Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04339
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 12/05/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04339

Full Text

Cl6ment Magloire
DIRECTEUP

1358, RUE AMERICAINE 1358


TELEPHONE No 2242


I


11 e as d~endu axgesd


236me ANNE N* 6864 PORT-AU.PRINCE (HAITI) JEUDI 5 DECEMBRE 1929


Lorsque vers les 7 h. 1/2 les
Ihmbres de la D6legation
*M. Leonce Borno, Ministre
o l'Interienr, representant du
?Nuident Borno, Monsieur
1nri Bor'no, Maltre Fr6d6ric
inbmson, Pr6sident du Con-
U d'Etat, le g6n6ral Marcel
P*'eau, chet de la maison
)itaiire de Son Excellence
"Mt pris place sur I'estrade
4.'elle avec le prefet M. D.
hbinson, MgrJan, le P. Ca
5. vicaire general, le PNre
cure du Cap, Mr Coutil-
a Piquion, president' de la
mission Communale et
eNmhbres R6on Paret et
Bernadin, et que la mu-
t deo la G. d'H. eut ex6cut6
llut au drapeau, 'lng6-
i Champana au nom de
teur dipartemental qui,

E(1)&trait du journal LES
uw Caphaitien.


ddlicale allention, avait expri- fails de chacun, rlHisloire exemple que l'cesclave di; 1,'.ni-
m6 le disir que le discours impartiale o reconnaissant les tetroger son courage, et de se
douverture tut prononc6 par grands progr6s realisets sotns sea~'r on ho'aine.
une voix haflienne, prit la pa- le comnmandemenit de S)an Ex- :t (IIdts loIs I l)eslin jt t en
role pour la remise du monu- cellence camera: march.
ment. L l Hav*ine a Coultuvres, oil
Api6s le discours, M"' Jean Gloire an Pris6sint Borno Malurepas se colvre de gloire,
l e b du o i e les Troits ['aviulhioi 'l't)u,-
Elle, membre du Comit6 de Vixe Capois Lamort I su:st force lhchauti)%au a rectu-
Ierlieres accompagn6e de 2 es lhtros de Ver- 'r, etLCOec-aPiroil De-
fillettes, enleva le voile sym- ires es e alit-es;Ner, M;1agy, Mons.et eti sur-
bolique et la cologne comm6- tout Lauimaiinire, avec une
morative apparut tandis que Vive le Prisident Borno ,poite it.i biravs tienneit en
au milieu de I'enthousiasme Vive Haiti. chec 12.000 L:omnuics de 'far-
general, la musique jouait tme de Leclerc, sont les pre-
I'hymnenational,queles trou- Apr6s ce discours qui lot miers chants de lepopde, in-
pes portaient lesarmeset que, vivement p pplaudi ax cris vraisemblah!e i lurce d ( eauie,
pieux hommage. tous les of- de viventles 6Hros de Verfie don't Ver'liie', baitterua i so tour
ficierssaluaient militairement res. vive Haiti, vive le pr6si le salendide denouement.
les h6ros qui avaient donn6 dent Borno, deux posies dites Irest ezitgrttble que e cadreit
leur vie pour q'Halti vive. I'une (le salut au Drapeau m'oblige t sauter pieds joints
par une 616ve de l'ecole diri- sur ct-& ios 6bLousaints faits
loneae Csmm6meralive g6e par Mile Leroy, I'aure d'armeus. (o;it la glorificaitionu
SVertieres ~ par l'anteur le rentre d'aililews et pour une
Faite en ciment, cetteco- pole Christian Werleiuht fIt ralisation ouit ne s:urait lar-


lonne ou plutit cette stele rent suivies du magistral dis
haute de 3'"20 porte au som- course du professeur Louis
met les armes d'laiti et la cou Mercier qui sut s'exprimer
ronne de fleurs, symbol du autant en historien qu'en pa)-
souvenir. Au centre est grave triote.
inscription suivante: ( Aux Le Pr6sident de la D61lga-
Mortsglorieux de la journee lion, le Ministre Lonuce Bor-


' "C'est avec uae plume d'orl
S'il faudrait faire le ricitde
gtle journee du 18 Aovembre
929 qui, commenc6eh \ er-
! res sur les lieux historiques
A` il ya 126 ans avait 6t6 li-
II6e la bataille, prelude de
fiadbpendance se terminal a
k Citadelle de Christophe en
apotbhose par l'inauguration
a Diapeau National.
Par I'entrain, 1'enthousiaste
d la foule, par la presence
ieisAulorit6s civiles, militai-I
ts et religieuses, par la disci-
line, le tact qui presidtrent
organization de la mani-
lstation aussi bien que par
les discours qui turent pro
vonc6s, cette journey demeure
J la gloire du people Hattien
tst A l'honneur du D6parte-
melnt du Nord et de la Ville
'do Cap qui doivent tan, au
A* Christophe l'une des plus
,elles qu'ait enregistr6e I'his-
.tire.
Aussi regrettons nous en
telte circonstance de ne pou-
voir 6voquer par le detail
Ius les fails qui du 17 au 19
Novembre 6maillerent, sous
,n soleil radieux cette jour-
nae memorable du 18,appelee
comme l'a dit dans son dis-
cours le prtfet D. Robinson la
icurn6e du President Borno
et aussi de ne porvoir, vu le
cadre restreint du journal, re-
produire in exlenso les dix
discours qui furent prononcds.
A Verliires

Plus de 5.000 personnel as-
sist6rent 4 cette manifestation
qui tut apr6s 125 ans la re-
vanche du c De la Barrinre Bouteille de-
cor6e avec goAt par la G. d'H.
de la porte de la ville les el6-
ves des Ecoles, I'es oir, I'ave-
air tormaiunt la chalne d'u-
nion entire Vertieres et le Cap
Oatre le passe el le present tan-
disque face au Fort se tiou-
vaient I'arme au bras les Gar,
des d'Haili, la musique de la
G. d'H. et les strangers amis
,qui apres un siecle 1/4 renou-
vellaient le geste de Rlocham.
beau rendaut hommage au
mdrite.
Parmi les assistants qui en-
touraient la colonne comm6-
0morative pres de iaquelle
Mvait kt6 dressed 1 estrade of
f icelle toute pavoisbe a u x
couleurs rationales se trou-
.aient toutes les autorit6s ci
riles, religieuses et militaires?
avec leurs chels en tte, leIs
imembres du Comitl de I er-
itres, des commergants, des
eonsuls, en un mot A peu pres
Ious les notables de la ville.

La C r6menie


Discours di Pr~fel
Messieurs les DelIgues,
Mobseigneur,
Officiers et Soldatg
Mes chers Concitoyens,
Avaot de nous rendre a la
Citadelle Christophe, le Gou-
vernement a eu la noble et
patriatique id6e de nous con-
vier d'abord a un p616rinage
au pied du Fort de Verti6res,
cel6bre entire tant d'autres et
ou se sont accomplies tant
d'h6roiques actions.
Voulant aussi marquerd'une
taVon definitive le lieu ofi se
deroulerent taut de grands
exploits et ou s'aflirma pour
toujours la sublime 6nergie
de nos ancetres, dans la vo-
Iont6 de vivre libres et inde-
pendants, eu attendant qu'un
tnori mrent soit brig6 au haut
du Fort, il vient de taire dres-
ser cette colonne, sur la gran-
de route, devant Vertiijes,qui
resume le plus haut fait d'ar-
mes de notre epop6e natio-
nale.
A d'autres orateut s, je laisse
le soin de vous peindre cette
belle page d'histoire. Je me
contenterai, simplement, de
vous taire part d'urse certain
r6flexion qui a traverse ma
pensee.
Cent vingt six ans se sont
6coul6s, depuis I'accomplisse-
ment de ces hauts faits d'ar-
mes de Vertieres, dans les-
quels se sont illustr6s nos
Aleux, en vue de nous 16guer
une Patrie.
Et depuis, vingt-six Chefs
d'Etat se sont passes le com-
manidement du Pays. Pas un
seul d'entre eux,n en d6plaise
aix manes sacrdes de c es
grands homes, n'a pens6 A
marqjer meme d'une pierre,
I'endroit od fut burino, en
lettres de teu, l'acte solennel
de la consecration de notre
Independance Nationale.
Eh bien I il a fall I'arrivie
an pouvoir du vingt-septibme
Chet de la Nation pour com-
bler cette lacune et effacer
cette grand faute national.
Et ce vieil adage a Mieux vaut
tard que jamais vient de
trouver une fois encore sa jus-
tification.
Quard le temps aura fait
son oeuvre d'6puration, que
les viejilles haines se se;ont
tues et qu'un grand voile
d'oub i 1ef jet6 sur lea me
&O~bliMR -


dei datis L programme oJapo-
toscoIns-u par' I, ('ouverric-
inent pour la nIil~(ialion dti
ceuix qut oubtent que les viles
mind'vidueiles, De Sont qu'une
tongUL suta~ 'de vies ancestralts.
Nou, soC~mies au niois tie No
uvanhre 181.XiA sai'naous vna. hibien


no donna acle alors au nom cnereprendre avec nioi ce pieux
du President de la Republi- pleiinage danis le passe.
que et de la Nation de la re Sous la pre-.siorn des carnies
mise du monument el pro- iiuli' ~eues, le d.apeaul Iranqalis
nong eIt discours suivant : net l.tte pius que sur deux
points du territoire;
lseumrs do Minisire Lonee Horn o Le Cap et M61e S!-Nicolas.
a V'erti.res Cange et Magloite occupent
Mesdanies, Messieurs, lacml Gfi',ard, les Cayes. Le
C'est-une merveilleuse his- Porl ltpublicain a capitui6 sous
toire que la n6tre, et qui ajoute LA presso de Dessalines.
au tr6sor htro'que du monde, .le ni'excase d'avoir A dessein
une inestimable contribution de adopt pour la narration de si
magnificence. fecoids 6vr.ieiemients, la couci-
Elle est d'abord toute traver- sion seche d'un bulletin de
see d humiliation, d endurance guerre. Quajouterail d'ailleurs
et de resignation, e. n'apparai 'arlihce le plus heureux du
que cotmme une table cruelle. discours, la mile 6loquence
car nous ne sommes assimiles des laits ?
qu au betail, au vil betail quon Le ( Noveimbre, Dessalines est
cap'ure, et don't on traii'jue, !e au Carrclour du Liinb6, oln le
maiquant chaque lois, aux im- retient neutl ours, l'6tal des
iailes du nouveau raiatre : A !1 routes dcloi niees par une per-
b6le de some qu'on puise a u sitante averse. Au preniier so-
travail. quon agiuillone jus- Icl, 11 repiuid sa nimarclihe, etL ie
qu' inensibilte, et qre la 1. Noveabre ilattenlt le Mo:ne-
iouLge, eIt ablit Soil quarlier
nuit venue, I on parque en. de- ,-o er el a l- i son quarter/
traits et solids enclos. Le louet gene ral ur iabilaion Lenor-
do comniandeur reuse de wand, a minors de ciiq lieues
longs sillonsi ouges a nos horses du Cap.
*nus, mais Ia plairnte mem nous Le 17 Novemibre, il fail deti-
est delendue, car la sagesse est ler toule 'armde devant lui,
ici de rire pour dissimuler la et pomi"nta son sabre ddnsla
r6volle inl~rieure. direction du Cap l: Voici, dat-
Puis un Jour, la iferl6 redress it, le tetnme de nos efforts, jurez-
la servility des ames, et pour la tous de vaincre ou de mourir. ))
premiere lois, la peur des re- C'etail ,nouM. qu'Ilne armee
pr6sailles tait trembler le mal- que des hirdeCs degtneuillees,
tre. couvenres de houe eti de sang,
Og6 et Chavanne, Jean Fran- anmaigries par les privations
Vois, Boukman, Toussaint Lou- et le argues. mas qu'.ec-
verture, ces glorieux veillcurs -ris "e ,edela.ib et'
risait Ic s fll de ia Xll iberte
d'Ames, sublime pionnlieis dtie to e procie. ls passaienou-
I' mancipanion, ce n'est pas en loude roln ins passaientou-
vain qu'ils sont tombs, crass ragan de clame0urs, droits el
par lear ieve, puisque c'esi a la souL iants, el ceux mdiues que
virility de leurs sacrifices, et A courbaient la lassitude et le
la vertu entralnante de leur poids du havresac, galvanises
-- -- : ~-- " In II l m l- Ili


Manlgacture


de Cigarettes

GEBARA & Co

Les Ciqarettes

((Dessalinienn e,,

*Colon'

S.Republicaines

PorI-au-Princienn e
GrAce A la finesse de leur ar6me font les aelioes des
vrais amateurs.


Grandiose Mlanilestlalien


laaca au pas de charge, ."ais ",,cleu d.t C
dis qui lle parvint. la hd- 1 l ne repondit pes. Cet hom-
stour qu Pont de Charri rcl ne vcnait d'entendre un payan
turUuPt et de Char Mitraille qu en passant avait jetd'ane
ut arrdtie par Ia Mitraille voix nkgligente ce proverbe
de .Verti6reI. creole : L0- o pas capable nour-
Rochambeau, au bruit du ri chouul oil, oi tagu li nun
canon, sortit du Cap, entour6 savantne. NOTRE (EIL lui aussi
de sa garde d'honneur, et devint soucieux el se demand,
prit position sur uue tui- come I'autre, ce que pouvait
nence assez pioche de Ver- vouluir dtie cc proverb qui
.c -sI semiblait bitn etre un proverbe
Lire uite o n 4e Paoge damour.


rCrrr~ -- __


I _


da e v EntTrii:is )). La patrine
reconnaissante, 18 Novem-
c.bre 1929.


C


- S -.MM- M------- .- wm m- 1-7


---ac-~- -- --" _~Lyll-li --~I


UnhGrancdBal
A ROYAL CABARET ,,

A s loirt 1iI
1',occasion dtie l': n i\'trs:iire '
de son inslallation i l a M iss:,it,.
Ila direction du l(n yal (Cibrelt
offi'r s nmedli 7 I)eceibre coln-
rant. des hluit hellres du .'oir,
iin grand bal vtlr. .La direction
a pi is toutes les niestis poLr ... a rencontrl, en plein midi,
ue ettite soiree ;l1 un granIl au Champ-de-Mars, une feinnie
suLcers, piareil aux gri'. a:t's es complement saoule. I'lle titu-
p)lrc,d1ltCes dolliitct", t l v elt bait et ceux qui la voysient pas-
blisu iicl l qui ni eli c t ipas 'i ser craignaient, chaque 'ois qu'-
co1p)it!('r ses sunctCs (lim soul uneauto passait, qn'elle la heur-
dsans : s lts sotivt~lirs, (:i. Et elle criail, la pauvre
L: miiiiq(ae Iu! d'tl ts t.st ex- femnme, chaque oIbis que quel-
cclleilte, It., boissonls tiC choix (qu'un la regard (ail:
(t q(ual'il an service iI s Cii co)m- -- Vive la 'rC ... VI v e la
Ule ltouloiirs iUss'ii rp,!idte q(Ie g.-Ve.
purlait. 'l i des etnf'.iits q( i s'eln reve-
No I St)Io lieS aIssulc's ite L o !I t, l tie I' | ol C corriirtent ipi-ts
se rmit(ia en fto le I ce v bal ti ell ct. rb 1 e ltlit. n il:iirte tle
I onil s'i li se-rn' lollimt nit. 1) 'a:l- pjlaisanierie:
leurs le climate est excellent et Vive la arv. Vivela
le voisiniage de lan mi rend Flat- v la la
losphlirc plus agtP. ,J el phlus gtve..
paitium6e. Aut-int de raisons
poutr que le succQ( de in soire a vue, avall-*hI sti. sur
soit complete. ...a Suo avanit-len' so, sl-r
.1 sanicdi donc. s '1 )Uis quad (iin s I:ISablemel i
ITS dvptis (ucki(ics is, I)
c...... ..- t pl' <|;ns one Iwlle autoet
(tils l '.l;li VIt lm s r It's quals l.)i
p.ar lI. voix dul g0i rail e lthe l l)1)ir r,,vs[ilrr l' ai ll. b iht
s1. it-dr'ssI etii t i )()l r l';c'l l-er, IIO is ivt'( lI' d (lsir le Ine
li .llC tilroUVtSi*r I)tMrSI LI' nii, s C s t( l.i
A al"iiV gl .irdle,'voici Caipoiix licrs is |I)r: eillt lt'in 'o. II cmnin -
l:i Mort la I tl c t d I a 9ci C dv i- '1s so() l 11 I.es (lIu:1s
nll )leiat .t e lCOl L l hile t il llb o(lt"s de vl.itlr sc., et
i u eros m ais l .a:i taille ils Its vo iilt'rs, L e's I l'lpr ijle-
linat a lalaaille dit i demi- kitutoiiollc|iil iiiic.u-antlr dir c-.
ditui. Voici Gabart ;i I ttle dtc io01. NorrHE tl. l. r1 vi\' II c(tipI1)
la e.,dela 20e demiibliga nrds, ni pen plus lird :i\tx environs
Jcan Philippe Dlaut la t"le du l'arc .Leconite.
de qetqlues baliilloi,; de la
loe coniposee de I, lite de 1 *
P'urt-aiu-Prince... Voci < ler- ... a vu, avaut-hier soir', au
vaut le plus ancien &iIniral Cltlulip-de Mars.des eunes gtns
dt la' ee, ct uaigc I vail- lolalement ivres. llstlaient cou-
ct' iS sur la pelouse el cii:n-
queur de Jacmel. laient d'une voix enrout.e d'al-
Autour de D)essalines sont cool, des ch atsons obsccnes. A
an. lges Ics faiouches (draigons un certain moment ils en vin-
dc I Ariibonite, sous les or renrent aux mains, c'est d(ail-
(Idrs u lidle Charlotin MaIr- leui s ainsi lorsque IIlis par l':il-
cadien, et tdc l'intrepidc lPaul cool on commence );:r disculer.
rollptl. ('est messieurs tieTLt done tiun
Chlistoplie, seconle par lapageiiioui.issourdissant, trou-
11,niiaini a lai tte de la lere blant le silence de Ilt nuit. Puis,
I':tlgu6s, ils ab1 ndounnrent le
et la 12, l demi )ri-t:lv,ha de i -As is ai)an .,nnteit Icr
e, lcaa e l M~t e ,, ia laV (hamp de-Mars, lo ilouls eni
ecala le Morne.s e la cria nt et gesticula. combine de
g 0 ,, ., grands iOUs...
lIi lquetlqules details topolo
girltic s'uiposent. P'owr arri- ,
'eir a;:x inIturs du Cap), a1 la ... a vu, la senaiii dernicre,
Barr.'I c-lJoucitlil I'm ineie in- lu Ioste Marclihnd, iei rtuni(ion
digeae devwit traverser le nocturne des plus int'resantes.
Lito (e dte (harrier, Ic hlog du Ce;lit a la veillee dun lmort.
(quc l e lit (ICbSsechc d'ul tor- Les gens qui s'y trouvaient
lent, oI mail un avin q que tnaient loin davoih la mine de
st lot bait n, pota dri i rconstance. Sous tni manguier
su rpoubt un pot duu e qui ait dans le soir
rule. ace arriercomtie un grand parasol epa-
Srsqu ten face de Ciarer, oui, uni gl-op, tl l p,,t pisib;e-
le fI-rt Ver' ires en debtlios inenenl au ( vois-sepl)), et de
des puissan es l)arricades,dis tempnis eu len)s iimoitameat (le
simiulees autour dc ses sllanic, ce group des exclainations que
braquait sur i'eltroit passage, Ie vent du soir u (chios en eclios
la menace des douze pieces apportait loii, tics loin. Sous
de canon qui bordaieut son nuce autre tonnelle. un autre
euccinte. Un millicr d'hom- troupe, plus compact, riait a
mes en assurail u suIpls gorge d6ploye cn sentrelenant
es en assuraicl a surp des potins di jour, landis que,
la defense. Plus loiti, es iorl tout au fond, ds ue chlambre
Chai>ntpn, Piicr'e ,lichell 110- tclairi'e par la luni.ere palte et
pital, Belair et 3reda, pisse- vacillante d'une bougie, la fa-
mines tout alentour tcnaieut muille pleurail silencleusenment
sonis leurs feux, la plaiae ma- le cher disparu...
recageuse de (.hampin, et la
grande route du Cap. ,*
Ce u1tait pas sans raison ... a vu quelqu'un trs sou-
que liochambeau jugeait le cicux. Sea amis, en foule, n'an-
Cap inexpugnable, rivaient pas A savoir de quoi il
Quoiqu'lI en soit, I'ordre retournant dans sa pens6e. 1 se
Srv dpromenait de long en large dans
d'attaque arrival du uartier la price ar6e qui lui sert de bu-
General a la pointe du jour reau. Et parfois ii sarr6talt, un
le 18 Novembre 1803... et Ios (oigt centre la tempe, il avait
bataillons s'ebranlerent,ivres I'air de resoudre quelque ditfi-
d'enthousiasme. cile probleme. A un moment
L'avant-garde sons le corn- donn6 on 'entendit nurmurear:
mandement de Capoix, avail Mais quest ce que cela pent
pour instructions d'aller de bien vouloir dire.
ravjnt et de ne sarreter qn'i Mais quoi? inlerrogea un
la Ba riere Bouteiille.Elle 'c- ce anis qui le regarduit, trs









LE MARTIN -


.-, Dncembre 192Y


Allia-ice

franchise

c(r'j~) tot i lailieti dv I Al-
li~~mn'c' I t' 5' I Sd' FL imOiiof
de'0'.'l A IIi l i 'eitict'n
del sA Gil-Cil t& Vi',11111 it',
11011, lei'sI coinple rn'iu'lii
ie sa sittia?. on gt('uaralIt, nol-
tailmull1 Ii'S dcopt'i'tiotis de Ia
loterie.
Celle-ci o Imur butml (id nie
A la Coilsitruioll d te I'In'dcl de
[ aSocid(3 ci de I's ti i
desNiwctirs (il I Alps Ln-.
scigna 11.
Apres uni ciliatige dIe viles
sur Ia gi'cvC (Its ecoles et1
'empl)oi tic ninitres et mimi-
tresses dmins imos 0ablisse-1
tienets (11hii lieC po ss(iIllimiPs
la lailgue ti~i(~m4,(ICLIX
V(PI~iX Out 06I adiliiS.
Unl Pri x i d~cerner tui &0ce-
'Iit'S qUl Se? soul Ite phIis iIf)
)l iqju s ' plrer [ra ,o -,its a utt-
vole stir la (IA'ma11d ide' A ll
LU' i'tiI'hlI jliL icl

dI dilli' I i'a nsilicitt it? S (I'Vti'l \
Sa G. ( 1,11, tin mallii, 504iffraillt
a l-'ctioii v lie. Mori (CquIal ei(si
Q miiiliut' ul'Ionneiir de' ki So-










re.

Mui K.L r10111 his, L1 lit'w
Ploat i, Nmit Lt I'OH11 ( Iti:,\ Ii


dtitiLlltl dc 11 :\l. .\l.:
etI.cLalcal.t Ltisle ul-c '

Call I i ( )lt'itm C l
Minell Prmi'lli MeI Ow-U' al

twill',tm al.( .i'vSIti' a Ia l:''Llii.

1". lVA c'lsol, It M l'd jl S C I.~ I

(Lesi (I it11 misci' s l'&Ctl1rSon!
devoucmehhC.

NlVimSvK, iL('c Ci D'i'"" Milale

FIoUS qut'It' t'c (iic'oi


5ible aI''cl'it'cht tid 11te's (411'.-
VUtil..'1,CS t111C'I 'L11\ (DII tIi)T
(illtrmlelisit ( :tNEWt NiI~'S1l-L Mt


(Li L.tca, Loiumsi t

Cbet'luicI'lL'enux (leI! Io O.iL
(3k 11110.l itil l' U a diu 1,i NO l' tl-si


la ioi)p)silion dtis mtembres
Fatlion ct Potlih l n till n,.c
extraordia .ire dc la lh n Itl
des (E'tuv:cs a ti [i),. pati
I'Assem blie.

A la Commission
de sla Marine
PARIS- La Commission de
la Marine de la Chanibic a i C
si impressionniee par l l)rojt i
de construction en Al.lem:i n I
de cioiseurs de 10.(0I) toll,
rnav< 1 t" a OnuiN de 1I potird s, qii
olle :' drp 1: ,11.ir .l l il l H! M NTsl dcl
It ue'ion d'iia q u t Uio 10 I.000
toniaes vt e a t p, (-cur de nines
pour tprtpoer dis pi-olets plus
r'ode r e.,,.
tI gt(ji em mct'il ent se pitpai,
A la coilerence de Londi-es, 11I
aurait fini d'etudier l'aspect tlch
unique de la question.


Les Liv res


LEIII: IMAGE U~lINE

IA Iib. IFta in ar oi :12 Frs.
'loui s lettr~s reliroiit, avec
Lille? orttie (C Iv1iiC5,!se
L e V'o q ae d A thiems, deC (Aurles
Niami ras (11qi-c 't01de rzt~'diter,
He lFlaniiuarion. Decs livres noin-
lbreux (flt souvent dt~rif, sou-
venit av('c un ie[ 1b orlietir, Ia
(i ic c 11w IHor clit'l, it sesCS c10 I-
d'ouliv re di ill 11101 l1cl e La tile
Sl ade... A ucI'ir c Iv iviv.i cIC(luir-
les Naurras (IUI jmoint au t qai
It's tltiu i 'crivjiii in~galadble,
celles d'un ii cs grand politique,
ble. Oit reconnit iLcs clivls-
dF~o2vre (lLv-1iileIs(1ud15 ladmi-l
vaio so II' a it Iiumbl he etil .,cin -
ble uIL'O lICSV Vole poti r laI pie-
mitre lois.
It est InIutile kAc pal'Ir(lerecuIlte

to ute atltiqu;a'. Cc ;t till Iru is'le
d.' vjU it 11(lLi It ci l'Cp)uus
(j'aJCC(L'1d(C jttI lcIS 10111.t )l'lil-l
lode I Ill IIpt' 1Al)m2Cl ( )lell

littVo(lit lc i I 4t i'i.i' i ii d c h2
&VO(ICJ 11
Le 'o'ayr !J'A!~dmllu'i'c~s est till'de
('(S 1iVI-C-s(jlt' I'011 Ot'lut 1tt)UJ'fLII'S
Al pfIL' (W 1:1 Li mil, conimie
1.111c4' I J'm. RCI ull 1'hJlis. A



c rilsc if B 1 f-, l l I til S phi M 3

'olii ('I lttillSoi!' illii pi ra I tti I tin







houll e NL" I ii.!pA
liz 11.UjIL'd-si tC~iLIL




( lI I I\' I I I-III III
ICI ill i I, s .1t I IClI I t r, S I a
c I I I I I I I 1Irv I I I I i I r I I I I I 1

rt-I II Ir t ,eI -c"i i')aI I1e4111 a ~r
du noc i o iu, pago ic cIit i'agcs
(l siit- cll i tic riit.. i' 9k.r ci, tit'-
t IIII I lI5 c I, s' II'i I iit 111ct I II I'It1

1101I .It"
dj c llth n1 :1p ot(1111 1 et c l'it [o ll".di


1( .\LL INAT.\I '.ANTS:
The I 'ic ieI Si alte Forct.lC in
Hiaiti art C engaged inI aiding aid
uIpportihng the Couslitutiowial
Government of Haiti and are
your rInends.By their efloris and
those of the (iatd ce and tranquility has been es-
jbi ts I t i lh ,'ouC,! Vour land
for n N v v v.': ', '*i nitig you
to ronii ii ( vo'" lhumin -1.s anul .
wu rii' '* lit n slt |iv .n
\ .'li ;'l 'y l ito ;s .lire I,"', fi,
deavcring o foimul trouble. II,
therefore, becomes necessary to
gain place in vigor the po\\er
and authority ol Martlal l-'r ,
whiut b..s diu ,1" the p"" '"w
V '.Ir s ),I' i 1Mt ii 'l ia t 'v .
SYou are aiuo ioittinliCd that
a! ti It's or speeches of an incen-


Washington
Les 'colnoulies mililaires. i.e pro-
chain messaqe pr'sidenliel
\VASIINI'I'GTON- Les recom-
mundlations de i'Mlat -major de
I';m nke- sur la reduct ion des d6-
plenses militairts viennent d't-
(re sounistIs A I'examen du pr6
silent lloover.ll est tort proba-
ble que M. Hoover transmettra
ses conclusions au Congres au
debut de ce mois. "Le s6nateur
Reed, president de la commis-
sion siuatoriale de l'armee a d6-
1A exprim6 l'opinion que de nou
ve:los economies pourraient nui
re nu b)on tonctiounenlent de
I annec.
En demandant 6 I' tat-major
gr'(ral d'Otudier les economies
possibles, M. Hoover
av: il declare que les dopenses
puremietit militaires des Etats-
Unis etaient sup6rieures a celles
de toute autre nation et il avait
ajoti'c q'.'il y avail en ce mo-
iano ilt mins de danger de guer-
re qu'i toute autre epoque de-
pais cinquantie ans. En outre la
possibility de reduire les taxes
d,"pcn I daus une large measure
Je la possibility de duminuer les
Jpens.s:s militaires et navales.
Lt, C(ongres se raunira lun-
,ii oliihaiii pour discuter les
Outsutcs legistatives de la plus
hiaule iiiportance entire autres
ls :I'oits le douane, la reduc-
lon ,it", taxes et la ratification
Se I'accord irauco-americain sur
I s di ',eas dt guiTrre.(),l attend le
;uelss Ige A i president avec le
plus vit int'rct.

L'6tat, des affairs
aux Etats-Unis
ies 'repr' seiitants de I Agriculture
a la Maisou Blanche
WASHINl't)ON I. pr6si.
,.eit iHoover terminera bient6t
ses con.)t;eiences sur l'etat des
llu.,c.t1 en recivanit les reprC-
senta tls d1e l'agi culture.
Le president aura ainsi exa-
1ij,', el discut6 la situation eco
:ioiinf(ue des Etlats-Unis avec
Sps per'oiuinages les plus comple-
ta.uts.
Eli ouire luer it a demanded
.,ux gouveriieurs des Etats de
0OOet cr au mouvmnient de ie-
?isltanice a la depression p.odui-
le par le mnarn he des valeurs, en
icce~lrant le plus possible les
jpogrammes de constructions
dans les Etats et les villes.

la IFrance. e Ic larii aminrieain
I'ARIS- Un comminnique du
ininistere du comunerce indique
o.'ilbien la F ance est prolon-
Ivitent itoublee par le project
de taril amu ricain. M. Flandin,
,uniistre du conmuerce,y lait re-
miiarquer que si la France nei
pent vendLe des produiis aux
Eials- Unis, elle sera amen6e a
rcstreindre ses importations am6
ricaines et 6 appliquer des
droi's plus elev6s.
M. Fliandin a explique que la
France devait vendre des pro-
dluts iuauulacturds aux Etats-
tniis pour y b:ilancer ses gcos
,I.Is de mnutidres premieres.


A LOLEll
I.A gurinill Mi1 isn lI itc etrlit Cour
'l jarliii, rin'l( (;apoi.is, iresquc ,nil facei
ti li'A')I' Noimalh' 'lnstituiiricet's,.
S';elri's ri au I)octeur Moliere
llt Itut' llomainii, 'ririz rc Matetrnita
I'ort-:iu-i'rinjce I' :n Novembre
I1 921.


dimay natureor thosethat reflect
:ilvet'sely upon the United Sta-
lr's Forces in Haiti or tend to
siir up agitation against the Uni-
ted States Olficials who are ai-
ding and supporting the Consti-
tutional Government of Haiti,
are prohibited and offenses a-
gainst this order will be brought
to trial before a Military Tribu-
nal.
From the promulgation ot this
'lioclamation, all inhabitants ot
the cities ot Portau-Prince and
Cape Haitlien will remain in
thvir houses from 9 o'clock p.m.
id il day-light.
R. M. CUTTS,
Co niimanding First Brigade
Uui:ed States Marines
and United States Forces
Ashore in Haiti.


Voici comment les journaux
amnricains annoncent la /orma-
tion du nouveau cabinet:

Le'Cabinet

Haitien
Le Plrsidenl Borno somme de nou-
eanuxi membres. -11 ne sera pas
randidat Ala rklection
I'ort-au-Prince, 26 novembre
.- Le Pr6sident Borno a nom-
m tin nouveau cabinet.On pen-
se g.neralement qu'il communi-
quz ra demai:a au Conseil d'Etat
une declaration annoncant sa
dt ision de ne pas ire candidate
i la rlUlection.
M. Borno est president depuis
1922. Le mois dernier, il a faith
savoir qu'il n'y aurait pas d'-
leclions legislatives en 1930, ce
qui signilie quu le Conseil d'E-
tat choisira au mois d'avril pro-
chain un nouveau president
pour un mandate de six ans.
Le cabinet annonck comprend
Anloine C. Sansaricq, ministry
des Aflaiies t, ang6res; M.Fran-
cis Salgado, ministre des finan-
ces; M. Charles de Delva, mi-
nistre e l'interiur ; M. Hanni-
bal Price, ministry de l'instruc-
tion publique et M. Charles Ri-
boul, ministry de la justice.
M. Sansaricq a -t{ president
du Conscil d'Etat et ministry
des finances ; M. Price a repr6-
sent6 la republique haitienne A
Washington.

Une affaire assoz dricle
NMardi soir vers le 10 iheures
el detnie Mr Arnoux en rentrant
A l'H16el des Banques recut deux
coups de poing au visage p.r
un dominicain nomm6i Raphael.
Devant uie aggression aussi sau-
vage, les clients du cale, parmi
lesquels se trouvait Monsieui
NMlro Depaule,intervinrentet 1s
domicaini alla dans sa voiture,
prit la manivelle et un couteau.
It s'avisait A s'en servir quand
daus la loule deux coups de re-
volver turent tires, qui n'fltei-
gairent personnel. Le doinini-
cain sauta dans son auto et de-
inarra a grande vitesse et au
touIranti d la Ilaytiau Motors,
sa vouUre heurtA violemment
le poteau lectrique.
Les degats 6ta.t insignifiants,
il continue. AprAs queiques mi-
uttes il revint avec la Police et
declara qu il avaitl te bless de
deux balles par Mr DWpaule.
Celui-ci lut loulle ainsi que
l'H6lel et aucune arme no fut
trouvee. Cependant, sur l'altit-
matien de Marcel Millort d'a-
voir va tier Dpauie, ce der-
nier lut ari 6,e; i'autres temoins
de la scene dissent que c est un
matelot du ( C(arinar6 qui
avail tire it que le doininicain
s est bless. quad son auto heur-
ta le poteau elect que.
11 paridt que ce Raphael est
itts connu pour sea algarades
et comme grand p,'ovocateur
de desordies partout oi it passe.
11 est venu, parait il, travailler
ici en soi tant de la prison de
Santo-Domingo ou it purgeait
une condamnation de huit ans
de reclusion.
Nous souhaitons que la Police
arrive A lixer les iesponsabti-
tls dans cette allaire.



Revenue

de sa mission
Notre viel ami Charles Vorbe,
dI1 gue du Gouvernement A la
Conference de la Commission
Pan-Amkrieaine sur la simpli-
fication de la Procedure doua-
niere et de-, Formalitbs du Port,
SW\ashington, est arrive avant-
hier a midi sur le steamer Bo-
livar de la Colombian Steam-


ship Line.
Les travaux de la dite Com-
mission se sont clotures apr&s
douzejours de Session, a la sa-
tisfaction de tous les -d6elgu6s
des pays repr6sent6s.
Notre d616gu6 se llicite d'a-
voir constat6, au course de ces
interessantes seances, combien
notre pays, avec les dernieres
reformes qui out 61imin6 de no-
tre ancienne legislation doua-
mnre tous ces vieux droits 6pars
allectant le corps du navire, en
un droit unique, est, sur ce
point, beaucoup en advance sur
toutes ces r6publiques doe l'Am6-
rique latino qui conserveat en-
core l'ancien systnme, tout en
volant trouver, avec ces mul-
tiples taxes, une simplification
en l'espece.
Notre ami dit combien les d6-
16gu6s d'Haiti ont recu partout
A Washington un cordial et bien-


CADEAUXde fin d'ANNEE

50 sur le prix


Chez Vincent CREID Y

A I'angle deo Rus, du magasin doe I'tat f
ot does Pront Ports.

La Maison CREIDY donne un rabais comme cadeau de
Fin d'Ann6e. Comparer ci dessous, les anciens avec les noun.
veaux prix.


Biain blanc tranq. 2.50
Tricoline blanc
a dessins 2,50
Imitation de tussert 2,50
Madras blanc pour
Robes et chemises 1.50
Diablement tort
blanc et coul. 1,50
Z6phir franc.
pour chemises 2,50
Zphir ray6 de
soie pour chem. 2,00
Zephir raye de soie 2'50
Tricoline A dessins
coul. pr chem, 2,50
Tricoline A dessin
Sole blanc pr chem.2,50
Voile coul.a fleurs 2,00
Voile coui. ray6
satinet blanc 2,00
Voile coul. et blanc
ray6 de soie 2,00
i ong6 coul.a fleurs 2,00
Foulardine could.
A ileurs 2,50
Dimities cl. A fleur 1,50
Percaline coul.
pour lingeries 1,50
Ratine blanc poui
chemise S)ort 2,00
Gab trdine nou-
vautm assort. 3,00
Foulards nouv.asst.4,00
Satin soyeux
ponr jupes 4,00
Simili coul. etbtl.
pr lingeries 2,50
Percal bl.extra fin 3,00
Soiezette cou. a fl. 2,50
coul.a fleurs 1.75
Tricoline coul. uni 4,00
( blanc extra fin 5.00
Tric. noir sup. 4,00
Indienne franV.asst.1,50
pour chemises 1,50
Calicot percal a.lar.1,50
Scamrie g. large. 1,25
Demi deuil noir g.1.1,50
c rpet. large. 1,08
Organdies blanc 2,00
Grisjaune g. l.sup. 1,05
Beach cloth pour
costumes sntants 2,50
Damasses pr uuion 5.00
( pr matelas asst 3,50
Flate crep de suie 17,50
Chiffounette 15,00
Voile cyclanese 10,00
Satin de soie
extra sup. 20,00
Satin de soie
pour jnpous 12,00


1,50

1,50
1,50

1,00

1,00

1,75

1l,50
1,75

1,75

1,75
1,50

1,50

1,50
1,50

1,75
100

1,00

1,25

2.00
3,00

3,00

1,60
1,75
1,50
1,00
2,50
.3,00
2,50
1,00
1,00
1,00
0,80
1.00
0,75
1,25
1,00

1,50
4400


10.00
7.50

15,00

8,00


veillant accueil, tant dans le
monde ofliciel que dans les cer-
cles priv6s, particulierement au
Marine and Navy Club, of un
somptueux diner leur fut offert
ainsi qu'aux autres membres de
la Commission.
Un des presidents de ce grand
club connait bien Port-au-Prin-
ce don't il a conserve un trea
agreable souvenir.
kill en a ete de m6me A 1'egard
de nos deux d6elgues A I'h6tel
Mayflower ou it ne vient que le
grand monde official et le hight
life de la grande Capitale. The
May flower est aetuellement
l'h6tel le plus select do Washing-
ton. On y garde, d'apr6s ce que
nous en a dit le d6elgu6 Vorbe,
un Ires s'ympathique souvenir
du passage du President et de
Madame Borno qui ont etepen-
dant quelques lours, en 1926
les h6tes distingu6s du May-
flower.
- --4w


Cr6pe Ginette asst. 5,00 3,01
Bas de soie ast. 6,25 4,
( 7,50 5,00
Bas de soie tussage.
crichet 10,00 7,@
Bas de soie| .- .--,
extra sup. 15,00 10,
Bas chifondesoie 15,00 I0,
Bas til Dames as. 2,00 1
4 mercer. asst. 1,50 1,
Bas, fit matte blanc 1,50'fl.
Bas fil jambes ext. 1,50j .1
Bas A cotte asst.
fil fl 3.00 2.
Chaussettes entant.
hommes 2,00 1I,
Chaus. til ass.hom.'2,00 1J@
Chaussettes ass.
pour enfants 2,00
Casimir Tropical,
assort. 10,00 74
(Bat'Bas )'Etofle
nouv.pr costumes 4,50' 3
KhaKi jaune angel. 3,00
Khaki blanc angi. 3,00 2,
S( blanc 2,50 it
Drill blanc union 4,00()' 2.,
Drill Nippi blanc 3,00j 2,0
Dock jaune dble hi 4,00 2,00
( vert double fil 4,00 2,00
Drill flanelles 2,00, 1,50
Drill coul. sup. 2,00j 1,5 .
( could. pr entant 1.75 1,25
Khaki pour chem. 2,50 1,75
Mouchoir deLpo-
ches non ourl. 7,50 2,00
Chaussettes de soie
non assort. 7,50J 5,00
Cravate de soie ext. 7,50 5.00
Toile a drap sup. 5,00 4,00
louverture de lits 7,50 5,00
a de lits line 12,00 8,00
Couverture de lit
blanc ext. 28,00 15.00
Tapis descent
de lit 15,00 A10.00
Savon radio pour
purifier la peau 1,50j 0.75
Serviettes de
toilettesi 12.00 8,00
Serviet.de bain 2400 18.00
Toile pr rideaux 2.00 1.U
Chemise de laine 7.50 5.00
tricoline 9,00 6.00
Chemise ratine
Sport 7.50 5.0,
Cthemisset. tricot 20.oo 16.0Mo
Chaussettes pour
homes 8.oo 6.oo


Port-au-Prince,
vembre 1929.


Spectacles




Parfsfana
CE SOItl
S La Poeharde
( Suite )
( ((Suite)
Entree: 0.50; Balcon:



Vantes
CESOIR
Soiree de Jazz PhiUlp
ses danses at chansons.
Sur demande:,

Decheance
Entrie: 1.0 *


FAIBLESSE
D~BILITEt


U ~dESCHI
* r~ t~ r~ o u ~ !0, 1 M Ga u Itsu.u f Pa u l' k & 7Ad N S "~ 5 ) ~ 3


I ~Jrr~F;" 1 1~12


PAGIK-2)


PlOCLAMATION

renicltant ien vigueur la

Loi Martiale


ok. -I o -wl


a I- I I -L


- r -- -r


- _,__


-v..4.uumw.ft-








LF N'A'1 uN D)cc ndmre 1929


-.__Toutes les Polices _____.



Toutes les Polices |


DE LA






comprennent la Protection contre la

B~


are sans auamentaton de taux


r.LeBosse.4Co I

Agents Generaux a

*BBEm Ga^^f~IiMWp8llkI


IA EXPRESSA NAVIERA
DE CUBA S. A.
(Compagaie Cubaine de Navigation)
Ale grand plaisir de porter
a la connaissance du public
et du Commerce en general
qu'elle vient de retablir sai
ligne r6guliere de bateau
entire les ports laitieus, de
Cuba,de Santo Domingo de
Porto Rico.
Pour tous renscignements
s'adresser'a son represenlant.
Ralael ( ERVINO VASQUEZ
Maison Chrysler ai l'6tage
Coin Grand'Rue et Dantis
Dcstouches. Tel6p. :3250.
P. 0. Box A 26.


Toile de soiel'aune Gourdes
Serviettes de bain
Mouchoirs
Chaussettes
Mouchoirs
Chaussetles
Chapeaux lane infatils
Ratine francpis ((cuh ur
Kaki blanc'
Kaki jaune
Drill couleur
Bas a cotes
Diablement fort blanc


Indienne trancaise gde larg. 0,90 0ha* MsB Abt
Diablemeni fort sup. A fleurs 1,00 U mIetSkD DeS
Ceinture caoutchouc pr[hom. 1,00 Arretes
Chemises de tussor sup. 7,5() sans"dro0uer
Cravate soie sup. 2.00 Appliqu ext-
Cravates 1.50 ricurement, Vcks
Chemises coul. sup. 4,00 soulage sans d6-
Cravates lavable 0.75 ranger restomac.
Chemise A hommes'kaki 3,50 | K S
Allez visiter VAPO RwUB
KAWAS HERMANOS Pour Tout Refroidissement



LA SC'TI QUE?
Ne souffrez plus. Voici de quoi vous soulager.
La douleur torturante de la Sciatique peu apres. II ne faut pas supporter ces
s'arrte vite et sfarement par 'ernploi souffrances: gardez un flacon de Lini-
du Liniment Sloan. Appliquez-en un ment S!?-an A portee de la main. On
peu sur la partie-souffrante. Le lini- 1'emploie dans le monde entier en
ment pneitre de lui-m6me et vous case Rhumatismes, Lumbago,
vous sentirez soulag6 presque instant? Sciatique, Entorses, Contu-
taniment. Les tissus se decongestion- sions et toutes douleure /
neat etle maldisparaitcomplitement musoulaires. /. .
I Tent@ dans tountoes lto Phamanio. Prix Fr. 8.6 le flaoon (impoL compria). /

ALM 19

Distributeurs :
J. D. MAkXWELL & Co
Repr6sentants pour Hait
1619 Rue Rdpublicaine
(Grand'Hue).
9 1 '4 ,4 4k.' 4 4 44 4 .


Empechez
QUI, '
votre tent to fl6trzlsso
"m -** ** ,








Conserve : olt I i, I
frais el bea ii.
Les laches de rowsseur, lc
hli e, les loutons, lIs point,
noirs, l tounies les l6trissures similar
res qui depareit votre btI';i;
teiut natural wutiven(t ire ii)
levees lmr l'isage ide
L'EXELENTO
Ponnmitiie dep i't.,ar
11 a e0e soigneiisemint (prii-
ve et essye! 11 est tin o !)
guent meidicamentetix scienti-
tique parlait sans danger ct
d'un usage facile.
Essayez-le vous scrcz sa-
tisfait de ses resultals.
En vented chez tous lesdro-
guistes. Pour 0 30 centimes
seulement, il es: expedie d&s
reception du piix.
Ecrivez pour avoir un Ichan-
tillon gratuit el c livre des
conseils pour i bc.i eaut.
EX ELEMNTO, MLI)lCINE
COMPANY
AILANTA, GE(RGIA U.S.A.
Agents Jemanaes pour tow
pays.
Lcrivez pour renseinements.
ON ThOUVERA
Morale et Instruction Civ~ique
b l'usage des ecoles primaires
par Felix MAGi01)HE |
ii la pelite Mai son, rie (du
Centre et chez I'aultur Ruelle
St fr.


AVIS AU PUBLIC
En raison de la continua-
tion de la greve des etudiants
et de toute lentativequi pour-
railt tre faite pour I'etendre
au personnel ou a une partic
du personnel des J)6parte-
ments du Traite,il est enjoint,
par la presence a tousindi-
vidns d'observer *et de se gar-,
der de tout acte qui tendrait
a causer du dcsordre.Les lois
sur les reunions publiques,les
parades et manifestations se-
rout strictement appliquees
Toute action leudant A tin-
picher les personncs au ser-
vice du Gouveinement et qui
d6sirent conseiver Icur em-
ploi, de le laire, sera consi-
deree comme tendant a cruer
et a entretenir (du desordre,
et des measures prcmptes et
rigidesserout prises en vuede
la protection de ces individus
dans leur droit de conserver
leurs cmplois. II1 est defendu
de placer des gens devant les
bureaux publics pour empd-
cher les employes du Gou-
vernmment de se rendre a
leur travail.
F.E. EVANS 1
G6n6ral de Division, Garde
d'Haiti.
Commandant de la Garde
d'Haiti. I


'7e adin minneral wait-,


.. 1) *
A. 4 '. .4 '~',11


~


U' '~'~
4
94 4 -*4 -
I
'.4 44.


"
'4(; 1


. 4 1


. .. ,


qIT A~
~


I
J


44 ~
4 5~'~) ~


i ,


4 .413
I ~
4 4. Ii
4. .4 -
4 4,4 *'.':..4~'r~ ~&K


I.~*fait


S p


J C,;


.d~tI ~ I ~


l'ij* *i '.14 I'? 1411 -all 14; 4 I ''


Vio1l c i W !io 1118


Irn sfki l wi odcl*talI'lVI'S( v, '11loi Ia I vi do

( ) parl nc gla is, IrLanco ais, espagoiol, ita Iico.


It il i ltA II 114 III ii 1 4 t ll I
t414)1114Ilk1I I til 411Jlltisi 4444' ~i .
CHAQ14)l 1.* 414' II 4.44l j4'4I4.I? '-4
44 'JIN 13 41 III) I.4411 ().4I I
L:14 4') 4' 4 44wit poitl prl .:4 c

1(' 444" 1 Jii ', : 4444 \ ()iiIt" ''1'''' .11 -
PoiahIl l SC I~ F:11)4V'(1 '/Wl 1.
oIr (411(To. ll '44I14''44'4 4 '4)14 44


I m . I


cL adi4-4'sm(1111 scl-
lout f11 p4Ihi14'gralis
T1. F,1 *.SAl I '


GEINsi;IV
(rrjf


14~

I i" 11.11 &L &CO.
44..4'l47,141T4.
PA z0R


--; ,,,, ,-- -: ,, ,, .. ,? : -- -,' ,


WIE
It'


Insurance CO

Uns des plus fort&'"COMPAGNIES


CANADIENNES


d'ASSURAN


sur In VIE

EUG. Le BOSSE


&


Aacnts Genera


XCE




Co.

lux


... Un apexiu du prfxde certain eaticles don't
Svente commence a aujourd'hul 29 Nov. 1929
KAWAS Hermaos

KAWAS Hermanos i


rotc


i a


''I ~


C1l'ci0


~- A A~'I"
4 '~k ~


,NT


4
I


44
.4
4.'

-A

4;




$
4'
A


I



I
j



Pt


I



'1'
44t~
4$

4.~ 4~
.1
m

asia
-4




S.
d






I
*'1~




U.,
1-
I.
4.
f4 a'.


2,50
0,75
50'()
40*0'
0,75
2,00
1,75
1,()0
1,50
1,25
1,25
0,80


oils


que SEULS
LES
DISQUES


IOEON


Ne gratent pas, ne s'usent

pas et ne s'abiment pas.


Donc, acheter des Disques inferieurs pour

ane difference de 25 centimes sur le prix

'est perdre le i i -a-cheval pour le clou, et
-r-.. T 4, X T


n'est vas


sans


raison que 1'UDIUIN


:enu et carde pendant trente ans la

PREMATIE MONDIALE.


_ -~rr~r~rrJON


---- --


T, uw


I --- r-


--


----- --


*r


'


;w


g


10


cz voll-c nolill


f. V c ` 1' I







PAGE- 4


.leudi


5 Decembre 1929


Le Matli

4 PAGES


d36mie ANNtEN o" 6864


T616phone : 22422


-.~~~~~~-- - -- - - -- - - --- -- ------- ---~- --: -- -------k--


rI *A

f~r'aVr '*


I


r :A


a'


(GRANIIOSE

MANIF 1EST'ATION


ti~i~rs tI'('I iil11i ti ltii Ier'iI

Sm I-S fell I ~Io1) it li ios d5t.t
vQeu'ti&-c s, la 9.', laToi c' c Iih
11-' (1('liI- riguI'i, tif~s chlmcl'( I Sl



Sol] I' A~S ) Iiiii. tt-, C iS, I (
COllb.t I't ilt' IIF I\t- lll nItios a

deButte Ia 1 e Ia II,(- c i Ia21 I c
raciiui-brcoiga'Icds, guiqsiii l.e.'
OIl -W 1111111' Itt Iiiti ( I'dV i' at' I

('Olil 'r.In: on l~itIW 4 V, A O iil I it'1)
p6'sI 'a ll11 Stie a'lors c.ontre Ii
('Aille i '3e, l C ia I to etl a,2clii n (I
flic' st's graeilitc'S cJi s Its 11

i'im 1 Chirriler :I:iha il cte.i

Still tiltinaii, ii iq e(ll)'', 1131 I


cheeii nit I ii 't (tliiell' e
ft-it' tilt( ilu ie, c: if ('ii 0 ':i -1
dei 3V11us I geaiersc Icet 1(-, i t!-
Pc Irw 015.p~ne sau
I C' ll1) m let 'iai Sona p A 1i
SisIiSSli ICII Iscik tent Au l'is se
gade d'hoi ta'161,i'1tie So I~
'* eau. I roleui't(ISaii
16eu el bandi Cssl'. on s'jit nf1,
o'eh'ierlfrain 'mss'. n rale d

SC1:11 cl'erw(~i~'i dt.tjl VieLI

de' on ) V,.
el Vai'lt))ai ui pA rL' 10 sa1W
(C I pis ,rggu Si ap
di Ic llieo r ke)m ot da t'.
('i'.ibai't ci I-blipe I).imit,
bem It'll' t' lP )I'V'itlt deIU11-Ii
Iraill e weshidt witt-iCS cietles


d' i'ieranmici, ~ss Iav er i'se
Im l(')ig. ns te I,'IIc,

diplt~~i iss li)e ') niIa gr iwi dc'

(hI'.seC wu(rI.kl, sonrant(, ooi. 1
1,ci)). arde d I(p I o
dAvant asi bp"' s' mel u tI'n'.
de IrbegN igeS lC,11rrier
et 1vUfel rec mlfi. 1I'LC pee
GamI e It' o, u.boinbarDe 1t
au pas 'itcIi'~irt, uche0incent I
en .il dej~s CL mlJ.. Iesd etn 1.
ufC? h01Se lV qti~ tCrs. ~Le)dcom-


AV irIi':t c ilhiciv mruiliceti de

\'cis Ic ntlilie~i(hijj ouliii
[,;IliO)Ii I deIbo.~II' lit explo-



A~ cc? Ic viiul"s.ures It(en-I

Lit11,10tjaiie di oi~ l l(uevaiii-

ll i(t, hintit wee e piS ii sei



Pal u IVIwlpt' : 'r il ha~i~ ais
11ilei ill uIgt ticit IS 11 1re.
1 1 t ho rsa I'v1141 bo r I ou't
ji 1. :ippreigIie aiw rgef. C)Vae

PaII'Iti. cPrompt sahut (I &s.i
paritiL'. *\Istn eI d oa dai~tisi

'('icuuil' ca sK' l'aicnt oS CII,




en i u c5 a I ii1 l'I 1) 1. uniibu


-iti vMI ch.-'L irt I. it v lI
1..' 0'l'\ .1.1 ii(p1' C i'' i te A 1`1
elifoi c r D-teiis I'.Il
SUC, Cl ti ii0 1dre id Ii llecarl- I
It' oiL dji'C ',' Lv aJIss-itL llis
C[I'ateI L, A i O- 5CCI obs! i oV3 I tol
C4'' 1)C C! j !h-i F'iaIiIII al'elli

I J 1'. cI I s o'A)I "C I e
( ) c -I I t m; o
~ .aC 1, ']4 ''! ,I .is l iwa

c,; a t,'' I tI Ch1 CS I 1 Iii
p iI a *s.e itt' Ia '1)3combat-
i l 1 t 1) ,, *d l. i lt, .1d


C! e it.Ca pp.) rt r Se.,1,'I c
iut~~ie i' (21 CCjo l a 1 ''1i:





E i ar[ fdall nutqlltun rn.'um



.Iii A i CS jI Li441"te 1o1r
-Il Ij j 'll, u -- !e 'aI~ he

ti l b I I. Ic"Olt MR ha la V ile


'rAT
# 41;:& w~LaLa.d
M t~k.L. '-. ~ 'Cl

f C ~
J) ~-.



1 I'.

it I' I I
I *' .2': Lia




I' ,
I '.1 *. Ii
I..


I *
'I, I(Il'~


Maladi'S es Is PeaU
Maux de Jam bes
Solhiegerat~nt immidiat et
*t ~i'.riun rapid. par I'
tfau Pricieuse
DFEPLN31ER
X&lADI'.trPOUR TOU'S
ULCPERES
IP1 AS DO ~JANBFV,
13r4. I"OICLAMONS, E'2ZENIAS.
C-. *ICAi~, Dc.L.w en Phurn,.z..e.
ZN ib .nu dams .toutbs I.s..Phairmaiew.
Wp "t Ort-au-PrILCe.



tiL i.~de \'V!i~res, mbi c ):,I-
q 1i rent uI.e. patriaelI l a b be't C
qull a (tiue devait Jre nai ~-
q Li dc'i 1e lmerre fittestmi t IL, ,
cII i iaaI s'.an,11CC aiUnI) le~I, la pldi
gui (( ,y ii)o~ise miteut que tout
aujtre 4 viA'Si otre lii tolire le oou~-
r.1'"e, l'abnibgatioii, la volonitt, tie
vaincre, le rn~pris cle la nmor et
Ioates; les hautes vertus ruilatai-
res et civiqiies qui caract~ris&b
ierit les chefs et les soldats. de
1113 jOUrn6es glorieases.))
Ali ioin du Gouverneinibnt ci
(L! la Natiori,je tiepose re'Iiglfou-
st.!nent cetle gtirbe sur la *uieire
du Gjranid Souvenir.
Ajiris Ic chiant de I'iyiiyw Oe
(>nte-natre, wvrk!',oi It- s~i, du
11rksiteut Iiourroxt le -uap.ix
pie~k (htin foflU jnt des !'.,u-
(q'Lot ;par *'s MIves au n miiiides
27 i~co 'iILI Cap, tandis (pieles
piit1)u~ra lhe~s et aU'4teus-i 'rs
(>att~1e oimss-wOi. \'trnfe, le- ca-
iw wie I_. lerth l e c tM. Wood
r,,-utI ej le s-ti it au drapeau
1) it, I .,,' ele Ja layc. Ia i ite
au fort 1i sworiq te et le depart
pour la Cllud.Ile.




Heure

WVASHIING ['ON Les 116pu-
hi l~' i PS i iCUteii t11.1cI cx-pr6-
sl CoolidgP est le seul Iioin-
nie qui paisse repjrsetitor Etat
dac MaI-achiussetk au srhuat el
o iiItit (luillpeut sc pi ~sentei' em
CO ~ j ~13 % Ur- H Eta s nis es-
p' ilt tii'em'27 i)0i.iio A e dr., !,
d~i Piuanama, cc sera wi nouveau

r'',-'ies de \lt ,,kd -u ri i pjor' e:.I
de At Moukkn m'~i tats:g l~ e pl-o

at'S C("'It' I]iiIS d C I Lr CIIui ciat S. SJ I -
v mit les d 'p "'ciieq, Uadmini.1;tia
titon des clheinin% de ter dolt iL.
rilorgainis~e coiitoi-wement a;i
traiitt% detIe 124.Ij'A~lctiiagie et I.
Japon ne veuilert pas se lfiii(Itfr
au% auLtres puissancts Pi)U'vt!
voyer dt~s notes A Moscou powl
pi'cvenir les hostilit~s.
A a ]Petite Nelson
1U7, Rue do Ceubre
Viennent d'arriver:
Tmiuds pour I oteriesArfl a


C'-


LOTERIE
Do I'Asso Ilatton des lMembres du Cops
Easeignant et du Comit6 Haltlen de
'Alliance Franqalse.
Le prochain lirage de cette loterie est fix6 au,Dimanche
g O;c-nmbre 1929,1 9) henres du matin,au TheAtre Parisiana.
I,e C'omnite d'adininistration est heureux d'aviser le public
que la nonvelle rjparlition comportant un plus grand ncm-
bre de lots gagna its est la suivante :
1 Gros lot kourdes 2,000. 4 lots de 20 Gourdes 80
1 w 500 75 lo0s de 10 750
1 ( 1 ( 100 2 Ap. du ler lot 25 Gdes 50'
2 de 50 Gourdes 1001 2t du 2e lot 20 40
2 25 ( 50' 21 du 3e lot 15 30
4 Lots'se terminant par les 3 dorniers chiffres de
ler loi Gonrdes 10 40.00
45 lot, se terminani par les 2 dernier chifres
du let lot Gourdes 5:00 G. 22,00


INJECTION PEYOP
D'ALONIM




(bow in~

istil mI~ARI rII
qili calinent ]a &d nroiai. r cin 10U
puriGent le saing et Fii
TOUT~ER UONW3S Fa
SPfCALIT(S PilM M 1KUm


ASSUREZ-VOUS

a la

General Accident Fire & Life

Assurance Corporation Ltd.

de Perth (Scotland )
Car la't GENNL..ALt. 'est une des plus puissantes et des plus vastes organisation
dc ce genre. Le solcil ne se couche jamais sur son champ d action qui embral"
le monde.
Ses Polices centre incet die couvrent aussi les d6g&ts occasions par Ia tour,
Ses Polices pour Automobiles couvrent vies, incendie, malveillance, dommage
causes a autrui dans sa peisoune ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes 6mises par ses branches d'Europe soat payables en Haiti
Sts Polices contre Accidents sont valables dans I uuivers entier. Tous les voya
gecurs devraient done preadre la precaution de so munir d'une police centre accident
'anu moins 4000 dollars, la prime ananellte u'taat que de 1/2 /. soilt 20 dollars U. (


Veuve F. BERMINGHAM, Aux Cayei
Agent 66neral pour Haiti.
SOUS-.' GINTS: Portrau-Prince: 6. GILG
TOVAR & Co MiragoAne. JEAN BLANCllET J~remik.


WRIT- ~c P 1t-;~X--,~lE~ ~4 ~r r.~r -L~-- -%; -4,


__~~__ _____I__


-~4r~- `I(I~L'-YBL-' II ---*lllblll*nrgllRIII~RI"RL*IY '~7~,~:~~O'CllC~4~UYI~LP~


_ .~~lllrr~l~IU~Ir~--~- --- --C- ---- ~W I-


09


FI


I I


Csoo


~r-.- ~u--~~-~-- ----, -rrr.l-ur~-r-. Cr.-I.-L.CI'--LUI.~V-.W-


.u-r-.- - -------^ -~^."L. -----. - -C-- -- r. ..I---. ----n~C I-PIC-




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs