Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04331
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 11/26/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04331

Full Text
IA "


~1ai~ *~


Cl6ment Magloire
k DIRECTEUR

1358. RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE No 2242
_______ em.---- -, .. ri ie ~ ~ ~ = is '" 1*..


Ijot


PORT-AU-PIUNCG (EAITI)


3 6me ANNEE N 6856
& __ ___ __ 1


MADI k26 NOVEMBRE 1929


A Aec un sentiment de just
dairation, je pense A touted
heureuses measures que le
list avail prises pour aider
as ddveloppement physique,.
flslectuel et moral de son
pie...
E_ L President 8ORNO, l ui
Ssailt que i'on na bAti
sans de solides assises,
quel plus durable est un
ile fortement organis ?
I s'est-il, pepdant sa t4-
de Pr*sideace, tout, parti.
mremint attache A i'amrn-
tion du sort du Peuple,
de sa situation mati-
physique et morale.
s 1922, il s'est empress-
faire voter une loi p.ot#-
at les paysans et la pro-
paysanne. Cette lo I
oe measure de sauvegarde.
rdit d'ex6cuter un juge-
t d'expulsion obtenu par
ut contre un campagnurd,
oins que ce jugement
t 616 soumis an Manist6re
lic, qui a le droit de It
reformer, s'il est mal
*. C'6tait une heureuse
action, car nou jugement
delaut peutd 6re execute
dI jours aprbs la significa-
Bien plus, la loi tait obli
on au Commissaire du
vernementde prendre des
usions par 6crit dans
roc6s centre un campa-
soit en matiere mobi-
Ssoit en matibre immobi-


ear il ne vimedra pasI e.
De nombreuses 6col e rorales
sont ouverties Afl d'en ren-
dre l'eiselgnoment pkls frac-
tuoux,, pour lq premiere fois
dias notre histoire, depuls
4 loat emps, instructionn
protessionnelle pratique e st
donnAe dans ces coles. Mais
elle est donode d'ue faVon.ii*
telligente et suivant on plan
murement 6tudl6. A celte ins-
truction professionnelle gn8W.
rale, s'ajoute une instruction
professionnelle special. En
eflet, des course sont faits qul
se rapportent aux cultures on
aux Industries locaies. Par ce
moyen, le june paysan ne
ne sere plus tent d'alVer vers
la ville et il restera sur sa
terre ou 11 trouvera, de suite
employer ses connaissances.
A cette instruction A demeu
re, s'ajoutent, ce que j'appel
lerai, des course ambulaots. Ils
sont donnas par les inspec-.
teurs d'agriculure sous torme
t'enseignement volontaire, en
<.onseillant les cultivateurs
poor la culture, la plantation
ou Ia cueillette; uis sont aussi
tonnAs lors des distributions
gratuites de graines et de
plants.
Mais s'il s'occupe de I'am6-
lioralion de leur sort, le Pre-
sident a un gal sonci de la
sant6 des campagnards. 1 faut
singer, pour eux,A les soigner.
Le Roi avait en le m~me son-


Ame-bioi plus prcmeux.Qui
me comprend que le midecin
est I'une des meilleures armes
eounre Ia superstition?
L'influence des rebouteux
diminue A measure que s'ac.
crolt cell des m6decins. Der-
rinre eux la civilisation s'O-
teLd.
La grande preoccupation
du Prdsident,comme ellp qait
etl celle du Roi, est 1' leva-
tion morale du paysan. Tous
ies deux out pensd qu'ul fal-
lait d6velopper institution
du manage. Soul il permet
I'6tablissement solid de la
ftmille, et la tamille, torte-
ment unie, c'est la nation fo -
tement organis6e. Par sa der-
nitre Loi, rendue sous I'inspi-
ration prisidentlelle, le Con.
seil d'Etat a voulu faciliter le
marriage. Notre Chet d'Eta t
sest rappeld que la Constitu-
tion de 1807 declarait qu'il
fallait I'honorer et le protege
essentiellement car it est le
(lien civil et religieux qni en-
courage les bones meurs. .
Et un grand pas de plus sera
ainsi tait vers le relevement
de notre Pays par l'instruc-
lion morale de notre Peuiple.
Un p s de plus avail te fa I
par la creation des nombreu-
ses ecoles, par la campague
en faveur de l'instruction po-
pulaire distribute dans les
caimpagnes, come dans les
villes et dans les bonrgs cam-


ca q pagne qui se traduira par lc
t afin d'assurer A ce cam- II exigeait que, sur chaque naintien du paysan sur sA
WaS d la possession certain habitation des wima pas.et terre.
mtw poduits de son jardin, etre-doauThIardes a6decius La grande id6e de notre Roi
'ab.b4dariterie active et vi- et meme de sage-femmes. continuera sa g6niale applica-
gseveille e et empche les Aujourd'hul de nouveaux dis. lion: oigansaton d'un pen-
TB.o pensaires, servis par un d- pie essentiellement agricul
IMal il tallait permetreA vpu6 personnel d lite, soot teur, creation d'une forte
population paysan=e de iastal6s partoot A lint6riour bourgeoisie rural et ter-
iw .s'approvMsoUtaer dans d u Pays. Les paysans y sont rienne.
asilleures conditions, A signs gratuitement et re- 4.ombien ils son,t intlres-
emoindres trais et a de wivent, gratuitement aussi, santa Anoter, ces rapproche-
dres fatigues. Aussi le teus les remedes, et les media. ments entire les idees royale
ddent a-t-il d6crdt6 la li- menls. Bien plus. Les m- et pr6sidentielle! Si leurs tea-
du Commerce dens les ins et leurs aides font de lisations out 616 diflrenes, a
es. Cette measure de 1t quentestourn6es medicales cause des poques differentes
Sque le Roi avait d6A e le nombre est grand des qui les parent, elles proc6-
is e, n'oblige plus nos Malheureux qu'lls ont pu. lentcependant du meme prin.
us A fire de longs tra- ainsi, aller soulager et sauver. cipe: grace a l'Ordre, au Tra-
poour aller, jusque dans LLeurs animaux sont I'objet vail, A instruction, reliever
uiles, acheter ce qui lear de soins aussi attentifs. Les nore Peuple el dan un Pays
ssaire. Et pour leur veterinaires accompagent lea de plus en plus prospere, lui
r le voyage, sils le veu- midecins dant les tournees. redonner,,pvec sa torce, le
entreprendre, pour per- Et fe paysans viennent de respect auquel ila droit.
I e sa.communicaltons plus en plus avec leaurs ani- Pour cette grandiose oeuvre
des villes entire elles maux malades A ces visits patriotiqe,, 4u1'il pursuit
4vec l'intdrieur du pays, mdicales. Lorsque des cas avec autant dinlelligence que
I6seau de plus en plus graves exigent des interven- de t nacitt, que le PrAsident
de voies de commu- tions chirurgicales on des BoaRo regoive no* enthou-
ion tend son filet sur soins de longue dur6e, les siastes felicitations.
la R6publique,.. maladessont transports dans NEMOURS.ri
lie 6poque a-t-on jamais les b6pitaux des villels Ttou L
Sau percement de si le temps n6cessaire, ils y re-
euses routes, au lance- coivent, gratultemeat, l ers (1) 1eor les articles parus
de points si nombreux? soins que reclame leurd tat. sous le litre: i Le Gouverne-
taut que instruction Ce nest pas soulement leur meni du Poi Christophole /eu-
chercher 1'entant 1A o6 il corps qui est ainsi sauvd : ce ple,I'Agrwcultureet'lnstuction
faut qu'elle aille A lui, sonat encore leur esprit et leur aublique.*


I Cu Eu de ces tIdles bru antes quo nous
,, ,___ promettent les alliohes. cpl6es
contre lea murs. Les Atres ~au-
S- reux se passent fort bien dcs u
n tractions st du vacarme. D'aWi,
nseixgnem ent de al Joi leurn,observezaUebntivemenItle
visages.Le plus souvent ea4 pro-
S .meneurs du dim nche soot mor-
n* es et soucieux.Munsieur et Ma-
ita sewble bien deci- made pas u'o prr loer da marQ t ss rien se di-
i pas mourir. II y a des bonheur, car, c'est sans doute re, fun A c6l6 de I autre : its
dain les rues pauvres, mpe.ible. LAe 6cant6 qaje a'exuabent. Tontes les tros mwi-
.l.ie qui so vautre sur m suprowtel siimlement cente uiUdsidns g.ossesnqni:les ac-
eatr partois si abon. cette idAe. rpandue par do In. compagnt, roiv. onl une I'-
-'oin doit prondre des uanhr" rAsign4aqa la ltto pour primandae alutaire. Et, memie
as pour no marcher la vie eat inAvitableme it m dan js eadreits b uant ou
S- corve d6primate; at q toe ion Vi poir s'amuser, bien des
AWmes no trouveraient devoir deociens a, Wad to aeu tons ces de
ts pasdes raiOss in- ii i ele. hi A e dareS (ihftr r es' vie 1 l 4
juaPstifler lour en- II Fy des corVes des re ,,t ,op vtypour dqui y.
Sli l Mtinuc, 'est curves ntcea" re. Celle-li, sat i l tW spo eite dans
d. ai,. a nationn peoam devrions leU aceCpOr avec lear te s 14 lchaleur dans
0 "-Olnt6 4% n S e' e. lour voiAvg",oyeusesout
iU. Puisque nwssT au-- boane voMlotA a a ./_--. leu r Tl imeajo.o; ...on.
corsdaunrAi e aveoc bonnebumeals it m ut0ig-
ines ou des uitiers1 que notre travail quotidien pro- in aO t t, #and'-
es gensrationl q ,, un' ea Ac la jquo .bn continuer? chose: iu sail adt ittc .. lea
aSment, sont dans un e ie qu ea o n o sont autres lai ot appria. II faUt lai
Poe absolu, nuns, d- s oyux. 'en vois ddi no appread A hor -taut .I
Uf-rupule" Jeneode- !preuve dam 1I grand ol appradrelpstlt. uit In-


De niere Le Nouveau

heurei Cabinet


Avec ce mouvementexces-
sil qu'il y a
a LA PARISIENNE
pendant les derniers jours de
.Anu6e, nou, vous suggerons
l'id6e de laire vos actiats de
Chaussures el Costumes
du nouveau ,Stock que cette
Maisou vient de recevoir.
LA IARISIENAEE
Angle (rand'Rue et Miracles
Phone 2006.


capable de rire,si, autrelois, debs
visages souriants ne s'etaient pas
pench6s sur son berceau.
Puisqu'il existe des methodes
dducatives qui out pour eflet
d'assotbrir et de deprimer 'en-
lant, il doit en exister d'iutres
qui metiraient de I'ardeur dans
son Atie et qui lui procureraient
le contentemheat d'esprit. t.e con
tentenient pourrail devenr, A la
longue, une habitude.Les peda-
gogues ont la pr6tention d enri-
chir intelligence de leurs 61e-
yes, d'accroitre leurs forces.Est-
ce que, normalement, la cons-
cience de ce progr6s.devrait pas
6tre accompagnte,chez I'dcolier,
dun sentiment agr6able? Mais on
insiste trop seas sur d4lauts in6-
vitibles, et pas asses sur ce que
la nature a mis eu lui de pre.
cieux.
Oh I le probl6me ne serh pas
tacile I 11 y a peut-dtre, dans la
vie, un lond d irremediable tris-
tesse que finsaseut par decouvnrr
16t ou tard ceuo qui vieillissent.
Mais c est pr6cisement pour ce-
ta qu'l faut mettre les hommes
on measure de tenir aussi
lolN emps que possible.
Notre manque joie est le si-
gnal d'une dtlaite : il pi ouve que
uous vivona mal. Je suis d'ac-
cord avec celui qui disait : a En
d6pit de sea luminies, do ses
pariumsi, de ses musiques et de
0ea decors mincoinmparubleb; en
depit diie toute iiuitiligence, de
te .t r'amour quon a depenseds
pour qu elle soil belle, la F6te
de la vie aura pitoyablement ra-
te, si la plipvrt dLs invites doi-
veal garder jusqu'A Ia finu an vi-
sage maumaad. .


Arret6
BORNO
Pr~sideil de I& Republique


-Vu les articles 75 et 78 de la
Constitution ;
Vu la demission du Cabinet ;
Art.ler.- Sont nomm6s :
Monsieur Charlesde Delva,Se-
crdtaire a'Etat de 'Ilnterleur et
des Travaux Publics,
Monsieur Antoine ,Sansaricq,
Secitlaire d'Etal des Relations
Exterieures et (4es Cultes, .
, Monsieur Francis Saigado,Se-
cretaire d'Etat des Finauces et
du Commerce,
Monsieur Charles Riboul, Se-
cretaire d'Etat de la Juiblce,
Monsieur Hannibal Price, Se-
cr6taire d'Etat de instructionsn
Publique, de l'Agriculture et du
Travail,
,Art.2.- Le present Air&'16 se-
ra public au Moniteur Olliciel.
Doun6 au Palais National, A
Port-au-Prince, le 25 Novernbre
1929, an 1266me de 'lindepen-
dance.
BORNO.


N OUS livron sles le la
boaili planss nos bu-
reaux en ville. Vous u'avez
qu'a nous dire votre heurc.
LAITERIEBAILEY
Telephone, 2183,



Avis
FAILUTE SALOMON FRIR9ES
Leas creanciers de lai ail -
lite Salomon Freres sont in-
vites A se presenter dans le
dlsi de 40 jours par eux ou
par leurs tond6s de pouvoir
au Syndic de la Faillite, de
lui d6clarer 6 .quel titre et
pour quelle sumine its sonul
creanciers elde d6poser leurs
tires de reanfess au Grefle
du Tribunal de 16renistan-
ce de Port-au-Prince.
S3,Port-au-, rince, le 14 No.
vembre 1929.
Le Gretfier.
I L. LABISSII.RE


Le President BORNO et le PEUPFl


**
... a vu, a la inaline ciieuma-
togi apilque de diiaianch', a '.i-
risiaina, des jeCUis gens poussur
la miauvaise ducoliuii jusqu a
faire craquerdtc t mps e temps
des allumnettes et t ier en minme
teimps: Au leu. D'autres avec des
flash light laisaient ice la lumid-
re au lomenict ou Ic iilm se d(i-
roulilt et ainsi, sun I ecran ldo
grades laclie.s ,c cli'irs se pio-
jetalent, attenu.uai la baute du
lin, enuuageaui un detail m11-
portant. La directrice cde Parl-
siana ne 'ienendit pas de cette
oreille. Et elle uenuaVa, si la
chose continuity, de suspendre
desornials les nialiumees. Comine
par enchantemlent les petits
maleleves se tlin cut sur lour
garden et la Ite i uoAtinua sans
quil y ctl du nouvcaux emp.-
clieurs tie danger en1 rend.

... voit, les soirs, au bus de ia
rue Danlts Destouches, des m;. -
chandes de calf chaud et .
chocolate qui slnstallent d. is
une petite maiso. Elles onl L is
tres belle et trees nombrel e
clientele. C'est ainsi quo I on
peut voir se pencher sur le i -
cipient ot chauffent, en psi fu-
niant les aletOours, leurs I) U-
duits delicie ix, des messi, rs
en smoking et des dames en
d6colletk. Quelque fois di -
lies poupde.s .(lomlnicaims ,ai
raco'lteni a dtes ulis tie b" tu-
nir, leuri j ul otrliines. t(ela faith
tres bien ce: Ii la .ige de gens
qut se psilent d eCLX-ImtIIt, en
siiolaill dexquis bretiviey. 1'out
a fait c 0l1111 i d l e grand
muoude, dit un d6sabuse qui
pasait.


p.-


loir m





..a vu quelque chose dedou-
loureus emeul navrant et qui ins.
pirerait quelquc niaginifiqite )a-
-re, iuis selanic 1 amo c,
(Mo Lale au oil a Richard Cons-
tant. Ils &'Maicuit cunntis,- elle
et lui,- il y a (JLelque vj'itgt ans,
et conIII tiowt (ISitcu\, i Is c!taieit
Ijeutics, I~vaux, vi tivait ut kI'a-
(hice tde Icur iaw.-c1 tide Itur age,
IN i savet Ifcut j)It-WjULS( U~l)ix 1)ro.
lion iicurs ti-oublanuui0cos c n lL-
I S(Iit L' 1'Iaiuo r.l~tl jwIs' 11, L:i IW1au
jolt i, ii (iii til, ti i 1ilk" i 11I
jvin~gi av s avaietcut (lki, JOUIW
c(rtlrs (JillS ctaitiit con in d L
I(hItSltSilds11"iflehttitS, le u:c
(II1' VO LIS tiV tI 1V I 1, 1 1 1
EtII. S S tal(Ait outilicS. I t p1s,1,
LilWill' JOl.ls 'C leicil~it 11 i avait
pasI)LIStL Ut4Lij) VIet Ii. NM-i.',elIV,
el;e avat, ptmL/ i C 101, 1.1 N'i1
cvst si diirt aw, pios'i! cUs,-
A1421111,IC Sunurun 111ACI %i ci
lCSSe, IIt ClC ic cii.' VCen 0V Is
Ii JU I POL -(I Ch S (OI I':,)1 Ii V C l I Sa -
S1,1111 et gt16CUCXcli Jiid\VIX1A f/
11 avaiLt dnn nu c icii'J IFLIvC
I U~SC. 1:1 I I Ll Vc a aI'i iicilei
anianlkt Si gciielCIXii.svwitSd(I J u-
tielois, 0t, par inotiut i andv,
coniuse, elle Cssayaut k 'a ui t
coinpreuid .-e qut~i ic Oa!,ii p
tail qu'apparente,---deIC ai c coal-
naitre encore des innuiuc, ausbi
troublantes que celles dc jadis.
11 if eut pas fair die conupi euidi-t.
Elie insist, se fit caliiic, relrori-
va quelques uzus des tuots de ja-
dis pour le con vaincie. Mais ces
mots sonhiaientitsi pauiUVcIiflien
que le cwur tie l'awuan iittavira
dans la plus iiidulgeuiie tdes pil-
Uis. Mlais la piti ib ie va p is jus-
que Iai. 1 n'eut pas le c!)Urdge
de reprendre le uoinati tu 1110-
meut oil Ia mn utsciublail you-
Ioir y' jouer Ut i Iole.IA c'st
avec des inots (lii ;iuour, 1101u-
velle auin~tenu~csle l'ClJUe s 11101
d autrefois que fauinaiit zetusa,
tout ein laissallt c i-iipiendire qio-
it se pouri alt bieai qu UII jour...
Qui asi, Flccd.uol, un Cocktail
de trop), iliai oil Iwe Salt quoi .
un caprice. ,\lhis tccl Viciidi.. i1,
cola viendriait ceiulaincaiciit on
die ces suirs. EALht lue lois, ii 1.4
berce de ICpicjoi Ljue Ics io-
wents dunmouur -r-,vicldi ont..


to crainlte, M~ir, I esptraere,
sosfluRIanreetve~rs. l'asenir, (a mons
Jd~r*61 tIP Semliutal el la cou-idt
ration de ce 181 esi, peellm001;
amuser A ce qui seaioirc quu'4t
"as me btrbns pin
NONT'ARAE


f


I


- __ ---- -- I ;2*fi~PL


__ _


_ _


I


mi


L-- _


im







LE MATIN 26 Novembre 1929
.. .... .. . . . , .. ,' i I I I - -.T-- -.


Le vigilant et progressiste chaulleur qui
cherche la vraie kconomie,agence avec ce
qu'il y a de plus eTfectif dans la suret1 de
la livraison des marchandises. trouve que
la sup6riure nouvelle WIPPET SIX re-
pond a tous ses desire.
Avanck, m6canisme moderne dans le
chassis entier la nouvelle WIPPET SIX et
r6pond d'une basse d6pr6ciatiou, longue
dur6c, surete et tacilit6 d'op6ration, tiept


A propos
DE I SESSION ETRAORDINAIREI

Conseild'Etat

On lail grand bruit autour de
la convocalion i 1'extraordinaire
du Conseil d EtIt, convocation
qui a eu liei hier martin, 25 de
mois, par Ar etW de Son Excel-
Monsieur le lPrsident de la R-
publ:que. C Ite convocation est
la chose la plus normal qui
soil pourtart. Chaque annee, Le
Monileur peut en t6moigner, au
au commencement de
1'exercice hudg6taire le Go,"
vernement convoque toujours it
I'extraordinaire le Corps Legis-
latit et si cette ann6e ii a atten-
du la tin do mois de Novembre
pour le laire ce nest que parce
que les quclques projects impor-
tanes qu'il ina soumettre au
Grand Corps n'taient pas en.
core tu t i I ilit t point.
l'as mi ces nombreux et im-
porIi nts projels il y en a un qui
torccine la Cie du Wharf. En
ellt, le Gouvernement compete
racheler ce control et les con-
ditiors de cette.vente doivent
0t1r. soumises au prealable au
Conseil d'Etat. II est aussi ques-
tion de la prolongation du Cor-
trat de I'ED laitage electrique de
la ville de Port au Prince. A
cause meme de celte prolon-
gation la Compagnie va con-
sentir au Pays et aux abonnis
d, advantages vraiment intires-
saot. Outre ces deux projects et
un autre tout aussi important
cont rnant la P. C. S. il y nurait
3uielqutes l)i. Ml'inl t general b
oiscutci, (,in voit que comment
it in n 6 e s prkc~tdenlts si le
Cons, i 1 t 7 \! a ,t( ct voqua,
iar i Gtiuverncm in t ('.st ttl '
!,'s !lairv- pub'lpi' s le rrela-
i:nenl, tout sim p'l eiient.

.ssurez-vous cot)ice accident
A la ( General Accident Pire &
Life Assurance Corporation Li-
mited *.- Vve F. Bermingham,
Agent Gdneral pour IHMi.


Spectacles
0 0


Parisiana
MARDI
Lit Poerharde
(3mrne episode.)
Goselle
( U{me Ipisode )
Enlree : 0.50 ; falcon : 1,00.
11ERCHED1
Venez tous nrre, enii viyant
Les Transatlantiques
avec
SAim6 -- Simon Girard.
Entree 1.00; Balcon 2.00.
JEUDI


La Poeharde
( Suite )
Giosselle
(Suite )
Entr6e : 0.5) ; Balcon




Variates
MERCREDI
I'earle White
Dans
Par Amour
et
Le Grand Secret.
0.50.


: 1.00


an dessus du minimlu:mr
de charge et A un cot I tries
bas pour la livraison par mille
et par colis.
A cet gard, le nouveau
Camion Supkrieur WIPPET SIX
est bien qualifi6 pour loner '
un r6le important dans l'effi- i Contr dudoigts ,
.cact du deel oppeme.. Unbouton au centre'du
cacitc d d eveloppement volant,faitpartir le moteur
transport moderne. control la lumniere, et I'a-
vertisseur.
La WIPRET' SIX est A 4
vitesses, quatre freins po-
sitifet un nimanisme de
genre.


Une f6te qul sera
sensationnelle
_,Le 28 Decembre prochain, la
grande oeuvre hailienne, nous
entendons par 1A celle des Da-
mies de Saint-Francois de Salles
qui tout en taisant genkreuse-
inent la charity se plait aussi a
taire des h e u re u x, orga-
nise avec le coacours empressO
d'artistes de tres grande vakur
un concert.Ce concert qui sera un
6vknement artistique haitien se-
ra suivi de rares surprises.
Cette 16te sera un 6v0nemer.t
dans les annales des soirees hai-
tiennes. La meilleure fadon de
taire comprendre ce qu'elle re-
prksentra au point de vue artis-
tique cesera de donrir les noms
des musicians qui figureront au
programme. C'est ce que nous
ferons trWs prochainement.

Une f6te de'charit6
Les .ceurs u IPensionat du
Sacr6-CXeur de Turgeau orga-
nisent une grande fete de cha-
rit6. Elles l'ont fi x e e au 22
D~cembre prochain. Elle pro-
met d'6tre des plus interessantes
II y aura kermesse, et dans la
soiree, on interpr6tera une pie-
ce des plus attrayantes. Inutile
de dire que personnel no voudra
rAMer cette belle manifestation
artistique.


T,' , ~b~


JEUDI Lt;CO
Grande Soirte de Gaiet6 par Est decod hier 6 5 heures du
, liazz amamatin, Thor-le-Volant, M. Eu-
P hlps ne Dorlacs Juste, directeur
dans ses danses et chansons. e I'o rurale de garvons de
ET cette section.

e S dunrailucteur es ont eu lieu ce
drame de a Vie Moderne. Nos condolences aux parents
1.00. 6prouv6s.
----.--.i .do[.\. r1 No1te ini L.on Chancy nous
Adminiairation iten'ale des Posee lit parti do la mort de son trare
es Avis dpes part N Ma o Chancy fly's, sun ienuele
L es dtp ches p ir New- 25 Octobre A Baraona ( R.D.)
York et IEuropae ( via New- Nous luI exprimons nos sin.
Y k direct ) ar le sea r ces condolances ainsi qu'A
a Crisloial seroit termees i sa veune, A Mme Em. Chn. v,
inereredi 27 duo courant. sa mre, et M. et Mme T. l Hi -
nort au-Prnuce, le25 Novwm- tus, don't le defunt 6tait 1. fliLr.
:b; e 1929. et le bean tr6re.


La greve

s etend...

Oui, elle s'itend. Et ce qu'i y
a de plus grave c'est qu elle a
fait 6clater le domain des Fa-
cult6s pour entrer dans celui
des 6coles secondaires. Hier ma-
tin, une del6gation compob6e
des l66ves de troisiime, secon-
de, premiere et philosophies, du
Petit-S minaire Coll0ge Saint-
Martial, est venue on nos bu-
reaux nous apporter la d6ela-
ration que nous publions ci.
apr6s et dans laquelle iladisent
qu'ils s'obsoine-ont A ne pas al-
ler en classes usqu'A ce que sa-
tisfaction soit donn6e aux 6tu.
d'ants de Damien. Dautre part
o01 nousinforme que la Rdtho-
rique de 'Institut priv6 de M.
Tippenhuer eat entree, elle aus-
si, en gr6ve. D'autres 6tablisse-
ments, paratt-il so proposent
d'imiter ces deux colleges. C'est
tout s;mplement regrettable et
nods nousdemandons comment
!es parents vont envisager cette
question. Car, qu'on se le dise,
les l66ves ne sont pas des 6tu-
diants et les droits qu'ils ont ne
sont que ceux que I'on accord
aux enfants. La parole est main-
tenant aux parents. Nous sour
haitons qu'ils n'obtiendront pas,
eux, .de leurs enfants, ce quo
vainement leurs mattress ont
tenth de r6clamer d'eux, 'est-A-
dire une soumission complete A
la discipline des coles o ils
ont 6tW places por s 'inmtruire.
S minatre ti-arTiUad
Port anu Prince
25 novembre 1929.
lor.- Attendu quo les cir-
constances actually exigent no-
tm participation active A I'Cu.
vre des Etudiants de Damien.
II* Atteud qu'il coavient de
coordonner de aon u anergique j
et exp6ditive les efforts do nos
atn6s atteints dans leurs droits.
SLes classes do Philosophic.
"'letorique, Seconde et Troi-
du Seminaire se ddcla4e
rent volontairOemot on grOee


COMPAGNIE GNINERALE

TRANSATLANTIQUE


Conti airement a l'avis pre-

cedent le steamer Carimare

sera a Port-au-Prince au-


Conform6ment an D6cret de, o ne pndre qui est nau
convocation, le Conseil d'Etat douce qu'une lume I ,L-9-6
s'est r6uni hier et a ainsi torm6 oc q ue m
son bureau: Robinson, prdai commeI lair. Duveteuse com
dent : Emm. Tribi6 et Hermann me _n 6dredonl VoilA ce qu,
Pierre-Antoine, ler et 2e secr6- disent ceux qui se sereM
tires. de la poudre Exelento. El
Le President a tait le rapport s'tend doucement sur la
sur les travaux du Bureau dana peau, laissant une fine pel-
l'intervalle des deux sessions et cule de poudre qui rend la
a proclam6 l'ordre du iour de la peau aussidouce qu'une polo-
prochaine seance. ture d'artiste.

-- L'Exelento
Eat on triomphe poor "i


0 S


( ] -


-~ -~--~ ~ -------- -- ----- -- 1 u -L_ --- ---------------- ---:-- -


POUR L'ENVOI EFFECTIF

D'UNE BONNE LIVRAISON.


fJ opef Sx COMMERCIAL UNITS


An Ion KNEER

Distrilbuteur
1 E PAEE. Port-au-Prince, Haiti). PHONE, 2:118.


LONGUE VIE ECOMIQUE


I


----~--


-f- ---


_ __ ~-II1~TIT


"


--L-


i-


di"


------~-






LF MATINI',-z 26 Novemrt - 19'2


IA(.r


Toutes les Polices


DE LA


zagC3~


LE COUUUZRCI
pr6sentei


PNEU


au
PE

rn
au
tii(


comprennent la

Foudre sans


fug.Le


Ces pneus sont arrives, essayez les:
aujourd'hui.


PASSEZ CHEZ LE


Distributeur


IISK RUGGED-

Fanck J. MARTIN
PLACE GEl FRARD.
Phone : 2539.
Port-ao-Prince, (Halti )


/


que SEILS

DISOUES


ipelez-vous


Ic, achete(r des Disques inferieurs pour
e difference de 25 centimes sur le prix

t perdre le fer-a-cheval pour le clou, et

test pas snns raison que I'ODEON a

fIU (t gqaidt penalit trente ans la

SREMATIE MONDIALE.


Protection centre la

augmentation de tauxj


Bos se Co

Agents Generaux






E do cette viellle marque
aujturd'hul un nouveau








All-Cord
L'econom;e que vous rhnlisez sur les
itres pneus est tres pauvre, essayezale ,
neu FISK ALL CORD. .
II vias 'doiddra la valedr ezacte et .
lilles 'pour chaque dollar qu'il vous .
ara coWtt, et vous aurez la satisfac- ,
on de rouler sur de bons pneus. .


666


Eat pressfit pour grippe, re-
froidissements, dengeu,Rile, fii
are etpaludisme.
Cest le plus rtlpide remade


'he leading mineralwat


Derniere
Heure
Par sansfit

PARIS-L'ex-premier minis-i
tre Georges Clemenceau, le Ti-
gre est mort dimtanche martin
des suites de son emDoisonne
ment par )'eurfmie' II etait ag#
de 88 ans. Son agonie a dure i
lVas de 24 heures. Dans le mon-
ide enter on a ree aver tris'esse
Ia mort de ce grand homnme d'E-
tat.
4"IOM E-Le pape f'ie XI a
an~mi deux llaliens et tIrois
in6ines itaheus membres (Ii
Secr6 College d e s Cardinaux
laissant ainsi huit sidges encore
iamocupees.
PARIS- Le comit6 executil
des socialistes internationaux
dans un meeting tenu A Bruxel
lea a discus. les moyens de con-
trarier la menace ee ticistes
ea Pologne et en Aultriches
'CHICAGO-John U. Rock'el
ler a tait un don de 2.000.000 de
dollars pour la construction de
Il maison international.
BERLIN- La commemora-
tion international des victims
de la guerre a eu lieu an cime-
tidre Anglais et Allemand 6
Ghilsdorf (laubourg de Ham-
bourg). Les Consuls dd. Etats-
Unis, de Grande-Brdagne, de
*France du Japon la Belgique et
de I'ltalie 6taient presents.
LONDRES-Le roi Georges
a mis le Palais de St James a
la disposition du Gouvernement
pour la conference ldos 5 puis
sauces navrwes qui sera ouvert
le 21 janvier.
PARIS- Georges Clemenceau
ex-premier mia s;re sera enter
r6 coiamne it le t'esire.
Seulement ses proches pa-
rents le conduirent a sa dur-
ndre demeure. Le premier Tar-
dieu aanaonc6 queles honneurs
auxquels if a droit ne lui seront
pas rendus comme il I'a d6sir6,
outes les precautions seron
prises pour que les lunerailles
du ( Tigre o soient entierement
proves.
. .. . -. .

Convocation

Une premiere convocatio..
n'ayant pas donn6 de r6sul-
tat, les Membres de la Soci0t6
de la Chambre de Commer.
ce d Haili sont pries de se
rbanir Mercredi 27 Novem-
bre, a 3 beures de l'apres-mii-
di ( Maison Paul E Auxila),
a l'effet d'ouvrir les bulletins
de vo're relitif au local de
la Chambre du Commerce
d'Haiti.
La stance aura lieu quel
que so t le nombre des mem-
bres presents.
Le President,
.Ed. ESTIVE


(aills


? ;:


I
{2 IIII 1C (11i11
EST UN
A .I UISSN
I'' UN


1,.I1,4( :,N(r1Ti


14 410ll)


G14L.ERAIm VVRI4T L jt&O~
L, e L11 IG-inqci'a1 fait ML

d'c-aui jnet.3ale mire tAI


DANS


(ICS SourFCeS
\VH [l1. HOCK7
i'OU: I'lls M.,14SNI ELIUl1S IJOTFA S
CLUB'FS, f\FSEl' PESTA1flA'11\7S


&


Lat Li I I1


iruae par an couilir .i/1 i/'MP're
Vente /piedds de ;icade sur I talre-
I'IlgEIBLE par LICITATION v4n1 de / pred',. ,e ,r ,I.er
En verlu de la 11grsse en avant de prendnr 1um
jorme exculoire d'un jge- ellent. lr, / ,
mnen du tribunal de Premidre le, apuiirsu ii/I m, /d
Instance de Port -au-Prinre, et s rlenvl. sails auiui '0..ep
diment sind. scelid, collation- lion ni rds ,v c su, hi ,,m e ,it
ne, enregistre et ordonnant le prix de Six rents Dolr/ i/i.rse
partage de la succession de leu par ie eitma l 600,
Julien Chauvel,il sera procedde oar e eI i d lOo.,
outre les charges de o, chr'e
le eAercredi que l'on compera Aux requ ies, pours ti/es et
vingt s.pl Po,.embre 1929,i 10 diligence lo: de Mu'. I've Ji-
hetires dii malin, enj itude el lien Chauvel, ni;e Iieina l.oluis
par le minister de Me Louis 2o ; diI sieur .hos,/)lh H1 ll/li-
Vilmenay nolaire d la resident que. demeurant >r l d n ids ,'/
ce de Pori au tPrince, Rue du Port (ul-Prinrice,aissilnt la pre-
Centre, commis pour proerder mire, en qi(alilc de Itulr,'e c-
aux operations de litidalion gale de ses en/ant.s 1in iirs :
el partage de lia itl stcces-PierretG lhtaiel Pel At!I/h' (.lit.
S.O.d l a lenle a ps oii.'ran ; lel; Isecond, de l/eour dtif
et dernier enche r issear d'rn des miners Deiniique (.htivel
et dernier enchtesseur dun Louis Chauvelel Gc(abricl ( hiti-
propridle sise en cetle niiletue el, tous ces derniers '*.ri'firs
Rmpublicaine oil Grand Rue, d titre de fils elt f/ill, /,i/iins de
ensemble /ls runstructions quit feu Julien C/hauil. ;'d .1klelle
s J Irouteni., cosistiant en 9 ijaria Chau/Iel.cC/el/ ,-i h;riii.-
chainbres, couverles enidles, el re d lilre de fille n(uiiirlle /h-
mrisurant lrente el un pieds atu galementreconnue d( c1, dernirr
c6e pp,s; an u ord,. stir ne demeurant cl doiniciliC' C ,h/e-
projo-dwour onw line bri se d, meant ortl a Prin ', ,/ (/le n
soixatiLntel-oone pieds ( itc ftlouls polir aVora t Alei l"' lilnd
"'csl e nileq ialori' *d. Leroy avec tieclioi /c c/mici.
w si te t de re t ieds, le en son cabinel sis en celle
au cle Sid; de I re'tle pieds ville,.No 1362, Rue ldu centre.
au cole Aord, puis vintl nef Pour plus samples rensei-
pieds el deni au utle Ouest; el gnemcnts,s adresser au .\olaire
burane, savoir : An Aord par Louis il/menay, depositaire du
Aime Gabriel,au Slid par 'Fros- Cahier des Charges on > In ocat
Der Chrisphonte, Oscar Pasral poursuivant.
Dejean el Pivier', ELiharl:; ai orl-ai-Prince, I/N .\invembre
I'Est par Ime Guerrier Dess'i 1929
blues et 4 I'Ouesl pa,' nme I etue I'rnand .:i Hm)
P-lil et la d(le Rue IeRpubli- ./vcd
cainie ou Grand'liue, -la dile
propridit donnanl acce & la


InsuranceC 'o

Une des plus fortes CONMPAGNIES


CANADIENNES


d'ASSURANCE


sur la VIE


EUG. Le BOSSE


& Co.


Aaents Ge6nraux


'IBoissoni


CO~It ,':


c V


1


.8


)EON


Ne gratent pas, ne susent

pas et ne s'abiment pas.


-- -- Y--1I11


r -


Dish 111,11i 11 s Porl- "m ( I I I I I I ) .


. I 1 -1-1 .... I I I ` 4 I.


i-I
Nio,




a .i~


PAGE 14


Mardi


26 Novembre 1929


Le lalin
4:PAGES


236me'.ANNtE N* i86
Port-au-P~rince
T6l6phone : 2242


- _________________-.-.--- -


JU BO


r66duque l'Intestin


Constipation
Entitrite
Vertiges
Dyspepsie
Migraine%'



fitam-titsCHAT E[l M
P~'arnkst -t ,dc% t 1,A, v~ ~s
Ski.. ro e-dc &'cloclnvdnes, Iupi.


.4~
- lid
I.
Ii.
I


-.--- 4


Pour rester en bonne
sant# prene.: claque
soir an conmprimll de
JUBOL

ljc araelraosqietqse.aalujibvI. corn me
lawiht.---il s trBodnmcefir et in Isaeilt'
IVe JuboIjt gm~rlt I& Coas'tipalion k is fi
%clor 4l1t" ali asthi n acanisqaat. (1ZO1111
nornto E a 'pn iew qt 41- ('awr-aa ~it' B lir''
* iI 4 *rgPitt nhptnique o Ia 'iq i.,
Il "111i 1114 eji' i dlg t u .
1.. it : Igti it 14, i'jtav,!tie 'a cit
S1161 e qillifalt du JubotItI ..d
Aic chaaxe dc es vilm(,.. tiecsmf.11lt'. tdes
%wicilar& 4-1 di'.It4I~
Ii t'r s,
AacueftOw te dveniguaquv titheo.I,.
fie VartiffIW di 11. ~, eing ir Jr (I.,e..


La valeur intrins6que aurait dAi
&ire la premiere consideration dans
i'achat d'unc automobile. '
Le prestige de la ackard ne rest
pas plus dans son prix fque plutot
dansses qualilts.Le propritaire d'une
Packard .'achlte pas seulement le
luxe mais aussi le plus haul degr6
du genie mccanique.'."".
Cependaut la possession d'une Pac-
kard s'arrAte toujours sur le ratline-
meat et le ban goilt et par dessui
tout il d6aote la clhirv )yaie. Car
avec le temps ses economies soot
siibstautiellement prouvees.
DEMANDED LE CELUI QUI EN
POSStDE UNE.


A C K A


R


D


a.4.. -Pme mmmm


SIa


ip -kSS ~LI 1'


St i ")! I 1Y) U r l
iw c us .1k i i a -

Sci Pokocs \1nimes
gos dviacu iqm- fivelA


VCH( F. B1

SOUS- (IENTS:


1 Accident Fii-e


&


ainlce Co'rporalioi
etth (Scotland )


Li fe


iAlid.


.iI ,)!:C~p~Is p wiSsal"i e l Ic s pill i vaI %tes organ is&Iltiuns
COUCe jam is sI'a ir %o.,icII 1111j) XI1ilt 1qi ?J( UIemiibvasse~
('tidleCott.,rent atissi lei °lts o4cuskounes p~r la tI' $re
A'mobiles cuvreal .vals, incciilie, malveillance, dommages
,ersonu&e ou (taus ses bicus. m~s
s naises par ses lbranich~es (Ijr.)pe soot pqyahlb.!s en IHaiti!
accidents soul 'alablws (hils I ,lliv(?Vs titicr. 'loius Ics
AIre i Ia)rvc: ,I ion ,.se munir unc police c cilre aceadwias
hi pr;i. ie r Iinefe e I'at.' iiq ut'de /2 "1/0 soit 20 dollars U. C.1


ERMING(HAM, Aux


Cayes


-v entw (hnirel pour Haiti.
A'ort-au-P nce.E G. GILG
OVAR A& <, Miragoare. IEAN BLANCHET Jr6mi
I -I- IIII I


'a


I,"



I


VllasR


*6


PORT-AU-PRINGE


Venez voir nos Magasins de
radio par ondes courts et lon-
gues Nous vous donnerons une
demonstration n A n'im portequeile
neure.
Plus des interfreenccs aimos-
OIhriques.
W aest IndA lWading Co
DisMtrbutoue


PHlLIuP' RADIO,
- T616phone


Port au Princ
No. 2216


)i


N


PHILIPS.


Mais


.4
I


S*lis
4mmai


Nous sommes acheteursjusqu'a ni


ordre de mais egraine

Magasin.


sec devant n


L. Preelzmann-AGGERHOLM &
Rue du Quai


Simple
Conseil
Si vous voulez mAlez l'utile
A I'agreable,donnezde bones
lemons de piano A vos entants
en les confiant 6 Mademoi-
selle CARMEN BROUARD.
A partir de 3 heures p. m.
lemons de piano avec solf6ge
obligatoire : prix 7 dollars
par moins. Lemons de solt6ge
seul: prix 3 dollars.
Pour plus amples' rensei-
guements, s'adresser i I'artis-
A a sa villa ( Bois-Verna )
616phone No 3242.
SPaenpts,oe manques pas de
oofiler de ces conditions r6.
cementt avantageuses.
Cy eo"t un simple et bon


IJII1JES JReas Fill. Savest,
DBeams d Qd e Cweai8,
Tputes devaient svoir que
leI meilleursn Bs de soie ou
def GL *plus lies .T qs
'de sbfe, de fili ou de colon'
se trouve chez
Paul lAuxlla ;
et les prix siAt modiques.


Si vous desirez acheter

Lit en fer. Allez chez
H. BALLONI Fib&
Ses models sont les i


beaux. Les prix solt
tion nels.


ii^


rl~u~j ~_~ _


Ilr r


ilm a mlmmmmlm


I ___


~IE


. /~~


t.'""
. \


ex


i


r~


i




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs