Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04340
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 12/06/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04340

Full Text
pI -d


Q6ment Magloire
DIRECTEUR

158. RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N 2242


I _ __ _ __ _ w.q - w -m mF ~ ...


ta plw
i'Il'mS5CA
fenceurs si


kipritE porle asce ellk one
laIquelle It's homuei in-
ie r.Osishent ulis
IlomorO de BALZAC


On nous rendra cetle jus-
dIo que, au sujet de la greve
ds 6tudiants de 'Ecole d'A-
ltculture,' nous n'avons, A
UCUn moment, eu A Emettre
opinion qui eut pu tendre A
SmC uraer lea auteurs de 'Fn-
:ddent, a a induire le gouver-
oment A recourir A aucune
ibaction hAtive. Durant lea
lague asemalnes qu'ont dur6
in laborieusea tracfations
avec le Comit6 de ve avec
lccompagnement demauites-
tations de toutes sorted, nous
a'avons, tout en relatant lea
A Incidents pour I'Intormatiou
.d nos lecteurs, faith qu'obaer-
ver, avec I'esir quele Secr6-
aire d'Etat de l'Agriculture et.
do Travail, dans fe seuL int6-
ret des etudes professionnelles
Ssat agricoles dontDamien est le


foyer, Irait j'isqu'A I dernire suggestions, al eles avaient
lmite des concessions possl- e6 endossees par leSecretaire
blues et que le Comit6 de greve d'Etat de I'agriculture et do
aurait fini par s'en accom' travail, n'auaient pas data n-
moder. tage tronve grace devaut ce
-Pour y aider cependant, Comilt.
nous avons propose quelques Cependant, les manitesta-
suggestions d'ordre adminis- tions se multiplialent en s'-
tratifqui out coincide avec lea tendant progressivement jus-
derniers arrangements quo loe qu'A d'autres villes, et dans
Secretaire d'Etat a examines ort-au-Prince m me, elles
avec lea intdressas et qui sont out directement ou indirect.
mentionnes dans lie memo- meat, donned lieu A des inci-
randum que nous avons- re-, dents et des violence regret.-
produit, en m6meotemps que tables, dans des services pu-
nos nos confreres. blics come dans lea rues. Si
An vrai, les nouvelles con- en disproportion qu'apparais-
cessions faites par le gouver- se l'objet meme de la reve
nement sont si large et si au regard de la palx publque,
manifestement conciliatoires nous devons avouer que, A la
que le refus qu'y a oppose le' longue etl en definitive, celle-
Comit des grevistes nous ci se trouvait visiblement et
permet de supposed que nos incontestablement menace.


cUn m'ot de verite sur la

Greve des Etudiants


Les esprits impartiaux et
Sbhnetes reconna tront sans
pelse avec nous que le Gou-
veruement a use de toute sa
,bloewillance pour donner au
confit de Damien une solu-
i ron conform aux delEances
le atudiants de i'Ecole Cen-
Iale d'Agriculture et compa-
tible avec la dignity de 1'admi-
fistration supdrieure. Nous
voalons rappeler seulement
is formation par le President
4 dela R6publique de la Com.-
Mission Sam-Delva-Rouzier
qui reMut les doldances des
r Vevistes. Une base d'entente
Sat convenue et arretee entire
Cette commission et le comite
des ,tudiants. L'Arrt6e presi-
dentiel ne fit que sanctionner
les conditions ainsi interve-
Ioes entire les d6legues des
pevistes et les membres de
S commission. Mais les etu-
dints, travailles par des po-
ilticiens, noedonnerentaucune
milte A accord r6alise. La
peve continue avec les a -
ravations que tout le monfe
allt
A la suite de la demissfon
do minister, de nouveaux
p6orparleis ont 6'6 engages
4Ire le comite des 6tudiants
at le nouveau ministry de l'A-
a, culture, M. H. Price. Celte
s encore, le Gouvernement,
pour -donner uone nouvelle
marque de son extreme bien-
veillance,alla bien au-delA des
Sp".rances des Etudiants de
hmien et leur accord cent
bourses A raison de vingt dol-
lars chacune. Les grevistes re-
Als6rent encore ces proposi-
Sions et mirent ainsi A une
r dSe ,jpreuve la bone volon
6 do ouvernement. Aucune
B lesion n'etait possible: la
e Ay avait perdu son carac-
.se universitaire pour pren-
1 df les allures tries nettes


d'une agitation tendancieuse
nuisible as maintien de l'or-
dre public. 11 etait devenu
evident que attitude des etu.
diants n 'tait qu'un defi aux
aUtonrits f'r6poses t la sau-
vegarde de la paix publique.
Le Gouvernement, ayant
souscrit de bonne grAce aux
doldances des 6tudiants de
1'E.CA., n'est pas responsible
de Pagitation cr66e par les po-
liticiens A la favour de rin-
transigeance des grevistes ni
de intervention des autori.
ts de 'Occupation qui ont
jug6 necessire de prendre
des measures en vue de ga-
rantir l'ordre public et la a .
curile des families. On ne
dolt pas oublier que selon la
Convention de 1915, le Gou-
vernement d es Etats Unis
d'Amerique- a pris 1'engage-
ment former d'aider la Repu-
blique d'Halti A .xmaintenir
l'ordre at la tranquility sur
son lerritoire II s'agit IA,
come on le voit, d'une obli-
gation express A laquelle ne
peut se derober le gouverne-
ment amdricain.
Ce nest que par pure aber-
ration quon a cru voir un
signed de faiblesse dans l'atti-
tude bienveillante du Gou-
vernement A i'dgard des etu-
diants de Damien. La v6ritE
est que le Gouvernement a
voulu se montrer conciliant
et aller a I'extrdme limited des
concessions afin de permettre
le fonctionnement de I'ecole
central d'agriculture, eviter
les complications d6sirees par
les agitateurs et, par cons6-
quent, dispenser les autorites
de lOccupation de prendre
lee mesaures auxquelles elles
ont 6et obliges de recourir
afin de mettre un frein A Ien-
treprise audacieuse des politi-
ciens.


Ce Il m's Imais *6 lilt
Ce qi aspe" 6tre d4eas.


Kola champagne


F. SflJOURNE
Prpare dana des coPdionos rigoureuss
D'ASEPSIE
Preparation et Vente
FaBimAcIz F. SEJOURNE
An do w nogw at 'a c ptre.


QUARTER GENERAL
De la Premire iBrigade, U. S.
Marine Corps, Port-au-Prince,
Haiti, 4 ddcombre 1929.
PROCLAIATION
AU PEOPLE
Les forces des Etats-Unis en
Haiti sont engagees A aider at A
soutenir Is Gouvernement Cos-
titutionnel d'Halti t elles soont
vos amiesa.
Par lurs e8orL jomts A eu
de la Garde d'HatUi,la paix et*li
tranquillity ont Mt6 elablies dans
toute I'etendue de votre terri-
toire pour do nombreuses an-
n6es, vous permettant de vous
occuper de vos aflaires at de
gagner une vie honn6te.
Certain aitatsurs s'eflorcent
maintenant def omenter le de-
sordre.
Partant, il devient nacoasairs
de remeUtre en vigueur la puis-
sance et !'autoritede la Loi Mar-
tiale qui a 6t6 inopdrante durant
ces quelques dernieres annoes.
Vous etes auui intoime, quo
tons les crits, discourse d'un ca-
ractlre incendiaire, ou tout ce
qui vise A jeter do discredit sur
lea Forces des Etats-Unis en
Haiti, ou tend A career de I'agi-
tation contre les Fonctionnaires
des Etats-Unis, qui pritent
leur concourse et leur appui
an Gouvernement sont prohi-
bes. Toutes violations au pre-
sent ordre s"ront de 6rees et inu-
ides par devant le Tribunal Mi-
Itaire.
DWs la promulgation de cottl
proclamation, tous lea habitants
des villes de Port-au-Prince et
du Cap-Haltien devroat rester
ohes oux d6s neuf heures du
soir jusqu'A faurore.
B. M. CUTS,
Colonel United States Marines,
Commanding 1st Brigado U. S.
Marine Corps and United Slates
Forces, ashore in Haiti.


LA EMPRESSA NAVIBRA
DE CUBA S. A
(Cmpaigie Cubalse de Eavigaleis)
A le grand plaisir do porter
A la connaissance du public
et du Commerce en g n6ral
qu'elle vient de r6tablir sa
I gne r6guli6re de bateau
entire lea ports Haitiens, de
Cuba, de Santo Domingo de
Porto Rico.
Pour tous renseignements
s'adresser A son repr sentant.
Rafael CERVINO VASQUEZ
Mason Chrysler & l'etage
Coin Grand'Rue et Dantis
Destouches. T616p. 3250.
P. O. Box A126.


ta imad. eMaon baubek mtear
stjairi, r Capolis,pmoque em nb
I. l'Ecole Normal. d'Insltutriew.
S'adresser au Rocteur Molikre
1067 Rue Romain, drriere Maternita
Porsu-Priaes .129 Novembre
m), 1


I


PORT-AU-PRINCE (HAITI)


Depuis hier, I'occupation
amrecaine a dtf se charger de
I'ordre des rues et rappeler
que le pays est encore sous le
rgime e e la loi martial.
Nous le d6plorons.
Toutefois, le gouvernement,
dans un dernier communi
que tres explicatif, a declare
maintenir, malgre tout, dons
toute leur integralite, les con.
cessions dejA faites, pourvu
que la gr6ve prenne fin d'ici
lundi et qu'A Damien, ainsi
que dans toutes les acoles qui
c h 6 me n t, l'activit6 scolaire
re renne ce jour-la.
Nous engageons vivement
lea etudiants de Damien A se
conlormer A ce communique,
en se persuadant bien que
tout le be6nfice de cet inci-
dent aura 6et ainsi pour eux.


: Au D6parleamen de Ilattrieur
' Notre ami et collaborateur
[Richard Coustant qui occupait
les functions do Chef de Divi-
sion au Dp)artement des Tra-
vaux Publics, vient de passer
en cott( mime quality au D)6-
partement deo lIntrieur, en rem-
placement du Dr Lauoue qui a
6 6 nomm6 aux Travaux Pu-
blics.
Tous nos compliments' aux
deux Chefs de Division.



Le Monde
MARIAGE.- Le samedi, 14
d6cembre courant, la bfundic-
tion nuptiale sara donn6e au
Palais de la Pr6side:ice A Mrei.u.
MADELEINE BORNO, fllle de Son
Excellence M. le Prdsident de la
Republique et de Madame J3or-
no, a( A MR DANIEL BRUN, Ing6-
niour.
LE MATIN pr6sente ses vueux
de bonheur et ses sincdres 16-
licitations au june et distingu6
couple.


A NOM ABONNI-S
Nos abonnis et lecteurs ne
doivent pas s'etonner de ren.
contrer des retards et des irr6-
gularit6s dans Is parution de
notre quotidien. Cela tient A ce
quo, la loi Martiale ayant Wt6
remise en vigueur et la circula-
tion interdite des neufheuresdu
soir, il nous est impossible de
retenir nos ouvriers pour la
mise en page at le tirage du
Journal qui se font pendant la
nuit,
Nous ne pouvons parattre au-
jourd'hui que sur 2 pages, mal-
gre tous nos efforts.
Nos Abonnes nous fiendront
compete de ce cas de force ma-
jeure qui, souhaitonsole, nest
quo passage.


La Malle
La malle arrivera des Etlms-
Unis le 10 Decembre courant et
laissra Port-au-Princ le leIon-
demain 11 Decembre.

Grad rcitals d[e ehtt
Nous prenonsplaisir A annon-
cer le grand Ricital do chant
qu'offre 6 Parisiana le 21 D6-
combre, Mile Vieux. 11 y aura
un programme sensationnel.
Nul no voudra manquer A
cette brillaute fete de rarn!

As P.Ut Eiegos
1w, iee de. oMe
Viennent d'arrivr :
Joueta pour loterie, Arti-
Cles pour creche : JAcus en
Paille,pero.nnages etanimaux


VENDRDI 6 ECEM VAN!=~


La GrTve el son Epiegue
*o p> ogue


einuit...Plae Pigalles i PariAsana
C'est devant une salle dtbor-
dante du public le plus distin-
guo qui soit que ( Parisiana
exhiba dimanche soir le film
sensationnel : ( Minuit... Place
Pigalle *. Ce tut un succ6s et
don't il convient de 16liciter sin-
cerement la direction. Le film a
plu tant par sa trame qui est
des plus habiles,-songez done,
c'est du Maurice Dekobra,-que
par leas ccors ou se passent la
Irds touchante histoire. On a eu
tout le temps l'impression que
I'on 6tait vraiment en France,
tant6t dans un coin charmant
du midi, et tantot, en plein
Montmartre, dans une de ces
bottes de nuit perp6tuellement
hanftes par leas 6tards qui ne
rentrent que lorsque sortent les
balayeurs. El puis u'est-ce pas
Nicolas Rimsky qui laisait le
r61e de Prosper, le personnage
principal ?
En some ce (ut une excel-
lente soiree, I'unedes m.*illeures
que nous ayons cues. VoilA un
im gue tout le monde reverra
avec joie vendredi prochain.


A propros
D LA

Loi Martiale
Le Chef do I'Oceupation nous
prior d'annoncer que los mots
r rAurore dans Ia proclamation
d6critant la Loi Marhiale doi-
vent etre interpreles : .uisqu 5.
tieureg Trente minutes du matin


IBloc

National

Au Directeur du journal
a Le Matin ).
En Ville.
Monsieur le Directeur,
Voulant donner satisfaction
aux nombreuses demands qui
nous arrivent de plusieurs points
du Pays, et en vue d'edifier les
lecteurs de volre inleressant
journal sur le but Iondamental
de notre association, c'est-a-dire
le sentiment indiscutablement
patriotique qui nous anime,-
e Comid6 de Direction du 11cc
nationall vous prie, par la pre-
sente, de bien vouloir insurer
le manuscrit ci-inclus dans vo-
tre plus prochaine edition.
En attendant, nous vous sa-
luons en la Patrie.
Le President du Comite,
Ed. POLYNICE
Le Secretaire-general,
ANCION.
P6rt-au-Prince,le 3 d&ccmbre
1929.
STATI TS DE L'ASSOCIATION
DUl BLO, NATIONALL
Chapitre 1.-
DES PRINCIPLES
a Le Bloc National ) est une
Association d'llaltien compose
do touts les nuances, sans dis-
tinction de classes de fortune.
Son but est essentiellement po-
litique, religieux et moral. 11
prend engagement envers le
peup'e hailien, de faire executer
A I'avenir,le programme suivant.
1-De cimenter ['union natio-
nale par un ,quilibre d'hommes
competent aux aflaires admi-
nistratives du pays ;
2-D'impreguer u n e bonne
dsciDline politique et religieuse
dans routes les classes de la so
ciet6 haitienne ;
,L3-De rappeler le respect di
aux autoritis ;
4-De veiller A la sauvegarde
des inttrets de la coilectivite;
5-Do suggerer de sages con-
seils aux autoritls priposkes
A reprimer tous les abus qui
pourraient so commetire au pr6
judice d'autrui;
6- D'organiser des Clubs et
des Corporations aved .1'autori-
sation et le concours de I'Etal,
contorm6ment aux lois:
7- De penser A toules I e s
choses utiles et propres A meltre
le pays sur un pied salislaisant;
Le a Illoc National forme le
vmu quA' I'avenir, tous ses mein-
bres aient une profession libe-
rale, un metier manuel ou une
maniire de vie honorable.
A suiore


.. a vi,conmment la coquelle-
rie, lorsqu elle est mal place,.
peul a cinquante ans passes et porle
de lunelles pour lire ou pour
tcrire. Mi.is voila il y avail des
dames dani; la social od il se
trouvait. El I'une d'iles lui de-
manda de lire Ics d -rniiresnou-
velles du ijour. 11 n'osa pas sor-
lir ses lunettes pour deux rai-
sons: I) abord, elles ne sont pas
tries belles, du banal nickelet
ensuite il ne voulait pas que I'on
st qt(il n'a plus tlout a fail ses
yeux. Et alors notre hromme se
mi it dechilffer si moral les nou-
velles, barbouillant les mots,
s'emboubant dans les phrases
qne loute la comiipagnie, les fem.
mes en 16te, se mirent A crier:
Vicillard mellez vos lu-
nettes.
Mais oui, vieillard, meltez vos
lunettes. Et puis quel nal y a
t-il a porter des verres. Ce nIest
pas que le privilege de la vieil-
lesse.

...a vu. I'nutrejour, un hom-
me p6netrwr dais un de nos
salons de coiffure lIs plus l'r-
quentcs. II sortal son peigne,
son rasoir, son savon et se mit
A faire la toilelle de son visage,
joues et mention d'abord natu-
rellement. Tfus les clients alors,
surprise, interdits se mirent A le
regarder so demandant quell
serait la situation du propri6-
laire de la maison de coiffuresi
tout le monde faisait la meme
chose. El Ion se demnandait aus-
,i A part soi si cet homme n'6.
. t pas un dEsdquilibrt.
... ne voit plus, dopuis quel-
ques jours, le promenour sym-
)athique. a la criniere echeve-
eo et I la bar'e incut!e. Sans
loute est il all porter ailleum
on spleen, silleurs, 'ers d-e
alnces et des horizons plus ro-
nanliques el tqui front un ca.
Ire plus adl'quat A Son visage
I k sa tete 1830.


(



C
I
S
r
L
~1


6Mme ANNEr;


N' 865


UOIre Ill




... a vu, (levant line des mai-
sons du Chanp-de-Mars une
iolie automobile en arret sur sa
gauche. A voulin inetre une
note pour attirer attention de
qui de droit sur ce Jait qui est
contraire aux rlglements de
police sur la circulation. Mais
a vu soti ir tie la iii aison en ques.
tion unle ol ieiuie fille (Jqul se
]Iit an vo ant tie la voiture et
parltif. A lout tie suite otublie le
num6cio de la voiture el celte
contravention aux regliments
our ne plus voir que la jolie
rune qui Mail au volant.
*
... a vu, mardi apres-miili. nu
liois-V'i'na, In groiue 'en)lantts
qul, spies la ctIli. sse, se payaient
le luxe de s'aimusernaii dtriment
d'une pauvre chituve-souiris. Is
I'va ient altlachie I un des murs
du quarter el lui avant mnis une
cigarette aux vres, ils I a la i-
saient fIuil i i'. I an a I ira tLeux
ou trois )botifncs, \ lIa grade
joie de toti e la itiarmaille, et
comine elle t 'en pouvait plus, A
iln certain momiini, elle renditl
I'AinCe devanii IIs paIssants qui
s'0taiet irr`t'-s pu'ir voir (C0111-
mient les enaiints s'ahiai-naient
sur I'oiseau des nuits.
... a vui, apreas Lin bon diner,
un viillard, batibe bl)anchlie,
yeux rouges, (jquit les deux mains
sur son venture, aaillait aux cor-
neilles. 11 etail ti son raise et lais-
sait impressionn tellement il
jouissait dtie tout son visage qu'il
avattil enfin trouve le mot du
honhetir ihumnain. Cette impres-
sion parut plus viduente encore
lors(iu'ill sortlit son cigare ame-
ricain, in niotidl le bout, se le
iit au (oin des levres et en tira
les preiniekis bouflees. I'n en-
laidt (Jui iass:it b h( agua. Lui.
d'ordinaire tries susceptible se
it A\ soul ire, (oiinle quoi le
l)( )lieur rend ;inaib)le at sou-
riant.


I




'.4


'A
a-.
-I

10
-r
~1
I'


4-,
1-
4







S -








9;


I


--- -I


VENDREDI 6 .:)ECEMBRE 19M1


!




n~ -~* 1SI''' i. ~;lbC~ii; I~d~ 9.` 1 'Lr .-~ --c ~~A' 7b Z ~. W r


P'AGE.:- 4

Vend tedi


6 DIcerbre 1929


Le


rDE PURATIF du D MANGET

"T combat


4iA Maladies


de la


Femme


,to li t I. mo ~t, crit-is qommsWiormepu~botel. ti.NII4m fL CIOP I*(II. ols"I'
tii~... "..Otift-W allpaslu. it amw. Co4111fl#Is Writt 111Sa61de uhali~curuilors.
A-0. r 4-leIcs r wo,,Yj~tIroout-trolin aet p s1011g.iulIto. eCMI pooce 4UC. poor
4L-Prus~c u usIraA o iille popalmolre was e twule augpilSeI.v billame iA 1
I isur *5s1c t trsiv.'I It aellappilmoto ridultofconent. mu prito du mooiwror
etruil .4tip, fit wiiilie selne. 11 aiiporlot dolm. sde Inute *,idetive. qie lo soul
scli1 icus jyc lIoittiiihtiflhijS ,ateasice elde ralpidite I11tfoul. par ctmouslquflt.
q9iiI rt,*te c-miitimiirifiClot iplus at"l. partasat Is plus peat pussaite. Qu'il
~ C~sti5sai. Si'saIomif. It sa cheerr do oi P uas u8icombrasats ott
4. isps. k* iis ll -*v.aseralentir. lei organ W entl at *oiillsMWielrm f.
a.~ ~ ~ ~ ~~. I Iu spicisriiVollrrer. ritn Wfe Pir 1ll'
45t,,i dil: liut 1,1.% ts s raii~dre que It 11 as 9tnesislfust-. dm4 lIt aAit
e 4ii?~..t iiiss s swip ipurgilul.% iitimmimi~e. u~iMI glur vulsjt4 w'.talI
I iiNt.4si i sI. ,Ilduiis do- dcs.Iisslssstl(slt stit ttuiifiSpec
Ii *i 1,, i,..'.5.55. s 1t it sn I'ls ii0 E'.eM s0i4 ss.sgittlerrto
VAs 1-s,',sisjissrletl i1es 1-1tlt i lii fu ~ifsa'sss C -I i.sisisijC ,f
Ire C 'iis sS 51 5 -is s "' I i Ir l ril.I f 14 e 5 OsJiupAUl..r V, u w

iss.fS 5 Is ills j~f C iS. 15 Stil sisl .1le,ilm qtili~t.s r wi u..aisii5
4.525 5 .45 IS S4,55,.i '5'54t I
u i si' sIslit '1 A :1, 1 7( 1 .1 1 MA?Oii,Il 6usr iiiE I s illrite.
de i''i S~ssI S,5I. If% sort.


A-kv A L I U S


Une affaire d'ospion- PUIT-AU-FPhZULGZ
nago en iloniagne
[E tZ'GAleiage- ros Vous 'ies-voti% jaizds tro ii
personnfes vienneiit d'Cre coni- vc assis stir un banc (Ili Champ
dauIIiiies it 011 btlat(JeIC 11annfl (Ie N1Ma rs A IIhe Lire (Iunc r& p it -
(s It, Inson paria ctrCOkl' trale, IC?
pol1f. espionage ttails Iaval iOn, CI
ICeI'' jwoc ii es-itioii neta d ur-6 C'esi IC Speceiat'IeIC plus
UIt IC iI/ ~l IIII II a C II i 1111 1 1 ipicSSiOnli uld III jOC Con -
II III ; C I (S i 111 SC (IV 'I Ii 0i F1itA ilt:V wldIsse. I,'a 11Ottnoqph cyI Ia la Iint
techniu etioCc jiulifaire des temol (es joutiiccs 'ides que Iot
gmiagcs. I ~es d1positions ont vivonIS, jWen(d one Iraiislpa-1
liit~ioti-L cue les accusesen% en (-- ~,,I(* g~i'se (jilestomlpe le
tetiuieiit. d Wi'I u Ln)uirtdi q(uilp: I ys: i1-_,xrifinciit hriquei
S1 tali le cetite dim ie oirgank- II na ISls e ,d
11011 ICs p1011 rge iia us I'a via UonIl ti Sle enxld
allemiaunde, j1 ) 11nr jleql( 'rh)s([W Io S
(t'iet'puissance 6ti-lii,'a ne (II 1 0 1 ]I j)O PW IlecConlempii )Ir.
nenoe illlCpats. A'il iol 1.1 t Ic le orrie de
________________ l i fp:iI (Ili, (lihilitie avecC a
Nouveaux cardiuaux jI wi v II) ItI poI jlI! n t da ns
RO W~~dA~. ( 1OIerv Itor~., s111les c~bl~.'Ll 1i (lcL't0Upire. i)-
no )), lkorpte lut \',I V1 C Ii *3an- chnei~is!niimn sl
nonce que 5 n o av e p it x cat di- lbfsI)cetvr a
naux seront cr-6s (tali% ltes con. mer.. &-peal~lanl que iiotrel
SIStoil'es sei-cets et miiuictts udIl sNt LIU xsieiI, i rra ianti

eux detix ItaIilenls Utsj 1101% 1 -10 ). 1 Vi Ii.j I L'i5sC,. (1:1 I itleati,
Ialajics. 1Les IlouvemII itt wlijibs ri,1, 11 1,11 a v!!,' )iI (s'S oi-
sermitilMgi' Lerejt. li,11, H s t(.11," IC I d, ij&, 1CIVA P)1 .' aasICIsr)sIeItIi,
de tUsbonne, NMgr La-\ it: .no, aa -Itri':nbI I n,('s, a avsIie cc.
cheV&joe (ItitsPaluie11,, igr N\t- IC4te
noi'etti arelieveque de 6(ilies 'Jcs e ilsmsei
Mg-lac&'roryarcliev~qus. &A 1,0 I idCsSIb' ileiS(1b55 Clia-
niagli et prinmal dlilaii'te ~t My t p1.Ne;hlei cIt1ri
V'erict% le Icnouvel archevotjo.e n i I' iicssclpi i
de Paris. I e.-; liduIPalms NaItwi~il.el t~
-. ______--ICtebloc' ts("I -wCI. -I' S Dessa -
Le osCni6Frflces I i'r, 11".'kbI(10 ))LIiVgiAce
do 1M. Hoover1 LI; I u 'l \,)U'ietit s-repIjoser
\VASIOfN ( T( N -MX.M. H en. IIIi h11i.r'c r -jt'Icjjie &I con
ry IFordl, Oweni D. Young, Pi crie clia ut.
1)upoilt et des pvrisoInnuil fi S Totu Pk'.St m~'L~L l;i'nalio.
Iiiimisciti'es oit -t'h ilvic p ir':c bIecmtr liiit

co~ithencc q(imcut lieu ii


* i 11iOIIiiL is I. a.
ILos tfii-igioanis deC la clit 1)1'l
de tc0b~iiner(ce des ELals- I'I S N'
colilipf-i le jprIsidelit X\t I imi
Bultet worth etaieflt aussi p' C-

LePi'ss'dent '.tait, assistb ilt s
M. Hooveri atur'o gale itemi lint
conlO~ieiie sir lo travail A~ It
FM .dl'-mu Blatici -, -:vec( Ic seci C
tlble DIivis et N1I. \\illiabni (it-cc2
ptjlsIdenit de, Ial F ICIXati~tI Ji1l
riam- u lt'.miO alosi (jue 12
au tres repri'se tt antis du ltiavai I.


Ii
I


ilk itr)) e rai l lit
Ol( e N e Ne% W 1w-,k'. 1~1


Si LIC se servir I ec (oh ii ;
Coineune n rup gin iud lu x", N(!.a
probahienic iiioflibi auatji c
Walker, eni guise de cadc .-u ti
NoelI, par oii group dFam .
Ix o Mayfl~ow'er )) [11 ..dAr
ainsi Ia P!Du C (Iu i.NI .(011'
Lis litgocilatioyis pour I acht- 1
du yacht ont W conduces sl
Vlsic~rcement que personne n'en
a rien su, vas wi~me NM. G. A.
\\ hn!, I), &15111Md e (I a Li t tle III-;
HiCyp.de dt c akeptIOD.
!.P iaire VWal-er 'icnt de ('111
firme.?r 1 DIa O'iviIN' qde p1usleie
de -,(,r im-s ron'lageaieeiit I a-

.1 tCtie taiigsle ,
encore Wii. 11&a Iu6 U
"ni. t est q".,.

III ti: '4e cobnsldccrJ~t tine
idlle (111re.


II II, u 1 t 1 .I m i i j s l

I IA U! 1! S1 se c h c! \ sIIc


,t1 Y


C":l l


C'.1db ill'' t! i( w'r
M ISC Ill (":lc
i 't I s !M
Ix )1 'iIjs


I 1st 1Li~,
I i* a
it*~, Vi>I\


LA I'IE


C6NrV'L'RraSSEZ ers ARGENT
vos TWIH~S-PO'S TE




A111Ti A-N. T
I & 2, tioorue Street


I Ires '-'. -ir '-vrt 'av-lompen
I) Isa- I.nt ivalco, de cba" e tgw.


I LaTurquie moderne
CONSTANTINOPLE-Le mi-
iist&re des finances a tait l'ac-
quisition de 6.001 machines A
6crire.
AIn de reliever la cuisine tur-
qtue menace de decadence, on
songe A' ouvrir, A Constantino-
ple, une cole ,de cuisiliers.
La Sociatl des horlogers lon-
le une cooperative qum orgaii-
sera une usine ou, avec des
pieces importies de Suisse, on
labriquera des horloges et des
otiltres.
Universellement adopts, le
nouvel alphabet a eu un sucLcs
remarquable ; mnais il reste en-
core beauconp A fa ir e, et le
Djumhouriet insisted A nouveau
sur le role de la press. A Fa-
hli, trois kliodjas, qui ensei-
graient les letires arabes a 35
enlants, unt 6t6 arr6tes.
Un group franatis a deman-
Ad A louer de v a s t e s terrains
dlans les regions de Panderrna
et de Smyrne ; il aurait linten-
tion d y cultivar des vignes pro-
veianl dies gt iani.s crus de Fran-
ce tl a)pp)icidl.ait la viticulture
aux hl bilA si.

Le BudIget do la ville
de New-YorK
Le Conscil municipal a ap-
i)rouv Ile nouveau budget de
.4)I,t91,728.23 dollars en aug-
menlations dle 25,841,131 dollars
sur le )budIget actuel.
Le budget a 6tl vot6 par 56
v'oi contie 7, apr6s une attlaque
,t: M1. Joseph Clarke ladwin,
Iqin a dec!are que le project 6tait
.tsiitonnbi le, car il omettait 100,
00)),0 )0 de dollars.
M. Fred Moore, noir republi-
a11 de Harlem, a vo:6 avec les
I llmolrates.
M. Baldwin a declard qi di-
Stis (l t!cles d'utn montanit del 57
000,000 introduits. dans le bud-
1t, lie sont p1is Ccomipris d(Ijins
.e total. La vitle aurai', d ( pi s
lui. t prolevr 23,000,0()0 .iu-
PO.s speciaux.

La Franceatceplrra I elle la parilo
naiale ase I'llalie ?
I'AII-IS- .uouilque le gouver-
:. un1 .:i ai iteiin sec dtc la nole
itl ,ieute ,,u'r lounveriure de n-
ciAt;ions n:v'ales avec la France,
,i litiint de source dligne 'te loi
.iltn 1'lvin., misisiterail sur la pa.
ic tav.dle avec la Fiance.
n liiia I ull quer que cattle
S-.- me ieti la France dans
i; (U slu ti lll i tib) irassante car
A lIl.t tl)!! blenient, des coiver-
sations pi liinin irc avec le la-
iie dt'pendent du point de sa-
voir si la France acceplera le
nt i ipe de la parity. Le gou-
\V.! tinent prepare une riponse
A cetle note.


I ORB AVOIIR UNE PEAU
VELOUTaK


L'usage rIgulier de la Va-
nishing Cream Exelento con-
servera votre teint aussi doux
et aussi satin que celui d'un
b&b6. Nous le garantissons.

L'Exelento

Vanishing.Cream
Est une crtme sans" graisse
que la peau absorbe. Elle
nourrit la peau et empdche
qu'elle se lAne, se ride, se des-
s6che,on ne devienne rugueu-
se. Elle conserve la peau en
partaite sante.
Procurez-vous aujourd'hui
un pot d'Exelento Vanishing
Cieam;en venle chez tous les
droguistes ou directement de
nous sous garantie, coinme
vous le prelerez.
Ect ivez-nous pour avoir un
cchaintillon gratuit et un livre '
de conseils pour la beauty.
EXELENTO, MEDICINE
COMPANY
AIL\-'NTA, GEORGIA U.S.A.
Agents lemaures pour tons
pays.
Ecrivez pour renseignements.


Coli 's


Classiques

126me ;'i Phil )sophie inclu-
sivement.
Methode sfire, Succ6s com-
plet contr6le t haque ann6e.
Cours du Soir pour Adultes
et Jeunes Gei-.
Comptabilite Stenographie
anglaise et frai;'aise, Dactylo-
graphie avec d(ts s -ecialistes
pour ch ique c, urs.
Enseigoemen' du Franqais,
de I'Anglais, de l'Allemand,de
I'Espagnol. -- M6thode sans
gale.
Leqons particulieres de
l.ettres, Sciences et Math6na-
liques aux e1v'es ou en re-
tard ou a ceux qui veulent
gagner dI temps.
Cours le Musiqne (Slth;ge.
Violon, Piano).
Pension Scolaire, s6ricuse
et agreable,avec annexe pour
Etudiiants et Adultes.
S'adresser Rue Lamarre,1537,
ou leliphonez au No 2891
pour plus sampless renseigne-
ments.
---_ ++ ---- '--+.- -"-."

Panama Railroad
Steamship Line
1. Le Pub ic en general
et le Coninmerce en particu-
licr sont pries de nuoter que
le steamer a Iluenavetitura P
partira de New i'ol-k le 17
Dlcembe 1929, et arrivera a
P'oi t-au-Priuce,.vers Ic 23 OD-
ccmbre 1929.
2 Nous sqlcrsldps votre
bienveillante clioente.
Jas.t11. VAN REED
Agent Gnerall
i - --- --+----


- -~ *,% -.. yr. - -.

I ___


Ilikili~
*TTE


VsOus


,qw AC~mtIO icriva ftk' L *Wi
CSSS' tcompi~te'sle I'ARTrHRITISME
-~ 6ai~midu20m~d an 25 eptmbm~,,,
OGURSED *TENNIS a *OLF a PO @ASINO
PASO SPEOIAL POUR fff-li4'
omraleaedirects I PARIS (tiore do VIskI & vilrtU
VA vat ent s usI" riscila Paiae. ..ir rinc ias-jc~


Duofold Senior SeDf oqor or 6- D.41
tIour dames or 6 ,
11 y a aussi des crayons Diotolds qui Marchentdavec
mes en couleurs'et dimensions.
DistributeSs:' MOHR & LAURIN. 7
Rue du Centre.-Port-au-prince.


,.4.


t* ,
I
t

*f
1
1-";
.


-- __


-"raw


i







i


vfai n e I


[alilt
III2 8me ANNIE No 6865
llli;1 Pot(an-ri2nc2
omm aCntiss




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs