Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/04329
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: 11/23/1929
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:04329

Full Text







e-ment
DIRE(

1368. RUE Al
TELEPH

Sme mANN]


Magloire
CTEUR


M ERIC AINE 1358
IONE No 2242 Ui VIL ItI


KE N"6854


PORTIAU-PRINCE (HAITI)


SAMEDI 23 NOVEMlBRE 1929


ie Gouvernement du Roi Christophe,

le Peuple, I'Agriculture et

l'Instruction Publique


III


L' INSTRUCTION PURLIQI


Les m m e S encourage-
iats, la mdme emulation
alstaient pour I4istruction
blique. Les m6mes progr6s
Aftit sentir. Et bien long-
"ipo alpr6s la wort du Roi et
j chOte de son Royaume ses
Oscotinuurednt rendre A
ltre people dinestim#bles
rvices. L'aveu d'un stranger
us en done la lormelleassu
lce: (J'ai trouve, nous rap-
rte Mr Richard Hill, les en-
oas fort instruits relatve-
ot A leur Age, et meciant
orthographe d'une manlere
onante; le plus gra ud
lombre etait noir, les plus
is lisaient deja trts bien.
ecole est la premiere ou
li3etarque uu des nou-
*Ez Testaments, en traui'ais
Itewitlais, quedistribuc la
SocMitt Biblique.) Cette indi-
catign prouve que cette :,ol:
dataitdu Hoi. ,
lAkaussi, dans 'nsti auction'
Pab1ique, il avait fallu tout
p skprendre: organiser l'Uni-
ersitt, et 6tablir les program.
aesd'itudes, bAlir des mai-
Suma d'tcoles, fire venir des
profesaeurs de 1'6tranger, as-
surer la trequentation scolai-
re. e oi et ses Conseillers
aspoirrent de ce qui avait
tfaitde mieux dans les au-
=es Pays. Le come Pr6vost,
Secrtaire p u is Ministre du
Boi, nous l'apprend; dan s
tMpportante branch de
Frustration, comme dans
'lti lea autres du reste:
stout ce qui a paru dani la
prudence ancienne et
moderne, de plus convenable
i nos usages, it nos moeu s, a
WPe caractere*; avait 6te
{lltSusement choisi. Le
:or Protectear de 1 Insti uc-
lWa Publique, comme I ap-
PlIiste(y,-L -tuel plus beau
utre lui decorner, -- a cree
I*echambrecomposbed'llay.
ts, chargee du plan et de
direction de notre systime
tucation nationale- du
cboix des regles et des lihres,
de la surveillance spekiale
ds prolesseurs et maltres d'e-
|ies,et en general de tout ce
t concern cette branch
tielle de administration
AItat i t).
AR I mme temps quc le Roi
t i'Universite, qu'il fai-
.,laborer les programmes
ressaitA des prolesseurs
k'et strangers, engages
lace, ou devant venir de
pays, il laisait 6lever des'
d'ecoles. j Cc que


nous ne pouvons ni ne de-
vons reculer davantage, ajou-
tail de Vastey, ce sont nos
etablissements pour 6tendre
et propager i'instruction pu-
blique. C'est la que nous de-
vons frapper le tmonstre de
i'esclavage et de l'ignorance
dans ses derniers retranche.
ments ).
Les bAtiments furent digues
de leur importaute destina-
tion: en disiribuant la science.
aider a ( changer et aamelio-
cer nos inceurS.)) Les locaux
etaient vastes, bien aeres,
pourvus de tout le maieriel
necessairc: chaises. banes, ta
bleaux. Les elves recevaient
les livee,, ardoises et cah:ers
indispeusables. Les institu-
ieurs etaient, de meme, I'objet
de Fallention du pouvoir: la
situation miateriellc et morale
qui leur eail faiie, leur per-
meltait de vivre d'uue taugou
honorable et les incitait & ac-
complir leur tAche avec zMei
et devouuement. Enfin les Ir6-
quentes visits des autorites,
les distributions de prix, en-
trelenaient l'emulation pariui
les maltres et leurs elves. La
base de 1'enseignement 6tait
pairiotique, morale et prati-
que: deux langues etaient
coucurremment enseign6es:
le francais et l'auglais.
,L'Instruction Primaire, de
n6me que ('Instruction pro-
fessionnelle, etaient donnees
dans les ecoles nationals.
L'Ins:ruction secondaire dans
ies colleges royaux; l'Instrut-
tion sup6rieure aux Acade-
mies Royales de Musique, de
Oessiu et de Peinture de Sans-
Souci A I'Ecole de Medecine
du Cap Henry. L'on sait que
le Roi 6tait particuli6remtnt
s6v6re pour la fr6quentation
scolaire. La 16gende assure
que les chAtiments corpo'els.
etaient 'infltg6s aux parents
qui n6gligeaient d'envoyer
teurs enlants A 1'6cole. Elle
rapport que Mr Damie d6-
clai;ait que s it avait tW minis-
tre c'etait grAce aux coups de
ueri de bceut que le Roi avait
tait appliquer a son p6re. ,.e
moyen seul l'avail convaincu
de la n6cessit6 de lui faire
suivre reguli6rement les clas-
ses. Grace A ces rigoureuses
et iutelligentes measures, les
Haytiens avaient faith d'im-
menses progr6s dans toutts
les branches.
(Le Gouvernement r6para-
teur du Roi d'Hayti, explique
de Vastey, a port toute son


Separation d u


General Evans


.4 NoUVELLIST1i dan8 Soti
a 6to du 21 Novembre, a
Ur6que. common e l'rr6t6
f detattel#n'e pas dounu6
-Unu'atrx "diaqts eu
, JNais, en quali 6 de
laundant de la' Garde
-li,' covoqu6 le Ctomit6
Et giants et lenif avaisde-
S 6Ileurs objections afht
i'"ier le Haut Comn-:iu-

faitas soul que, ddns 1-.
6e du 20, abdlumnenI
V t ne iniliahite de ma
Sp S e ius nD mot que le
it d6sirsit me voh parce


I. u'il consid6rait que 16tais
int6ressa daus la solution de
la gr6ve, et avait quelques
renseigaements A me fournir,
et certain points a discuier.
J'kcceptai A. .recevoir le Co-
mit6 parce que,aux pr6c6-
dents contacts, je les avais
Iroeves serieux -scrupuleux
dan' l'observance de toutes
les garanties on"-promesses
qu'ils m'avaient faites, an-
xkux pour ine solution ra
pi'ie de la gre,'c, et parcel que
mou iutei, : dans la grOve n'p-
vait aucan rapport avt.c ses
mnrites on d6merites positifs,


UJE
attention sur I'instruction pu-
blique. C'est avec ce puissant
moyen qu'il parviendra a cor-
riger et it reformer n o s
mmeurs. HAtons-nous done de
nous livrer a l'etude des
sciences. Elanions-nous dans
le vaste domain de la prri
s6e..... O mes compatriotest
C'est dans I'ktude des lettres,
des sciences et des arts que


~ *"~'~ ~'-- cimentaire



* .Ui 7 it 8 n-os Its
-:, .. ,en raison cde la
s vrts kfiirtte,,
.~kf. 'A fR F


des mitaions


uous trou vcrons l'uniqic Commissaire. Dans cetteac-*
moyen de soulever le mondue tion, qui clait entreprise par
moral en notre laveur.o le Comnite, mn 1) opinion ~ta;il
Admirables parolesque nous que. si les points det' arlicIe
ne s urions Irop rep6tcr. 3 qui eur paraissait'l ambi-
E0outons le vibrant appei iu pontva cut dire reiiltus clair-;.
Secretaire do lioi, Membre ile 'rtice nc! e',ier d evieii-
son Conseil Priv6.. Anjonr- drait saitist'aisaint t narc3"
d'hui come hier, il doi, dire lerait le rglenlc.t deIla I grc-
entendu. Allons' an progies vc. En outre, j'ct,;is lc l'jI)i-
par I'Ordre, le Travail et I'I s- nuiin ( ie le tlaut C'em ilis
truclion. saire devi-ait avoir counnis-
Mais le Roi, qui avail vail sanlce de Iltrs vu;es.
lament lu0t6 stir notre sol .Ie discutai la reunion avec le
et sur celui des Etats-Unis Haul Cominissaire qui m'avisa
pour y implanter la liberty el que la question etait enliere-
qui s'6tait, par son propre ge. menl une question relevant du
nie, hiss6 ainsi A la premiere Gouvernemientl Ililien et que la
place et s'y maintenait avec concernait la Garde.Je lui laissai
tant d'eclat, connaissait bien un einorandum crit A In ma-
l'importance des forces ino- chioinporlant les vues des
rates. Saus elles l'on ne peat tudiants. A mon detour, j'intor-
rien fonder de durable; sans mai le Comitk de cette action el
elle il nc peut exister ni, |e leur dis que s'ii d6sirait por-
homine de grande valeur, ni ker la question a i'attentiou otti
tamille unie, ni Nation torte, cielle du Gouvernement, il de-
Suivant en cela i'exemple de vrait adresser une lettre au Mi-
Toussaint-Louverture, le Roi nistre de I'Instruction Publique
ou au Pre.sidenl. Je les avisai
entendait que la morale re- queje consid6ratsla grve usie
gnat dans son Royaume. Le questij onsaiienae, e g par con-
mariage elait protege, encou- sequent, jI ne considerais pas
rag6, honor. Et ain qe les que les que le Haut Commissaire
tonctionnaires, apr6s le ur ou moi devrions prendre I'ini-
Sonveraiu, lussent les pre- tiative A tranismetlre leurs vues
miers A donner I'exemple, iI aux autoritts gouvernementales
fallait itre mari6 et menerune dlmient constituees..ie les avisae
vie reguli6re, pour 6tre appel6 en outre que, A mon jugement,
et maintenu aune haute fouc- 'is devraient voir les members
.. Jde la Commission d'Enqu6te el
tion.., ......... . i..... ,.... n.,, .i .


C'6tait vraiment un home
extraordinaire que celui q(ui
s'etant ainsi par ses seules
forces, hausse a la premiere
place parmi leshommes, avail
voulu hausser son Peuple a
une place emineate parrmi
les autres Peuples.... 11 l'a
laisse plus civilise, plus fort,
plus respect.
En le rdvdlant a lui-meme,
il lui a redonne coifiance en
sa propre valeur. Eu lui fai-
sant executer de grandescho-
ses, il a appris a notre leu-
ple, A aimer le graudet ; i1
lui a inspire le desir de faire
de plus grades choses en-
core.
N EMOURS.


mai seulcment parce pue je
Sdesir.-is voir regner lordie
pendant la march de la gi eve.
Les 6tudianis m'avisrent
que, tout en itant en accord
parfait avec les Articles 2, 4,
5. et 6, ils avaient un dute
sur la signifier,"on reelle de
certain points de l'arnicle 3,
et ne considiraient pas I'arti
cle l'acceptable. Je discutaii
ensuite les points contest es
de Particle 3, et avisait le Co
mit6 que je pensas qu'ils
faisaient erreur et qie leuri,
droits quant aux prescrip
tions de cet article seraiec t
implement sauvegard6s par
le Gouvei iaement. Ap-esavoi r
entendu leurs objectons sur
la question des bourses com-
me elle est r6gl6e dans C'art-1,
je les inlormai queiepi6sente
rais la question an Haut Uom-


assayer! par ieur- tmi nIuaiite
de transmeltre leurs vats A at
tention du Gouvernemenrt.
Ils me direni quils In part-
ralent une letre pour le lPresi-
dent el demanderent Ai me re-
voir A 4 heures, quand une de-
cision serait prise quantA la la-
Von de la presenter.
Pen de temps avant 5 heu-
resmoment auquel i'avais un
rendez-vous avec le Presi-
dent,lc Comite retourna avec
la lettre. Vu ce rendez-vous,
je demandai au Comit6 de
revenir le lendemain martin a
9 heures, parce que j'avais
obtenu des intormtations ,up.,
plementaires.rassurantes su-
ies clauses de I'arlicle 4, et
ponvais obtenir d'autres in.
formations que je pourrais


lenr coninti iq(Ier A ce i1o-
'nlent je ne si viis pas quedes
avis avaient p ,);rt (, on p r i-
Itaient, (dails la press dt-
illm lltdal Ie lr relt r" dais li
mia.ii('ce du 21.
Apie)s mon entrevue avec
le re sident. j'enwvoyvi nu
'ness:Ige au Comile, don't la
substance p)artt dans la
"'I'rcssc". Ce message tendait
a\ ce que I'arritee flt b)ei;(que
tons les point qui resieraient
en discussion poariicint tre
traits par l'intermndiai 'e du
Comite des Etudiants de Da-
mien autoris6 par Particle 4,
et qu'en vue de la situation,
ja ne considerais pas bien de
continue A agir.
La letire du Comit6 au Pre-
sident ue lui a pas et6 premise
par moi, mais tut reLouru6e
au Comit6 pour 6tre expediee
par 'iiitermndiaire de tout
bon ami du Comit6"
En temps que j'ai 6te re-
presenI6 come convoquant
une reunion. et comme ayant
agi come un interindiaire
qui s'tail consti in, de lui-nW-
ime, apres 1'emission de I'ar-
r6tc, ces allega ions snl. jaus-
ses. La dtiicatesse,h,' /ugeinutl
et le tact natu els in eminp6he-
ientil d'assutmer lit rlt' pa.
red. J'ai informed le Directeur
General du Service Techni-
que de tons les incidents du
.0. \on seul interdt a ete ide
reunir des inlormations parce
que -- d'ap 6s la loi, la
Gairde est charged ti garan-
tir la paix intle ieu e,lour que
1 otdre l'it bien maintenu, il
a ete u6cebsaire pour moi
d'etre bien au courant de la
situation, et toules les rdu-
nious avec le Cemit6 out con-
siderablement contribute a
cette fin.
Pour ce qui concern les
mcries ou d6merites positits
de la greve, la (Garde n'a rien
a y voir; et depuis le debut
de la guevs ies services de la
Garde ont e a Ila disposition
du G(ouvernement.

General E. F. EVANS


The Royal Mil Steam

Packet Company
Le vapeuraSea Victory) venaDt de Kingston et des ports
do Sud est altendu A la Capitale vers le 24 Novembrecourant
pren: nt fr6t pour I'Europe via les ports du Nord.
Port-au-Prince, le 16 Octobre 1929.
1. J. BIGlO,
Agent Gneral de las Royal Steam Packet Company.
T616phone, 2311.


ALUMINUM LINE


Le Commerce est avis6 qu't n steamer laissvra NNe, ()'r
M6ansle 7 DNcembre procha'n. ct Mobile le 10 ,oior Peol-
GoAve et les autres ports di Sud,
Ce 14 Novembre 19-9.
A. de MATTEIS & Co, Agents 66en6ranx.


corn lit il i CHi Flu OecI uloiiiWSq,
vt io .oi(Its iri ii~ji ts, 1 nitiment
Li u tragique(It-, P) imI)lel t is par-
fois 1es plus aned iries.
ELiles stn l~l( III flC ien enten-
dire I I ait ( aIladinage don't
NOTRIF O(li. MadoTt c tt se repai-
I ie, et (filI'ait tju'au tfond de(ICses
I)ruieleles, 013(Iccouviti toujours
1ilnage de Iant du c (hoSes char-
maniites.

tUV ligitt Iit t grChdd(II hI cI IA
Sans potur!L u csii .iI clilli o
Nt'.lscspaupicrv!s






til s vis i p (1111 1)(-i It II
icat rati v~~ SIt Wallm'a




avu iluirquL, C'piilt .:i~
(call remi )s p'(ir son I~li J '.t tIi


Ulle Inclinationi elltiv Iil. III.
Celil (11,11iii1a clioiSI ce symbo) )01I
sonin tenti oln. Car, No-rri Q-Ai ( :'Ii.
qui rin ii'ki~cappe, stilt dt-plu.
queique ltcmps d~j;i lidvlle vij
se pursuit sous ,"es re'g:1i'ds.
... egrette, foutelols, que l
gfalant amourcux, ent guise det
Fenvoi tde s-i prose uni peu mlas-
sive, qul acctoifpagne('cc joli cal-
d&a, flimit pais pir'friavoir rI.-
cor A l~ I tart lclganit 'I niai ava ti-

la (hlVLt bolt dit- CI:, huh a (illist.
* is vels tcidiius C!t-.'MA ., clscomn-
lII(.Clt C ix it'(. !;: I (A

It' dirk.;
vc 1 it I lII \ wtixi ,

a1ts icewarqs tuii' gtusci ra"sI
Sul' le i'I'IMises p killtiiI(l S dt
de d a ci c ise t' AI ,I a d u'. ivil I ass
ittlicilel4C Il IIII it 1 I iClIe'IIIine
Un SO bt ltlIa im lige, clw ita ient


ii. ii( a e, It' it c 14i a I alt'm 'i iii

LA k~io rpitlttour )t' our
ls nciuics pat (dets.
pase 55''Line iC ilc i IC l aux-1Act'
I~geres Ci ileguIyaII; Idhs. 'I outi a
coup la vi V~x (IL' cstrots jt uniC
itroubadours sc I iii ; et No'i'in.
(EIL vii Uppelei la 1) 1 5 Sa n t e
conllinif si cCLaii, cii I alltit, celle
que l'orthophioiic a iendu (le-
puts peU SI popukaIIie.
Mats, spici vut cette det'nikire
qui ieponidt qu'cile se ilommait
auticinent, en plui'suivaiit sonf
chenuin dti rimiicpas iilt'rti' t
vii. IEt Ies oi \ It'pIri'iun plIus

oiugre A deux lom acesohut cr


till %AitLV RlaailitMiAAW qw se


A


'C iet pli. aiuher ia hn qit *
de no- I'aituer que It U#' aqI ii
able ilistaut I aiintr Ajit e ci tivir..
Offli qeanfte pi Selel-4.ii I,111 ell i-
wmer Its l'pjiurs etIts hW %il( '!.
110 V A U(I


big


- 7=..


% I








1.9 MA1 IN -, 28No'eml~lb'e PI


Un mot
DE

M. Lherisson


S 1, I a / is b; s. di l Ic lenoi
. i ;'o / I ; v i I t de l/ 1 ift \


iti tat..l



I 1iilf Pia nat (oiuiuer -
t ri le ;* l oI-a ii-Phil i'e.
~ldalis irutes Its plianuircies.


bt iiv'5v



s'ii a \ till k;a I oui lie tol -
1111 tic rceiittt atlOrNM. S~am (11:
t!ItI \ 'l jil, aO IMS 101bUle!ALI

t(Lill- 1(huhcin eiltlani dIitci. on ~-
Sit, Ii v~~i SAIIct aol~lt. tic o lesalti
itllktjij i tadaiil itte Dlla mien cU
SfIiHVII :i ICC llt1ikie LaS At a101rc ye.
iVOC, pliisuc i. I atslectc'urs.
DL'c b tIUC F II (.\ (ICCtlIIPrclt'( itI
dt'c iJ lWp)UblhIaIL uCit j)ubt, les
giL-~is~slie DI ).1t ll ~tSO UCUhIi-
11ti ['a (ICht It.- io (11,1ils ie so
renciiialI ia ietm,'I-VFcole 1)0111lI
bonnlc vitsolu. diiSaeIt1- lS, tillIilS

siri'e- *. 'ar l'teri-nidiairedte NI.
Andir Clievoltlivi, Ils obtlinrent
(1. t c i'ciiiI,(L a t u a .i t *i
uiie l01e au .11I iratsldet tdt. la 1hi-
publ)1ique. IC:tirc di oIS laquelbe
i~-'Cia t l a~l' .1 12 11 Slt btIveflli


Wlan1''A0titat


I~l;I iA -* ia


lion ell ..At,
dianits a'I1)
deiwdi 1(1"S
(IC I AV.1'
N.I Ai i t.


lit;


1v %VN hmns fidbues,





1A vvi VtY.C. ([tieus-
A' lrituv j~'ivs Mil-
Iaul 0etdCckialeieint
il r itow".. 1II il
1utC "'.11 R (11r :It itt

Mumi tOurstiOf
I a: c Ld.-, cilts~


I lit! ; j(lt I 15 u



I 1 A ,~ rt.`I V II



N Ippr-enon s aivet' iia isi
tiui, Dioimiiniqic I 11yi+olite
it 'it I t( f]oU,.uci mie ii Iiveilt,
III ali ilet',IeSa lte conll U c i
I'Alf (p] I-( it1orta Iu iisi vif
slac ctta, I: el)I ~ le
1: s le 11,111 1 p ~ ai'e

fie lk "1


,xssures-vowu ni-I rt ,tiviot n
l..ii ,~sl itCo(i1trovp~ilon Li-
,pit~i Ve 1. liti ii iighan.
Agent (zUkn~Iiiipour fJi2"


SERIU ICENATIO\1,it ,IYiltIF\E
I'l IQI F.11
Ins~l, clion .1djilictie (des E',coles.
PI)or't-au i-Prince. Iaiti.
Swn-dli 16 Nove.nbre 1929.

Le Lait


On no doit pas manger n'im-
porte (quoi, el 11 est dangereux
tie se nourrir ('nune seule espbce
d'aiinients. 11 'jait atissi savo)r
quels alimenis convifennent, i1
(juels autres ne convienneit pus
aiu inaiintien die la santil de chu-
cunl. Lc corps e.st sans doulte
uine machine tris coiplitujue
qui exige plusieurs sortes d'a-
liments pour assurer le bon
Ionclioiniiement de ses o galnes,
garanlir sa vitalitc, conservtr


L'Enseigne-

ment secon-

daire tminin


\, I<'/ jr 'li '1 .\ovimbri e el in- Noil laisot is lernii emeniit
i!/,,: .'Atlair'(dcis.tudianis- remTartqur qiue I'enseigne-
Sws :mpr6vu;s ), nous de! publier : inexistant chltz nous.La ques-
Moni(-ur tC Lhitrisson mai'- lion est d'importance et m6-
: nt sorn oi'I.ot e rist en 1922 rite d't1re clucid&e,
a C'o ii d E at sul I'utilit~ st Notre 6gislation scolaire
I'cxcellchace d I E ignemeit rg me d en
eIniq ,e. Sn parotes d'hier d.- PrV un irogCanle d en-
.,q!e. S.p-paroles ('liler du- s eignement divis6 en trois
n intent touiors en harmonie seigpeoent lisra en ris
., V. s c((,t ,ijould'hui,M. lA i.sson n'ap- qui,. la 1fin (ie leurs etudes,
arrive pus les procedes emplo- ereevraient un cerlificat d'6-
ves pout ext'cueir lai loi du 22 lides secondalires. Mais cet
.it',pib'e 1922, cr6ant le Servi- examen n'a jamais 6 6 orga-
ce T Ichnique. 11 demand plus nisa, parce qu aucun 6tablis-
i-rme et inteltigente et lmoiis liciter la formtion 'd'un Ju-
lminp,',r;tie d Ia part du fone- ry destine i examiner aucune
1!onT::i .P cha-rg( dh. I'exkculer. (ie lerst lve.est dire que
Chest c point (Iui leIl divised
Wr. Iilrss, qti a I.hit pb:ier le progranmme auquel je viens
'.a cL d:uIs i.: M.dviI. dc taire allusion n'a jamais
D'a Ilr pearl, I'aut ur a raison Wtd applique.
t .i ple- die It surprise ))... It y Toutes les coles de files
en mnur et avant )nglemp'.1 n'ont jim.is t6W que dcs 6ta-
sa ns ni 'dir. Eltles coislitueront biissemnents d'enseignement,
un act btientaisalt. primaire superieur condui-
L. C. LHIEIISSON. sant leurs elves iA l'examen
al..l ...- pour i'obtention des Brevets
016mentaire et superieu"-, qui
Mort de la sc-ur sent d(les tires de I'enseigne-
del 'ex-kaiser nent primaire,
Min'. /urlikfl s eleit aprs uin' On ne petit done pas dire
courier mnladie que nos jeolnes lilles ne sont
BlONN. 'russc.-Mme Alexan- p:is apples A recevoir !'ins-
d;-. Z7.abk 11 i Arpcce, Victoria trutlion secondaire.
de Prusse, -near ie I'ex-kaser Nous n'en savons rien.
ct p1nle letic ie aI rinne Victo- 'epen plant les brillants re-
ii dAng.l'eire, est more au- siiltats obl)enu par I'Ecole
1joii.i'huti ans sa n odestede- Normnale d'lnstitutrices,oiu se
inmurv. I age dtie 63 ans.Cet eve- suat distingunes beaucoup de
nemicnt :n..t fii au plus etranlge Ijeines files duns les etudes
,Iu qui al.t eu pour lhros I u niid, ordre assez 61ev', per-
deis membres i'uae lanille 0to
yale d kurope. Inetlteti de croire que 1'eusei-
La prult,-,se est more la giement secondaire feminio,
,uu, u'a,,, bieve malaiie sun- s'il etatt serieusemcnt orga-
vetiuc la seinuite derniere,alors nis&, trouverait chez nous
qu'Illc veinal d'inIroduire ulne unie clientele capable d'en
action endivorce coitreAlexat- proliter dans ntle tr;s large
dre /Zubkott, son nari, un Rus- niesure.
se Ag_ tie 34 ans. Pourquoi ne pas tenter i'ex-
La suear de I ex-kaiser quand prince ?'
-i,., m ,,^.s 7,,icl 1(197 p 'ien


ses forces ct ics tI(veloppCr.Ile '~'""Jku 'LILO
.4ais di y a uii alimeunt don't le renon~1a A ses droils Lie puin-
cor ps peut inud~fiiiiunt. ,,cn-(esheutA accepta de se s~parei'
tenter' sans danger, qui peut se tic S lanlifle.
substituer & tous lsateqi Sa s(1aL&V Marguerite,princessc
cs( I)M~ra lesit uxtots, qui de lesse, son marl, le punice
prm~enicra bieu CLX Alouis, qui Irk i' (haniuvs, et leurs deux S1
les cas, it bus les .ages, A tbus tils lUirihtuplic 'A lkich~ird, as-
les~tas t atouesIcssaion %istaient LA sus deroincis roo.nents. d
cyst Mcatsei ot, lalmen par exce:l--Les dei niers joars Lde l a prin-
Cetlen al, ic tpe l)~iud arexcel- esse, loin d'Ore lieureu, se
lence, t oifhitype, quou dewtasSol!e ~ cCoules dans la solitu-e, la
UIJetC onnil)e s imple Il s'aSousde auvrtcue el les desiliw'o'm. It y
Lietorils I s imprl~ te In a graise, a un mot-,, cie iu! ( .1) e O
tos esliii ontent iwie veoi~te aux cet lie! ses
Le Sila' Icnia prt d a rise, dL) b iux et. uneubles Lie lamille
Selk ua lx I, oX\c d'I Vilaitafine. OQIL'p--Yk'i les de~t S e Soil
I1 1)!Iu: l (10 com- aveatui it i de ul.iri, miiius tile lie
L~il:Ii(JaM ciiraji'~,*~ a d r.Uz~ui u':i Oibtenar.u'le petile
I .,ibiW6~~ est jprlaitc. 1! est la soiluiffl. (
niourritur~e ixci ;. etirre'n E ItL1, I.NI-N LeA' llU< Vo~l
''' it'ticsii rssa:is cc ~ M(IcI t vzot',i fj ttt i a Kt i Iii 3 aS&fl
i~itill~essolci"Ieu ac' [rFen). ht'(juc 1i ii jK',socc (V Ve x-
jPuiscinninetei~1 d lur o:-gfanis k user i1UX IUrW -'iilcs (to sa
mes par les d'thlts pirovenant (2tC'a it (( tou: i Ihit.hocs de
1c i'LaMigl' des v~iaoi1e et des iiAti )
CO)IISCUVO S. bIx hit eC,1 uaoa10 ___
purl c-u du san h eIt ctsunl, Ol
tics nohirsaiNli iiiiuilS I1iLisris- li boI-.
sant. 'MAelve.vu 1UT
11 CI ni~ c Dunvitlct' I KU.UCOU ) aU en iI.Vosu'vc
pilusim 1mripoltiilie dinali i:1f111- jLna111s1 dire volr'C ia.~urc.
Aldio i s laitirtis, ciflarits, II'll8l,~
a iultes ci vicilhiird .. Telphone, 2133S,


I
I,
I,
I'.

'I




I

I





L


-' ~ jLiE


R dESSE

CHAIFGOUTTE
IF 'giBOUQUET


LA PIE'

lee rectification nreessaire
LE TEMPS a pu.ih'i6 une note
relative A un viol. L'auteur ne
se nomine pas come il est dit
dans le journal en question F6-
lix Germain, mais bien Felix
Boutin.


Philips Radio
Port-au-"rince, le 20 No-
vembre 1929.
AVIS
!La Philips Radio d6sireuse
come toujours de donner
satisfaction a son aimable
chlie.t1le t Ai tous les ama-
teurs de bone musique;prend
plaisir a les informer qu'a
partir de cette datv, vu la
grande extension apport6e A
scs atelicrt, ellc est a mdme
de reparer toutes especes
r'appareils recepteurs pour
hadio counus en tHaiti, et de
louirir aussiltoutcs pieces de
rechange pour les marques
Siiiericaihes.
P1HILIPS RAulO


J., k~


Ii


I Ml

PARI S


ET FARTOUT
LA rREINE
PARF,%MF7-VP.UZ #
DE L'.AU UEL OLOGNE
RFANITA


I
., ', !


A UN PARFKAI AGB1ABLE


4 1!/
vers,


Achetez ce qu'il y a de mieux.
En vente dans toai les magasins.
Etiquette Bleue.


Petit- w iod' l% A i. .
M.ii cli c Directeur.
Je vous envo'e so'is c cve)il\'.rl
un petit article qu je' vous pri de(
faire pubuler pour moi dans votre
plus prochaiu nuinero.
Comptant toujours sur voitte hien-
veillance, recevez i I'av.tnce, union
cher Directeur, tous lines remercie-
nen'ts et v'eux les mieilleurs.
Bien v6tre,
Dr c. 11. SALOMON.


Anse-a-Veau
Au point. de vue social.
Parlois il serait bound i homr
me d'6tre incredule, de n'ajou-
ter toi, comme Si-Thomi s, qu'a-
pres avoir vu de ses yeux, tou-
ch6 de ses doig(s. 11 de"rait
dviter le plus possible ces ra-
contars, presque toujours dan .
gereux, qui ne contribuent qu I
retarder la march progressive
de la civilisation.
Avant mon depart pour I'An-
se-a-Veaut el iains amis, ne con-
na ssant m6me pas lend; oit si.
non de nom et de riputatton,
heuicusement lausse, me repr6-
sentaient cette ville come tma-
bordable tant il y sAvit un flbau
social : le prejug6 de cculeur.
- Cela m'&tonnait qn'en ce sid-
cle de r6elle civilisation on e.tu
pens6 A de telle absurdity, cela
m'etonnait tant que j ai du hA-
ter mon voyage pour pouvoir
confiriner le tait.
Helas I le langag,, scrilt-il
donn6 i certain pour dire seu-
lement ce qu'is o:t entendu tt
non ce qu'ils out vu, ce qu'ds
ont vccu ?
Apres un sejour pass IA, je
me crois maintenant en measure
de dire et avec la pr6tention de
ne m'6tre pas tromp6 que s il y
existe un pr6euge, c'es, bien ce-
lui de rang social. Par con-
sequent, si ce genre de pi juge
dote la ville d'une certain dis-
tinction, d'un certain cachet qui
lui valent 'adminraiion des uns,
ne lut procure t il pas aussi la
haine des autres ?-Gependant,
les anse-A-velais s'enorgueillis-
sent et avec just raison d avoir
une petite socin (t ans le sens
vraiment social du ziot, une pe-
tite societ6 distniguee.- VoilA
tout leur prejuge.
Dr Gaston 11. SALOMON.
----- "- ---_-**-7 -

Us missionnaire amkricain
prisemnier de bandits nmeicains
HANKEOU On craint que
dans 4 jours, le pere Ulrich
Kreulzen ne soil mis A la tortu-
re el execute. Ce missionnaire
tranciscain est actuellement pri-
sonnier A Oueiyenkou a soixan-
te cinq miles au nord de Ou-
Tchang.
Les serviteurs chinois du mis-
sionnaire out rapport une let-
Ire des bandits, dans Ihquelle ils
demandent une rancon do 10.
000 mexicains.
La mission a fail appel ai.jmi-
nistre des aflaires itrang6res du
gonvernement nationaliste pour
qu'il vienne en aide au prison-
nier.Le miniatre a promise d'en-
vyyer des troupes A Oueiyaukou
imm6diatement.
Le pere Ulrich a 61d pris ven-
dredi martin par des bandits,
que i'on dit communities, qum
ont attaque et pille Oueiyenkou,
mettant sa garnisoo en deroute.
Le pDre Ulrich Kreutzen est
de Calumet M, higan.


Spectacles

- .-


DEMAIN SOI
A 4 hs 1/2: Matiahn

TITI I"er
RO1 DES 60.1
( Suite)
Film :moderne anoxfdI
somptueul.
C'est une venture Ml
tonchante, partois violuIk
joirs attachante et qui psikl
ner i petils et grands..,
ET .
I.x Fils de Ia Nalit
Entree0.50 ; Palcon : LI
A 8 HEURES
la 'c6l6bre pikce de Pil
Frondaie :

La Menace
jouke par Jacqueline ForuN
Chakatouny.
Entr6e : 2, 3, 4 gourd.'i


DEMAIN SOIR
lj matinee:
A 5 heures matinki:,
L'lnferal Juldiew
L'Homme aux treis "A
A 8 HEURES
Sur demand :

La Rose

Efleuild
Entree: :



Necrolo'
Nous enregistrons l
vif regret la mort de
Clement Dominiqot,
barreau -de Port-an*
cien professeur A
nale de Droit, ancient
au Tribunal d'Apll.
au-Prince, d6c6d
P6tion-Ville.
Lea fundrailles oid
hier aprds-midi ands
nombreux convoy di
Tribunaax de CasMd
lre Instance avaiet
martin, le sitge,ensiga1
Nous pr6sento-
thiques condolancs.
rents 6prouv6s et
ment AM et MW ,
quo, M. et Me DDr J.
que, M. el Mmne SWttRi
que, M. el Mme UL0op60
unique.

ON TRO
Morale et lostruoc
SI[usage des Acolol
p ar ie lcx MA(o
i la petitl M aisan
Centre et chess I'0st
St Cyr.


'lox,T'ue lorus les insects de la Matsoniipil qe
b oirmt's, PmISS p~s ,ogches, m!)latiqW4


I mom


--r-- ~~~rrl~-~lllll~ k-- IC-r-l --


__


_:- ar--W-


--


ow. .-I___.---


-u~ i~-u-~ . Ivrr


.. 7







LE MATIN:-= 28 ove nitjr 192') I


compi

I oj
| F01


P


ME m0

rennent la Protection centre la

udre sans augmentation de taux
1w


ieraux


i






i
ia
I


~*~


Le diner (h bumide v de Wall :it.Le prix nobel
Street STOUKHIOLM- M. Thoiuas
WASHINGTON-Le grandju. Mann, le romancier allemand
ya entendu aujourd'hui un bien connu don't I'oeuvre la plus
resident de chemins de fer un c616bre est a La Moutagne Ma.
irecteur d'h6tel et on 6crnvain, gique ), a oblenu cette annie le
ar le fameux a diner humide prix Nobel de lilttrature.
Wall Street. Ces divers 16- Parmi les 6crivains dont le
noins ount retus6 dt dire ce qu, nom avaitl t6 prononc6 commune
vail 6ee leur temoignage mais laur6at possible se ,trouvaient ;
L E. E. Loomis a donnu une M 1. Sainclair Ltwis et Thorn-
adication sur ce qu'il consid6rce ton Wilder, Amnnricains ; M. M
omme les ( convenan-ces* i Gilbert K. Chesterton et John
observer quand il s'agit de di- Galsworthy, de Grande-Breta-
ters prives. ge ; Maxime Gorki, R u s s e ;
a Vou, ne vous altcndez pas a iuglieluo F'errero, Italien et
c que je discute ea public d. Erich Remarque Allemand.
ce qui -,ett pbase a un aiuer pri- Le prix de physique pour 1928
vi ?)) a-t-ni demandS. ( Vous est d6cern6 au prufesseur Owen
devrez computer sur les expe- W. Richardson. de King Colltge
rencts dte l:boraloire ellts pro. de Londres, pour sa dtcouver-
pensions odorantesdu senateur te de la a loi de Richardson a
Brooknlai t .. sur le movement des electrons
M. L-ig6et, eciivain a declaie qui torme la base de la lampe
que le luy i.e Jui avait pas de- de T. S. .
miande ics nums des membres Le prix de physique de 1929
du gouvtrfemeneit auxquels 11 est attribue au due de Bogiie,
avalt ait allusion da'ns uu ar- de Paris, pour ses recherches
tile re'aiil au repas humide. 11 sur I'6lectricit6 et les rayons X.
s'est moI1u convaincu que la Le prix de chimie de 1929 a
descripticu qu'ni en a late est i t-1 divis-,entre Dr. Aithur Har-
plat6t mrotnurce ). d -i, professeur de ch.mi bio.
AM. hoRVo alttuiicy de distri, I logique a 'Universite de Lon.
a ihuquw. que le grai.d jury au- dies et le prolesseur Hans von
taut qu'll pouvar I athrmner, ne Euler Chelpin, d- 1 Universit6
convoquciait pas d'autres 16- d Upsala, Su6de, pour I e u r s
moins. recherches dans la fermen'at-on
.- des sucres et I'action des enzy-
Traosport aux Elals-lUis de corps mes dans cette reaction.
des marims aibricails orrlis a montant do chaque prix
ea lassie a'61 ve A 46,299.
PARIS-Les corps des 76 sol- Leo souveraine
dais aiinit nis qui south morts italiens au Vatican
en Russie vont 6.re iransportis Lite du Vatican- Le oi Vic-.
0nx Etats-Unis grace aux efforts to,-Emmanuel et la reine Elena
des Vetrans de la grande guest sebont seulement accompagnis
re. Ils seront embarques A board de M. Dino Grandi dans leur
doPrisideni Rooseveltb,qui est prminie~e visit au souverain
parti le 19 novembre. Dix auires- onatte, le 5 d6cembre.
corps resteroat en France on Les princes de la maison de
dans divers pays dEurope. Savoie et'les princess seront
Le gouvernement trancais a rtVus A une audience ulitrieure
decide une i-rmonie honori- doit la date n'est pas encore
Aque pour le depart du paque- determine.
botL
... A LeMonde
FIANrAILLES.- Nous enregis-
trons avec plaisir les fiangailles
de Mile Odette Mdnos avec M.
Franck N. Gaetjens;-
at celles de Mile Maria Luche
Es prescrit pour /rippe, re- si avec M. Henri Reiher.
AWdissements. dengeu,Hile, fi4 Aux deux jeunes et distin
" itpaludisme. guds couples La MATIN pr6sente
ea t lie -plus rapide rem&* sea sinc6res compliments.


La peau ru-

queuseneces-


site


ce savon


ti agit doucement sur les
pores de telle taqon qu'il faith
mieux queneltoyer.C'est une
combioaison de savon pour
la peau. II dissout toule trace
de salet6 et aide la peau i
dtre tendre et douce.

L'Exelento
Savon pe la peau
Produit une mousse 6paisse
excelleule
II adoucit et enl6ve les ru-
gosit6s et tonifie le cuir che-
velu. 11 aide donc A maintenir
I'6tat de la sant6.
En venle chez tous I es dro
guistes. Pour 0,30 ceutimes
seulement. II est expedie dis
reception du prix,
EXELENTo MEDIICIN t
COMPANY
A1LANTA, GEORGIA U.S.A.
Agents lemandes pour tous
ys. s
,crivez pour rteDstifLnenfente
.._....,
DANS LES SPORTS
Violetle athletic Club
Les Membres du a Violette
Athletic Club) sont convoqubs
on Assemble Gan6rale. le d!-
manche 24 de ce mois, A 9 hlu-
res du mating, chez Monsieur le
Docteur P. Savain, Pont Sain'-
GOraud.
L'ordre du jour de celle s6-
ance comportera :
1) Election du Bureau.
2) Questions d'intridt general.
Le Secr6taire Gen6ral:
Marc BONCY.


.'. ..-..a..n....r r ~ewtn-w-o-- .., -',.fa.a....~ V fl' '


que SEIVLS


DIS()U ES

it pas, ne s'usent

s'abiment pas.


Donc, achet ,r des Disques infericurs pour.

lune difference de 25 centimes sur le prix

V'est perdre le i' --a cheval pour le clou, et
WA d %


lce n'est pas sins raison que I'ODUEOiN

rbtenu et gaid" pendlw l trente ans

SUPREMATIE MONDIALF-


la


La soire tIh&lrale des FrtresA
Lescartes d'entree portent que S
le produit de la fete sera con-
sacr6 A I'acquisition d'un mattre
autel pour la chapelle.
Les Frdres ont, en leftet, I'in- L Commissiwon C ,:n,
tension de placer, dans la cha- de LeogAne don, j
pelle de Saint L.ouis ni (Goza- ceux ('il aprii H .
gue, un maitre autel dei oute est ouvert o n coiii u n~ s ,
beaul qui semnplaceri le vieil la construction dI i i
autel en bois qu'on voi actuel- en cette ville ctl i
element. Les fites que (tnnient qui veule.t pre o cl ,i
les anciens Oifves, celle iiin6e, concurs A lui 1u i ,
aideroni A couvrir les hiais de le I project au p l ,.. : 2
ce mailr-aleDicembre de cc
C'es done une bonn wque d'assister la fl.- du 30 p1i cucheld. ,.,
uovembie, et tous le:. amis el ra accord". '
lesancinils levesdeSint L.ois naire (qui .ra F ,sc I
auront A coeur d'appuiter Ileur' ieillcur project.
obole, en achelant une carte. 1, Pour tons a: i, i .
D'aiileurs, ils ne le regrette- ments on pour -; r" a
rout pas. car, d'aprbs le choix la Commission.
des pieces et le talent des ac- -
teurs, on peut prevoir que la I H6tel Coniiiiimm 1
soire sera superbe. vembre 1929.
Trois gourdes lai carte. On evn
trouve chez les Freres et chez Ies Memn cb rs.
Luce Laforest. VI\TCA IN & C. i) i i i!
......... ..... .. ..... .. Le Pr sidci.l,
DI J. A.\il)
Del-rnlee e _


Heure


PARIS L'ex premier Geor-
ges Clemenceau a eu une nou-
velle indisposition cardlisque ac-
conipgnte de coliquc; atroces.
NEW-YORK -- Tl ois organi
stations de 63 indiv:dus s'occu-
pent de combiner ha restriction
du commerce. Ls sont ptssibles
d'une annie dc p;iso:; ou 5000)
dollars d'pmende ou les deux
peines ensemble.
WASHINGTON LI- gouver-
nenient a aninonc6 que Ics to)u-
ristes y compris 230,000 ameri-
cains ont d,'pcni t in France
I'annr oe neinire 353,000;): ,)dll;rs.
PARIS-Les dltgationms flrn -
caise el alteimanlide s( soIn r'u
nies dins unte ainosiher tIl hai
monie ;:onr regler le prob.cnme
du bassin de fa S rre. i':, m -in-
gne parail dispose appir,,m-
ment a accepter routes l de-
mandes de la France'.
NEW YOItK- DI' a j05 n- a
la 58smerues sont decitees zo-
nes Y'aflaires par Ie co.)imt d'es-
timation, non < mpris le r,"
AV nIi'.
RO E L'amb ssaieu- des
Etats U is Job Garrett a 0te re
vu au Qui final par le roi Em-
manuel et a p-',sente ses lettres
d' crrance.
LONDRES- Le gouvernement ,
britanni jue a annonc~ 6i la
C(haabre d&.s C ommuncs que l1 t
proposition du I'rsi!enl t ino- :
ver conceriaIt la h be't1 6 des ba
teaux de p oviio pendan' Ics
temps de guerre sara seritue
& qul le ch6que ?
II a 06 (iouve at grefle du -
Tribunal de I'reminre Instance
de Port-au-Prince un .chqae
de Or 10 au No 2138 Almis )a St-
Marc et poatant l.i d.te da 18
Novembre 1929.
Le proprieiaire du d t cheque
peut le reclam.knr du grelfler du
Tribunal.
e - _-- -


X *
U!


~~s~I[ multiIII


--awcien,


K' ~..
$ .~ t.. .-. -A-Ur ~
2 -"- OF j-. I~(jX i 'P~5
'I
'1
I- .4.-~ ~.i


I.
I.. '*.

,, ii -I:
I '~i1l F.
~ *i
'li'2N~
x z~r l~ i


I.2bis.


'' Ii de
(IC I -


-i *\ ~ ;-zaiLi:,


K'~ I .'- I'll


I L)liL~!;~


tcJ


A A


II' 4
it 'I
-. I~' -
iii
,\ .1 4
I, I'
4 .4. *~jA' -~
j ) :~t I -


I'_


'p

do
m
a'
ii
cc
.0


ri


f2

I.'-,' -


-Il-


CHOVC'?


REVELATU S `33 -"ilATICKSWELLES
do, VRA,,- ,:kz urs~s CzicmasoccuLT06
I,,a. tin, *.. %s!pof?, for, Try'
..:- ?-.ra,' A t-,10-T..P* .f*ct
dcF)n t ayj 4-Z -Eue P R


Joe


ve ilo ('11


7'


;. p
I


- i -


II
- I. *-' ,I''


RI


Ins urg i #1"


.ri


Une des plus fortes COMPAGNIES1

CANADIENNES d'ASSUR ANCE


sur l nVI4


Nt


- -- -


t^iig.Le Dos se#iC


Agents Ger
,alramr'aimmirm.f "


4-


i ppe Iez-vous


I"NN "Ne grater
.ldW pas et ne


ETTG. Le BOSSi:


Aazints ( n'


POW


11IIII1I- -r--- ,,


ILIIP~GI~Y~k _,


LA,


--------c~Z'-


I -


Paur strII).sfil


!(


AM, IsS


q 4


- .",..


Ov -i a7177W.




--- _i


'.AGE I 4

Samedi

23 November 1929


Le latin


4 PAGES


366me~ ANN E N' 6854
Port-au-Prince
T616phone : 2242


KJP


I-
/ '. 'I
'1
-~


N


**..*


Rht~i~ r ~o ~


'A
I U-


/

', .~
v-,.'*-~"-
~
-
~
'V.,
I~f
-..- C


* I

* I I~tI'~


2 .. -.. *' **


Cc (q'il I'. i)Our Les I PaCIx iCthedtale
. DU


licil salvon ) c'es/ Ic mil'iciur tivis
pour It's Icnn ,,s <111i vi'11h,11
S(iil /I 's 'li 'S (flll od 'lc lics 'n
IN Iil'iii' i' l' b5i/ iii t' I/(I pit' lli.
('Cfla li' Iuii ps dir,": rien
ilh' n'lliporH'if qIel Sl 5o11. C(Iar
la bcaul; e's/ Irop /lrfiielUse
PlIM 11"i,' /r fil'/c.'.11 sa'Ill doll
I;1l ill? Sa ol'Ol SlI;C -a/ p" tIf./ill1,
IllI S,10011 fi i'll'll: el i ien d', hll/i'.

Iu I' ll iv I ;rt t' lii iii'i'1 hil '.
I i'll h' i hl l 'lt t 1,! r ii',Ii
l'n lv i, iic, lh ',1, ns'l '
/r (i,,. s 't itt, 1la I{ic", s 'l -
Slis- l/ it i .'p, M il I' l n, ,-
litr s'n,'! I richl's hnilvs I'li

I I Il ,n' IiT ,'/. I i l '


d'ali'' l". 11., b(u'v e: i ,1 4 E' i'
f'v cl ?i,' I ci l ( ull' / 1 1i'in l
.( '<.1 i' /', s',. 1 /"' c r' f ,it( t'llio
.su l!, ',i.s,. ,! 'l n/rcr porec., r I )a,'; (,S((/ /(t ,I'/ icl
tIllf l. .., 'i. s'i 1 .fil ( i ,;, i 't' N :C
I 'i i ; t ,, ,( I 1" ,/ ( /r ,,i,' ,'. 5 .'_


/,'l /(v P.. (l b~'i'11, ia. l,1 1 i
I i)J/)(f /v 1 (MS11,1 /)I--'lh l i!l
vi I 1W/I Si (/(,j lull/v:;iiv'i

b 'isl iidesiveso iii1 1 i ?is




ordlillal ire dens le Iri iin'idi'i

verl', mf ill liiSiioli rep/rf'sf'lih


Ic111: (: 1(1 111f fi/'ll" )irf' cile' do(1
ltvi,jCh/se itv'I iIc Sfv'lli 1'ulle.
Al lit v ICln'J l'opi /( i lvii I
(ISlltv i Pols I I e \I t ) 1
,,Ii'~ 'j (/i t(. (lolsS ('/ I'cl v -i'


nw(, P\I N\,1tIVV\



b .'i t i l 11 d1 .1 i s S It 1 '/ s /i'(I-fE
I//' I'i sic C1 xi F HOVi
(a ~s


l~i~. (li:nfi~'l~~e 1ioh aI ml IIIe.
SeulslS iStriblitCIUlS I(UFI I Ilk.


Cap-Hciil icH
1.v i-vl d, H v ':, I fiay-Itidv d
fly) LW Cait k'vdrale Kv~sI adch\'ce.
C" I IT vL1 )LI lS VV'SOUtIhIC-
hlcly C fit' I-C CN'. isaId i.t l cvi
imp( Sol d, &I U11'a atvi -t'' I ti rti 'i
jIiv it t hi ui' lC i v. ll'
N,1US.SO11I) S 11C re~ U U X tieIC'
Covm' tixicr et deICreni'fIe horn-
botn nitI~aiv,, de' not ri'Cur&y
le l1Nre Fcrt6, qui a conli~ii et fait
exucutel' cette tiruvi'e de' estau-
ration de Ia Iayide de noti'e Ca-
thed ra I, iais encore A~ ses s u-
p~rie;urs Iii~rai'cliques qui old
aIIppouvt son lan) '1et A II ng-
nucur Le Pape qui I'a r~aisc
avec un talent unerveilleux.
E'n pensant A la Iaideurie i-
poussante de l'arucienne Iai~ade
(to notre Cath~drale, I 'on 81)-
vi,, lue viCIII dc rendre le ("le'-.
.1 ce monument, (JUi ("St I10
syiiibet' (dCnoti'e foi chi ilt'flhlt
Ct Ile plus Vieux ttmifloi ide(no-,
foresctolonia les et Ifat: in) alt'
miotre Cui-6 of de iiot it'I>C'- t
Nlonseiguieur .lan e sii I LS.1ii 1):;s
1"I eIIuefbielityt gi "wetI it .(')It-
CourIs du Iu ( er~ii'lL'ifi. I0 k I tt:'
tous les Iid&Ivs, mlou en i'~ciii-
i'aclicvemviint tie nio! iv ,v ite~


Isera ainsi laIncm1i :l uur t, '1 ,) I de
i'ipa me:-le dcsastole cpti an i-
gvt'ant pour not.re (IIt' ilLuem-
bleM C1t dCIU' I err l' dIS12.
IA.'S A11llelfs (vl)n ~

A la Potte Matson
16 -.it "lkT (III vi ur

.10110~S 1poAr I.Wo'i'lies, Arti-
Oes po~ll ur erclii' :1t'sus en
p~atlle. pei lo) ii agcs el t I iiittl K
d e btouis dimensions.


- --. - -.----.- -.-- --- - .-.~ '~-.*~ - ..Z.-. ~' .' .~r -. .-. - -


-I


P()RTrAU-P14KCU

Venez voir n~os Magastus de
radio par oudt~s courses el lou-
gues Nous vous dunncron une
dewlouistrAiou iia 'impbrit(Ie qee
lieul C.
Jllus (/(-s 'inlcr1&&o'iccs uatnqx-.

West Indies grading Go'
kliistributeurav
hill.1IpS' R~ADIO, Pont au Pi itic.
1v.iptluuIc Nu, :2216


#1j

Li




*1


n, ,se. .
a-iRraa'Br~C'i~jE'z; ~gCL~jcK~gH.^.^Mabue-la~at


iltIs


ilais


Nous sOIflnies Dchelieurs jsqul nouU

ordre de( T mais eqvraine sec (!evalnt ln1O

Magasin.


L. Prcelzinann-AGGEIHOLM & 0

Hue du QuCi


Simple

Conseil


ai I'agr~ahle.'lonnezZ ebo~nne,
le )ts ~de )l )fo A %o% iiifnt9
en le,* ct*'ia~~nt ii katler oi-
'!C AMEN BOA)D
\arki.,(itt :3 helir'eS p. i~i.
(it' S Cat S

sc i-:prix 3 dol!-rs.
11(mr plusi' amyi)'ei ~re iv .'
m'tlei-iti", 's'a tr-''.er ii Partk
i a ~aviikia( fBok"-Veri i
let46prioie No 3242.
Parents,,ie lnunquez pas de.
J)-(filer tie(Ces cofl(Ltiolls re'
(Teernet av~tilsgeuses.
ec!: est ti n simplIe v!l)Oii
conrsedi.


A -*


Si votls ,, '


c si z acheter 1


Lit en tor. Allez chez -,
-T r T V .


U ILQUIES Jenes Filles Sant H. A LL
BeaUeCup de Cheses, mais.
Toutes devaient savoir que Ses m O felcS S
les meilleurs Bas de soie ou
de fil, les plus jolies Tissus b L *
,o soie, de fil ou uc cuton. 00 c1 i'X L. DI
se Irouve chez L F
Paul ILAuxila; t !'J'.
ti les prix sont modiques. 1v .


1181 H~c! !&inlc bI bls.


.y Li ."..


I cc "i*";


*aC~fchl I~i'd.4i ("t


ont les


, LjjLvA6wjjL w M Eq


i


L- ___


~I~ICnF- li~YL~


~LII


I~ _


-,. -i'~


ex"


=.,.


,CIiN I Plis dbi




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs