Tendrement.

L'anunbe 1927 sierra la fin
du holche isme iet ldu ascisme
pridil un astrologiue allemnand
Un astrologue allemand nomn-
in'd Iadetzky, qui jouit d'ulle
certain notoriete an lls es mi-
lieux d'outre-llin, elant doninm
qu'il avait predit la mort du
president Ebert et de Hugo Sin--
nes, ainsi que la deconfiture de
ce dernier, vient de publlir ses
prophtlies pour 1927 qu'il ap-
pelle l'aiiiie revolutionnaire.
Radetzky announce la suppres-
sion du corridor de D)antzig, la
fin du bolchevisme et aussi tdu
fascism. II announce divers at-
tentals sur des personnalit6s et
ajoute que la France ei I'Angle-
terre seront eprouvdes par d'6-
pouvantables raz-de-maree.


NA MTIONAL a HULOURh! c
M)s. F as ond,
0" 169 3 P

PENOULES Vt RVEI
.. nt. s AIt&" e* 1
Sc lot us .cofpt grtuie t nl
i ucd n As .dKo WonIt 1 .


Sa!lowatuion du Xonec pitiil a Paris
L'n commentaire d'n i journal
berlinois

Par cable frangais
~PARIS--Une dcp che de Ber-
lin announce que la u Tiegliche
Ruindusku ), organe oflicieux,
faith remarquer que ce n'est pas
sculement par hasard que Mgr
Maglione, nonce A Paris, a fait
ressortird ans son allocation du
premier de F'an les mnrites de la
France concernant la paix uni-
verselle.


La culture fran(aise
el rAm',rique Iri!ine
Par cable franqais
PARIS-- Le professeur Cuneo
(di la Facullt ie Mtdecine de
Paris 6voque dans ILe Petit
journall t I'accueil chaleureux
qu'il a requ en Colombie et au
\enti zu6a ct les manifestatiolis
francophiles des autoritls ct des
personnalit6s m6dicales et au-
tres. I constate que l'intluence
morale et le prestige de la cul-
ture franqaise dominant dans ces
pays, m a i s il souhaite que
tcurs relations tconomiques avec
la France se developpenl.
L- _1 -.... -I -. I
.Le oyag!le atmrien
dui inistre hritannique de rAir.
D).IASK ( Perse )- Sir Samuel
Hoare, ministry britannique de
I'Air ct lady Hoare oat falit au-
iourd'hni uine nouvellc lrapc de
50() miles tians leur vol d'At-
gleterre aux Indes. Partis de
Boluchir, ils sont arrives 5 Djask
sur la mer d'Orman.
--------- --- --


L



(
I
I
I

t


La barbe de Barbe-Bleue e
-----" cc "--

A apropos de la couleur de ( barbe-bleue qui les taisait
la barbe de Gilles de Ret:, le peur ). Mr Henri dc R6gnmer, qui
f/anwux t(h Brbe-Blcue de prlta son prcstigeux talent A
Perrault, nouB recevons cetle nar'rer le sixi'ime marriage de la I
Perrau nous reckons ce arbe-Bleue, le nomme le bi-
lettre que nous publions a, ec zarre et arbu Seigneur ,.
plaisir puisqu'elle( apporte de Une belle et grande voix et
nouveaux renseignementls lrIs autorisee, devait s'l6ever pour
interessants sur'la vie de ce comnbaltrc 'hypoth&sequi con-
terrible seigneur : sisle a assimilcr le Marchial de
iRais avec un riche Genlillhonmme
Port-au-Prince, (6 Janvier 1927 nomis e iaernard de Monlragoux 1
nourince ernardde Montragoux c
Mr le Directeur, ii, vers W.00.- (soil deux cent
Ii semble quc le pays breton, iix ans apres la pendaison du
don't Charles le Goffic a cliantc, cousin de Georges de la 'Trr-
avec un rare bonhcur, le char- moille). vivail princi6rement
me mysterieux, est avec ses sur ses terres de Compicgne et
landes d6sol6es, ses routes bor- Pierrifond. Immnns6menit riche,
d6es d'ajoncs et peuplecs de cal- son chateau; bali aux temps go-
vaires, la terre classique des thiques, en avait la rudesse. Les
legendes trancaises Et cell%, .e chambres r lenient ddcordes A I'l-
Barbe-Uleue y est, parait-il, talienne. Un cabinet, situ6 Li
tr6s vivace encore, puisqu'il est I'extremit de la galerie du rez-
question, de nos jours, d'un nou- de-chaussce, et don't un peintre
veau qui a repris la m6thode de de Florence avait represents sur
son devancier ( le mar6chal les nlurs des histoires tragiques
dyable ', en novant les rests de fences mrythologiques, etait
non calcines de ses lenmmns.c nd m le Cabinet des princes-
Comme vous avez to inlortun6es: il dev:lit fire le
comment, reproduit un passage tualheur dte Montragoux, que
de l'instructive conference de les habitants de la contrde (6-
Mr Auguste Dorchamn qui expli- signaient sons le nom de barbe-
que la nubite transformation de bleuc. Mais, ajoute d6licieuse-
rousse en blue de la barbe du ment France, sa barbe 6tait
Sir Gilles de Rais,je vous sou- blue parce quelle etait noire
mets quelquesnotes parses que et c'tait a Iorce detre noire
eai colligies pour la dileotion qu'elle tait blue. L'auteur dis-
de vos lecteurs. scrte A sa maniere, halileinent.
Les 6rudits et les savants qui sur ses sept marriages ct l'inno-
ont 6crit sur ce personnage center de dla mort tIrlgique de ses
inigmatique ne tombent pas six premieresos epouses. des lea.-
toujoursdaccord sur sa vrnita- mnes tmiiiraires, libertines, vi
ble personality. Les anti- cicuses...
qulres, dit Paul de Saint-Victor, Toul rscem:nent, Mr Emile
reconnaissent dans barbe-bleue Gabory. un conlemporain, a fait
un roi breton nomme Comorus, editer chez lPerrin & C', A Paris,
q uai tuit ses femmes que rssus- un bel ouvrage. La vie et la
dtait enauite saint Gildis. Ni mort de Gilles de Raiz, avec, en
J. K. Huysmans qui 6tudi dans sous-titre (dit A tort Barbe.
son roman 4-bas, les cas les Bleue ). C'est un livre de reh:s
plus curieux de dinono'qgie et bilitation, dan, lequel il came
de sorcellerie at qui a cdnstat6 en beauty celui qui devint Ma
r combien la legende de Ba:rbe- r4chal de France par le con-
bleue eat rest6e vivace en Ven- course de la Pucelle d'Orleans.
de., sur le.. ~inlns bretons ); Monsieur Gabory atfirme que
Ba lhne6ndictn ILobirwau, non I'assimilalion de Gilles de Rais
plusMonstrelet, qui paria en ses we: la I:irbl,-'eue ne saurait
Chroniques duSeigneur deRais, se soil ,eir ti il le prouv A I'ai
a moul noble hommne et tres de de nombreux doc unents
grand terren *, ne s'arretent, pu ises aux Archives de la Loire
propos de Gilles de Laval, a Iantrieure et qui % projettlit
cette particularit6 d'une barbe sur cette physionomie tragiqiue
azure. et touirntmite la lumiere de
Cependant, Charles Perrault I'histoire ).
n'est pas le seul A 6crile que Ir- RHalitk ou legende, les erudits
voisins et voisines de campa- que la question passionncnt se
gne osaient A pe pine ntrer mettrant-ils d'accord ?...
chez le Sire, en raison de cette Bieu votre, R. S.
af.


'inlerv mention dtis Elats-' nis
a'l .Nical'a'jra
WASHI [NGTO v--La resolution
Wheeler demandant le retrait
Ies forces aln'ricaines da Nica-
agtua sera dis'-utee demain A la
nomnission ies AfTfires trani-
gcres (lu Sinat. On aflirme nean
noins l I Maison Blanche que
e president Coolidge a I'inlen-
ion non sculement de protl6g-r
les vies et les biens des citoycns
ninricains au Nicaraguai m:us
iussi de sauvegarder les droi'is
appartenant au gouvernement
de Washington.
Le representant Fair Child,r6
publicain de New-York, a d6po-
se auiourd'hui une resolution de
mandant que la Chambre ap-
prouve sans restriction l'attitude
du gouverneinint amlnricain.L s
principaux intercts dece gouvtr
nement au Nicaragua resident
dans I'achat au prix de 3 mil-
lions de dollars d'un droit A la
construction d'un canal traver-
sant le pays et dans l'acquisi-
tion par traits de privileges pour
6tabiir une base navale dans le
golf de Fonseca sur la c6te oc-
cidentale. Les Etats-Unis n'ont
pas encore fait valoir ces droits,
mais l'Administration n'a pas
I'intention de les abandonner ;
les intrcts privs am "ricains
consistent princip.llement en en-
treprises de mines, bois, caif, riz
ct fruits.
. ... .. = I- - -_


Ailtoir dii tIra tie liosam:nie
BUCARIEST Le professeur
Nicolas Jorga,ancicn prccepteur
du prince Charles, est part pour
Paris cc martin, On announce otli-
ciellement que le but de son vo
yage est de fire des conf6ren-
ces annuelles A la Sorbonne.
Dans les milieux du palais on
croit toutefois qu'il a X6 charge
par le roi de voir le prince
Charles ct de faire les arrange-
nmets pour le retour de ce der-
nier en Roumanie.

Onvertnre des cemanieations
rnai t tphnai res tramtlnl ntiqces
IONDRES--I.c Directeur g6-
n6ral des p stes a anno'n-6 au-
iourd'hui que le service du svs-
teme radiot616phonique trannsat-
lantique sera overt le 7 Jan-
vier A 1 here 45, heure de Lon
dress (,8 h. 45 de New-York).

mdeaet aritin
BALTTMORE Do'e hornm-
mes environ mancuaient A l'ap
pel ce soir une heure apr6s une
explosion A hord du quatre mAts
franCais ARichelieu qui prenait
un chargement de goudrona un
quai du chemin die fer de Baiti
more and Ohio dans la baic de
Curtiss ; 5 des disparus itaieit
des membres de I'6quipage. Les
28 autres 6taient des ouvriers
des quais. Les six 6elves de la
marine franchise qui font partic
du personnel sont sains et saufs.


Aiis inmportlal
Le public est avis, qu'un ser-
vice postal entire" Santo-D)omlil-
o et Haiti sera etabli d6s same-
i prochain 9 Janvier 1927. Le
courier parlira de Por-au-Prin-
ce les samedi et mardi de cha-
quc semaine et passer jar Mi-
rebalais, Las Cahobas, omnen-
dador, San Juan de la Maguana,
Azua, Bani,San Cristobal et San-
to-Domingo capitale ).Il suivra
le mcme itincraire a son retour
de Santo-:)omingo poar sc ren-
dre a Po t-au-Prince les lundi
et jeudi tie chaque semaine.
Achete' votre ticket au Point
de depart A Port-au-Prince au
Gr nd H')tel de Fr iice,aux prix
de vingt dollars $ 20 par passa-
ger et de Treicnte-c-i I.135.0 (aller
aller et retomr.
Pour tis renseignem'!ntts :
s'adresser au Grand H' el dte
France.


MiURICE ETIENNE tils
Angle des Rues du Magasin dt
Etat et des Fronis-borts
Formes de chapeaux, der
niiire niode.
P~arluiueries dte routes mar
([qes Houtbigmnt, Pivert, etc.
Comiptoir de mercerie.
Ch:ltpean pour enfants,hom
mI's et dalimes.
Articles les plus fins A la
oort6ede toutes les bourses.

les beanx souels


A oelle qui est revenue
L'esprit tout pen~tr de beaux pressentimeals
J'ai cru, Ie revojant, renouer men polite
It retrluver seudain, cone d'autres amianis,
Dans up regain d :,uoi,.r la ioluple suprie ;

Dans la duce clialeur de nos embriasementl
J'evo u,meais en vaine melleur de moi-mmre;
(Quant mnes Ievres en [eu le mruurunt: Je I anlel
la conscience en pleur me dlis qe je le te mes!

iui.omalgre la splendeur constante de tes clarmes
Malgri tes cris d'amour, tes rires et tes larmi's,
Les temps des vrais Idsirs sout des temps revolhs,
It aos cars traslermis o6 court uae autre sie,
Impaissanls disrmais i rtssaisir ur rhe
Jusques a notre mort ne so cenuallront plus I
Charles GRAUDIOlGILN



Hamb rg Amerikm-Linie


Le steamer La rgosopartira
pour I'Europe 1' 7 janvier
pregnant du f.-e: et des passa-
gers.


Le ste:l r 1 ( 1 re t a ) e
attend le 11.1;anvcr avec cd
ir&t de 1 Europe.
OLOFFSON, LucAS & CO
Agents G6ndraux


st
lu


Mort du Viee-Prisident de In
Pana ia Line
Hier apres-midi, les pavil-
ions de tou!es les gc:ices des
Co:npagnies de 1n v i f a t i o n
ftnient en berne: c' est qu uit
cablogramme :arriv6 vers 2 hs
i Port-au Prinre unoin'li t 1:1
notuvellc (Ie la mort, survi'vn.'
iS New York, de M. Graig.
Vice-Prlsident die la Pi i;ama
Line.
Nous pr6sentons noi vives
condolences a 1 dislin IIg6 Co -
pitaine Thompson, I A,,ent GO
n6ral de la Panama Line en
Haiti.
------ ------ -

Manage
Mercredi 29Decembre A 6 hs.
du soir ut lieu dana les salons
de Madame Veuve Stiven Overt
le mari ige Civil de M idemoi-
selle'Lilie Overt avec Moisieur
Marcel Antoine. Les tkmnins
6taient du c6td de l'poaisc : Dr
Victor Laurenceau, Mr Antoine
Wainright et le Lieut. K6breau
DWvesin et du c6t6 de I'6-our :
M"Stlnio Vincent. Mr Jules Fai-
ne, M Christian Michaudi et Mr
Maurice OveCt.
Nos compliments aUl nou-
veaux epoux.


l 'Ache repliesentant du ( Courriep
N c OlO i Haltien s'etait bien gard6 d'en.
trer en action, parce que l'arlt'
Hier apres-midi ont eu lieu cle ( Un BAIN DE BOUFV)) avait i .
les funerailles de Mme Vve Du- diculis6 un certain proconsu
perval Abrahan, nee N6sida Du- fortement tolfre A Home.
feil Mirault. En Mai 1926, le successeur de
Sinceres condolbances a Mr ct M'Francceur incarcra pendaif
Mme Clement Abraham. Mr et vingt-deux jours Mr A. Henr '
Mine Ailred Abraham, Mr et quez pour delit d'outrage. Le re.
Mine Marc Abrahalm et aux Iau- porter iudigne du journal m-
tres parents. petits caractlres n'avait pas troI
v6 dans ce faith une machinalis
AI.S odieuse ourdie par des conifj
AIS res d6loyaux; le function'
Sweit (; n'rale de Transport plaignant jo-tissait de toute-I
Maritime A Vapeur faveur des petits-dieux.
Le steiimer ((Mont-Ccrvin)), Mais le public doit savoir a .
parti de 'adix le 29 D&ceni- le mercredi dix Novembrejai,
bre dernier est attend A Port je devais plaider une affable a
S1tribunal centre un client de Mif.
au-Prince vers le 15 de cc Henriquez et ce mme jour, cet
1l.IS. avocat etait une troisieme tois
11 repartira le meme jour sous la main-mise de la justice
pour (nuba. pour delit d'outrage. N'ayaQt eu
Po l-au-Princc, la 5 janvier aucun interet A proiter de si.
1927. luahon dans laquelle l se trout.
ESPI'NAS A n vail, je m'abstins formellement
i LESPIASAg de prendre detaut contre lui at,
Sjnsqu'A cette heure l'affaire est.
A VIS encore au r61e, fen appelle a In.
lo\atutI de Mlr Henriquez lui-
(erele Sportil de iar:ani e Mr He lui-
Same.li 8 Janvier 8.hs. 1/2 Non Monsieur le d6trac-
du soir; il naI-'a de la musi- leur.- je ne dirige pasle cabi-
que au (C:rle Sportil de Ma nelde MM" 'Thales JnJacques, je
riani. On dainseri. n'ai lamais etl non plus son Ia-
Le Comite stl hl.urIe Ix d'en socie, il lut mon adversaire tr6s
avis r les m'mres du Ceicle souvent au barreau. Cependant
et sei invites h Ilitue!s. 1ues relations d'amitik avec cet
Iv E COMvTr 1 honorable confrere datent de
Sr jIs Ic vilngt ans, elles ont tou-
a------- .Jtiors 0ctc des p)!uscordiales de*
BODB 0UCCSOn )s correctes: nous ne sommes
A vendre, une Fabrique de pas (e tempeirameut A trainer
Kola Moderne avec tous access tln con llot contre notre pro.
soires,2 bouclheuse. amt ricai- chain Ipoir en tirer bcpRfce. '
ncs, dose automatli;qu. cause. Ma petite clientele-- qui in-
Piroprictair eug:g- autirc- .quc que- -ci s r .ih- ,
m ritai. e grins- est acquire aux prix -:.
iment. celle grande confiaune que
A'Iresse : constamment inspire tent
KOLA P.'O. BOX 117. ma vie publique que daily
Port-au-Prince, Ic 6 janvier vie privie. Je ne suis do
1927 de celle cole oiu 'on en
'___ __ emploi de tous les moyenri .
On nolus prie de public alleindre le but convolt .
De la pudeur, j'en ai, catf o
LES tnujours pris la responsabilg.
de mes actes et quand un Tr-
m nSQ tamr se cache sous I'ano1u~C1
Al1 11sonq e pour essayer de nuire A n*Q
d .p ultation professionnelle,
dun envieux rais aucun effort pour c
u le connaltre; un tel fripo;
Dans une note ridicule parue au-dessous de mon dedails
dans l'dlition du 10 J)Dcembre FERNAND PARAPI
du C Courrier HaTlien n, un cor- avocat '. ,
respondent de circonstance pri6 du.bareau de.P9qhJe-P
tend que Me1 Alphonse Henri-
quCez a ttd incnrt.brr nnn, facili-


ter la tAche iA de. 'conlrres,,jq.o-
tammcnt a M, Fernafid Paradis.
r'avocat des sieurs Villanueva &
C" virtpellement en faillite.
Cette in:sinuation malhonnete,
- introduite A dessein (dans. une
affaire concernant plut6t, 'ordre
public,- merilerait tout simple-
ment mon mbpris, si,-- pouIn
des motifs d'ordre protessionneI,
- une mise au point ne s'impo-
sait pas.
Quand, au mois de Juin de
I'annee 1925, le Commissaire du
Gouvernement, Mr Emmanuel
IFrinceur, emprisonna pendan'
trois semaines M Alphonse Hlen-
riquez pour dlil d'outrage, le





briUant,
inaltrae.,
J** JB I^^B


V


Les coiffures herisses\I
et. chevees ot
Ja'quA r6cemment Ie wex cbv
pre-tisBnt un ptoblmamw aile
au o t fetmma donagot, s. e
cauy (ot Sekw appaeace., Tout aont
1#advtvou ftweoutmUHrt sam
bri aemna, mU he n xpouit py 9"m
roat*e. L'e6u re cadat al dm ts
atl rponmand et brlatimlsb
A p Su tacom Sm b a roft fIm
probl Ptftwalechevqxhlrie.
SM m ou d6color maintat
at qude langge.
Don'hmporteiUdlecfaonqft v
vue vcWm peiluer, ie Stacob
--.... Grat --n -a .
dSMrd Labom.ori. Inc.
113 Wet "th U&t, New Yort, .I U. A.
DnoYs-moCd Irru an chadDllon 0 eomb.


LA US5 ar= ;

INJECTION Ei
wA







qui calmetl do r

lsJfqA~rfsre^^"f


il
t:

5-4


1s- va ,
river la tfte eand
t ft p l.s s itle


ube, o"e
i mi- et dW uVp


eries (

ani ;

..n ...rT~l


a.-.


Chr
Yw. .tpsa


__ i_
--c'T---~. -- ~~ ~-E~----~--~IIIC __ ---


--


I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs