Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04343
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 12/10/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04343

Full Text





Climent Magloire
DIRECTEUR
136, RUE AMERICAINE 1358

TELEPHONE N* 2242


ieme ANNEE N 8868


PORTAU-PRIPNCE (HAfTI)


MARDI 10 DECEMBRE 1929


LA QUESTION DES EXPERTS



Comment ils peuvent etre utiles


, tofitons de ce que 'agila-
Sail one treve, blen
Lette treve no soil qu'une
de Pax roman, pour
en a parte de aIs ques-
devenue brOlante ce s
derniers, des Experts du
technique.
,r notre part, nous no
us considdrer ces 'fonc-
limlres que du point de vue
Srmseipnement profession-
Spersonnel agricole du
Technique tant sulf-
ment pourvu.
IDpuis assez longtemps,nos
a nimes scolaires prd-
t, dans certain ordres
hMeignement, des exercises
I travaux manuels ayant
wr objectf une sorte d'lni
Holan pouvant permeltre de
aouvrir, dans leas 66ves sut-
hmment douds, toutes apti-
du assez spaciales pour d6-
ider, d6s 1'cole, de leur
mrientation dans la vie.


Une dilflculti d'application
a'est coustamment rencoontrte:
la pecorie de protesseurs spt-
cialistes. de professlonnels,
con seulement entendus dans
leurs m6tiers, mais encore
uptes a les renseigner avec
tout I'accompagnement ae
tbhorie n6cessaire. Car, en
tout, savoir eat une chose, en-
seegner en est une autre.
Nous n'osons alfirmer qcue
ce que nous allons dire soit
exactement la pensde qui a
guide le Service Technique
ans le recrutement de son
personnel d'experts,-- n'6tant
p as suffisamment renseignus
iA-dessus nous-memes,- mais
nous comprcnons tort bien
qu'il ait t question, a un
moment donno, de rem6dier
a cette pdnurie de bons mat-
tres protessionnels et de com-
bler la lacune que cette pcnu-
rie a pu causer dans l'applica-
tion de nos programmes et


plans d'ttudes scolaires, eu ce
qui cuoncerne I'eseignemeintr
des travaux manuels.
Ces malltres, que pourrairclt
Otre les E.xperts du Service
technique, auraient pour tA
che, non pas de donner di.
rectement cet eunseignement
dans nos 6coles, mais de crier
une sorted'enseionement nor-
ral qui tormerait, le plus ra-
pidement possible, un noyanu
de jeunes prolessionnels qui
pourraient etre vito r6partis
dans le ncoles int6ressoes el
iuaugurer avec competence
les course thboriques et pratt-
ques don't besoin est.
A ce compete, il taut convc-
nir que les Experts du Ser-
vice Technique seraieut u6-
cessaites et comprihensibles
en principle, A la condition
rationnellc d'etre choisis se-
Ion les spkcialit6s utiles; de
parler tranVais et de ne pas
coOter trop cher.


UnJoe fois de plus, les ambi-
ibux imp6nitents ont accom-
pN lear oeuvre criminelle.
1ts savalent parfaitement
N le Gouvernement d es
,~s-Unis d'Am6rique s'est
'. ig6 par un trait formel,
A ia ntsnir la paix publique
"M Haiti. Is savaient parfaits-
a.t que l'Occupation mili-
tre am6ricaine n'a, devant
^ drolt international, que la
mIwle et uni4ne justification
fkurer la loyale execution
* cette obligation contrac-
'ielle. as le savaient Mais,
Illement, ils se sont figure
Re' le Gouvernement des
Wt-Unis d'Amerique trabi-
Wt son serment et tavorisee-
,it leurs projects de d6sordre,
*ft rives d'anarchie. Folle-
S ils se sont imagine que
.t.rces de 1'occupatiou
lp.ire am6ric.ino se ren-
mUit complices de lears
th uIatlons.
t slors, dans le dessein
d d'embarrasser et d'an-
t ,M leGouvernement cons-
iQUounel de la R6publique
'lacculer A une d6mis-
its ont foment dans
t pays une agitation po-
I camoof6e sous de
to Ia dues revendicauuns
EKploltant par des
evew 6quivoques 1 e s
ents ardeats et g6na-
gIde la jeunesse, ils out
A lancer dhks les rues,
Studiants, l-e garononets
Allat.es des ecoles, d6-
at ainsi I'enseigne-
Compromettant a i n si
tr de toute cette masse
l esa 1ns Muet d'etaLsts


Au milieu de ces turbulen-
ces d'ecoliers, le Gouverne-
Ient a garden le came le plus
grand et t6moign. le plus vit
sentiment de bienveillauce.
Coustamment domino par le
souci du bien public, de l'in-
teret de la jeunesse, il a, par
deux fois, accord aux Otu-
diants les plus larges conces-
sions; mais, chaque lois, les
meneurs de la politique sou-
terraine out tait soulever de
mis6rables difficultis et mis
obstacle aux bonnes disposi-
tions des 6tudiants.
Lt, en attendant, les agents
secrets de ces politicians, em-
ploy6s dans les services pu-
blics, A la Donane de Port-au-
Prince etau bureau central des
douanes provoquaient active.
mentdes r6lamations dap-
parence purement admiuis-
trative, afli d'aboutir A une
d6sertiou des bureaux et a la
paralisation complete des ser-
vices fscaux de I'Etat.
'est devant I'extension de
ces actes insidleux, c'est de-
vant la r6alisation partiellede
teur plan, c'est enfin devant
I'attitude alarmante des
elements de desordre qui


commenvaient avec auiate A
s'emparer des rues, a. Port-
au-Prince, au Cap-Hailien,aux
Cayes, A Jacmel. aux Gonal-
ves, que le Chef de s Forces
americaines, aussi responsa-
ble de la paix publique que le
Gouvernement haltien lui-
meme, intervint et mit en
oeuvre la Loi martial.
11 demeure done evident
que c'est l'opposition politi-
cienne qui s'est charge de
provoquer et de justifier cette
measure de defense de I'ordre
public dangereusement me-
nac6. Et toutes les r6pies-
sions 6nergiques qni pourront
en risulter, ce sont done lea
leaders de l'Opposition qui en
porteront devant la Nation et
devant I'.listoire Ia grave res-
ponsabililt.
. ,Dans tous lea cas et quelles
que soient les circonstances,
le Gouvernement remplira
jusqu'au bout son implrieox
devoir de sauvegarder la paix
publique.
11 a le droitl de computer et
il compete termement sur I ai-
de sincere de tous lea bons
citoyens.


*A4i, a"


TON193UK cicr6tbF RSOONSITUTU ANT
Contre ANIMIE cligoative,
ANIMIE d~origine ;-eapirtolre,
ANEMIR conso.,niptive,
A N 2 M16 par .ixme do travail intellctmdu al ucrpea,
AN0011I ; ons~cutives emx Maladies Olqufs,
A14641iE des Pays chauds
et cotn'ti' e: Malaclis du TUBB DICESTIF.
A insl qu- ide 411 id'u i p% d- J 'C) !. : ri .jananl do Cor mIn i ,'dcuaI, aucum, jhi lm
ne peu '-Irv i-'Le'U11 PEFTO-F i! du 0' JiALLILV pour gumrr I .ewiv.in la
Chic,rus., I, f I'Mus, oukvurile.. walL ~seb Digestionsr. ,en gilttn. tout. 1011wUillt..
m~oOE S'EUPLOI IzLN POW "MG & IlkqiluwImml~dalatmout iprls I* epM
Gros : DARRASSAB Fibrea. 113,u. DOPav&O, 13 PARES (4')
D6tnlI jToutes bounes P~hawmaoiou


Les debuts i

de M. Curtius
Le successear de Stresemana prend
Ia d&leMse du plan Young
BERLIN--LeReichstag aL dis-
cul6 Ie project de loi contre le
plan Young.
Le Dr Curtius, ministry de$ At
faires 6trang6res,a declare qu'il
esperait que le Reichstag le re-
jetterait ; quant A lui it est d6ci-
d6 A ddtendre, poursuivre et
divelopper la pol it i q u e de
M. Stresemann.
BERLIN-Le Or Julius Cur-
tius, le nouveau ministry des af-
faires dtrangkres, a prononc6|
son discours au Reichstag com-
me successeur de M.Stresemann.
M. Curtius a supris m6me ses
amis par le caractlre aggressil
de son discours. 11 a aflirm6 que
le plan Young 6tait une grand*
uamlioralion sur le plan Dawes
et s'est oppose nergiquement
au vote de la loi qualified de a loi
contrel'avertissement du people
i allenland ) qui est venue en
premiere lecture.
Apres avoir pass en revue
les efforts des divers cab nets
pour expliquer au monde que
I'Allearagne n'4tait pas la seule
coupable de la guerre, ii a d6-
clar6 que la proposition natio-
naliste tait base sur la tausse
assertion que jusqu'A mainte-
nant la politique trang6re de
I'Allemagne avait l66 basee sur
la reconnaissance de la culpabi-
lit6 de la guerre.
( La dcmaude du plebiscite,
dit-il,est base sur une malhon-
n6tet6 6vidente )).
a 11 est ridicule, ajoula-l-il,de
determiner ar un plebiscite
que le people ne veut pas payer
les rkparations.Bien entendu, il
ne veat pas payer mais la seule
question est de savoir s'il doit
payer ou non ).
Le ministry trail de dema-
gogues M. Alfred Hugenberg et
ses partisans nationalists. I Hfi
ressortir les avantages du plan
Young qui carte 'influence
etrangere sur la situation co-
r omique et I'administration de
i'Allemagne particulirement en
ce qui concern la Heichsbank
,t les chemins de fer tIddraux.
La Banque des payments inter-
nationaux n'interviendra p as
dans les aflaires allemandes et
la Rh6nanie sera complement
6vacuee.


Dei en hre

heure
Avec ce movement exces-
sil qu'il y a
l a LA PARISIKNNE
pendant les dernfers jours de
fAnn6e, nou. vous suarons
I'id6e de taire vos achats de
Chausure at Costumne
du nouveau :Stock que cette
Maison vient de recevoir.
LA PARiSIEA&E
Angle 6,rand'Rue et Miracles
PIone 2006.




-666


S let prmwit pour fippe, n-
froidisemenlts, dengeuRe, iN
o atnga --*
fl4U* ivX FqwB BMBM


Le Nouveaui (irand Matinre
de I'Ordre IMa Avant-hier dimnanche, 8 De-
cembre, selon la convocation
laite par le u Grand Orient x,
eurent lieu les elections du
Grand Maitre pour 1'exercice
triennal 1930-1933.
Au milieu d'une nombreuse
assistance ces elections se sont
passes dans l'ordre le plus par-
fait, et au d6pouillement de
l'urne, Me Emmanuel Rampy,
ancien V6nerable de la Loge
(( L'Etoile d'Halti No 5 a 6tW-
A une lorte majority : 254 voix
contre 11 A Mr C. L. Verret -
6lu Grand Maitre, Grand Comn-
mandeur de I'Ordre Maconni-
que.
Nous pr6sentons nos vives
f6licitations A Mr Emm. Hampy.


AU SACRE-C(EURI
La paroisse du Sacr.. Coeur va
avoir la bonne fortune de pos-
seder un square: A une distance
de 100 waitres de Ia Source de
Turgeau, dans un site ravissant,
a 120 metres d'altitude, sur un
terrain d!une superficie de 2
hectares, au milieu de jols bos-
quets, on vient de construire
une grotte, reproduction de celle
de Lourdes.
Nous cloyons savoir qu'une
salle de patronage pour les en-
tants du quarter sera construite
sur le meme terrain.
Embellir un coin de ce quar-
tier d6jA si pittoresque, c'est A
notre avis raliser un point du
vaste programme de 1Iembellis-
sement de la Ville.
Cest le cas de redire : Omne
puneturn ulit qui miscuil utile
dulsi.
La grande kermesse du
Sacr6-Cieur est lix6e au 2 Jan-
vier.

Novel Olfficier de I'Elal Civil
A l Croit des Bouquets
Nous apprenons avec plai-
sir que c*est notre ami Cli.
[Mothersil qui vient (d'ttre
nomme Olficier de 'Etat Civil
de la Croix-des-Bouquets, en
replacement de Mr teorges
Normil.te nouveau lonction-
naire a prlt6 serment hier
main.
SLe D)oyen Ch.Mitton a pre-
side i'audience, assist du
substitute L. Dalencour.
Tous nos compliments au
nouvel Otlicier de I'Etat Ci-
vil qui occupait precedem-
ment les lonctious de Juge
de Paix a la Ctoix des Bou-
quets.


C ES GENS BIEN MIS, d'oui
vienut t iis ?'... de chez
PAUL E. AUXILA
0o ils s'approvisionnent de
Chemises, Fux-colsCrava tes,
Mouchoirs, Lhaussettes, Sou-
liers, Cannes, 1'arapluies,
Chapeaux, Casquettes, Casi-
mirs, Drills, bhantungs, Calc-
uonb, Cbhenissettts.

Admiilratlies nGntrOf des Posies
AVIs bD DEPART
Lea deplches pour NEW-
YORK et'" IEUROPE (v i ,
l\ew-York direct) ppr le S/S
i ANLON serout lermnees
mercredi 11 tXd (,11.i it.
port-au IPrmcle 9 Decem-
bre 1929.


l~oire liii




... a vu devant les vasles Ota-
lages do L(La Parisienne un
jeune liomnme et une jeune fille
qui s'extasiaient qui deviant les
chaussures dernier cri, et qui
devant les costumes fantaisies.
Les souliers sont A la verite faits
de mains de maltre et les cos-
tumes sont d une coupe aussi
6ligante que varide. Pendant
ces jours de fin d'annee, at de
fetes prochaines. ils seront nom-
breux ceux et cells qui. avant
de p6nitrer darns ce magasin
616gant et rice, slationneront
pendant des heures et des heu-
res et fixeront leur choix avant
m6me que de p6nlrer pourfaire
le geste qui consomme I'achat.
*


... voit, en passant, dans les
diffrrents quarliers de la ville,
presque toutes les meres de fa-
mille assises devant leurs mi-
chines A coudre, qui, rt1-lchls
sant sur la coupe dune culotte
pourun gosse de trois ans, qui
sur it.lorine a donner A une
petite robe pour fillette de 10
ans. A senti rien qu'A ce signed,
que le jour de I'an est proche et
quo le bonhomme Noel est en
route, avec A son (dos voti', son
grand sac de jouets et de hon.
bons.
*
vient de voir passer, devant
les Bureaux du MATIN,- il itait
midi A peu prs,- utie pauvre
femme assise sur un Ane. Elle
avait I'air bien lasse d'avoir etW
toute la matin6e sous le soleil.
Mais dans ses yeux on voyait
des clartis de joie, car elle sem.
blait avoir tout vendu des pro-
duits qu'elle avast apportes des
mornes ce mialin. )'ailleurs les
quatre Anes qui suivaientlesien
avaient leur sac de paille aussi
aplati qu'un venture de faminlique.

... a vu, dimanche, une jeune
capoise arr6ter une Ligne, une
Chevrolet, don't nous ne dirons
pas le num6ro. C'tait A la rue
Pavye. Elle se fit conduire A
Turgeau. It IA elle remit un bil-
let d'une gourde au chauffeur
qui d6clara n'avoir pas de mon-
naie. Comment fairte alors, s..
demand la june c poise ? Le
chauffeur avail la t1te d'unjeune
homme de famille ut tiit ac-
compagne d'un carnarade cou-
leur de ces petiltes bougies jau.
nes que I'on vend un cob sur le
parvis des cath6drales ou aux
portes des cimetieres. La jeune
fille r6fl6chssait encore car elle
n'avait pas conflance, lorsqu'
le chauffeur lui dit:
Donnez-moi la gourde, Ma-
demoiselle, je vous rapporterai
dans cinq seconds la monnaie.
Tenez n'entrez pas encore. At-
tendez moi sous la galerie.
Et le ahauffleur partit, en riant.
Jusqu'aujourd hui la petite ca-
poise I'attend encore. On ne
trompe pas ainsi la bonne loi des
gens. Comment veut qu'apr6s
de tels faits la reputation des
chauffeurs de Port-au-Prince ne
soit pas mauvaise. Mais comme
il ne faut pas que tousles chauf-
feurs patent de leur reputation
l'escroquerie d'un des leurs, le
numero que nous ne publions,
pas, nous le gardens et si Is
chauffeur en question renou-
velle son geste, nous le publie-
rons. Et NoTR Eu. veille de
tous sm regards...
... a vu, samedi martin, qua
toutes les rues de Port-au-Prin-
ce Mtaient sillonnies de femmes
blanches vtucs de couleurdcla.
tantes, rouge, bleu, vert et d'homm
mes en casquettea, souliers A ta.
lons plats, et pantalons do Sla,
nelle. Et aux mains de touted
ces personnel on voysit des apj
pareilles pholographiques. No.
TIr (EnL a tout de sute recon-
nu que c'ktalent des tourists
don't le navire d'ailleurs depuis
P'arorc profile au couchant sa
forA e ahioug6e surmontee d'un
enorme cheminhe noire et rou*
Ve


Lee gains meqCusv me ay"(t
mien approleudir, ik sealten ours,


PROCLAMATION








President de la Republique



AU PEOPLE HAITIEN


Concitoyens,


oil III 1


IILu -- -, -~


-


----- -- ~~ ---


-_-----------


bmbalft ro
L.wm


I I
























Agit vitz et radi
Supprb -o lae c
do [a mlc
&i~tet t ,to coml


It. Pllg~ol (
W9Op1e Utlt"&


ri- qI I -' r, I,


10 DI"Cemlbrc 1929


Le


Page~ol

Energique antiseptique urinairo


0 Leat!em69mnt
== don votes vl06at
douleurQroa nouvells, I"
dou r jeus. raemaont
lion des callUles LA
ipldciOR mnt pour Is
pa tou 06011 all
9Male Uencore pour 10 I
-laautres .*I1

/" x. ~ Cu rhumlsmco darn r'
,~ L cemeul do i ienflrtrit '
j/ ~du SV 'a te eue lennae.


rS


- I.


Les Li \7lCs

FOC~IR,par Awm%1\o 6(10),
Lib. Emnile Paul.

M~.. Arnawl (jol o Iiv.I '
C'uhain, aultcir dv Iri~s/,-fI i1n
(ire, public :iux IFiifiow; l~mL-
Paul Une pia(It ucte iL t 1U Ia e Ii?
inie oni le saili ii ('d~)iils fl, 11)(11
Sm ii?(lont)( k,; j'Cl~' '
c )flianc'' aV zv-, iu'I~i~f


weill! iirs clti'ig'ai i 't g-r; 'de
1: tigue Irant;ii~e. I.on vray' e st
(IiVIS V11 (jkUt11re jart-cS :Si"
1) \m I., A I \ k\,A.k I. .s,,,lD% "S IF
T1-iNriTI.. E.1 ch IIicwi dt s pa -, Ivc'
S 4( ltevt'par' ce 1)tal vet' s qlii
teiu he t'yu I h6tser IIl&IIIie la vie
el I'nuvre du NI ui.'h 1 iil(.a i


IrOlij.IiX utItroubhIl)lt :, (1,11"Ct
recueji l oft iIdeci dlilU,
des soti licis l1w-1It 4 I i vei'lai -
(cc 6~v('que h i-i gtaP figure jil-
fla((sibk' dui grand dii 1spaila:


Voc1C.1 i Ii NttU I)ir t'l i I'm n l-'

Dv 1:1\ 4'Vll il I tml.t'-Iid wi t I

1A itfl IvI l d t.i~ t' t ie I ki


fin i c(.1111 tt :oI i

u',irt claissu ;ii pwole.

]Pobmo -i choisis.


Wire ilik,


pilrioe i'I
(Pt~; 1 iiii.


I. I


I',
Ii


senter a111')uri'iIl')line Wtracnc'-
(ICJoO MNrirl i ielrit' ducht)I "
bier. fbite, (qui e-A ,i pui 1esc ye(
avieughd dui lexo', i'elle iWoo
S('tblolutphis 4IwI'.N:l I'tait
(Iadl~eurs ilcix !ic pou)~r en-


Cub:, net corn me iik u i, 1), 0e. 1.1"
14-j fiS iIx II 'nt des pot"ctS Irish's
,'I h'i jlpf'. ,'cI Il l tilt'I f ill .u
(I .~IA IN ( U iI i n Wr

(,Ii i lt h-113 I itin lla i 1 -i chl.
FA 1)(111. 1 1 161 1 f l InmI i i
Q 1it lilt l it I'wq it' I l h ll I1.11:1110 1c
A t 11(111 do ii I- ic i ( )-i t '1

\'rai pt-1j1po('i[lvWini' daut
:i. Vnrt't Toll Seilement d' l:. os
Init 11sItSi'Ie 4 ; ''A,


Lolf-;'ii' Ide I' II iailie I'iir l a ise

Ixha' I H ge availl-lic'r a ('U

Iv atiri, Sonts Ie hail Coll-

PI icc Voic'i 1.1 liste .Ics Nil-
(.5 i i i wi t tii

1~ "t 2Ic 1~?Y$~ lo.ht tic

c ~~ v I ~ I x oud v 50 gimrIt's
C t"i i O'2 i 228C c t 1911()g'tit. s






LeI~ illc. 1iltrg.u !fx


I'
it


I.Z A


)De' iere

Heure
',.r sunsf./il
7 fDcembre.
WASHINGTON -- En m6me
temps que le President Hoover
envoyait un message special au
Snal au sujet des relations des
Etats Unis avec Haiti, de sa-
neux (dtsordres ont caus6 la mi-
se en vigueur de la loi marliale.
Le U. S. S. Wright a recu For-
dre de pardir avee un detache-
nient de Marines. D'autres d6ta-,
chieni'nts de marines ont en
dispomnbiliiP pour renforcer les
700 qui sont dja dns 1 file.
i)eux ambricains ont Wt6 srieu-
seni'nt bless6s pendant les emeu
tes. On craint que les d6sordres
se r6pandent en dehors des zo-
nes de protection ; car les cito-
yens anmricains ne sont pas
proliges. Le contenu du messa-
g' presidentiel resale mysterieux,
sculement le Senat a ajournd sa
remi ,e u Coingr~s pour veadre-
di.L. message recommandel'en-
voi de 300 marines de plus en
Ilaiti.La supei vision des aflaires
haitiennes par les Etats-Unis vi-
se les finances, le service sani-
t:tire et le maintien de lordre.
Ces obligations sont garanties
par un trait. Haiti est une Re-
publique.
WASIIHINGTON-Les derniers
r ppoilts rcuvas au DNpartement
'I lat des Agents consuloires en
Chire annoncent que la Chine
et lia Russie sonl parvenues A
une d, rniere tt n active de regle-
iment des disputes qui out eu
lieu 'A propose du chemin de fer.
GENEVE- La Ligue des Na-
tions a renvoy6 au 13 16vrier au
lieu du 20( jmvier la reunion,
l pour viter toute coincidence
avec ha conlerence navale de
L, ondies.
WASHINTO()N Les nomni-
nitions suivaiw's ont t06 laites
ju.ti aux p. stcls sut vans : Mal-
th,\\ au Nica;rgua. Julius Ui.
L.ty A Honduras, Wheeler au
P.I aguiy, Roy T. avis au Pa-
t inm Charles B. Curtis en H16.
Sbliquc D)om.nicaine, Evan
0tU!,;g en llolivie, Arthur H. F.
S hol nield A Cosia-Rica.
NEW -YORK- 11 est annonc6
.ue les courtiers de I'emprunt
t diminue de 58 000 000 de
do lars les titres d'emprunt de
la Federal Re' erve.


T LA SCIATIQUE 9?
Void de quoi vous soulager & I'instant !
MNI t e si vous souffrez atroce- p6ndtre de lui-meme et vous
nk Sio.mn a;rntcira lI mal vous rendrcz compete bien vite
et v' .1i apportera sans harder qu'il a fait sa besogne.
un. dIlicieuse sensation de Sloan c;t le meilleur pour
soil! -,.'ment et de reconfort. calmer la douleur en cas de
II dI' taut pas fractionner, il Rhumatismes, Lumbago,
suihi de se 'rappliquer sur la Maut do Nrfs E tc.
partie souffrante ile Sloan Contusions, etc.
M1.1 Ite ,it'mcl _______


Distributeurs :
J. D. MAXWF.IT & ('o
Pepr'sel,tants 1 r lihit
1619 Rue Rejublicaiue
( Grand'Rne )


'4'


2.Ume ANNxE N* 6868
l Port.au-Prince
G'l T61phone : 2242___


CLEVELANI)- Le corps de
Thomas Nelson, I'aviateur qui
avail disparu dans la temple
de lundi dernier a te, retrouv,.
pros de son appareilqui s'est bri-
s, en morceaux & hagriA Falls.
Ohio. Nelson a 6t6 pr6cipit6 iA
25 pieds et a dd mouiir instan-
tantankment.
PARIS-Le ministre des At-
laires Etrangeres Briand a en
main la note du r6presentantI
de litalie qui met en advance I at-
titude que la France adoptera A
la conteience navale de Lon-
dres.
11 parait que des explications
verbales accompagneront cette
note. C'est le reel pas lait vers
les accords preliminaires avece
I'ltalie avant la conference. La
position de la France est entikre-
ment diftlrente de tout ce que
I'Italie met. en avant et il es
douteux qu'aucun progrcs soit
realhis au sujetdeces didNrencet
A moins que nouvelles idets
soient mises en avant. La France
croit qu'il sera dangereux en ce
moment de mettre en advance la
discussion de la parity.


Necroloqie

Les Iunbrailles Auguste Laurenceau ont eu lieu
samedi dernier -u milieu d'un
grand concours d'amis C'est
une des physionomics lee plus
respectabies de notre society qui
vient de disparaltre,- mod le
accompli des verlus familiales
qu on peul offrir en example A
la gkudeation prksente.
Nous offlTions nos sincerescon.
doltances A tous les parents de
'u chore d6l'unte, .t parliculik-
rement A son 6 poux, M. Lau.
renceau et f ses fils si cruelle-
ment eprouv#s.


A IWJIEE
La sande MaIson haute antecour
et jarin, rue Capois,rui..ue face
de l'Ecole NorNmale d'tstitutdces.
S'adresser au Docteur Molikre
1067 Rue Romain, derriere MaternitW
Port-au-Prince le 30 Novembre
1M90.
-

La peau ru-

uueuseneces-

site ce savon










II agit dutemnennt sir les
pores de telle fagon q'il fait
mieux que nettoyer. C'est tine
combinaison de savon pour
la peau. 11 dissout toute trace
de salet6 et aide la peau a
etre tendre et douce. '

L'Exelento
Savon pe la peau
Produit une mousse 6paisse
excellent.
II adoucit et enl6ve les ru-
gosit6s et tonifie le Acuir che.
velu. 11 aide done i maintetir
l'tat de la sa te&
Eu vente chez tous I es dro
guistes. Pour 0,30 centimes
elementn. II est exp6di6 446
reception du prix,
EXELENTO, MtDICINJI
COMPANY
ATLANTI GEO iG1A U.S.A.
parents iamndei poor tous

Ecrive pour renseignemeats.


H6tel International
Foodd A9, ceys 66
Transl&6r6A&Port-mP diwe,t15lhmp d"Ms
ProrkdEmit#-Blai
ChambreT.
Chamresat~recs.Cuisine fr~f~Su" PepiomiOAprit:0dd t.
Installation moderne tris contortaW.i
Om~parle amoais, tIr* te~iep~ppoi, itaitui.


LIBERTf- EGALITA
RMPUBLIQUE


liiAITR I


a Extrait des mini
dp grefle du Tribal
a de 1kre Instance
a Port-au-Prince.


L'an mil neuf ceu '
neuf et le vingt-huit no
bre, it neuf heures du
Au greffe du Tribunal de
instance de Port-au-Pri*
par devant nous, F. Bis
comniAis-grffier.
A compare Mme V"
Martin, nee Clara Kolb
sen, assistee de M*
Charles, son avocat-;
laquelle nous a 46delar6
reuonce puremeat et si,
meant a la com munautW6
exist entire elleet son1
le sieur Maxime Martin
de en cette ville, le o
vembre de cette anoe.-l
acte la coglparaute a
avac nous apr s lecture. j
(Sign6) Mme Vve
MARTIN, nee CLA
JORNSEN, ODILON I'
F. BIStrOURY.
Enregistr6 A Port-au-Pr
Ie vingt-neut novembvi
neuf cent vingt-neuft, fi
Case 2381 du Regisire
des actes judiciaires.
droit flie une gourde.
Pour Ie Directeur pr
,de I'Enregistrement.
(Signe) CYaus SAM
Pour expedition coutorn
COLL&ATIONNI !.
(Sign6) L. ABISSIlt
Grefler.




f 11aladies at.



MAut me.haJI
') fagea. v d






it A..s.APUht JJ


-* *-'


it
I, ~I' iii iii

IIitI I it I
ft.
iii
It;


_ 2-- ----


ql I .. r


.c, _, ~


--


"t.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs