Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04336
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 12/02/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04336

Full Text
AF A-26 -a 30


LE MATIN 2 D Acembre 1929 Jt 3


,6w W PU 9U ea p IZ au itmal st, now.I


La peau ru-

gueuseneces-

site ce savon








11 agit doucement sur. le*
pores de telle faqon qu'il fait
mieux que neltoyer. ('est une
combinaison de savon pour
Ja peau. II dissout toute trace
de salet6 et aide la peau A
etre tendre et douce.

L'Exelento
Savon pe la peau
Produit une mousse 6paisse
excelleate.
311 adoucit et enl6ve les ru
gosit6s et tonifie le cuir che.
velu. 11 aide done A maintenir
l'tat de lau sant6.
En venle chez tous I es dro
guistes. Pour 0,30 centimes
seulement. II est exp6di6 d6i
reception du prix,
EXELENTU, MEDICINE
COMPANY
AILANTA, GEORGIA U.S.A.
Agents demands pour tous
pays.
Ecrivez pour rer.seif.nements


AVIS IMPORTANT
BANQUET NATIONtLE DE LA
REPUBLIQUE D'HAITI
Messieurs les actionnaires
de la Banque Nationale de
la R6publique d'lfaiti sont
avis6s que 1 Assemble Geo6-
rale ordinaire aura lieu le
14 Janvier 193o, A dix heures
du martin, au siege social A
Port-au-Prince. Rue du Ma-
gasin de I'Etat.
Ordre du jour;
1.-Sanction dn procks ver.
bal de la idernifre assemble
g6narale.
2- Rapport du Conseil
d'Administration sur la situa-
tion de la Societ6, sur le bilan
et sur les ,comptes
3 Discussion,s'il y a lieu,
apdrobation des compiles.
4 Fixation des dividen-
des aiepaitir el des aflecta-
tioas A faire aux reserves.
5 Renouvellement des
membres du Conseil d'Admi-
nistration. Divers.
Ch, E. MITCHELL
Le President,


Cepagale arale tiqs
Le s/s Carimar6 de retour
de Santiago de Cuba et desPorts
du Sud sera ici mardi 3 d6cemn-
bre.
11 repartira le mAmejour pour
Le HAvre via les porls du Nord
Puerto-Plata et San Juan P. R.
Port-au-Prince, le 29 Novem-
bre 1929. I
E. ROBELIN & Cie., Agents.


Chez Rene Lafoubtin & (C
1718 Rue du Mtgas n de d Et it.
On trowuvea les artici. suivanls noUwirellmenf j- f i


ouliera Liun&
Souliert en satin noir avec at
"ans asatro..
Souliers to cuir,nuances vad~es.
Sonora esn daims bWane pour l-i
tleitt et enfasnis.
Soulie'rs an cuir m~ules nuan'ceu
pour fl!Iett~s st..A.Ifa b.-~s'
S'uliers, en cLaim blanc pouri: b~bs
Chapeaux (outre pour domes.
Chvpeaux en crnn-'pour danijas.
Chsp&,ux garnii pour lill~tlt,.
Chepeaux pour gargotinets
Cbausse~ll.; pur fl ipn~rhar aw. et
Cbaussettei pour Lb6b&.
Bag do Sjo ie u.
Coupons do soieries
Robeo perI~es
SI loon do fl sup.
Toile I draps sup,
Nansouk sup. Pour lingerie.
Crope Georgetlo sup.
1 OOsatin, sup.


* peintivie p cii ,dai en e ;r.
I Iakpe pour deuji
i Tv ssr le soie (z..WAh ii gi r pm p
cubduMea. Iafusofe p'otrat
en tr Sju:ocaijg
S-ics det' d uicv ea cuir
Giraudad oi im- rnt, dp devaeilut 1
eai-6 Ip. bar Ih OIDEI4
Faux-CO
Arlielos :.iiIc e
Oesef~nits dedole
Ombro les poulr aqini
Voitiiies(,ICO, 'i~i 's, 1! our marit...
Voi~e SuiQ:e bk-h)Il
Organlic bhi:dt6
Flours Ait Houpps..
Cr.~ -I(C hine -ip. uni t i m.
I, I'oil~e t~ ie Ii ~krobes~qualii4~up.
tCretun~no up-
IVoile el Foulaitdiw colon
C ,lavate-; fiesole fe sp. ela, etc.
Graaid ,'~sorlimnfltde'joiiet,.


-~- I-
~


Le fettoyage quolidien est Ia rAgle
absole de Ia nature si la nature
de la beaul Balurelle doll
Mtre volre.
Voici la m6thode dc beaut q *
des millions suiveut chaque jour
avant de so mettre au lit p mur oh-
lenir le charge do la beauty natu-
relli.

Ce que vous devez faire
Le martin, h midi et avaut d'alta
au lit, lavez votre visage et ,(tr
cou doucement avec le Paltuo iv
ratraichissant, faisant eotrer dai
les ports par le mastg'-o la cre6m(
muusseuse du sav,-n. hirce.z bien
evec de Itanu friitde. S6cheicorn-
pl6tement.


1SoHlIa8 hass alitti ral savom pogr
l#'Wild eviez Ierre'iji.
iN1 P P as du' ~vOij rci.
dolus h It t ra 'diqti
Vi p~z i 1 Ili(I,(-1 in -
jvorle-qu s1Vom '\ ell,;)111 Ra8v, 1
ks Wwk..i, vt J,,'j~j
m.(,(cho va ijtle e '.inioijvc.

Les s aIMP-- erni(duermi., Je
le savon Poi4ln-Alu 10iloft's r ,~i
dei beaaito4 he :awcstir-'e
des truitz, tiv I olivit-r, l ,,ji amjer
Afr il kivj et elti a( '. I"' r, i n'y
el t' lu: illautic r- i';.. gra...C'eqt
pouiquul he savwi l';ilmolvoeaet
Saatuiellemeut-t veO, ar tePont
duntineu m(Ut-,imoliv'e si 'oillpur
veite n:i m-cile.
The Colgate PaI lmolive Peet
.C..


Chicago I'. S. A.


J. I). MAXWELL ct.,
1619, (Grand'Rue ), 'ort-ain -Prinm
Seuls distributeurs pour I hili.


Le savon
I'altiv')ive
[Iiest ianjisi
vcndii sans
(Ire Ceive?.
la;pjl' (de



28 10


- ~-- -


Un massage 1 la Crime Simon ast une
earesse pour le visage. Ni s6che, nl ,.-sse,
malls d'un onctuosit6 parfaite pour 4 ni-
trer dans les pores de la petiu,
a. ORIME SIMON
vivifle I'6plderme, I'assoupllt et rehausse I'6clat natural de vutre teint.
fln a (
0 MODE D'EMPLOI. Efendez-la sur la pea.u encore moi/Idae p,'es
vofroe loilette. Faifes-la pnetrer dans IPs pores pe /r /iger massage. puts
a~chez vecac une servlette. El/a fera lei," votre pouwre. la
POUDRE SIMON PARIS
0 BlT I


Insurance (o,


Une de plus forte COMPAGNIES


CANADIENNES d'ASSURANCE


sur la VIE


EUG. Le BOSSE


&


Co.


ti
~4.
~4,1
V
41'
I.-

4;:
5
IA
4.4
4..,
.5
'~ ~,J





It
:
p4
e1~



I


:4

4.



~fL
.1


ii:


-' ----



Les huiles de Palme

et d'Olive.
'"m-* u


Aaents (Genra ux


- ~I ----Y -I~CILIC----


_ I ---


____ I







PAGNO4


Lundi


D6cembre 1929


Le Mal ti


* 1


4 PAGIS


2'1m ANN&A N" 6861
Port-an-Priace
Thdiphone: 2242


______________ ~ -, -R E M - .--


DICPURATIF


~S d n "


IN 'I ells par-- .- uii H..,at rraiP SEi b r %v. ltaEm d' j Pat t'iu'yulei
I.,... mi -n-. '.. i j~ 1vfi-ibirs.'w', 'l pacepOllie., poor(,tIgC
1;; 1... Alier 4,u..;i)'p- un.5 e ir n mitA* e'buogahtj~e, .*10I WooAu h
..i 'i.. *if *4! 10'p1 isT E tg-W flht'ft. at,' r SMis i' l. d~air
e t 'St f 5 P~ Sit..Do'd ;11*'t. 'ic e W O-0-0, ;C' v 4L'. bE It a
..S..,.Ji.155If.I h q. I-P parturt lSt plus pm posulbpe. 'ju'll
('A. n. 5. ,55 : it s.r-,, lr 4o.- IV a' .5.,. mmfCI 1a lant im rl '.I
,A *inu:!l;1a'. "t J't *1~ -. p i s",t :I've.*V", I v ot .r 01.1.I1 ,,'gmaI
t I. : ~~'t'm ,~auSIs.sr. huaslcit-Ii pec-
~ ',.:gr ~A.''I* )"%Sr as II.Jaa., AC 104", re e
**. r ri' . .. i A I I. 1)1'..
.C-ICI r tr 1 si C, r'Uki 1 ..NIACT,

qu.''' I g:r,. *, I''4II' MA!.4 *~ .!'4# I.Ifae hPre
~'uII~ss' gll I'.) )'~. ,-A I'I 1f..*.'.4 i. ,4u
~..'is., 'r A I ND$F~f X f,,,r~*.'' lt I*55sI~i1 OS P;
tit f o ati, *f as.. *'e 2 ''


-. .---& ....- ...


Une plaisan.evrie
do mauvail goftt
I Iihlh dei M. Ilooser est enlev0 A
lIa lilIliollihque d Louainu
IlIl XI',,LLES-Un busted en
hi l< ze an prsidcnt Huover a
S' t,; udicvc la unit deritc.re A
't iili '.e d(i li libliotlih que de
StLitv.iin yt plact, sanis eli e en-
(louruiage' du reste, au pied du
mtonrument Vanderweyer situd A
il-roxii il,.
La I',dice qui atri)ue cet inci
dent ime plai,'ntcrie de nmau-
vais gout de qu. !iques ltudiinls,
vn rl'i't'rchenit ls ; mileurs.
S Les auLorites vont exprimer
de main leurs regrets au gou-
vernemtent amunricain.

Une lev6e de pantalons
le lle e passe actuellement
dans Ie district d'Affoltern, du
S canton det Zut ichi, en Suisse. Ce
pelit pays, o6 les tourists ne
vonl guere, est en llfervescence.
i.a population masculine sin-
surlge centre Is port du pants-
Ion long. La press locale donne
A celte polite guerre des causes
1loinaiies, politiqucs et patrio.
tiques. (C'est un insigne ignomi-
menix. qui fut apport eon Suisse
par les sans-culottes des )a r'iues
Ldu l)iro'.loire. lis introduisirint
chez mous, le p)antalon A canons
longs." II laIl! (inuCe ln revenir A
iv culolte- quifut cele de Guil-
laume Tell, le lIiros national .


Derniere
i.- ... =" '
I ",leure
'm"A Pa(r sans-fil
!SH INGTON-Le sinaleur
Smoot a annonc, qu'il restera
president du Comit6 des Finan-
cts,laissant ainsi toules les chan-
ces au s6nateur James Watson
de rester lie leader dn parti re-
publicain onau Sdnat.
CHICAGO Des disputes se'
sont dlevkes entire deux lemmes
au sujet de la propri6th du col-
lier en diamant, don de Napo
leon A lI'mpdratrice Marie-Loui-
se, 6valub A 500.000 dollars.
Mme Rownsend de New-York
soutient qu'elle est representan-
te de I'orchiduchesse Marie The
rose d'Autriche pour essayer
devendre le joyau. Mine Ernest
Graham de Chicago declare
qu elle l'avail achelt en France
1 it dernier.
[ BRUXELLES- Le roi Albert
'a demand au lei ministry Jas-
par de former un nouveau cabi-
net, le dernier cabinet ayant Mt
renversk A cause des disputes au
sujet de la langue qui doit Otre
parole A l'Universitl Ghent.
MEXICO L'ambassadeur
Dwight Morrow laissera Mexico
le l( d(cembre pour ses nou-
velles functions comme membre
de la conference navale de d6-
sarnrn'ment qui se t i e ndr a A
Londres en jinvier.


NEW-YORK -Le premier tWl-
phone sans fil sera inaugur6 le
I d6ceinbre prochain A board
du transallanlique u Leviathan #
quail I le bateau sera A un jlour
de Nsew-York.
LONDI)RES-On announce que
le plan des Lib6rauxet des Con
servateurs profitant del'absence
d'un grand noinbre de Conser-
vateurs pour battre le gouver
nement a Wt d6joue. Le vote a
6td 237 A 1f7 polir le gouverne
menl.
TOKlO-Le gouvernement Ja
ponais est peu dispose agr6er
les propositions des Etat nis
d'une forme international quel
conque dans les disputes Russo
Chinoise en Mandchourie.

Bullelia du Ceseiller liuanoier
Nous o reu, avec plaisir,
le fascicule d'Octobre du Buille-
tin Mensuel que public le Bu-
reau du Conseiller Financlier-
Ileceveur General des Douanes.
11 s'y trouve des notes d6tail6es
et pr6cises sur les diff6rents ser-
vices americains.
Nous remercions du gracieux
envoi.

A LOUER
La grande iMaison haute entire court
etjardin, rue Capois,presque en face
de I'Ecole Normale d'ilnstitiiutrices.
S'adresser au Docteur Moliire
1(l7 Rue Rounlint, derriere Maternit,
Port-au-Prince le 34) Novembre
19D'J.


Panama Railhhd Steamship L
Series de.
NEW.YORK CITY. v.
plu rapWeetle pr t
et les ports Europben via
Voici la listed de a s agents p i9ldi praj.ipa l p ir s de I'Earupe:

Mrs, G. W. SHELDOM & Co- 17 James Street, L.iVERPOOL, KNOLAND


*&;aNE3


COP~lgiAGUE


NUNN loo mi s ell uiv fte al: Danemark,
Par ei ims aiilles ",Mn.E, A. BUWDix 4 Co.
GmULATY HAAKET &O 21 AllCDimbgue
21 Rue do I& R6publiqae bI
Marseille IItalia
I Mm Haav CnoAr 5 u v


HRNU PBRON & Cie Lt
158 Quai Georges V
I Havre
Hfu 'PowPE 4 Cle. Ltd
Rue du Moulin i vapeur
Boulogns/Mer
HIMNU PaERO Cie. Ltd
95 Rue do Marais
Paris
HERNU PERON & Cie. Ltd
Rue de la TrarfuilPit6
DunKeeique
HERmN PERON & Cie Ltd.
Rue Roy 4
bIrdeaux


Piazza S.Matteo,- No. 14
Genva. Itallel
Osto, NoMwA'y
futwabtIonat
Spedltlouasseskad
Hiaaouae, Giw AimNy

Go*i'ouacz ,swI4w rUDRN
Nordisk~peu
~ 4t~etbrge., Sweden
RoTTURDAm, HOLLANDIS
Mr. H. Vogemann
Rottet dami. Holand.


The Royal Mail Steam

Packet' Company
Le bAteau c Conway )) venant de Kingston 'et des Ports
du Sud sera A la capital vers le 8 Dc6mEnre prochain,
pregnant fret pour 1'Europe via les Ports dH Nord.
Port-au-Prince, le 26 Novembre1929.
1. J. BIGIO,
Agent;Gn6ral. de la Royal Steam Packet Company.
TliphonoA 211.

LOTERIE
Do PAso 0 atbn debr des Kembrdu Gops
I... 'Eseilgnaut et du Comnlit6 8tUen e
"Allianoe Frangalt.I '
Lelprochain tirage de cette loterie est fix& as Dimnche
8 D6cembre 1929,A' 9 heures du inatin,au TheAtre Pariiirada.
Le Comit6 d'administration est heureux d'aviser le public
que la nouvelle repartition comportant un plus grand nom-
bre de lots gagnants est la suivante :
1 Gros lot Gourdes 2,000 4 lots di 20 Go.rdes 8
1 (Ar < 500 75 lots 10 '. 750
1 4 1001 2 A' lot26Gdes 50
2 de 50 Gourdes 1001 2 1 :20 a, 40,
2 a 25 50' 2 loT
4 Lots se terminant par les 3 derniers iiffril doe
ler lot Gourdes 10 ;
45 lots se terminantpar les 2 dernier iffres
du ler lot Gourdes 5,00 G. 225, .


Pour Tout


IIEiELITW.8SEESAIBI
tFbl I'm
phI:.rn fgS


J I4I1=7 Mr od .'.ieZ
3 ~4~i1 ,Zo ibt.'ga


feme A PoI ma Primcv: 'h.!TJS
x.Mi'c e r,;96 5-'*Eli',) .41. P1
et uutet bonnie ImJ10',1, & a
vatill,.a Nr.&;u~tt Hfrs."' a'ur 44mi
'C. Ft, RCOQ, & ASNUkESA


lIi
Jll


iiouveau remiede


pour le Moisi


1hez Jean BABOUN! Co


RUE DU MAGASIN DE L'ITAT No 1734.


LA


GRiA tNDE


BAISSE


*9


A L'OCCASION DE LA FIN DE L'ANNEE


*alicol gdc large~t,
al~ivt 'de lInrgeu r moll
i'icot L. Iott&

Dril hu'lavll. ji:lavvP
')rill t~anplrue unis
Drill tt~s-or u nis


S
U


|)-'-t ia"ln S.S.
rill ('cotletur
I)ril' sh:lmilong sup. dbl,
Kaki jw ine angl.uis
a;iziLetcu: double larger
Casimitir noir sup


1 .4

1 .4o

125o
2':5


Chemise


mille plis


7.o


Chemise blanc 75
(1wuu;.se coul, madras 4,5o
Chviiwise tussor T'oo
(Auwumise Kalir jiune 3.5o
Chuapeau n plci pr (fame 4,oo
chapeauxu prjivhumnies 4.oo
Chapeaux paillcpr.hom. 5.001
Ch.3 -) -x Iin i wpr Ih. 7.5 o
(-h,-',. lame pr Ii, sup, lo.oo
('p1:jean1x piill pr enla't 3loo
caijtp&'!c pr' honime 3,
P' ifa .IA'tie ojOlr hum di .'lo.oo
uiv 1) dame 10.0')


Parapluie soie pr dame .
Chausseltes colon ray&e
pour home douzaine
Chanissettes incrc.p.h.dz
Chauasette fil chaque
Chaus. blanches
avec fourchettes
chaussettes soi
Bas merceris6
Bas ia cottes
Bas soie
SBa" fill
* lis ti' frarc-,is
i tlravates potl lu'ii:
de 2 jisqu':i


3.do Pijama pour hommee
Bas couleur pour
6.oo Fillettes dcmis his dz
9,oo Chauasettm ene.
2,5o count *r ry.ve (
Chaumettes e.i.cuul.unis
1,23 Chaussettes cuC. fil
2.5o avec tourchettes A jour dz
o,95 Flanellea Franeais
25 Flandles Frangais sup.
1,25 Flanelle Molletone
4,5o Piqueblanc
5 o Pija cooler
6 no Tode A Drap9/4
SToile A Drap 94 sup.
3,oo Tte ladienne blans,


12,5, ) osun-e poor pit. blanc 1
Costue pour ent. could. .
12.oo Laine Molletone
Serviettes epdoge petit
\ 7.00Servietles eponge moyOn
dz 7.00 Serviettes de barn
dz 9. Voile couleur fileur
Voee couleur flar
Ii -.0 Voile couleur sup. A domei
5.50 Voile coae4c uni
0 r0 Voile bladilmitte
1.30 Voile blanc A car.sole
1.50 Voilo couleur suim
1.J5 Voile brodd blanc
2.40 Voile brod4e h'brnc
4.00 V A'G le lane h rse iois
1.25 Vuiit iflnuut bUlAdc


low


-- -- -7


--


-- -








wIB


,ement Maqloire
DIRECTElI I

W RUE AMERICAINI" 13,

TELEPiHONE N 2242


g W, -alg Uig


I LA pessre aiasolp fil.hu 1
rf'44ie'atowt. S; ~tIu.'i 'I
NOUN hit tisal 4deifisuztet
mode dui Mal 4H,4-111. Dimls .1 ;. I I )
$~ Ile low.(le41II14Ipra. I


3SPme ANNEh N' (*162


MARDI 3 DECEMBRE 1929


PORT-AU-PRINCE (HAITI)


uorie f6malniae



LA BIENVEILLANCE

-


bienveillance est une
ih charmante, universel-
nlappr6cide.Elle est com-.
Je sourire don't se parent
vertus aust6res et d6sira-
foods tr6s riches do ca-
1 moral don't vivent les
Ilvilds. Elle est une fleur
ltane de certainsjardins
vies; parlois le terrain s'y
e peu et il taut cultiver
plus de sons encore, car
embellit, elle embaume
fieux disol6s; elle cr6e de
oie partout od elle s'6pa-
it.
bienveillance--son seas
ologique le rev61e est
attrait du coeur vers le
La volonLd est portde
aurellement A suivre IL cou-
't de bont: qui devait, se-
le plan primitit, jailliri
sl'humanite et la lcondej
ate uue source inlarissa-
( Quand Dieu crea It
r de C'houmme,dit Bossuet,
mit d'abord la bone ). La
veillance en derive ; Cesl
clair ruisseau venu de cett
rce dout lecoeur a biem1
hire detourne, enconibre i
ers les ages, mais qui ne
jamais mise a sec -quels
aoient les ellorts du mal
re le bien, si triomphants
e ls cllorts nous apparais,
touvent.
4s bieuveillance don't le
litteral et le abien vou-
t *maue donc de I'ama-
B 4ie la voloutb; elle ue
saccomoder que de char-
lift 6pithetes: tendre, ex-
delicieuse, douce, ac-
gracie use, etc...
uae viendrait a esprit de
apoe de lui associer des
catits rudes et severe.
'ea est pas de mdme pour
orur, la bientaisauce. On
Italt des bourrus bientai-
It, ceux a qui ce geste s'a
Sen I'accompagaaut de
riches et de mots amers
renveloppant de regards
eurs, d'une physiono-
naussade. Le term
faisance d6sigue ( bien
at ).La bientaisance u'esl
p pas seulemeat uue tau-
de l'esprit et du cotur,
voloate n'est pas seule re-
pour fire passer le
timeat dans les habitudes
daus la pratique; il laul
iqlner cette volout6 et I'ex-
er parce que I'on appelle
esle dans son seas touda-
'ta, c'est-a-dire I'acte de-

ienfaisaticc est come
'beau truit, le fruit de la
-maritI luaternelle Lt wociale.
U bieuveillance est la velou-


i Ingtantane
I it
A Alf. Six. .
pCongo-Pailletle et.t une
erie. Le iour, le Bourg-
se nourrit de silence,
aB. dcimeti6re. Et de de
jaillit parfois un grand
U eat d6sesp#rk, qui as
don loin. Cest le rire dt
j t le drame sha-
n Au ips tans de
6 toations bisaillies, do
gonalvien m'apparail
as legs de lAfrAque,-
t arnraille, son aspect
e, son climat spirituc,
tristes comme det
R2. Sir leurs toils, faits
rebondie, s'ergent de
plaoites h6rolques, mise-
on dirait artifcielles,-
tn a uoncel lemenit de to-
r aarines,- de vitilleb,
de conserves,- de gra-
.de brisuies de boueiellts,
a soleil des midis. cts


16 de ce fruit, sa coaletur se-
duisante, son parfum ooraiiit.
Le fruit develoute, fripp0.ptrd
toute sa valour.
C'cst dire combien il i".)
porlc de fire tout le bico
qu'on peut et doi lfaire, aussi
aimablement, aussi gracicu-
sement qu'il est possible. Etre
aimable, s'appliquer a 6ere ai
tuab!e, non seulerment avoil
uue Ame d'amabilit6, mais
s'eo donner la figure, c'est un
devoir esseLtiel pour quica;n-
q41e vit en group, group fa
milial ou col!ectivite social.
Oh! sit la bienveillance rega-
tait,inspirait les rapports mu-
tiels de chacun, quel change-'
mcut dans les incears I La
bienveillauce eit ti parrure
des plus severes vertus: elle
est compatible avec la justice,
avec in force; cile s'harmouise
avec la science, I'intclligence,
I'autoiilt. Elle adoucit tous
les trotlements, lacilite lous
les contacts, lait accepted les
opposition'; necc'ssaires, I e s
,lepuuilles de cc qui les rend
penibles, ccuuin Lunc main
precautiouneIuse depouiile ic
chbalji6nce de ses piqu.lits.

La bienveilianci n'est pus
loujours uue quailit inuce.
.ertaines nature% south pluh6t
tnclidiies a quelque roideiir,
s6cheresse.fermele un peu ex.
cessivi. Mais ce qui n'esi p(s
richesse naturelle du coeur
peut sacqu6rir par I'61ucation
morale. Si, de bone heure.
1'entant est place en face tie
sa conscience, habitu6 a en-
tendre et a 6couter ses ordres,
a se laisser guider par cette
voix intime qui, dabord
command et eusuite juge. il
se pliera volontiers aux at rets
de ce tribunal o6i nul ne peut
se r6cuser.
Mais cest uns oeuvre lon-
gue, ardue, la formation de
la conscience. La beauty exal-
Inute de cette oeuvre -ubit de.s
eclipses pendant lesquelles il
faut j.ersdevrer en 1 absence
I de toute clart6. L'oeuvre est
immense et veut tout l'elfoi t
qu'elle exige, effort sac e 't
qul resume l amour maternel
dans ce quil a de plus l6eve,
de plus pur aussi. 11 ne cher
che ni n'alleud la joie pro-
chaiie, ni la r'compeuse im-
mediate. La bonne semeuse
receuillera-t-elle une moisson
qui la dedommagera de scs
pines? C'est le secret d'iun
avenir don't la r6alisition de-
passe les plus tervents desirs.
Qu'importe si elle a seme de
la bonte? Que le bien regnc,
ile reste se tera par surcroit!
_________w*^~~(^ rH**. -.. ^ ^- a'. ,.'W z.' *'


brisares de bouteilles emprun-
tent '6clat dur des diamants,-
prennent rou's la gloire des eou-
chants, le miroitement tenure
d'un amas de perles roses.- Vu
de loin, c'est touted la riclhesse vu
de prs, c'est toute la pauvre[6;
ainsi qu'il nous arrive, pour les
tr6sors longlemps convoil6s. et
que nous fnissons par posse-
der...
An devant de glodytespil y a,dordinaire, une
tonnelle rustique, sous laquefle
joue parfois, en silence, un Tam-
bin no, a la tAte pouuai6reuse,
au venture pro6miuent et lisse
come un flanc de calebasse
noire,- aux jambes gr6les. 11
ebt rare qu'on n'y voie fussi un
i-onime couche sur une natte,
le otose drap6 d'un haillon rou-
ge et noir. Lorsqu'il ne ronfle
pas comme une toupie hollan-
daise, il braille tout le temps,
(omme an fauve affam6 oi coW
. C uue la rnil.
I'tltudilAt la jourtl' : : I';. pelu
(Ie feiiaiE. LEits vGi' tra-
til uu IpoUt les I~o eb .Ct 11i'-
Lou)*. bdaOCSe aMl(',ce : Mais, A


. F ,1"r
' i / \


I


l a far~ne alime
millions d'enfa


l4ot



Lenfqnt doit prendre

stoupe de

IATINE FALIIRES

sntaire incomparable faquelle des
ants doivent la force et la sant6.


La'Mcaiosn

Fi'anq~ois MAIMONE

11I6 RUE ROUX, 116
I izfri'me sa n* flIbretisee itn!1v tpi'd'vIe OcaI (to re ce-%V'ir
pa: to-; dt'rn irs steani x's;
ieIl)let t'h1Zehis '.sifol o 1 (1 4ik- i'~x'~ fill.
*((j fFtral..' Ise, A11. baii lilics 15... NV Iisea it kes, et
1111;' s dfiflfleisiiiis vii iVcs.
:I 1lelaux avec. de tics -]0iI:. sxjets.
TIl pIS pour sal 'Ii. !Lu shti idc&ct;que Icrs j)( llo&!neIs
ini. 'fern s paysage, liell!S, C v, c'.
S~a ~~tc~SujL'b bC'011Z ix.'cuitc's, Alaba'.rcs Pocrc

Lo-uvice T[he el Cal '*>~ ei -Sc'tr
'l C',-- BaVIL.rs. -- Des Ic~u Could re Ongliers
"t o~seriC 13a)pt~lxo-- Cju~elleir C etc, etc.

Ci ~afioij cotistante de Nouvcautes.




DISTILLERIE de PRINCE-A
Nouis avons l'avanlage dic o i cr i a cnIa anede
,-.I clients dc iPort-au-Priince el des a utres vi lies dcela [I('-
* iibliqute qu'A pirtir -.fu 15 I)ceinbx couiriot noii serr-m-%
it measure Wex&tixtcr I' tt!i ICS kconimandes de CLAIMI '
diR1GE q iiils voudr~uit blkil 1101,11i('On11fclr.
11 est so perll'i de rapi:wler nii nu iiir invI)1C chncu lilt' I
Cla irn I ierge (ICPrinvce qui a 6et iiii lors', onwiwou 13 a
I.()')itoa NLILOIion-led ii't ;s de ri-val
Port-aa Punice, le l, 1)1.'c-!nb'ec 1929.


ifl slircqe (ieIn auxit't vl:d aImPs
dc,. loup, leI)ount'L.cColift, bsa-
II.l ',-Seaiiiciiit do iie o 1110lti
d*chose!s- appel-s, trues, naidcs
plejires de vermines, expost~es
w' ut Ilej'our sur k's hImes de cac -
I e qu,0, C u Secoue et q oiJ01
rt utre. G(b'Ci Iheuro Chlaitan-
it- o6i la Xis~re ouvie sa
gie~ule rose. pour boiiflcx' ne
f) late. ou pour lancer Owt re-

to e sa chenuse siYe, pour eiufi
lei unle autic pjls wsvptsc'x1)ki-,
E le se farde, p-irtuite sca
sviles (t d'agua ddicio.a oh
ecite odcuzi ) pour la bzi lit
ainfle nmystique. Les voix i;. us-
sunt, de deux tons. Les pi. s de
falras t i Ici-ks excavwijons
dec terraiii. les hrislnarines))
rochitiqULi, cll'I.nt de la 1i
taA cit ds -rifl mis. La grande
fanla~niapoxic retire ses sou-
litI~.Le.G(iciies de l(Iandase se'
1,-vent, s'etirent. L.a fci'ie est ein
Ssn.Le Cotigo .1'ailletic via
nAtlre..

Souvent, allres -SOUj(I.ClI )
compaglie d un sxawi tacili'rne
et fazntaisistc', ie vais r6ici par
le bourg ensorce116 d iji-ir -tic -
b'utl~es elImtisles. Je Ig:,alt,
jusquanx inoi~lles, Is spleiidcuj;
des danses et des chaiuts t
qui transligurent la nuil.
1i fil b t'pttdre EtI Vul L Eow,
se,le chatjeur ~bai;ba: ted(181-
stu tr 1agic iftp.-00ud oq -t dWit-
in jarnbe. 11 me rtvii ao'
soix'.Ses hwiltIs plainles ltiLad
domiuiDlsAhi or&,Ltltmi, I i en

s, U'4i%,0I pt)1lsJ? 1',pt.Elt LA i 'I
t 1 pilltai Id UIa Uu mlh (~tw*I
Non, 61 imins exveloppes de' hut-

au cenfrT dune nuitclaire et hu.


Unv. Les g( sles s'anipiiflal '
n.- !idwew 'queie Jiir artl(cu '-
'iloll Solple. I's Ores aufollr (le

;!Dinrdes. ie lr voyais Vuvnil
dcs uetiees ; Icurs 16;t s se sly-
lo alvt- llconiifc ces figures q'i .'(n
volttur les antiques poterit 5
;4tsyriti4 ncs,--- iii honime,ni I C-
Ic,- tie-, vieux imiagiers iiigres.

-itju('s (it, -I)'.Pos, qui faisalc, t
I-t hi ou cinct'it,la 1lure fem(I e
*bulisefil, derricie on b *u-
la ct W :1 I)b! S.
(ii1,qu il.:Tiseurav;iIdvs alta-
i de uoic~ntire en gaiu. isfsIai-
&;* t ts 1,ci -d' -iuz a u cit'-.
"'Nuil 0( E')ITuSe.- Ctaient dtcs

I pii'Litm~iawcoliques et
iljz'huuls. .Jamais it ne nest ar-
rive tXavoir teliement 1renvxe de
n esckler e'citide pleurer tout A
'a lois. .1appelai iElouise et Iui
duwiune piastre en lui i isant
ow., bas. : magllltique I 1i cut un
a'irt aulibigu d'uri c6?t du visa-
g.. III'a3'ant.
Pour lawyer on ievgard je '
4ard~iis IL Iu!ie ironlifue 1JauWit.
-tmr finslaitt, j*MpIis assurA (life
de "ot c.1'p'Aailti.pleuVoi~r ,ur
nous : up. iue (1,;; c-oh .tlque,
J,, s , it; Littia-,Sn('gi C."fv, IeSco

'omofl a. A1on zittii, en douc,'
Jit wae pa-.-arii'noire, Poll-
Jilte ;a rim '1. l~vis rouges,
% tLx-lu ?... J :.'cat nd is joas I c
I ebte.

Nfiv*rfuiicqnPo4r(q I iippek fi''
AS J-irf'de liiijir
i-'i
~ ~ 4j-P I-? 'r I


La soir6e


lieh"II ria


(a


bt.'A WIEIS DE S I'N 1,01 IS
DL GiN t~oil 1,I


'sPjl cdi ti.)* es FrL'. d S -
tlI IH
It v Iu I I AIrd I S [IcIL.I I C-Iv

&~ I t t .vVA udI'. ( * ie re
t:lni A4. ELiPIe', le I I itau SIt-
% U ,.1I (I I' Pr cit of it ItliI'l


I j'ul Cv liolilin't. a~t It('

gb UChe j)oUC ih dv itailtier, (que

que ie jcurte humme nic la Irei-
Iclicrche dun uiiploi, le ptr ndI
L0ii1u1ie jardmiiiitdc suimisn
L ei in i je l ti E J 11,4 la i lst
talilefll I iialC, tI'l;l 01 ch ,
C LI NLU ISSC i'llllik ',IV L ( Ii)A
lili ci ci dsalickC.Ih ll I I IJllu es


Splailil (1~,11Sis so i. le tc(IV flU
tique. 11 lut u'i Ai-SkvilkjOvC 1
goguenfar(Iii Lt r t
Api S la tolii~b~ede I deall, 1I
muiq U e~CCX 4 c uta tini Wpot ka
~tL'Enclume )), puis ic iit-u
bc IcVdJI nouveau .1sUl' a ktI i
ell d -ux actces: (Le 4 ;il .130Bid IL'
Le jeun c G. IkawirdIie s')- fit
pri i ~uI remt lit Uistlinlgutida Os
%u \i 6le de chat boite. 11 cii I ul
iii ruse ct h idi. Pal rS;I dic honl
cl,;auec cipal-r,(S gesles ualuII?%.
Iit recuetilit de iiombreu i et
lng,; applaudissements.
F. Nel ll unogre l6eri-
que. It reinplit Si 61Oe tie ((t(,I o-

un Iogretle cique ous le peit leI
ibull e r~tLrat ; tiunt~t Ia:ouclic el
m ~vie, Iwnlot calm icl Ilcdaeui'.
ILes 1I~iaetiillul Idlost d(IC glogiIli
ifrelit Ii1ei%L&Cd U.,a lilt II 1111 ~ C~
ILes It uxtde umimei c.tui CIII vi-
wi Vtill. nipp a ut~i i, ci.lorx'' uc
I (.guv, lilt 1awol [hosc ell 111 1).
iapp j ru i sml:I ,.1cen ,. Ics ptAlii-

ra i n par ig bCI IVi I(I
La .sl ,jj c heCIUlIt; ilia LIVC:
Le(I hitigl:CCS ut U~il \\ .i'i ltI%01,
laI ii ,ckaUJlAjiIu0I1il(it (t liv. LIX~ViU

~~ .1141, ttALiil gi .Jikisuckc,'
Li,, j Ui dIllilA If1 0 .ii 1 i ,I1it,
cI. t '. t II(it k(I I .. Saiil I A'o

I LI A C t it I I., I U .,li :OLA'lic..
claw! It., ie ( it \'e Ijt iii

gal ilulibil~qUctl! cett'.. :solilce
des F1 0-cs.
Ii etaiat wiullut, Jul sque la Iclu
prit flli.



AVIh IMPORTANTI.



i\1c,.sicurs JiC .acltionimirje.,-
de 1la Banque LtNatio1011.1(IL:d
IJ 11I)Oub'uue d'i wlli s(, nI
avkcises(owlI AsSzfliI)I~cC (ilc-
i ale ordiuaij C alJl,aIlieu Ic
1 14 Javier 13oa(fiX ue


. 1) 1 %i, I


iu~t Ti, as IhI&lmgte d vp uLi.,l
a 1, t, '. Si 1,.b, pauvi-es ne sell-
ratmtielil pea, conuineut )euvenut-
ils ri~ciamr des antres lu'ilb lea
aident...



We?~ Ft J1
I el U: Ide: In,~


1


- ;; -- -- -.~ ----


- --------=


I


''' `


A ii, (It U juiunes homiines
(111 disculaiviil.tUne icltile ye-
nIli tit, passer all vol.011de son
iiAl Tii l itemlail ki ~re

(I!.e 4it'tl~oi 1 lh I.'' 4)1 7 ( hl'ilL qui*

v(l hmf Ivov ::it, ill cu ;pius
i0111, I IiltILCLI\ a(Iliiiavail t06
te S 5111,1ii .

*... at vui t iioi i'iju is cur c iiomm -
dk'iic:tt.t'l a LiI Lt 'ie PvQC, suK
dtiiux chaises. 11 clailtfoul A fa~it
nu iL lets. Iii det? s caImaradt?5
passha elle Sailuo.alrllcadiv'wgt
telita 11101,11, C11Li llgt Siclargei
.1h nilkl Iii o l I 'tlNot dcI o l JO C.
a ~kli i ett Li II Z! ill a kc S.1ILit
I~t ha 1144 II.P1. Iiils/ (1011Ct. Se, (fix


lJiii dl .11 ( I X lit.I -tl

t',il a pits1 a gicabI c. t'arl ii

potliva1lI \,oii l, a \ iC!, U I'
101,11 Stol) isIgi (AIM Mi ) ~(iI (C
dtuiieille 1;1 i l~jlp~outtI.,jx ob


61 N V II 1w 1.11i D~~I)W- es-
(IoChe4S 111Vl~Il' 'k-u: 'I''! ii'tlj ('t1l-
iluisait tl snal iUtout (11'it silo-
I alit ~ ion l* st () --- 14 ce. I'll-
pee A hItJllehiO ()till(lilt IPI t i~ll
sirup o[) i- eiladilc. cit(jwedebi-
tent de pe-~sitits eljarhniis ami-

E'Le e jlat lellvilneni occupke Ai
son agr'eabtle I'd talisi e qu'elle
failli it crasei' on bainhin qui
psall. Alois cCtci limil s'~r'la
daiis u tin ve clat de lire:
II sl ies(tificlileIlilde.
[jl~jisvi Ic, ti0 Iai ic tifell\ kC iises it
lit Iuis...

%'oil, avec plalsir. h0 long
d0' loAics heS I11. - (fir14(Xipitilc',
'iCIF CII I L-F '.d(", lap '. 'iillaijS

IellditCItics p, Is I1luax (Jill

v eli a I,.' t er s Ics lotinles:
t~l'St ~ (.:t i ll ll( 4' pit la I .,
tekihCeb... I,;0low,4Ion, 4galellevt
i I LI I, tI k.,1S P Vi V Ii (I J I CU(I tweq it
CCii '11'Il11C Iei.ur.1'11i C1TrS aU
j~iiuttlIi -mliUc N-tI oti alli pelit
I.16.us p(4hl d(Cpo[(ut' le SoW
(it, hI NoOt.illiOu cps 'e~lts fi1-

IOLUicS !L., (ti~liie'l, S U'sIicLis de


-.V0II11 SOLIS I -a 1421itqui voi-
sI IChe~ Ffi tic de t IIcCtine ving-
laifle ticjIlt-vaux (I,- hois (de 1163
igla 111 i(iit1t1el-'oil tIH(ue icsenl-
t~iiVI .lItielaVcc IIivie' des







Ar


LE MATIN 3 D6 cembre 1929


I -


I I MWA.






de r] ~ I I (o o


elli (d 6ice

k., t i tN I ilul dt ii I. il t le

1. W I iCAII'iillt' L Il- AK.t' 11 III Iii
dchcio' N\11 *' 1ii OM I tiuus i l~li'lli
lilt~~~ ti IL t jl 1 I l I II I I

lt I It olit' N. -"I t lit' J "i u stI huh .Ii,
lil II (t ) m l t 'I a i I r l l


KRAF


Ie V "It' ct'lye a pa nt mul 4 vt)1l
froI'iiulget. It dnI ecu nt omne Ie

he -eo il 'It'111t umi H .11.


1-1 ndc 1, iil,

PA\ W LEi' YSAil1%s
D istri Ibutcurs.
Port-au-Prince, HIi:ii.


-111


.-- .- -" ...-- - --- ~----.-- r' -


Fuisioix de grande; Une exp6vionco scien-
BEanques ,ulxaie.tifique
ULII1 N1. t~t't OME,- be foligre's I;afio'i'JI
de h I I\' I H -I u hi 'S '!;, ItC! I w, k t 'nt, a 11til'o, I (I y 8 (Itie I
(IC ~ I LOIitr i t''i i tt ,quc" II'ralC',, Li11'" hILlle LOi~
Ii1 111,1,10: fie Ct N (lt'ii' gi aiiilew z iviwnt It! lil s eilsa,-j
efath"Ii:pit Wt ii onnI el rdu ticoiigr~' but title expJ'-
A I lrtb' 'u' iienuc scientiihpic o rga niseetC
ordwuliat ti I do'iei tls aN'i1(91 R 13
ctinli, ic j il Gu1ii S~' til i (u lt) Alfal' Iv* L''IMb'G si''
t.311 ~ ~ ~ !.v fil- I as1 Ia ''(p q elli' le stiviitt Ie'git'iXlix t"
lets vt N111' f 'oil I- V,101tI dSdy, ~:lIiit't'S ;'S, 111iC i' TH>
(FkCoaie (ja' h'is Irat li ii' i'l'pi e- 1,tiji;.. oe pa,- )I ii oloa n-
-~nentcn iSIUI 1%-; dii' t'i 1t'i'SolliiI' o ci l (Jll. ui a ooui' but
(l' It 11"; bAII'jIl''S 1..1 -1eI i SII I, c con BI l moi'tit tie t'r6, isei 1lexis-
gro. ia'; ;, (jilt' I Iti'C i 00, k~ iis t 4 1211 t ICS 1iiltdVe itltIk tde Ia
ildune I-alowoilsallosM -t)IL I'ltli- MTV. Lt'. '*Jioitldti2 C FtIC l11tial
do I0lile 1(1' '.I'I 8 lbsoluk turti etl'teIa ('0up)0IC de BIui' cilcs-
toils t, -i i ici i 'S till' li (a'11V t jbid I peiiiS ctl, Ivlois dctn ivoii
L'IIt~fL~ it' Ik Ir u(.qoAm tjLl iv i' 1t25 -c i lt h 3H I pie iq. 13 no pl.- :i t,
serves. l'wii'outcI '11' 111)11 c I t'a'l 'He -1?sit L~It a iclletibaii pi).c Oun
dre. t ItItI(,ljitii' Ik iW.Su~l il I)- p1Lt. au r'ein~pli (le sable a ctt
li\ve tiune ICSA'uCtlIo )ttJ ills 110'*1- j~act'e au icnti e du clue ir :
Dat~'itilk ll itt Ii bCIAAt 10 1 Ut tdi 1' ItIt()Ii(:rIt t,-i e I cxpC'iicr'ev ii~u
~CI'~0iiiI11.,23, ('Ieviiit t 11 .i l'"" iC' call il lwe a~J i l ltti' U III'
4.41),000, 1ucslI jitS 8ok1 hilltut li I''lilt I-' jwi i tota auip0-


de wtwiui 1vIt'a ivol U'Ut'ble it soin p)lss:igc ,des traces I A-
ques ti lI It lV t, ir 'o Vl"s q(it 1 01 o d Uv u.&loaipparI)iiente


rPontsentaps hi !Ins i~ltl' atca l Ieu an \aIITtjAiiId
prtai dil l ul(etitill i Lea s Pm, I isoVeraun Prilt-
Le on, LncI!;i. si (1-Vs.i nII. ean'' ~Xcnt npo~
ino t ih .!L"IltSII W I)I 110 iil ;1 e lgste I liie. ti tie M01 tte
(l 11) 1 :~i~tsttcu u '' Id(1lItt~ NiA~~fIV\i h


L66difice le- plus
6Iev. dix mond,)
M. A. iX m utkl : i-

rCom&t' ie V, 1 1f l Siy' 'i i i
I) I'I11 ile) ;t'lv S lt)h' elqWu 1
Coil Asota,' s' V1 IIelio ni cii t
bautew. (IC 85. ',11". (C> k .
par coflN,,,quctilt Iv bt' l.:1In
Plus 6t?\'t (IrII11.011th..

dritioub'(hi.-):e i g s

Ln roii'.ruciwio, tki a ~s%)
Sn'1th, vit~itera 7t.40 io t, I
at d., K t*-:,'Q aelit v'w e Ic ir inI



1103 1. : i




bivi M. rog
I' f (.1' A ~ I tlt tilL*0 i )1. IsOU
veI'.)d owl.--c (.111t'gilsv (du S crct
iemui dti 'furgeaiu le'lyd de. rn-
bre en coot's A b6 licures du .soil.
Nos coinflplWufltaisLi cliariiaiA(
couple.


la i isite des Souveraims italiema an


Soumerain Ponlile
Jourotiax italiens et journaux
*trangurs ont beaucoup parl6i
de cedte visite et ont public A ce
suiet les informations les plus
variees et, souvent d'ailleurs,les
plus lan'aisistes.
Sl)s n6gociations se poursui-
vent depuis longletnps entire le
Vatican et le Quirinal en vue
d'6tablir la date et leccr6monial
de la visit royale. Dais 1'*6at
ac:uAl des pourparlers et sous
reserve des modifications qui
pteuvent intervenir aussi long-
temps que rien n'a tM4 p'lbliA
olliciellement, il semble bien
qtie c'est vers le 5 d6cembre que
les souverains italiens teront
leur visite au Souveram Pontile.
Ils stront regus suivant le pro o
cole qui lut observe le 28 mars
1922 quand Pie XI rerut le roi
\lber et la treine Elihabeth de
Belgique, les premiers souve-
rains c ilholiques recus au Vati-
can depuis le 20 septemnbrd 1870
grAce a la levee, par Bcnoil XV,
do lameux veto oppos, jusque.-
IA ILIux visites de chets d LEat ca-
tholiques a Rome.
Contrai emnrt ce qii a 6~!
an litice par certain j'ilrnlux,
il ne semble pas que le Souve
rain Paunitle rende au iro sa vi
site.t ommne lors des prncfdentes
vitcs royales, c est le Cardinal
tcr'itaire TE'at qui rendraaux


S(Ouverlains ia!iens la vs.:ie que
ceux ci auront taiteau Pape.


A Terrasse

Garden
EKco:e uni succ6s i ijouter A
la liste des suc6s obtenus de-
puis le commencement de la
1 ~~ ~~ i t'. .~ *''t I. ~iSO1 arii nire ti iac cr


, t ,,, ., it< ., d ," 1"su o par la ddrection e ler-
dl'i i'l' IL .oi. russe Garden. Tout ce que nous
An.\ ns tt ;i,,'\ .U. Ce-, ', XI1 avons de distingu6 et d'616gant
S..i 1c d. ,.rl- appiO-, dans notre society assistant, sa-
prites i leur :>ativite pr' t.iic mnedi soir. au bal que I'en y
r'-. .\,:x ,'A I.>1 6t* di I-i bnqut', doinait. Une musique excel-
l,' S in,!-Pli 0re ; tit jique leur i'i e- lente d'entrain, une salle auper-
V .il ,i'Mt't',i i : ,,l.ii Un'.' -.lhe- quet admirablement cir6, une
i (l' c', tt', ei e C quil tiIl ouLi wnuit merveilleusement tratche,
'I 't'SsO',LiVCt 'k 'L'cssiii'tS z tiln el tdans lous les cceurs, un d6sir
."ndlt ilonliut' d'au r, s 'iVttx. ii,.esistible de s'amuser voilA ce
,1 ur a parlh_ auss.i des ill.tres qui a contribu6 au succrs de
.1 Ju g.111 auxqucls teildelnti cette admirable soiree. Ajoutez
I s cfloi Is etl I r'elitrqt0 qa ils i cea q,'e le service tres bien
Sl()t, p i ,s 1. ir airc p 4ti'e ga^nis6 a minarchl admirable
4a grande allaire de leur salul ci meant.
, I,t:. .itm nice's Ii oit l.ir I' routes les toilettes i1reuna es
t' l la .',t. 11!par ces dames e ces demoisellts
Dlans les l,.c'riwieus de i'E li- etaient des plus jolies et du der-
;:n, le Pape a salu les repr nier style. Ont 6t6 remarque6s
;.ntanls (dune des milices lea sptcialement cells port6es par
)!Lus modernuies, bieulahsantt s el. Melles Malval et Jones, rdcem-
) i, iiques, cillc did's torches cicc- inent arrives de France, et par
;ii s qui torment un 1lemtni't Mclie Ciciliano.
Si:. renuier', imnpotl .t- Avec la saison de fetes de fin
i \i modern. I,)e lla ri- d"nii nous somines assures que
u mait,,,'taion .., ietii.j tr et Mume Kahl,ouvriront leur
ett, li.i.,'tir c' dancing cheque samedi. Ii., v
'. i, t ;' '' i'r so tl d'ailleurs encourages p rl-
S. i1' k it ats de li Ic suiccts de leur dernitre lete.
'; i..nteC qnu sont la lureu:- ---. _ _
c", h h'r ON TROUVERA
,,, ' d..i ieS.init-P'- ,y i,,ul et instruction Civique
S ... i .,s a., .lo- A !'usage des coles primaires
, .Iv . :, ,, i iv., ,r e t ar Fblix MAGLOTi
.... ...-. i i t:11 "c :, -ia ii petile M aison : e ,lu
Si .i l .1,U t Ii .. i ('. tre t chez l'aui ui Ruelle
t1 1',e de )I u. ISt 0yr.


L'llustration

Antillaise


Sous ce litre vient de paraitre une
nouvelle revue de Mr Luc Dorsin-
ville. En formulant des v(eux pour
le succs tie notre confrere nous of-
frons Ai nos lecteurs la page suivante
par laquelle it expose son utile pro-
gramme :
Cette Maison qui s'ouvre au-.
jourd hui s'etlorcera d'etre une
( Boone Maison ou tout sim-
plement une (( Maison de bon-
nes gens )).
SCIENTIFIQUE, DOCUMENTAIRE,
elle attestera, la vigueur intel
lectuelle du pays et s'`verluera
A d6montrer comment de I'In-
dependance A nos jours, Haiti a
suivi FI route de' la Grande Ci-
vilisation.
TitADITIONALISTE, elle d6fen-
dra centre I oeuvre de d6sagr&-
galion tonit ce qui cons'itue la
Patrie: RELIGION, LANGUE, M(EURS,
CULTURE en un mot.
CONSERVATRICE, elle aidera A
I'av6nement des capacit6s et
combittra, non par une action
politique, mais par des theories
de doctrine, la pr6tention des
inaptes A s'emparer d'une direc-
tion social quelcouque.
Si done notre Maison en'end
etre celle de tous les fits d'Haiti,
elle ne veut pas e;re pourtant
une simple perle dans un 6crin.
Elle aspire 6t ne DIREcTION;ellIe
y travaitllera serieusement, pour
que le movement de march
de I'Elite et de la Masse popu-
laire soit mieux coordonne.
Une lot sociologique veut quo
'thlite social 6 culture avanc.e
subit toujours V'inflaence rdtro-
grade de la masse ignorante,
tailit a demonir6 que si celtt
theuoie est vraie ouar certain
p upl s d'autres races, elle est
tausse qaant A nous.
Eneliet, au lendemjinjdel804,
la masse intorm. des esclaves
de Saint-Dommgue aurait ddl
aturer A elle les attranchis qui
representaient la petite hlite so-
ciale. N est-ce pis au contraire
chose admirable que cette lutte
de I'dlte d aboard, pour conser-
ver sa culture, et, celle de cette
mas-e, pour se rapprocher de
cette Oite et lui ressembler ?.....
Loin done de la ramener vers
la barbarte africaine, comme
I'ont toujours malicieusement
dit nos detracteurs, notre masse
a constamment soutenu I action
de la miinoit, a contribus A
elargir le cadre de celle-ci et iui
a permits de presenter aujour-
d hai aux peuples d autres races
l beau bjuquat de roses qu'est
notre Societ, et le tfleurs aux
ditlerentes couleurs que sont nos
villas et nos c:itnpadgies.
Et c'est pour les laiie mieux
connadire, gens et chases, que
celle Maison ouvre ses portes.
Elle ne demand que de la
bieaveillance et de 'encourage-
ment, car avec I'aide de Dieu
et i'esprit de decision de son
chel, ell tera son chemin et ac-
comnpliri sa tct.A..
Nous avons conuance; Nous
croyons au Pays come main-
tenant il croit en nous.
A vous tous done, hoinmes
de lettres, h.)umnes de sciences
q(Jl travailhz sur les continents
A la grandeur de vos pastries res-
pectives et qui avez pense que
notre direcleur est de votre la-
mile intellecluelle; Etrangers
symnpalhiques qmui vivez sur no-
tre sol bien-aime; Haitiens don't
dte cette elite et de cette masse
les ieres Mtaient, ii y a 128 ans,
da debat, nous taisons un pro-
lond saint, tout en priant nos
coatrnres de tous les departe-
menls du uays d'accepter nos
rcspectueux homtnages.


Conseild'Etat
------~ ~- -

A la sauce d'hier,Mr rharles
Riboul, Secretaire d'Etat de
La Justice a expose un project
de loi qui modifie la loi dui
20jnillet 1929 sur le marriage.
La Commission Speciale,
charge de r6pond. ::, mes
sage do President d4 la ( lIu
oblique relatitl, la convocation
ai l'extraGrdinaire du ( onseil |
d'Etat a ensuite soumis son
project de r6ponse A l'Assem-
bl6 qui I'a adopt. La
mme commission est char-
ge de remettre an Chef de
Etat la r6ponse du Grand
Corps.


CADEAUXde fin d'ANNRI

50 sur le prix


Chez Vincent REIDY

A langley dos RUSe, du Magasin do Ifta"t
et dos Front* Porte.

La Maison CREIDY done un rabais comme cadeaK
Fin d'Ann6e.Comparer ci dessous, les ancieis avec leas
veaux prix.


Bazin blanc tramn. 2.50
Tricoline blanc
a dessins 2,50
Imitation d* tussert 2,50
Madras blanc pour
Robes et chemises 1.50
Diablement tort
blanc etcoul. "1,50
Zephir franc.
pour chemises 2,50
Z6phir ray6 de
soie pour chem. 2,00
Zephir raye de soie 2'50
Tricoline a dessins
coul. pr chem, 2.50
Tricoline A dessin
Sote blanc pr rhem.2,50
Voile coul.a fleurs 2,00
Voile coui. ray6
satin et blanc 2,00
Voile coul. et blanc
ray6 de soie 2,00
0'ong6 coul.a fleurs 2,00
Foularline coul.
A tleurs 2,50
Dimities cl. A fleur 1,50
Percaline could.
pour lingeries 1,50
Ratine blanc pour
cliemise S ort 2,00
Gab irdine nu--
vautO assort. .,00
Foulards nouv.asst.4 00
Satin soyeux
pour jupes 4,00
Simili coul. et bl.
pr lingeries 2,50.
Percal bl.extra fin 3,00
Soiezette cou. a fl. 2,50
a coul.,a fleurs 1.75
Tricoline coul. uni 4,00
f blanc extra fin 500
Tric. noir sup. 4,00
Indienne frang.asst. 1,50
pour chemises 1,50
Calicot percal ,.lar.1,50
<( camrie g. large. 1,25
Demi deui noir g.l.1,50
( a pet. larg. 1,08
Organdies blanc 2,00
Grisjaune g. I sup. 1,5@
Beach cloth pour
costumes entants 2,50
Damasses pr uiion 5.00
I pr matelas asst 3,50
Flate crep de soie 17,50
ChAifoanette 15,00
Voile cyclanese 10,UO
Satin de soie
extra sup. 20,00
Satin de soie
pour jnpous 12,00


1,50

1,50
1,50

.l,00

1,00

1,75

1,50
1,75

1,75

1,75
1,50

1,50

1,50
1,50

1,75
100

1,00

1,25

2.00
3,00


1,50
1,75
1,50
1,00
2,50
3,00
2,50
1,00
1,00
1,00
0,80
1.00.
0,75
1,25
1,00

1,51)
4,00
2,50
i2,50
10.00
7.50

15,00

8,()O


Cr6pe Ginette asst. 5,00
Baa de sile asst. 6,25
( i 7,50.
Bas de soie tuassage
crochet 10,00
Bas de soie
extra sup. 15.
Bas ehiffloudsoie 15,M
Bas fil Dames as. 2,00,O
v mercer. asst. 1,50.
Bas fl,'matte blanc 1,50
Bas'fitjambes ext. 1,50
Bas a cotte asst. '.
Elt fill 3.0*
Chaussettes enfaut.
hommes 2,'00
Chaus. fil ass.hom. 2,00
Chaussettes ass., "
pour enfants '2,0:
Casimir Tropical' T"
assort. 10,00
(Bat'Bas)'EtofteA
nouv.pr costumes 4,50
Khai jaune angle. 3,00
Khaki blanc angel. ( 3,00
(t blanc 2,50
Drill blanc union 4,00]
Drill Nippi blanc 3,00W
Uock june dble fil 4,00
<( vert double fil 4,00
Drill flanelles 2,00
Drill coul. sup. 2,00
( could. pr entant 1.75
Khaki pour chemn. 2,50
*Aouchoir deipo- r
ches non ourl. 7,50 2*
Chaussettes de soie .
non assort 7,50
ravate de soie ext. 7,50 6
foile A drap sup. 5,00 4I
-.ouverture de lits 7,50 5*,
a de lits laiue 12,00 8y0G
Couverture de lit
blanc ext. 28,00 16.6
Tapis descent I!
de lit 15,00 10.o,i
Savon radio pour
purilier la peau 1,50 0.0
Serviettes de
4 toilettes 12.00 ;_
serviet.de bain 24.00
'oile pr rideaux .e.00 -
Chemise de line 7.50
tricoliuc 9,00
..hemise ratine
Sport 7.50
h.ewisset. tr.cot 20.oo
Chaussettes dour
hommines 8.9o

Port-au-Prince, Ile2 .
vembre 1929. -.


- .40...A ---n


Dans leseaux

haitiennes
Une d6p6che date da 15 no-
vembre et publi6e par la press
des Etats Unis rapporte quo Iue
Gouvernement haitien a autori-
s3 la flotte am6ricaine A ezdcu-
ter des tirs dans les eaux hal-
tiennes entire le 10 Janvier et le
16 Mars. Les 6quipages sont
aussi autoris6s A descendre A
terre.

Mort
DE
tIONTBRUN ELIE
C'est nvec Ie plus protond
regret que nous annonons an.-
jourd'hui la mort do notre ami
MONTBRUN ELIE, don't la phy-
sionomie sympathique tait con.
fue et apprdci6e do tons. -- C-
tait un bon et aimable grand
camarade qui avail toujoura Ie
mot charmant es t qui no d6dai.
gaait pas I'amitid des jeuaes.
Les tun6railles auront lieu cot
apr6s-midi.
Nous pr~sentons nos iiinc6res
condol6ances aux pareats-
6prouv6s et particuliaresnent
aos amis Henry Elie, Cl6mant
et Georges Elie, ses fils.
Ala PUto eWalson
1w, amIdu ~fa
Viennent d'arrivor :
Jouets pour Ioterios, Arti-
cles pour crehe : J6am en
dai'tl .. sonnagcs etanimaux
de touiLs dimlusions.


Spectacles



Panfsanni
CE SORld
La Pichard,
( Suite )
iossetle
(Suite )
Entre : 0.50; Bal

DEMAINSOIR .

Education

de Pri
Avec Jean Dax st
viance.
Entree: 1.00 ; BalM


M- Vve T616maqa w
am entants. Monsieur lI
me SlIde Dored et leswl
ainsi que ,oun les autair
at allies, trd toteain
breoa t'moi' es d
thie recus I ro:cisi
mort de leur regrett
"Tdimaque w
nsrrenn i Port-aa-P
medi 23 Novembref
prient tons les smi gd*
Prince ht de P6t'o-
trouver ici expressions
sentiments tmns.
Pttion-Ville,le 2 dicebw


-IS-
FOWS_


- ---~ I--- '---- ---- ------- ---- ---~ --_-J~JI _ r_~ _


---- -r-z~-*--~rJadim "M.llU~urp


----- --~- ---









nent Magloire
DIRECTEUR

t. RUE AMIgRpAINE 13A

TELEPHONE N"2242


---,


3~me ANNE


I1


NO


PORT-AU-PIUrc (HAITI)


LUNDI 2 DECEMBRE 1929


pteme du DraPa doa

section Pasciste d'Haiti


C6rtmonie do bapteme
peo 'Fasci stse Ima
November coursat a
lion d'une manil.a-
grandioasdt empreit.W
et d 'Aseace etide
ion, dout con nt
ter vivement os
.1talisns qui ,m on os
tive. I
tA 1'H6tei lalernatio al
mp doiMars- que Pi-
aec taln de soi taet04
rfaire., M V' Ferrn,-
ue Ia fete a eu lieu* A
r de 3 heur de 'aprj]

p'emi=re cho" qui fp*
* entrant, c'est I or.?
pa vraimeat artistiquo at
kcor faitd maian de nai-
que tout Ie mode jest
time A admirer, et qu las
p Ji lienne d'Halit ate
I preparer, avew lo et
saion: de& drapeosx ta-
L et Haltiena entree oi-
, et marient lerons u-
| amies, partou t lea
et mille petite ch ses
nt poor on insta deo
n de Port-sauPriic n'u
ique mijieu de 1'l aJi;
_iuae o lous lea It'l el
M"ts retrouveut a e )ar-
Sla Patria atai t
ears plus intimes en-
gat,, amuatMreoar n a s-
KI vers le Grand v #
SI'll'luitre Duce l-
ollni. d1
IRFntre de u spaeciie


le buste du Diet itf
, plSac6 stur a ron
It tons les rgard. 4fs
6e Drapeau .s asc ste,
oe noire et Hache Ro-.
e symbol de Force tf
bo des Ames vers on but
se: LA PAN I. A c6t1 do
ealu Fasciste, on remar-
ieui de a mere Patrie
iane, qu'eatoure le Dra-
Halltien, et que recouvre,
ie en uo grand .gesteo
ioteur, le Drapeau or eat
0 du Pape.
ssistane est monabreuse,
le et elegante; tbute is
aie Italienoe est prisena-
apges dejeunesgens, bhom
'A la force de lAge, aiux
aS grip wopuas, tenmnims
m(anit ormant un grou-
iissa ut et adora ble appor-
One note de gaiet6 et de
lur aux coeurs de t0otis,-
Ienfants, e poir de 1'ave-
I'tant lIa che0iisu noire
I decoratiops Foada "eqr!,
it cela, se d1gagest up*
Jve de patriostli tuc
it6 national, quiav
l grade joie rlaI.T
tons les t"ot.

u+,, *..
res pciset S Ex
1,No6 to0-
SSt.-

tirat, oeasco at

"*a-Me, M r O
io Iad tconm
a 0it e d tique lS

lear A.Cotablif, Se.
W action Pasciate
ice. Hli pent re,
m e du a D

VDesCidd'Sta. I
t' Petoio, indus-
!i 0 ch muat ami,
Vi lh dlgMW u6 du
a PetitGotave. AI'en-
!ktp.re tants du Goo.u-
l~tllaiio~aurand .i


Ion de 'IH6tel, Mr Farano, en
,lenoe d'ocier doe Milice
Fascists, porftt e qualtrie
d6cofatiess coquiases sur lF;
c4hamps.de betailk e 4
Grande ewr, e pondat la
iMareche .ar Rome par les
( Chemises noires a, done ie
ga Me -vous. group de
gentilles petite iLes8 t deo-
molselies, ean uaiformi de
a Jeunes Itiaien es portant
ebhaxme une grbe de euns
A is mains auce, smae S. 0G.
Mgr Coglioflo, de salt sya-
bolique Romaio, Un autee
group de o fililla i ayo u n
drapeau Ilitle a a sai,.fa t
le memoe saul, quoe remove -
lent avec un ensemble partae,
es aombreas aChemiles nol-
res j d'Halli masuss sur les
deus c6t6s, A I'adresse do Re-
prsentant do Souverain Porn-
tite et de celui de S.AM..e
Roi d'talie.
La Musiqueattaquei'hymne
de S S. le Pape, puias 'hymae
national haitiena marche ro-
yale ital esneeteqfiu l'hymne
Fasciste quo tout le monde
dcoute debut, d6couverts, et
avec le plus grand respect
mtlA A t1ethouiasme le plus
prolond. La Ce6reonle com-
meoce.
Mlgr Cogliolo mel ses orne.
mtapts sacerdotaux, tandis que
pasonept rang aupr6sda Dra-
peou qqi va Wtre b6ai, les
(Uallila a s marralins et
parreias, le sSecraire u Fast.
cio qt la.pharmanie marraine
prganeA, Mle LiUa de
4ttis, jAe i. re, le .on-
si G40eI d talki, ainsi u e
les pineats persnnaages Hat
tipsa parati |esquels on re-
rlAqque Mr Camile Leon, Mi-
nustqe des Relations Ext6rieu-
rea, Mr le Pr6sident de la
mnmasIlion Communale de
Port au-Pnince, .et plusieirs
oembres du Corps piploonapa
Oique et Consulaire..
MAgr Cogliulo Lit les pri4res
liturgiques, asperge les ttois
)etits draptaux, et donne sa
B*pediction solennelle aux
6tendards, envoyant dbe ea-
e filiale A ia Patrie. In ant
sublime et ave. o0a too les
uars commuaient eon e
nAmefoi patriotic u et
qu exalte la Musique qui oue
1'Hymne Royal* et laa Des-
aliniennev.Uue minute apres,
kAip Una 4d Mattei&, ave4 une
hgra4e toe ilaienne. fail sau-
?rjla tIrditionopile boueille
st Spupati et liai leo
contenu se repaidre, oa one
~plBp.argeatte etxrapid aux
piedsdesd drapeaux b6ni, en
ixgde de joie, de respect et
id'eour,
tes applaudissement eala-
etat: vivato, musique, fleurs
NAM tues A lasonMu, tout
ntrue a fAi de ce mo-
mean, e ainlauta iefiable
't mooki ait de bonhea*.
Maie, Mgr Cogliolo se re-
ore vers le Consul d'Italie,
t leas Memisbres da Directoire
easoiste. Us shaes relt ieux
kit pha eA lak iet brufante, |
eareitendeale snatant d
- Saat-Si peee sou le
riple_ p~retr de r
et Itallen, et de Grand Ad* d
irat ur dla Duce, de la le*
onoadu jour, et du Sym- t
ale eiyev qu'elle contient. Le ~t
uas oo e Sa Grandeur in- t
errompuc en isieurs tois, d
ar les appltaudiements on- j
Iousiastes de l'ahistance, a
16 droit max emurs de tons n
as italiens pretlih, A qui il |
tail t6ut specialement edress6 b
appeal tot a propose que lea d


accords du Latran avaient In
ionoG o Dieu a I'ltalies et ra-
nent I' (Italie A Dieu a, et n's ,n


*1


c
n
c
d
t
d,

p




VA
el

d4
cc




C(
ml
m
hle
Ul
d4
211

to

bi


L'affaire de Damien

est presque reglee
4e


h
'/


La Gounverment, dana sor plois suivants: Assistant dan les
44sir darriVer k r6er ie re- divers d6partements du Service
qreItabla incident d Damien. Technique, Professeur A I'Ecole
seat eag6 A executer lee con" Centrale d'Agriculture, Agent
dilioua qu lI'on verra dans le agricole, Directeur, prolesseur
Memorandum ci-dewaus: et superviseur des ferme-dcoles,
profebseur dens leae coles indus-
Aujoord'hui vendredi vingi. trielles.
nei noTeembre mil-neat-cent- 5.- Demeurent en vigueur
vingt neul, Monsieur Hannibal lei articles 2, 4, 5 et 6 de I'Ar-
PRICE. Secretaire d'Etat de I'A retl presidential en date du 18
gricotture et da Travail, a com. novembre 1929.
muniqa6 le Memorandum sni, 6.- Le nombre des 6ludiants
veat a Massieurs: J. D. SAM, de I'Ecole Centrale d'Agrioultu-
Peidadent du Corbit de greve re est limitl A 214 pour rExer-
des itudiantsderEco!e Centrale cice 1929-30. A I'avenir oe nom-
d'Agricuture, R. Clovis Charlot, bre ne pourra pas 6tre d6pass6,
Secretaire du dit ComitD, Ber- maisil pourra 6tre rdduit sauf
thony" Vieux, St6nio Fithidre, on ce qua concerned les 4tudiants
Jean David, N6restan Beraud, dAji inscrits.
mofabrep de ce Comil. 7*.- Des que les ftudiants de
SIomien aeront retourn6s A I'E-
U*morandum cole, Centrale at auront repris
.- Le Governeent a ddleur course, les misures sus-in-
.- e government a e .diq duesserontpromulgudesdans
cid6 de fiuer a 101 ( Cent ) e la orme officielle.
hombre des bourses de LEcele
:entrale d'Agricilture au lieu La declaration suivante a 616
de 74. Le montant de cheque remise aux interess6s poar tre
bourse otant lxti a Cent gour- sign6e :
le s an lieu do 75. Aujourd'hni Vingt neuf no-
Ce bourses eront payes A vembre mil nouf cent vingt neuf,
erir du rois doe 'tcemre vmbr. mil n.uf cent vingt neuf,
urtir divment En ce mbuieat des les soussignes ont remis A Mon-
IStdoment.brEt equi est em sieur Hannibal Price, Secretaire
noia doctobre et de novembre .r.-.,-..--. -. ...... -,-...-r
es borseca seront re eess ur d'EtatdeAgriculture et dn Tra-
'ancienne bae, soit 74 bourses vail. la declaration suivante:
75 -ards. Vu le Memorandum de Mon-
20.- Une augmentation du sieur le Secr6taire 4dEtat com-
ombre des bourses a-. del de muniquh ce jour, les soussign6s
eut orra t.re examine au preunent lengagenent de re-
oe du budget de I'eane-e pro- turner sans retard A I Ecole
haiue. L'As"iation gaenrale Centrale d'Agriculture pour y
L tudants sera entendue A reprendre les course r6glemen-
et rd taires, eux et les autres 616ves
3Ar cour. d de I Ecole central dout its sont
pp.rm, corsde CArpentage est. d' maedatares.
acpprime dvEcoln aCenermie r' Its 6mettent les veu bas6 sur
Irculture devant se rentermer lea faitsddnoncds par euxAIa
plans son programme agricole. ma missio dnoque d. ...
aes itudiants qui t suiv ce commission du Snquervite une rch-
ours pendant une annde au ognie de Aio du lurie oech-
sins obtiendront pits exa- nsaton qu'de s sent in ospen-
ea lear certiicat aarpenteur sablepo qurIs pe indarchedo
es rendant habiles A obtenir sablepour Ic bone march do
ae commission du President co service.
e la Rlpublique. Les comiis- ,*,
lonnas seront de pretereice A On ne pout que se r6jouir de
sus autres employs aux tra- voir enfin terminee cette affaire
aux d'arpentage du Service qui a suspend pendant pres-
eshuiquc de l'Agriculture. qu'un mois notre vie scolaire
4.- Le dipl6mepr6vu A I'ar- en portant un grand prAjudice A
cle 3 do 'Arr6tl du 18 novem- executionn de nos programmes
re 1929 doanera droit aux em- d'euseignement.


pas manque. en foiissant, de
souligner A toute'la Colonie
Italienne I'importance de ses
devoirs covers Haiti. sa se
conde Patrie, do son respect
envers I'homme e6mi-jent qui
presideaux destiode de notre
pays, S. E. Mr Louis Rorno,
et enfin des traditions laini-
liales et religieuses que doit
prder toot fils de itaelie.
quoique Aloign6 de la Mere
Patrie. .
La fin de ce discours a ete
salute par des applaudisse-
meats proloungs qui aion-
treat que les paroles do re-
presentant official de la cI4
du Vatican out et6 apprecuis
comme elles le mntitent.
La Musique joues I'Hymno
Pontifical, puis, c'est. avec
grande attention que lo'ssis-
tance 6coute le deuxieme dis-
cours celul du distinguaiCon.
sul GEn6ral d'Italie, Mt alfre.
do de Matt6is, qui, avc lah
elle simplici16 et la sobri6t#
eo terms qu'on lui coanluit,
prime I eI, la I' pe' qu'll
oeseeot A vkcmasion 'e 14 eate
lu jour: M. le Consul dItalgiei
onvie toua les Italiens pr-
eats A avoir one pen6e de
madrese, pour la Patrie loin-
aine, et a sentiment de gra-
itude admirative, A I'adresse
Sflholmme .qui se sacrifice,
otar et DWlt pour la grandeur
I-!iael,-lA)o.e Magtnani-I
i0Jlalt"SusMsolini. La Mu-
ique aoulgne *A* fio de ce
eemu dissounR pa l'exdcutiou
e la march Royale Italien-
e. (
Pouist c'est le tour de I'lng-
ieur A C.CM 4 Secr6taire


du Fascio de Port-au Prince,
qui en des terms heureux
S dit tout le bien apporte 6 I '-
* talie par le Fascisme et son
t prestigieux Chef, Benito Mus-
i solini. 11 ne manqua pas de
.aire comprcndre le devoir de
chaque Italien vivant en pays
stranger, et qui consist en:
respect aux lois du pays -
obeissance a u x autorites -
sentiment de gratitude au
Chel de I'Etat. La nombreuse
assistance ne cense de mani-
tester par ses vivats sa satis-
faction, et tandis qu'on crie
i Vive Haiti I la Musique joue
r La Dessalinienne a.
Enfin, pour cloturer la se
rie des discours, voici venir
Mr M.A. Viliello, le sympa-
thique commereant de cette
place. Mr Vitiello, en on lan-
gage imsag et choisi,tient I'as-
sistance suspendue A sea lvres.
en retraVantla Tr gcdie de Fiu.
me qui put rester Italienne,
grAce au courage et au dEvoue
meat du poete-soldat D'An-
anuazio. r Vitihllo parole anssi
doe la praise de Rome, par les I
Chemises Noires, en octobre a
1922, et le r6cit de cet dv6ne- I
meat extraordinaire qui de- I
vail nmarqther le, debut d'une I
6re nwevtlle et pleine de gloi- I
re pour to n et I'ltalie entie- e
re, est couvcrt par onl ton-
nerre d'applaudissements et s
I'hymne Fasciste,.Glovinezms i
quoe la Musique execute avec c
In brio incomparable. t
4 *. '
)O'j (ast imuentjCi it i lia par- \
tie non moins intressante 1
"ravitailteiu i ut", el galeaux, ?!
btnb,ns. thocolats, sandwi- I


It

D1
eI
01

ce

In
ni
Ej


-- I


ous 4chappe,qui par la grace
iquise ,et attentive (|u elles
nt deploye,an cours 'tecetlte
party* out conLribue, pour
ne large part, A nous rendre
es instants trop courts. No-
e eathousiasme satisfait
ous oblige A crier, avtc tous
s Haitiens presents a, l'I6tel
uternalional: Viv h I Colo-
ie Ita.winie, \'ive le I' ci- f .
ja. Ejn, Alala.


Rece option
DIPLOlATIQUE
& CONSULAIS

Samedi matin, le nouveau seci
taire d'Etat des Relations Exteri
res, M. A. C. Sansaricq, recevait,
salon diplomatique de son Dqpar
inent le Corps diplomatique qui avi
au complex, r4pondu i son invi
tion.Laprilse do contact a 6te des pl
cordiales. Son Excellence le i;nei
John H. Russell, Haut Commissai
Anu6ricain et Doyen du Corps Dipl
matique, pr6senta, au champagne,I
souhaitsdu Corps au Ministre qui i
pondit en terms clairs et precis
mnaniltesta sa volont de conitinueti
maintenir entire son oouvernemIent
ceux des Puissances accr.ditdes
Haiti les relations de cordialites q
existent dbjA centre eux.
A lo heurcs et dcmie, leSecrctaii
d'Etat recevait le Corps Consulair
SEn l'absence de M. d'Ennery DUjoi
la parole fut port6e au chniupagi
| parM. Saint-Cyr, Consul du ltondi
ras. du auatemala, etc. qui dit la jo
Squ 'prouve le Corps Consulaire A vo
Monsieur Sansaricq 'i la tltc de t
DPpartenment avec lequel ils ont toi
jours entretenu les nV'illeures rel.
tions. Le Secr taire d'Etal Sansaric
renmercia et lit rcssortir 1'int&rtt qu
l'on a de part et d'autres i resserrc
Sdavantage les liens qui unissent so
(oouvrnement avc ceux des Cosul
accredites en Haiti, intcrit devenw
plus evident avec la grande crise cco
noomique qui 4treint actuellement I,
imonde.



ches passent en abondance,e
tout le monde y fait honueur
Le famcux Asti Spumaute Ita
lien est enlev6 n/aec entrain
A la joie de tous, petits e
grands.
Ce numero du program
execute par nos amis Italicui,
avec une bonne grace et ut
dinpressement admirable, i
ete apprecie a sa valeur, et i
n'y a que des compliments i
laire aux organisateurs d4
cette belle F(Fte du Drapeau
Le Consul Gendral, au der
nier moment, n'a pas man-
bu6 de remercier l'assistance
et. en un speech bien appro
pri6, porta un toast a la sant(
de S. E. Mr Louis Borno, Pre
-ident de la IRepublique. Mi
Camille Leo., 1inistre de.
Relations etraLgeres,repondi
6 ce toast en des termes 61e.
gieux A l'adresse de la Colo.
uie Italienne, et leva sa coup
A son bonheur st a sa pros-
p6ritl, aussi bien qu'tu la Fa
mille Royale d Italic et au
Grand Duce,Benito Mussolini,
Ces deux admirable toasts
sont sulues par I'iiymue Fas
ciste qu'enlonne l'orchestre.
Ataiotenanlt :e bl va com-
mencer, pour ue prc) l e
fin qu'A 11 heures du soir.
L'orchestre entame la march
pes Bersagliern, un air popu-
laire Italien, donnant ainsi Iet
signal des premiers pas dIL
danse. L'entrain est plus ani.
mte que jamais et cest pltisi
dle voir les personages plus
graves oublier un instant leur
souci de diptomate ou dec
Commergant, se joindre iA des
touts pelits a Ballila t de 10
ins prerjdre des ebals caden-
es et rythmes, au son de la
nusique la plus endiablee.
Nous ne finirons pas ce
ompte rendu,sans adres
cr tous nos compliments A
us ceux qui so soont multi-
lies pour la reussite de cette
ite Italieunne. Ure mention
pecialeest deeruEe A Mes-
emoiselles Vitiello. De Mat-
eis. Marlino Maimone ct A
ant d'autres doot le uon


U-r
teu-
.it,
tit.-
,us
4rc
to-
rtC-

cui


re.
It',
lie

Lis-
er





.t



a
Jil











it


... voit, chaqu( ,,oil, .aux 'll-
viIons dui liureau du la olicj,
Uii honiiiie co)lliii.o Illeilelt assis
bous ulne galeri, tlan sa co:i-
lortable dudlii.i; indinbitable-
inellt t't hoiliiliC 1 .st s nils Sol.-
liers ei arbore < .s chaussalttes
de toute les LOAuuI ls que Ion
est bien oblige tt rcg.irder, car
toutes les lots,il ti ouvelei moyien,
de sa dodine, de ietiresespieds
sur le dossier d'une grande chai-
se de paille, Les chaussettes
sont de routes Ils nuBances. er-
tamis soars elle, soul bleuet,
dautres jaumcs, t'aiuties enliti,
rouges. Mlals juIiiiais dies o(
sont onores oubl,,ihelii.e uc mo:-
sieur name p.s lea tons qt i
n'Aclatent, ini .ssbourdissent.
... a vu, la sevmaine derni4 ..
au Cheinin des l)ilieb, deux 1 -
(its enfants qui revenues de 1. -
cole couraient A toutl vitesse t
en lacets tout le long de I.-
Venue. Et des automobiles pi: -
sent vertlgineusement A ccic
iure per 1 e chemin si 6ti it
que lorsque deux veitures tu(
passenten sons contraire se r ii.
content c'est tout un prod ;e
pour qu'elles fassent letir C' .
ruin si1ns sarr4e-r tune :'i t,'t e
Et la bonnie I i'r ailiei.;., co',i-
me si elle Wi'aIt p s -i' j:,d
de ces ent Cinlts coilcgu lfl ls u' 4 i' il e
vue lit s, d.' gtc so ct delv ,


La *Ettbodee" ct art de disposer
Ps Wides el ses roaibenvtiso. do
*asitre qu'oa les eule'ti' ol ILl-
we aves plus d'erdre, ei quiion le's
law .ealeadre aut aulre tr ~~jolic
de Iacilit6.


4


_ ~____ __ I~_ __ __ ___ 1_~L_


-1- *-- . --- -; ----- ---i -; -----~rCi._ -- __ _~__1=-~ _~__~_ _~__ ~,


--- Z--; -7 ~- Y-.-n s 1 -- I- -1 _~.~- ----~ __ ---___ ~_1_. I _-- -s----- __ -_~_I~-- _~I~. -__ L~--


I~--


i !Toir Ii





a vui, dans une petite nmai-
ison de commerce, quelqu'un
qui attendait le patro n. Ht dtait
debout, I'air ailleurs et ne regar-
dait pas, m~ine pendant une mi-
n ute, celui isequi if dait veDu
toucher un bo'rdereau. Le pa-
ii osi lui rendit Is pareille et fit
comme s'il ne le Yvo~ait. pas. On
ne pouvait inis tdoe qu'is se ie-
gardaient coiiinictdeux chieiisde

a v u, i'autl c jour, A .1I-Liue
ROUX, ci -devaiti ucIU3olii e-Foi,
Line niai'ciand qui ti'aiisportait
sous son bras une inacm-ne tie
poules. lIfl jpassanft sous wctii es

enunt, s crasj. [Ft Nom itr ( Em. Nit
Chose Lx rcrdilliIma lit'(. 't 113 cii -
titlepa jills F CO ll~Jti ii Ol I l.ISIu
aI UIIlSSWl' ViVeIIk 1,1 1 t ll'I I C O-
que cu r'ouverite o i'a valc pi-11
IoOSO)li icej ieltwi, 1;1iitis (p ic scS
Hjankt, Se tICII,11ailciajQII jut-Ile
Wd~e luiii Valtlms-t'. p arL, It'e.
..a vu c)i ~'itt~iJlImsi
onl re~'oil d u h IHISJI MW 1IC CC*
levoilM (Lui.voUSu I~ida iiieni i
Is discretion. line k~cim tc dus-
cends it ra pidemnt 'tii ii i(Ics(roti -
ioirs dui CIIaijl pd-tNhe Ma e
avait lo'artie Ile -it'I' I ogir de (
qui se passa il 1a111101,1' ( iti de
senibimitAtrc a. iirt. lar (1,i1Iq tie
rendezs vous d'sinour, Cc.1aitim-
ra IFatteol ion d' IJI gent eiciaiicin e
aiutomoble~l. Son attewi iou lt
1)Ius penccht~e encore Yeri une
curiosute iIrresistiIble 101 Aj lii'i1vit
la tenumue I'aii'e stopper titlje L-
yiie et s'y Jettci, ci ki Li./C(Pic ds-
cendre le Ctiaiiiip) de-Mae s ties
Frjpidcivit'lt. LhIoniiiie so iiit
alors ell devoll de si wVic e III
mle, quw, tdapres Iii, alIimit A q utei
(lute Inwiota ye. 11I '.,Aa clu: c soil
Mtl~mIoti ciha.1111c111L ils'
iance especially d (it'telite itie-
I'L'M. EA iit iSI \.I eI cLMUF al.11-
letilit, se cryiotai h,1I: ei~lr e d
1Ol1b r i ll. qw-I.111 :1' 'I .C1itUrt! sell-
Satiomimiehiv. 11iA I X*cotn 5' 011
vaitlIa dani tcL'dv.ccioidt hla rue
i'avt~, jfSl s4. UIa 'l .;c tdui eilt ic,
p ) u 1 Lia dauiis Ih (iaui'I'llue.
1... hiowme st (ilisaI: .et:l~d
minent edie vsau nut iit~ge )).
Mas iscoilt iancili, it iii S(..; pre-
Ijere ix. La(lt dalll C (-iIt lscendl Ji,
se puya quelqLue.~ i oitlS .i1IiV611
ie niauii;,,entia -1 s iia voUl'e
vt' rewlolila. I.l.l Iit sL sivil
10u ioLl .I:~ FS. E 4I I )JI i'll it C
lIItIlt SH ill ISO11t( I0 Lit', a liltb


r


0 v




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs