Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04357
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 12/30/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04357

Full Text



Clement Maqloire
DIRECTED R
358, RUE AMERICAINE 1358

'rELE O.NE N* 2242


2I6me ANNEIN N' 6882


PORT-AU-PRINCE (HAITI)


LUNDI 30 DECEMBER 191


LA DECLARATION
DU
resident de la Republique


|. UN PORKULb DR SALUT


Le President de la Ripubli-
"19 tout le monde le sait
*aIntenant, -- a faith lundi
rnier. devant un auditoire
compos6 des Secr6taires d'Etat
4t des Conseillers d'Etat, la d6-
laration que, pris en sa haute
oqualitd de Chef du gouverne-
ment, il n'entend donner son
patronage A aueune candida-
tore A la pr6sidence de la lh6-
publique.
(Cette declaration, qui est, il
'ut le dire, une note nou.
Velle dans I'ensemble de la si-
tuation politique, met fin, es-
pIrons-le du moins, A toutes
rumeurs de forme tendan-
cieuse dout voudraient s'ac
compagner cerlaines campa-
goes pr6sidentielles.
Le President de la R6publi-
que observe ainsi, au surplus,
attitude la plus digne et la
plus adequate A la situation,
attitude d'autant plus meri
tire que le premier Magistrat
de la R publique n'est pas
sans avoir certainemuntl
son sentiment particulier et
autoris6 sur la valeur respec-
tive des personna!ites qui peu-
vent pretendre A sa succes-
sion, parmi celles Egalemeat
honorables qui evolueat au-
tour de lui.
Cet ev6nement, car c'en
et uuo daus ct.ordre d'idecs.
fail un peu tomber dams It
domaine de opinionn pabli
que la pre6cc-Tpation de con
ilderer les chances, les po',si-
bilit6s et aussi les preteni. jns
des candidates n ventudls et e
dimeler, A titre purement hy-
pothetique, les pronostics le,
plus apparemment autorises.
C'est un jeu vague auquel
on peut se lbvrer sans danger
et qui occupe les loisirs at
plus d'un. 11 serait toutefas .
os6 de uous faire ici I'echo dce,


Aous exlrapons des journaux
des Etats-Lmns les informations
suiwantes concernant les inci
dents d'il y a quelques jours :

L'Enquete

en Haiti

line atvelle preposities de la con-
Milioe des affairs tIrtangres de
la Chambre
Service de Al'Associated Press )
WASHINGTON 16 d6combre. -
La commission des r6glements
de la Chambre a ajourne 'exa-
Ren de la resolution Porter
lendant A autoriser le pr6si-
dent h nommet une commis
ion chargE6 de faire une en-
igete surla situation en Haiti.
1lc a prtexte que a la me-
re etait vague et sans but
lris ).
La commission des afiaires
nag6res de la Chambre, a
Cmomande la creation d'une
mission de sept membres
pedant six mois, ferait
enqunte sur la situation
ieane el la politique ame-
SBne. Le president no nuie-
, it cett c mmissi.'!. ,
4* d6epartefent de0iat u a
%I0c6 aaujoa ihut' ie d'apt ,s
J. Rnssell, hlaut c m-
ainaira ambricain en Haiti,
Suttt etait tranquille daos I'le.
'14IGalveston* a et& envoy
te aeres-midi aux Gonalves
Shil reviendra A Port-au-
d' a lmaia atin.


r6sultats plus ou moins lan-
taisistes que les uns et les au
tres croient avoir dEji oble-
nus sur leur petit Echiquier
particulier.
Quoi4u'il>en doive etre,
nous pensions qu'il ya un crl-
terium que,' dans I'interet
meme do pays, les int6res-
sesteraientbien de ne pas per-
dre de vue: par interesscs
nous entendons les elecieurs
ar6sidentiels eventuels aussi
bien que les directeurs a un
litre quelconque de l'opinion.
Ce criterium, c'est la capacild
du chef futur de I'Etat, c'est-
ia-dire ies facteurs reunis que
repr6sentent )'a p ti t ud e,. le
temperament.l'habiletb etl'ex-
perience.
Ou counalt laucienue for-
mule du liueralisme haitien .
l t.e developpement doun nous
veaons defdiresuire le ter-
ine capacit6E, done son ve-
'ritable seus A cette tornule,
q|ui serait sans nul doute trop
restrictive si on n'y inpliquait
que la capacity cerebrale.
Elle a, au reste, cette for-
mule, I'avantage de n'exclure
Jans la latte future aucun in-
telie.tuel pouvant, au surplus,
se reclatner des autres ttii
huts qu e nous venous de
neutiouner somimairemuent;
ba larger -met douc tout le
,uoude a l'aise.
Du c6te da personnel bou-
vernetnealal, la.formule., ous
i csperous, ac sera pas perdue
de vue ni noyee dauas le flo
,d.s intetets rivers.
Au leademaia de la dela
ration que vient de laire le
President de la Republique,
ldie devient pour le Parti na-
tional Progressiste une bous-
^ol.dk


,.e e Wright* qui etait part
pour Haiti avec 500 hommrs
le renfort, mais qu'on avait
16vie vers la baie de Guanta-
uamo, Cuba, doit retoprner A
Hampton Roads vers le 20 de-
cembre. II est possible que
I'infanterie de marine retour-
ne A bord du aWrigkti mais
la decision finale appartient
au dEpartement d&htat.
IA calme renall.- Le couvre-les
eal smpprim6. ,
Port-au Prince, 16decembre.
Le couvre-feu qui etait en
vigueur depuis les echaflou-
rees survenues entire le trou-
pes et certain 61ements de la
population a 6t6 supprim6 au
jourd'hui. L'etat de siege sub-
siste, maim on pense que ce
u'est plus pour longtemps
Tout est est came dansl'ile,
c'est d'ailleurs ce qui a permis
de supprimer le couvre-feu.
A

La situation

en Haiti
l. i ver v tre chargE par
Cogres de ouRner use emsinios
d enqule
SmWice de rAssociated Prem
W 42il1NtiTON, 17 decembre.
-La Chaimbre va entreprendre
emain 'adoption d'une loi tai.
sant suit A la requ6te du prb-
sident Hoover pour la nowmin
Sion d'uue commisauoo d'enque
e en Haiti. Ele examinera ape
resolution revise en vue d'in-
vestigatlons sur I'etat de I'lle ef
la poihtque des Etats-Uais A sonI
'ise commission de 7, mem.


Dei nimere

heure
Ave ce movement exces
sil qu'il y a
A iA PARISIENNE
pen lent les derniers joors de
I'Ann6e, nous vous sugierons
l'Id6e de taire vos actiats tJe
Chaussures el Coitumes
dut nouveau Stock que cette
Maison vient (de recevoir.
LA PARtSIEAlIE
utrand'Ilue et Miracles
ingle Phone 200i.


bres sera nommwe pour fournir
un rapport le president dans
les six moais Ele recevrait aussi
ies instructions pour sounmeltre
des recommendations concern.
nant la poltique du gouverne-
ment.
M. Bankhead, democrate, re-
presentant de I'Albama, aurait
liiten ion de demander, en sk-
ance, tn amendment, A la reso.
lution p ur que la commission
soit obligee de communiquer
son rappor au Congres.
La situation n Haiti a encore
6t0 discuete t la Chambre au-
jourd'hui par les representants
Beedy, republican du Maine, et
Underhill, r6publicain du Mas-
sachuseits, qui ont attaqu6 les
;ecentes declarations du repr-
sentaut dbmocrate Huddleston.
Celumc a en tilct soulenu der-
niereinent que intervention
amiricaine dans tie etait a da-
loyale et injustifi6e A tout point
de vue v.
M. Beedy a d6clar6 qu 'inm-
lant r e de marine america ne
avait d'abord t6 envoybe dans
file A la requete des Franaeis
*. des A glais, elt qu'tll.- avait
rendu ua grand service en res-
taurant et maintenant lordre. 11
a conteshe la declaration de M.
Huddleston qui preted it que
l'lle etait occup6e i legalement.
Four M. Underhill aussi long-
temps qu'Hiaiti sera menace
par Its hors-la-loi lei troupes
amnricainesdoivent y etre main-
teuues.Les inlig&nes reconnais-
sent que leur vie et I1 u biens
woat saufs grAce oux troupes
amrnicaines.
Le brigadier g.6iniral Russell,
hau comm;ssaire ge6nral en
Haiati, a aitt savoir au d.parle-
ment d'Etat que In police a Port
au Prince et A Cap lHaitikn tail
entierenient A la charge de la
gendarmerie nationals, a l'ex
ception d'un post A Port au
Prince.
Le haul commissaire a indi
que que la situation dans la re
publique haitienne s'etait beau
coup amdlioree et qu'sn avail
supprime toute restriction A la
circulation nocturne.
k *


L'Enquete

,J Haitienne
Elie et vet*e par la Chambre des
Repr^mitamts
Service de de Associated Press
WASHINGTON, 18 dbcembre
.- La Chambre a vote une r6-
solution aulorisant le president
Hoover A nommer une commis-
sioq de sept membres pour etu-
diet la situation en Haiti pfen-
dant six mois; la resolution a
ete envoyee au Senat.
Le representant noir Oscar de
i'rest, republcam de A Illinois,
a prononc6 A la Chambre un
discourse en favour de la demand.
to du president Hoover concer-
nant 'I commission d'enquete
ea Haiti.
M. de Priest a pris la parole
spres que plusieurs democrats
eurent exprime leur opposition
A la politique americaine en
Haiti el apres que le repr.sen-
tant Moore, dutT ili" *a0,
cus6 le repr6nat fw,'as,, -epu-
blicain de Now-Tork,d'avoir in-
rodutt la question do races ddas
I aflaire. M. Fuih avail sagg6r6
qu'ua member, do la copmuau-
siona fat aa noir.
M. de Priest dit quoe l'aqaete
tie a commission aura une a-
fluence considerable parmi les
Haitioes.
Le repr6aentant de 'Illinois


AUJX CAVE -4S D'HAITl

Ainsi qu'onnB') vv'.daus notre *'irnmal. cetix IA:ii
iront MIJX AVS )*>IA!I r ie s'einbh-tcrorat ~s. 1t v aur~a
(de I'a-nisetn&nt non 'sculeinent la L portt~e. fie 'oumes Ics
hourso,. maiis p~wrtlt'ts Ics Ages. Les cnrawn 1 ronmveront
un-l to)hflOa intciligemument orgatiisee, des I'onpltoi s toti;
rujssvlt: d (e IbjnbOOTI. Lei zr ades personnes n fout paus
Oet otib:itee. WII son &-mi orciI-stre de taut premier ordre
edles (I iuserito Ij imlsoc biet av Iit luums la utwit. IKt to iit ccl
pour Ws ~peu d(e chosc.. X-ts .i sotumi-~snoui cerainsajuc(1w
persorinc,'i un n tliofalt sartotoii t lei ~i a n~mui s so ) BI f
rares, ne ucrucelte (JLcISOIision(w iqa-(Ide. i'sser wt 'I fJI' Ic
iala de its rLISng-6a bles...


IES dc 1TS .1 hiMaisoti


n'ont qu'un detaut.- C'est d'etre A bou march.


LOTERIE
Do l'Association desoeMembres du Corps
Enseignant et du Comlta6 Hatlen deo
l'Alliance Fran9alse.
Le prochain tirage de celti loterie est fix6 au,,Dimanche
29 0cembre1l929,.a 9 heures du mnatin,au Theatre Parisiana.
Le Comity administration est heureux d'aviser le public


que la
bre de
1 Gros
1 (C
1
2 ,
2 .


nonvelle repartition comportant un plus grand nom-
lots gagnants est la suivante :
lot ourdes 2,000 4 lots de 20 Gourdes 81
S 500 75 lots de 10 750
S 100U 2 Ap. du ler lot 23 Gdes 50
de 50 Gourdes 100 2 1 du 2e lot 20 ( 40
25 c 50' 21 du 3e lot 15 30


4 Lots se terminant par
ler lot Gourdes 10
45 lots se terminant par
du ler lot Gourdes 5.00


lecs 3 derniers chilres de
40,00
les 2 dernier chitlres
G. 225,00


CHEZ Frederic GAETJENS
ON TROUVERA
Des marchandises Iraiches de toutes lesqualilts tant din;s
sa maison de I otumerce de la rue Roux que dans son ipi-
cerie de I'Avenue des Dalles.
N'oublie pas non plus qu'on trouvera, dans les dcux
maisous a occasion des Fdlcs Je NOEL et du Jour de
L'An des liqueurs exqnises faites par Mine Gaetjens elle m6
me et don't la reputation 'est plus A fire.
On frouvera oussi des liqueurs 6trang6res. Ceux qui ont
des fillculs et par cons&luent des eIrennes durables i don-
ner, trouvtront dans les deux maisons de Fr6deric Gaelt
iens des Chevaux de toute beauty.


est, ajou'a-t-il, I.6Es heureux ,le
voir a les membres de la mino-
ri6e s'occuper avec sollicitude
de la situation des noirs en Hai-
ti ). ( Je souhaite, dit il, qu'ils
agissent de, mine envers les
noirs dles Etals Unis .
M. :/ ndr6 Chevalier,
Condidat A la prisideusn
'ort-au-Prince, 18 d6cembre.
Haiti tant gene~ralement cal.
me, on s'oucupe maintenanit de
I'election prcsidentielle du mois
d'avril.
M. Andi6 Chevalirr, ancun
directeur des postes, est le pre-
mier A announcer sa candidatu-
re ; il s'engage A laire des rlor-
nies et A observer ls obliga-
tions du trait.
Le part de l'opposition s'est
6mu des rumeurs persistantes
annoncant qu le epresdent Bor-
no apporterait des modifica-
tions au Conseil d'Etat qui eli-
rait le president.
Les chots de ce parti decla
rent que si la composition du
Conseil d'Etat est modiflee par
le president pour contr6ler la
nomination de son successeur,
il en resultera des desordres et
de I'agitation jusqu'A ce que les
Chambres 16gislatives silent re-
constitutes.
Toutes les ecoles vont vrai-
semblablement rouvrir A Is fin
des vacancesi; il en rcsultera
ane iolmn.iM excellence sur la
trauquilltit du pays.


1..* r~oopuqu au aia ls
*at .rO~yA.
La r6ccptign uiqwdevvit avoir
lieu au Palais Nationalilei
Mardi 31 Ditcembre de 5 h.
A 7 heures a 6t renvoyi-e
an sam~edi 18~ janvierAjdame
Burno dtutan Inopeu slout
ifrnte..'


Gr'ande f6te do Charit6
au profit des enfants
n6cessiteux.
Sous Ie haut patrounage
de Son Exce lence le Presi-
(dent della R6publique et de
la Commission Communale
de cette Ville, aura lieu, dans
la cour du Lyvce Petion, le
Dimanche 5 jaunvier 1930, 6
3 heures p.m. una grande I`t
de charity au profit des en-
fants n6cessiteux.


Bailey's

Beach
EST REBBUSCIT I I1
Le public apprendra certai-
nement avec plaisir que
BalleyO*Boach, promena-
de de predilection des Port..mu
Princiens, est ressuscii6.
-U-..

Colonie

SFrangaise

Un banquet sera oflert par
la Colojie Francaise au Com-
mandant el oficiers de I'Av.so
Frainais Antar6s, je lund,
6 janvier 1930. 20 hiu res a
SEA SIDk INS.
L.es Frangais et protels
tranqais et leur families qui
d6eircnty participcr sont pries
de vouloir bien s'adresser
avani le 3 janvier 1930 au soir
d A. Georges de Lespan;sse,.
son bureau co vilit oe 9 bre .
a midi.
Costume blanc.


0olr1 il


bI 0s3que les dCLux chautleurs mat-
lieureux icur en eurei al WheI
coi diale demand.


1'


Pour juger des eh.ses qraiides
ti balles ii fail urnt Amv d inOmc ; I
nIlremeui, seas leer altribeems le
EOATAWNE


"-------4


a vu, commenli un M~en-

;t~v('i de. t1 .1 pa a [)iftlollpeul
tioulter ift- ticience de sim.
j)!v 1(tit v(ILI tiabuoal- te paix
J, 4t CpI)I:1ISlt icIon Nord. IHap.
B ~ lk'ordi c, lj 1ots hugiij
ptisistie hits !,,)it attitude ia ro-
;:oe. Alw's Nomii. I CII.Vii Com-
aunt ut ICetC ~eIL, Juge qui
oa si a sg.q,-Iit (I asser pa'ocis-
vt hal Ii do dcii. Le ds6feaseur do
c i vt yr et (irt, I'rpleltin est en
unii de rilkchur maintenant
ziu, N ai~iteticP -N itional sur les
il quervdiiir: qiuli y a A man.
quer 'ad "IOillJuge d.o Iat
valCLI tam tiet I c i crgi.e dui Ju g
tie Pa ix d lit Svelian No 'd do

X*WI T dk aams les pai-terres
Is a l.'rsIolellittie l outes
CIINia,'C LUIIH. s NMI 1')Lt I'Cileini l-
'.atte auais I1 i-.tqito tuvent
itim Ju If'~le d iut I,, p)UrI dtm ut
huWSk. \ e Lim c qt trisic No-.
lUIL (E. a. Vcf t i(III cC e wrt no
I CSI 0 ei. c )I !Ca~ S Obbs, et
Icis fIiossbv, IV%,hi taalise.
tio s aais ics thu b. rrek C est
till eduikcwatru/B li j)Ctucl de
'ajtim ci de veolour's li rappelle
le Vers du pock htaltien IDatio-
de~s Vieuix:
Wu int MW171111?
0s a Sus t~sJeudi sil.
:t )(.II.ct&1 ,Ilte voliilre, au
Ch.ii np-de M aias. in alout0111les
Fi'ilttt tts. LiI c it. tujoigtait quel-
(lilt'sSescouutcs r NIS ~ilsit
p).1tt11-itci. No-i'it LE(.l, u. (ltag
oliservait dt-pli des joui lS a1
1(5 JOUF IS 10,1 -ls lIS ati-deSSUS
die Im capote, coltmv t' et tnt ido
Ca qi jii avait pou sUim jUs'
q]Ut. d~auui Ia toatlut'. \Iais 1 cut
tutlite pour ts Ir~a s. Iitine wit
quaisi rico :queicitiactpauvres
baiseirs,,dcs 1)I ssion-it:t macinifs.
tics -cgaids amoiuiIs parl' a To-
lUIJWt. colitanac ls setiaia otdiri-
VC is B rBliot- V ili, sur la
Bawid. Luai clt ctt ie t I1*1
criit el all lictu (IC la r~cukeffer
comm lii icciIlee SO&)U 111i t liBtu-
tjlielin m e l ci (IC 0111B o l[t'le s ta u e,
11 Iu pi-ps Utjt0jO~ outI sIitt pl' uent
de ri'dkscend ac. Li to d(litutollie-
ttICIt Out '. IIt C0oti1leittD'din-
a vai ti ps compiit's ecoi-te i s deb-
CeitdiricauiVerls 'ort'-ali-PriiiiC et
it l Ia tctosia 1`q(uVcIqcS inetresde
citlez, cite. Est ellk i)tIonde, brunet
00 ro Us se? dz-iiaaudez-vous.
No-ruka. EAle Ic ,ait, utais no to
dmla pas cte lotos Au mnoins.
cite, serta-t-elle Bk ui'euse, lieu-
IT'eticde ceie c nasc iedo scr-6-
jiion du it r( go a d qua na jamais
fie tjutttidiscrut eclivioUF!er.
a v'u, A~ I alike des PalltierN
C11 lait-(ILItPalais de Ia Prtsi-
deuce, trois petit~ s. ica squi
S cllitaiiticl fltat icO LC.tlS eteuL
j)Cut-or enCit ciard, car, toutes
lawls,cites coo uraaet,et de tonties
la force de leurs petits jarrets.
A un moment doim Neune d'el-
les,- Ila plus petite de tailie bo-
Ba couitre unie pattale et rout.
paisbinic1. -ses-ula dO reverse


~L ----. --- --


- -----~


-I --`~-- ----- --- --


I I I I I I II I r -


I


I


I








LE MA'IIN- 30 Decembre 1929


~'qa,'. ______


PIVER

PAR I S


F;
M 4~h




r.
4,


I -
V


Lu I.


Z- TI-- --M


AI )OPTI


Huile de Bonne Qua
Poi ll" ,t',;ti !c' s ;iics ()
de it ', r is itiu i"s
chines :i ciOndIr, les pi
grapes. 1<; spjiratemnsi
ventilate ir.- lctlri uvics
m aching i r'. I'-, s
res, les 'l1i ri.ic 1 I'es
rous, t i '. i! It l Ia o'%mir
d'eni|)]< \'''r ,'I, I 'lI mile (dc
ne (it i 'l t 1 iio irs L
iniqu
L,'hin ,' ;i li'ni t ir ct
totjo r, c'h n .
I. hai: I I -O( ) t
bonin t i .qi:il'.


La Cfill~rl

de FiiiAvit'ialen, 'a~ 101

I la G rli n'I rhie.dr

Le P 20 (1(il tl ucibre ctint'Iejeu -
(IAe hil~le y a ( inndlamltails,
ILI iii aImIoolW eS-.1II 10 I de ab-tt
ata' Omr'i.l' c'. I Ovte PeX, p
p1( I b dI; y i li u n e a
qu' IIC ii *'e: im(i nomludean a t
I gnifiq.ue (( Fiat )). tclhappt du
j\Alticaia, cl~c'lom'ilt pictisetlilct Ial
tint'sse 'dr son tibj l i si c eSdCi Iotl..a
11lii,111m011li vec Ic t 'ste de Ia
( lillohcltt'iC'.Mgs' I 0 Golliat' a
Sotilit. letfiitoit'llie 22 d([cvlm-
Il C, '01119ii1110 IIO V' Ce I Lt tC
Intmi. I I a Ilaifl, 111010 et' pat-
I;m (1i11 u py acIlu si plemii
I fllo' It"I (10C ~lC Oelm poor
flois sa g~ommcumse hisloire, qu'e

divne es'est, .iu course ok's
RZ ages, 11"e h':11' i AtIlilo rt i I'CoC 011 iii
la d01U.'at ilttl ble (A Ia plub
bie idak. ivi' dt.jymlI stl i:co
b soilllesIc : JC' jtc aI a;.e

Atalcum ,SACI C d -.ts mInis till
k N al'., aizd~l A ot 'i r s, tier i~it
( il(0 Iuese, u, daics tH w sc-barc

ei't ji(~ idi'' :ues se Siucce-
r-dent e sci'iX:.liiitict en on tout


1) (m*%


C 'tI Ct.


G.in-One
%u,, mwit I % Nfiv lu/bll

bliEmp(.' Ic i Itm\)\ L'lhI)OV

tinctt
tallides (, I'Itct P 1 1 '
peiiet ii iVt'4 t llt ;iL'I Ii'


les pot c, &I mel rmi

rooi I I .


)oul, t im't10V0 ( I l(.1 8 lI,

tea !C.%SMs 'A;Ct'"i-it T o W
peintc:.
EaN caite tlanticIi.'S ;I m i X6-:i
lories, I1, hi' l-'Ciisaa-
murcric i tICs ttlua43 -tS, (il
flacons J,- ritts ''t'di(I'IitS
en btureltc'..



g cti-111w l



T'I I OIT -I)V

k U. S.A.
Itepresentl~ii m 11-1111I P111,V
J. 1). MA X WE. ,LLA. Go.


mmli posamit tim111+uellx, (Jul,
N il(: I p\ 1*, C C 1ililie
vot i'5 ~ ..P I Ut A' )1CI.-
lemitue!I
tCeAW.;I011-1,-tOiS, -a iniS ICe I Curs,
kVfhS paciatfi i, Si VOUS mu'elm
tI'.y( i, Ic icnillO de Ia catll'e-
iltativ' cula x'.udm'a aniux, t
pour vou.'0L15 t pour-..lIcpauvt'

SUliroit('qucu 'b" suism

txc me IO scitih!i4' ill~iti. s i-
p0., i;', C-'II, VOatl41ILiZ tOLIS Ia,,
l)L a di', 11115 It inincumsc toule
(Jul t id dc Ulc IiCtajes-
tteUeus ~gIi Si.' Ilt li0~itatmIC
Co ilii t.ile o I, vollsit Sa~z Iou i vu
vt twi t '.1eodmi ...
12C 1 A11 ip. A Voi )US auis1 sa n s dou -
it, ? iLe Iirtims0mii1 t oincm des
tinidmem's i 0t(s milliners de per-
hunili's ciltast'ei IA depuis 10
lieur i~e, tC i USsi 1p01l Iqui. tlie
dtrai-P pas 'id''oth)(uef~l
AU OVIMUotS, aLI.'imy nuL
U110 1, mc. ts-,e que Ia poli-
CC ICIt.1 blit i, Liii. i 0tre t'C 8iin ,
( ca ti !, du "Llifmmil lieu, C, [out-
hIi c i~tqimckpiqc hu la voix du
p! cd III, Cit. CL. a peti pour-
[aill, Ie silence s'ec-t tail. Yliipu,
niior'., gofItter une lois tie pilu.,
1%, chat l" (tii iL "Cmli St touc ha ili
tlans si divine siniplicitt' de Ih
le It-vomis liratiqoes q i Ien a I
Gte .(.~~ MjWCua .tmil-or de
Port- vI c (ti *It :voulo,
pod! 0'I: ry long. r6-
SWI*cl C, Jcu.lsvamiles:
au divin aflant qui vient die
nal'ine, tious devotis : Linl tribal
dadoraliomi, car d es' ioo


stoutire et nivurtir
i,.I, out ,(CI Luilt' tam dclix Vance.
Nn~I '"'oI Ch'aim iw le Rdomite ur.o


A l'occasion de I'an niversaire
de/a 1 mo.rl de' PI. 1ltn : FIu :I)ElIl-
( t':;, nous yeproduisons celle
e(.rcCele(nIc page oh 'rtdhi ic .lar
cclin campe magnifiqtemenli
I /ht/siononmc ie dit d
PIElillE FIH llEIltUIE
I IIIPA101A L..



11 y a desgens,- ils sontsou
vent seulk a ne pas le voir-
qui out sur le visage tn masque
que la ri'alite d6ment aissement :
un pollron affectera des airs de
l)ravache, un timide prendra
une attitude decide, un suffi-
sant adoptera une mine dou-
cereuse, un songe creux por-
tera sa Ite en Saint Sacrement,
et surtout 6 surlout de faux
patriots, A hine basse et v4-
nale, se mueront, selon la sai-
son, en incorruptibles...
Ces gnris-1 out en restant
dangereux, ne sont guere indA
chltliables, car 1i ne laut pas
grand temps pour les dinas-1
quer. Mais il y a des caract6res
qui sont reellement ce que Dieu
les a fails : imp6tueux, farou-
chies, franchement, loyalemen,
sectaires 11 faut leur reconnat re,
A coat d(i final qu'ilspeuventd6-
claiincher, I e mrite de la sinc6-
rit. Ce mal nie tombe pas ex-
clusivcmient stir leurs adver-
saLit, pa' 'is aussi sur leur
pro we parti,et le plus souvent,
sur Oeux-ta6mes, tel ltu Pierre
lFrtJriqLque.
Ni ne la't plus sincere que
cet h )nine. Et pourtant qui a
eprotve plus de deception, qui
a eu une destien6e plus miserable,
qui a plus lentement agonise
sur le ra:lillon, semen de durs
ca;iloux, de la press ind6pen-
dante I...
V-outr avoir traduit dans son
journal le sentiment national,
lors d'uni affront inflge par une
puissance etrangcre, il n'6chap-
p)a qu par miracle A la fusillade,
ayant oubliW que dans ce cas il
taut toujours uae victim expia-
toire et que la force qu'on ne
peui deployed centre l'insulteur
on la centu|ple A l'6gard du con-
ciloyen qui ose soutenir qu'un
ciachat au visage nest pas un
sigiu d honneur... Plus lard, il
conmbattit, il renversa uu gou-
vesrnementl qui ne r6altsait pas
01on idal: ))un des premiers ges.
tes du nouveau regime fut de
I'emipri.ontier arin qu'il ne con-
la minti pas ses confIr recs, et on
tie le mit en liberte que lorsqu'on
cut la preuve qu'll navait plus
que quelques jours A vivre.
Dlveinard, il le lut compl6te-
ment. Ceux qui l'ont connu af-
firment qu'il ne regrettait rien
de sa destine: ni plaintes, ni
rtcriinnations. II elait content
d avoir souftert pour sa convic-
tion, et it n cut pas change, as-
sure-l-on, sot. sort contre celui
du chefd'Etat qui le fit mourir.
Ce martyr de la politique 6tait
au lfod un parfait illumin6.
Mais it fut vraiment dans son
r6le lors de la preparation du
centenaire de I'lndependance
du pays. Sa foi d'ap6tre eut I'oc-
casion de s'affirmer sans soule-
ver entire ses concitoyens do
divisions, des rancunes de par-
tis et de sectes. II eut Ate une
sorte. Tyrt6e qui aurait r6veille
les ames assoupies s'dl tait pos-
sible de galvaniser cetle chose A
jamais morte: le souvenir du
passe.
Ua est tented parfois d'Etablir
tjuique comparatson entre la
foigue de Pierre FredEnrque et
celle de Joseph Janvier. Sans
doute ces deux intelligence se
valent dans lenur allure prime.


tV.


lures qul aemeure; avait prise du foyen, et qu'en tant d'appliquer aux proa .
Elle arrte la demaugeaison definitive tout 6tait A recom- qui m'etaieut soumis les
du cuir chevelu et rend les mencer, vu que la vente intdres- cipes les plus desinter
cheveux doux et souples. sait plus Mr Mayard que le Dr de Justice et d'equite, 1pr0'
En vente danos toutes les Hyson. Voila, ce me semble, dent de sections, je re
pharmacies. Seulement pour des explications bien simples publiquement les elges
0,30 centimes par poste direct. qui d6montreraient mon entire plaideurs. Et je sase pi
eminent. bonne toi et permettraient au.
EXELENTO, MEtDICINM Conseil Supdrieur de la Magis- rappeler quo fe Me a
CO'4PNY trature d'adopter uone solution bourg Cauvin, ce grand
AOLANTA, GEORIA US quotable L.... Mais, devant ce rist, me disait solvent
ArLANTAv GEORA U.S.A.pur Conseil, je subis on assault de 6tt tojounrs A& raise
Agents demands pour tons questions sur la plaidoirie taile soutenir mies dcsioas e
pays devant moi, la nature du r6ter, station, je mmeo qu'il *10
n. -7r .nseignements les circonstances de la remise it ,,ours Wacile
des pieces et de l'ordoQrnance, lea attaquer et de lea
seuti6re. LA sarr6tent cepen la validitA de la dite ordon- cases attaquer a t e
dant I'analogie: Joseph Janvier, nance, des prcisionsdh casser.Mais les temps
qui s'etait assimilI la culture et de minutes, etc.. toutes cho plus les mmes... et
moderne dans sa plus large me-. es auxquelles je nem'attenda^s demanded. en songeaast
sure, fut on tavorisE du sort. pas et qui, pour la plupart, ne ce que j'ai fait, ces jorsG
Pierre Frederique en ful la vic- pouvaient pas &re expli u6s s6s, pr laisser la Magi ,,
time dans toute son extra6mtA. sur le-champ, vu qu j31 n tais ture, si mes efforts dalnt
mais ce fut on caract're. plus en posscssio- des pieces sen n'oot etn vainLS,
Fr6d4ric MARCELIN. de I aflaire et que je ne pouvois j our pgetLtre d'Appliq


w I -I-- -- in-


PA G E-2


I A.-,


2i,~U


t' ""


. CI


Le Monde MA JUSTIFICATION
Deull.-
Vt ndredi soir, A 5 heures, est
d6c6die Jeannine Barthelemy Le lndi, deux d6cembre co- ps e rapper et pri
BarthleMry.-t de Mme Fnelon rant, tai d en sige pour ce moment,ertaine irons.
L'enterrement a eu lieu same.ouvrir I'audience correction- dances y relatives. L'bsence diu
Sa nelle, quand Me Leon Liautaud Doyen, expliquai.je, 6tait re
rdi apr6s idi, 4 here' la Ca et Elie Janvier m'abordkrent ot grettable. Chest do luiqu e.
Condolances aux pa ren s anioncrent qe io venSis nais ma dElfgation. I pourrait
6prouv si u ure l d'Ore dgupar Ie Doyen dut appuyer res explications. Rieva
roeman. dTribunal pour entendre un r6- de tout vei ne lut consider par
.frA entire le l)r Hyson et M. R. le Conseil Sup#rieurde la j.
brouard, puts m en demand6- gistrature. Je comprise quon
S rent le renvoi au lendemain.',En agissit A dessein pour mobli.

Piraison de L'audition de quelques ger A Ia violence et en prendre
t6moins trartgers qui devaient pr6texte pour decider conlrf.
Wtre assists d'un interpr~te-jur, moi. Je cofbservai tout mnon
A celle audience correctionnelle, sang-froid, et j'en arnivai mAme,
A l'occasion du Nouvel An. et surlout de ma grande d6bi- 6cartant toute question de droit,
grande matin6e de gala, mer- litR dde au surmenage de torte et pour dissiper toute 4quivoe.
credit ler Jar vier A 4 heures mon activity, j'acc6dai au desir que, A diclarer que, puisque
pr6cises du soir: des dits avocats. Un instant javas commit uneerreur,l16
praises du sit: aprs, Me Lnlio Malebranche, tais pr6t A la r6parer. On nrehuo
M h l avocat de Mr Brouard, vint, q6 aucun compete de cette d claro.
M iche son tour, me taire part de la tion et je recevais d'u l'assa&n
S t d6l nation du Doyen, en ajou- do nouvelles questions et insi.
Srofot tant quo ela nature du rAt6r6 ne nations.
permettait pas qu'on le renvo-
lesn t premises parties. yAt. Je r~pondis que j'avais de- L attitude ds Cummissaire
ntr6e2: 10.0) ; Balcon: 1.50 1A dcidA de d nentendre le ref re du Gouvernement 6tonUm s
A 8 IIEURES que le lendemain.Me Malebran- beaucoup de geos. Arthur D.
Venez voir Koline, venez vous che m'avait A pine laissd que Rameau a toulours 6t6 m=n
Egayer avec : le Greflier en Chet du Tribunal ami. Et is sons nombru
vint me dire, de la part du Do- ami. Et osbsogt nombreud
0i0.00 rS. yen, qu'al y avait n6cessite de ceux qui savent A quel point
S p)roceder A Iaudition de I'aflaire, cet homme,en certaines occa.
PAR \OIS. AI issue de I'audience correc- sions, s'est intbress it mon
8 parties de lou rire. ionnelle. Je rbpliquais au Gret. sort. Mais je tais la part des.
Entre '. 1, 2 el 3 parties, tier que je me proposals de voir circonstances, en retenant
LE 2 .1 \kNVIER *e Doyen qand celui-ci se pr6- l'embarras du Commissaire
A 4 heures : senla pour m'exp iqu'r que, s'a Raimeau qui, avec regret, dit-
gissant d un rEter6 su une ex6- il, tait oblige de demander
M ichel caution qui devait se fire le jour applicationn d'une peine di,-
m6me, la demand 6tant de pure ciplinaire centre nmoi, en s'en
S1(1 1 chicane, et que lii, le Doyen, remettant a la sagesse des
Oft OGOTI ayant des rai ons pour ne pos Juges. S, aps hesitation, id
(FIN) vandnait de bler vouaire, le rero- requit la pine de deux moist
LA q lHEUelanS placer et de decider sans aui de suspension, c'est qu'il y fut
Le film rede nd cun renvoi. Je ds accepted, et invite par le President du
el -, ,le Doyen alla avertir les avocats Conseil.Je doisrdonce6tre as.
Le 101 desparties.-Al'issuedemonau- sez philosophy pour com-
dience correctionnelle, assist prendre que Rameau, ttnt
du ir ue 'un commis-greflier, entendis, dana le secret des dieux, sa-
ud 1( 1rq e ces avocats dans le d6veloppe- vait que tout Etaitid6ji dEcide
Avec Max Linder. meet de leurs moyens, et, a une contre moi et que mon here
Aftl que les parents puissent here de l aprA~-madi, je'lassais d'ept eves avait soun.- 'est
amener leurs enlants i'entre: le Tribunal.... Je dtcidai, en re-ouro, aat6 imbu des
rera : 1, 2 et 3 gourdes. jetant la demand du Dr Hyson, ourquoi, ayan t eta imbe des
er...... es. en accordant I'ex~cution sur m-m souferances morales de Ra-
nuto de mon ordonnance, en meau lors de laflaire de la
L a 'comwettlant un huimasier pour en Commission des RUclama-
Le~gatO1laire la communication au no- tions, je sle lui ai rappel6 dana
Ltaire qui avait reVu I'opposition ma lettre a n a Nouvelliste l,
de France du demandeur et, ensuits, le come pour expliquer ue,
dep6t au grefle. dans ce monde, chacun doit
A l'occasion du Nouvel An. Au sujet de cotte decision, une avoir son tot d'amertumes,
le Ministry de France sera plainte fut tormule centre moi, Le Lonseil So prieur de la
heureux de recevoir a la L6- parce que, avais-je appris, je Magistrature a decide, depas-
gation les Frangais, proteges n',u ais pas dtI en ordonner laMa tatre moap
ran(ais, amis de la France communcationau notaire avant ,nn, de quatre mois, la pine
et leur tiamilles le ler Jan- d'en avoir lait laire le d6pst an equise par le&Minibtere pu-
vier 1930ldeur 10fi es le t 1an- Grefle, el, avais-je aussi appris, blic. On peat se demander,
er 1930 de 10 heures 10 utit pratique de cette plainte daa hypothse mmde
hcures et demie. 6tait de faire tomber la vente A reconnaissance d'une infor-
liquelle s't st empress do pro- malite mise a ma charge, el,
A c6der le no'aire qua a, dis-on, vu ma declaration d'accepter,
Sla bt' adjug, rlmmeuble au prix de de bonne toi, I'erreur repro-
Pour a c Ua e quinze cents dollars, malgre le ch6o, si orreur il y a ea,come-
DE LA long intervalle de temps entire ment, daqs cette simple que-
CHEVELURE la communication, A lui fadte, de tion,s jaipu encourir, pour lI
de l'ordonnance (5 heures de penoi, pus
I'apr6s-midi ) et I heure flxie premiere tois, le maximuS
pour la reception des encheres de la suspension. Mon man.
( 9 heures du matin ).- Dans dat devait prendre tin daWs
ces conditions, je me proposals quatre mois. et ona prononfc
i d'expliquer au Conseil Supe- une suspension excedantcetew
i neur de la Magistrature, avec limite ; n etait-ce pas uue 1*
*; .*.,- forces relerences,quej'avaispar- con bien elegante de me de-
JlAaitement le droit d'ordonner manner ma demission ?
>3 le dep6t an Grefle, apr^s comr. Et pourtant je n'6tais p0'
B munication au notaire, de lor- mauvais juge qu
donnance par 1,aissier audien- .o n i a ais je q*r
Suivez les traces de Gladys cier commis A cet eflet, et qu'A voudrait le aire accrol
May, actrice pleine d'entrain celt egard aucune taute ne pou. lon pass6,dans la judicatBrl
dans a Shuftlin Sam de l'Ala vait m'6tre reprochee. Ensuite, plaide en ma faveur. Par da-
bt)ama qi dil qu'ellea trouvE allais-je encore expliquer, etant pdche telegraphique adresTM
l'Exelento la plus delicieuse donn6 que j'avais laiss6 ouverte a ;eremie, ter le president
pommade pour les cheveux la voiede reler6 A MrC. Mayard, Dartiguenave me fit l'oft
qu'elle ait jamais employee 6galement interessE, et que je d'dtre Juge au Tribunal dAPr
l i aa e partageais le point de ve des pel de PorLt-au-Prince,que son
L I piaig'aants sur l'empressement ouvernement venait decrEf.
xe e H o 1du notaire A proceder A la vente, jacceptai, de gaiete de co
SLa Pommade de Quinine ml Etait seulement regrettable lhonneur d'occupper cett
est la pommade authentique, que Mr C. Mayard, en d~ptt de belle t Qa ourra.l
lee e rd ch tout, n'edt pas introduit son r- e onction. QPo r'
elleatteint es racines desche tr, colormrnent, d'ailleurs, soutenir qu je ne .
veux etdonnelun brilliant na- A I'ordonnance v relative anil honor e par on effort cO .







LE MATIN-- 30 Decembre 1929


l'AGK --


- h ..


Conserve la peau fraiche

et 6clatante.


L.e fard relwbv. In heaut, il oe
,6ra pas la beauty.
Au dessous "du rouge app!iqud
avec art alu dessous de la cou, he
' ie de poudre, doit .e trouver
une peau nalurellemeal belle. Pour
conserver la beauty de celte peau,
Selevez toujours le fard, confor
smment & cette r6gle universelle-
sent recommandoe.
Chaque soir,evantde vous mettre
wu lit,massez vote visage et votre
con avec une moussecidmouse do
savon Palmolive. Si vez-vous de
vos deux mains. Les huiles de
Same et d'olive d6licatenteot co(m
intes dans la Inmousceji bhe tg
sent come uo lubiifidit sul e
fi tissue de aIs peau. Ces buil-i
arrivent juequ'b la vraie peau,
cell deuxitme court he conal n.
meont reouvoele. Lhles pedntrei.t


daos des pores minusetues qi;,
autrement,sont aitceptihbe d A '
ob-trn, par la msouqir' o.wr
dcrdflians huilei ,"* '" d
Elie ,m .chpnt !a formw,
bootenes. acns ou 0 otre. bf. '
de hi peau.
Eviler I'erreur
N'employez pas do savono
naire dens Is traitement in i q
ci-deuus. No peasez pas que a,,n-
porte quel savon vert, ou un -
yoD report sent comme 6dta fa'f
d huiles d'olive et de palme. s.
meme chose que le Palmoliv
Dans vore pr pr. iu'', '.
r*z-voupsue e IP e v, Pu'
que vous achetez n ', b >,
at le mot Palmolive en lettres
I'eoveloppe veite,et le sctau r f
derribre Ie savon portent Ie
Palmojve.
Sle von Palmolive nest jan-
vendu sans envelope.
Le sou secret de Palmoliv et
son milange exclusif et 'e
un des secrets de beauty et .
prix dans Ise m de.


J. D. MAXWELL et Co,
1619, (Graud'Rve), Port-au-Prince.
Seuls distribute urs pour Haiti.


Pollux Paul

reparait
Ce soir, on aura mintime si-
tislaction de goftter encore une
lois, les pieces pleines d'obser-
vations de Pollux Paul. En outre,
onjouira du plaisir de le voir,
comme acteur, remplir certain
rbles. On connalt son talent. Le
public ne perdra pas d'assister
i cotte t6te qui leur permettra
d'oublier certain soucis.j X
A la saynette : National &,
Progressiste, on ne manquera
pas d'admirer le godt avec ie-
quel, I'auteur depeint la situa-
tion des uns et des autres. On
rira i en tenir les c6tes.
Noua engageons nos lecteurs
i ne pas manquer A cette soirde
qui se donnera A Cine Varidt6s.


288


666

Bet prsarit pour grippe, re-
. roidissements, dangeu,Bile, fi6
e et ppludisme.
CM Le pha rap.e remade


PENDAlN i-AN' NNNI I

:t ires d'autoin )'>ile1 2,'iseiint
Scarce (Int ils doi ient une bone -.


I IA E GEFFRARD. Port-au-Prince ( Haiti), Phone: 2..
,lIle d'Exposition, Angle des Rues Pavee et i publiciin'.


I


Ecole deo Sciences
Appliqu6es.
11 est rappel aux etudianis
de l'Ecole des Sciences Appli
.quees que Its course seront
repris i la date r6glementaire,
Mardi 7 janvier 1930.
Port'au-prince,le 27 deccm-
bl e 1929.


I


La saveur de


la vieille Espagne


Des rives ensoleill~es (de la vicilic
F.spagrae ennent Ics iinci veiI I ex
pirnents i ougecs (ji dommicil ccitte
nouveIle saveur (1eicietise autifro-
'Ces piments esilagalois Sont Comi-~
nes avec le ironiage Aw('rcaiin Ched-
(tar, prodtiisant tin flouveau et itlle-
rent ni~ange q~uiestutn peu piquiant
encore anerveilleusemen I iiciw cVi
mieu lleux.Le froniage Ki ft pimlerato
esut d'un app~tit incomiparable stir
les biscuits ou sur du pai n elii e-,t &


KRAFT


I it'ieutPco(m1mectontliliment ou pI" j
rte el sailaic.
V'Arv f~('picr a k1 Iv Irmiiagc N1-:11 at
ilictito elliiiISoitsa\ I\ t-11i
coil vt'rlijlts.(Coipiiiaiidez ill nO v
a jt'ii Ic iia i lqt i lbt1c to I(111tIIt'


PII' L SALES 4oIIOll tR IAO


)CHEESE'


Foudre sans augmentation de taux'


7


T


$1


Insurance tdJ

Une des plim fortes COMPAGNIES


CANADIENNES


d'ASSURANGE


sur la VIE!


EUG. Le BOSSES


&


Co.


SAaents Generaux
-* --nB ~~Moog=-- -*,. --


C -- --om-o i


---- ---`~- -~--~- ~~ ^' ~~-~--~~- -':- ----- 1-


- "dro.I 44- c-- -...... ft


i----- ---- - ._.. ._ .I._ -- I


- --


L, r L ---n ~-


-~-~~----~-~ ~-- ---~ -- --` '- ---~'-


0..V


I -


W-Uy,t ....,







Lundi


in


23tme ANNr, E \,,-i,882
i'ort. ati- 19riiiee


Tl"phnne : ?.42


4i' (ALL


Vtent ;r~paraitre
v' it..41111f z appr'i)' II


A:1 1)' li


L n % tct, :I l h!;i l(t! hud
41 1.-) Al *\ A.\ icslit -



b1 dla a '\i, Hi [Ii~i t04. -

bl Assu, -14 v Gn Ijaflko I
I - S 'S. v 1: l. Al


;M.PW-YOLIK GIUvy '

4i ~ I'Jpi C (' c i I*I

A wt ca In drr


Iil).en route p )hni '', hunt .g" le

Li t I h% 10M.1

B L1Ki; W OD 11&(Cie, .Agents


1'U' iiii Ii


1,11,& It1'4J2tu.itr 19A

Aoil ~ ~.,~x


p 'ill'


qf I I,"I A


Lebre SU i I :i n car

II Ia~i; It t :1 ,1('ii

(II Siid


L II p i2U de H i -I% 11 SI t [,It
IKC;I i:1' iCtii (10 Ir *i






Se l n '4 n i'c i ; 1) 1 ,1d


I1joilpe




tilU S .'1 4,i1c7 A, 1 %

laixi. C.1 1-0411S~


*" s I(uh It I es


Collins d'' I ' f vi :r 11






I F'S'I.C


('vi, es l :A lt !1,111 :1 I's 8 Linvie!r 19 W), proila tt
fI'.t [o Ir I I.)'a & '1 ur.
hot I:o.4 [[U It, '21 flterni'e 19-9







.44 ;i. It V I I, I C (4'mro, ''j I ~~1- o n issaflce de
I lt I orC '11-S'i tiress dies(de Ia 11k6-
1 W 1: )i A"'*!, 1 l) 1 PPi rw Coind ltes u CL I7OD


fe~~~~~~~~~~i- (,ljiI'i'teiI't i ic'! j ors !Ioncours A

'o)l'-a ti I P I .', 1 C1, v c 1) c IjI bi e1929.








CHOCLATE


CRIME
SAN O1WICHN



Qd bury's
CHOCOLATE SAN DWIChI5

Joe\V~! 'vrcpresentant
"'?()f i ux. Dervix, 13. & N. Sado
.1C 't de la place.


En pen do temnos


Paniamia Railroad Steaiishim Line

Scric, 'u Irstet p..im #.wers eCtrE


J l o- ioaS e~,COTE
01k.JEST tIe'A\LcAIIQLTE lit SUD.
."S ~1- ,t'occt d IreL cak'e Haiti


V. ; ELIO & A 17 :tNGLANP


P- A i \I -1%N IIA.\( L





H-avre
lHl, NlC PiMON & C.ie. 1,((-'



'Pari3
f I EpNI, I'ERoN & Cie. LTd
Rlue de Ia Tranquillite
Duirukerq ue
~1~H1NrPEFONIN Cie Ltd.
flue Roy
'bui det -1.


A'.S. o, NiX lo.IS


0'enx~a. lialah
OSLO, NORwAy

*\V iflv-R('. GFIRMANY
V I~h. IL\''!w w1annl
'1 l-an' oti '*,i'.criiiany
(ioT'iOUI1CrSVIN;., NrKtD3N
'Notu[-A' j i.ress
Gut Le iiu ige, Sweeden
ROTTERD)AM, IlOLLANDIS
M rIJH. Vogmann
lRokteidam, Hollonde


U


1.
- ,WL


Panties...
Let~ouble Eagles eat
10 Oaut dam privJI6.

I Ce.Afe wasiibk eatnei.plus cher
(etout a.utt'e., mAts it pm'eseilie,
par conLre, un izwomnetrage et
oine garatntie doe s. uri~to plus
res par ia mnajoriie dtcs Uatoine0-
bilistes.
Le DOUBLE EAGLE est un
IPlet'i saits aucun eq~uivalent, le
M111per-pmleu duan% toute ia tot-cc
dhu teritic. 11 est destti it e a eti
qui veutlent ignorer tout ennlfui de
pnleummlatiquebet qci qpensenit que
couLt thiakimat kilometre.
I'iteno Ptie et ft comlparer au
uou0 cau 1' ANL t.UOU L EAj
CIJU.,c U.iespelatia, 0t supeLriettia a
tuuL ,tt' apbon Pjc.o~ampe ~
itiL W S'INDILS
'III1ADI)1\ LUMPANY
Ilt 'b eu lb qc l3 P A l ex k.L.f~' .
LA hc~bI~qLJC U14-11


-. - -..-.. -.. .. - ,suintS.
- a ~ -e


RHUM HEN-I Garderc


cb


pro-S


dcuit remarlquable a conquis

de haute lutte une renom-

m6c des plus enviables.

Demandez tou jours le

Rhum HLENII (ardere.


.. i~c e *
F4 ~

buy.r


(Colombian Steamship

Company Inc.
Le steamer *Martii i ues venanttdeNew-Yoi k via-les ports
du Nord est attend A Port-au-Prince le 29 du courant.ll par.
tin le m6me jour p )ur Petit-GoAve, MiragoAne, J6r6mie,
C.ayes et Jacmal, en route pour lea ports drv I .Colomble
pregnant frt et passagers.
Le steamer Bolivar D a yant laiss6 New-ork le 24 du
courant directement pour Port-au-Prince est attend le 30
Dicembre crt.11 laissera le mfme jour directement pour la
Colombie, pregnant fret et passagers.
Port-au-Prince, le 27 D6cembre 1929.
Celombian Steamship Company Inc.
.GEBA I C o, Agt,.


AVIS INTIME
c6 chez MAILEY. Que thacuu-
vienne sv' potirvoirde,' i s5al
lale tmo~i,,*les @Mte,. o/



-Le Purgatif ideia1,
c eS1la



Ne n& ssmitant ,nu~Ii~rm



CH :- V '- 7.






Grandra bait

stir le Vn

A partir d'aujburd'hoi '-
imison Lope Rivera taitf
grand rabais stir les vims
go et blanc.
Pour facilliter leur c
ment le prts du ap110sit
rame# ASin-gourdes
sen Wn i~oltr.c'.t c
me tre 'n~iqu Lo pe


L'AK 10
L'd merveiIleuxi raodi*
Is Guioaoud~e dootori a ij
vi les qualit6a remarqU*
de reconstitution sede

Botdeaux, coves d011A Ti -
Douyuu, Confiserie doL4
Maision Scbombcrg.
Prix; 3o centIam Is
teille.


.4


Iii


--- -- __


-,--~-- -- I~ I -L -----r __


rl~n.t HIUY~V"'Y. --


~kY"~ ~,-n.-rl; R11-'`~-'


- - -1YPI


I


I


i '


>
k




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs